Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 janvier 2020 6 25 /01 /janvier /2020 11:42
Citoyen Louis Capet - Desmoulins - 1er débat municipal à Perpignan (C) Made in Perpignana
Citoyen Louis Capet - Desmoulins - 1er débat municipal à Perpignan (C) Made in Perpignana
Citoyen Louis Capet - Desmoulins - 1er débat municipal à Perpignan (C) Made in Perpignana

Citoyen Louis Capet - Desmoulins - 1er débat municipal à Perpignan (C) Made in Perpignana

Qu'est-ce qu'un citoyen ?

 

Premier débat municipal à Perpignan -

 

Le mot citoyen" est à la mode; on pense que baptisé ainsi va rapporter des voix et impulser un monde neuf, et aux accents "révolutionnaires", ou du moins démocratiques, par rapport aux "pros de la politique" qui, eux , ne seraient pas de vrais, des purs, démocrates citoyens...

 

La liste "L'Alternative" se veut avant tout citoyenne, bien que parrainée, encadrée par des dirigeants de partis d'extrême-gauche (PCF, FI, NPA...). 

 

La liste "Equilibre" de Clotilde Ripoull se veut, elle, vraiment "citoyenne" car composée d'anonymes, à part des dirigeants d'Unitat catalana et de Fouzi, ancien ami du maire actuel, ayant milité pour la victoire de M.Pujol en 2014... Le passé "centre-droit" de la candidate centriste ne compte plus (UDF, CDC) : être citoyen, c'est être apolitique, "sans étiquette" car les mots "droite " et "gauche" ne veulent plus rien dire...

 

Les autres listes, malgré les "masques" (liste sans étiquette du député d'extrême-droite), qui ne dupent pas les électeurs, sont composées de politiques chevronnés et bien marqués.

 

Il faut avancer d'abord que tout le monde est "citoyen", chaque habitant, de nationalité française, est un individu considérée du point de vue de ses droits civiques...Telle est la définition basique. On peut dire ainsi "Citoyen Louis Aliot" comme on utilisait, sous la révolution, l'appellation "Citoyen Louis Capet" *, citoyen étant l'appellatif pour monsieur, madame ou mademoiselle...

 

A priori, on doit qualifier chaque habitant, électeur, de "citoyen", adjectif signifiant que l'individu en question fait preuve d'esprit civique. Ainsi, M. Pujol a-t-il toujours eu une "attitude citoyenne" : à tous le citoyens, membres de la "cité-Etat" (au sens grec), il a respecté le droit de suffrage dans les assemblées publiques, nombreuses qui ont permis à la population de prendre son destin en mains (exemples : rénovation des quartiers, propreté, lutte conte l'insécurité...).

 

Le maire actuel a contribué à magnifier le rôle du citoyen : 

Un citoyen peut choisir de participer (citoyen actif) ou non (citoyen passif) à la vie publique. Toutefois, un citoyen actif a un rôle essentiel à jouer, qui prend tout son sens avec l'exercice du droit de vote. C'est à ce moment que le citoyen apporte sa contribution majeure à la société...

 

Pour revenir au débat, on peut regretter l'absence d'un représentant de la liste GRAU, et de celle de Lutte ouvrière... Le débat a laissé dans l'ombre et le silence les citoyens, le spectacle ayant porté la lumière sur les "têtes de liste", les pros, ou pas, mais placées par la méthode des animateurs dans le statut de "vedette" !!!

 

En outre, les interventions de tous ont été de qualité...On gardera de ce débat les bons mots du maire-candidat, qui, de par son statut actuel, bénéficiait d'une double voix, d'une autorité, d'une aura certaine....

 

M. Pujol a raison quand il dit vouloir abattre les arbres qui cachent la forêt des trafiquants de tous ordres, occultent les revendeurs de drogues, masquent les chiens pissant sur le tronc et participant aux manigances des homosexuels :

en effet, on sait bien que "l'un est un peuplier et que l'autre fait le bouleau..."

 

 

JPB

 

* Le procès de Louis XVI est la comparution de Louis XVI devant les députés de la Convention nationale, sous le nom de Louis Capet, ... est alors relégué au rang de simple citoyen et appelé par dérision Louis Capet (du nom des Capétiens)...

 

- - -

Le procès de Louis XVI est la comparution de Louis XVI devant les députés de la Convention nationale, sous le nom de Louis Capet, du 10 au 26 décembre 1792. Ancien roi de France et de Navarre et ancien roi des Français, le monarque est déchu depuis le 21 septembre 1792, date de la proclamation de l'abolition de la royauté et de l'avènement de facto de la Première République française. Défendu par les avocats Chrétien Guillaume de Lamoignon de Malesherbes, François Denis Tronchet et Raymond de Sèze, il eut à répondre aux accusations de trahison et de conspiration contre l'État, après la découverte notamment de documents compromettants dans « l'armoire de fer » le 20 novembre 1792.

Le 26 décembre, le procès prit fin sur le plaidoyer de Sèze. Le 15 janvier, le débat pour décider du sort du roi aboutit au vote des députés qui à 387 voix sur 721 condamnèrent mort le monarque déchu. Louis XVI estguillotiné le 21 janvier 1793 à 10 h 22.

(C) wikipédia

 

 

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2020 5 24 /01 /janvier /2020 09:48
J.Saquer et Clarisse Réquéna - J.S. - J. de Passa -
J.Saquer et Clarisse Réquéna - J.S. - J. de Passa -
J.Saquer et Clarisse Réquéna - J.S. - J. de Passa -
J.Saquer et Clarisse Réquéna - J.S. - J. de Passa -

J.Saquer et Clarisse Réquéna - J.S. - J. de Passa -

La cata en pays catalan et pendant ce temps, débat-bla-bla et retraite aux flambeaux des cheminots

 

Fin du monde, inondations 

et leur petit débat...lage, ils font !

 

Hauts cantons bloqués par la neige !

L'Etat et le CD66 ont dépensé des fortunes pour dévier Joncet, un vrai travail de Romains ! Un chef-d'oeuvre !

et pendant ce temps, plus haut, à Thuès, Fontpédrouse,

le pays des Tourlouzes, c'est l'effondrement de la montagne...

Z'avez plus qu'à passer par Axat, le pays des Gabaxts...

 

- - - J.Saquer et J.de Passa, l'hydrologue, lui, il nous aurait guéri des inondations et des lachers d'eau aux barrages de Caramany...

 

 

La conférence de Jacques Saquer, à Villelongue de La Salanque fut passionnante, l'orateur parlant sans papier…Elle resta néanmoins un peu trop au niveau biographique… A chacun d'approfondir !

 

Jaubert est un personnage méconnu dans le 66. 

 

Contemporains parfaits : il fut l'ami intime du républicain François Arago, bien qu'il fût, lui,, lui, royaliste.Spécialiste de l'hydraulique, J. de Passa fut bien reçu en Israël, où il explora les archives et trouva ses quatre derniers livres annotés par Ben Gourion, le fondateur, an 1948, de l'Etat d'Israël…

 

Au départ, il se destine à la carrière militaire. Il fait ses études au lycée Louis Le Grand, mais doit renoncer à l'armée : devenu myope, il trouve un travail au Conseil d'Etat. La carrière à Paris est entravée : il est appelé à Passa par son père. Il est nommé sous-préfet du département des P.O., dans le premier arrondissement.

 

Il est vite considéré comme un grand agronome. Il devient conseiller du préfet des Pyrénées-orientales en août 1815, car c'est un grand spécialiste des frontières.

 

Jaubert va s'intéresser à le gestion des cours-d'eau, aux inondations et…au patrimoine.

 

Il se rend à Valence, en Espagne, pour apprendre des technologies innovantes; en effet les techniques d'irrigation sont supérieures à celles du Roussillon…

 

Il est vivement conseillé de lire son Voyage en Espagne…et le livre érudit de M. Saquer !

 

JPB

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2020 4 23 /01 /janvier /2020 09:34
le débat 2014 - Livre politique de JPB : le tome 3 sortira en février !
le débat 2014 - Livre politique de JPB : le tome 3 sortira en février !

le débat 2014 - Livre politique de JPB : le tome 3 sortira en février !

Débat municipal au ciné du Castillet. La politique nous plaît car elle est spectacle. Dommage pour la salle, si petite...

 

Les verts socialistes, eux, ont été choyés par les propriétaires socialos du Méga Castillet, leur offrant une big salle à la fin du mois...

 

Le journal-papier local n'annonce pas ce premier débat-blabla car ce sont des acteurs politiques de monde d'internet, des blogueurs, des concurrents bénéficiant de la rapidité du net, qui sont à l'initiative : Maïté Torres pour Made en Perpignan et Nicolas Caudeville pour l'Archipel contre-attaque...

 

 

Le quotidien catalan local préfère donner la parole à une co-listière inconnue de Loup Aliot, ce dernier recrutant en-dehors du département, car les prétendants ne se bousculent pas...

Ils savent que le candidat "sans étiquette" va à l'échec, les gens préférant, comme dit le Jean-Marie, "l'original"... Avec l'entretien d'A. Bolo, on en apprend aussi beaucoup sur les absences et les déficiences du député, ancien élu FN, puis RN, puis sans appellation...contrôlée...

 

Son "Perpignan en grand" n'est pas défini... Quelle est la cohérence de son projet..? 

Et avec "Perpigan en Grau", où la trouver, avec tous ces co-listiers venus de tous les horizons..?

 

Tout est flou dans ce débat, comme le maire qui veut faire de Perpi une "destination"...Qu'est-ce à dire ? Comment trouver une "aura" à la ville, la faisant connaître nationalement, pour ses initiatives, son projet culturel..? 

 

Faudrait une "étiquette" à Perpi... On croit que l'absence d'engagement précis peut faire gagner... Il faut avoir les appuis et le passé d'un Saurel à Montpellier ou d'un Macron à l'Elysée ou chez les banquiers... M. Pujol a voulu endosser la pub "La Rép en marche"... il reste avec les Rép...faute de mieux...Un engagement par défaut...

 

 

Et puis il y a le "centrisme" de Clotilde Ripoull. Voulant s'assurer une place centrale, au centre équilibré du débat, dans une ville au centre du monde, elle n'a pas encore trouvé son destin, mais ça peut venir..!!!

 

Animateurs, merci de poser cette question des "étiquettes"...pour lever les masques...

 

JPBonnel

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2020 2 21 /01 /janvier /2020 09:53
Censures en tous genres : presse, libraires, partis politiques du 66 et d'ailleurs - Numéro spécial de Charlie hebdo
Censures en tous genres : presse, libraires, partis politiques du 66 et d'ailleurs - Numéro spécial de Charlie hebdo
Censures en tous genres : presse, libraires, partis politiques du 66 et d'ailleurs - Numéro spécial de Charlie hebdo
Censures en tous genres : presse, libraires, partis politiques du 66 et d'ailleurs - Numéro spécial de Charlie hebdo

Censures en tous genres : presse, libraires, partis politiques du 66 et d'ailleurs

 

* Les libraires

Pour empêcher la libre expression d'un auteur, d'un blogueur qui dérange les pouvoirs établis, les libraires peuvent refuser vos livres, la présentation de votre ouvrage politique, mettre vos écritures dans un rayon obscur et jamais en vitrine : cela m'est arrivé à plusieurs reprises à Perpignan, Port-Vendres, Thuir... C'est facile, hypocrite et ça ne se sait pas...

 

** les journaux

Un journal peut vous mettre sur sa liste rouge et vous ne pourrez jamais avoir un compte-rendu d'un de vos livres. Il faut dire que la "critique littéraire" des journaux locaux est des plus indigentes et le copinage règne en maître... Apportez vos livres à ces journalistes : vous perdez votre temps et vos ouvrages ! Ils les revendent ensuite à un bouquiniste (brd Clémenceau, par exemple, chez book'in...). 

 

En raison de la surveillance et de la répression des journalistes dans leur propre organe de presse, on assiste à une recrudescence de l'autocensure. 

 

La hiérarchie des groupes de presse et la puissance du patron de presse, milliardaire et complice du pouvoir, règne grâce à cette autocensure que s'inflige les rédacteurs...

 

*** L'Etat :

 

Quant à l'Etat, il censurait sans vergogne au XX° siècle : ainsi, Charlie-hebdo, qui vient de sortir un beau supplément sur les "nouvelles censures" (7 janvier, 3 euros), il faut lire Cavanna (Crève, Ducon, Gallimard) qui a bien bataillé contre ces ministres de l'intérieur aux longs ciseaux: Hara-Kiri, créé en 1960 est interdit après 10 mois d'existence, il mourra en nov. 1970 et reparaîtra sous le titre de Charlie-Hebdo...

"La nuit des longs ciseaux de Pasqua et Ponia"

 

**** La censure et les pressions s'exercent à présent dans les réseaux dits "sociaux" : difficile de blasphémer (les journaux satiriques ont décidé de ne plus publier de caricatures, surtout contre l'islam et son prophète); pour tant, il faudrait rire de tout, se défouler avant qu'on ne nous autorise même plus à parler...

( à suivre)

 

* La palme de la censure à FR3 Montpellier. Il a fallu la réaction "démocrate" (qui me censure sur FB et twitter, voir ce blog), de L. Aliot, pour que le débat municipal n'ait plus de raison d'être... Il a bien joué, le loup !

 

** Made in Perpignan  : à signaler sur ce site les deux entretiens menés avec Aliot et Amiel: un beau travail de journalisme et des questions sans concessions. C'est assez rare ici...

 

Le site de Maïté Torres nous avait habitué au début à des redites (reprises d'infos de l'Indép, comme fait la Semaine !), mais à présent, on se régale !!!

 

* Censure, silence et non-dits :

 

à l'occasion des voeux à la presse, M. Pujol a accepté les questions des journalistes (il fur énervé par celle sur la fin des Beaux-Arts, soulevé par la confrère du Petit Journal), tandis que la présidente du CD66 n'a pas donné la parole aux médias présents...

 

J.P.Bonnel

 

 

 

 

 

 

Censure en France
 
 
Sauter à la navigationSauter à la recherche
 
« Descente dans les ateliers de la liberté de la presse »a.

La censure en France a pris et peut prendre des formes diverses. Peuvent être distinguées d'une part la censure frappant les écrits, et donc liée à l'imprimerie, d'autre part la censure frappant toute autre forme de média (radiotélévisioninternetchansonspeintures, et toute autre forme artistique). Il existe enfin des phénomènes d'auto-censure, en particulier dans les grands médias. La liberté d'expression est un droit compris dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789. Néanmoins, un décret de Napoléon rétablit officiellement la censure en l'an 1810 tandis que les ultra-royalistes feront passer des lois régissant la liberté de la presse sous la Restauration (1814-1830). La censure perdurera tout au long du xixe siècle, jusqu'aux lois sur la liberté de la presse passées en 1880-1881 sous la Troisième République. Elle sera rétablie pendant la Première Guerre mondiale, menant entre autres à la création duCanard enchaîné en 1915, qui utilise le ton satirique pour échapper aux censeurs.

La loi de 1955 sur l'état d'urgence, votée pendant la guerre d'Algérie, encore en vigueur aujourd'hui, permet la censure en autorisant le ministère de l'Intérieur et les préfets à prendre « toute mesure pour assurer le contrôle ...


 

Sous l'Ancien Régime

Le 18 octobre 1534 après l'affaire des Placards, le roi François Ier, qui était jusqu'alors favorable aux idées nouvelles, ordonne la chasse aux « hérétiques » (en particulier les Protestants) et en 1535 il promulgua un édit contre les imprimeurs insoumis, qui interdisait toute impression de livres sur son royaume. La mesure, cependant, fut tout à fait inefficace, en raison notamment de la contrebande de livres imprimés dans les États protestants voisins (la Genève de Calvinetc.)2. En 1629Richelieu étatisa et laïcisa la censure, jusqu'alors sous la responsabilité de l'Église catholique, et nomma les premiers censeurs royaux3.

Révolution française : liberté d'expression et censure

 
Cahier de doléances de l’ordre du Tiers–État du bailliage de Nemours pour les États–Généraux de 1789. Chapitre 15 «de la Poste aux Lettres»: remontrances dénonçant l’existence d’une « commission secrète connue de tous», siégeant à Paris et chargée d’intercepter et de surveiller la correspondance. Archives nationales de France.

Proclamée le , la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen proclame solennellement laliberté d'expression et de pensée : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, mêmes religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi. » (article 10) et « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme ; tout citoyen peut parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas prévus par la loi. » (article 11). Mais ces articles généreux ne furent pas respectés par le Comité de salut public. Ainsi Robespierre fit-il brûler les œuvres de Camille Desmoulins.

Avec la Loi des suspects, les auteurs de propos ou d'écrits estimés contraires à la Révolution, sont punis d'arrestation et souvent de la peine capitale.

Quoi qu'il en soit, on peut selon ces articles de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen sanctionner(a posteriori) une publication, mais en aucun cas empêcher (a priori) celle-ci.

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2020 1 20 /01 /janvier /2020 10:59
De la frontière - Perpignan, ville de droite/effritement de L.Aliot - peinture : Antoni Ros Blasco -

Municipales à Perpignan, à propos des "leçons d'un sondage" :

 

 Ici (enquête de l'Indépendant de ce lundi 20 janvier), Nicolas Lebourg semble se contredire : il avait déclaré récemment que la gauche était trop minoritaire pour gagner; à présent, les blocs seraient équilibrés..???

 

  •  Non, la gauche existe peu à Perpignan. Perpi est bien à droite. La ville se gagne à droite (Pujol, Les Rép).
  •  
  • R. Grau est perçu comme un traître et trop centriste pour la droite.
  •  
  •  Pour le centre-droit (C.Ripoull) il subit la fronde anti-macron et ne peut être élu...
  •  
  • C. Ripoull ne peut s'allier ni avec Pujol ni avec Grau. Elle serait sans doute plus proche de la gauche traditionnelle (liste Langevine), mais ne sera pas acceptée sur cette liste et n'aura jamais les voix de la gauche radicale (L'Alternative) de même que pour Langevine, à part les voix communistes car il y a un accord départemental -Fiter, Garcia, vice-présidents du CD66- et une non au niveau de la Région...)...
    •  
    • Quant à Aliot, il s'effrite inexorablement, des voix de droite radicale se portant de plus en plus sur le maire en place, qui, de son poste peut faire campagne, avec les moyens municipaux, sans paraître se comporter comme un candidat…
    •  
    • On s'y attendait, c'est classique, mais c'est bien fait de la part de J.M. Pujol…
  •  
  • JPBonnel

- - - 

 Chercheur en sciences sociales au CEPEL, CNRS-Université de Montpellier, le Perpignanais Nicolas Lebourg coordonne la Chaire Citoyenneté de Sciences-Po Saint-Germain-en-Laye. Elle publie prochainement une étude sur Perpignan coécrite avec le politologue Jérôme Fourquet et le géographe-cartographe Sylvain Manternach.

 

Au vu des trois sondages de l'Ifop publiés (mars et juillet 2019, janvier 2020) on constate que le candidat du Rassemblement national n'arrive pas à atteindre la barre des 30 % des intentions de vote à Perpignan. Pourquoi cette barre est si importante, faisant même dire à certains cadres de l'équipe de campagne de Louis Aliot qu'il ne peut y avoir de victoire envisageable le 22 mars prochain si cette barre des 30 % n'est pas franchie au premier tour ?

 

Premièrement, ces sondages sont intéressants mais à prendre avec recul. En février 2014, la Sofres (TNS Sofres-Sopra Group) créditait Louis Aliot de 28% au premier tour et 25% au second (dans le cadre d'une triangulaire face à Jean-Marc Pujol et Jacques Cresta) ; un mois après il a fait 34% au premier et près de 45% au second (dans le cadre d'un duel). Ensuite, le problème du RN est qu'il n'a pas d'alliés pour lui amener ses voix au second tour. Pour réussir, Louis Aliot doit donc être très haut au premier tour, pour créer la dynamique lui permettant d'arracher l'hôtel de ville.

 

Dernier problème : il pense qu'il sera face à un front républicain. Or, en 2014 le FN n'a gagné une mairie que dans un seul duel. Toutes les autres ont été prises dans des triangulaires ou même des quadrangulaires, majoritairement avec absence de la gauche au second tour (avec le cas exceptionnel d'Hénin-Beaumont gagnée au premier tour). Cela est très concret : en 1995 à Perpignan le candidat FN Jean-Louis de Noëll fait un très impressionnant 32,7% au premier tour, mais sans réserve ne monte qu'à 36,38%. Et donc échoue. Au second tour de la présidentielle 2017, à Perpignan, Marine Le Pen n'a supplanté Emmanuel Macron que dans l'extrémité nord du Haut-Vernet.

 

L'offre à droite et au centre-droit est particulièrement dense. Comment analysez cet éclatement qui se traduit par un effritement des intentions de vote des différents candidats ?

 

Il y a quatre candidats passés par l'UMP et une par le Modem. La situation peut être rapprochée de la fin du pouvoir de Paul Alduy : après trente années de pouvoir, sa jeune garde lui demandait de passer la main. Il a préféré adouber son fils contre sa propre majorité. Il y a bien un problème d'articulation entre les générations de la classe dirigeante locale qui renvoie de façon plus complexe et globale à une certaine bunkérisation de la bourgeoisie locale.

 

Perpignan est aux avant-postes d'une recomposition du bloc des droites, de son extrémité à son centre

 

Par-delà, la carte électorale de Perpignan a été bousculée de manière inédite. Ici, les votes Fillon et Macron en 2017 ont montré que le premier performait chez les retraités, et que les deux étaient bien reçus par les catégories sociales supérieures. Mais aux Européennes, si la liste LREM fait le même score sur la ville que Macron en 2017, la sociologie s'est totalement transformée : les voix des quartiers populaires du Vernet sont parties, compensées par celles gagnées au Moulin-à-vent, ou du quartier plus aisé Clémenceau-Platanes. Perpignan est ainsi aux avant-postes d'une recomposition du bloc des droites, de son extrémité à son centre. Donc les candidats doivent aller chercher les voix avec les dents dans un univers politique beaucoup moins pré-acquis.

 

Comment interprétez-vous les résultats des intentions de vote à gauche (27 % mars 2019, 27 % juillet 2019 et 28 % janvier 2020) ? Si les deux listes semblent en mesure de se qualifier pour le second tour, il apparaît difficile pour elles de contester une victoire de la droite ou de l'extrême-droite ?

 

Le souverain, c'est le peuple. Les listes n'ont aucune obligation de se retirer si elles sont qualifiées, en considérant que la gauche serait illégitime à exister à Perpignan. Si les deux listes étaient qualifiées comme dans le dernier sondage bien sûr elles seraient stupides et suicidaires d'y aller toutes les deux. Mais, elles seraient stupides, aujourd'hui, de considérer que le match est fini avant la fin sur la base de ce sondage, puisqu'il présente des blocs plus équilibrés qu'on ne l'aurait imaginé. 

 

Cinéma à la frontièreest un acte fondateur de partenariats entre professionnels

de l’Eurorégion  Occitanie / Catalogne / Baléares, et de tous les secteurs du cinéma et de l’audiovisuel

Après la 1ère séquence à Girona (26-28/09/2019) consacrée à l’éducation à l’image,

la 2ème séquence (initialement prévue en novembre 2019) aura lieu du 26 au 28 février 2020

 

Cinema a la fronteraés posar els fonaments par la cooperació entre professionals

de l'Euroregió Occitània / Catalunya / Balears, i de tots els sectors del cinema i de l'audiovisual

Després de la 1a seqüència a Girona (26-28 / 09/2019) dedicada a l’educació a la imatge,

la segona seqüència (inicialment prevista per al novembre de 2019) tindrà lloc del 26 al 28 de febrer de 2020


Séquence n°2

PRATS DE MOLLO / PYRENÉES ORIENTALES

26 – 28 février 2020

Etat des lieux de la Production de films sur les trois territoires

Inventari de la Producció de pel·lícules als tres territoris

Occitanie / Catalunya / Illes Balears

ECHANGES - ATELIERS - FILMS

INTERCANVIS-TALLERS-FILMS

traduction simultanée / traducció simultània

 

 

>  PRÉPROGRAMME  <

<https://nordsudfilms.com/wp-content/uploads/2020/01/preprog-calf-2020-02.pdf>

 

>  INSCRIPTIONS  <

<https://framaforms.org/inscription-calf-prats-de-mollo-2020-1570229007>

 

Vous êtes professionnel  et vous souhaitez participer à toutes les propositions des Rencontres

Accès gratuit mais attention places limitées - inscription préalable obligatoire – date limite 14 février 2020

 

Com a professional  voleu participar a totes les propostes de les Trobades

Entrada lliure però atenció, places limitades - inscripció recomanada - termini 14 de febrer de 2020

 

>  APPEL A PROJET “Tristes frontières”  <

 

L’objectif de cet appel à projet est d’aider à la création d’un court-métrage documentaire de moins de 10’

sur le thème « Tristes frontières».

<https://nordsudfilms.com/wp-content/uploads/2020/01/appel-projet-fr.pdf>

 

L’objectiu d’aquesta convocatòria és ajudar a la creació d’un curtmetratge documental de menys de 10’

sobre el tema "Tristes fronteres".

<https://nordsudfilms.com/wp-content/uploads/2020/01/appel-projet-cat.pdf>

 

 association

NORD/SUD FILMS

info@nordsudfilms.com

site <http://www.nordsudfilms.com>

sur Facebook : <https://www.facebook.com/nordsudfilms/

 

Peinture

**Antoni Ros Blasco expose son œuvre au Centre d’études catalanes de Sorbonne-Université

ARTS.  PARIS,  17/01/2020

  

Après avoir été l’invité d’honneur de la Triennale de Paris en novembre dernier, le peintre catalan montre dans l’établissement du Marais un ensemble d’œuvre intitulé « Confrontation » combinant peinture et sculpture autour de la figure de l’oiseau comme métaphore de la condition humaine

 

Antoni Ros Blasco expose son œuvre au Centre d’études catalanes de Sorbonne-Université

 

Caractérisée par son équidistance entre l’abstrait et le figuratif, la peinture de Ros Blasco est à la fois sobre et empreinte d’une grande force symbolique portée par son sujet de prédilection : la vie humaine traduite par des figures totémiques, notamment des oiseaux. Comme le dit le peintre lui-même : « les oiseaux sont une métaphore de la condition humaine. Libres et pas libres. Leur statisme dit une attente. Mes peintures d’Oiseaux condensent les jeux des contraires. »

Le commissaire de l’exposition, Jean-Pascal Léger, souligne la sécheresse volontaire de sa peinture qui accentue parfois la ligne. Elle effile une figure hiératique comme le dessin d’un bas-relief égyptien. Le peintre connaît les effets du geste, les charmes de la matière mais il ne laisse plus la peinture à l’huile nous prendre à l’apparence chatoyante des beautés qui figent. L’extrême économie des couleurs et des moyens picturaux nous ramène à la solitude de ces personnages ou de ces totems que l’artiste dresse sur l’aplat noir ou gris, sur l’infini anonyme – tels des collages découpés sur l’infini mystérieux.

Antoni Ros Blasco

Né à Barcelone en 1950, Antoni Ros Blasco fait des études de dessin et d'expression plastique à la Escola Massana de Barcelone, et de graphisme et publicité à l'Ecole supérieure de Design et d'Art Llotja de Barcelone. De 1969 à 1974 il étudie à l'Ecole Supérieure des Beaux-arts de Barcelone où il obtient le diplôme de professeur de dessin et de peinture. Suite à une bourse du gouvernement français, il se rend en France en 1976. ll suit alors des cours à l'Ecole nationale des beaux-arts de Paris. Il réussit le concours de l'Académie de France à Rome en 1984 et devient pensionnaire de la Villa Médicis en 1984 et 1985. Il a été professeur de peinture aux Ateliers beaux-arts de la ville de Paris.

 

Confrontation, d’Antoni Ros Blasco. Organisé par le Centre d’Études catalanes et l’Institut Ramon Llull

Exposition du 17 janvier jusqu’au 13 février 2020

Gratuit

Centre d’études catalanes – Sorbonne Université

9, rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie 75004 Paris

01 42 77 65 69 / lettres-etudescatalanes-secretariat@sorbonne-universite.fr

 

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2020 7 19 /01 /janvier /2020 10:59
le Centre Walter Benjamin à Perpignan : un lieu peu entretenu (à l'extérieur) et un seul panneau, bien haut, signale le nom WB

le Centre Walter Benjamin à Perpignan : un lieu peu entretenu (à l'extérieur) et un seul panneau, bien haut, signale le nom WB

Les leçons de l'Histoire et la mémoire courte - Un escape-game retrace la fin tragique de Walter Benjamin, à Port-Bou - Vente du Centre de Perpignan ?

* Photo : le Centre Walter Benjamin à Perpignan : un lieu peu entretenu (à l'extérieur) et un seul panneau, bien haut, signale le nom WB...

Une programmation picturale est annoncée (avant les élections de mars, bien sûr...) mais si l'occasion se présente, le Centre sera vendu... (Autour de 650 000 euros. Les travaux d'aménagement ayant coûté un million...)

 

 

** Scandale : exploitation commerciale et touristique de la mémoire du philosophe juif allemand

 

Un escape-game retrace la fin tragique de Walter Benjamin. 

 

Rencontre avec Nathalie Raoux, historienne à l'EHESS (Centre Georg Simmel) et spécialiste de Walter Benjamin.

(membre du jury 2020 du prix européen de l'essai WB - assoc. WB sans frontières créée à Banyuls il y a 5 ans)

 

 

Un « escape game » polémique retrace la fin tragique de Walter Benjamin

À Portbou, où le penseur Walter Benjamin s'est donné la mort, un « jeu d'évasion » propose de revenir sur ses pas. Les spécialistes crient à l'indécence.

lepoint.fr

Après la polémique, cet article est inaccessible sur le site du journal...

 

Autocensure..???

 

- - -Résultats de recherche

Résultats Web

www.lepoint.fr › Culture

Un « escape game » polémique retrace la fin tragique de ...

 

À Portbou, où le penseur Walter Benjamin s'est donné la mort, un « jeu d'évasion ... Un «escape game » polémique retrace la fin tragique de Walter Benjamin ... Modifié le 16/01/2020 à 14:40 - Publié le 16/01/2020 à 14:15 | Le Point.fr ... Consultez les articles de la rubrique culture, suivez les informations en temps réel et ...

 

 

- - -Ce site est inaccessible

Il se peut que la page Web à l'adresse https://www.lepoint.fr/culture/un-escape-game-polemique-retrace-la-fin-tragique-de-walter-benjamin-16-01-2020-2358198_3.php soit temporairement inaccessible ou qu'elle ait été déplacée de façon permanente à une autre adresse Web.

 

- - - Jean IGLESIS :

 

Qu’avons-nous retenu des leçons de l’Histoire ?...

 

Qu’avons-nous retenu des leçons de l’Histoire :

Les champs d’honneur, peuplés de soldats morts sans gloire ?

Les veuves éplorées, les enfants sans mémoire ?

Les crève-cœurs, inscrits en tête des grimoires ?

Les monuments et leur hommage ostentatoire

Aux combattants de guerres lasses, illusoires ?

 

Qu’avons-nous retenu des leçons de l’Histoire :

Les peuples décimés au pied d’un oratoire?

Les chants de foi, noyés dans les chansons-à-boire ?

Les idéaux si flous qu’ils sont aléatoires ?

Les statues exaltant le jour dans la nuit noire,

Oublieuses du sang versé dans leurs victoires ?

 

Qu’avons-nous retenu des leçons de l’Histoire :

L’impuissance d’épouvantails sans trajectoire ?

La verve de tyrans aux discours péremptoires ?

L’ego de dictateurs aux serments dérisoires,

Fous adulés, pâles meneurs de champs-de-foire,

Pantins rendus héros, au fiel invitatoires ?

 

Qu’avons-nous retenu des leçons de l’Histoire :

La misère d’Etats noyés dans leurs déboires?

Les adeptes de dieux, aux vers blasphématoires?

Les prières aux libertés attentatoires ?

Les crimes d’innocents, devenus faits notoires ?

L’unique vérité, vouée sur l’écritoire

Au culte de l’argent, désespérant l’espoir ?

 

Avons-nous bien compris les leçons de l’Histoire ?...

 

Jean Iglesis

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2020 6 18 /01 /janvier /2020 10:48
J.L.Caccomo dans son bureau de l'IAE de l'Université Via Domitia - Un sympathique accueil - Une architecture ou verte et lumineuse -
J.L.Caccomo dans son bureau de l'IAE de l'Université Via Domitia - Un sympathique accueil - Une architecture ou verte et lumineuse -
J.L.Caccomo dans son bureau de l'IAE de l'Université Via Domitia - Un sympathique accueil - Une architecture ou verte et lumineuse -
J.L.Caccomo dans son bureau de l'IAE de l'Université Via Domitia - Un sympathique accueil - Une architecture ou verte et lumineuse -
J.L.Caccomo dans son bureau de l'IAE de l'Université Via Domitia - Un sympathique accueil - Une architecture ou verte et lumineuse -
J.L.Caccomo dans son bureau de l'IAE de l'Université Via Domitia - Un sympathique accueil - Une architecture ou verte et lumineuse -
J.L.Caccomo dans son bureau de l'IAE de l'Université Via Domitia - Un sympathique accueil - Une architecture ou verte et lumineuse -
J.L.Caccomo dans son bureau de l'IAE de l'Université Via Domitia - Un sympathique accueil - Une architecture ou verte et lumineuse -
J.L.Caccomo dans son bureau de l'IAE de l'Université Via Domitia - Un sympathique accueil - Une architecture ou verte et lumineuse -

J.L.Caccomo dans son bureau de l'IAE de l'Université Via Domitia - Un sympathique accueil - Une architecture ou verte et lumineuse -

Jean-Louis CACCOMO, le Rescapé de l'âme : dérive totalitaire de l'université et de la santé mentale *

 

Malgré le silence et la censure que les médias locaux -en collusion avec le pouvoir universitaire et le pouvoir municipal, (le maire de Perpignan avait voulu mettre sur sa liste F. Lorente...), on ne peut empêcher ce professeur d'université de parler.

On peut l'ignorer, on peut l'interner, il est toujours là, démontant les ignominies du monde universitaire et de la psychiatrie..!

 

Après de nombreux ouvrages professionnels, tels que

Les défis économiques de l'information - L'innovation dans l'industrie du tourisme - Le modèle français dans l'impasse, Histoire thématique et contemporaine des faits économiques, aux éditeurs Ellipses, De Boeck Université de Bruxelles, L'Harmattan...),

il publie, à l'orée de la nouvelle année, un livre poignant, très personnel, qui retrace la vie de l'enfant solitaire devenu Maître de conférences et chercheur à l'université...

 

Il n'a pas besoin, ce docteur en sciences économiques, des journaleux locaux, pour dénoncer les agissements de cet ancien président de la fac de Perpignan, désormais introuvable, préparant son procès, qui a voulu faire croire à la "folie" de son collègue, consultant pour l'Organisation Mondiale du Tourisme, signant des chroniques économiques dans les journaux tels que Les Echos, Le Monde, Le Figaro, Economie-Matin ou dans les médias américains et québécois...

 

     Avec ce livre intime, d'une veine nouvelle, la fiction, l'autobiographie, Jean-Louis Caccomo narre son itinéraire, ses combats pour la justice et la vérité. Il s'inspire bien sûr de son expérience et de son vécu : "La réalité dépasse souvent la fiction", écrit-il en 4° de couverture...

 

Beaucoup de gens, ici, dans le mesquin microcosme perpignanais et "catalan" l'ont cru fou...Toutes les institutions l'ont bâillonné...La presse, des collègues, de pseudo-amis, son épouse...tous l'ont rejeté, exprimant ainsi leur lâcheté, leur machiavélisme...

 

Il est temps de réparer ! C'est l'heure de la justice, l'heure de la vérité, avec le procès de juin qui se prépare...

 

Jean-Louis a raison d'accuser. Nous savons qu'il porte la vérité.

Nous aimons les Dreyfus de tous types et de toutes les époques !!!

 

J.P.Bonnel

 

**Il faut lire, à la fin du livre, les témoignages de quelques personnalités qui n'ont pas eu peur de rendre hommage à JLC.

Soyons fiers de ces hommes : J.Paul Alduy (page 226), Maurice Halimi, Henry de Lumley, Jacques Barrot, Charles Millon, J.François Revel, Mme René Cassin...

 

(remarquons que ces marques d'affection viennent de gens "de droite", pour dire vite, car JLC se déclare, dans ses écrits ouvertement "libéral" , mais n'appartient à aucun parti...

 

La gauche "archaïque", apte à juger de façon stalinienne, n'a pas eu la générosité d'un bon mot à son égard... Disons qu'elle n'est pas au courant : en effet, les journaux locaux et "roussillonnais" ou pseudo-catalans ne causent pas de cette douloureuse affaire d'internement à Thuir... 

 

Il y a mieux à faire, pour récolter des sous : publier des pleines pages sur la fête du Barcarès pendant des semaines, publicité déguisée...

 

* en librairie ou par le net : www.LibertéNumériques.com

25 euros, janvier 2020.

 

Chroniques en liberté de JLC (son blog) : http://caccomo.blogspot.fr/

 

site professionnel : https://sites.google.com/site/caccomojl/

 

lire aussi les chroniques de celle qui l'a défendu depuis le début et prendra par au procès contre l'ancien président de l'université, Fabrice Llorente :

Manuella Kant sur Facebook

Samedi 18 janvier 2020

La nuit de la Lecture : Ludovic & Claude Massé Bibliothèque de Brouilla (66)

 

 

Ludovic Massé est né à Evol (Pyrénées-Orientales) le 7 janvier 1900. Romancier roussillonnais. Il est inhumé fin aout 1982 au cimetière de Céret, village où son fils Claude est né un 21 mars 1934 et inhumé à son tour le 7 janvier 2017.
Ni l'un ni l'autre ne sont des êtres conformes, toute une vie, chacun à leur tour, ils ont en se passionnant pour l'Art et la Littérature, partagé avec celles et ceux qui se sont approchés d'eux, ce qu'ils ont appris dans ce temps. Ludovic a écrit plus d'une vingtaine de romans et d'ouvrages (de 1924-1962), édités, et réédités (de 1980 à nos jours), traduits quelquefois (catalan, américain, vietnamien, allemand), il a constitué dans son temps des collections d'art pour des notables et amateurs, côtoyé les plus grands de la littérature et des Arts sans jamais quitter son département. Claude a abandonné l'idée d'écrire trés tôt, a passé, donné, partagé une grande partie de sa vie, organisant des centaines d'expositions et côtoyant les grands artistes et poètes du sud, avant de devenir un des grands connaisseurs de l'Art Brut en France, puis de se mettre à l'oeuvre et créer les "Patots" sa grande armée de liège et de clous, d'exposer largement en France et à l'étranger sans jamais trop quitter son département, de remettre aussi toute l'oeuvre littéraire de son pére aux yeux du plus grand nombre, grâce au soutien d'une poignée de ses grands copains.

Fort de l'exposition, Les 3 Massé un siècle de passion pour l'Art et la littérature organisée à Lormont (Gironde) au Bois Fleuri en 2011 et qui réunissait pour la première fois l'oeuvre complète littéraire et plastique de mes aïeuls, j'ai accepté l'invitation de Maryse et Pierre Espin-Charvieux cette présentation intime à Brouilla pour la nuit de la Lecture ce samedi 18 janvier à partir de 18heures, non sans l'émotion qui côtoie la joie de le faire dans le cadre d'une bibliothéque, a fortiori dans un village de ces Aspres qui regarde le Vallespir, la Cerdagne, et s'imagine aussi les pieds dans l'eau de la Méditerranée si proche.

Heureux de vous retrouver samedi.

 

Du 18 au 25 janvier 2020 Je suis heureux de présenter dans le cadre de la Nuit de la Lecture dans la Bibliothèque de Brouilla (Pyrénées-Orientales)) une exposition originale d'oeuvres du plasticien Claude Massé (1934-2017), des ouvrages de l'écrivain Ludovic Massé (1900-1982) et divers documents. 

Le 18 janvier au soir, une lecture de textes ; l'un sur Claude que l'auteur Didier Manyach aura la générosité de venir nous faire partager et d'autres lectrices et lecteurs liront Ludovic Massé pour inaugurer ce temps d'échanges autour de l'oeuvre de deux hommes passionnés.

Mes remerciements, d'avance, vont à M.Le Maire de Brouilla et son équipe, à Maryse et Pierre Espin-Charvieux instigateurs de cette aventure dans les Aspres. 

Bibliothèque de Brouilla (Mairie) exposition du 18 au 25 janvier 2020 

Lectures le samedi 18 à partir de 18h00. Exposition de 15 à 18 heures chaque jour jusqu'au 25 janvier

 

 

JANVIER

18

Nuit de la lecture

Public · Organisé par Mémorial du Camp de Rivesaltes

  • samedi de 15:00 à 22:00
  •  
  •  
Partager cet article
Repost0
17 janvier 2020 5 17 /01 /janvier /2020 09:54
Hier jeudi 16/1 au théâtre, X.PY, président de la fac, JM.Pujol,maire et D.Pagès, adjointe à la culture (C) J.P.Bonnel - Vernissage à 100mètres.... - Beaux Arts de Sète
Hier jeudi 16/1 au théâtre, X.PY, président de la fac, JM.Pujol,maire et D.Pagès, adjointe à la culture (C) J.P.Bonnel - Vernissage à 100mètres.... - Beaux Arts de Sète
Hier jeudi 16/1 au théâtre, X.PY, président de la fac, JM.Pujol,maire et D.Pagès, adjointe à la culture (C) J.P.Bonnel - Vernissage à 100mètres.... - Beaux Arts de Sète

Hier jeudi 16/1 au théâtre, X.PY, président de la fac, JM.Pujol,maire et D.Pagès, adjointe à la culture (C) J.P.Bonnel - Vernissage à 100mètres.... - Beaux Arts de Sète

GRAU ne m'a pas répondu...

 alors suis allé voir PUJOL au théâtre municipal universitaire

 

En effet, ma lettre n'a pas eu d'écho auprès de l'équipe du candidat-député (à part une co-listière qui a trop mon texte bon...) : l'article a été beaucoup lu et commenté sur les réseaux, mais n'est sans doute pas encore arrivé au local de Romain G...

Place de la République : le point G...

 

Celui-ci est sans doute conscient d'avoir placé à la tête de la révolte gitane un individu violent, irresponsable, menteur, dans un contexte mafieux.

Le candidat promet beaucoup, mais ensuite il faudra payer, et la pochette-surprise sera peut-être vide... De toute manière, avec la révolte anti-Macron, le candidat La Rép en Marche est déjà battu.

Il faudrait s'allier pour gagner, mais on dirait qu'ici, tout est fait pour conforter le pouvoir en place (le maure) grâce à la division des égos : ces candidats font le jeu de M.Pujol...

 

 

Et celui-ci le sait qui jubilait, hier soir sur la scène du théâtre à usage universitaire. Avec les travaux visibles dans les rues, avec toutes ces inaugurations, le maire tient la corde, il est dans l'actualité permanente et il montre ses réalisations, quand les autres rédigent des catalogues de propositions...

 

Donc il fut un bon acteur, le J.Marc habillé d'un costume bleu, au coeur de théâtre rouge, aux fauteuils écarlates, plus confortables qu'à l'Archipel, mais faut pas être un géant, sinon tu as les genoux dans le dos de la belle bourgeoise devant toi...

 

 

M.Pujol fut bon et sa directrice de cabinet, l'adorable Caroline Sirène, charmeuse et pleine d'humour, dans les coulisses avec moi...si près de moi, est un exemple de tolérance... Et si je basculais vers le nouveau régime pujolesque..? Ah, la trahison ! Et si je m'excusais à propos des horreurs que j'ai écrites sur l'intimité du maire...

Oui, excusez-moi, cher Jean-Marc, la liberté d'expression s'arrête là où commence la liberté intime de l'autre !!!

 

 

En tout cas, il fut bon, autant que le joyeux Xavier PY, qui se félicitait de cette ouverture culturelle aux étudiants. Le public, vieux et réac du centre-ville opinait du chef et de la perruque, tout comme mon voisin et néanmoins ami de Boîte-vaut pas un clou, intermédiaire de spectacle, souteneur de piteux humoristes, qui trouvait la scène présente supérieure à celles qu'il offre, chèrement, aux citoyens ...

Il avait mis son manteau rouge de Père Noël et son chapeau-melon, qui gênait la spectatrice derrière lui, et il a dû alors montrer son crâne lisse et vide...

 

Comment un ancien "socialiste" (à l'époque Amiel-Donat) peut devenir pujolesque, c'est-à-dire opportuniste, vous le saurez en restant fidèle à ce blog irrévérencieux...(il faut l'être car les médias sont de plus en plus conformistes et aux ordres des patrons milliardaires...)

 

Bref tout le monde était content et on avait l'impression que rien n'avait changé ici : le maître de cérémonie n'a pourtant pas dit qu'on avait perdu plus de cent places...que la ville, refusant de faire classer le théâtre comme monument historique, a dû payer les travaux (avec l'agglo, pas avec l'Etat comme cela avait été affiché sur la façade de façon mensongère...que la ville devait pendant 96 ans payer l'entretien et pas l'université...). Les spectateurs, fans du maire, ne savent rien de tout ça et ne veulent pas le savoir... Pourtant J.Bernard Mathon était présent et aurait pu leur dire la vérité... L'écolo A.Langevine était là aussi, mais toujours silencieuse, l'inconnue de la Région, comme l'ombre du maître de céans...

 

M.Pujol a déclaré avoir fait installer des structures pour les handicapés, alors que cela existait avant cette fausse "rénovation", et a dit encore que la salle Cocteau serait bientôt accessible, avec son bar, mais que le public resterait debout... Il a promis le lieu ouvert aux associations culturelles...Chiche, M. Le maire, on verra et merci, et bises à Caroline..

 

J.P.Bonnel.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2020 4 16 /01 /janvier /2020 10:00
R. Grau et JPB - Affiche de R.Grau - Lino et JPB, 6/1/2020 - Arrêt des démolitions au Puig, 30/7/2018 (photo de JPBonnel)
R. Grau et JPB - Affiche de R.Grau - Lino et JPB, 6/1/2020 - Arrêt des démolitions au Puig, 30/7/2018 (photo de JPBonnel)
R. Grau et JPB - Affiche de R.Grau - Lino et JPB, 6/1/2020 - Arrêt des démolitions au Puig, 30/7/2018 (photo de JPBonnel)
R. Grau et JPB - Affiche de R.Grau - Lino et JPB, 6/1/2020 - Arrêt des démolitions au Puig, 30/7/2018 (photo de JPBonnel)

R. Grau et JPB - Affiche de R.Grau - Lino et JPB, 6/1/2020 - Arrêt des démolitions au Puig, 30/7/2018 (photo de JPBonnel)

Lettre ouverte à Romain GRAU, député, candidat aux municipales de Perpignan, à propos de St-Jacques et de Lino Gimenez

 

M. Le député,

 

Je vous interpelle au-sujet des réactions de Lino Gimenez, qui se dit votre protégé au quartier St-Jacques, après la publication de deux articles récents dans mon blog.

 

Les déclarations de "Nounours" sont intolérables : il insulte ma famille et moi-même, m'accusant d'avoir laissé ma mère mourante, pour que je puisse partir en vacances...Il excite ses amis qui, désormais, parlent de me frapper si je viens dans le quartier...

 

En outre, Lino montre la couverture du Petit Journal catalan, qui a publié un reportage raciste sur la communauté gitane; ce numéro de l'hebdo date de plusieurs années et son directeur a été condamné...

 

Je n'ai rien à voir avec ce journal, qui s'intéresse plus aux faits divers qu'à l'information objective. Cependant, Lino en profite pour insulter ma cousine Clarisse Réquéna qui écrit depuis deux ans dans ce journal. (simple correspondante). Elle n'est pour rien quant aux turpitudes passées de ce torchon ! 

 

Cette méthode "linesque" est intolérable : manipulation, mauvaise foi...sont à condamner. J'ai répondu longuement à Lino sur Facebook, mais il a effacé mes explications ! Censure, lâcheté, hypocrisie, voilà la méthode de cet individu que j'estimais et que je considérais comme un ami...

 

En effet, depuis juillet 2018, j'ai participé aux manifestations contre les destructions d'îlots "insalubres", à des réunions... J'étais avec Lino, et avec vous, aussi, puisque vous avez conseillé aux habitants ulcérés de se révolter. 

 

Et "on a toujours raison de se révolter !" comme nous l'a appris J.P. Sartre.

 

A présent, comme vous avez beaucoup promis à Lino, il organise de la propagande pour vous, se considère comme le "chef" du quartier et élimine peu à peu ses amis et des membres du "collectif" (Fabien Candoret de l'assoc. des Riverains, Nasser Sari -voir mon blog, Kmel qui est revenu à présent-, Raphaël Brière, blessé par ses polémiques...)...

 

Tout le monde sait que Lino utilise la menace, la violence, l'intimidation, les insultes (je vous donnerai des exemples dans des situations concrètes, si vous voulez)...

 

Le collectif de St-Jacques, l'association de défense du patrimoine (O. Poisson, Ph. Poisse..) et les citoyens (J.Bernard Mathon...) ainsi que vous-même ne pouvez pas tolérer plus longtemps d'agir avec un individu, autrefois condamné par la justice, et terrorisant depuis des mois tous ceux qui ne pensent pas comme lui..! Face à cet homme dangereux, je n'ai plus qu'à porter plainte... à moins que vous n'arriviez à le calmer et à lui "faire la morale"...

 

Malgré votre itinéraire politique en "zigzag" (il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas et vous êtes plutôt très intelligent !), malgré la politique macronique inégalitaire et répressive que vous défendez, j'estime votre dynamisme, votre franc-parler, vos propositions pour Perpignan (en particulier pour la culture). Je suis allé à l'inauguration de votre local et j'y ai rencontré de nombreux amis, ce qui ne veut pas dire que j'ai choisi de m'engager pour votre liste... Je reste libre. Mon blog le prouve, qui a pourfendu depuis 2014 les actions de la municipalité.

 

Merci, R. Grau, d'être attentif à ces remarques et d'agir pour que le quartier Saint-Jacques, malmené depuis des décennies, ne soit pas récupéré par un meneur qui n'a que la violence et la brutalité comme seuls arguments...

 

Je souhaite que vous soyez un médiateur capable d'apaiser et de faire entendre raison à L. Gimenez : je n'ai voulu en arriver à cette situation; j'ai simplement répondu à une demande de Lino qui désirait témoigner sur mon blog.

 

L'équité exigeait que j'entende également les personnes mises en cause, attitude d'objectivité, que Lino n'a pas acceptée...

 

Respectueusement, J.P.Bonnel

 

 

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2020 2 14 /01 /janvier /2020 10:03
Nasser et des enfants du quartier Saint-Jacques (photo de J.P.Bonnel)

Nasser et des enfants du quartier Saint-Jacques (photo de J.P.Bonnel)

HLM de Perpignan, M. Sitja, directeur, Lino Gimenez - Droit de réponse de Nasser

 

 

Rencontre avec Nasser Sari

 

 

Son point de vue et sa mise au point après l'article sur Lino Gimenez sur les HLM de la ville de Perpignan. 

 

(Ce n'est pas le responsable du blog qui s'exprime ici. Il utilise les guillemets pour retranscrire les déclarations de Nasser…)

 

 

 

Ce jeune homme chaleureux et sympathique, âgé de 23 ans, est né ici, dans le quartier St-Jacques de Perpignan. Il y a grandi et connaît les gens et les problèmes (insécurité, trafic en tous genres, saleté, logements insalubres) par coeur. 

 

 

Après le bac et une année de droit, il est surveillant dans un lycée et entraîne une équipe de foot de façon bénévole. Ensuite, il obtient un poste de gendarme "adjoint volontaire", pendant 24 mois  dans l'Isère. Enfin, il revient au pays, dans son quartier à cause de sa mère qui vit seule. Son rêve était de devenir ambulancier…mais le voici  à présent nommé concierge aux HLM municipaux de Perpignan…

 

 

Nasser tient à répondre aux accusations de son ancien grand ami, Lino Gimenez, dit "Nounours" (voir son point de vue dans un récent article du blogabonnel). 

 

 

Nasser faisait partie du collectif de 12 personnes qui a été créé après les affaires de destruction de maisons "insalubres" et l'opposition de la population sur la place du Puig (fin juillet 2018). Ce groupe composé de J.B. Mathon, B. Cabanes, Fabien Candoret, Olivier Poisson, Lino Gimenez, Raphaël Brière, Paul Orell …participe à des réunions à la préfecture et au CD66.

 

 

Ensuite, embauché par M. Michel Sitja, directeur des HLM de Perpignan, Nasser quitte le collectif "chassé, plutôt, par Lino", dit-il), et il participe au projet des HLM pour la "rénovation " de St-Jacques. Au départ, Nasser trouvait qu'il manquait un dialogue avec la population et ses représentants. Ensuite, la concertation suivit : deux réunions sont organisées avec la population, pour le choix des architectures envisagées. 

 

 

"Lino était d'accord avec ce projet; tous, nous étions contents car nous était enfin accordé le droit de parole…" On nous a présenté cinq projets d'architectes locaux, de Paris, de Montpellier…C'est un choix collectif, celui de douze personnes, pas celui de la mairie !" 

 

Au début, c'était le projet n°5. Puis le n° 1 a été montré à Lino et il a refusé; enfin, au bout de malentendus et d'imbroglios, il a accepté… Moi, déclare encore Nasser, je voulais que le choix corresponde aux goûts de la population…"

 

 

"J'étais le grand ami de Lino pendant un an, puis quand je constate que l'intérêt individuel passe avant celui de la collectivité, je le quitte. Je devais faire l'intermédiaire entre Lino et le collectif… Les déclarations de Lino sont des mensonges…"

 

"La population veut du logement, neuf ou restauré; il y a des maisons à abattre à cause de la sécurité. J'aimerais qu'on garde tous les immeubles, tous les logements, mais peut-on vraiment tout conserver.., car y habitent des enfants, des gens âgées…"

 

 

La trahison de Lino, c'est une des raisons de mon départ du collectif, que "Nounours" veut contrôler…Une autre cause, c'est la violence du personnage.

Lui, il m'accuse de violence…or j'ai un casier judiciaire vierge, je diffuse les idées républicaines auprès des jeunes…

 

C'est Lino qui a montré sa violence, lors de la réunion programmé à l'atelier d'urbanisme; on l'a suivi mais il nous terrifiait, puis quand on a fait irruption chez Nick (Giménez, oncle de Lino) qui, pour un anniversaire, avait invité le maire de Perpignan et le Préfet, M. Chopin…"

 

 

à suivre...

 

 

Café Le Tanger, place Cassanyes, le 13/1/2020

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens