Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 16:27

La seconde émission consacrée aux gitans de Saint-Jacques par France Culture fut aussi sidérante que la première. Les jeunes filles ou les femmes mariées parlent sans retenue de leur calvaire quotidien : battues, violées, méprisées, humiliées par leur conjoint, qui prend l'argent des allocations pour acheter de la drogue... La journaliste va jusqu'à exprimer ce point de vue : "Les Gitans, c'est pire que les Talibans !". 

 

Il semble aussi que les autorités locales ou étatiques aient, à Perpignan, baissé les bras. On attendrait que les Gitans disparaissent, victimes du sida, de l'obésité, pour que le problème disparaisse... Certains promoteurs feraient alors, avec le départ de cette communauté, une belle affaire immobilière...

 

   Pourtant l'intégration est possible; ainsi le témoigne d'Hélène, sur le site de France-Culrture : "Ce point de vue est aussi très intéressant, pourquoi entretenir ces ghettos ?
Comment la ville, la région, le pays, nous, citoyens, acceptons que des enfants ne soient pas scolarisés ? Ils sont sédentaires depuis plusieurs années, français et votre reportage nous donne l'impression d'être dans un autre pays. Je sais que dans certains collèges de Perpignan ce sont des classes uniquement de Gitans qui sont mises en place, la mixité est quasi inexistante. J'habite vers Béziers et j'ai travaillé dans un collège qui fait un travail de fond avec ces enfants, d'origine Gitane, et ça marche, ils viennent à l'école tous les jours, apportent leur matériel, les parents sont présents, il y un vrai échange. N'oublions pas de parler aussi de ce qui fonctionne, avec des hauts et des bas, bien sûr. Dans tous les cas, ce que j'ai vécu n'a rien à voir avec les enfants de ce quartier de Perpignan. J'espère qu'un jour la spirale sera stoppée."

 

La petite délinquance ne paraît pas venir des Gitans, dans les quartiers du "secteur sauvegardé" (Les trois "saints" : Jean, Jacques et Mathieu, dans le quartier du Vernet (cité Bellus...) ou dans l'avenue de la gare, rénovée, comme la célèbre la revue de la mairie (1), mais des Maghrébins ou d'individus marginaux.

    La tentation est groupe d'accuser la communauté "beur" ou d'origine arabe et de demander (2) des caméras dans les lieux dangereux de la ville... Le racisme pointe quand on subit ces agressions quotidiennes et on se demande si, après les Italiens, Polonais, Espagnols..., les immigrés d'origine maghrébine veulent s'intégrer et respecter les principes de la République. Il faut, avec P.Boniface (3) nuancer et comprendre :

    "La vague d'immigrés musulmans est arrivée en période de chômage. La machine à intégrer était abîmée, d'où la tentation chez certains d'ethniciser les questions sociales..." (page 73, opus cité en note 3).   (à suivre)

 

---

 

(1)  Mutation du quartier Gare : le XXIème siècle en marche !

LES UNES feed.png

MAIRIES DE QUARTIER

MUTATION DU QUARTIER GARE : LE XXIÈME SIÈCLE EN MARCHE !

mutation-quartier-gare-le-xxieme-siecle-en-marche.jpg 

Le quartier Gare a commencé depuis plusieurs mois déjà sa grande mutation comme le maire Jean-Marc Pujol l’avait annoncé lors de la présentation du projet aux riverains. L’avenue Général de Gaulle a achevé sa mue et elle va être inaugurée mi-septembre. L’ambitieuse requalification générale du secteur lui emboîte le pas avec d’importants moyens sous l’égide de l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine, de l’Agence Nationale de l’Habitat et de l’Etat.

Le maire de Perpignan l’a souligné plus d’une fois lors des diverses rencontres organisées avec les associations de commerçants et riverains du quartier Gare associées à la concertation pour ce grand projet. « Votre quartier est à la veille d’une
grande mutation, l’accessibilité du secteur est un enjeu majeur et le plan de circulation qui se met en place pour l’avenir doit être pragmatique et ambitieux », avait ainsi déclaré fin 2010 Jean-Marc Pujol. Perpignan voit, en effet, son cœur s’élargir du centre-ville au Centre del Món, nouveau centre d’affaires d’envergure. Ce qui apporte à la ville une image de modernité avec une ouverture vers le Sud symbolisée par la gare TGV.
Et pour faire le lien entre ses deux quartiers, l’avenue Général de Gaulle constitue l’axe essentiel. La réhabilitation de cette épine dorsale du secteur contribue aussi à l’embellissement de Perpignan et à son image de marque, notamment pour tous les voyageurs qui passent par le « centre du monde » de Salvador Dalí. (...)

« C’est un changement d’image de cette artère principale qui vous est proposé par ce projet avec : des aménagements de qualité, des trottoirs de qualité, une priorité pour les vélos, une mise en sens unique qui permettra d’apaiser la circulation », avait annoncé aux résidents Jean-Marc Pujol à la veille des premiers travaux.
Aujourd’hui l’avenue Général de Gaulle a fière allure. La création de trottoirs plus larges et la réorganisation de l’espace assurent en effet un cheminement piéton plus agréable et sûr, tout en impliquant la mise en valeur des terrasses des cafés ou restaurants. La valorisation des plantations accentue également la couleur méditerranéenne de l’artère. La mise en place d’abris bus transparents mieux intégrés à l’équipement urbain général et le renouvellement de l’éclairage public plus écologique apportent un plus à la mise en valeur de l’avenue.
Le stationnement dans le secteur a fait l’objet d’une réflexion en concertation là aussi avec les associations de commerçants et les riverains. Le parking Bolte rue Valette a été agrandi avec la création de 25 places parallèlement à l’extension du parking Quinta rue Courteline qui lui a gagné 50 places. Un stationnement réglementé a, à la demande des commerçants et riverains, été installé sur le secteur pour 270 places de stationnement en surface et 19 arrêts minute ont été implantés avenue Général de Gaulle. Cette longue avenue mène droit à la gare historique qui, elle aussi, a subi un lifting d’une durée de plus de six mois. Le bâtiment a été modernisé avec la rénovation de la façade et du hall, le parvis est aujourd'hui transformé en une esplanade couleur ocre fermée aux voitures d’où le voyageur a une belle perspective sur la place de Catalogne. Les bus y circulent avec fluidité au bénéfice des usagers, des caméras de vidéo protection garantissent une meilleure sécurité du secteur.
Cette gare new look a d’ailleurs reçu le label NF Services, délivré par l'AFNOR, pour sa qualité et son amélioration.

L’avenue Général de Gaulle inaugurée le 15 septembre... (extraits du texte émanant de la mairie de Perpignan).

---

(2) Communiqué de Marie-Thérèse Costa-Fesenbeck, secrétaire départementale du FN 66, conseillère régionale FN du Languedoc Roussillon, membre élue du Comité central du FN

Notre ville surnommée « Perpignan la Catalane » sest transformée au fil du laxisme de nos politiciens de lUMPS en « Perpignan la violente ». Au cours de notre mandat de conseillers municipaux de Perpignan, Louis Aliot et moi-même avons toujours voté pour les caméras de surveillance car seuls, nous avions prévu le devenir de notre ville (et même de notre département, lactualité ne me démentira pas).

Les caméras de surveillance ne peuvent tout faire, seul le Front National donnera les pouvoirs nécessaires à la Police et à la Justice pour enrayer cet engrenage.

(3) Les intellos faussaires, 2011, J.C.Gawsewitch éditeur.

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 14:20

Enfants.JPG.jpg

Les enfants du Puig INÈS LÉRAUD © RADIO FRANCE

Au coeur du quartier gitan de Perpignan, sur la place du Puig, telle une nuée d'oiseaux, une bande d'enfants jouent et fument des cigarettes. Ils nous font partager une de leurs après-midi.

Reportage : Inès Léraud

Réalisation : Alexandra Malka

 

Depuis le 10 septembre, France-Culture propose une série d'émissions sur la communauté gitane du quartier Saint-Jacques de Perpignan.

   Pour un auditeur qui ne connaît pas le "ghetto" de la place du Puig, les paroles des enfants interrogés par les journalistes de France-culture paraissent effarants : ils disent le non-dit, ils décrivent la vie quotidienne des familles gitanes. Un peu de provocation, sans doute, dans les propos de ces enfants "libérés", mais la vérité surtout : leurs préoccupations, ce ne sont pas l'école ou l'avenir professionnels, mais le sexe, la bouffe, la drogue, les jeux dans la rue, la musique et les réunions en famille....

Enfants abandonnés, livrés à eux-mêmes ? Bien sûr, les pères sont absents. Les mères sont là, mais laxistes, sans autorité... Où sont les vrais valeurs, où la République dans ce quartier historique et marginalisé depuis des décennies..?

Pourtant pas d'hostilité quand on se promène place Cassagnes ou place du Puig. Pour prendre des photos, il faut cependant être prudent, mais les Gitans sont calmes, gentils, sauf lors de situations-limites, comme en 2005 quand :

 

   "Les six jeunes Gitans qui ont massacré à coups de club de golf et de barre de fer la première victime, Mohamed Bey-Bachir, font partie de cette génération perdue des 14-25 ans, prisonnière des petits trafics et de l'argent facile. « Ketchup », le Gitan de 14 ans et demi qui a déclenché le drame en volant un autoradio dans la voiture de la victime, vol dont Bey-Bachir voulut se venger, déclenchant l'affrontement, avait déjà été arrêté dix-neuf fois."  

 

Ces enfants, ces ados ne semblent pas intégrés; pourtant mairie et inspection académique ont tenté de les maintenir à l'école : au collège Jean Moulin, tout proche, par exemple, où des classes spécifiques ont été créées, les familles gitanes recevant une prime si elles renoncent à l'absentéisme de leurs enfants....

    Communauté assistée, certes (on a parlé d'une prime pour obésité, il s'agit, en fait,d'une prime pour invalidité, concernant les gitans obèses : certains se goinfreraient pour grossir et toucher cette prime...), vivant d'allocations, de vols, de trafic de drogues, de commerces troubles...

On est loin de la mythologie (peuple de la fête, de la musique, de la poésie, de la liberté) célébrée par Garcia Lorca et entretenue par certains sociologues (M.Lelon).

La vérité est autre, voici une communauté rongée par le sida, le nanisme, l'obésité, les drogues dures. Depuis longtemps, le sociologue Alain Tarrius a proposé une vision objective et angoissante de ce problème, dans "Fin de siècle improbable à Perpignan" (édition Trabucaire)...

à suivre

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 14:12

images-copie-4   à la médiathèque de Saint-Cyprien,

 

Rencontre franco-vietnamienne "D'un rivage l'autre" de Nicole Yrle et That Peel,

(éditions Cap Béar, 2012)

 

avec la participation de "Plaisir de lire"

 

Vendredi 14 septembre, à 14h30

 

1 rue F.Arago - 66750 - Saint-Cyprien - 04 68 37 32 70

bibliostcyp@fr.oleane.com nicole-Yrle.jpg

 


Photos : Nicole Yrle et Thât Peelthat-Peel.jpeg
Partager cet article
Repost0
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 14:02

images-copie-9.jpeg  L'ancienne usine Nobel de Paulilles.

 

Commémoration en hommage aux annamites le 12 septembre 2012 à Port-Vendres

* La commune de Port-Vendres a eu l'excellente idée d'organiser la cérémonie dinauguration de la plaque en hommage aux annamites; cet événement se déroulera le mercredi 12 septembre 2012 à 15 h 15 au cimetière de Cosprons.

Il sagit dun travail de mémoire à linitiative du Conseil Municipal des Enfants qui souhaitaient rendre hommage aux ouvriers militaires « annamites » mobilisés pour leffort de guerre sur le site de dynamiterie de Paulilles durant la grande guerre.

 

Nous avons retrouvé sur le registre détat civil, 7 noms douvriers militaires « mort pour la France » pour la période 1916-1918.

Ce projet est soutenu et financé par le Conseil Municipal de la ville, le Souvenir Français et lAssociation Nationale des Anciens et Amis dIndochine.

 

* Je représenterai les Amitiés internationales André Malraux (AIAM-Paris), qui ont été invités pour cet hommage demandé depuis longtemps :

 

* Communiqué de presse rédi par M Raoul Marc JENNAR à l’intention de la mairie de Port-Vendres :

Malraux, lIndochine et les Annamites.

 Le Conseil municipal de Port-Vendres rend hommage aux ouvriers militaires « annamites » mobilisés pour leffort de guerre sur le site de dynamiterie de Paulilles durant la Grande guerre. Parmi eux, 7 noms douvriers militaires « morts pour la France » entre 1916 et 1918 ont été identifiés.

 

Cet hommage bienvenu fournit loccasion de rappeler quAndré Malraux fut aux côtés des Annamites lors de ces deux séjours en Indochine dans les années vingt. Ayant découvert les injustices criantes du système colonial lors dun premier séjour, il revint en 1925 à Saigon où, avec le soutien de son épouse Clara, et en collaboration avec lavocat des Annamites Paul Monin, il créa un journal intitulé « LIndochine. » Ce journal va dénoncer la corruption de ladministration coloniale et la répression qui sévit à lencontre des populations de lIndochine. Le journal finira par succomber sous les coups que lui inflige une administration coloniale très loin de respecter les principes républicains. Il renaîtra avec pour titre « LIndochine enchaînée ». Jusquen février 1926. Malraux a publié 35 éditoriaux. Tous sont consacrés aux droits des Annamites et plus largement aux droits des peuples dIndochine soumis au joug colonial.

 

Retenons cet extrait tiré de léditorial publié dans LIndochine enchaînée du 4 novembre 1925 :

« Les lois françaises promulguées à la colonie sont constamment violées. Nul ne lignore. (…). Toutes les injustices, toutes les exactions ont la même origine : certains groupes financiers et commerçants dIndochine sont devenus plus puissants que le gouvernement local. Celui-ci, au lieu dêtre un médiateur entre ces groupes et la population, fait cause commune avec les premiers. Leur politique est fort simple : gagner le plus dargent possible dans le temps le plus court. »

Et dans un autre article publié le même jour, Malraux mettait en garde :

« Cette rumeur qui monte de tous les points de la terre dAnnam, cette angoisse qui depuis quelques années réunit les rancunes et les haines dispersées, peut devenir, si vous n’y prenez garde, le chant dune terrible moisson. »

Les Annamites morts pour la France avaient pris au sérieux un message humaniste universel que les autorités coloniales refusèrent dappliquer. Vingt ans après les avertissements de Malraux, cest tout un peuple qui allait se lever contre loppression coloniale. 

 

Raoul Marc JENNAR - Essayiste, politologue, spécialiste du Cambodge et de lAsie, Administrateur des Amitiés Internationales André Malraux.

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 18:55

images-copie-8.jpeg    Cette information pour un hommage à Michel Arnaudiès, plasticien, écrivain, catalaniste convaincu, qui a développé des arguments sérieux pour l'indépendance, hier, dimanche, lors d'un repas sympathique à Céret :

 

 

 

 

Fem un autocar més?

bus.jpgULTIMA HORA: Un tercer bus de Catalunya Nord?

Sem molts a no voler perdrens la Diada, sem molts a voler dir:

l11 de setembre del 2012 jo també hi eri.

Per a tu i per a tota aquesta gent Continua llegint

11S de Catalunya Nord Marxem sobre Barcelona

banderola-6m_v3.gif

Sapropa l11 de setembre, sapropa aquesta concentració tan important pel futur de Catalunya i de la resta dels Països Catalans.
Heu decidit compartir amb nosaltres aquest viatge, amb aquest missatge vos volem donar les informacions pràctiques. Continua llegint

 

-- 

Enviem aquest correu a unes 2000 persones

Reeenvieu-lo a amics i coneguts o feu-nos arribar els seus correus electrònics, els informarem.

Si no voleu rebre més aquest missatge, responeu tot simplement: "Sis plau  Esborreu-me!"

www.catalunyanord.cat

grup-independentista@catalunyanord.cat

cartell-pf.jpg

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 21:14

cri.JPG       Très intéressé par le blog d'Alain Le Dosseur, je me permets de vous faire partager un de ses articles, sur le bruit, le silence et la beauté des jardins :


http://expert.acoustique.ledosseur.over-blog.com/

 

 

  Mardi 24 juillet 2012

ça bruisse dans les jardins

Un ami paysagiste, Stéphane Archimbaud , ma demandé de parler du bruit dans les jardins (vous pouvez cliquer sur son lien sur ce blog).

Ses questions sont principalement liées aux bruits induits par les végétaux quil installe.

Cest donc une question insolite ! Je me suis interrogé : comment aborder cette problématique vaste et complexe, sans faire un roman.

Quest ce quon attend dun jardin en terme de son ? En un seul mot : LE CALME

Quest ce qui peut troubler usuellement ce calme ?

Des voisins et des routes.

Quels sont les sons que lon peut inclure dans la notion de ‘’calme au jardin’’ ?

Le bruissement du vent dans les branches, la présence danimaux (mais sans les excès des aboiements ) et, parfois, la musique que lon aime.

Je me suis mis ensuite dans la peau (est-ce possible ?) dun paysagiste qui veut aider ses clients.

Alors quid du bruit dans tout ça ?

Il est évident que le bruit dépend de la source sonore qui est en cause.

La première source de bruit qui vient à lesprit est la route la plus proche.

Une façon de traiter le bruit est la mise en place dun mur anti-bruit. (voir articles déjà publiés dans mon blog).

Ce mur, pour avoir son efficacité, doit être fabriqué en matériaux suffisamment isolants. Ces matériaux peuvent être par la suite végétalisés. Cest ainsi que le mur peut se fondre dans la verdure que le paysagiste a voulu.

Un autre moyen datténuer le bruit entre la route et le lieu de vie est que le parcours des sons soit absorbant.

Cette absorption peut résulter de différentes plantations (vigne, gazon, herbe folle, etc…). Il est évident que les surfaces bétonnées et bitumées sont à proscrire.

Le lieu de vie extérieur peut être constitué dune charmille, dune tonnelle, gloriette ou pergola, dans lesquels le vent va produire les bruissements qui charment nos oreilles et où les oiseaux vont égayer votre paysage sonore.

Mais ce qui peux aussi avoir de lintérêt cest leau.

Quelle soit naturelle sur le terrain agouille ou ruisseau ou travaillée artificiellement, leau peut produire également un effet apaisant sur les individus.

Elle a aussi un autre effet identique au bruit des feuilles, celui de masquer dautres bruits qui pourraient être désagréables. Cest pour bénéficier de ce même phénomène que les grands hôtels américains réalisent des cascades dans leurs halls majestueux.

Alors quand le paysagiste propose une fontaine à fort débit ou une cascade embellissante et rafraîchissante, il faut lécouter et aller dans cette voie.

Une deuxième écueil peut anéantir votre calme : les appareils extérieurs, quils soient à vous ou à votre voisin (PAC ou pompes de piscines ou darrosage par exemple).

Sils sont à vous et ne gênent que vous, alors vous avez toutes les cartes en main : construire un local technique adapté à ces appareils est utile et indispensable. Une étude adaptée peut savérer utile car le bricolage en la matière est source de mauvais résultats et donc de mécontentement. Lhabillage du local par des séries de plantes adaptées sera très certainement très apprécié.

Mais si vos appareils gênent vos voisins qui souhaitent le même calme que celui qui vous motive dans votre jardin - alors il faut agir énergiquement et ne pas laisser pourrir la situation. Des mesures acoustiques, une étude adaptée, des solutions techniques et le tour est joué.

Si vous anticipez la problématique, cest bien sûr encore mieux.

Alors vous pourrez, entouré des conseils de votre acousticien et de votre paysagiste, choisir le niveau de bruit de vos appareils, leur emplacement dans votre propriété et les caractéristiques du local technique qui correspond parfaitement à vos besoins de tranquillité chez vous comme chez vos voisins.

Le gros avantage de la situation danticipation réside dans les choix que vous ferez, visuels comme techniques et financiers, en toute connaissance de cause.

Sachez quil est tout à fait possible de calculer différents scénarios avant de réaliser vos achats de matériels.

Cest sur proposition du paysagiste, si votre visuel est majeur, que le lieu le plus adapté pour votre local sera déterminé.

Une fois ces choix faits, vous naurez plus quà entretenir vos plantations, y compris vos plantes dhabillement sur vos constructions techniques.

Il ne restera donc à chacun, dans la sérénité, comme l’indiquait Candide, qu’à « cultiver son jardin ».

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 13:29

images-copie-7.jpeg

    * Beaucoup de balades imaginatives et d'itinéraires suggestifs pour les journées du Patrimoine 2012 à Perpignan. Voir le site de la mairie ou le dépliant publié pour l'occasion (office de tourisme, place Arago ou Casa Xanxo, 8 rue de la main de fer : 0468623884 )

 

 

 

  le 15 septembrele 16 septembre

 

Casa Xanxo - Maison d'art et d'histoire

 

 

8, Rue de la Main de Fer, 66000 - Perpignan

Le Samedi 15 septembre 10:30

 

Hôtel Pams

 

 

18 Rue Emile Zola, 66000 - Perpignan

Le Samedi 15 septembre 10:30

 

Mairie de Perpignan

 

 

Place de la Loge, 66000 - Perpignan

Le Samedi 15 septembre 10:30

 

Palais des Rois de Majorque

 

 

4 Rue des Archers, 66000 - Perpignan

Le Samedi 15 septembre 10:00

 

Cathédrale Saint-Jean-Baptiste

 

 

Place Gambetta, 66000 - Perpignan

Le Samedi 15 septembre 10:30

 

Cathédrale Saint-Jean-Baptiste

 

 

Place Gambetta, 66000 - Perpignan

Le Samedi 15 septembre 21:00

 

Casa Pairal (Musée catalan des Arts et Traditions populaires)

 

 

Place de Verdun, 66000 - Perpignan

Le Samedi 15 septembre 09:30

 

Cinémathèque euro-régionale Institut Jean Vigo

 

 

1 Rue Jean Vielledent, 66000 - Perpignan

Le Samedi 15 septembre 15:00

 

Maison de la Catalani

 

 

11 Rue du Bastion St Dominique, 66000 - Perpignan

Le Samedi 15 septembre 09:30

 

Chapelle Notre-Dame-des-Anges

 

 

32 Rue Maréchal Foch, 66000 - Perpignan

Le Samedi 15 septembre 10:00

 

 

Visites-découvertes 

Visites guiades 

 samedi 15 septembre à 10 h 00 

Le canal royal 

Une randonnée aux portes de Perpignan qui vous mènera 

le long des berges du canal historique de Perpignan. 

k Parking du cimetière du Sud, chemin du Mas Bresson. 

 samedi 15 septembre à 10 h 30 

Raconte-moi le nom des rues ! 

Venez résoudre l’énigme du nom des rues de Perpignan 

du XIIIe au XXe siècle. 

k Casa Xanxo, 8 rue de la Main de Fer. 

L’Hôtel de Ville 

800 ans d’histoire de Perpignan dans un même monument, à ne pas manquer ! 

k Hôtel de Ville, place de la Loge. 

Cœur de Ville 

Sept siècles d’architecture et d’art dans les monuments religieux, civiques et privés. 

Perpignan revisitée comme vous ne l’avez jamais vue. 

k Casa Xanxo, 8 rue de la Main de Fer. 

Le palais Pams et ses mystères 

Vous croyiez tout savoir sur l’hôtel Pams, ce n’est pas certain... 

k Hôtel Pams, 18 rue Émile Zola. 

Le Castillet secret 

Découvrez un Castillet mystérieux, ses parties dérobées et les secrets de son histoire. 

Un circuit inhabituel pour une balade exceptionnelle. 

k Castillet, place de la Victoire. 

 samedi 15 septembre à 15 h 30 

Secrets d’architecture : Perpignan caché 

Venez pousser les portes des hôtels particuliers, lever les 

yeux vers les façades et les  fenêtres. 

k Casa Xanxo, 8 rue de la Main de Fer. 

Le fort du Serrat d’en Vaquer 

Une visite pleine de surprises mêlant l’histoire du XVIII

au XIXe siècles à la nature. 

k Serrat d’en Vaquer, rond-point Donnezan. 

La cathédrale Saint-Jean-Baptiste 

Venez découvrir la chapelle de la Mangrana, particulièrement méconnue. 

k Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, place Gambetta. 

L’Hôtel de Ville 

800 ans d’histoire de Perpignan dans un même monument, à ne pas manquer ! 

k Hôtel de Ville, place de la Loge. 

Le Castillet secret 

Découvrez un Castillet mystérieux, ses parties dérobées et 

les secrets de son histoire. Un circuit inhabituel pour une 

balade exceptionnelle. 

k Castillet, place de la Victoire. 

 dimanche 16 septembre à 9 h 00 

Le marathon du patrimoine 

Une randonnée urbaine reliant tous les monuments de Perpignan en moins de trois 

heures ? Venez relever le défi ! Chaussures de marche, sac à dos et bonne humeur 

pour une découverte sportive mais néanmoins culturelle de l’essentiel du patrimoine 

de Perpignan. 

k Place de Catalogne. 

 dimanche 16 septembre à 10 h 30 

Le XVIIIe siècle selon Mailly 

De la fonderie de canon aux mystères de la bourgeoisie sous le gouverneur du 

Roussillon. 

k Casa Xanxo, 8 rue de la Main de Fer. 

Secrets d’architecture : Perpignan caché 

Venez pousser les portes des hôtels particuliers, lever les 

yeux vers les façades et fenêtres. 

k Casa Xanxo, 8 rue de la Main de Fer. 

Cœur de Ville 

Sept siècles d’architecture et d’art dans les monuments religieux, civiques et privés.  

Perpignan revisitée comme vous ne l’avez jamais vue. 

k Casa Xanxo, 8 rue de la Main de Fer. 

Secret d’archives 

Venez vivre un moment précieux en découvrant les livres 

anciens, les lettres, les registres et toutes les merveilles que 

cachent en leurs seins les Archives de la Ville. 

k Archives de la Ville, 1 rue du Musée.

 

**10 

La Passejada a Perpinyà : un jardí extraordinari 

k Palais des congrès, place Armand Lanoux. 

 dimanche 16 septembre à 15 h 30 

Le palais Pams et ses mystères 

Vous croyiez tout savoir sur l’hôtel Pams, ce n’est pas 

certain... 

k Hôtel Pams, 18 rue Émile Zola. 

Le Théâtre de l’Archipel 

Visite architecturale du plus contemporain des théâtres. 

k Théâtre de l’archipel, avenue du Général Leclerc. 

Il était une fois la Casa Xanxo 

Qui était Bernat Xanxo ? Que signifie cette frise étrange ? 

Quelle histoire cache cette maison ? Vous saurez tout çà 

et bien d’autres choses lors de la visite de ce lieu d’exception. 

k Casa Xanxo, 8 rue de la Main de Fer. 

L’Hôtel de Ville 

800 ans d’histoire de Perpignan dans un même monument, à ne pas manquer ! 

k Hôtel de Ville, place de la Loge. 

La cathédrale Saint-Jean-Baptiste 

Venez découvrir la chapelle de la Mangrana, particulièrement méconnue. 

k Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, place Gambetta. 

La Promenade des Platanes : un jardin extraordinaire 

k Palais des congrès, place Armand Lanoux. 

 samedi 15 et dimanche 16 septembre 

Le site archéologique de Ruscino 

Sur réservation, 20 personnes maximum, pour adultes. 

Il y a 2 600 ans, les habitants de Ruscino consommaient déjà du vin étrusque... 

Un tour d’horizon du site archéologique, la visite d’une maison protohistorique 

reconstituée serviront de point de départ pour évoquer l’introduction du vin en 

Roussillon, les circuits commerciaux, les amphores... avant  une immersion au Ier âge 

du fer pour tester les services à boire et les pratiques liées 

au vin autour d’une dégustation commentée. 

k Site archéologique de Ruscino, Château-Roussillon : 

• visite de l’oppidum, samedi à 15 h 00, dimanche 

à 11 h 00 ; 

• atelier archéo-œnologique, samedi à 15 h 00 et 18 h 00, 

dimanche à 15 h 00. 

Patrimoine en herbe 

Per infants 

Chasse au trésor du quartier de la gare 

k Rue Paul Massot, devant les jeux gonflables, 

samedi 15 septembre à 15 h 00. 

Cache-cache à Saint-Jacques 

Jeu de piste dans le quartier Saint-Jacques. 

k Place Cassanyes, 

samedi 15 septembre à 15 h 30. 

Le jeu de La Gallina 

Jeu de l’oie géant du patrimoine. 

k Casa Xanxo, 8 rue de la Main de Fer, 

samedi 15 et dimanche 16 septembre de 10 h 30 à 18 h 00. 

Cultive tes loisirs : vivre et créer ensemble 

Film documentaire. 

k Casa Xanxo, salle 1507, 8 rue de la Main de Fer, 

samedi 15 et dimanche 16 septembre de 10 h 30 à 18 h 00. 

Reconstitution de la campagne militaire 

de Philippe Le Hardi 

Venez jouer en famille à partir de 7 ans et reconstituer la 

croisade de 1285 de Philippe Le Hardi. 

k Castillet, place de la Victoire, 

samedi 15 et dimanche 16 septembre de 13 h 00 à 18 h 00. 

Chasse au trésor au Moulin-à-Vent 

k Mairie de quartier Sud, place de la Sardane, 

dimanche 16 septembre à 15 h 30. 

Balade fantastique :  gargouilles et autres dragons 

Les plus petits se laisseront envoûter par cette visite contée sur 

les traces des animaux fantastiques. 

k Casa Xanxo, 8 rue de la Main de Fer, 

dimanche 16 septembre à 10 h 30.

 

***Ville d’art et d’histoire 

Animation du patrimoine 

Casa Xanxo, Maison d’art et d’histoire 

8 rue de la Main de Fer 

BP 20931 • 66931 Perpignan Cedex 

tél. 04 68 62 38 84 

fax 04 68 62 38 83 

animationdupatrimoine@mairie-perpignan.com 

www.mairie-perpignan.fr 

Perpignan Ville d’art et d’histoire 

coordonne la programmation des 

Journées européennes du patrimoine. 

La mission Animation du patrimoine 

propose toute l’année des visites et 

des animations pour les habitants, les 

visiteurs et les scolaires. Elle se tient à 

votre disposition pour tout projet.

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 10:25

images-1-copie-11.jpeg  

   * Suite de "Célébration de Perpinya" (6 septembre 2012)

 

Le but de la matinée, c'est l'attente du soleil sur les étals du marché République, le jeu de ses rayons obliques dans les venelles qui bordent les places stratégiques du centre- ville: celles des Poilus et de la Cathédrale, enserrées par de hauts immeubles en cayroux, et celle, plus ouverte, avec la perspective des quais et, tout au bout de la Basse, là-bas, l'échappée vers le Canigou blanc et massif.

 

Durant le lent établissement du zénith, tout est possible dans la ville encore fraîche du matin; ensuite, ce sera trop tard, le spectacle n'est plus vivant et la population se retire derrière ses murs épais, ses persiennes jalouses, ses volets égoïstes; la ville se terre alors dans le silence de la sieste, dans le mutisme du bonheur ou dans l'omerta des troubles travaux ...La ville meurt alors de la pesante chaleur de l'après-midi: on ne peut imaginer que la nuit s'ouvrira au farniente des cafés, des terrasses et des lieux culturels. 

 

Mais le basculement du jour dans l'âpreté de l'après-midi, jusqu'aux  périples de la nuit, cela m'indiffère: je ne désire vivre que les matins, les rencontres sur un marché aux fleurs, aux fruits, aux ambiances catalanes, sur un marché qu'on voudrait totalement en plein air, même si les temps poussent à se couvrir, à se prémunir, à tirer la couverture à soi. Vivre les couleurs matinales d'un sud extrême, susciter les paroles autour des titres du quotidien local, commenter la silhouette d'un élu qui fait son tour de ville, muni de mains et de bons mots.

 

Je l'aime, ma ville, car elle est le contraire de la limite; elle n'est, en rien, une ville frontière; n'est pas le sud de la France ni le nord de l'Espagne; pas la fin de l'Europe, ni le début de l'Afrique; pas la vérité au-delà des Pyrénées, ni le mensonge en- deçà. Elle est passage, brassage, carrefour, de peuples et de civilisations. Faite de sédiments matériels et psychologiques, elle constitue un vaste palimpseste. Elle est, sans doute, une faille, une éternelle blessure, mais elle est riche de ses faiblesses mêmes, des incessantes immigrations, de l'irrédentisme gitan et de la fatuité maghrébine. 

 

Face à ces incursions, à ce cosmopolitisme permanent, le cœur catalan de la ville s'épuise, se ramasse en ses fêtes fraternelles et ses manifestations culturelles, en rêvant d'une improbable unité de corps et d'esprit. Je l'aime ma ville, la mauresque, l'andalouse, l'espagnole, la catalane, malgré ses velléités d'ouverture et ses tentations de repli, car elle est tout cela,  le monde bigarré, le refuge des exilés, l'habitation des étrangers, l'éternelle forteresse à conquérir. Je l'aime, ma ville à la forte personnalité, car elle est faible avant tout. A l'image de l'homme.

 

Perpignan, je t'aime, ville humaine!    

 

 

(texte lu par Lambert Wilson, le 7/7/2000, au Campo Santo de Perpignan, à l’occasion du spectacle des « Estivales » : Lettres à ma ville, spectacle conçu par Carmen Maura, Jean-Louis Trintignant et Lambert Wilson.)  

 

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 13:22

picasso-en-chaise-a-porteur-copie-1.jpg

 

 Picasso à Perpignan (C) Musée H.Rigaud de Perpignan

 

 

 

  * * L'article du 5 septembre sur la montagne du Madres, confisquée par Groupama ("Formons des GroupàMadres!") vous a plu : j'ai battu le record d'audience de mon blog (plus de vingt mille visites uniques ! ) Merci et bravo ! N'hésitez pas à m'adresser des informations et des commentaires !

   Même si tout le monde ne peut marcher le 30 septembre, du col de Jau au Madres (il y a d'autres événements : salon du livre de Villefranche, festival du disque et BD à Perpignan, soirée Brassens à Sète...), on peut fixer un autre jour et se regrouper : contactez pour pour cette balade, merci (06.31.69.09.32)

 

 

 

***  Ma ville

 

Ma ville à moi, elle est bedonnante de couleurs, de boutiques et de filles maillolesques. Je la connais par cœur, et par le corps. J'y suis né, un chaud matin d'été. Je la connais surtout par les yeux, et par les pieds: chaque jour, je la sillonne par ses ruelles historiques, je la visite lentement, oisif, quêteur de spectacles populaires, en attente de visages. Je sens qu'elle veut me dire qu'elle aussi me connaît et je l'entends murmurer dans la voix grave de ses pavés…

 

Je la préfère le matin, à la montée des lumières, depuis les teintes floues des heures indécises jusqu'au franc soleil de midi. Cette longue gradation, c'est un théâtre pour l'œil. Comme si, dans les globes oculaires, un petit bonhomme faisait l'ascension d'une échelle minuscule. Alors cette image de grenouille qui monte, qui monte, ce mot de grenouille se superpose à un autre vocable, de sonorité voisine: gargouille! En effet, ma ville, ma vieille cité catalane est le domaine des gargouilles, sans doute parce que, ici, les pluies, priées, espérées longuement, ne naissent que dans la violence la plus extrême et sont qualifiées de catastrophes. En fonte, en plomb, en terre ou faïencées, ces gargouilles à l'obscène béance ou à gueule de monstre, sont omniprésentes, à hauteur des pieds prudents du passant, dans le quartier de la Révolution française et dans l'architecturale rue Pams, qui, depuis la place Rigaud, mène à la déception d'un quartier Saint-Jacques inabouti, synonyme de peur et de ghetto.

 

 

 Puis le regard s'élève, vers les façades ocres, les balcons ouvragés, mêlant le noir des fers forgés au rouge des géraniums. Et quand le visiteur rencontre les statues du sculpteur de Banyuls, il devient l'amant de la beauté avec la Vénus de La Loge et tombe amoureux de l'idée avec La Méditerranée du patio municipal. Il peut alors avoir aussi une  pensée pour ces fantômes de bronze, qui, naguère, hantèrent les jardins et les vestibules du Palais des Rois de Majorque, et ne songent qu'à y revenir.  Enfin si l'art et le hasard vous conduit jusqu'au musée Rigaud, vous vous dites que cette ville vous mieux qu'un hôtel étriqué et que Hyacinthe -en dépit de son statut de peintre officiel pour un monarque centralisateur- pourrait amplement devenir le symbole de la cité catalane…

 

Les habitants de ma ville ont la rue des épices, des fromages, des poissons, des olives et des anchois; ils apprécient la libération des avenues, rêvent à des ramblas conviviales et piétonnières, à une danse urbaine permanente, entre mer et neige, marinade et tramontane, gargal et sirocco. Ils veulent aussi reconquérir l'ancienne bibliothèque aux tableaux pompiers, au faste désuet, à l'inattendue trouée lumineuse de sa cour intérieure: l'intelligence et la connaissance s'y concentraient mieux que dans la récente machinerie sans âme. Pour l'instant, le peuple de ma ville se contente de l'anguille, abrupte comme la montée du Carlite. Il se plaît dans la rue de la farine, où discourt l'énergie, dans l'anachronique rue des amandiers,; il ose la fébrilité des commerces en empruntant la fusterie, l'argenterie, l'ange, la rue Saint-Jean, la rue Louis-Blanc, pour aboutir à la nostalgie des remparts, résumés à la fierté du Castillet. Enfin, plus intime, voici les fabriques-couvertes, galerie de linges et de laideur, que les bodegas, avec patience, arrivent à idéaliser…

 

(à suivre...)

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 10:04

   * L'article de mon blog qui a battu tous les records d'audience : "Perpignan la pauvre..." écrit le 3 septembre 2012.

    Merci à tous mes lecteurs (même à ceux qui me critiquent ! Exemple : mon compte-rendu "politique" de l'expo sur Machado et Benjamin au Musée d'Art Contemporain de Saint-Cyprien (une certaine Sabrina...)

 

 

*** MARCHE POUR LA LIBÉRATION DU MADRES (Pyrénées orientales)

 Le Collectif « Libérons le Madres » appelle tous les amoureux de la montagne, attachés à la liberté de circulation sur les chemins et sentiers, les randonneurs à pied, à cheval, en vtt, les chasseurs, les pêcheurs, les  éleveurs, les passionnés de photos, les cueilleurs de champignons à  un  images-1-copie-10.jpeg

 Rendez-vous au sommet du Madres

le samedi 29 septembre 2012

 pour protester contre les mesures dinterdiction de toutes sortes que tentent dimposer Groupama et ses gardes sur « son » domaine privé de Covazet et du massif du Madres.

Nous entendons réaffirmer que la montagne du Madres est un bien commun qui doit rester accessible à tous, comme cela a toujours été le cas depuis les temps les plus anciens, contrairement à lentreprise de privatisation et dinterdits décrétée sur ce territoire par Groupama sur toute personne traversant sa « propriété  privée » au seul bénéfice des quelques privilégiés invités aux 5 chasses annuelles de prestige organisée par cette société dassurance mutualiste !!!  censée relever de léconomie sociale et solidaire

Nous appelons les organisations de randonnées, les guides et accompagnateurs de montagne, les responsables dassociations de pêche et de chasse, les syndicats déleveurs et autres usagers de la montagne à mobiliser leurs adhérents pour donner à cette marche de libération du Madres un retentissement exceptionnel pour sauvegarder sur ce territoire lintérêt commun dun droit de passage consacré par des us et coutumes séculaires.

signé LE COLLECTIF POUR LA LIBÉRATION DU MADRES,
à Mosset, le 31 Août 2012

RDV à 8H au col de Jau

Puis pour ceux voulant venir par les chemins de Nohèdes, Sansa, le Capcir, lAude, RDV à partir de 12H au sommet du Madres.

Cliquer ici pour la pétition en ligne.

Contact :liberonslemadres@gmail.com; 06_86_97_42_73 / 06_79_95_44_05

Partager :

 

Liste des signataires | SIGNER cette pétition

Cette pétition se trouve hébergée sur Internet sur le site Pétition Publique qui met à disposition un service public gratuit pour les pétition en ligne.
Au cas où vous auriez une question pour l’auteur de la pétition, vous pourrez l’envoyer par l’intermédiaire de cette page de contact

Pétition Libérer le Madres

Pour:Groupama S.A.

Pétition du Collectif « Libérer le Madres »

Nous, randonneurs, promeneurs, usagers de la montagne, pêcheurs, chasseurs, éleveurs, résidents permanents des Pyrénées Orientales et non-résidents, touristes, français et étrangers, amoureux et protecteurs de la nature et de la montagne

Considérant l’attitude de Groupama Méditerranée,
- qui tente d’empêcher notre passage sur les chemins et sentiers du domaine de Covazet par l’action de gardes privés
- et a ouvert une piste sans autorisation en plein secteur protégé.

Déclarons
-que la liberté pour tous d’aller et venir sur l’ensemble des chemins et sentiers, y compris ceux sur lesquels s’exerce un droit de passage, constitue un droit inaliénable.
-que la loi Strataé existe depuis l’an 1028, que sa validité actuelle a été rappelée par décret du Garde des Sceaux en 2004, et qu’elle s’applique de nos jours.
- que s’il en était besoin, la jurisprudence sur la loi Montagne est révélatrice en matière de droit de passage.

Demandons
-que le Président de Groupama Méditerranée Monsieur Amaury Cornut-Chauvinc, respecte le droit de passage pour tous sur les chemins du Domaine de Covazet tel qu’il s’est toujours appliqué selon les us et coutumes ancestraux,
-que Groupama respecte l’environnement en arrêtant d’ouvrir des pistes illégales en pleine zone classée Natura 2000,

-que Groupama, structure mutualiste, se rappelle de son éthique historique en matière d’économie sociale et solidaire et arrête de se comporter en seigneur, 223 ans après la Révolution Française. 

 

Les signataires

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens