Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 octobre 2019 2 29 /10 /octobre /2019 06:35
Municipales à Perpignan : un programme pour la culture.

Municipales à Perpignan : un programme pour la culture. 

"Une culture de qualité pour tous."

 

Comme le droit au travail, au logement, à la sécurité, l'accès à la culture pour tous les citoyens est une liberté fondamentale.

 

La culture, ce n'est pas seulement le savoir, l'ouverture pour obtenir un diplôme et un métier, c'est un plaisir (animations, fêtes, spectacles...) et l'ouverture à l'autre, à l'étranger, à d'autres langues et civilisations. C'est, pour les habitants, la possibilité de rencontrer des voisins ou, au contraire, des lointains, dont, sans l'activité culturelle, ils n'auraient jamais soupçonné l'existence et la faculté créatrice.

 

La culture, c'est une façon agréable de devenir citoyen averti et de s'insérer dans le tissu urbain, associatif, collectif...

 

Si la culture coûte cher, elle peut devenir aussi le moteur d'une économie, d'un territoire et, grâce à sa spécificité, son originalité, faire de la ville une "destination", susceptible de faire venir des touristes, des publics nouveaux, permettant de valoriser la cité et de développer le commerce, l'hôtellerie...

 

Avant tout, la culture doit permettre de "ré-enchanter la ville", quand elle ronronne dans ses événements traditionnels (les feux de la Saint-Jean, la Sant-Jordi...), quand elle est est morte et désertée le dimanche...

 

Pour les habitants pauvres ou marginalisés, la bibliothèque (médiathèque centrale, bib. de quartiers, antennes, foyers culturels) est primordiale pour accueillir le public et lui permettre d'accéder aux livres, revues, journaux et médias informatiques.

 

*Première initiative :

La municipalité doit ouvrir la médiathèque le dimanche et tous les jours de la semaine non-stop: cela demande la création d'emplois et le recours à des bénévoles, jeunes ou retraités, animateurs culturels, etc...

 

*Sans revenir en détail sur les suggestions avancées lors de la campagne de mars 2014, que j'ai rassemblées dans un livre (365 jours avec J.M.Pujol, chroniques des Municipales à Perpignan -Les mots en scène éditeur, 14 euros., suivi, en mars 2018, d'un autre Perpignan, une ville en sursis, 18 euros.), je proposerais quelques idées pouvant alimenter le programme d'un candidat et d'une liste citoyenne audacieuse :

 

*Parallèlement à une culture populaire de qualité (accent mis sur les bibliothèques, les actions dans tous les quartiers et surtout les "ghettos" (voir texte), la nouvelle équipe fera de Perpignan une "ville culturelle, catalane et méditerranéenne, ouverte sur l'Europe et le monde" :

 

-Maintenir une création et diffusion culturelle de qualité grâce au théâtre de l'Archipel (collaboration avec d'autres théâtres, création sur place, avant Avignon comme en 2019, ouverture sur les scolaires, comme cela est déjà fait).

 

-Inventer une culture hors du local pour que la ville ait un rayonnement national: Perpignan en a-t-elle les moyens ?

S'inspirer de Montpellier : création du MOCO, qui offre son musée à des collections privées, à des musées étrangers, pour réduire les coûts.

 

-Conserver et développer le Centre d'art contemporain Walter Benjamin, mis à l'arrêt et même à la vente par l'équipe de 2014. Arrêter ce processus et relancer ce centre unique en France (que j'animerais bien volontiers et de façon bénévole,connaissant déjà la pensée du philosophe juif allemand, en tant que président d'une association WB sans frontières, exilée à banyuls, en raison d'une incompatibilité avec le maire actuel...). Un budget de fonctionnement devra être voté pour assurer des expos, la venue de films et de conférenciers. Par là, une voie pour faire de Perpi une destination intellectuelle !

 

-Ressusciter une école d'art municipale. S'inspirer de l'exemple de Sète (voir texte plus bas). Le fonctionnement des anciens BA coûtait un million d'euros, les salaires des professeurs étant réglés par l'Etat. Sète paie les intervenants et bénéficie d'une aide de la mairie...Pourquoi pas Perpi ?

 

-Faire du Théâtre municipal un théâtre local, destiné aux troupes d'ici, du département et du territoire catalan (inviter les acteurs du Sud); après la "rénovation" entreprise par la municipalité en place, il faut voir comment articuler spectacle (le soir), répétitions et cours pour les étudiants en droit...Surprises..?

 

-La culture de haute qualité gratuite pour tous : installer un écran géant sur la façade de l'Archipel (puis du théâtre municipal) pour qu'un public nouveau assiste depuis la rue à des spectacles. Il faudra voir avec la direction, la Sacem, les troupes concernées pou trouver un arrangement: cette offre inédite sera possible, sans doute, pour les spectacles affichant complet. Ce qui est possible pour l'opéra de Vienne (Autriche) ne serait-il pas possible à Perpignan..? Ne soyons pas frileux !!! La culture, c'est aussi l'innovation, la révolution permanentes..!

 

-Conserver les associations qui gèrent le cinéma, le jazz, le disque : à ce propos, grâce à l'action de Jean Casagran (festival du disque, expos Dali...), pensons à l'installation, enfin, d'un musée du disque (des origines à aujourd'hui); il serait installé place du Puig dans l'admirable site de l'ancienne caserne, hélas dans un état lamentable, car les HLM et la ville n'ont pas veillé à une gestion propre de ce bâtiment devenu un immeuble insalubre jonché d'immondices.

Il s'agit du problème général de la propreté à St-Jacques. Il s'agit aussi de reloger les 62 familles qui habitent en ce lieu. La création d'un lieu culturel (le musée du disque et, dans une autre aile, d'un musée des arts et traditions gitanes, ou Roms, ne sera possible que dans la concertation et après une rénovation totale du quartier...

 

-Créer une Sant-Jordi du livre plus ambitieuse, avec colloques, invitations d'écrivains catalans, au lieu de se contenter d'offrir des roses et d'installer des stands. André Bonet serait partant pour développer cet événement culturel de tous les Suds et, en particulier, de toute la Catalogne, en avril...

 

-Créer une nuit blanche ouverte à l'inspiration des artistes locaux. Un nocturne par mois permettant à la population de découvrir gratuitement le musée Rigaud et ses expos temporaires.

 

-Mettre en place un "pass jeunes et un "pass éudiants", comme cela se fait nationalement : une carte annuelle permettant d'accéder à tous les musées, à un spectacle de l'Archipel, du Th. municipal, du Médiator...à trois séances de cinéma (J.Vigo, Le Castillet)...Actions à décider avec les associations et les partenaires privées. Une grande concertation, une assemblée de tous les acteurs culturels est à envisager rapidement pour aller de l'avant !

 

J.P.Bonnel

à suivre...

 

*Sur la création d'une école des Beaux-Arts

 

s'inspirer de celle, municipale, qui existe à Sète et a un gros succès. Je l'ai visitée avec le directeur, grâce à ma fille qui est secrétaire de l'association :

 

*** Association LABAS Les Amis des Beaux-Arts de Sète <labas.association@gmail.com>

 

Cette année, l’association des Amis des Beaux- de Sète (LABAS) a besoin plus que jamais de ses forces vives pour mettre en œuvre tous les projets en cours et à venir !

Ce sera bien sûr un plaisir de continuer à accompagner ensemble cette belle école dans son rayonnement. Il nous faudra aussi soutenir activement le projet de restauration de la demeure qui l’héberge. Les nouvelles sont bonnes de ce côté, on peut dire qu’enfin ça bouge ! Le bâtiment sera sans doute inscrit au titre des monuments historiques par les services du patrimoine de l’Etat et un appel d’offre est lancé pour l’architecture du projet de restauration. Dans cette optique, les personnes intéressées par un travail historique sur l’école des beaux-arts sont encouragées à se manifester pour participer à ce projet.

 

Grâce à vos envies et idées, il y a aussi beaucoup de choses dans le carton.


Nous nous réunirons toute l’année autour du thème « Art et Paysage » et nous continuerons à prévoir de nombreuses activités :

  • Rencontres d’artistes, de collectionneurs, d’amateurs d’art ou de personnes institutionnelles
  • Conférences
  • Visites d’expositions ou de lieux de mémoire
  • Projets botanique et gastronomique autour du parc des beaux arts
  • Participation active à divers événements organisés par l’école
  • Échanges avec d’autres associations d’amis des arts/musées
     

téléphone : 06 17 30 53 16 ou par mail : labas.association@gmail.com

 

Vous trouverez ci-joint le dépliant de l’association avec le bulletin d’adhésion ou de renouvellement à nous renvoyer avec votre participation.

Nous vous attendons nombreux et enthousiastes !

Note : On peut apporter du salé, du sucré ou une boisson, nous dire pour l’organisation.

Catherine Judell-Dufour

Présidente de l’association LABAS

Suivez-nous sur la nouvelle page Facebook: @lesamisdesbeauxartsdesete

 

**Exemple des activités de l'Ecole des BA de Sète en 2017 :

 

PROGRAMME OCTOBRE-DÉCEMBRE 2017

MERCREDI 4 OCTOBRE
18h-19h30
Théâtre Molière, Sète
"Comprendre l'art", 1
er cours d'histoire de l'art

par Sylvie Lagnier, docteure en histoire de l'art, dans le programme de l'Université Nomade des Arts (UNA) initié par l’École des beaux-arts.
Tous les mercredi de 18h à 19h30 (sauf vacances scolaires) soit au Théâtre Molière, petite salle du RDC soit au Cinéma le Palace (24 avenue Victor Hugo).

11 octobre, au cinéma Le Palace 18 octobre, au Théâtre Molière
8 novembre, au Théâtre Molière 15 novembre, au Théâtre Molière 22 novembre, au cinéma Le Palace 29 novembre, au cinéma Le Palace 6 décembre, au Théâtre Molière 13 décembre, au cinéma Le Palace 20 décembre, au Théâtre Molière

Tarifs pour l'année:
100 euros pour les adhérents à l'association LABAS
200 euros pour les non adhérents
Gratuit pour les personnes participants déjà à un atelier à l'école des Beaux-Arts de Sète

Sur inscription : 06-17-30-53-16 ou labas.association@gmail.com

VENDREDI 20 OCTOBRE
9h-16h
Pic de Vissou (Cabrières)
Lecture de Paysage, découverte inédite et surprenante du paysage

Sous la conduite de Jean-Lou Welcome, géologue et paléonthologue ainsi que de deux artistes et enseignantes de l’École des Beaux-Arts Enna Chaton et Armelle Caron.
Trajet en bus : départ à 9h du Pont de la Savonnerie à Sète. Retour à 16h à Sète.
30 minutes de marche pour attendre le Pic de Vissou offrant une vue panoramique à 360°.

Apporter un pic nic et carnet de croquis, aquarelle, crayons. Annulé si mauvaise météo.

Tarif :
5 euros pour les adhérents à l'association LABAS
30 euros pour les non adhérents

Sur inscription : 06-17-30-53-16 ou labas.association@gmail.com (places limitées)

NOVEMBRE

Visite des différentes expositions en compagnie de Philippe Saulle, directeur de l’École des Beaux-Arts et de trois enseignants.
Départ en bus du Pont de la Savonnerie à Sète à 8h30 et retour à Sète à 20h30.

Deux sites à découvrir :
12h visite du Mac
LYON | Cité Internationale, 81 quai Charles de Gaulle, Lyon 6

15h30 visite de La Sucrière | Les Docks, 47-49 quai Rambaud, Lyon 2
Tarif réduit de groupe : 9 euros pour les deux expositions (à régler sur place)

Tarifs:
Gratuit pour les personnes participants à un atelier à l'école et étant adhérents à l'association LABAS
5 euros pour les adhérents à l'association LABAS
30 euros pour les non adhérents

Sur inscription : 06-17-30-53-16 ou labas.association@gmail.com (places limitées)

JEUDI 9 NOVEMBRE Journée (départ 8h30 retour 20h30)
Biennale d'art contemporain Lyon

Visite découverte du parc et de la maison en compagnie de Philippe Saulle.
Avant de devenir l’École des beaux-arts de Sète que nous connaissons aujourd'hui, le bâtiment, construit vers 1830, a eu une destinée particulièrement liée aux artistes et aux Beaux-arts.

Tarif :
Gratuit pour les adhérents à l'association LABAS
15 euros pour les non adhérents

Sur inscription : 06-17-30-53-16 ou labas.association@gmail.com

SAMEDI 18 NOVEMBRE 10h30
École des Beaux-Arts, Sète Visite guidée

DÉCEMBRE

SAMEDI 2 DÉCEMBRE
10h-16h
Visites d'ateliers
Collège Victor Hugo (rue Lakanal) et

Chais Saint-Raphaël (rue Révolution) à Sète

Rencontres et échanges avec les artistes résidant dans les deux sites regroupant des ateliers. Ouverture exceptionnelle de leurs ateliers.
Déjeuner : partage d'un pic-nic dans la cour des ateliers Victor Hugo si la météo le permet.

Tarif :
Gratuit pour les adhérents à l'association LABAS
15 euros pour les non adhérents

Sur inscription : 06-17-30-53-16 ou labas.association@gmail.com

La Culture à Perpignan :

 

** Catalogne : cette culture identifiée (langue, littérature arts, sentiment d'appartenir à un peuple sucé, désir d'apparaître comme une nation), se veut non identitaire, ni raciste, ni xénophobe, ni nationaliste guerrière.

 

Au contraire, ouverte aux autres, à l'Europe, avec son désir d'y adhérer, partant des expériences du local jusqu'aux valeurs de l'universel.

 

Dans la perspective d'une politique nouvelle de la ville, il s'agira d'agir dans le rapprochement des quartiers, des catégories sociales et des "communautés". 

 

Dans le domaine de la musique, favoriser l'installation de coblas sur les places, sur les terrasses au soleil, ainsi que des groupes de gitans, d'adeptes de la rumba ou de danses orientales et de chants juifs.

 

Les traditions à forte valeur mémorielle, culturelle (on ne parle pas de la cargolade, des carrefocs ou des avaleurs d'abricots et des cracheurs de noyaux..) sont à faire connaître aux autres quartiers : desséchantes doivent être favorisés. Ainsi, de la musique classique ou des airs d'opéra place Cassanyes et des choeurs gitans ou maghrébins en coeur de ville...

 

Diffuser la culture de l'autre, l'expliquer de façon à éviter les exclusions, les rejets. Dialoguer loin des terrorismes verbaux, des discours de haine, des violences racistes…

Il ne s'agit pas d'attendre que l'Autre, l'Etranger vienne dans le lieu culturel officiel de la culture domination (le théâtre, la librairie…) : des actions originales de bouquinistes, d'écrivains, de libraires ont été tentées. 

 

* projet (une conférence culturelle sur Mérimée et les Gitans a déjà eu lieu en 2019):

 

De même notre association, en accord avec des responsables gitans et avec le propriétaire du café Le Tanger, place Cassanyes, a mis en oeuvre une série de conférences-dialogues, autour des personnages gitans dans l'oeuvre de Mérimée, point de départ d'une discussion sur l'état du quartier Saint-Jacques…

 

 

- - -

Une réunion sur la culture, par la liste NOU.S a déjà eu lieu en 2019 - compte-rendu dans mon blog :

 

Liste NOU.S pour les élections municipales de mars 2019 - Projet : la culture catalane

 

Nicolas BERJOUAN, tête de liste est l'animateur de cette rencontre citoyenne. Il explique en catalan et en français les motivations à l'origine de cette initiative…

 

Cette liste est un lieu de partage,un instrument de convivialité…Qui sommes-nous ? Des gens qui sont inquiets de l'état de la cité. Cette vision relie l'état de la ville et celui du monde : il s'agit d'un combat local pour des questions globales.

Du local à l'universel, en quelque sorte…

La ville est malade, la ville régresse. Nous sommes pour un changement radical à Perpignan : refaire de cette cité une ville catalane ! Il faut inventer une autre manière de faire de la politique. Ici, M. Pujol est un fossile de la politique !

 

Aucun autre parti ne propose une analyse approfondie de la situation ! La culture est absente de cette vision. Nous somme victimes d'une politique de paupérisation de la culture locale : les sardanes et c'est tout !

Or la culture catalane devrait être une ouverture et s'inscrire dans un contexte régional plus vaste !

 

NOU.S Perpignan, c'est lutter à Perpignan !

Prenons l'exemple de l'école Arrels, dans le quartier du Vernet, un des derniers lieux de mixité sociale à Perpi…

 

Nous avons trois chemins à suivre :

-transmettre la langue, 

-donner des moyens à l'école, sinon la langue et l'identité de la ville mordront… 

-retrouver une ville de fêtes et d'animations culturelles dans les quartiers (exemple du rôle du CEDAC à ses débuts).

 

Pere Manzanares enchaîne en affirmant :

Il ne s'agit pas ici de dresser un catalogue, une liste de "y a qu'à…"

Il y a cent ans, on parlait catalan à Perpignan; à présent la langue est "dans l'oreille" de la nouvelle génération.

Il y eut l'apport des enfants de la Retirada.

Quels sont les moyens dont on dispose pour développer la catalanité ?

Ne pas être dans la surenchère, dans la folklorisation, comme le Rassemblement national, qui n'a pas de programme…

Il faut une ambition forte et du pragmatisme, de la transversalité, pas une attitude verticale d'autorité.

 

En effet, le problème catalan devrait foncerner tout le monde-, mais les résistances sont puissantes : de la part des employés de la ville, en raison de la pression et de la pesanteur du corps administratif.

Il faut du catalan pour tous !

 

Notons l'existence d'une unique centre périscolaire bilingue à Perpignan : il faut développer les actions extra-pédagogiques, les colonies de vacances, les centre aérés avec des animateurs… Créons donc des bourses pour ces jeunes animateurs.

Dans le domaine du tourisme, il faut savoir que les premiers visiteurs viennent du sud : il faut les accompagner, les informer…

Quant aux sports, développons le foyer laïque du Haut-Vernet.

Partout, l'éthique est essentielle : soyons pour le dialogue, la concertation ! 

Nous ne sommes pas pour cette vision du monde à qui tout le monde obéit : il faut décider ensemble.

Ces éclats de programme sont suivis d'une discussion, avec les interventions, par exemple, de Jaume Pol et de Gérard Roger, deux anciens conseillers municipaux, qui dressent un bilan négatif de l'actuelle municipalité…

 

Pour contacter la liste NOU-S PERPIGNAN : 

07 66 50 75 46. contact@nousperpignan.org

www.nousperpignan.org  - et sur les réseaux sociaux…

 

* Autre réunion pour la culture : NOV 9

La Culture à Perpignan, on en parle ?

Public · Organisé par Perpignan Equilibre et Clotilde Ripoull

 

  •  

Samedi 9 novembre 2019 de 14:00 à 17:00

*Perpignan-destination

Point de vue du journal Marie-Claire :

 

Perpignan, nouvelle destination culturelle  

 

Vous allez prochainement passer par Perpignan ? Plus qu’une simple étape bien connue pour ses plages, Perpignan est aujourd’hui une destination culturelle de premier plan avec comme point d’orgue le Musée d’Art Hyacinthe Rigaud. Grâce à une rénovation minutieuse, ce Musée des Beaux-Arts réunit des collections exceptionnelles, mélange de traditions et de modernité, au cœur d’un patrimoine historique unique.

 

 

ENTRE TRADITIONS ET MODERNITÉ

Rénové et ré-ouvert en 2017, le Musée d’Art Hyacinthe Rigaud est l’héritier du Musée des Beaux Arts de Perpignan datant de 1833. Installé dès l’origine dans le vieux Perpignan, il a pris ses quartiers dans deux hôtels particuliers de charme, l’Hôtel de Lazerme et l’Hôtel de Mailly. « Véritable pont entre les traditions catalanes et la modernité d’une ville en évolution, le Musée Rigaud offre une programmation culturelle de qualité toute l’année, aussi bien pour les habitants de Perpignan, fiers de leur patrimoine, que pour une clientèle touristique qui apprécie l’art tout autant que les belles plages du département » annonce Jean-Marc Pujol, Maire de Perpignan.

 

 

UNE IDENTITE RÉGIONALE FORTE

Mettant à l’honneur Hyacinthe Rigaud, célèbre portraitiste de Louis XIV et emblème culturel de Perpignan, le Musée d’Art accueille également des expositions de peintres contemporains : Picasso lors de l’inauguration en 2017, celui-ci ayant séjourné à l‘Hôtel de Lazerme ou encore Raoul Dufy, qui a vécu 10 années à Perpignan. « Nous réunissons des collections permanentes autour de 3 axes : le gothique, avec notre chef d’œuvre le Retable de la Trinité, le baroque, autour de l’œuvre de Hyacinthe Rigaud et enfin le Perpignan moderne, qui a vu séjourner des artistes incontournables tels que Picasso et Maillol » précise Claire Muchir, Conservatrice du Musée d’Art Hyacinthe Rigaud.  

DES EXPOSITIONS SUR-MESURE

Partenaires du Musée d’Orsay, du Centre Pompidou, du Louvre et de biens d’autres, le Musée Hyacinthe Rigaud a désormais sa place parmi les plus grands musées nationaux et bénéficie d’un rayonnement à l’international. Depuis sa réouverture il y a 18 mois, le Musée a enregistré près de 145 000 entrées. « En 2019, nous aurons deux temps forts, conçus spécifiquement pour le Musée. Le premier a lieu de février à mai : une grande rétrospective d’Antoni Clavé, un artiste attaché à la ville de Perpignan. Puis cet été, nous aurons la chance d’accueillir une belle exposition sur Rodin et Maillol, Face à Face » ajoute Claire Muchir.

Avec un espace dédié aux jeunes artistes et un autre aux artistes locaux, le Musée d’Art Hyacinthe Rigaud fait la part belle à l’art moderne local, tout en permettant aux Perpignanais d’avoir accès à une offre culturelle riche, et ce, toute l’année. Quant aux touristes, ceux-ci sont heureux de découvrir Perpignan sous un autre angle, une ville d’Art mettant en lumière son patrimoine architectural et historique.

 

(C) Marie-Claire - LA RÉDACTION EN PARTENARIAT AVEC MÉDIAS FRANCE  LUNDI 18 FÉVRIER 2019

MUSEE HYACINTHE RIGAUD

21 Rue Mailly

66000 Perpignan

Tél. : 04 68 66 19 83

https://www.musee-rigaud.fr/

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2019 1 28 /10 /octobre /2019 07:47
Le maire de Perpi (C) Le bourricot

Le maire de Perpi (C) Le bourricot

JMP (Jean-aiMARRE de PUJOL)

Le maire de Perpignan :

 

l'Archi-nul contre-attaque - C'est le seul candidat non déclaré qui parle de son programme !

 

Le site de Nicolas Caudeville est le média incontournable de Perpignan. On le sait depuis des lustres (Pujol la lumière croit que c'est des lampes) : ses entretiens dynamiques, humoristiques et pertinents sont connus dans le bocal perpignanais, et plus que du local...

 

Hier, au lieu d'aller à la messe, il a donné rendez-vous au maire de Perpignan, à l'Ubu café, place Rigaud, à la frontière des quartiers bourgeois et gitans. JM.Pujol a été malin d'accepter ce lieu, qui représente sa reconquêe du centre-ville, la rénovation de Saint-Jacques, avec ré-implantation de l'université de droit en son lieu d'origine...

 

Nique-ton-Pujol du pays de Caux a posé les bonnes questions. N'a pas fait dans la politesse et stylistiquement correct : le maire a eu droit aux casseroles qu'il traîne depuis des lustres (des décennies, plutôt !) : l'idéologie d'extrême-droite, l'OAS, l'Algérie française, le cercle algérianiste, la destruction du coeur de ville, avec l'école des Beaux-Arts, le Temple, la maison des syndicats, le commerce désertifié...

 

Eh bien, grâce à son calme, à son sourire quand le Normand le mettait à la Question, à sa rengaine sur ses valeurs humanistes, à ses engagements républicains...l'homme a presque convaincu.

C'était le politique fidèle à ses engagements, ne critiquant personne, ni De Gaule, ni Romain Grau, son ancien 1er adjoint qu'il a aidé pour être élu dans le parti républicain (quel ingrat, ce Grau !), ni O.Amiel, d'ailleurs il l'aime bien Olivier, mais oser s'opposer au choix du parti quand on est trésorier et qu'on veut aller jusqu'au bout, ça il ne l'avale pas ! Un autre ingrat !)

 

Bref, sans se déclarer candidat, JMP a développé son programme, mine de rien, alors que les autres distillent des "idées" sans démontrer dans les chiffres...et tandis que la gauche se cherche en se divisant, loin de l'ancienne union, loin du cartel, pour la gloriole d'Agnès, comme l'apostrophe notre maire, pour 5 mois encore, ouf !)...

 

Un bel entretien, donc, mais comment Nicolas qui a passé 6 ans à critiquer JMP, à le traiter de tous les noms, a-t-il eu l'aval du maire..?

Il y a quelques semaines, à la fête gitane, où l'idylle eut lieu, j'y étais aussi.

 

Le maire passant tout près de moi, j'ai sorti une main en sa direction. Lui de m'agresser :

"Et vous voulez me serrer la main ! Après tout ce que vous avez écrit sur moi ! Je vais vous la mettre sur la figure, ma main ! "

 

Suis-je donc son ennemi capital ?

 

Il n'a pas encore digéré mes articles sur le blogabonnel (réunis dans 2 livres qui resteront dans les annales des municipales 2014/2020 - un 3° tome va sortir);

il est rancunier le JMP (Jean-Marre de Pujol)...

 

JPB

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2019 7 27 /10 /octobre /2019 10:32
Marc Berdet et Angelus Novus - Le tableau de P. Klee - Gaby Irmann et André Roger -
Marc Berdet et Angelus Novus - Le tableau de P. Klee - Gaby Irmann et André Roger -
Marc Berdet et Angelus Novus - Le tableau de P. Klee - Gaby Irmann et André Roger -
Marc Berdet et Angelus Novus - Le tableau de P. Klee - Gaby Irmann et André Roger -
Marc Berdet et Angelus Novus - Le tableau de P. Klee - Gaby Irmann et André Roger -
Marc Berdet et Angelus Novus - Le tableau de P. Klee - Gaby Irmann et André Roger -
Marc Berdet et Angelus Novus - Le tableau de P. Klee - Gaby Irmann et André Roger -
Marc Berdet et Angelus Novus - Le tableau de P. Klee - Gaby Irmann et André Roger -
Marc Berdet et Angelus Novus - Le tableau de P. Klee - Gaby Irmann et André Roger -
Marc Berdet et Angelus Novus - Le tableau de P. Klee - Gaby Irmann et André Roger -

Marc Berdet et Angelus Novus - Le tableau de P. Klee - Gaby Irmann et André Roger -

https://walterbenjaminportbou.org/en/angelus-novus-foundation/

 

à Port-Bou

Contact : Pilar Parcerisas

 

Angelus novus de Paul KLEE,

 

avec Gaby Irmann et MarcBerdet 

 

 

Peintre singulier, nourri des naïfs, de Chagall, de Picasso, de Combas, je peins depuis toujours. 

 

Lycée et Beaux-Arts de Perpignan de 1963 à 1965 puis instituteur jusqu'en 1973, artisan peintre sur bois de 1973 à 1984, je créé alors une boutique d'artisanat, "L'Artoucho", à Perpignan. Je décide ensuite de devenir intervenant peinture dans les écoles, les lycées, la fac et le centre pénitentiaire. J'ai une préférence pour l'aquarelle où je mets en scène des gens et des animaux qui jouent? qui s'aiment? qui s'affrontent? qui s'observent? qui vivent!

 

 

Un nouvel atelier pour vous accueillir

 

Eté 2012, nous décidons d'acquérir un atelier-boutique d'exposition à Céret, juste à côté du beau musée d'art moderne. Nous ouvrons quelques aprés-midis et le samedi matin, et nous serions ravis de vous y accueillir. dans la rue Parayre, à côté du musée d'Art moderne.. L'occasion aussi de visiter Céret, charmante commune qui saura vous séduire. 
N'hésitez pas à nous appeler avant de venir 04 68 87 09 02

 

 

Contact

 

  Je suis à votre entière disposition pour répondre à toutes questions, commentaires, reflexions...

Si une pièce vous intéresse, n'hésitez pas à contacter Nina via ce formulaire ou à lui envoyer un mail à contact@ateliercanart.com

 

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2019 6 26 /10 /octobre /2019 12:07
Géants de Catalogne - Salon du livre et du chocolat - Un exil républicain à Toulouse -
Géants de Catalogne - Salon du livre et du chocolat - Un exil républicain à Toulouse -
Géants de Catalogne - Salon du livre et du chocolat - Un exil républicain à Toulouse -
Géants de Catalogne - Salon du livre et du chocolat - Un exil républicain à Toulouse -

 

La Federació Gegantera de Catalunya Nord organise « Octobre Rose » en Cerdagne, le samedi 26 Octobre prochain, en partenariat avec la Ligue Contre le Cancer. 

Vous trouverez ci-joint le dossier de presse de l’action qui mobilisera plus de 200 bénévoles, une vingtaine de géantes venues de Catalogne Nord, de Cerdagne, jusqu’à la Seu d’Urgell, contre le cancer su sein. 

Se rassemblement qui commencera à Bourg-Madame, se terminera devant l’hôpital transfrontalier de Cerdagne où un gigantesque nœud rose sera déployé sur le parvis.

 

Restant à votre entière disposition,

Bien cordialement,

 

Joan Llorenç Solé

Président de la Federació

Gegantera de Catalunya Nord

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2019 5 18 /10 /octobre /2019 09:26
Affiche du Prix Wa,ter Benjamin 2019 - Marc Berdet le lauréat - Livre sur les Fantasmagories du capital
Affiche du Prix Wa,ter Benjamin 2019 - Marc Berdet le lauréat - Livre sur les Fantasmagories du capital
Affiche du Prix Wa,ter Benjamin 2019 - Marc Berdet le lauréat - Livre sur les Fantasmagories du capital

Affiche du Prix Wa,ter Benjamin 2019 - Marc Berdet le lauréat - Livre sur les Fantasmagories du capital

Communiqué de presse de l'Association Walter Benjamin sans frontières (Banyuls)

 

*Le Prix européen Walter Benjamin 2019 a été décerné  au sociologue et philosophe Marc BERDET *

 

Après une année de lectures et d'échanges, le jury du prix W.Benjamin, en hommage au grand intellectuel allemand mort à Port-Bou le 26 septembre 1940, a choisi le lauréat 2019.

 

Proclamation du Prix Européen Walter Benjamin 2019

 

Après Bruno Tackels il y a deux ans, et Anne Roche, l'année dernière, le philosophe Marc Berdet a obtenu, le 15 juin dernier, le Prix européen Walter Benjamin pour sa contribution significative à la connaissance de l’œuvre et de la pensée du penseur allemand, au travers de trois livres publiés : Fantasmagories du capital (La Découverte/Zones, 2013) - Walter Benjamin. La passion dialectique (Armand Colin, 2014) - Le chiffonnier de Paris (Vrin, 2015).

En outre, le prix spécial du jury a été attribué, à l’unanimité, à l’édition des Œuvres et inédits de Walter Benjamin, dont les deux volumes, Critiques et Recensions, publiés en novembre 2018, constituent la première étape. Il rend hommage au travail éditorial entrepris par les éditions Klincksieck, les éditeurs scientifiques allemands (Heinrich Kaulen) et français (Michel Métayer, Florent Perrier) ainsi qu’aux traducteurs de ces volumes, Marianne Dautrey, Philippe Ivernel (disparu en 2016) et Michel Métayer. 

 

*3e Prix Européen Walter Benjamin  2019 – 

 de 09h30 à 12h30, hall de la mairie de Banyuls/mer. 

Le lauréat sera accueilli par Monsieur Jean-Michel Solé, Maire de Banyuls.

-10h15 – Présentation du lauréat : Jean-Pierre Bonnel, président de l'asociation  lira la présentation de l’œuvre du lauréat, analysée par Anne Roche, universitaire (Aix-Marseille), lauréate 2018.

- Lectures d’extraits de livres par Dominique Delpirou, acteur, vice-président de l'assoc.

- Lecture d’un texte de WB par l’acteur Denis Lavant (sous réserve).

-Parole à  nos partenaires : CD 66, Centre Méditerranéen de Littérature, Assoc. Passatges (Port Bou), L'Etoile, Le Miradou, Hôtel Le Catalan, librairie Torcatis, sites Ouillade, Journal catalan…

-Interventions de Madeleine Claus et de Pilar Parcerisas sur le Mémorial de Rivesaltes et celui de Port-Bou.

-Exposé du lauréat, Marc Berdet : sur le thème des Fantasmagories et sur l'Histoire, la Mémoire, pour développer l'analyse publiée dans la revue Cités et parler de l'utilité d'un Mémorial, comme ici, à Rivesaltes...le pays catalan, lieu de passages, de la Retirada...

 

-12 h -  Discours d’Olivier Capell – Adjoint à la culture - Réception - Apéritif  dans le hall de la Mairie.  Entrée libre .

 

Fin d'après-midi, un bout du chemin WB…

 

*DIMANCHE 20 OCTOBRE:

 

-Réception du lauréat à Port-Bou par la municipalité, au Centre Civic - présentation par Pilar Parcerisas, présidente de l'association Passatges. Déjeuner - Visite du Mémorial.

 

*MERCREDI 23 OCTOBRE  à PARIS :

 

-à partir de 18 h - Librairie Vrin, place de la Sorbonne.

 

* Le Prix Européen Walter Benjamin sera également décerné à Paris, en présence du lauréat Marc Berdet, de Bruno Tackels (lauréat 2017, qui lira l'analyse des livres de M.Berdet), de Jean Lacoste, traducteur de WB, d'Emmanuel Faye, philosophe, universitaire, qui présentera l'édition en français des oeuvres complètes de W.Benjamin (en cours, chez Klincksieck) de Denis Lavant (sous réserve), et des membres du bureau de l'association : Pilar Parcerisas, Madeleine Claus, Dominique Delpirou, Michèle Martel, Jean-Pierre Bonnel...) , exposés, apéritif (Banyuls L'Etoile, cuvée W.Benjamin).

 

Entrée libre.

 

*Marc Berdet, après avoir été chercheur à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne, à l’université de Potsdam et au Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne, enseigne aujourd’hui les sciences humaines et sociales à l’université de São Paulo, au Brésil.

 

*Le jury du prix européen Walter Benjamin, présidé par Jean-Pierre Bonnel, est composé de 11 membres. 

Dani KARAVAN, président d’honneur de l’association Walter Benjamin sans frontières,

André BONET, président du Centre Méditerranéen de Littérature, Secrétaire général des Prix Méditerranée.

Jean-Pierre BONNEL, romancier, conférencier, Président de l’association Walter Benjamin Sans Frontières. 

Madeleine CLAUS, docteur en littérature allemande, professeur agrégée d’allemand, et membre fondateur de l’Association « Trajectoires » pour la mémoire autour du camp de Rivesaltes.

Dominique DELPIROU, metteur en scène, essayiste, auteur de La mort de Mallarméaux Presses Universitaires de la Sorbonne (Prix Henri Mondor de l’Académie française 2017). 

Emmanuel FAYE, universitaire, essayiste (Heidegger, l’introduction du nazisme dans la philosophie ; Hanna Arendt et Heidegger : extermination nazie et destruction de la pensée) 

Jean LACOSTE, philosophe et germaniste, traducteur de Walter Benjamin (Sens Unique, Enfance Berlinoise, Paris, capitale du XIXe siècle, le livre des Passages), auteur de L’Aura et la rupture, et de Walter Benjamin : Les chemins du labyrinthe. Directeur éditorial de la revue En attendant Nadeau. 

Maria MAILAT, universitaire, romancière, anthropologue, conférencière.

Pilar PARCERISAS, présidente de l’association «Passatges» à Port-Bou, commissaire d’expositions, essayiste, vice-présidente de l’Association Walter Benjamin sans frontières.

Anne ROCHE, universitaire, essayiste, lauréate du Prix européen Walter Benjamin sans frontières, 2018 pour Exercices sur le tracé des ombres (les éditions chemin de ronde)

Bruno TACKELS, universitaire, essayiste, lauréat du Prix européen Walter Benjamin 2017 pour Walter Benjamin. Une vie dans les textes (Actes Sud, 2009 et Babel 2013).

 

Chers amis et amies, 

 

Nous vous invitons à la présentation du

 

PRIX D'ESSAI EUROPÉEN WALTER BENJAMIN 2019,

qui aura lieu dimanche prochain, le 20 octobre à 11h30

à la gare internationale de Port-Bou, dans le cadre de l'exposition

 

Paysages souhaités,

par des artistes de La Escocesa, Barcelone.

 

Conversation avec le lauréat MARC BERDET

Intervenants 

 

Madeleine Claus, Assoc. Walter Benjamin "sans frontières" de Banyuls.

Vicent Ordóñez, Université Jaume I de Castellón

Salvador Cuenca, Université de València

Enric Puig Punyet, directeur de La Escocesa et collaborateur de La maleta de Portbou

 

Annonce le prix: "Association Walter Benjamin sans frontières" par son Président, Jean-Pierre Bonnel.

 

Organisé à Port-Bou par:

Fondation Angelus Novus et Association Passages

 

www.walterbenjaminportbou.org

www.passatgescultura.org 

 

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2019 4 17 /10 /octobre /2019 08:54
Hexacube (C) Fiac et Clément Cividino - Les sentences à l'encontre des séparatistes catalans -
Hexacube (C) Fiac et Clément Cividino - Les sentences à l'encontre des séparatistes catalans -
Hexacube (C) Fiac et Clément Cividino - Les sentences à l'encontre des séparatistes catalans -

Hexacube (C) Fiac et Clément Cividino - Les sentences à l'encontre des séparatistes catalans -

Le galeriste catalan Clément Cividino présent à la Fiac avec une oeuvre de Jean Prouvé

 

Le galeriste de Perpignan Clément Cividino s’est fait depuis quelques années un nom dans la reconnaissance du mobilier et de l’architecture des années 50-60.  Cette année, il expose carrément une station service Total, de 1969, en tôle galvanisée, polyester et verre à Paris, dans la Fiac hors les murs (Hôtel de Choudens, 21 rue Blanche, 75009).

crédit photo:C. Cividino/Fiac

En 1969, Total lance une politique d’aménagements industrialisés de ses grandes stations d’autoroute ainsi que de ses stations routières. La société fait appel à Jean Prouvé, qui dessinera la seule structure ronde de sa carrière.

Le galeriste de Perpignan a réussi à retrouver, restaurer et mettre en valeur cette station, avec l’aide de Serge Binotto, architecte et collaborateur historique de Jean Prouvé.

La station a été acquise par les frères Arthur et Franck-Elie Benzaquen, qui l’ont installée dans le jardin de l’Hôtel de Choudens, dans le 9è arrondissement de la capitale.

La station avait déjà été montrée cet été en Italie (à Terra Remota, dans les Alpes italiennes), avant de se retrouver sélectionnée pour la Fiac. 

Pour le galeriste catalan, c’est une reconnaissance de plus, après sa participation à la Design week de Milan en 2018. Cette année-là, le galeriste avait beaucoup oeuvré pour la reconnaissance des “hexacubes”, des cabanes de plage de l’architecte Georges Candilis, dont il ne reste aujourd’hui qu’une petite trentaine d’exemplaires.

En novembre, le galeriste doit ouvrir un nouvel espace culturel à Perpignan, 6 impasse Cité-Bartissol (ancienne école Maintenon).

Fiac, 17-20 octobre, Paris.

(C) 

ActualitéOccitaniePyrénées Orientales

 

La longue marche des Catalans

 

La Catalogne en marche, pas de façon macronesque, mais plutôt maoïste : pour engranger toute la population, faire bloc en direction de la séparation d'avec l'Espagne.

 

Les foules piétonnes vont confluer à Barcelone, vendredi, jour de grève générale... Ils partirent cinq cents de Gérone, Vic, Figueras, Tarragone...Ils seront des millions à l'arrivée, après avoir foulé les autoroutes, croisant des touristes éperdus qui ne comprennent rien...

 

Mais pourquoi les Catalans envahissent-ils la Catalogne, gênant travailleurs, routiers européens, entreprises locales ou internationales, ce tourisme qui rapporte tant au pays..? Pourquoi ne pas marcher sur Madrid, pour bloquer l'Etat central faire peur au gouvernement madrilène..?

 

Trop loin, trop difficile ? Ce serait l'affrontement avec la police nationale, voire avec l'armée...? Ici, en Catalogne, les Mossos, policiers catalans, devraient être plus conciliants...

 

Ce qui n'apparaît pas... et le ministre de l'intérieur catalan donne l'ordre de taper sur la population catalane...

 

Comment sortir du bourbier ? Par la mobilisation et le pacifisme, ou par la violence..? La force d'un peuple qui fait nation et veut croire au futur d'un Etat européen..? 

 

JPB 

Le 19 octobre à Perpignan,

civils et politiques manifesteront en solidarité à la Catalogne du sud

 

En réponse à la répression judiciaire et policière de l'état espagnol contre le peuple catalan, l’association culturelle des Angelets de la Terra a invité toutes les personnes solidaires à participer à la grande manifestation unitaire et solidaire, le samedi 19 octobre 2019, de 18h30 à 21h, aux pieds du Castillet, à Perpignan. 

Une manifestation « pour la liberté et la démocratie » organisée en collaboration avec la municipalité de Perpignan, le Collectif des 100 maires solidaires, des associations culturelles, sportives et ONG. Il y aura une tribune pour que tous puissent s’exprimer. 

Une vingtaine de maires du département, représentants élus du Conseil Départemental et Régional, ainsi que le sénateur François Calvet ont confirmé leur présence.

Muriel Perpigna, Julio Leone du groupe Ghetto Studio, Joan Ortiz, Remy Farré & Llorenç Trichot sont les membres du Col.lectiu Angelets de la Terra qui feront des interventions musicale tout au long de cette manifestation festive et revendicative.

 

Au-delà de la question « pour ou contre l'indépendance de la Catalogne ? », les événements gravissimes qui ont lieu en Espagne, amènent tous les acteurs de Catalogne Nord à se positionner pour ou contre la démocratie et les droits fondamentaux.

L'affirmation de la solidarité de nombreux élus, de présidents d’associations, de partis et de personnalités influentes apparaît décisive afin de favoriser la mobilisation la plus importante possible pour cette manifestation unitaire du 19 octobre à Perpignan qui a pour objectif de mobiliser d’avantage l’opinion publique face à la persécution constante de la dissidence politique en Espagne.

 

Depuis plus d’un an, les Angelets de la Terra ont organisé trois « Cassolades per la Llibertat », manifestations festives avec des casseroles, sifflets et autres instruments de musique devant le consulat d'Espagne à Perpignan et lors de la venue du chef du gouvernement espagnol à Collioure. Des manifestations unitaires qui ont réuni 300, 500 et 600 personnes dans une ambiance festive et revendicative. 

Les Angelets de la Terra ont aussi organisé quatre « Concerts per la Llibertat » (pour la liberté) qui leur ont permis de récolter environ 10.000 euros qui ont été envoyé aux familles des prisonniers politiques afin de financer (entre autre) les déplacements dans les prisons de Madrid et au président catalan en exil en Belgique.

Enfin, les Angelets de la Terra ont réalisé l’exposition collective « Visca per la Llibertat » de 50 photojournalistes sur le processus d’indépendance, en réponse à la censure du festival international de photojournalisme Visa pour l’Image. Cette exposition est présentée dans une quarantaine de communes de Catalogne Nord, de Savoie, d’Alsace, de Bretagne, d’Occitanie, du Pays Basque et de Corse, tout au long de l’année 2019, en collaboration avec des municipalités.

 

Musique, projections, prises de parole, cette manifestation est l’objectif avoué des Angelets de la Terra depuis le début de leurs actions solidaires : réunir tous ceux qui demandent la libération des prisonniers politiques et le retour des exilés, au-delà des divergences politiques. Le peuple et ses différents représentants doivent pouvoir se réunir pour occuper l'espace publique et médiatique, afin d'exprimer haut et fort leur indignation quant à l'attitude de l’état espagnol.

Ne renouvelons pas les erreurs du passé où l'Europe regardait ailleurs face à la dictature franquiste.

 

Appellent à manifester: Angelets de la Terra ; Collectif des 100 maires solidaires de Catalunya Nord ; Ligue des Droits de l’Homme ; Fédération Sardaniste du Roussillon ; Agissons Pays Catalan ; Association de la Flamme des Pays Catalans ; Casal Català de Montpellier ; Penya Barcelonista du Roussillon ; Penya Barça de Banyuls ; Carmagnole ; Actions Pays Catalan ; Comitè de Solidaritat Catalana de Perpinyà ; Col.lectiu Joves del Rosselló… 

 

Perpinyà 19-O: civils i polítics es manifestaran en solidaritat amb Catalunya del sud

 

En resposta a la repressió judicial i policial de l’estat espanyol contra el poble català, l’associació cultural dels Angelets de la Terra convida representants electes, associacions, partits, sindicats, personalitats, etc. de la Catalunya Nord i més enllà per participar i cridar a participar a la concentració unitària i solidaria, el dissabte 19 d’octubre de 2019, de 18h30 a 21h, davant del Castillet, a Perpinyà. Un esdeveniment "per la llibertat i la democràcia", organitzat en col·laboració amb el municipi de Perpinyà, el col·lectiu de 100 alcaldes solidaris, associacions culturals i esportives,...

 

Més enllà de la pregunta "a favor o en contra de la independència de Catalunya? ", Els fets molts greus que tenen lloc a l’estat espanyol porten a tots els actors de Catalunya Nord a posicionar-se a favor o en contra de la democràcia i dels drets fonamentals.

L’afirmació de la solidaritat de molts representants electes, presidents d’associacions, partits i personalitats influents sembla decisiva per tal d’incentivar la major mobilització possible per aquest acte solidari del 19 d’octubre a Perpinyà que pretén mobilitzar encara més l'opinió pública davant la persecució constant de la dissidència política a l’estat espanyol.

 

Des de fa més d’un any, els Angelets de la Terra van organitzar tres “Cassolades per la Llibertat” davant del consolat espanyol a Perpinyà i durant la vinguda del cap del govern espanyol a Cotlliure. Esdeveniments unitaris que van reunir a 300, 500 i 600 persones en un ambient festiu i reivindicatiu.

Els Angelets de la Terra també van organitzar quatre "Concerts per la Llibertat" que els van permetre de recollir uns 10.000 euros que es van enviar a les famílies dels presos polítics per finançar (entre altres coses) els desplaçaments a les presons de Madrid i al president català a l'exili a Bèlgica.

Finalment, els Angelets de la Terra van realitzar l'exposició col·lectiva "Visca per la Llibertat" de 50 fotoperiodistes sobre el procés d'independència, en resposta a la censura del festival internacional de fotoperiodisme “Visa pour l'Image”. Aquesta exposició es presenta en una quarantena de municipis de Catalunya Nord, Savoia, Alsàcia, Bretanya, Occitània, País Basc i Còrsega, al llarg del 2019, en col·laboració amb els municipis.

 

Música, projeccions, discursos, aquest esdeveniment festiu i unitari del 19 d’octubre és l’objectiu declarat dels Angelets de la Terra des de l’inici de les seves accions solidàries. Reunir tots aquells que demanen l’alliberament dels presos polítics i el retorn dels exiliats, més enllà de les diferències polítiques. El poble i els seus representants han de poder reunir-se per ocupar l’espai públic i mediàtic, per expressar en veu alta la seva indignació davant l’actitud de l’estat espanyol.

No repetim els errors del passat quan Europa va mirar cap a una altra banda davant la repressió de la dictadura franquista.

 

Criden a manifestar : Angelets de la Terra ; Ligue des Droits de l’Homme ; Federació Sardanista del Rosselló ; Agissons Pays Catalan ; Associació de la Flama dels Països Catalans ; Casal Català de Montpeller ; Penya Barcelonista del Rosselló ; Penya Barça de Banyuls ; Carmagnole ; Actions Pays Catalan; Comitè de Solidaritat Catalana de Perpinyà ; Col.lectiu Joves del Rosselló… 

 

18h30 – 18h40 Julio Leone (cantant)

 

18h40 – 18h45 Photo de tous les élus et représentants d’associations devant la scène

 

18h45 – 18h55 Présentation de la manifestation et prises de parole des représentants d’associations qui ont appelé à manifester 

 

18h55 - 19h00 Julio Leone (cantant)

 

19h00 – 19h15 Prises de parole du maire de Perpignan et du directeur de la Casa de la Generalitat Josep Puigbert.

 

19h15 – 19h20 Joan Ortiz (cantant)

 

19h20 – 19h30 Prise de parole des maires ayant accueilli l’exposition Visca per la Llibertat, les Concerts per la Llibertat et signataires du manifeste du collectif des maires solidaires. (3 minutes par intervention).

 

19h30 - 19h40 Joan Ortiz (cantant)

 

19h40 – 19h50 Prise de parole des maires ayant accueilli Visca per la Llibertat et des signataires du manifeste du collectif des maires solidaires. (3 minutes par intervention)

 

19h50 - 19h55 Joan Ortiz (cantant)

 

19h55 – 20h05 Prises de parole de Nicolas Garcia, vice-président du Conseil Départemental et de

Guy Esclopé, vice-président du Conseil Régional. 

 

20h05 – 20h20 Muriel Perpigna (cantant)

 

20h20 – 20h25 Projection vidéo allocution de Carles Puigdemont, président de la Catalogne en exil.

 

20h25 – 20h30 Prise de parole d’Anne Gaudron, présidente départementale de la Ligue des Droits de l’Homme

 

20h30 – 20h35 Rémy Farré & Llaurenç Trichot (cantants)

 

20h35 – 20h40 Projection vidéo de Jordi Cuixart, président Òmnium Cultural emprisonné 

 

20h40 – 20h50 Allocution du maire de Folgueroles, Xevi Roviró et d'autres représentants de Catalogne du Sud

 

20h50 – 21h00 Rémy Farré & Llaurenç Trichot (cantants)

 

21h00 – 21h05 Allocution de clôture + tous les musiciens sur scène pour chanter Els Segadors.

 

21h05 – 21h10 Projection clip avec vidéos des manifestations

 

PARIS,  17/10/2019

 

Concert de Clara Peya aux Trois Baudets pour le MaMA 2019

 

Oscillant entre jazz, pop et électronique tout en gardant le piano au centre de la gravité, Clara Peya est une artiste inclassable, récompensée cette année avec le Prix national de la culture de Catalogne. Le festival MaMA offre une occasion unique de l’écouter le 17 octobre dans la mythique salle de Pigalle, aux côtés de Madison McFerrin et Bobby Oroza.

 

RENNES ET MARSEILLE,  19/10/2019

 

Sr. Wilson anime la scène dub de Rennes et de Marseille

 

Poursuivant son périple sur les meilleures scènes musicales

françaises pour des longues soirées de transe, le musicien

catalan fait deux étapes au Liberté de Rennes le 19 octobre

pour une soirée House of Dub accueillant la crème de la « bass

culture » depuis ses origines « roots » jusqu’au futur électroni

que et au Cabaret Aléatoire de Marseille le 26 pour le retour

des Dub Station.

FRANCE,  24/10/2019

 

Parution de « Le Testament d'Alceste » de Miquel de Palol

aux éditions Zulma

 

Après le succès critique de Le Jardin des sept crépuscules, les

éditions Zulma récidivent avec la traduction de ce roman tout aussi

monumental, traduit du catalan par François-Michel Durazzo.

AUCH,  21/10/2019

 

« Esfera Circ », une mission de professionnels catalans du

cirque au festival CIRCA d'Auch

 

L’Association de Professionnels du Cirque de Catalogne, avec le

centre de résidence et de création La Central del Circ de Barcelone,

organisent du 21 au 22 octobre une mission de programmateurs,

journalistes et décisionnaires institutionnels au festival de cirque

actuel d’Auch pour échanger et réfléchir sur l’évolution artistique et

professionnelle de cette discipline. Cette action, encadrée dans le

Plan d’Impulsion du Cirque de Catalogne soutenu par l’Institut

Catalan des Entreprises Culturelles et par l’Institut Ramon Llull, met

ainsi en lien les agents catalans du cirque avec leurs homologues

internationaux présents à CIRCA pour le séminaire Fresh Circus #5

organisé par Artcena.

 

Subscription form // Unsubscripction form // If you cannot view

the page correctly, take a look at the  website. Contact: info@llull.cat

 

Twitter  Facebook  Spotify  Flickr  RSS  YouTube

The Institut Ramon Llull aims at projecting the Catalan language

and their culture in all its forms, materials and means of expression. 

The Institut Ramon Llull is a consortium that comprises the

Generalitat (Government of Catalonia), Balearic Islands Government

and the Barcelona City Council, and its

mission is the promotion of Catalan language and culture abroad.

BUREAU DE PARIS Raül David Martínez  50, rue Saint-Ferdinand

75017 París  Tél.: +01 42 66 02 45

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2019 3 16 /10 /octobre /2019 08:56
On n'a pas besoin d'autre chose : PUJOL reçoit VILA - Jean Iglesis - Musiciens gitans de la rumba - Solitude : expo à Collioure -
On n'a pas besoin d'autre chose : PUJOL reçoit VILA - Jean Iglesis - Musiciens gitans de la rumba - Solitude : expo à Collioure -
On n'a pas besoin d'autre chose : PUJOL reçoit VILA - Jean Iglesis - Musiciens gitans de la rumba - Solitude : expo à Collioure -

 

Je n’ai nul besoin d’autre chose…

 

Je n’ai nul besoin d’autre chose :
Le sourire de mes amis,
L’abri trouvé, un soir de pluie,
Quelques mots d’amour mis en prose…

 

Je n’ai nul besoin d’autre chose :
La chaise où je peux être assis,
Mon cœur que le printemps nourrit
De rêves fous, de passions roses…

 

Je n’ai nul besoin d’autre chose :
Le soleil brillant sans souci,
La mer vibrant à l’infini,
La musique qui me repose…

 

Je n’ai nul besoin d’autre chose :
La route aux platanes conquis,
Les rues envahies par le bruit,
Les places que le jour arrose…

 

Je n’ai nul besoin d’autre chose :
Le ciel azur près de mon lit,
La main qui se tend aujourd’hui,
Le vent qui effeuille les roses…

 

Je n’ai nul besoin d’autre chose :
Le souvenir de jours enfuis,
Le temps qui nous ride et meurtrit
De sa cruauté toute cause…

 

Je n’ai nul besoin d’autre chose.

 

Jean Iglesis

Jean Vila présente son livre « Toute une vie en partage » mercredi à l’hôtel Pams

 

Jean Vila sera l’invité du Maire de Perpignan Jean-Marc Pujol, mercredi à l’hôtel Pams à l’occasion d’une rencontre littéraire organisée avec le concours du CML autour du livre que publie le premier magistrat de Cabestany « Toute une vie en partage : 55 ans d’engagement militant » (Balzac éditeur).

 

Ce livre, co-écrit avec la participation du journaliste Luc Malepeyre, n’est pas un livre politique, ce n’est pas non plus un livre de mémoires, c’est l’histoire d’un homme, d’un parcours, d’une vie. C’est l’histoire d’un «self-made-man» qui s’est construit sur l’itinéraire de la République, sans jamais renier ses convictions, comme sa fidélité au Parti Communiste, ses opinions, ses engagements. Si Jean Vila avait été marin, on pourrait dire que «ce parcours l’a mené de la soute à la passerelle» pour terminer capitaine. Issu d’une famille de républicains espagnols, Jean Vila, avec pour seule formation en poche un CAP d’ajusteur, a gravi toutes les marches électorales de la République française : maire, conseiller général, régional, député. Il a transformé Cabestany, la ville dont il est le maire depuis 1977, au point de rendre cette commune incontournable pour nombre d’habitants des Pyrénées-Orientales en général, pour ceux de l’agglomération perpignanaise en particulier, dans le cadre de certains soins médicaux (c’est le cas avec le centre Médipôle, unique en son genre dans le département), ou encore pour des besoins commerciaux (c’est la fameuse zone du Mas Guérido). Sous sa gestion municipale, Cabestany est passée d’environ 3500 habitants à plus de 10 000 aujourd’hui, en 2019. Jean Vila, c’est aussi une liaison syndicale particulière avec les célèbres « Poupées Bella ». Il demeure l’un des rares et précieux témoins de cette épopée industrielle, pour l’avoir vécue de l’intérieur. Son témoignage ici apporte un éclairage historique unique sur cette entreprise, laquelle reste pour de très nombreuses familles roussillonnaises le marqueur d’une époque glorieuse.

 

Mercredi 16 octobre 2019 à 18 h 00

salon Jean d’Ormesson · Hôtel Pams · 18 rue Émile Zola · Perpignan.

Rencontre avec Jean Vila, maire de Cabestany,

et Luc Malepeyre, journaliste,

pour la présentation et la dédicace du livre

Toute une vie en partage : 55 ans d’engagement militant

(Balzac éditeur)

Entrée libre.

 

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2019 2 15 /10 /octobre /2019 09:35
Les Catalans par Henry de Laguerie -Manifestations du 14 octobre 2019 à Barcelone
Les Catalans par Henry de Laguerie -Manifestations du 14 octobre 2019 à Barcelone

Les Catalans par Henry de Laguerie -Manifestations du 14 octobre 2019 à Barcelone

Un peuple catalan non-violent et respecteux du droit en dépit des injustices de la justice espagnole

 

 

Après deux ans d'attente sans grande réaction des partisans de l'indépendance, les Catalans se sont mobilisés après le verdict de la justice espagnole, attendu, lui aussi, sans surprise, même si les sentences sont "allégées", l'accusation de "rébellion" ayant été annulée : en effet, c'est sans violence que le gouvernement catalan avait décrété l'indépendance unilatérale du territoire.

 

Malgré des peines très dures, malgré la répression, malgré l'exil et l'emprisonnement des dirigeants, le peuple catalan prône toujours la non-violence et le respect du droit et des institutions du pays.

Cette attitude n'étonne pas, de la par d'un peuple fier, mais décidé à trouver son destin, non par la force, mais en montrant sa bonne foi et sa confiance dans la constitution, votée à l'époque à 90%, en Espagne et en catalogne (se référer au livre de Nicolas Marty, voir ce blog).

 

Seul le slogan de "désobéissance civile" montre une attitude subversive des indépendantistes; leur modération peut s'expliquer par leur isolement : incompréhension du reste du pays, unité de l'Europe, occupée par l'Angleterre et l'Irlande, l'immigration et le conflit en Syrie, une Europe déjà bien affaiblie par le populisme, la montée du fascisme et ne voulant rien savoir des mouvements sécessionistes, comme en Ecosse...

 

Enfin, un aménagement de peine va bientôt entrer en vigueur, un prisonnier ayant purgé un quart de sa condamnation, peut, selon la justice espagnole, sortir de prison... En liberté surveillée, bien sûr, comme l'ensemble de la Catalogne...

 

JPB

Littérature : "Les Catalans", le portrait d'un peuple à travers son histoire et sa culture

 

Henry de Laguerie est installé depuis des années de l'autre coté des Pyrénées, dans ce que les indépendantistes nomment la "Catalogne sud". Témoin des vicissitudes de la vie politique catalane, le correspondant d'Europe 1 dresse dans son ouvrage, "Les Catalans", le portrait d'un peuple anticonformiste, frondeur... jusque-boutiste.

 

Henry de Laguerie - EDITIONS ATELIERS HENRY DOUGIER - (18/09/2014)

 

Pays d’accueil et lieu de passage ouvert sur la Méditerranée, la Catalogne est une terre d’avant-garde qui revendique ses racines et son histoire. Frondeurs, dissidents et anticonformistes, les Catalans ont forgé leur identité dans l’adversité. Ce peuple du nord de la péninsule Ibérique installé dans le sud de l’Europe n’a jamais renoncé à faire entendre sa différence. Lorsque les Catalans défendent leur langue et leur manière d’être, ils prônent aussi des valeurs : l’audace, l’initiative, l’entraide et le bon sens. Après trois siècles de relations tumultueuses avec l’Espagne, beaucoup d’entre eux sont décidés à larguer les amarres. Ce n’est pas une fièvre passagère, mais le résultat de longues années d’incompréhensions mutuelles et de rendez-vous ratés.

La Catalogne obtiendra-t-elle son indépendance ? Personne ne le sait. Mais elle luttera toujours pour ne dépendre de personne.

 

Carles Casajuana

Marianne Millon (Traducteur) - ROBERT LAFFONT (15/10/2009)

 

Au coeur de Barcelone, dans un immeuble déserté, deux écrivains tentent de finir leur livre. L'un, Miquel Rovira, obsédé par la disparition de la langue et de la culture catalanes, consacre toute son énergie créatrice à un ambitieux premier roman. L'autre, Ramon Balaguer, se refuse à quitter les lieux malgré le harcèlement du principal propriétaire de l'immeuble. Rovira écrit en catalan, Balaguer en castillan : chacun défend fièrement la langue qu'il a choisie, et bientôt deux conceptions de la littérature s'affrontent. Aussi quand Balaguer s'éprend de la petite amie du jeune romancier, le triangle amoureux suscite une nouvelle et cruelle rivalité, à l'issue inattendue. Ce roman brillant, aux dialogues mordants, est un magnifique hommage à la figure de l'écrivain, qui défend la langue et la littérature contre toutes les atteintes qui la menacent aujourd'hui. Cet ouvrage a reçu le premier prix des lettres catalanes, le prestigieux prix Ramon-Llull 2009.

 

Carles Casajuana est né à Sant Cugat (Catalogne) en 1954. Diplomate, il a habité en Bolivie, aux Philippines, à New York et à Kuala Lumpur. Il est l'auteur de nombreux romans et d'un essai. Il est actuellement ambassadeur d'Espagne à Londres. Le dernier homme qui parlait catalan est son premier livre traduit en français.

Commentaires :

Lundi 14 octobre au matin, les leaders indépendantistes ont été condamnés à des peines de 9 à 13 ans de prison pour sédition, malversation de fonds publics, et interdits d'occuper un poste public. 

Depuis, la Catalogne est en ébullition. L'aéroport en plein chaos. La ligne ferroviaire à grande vitesse entre Barcelone et la France reste interrompue ce mardi 15 octobre. 

 

Espagne

Désobéissance civile en Catalogne après les lourdes condamnations des leaders indépendantistes

© Marianne et  Daryl Ramadier, le 14/10/2019 à 17:55

Des blocages sont en cours à Barcelone et en Catalogne, pour protester contre les peines d’emprisonnement prononcées à l’encontre des responsables indépendantistes.

« Aujourd’hui c’est pour la démocratie, pas pour l’indépendance. Nous devons tous sortir dans la rue ! » Comme des centaines d’autres étudiants, Pau n’est pas allé à l’université de Barcelone ce lundi. Cela faisait plusieurs mois qu’il attendait le verdict du procès des leaders indépendantistes, jugés ce lundi 14 octobre pour l’organisation du référendum d’autodétermination du 1er octobre 2017, et la déclaration d’indépendance unilatérale qui a suivi. De la prison ferme a été ordonnée contre tous les accusés, pour sédition et malversation de fonds publics.

Dans le détail, l’ancien vice-président du gouvernement catalan, Oriol Junqueras, a écopé de la plus lourde peine (treize ans). Cinq de ses ministres ont eux reçu entre 10 et 12 ans. Et 11 ans et demi de prison attendent l’ex-présidente du parlement, Carme Forcadell. Pour leur part, les présidents des associations ANC et Omnium, Jordi Cuixart et Jordi Sanchez, ont été condamnés à neuf ans de prison.

Dès l’annonce du verdict, les Catalans sont sortis par milliers dans les rues, à l'appel notamment du mouvement Tsunami Democràtic, cette entité qui recouvrait depuis la fin septembre les murs des rues de Barcelone d'affiches appelant à « organiser la réponse » après la sentence, donnant rendez-vous sur la plaça de Catalunya. 

D'autre part, des axes de circulation ont été bloqués, la ligne de train reliant la France à Barcelone coupée, et une partie de l'aéroport «El Prat » de Barcelone a été pris d'assaut, causant l'annulation de 20 vols, par des indépendantistes venus malgré la fermeture de lignes de transport menant à l'aéroport. En toute fin d'après-midi, des charges policières ont été ordonnées pour évacuer les points occupés. Tandis qu'au même moment, d’autres rassemblements étaient en cours dans plusieurs villes de la région...« Est arrivé le moment de la désobéissance civile. Mais sans violence, insiste une membre du mouvement. Les Catalans sont un peuple non-violent. »

Dans la journée, plusieurs personnalités politiques européennes ont apporté leur soutien aux indépendantistes. C’est le cas de l’ex-ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis. Ou de la première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, pour qui « ces politiciens ont été emprisonnés pour avoir voulu permettre au peuple de décider pacifiquement de son avenir ».

En Catalogne, plusieurs acteurs culturels se sont également indignés de la condamnation. Le Football Club de Barcelone a ainsi témoigné de son « soutien aux familles de ceux qui sont privés de liberté », demandant aux leaders politiques « dialogue et négociation pour résoudre ce conflit ». Depuis sa cellule, Oriol Junqueras a lui dénoncé une « vengeance » : « Ça ne me fera pas arrêter d'être indépendantiste, ni abandonner mes valeurs républicaines. Au contraire, nous avons encore plus de raisons de vouloir l'indépendance de la Catalogne ».

À l’inverse, les adversaires des indépendantistes se sont insurgés de la non-condamnation pour « rébellion ». Le chef du parti d’extrême droite Vox, Santiago Abascal, a prié l’État de rendre illégales « les forces séparatistes et récupérer ses fonctions en Catalogne ». Manuel Valls, candidat déchu à la mairie de Barcelone, a lui demandé à ce que les Catalans « acceptent » la sentence.

Les suites de l’affaire ont déjà été enclenchées par la justice espagnole qui vient de réactiver le mandat d’arrêt européen contre l’ex-président catalan Carles Puigdemont, installé en Belgique. Le délit de rébellion étant exclu, la justice belge pourrait accepter de réviser son cas en retenant la sédition. Les indépendantistes, eux, préparent un recours devant le Tribunal constitutionnel, avant d'éventuellement porter l’affaire devant la Cour européenne des droits de l’Homme. Bien que d’ici à ce que le processus soit terminé, les prisonniers seront sans doute déjà sortis. D’autant plus qu’ils peuvent demander un aménagement de leur peine après en voir purgé un quart.

Les regards se tournent désormais vers le gouvernement catalan. Son président, Quim Torra, n’a cessé de répéter que « s’il n’y a pas d’absolution, nous devrons nous mobiliser jusqu’à l’indépendance ». Vivement critiqué pour avoir beaucoup parlé mais peu bougé, que va-t-il faire désormais ? La condamnation risque aussi d’être le sujet de discussion majeur des élections générales espagnoles, prévues le 10 novembre.

Comment, enfin, va réagir la société catalane ? Les manifestants interrogés n’ont plus confiance en l’État espagnol, ni dans le gouvernement catalan actuel. « C’est au peuple d’agir. Mais maintenant il va falloir arrêter avec les banderoles et avancer concrètement », pestait Mireia en direction de l’aéroport, auprès de Marianne. Là-bas, la situation était toujours tendue en toute fin d'après-midi. Les collectifs indépendantistes parlent d’une « première action » à l’intérieur d’un « cycle de mobilisations ».

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2019 1 14 /10 /octobre /2019 10:14
une réunion citoyenne

une réunion citoyenne

Perpignan la citoyenne, la républicaine, la catalane..?

 

Pour affirmer la ville dans son territoire, entre Barcelone et Toulouse/Montpellier, l'ancien maire J.P.Alduy avait lancé le slogan de "Perpi la catalane". Il tentait d'ancrer la cité dans la catalanité : avec le recul, on constate l'échec, de la langue, de l'enseignement à la fac de Perpignan, dans la volonté de faire connaître l'authentique culture catalane, et pas les animations consacrées à l'escargot, à la sardane, aux grosses têtes...

 

Le maire actuel accéléra le mouvement vers la mort de Perpi la Catalane, et de Perpi tout court, vu l'état de délabrement du centre-ville et les problèmes à la périphérie (St-Charles...).

 

A l'occasion des Municipales de 2020, les candidats s'éloignent du slogan identitaire, même s'ils tentent de récupérer les mouvements catalanistes (Pujol et les prisonniers indépendantistes: fête au Castillet - Aliot demandant leur libération - R.Grau s'alliant avec Jordi Vera et le Pays catalan...) : Clotilde Ripoull axe sa campagne sur "Perpi la républicaine" en rendant, à juste titre hommage à Fr. Arago.

 

De même R.Grau montre des affiches nationales défendant les valeurs de la République.

Loup Aliot, quant à lui, se contente se montrer sa bobinette et invite, le sans étiquette Zemmour...

 

La gauche "classique" tente de "respirer", redoutant un nouvel affront...Les Verts, sur injonction nationale par un Jadot persuadé d'avoir un destin national, feront cavaliers seuls...

 

La gauche radicale, sous prétexte de "citoyenneté" a réuni une centaine de personnes place Rigaud : foule modeste encadrée par des partis (PCF, FI, PdeG, ERC, CUP) qui ont voulu se montrer plus à gauche que le voisin. On les croit sur parole, ce n'est pas le problème; il faut donner la parole aux citoyens, et surtout aller à leur rencontre. Ces partis très marginaux, réalisant isolés 2% es suffrages, ont peut-être compris qu'il fallait agglomérer des écolos, des socialistes...(acte 2, salle des Libertés).

 

Le 3ème acte serait de comprendre que la ville ne se gagne pas de façon radicale (une révolution urbaine), mais au centre, avec des candidats réformistes, mais des projets proches des gens.

 

Les partis "citoyens" refuseront bien sûr la discussion avec la centriste Clotilde Ripoull, qui mène une liste citoyenne, avec l'éthique la plus stricte (que lui reprocher, sinon d'avoir changé de mouvement, mais toujours dans l'espace centriste : UDF, CDC, Modem). Elle est qualifiée de "réact, droitière, bourgeoise", et plus...

 

La gauche de la gauche refuse le compromis, l'alliance contre-nature, et préfère rester dans cette stratégie de l'échec.

 

 Les électeurs jugeront, qui se porteront sur le candidat moins politicien, le plus proche de leurs préoccupations; les électeurs n'obéissent plus aux grands partis, déconsidérés.

Pour un citoyen qui veut changer de maire, d'atmosphère, de considération, avec une personnalité connue, qui a montré son action municipale en diverses occasions, une liste centriste, incluant des citoyens de gauche, pour remédier aux problèmes sociaux... c'est plus réel que l'utopie d'une liste anonyme et citoyenne à 100%.  On en rêve, mais ce travail doit se faire chaque jour, pas six mois avant l'échéance...hélas.

JPB

 

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2019 5 11 /10 /octobre /2019 10:31
Forum des associations à Perpignan - Guy Bertrand et la rumba : Céret et Maison de la Région - MA2F et la couleur à Paris
Forum des associations à Perpignan - Guy Bertrand et la rumba : Céret et Maison de la Région - MA2F et la couleur à Paris
Forum des associations à Perpignan - Guy Bertrand et la rumba : Céret et Maison de la Région - MA2F et la couleur à Paris
Forum des associations à Perpignan - Guy Bertrand et la rumba : Céret et Maison de la Région - MA2F et la couleur à Paris

Forum des associations à Perpignan - Guy Bertrand et la rumba : Céret et Maison de la Région - MA2F et la couleur à Paris

L'ASSOCIATION WALTER BENJAMIN présente ce samedi au Forum des associations organisé par le CD 66

 

à Perpignan, site Bourquin, bureaux du CD66, près des bureaux du crédit agricole, face à Auchan, route d'Espagne, de l'autre côté de la route

 

Contact : 06 31 69 09 32

 

Merci d'avoir confirmé votre participation, puisque vous ne pouvez être présent aux réunions de préparation, veuillez trouver ci-dessous les quelques informations indispensables à avoir : 

 

- installation des stands à/c 12h30 samedi. Je ne sais pas encore exactement qu'elle place vous sera affectée, il y aura des stands dans la salle canigou, dans le patio et dehors sous des tentes.

- il y aura un food truck à/c de midi et toute l'après midi

- ouverture au public à 13h30

- il sera possible de se garer sur le parking du site Bourquin (sinon sur le parking de la mairie annexe, à 100m avant le site bourquin)

- il y aura des animations et nous espérons du beaucoup de monde

- fin de la journée 17h30 (mais peut être un peu plus tôt en fonction de l'affluence)

 

le Département organise, le 12 octobre prochain, le forum départemental des associations et du bénévolat. Cet évènement aura lieu à Perpignan (le lieu retenu vous sera prochainement communiqué).

 

Cette journée se déroulera en deux temps forts :

Le matin sera consacré aux associations avec des interventions et des tables-rondes sur le paysage associatif et le bénévolat (inscription à la conférence du matin : à partir de septembre 2019, vous serez informés par mail de l'ouverture des inscriptions).

 

L'après-midi sera consacré à la rencontre des associations et du public avec de nombreux stands et animations pour recruter des bénévoles et présenter les associations à vocation départementale.

Vous souhaitez tenir un stand l'après-midi ? Vous pouvez proposer votre candidature en remplissant le questionnaire ci-après (places limitées soumises à validation):https://wdc.cg66.fr/limesurvey/index.php/813486?lang=fr 

 

www.pass66.fr

Permanences téléphoniques : 04 68 85 89 92 - le lundi, mardi et jeudi après-midi de 14h à 16h30 et le mercredi et vendredi matin de 9h à 11h30

Permanences physiques : 30, rue Pierre Bretonneau (2ème étage) à Perpignan - sur Rendez-Vous

Le samedi 19 octobre pendant la FIAC (la Foire Internationale d’Art Contemporain) 

sera présenté officiellement à Paris dans la célèbre librairie ARTCURIAL – PARIS CHAMPS-ELYSÉES, l'ouvrage de 

 

Marc-André 2 FIGUERES (MA2F) 

LA COULEUR C’EST LA MISÈRE DE LA PEINTURE, publié par BALZAC EDITIONS.

 

DÉDICACE : par MA2F

DATE :  SAMEDI 19 OCTOBRE - de 16H30 à 18H30

 

LIEU : 7 Rond Point des Champs Elysées - 75008 PARIS

 

CONTACT : 0682251764

RÉSUMÉ DE L’OUVRAGE : Marc-André 2 Figueres nous invite à une traversée des apparences qui nous dérobe le monde pour mieux nous le révéler, décapant

la toile du réel jusqu’à la trame ultime, impalpable : la lumière. 

 

Conférence musicale avec Guy Bertrand

 

LES MUSICIENS GITANS DE LA RUMBA

 

Dans la Barcelone des années 1950, des artistes gitans vont être les créateurs de la rumba gitane catalane, un genre musical nouveau qui fait partie des musiques urbaines de cette époque. A Perpignan, vers 60/70, l’oncle Lluis Gimenez et ses neveux Roberto, Mambo et Bruno Saadna vont être les porteurs de ce ces musiques et les diffuser en France, souvent avec la complicité de Los Chavos de Lleida.

 

Avec cet ouvrage, Guy Bertrand concrétise des années de recherche et de réflexion menées en collaboration avec Jean-Paul Escudero, Bernard Leblon et des personnalités musicales de la communauté gitane catalane des Pyrénées-Orientales. Une sélection de photographies exceptionnelles illustrent l’ouvrage et permettent de pénétrer dans l’univers si riche de la rumba gitane.

 

Le samedi 12 octobre, le musée MúSIC accueille le Festival Vendanges d’Octobre d’Alenya, dans le cadre d’un partenariat, pour une visite accompagnée et un atelier musical. Il nous a semblé intéressant de jumeler la présentation de l’ouvrage par Guy Bertrand à cet accueil des festivaliers d’Alenya. Cette signature est cependant ouverte à tous et en accès libre et gratuit.

La demande de classement de la rumba au Patrimoine immatériel de l’UNESCO sera évoquée grâce à la présence de Hervé Parent, fidèle du festival Vendanges d’Octobre.

 

Guy Bertrand sera accompagné de deux musiciens et un chanteur pour émailler sa conférence de pauses musicales.

 

Entrée libre - 11h, rendez-vous à l’accueil du musée -

Contact : Musée des instruments et des cultures du monde 14 rue Pierre Rameil 66400 CERET

contact@music-ceret.com

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens