Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 10:59
  • *Lectures à La maison rouge - vendredi 29 marsatelier-de-louis-bausil.jpg L'atelier de Louis Bausil, sur les anciens remparts. 
  • Avant la rénovation et la création de La maison rouge.

"Parents / enfants, de l’amour à l’amour..." 

De Socrate à Georges Brassens en passant par Hervé Bazin, Albert Camus, Manu Solo, Benoîte Groult, Mme de Sévigné, Franz Kafka ou Plutarque, etc., ces auteurs ont écrit sur les parents et les enfants, la joie de l’amour partagé, la blessure, le désamour, la fierté ou la haine…
Pour ce 6ème rendez-vous de lecture, intitulé « Parents / enfants, de l’amour à l’amour... », vendredi 29 mars 2013, de 19h à 20h, à la Maison Rouge (41, rue Rabelais – Perpignan), Josiane Coranti et Jean-Louis Ferrer vous proposent un parcours littéraire, sensible et inattendu parmi des textes abordant ce thème universel.

Renseignements – La Maison Rouge : 04 68 73 72 09-  maison-rouge--atelier-de-louis-bausil--1920.jpeg  La maison de Louis Bausil, début XXème siècle. 


* Polémique : le livre, version papier, se vend mal dans les librairies (concurrence des marchands sur internet et versions numériques des nouveautés: Amazone/Kindle...) Il est donc inutile de permettre un vide-grenier (vide-papier...comme le fait d'ailleurs, hélas, la municipalité d'Alénya !) le jour de la Sant-Jordi, réservé aux auteurs et éditeurs de livres neufs !!! (Merci au site "Ouillade.eu", pour cette info !)

    • 19:00 – 20:00

    PERPIGNAN : Le vide-bibliothèque de la CCI pour la Sant-Jordi est très décrié chez les éditeurs et les libraires du département

    par http://www.ouillade.eu/culture/ mar 27, 2013 • 


    L’idée de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) des Pyrénées-Orientales dorganiser, à Perpignan, un vide-bibliothèque à loccasion de la Sant-Jordi, le 30 avril prochain, est loin de faire lunanimi parmi les professionnels roussillonnais de la Littérature

    Lun dentre eux na pas manqué de réagir en ces termes :« Bravo à la CCI pour son vide bibliothèque ! Cest lidée la plus conne que jai jamais vue. Merci pour les libraires de Perpignan (il ne reste plus quun indépendant !) et pour les éditeurs du département (ils sont 7 ou 8), qui vendront leurs livres au même moment sur le quai Vauban. Cest naze de chez naze Mais qui peut bien avoir eu une telle idée ? »…

    Partager cet article
    Repost0
    27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 15:15

    images-1-copie-3.jpeg Jean GENET images-copie-30.jpeg   Journal du voleur est un ouvrage autobiographique de Jean Genet publié en 1949.

    Âgé de trente-cinq ans, le narrateur Jean, évoque sa vie de 1932 à 1940. Il raconte son existence de misère en Catalogne, dans le quartier interlope du Barrio Chino à Barcelone, où il partage les mœurs de la vermine avec Salvador, son amant crasseux, qu’il délaisse pour Stilitano, le manchot magnifique, maquereau et traître. Abandonné par ce dernier, le narrateur raconte son dénuement sur les routes andalouses.

     

    Le romancier est à Barcelone en 1932; page 38 (édition Gallimard, 1949), il décrit la ville et ses compagnons d'infortune : "A Barcelone, nous fréquentions surtout la calle Médioda et la calle Carmen...Nous quittions en bande la Barrio Chino et sur le Parallelo nous nous égrenions, un cabas au bras, car les ménagères nous donnaient plutôt un poireau ou un navet qu'un sou..A Barcelone, je vis ces couples d'homme où le plus amoureux disait à l'autre : "Ce matin, je prends le panier."

     

    J.Genet nous plonge tout de suite dans la misère matérielle des homosexuels et des marginaux des quartiers sordides, tel le quartier chinois, aujourd'hui détruit et reconstruit en grande partie; la prostitution subsiste dans les rues les plus proches du port et de la Rambla qui y mène. On remarque que les rues sont écrites en castillan : le catalan était interdit sous le franquisme...

     

    Le célèbre "Barrio chino", décrit par tant d'écrivains (par Georges Bataille, par exemple, dans"Le bleu du ciel") est abordé à la page 26 : "C'était une sorte de repaires peuplé moins d'Espagnols que d'étrangers qui tous étaient des voyous pouilleux. Nous étions quelquefois vêtus de chemises de soie vert amande ou jonquille, chaussés d'espadrilles usées...Stilitano, le manchot n'était orné d'aucune vertu chrétienne. Tout son éclat, sa puissance, avaient leur source entre ses jambes. Sa verge et ce qui la complète, tout l'appareil était si beau que je le ne puis (sic) nommer qu'organe générateur..." 

     

    Un autre lieu d'errance et de mendicité est le boulevard "Parallel" : "Derrière le Parallelo il y avait un terrain vague où les voyous jouaient aux cartes (Le Parallelo est une avenue de Barcelone parallèle aux célèbres Ramblas. Entre ces deux voies, très larges, une multitude de rues étroites, obscures et sales forment le Barrio Chino). Accroupis, ils organisaient des jeux..."(page 38). Un peu plus loin,page 63, le narrateur revient à ce lieu cardinal de la capitale catalane, où règne le proxénétisme : "Un jour que je l'attendais dans un bar du Parallelo (ce bar était alors le lieu de rendez-vous de tous les repris de justice français : barbeaux, voleurs, escrocs, évadés du bagne ou des prisons de France....) Stilitano s'apporta...

     

    Prostitution, empire des macs, puis description des vols et petits larcins dans les églises et les magasins : "Nous décidâmes de cambrioler une boutique...Nous entrâmes dans un des nombreux bazars de Barcelone où l'on tient rayons de quincaillerie; dans le dialogue des compères, le narrateur utilise, au lieu du mot français "observer, regarder", un néologisme formé à partir du castillan "mirar" : "Tu mires.", détail montrant l'imprégnation de l'auteur dans l'univers espagnol. 

    Les évocations des ramblas, des "tapettes" de la cour des miracles, de la prison de Montjuich (page 65) sont répétitives, le narrateur insistant sur les aspects troubles et sordides de ces hommes pauvres, orphelins, voleurs et homosexuels, comme lui, pour aller vers le bien, la bonté et la beauté. Comme Baudelaire avec les "Fleurs du mal", inventer la beauté affective et esthétique à partir de la relation d'une vie consacrée au crime et au mal :

    "Ce journal que j'écris n'est pas un délassement littéraire. A mesure que j'y progresse, ordonnant ce que ma vie passée me propose, à mesure que je m'obstine dans la rigueur de la composition, je me sens m'affermir dans la volonté d'utiliser, à des fins de vertus, mes misères d'autrefois. J'en éprouve le pouvoir..." (page 65)

    Partager cet article
    Repost0
    26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 10:32

    UMPLO.JPG     Depuis des années, l'affaire des antennes (sur le château d'eau au centre du village - photo Jean Iglésis) "empoisonnent" au sens propre (des cas de cancers, chez des enfants fréquentant l'école située en contre-bas, et deux autres cas récemment :  le bulletin de mars, de l'association UMPLO), et au sens figuré, la vie du paisible village.

     

    Face à l'autoritarisme et à l'absence de dialogue (lire l'article de J.Iglésis), la population doit s'indigner, puis se révolter ! Les élections municipales ne sont pas loin : nous n'aurons pas la mémoire courte...


     

     

    Villeneuve de la Raho (par Jean Iglésis)

     

    La Mairie refuse une salle communale à une association œuvrant pour la santé... 

     

    Après « l'extinction des feux » de la salle des fêtes le 4 octobre 2010, « la guerre du golf » de l'automne 2012, et bien d'autres, la Commune de Villeneuve de la Raho, une nouvelle fois, se fait remarquer...

     

    Dans son journal, distribué à la population ce vendredi 22 mars, l'association UMPLO (Un Mât Pour Les Ondes) association œuvrant pour le déplacement des antennes de téléphonie mobile, et déclarée d'utilité publique en Préfecture des Pyrénées-Orientales informe que le 28 janvier dernier, le 1er magistrat de Villeneuve de la Raho lui a refusé - physiquement et de vive-voix - la mise à disposition d'une salle communale, salle que l'association sollicitait en vue d'organiser son assemblée générale annuelle...

    Une réponse, rendue tel un verdict, et ce sans motif explicite...

    A la demande formulée -en personne de chair, d'os et de sang par la secrétaire de l'association UMPLO, le 1er magistrat de Villeneuve, dans une tirade rédhibitoire décidément et une nouvelle fois plus digne du personnage de la reine de cœur « d'Alice au pays des merveilles » de Lewis Carroll que d'une héroïne sanctifiée au destin tragique qu'aurait pu incarner Sarah Bernhardt (heureusement qu'elle n'a pas été appelée à tenir ce rôle !...)– s'est plu à déclarer ce 28 janvier, à 15 h 30, non sans l'emphase ni la superbe ridicule qu'on lui connaît « ...une salle c'est hors de question ! »...(no comment)

    Dans son journal, qui vient donc de paraître, l'association UMPLO met le doigt où ça fait mal : le non-respect du principe d'égalité pour toutes les associations (UMPLO étant une association relevant des dispositions des lois des 1er et 16 juillet 1901), mais encore l'absence de fondement et d'explication concernant le refus de mise à disposition de cette salle...

    Cet incident révélateur d'un certain malaise qui règne sur la commune depuis un peu plus de dix ans pourrait bien apparaître aujourd'hui, non comme le printemps espéré, mais tout bonnement comme l'arbre qui cache la forêt...

    Et que de bois et de forêts sur ce territoire villeneuvois, si désespérément plat et vide, quand, de prime abord, on le découvre à l’œil nu :

    • une salle communale, sise à proximité de l'Espace Jeunes, au bas du groupe scolaire, louée que dis-je ? -bradée à moindre prix à un tiers (le beau-fils d'un adjoint), qui dispense dans le cadre d'une activité lucrative donc substantielle, et comment ! - des cours de body building...
    • des salles communales, régulièrement octroyées à des associations d'obédience religieuse, faits portant atteinte aux principes-mêmes de laïcité, édictés dans la loi du 9 décembre 1905, portant séparation de lÉglise et de lÉtat...

     

    Pour information concernant le refus de mise à disposition de la salle communale opposé par la Mairie à l'association UMPLO, prière de contacter Mme Maryse Batlle ( 04 68 55 93 92 ) ou Mme Paulette Palau (04 68 55 94 97)

     

     * Ce blog est aussi diffusé sur les réseaux sociaux (facebook...), sur twetter...sur Linkedin... et lu chaque jour par 20 000 personnes uniques, en moyenne...


    Partager cet article
    Repost0
    25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 10:14
    • Pour qu'il ne se sente pas "SEUL", venez nombreux !!!!


      RENCONTRE AVEC CLAUDE MASSE

      LE LUNDI 25 MARS 2013 A PARTIR DE 18H00 A LA LIBRAIRIE TORCATIS, Perpignan :

      A l'occasion de la sortie du livre : SEUL Claude Massé

      Peuple du liège et du collage - Paru aux éd. ADABS.

       

      Claude Massé est né en 1934 à Céret dans les Pyrénées Orientales. Il est le fils de l'écrivain

      Ludovic Massé. Après une carrière "sage" comme il le dit lui-même, fonctionnaire puis directeur

      du Musée d'Art Moderne de Céret, Claude Massé rencontre, communique, travaille, avec de

      nombreux créateurs de toutes origines: René Char, Jean Dubuffet, Louis Aragon et beaucoup d'autres.

      Riche de ces nombreuses rencontres, il se lance à son tour dans la création avec un matériau des

      plus nobles "l'écorce de liège", qui abonde dans son "el Païs". Très vite, ses compositions "Patots"

      et d'autres s'intègrent dans ce courant d'art que l'on nomme "Art Brut" ou pour sa part "Autre".

      Les expositions se multiplient en France et à l'étranger.

      Ces nombreux échanges, comme en témoignent ses courriers, lui apportent une notoriété internationale.

      UcbHsUeJf5fDTxmdISL7-o7gEbg@250x353.jpg




      *** LUDOVIC Massé :  Cédric DEBARBIEUX ( Contes, Lectures, Ecritures

      cedric.debarbieux@laposte.net    04 68 50 17 56       06 68 73 88 72 ) présente le SAMEDI 6 AVRIL, à 20H30, au Théâtre Primavera 

      (6, avenue du Languedoc - Perpignan)

      La Loco Compagnie et Haute Voix

      présentent :

       

      Le Sang du Vallespir, de Ludovic Massé (1949)

      avec Jean Michel Castellarnau et Cédric Debarbieux


           Ce conte théâtralisé est sans doute le texte poème le plus achevé de toute l'oeuvre de Ludovic Massé. Y flamboie l'extrême pointe de l'amour et de la mort. C'est un éboulement de mots et d'images, une grandiose architecture de la phrase, une exaltation des paysages et de toute la mémoire légendaire du Vallespir, servie par un langage d'une extrême précision...Le Sang du Vallespir est comme une gloire d'écriture.

           La vie des ouvriers espadrilleurs du XXème siècle, racontée avec des mots de sueur,de danse et de sang, l'amour, la trahison et les légendes du plus haut Moyen Âge qui errent encore aux Tours de Cabrenç ou aux forges de Galdaras, tout cela réuni en une histoire mêlée où les hommes et les femmes atteignent à l'éternité des archétypes.

      Une exposition de liège de Claude Massé sera présentée le soir du spectacle.

      L'entrée est libre. Il est recommandé de venir assez tôt ou de réserver au 06 68 73 88 72, la salle étant petite.

      Petit parking gratuit.


                 45762818_p.jpg Claude Massé à Céret (photo de Christophe Massé)

    • Quelques petites choses que je sais de mon père
    • Claude Massé a toujours lil. Un œil sur l'art, depuis les années 1950 à aujourd'hui. Il m'a fait découvrir certaines des choses qui ont contribué à me rendre curieux puis passionné. Il m'a renseigné sur l'art du passage. Ensuite, nous ne nous sommes pas vus et nos libertés conditionnelles ont cheminé sans jamais vraiment se croiser, même si certaines de nos amitiés communes et de nos croyances sont restées pour quelques individus les mêmes, parallèles et pour certaines intactes. Il fut un des premiers à montrer dans les Pyrénées-Orientales des artistes d'avant-garde aujourd'hui reconnus (Claude Viallat pour n'en citer qu'un seul), à défendre un travail qui a ses yeux était novateur. Conservateur du Musée d'Art Moderne de Céret de 1968 à 1973, organisateur de dizaines d'expositions dans des galeries et lieux divers dans les Pyrénées-Orientales. Sa correspondance et ses actions figurent parmi les plus significatives, toujours bien en amont de la plupart des initiatives qui suivirent dans ce domaine.
    • Depuis le début des années 1980 en même temps qu'il travailla à la réédition complète des œuvres de son père; le romancier Ludovic Massé (Pol, Balland, Pierre Mainard, Trabucaïre, Chiendent etc.. ) ainsi qu'à la gestion de la collection et du travail qu'il fît autour de ce qu'il nomma l'Art Autre (dont une belle partie figure dans sa donation au Musée de la Création Franche à Bègles), il entama un pan nouveau d'un travail plastique personnel commencé dans les années 1960. Fasciné par le liège, une grande partie de sa production est dédiée au travail de cette matière; en une armée de personnages silencieux nommés les Patots, suivie depuis 1990 de collages à partir d'étiquettes anciennes de vins et spiritueux, travail questionnant parfois d'une façon sarcastique l'histoire de l'art, des grands maîtres à nos jours.. celle qui à n'en pas douter imprègne toute sa vie. 

    claude-Masse--photo-JPB.jpeg C. massé (à gauche) - photo J.Pierre BONNEL.

     

     

    * Patots - texte de Cathy Massé sur les patots :

     

    sur le site : www.mediterranees.net/artistes/claudemasse/index.html

     

    Ces visages qui hantent le cours de la vie...

    Visages de la rue, visages de village, visages croisés, scrutés, entrevus, perdus.

    Visages accrochés toujours aux mêmes endroits - toujours aux mêmes moments - Théâtre du quotidien.

    Visages frémissants - avides ou vides.

    Les Patots sont nés du Dérisoire et du Sublime.

    Et ils ont hanté son Espace en forêt de totems raides aux longues têtes expressives et méfiantes. Et ils ont glissé le long des murs se retrouvant agglutinés dans les coins toujours là pour retenir leur chute molle, selon l'humeur, le temps, le vent.

    Et ils ont éclaté en croix béantes, se retenant les unes aux autres par leurs seuls doigts écartelés.

    Bras démesurément longs... écartés à jamais sur un désir inassouvi des autres.

    serrabone4.jpg

    patot.jpg

    Visage serré entre deux paumes offertes jusqu'à la fin d'un désespoir.

    Visage, rond joyeux et qu'on laisse à regret au détour d'un moment.

    Visage qu'on cloute d'un sourire fendu jusqu'à l'extrême, et qui n'existe pas.

    Visage dont la bouche est fermée d'un fil barbelé, et qui n'existe plus.

    totems.jpg

    serrabone5.jpg

    Et ils ont foisonné en visages si ronds... surmontés de coiffes superbes, visages constellés de clous, d'éclats d'acier, sur ce liège si pâle, si ocre, si tendre, si lisse comme bébé.

    serrabone2.jpg

    serrabone3.jpg

    Dentelle de liège qui frise un regard... Pointes acérées qui interrogent...

    serrabone6.jpg

    Partager cet article
    Repost0
    24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 15:56

    Festival des Utopies concrètes

     

     

    Il a lieu au mois de mars dans la région parisienne : à Montreuil, à Ivry et dans plusieurs arrondissements parisiens.

     

    Il s'agit de faire le point sur les progrès de l'agriculture urbaine et périurbaine, la récupération utile pour tous, le recyclage dans les quartiers ou l'économie sociale.

     

    Cinquante associations, coopératives, collectifs parisien et de banlieue actifs y participent, parmi lesquels "Vergers urbains, graines de troc, l'Accorderie, Miel de quartier, la Semeuse...

     

    A l'espace "Comme vous Emoi", apportez vos objets de récupération. Des débats citoyens et un important recueil  de textes théoriques et pratiques sont proposés...

     

    www.festivaldesutopiescocretes.org

     

     

    ** FILE0770.jpeg  Séminaire sur le chamanisme (4ème séance, entrée libre)

     

    André Roger vous invite :

    prochaine date : le 12 avril, à 18h30, salle à gauche de l'entrée de l'église de Villelongue de la Salanque.



    Partager cet article
    Repost0
    23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 12:35

    ciel.JPG (C) Jean-Pierre Bonnel

     

     * Samedi 23, à 15 heures, conférence à la médiathèque - Florence MOLY évoque la paix céleste en musique et en peinture.

     

    Après la décevante conférence (écourtée, déstructurée, avec l'érudition vaine d'un producteur de france-cul, qui cite en hébreu, toutes les deux minutes...), : à travers les manuscrits à peinture, balade et ballades dans l'âge médiéval, quête des sonorités sépharades, berbères, grecques, catalanes... entrée libre.

     

     

    ** DALI BIS : à 19 heures

     

    El Centre Del Mon fête le printemps !!

     

    Printemps 2013 : à 19 heures, vernissage, à la nouvelle gare de Perpignan

     

    - Exposition the Meeting of Styles France: du 23 mars au 22 juillet 2013
    - La Chasse aux papillons du Centre del Mon : du 1er au 30 avril 2013
    - Le «Centre Del Mon du Livre» 1ère édition: Le mardi 23 avril 2013

     

    Exposition the Meeting of Styles France: du 23 mars au 22 juillet 2013, sélection de pièces du MOS 2012, le festival international de Graffiti qui a attiré en juillet 2012, à la Casa Musicale une soixantaine de graffeurs, une trentaine de riders, une vingtaine de rappeurs, une quinzaine de danseurs sur un total de 22 heures de festival.

     

    ***   Théâtre : *Hanna Fiedrich joue 

     

    * Samedi 23 Mars 20h 30 au Théâtre du Réflexe à Canohès 17, Rue de la Coulomines 04 68 55 39 77 

    Synopsis 

    Frieda, étrangère, tombe amoureuse des Pyrénées – Orientales et s’y installe.

    Mais tragédienne, elle découvre que sous le soleil du Sud la comédie règne en maître. Commence pour elle une métamorphose parsemée de péripéties… 

     

    Jean-pierre Bonnel Un monologue plein d'humour et de vie ! Le regard d'une Etrangère sur la Catalogne. Eloge de la beauté et réflexion sur la création littéraire. Courez-y tous !!!

     

    Partager cet article
    Repost0
    23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 11:43

    barcelone.jpg * "La ville des prodiges" Eduardo Mendoza (1986) : le best-seller sur l’épopée fondatrice de Barcelone. Un jeune homme inculte arrive en ville au tournant du siècle, lors de l’Exposition universelle de 1888. Il fera fortune. Truculence et émerveillement sont au rendez-vous de ce chef d’œuvre de la littérature mondiale. Si vous ne deviez lire qu'un seul livre d'un écrivain catalan...

      

    Du même auteur :

    L'artiste des dames / traduit de l'espagnol par François Maspero. Paris, Éditions du Seuil, 2002. 300 p.  

    Sans nouvelles de Gurb / traduit de l'espagnol par François Maspéro. Paris, Éditions du Seuil, 1994. 125 p.  (Point virgule, 143).  La Ville des prodiges  / traduit de l'espagnol par Olivier Rolin. Paris, Éditions du Seuil, 1988. 405 p.  

     

    ** Sergi Pàmies - Éditeur : Jacqueline Chambon (2003) 

     

    D'abord un éclaircissement, Le Grand roman de Barcelone est un recueil de nouvelles, ou bien les apparences seraient-elles trompeuses ! La réalité y est fragmentée en quinze récits dans lesquels la ville sert de combustible pour alimenter une machine narrative qui nous permet de voyager dans des territoires où abondent la peur, la solitude, la mort et autres chardons de l'existence. Cependant, fidèle à lui-même, Sergi Pàmies n'entend pas attrister son lecteur et il agrémente ses paysages de tendresse lucide et d'ironie, deux éléments qui, joints à sa prose précise et élégante, en font un des auteurs les plus rares de sa génération. Récompensé par le prix de la Critica Serra d'Or, ce livre marque le retour de Pàmies au court récit de ses débuts. Et sa curiosité intacte à découvrir ce qui se cache entre les fissures du quotidien nous amuse et nous rend mystérieuse la soi-disant trivialité de nos vies. 

     

     

     * "La marge" de André Pieyre de Mandiargues( en poche chez Folio), sur le Barcelone des années 60. L'action se déroule dans le "Barrio Chino" de Barcelone, rebaptisé aujourd'hui "Raval" pour faire plus "clean": on a même donné son nom à une place du quartier, la plaza (plaça en catalan) André Pieyre de Mandiargues. Il y a aussi une place Jean Genet et une place George Orwell. (voir "30 Itinéraires culturels en Catalogne, de J.P.Bonnel - 22 euros port compris chez l'auteur : 06.31.69.09.32)

     

    * La 1ère partie du roman de Pierre Mac Orlan "La bandera" se situe aussi dans ce quartier, dans les années 30.

     

     *  Pepe Carvalho est un personnage de fiction créé par l'écrivain Manuel Vázquez Montalbán. Après une vie politique assez tourmentée, il devient détective privé à Barcelone. Il est entouré de Biscuter, homme à tout faire et cuisinier rencontré dans les prisons de Lleida (Lerida) et de Charo, son amie, prostituée indépendante à Barcelone. Carvalho n'est pas uniquement détective, il est aussi gastronome et souvent au fourneau. Ses bons repas, même solitaires, commencent invariablement par le choix d'un bon livre à brûler...

    Promenades dans la Barcelone de L'ombre du vent

    Sabine Burger, Nelleke Geel, Alexandre Schwarz

    Ce guide de Barcelone invite le lecteur-voyageur à explorer, en compagnie de Carlos ruiz Zafón, l’univers et les lieux évoqués dans L’Ombre du vent. des extraits du roman, des photos, des détails hist... »

    • Roman | poche | Lgf | novembre 2009
    • Promenades dans la Barcelone de L'ombre du vent? Suite au succès de L'ombre du vent, ce petit guide détaille les différents lieux qu'on rencontre dans le roman de Zafon. Il y a également des images qui accompagnent les textes. Ce guide de Barcelone invite le lecteur-voyageur à explorer, en compagnie de Carlos Ruiz Zafon, l'univers et les lieux évoqués dans L'Ombre du vent.

    Des extraits du roman, des photos, des détails historiques ou touristiques ainsi que les commentaires de l'auteur nous font découvrir ou retrouver certains quartiers de cette ville magique, notamment le Barri Gôtic, véritable labyrinthe, mais aussi l'avenue du Tibidabo où vivent les Aldaya, la Carrer de Santa Anna, chez Daniel Sempere... Une flânerie littéraire qui prolonge le plaisir de la lecture et vous mènera peut-être, qui sait, vers le Cimetière des Livres Oubliés !  

     

    "L'ombre du vent" de Carlos Ruiz Zafon (2001). Dans une Barcelone de l'après-guerre, marquée par la défaite, la vie difficile et les haines qui rodent toujours... Un récit fantastique dans la pure tradition du "Fantôme de l'Opéra" ou du "Maître et Marguerite". Carlos Ruiz Zafon est né à Barcelone en 1964. Après un bref passage dans le monde de la publicité, il se consacre à l'écriture et obtient en 1993 le prix Edebé, prix littéraire de jeunesse espagnol. L'ombre du vent a obtenu le prix planeta. Carlos Ruiz Zafon vit à Los Angeles.

     

    Le jeu de l'ange

    Carlos Ruiz Zafon - François Maspero (Traduction)

    Dans la turbulente Barcelone des années 1920, David, un jeune écrivain hanté par un amour impossible, reçoit l'offre inespérée d'un mystérieux...

    Le prisonnier du ciel, de Carlos Ruiz Zafon 

    Des secrets de sinistre mémoire viennent hanter Daniel Sempere et son ami Fermín, les héros de L'Ombre du vent.Barcelone, Noël 1957. À la librairie Sempere, un inquiétant personnage achète un e... » Lire la suite...

    • Roman | broché | Robert Laffont | novembre 2012

     

    L'ombre du vent Carlos Ruiz Zafon 

     Le roman phénomène de Carlos Ruiz Zafón, best-seller mondial, est désormais publié aux Éditions Robert Laffont.Dans la Barcelone de l’après-guerre civile, « ville des Prodiges » marquée par la défait... » 

    • Roman | broché | Robert Laffont | mai 2012

     

    Prince de la brume, de Carlos Ruiz Zafon 

    1943, Angleterre. Fuyant la guerre, la famille Carver – les parents et leurs trois enfants, Max, Alicia et Irene – se réfugie dans un village de bord de mer. Leur nouvelle maison appartenait précédemment...

    • Roman | poche | Pocket | novembre 2012

    Marina, de Carlos Ruiz Zafon 

    Interne au pensionnat, Óscar aime faire le mur, errer dans les rues désertes, les pinèdes, les villas d’un quartier laissé à l’abandon. Il suffira de...

     

     

    * Les romans policiers d'Alicia Gimenez Bartlett dont l'action se déroule à Barcelone... 

    Les intrigues en elles même sont banales, mais les personnages sont très attachants et pittoresques. Et l'ambiance de la ville est finement observée. 

    A lire dans l'ordre chronologique de parution...

     

    Alicia Gimenez-Bartlett est née à Almansa en 1951 et vit depuis 1975 à Barcelone. Diplômée de Littérature et de Philologie Moderne, elle a enseigné pendant treize ans la littérature espagnole. Après le succès de ses romans, elle a pu se consacrer complètement à l’écriture. Avant d’obtenir en effet un énorme succès dans son pays avec les romans Rites de mort (...) 

    http://www.polardefemme.info/spip.php?rubrique63&Alicia_Gim

    %C3%A9nez-Bartlett__polar_et_roman_policier 

     

    -auteur des précédentes aventures de Petra Delicado : cette série lui a valu le prix Raymond Chandler. Elle est l'un des auteurs policiers espagnols les plus lus dans le monde.

    Lire "Rites de morts" (Rivages) : 

    "Rites de mort" Alicia Giménez-Bartlett (1996) : à chaque fois, l’histoire se répète : le violeur masqué agit, de nuit, dans les faubourgs de Barcelone. Sa jeune victime de petite taille porte une marque en forme de fleur au bras. Flanquée du belliqueux sous-inspecteur Garzón, Petra Delicado mène l’enquête. Et devient, avec beaucoup d’humour, la nouvelle recrue du polar espagnol.

     

    "Le cahier gris" Josep Pla (1966) : en 1918, pour cause de grippe espagnole la faculté de droit est fermé ce qui contraint Josep Pla à revenir chez ses parents à Palafrugell. A 21 ans, écrivain débutant, il décide de tenir un journal, le cahier gris. La chronique libre, spontanée, enthousiaste d’un jeune homme partagé entre village et capitale, vie rangée ou débridée, professeurs et artistes, mythes et réalités de Barcelone.

     

    "La place du diamant" Mercè Rodoreda (1962) : Natàlia alias Colemeta travaille dans une pâtisserie du quartier de Gràcia. Elle se marie, élève ses enfants et devient femme de ménage. Elle perd son mari milicien dans l’armée républicaine avant de connaître la faim et le désespoir. Elle se remarie avec l’épicier du coin durant la IIe République.

     

    "Nada" de Carmen Laforet, roman qui en 1944 valut à son auteur, âgée de 23 ans le premier des prix Nadal. Elle n’écrira plus aucun roman par la suite.

     

    "Le goût de Barcelone".(Edition Le petit mercure)(2003) Barcelone est le théâtre de certains romans, ou simplement une évocation dans des livres de voyages ou des souvenirs dans ce petit recueil qui rassemble fort habilement des textes d’écrivains sur cette ville. La Movida vu par Théophile Gautier, Eduardo Mendoza, Montalban, Francisco Gonzales Ledesma, Paul Morand, Pedro Zarraluki et bien d’autres.

     

    Plusieurs romans de Juan Marsé, peintures sans fard de la vie dans les quartiers pauvres de Barcelone sous le franquisme, notamment pendant l’après-guerre civile. Si te dicen qué caí, traduit en Français sous le titre Adieu la vie, adieu l’amour fut censuré et dut paraître au Mexique en 1973. 

     

    La trilogie de Francisco Casavella : Le jour du watusi est une fresque de la Barcelone de la fin du franquisme et de la transition qui se dessine au fil du récit de la quête d’ascension sociale d’un  jeune voyou dont la vie a commencé dans les  taudis de Montjuïch.

     

    Casavella, Francisco (1963-2008)  :


    Les Jeux féroces / traduit de l'espagnol par Claude Bleton. Arles, Actes Sud, 2004. 279 p. 

    Du vent et des bijoux / trad. de l'espagnol par Claude Bleton. Arles, Actes Sud, 2005. 495 p. 

    Vientos y joyas. Barcelona, Mondadori, 2002. 
    Le Langage impossible / traduit de l'espagnol par Claude Bleton. Arles, Actes Sud, 2005. 427 pages.

     

    González Ledesma, Francisco 

    Cinq femmes et demie / traduit de l'espagnol par Thomas Delooz. Nantes, l'Atalante, 2006. 380 p. (Insomniaques et ferroviaires).  

    Le Dossier Barcelone / traduit de l'espagnol par Jean-Baptiste Grasset. Paris, Gallimard, 1998. 358 p. (La noire). 
    Il ne faut pas mourir deux fois  / traduit de l'espagnol par Christophe  Josse. Nantes, l'Atalante, 2010. 348 p. (Insomniaques et ferroviaires). 

    Méndez / traduit de l'espagnol par Christophe Josse. Nantes, l'Atalante, 2003. 184 p. (Insomniaques et ferroviaires)  Los Napoleones / traduit de l'espagnol par Jean-Jacques Fleury. Nantes, l'Atalante, 2001. 489 p. (Insomniaques et ferroviaires). 
    Le Péché ou quelque chose d'approchant / traduit de l'espagnol par Isabelle Gugnon. [Paris], Gallimard, 2001. 493 p. (Série noire ; 2629). 
    Un Roman de quartier / traduit de l'espagnol par Christophe Josse. Nantes, l'Atalante, 2009. 286 p. (Insomniaques et ferroviaires). 
    La Ville intemporelle ou Le vampire de Barcelone / traduit de l'espagnol par Christophe Josse. Nantes, l'Atalante, 2008. 410 p.   

    Dans la ville en chantiers / traduit du catalan par Marie José Castaing. Saint-Maurice-es-Allier, Tinta Blava, 2004. 103 p. (Domaine catalan, 2). 

     

    Laforet, Carmen (1921-2004)  

    Nada / traduction de l'espagnol par Marie-Madeleine Peignot et Mathilde Pomès ; révisée par Maria Guzmán ; avant-propos de Juan Manuel de Prada. Paris, Bartillat, 2004. 269 p.  

     

    Marsé, Juan

    Adieu la vie, adieu l'amour / traduit de l'espagnol par Claude Bleton. Paris, 10-18, 1996. 400 p. (10-18. Domaine étranger). 
    L'Amant bilingue / traduction de l'espagnol par Jean-Marie Saint-Lu. [Paris], C. Bourgois, 1996. 245 p.   Boulevard du Guinardó / traduit de l'espagnol par Jean-Marie Saint-Lu. Paris, 10-18, 1995. 124 p. (10-18. Domaine étranger).  

     

    Martín, Andreu   

    Barcelona connection  / traduit de l'espagnol par Jean-François Carcelen et Georges Tyras. [Paris], Gallimard, 1998. 289 p. (Série noire, 2499).   

    Bien sous tous rapports / traduit de l'espagnol par Georges Tyras et Jean Vila. [Paris], Gallimard, 2005. 343 p.  (Série noire, 2727).   

    Jésus aux enfers / traduit de l'espagnol par Georges Tyras et Jean-François Carcelen. [Paris], Gallimard, 1996. 350 p. (Série noire, 2436). 

     

    Monzó, Quim  

    Mille crétins : nouvelles / traduites du catalan par Edmond Raillard. [Paris], J. Chambon ; Arles, Actes Sud, 2009. 147 p.

     
    Porcel, Baltasar (1937-2009)  

    Quelques châteaux et toutes les ombres / traduit du catalan par Juan Vila. Arles, Actes Sud, 2010. 366 p. (Lettres hispaniques). 

     

    Rodoreda, Mercè (1909-1983)  

    La Place du Diamant / traduit du catalan par Bernard Lesfargues. [Paris], Gallimard, 1996. 231 p. (L'étrangère).  

     

     

    * La cathédrale de la mer. La cathédrale de la mer

    Ildefonso Falcones  - Anne Plantagenet (Traduction)

    Barcelone, XIVe siècle. La cité catalane s'enorgueillit d'un nouveau fleuron gothique : Santa Maria del Mar, la cathédrale de la mer, qui s'élève, pierre à pierre, vers un ciel sans nuages. Bâtie par...

    • Roman | poche | Pocket | juin 2009

    L'histoire de la construction de l'église des marins, en bas du quartier gothique, vers la Barcelonette (pdt le moyen âge) a travers la vie du personnage principal. 

     

    * Romans policiers, polar, auteur catalan, Catalogne

     

     le site Bibliosurf.com qui fait (entre autres) de la géolocalisation de polar et/ou permet de faire des recherches avec mots-clés 

     

    * Najat El Hachmi, née en 1979 à Nador, au Maroc, est diplômée en philologie arabe de l’université de Barcelone. Auteur d’un essai : Moi aussi, je suis catalane, paru en 2004, cette lauréate du dernier prix Ramón Llull est la révélation 2008 des lettres catalanes. 

    http://www.bibliosurf.com/Le-Dernier-Patriarche 

     

    * Teresa Solana, née à Barcelone en 1962, est diplômée de philosophie. Elle est traductrice littéraire et a dirigé le Collège des traducteurs de Tarazona. Des jumeaux presque parfaits, son premier roman, a connu un immense succès en Espagne et en Angleterre, et est en cours de traduction dans plusieurs pays. 

    http://www.bibliosurf.com/Des-jumeaux-presque-parfaits 


     

    * Un, deux, trois, sol de Maria-Antonia Oliver 

    http://www.bibliosurf.com/Un-deux-trois-sol 


     

    * Rue des Camélias de Mercè Rodoreda 

    http://www.bibliosurf.com/Rue-des-Camelias 

    ************************************************ 

    Festival du polar catalan organisé par les éditions Mare Nostrum 

     

     

    *** Cité dans le blog de Jean-Pierre Bonnel :

     

    http://jean-pierrebonnel.monblogue.branchez-vous.com/2010/0

    5/07 

     

     

    Marion Poirson-Dechonne : Serial Venus 

    Auteure catalane-française 

    http://nuagesetvent.over-blog.com/article-marion-poirson-de

    chonne-serial-venus--39683624.html 

     

    http://www.marenostrumedition.com/index.php?p=catalogue 

     

    *Le site Polar de femmes (http://www.polardefemme.info/spip.php?page=liste_auteurs j'ai passé en revue la liste des auteurs en testant les noms à consonnance espagnole-catalane et j'ai trouvé cette auteure : 

     

     

    Sans nouvelles de Gurb

    Eduardo Mendoza, François Maspero (Traduction) • Deux extraterrestres débarquent pour une mission d'étude. Le lieu : la terre. Sujet : les hommes. L'auteur de ce journal a la responsabilité de cette mission. Croyant bien faire, il envoie son subal... »

    • Roman | poche | Points | novembre 2006

    Le palais de minuit

    Carlos Ruiz Zafon 

    • Roman | broché | Robert Laffont | janvier 2012

    Des larmes sous la pluie

    Rosa Montero

    • Roman | broché | A.m. Metailie | janvier 2013

    Ce que cache ton nom

    Clara Sanchez

    Sandra, une jeune femme d’une trentaine d’années, a décidé de venir s’installer dans un village isolé de la côte est espagnole. Un peu paumée, Sandra – qui vient de quitter un emploi qu’elle détestait... » 

    • Roman | broché | Marabout | septembre 2012

     

    Le coeur glacé

    Almudena Grandes - Marianne Million (Traduction)

    Le jour de sa mort, Julio Carrion, prestigieux homme d'affaires qui a acquis son pouvoir durant la dictature de Franco, lègue une fortune considérable à ses enfants. Lors de son enterrement, son petit... » 

    • Roman | poche | Lgf | septembre 2010

     

     

    Le coeur glacé - T2

    Almudena Grandes - Marianne Million (Traduction)

    Il est beaucoup d'histoires que nos pères et nos grands-pères n'ont jamais racontées. Les unes parce qu'elles étaient si belles et si héroïques que nous ne voulions pas en connaître la fin. Les autres... »

    • Roman | poche | Lgf | septembre 2010

     

    • Les révoltés de Cordoue
    • Ildefonso Falcones 
    • En cette année 1568, tandis que l’Inquisition continue à soumettre de son talon de fer la vie politique, religieuse et culturelle des royaumes espagnols, dans les montagnes et les vallées des Alpujarr... » 
    • Roman | poche | Pocket | juin 2012
    •  
    •  
    • Le sourire étrusque
    • José Luis Sampedro, Françoise Duscha-Calandre (Traduction) Bouleversant de justesse et de talent, empreint d'une grande humanité, Le Sourire étrusque visite les réalités d'une Italie à plusieurs vitesses. Une histoire d'amour, de résistance et de mort qui se ... » 
    • Roman | broché | A.m. Metailie | avril 2012

     

    • Le jeu de l'ange
    • Carlos Ruiz Zafon - François Maspero (Traduction)
    • « Je t’emmènerai dans un endroit secret où les livres ne meurent jamais et où personne ne peut les détruire… » Barcelone, années 1920. David Martin, dix-sept ans, travaille au journal La Voz de la In... » 
    • Roman | broché | Robert Laffont | août 2009
    •  
    •  
    • Le sari rose
    • Javier Moro 
    • Roman | poche | Points | juin 2011
    Partager cet article
    Repost0
    22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 14:54

    Daniel DEZEUZE à l'Isba galerie *

     

    Dans la nuit froide de mars, la foule des vernissages s'abrite dans le jardin 

    réchauffé par des flots de château de Jau.

     

    L'Isba, villa art déco, rue des palmiers, a ouvert sa lourde porte admirable et fait entrer le chant des oiseaux. Et le silence des papillons qui hantent la maison et tentent de s'enfuir malgré les clôtures vertes et les treillis roses, malgré la tentation des collectionneurs épinglant les insectes multicolores sur des surfaces géométriques...

    Où sont les filets à papillons..?

     

    Les supports sont ajourés, sont des châssis classiques, ou en forme de boucliers, ou d'écussons, au premier étage- taillés dans un papier de tapisserie menant la peinture à l'art brut de la déco...

     

    C'est au second étage que les papillons prennent leur envol, triangles bleus et rouges, dans une pièce étroite : le Dezeuze dessinateur croque le mouvement vers les tournesols du haut de la façade, papillons paralysés dans la froideur du temps et l'éternité du geste artiste...

     

    avenue des Palmier, non loin de l'immeuble François Gibrat (actuel lycée privé Maso), oeuvre de l'architecte danois V-D. Petersen.

     

    - Pour Sophie et Martin Phéline - J.P. Bonnel -

     

    ---  

     

    Cette exposition/installation m'a donné l'occasion de revenir à Francis Ponge  dans "Le parti pris des choses" (texte "La bougie", poésie-Gallimard, page 39) :

     

    "Les papillons miteux l'assaillent (la plante singulière) de préférence à la lune trop haute, qui vaporise les bois. Mais brûlés aussitôt ou vannés dans la bagarre, tous frémissent aux bords d'une frénésie voisine de la stupeur..."

     

    Et plus loin, dans "Le papillon" (p.56) : " ...Allumette volante, sa flamme n'est pas contagieuse. Et d'ailleurs, il arrive trop tard et ne peut que constater les fleurs écloses. N'importe : se conduisant en lampiste, il vérifie la provision d'huile de chacune...

     

    Minuscule voilier des airs maltraité par le vent en pétale superfétatoire, il vagabonde au jardin."

     

     

    ** Magazine Beaux-Arts : Exposition DANIEL DEZEUZE « Le chant des oiseaux  » à la Galerie LISBA | Perpignan

    Publié le 16 mars 2013 par Philippe Cadu

     

    http://www.lisba.fr/

    exposition-daniel-dezeuze-chant-oiseaux-galer-L-20hjXL.jpeg

    1

    exposition-daniel-dezeuze-chant-oiseaux-galer-L-YAkoTd.jpeg

    5 mars -11 mai 2013

     Lexposition de Daniel Dezeuze emprunte son titre,  » Le chant des oiseaux « , à une œuvre de la série «   Peinture qui perle  » dont une sélection est montrée ainsi que des  » Blasons  » et des  » Boucliers « , œuvres plus récentes. Une salle est consacrée à la série  » Papillons  » afin dillustrer une partie de son œuvre dessinée.
    Daniel Dezeuze propose depuis le milieu des années soixante, une œuvre qui est en même temps une analyse critique des moyens de lart et une production qui trouve dans cette même analyse la matière dobjets inattendus, porteurs de nouvelles évocations physiques et mentales. Chez cet artiste, lintelligence conceptuelle nest pas coupée de la suggestion émotionnelle. Il offre lexemple dune  » conscience globale « , capable à la fois dun questionnement rigoureux sur les pratiques humaines et dun renouvellement de celles-ci dans des configurations inédites.

    LISBA/ art contemporain, 19 avenue des palmiers, 66000 Perpignan Tél.+33 (0)4 68 59 41 18

    La galerie est ouverte du jeudi au samedi, de 14h. à 19h. et sur rendez-vous.

     

    En savoir plus sur http://www.paperblog.fr/6232081/exposition-daniel-dezeuze-le-chant-des-oiseaux-a-la-galerie-l-isba-perpignan/#yhBxqkO2GvPALjLm.99 

    Partager cet article
    Repost0
    21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 16:33

    * Tous les écrivains roumains ne se rendront pas au salon du livre de Paris. Je vous conseille d'aller rendre visite à mon amie Letitia ILEA, jeune poétesse et traductrice de grand talent (voir le dosier que je lui ai consacrée dans mon recueil "CatalogARTS" (15 euros, port compris)_

     

    Elle présentera sa dernière traduction, du poète Vasile Dancu, recueil dont j'ai écrit la préface (voir le texte dans ce blog) :

    coperta-Dancu-franceza.jpg

    J.P.Bonnel

     

     

     

    images-copie-29.jpeg  Letitia Ilea est une poétesse roumaine, néé en 1967 à Cluj.

    Elle a reçu 7 récompenses pour son œuvre poétique en Roumanie. Elle a également traduit en roumain plusieurs ouvrages de langue française. En France ses poèmes ont été publiés dans la revue Europe. Elle a résidé auCentre international de poésie Marseilleen mars 2004. Le prix international de poésie Jean Malrieu lui a été décerné en 2007.

    • 1997Eufemisme
    • 1999Chiar viața
    • 2004O persoană serioasă
    • 2010blues pentru cai verzi

    en langue française

    Traduction: 2005 Gérard Blua
    • 2005Léon Bloy, Exégèse des lieux communs
    • 2005Dan Damaschin, Les prières des peintres
    • 2006Gabriel Stănescu, Paysage avec mémoire
    • 2006Jacques Jouet, Poèmes de metro
    • 2006Tristan Janco, Mémoires de la Shoah
    • 2007Andrei Zanca, Improvisation pour la marche sur l’eau
    • 2008Yvon Le Men, Besoin de poème

    ** Quelques livres sur la Roumanie :

    9782070370870.gif

    La Nuit bengali

    Mircea Eliade

    Allan, jeune ingénieur européen, travaille aux Indes. Son chef, un Bengali, l'admet dans sa famille et veut l'adopter. Mais un violent amour naît entre Allan et la fille de la maison, Maitreyi. Amour ... » 

    • Gallimard

    Mes parts

    Panaït Istrati

    Gamin dans une petite ville roumaine le long du Danube, le narrateur rêve d'aventures et d'horizons lointains. Curieux et débrouillard, il découvre le monde à travers son D...

    • Roman | poche | Gallimard | mai 2005

    Terre des affranchis

    Liliana Lazar

    Dans la forêt moldave, les légendes populaires prêtent d'étranges pouvoirs au lac de Slobozia. Victor Luca, un jeune homme aux pulsions meurtrières, vit là, dans cette Roumanie d'avant et après Ceause... » 

    • Roman| poche | Actes sud | janvier 2011

     

    Vos jours sont comps

    Miklos Banffy

    Le roman s'ouvre sur une fête dans un château des environs de Budapest.Il y a là un comte aux idées larges mais qui n'imagine pas vivre un jour privé de ses privilèges, une beauté mal mariée en peine ... » 

    • Roman|broché |Phebus | janvier 2010

    Les chardons du Baragan

    Panaït Istrati

    Écrit en 1928, Les Chardons du Baragan est l'une des œuvres les plus magistralement composées de Panaït Istrati, et sans doute l'une de celles qui expose le mieux les condition... » 

    • Roman | broché | Grasset | avril 2003

    Le grand dépotoir

    Eugen Barbu

    Le personnage principal de ce roman est une vaste décharge creusée à la lisière de Bucarest. Au cours des années 1920, la zone se peuple de chiffonniers, de Gitans, de colporteurs, de cheminots, d'ivr... » 

    • Roman|broché | Denoël | novembre 2012

    La croisade des enfants

    Florina Ilis

    • Roman|broché | Des Syrtes Eds | décembre 2010

    Radu Aldulescu

    • Roman|broché | Des Syrtes Eds | mars 2013

    La Vingt-cinquième heure

    Virgil Gheorghiu

    Un homme, Iohann Moritz, décrété juif sur une simple dénonciation, incarcéré, est ensuite reconnu non seulement aryen mais membre de la race la plus pure...

     

    Situation provisoire

    Gabriela Adamesteanu

    • Roman|broché | Gallimard | mars 2013

     

     

    9782845451759.jpg

     

    En attendant l'heure d'aps

    Dinu Pillat

    • Roman|broché | Des Syrtes Eds | janvier 2013

    Les lapins ne meurent pas

    Savatie Bastovoi

    Sur un air de simplicité trompeuse, ce roman raconte une enfance soviétique, celle du petit Sasha, dix ans, qui grandit entre aveuglement idéologique et éveil sensuel et bucolique dans lexaltation de... » 

    • Roman|broché | Chambon Jacqueline | décembre 2011

    Dernière nuit d'amour, première nuit de guerre

    Camil Petrescu

    En résumé :   Ecouter un extrait lu par Xavier Clion, de la compagnie Eulalie (fichier MP3)...

    • Roman|broché | Des Syrtes Eds | janvier 2007

    Pourquoi nous aimons les femmes

    Mircea Cartarescu

    • Roman|broché | Denoël | mai 2008

    Le vin de longue vie

    N. D. Cocea

    Dans ce texte à caractère initiatique, cet hymne à la vie où domine lâme du vin et de la terre , la passion fulgurante de Manole - noble vieillard doté dune mystérieuse longévité - pour Rada la tzig... »

    • Roman|broché | Cambourakis | novembre 2012
    Poésieen langue roumaine
    Partager cet article
    Repost0
    20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 13:49

    images-copie-28.jpeg    (C) Julien Pouget et le street art.  (C) J.Pouget créations

     

        * Julien Pouget vient d'être accepté comme artiste en résidence à Paris, à la Fondation Cartier.

    Julien Pouget a de l'encre dans le sang comme d'autres ont la musique dans
    l'âme. Les notes de sa partition, ce sont ces grands fonds monochromes sur
    lesquels s'exprime sa baguette de chef d'orchestre. Très tôt, Julien Pouget
    est passé de la matière picturale - écoles des Beaux-Arts de Bordeaux et de Lyon
    - à la pierre angulaire des cathédrales comme compagnon du devoir, et de la
    pierre taillée aux angles parfaitement droits mais aux motifs tout en courbes et rondeurs, aux entrelacs d'une peinture..

     

    • Julien Pouget, entre l'art celtique et Keith Haring

     

    julien-pouget-lart-celtique-keith-haring-L-xiPby9.png

    Voici un entretien réalisé par Laurence (la "petite niçoise" du blog ArtDeco-Online.com ) avec l'artiste Julien Pouget. Alors qu'il avait déjà du succès en exposant ses oeuvres à de nombreuses occasions, l'internet lui a permis d'élargir encore ses horizons et d'exposer prochainement partout dans le monde. Découvrons comment il en est arrivé là...

    1- Julien,pourrais-tu nous psenter ton travail d'artiste et nous expliquer ton parcours?

    Très tôt, Je suis passé de la matière picturale - écoles des Beaux-Arts de Bordeaux et de Lyon à la pierre angulaire des cathédrales comme compagnon du devoir, et de la pierre taillée aux angles parfaitement droits mais aux motifs tout en courbes et rondeurs, aux entrelacs d'une peinture qui puise son inspiration dans l'art celtique  et les pictogrammes de Keith Haring. Ma matière première, je la crée à partir de minéraux, de pigments naturels, d'acrylique et d'encre de chine.

    2- Tu utilises souvent des animaux dans tes œuvres, pourquoi ce choix?

    Ma première inspiration provient de l' art celte. La culture celtique s' est développée en harmonie avec la nature, comme toute culture ancestrale. Voilà comment l' animal s' est retrouvé fixé sur mes créations. Mes ours, taureaux, ibis et autres éléphants ont conquis les publics de l'International Contemporary Art Festival de Gozo sur lle de Malte en 2010 et de la galerie Kazarts l'été 2010 à Canet-en-Roussillon dans le sud de la France, entre autres expositions à Besançon, Strasbourg, Berlin et Prague, cette dernière ville dont je suis tombé amoureux de l'architecture et de son grand illustrateur de l'art nouveau, le peintre tchèque Alfons Mucha.

    3- Tu as un site Internet http://www.julien-pouget.com/, depuis quand existe-t-il et dans quel but l'as-tu créé?

    Mon site http://www.julien-pouget.com existe depuis 7 mois, je l'ai créé comme une vitrine ouverte sur le monde. Puis dans les mois prochains, j' y vendrai mes créations, même si pour le moment j'aime bien vendre durant mes expositions.

    4- A part ton site, quels sont les autres outils que tu utilises sur Internet pour te faire connaître?

    J' utilise aussi Facebook pour partager mon univers artistique et depuis 2 semaines, j' y ai créé une page fan: http://www.facebook.com/pages/Creations-de-Julien-Pouget/106557602747985#!/pages/Creations-de-Julien-Pouget/106557602747985. J' y poste fréquemment des nouvelles œuvres.

    5- Arrives-tu à estimer le retour de ta psence en ligne et es-tu satisfait de l'utilisation du web pour te promouvoir?

    Oui ma présence sur le web m' apporte beaucoup, on me propose de plus en plus des projets futurs ou  expositions partout dans le monde.

    6- Aurais-tu un exemple d'une action de promotion en ligne réussie?

    Dernièrement, on m a proposé un circuit Expo: en Irlande, Grande Bretagne et au Luxembourg. Pour moi, ça a été une belle surprise !!!

    7- Quelle différence fais-tu entre ton utilisation d'une communication "classique" et celle que t'offre le net?

    L' avantage du net est l'ouverture sur le monde. Par exemple, ce n' est pas en restant à Perpignan que l'on m' aurait proposé d' exposer en Irlande! Le web offre un panel de contacts beaucoup plus accessibles.

    8- As-tu déjà envisagé de vendre des reproductions de tes tableaux ? Que penses-tu de cet outil en terme de promotion?

    J' avais déjà imprimé des posters de mes créations. Je veux que mon art soit accessible à tous les prix.Tout le monde n' a pas les moyens de s' offrir une toile unique...

    (C)  Jeangerard : on espère le retrouver très rapidement sur Repro-tableaux.com

     

    En savoir plus sur http://www.paperblog.fr/3883362/julien-pouget-entre-l-art-celtique-et-keith-haring/#I4EB7ERXc3JuX7BJ.99 

    Partager cet article
    Repost0

    Présentation

    • : Le blogabonnel
    • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
    • Contact

    Profil

    • leblogabonnel
    • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
    • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

    Recherche

    Liens