Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 avril 2019 4 04 /04 /avril /2019 09:31
Municipales 2020 et la culture (3) : Angelets de la Terra, un label culturel - De la Catalogne et du Pays catalan - Barcelona secrète - Culture : Elne et Canet-en-Roussillon -
Municipales 2020 et la culture (3) : Angelets de la Terra, un label culturel - De la Catalogne et du Pays catalan - Barcelona secrète - Culture : Elne et Canet-en-Roussillon -
Municipales 2020 et la culture (3) : Angelets de la Terra, un label culturel - De la Catalogne et du Pays catalan - Barcelona secrète - Culture : Elne et Canet-en-Roussillon -
Municipales 2020 et la culture (3) : Angelets de la Terra, un label culturel - De la Catalogne et du Pays catalan - Barcelona secrète - Culture : Elne et Canet-en-Roussillon -

Municipales 2020 : « Angelets de la Terra », un label culturel pour tous les candidats

 

L’association culturelle des Angelets de la Terra, créée en 2001, propose son label aux mairies qui agissent en faveur de la langue catalane et des échanges transfrontaliers, ainsi qu’à tous les candidats aux municipales de 2020 qui souhaitent travailler dans ce sens. L’objectif est de réunir toutes les municipalités et les personnes qui veulent œuvrer à la construction d’un pays catalan, au-delà des étiquettes politiques.

 

Initialement penya de l’USAP et des Dragons Catalans, éditeur de revues sur l’actualité transfrontalière, organisateur de festivals valorisant la création artistique en langue catalane dans les Pays Catalans, puis collectif de musiciens depuis 2010 regroupant une centaine de groupes, les Angelets de la Terra mènent depuis un an des actions en faveur des prisonniers et exilés politiques catalans.

 Sous forme de concerts solidaires ou d’expositions avec 45 photojournalistes, ces actions ont été réalisées en collaboration avec une trentaine de municipalités du département et ont réuni plusieurs milliers de personnes. L’expérience de terrain des Angelets de la Terra leur permette d’affirmer que la "catalanité" est le véritable vecteur d’une indispensable cohésion sociale.

 

A un an des élections municipales, cette association culturelle propose à tous les candidats déjà élus ou pas, tête de liste ou pas, faisant partie du mouvement catalan ou pas, de porter le label « Angelets de la Terra » et de s’engager à amener une touche de "catalanité" aux projets de sa commune. Ce label s’adresse aussi à ceux qui font déjà en sorte de valoriser la langue et la culture catalane dans leur commune afin de permettre aux autres municipalités de profiter de leur expérience. Pour obtenir le label, il suffit de contacter l’association à labelangeletsdelaterra@gmail.com.

 

Il est possible que des candidats portant le label « Angelets de la Terra » se retrouvent sur plusieurs listes dans la même commune. Cela n’est en aucun cas un problème car ce label n’appartient à aucun camp mais à tout un territoire et se veut rassembleur.

 

Les Angelets de la Terra auront à cœur de favoriser la présence de candidatures labélisées « Angelets de la Terra » dans toute la Catalogne Nord : Capcir, Cerdagne, Conflent, Roussillon, Vallespir, sur la Côte Vermeille, la Salanque, les Aspres, …

 

Les Angelets de la Terra n’empiéteront pas sur le libre-arbitre de chaque candidat, à même d’apprécier au mieux avec qui il doit passer des accords pour porter ce projet commun.

 

Les candidats ou les listes qui revendiqueront le label « Angelets de la Terra » devront, dans la mesure de leurs moyens, œuvrer au renforcement de la cohésion sociale et à l’intégration des nouveaux arrivants à travers la mise en œuvre des objectifs généraux suivants :

 

- Repositionner la langue catalane au cœur de la cité en favorisant son enseignement à tout âge et en donnant un maximum de présence à la langue dans l’espace public (signalisation, communication de la commune,…) ;

- Promouvoir une action culturelle en langue catalane, festive et ouverte à tous. Cette action culturelle doit pouvoir valoriser tant les aspects actuels (musique, théâtre, cinéma, poésie…) que les aspects historiques (Histoire de la Catalogne et de ses communes, culture traditionnelle, maintien ou renouveau de fêtes populaires) ;

- Favoriser la mise en œuvre de l’ensemble de ces actions dans une logique de collaboration entre les communes, les cantons de la plaine, des montagnes et de la côte, mais aussi entre la Catalogne Nord et Sud.

Afin de favoriser la réussite de ce projet commun sur 5 ans, les Angelets de la Terra se proposent de :

 

- Tenir à disposition des candidats labélisés un document détaillant des actions menées par d’autres communes et pouvant être généralisées. Le cas échéant, les Angelets aideront les communes qui le souhaitent à adapter ces actions et à en développer de nouvelles.

- Effectuer une communication externe concertée au moyen d’outils numériques Internet.

- Faciliter la mise en réseau et la réflexion commune des élus labélisés au moyen de réunions de travail à distance (groupe de discussion, forum…) ainsi qu’en présentiel dans les différents territoires. 

 

+info: http://occatalunyasongs.canalblog.com/archives/2019/03/20/37194023.html

 

« Visca per la Llibertat » à Pesillà de la Ribera

  

La mobilisation des élus nord-catalans en faveur des libertés et des droits fondamentaux en Catalogne dépasse les clivages politiques. Après la participation des Angelets de la Terra au salon des maires où ils ont pu élargir le nombre de communes qui accueilleront l’exposition « Visca per la Llibertat », des représentants du collectif des maires solidaires, de la région Occitanie et du département des Pyrénées-Orientales sont intervenus à Pesillà de la Ribera, lors de l’inauguration de l’exposition itinérante sur le processus d’indépendance.

 

L’inauguration de « Visca per la Llibertat » (www.visca-llibertat.cat) a débuté par des discours de Jean-Paul Billés, maire de Pesillà de la Ribera, Armelle Fourcade, mairesse du Soler, Guy Esclopé, vice-président du Conseil Régional et Nicolas Garcia, vice-président du Conseil Départemental.

 

Les deux maires ont parlé du manifeste signé par plus de 100 maires du département pour « le respect des libertés et des droits fondamentaux en Catalogne », de leur souhait d’intégrer des maires de toute la France et de se rendre bientôt à Waterloo, avec un maximum de maires, pour rencontrer le président catalan en exil. Nicolas Garcia et Guy Esclopé ont rappelé que le Conseil Départemental et le Conseil Régional ont voté deux motions pour demander la libération des prisonniers politiques.

 

Nicolas Garcia a fait mention de sa collaboration avec Marie-Pierre Vieu, député européenne communiste, qui soutient les prisonniers politiques avec José Bové, député européen écologiste et d’autres députés européens. Armelle Fourcade a souligné l’importance du manifeste de soutien signé par 41 sénateurs français et porté, entre autre, par le sénateur François Calvet, ancien maire du Soler.

La mobilisation des élus nord-catalans en faveur des libertés et des droits fondamentaux en Catalogne dépasse les clivages politiques et tous les élus présent à Pesillà de la Ribera s’en sont félicités.

 

Vidéo et photos : http://occatalunyasongs.canalblog.com/archives/2019/04/01/37223795.html 

 

Les Angelets de la Terra présentent leur label et leurs actions solidaires au salon des maires

 

Tous les ans, l’association des maires de Catalogne Nord propose aux élus locaux un salon d’information. Il s’est déroulé la semaine dernière. Au menu de ce rendez-vous, très prisé par les maires et leurs collègues élus, des tables rondes et des rencontres où il a été question de développement durable, gestion énergétique, sécurité routière, gestion patrimoniale et revitalisation des centres bourgs.

Pourtant, cette fois, un sujet qui va au-delà de la gestion communale s’est immiscé dans les conversations : le processus d’indépendance en Catalogne et la dure répression de l’état espagnol. Bien entendu, ce salon, sous la houlette de l’état et du préfet, n’a pas donné de caractère officiel à ce débat qui était pourtant dans tous les esprits alors que 41 sénateurs venaient de signer un manifeste en faveur des droits et des libertés fondamentales en Catalogne.

Les Angelets de la Terra ont eu l’occasion de participer aux deux jours de salon et ont pu rencontrer une dizaine de maires qui se sont avérés très intéressés par la présentation de l’exposition de photojournalisme « Visca per la Llibertat » dans leurs communes. Les échanges entre les Angelets et les élus se sont majoritairement fait en catalan dans un esprit de convivialité et en pleine conscience de l’importance des faits qui se déroulent actuellement en Catalogne du Sud et en Espagne.

Il a été aussi question du label culturel que les Angelets de la Terra proposent aux mairies et aux candidats aux prochaines élections municipales, afin de généraliser la promotion de la langue et de la culture catalanes, ainsi que les échanges avec le reste de la Catalogne.

http://occatalunyasongs.canalblog.com/archives/2019/04/01/37223989.html

Llibreria Jaimes Carrer València, 318 - 08009 Barcelona

Carrer dels Doctors Trias i Pujol, 9, 08034

Activitats culturals de la setmana 

3/04/2019 19:00

Presentació del llibre : "Balthus y el conde de Rola" i vernissage de l'exposició dels dibuixos originals de Tyto Alba

 

L'artista Tyto Alba dedicarà els seus llibres

 

 

4/04/2019 19:00

Presentació del llibre : "Per què celebrem...? L'origen de 100 festes populars" de l'Albert Vidal

 

A càrrec de Guillem Roma, activista de la cultura popular, l'autor Albert Vidal i l'editora Elisenda Albertí

 

5/04/2019 10:00

Stand Jaimes al Saló del Còmic a la Fira Barcelona Montjuïc

 

Signaran els seus llibres : Jose Aguilar, Horacio Altuna, Manolo Carot, Bea Enriquez, Pedro Espinosa, Toni Carbos, , Jandro Gonzalez, Labiano Hugues, Lapin, Lluïsot, David Morancho, Sagar Fornies, Ruben del Rincon, Tyto Alba

 

 

6/04/2019 11:00

Club des petits lecteurs nº5 : " Saint Jordi et les dragons", pour les 3-10 ans, à Sarrià et à València

 

Animé par Elodie de Parlamamie et organisé avec Les Babies de Barcelona

 

 

8/04/2019 19:00

Joan Salvat-Papasseit vist per Víctor Sunyol : Lectures de la modernitat poètica nº 32

 

Un cicle de poesia coordinat per Antoni Clapés - Cafè Central

 

9/04/2019 19:00

Presentació del llibre : "El meu cor despullat, escrits íntims i correspondència”, de Charles Baudelaire a cura d'en Pere Rovira

A càrrec de Pere Rovira, Lluís Armengol i Lluís-Maria Todó

 

9/04/2019 19:00

Presentació del llibre : "Gust de cacau" de Roger Torres, novel·la sobre la nissaga Viader de la Granja Viader de Barcelona i els creadors del cacaolat

 

A càrrec de Jordi VIader, periodista i del mateix autor

 

 

11/04/2019 19:00

Presentació del llibre : "Ja hem fet el cim" de Francesc Roma

 

A càrrec de l'autor Francesc Roma i l'editora Elisenda AlbertíA càrrec de l'autor Francesc Roma i l'editora Elisenda Albertí

 

Communiqué de presse - 04 Avril 2019.

Invitation à la conférence de presse du lundi 8 Avril 2019 à 10 H 00 au siège de OUI au Pays Catalan.

Oui au Pays Catalan s’engage dans les élections européennes du 26 mai 2019, sur la liste, conduite par Yannick Jadot, Europe Écologie Les Verts (EELV) / Fédération Régions et Peuples Solidaires (R&PS), dont est membre Oui au Pays Catalan.

Cette alliance a été inaugurée il y a 30 ans par Antoine Waechter. En tête de liste R&PS, figure l’ex-député européen (2009-2014) François Alfonsi, membre de «Femu a Corsica»,parti de Gilles Simeoni qui dirige la Corse.

Amélie Cervello, membre de Oui au Pays Catalan, figure en 34ème position. Cinq autres membres de R&PS y figurent aussi.

 

Notre candidate, Amélie Cervello, 36 ans, ex-championne de France de Pentathlon Moderne, est directrice de magasin à Perpignan.

Comme des dizaines de milliers de citoyens, cette jeune maman, fière de ses racines catalanes, est indignée par l’intégration forcée dans la méga-région « Occitanie ».

Elle défend la création d’une Collectivité Territoriale «Pays Catalan» dotée de vraies compétences, capable de mobiliser toutes les énergies au service de tous les habitants, indépendamment de leurs origines, ainsi que de répondre et d’agir de manière concrète a des questions sociales, culturelles, économiques et environnementales.

 

Contacts :

OUI au Pays Catalan

22, boulevard Aristide Briand 66000 Perpignan

Tel. 06 75 74 25 49

contact@ouiaupayscatalan.com

 

http://ouiaupayscatalan.com/

https://www.federation-rps.org/

Appel de sénateurs français à propos de l'Espagne

 

Un appel de 41 sénateurs français  au sujet de ce qui se passe en Espagne. On notera les signatures de 6 sénateurs et sénatrices breton(ne)s. Michel Canevet sénateur du Pays Bigouden (aussi à l'origine du texte avec Ronan Dantec et 4 autres), Ronan Dantec sénateur de Nantes, Maryvonne Blondin sénatrice de Quimper, Joël Labbé, sénateur du du Morbihan, Michelle Meunier sénatrice de Nantes, Christine Prunaud sénatrice des Côtes-d'Armor.

 

Issus de différents groupes politiques de la Haute Assemblée, 41 sénateurs signent un appel au respect des droits fondamentaux en Catalogne. Ils demandent des solutions politiques au niveau européen, dénonçant "les répressions dont sont victimes des élus légitimes, représentants politiques de la Generalitat de Catalogne emprisonnés ou forcés à l’exil pour leurs opinions dans l’exercice des mandats que leur ont confiés les électeurs".


Nous, membres du Sénat de la République : 

 

--demandons le respect des libertés et des droits fondamentaux en Catalogne, sans bien sûr s’immiscer dans les problèmes politiques d’un pays voisin et sans prendre parti sur le sujet de l’indépendance de la Catalogne ; 
--dénonçons les répressions dont sont victimes des élus légitimes, représentants politiques de la Generalitat de Catalogne emprisonnés ou forcés à l’exil pour leurs opinions dans l’exercice des mandats que leur ont confiés les électeurs ; 
--constatons que cette situation est une véritable atteinte aux droits et aux libertés démocratiques ; 
--regrettons que la gravité de cette situation soit sous-estimée dans notre pays ; 
--demandons que la France et les pays de l’Union européenne interviennent pour rétablir les conditions du dialogue afin de trouver des solutions politiques à un problème politique ». 

 

Ce texte est à l’initiative de François CALVETGroupe Les Républicains, Michel CANEVETGroupe Union Centriste, Ronan DANTECGroupe du Rassemblement Démocratique et Social Européen, André GATTOLINGroupe La République En Marche, Pierre OUZOULIASGroupe communiste républicain citoyen et écologisteet Simon SUTOURGroupe socialiste et républicain.

https://mobile.abp.bzh/41-senateurs-dont-des-bretons-signent-un-appel-pour-le-respect-des-droits-fondamentaux-en-catalogne-47150 

 

Bernard Dupont

Maire de Canet-en-Roussillon

 

Catherine Wanschoor

Adjointe au Maire, Déléguée à la Culture

le Conseil Municipal

vous invitent à découvrir l’exposition

EXPOSITION OLFACTIVE

PARFUM HISTOIRE ARCHITECTURE CÉRAMIQUE ART VIN

 

du 5 avril au 26 mai 2019

 

Galerie

Des

Hospices

• Canet-Village

Av. Sainte-Marie

Vernissage vendredi 

5 avril à 18h30

Un apéritif clôturera cette manifestation

Renseignements : 04.68.86.72.60

 

#ILoveCanet

 

 

 

 

 

 

 

- - -Yves Barniol, Maire d’Elne

et son équipe municipale

 ont l’honneur de vous convier à la

 

CONFÉRENCE DE PRESSE

LUNDI 15 AVRIL A 11H

JARDIN DES MÉTIERS D’ART – ELNE

Le Jardin des métiers d’Arts se situe en ville haute près de la Cathédrale

Merci de confirmer votre présence auprès du service communication :

Tel : 04 68 37 38 36

servicecommunication@ville-elne.com

Partager cet article
Repost0
3 avril 2019 3 03 /04 /avril /2019 10:11
Sondage de L'Indépendant 3 avril 2019

Sondage de L'Indépendant 3 avril 2019

Perpignan la féminine

 

Les Perpignanais voudraient dégager le personnel politique local, mais aucune figure nouvelle, personnalité inédite, vierge, sans passé fait d'opportunisme, n'a émergé... Preuve que les pouvoirs en place s'accrochent à leur fauteuil boutéflikien et barrent la route à des jeunots désirant changer le politique.

 

Seul l'ambitieux Olivier Amiel, passant de la gauche aux Républicains est un simulacre de nouveauté : le concurrent du maire n'est pas un opposant frontal et bénéficie de la tolérance de M.Pujol. Au cas où celui-ci serait désavoué, non investi par LRM, faisant alliance avec Les Rép., désavoué aussi par les sondages...

Celui de l'Indép vient de montrer que J.Marc Pujol n'a de chance d'être réélu que si son adversaire R.Grau, ex-premier-adjoint décide de ne pas se présenter. Le candidat de LRM devrait laisser passer son tour : son audience est faible, et, malgré sa présence sur le terrain et sa connaissance du monde des entreprises, il ne perce pas...Il subit, c'est vrai, les conséquences des mésaventures de Macron. Le parti du président est pourtant en tête pour les Européennes...Mais à Perpignan, le contexte est différent.

 

Ainsi, S. Neuville, sans se présenter, sans programme, est déjà créditée de 13%, chiffre du mauvais candidat, J.Cresta, de 2014. Ségo fait le double des scores nationaux du PS (autour de 5/6 % pour un PS qui se camoufle derrière un intello !).

Ségo, connue, bonne candidate : si elle réussit à unifier la gauche (avec le PC, oui, mais avec les Verts, difficile et quasi impossible avec LA F I...), elle peut gagner. Elle doit dès demain discuter avec toute la gauche pour une union dès le 1er tour et sortir en seconde position pour avoir une chance. Elle devra ensuite discuter avec Clotilde Ripoull: si celle-ci est en tête, elle sera la candidate de toute la gauche, S.Neuville devenant 1ère adjointe...Dans le cas contraire, c'est Ségo qui deviendra maire et Clotilde 1ère adjointe.

Suivront Agnès Langevine et Françoise Fiter : un quatuor de femmes à la tête de la mairie de Perpi, du jamais vu !!

 

On peut rêver mais c'est possible...

 

On constate donc avec ce sondage, qui éclaire et peut susciter des stratégies, que le dégagisme n'est pas à l'ordre du jour ici. Que le paysage politique local ne change pas : immobilisme. Pas de candidature inattendue : gilet jaune, chanteur, second couteau...

On voit aussi,hélas, que les listes alternatives, citoyennes ou catalanistes (NOU.S), gitanes (de Lino Gimenez) ou radicales, n'ont aucun avenir dans une ville bourgeoise droitière, où habitent aussi beaucoup de pauvres et de marginaux, démotivés, écoeurés par le système politique.

 

Enfin, il apparaît que L. Aliot ne pourra pas être élu: il ne retrouve pas le pourcentage de 2014; il est gêné par des procès, par la liste concurrente d'un ancien colistier, il ne montre pas sa connaissance de la ville, où sa présence est en pointillé...

Même en se démarquant de son parti et de Marine, il n'arrive pas à ouvrir sa liste et à faire grandir son influence. Sa seule chance, c'est la bataille des droites.

En effet, si Pujol, Grau et Amiel se déchirent, tant la haine est sous-jacente, les électeurs iront voter pour L. Aliot...

 

JPB

Partager cet article
Repost0
2 avril 2019 2 02 /04 /avril /2019 00:33
"Nick" Jimenez - Place du Puig, Perpignan -
"Nick" Jimenez - Place du Puig, Perpignan -
"Nick" Jimenez - Place du Puig, Perpignan -
"Nick" Jimenez - Place du Puig, Perpignan -

"Nick" Jimenez - Place du Puig, Perpignan -

Contre les discriminations

 

 

Conférence de presse de Jean-François Jimenez, dit "Nick"

 

 

Du 1er avril, il n'en a cure, Nick ! Il vous téléphone à 9h du matin, il remue le microcosme perpignanais et convoque la presse ! Nous voici tous à la place du Puig, l'avocat Catherine Barrère, chargée depuis des années de défendre la communauté gitane face au racisme, Françoise Fiter, élue communiste du canton, les associations les Droits de l'Homme, Maryse Martinez pour le MRAP…), la télé avec FR3, des journalistes de l'Indépendant, et des amis, des citoyens de Saint-Jacques…

 

Nick est exaspéré car depuis des années ses concitoyens ne sont pas acceptés dans les campings du département. A Argelès, ou Torreilles, ou dans les campings municipaux, bientôt livrés au privé, d'Elne et de Saint-Cyprien, et ce matin même, un jeune du quartier qui vient témoigner : il a été refoulé du camping "Les Dunes", du Barcarès…

 

Les responsables de ces installations ne montrent pas leur racisme de façon directe; ils trouvent toujours une excuse : "Les chauffe-eau ne marchent pas…Ou vous êtes trop nombreux…" Ils craignent que les "Gitans" ne viennent en groupe, chantent un peu trop et toquent la guitare jusqu'à l'aube..! Puis ils affirment que les emplacements appartiennent à des Tours opérators" qui sélectionnent une "bonne" clientèle…

 

 

Pourtant Nick leur a promis une convention : il s'engage à être responsable si des problèmes advenaient… Et puis, c'est le droit, pour les congés, les Français d'origine gitane ont droit à des vacances; ils ont même des bons de réduction pour cela…

Mais les patrons de campings répondent que c'est plein : ils préfèrent payer des amendes plutôt que d'accepter ces Bohémiens…

 

Alors Nick, le sage de Saint-Jacques, a porté plainte, il y a 4 ans déjà : pas de réponse… Une autre plainte est déposée le 24.8.2018,  signée par seize familles concernées. 

 

 

Silence général : les gendarmeries, en général, refusent de prendre les plaintes, et le président de la CCI Camping 66, M. Paul Bassoles (06 51 51 40 59) fait l'autruche dans le sable fin de notre belle Côte vermeille….

 

 

Alors, J.François contacte le préfet Chopin (déjà avec le préfet Vignes, on avait agi, témoignent Françoise Fiter et Maryse Martinez, mis en place une convention avec les campings, mais rien…), avec qui il entretient des liens amicaux. Celui-ci (Notre sage a la lettre à la main) s'intéresse à son cas, mais oriente les plaignants vers la police et le procureur de la République, Mme Torres. Il y a bien discrimination, mais le droit, c'est long, et la justice, il faut patienter…Les gendarmes se déplacent pour constater aux campings, mais on leur en interdit l'accès…

 

 

Alors, face à cette absence de dialogue, avec ces gestes racistes répétés, Nick est  résolu, si rien ne bouge, à bloquer les dations balnéaires qui sont complices de tels agissements… L'été sera chaud, n'en doutons pas...

 

JPB 2 avril 2019

Partager cet article
Repost0
1 avril 2019 1 01 /04 /avril /2019 08:57
M. Jean-Marc PUJOL

M. Jean-Marc PUJOL

M. PUJOL, maire de Perpignan

jette le gant,

l'éponge et l'eau du bain :

"Marre de ce pétrin",

de Mathon

et de Poisson,

de Ripoull

et de cette bande de fripouilles !

Trahi par le Grau,

par de Noëll

et Michel Pinell :

c'en est trop !

Je me Marrackèche,

je pourrai profiter de ma crèche

inviter BenAlla dans mon ryad,

jouir de Fatma dans mon Ehpad..!

Marre de Perpi

Je vous laisse Aliot

un sacré cadeau,

bande d'abrutis !!!

 

1er avril 2019

par son nègre J.P.B.

 

 

Partager cet article
Repost0
31 mars 2019 7 31 /03 /mars /2019 09:34
Cinéperpi : Confrontation - Chantal MARCHON - CALI, chanteur COCO
Cinéperpi : Confrontation - Chantal MARCHON - CALI, chanteur COCO

CALI COCO

 

Cali cavale, au clair de sa plume

 

Le chanteur et écrivain nous emporte dans ses années lycée, avec Cavale ça veut dire s’échapper, au gré d’une écriture irrévérencieuse, ourlée de délicatesse. Rencontre.

Cavale ça veut dire s’échapper succède à Seuls les enfants savent aimer, en lequel Cali se remettait dans la peau du garçonnet de 6 ans dont la mère venait de mourir de maladie. Avec ce deuxième tome qui poursuit son autobiographie légèrement romancée, le chanteur, musicien, compositeur, acteur et écrivain se penche sur ses années lycée. Au fil des pages, se dessine le panthéon des artistes qui l’ont aidé à supporter les remous intérieurs de l’adolescence – Joe Strummer (des Clash), Patti Smith, U2… Du haut de ses 13 ans, il tentait de voir le soleil, mais la lune lui dégringolait dessus. La perception radicale de la vie et la sensibilité extrême qui l’habitaient, notre Pierrot solaire l’évoque, au clair de sa plume, avec une irrévérence ourlée de délicatesse.

Avec vos copains, vous avez fondé votre premier groupe, que vous avez insolemment baptisé Pénétration anale. En quoi le punk, dans lequel vous vous êtes tôt reconnu, vous parlait, à ce moment de votre existence?

CaliAu-delà de la musique, le punk incarnait une attitude à la fois provocatrice et fraternelle. Il remettait en cause le système. Dans le punk, j’ai trouvé une issue de secours, moi qui étais déchiré suite à la mort de ma chère maman et à la douleur incommensurable de mon pauvre papa, inconsolable, brisé d’avoir perdu l’amour de sa vie. J’étais en proie aux grands questionnements qui taraudent l’adolescence. Pour moi, Joe Strummer, dont j’avais affiché le poster dans ma chambre, ce n’était pas « no future », mais un regard rassurant, clément, tourné vers l’éternité.

Vous narrez l’agitation intime qui a précédé votre dépucelage. Est-ce une manière d’en parler, indirectement, à vos enfants?

CaliOui, il y a quelque chose de l’ordre de la transmission. Une manière de dire, à mes enfants et à tous les jeunes: « Ne vous inquiétez pas, l’adolescence est un passage compliqué, c’est normal de ne pas se sentir bien dans son corps. » Les mots que les parents, ou des adultes bienveillants, adressent aux jeunes peuvent revêtir une importance fondamentale. À l’époque, mon papa m’a dit: « Fiston, tu pourrais faire les pires bêtises, mais sache que je t’aime et que je te fais confiance.  » Ça m’a secoué, positivement. Je ne voulais pas le trahir, j’ai fait des bêtises, mais pas les pires. Je lui rends hommage, dans ce livre. Il souffrait terriblement. Cependant, avec l’appui précieux de ma sœur aînée, il a réussi à tenir sa famille.

Vous avez emprunté le titre de votre livre à Patti Smith…

CaliJ’ai joué durant quatre mois, au Gaîté Montparnasse, une pièce d’elle et Sam Shepard , Cowboy Mouse. L’actrice qui interprète le rôle d’une certaine Cavale prononce cette tirade: «  N’oublie jamais, Cavale ça veut dire s’échapper. » En 1971, Patti Smith et Sam Shepard, éperdument amoureux, se sont retrouvés dans un hôtel. Sur une machine à écrire, ils ont écrit, à tour de rôle, chacun une phrase. Ado, j’ai été ébranlé par la folie créatrice de Patti Smith.

À qui aimeriez-vous dédier ce livre?

CaliÀ mes enfants, bien sûr, et, plus largement, à tous les jeunes qui souffrent de solitude, qui se sentent incompris, et qui ne trouvent pas leur place dans une société qui leur en laisse peu. Le système, anxiogène, leur vole leurs rêves. Adolescent, la musique et la lecture m’ont sauvé. Je souhaite leur transmettre de l’espoir.

Récemment, vous avez joué pour les ouvriers de Ford, en Gironde…

CaliOui. D’ailleurs, j’ai pensé: « Si Joe Strummer et Léo Ferré étaient encore vivants, ils auraient chanté pour eux. » J’ai éprouvé une émotion forte auprès des ouvriers de Ford qui se sont engagés, corps et âme, dans un combat difficile. J’ai ressenti en plein cœur leur détresse. Un travailleur, venu de la Creuse pour les soutenir, m’a cité l’exemple d’un ouvrier, père de cinq enfants, qui n’avait touché que 1500 euros d’indemnités. C’est choquant, insupportable…

Un dernier mot, pour la route?

CaliAvant de partir, je tiens à exprimer ma profonde solidarité à l’Humanité et à ses journalistes, à l’ensemble de son personnel. Tenez bon, camarades, nous avons besoin de vous, de l’Huma!

 

Entretien réalisé par Fara C. Journal L'HUMANITE, Paris.

 

Dans le cadre du Festival Confrontation, 

projection du film

Jour de Parloir de Chantal Marchon

Image de Julie Conte

Son de Jean Mazel

Samedi 6 Avril à 21h

Total depuis la création du BLOGABONNEL :
 
361 918Visiteurs uniques
491 057Pages vues
1,357Vues / Visiteur
Pages les plus visitées :
URL Pages vues
1 http://leblogabonnel.over-blog.com/ 835
2 http://leblogabonnel.over-blog.com/2019/03/mort-de-bertrand-lorquin-fils-cadet-de-dina-vierny.html 535
3 http://leblogabonnel.over-blog.com/2016/03/quartiers-de-perpignan-site-de-la-mairie-quartiers-a-perpignan-aussi-dangereux-que-molenbeck-nous-ne-le-pensons-pas-mais-le-cocktail 343
4 http://leblogabonnel.over-blog.com/2018/07/arnaque-first-voyage-a-ceret-expo-najia-mehadji-le-musee-d-art-moderne-s-ouvre-au-contemporain.html 320
5 http://leblogabonnel.over-blog.com/2019/03/pour-le-8-mars-le-maire-de-perpignan-ecrit-a-une-dame.html 239
6 http://leblogabonnel.over-blog.com/2015/08/lieux-insolites-collioure-plage-de-l-ouille-petit-paradis.html 197
7 http://leblogabonnel.over-blog.com/2019/03/perpignan-2020-le-maire-fait-le-louis-d-aliot-culture-en-danger-le-depart-de-michel-pinell-adjoint.html 191
8 http://leblogabonnel.over-blog.com/article-perpignan-7-les-enfants-gitans-de-la-place-du-puig-110013261.html 134
9 http://leblogabonnel.over-blog.com/2016/04/perpignan-l-adjoint-a-la-culture-demissionne-michel-pinell-se-confie-au-blogabonnel.html 127
10 http://leblogabonnel.over-blog.com/2019/03/quartier-saint-jacques-les-autorites-face-a-une-possible-violence-des-habitants-francais-d-origine-gitane-et-maghrebine-ramon-solson
Partager cet article
Repost0
30 mars 2019 6 30 /03 /mars /2019 09:36
Monastir del Camp - Photo de Geoffroy MATHIEU - Clarisse Réquéna avec Carmen et Francisco ORTIZ (C) J.P.Bonnel
Monastir del Camp - Photo de Geoffroy MATHIEU - Clarisse Réquéna avec Carmen et Francisco ORTIZ (C) J.P.Bonnel
Monastir del Camp - Photo de Geoffroy MATHIEU - Clarisse Réquéna avec Carmen et Francisco ORTIZ (C) J.P.Bonnel
Monastir del Camp - Photo de Geoffroy MATHIEU - Clarisse Réquéna avec Carmen et Francisco ORTIZ (C) J.P.Bonnel

Monastir del Camp - Photo de Geoffroy MATHIEU - Clarisse Réquéna avec Carmen et Francisco ORTIZ (C) J.P.Bonnel

 LE  PRIEURE DU MONASTIR DEL CAMP A ETE VENDU

                 Les portes resteront ouvertes au Public

              

Le 31 mars prochain de 9 Heures à 17 heures un marché de Producteurs se tiendra à l' extérieur du Monastir.

Seront présents :

  • des éleveurs de cochons
  • des fromagers
  • des viticulteurs
  • des producteurs de bière artisanale
  • des cuisiniers
  • etc...

Vous pourrez éventuellement déjeuner sur place, assister à une conférence gastronomique et « ou » à la visite commentée du Prieuré.

 

A partir de Mai 2019 les concerts et les expositions reprendront au Monastir del Camp

De nouvelles salles seront ouvertes au Public.

Dès ce jour vous pouvez retenir la date du samedi 4 mai prochain : 

« Le Printemps de l' Aspre » nous a programmé un concert de voix haut de gamme.

 

Nous vous tiendrons au courant dans les prochaines semaines.

Merci de votre fidélité.

 

N.L.  Le Monastir del Camp est un ancien monastère qui aurait été fondé, selon la légende, à la fin du VIIIᵉ siècle ou au début du IXᵉ siècle, à la demande de Charlemagne à Passa, près de Thuir, dans les Pyrénées-Orientales, après sa victoire sur les Sarrasins. C’est l'un des joyaux de l’art roman catalan. 

 

Adresse : 1905 Hameau du Monastir del Cam, 66300 Passa

Style architectural : Architecture romane

Téléphone : 04 68 38 80 71

 

- - -

 

 

LUMIERE D'ENCRE

Photographie contemporaine

La lettre d'information

Mars 2019

 

L’association Lumière d’Encre vous présente la prochaine exposition de sa galerie à Céret :

 

Du 30 mars au 01 juin 2019

Le vernissage aura lieu le 30 mars a 11h30 à la galerie.

 

"Matière noire" de Geoffroy MATHIEU.

Le projet Matière noire est une utopie, une hypothèse photographique. La matière noire est une composante inconnue de notre univers que les astrophysiciens du monde entier tentent d’identifier et qui représente 95 % de sa masse. Pour pouvoir la photographier, il me faut donc installer mon regard dans un paradigme nouveau me permettant d’identifier des choses, des paysages, des situations, des personnages dans lesquels j’entrevois la matière noire qui les traverse.

Au cours des dernières décennies, les observations scientifiques ont, semble-t-il, détecté la présence dans le cosmos d’une nouvelle catégorie de matière, différente de la matière classique. Qualifiée de «noire» car très difficile à détecter, elle est beaucoup plus abondante que son homologue ordinaire. Avec la non moins mystérieuse «énergie noire», elle représente 95% du contenu total du cosmos. Sa densité est telle qu’elle conditionne l’avenir de l’univers tout entier. Les recherches menées pour identifier sa nature promettent d’ouvrir de nouveaux horizons à notre compréhension de la réalité.

Alberto Casas Gonzales, physicien.

 

La matière noire n’émet pas de lumière et à l’inverse, la lumière la traverse complètement.Elle est donc véritablement noire et le seul moyen de la voir, c’est en observant ses effets sur son environnement.

Yannick Mellier, astrophysicien.

Collioure/ Conférence le 30 mars : « Prosper Mérimée et le Roussillon », par Clarisse Réquéna

 

 

Prosper Mérimée (1803-1870), inspecteur général des Monuments historiques, auteur de la désormais célèbre Carmen, mais aussi de La Vénus d’Ille, fut en relation avec la famille Arago par François, directeur de l’Observatoire de Paris, qui facilitera sa venue en Roussillon en 1834. Mérimée aidera son propre cousin Augustin Fresnel, à mener à bien ses travaux sur la lumière conduisant celui-ci à l’Académie des Sciences.
A l’occasion de sa première tournée d’inspection dans le Roussillon, Mérimée rencontra plusieurs érudits parmi lesquels Mr Henry, bibliothécaire à Perpignan et François Jaubert de Passa qu’il fera nommer correspondant de la Commission des Monuments historiques pour les P-O. Ce voyage fut l’occasion pour lui de faire classer au patrimoine plusieurs édifices parmi lesquels le cloître d’Elne, l’église Saint-Jean-le-vieux à Perpignan, les églises du Boulou, de Corsavy, de Planès, de Coustouges, l’abbaye de Serrabone, ou le cloître de Monastir del Camp, entre autres.
L’œuvre de Prosper Mérimée, inspecteur en mission dans le Roussillon, sera présentée enrichie de ses relations amicales et épistolaires avec Jaubert de Passa, à l’origine de leur riche collaboration au sein des Monuments historiques. Enfin, la conférencière fera mieux connaître la nouvelle fantastique La Vénus d’Ille (1837), qui inspira Mérimée à l’issue de son voyage.

Partager cet article
Repost0
29 mars 2019 5 29 /03 /mars /2019 09:05
Clarisse REQUENA, chez Claude Simon (C) J.P.Bonnel - Avec Odile de Guillebon, chapelle de Villerase, St-Cyprien - Thèse publiée chez Champion - Revue HB -
Clarisse REQUENA, chez Claude Simon (C) J.P.Bonnel - Avec Odile de Guillebon, chapelle de Villerase, St-Cyprien - Thèse publiée chez Champion - Revue HB -
Clarisse REQUENA, chez Claude Simon (C) J.P.Bonnel - Avec Odile de Guillebon, chapelle de Villerase, St-Cyprien - Thèse publiée chez Champion - Revue HB -
Clarisse REQUENA, chez Claude Simon (C) J.P.Bonnel - Avec Odile de Guillebon, chapelle de Villerase, St-Cyprien - Thèse publiée chez Champion - Revue HB -
Clarisse REQUENA, chez Claude Simon (C) J.P.Bonnel - Avec Odile de Guillebon, chapelle de Villerase, St-Cyprien - Thèse publiée chez Champion - Revue HB -

Clarisse REQUENA, chez Claude Simon (C) J.P.Bonnel - Avec Odile de Guillebon, chapelle de Villerase, St-Cyprien - Thèse publiée chez Champion - Revue HB -

Collioure 

 

 Conférence le 30 mars : « Prosper Mérimée et le Roussillon », par Clarisse Réquéna

 

 

Prosper Mérimée (1803-1870), inspecteur général des Monuments historiques, auteur de la désormais célèbre Carmen, mais aussi de La Vénus d’Ille, fut en relation avec la famille Arago par François, directeur de l’Observatoire de Paris, qui facilitera sa venue en Roussillon en 1834. Mérimée aidera son propre cousin Augustin Fresnel, à mener à bien ses travaux sur la lumière conduisant celui-ci à l’Académie des Sciences.


A l’occasion de sa première tournée d’inspection dans le Roussillon, Mérimée rencontra plusieurs érudits parmi lesquels Mr Henry, bibliothécaire à Perpignan et François Jaubert de Passa qu’il fera nommer correspondant de la Commission des Monuments historiques pour les P-O.

Ce voyage fut l’occasion pour lui de faire classer au patrimoine plusieurs édifices parmi lesquels le cloître d’Elne, l’église Saint-Jean-le-vieux à Perpignan, les églises du Boulou, de Corsavy, de Planès, de Coustouges, l’abbaye de Serrabone, ou le cloître de Monastir del Camp, entre autres.


L’œuvre de Prosper Mérimée, inspecteur en mission dans le Roussillon, sera présentée enrichie de ses relations amicales et épistolaires avec Jaubert de Passa, à l’origine de leur riche collaboration au sein des Monuments historiques. Enfin, la conférencière fera mieux connaître la nouvelle fantastique La Vénus d’Ille (1837), qui inspira Mérimée à l’issue de son voyage.

 

Au centre culturel de Collioure, à 17 heures - entrée libre - 

 

- - - 

Autres travaux et conférences de C.REQUENA :

 

*Jeudi 2 août à la chapelle Saint-Etienne de Villerase, inscrite sur l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques depuis 1992, Clarisse Réquéna, docteur en littérature française, a évoqué « Le Roussillon de Prosper Mérimée, inspecteur général des Monuments historiques, auteur de La Vénus d’Ille ». Une présentation a montré Mérimée dans son contexte familial et amical. Aïeul auteur de vitraux réputés dans le Beauvaisis notamment ; arrière-grand-mère auteur de contes comme La Belle et la Bête ; arrière-grand-oncle peintre, membre de l’Académie des Beaux-Arts ;  père secrétaire perpétuel de l’Ecole des Beaux-Arts à Paris ; mère portraitiste…

Un milieu artiste, au fait des questions de restauration des œuvres aussi. Parmi les relations, les amis, on rencontre François Arago, Georges Cuvier… Enfin, en 1834, Mérimée est nommé inspecteur général des Monuments historiques et, en novembre, il parcourt le Roussillon où il rencontre François Jaubert de Passa, agronome, spécialiste reconnu des irrigations. Jaubert de Passa reçoit Mérimée à Perpignan, l’accompagne à Ille et à Elne. Dès son retour à Paris, Mérimée fait nommer Jaubert de Passa correspondant pour les  Pyrénées-Orientales. Une correspondance des plus cordiales s’engage, elle durera jusqu’à la mort de Jaubert de Passa en 1856. Mérimée fera classer nombre de monuments des Pyrénées-Orientales comme le cloître d’Elne, le pont de Céret notamment. En 1837 paraîtLa Vénus d’Ille, œuvre de fiction inspirée par le voyage de Mérimée dans le Roussillon mais faisant allusion aussi à d’autres tournées comme celle de 1835 dans l’ouest de la France. La fête de l’ours particulièrement fervente à Arles-sur -Tech, qui s’appelle alors Arles-les-Bains, Mérimée y pensera encore lorsqu’il rédigera l’une de ses dernières œuvres, Lokis, qui se déroule en Lituanie.

 

 

*REVUE D’HISTOIRE LITTERAIRE DE LA FRANCE Clarisse Requena (auteur de nombreux articles et membre du comité de rédaction de la revue H.B (consacrée à Stendhal-Henri Bayle) :

 

« Autour de La Vénus d’Ille et de Carmen de Prosper Mérimée : le thème de l’eau et de l’altitude » RHLF N°6, Novembre-Décembre 2001, p. 1591-1610.

 

Carmen, avatar de la Vénus d’Ille ? Etroitement associées par leurs relations privilégiées avec l’eau et l’altitude, les deux héroïnes, qui sont aussi deux statues de bronze, constituent un trio avec leur possible modèle, issu du voyage en Espagne de 1830 qui donnera lieu aux Lettres d’Espagne, en passant par Les Ames du purgatoire : la Giralda de Séville. Et toujours se perpétue le rituel immémorial tel qu’il apparaît dans les récits relatifs à une déesse de l’amour comme Vénus. Dans le même temps, la Vénus d’Ille s’ancre dans un Roussillon riche de présence vénusienne et féerique comme en atteste l’arrière-plan archéologique et folklorique de la nouvelle, la première de l’écrivain archéologue. Puis Carmen, à son tour, Vénus gitane, émerge de l’onde, sous les yeux des fidèles venus contempler la scène mystérieuse de « Diane et ses nymphes au bain ».

 

 

**Clarisse Réquéna a rédigé la thèse suivante :

Unité et dualité dans l'oeuvre de Prosper Mérimée : mythe et récit

par Clarisse Réquéna sous la direction de Michel Crouzet - Paris 4

Littérature française

Soutenue en 1998

Partager cet article
Repost0
28 mars 2019 4 28 /03 /mars /2019 08:09
Davor VRANHIC - ISABELLE MENCION - S.GAY -
Davor VRANHIC - ISABELLE MENCION - S.GAY -
Davor VRANHIC - ISABELLE MENCION - S.GAY -
Davor VRANHIC - ISABELLE MENCION - S.GAY -
Davor VRANHIC - ISABELLE MENCION - S.GAY -
Davor VRANHIC - ISABELLE MENCION - S.GAY -

Davor VRANHIC - ISABELLE MENCION - S.GAY -

SCANDALE : LA NOUVELLE GARE DE MONTPELLIER, SITUÉE EN PLEINE NATURE, A COÛTÉ PRÈS DE 200 MILLIONS D'EUROS ET N'ACCUEILLERA QUE 8 TRAINS PAR JOUR...MERCI, M. LE MAIRE !!

 

29/03/2019 : FEMMES EN REVOLUTION - UPTC

 

Université Populaire du Travailleur Catalan (UPTC)
44 avenue de Prades à Perpignan


Conférence : « Femmes en révolution » par Patricia LATOUR
Ecrivaine, journaliste, rédactrice en chef du journal Le Manifeste,
cofondatrice de la maison d’édition Le Temps des Cerises.

« Le succès ou l'échec d'une révolution peut toujours se mesurer au degré selon lequel le statut de la femme s'en est trouvé rapidement modifié dans une direction progressive ».Angela Davis.

Être femme et révolutionnaire, être féministe et avoir l’ambition de changer la société n’a pas
toujours été de soi. Pourtant la question de la place des femmes dans la société est partie prenante
de la pensée révolutionnaire. Chercher les origines et les causes des inégalités entre hommes et
femmes pour proposer les solutions pour en sortir alimente le débat des féministes, avant même
que Marx et Engels n’y réfléchissent. Comment faire la révolution sans la moitié de l’humanité ?
Le débat entre féminisme et révolution traverse le mouvement féministe depuis le 19e siècle ;
féminisme qualifié de « bourgeois » contre celui dénommé « révolutionnaire ». Affirmer les droits
des femmes et lutter pour les obtenir nécessite-t-il de changer la société ? Faut-il faire la révolution
pour changer vraiment la place des femmes dans la société ? Est-ce suffisant ?


Autant de questions qui restent d’actualité au moment où la parole des femmes se libère et où chacun
s’interroge sur les mesures à mettre en oeuvre pour lutter contre le harcèlement que subissent les
femmes, contre toutes les inégalités.

Guerre des classes ou guerre des sexes ? Révolution ou révolution féministe ? Autant de question
qui méritent d’être discutées aujourd’hui.

 

Convocatòria de premsa: Acte de presentació de l’Any Simona Gay

 

·         Dia:                  Divendres 29 de març de 2019

·         Hora:               11.00 hores

·         Lloc:                Sala La Catalana, Illa (4, avinguda Chopin, 66130, Illa)

·         Participants:   William Burghoffer, batlle d’Illa

Josep Puigbert, director de la Casa de la Generalitat a Perpinyà

Miquela Valls, crítica literària i especialista en Simona Gay

Teresa Dalmau, presidenta dels Amics de la Casa Samsó

Alà Baylac-Ferrer, director de l’Institut Franco-Català Transfronterer 

·         Jour:                Vendredi 29 mars 2019

·         Heure:              11h00

·         Lieu:                Salle La Catalana, Illa (4, avinguda Chopin, 66130, Illa)

·         Participants:   William Burghoffer, maire d’Illa

Josep Puigbert, directeur de la Casa de la Generalitat a Perpinyà

Miquela Valls, critique littéraire et spécialiste de Simona Gay

Teresa Dalmau, présidente des Amics de la Casa Samsó

Alà Baylac-Ferrer, directeur de l’Institut Franco-Català Transfronterer

 

Eduard Lladó i Vila

Comunicació | Cultura | Llengua Catalana

ellado@gencat.cat | +33 (0)4 68 35 17 14

 

1, carrer de la Fusteria | F-66000 Perpinyà

VERNISSAGE

Vendredi 29 mars 2019

à partir de 18h30

Davor VRANHIC

 

"Meeting point"

au Centre d'Art Contemporain

àcentmètresducentredumonde

3, avenue de Grande Bretagne. 66000 PERPIGNAN

www.acentmetresducentredumonde.com

 

Exposition du 30 mars au 25 mai 2019

Du mardi au dimanche de 14h à 18h

 

Davor VRANKIC est né 1965, à Osijek, en Croatie. Il vit et travaille à Paris (France). Vrankic a étudié à l’École des beaux-arts de Sarajevo (Bosnie-Herzégovine) de 1986 à 1988 puis, de 1988 à 1991, à celle de Zagreb (Croatie), où il a obtenu son diplôme. Il a complété sa formation à la Faculté d’Arts Plastiques, Paris VIII, de 1995 à 1999. Vrankic réalise des dessins à la mine de plomb et sur de grands formats. Noir et blanc, proches du photoréalisme, ses œuvres confrontent dans un seul et même espace toutes ses expériences visuelles, de la peinture classique à la vidéo, de la photographie à la gravure. Ses œuvres ont été montrées dans de nombreuses expositions individuelles et collectives à Paris, New York, Bruxelles, Amsterdam… Il a reçu différents prix d’art et son travail a rejoint les collections de nombreux musées internationaux (MoMA, New York ; Musée Overholland, Amsterdam…) ainsi que dans des collections privées.

 

 

Duel au soleil, 2010 – 2018, mine de plomb sur papier, 120 x 80 cm. 

 

 

Nous sommes invités à nous laisser envahir par le spectacle baroque et saisissant de cet hyperréaliste de l'émotion, ce conteur rétro-futuriste qui aime transformer la matière et envelopper le sublime d'une couche d'inconfort moribond. Ici la grandeur mystique des maîtres flamands ou espagnols fusionne avec des références underground et populaires, il nous parle de ses héros de bande-dessinée, de la quête du merveilleux selon Miyazaki ou encore des contes traditionnels fantastiques de l'Est. À l'image de ces figures éternelles qui ont bercé notre enfance ou nous accompagnent encore aujourd'hui, les mondes dessinés de Davor Vrankic nous fascinent parce que leur étrangeté nous est familière. En dessinant cette réalité apocalyptique et crépusculaire, qui est aussi un peu la nôtre, l'artiste nous rappelle avec la sagesse des visionnaires que "le véritable état du monde, c'est le chaos".  Anne-Cécile Guitard

 

 

"Crossing the line, 2017-2018, mine de plomb sur papier, 216 x 114 cm. 

 

 

 

***Les animaux fantastiques d'Isabel Mencion: VERNISSAGE VENDREDI 29 MARS 18H/ENTREE LIBRE

Mme le Maire et le Conseil Municipal

sont heureux de vous convier au vernissage des œuvres d’

Isabel Mencion 

le vendredi 29 mars à partir de 18h

à l’espace des arts rue des Ecoles au Boulou

Rens : www.espacedesarts.pro

Contact : 04 68 83 36 32

 

EXPOSITION ISABEL MENCION VERNISSAGE LE 29 MARS 18H

https://www.facebook.com/events/exposition-isabel-mencion-vernissage-le-29-mars-18h/1142401882589956/

 

Isabel Mencion à l'EDA du Boulou - Met Barran (MERCI À JACQUES QUÉRALT) :

Du 22 mars au 26 avril, la plasticienne Isabel Mencion, est l'hôte de l'Espace des Arts au Boulou. Formée à l'école des Beaux-Arts de Perpignan et diplômée, Mencion réunit en elle des qualit...

http://metbarran.canalblog.com/archives/2019/03/18/37187765.html

Isabel Mencion à l'EDA du Boulou

Du 22 mars au 26 avril, la plasticienne Isabel Mencion, est l'hôte de l'Espace des Arts au Boulou. Formée à l'école des Beaux-Arts de Perpignan et diplômée, Mencion réunit en elle des qualités qui pourraient paraître antagoniques, le sens de la rigueur (de la mesure) et une curiosité onirique produisant un univers personnel où se déploient des animaux fantastiques, parmi lesquels le "papillon", l"oiseau". Ce dernier étant l'un des premiers thèmes abordés par elle, et remarqué notamment dans une participation au travail du chanteur Pere Figuères, sur "Ocells" du poète J.-P. Cerdà.  Son talent graphique, son sens chromatique, sa pointe de fantaisie la portent, un temps, vers une activité d'illustration qui la verra associée à des écrivains, comme le romancier Joan-Lluís Lluís (avant son couronnement par le Premi Sant Jordi), ou des musiciens comme les "Blues de Picolat", prêtant son inspiration -ici- à un éditeur, là-bas à un libraire ou une revue. Parallèlement, et après un passage par les "ateliers" du musée d'art moderne de Céret, Isabel Mencion enseigne les arts plastiques. Cet aspect pédagogique affermit sa conscience de l'art et de la nécessité de se donner des buts d'excellence et d'emprunter d'autres chemins. Que ce soit celui de la fresque ou de l'installation ou encore du happening. L'artiste a commencé à exposer au début des années 1990. Intéressant la galerie Oms, à Céret et L'Olympe, à Perpignan... La dominante actuelle de son travail dit du "motif" (et qui ne répugne pas au décoratif) est le "papier découpé" (tradition ancienne et transculturelle), double noblesse manuelle au service d'un imaginaire singulier, gorgé de formes étranges dont on  ne perçoit de quelle nature elles procèdent et, surtout, si elles existent pour nous surprendre, tracasser ou nous renvoyer "à nos chères études" pour mieux comprendre, par exemple, la chimère d'un papillon-cheval. Isabel Mencion est une compositrice d'images, de poèmes visuels fantastiques, solidement construits et dont l'élégance classique, et parfois la force baroque font mouche. Nous n'avons pas devant nos yeux des planches documentaires mais des visions, des suggestions... Difficile de ne pas s'arrêter, d'observer pour voir si c'est "de la réalité" ou "de illusion". Au seuil d'un "autre monde"? Et pourquoi pas?

 

Les animaux fantastiques d'Isabel Mencion. Espace des Arts, rue des Ecoles.  Du 22 mars au 26 avril 2019

 

 

TOULOUSE ET LYON,  28/03/2019

 

Le poète minorquin Ponç Pons aux universités de Toulouse et de Lyon

 

A l’occasion de l’étude de son anthologie Flames escrites dans le programme de l’agrégation d’espagnol, option catalan, le poète de Minorque Ponç Pons rencontre pour la deuxième fois les étudiants universitaires français pour discuter de son œuvre lyrique et plus largement de son écriture. A l’initiative de l’Institut Ramon Llull, il sera reçu les 28 et 29 mars à l’université de Toulouse Jean Jaurès et à l’École Normale Supérieure de Lyon. 

+ info >>

 

Partager cet article
Repost0
27 mars 2019 3 27 /03 /mars /2019 09:50
Gabriel GROYER et Ludmila POLIAKOVA (photo JPB) - affiche de la médiathèque de Perpignan -
Gabriel GROYER et Ludmila POLIAKOVA (photo JPB) - affiche de la médiathèque de Perpignan -

Gabriel GROYER et Ludmila POLIAKOVA (photo JPB) - affiche de la médiathèque de Perpignan -

Poésie :

Errances de Gabriel GROYER, avec Ludmila POLIAKOVA À L'ALTO, médiathèque temporaire de Perpignan, à 10h10, place du Pont-d'en-Vestit (Centre d'art contemporain) - Entrée libre -

 

 

Cette idée de petit-déjeuner littéraire est géniale ! Passant hasardeux, promeneur du samedi, couple qui se rend au marché, jeune quêteur de musique et de chanson, vous posez vos cabas et vos valises et vous vous arrêtez à cette bibliothèque éphémère.

 

Ici, "Libre bagage", vous crie le poète ! Venez écouter mes "mots de traverse" : vous voici conviés à des sentiers détournés, à des chemins machadiens, car avec le poète de Séville, on sait qu'il n'y a pas de chemin, qu'il faut se l'inventer, ce chemin-destin, se le construire avec les galets des mots, avec les petits cailloux du Petit-Poucet. 

 

Gabriel est ce "Petit Poucet attiré par les mots", "Petit Poucet égaré / pauvre d'un seul petit caillou", mais il découvre "sur un bord de chemin", l'amour, le désir, l'autre...la vie, la vraie, en somme. (1)

 

G. Groyer vient de la douceur angevine et s'est, pour l'instant, fixé à Thuir. Après de grandes villégiatures, il voyage désormais grâce au langage poétique, non versifié à la Du Bellay, non prosaïque, mais tissé de trouvailles originales, de métaphores inédites : "l'ivoire des sourires", ou ces "lèvres sofa", dans Déserts, p.55. 

Cette poésie du Je, vécue, pensée, ressentie, dit les heurts et bonheurs de la vie, dans une tension dramatique continue; cependant l'auteur a recours à l'humour, au jeu verbal, aux jongleries de la versification, dans Afriques II, par exemple (2), ou ces expressions ludiques et référence, dans Monolithes : "Dans ce cor à cor...Ame ma soeur âme/Ne vois-tu rien venir..." (page 33), et dans la "Chanson à Bilitis" :

"ô si tu veux

que-et tu peux

ton corps exulte

élève un culte

à ses désirs

et sur l'autel

car tu es belle

de ton plaisir

offre toi nu-

que raide et nue

en holocauste

je suis ton hoste." (p. 78).

 

En effet la passion et l'érotisme parcourent les deux ensembles poétiques, en recourant souvent à l'Antiquité ou à la mythologie : Ulysse, l'aventurier, le roi des odysssées, ou la Néréide, "sylve marine...ta voix touchait ma peau..." 

 

Il s'agit de parcourir le monde et la culture éternelle, tout en arpentant le carte amoureuse, la carte du Tendre, car le poète, rêvant de vagabondages, ne peut vivre dans la solitude extrême. La compagne permet de vivre plus intensément et il faut trouver les mots pour dialoguer avec elle, et, au-delà, avec le lecteur. Le thème essentiel, interrogation entre amour complice et JE désespéré, entre vie et mort, trouve sa trame dans le questionnement sur le rôle des mots :

 

"Ecrire noir sur noir...

 

Des mots sans case

jusqu'au silence

Parfois j'ai peur d'ouvrir un monde

Alors l'écris

Alors je crie

Je crie des mots

Avec des mots de l'intérieur" (2) p. 104.

 

Gabriel nous dira, nous criera ses mots, samedi, et nous vivrons au rythme de ces voyages et passages musicaux et poétiques...
Nul doute que le violon (L'ALTO) de Ludmila fera vibrer encore plus cette poésie libre et des plus contemporaines..!

 

J.P.Bonnel

 

- - -

(1) pages 12 à 16 - recueil Errances, les mots de traverse - Editions Talaia - 15 euros. 

(2) page 112 du recueil Libre bagage, Editioins K'A "Paraules" - 2018 - 15 euros.

Partager cet article
Repost0
26 mars 2019 2 26 /03 /mars /2019 09:28
Culture à Perpignan - Festival de Musique sacrée : Elisabeth DOOMS
Culture à Perpignan - Festival de Musique sacrée : Elisabeth DOOMS

Culture à Perpignan - Festival de Musique sacrée : Elisabeth DOOMS

 

Que l'on soit croyant ou athée, cul-bénit ou agnostique, voici un forme d'art qui ne peut que vous apporter que du bonheur et la sensation de vous extraire de vous-même pour devenir meilleur, moins mesquin, moins barbare...

 

Parmi les politiciens qui viennent assister au vernissage des manifestations artistiques, on trouve pléthore de misérables qui ne guettent pas la spiritualité, mais le pouvoir d'ici-bas, l'argent qui vous rabaisse, l'obsession des intrigues...Laissons-les à leur enfer !

 

Avec Elisabeth DOOMS, directrice depuis des années du festival de musique spirituelle, un sacré festival donnant à entendre toutes les musiques du monde, orientale, classique, baroque...le public est dans un autre univers, aérien, détaché des combats douteux : le paradis, vous dis-je, où ne vous attendent pas cent anges LGBT ou mille et trois vierges, mais 

un bonheur indicible, insaisissable...

 

E. DOOMS a su présenter de façon naturelle, intériorisée, cultivée, ce nouveau programme, et d'une voix douce, angélique : beaucoup de gentillesse et de talent. Les têtes de liste aux prochaines municipales se bousculent déjà pour décrocher cette dame : adjointe à la culture, pourquoi pas..?

 

JPB

 

Lire l'article dans la revue gratuite Ramdam n°137, de mars-avril 2019.

FESTIVAL

Musique Sacrée à Perpignan, un festival d’équilibre

Du 24 au 31 mars 2018

PERPIGNAN 
Divers lieux culturels de Perpignan

   
Partager  
 

Elisabeth Dooms dirige le festival Musique Sacrée de Perpignan. Elle le nourrit d’une finesse réflexive, d’une opiniâtreté sans faille. D’une passion raisonnée. Et c’est un succès !

Quels sont les critères essentiels ou les ingrédients indispensables pour créer un festival réussi ?
Un festival réussi, c’est un festival qui équilibre toutes les contraintes : celles du territoire - j’entends le public - politiques, sociales, budgétaires et évidemment artistiques. Avec un contenu que le public peut articuler, ressentir et comprendre. Il faut réfléchir, trouver un équilibre et surtout ne pas faire ce qui est déjà proposé. Un festival, c’est donc une histoire avec des femmes, des hommes, des artistes, des publics, des objectifs et une prise de risques. C’est aussi une voie, qui doit être claire dès le début pour pouvoir amener tout le monde avec soi.

Le festival de musique sacrée de Perpignan répond-il à votre idée d’un festival accompli, un peu, beaucoup, passionnément ?
Je ne suis pas objective, mais je dirais qu’il a été réussi « beaucoup », car il a réuni toutes les contraintes, il a respecté le cahier des charges et il s’est développé en termes de public. Il a trouvé sa place. Il est certes le fruit d’une tradition, mais il existe aujourd’hui en répondant à une demande d’aujourd’hui. Pour moi il est « beaucoup » réussi, pour le « passionnément » il y a encore du travail. Quand on fait le bilan chaque année, je m’appuie sur des retours de la société civile, et je m’aperçois qu’il peut s’améliorer, mais qu’il est en dynamique.

Comment composez-vous la programmation ? Appliquez-vous une technique particulière ? Avez-vous une botte secrète ?
Programmer, c’est magique ! Il faut revenir au thème de musique sacrée car cela a été toute une histoire. La programmation devait répondre à une action publique puisque c’est une collectivité qui produit le festival entièrement. Le mot « sacré » doit être élargi jusqu’au « spirituel » avec un maximum d’ouverture. Après il convient de trouver un équilibre, on parle toujours d’équilibre. La programmation doit offrir de la musique baroque, classique, du monde, de la musique contemporaine. On propose des concerts, des manifestations et on sent qu’il faut intercaler entre chaque proposition des programmes ou quelque chose qui engagent de l’imaginaire et de l’ouverture. La botte secrète, c’est d’aller écouter beaucoup d’artistes, d’aller voir ailleurs, de voyager, de faire confiance aux artistes, d’aimer les artistes. Il faut être exigeant, à l’écoute et avoir la volonté farouche de partager au plus haut niveau pour que les choses soient ressenties par le public.

Donnez-nous trois temps forts du prochain festival…
Il est toujours difficile d’extraire des moments forts d’une programmation qu’on a construite pendant plusieurs mois, mais je fais l’effort de vous répondre en citant la venue de Dominique Vellard à la tête de l’ensemble Gilles Binchois pour deux concerts avec une composition personnelle en création ; bien sûr Les Arts Florissants avec Paul Agnew qui sera reçu pour la troisième fois, cette année avec des Motets de Bach qu’il dirige pour la première fois. C’est vraiment pour moi le chœur d’élite et j’ai envie que le public perpignanais découvre cette beauté. Le troisième temps fort est la venue de l’ensemble Aedes et de Mathieu Romano, un des plus beaux chœurs que je connaisse actuellement, dans le Requiem de Fauré. Voilà pour les temps forts artistiques que j’ai toujours du mal à extraire de la programmation et que je qualifierais de « moteurs ».

Vous êtes très attachée à l’action culturelle à l’intérieur du festival comme un ancrage essentiel de la manifestation, pourquoi ?
Je répète que c’est un festival un peu unique car produit, géré, financé par la ville de Perpignan. Un festival de musique sacrée pour une ville, c’est quand même une réflexion à mener et avec l’action publique, objet du festival, on se situe dans l’accessibilité, l’équité, l’égalité du public, et ce ne sont pas de vains mots. En fait l’action culturelle constitue le centre du festival. Beaucoup de festivals recherchent des partenaires économiques, et j’aimerais bien aussi faire rentrer le monde de l’entreprise dans le festival, mais au départ, comme nous sommes une ville et une collectivité territoriale, l’objet c’est le public et son accès aux concerts. Faire venir du monde, sans des moyens énormes, c’est mon obsession. La démocratisation de la musique classique. J’ai fait un mémoire sur « La Folle Journée » de Nantes et on voit bien que le public est vieillissant, donc comment fait-on pour accueillir des personnes nouvelles dans les salles de concert ? Par quels moyens ? Comment fait-on partager la musique ? Nous sommes ainsi partis sur plusieurs axes : l’élargissement des concerts gratuits et puis tout un travail avec les scolaires, les publics handicapés. Je reste très modeste car il y a à Perpignan d’autres structures qui pratiquent cette politique et la ville est particulièrement active de ce point de vue. Au bout de deux ans, nous nous sommes rendus compte que nous avions renouvelé le public d’un tiers par les concerts gratuits mais aussi par les groupes qui arrivent par les éducateurs, les enseignants, toutes les personnes qui peuvent penser que le « sacré » ne les concerne pas. Nous pratiquons également une politique tarifaire non dissuasive. Donc il y a toute une conjonction. C’est vrai que mes souvenirs les meilleurs ont à voir avec l’action culturelle. C’est un peu notre raison d’exister !

Le thème du festival 2018 est « la création ». Comment définiriez-vous la création et pensez-vous comme Gilles Deleuze que « résister, c’est créer » ?
Je n’ai pas abordé le thème de la création de cette façon car cela doit être un thème général, un peu universel et relié à la musique. Il y a deux planètes : la création artistique et puis il y a la création comme origine du monde avec les mythes, les histoires sacrées, les thèmes fondateurs, etc. Et là on creuse plus profondément des questionnements que tout le monde partage. J’ai abordé le thème sur ces deux niveaux et je les relie. L’intérêt est de lier cette spiritualité et ces questionnements à la création artistique. On remarque que les créations s’appuient sur des textes anciens et que la création artistique ne repose pas ex nihilo. Est-ce que la création est une sorte de résistance ? Elle est une résistance si elle ne peut pas s’exprimer. Aujourd’hui, dans notre pays, on peut exprimer toutes sortes de création. Mais la résistance, c’est aussi l’avenir. Que proposons-nous comme avenir ? Qu’avons nous à dire sur l’avenir en tant qu’artiste ? Les artistes peuvent être des mediums et nous amener vers des univers qui grâce à leurs œuvres nous sont plus perceptibles. Pour moi, c’est cela création avec sa part d’imaginaire et d’humain éternel.
Propos recueillis par André Lacambra

Publié par Rédaction de Ramdam

 
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens