Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 23:49

2013-03-13-17.55.39.jpg  2013-03-13-17.56.42.jpg (C) Teresa Rebull)

 

2013-03-13-17.56.55.jpg          Tout le monde connaît désormais la ville-frontière de La Jonquera, en Catalogne : un haut lieu du marché du sexe, c'est-à-dire un bas lieu de la misère des corps...

 

On sait moins que ce village longiligne est surtout un lieu de culture; avec le Musée de l'exil, la guerre d'Espagne et la Retirada ont gagné une mémoire, grâce aux expositions et événements qui s'y déroulent. Et point de départ du circuit des "routes de l'exil", en passant par Agullana ou La Vajol, jusqu'aux camps du littoral roussillonnais. 

 

Lieu de mort, direz-vous ? De morts, de souvenirs, de tout un passé de souffrance et d'exode, certes, derrière la lourde façade d'acier du musée de la "carrer major", ou rue principale...

 

Mais je ne ne voulais pas parler de mort, mais de vie, c'est-à-dire des "natures mortes" de Teresa Rebull, qui, ô paradoxe, sont des natures vives, vivantes, enthousiasmantes ! Ce motif éternel de la peinture, ce genre de la "nature-morte", pratiqué par les plus grands artistes, est traité ici, avec les outils fauves de la lumière et les constructions spatiales du cubisme. Avec le respect ardu des volumes. Dans la mise-en-scène discrète du tableau... 

 

Mariage voluptueux, pleinement réussi, sous l'oeil du Maître d'Aix, à l'origine de la peinture moderne : le vénérable Cézanne...

 

Teresa la grande dame, comme on aime la qualifier avec amour et admiration, pour son parcours musical et politique, "àvia de la Nova Canço" et "Creu de Saint Jordi 1992", a sorti de sa cave picturale des bouteilles et des verres vides, mais remplis de couleurs, à boire avec les yeux. Et les fruits multicolores, poires, figues, raisins, grenades, dans un équilibre parfait, dans une harmonie d'une classique beauté.. Et, bien sûr, la pomme de Paul, à croquer, que le spectateur a envie de toucher, avant de la conserver dans un coin de son imaginaire...

 

      La dévorer, la pomme, sans penser à Pascal, le triste, qui n'y voyait qu'une "vanité"... Non, restons avec Cézanne : "Avec une pomme, je veux étonner Paris." 

 

Restons avec Teresa, qui nous étonne avec sa pomme ..! 

 

Les poivrons sont rouges et les aubergines matissiennes, sous un décor bleuté, qui ouvre l'horizon de la toile. En effet, la "nature morte" tend le plus souvent à un enfermement de la peinture; avec Teresa Rebull, les teintes et les fruits méditerranéens offrent des perspectives sur le territoire catalan... privilégié encore dans les paysages grecs de Banyuls aux collines et terrasses à l'inénarrable beauté... 

 

Beauté et sensualité sont visibles encore avec ces corps longs et dénudés, que la proximité des croquis noirs et tragiques du camp de concentration de Rivesaltes n'arrive pas à estomper. Il s'agit là d'une exposition comme une rétrospective des divers motifs abordés par T. Rebull, en un lieu un peu trop retiré, hélas, en marge des "passages" touristiques et mercantiles.

 

Une exposition à la frontière. Comme en exil... 

(texte et photos : Jean-Pierre Bonnel)

 

*Exposition "Paletes" per la diversitat, Centre culturel de l'Albera "Can Laporta", jusqu'au 15 mars 2013, entrée (libre) au numéro 2 de la rue principale "carrer Major" - tél. 972 555 258 - horaires : de 17 à 19 heures.

2013-03-13-17.57.29.jpg

2013-03-13-17.59.41.jpg

Partager cet article
Repost0
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 13:17

affiche.jpg * La Troupe du Franc Théâtre- C'est un mois très théâtral que le mois de mars....A Port Vendres mais aussi au Boulou, à Saint Estève.......vous avez le choix  !

 

Jeudi 14 au théâtre de l'étang à Saint Estève 

       Huis Clos à 20h30  (avec Le Franc Théâtre)

On ne présente plus Sartre ... Mais venez vous faire votre opinion 

si vraiment  "L'enfer c'est les autres..."

 

Dimanche 24 mars au Vauban à Port Vendres

      Le Bourgeois Gentihomme  à 17h30

Comédie ballet de Molière à ne pas manquer (avec Le Théâtre Des Quatre Saisons)

      Entrée : 500 Pistoles...pardon : 8

 

Samedi 30 mars au Boulou

     On purge Bébé  à 20h30 (avec Le Franc Théâtre)

 Feydeau revisite l'entente conjugale et l'Enfant Roi !

 

** Affiche_-SOUS-LE-SOLEIL-DE-FRIEDA.jpg Hanna FIEDRICH au Théâtre de la RENCONTRE, à Perpignan, samedi 16 mars à 20h30 et dimanche 17 à 17h. (10 euros)

"Sous le soleil de Frieda "  - Tragi-comédie de et avec Hanna Fiedrich   

Mise en scène: Georges Pawloff

Création son et lumières : Benjamin Villanti et Manelle Gérard 

 

Théâtre de la Rencontre  

31 rue des romarins  Perpignan  04 68 55 54 07

 

***carton-DEZEUZE-VERSO-.jpg

 

exposition de

DANIEL DEZEUZE

"Le chant des oiseaux"

le jeudi 14 mars 2013 à 19h en présence de l'artiste.

 

L'isba /art contemporain

Isabelle Bagnouls

Sophie Phéline

19, avenue des Palmiers

66000 Perpignan

www.lisba.fr / lisba66@gmail.com  /+ 33 (0)4 68 59 41 18  images-copie-26.jpeg

 

 

 

      Après une jeunesse montpelliéraine, Daniel Dezeuze fait des études d’espagnol tout en fréquentant comme élève libre l’École des beaux-arts de Montpellier. Son père, l'artiste peintre Georges Dezeuze, lui enseigne les bases du métier. À 20 ans, il assure la direction d’une Alliance française en Espagne dans les Asturies en 1962-63.

En 1964-65, il obtient une bourse d'études du Mexique pour l’université de Mexico (département d’architecture et d’urbanisme) et visite ensuite la côte Est des États-Unis. Il découvre alors la peinture américaine dans sa réalité même et non au travers de reproductions.

Il effectue son service militaire comme coopérant à Toronto (Canada). De retour en France, il s'installe à Paris en 1967. En 1970, il soutient une thèse en littérature comparée, consacrée au poète Vicente Huidobro.

Les années Supports/SurfacesSa fameuse œuvre de 1967 intitulée Châssis avec feuille de plastique tendue permet de mieux comprendre les préoccupations du groupe Supports/Surfaces. Membre fondateur du groupe en 1969, Dezeuze participe, de 1970 à 1972, à de nombreuses expositions collectives dont celle au Musée d’art moderne de la Ville de Paris en 1970.
Après Supports/SurfacesDe 1977 à 2002, Dezeuze enseigne à l’École des beaux-arts de Montpellier.

En 1987, il séjourne pour la première fois en République populaire de Chine et y expose.

En 1998 a lieu une importante rétrospective de son œuvre au Carré d'art à Nîmes.

Quelques œuvres:Sans titre, 1977, bois de placage teinté et agrafé, 770 x 82,5 cm, Musée d'art de Toulon
GaleriesÀ partir de 1971 et jusqu’en 1991, Daniel Dezeuze expose à la galerie Yvon Lambert (Paris).

Depuis 1999, il est représenté par la galerie Daniel Templon (Paris).

Expositions personnelles

1997 :Maison populaire, Montreuil - Galerie d'art contemporain, Auvers-sur-Oise - Vasistas Galerie, Montpellier

  • 1998 : Carré d'Art, musée d'art contemporain, Nîmes
  • 1999 : Galerie Daniel Templon, Paris
  • 2001 : La Chaufferie et musée d'art moderne et contemporain, Strasbourg
  • 2002 :
    • Galerie Daniel Templon, Paris
    • Galerie John Dekkers, La Haye (Pays-Bas)
  • 2003 :
    • Galerie Fernand Léger (Credac), Ivry-sur-Seine
    • FRAC Bourgogne, Dijon
    • Espace d'art contemporain du domaine départemental du Château d'O, Montpellier
  • 2005 : Espace d'art contemporain Gustave FavetSérignan
  • 2006 : « Armes et Scènes de guerre », château de Salses (66), dépôt permanent
  • 2007 :
    • Galerie Hambursin-Boisanté, Montpellier
    • Casa de Francia, Mexico (Mexique)
    • Granville Gallery (Normandie)
  • 2009 :
    • « Œuvres de voyage, Mexico-Toronto 1964/1967 », galerie Hambursin-Boisanté, Montpellier
    • Musée Fabre, Montpellier
  • 2012 :
    • Maison des Arts, Bages d'Aude
Partager cet article
Repost0
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 14:44

beton.jpg (C) Jean-Pierre Bonnel

 

** CINEMAGINAIRE :


Mardi 12 mars à 14 h 30 - Cinéma Vautier - 66  Elne

Le Ciné des  Aînés présenté par les  Amis du Vautier, chaque deuxième mardi du mois

Formule du Ciné des Aînés : séance ouverte à tous, jeunes et moins jeunes, clôturée par un goûter offert par la ville d’Elne 

Tu honoreras ta mère et ta mère

Film de Brigitte Roüan (Fra/Lux/Belg 2012 1h20) avec Nicole Garcia, Eric Caravaca, Patrick Mille

Promenade fantasque dans le cerveau névrosé d’une mère de famille. Une comédie délirante et agitée. LES INROCKS- Brigitte Roüan installe une famille composée-recomposée en pleine hystérie collective sur une île grecque. LIBERATION - Tarif : 5   euros

 

Vendredi 15 mars à 14 h 30 - Cinéma Vautier - 66  Elne

L’association LGBT66 (Association Lesbiennes Gays Bi et Trans des Pyrénées-Orientales) présente Les Grandes et Belles Toiles avec le film

Hors les murs : Film de David Lambert (France/Belgique/Canada 2012 1h35) avec G. Gouix, M. Malliarakis, Mélissa Désormeaux-Poulin

Paulo, un jeune pianiste, rencontre Ilir, un bassiste d’origine albanaise. Aussitôt, c’est le coup de foudre. Du jour au lendemain, Paulo quitte sa fiancée pour s’installer chez Ilir. Le jour où ils se promettent de s’aimer pour la vie, Ilir quitte la ville et ne revient plus.

Projection suivie d’un débat et d’un pot de l’amitié.

Tarif : 5   euros

 

Samedi 16 mars à 14 h 30

Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer 

Les Ciné-Conférences CONNAISSANCE DU MONDE, s'inscrivent dans une longue tradition de l'exploration française dans le Monde. La rencontre du public avec l'explorateur venu commenter son film, constitue le coeur du concept des Ciné-Conférences.

Pérou-Chili

Film de Hadrien Crampette

Tarif :  6  euros

 

Samedi 16 mars à 14 h 30

Cinéma Vautier - 66  Elne - Séance exceptionnelle

Un siècle d'histoire à Elne - Film de Bernard Arnaud (France 2012 Kalimago Films) - Tarif : 5   euros

 

Mardi 19 mars à 20 h 30

Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer    

Le Groupement National des Cinémas de Recherche présente

Cette proposition régulière prend place au Cinéma Jaurès chaque dernier ou avant-dernier mardi du mois. Chaque séance sera accompagnée, et un "bonus" (comme on dit pour les DVD) suivra la projection du film et viendra aussi nourrir la conversation.

La poussière du temps - Film de Théo Angelopoulos (Fr/Rus/Gr/Ital 2012 2h05 VO) avec Willem Dafoe, Bruno Ganz, Michel Piccoli

ll s'agit d'une saga épique familiale dans la fin du xxe siècle. Un réalisateur américain d'origine grecque réalise un film qui raconte l'histoire de ses parents. Le récit nous emmène en Italie, en Allemagne, en Russie, en Ouzbékistan, au Canada et aux États-Unis. Le personnage principal est Eleni. C'est en même temps un voyage à travers la vaste histoire et les événements des cinquante dernières années. La poussière du temps trouble les mémoires.Mercredi  20 marsà 21 h                 nouvelle saison 2012 - 2013 !

Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer

et

Vendredi 29 mars à 18 h 30

Cinéma Vautier - 66  Elne

Cinemaginaire présente MIREM CATALA, un cycle de films en version originale en catalan et sous titres français

Els nens salvatges

Film de Patricia Ferreira (Barcelone 2011 1h40) 

La plupart des parents aiment leurs enfants et s’en occupent, mais ils ont tendance à oublier combien la transition de l’enfance à l’âge adulte peut être difficile. Alex, Gabi et Oki sont trois adolescents perdus dans la grande ville. Comme d’autres, leur occupation consiste à tromper l’ennui en buvant, en se battant ou en taguant... Rien ne pouvait leur laisser présager, cependant, des conséquences terribles que leurs actes finiraient par avoir sur leur entourage.

Tarif : 4 euros

 

Jeudi 21 mars à 20 h 30      En présence du réalisateur      

Cinéma Vautier - 66  Elne

Le Collectif Anti-Pesticides 66 accueille Marie-Monique Robin pour son film

Les moissons du futur

Film de Marie-Monique Robin (France,2012, 1 h 36)

Après Le Monde selon Monsanto et Notre poison quotidien, Marie-Monique Robin enquête sur les méthodes de l'agroécologie dans différents points du globe. Un film plein d'espoir sur les solutions possibles à la crise alimentaire.

Tarif : 4 euros

 

Samedi 23 mars à 19 h 

Cinéma Vautier - 66  Elne

Dans le cadre du Printemps des Poètes, le Pôle Culture de la Mairie d'Elne présente en partenariat avec Cinémaginaire une soirée AUTOUR DE NERUDA :

à 19 h

Pablo Neruda

Film documentaire de  Amalia Escriva (France 1998 45')

Amalia Escriva a choisi de tirer le fil rouge du film à partir de l'autobiographie inachevée du poète, "J'avoue que j'ai vécu". Le film s'articule autour de quatre périodes de la vie de Neruda correspondant à quatre lieux géographiques ; ces moments forts sont rythmés par les poèmes de jeunesse, les poèmes engagés de la guerre d'Espagne et les œuvres plus contemplatives de la fin de sa vie.

suivi d'une pause gourmande

à 20 h 30

Le facteur

Film de  Michael Radford (R.U/Italie/France 1995 1 h 45) avec Philippe Noiret

Un jeune facteur italien quasiment illettré découvre le pouvoir des mots en compagnie de Pablo Neruda. Une fable initiatique qui allie simplicité et beauté, nostalgie et sincérité, où la poésie devient mode de vie. 

Tarif : 8 euros

 

Jeudi 28 mars à 19h

Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer    

Le Collectif Anti-Pesticides 66, en partenariat avec Cinémaginaire, présente le film 

Des abeilles et des hommes

Film de Markus Imhoof  (France/Belgique/Canada 2012 1h35) avec Charles Berling, Robert Hunger-Buhler

Entre 50 et 90% des abeilles ont disparu depuis quinze ans. Cette épidémie, d’une violence et d’une ampleur phénoménale, est en train de se propager de ruche en ruche sur toute la planète. Partout, le même scénario : par milliards, les abeilles quittent leurs ruches pour ne plus y revenir. Aucun cadavre à proximité. Aucun prédateur visible. 

Tarif : 4  euros

 

***CinéMoi : Bibliothèque de Port-BOU : 

Passages of Contemporary Culture

Press Passages

 

Juan Goytisolo, “El crimen fue en Portbou”, El País, 05-08-1084

Narciso Alba, “El demonio no, la Gestapo. Precisiones a un libro de Lisa Fittko sobre la muerte de Walter Benjamin”, Quimera, n. 81, 1988

Pilar Parcerisas, “Portbou. Benjamin. Karavan”, Avui, 26-09-1993

Pilar Parcerisas, “Portbou, panteó Walter Benjamin”, Avui, 26-09-1996  

Moisès de Pablo, “La mort d’un filòsof. Benjamin a Portbou”, Serra d’Or, març 2000

Bruno Arpaia, L’última frontera comentat per Isaac Fernández Sanvisens, “Benjamin Walter”, Avui, 2000.

Enrique Vila-Matas, “Ser extranjero siempre”, Contracorrientes, 2000

Felix de Azúa, “Cada vez más crecidos”,  El País, 17-07-2000
http://www.elpais.com/articulo/opinion/vez/crecidos/elpepiopi/20100717elpepiopi_4/Tes

Stuart Jeffries, “Did Stalin's killers liquidate Walter Benjamin?”, The Observer, 08-07-2001
http://www.guardian.co.uk/world/2001/jul/08/humanities.internationaleducationnews

Eva Vázquez, “Els no-llocs”, El Punt, 04-03-2002

Eduardo Arroyo, “El trío Calaveras”, El Cultural, 10-04-2003
http://www.elcultural.es/version_papel/LETRAS/6813/El_Trio_Calaveras

Jean-Pierre Bonnel, "Antonio Machado et Walter Benjamin, deus destins à la frontière", Les Presses Littéraires, 2005

Rafael Rojas, “Benjamin no llegó a La Habana”, El País, 04-07-2006

José M. de Luelmo, “El principio era el fin: tras las huellas de Walter Benjamin“, Cuadernos del Minotauro, n. 3, 2006

Jeremy Harding, “Through the Trapdoor”, London Review of Books, 19-07-2007
http://www.lrb.co.uk/v29/n14/jeremy-harding/through-the-trapdoor

Rosemary Sullivan. “Villa Air-Bel. Cómo los intelectuales escaparon del nazismo”, El Cultural, 21-02-2008
http://www.elcultural.es/version_papel/LETRAS/22485/Villa_Air-Bel_Como_los_intelectuales_europeos_escaparon_del_nazismo

Enzo Traverso, "El segle XXI és el de l'eclipsi de la utopia" El Punt, 26-09-2009
http://www.elpunt.cat/noticia/article/5-cultura/19-cultura/85228-lel-segle-xxi-es-el-de-leclipsi-de-la-utopiar.html

Enrique Vila Matas, “El fondo eterno (Walter Benjamin)”, El País, Babelia, 18-09-2010
http://www.enriquevilamatas.com/textos/relbenjamin1.html

Manuel Reyes Mate, “Homenaje a un derrotado”, El Periódico de Catalunya, 13-10-2010
http://www.elperiodico.com/es/noticias/opinion/20101013/portbou-lugar-memoria/530402.shtml

Marià Veloy, “W. Benjamin. Com un intrús”,  Avui, 23-09-2010

Albert Lladó, “A Portbou, en busca de Walter Benjamin”,  La Vanguardia, 30-01-2011
http://www.lavanguardia.es/cultura/20110121/54104758304/a-portbou-en-busca-de-walter-benjamin.html

Partager cet article
Repost0
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 16:30

Blogs de Catalogne

 

Le blog de Rosario Duarte da Costa

120x90-cz5t.jpg

Ce Blog est un lieu de Culture ayant l'esprit interculturel. Il se nourrit de Prose et Poésie Lusophone, Francophone, et hispanique... Il Informe sur les grands sujets,dans un objectif d'échange,

Par Rosario Duarte da Costa participant aux communautés : Le Sarmiento, Les chroniques de la meute, Virtuoses & cie

 

 

Le blog de Poulbot.66

Mamie au foyer, ce blog est dédié aux plantes et animaux de mon jardin, la Catalogne, mes humeurs....etc

Par Poulbot.66 participant aux communautés : un p'tit coin de paradis, les amoureux de la nature, ~ Au Fil du Temps ~

 

 

 Photos Pyrénées Orientales : mes plus belles…

120x90-cz5t_1.jpg

Avec " Photo Pyrénées Orientales " , partez à la découverte de nos villages les plus pittoresques , et des richesses cachées de notre patrimoine. Laissez vous donc guider et visitez notre terre

Par Nicolas Dunyach participant à la communauté : Photos Pyrénées

 

 

Le blog de book catalogne

120x90-cz5t_2.jpg

Journaliste et DA je travaille à Paris pendant près de 20 ans dans la presse hebdomadaire. Catalane de coeur née à Perpignan, je retourne à mes racines.Aujourd'hui, spécialisée dans le web et la

Par book catalogne participant aux communautés : catalogne nord et sud, Pyrénées Orientales, Catalogne nord et sud

 

 

Le blogabonnel

Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.

Par leblogabonnel participant à la communauté : Catalogne


 

 

Blog des peuples en lutte

Actualité des Luttes de Libération nationale. Ce blog est affilié au Forum des peuples en Lutte.

Par FPL participant à la communauté : Peuples en lutte


 

Carnets Nomades

120x90-cz5t_3.jpg

Le récit en photos et bavardages de nos voyages,en Roumanie, Bulgarie Slovaquie, Ouzbékistan, Ukraine & Crimée, Maroc. Et notre voyage de 12 mois en Amérique du Sud.

Par Catherine & Gilbert participant aux communautés : Le Sarmiento, images du monde, Carnets-de-voyages


 

 

Voyages hors des sentiers battus de Voyageur78

Les voyages en 4*4 d'un couple qui privilégie le "hors route". 25 ans de voyages en famille et maintenant à deux avec une préférence pour : les déserts qu'ils soient chauds ou froids ... les points

Par voyageur78s participant aux communautés : Voyages et Découvertes, Voyage,découverte du Monde


 

 

Peindre en Catalogne, le blog d'un artiste

Ce blog vous présente au jour le jour mon activité de peintre-dessinateur. Mon domaine de prédilection est le paysage, et mon sujet préféré, la région où j'habite et suis né, la Catalogne.

Par Stéphane Gauze participant aux communautés : Liberté photo et picturale, Peintres et photographes, Voyages


 

 

Corrida prou !

Je suis très engagée dans la Lutte pour l'Abolition de la Corrida et la protection des animaux, car je ne supporte pas les souffrances affreuses que les hommes font subir à des animaux innocents. Ce

Par Corrida Prou participant aux communautés : objectif Nord, BLOGS, en parler ..., VOTRE ACTUALITE A LA UNE !


 

 

Balades en Pyrénées

Des topos de randos et de bons conseils pour découvrir des coins des Pyrénées

Par baladesenpyrenees


 

 

Comité Départemental de cyclisme des Pyrénées…

Le Comité Départemental de cyclisme des Pyrénées Orientales a pour objet d’encourager, de développer et d’organiser dans le cadre de son territoire, le cyclisme sous toutes ses formes. Sa durée est i

Par un blogueur


 

 

Paysages du Roussillon

Site de présentation de peintures à l'huile ayant pour thèmes les paysages de Catalogne : la Mediterranée, le Canigou, le Port de Collioure, un mas en Roussillon, la Cote Vermeille ... Prochaines

Par Simone Bodiot


 

 

Scouts de Perpignan - Scouts Sant Jordi - Groupe

Site des Scouts Sant Jordi : louveteaux, louvettes, scouts, guides, routiers, guides aînées à Perpignan et dans les Pyrénées-Orientales / Scouts Perpignan / Scoutisme Perpignan / Web dels Escoltes

Par President


 

 

Hasta la proxima...à Barcelona

Humeurs et commentaires d'une française à Barcelone

Par Dine

 

 

 

Au pays de la Taballera et du Cap de Creus

120x90-cz5t_4.jpg

"Blog" des amis du pays de Taballera, au Cap de Creus. Une vraie "auberge espagnole" catalane... pour y passer des vacances inoubliables!

Par Pierre


 

 

Des tours et chemins

Bienvenue sur le site "des tours et chemins". Il vous propose des descriptions d'itinéraires de balades à pied, en France et ailleurs. Les chemins peuvent être balisés ou non. Toutes les informations

Par Des tours et chemins

 

** catalogne-sans-frontieres.123siteweb.fr

***Perpignan le dimanche : http://perpignan-le-dimanche.over-blog.com/

***Liste non exhaustive : merci de m'envoyer vos adresses!

Partager cet article
Repost0
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 22:41

images-copie-25.jpeg Jojo Pous aux Templiers, parmi son musée imaginaire...

"La Fondation RENE POUS a pour vocation de perpétuer la mémoire du grand mécène que fut René POUS en présentant au public les œuvres de maîtres de sa magnifique collection de peintures, dessins, gravures, affiches et sculptures, de diffuser la connaissance artistique et d’apporter son soutien à la création contemporaine.


Elle a son siège depuis juillet 1989 à AUTERIVE, dans les locaux de grande dimension construits dans la tradition régionale.
La famille POUS, propriétaire de l’Hostellerie Les Templiers à Collioure a toujours abrité et protégé les artistes de cette capitale de l’Art où sont passés ou ont demeuré les peintures, compositeurs, écrivains, les plus célèbres du monde entier."

Fernand Roux - 05.61.08.34.03

FONDATION RENÉ POUS 

"Les Escloupiès"

Route de Grépiac

31190 Auterive

05.61.08.34.03

contact@fondationpous.org

http://www.fondationpous.org

Un musée aux champs

Entre Auterive et Grépiac, si le cœur vous en dit, la Fondation René Pous, située au lieu dit »les Escloupiès »vous accueille pour une visite, au fil des cimaises. Dans ce musée, tout près des champs, vous découvrirez une partie de la très belle collection particulière de la famille Pous de Collioure. Elle a reçu, dans son hostellerie, au début du siècle dernier, des peintres , qui, à lépoque, peu fortunés, lui laissaient en guise de remerciements pour son accueil, des peintures. Se sont ainsi succédés Matisse, Dali, Picasso, Giner, Mucha, Perrot et bien dautresLeurs dons ainsi que lachat par la famille de nombreuses toiles lui ont ainsi permis dêtre, par la suite, à la tête dune collection de renom. Si vous passez par Collioure, lHôtellerie des templiers est actuellement tenue par Jo Pous, le fils du célèbre mécène et par sa fille Mané. Fernand Roux, le créateur de la fondation René Pous, ami aussi de la famille , a ainsi délocalisé une partie de la collection, en accord avec la famille, collection que vous pouvez admirer désormais à la Fondation.


Des visites gratuites et commentées

Les visites sont gratuites et commentées, sur rendez-vous. Marie-Odile Peter, muse de lartiste peintre Fernand Roux vous guidera au fil des salles et au fil des toiles, agrémentant la visite de savoureuses anecdotes. Cette fondation, ouverte toute lannée, reçoit des groupes et des particuliers, des écoliers, des ateliers dart, des touristes Chaque mois, se succèdent des activités parallèles aux visites : expositions personnelles ou de groupes, conférences, visites de musées, voyages et de mi-novembre à mi-décembre la Fondation organise un Salon dAutomne ouvert aux peintres, sculpteurs, français et étrangers ainsi quaux jeunes artistes désireux de se faire connaître.

 

 

Historique

" Loin des feux de la grande ville, il est très étonnant de trouver sur une petite route des bords de I'Ariège, un haut lieu culturel de la peinture : le musée de la fondation René-Pous.

Voulez-vous savourer un Don Quichotte de Dali ? La pureté d'un profil de Cocteau ? Retrouver Dufy, Brayer ? Il y a les beaux portraits de Grandidier. Matisse aux côtés de Balbino Giner ou Carzou qui côtoie René Aspe. La liste est vraiment très longue. Mais pas avant de dire que ce lieu a une Ame : celle de Fernand Roux. Ici fut sa demeure. Ici vit la fondation René-Pous. Normal alors de rencontrer aux détours de la visite, de nombreuses oeuvres de ce grand peintre : nus, en sanguines, au dessin linéaire où I'on sent qu'il fut I'ami de Matisse. Paysages, en peintures vigoureuses, construites et éclairées, corridas très psentes, en différentes manières."

Elfie DESSORT.

"L'Hostellerie des Templiers à Collioure est une véritable institution, connue pour avoir hébergé les peintres, compositeurs et écrivains qui venaient chercher l'inspiration dans ce charmant petit port catalan (en particulier durant la guerre d'Espagne).
Pro
priétaire de l'hôtel, René POUS les a bien connus et, en mécène autodidacte, a collectionné plus de deux mille toiles parmi lesquelles on relève les plus grands noms de l'art moderne (Dali, Derain, Maillol, Cocteau, Chagall, Picasso, Matisse, etc.)."
Les Guides de Charmes

 

René Pous à la terrasse de l'Hostellerie des Templiers

 

Fernand ROUX, élève et ami de Henri MATISSE, a habi

Collioure quelques années, séduit par la couleur des paysages de ce petit port de pêche. Il a naturellement fréquenté la famille POUS, qui est devenu son ami. Revenu plus tard dans la région toulousaine, Fernand ROUX lui a proposé de créer et d'héberger une Fondation de peinture qui serait le prolongement de l'hostellerie des Templiers. Aujourd'hui, c'est Marie-Odile PETER la compagne du peintre durant 30 ans, qui perpétue leur mémoire en faisant visiter cette fondation (gratuitement, mais, sur rendez-vous).

COLLIOURE, rendez-vous des artistes

Pourquoi tant d'artistes se sont retrouvés à Collioure?

COLLIOURE a repsenté pour les artistes peintres et les sculpteurs, durant la première moitié du XXème siècle, ce qu'a été dans les années 1960-1980 Saint TROPEZ pour les artistes de cinéma et le show business. Il fallait s'y faire voir, et y être reconnu.

Collioure est situé tout ps de la frontière espagnole, et durant la guerre d'Espagne, beaucoup d'artistes catalans y ont trouvé refuge, lorsque la "guardia civil" se faisait trop pressante.
Enf
in Collioure possède aux dires de tous des artistes, une "couleur" inimitable.

Peu avant 1900, la famille POUS acquiert et exploite un café bordant le Douy, face au château des Templiers (actuel Château Royal à Collioure)
Ce café
s'appelait le "Café des Sports".

 

 

En 1905, Matisse s'installe avec sa famille à l'auberge de Rosette, ps de la gare et y travaille jusqu'en 1914. Derain est déjà sur place et Maillol est à Banyuls il vient de quitter la tapisserie pour la sculpture.

 

Pendant que Mme Matisse et Mme Maillol font de la couture ensemble, Maillol psente Matisse et Derain à Monfreid.

De son côté, le jeune René POUS va à l'école avec le fils Matisse.

 

 

Maillol

Monfreid

 

 

En 1910, Henri-Jean-Guillaume MARTIN, toulousain, connu pour ses œuvres exposées au Capitole, habitait à Collioure la première maison de la rue Bellevue, la dernière étant celle du peintre Henri Marre (montalbanais d'origine)

Leurs œuvres se situant entre l'impressionnisme et le pointillisme.

Collioure par H. MARTIN

Henri MARRE

 

derain andré.jpg

Braque Georges.jpg

André DERAIN

Georges BRAQUE

 

En 1925, René POUS reprend le café des Sports.

En 1942, Fernand ROUX s'installe sur le port avec Sita, son épouse qui est la 3ème sœur des célèbres "Sœurs CARITA " qui ont tenu l'un des plus célèbre salon de coiffure parisien de l'époque.

Toujours en 1910, Picasso va travailler l'été à Cadaquès avec DERAIN et l'année suivante à Céret avec Georges BRAQUE (cubisme analytique).

Dans les mêmes années, Albert Marquet, l'ami fidèle de Matisse, habite lui aussi Collioure.

 

Albert MARQUET

 

En 1948, Dufy est également à Collioure.

A la fin de la 2ème guerre mondiale,
Le café de
s Sports devenu Hostellerie des Templiers fait également restaurant.
Tous les artistes de l'époque s'y retrouvent régulièrement.

De 1950 à 1952, Picasso installe sa famille à la Miranda, annexe de l'Hostellerie des Templiers.

 

 


 

De 1953 à 1957 Salvador DALI se rend fréquemment à Collioure où il retrouve l'ambiance de "fêtes" qu'il adore.

 

 

En 1950, Fernand Roux séjourne à Nice où vit son oncle, le coiffeur de Matisse.

Matisse (jusqu'à sa mort, en 1954) devint le mentor de Fernand ROUX durant toutes les dernières années de sa vie.

Henri MATISSE


 

 

 

"Les Escloupiès"
Route de Grépiac
31190 AU
TERIVE

 

Tél. : 05.61.08.34.03

 

Visite sur rendez-vous

 

Partager cet article
Repost0
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 10:42

colliore-par-descossy.jpeg Collioure, par Descossy -

 

   Camille DESCOSSY (1904/1980), exposition jusqu'au 17 mars, à l'Espace Bagouet, Esplanade, à Montpellier.

 

Dans le catalogue, des textes de Vincent Bioulès, ancien élève de Descossy, et de Numa Hambursin, commissaire de l'exposition et responsable artistique de l'espace Dominique Bagouet- 56 pages, six photographies.

 

 

L'Espace Dominique Bagouet, un nouveau lieu d'exposition temporaire pour explorer l'oeuvre des figures de l'art et du patrimoine régional, confié à Numa Hambursin.

 

Pour la première exposition programmée à l'occasion de la réouverture du lieu, la ville de Montpellier a choisi l'oeuvre de Camille Descossy, un peintre régional.

 

Camille Descossy est né en région Languedoc-Roussillon, plus précisément à Céret (Pyrénées-Orientales) en 1904.

Après un passage aux Beaux-Arts de Montpellier, où le peintre a pu rencontrer des figures comme Georges Dezeuze et Albert Dubout, Descossy est reçu aux Beaux-arts de Paris, ville où il expose dès 1926, au Grand Palais.

Camille Descossy est nommé professeur aux Beaux-Arts de Montpellier en 1939, avant den devenir directeur.

 

Il est une figure incontournable de la peinture régionale, explorant sans cesse les paysages de notre arrière-pays ou encore de la terre catalane qui le vit naître. Sa touche large et affirmée soutient une peinture dune grande rigueur.

 

expo-camille-descossy-1354287647-25823.jpg   Extrait de la biographie de C.Descossy, par  Jac ques Marmayou

 

Camille Descossy naît à Céret le 24 Mai 1904 et passe les dix premières années de sa vie à Prats de Mollo. Après un passage aux Beaux Arts de Montpellier, où il a connu Germaine Richier, Georges Dezeuze, Albert Dubout, C Descossy est reçu aux Beaux Arts de Paris et aux Arts Décoratifs, premier en première division il suit les cours de Cormon qui se prend de sympathie pour lui et qui apprécie, dans son néo-impressionnisme, une certaine liberté. C Descossy expose dès 1926, au Grand Palais puis à la Société Nationale des Beaux Arts, aux Indépendants et au Salon d’Automne.

 

A Paris , il se lie d’amitié avec Baranovski, ancien ami de Modigliani, puis avec Schuffenecker qui évoque pour lui le souvenir de Gauguin Joseph Delteil lui demande d’illustrer sa « Jeanne d’Arc »; puis il rencontre Achille Laugé qui lui dévoile ses pastels aux petits points. Il découvrira chez Paul Signac le fonds d’atelier de Seurat.. Nommé professeur aux Beaux Arts de Montpellier, il en devient directeur en 1939. 

 

Il va participer aux mouvements culturels de la région, en créant le Groupe Frédéric Bazille, puis plus tard le Groupe »Montpellier Sète » avec François Desnoyer et Gabriel Couderc. Suivra une série d’échanges fructueux avec Jean Hugo, Jean Lurçat, Albert Gleizes et, lors du Festival du Palais des rois de Majorque en 1951, il réalisera plusieurs décors. Sa participation, en 1953, en tant que récitant au « misteri » de Joseph Sébastien Pons, le place au côté de Pau Casals. Il profite du séjour de Dufy à Perpignan pour évoquer avec lui les différentes techniques de conservation des œuvres.

 

Quand le département rachète à l’Armée le Palais des Rois de Majorque, Camille Descossy, défenseur du projet d’un grand Musée moderne catalan, ne sera pas entendu par le Président du Conseil Général. Mais ce dernier lui confiera pendant trois ans, la direction de la « Casa Rossello » à Collioure, qui réunissait, l’été, les meilleurs élèves de peinture de l’Hexagone.

 

Camille Descossy reste un peintre très ancré dans sa terre catalane, dont il partage les émotions avec J S Pons, Gustave Violet et Aristide Maillol. Sa touche large et affirmée soutient une peinture d’une grande rigueur. Il utilise une palette restreinte, aux teintes terreuses de l’Aspre aride qui le possèdera jusqu’à ne plus le libérer..

Son enseignement va révéler des artistes aussi variés que Claude Viallat, François Rouan ou Pierre Soulages, qui vont explorer le processus de création, de la destructuration du support à la peinture informelle.

 

Bibliographie: Camille Descossy.R.A Lacassagne.lib Cros,Montpellier 1934, Camille Descossy, J Marmayou, LaureMartinez.Eudesia 2001 

Le siècle de C Descossy,J C Marre. Terres catalanes n°38, décembre 2004

 

 

Espace Dominique Bagouet

Du 7 décembre 2013 au 17 mars 2013

Ouvert du mardi au dimanche, 10h-13h et 14h-18h
Entrée Libre

Esplanade Charles-De-Gaulle
34000 Montpellier
Tél. : 04 67 34 88 21 04 67 66 88 90

www.montpellier.fr

Partager cet article
Repost0
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 10:47

femme.jpgUn jour pour les femmes, 364 pour les hommes ! Non, moins, car il faut penser à d'autres gadgets : la journée de l'enfant, de l'écologie, du sans-tabac...

     Non soyons libéraux : 3 ou 4 jours pour les "DONES" (femmes en catalan !) : celles des grands-mères, des belles-mères...C'est encore pour la femme !!


    En France, une légende veut que l’origine du 8 mars remonte à une manifestation d’ouvrières américaines du textile en1857, événement qui n’a en réalité jamais eu lieu (aucun journal américain ne le relatant)3Ce mythe est né en 1955 dansL'Humanité qui relate une manifestation de couturières new-yorkaises. Cette information est relayée chaque année par la presse militante du PCF, de la CGT et celle des « groupes femmes » du Mouvement de libération des femmes, puis reprise par les quotidiens nationaux. Il s'agit d'un clin d’œil des féministes américaines qui, dans les années 1950, veulent à la fois intégrer cette journée dans le contexte américain et rendre un hommage à Clara Zetkin, 1857 étant son année de naissance.

place-du-8-mars.jpg  Photo de Pascal YVERNAULT


Selon l'hypothèse de l'historienne Françoise Picq, l'initiative en revient à Madeleine Colin, féministe et secrétaire confédérale de la CGT : la commémoration étant depuis son origine encadrée par le PCF et ses organisations satellites, elle souhaite l'affranchir de cette tutelle communiste pour en faire la lutte des femmes travailleuses4. L’origine de cette journée s’ancre donc bel et bien dans les luttes ouvrières et les nombreuses manifestations de femmes réclamant le droit de vote, de meilleures conditions de travail et l’égalité entre les hommes et les femmes, qui agitèrent l’Europe, au début du xxe siècle.

 

FEMMES au Ciné Download.html.jpg ma / ginaire :

 

La lettre de Cinémaginaire  n° 107  mars 2013 

Cinémaginaire : des images en mouvement dans les Pyrénées Orientales

réseau diffusion,   éducation,   festivals, création,   formation

  •      
  • Pour  trouver  toutes les infos et en savoir plus sur Cinémaginaire :   <http://www.cinemaginaire.org/www/index.htm>
  • retrouver le programme de toutes les salles de cinéma programmées par Cinémaginaire sur :   <http://www.allocine.fr/salle>

jusqu'au dimanche 10 mars - Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer 

Les Amis de Cinémaginaire, en partenariat avec Cinémaginaire, la Ville d’Argelès/mer et la médiathèque C.C.A.C.V. Jean Ferrat présentent


FEMMES ET TOILES 


Films, contes, danse, expo...Avec Femmes et Toiles l'association Les Amis de Cinémaginaire continue de s'interroger sur la place et le rôle des femmes dans la société, à travers des films venus des quatre coins du monde. Elle vous invite à conjuguer avec elle le plaisir cinématographique, des débats et des spectacles vivants dans une ambiance conviviale.

Programme disponible au cinéma Jaurès ou sur le site    http://www.cinemaginaire.org/www/index.htm ou http://amiscinemaginaire66.blogspot.fr/  Pass 4 films : 15€

 

Dimanche 17 mars à 15h30          Salle des fêtes – 66 Laroque des Albères  et Mercredi 20 mars à 15h30         Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer 

Le Ciné des enfants: Le tableau, Film d'animationde Jean-François Laguionie (France, 2010,1h16) à partir de 6 ans

Dans ce tableau vivent trois sortes de personnages : les Toupins qui sont entièrement peints, les Pafinis auxquels il manque quelques couleurs et les Reufs qui ne sont que des esquisses. S'estimant supérieurs, les Toupins prennent le pouvoir, chassent les Pafinis du château et asservissent les Reufs. Persuadés que seul le Peintre peut ramener l’harmonie en finissant le tableau, Ramo, Lola et Plume décident de partir à sa recherche.

Tarif : film + jeu + goûter : 2,50 euros pour tous

 

 

 ***  Le site http://www.larchipelcontreattaque.eu/ a présenté une conférence d'Hervé Vigier animé par le journaliste Nicolas Caudeville

L'image du monde apportée par l'Eglise s'écroule devant les découvertes scientifiques ; les Chapelles sont mises en cause pour avoir prêché la violence et semé le malheur ; le siècle des lumières génère deux courants : l'un qui se met à rêver d'une religion naturelle et primordiale qui puise dans la seule Nature le message du Créateur destiné à sa créature ; l'autre qui voit dans les premiers siècles de l'Eglise un âge d'or où Jésus, Docteur de la Loi, inspire chaque communauté dans le respect de sa culture et la restauration de l'Esprit qui libère Dieu du Temple où les religions l'ont enfermé. La Franc-Maçonnerie française du 18e siècle construit une symbolique qui se nourrit de ce double élan, et tente d'unir tous les Frères dans une démarche initiatique respectueuse de chaque sensibilité, culture et philosophie. Un message universel et toujours moderne.

Partager cet article
Repost0
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 18:05

DSCN4447.JPG* blablART informe: Rétrospective du photographe Pierre Parcé au Couvent des Minimes. Vernissage le 08 mars à 18h00

Cette rétrospective est dédiée à Pierre Corratgé puisqu’il souhaitait travailler dessus et avait commencé à le faire avec Pierre Parcé et Jean Casagran (commissaire d'expo).

   A noter également à la Galerie Lumière d'Encre à Céret, le mardi 12 mars à partir de 18h30:

Jean-Claude Mougin (professeur de philosophie et photographe spécialiste du palladium) viendra évoquer le sujet "La beauté" dans le cadre d'une conférence débat.

Ce thème sera celui de la prochaine revue Regards #12 en cours de préparation (sortie prévue en juin) avec le belles surprises...

   renseignements:http://www.lumieredencre.fr 

 Jean Claude Mougin: http://www.platine-palladium.com

            Pascal Ferro  ( http://www.revue-regards.com )

 

 

 

*Rencontre avec l'artiste peintre céramiste  JOËL CAPELLA

 

LIBRAIRIE TORCATIS 10 rue Mailly à Perpignan

 

Exposition du 25 février au 25 mars 2013 à l'occasion de la sortie de son livre paru aux éditions Cercle d'Art

 

Regards nomades entre Antonio Machado et Walter Benjamin, texte de Philippe Sergeant - Vernissage en présence de Joël Capella le vendredi 8 mars à 17h

  

 

www.librairietorcatis.com

    « Joël Capella est un agitateur d'émulsions. Dans son creuset, il a disposé un peu d'enseignement, de la peinture, de l'engagement syndical, les bleus et or de sa porcelaine, des convictions antithétiques, du dessin sur motif, colères et débordements en tous genres, de la jouissance sans entrave, des brassées d'humanisme intact, de la mauvaise foi et un concentré explosif de force de conviction. Et il s'agite. Et il s'agite. Gare. Il rétablit un atelier, crée un diplôme, expose des tableaux, cuit à 1300°, cueille des fleurs d'anis, offre des couteaux espagnols, convainc des élus, fustige des confrères, poursuit le sanglier, boit du vin frais d'un trait, se désespère et rebondit. Un agitateur inusable, malgré les frottements. Vous avez mis la main sur un drôle d'oiseau. Rare. Agaçant. Précieux. Indispensable. Pour que le juste triomphe, il faut le traître. L'agitateur intervertit les rôles et les pôles. Vous le connaîtrez pour ce qu'il n'est pas. Je me souviens de le croiser où il n'est pas. Il peint. Il vit. Il cherche. Trouve. Renonce. Relance. Offrez-lui une exposition du Sans-pareil. Vous n'en reviendrez pas. Lui, si. »

 

     Michel Pagnoux (Peintre, ancien directeur d'école d'art, professeur des écoles nationales supérieures d'art, co-auteur du Dictionnaire de l'œuvre peinte, à paraître en 2013)  - Un regard Nomade (Ed. Cercle d'Art 2012)

Partager cet article
Repost0
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 11:38

IMGP0019 photo Jean-Pierre Bonnel

 

A l'accueil d'une marie des P.O., à Banyuls, Perpignan ou Le Barcarès, le touriste en quête d'informations, peut prendre la revue gratuite "Sud-Est, l'Arc méditerranéen", sous-titrée "Touristique-Economique-Culturel". 

 

Le dossier le plus important (la plupart des articles sont écrits par Alexandre Bauer, ancien attaché parlementaire de l'ex-députée Jacqueline Irles, maire UMP de Villeneuve de la Raho) est annoncé en couverture : "Nice, capitale des Rapatriés et des Harkis"... Le ton est donné, on va beaucoup parler de l'Algérie, française surtout, avec, en illustration, le musée de l'Algérie française, situé à Perpignan, dans l'ancien couvent/ancienne prison, quartier Saint-Mathieu...

 

 

Oui, il s'agit d'un magazine de droite, qui fait l'éloge de maires de droite et flattant l'électorat pied-noir (dossier sur me 50 ème anniversaire des Rapatriés d'Algérie en Métropole,etc...), alors que le touriste naïf croit que le sud-est se limite à ces pages...

 

On notera encore un article sur le "Cercle algérianiste" de Perpignan: discours de Jean-Marc Pujol, maire de Perpignan, l'entretien avec C.Estrosi, maire de Nice, qui apparaît à plusieurs reprises dans le journal): "Je suis fier de vous!"...L'exode dans les pages sur St-Cyprien (autre ville de droite.

   Notons que Collioure et Argelès, socialistes, n'apparaissent pas ! villes pas intéressantes ! ), Palavas, quelques photos de Cerbère, un tour à Barcelone, et... retour à Port-Vendres, où l'épouse du maire fait l'éloge de son mari, en cachant et réécrivant sa vie (premier mariage, enfant...) 

 

   Mais le touriste, l'étranger ne saura rien de la vérité et pourra croire un moment à la beauté de ces reportages creux, insipides, hypocrites, fallacieux...La presse écrite gratuite et militante a de beaux jours devant elle...

Partager cet article
Repost0
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 12:16

IMGP7823.JPG  La revue "Objectif Languedoc-Roussillon",  de mars 2013 (numéro 131 - 3.50 euros) présente un dossier sur " Perpignan 2014 / 13, avec ces deux sous-titres ambitieux : "Quelle stratégie économique?", "Quels enjeux pour les municipales ?"

 

On apprend que, pour l'immobilier, il vaut mieux investir à Perpignan qu'à Barcelone (prix supérieurs de 75 %);  Gérone est plus attractive (2200 euros le m2, à peine un peu plus cher qu'à Perpinya), pour les achats d'appartements, mais c'est une ville qui se développe vite grâce à la culture et à l'implantation de Ryanair, depuis des années.

 

   L'immobilier et ses bureaux, au "Centre du Monde", à la nouvelle gare TGV, sont un échec pour l'instant : le retard du TGV a contrarié les projets de la mairie et de l'office HLM. En outre, les Barcelonais qui s'étaient implantés ici dans les décennies précédentes sont reparties : Perpignan est une ville morte, d'octobre à avril !Les commerces se plaignent mais ferment tôt : si Perpinya se veut vraiment catalane (mais le veut-elle ?), elle doit s'ouvrir aux ambiances de la vraie Catalogne !

 

    Les décideurs ne jouent pas le jeu dans "Perpignan, la fausse Catalane" ! Pour compenser la frustration TGV, ils doivent trouver des alternatives ! 

 

Le dossier politique n'apporte rien de nouveau : Pujol s'est déclaré, talonné par Alduy : "Je serai dans le film!"; Romain Grau est un faux nouveau, venu de la gauche codognesque à la droite bon teint, mais animateur d'équipes qui pensent... Quant à C. Bourquin, il propose ses candidats et refuse de se tourner vers Barcelone pour un essor de Perpignan. C'est là le vieux projet de J.P.Aduy, mais il ne se concrétise qu'à la marge (échanges culturels) et Barcelone se moque du département : cette banlieue où l'on parle le "Roussillonnais", une langue abâtardie, mélangée...

 

Les réelles réussites ici sont l'agence de développement économique "Perpignan Méditerranée Communauté d'agglomération" lancée le 19 février 2013 : "Perpignan, naturelle compétitive" est un bon slogan; autre initiative réussie de JP. Alduy est le théâtre de L'Archipel, très fréquenté. Surtout, Perpignan, après l'accord-cadre passé avec l'Etat en 2010, Perpignan va devenir la première collectivité à énergie positive, près la plus grande ferme photovoltaÏque de France mise en service en 2011...

 

Avec ces points positifs, Jean-Paul Alduy a des atouts pour revenir sur la scène municipale de Perpignan ...

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens