Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 décembre 2018 6 01 /12 /décembre /2018 09:42
Révolte des Segadors, révolution des Gilets jaunes - Honte à Perpignan : des crèches au Centre Walter BENJAMIN
Révolte des Segadors, révolution des Gilets jaunes - Honte à Perpignan : des crèches au Centre Walter BENJAMIN

HONTE : la mairie de Perpignan expose des crèches au Centre Walter Benjamin..!

 

L'année dernière, les crèches (traditions ? Oeuvres d'Art ? à Sant-Vicens, sans doute...) étaient montrées derrière une baie vitrée de la mairie. Cette année, l'idée géniale est de transformer le Centre d'art contemporain en dépôt : archives et livres, emménagement d'une salle de lecture car la médiathèque va être fermée pendant un an (jusqu'en nov. 2019 au moins...) Et si ensuite, la médiathèque, accolée à la fac de droit, servait avant tout aux étudiants..? Nous irions en d'autres lieux : Bourse du Travail, CAC WB...

La municipalité écrit : "Cette année encore, la tradition des pessebres sera à l'honneur à Perpignan. A l'occasion des fêtes de Noël, une exposition de crèches mettra en lumière les personnages de la Nativité.
S'il vous plaît, dans une république laïque, placez les objets à connotation religieuse en des lieux religieux ou privés (salle d'exposition...).

JPB

 

Communiqué de presse

La Casa de la Generalitat accueille une exposition de photographie historique sur le début de la guerre des Segadors

  •   1640 : la révolte des Segadors est une reconstitution historique de la vie à Barcelone avant l’émeute du Corpus de Sang le 7 juin 1640

  •   Le projet est porté par le collectif de photographes Districte IX Imatge de Barcelone

  •   L’exposition se tiendra du 3 décembre 2018 au 31 janvier 2019. Le vernissage est prévu le mercredi 12 décembre à 18h30

    La Casa de la Generalitat a Perpinyà accueillera du 3 décembre au 31 janvier l’exposition 1640 : la révolte des Segadors*. Il s’agit d’un projet de photographie mené par l’association de Barcelone Districte IX Imatge qui reconstitue les évènements qui ont donné lieu à l’émeute du Corpus de Sang de 1640. Cette journée est en même temps le déclencheur de la guerre des Segadors (1640-1652) qui est survenue par la suite. Le vernissage sera le mercredi 12 décembre à 18h30.

    L’exposition aborde la période du 17e
    siècle lorsque la monarchie de Castille
    participait au conflit européen de la guerre
    de Trente Ans et cherchait à réprimer les

    tentatives d’envahissement de la part de la
    France. Dans le cadre de ce contexte, le comte-duc d’Olivares, ministre favori du roi espagnol Philippe IV, mettait en place l’Union des Armes. Cette mesure allait à l’encontre du régime constitutionnel catalan et la Catalogne se retrouvait forcée à augmenter les efforts humains et financiers pour soutenir la Castille. Le mécontentement des Catalans se traduisit par une révolte des paysans, prélude à la guerre des Segadors.

    Le conflit entre Catalogne et Castille s’étendait jusqu’à 1652. Les tensions entre la monarchie hispanique et française restaient cependant ouvertes et ce n’est qu’en 1659 qu’elles trouveraient une voie de résolution à travers la signature du Traité des Pyrénées. Celui-ci a entraîné l’amputation de la Catalogne et la perte du Roussillon, du Conflent, du Vallespir, du Capcir et d’une partie de la Cerdagne en faveur de la France.

Une reconstitution historique

Les premières images de 1640 : la révolte des Segadors montrent le quotidien tranquille des paysans. Ce monde idyllique est progressivement déstabilisé par la tension et la violence. Les dernières images de l’exposition témoignent de l’insurrection des paysans face à la présence des soldats castillans.

Afin d’effectuer une reconstitution fidèle de la vie au 17e siècle, les photographes de Districte IX Imatge ont sollicité l’expertise de l’historien Joan Pallarès-Personat. Celui-ci a contribué à la rédaction des textes de l’exposition qui expliquent le contexte historique et social de la guerre des Segadors.

L’exposition a également été possible grâce à la prestation de plusieurs compagnies de théâtre de la ville de Barcelone. Leurs comédiens portent les vêtements qui étaient caractéristiques de la Catalogne de la première moitié du 17e siècle.

Un collectif de photographes de Barcelone

Districte IX Imatge est une association regroupant des photographes qui se sont spécialisés à la photographie de reconstitution historique. Les auteurs qui ont participé à cette exposition sont Jordi Palomeras, Josep Maria Garcia, Juanma Mercado, Miguel Parreño et Salvador Atance.

1640 : la révolte des Segadors est le troisième projet de Districte IX Imatge.

* en français, un segador est un faucheur

Pour plus d’informations:

Eduard Lladó Casa de la Generalitat a Perpinyà ellado@gencat.cat +33 4 68 35 17 14

 

La Casa de la Generalitat exhibeix una mostra fotogràfica sobre els inicis de la Guerra dels Segadors

  • L’exposició 1640: la revolta dels Segadors és una recreació històrica de la vida a Barcelona abans de l’avalot del Corpus de Sang el 7 de juny de 1640 
  • L’exhibició compta amb fotografies realitzades per Districte IX Imatge, un col·lectiu de fotògrafs establert a Barcelona 
  • La mostra es podrà veure del 3 de desembre de 2018 al 31 de gener de 2019. El vernissatge serà el dimecres 12 de desembre a les 18.30 hores

 

La Casa de la Generalitat a Perpinyà acollirà a partir del 3 de desembre i fins el 31 de gener l’exposició 1640: la revolta dels Segadors. Es tracta d’una mostra fotogràfica realitzada per l’entitat barcelonina Districte IX Imatge que recrea els fets que van conduir a l’avalot del Corpus de Sang de 1640, esdeveniment que va detonar la posterior Guerra dels Segadors (1640-1652). El vernissatge serà el dimecres 12 de desembre a les 18.30 hores.

 

L’exposició aborda el període del segle XVII en què la corona de Castella es trobava implicada en el conflicte europeu de la Guerra dels 30 Anys i volia reprimir els intents d'invasió per part de França. En aquest context, el comte-duc d’Olivares, cortesà del rei espanyol Felip IV, instaurava la Unió d’Armes. Aquesta mesura atemptava contra el règim constitucional català, ja que obligava Catalunya a participar en la lleva forçada de soldats, a recaptar nous impostos i a ajudar les tropes castellanes. El descontentament entre la població catalana va comportar una insurrecció dels camperols; era el preludi de la revolta dels Segadors.

 

L’enfrontament entre Catalunya i Castella va durar fins l’any 1652. Tanmateix, el conflicte entre la monarquia hispànica i França romania obert i, de fet, no va trobar una via de resolució fins l’any 1659 amb la signatura del Tractat dels Pirineus, quan Catalunya va ésser desballestada i va veure com el Rosselló, el Conflent, el Vallespir, el Capcir i una part de la Cerdanya eren cedits als francesos.

La Casa de la Generalitat accueille une exposition de photographie historique sur le début de la guerre des Segadors

 

  • 1640 : la révolte des Segadors est une reconstitution historique de la vie à Barcelone avant l’émeute du Corpus de Sang le 7 juin 1640
  • Le projet est porté par le collectif de photographes Districte IX Imatge de Barcelone
  • L’exposition se tiendra du 3 décembre 2018 au 31 janvier 2019. Le vernissage est prévu le mercredi 12 décembre à 18h30

La Casa de la Generalitat a Perpinyà accueillera du 3 décembre au 31 janvier l’exposition 1640 : la révolte des Segadors*. Il s’agit d’un projet de photographie mené par l’association de Barcelone Districte IX Imatge qui reconstitue les évènements qui ont donné lieu à l’émeute du Corpus de Sang de 1640. Cette journée est en même temps le déclencheur de la guerre des Segadors (1640-1652) qui est survenue par la suite. Le vernissage sera le mercredi 12 décembre à 18h30.

 

L’exposition aborde la période du 17e siècle lorsque la monarchie de Castille participait au conflit européen de la guerre de Trente Ans et cherchait à réprimer les tentatives d’envahissement de la part de la France. Dans le cadre de ce contexte, le comte-duc d’Olivares, ministre favori du roi espagnol Philippe IV, mettait en place l’Union des Armes. Cette mesure allait à l’encontre du régime constitutionnel catalan et la Catalogne se retrouvait forcée à augmenter les efforts humains et financiers pour soutenir la Castille. Le mécontentement des Catalans se traduisit par une révolte des paysans, prélude à la guerre des Segadors.

Le conflit entre Catalogne et Castille s’étendait jusqu’à 1652. Les tensions entre la monarchie hispanique et française restaient cependant ouvertes et ce n’est qu’en 1659 qu’elles trouveraient une voie de résolution à travers la signature du Traité des Pyrénées. Celui-ci a entraîné l’amputation de la Catalogne et la perte du Roussillon, du Conflent, du Vallespir, du Capcir et d’une partie de la Cerdagne en faveur de la France.

 

Eduard Lladó i Vila

Comunicació | Cultura | Llengua Catalana

ellado@gencat.cat | +33 (0)4 68 35 17 14

 

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2018 5 30 /11 /novembre /2018 10:51
Vous n'êtes pas Gilet jaune ? Allez à Collioure-Couleurs, à Paulilles (Nicole Yrle) - Oscar JANE : Louis 14 et la Catalogne
Vous n'êtes pas Gilet jaune ? Allez à Collioure-Couleurs, à Paulilles (Nicole Yrle) - Oscar JANE : Louis 14 et la Catalogne
Vous n'êtes pas Gilet jaune ? Allez à Collioure-Couleurs, à Paulilles (Nicole Yrle) - Oscar JANE : Louis 14 et la Catalogne
Vous n'êtes pas Gilet jaune ? Allez à Collioure-Couleurs, à Paulilles (Nicole Yrle) - Oscar JANE : Louis 14 et la Catalogne

01/12/2018 : OSCAR JANE RENCONTRE DES SAVOIRS

SAMEDI 1ER DECEMBRE 2018 A PARTIR DE 15H00 MEDIATHEQUE DE PERPIGNAN



RENCONTRE DES SAVOIRS avec OSCAR JANE

pour son ouvrage paru aux PUP

LOUIS XIV ET LA CATALOGNE
de la politique au sud de l'Europe au XVIIème siècle
 

 

01/12/2018 : RENCONTRE SIGNATURE AVEC GUY BERTRAND

A 11h00 

Pour la présentation et signature de son ouvrage:

Les musiciens gitans de la rumba
éd. de la Flandonnière


La bible de la rumba gitane !
Dans la Barcelone des années 1950 les artistes gitans dont Peret, Antonio Gonzalez « El Pescadilla » et Los Amayas, vont être les créateurs de la rumba gitane catalane, un genre musical nouveau qui fait partie des nouvelles musiques urbaines de cette époque. La rumba gitane catalane va ainsi inonder le monde des musiciens gitans catalans en France.
Avec cet ouvrage, Guy Bertrand vient concrétiser des années de recherche et de réflexion menées en collaboration avec des personnalités musicales de la communauté gitane. Il nous fait découvrir les remarquables photographies de Jean Ribière, Jacques Léonard, Pierre Parcé, Gilles Bouquillon, Pierre Corratgé, Lucille Reyboz, Raymond Roig, Georges Bartoli, Garth Beattie, Robert Caro, Christian Boisseaux Chical et Jesco Denzel. Ces photographes ont capté des moments uniques de la vie des acteurs de la rumba en France et en Catalogne, et vous donnent enfin l’occasion de pénétrer dans l’univers riche et incroyable de la rumba gitane !

Rédigé en français, cet ouvrage présente simultanément la traduction en catalan et en occitan.

GUY BERTRAND:

Musicien, ethnomusicologue, Guy Bertrand est actuellement professeur au CRR de Lyon et au département Musique et Musicologie de l’Université Lyon 2. Nommé au Conservatoire de Perpignan en 1989 par Daniel Tosi, il a créé un département sur les musiques du monde avec une immersion dans la ville et dans les Pyrénées Orientales. Il est également à l’origine de la création, en 1996, de la Casa Musicale de Perpignan.

 

07/12/2018 : RENCONTRE AVEC NICOLE YRLE

Le Vendredi 7 décembre 2018 à 15h00 à la Librairie TORCATIS,

Nicole Yrle vit depuis de nombreuses années à Perpignan, « à l'ombre des orangers». Elle nous présentera son livre « Les Dames de Paulilles », roman historique paru aux éditions Cap Béar. Grande admiratrice du poète René Char, elle a choisi sa devise dans Les feuillets d’Hypnos : « Ne te courbe que pour aimer. »
 

Le thème : Une épopée humaine à travers le destin de quatre générations d’ouvrières et de leurs compagnons dans une usine de dynamite et son village. Madeleine, Marie, Maria ou Marion, ouvrières à l’usine Nobel, sont les actrices d'une aventure humaine qui entrelace le quotidien de femmes et d'hommes à la fois humbles et nobles, confrontés au mépris de quelques intérêts particuliers et à la violence d'un XXe siècle traversé par les guerres. C'est tout un pan de l'histoire ouvrière du Roussillon qui sort de l'oubli dans la baie de Paulilles, aujourd'hui site touristique. Humaniste convaincue, Nicole Yrle va nous surprendre et nous apprendre ce que nous ne savons toujours que trop peu.

Yvon Huet, journaliste retraité, rédacteur au journal Vie Nouvelle et au journal Présence vous présentera l'auteur;

Un goûter sera ofert par LSR.

 

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2018 4 29 /11 /novembre /2018 08:42
PDF, affiche et invitation par la mairie de Ste-Marie (M. Brunet, adjoint à la Culture)
PDF, affiche et invitation par la mairie de Ste-Marie (M. Brunet, adjoint à la Culture)
PDF, affiche et invitation par la mairie de Ste-Marie (M. Brunet, adjoint à la Culture)

PDF, affiche et invitation par la mairie de Ste-Marie (M. Brunet, adjoint à la Culture)

La vie de Walter Benjamin : le chemin de l'exil

 

La vie du philosophe allemand fut un incessant cheminement vers l'exil et la mort, qui eut lieu le 25 septembre 1940. Ses dernières heures, le passage de la frontière jusqu'à son agonie à l'hostal de Francia, à Port-Bou, fut un véritable chemin de croix.

Mon livre, à la lumière des derniers ouvrages et enquêtes concernant l'auteur du Livre des passages, tente de dresser un bilan du destin d'un homme hors du commun, mais qui, en 1940, est identique à celui de milliers d'anonymes -émigrés, apatrides, expulsés, Républicains de l'exode et de la Retirada- qui sont passés par la frontière des Pyrénées, par la route Lister ou par d'autres cols plus ou moins difficiles et dangereux, à Balitres, au Perthus, autour du Canigou...

 

  Walter Benjamin est né le 15 juillet 1892 à Berlin. Il obtient le baccalauréat à Pâques 1912. Il suit des cours dans les universités de Fribourg, Berlin, Munich et Berne où il achève ses études en juin 1919 par un doctorat en philosophie. Sa thèse traitait du Concept de critique esthétique dans le romantisme allemand.

       A Berlin il participe activement au « Mouvement de jeunesse » anti-bourgeois et publie ses premiers essais au journal du mouvement « Le commencement ». Son père l’envoie à Paris en 1913. L’expérience sera inoubliable. La première guerre mondiale, marquée par le suicide de ses amis, le poète Heinle et son amie Rika Seligson, est une dure épreuve pour lui. En 1915, il se lie d’amitié avec Gershom Sholem qui va l’initier à la mystique juive. Reconnu physiquement inapte au service en 1914, il est réformé en 1917. Il se marie en avril de la même année avec Dora Pollak. Un fils unique, Stefan, naît de cette union le 11 avril 1918. Il divorcera en 1930.

 

  Son premier ouvrage, une traduction des Tableaux parisiens  de Baudelaire, paraît en Allemagne en 1923. Les travaux suivants sont consacrés essentiellement à la littérature allemande. Son essai « Les affinités électives de Goethe » paraissent en 1925. Suit le livre Les origines du drame baroque allemand, publié à Berlin 1928. 

 

En 1927, un éditeur allemand lui propose de traduire Proust. Ce travail lui donne l’occasion de faire des séjours prolongés à Paris entre 1927 et 1933. Il donne un compte rendu régulier de la vie intellectuelle française au « Frankfürter Zeitung » et au « Literarische Welt » De la traduction de Proust, seuls trois volumes paraissent avant l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Il découvre au cours d’assez longs voyages l’Italie, les Pays Scandinaves, la Russie (Journal de Moscou et rencontre d’Asja Lacis) et l’Espagne (Barcelone, Ibiza).

 

  Il quitte l’Allemagne en mars 1933 et s’installe à Paris où il est accueilli par l’institut de Recherches Sociales de Francfort, transporté à Paris, comme membre permanent. Son essai  L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique (1936) représente une contribution essentielle à la sociologie des arts plastiques. Il rédige ses derniers essais Sur le concept d’histoire  pendant l’hiver 39/40. Il en transmet une copie à Pierre Missac qui les fera paraître dans la revue Les Temps Modernes  en 1947.

 

  1940. W.Benjamin est déchu, en juillet, de la nationalité allemande, sur la demande de la Gestapo. Le 4 septembre, les émigrés allemands, suspects d’aide à l’ennemi, sont internés dans des camps. Benjamin, après un regroupement au stade de Colombes, est interné au camp de Vernuche, dit camp des travailleurs volontaires, près de Nevers. Il est libéré le 25 novembre, grâce à l’insistance, auprès des autorités françaises, de Gisèle Freund, la célèbre photographe, d'Adrienne Monnier, la libraire et à l’intervention d’Henri Hoppenot, alors haut-fonctionnaire des Affaires étrangères. 

Il cherche alors à rejoindre les Etats-Unis grâce au visa que lui procure Max Horkheimer, directeur de l’école de Francfort, réfugié à New York. La seule issue possible passe par la frontière avec l’Espagne :

 « Dans une situation sans issue, je n’ai d’autre choix que d’en finir. C’est dans un petit village des Pyrénées où personne ne me connaît que ma vie va s’achever. Je vous prie de transmettre mes pensées à mon ami Adorno et de lui expliquer la situation où je me suis vu placé. Il ne me reste pas assez de temps pour écrire toutes ces lettres que j’eusse voulu écrire » (Carte postale envoyée à Juliane Favez, secrétaire de l’Ecole de Francfort, dont le siège se trouvait alors à Genève, datée du 25 septembre 1940).

... 

à suivre, ce jeudi 29.11.2018, à 18h, salle Oméga, Sainte-Marie de la Mer.

(pas aux Saintes Marie...ô mes gars !!!)

 

JPB

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2018 3 28 /11 /novembre /2018 10:16
GIL et John marchent sur Paris

Ont quitté ces ronds-points décorés : un passionné a même fait un livre sur les RP du 66... ont laissé celui autrefois critiqué et tagué puis nettoyé de MA2F au haut Vernet : signe de ralliement, cette épée solaire montrant le chemin à suivre, mieux que le doigt d'Arago en sa statue de la place Arago...

 

Gil et John ont mis leur gilet jaune... avec nostalgie marchent pensant à leur RP lieu où la parole tournait faite d'intox, de rumeur et de rumox mais aussi où s'élaborait le débat citoyen préparant la nouvelle république...

Non vont pas à Versailles  : ce fut une rumeur pour flouer le gouvernement...ils vont vers la capitale. Marchent sur Paris...cette sérénité trouble l'État et les médias.  

Gil et John rejoignent des centaines de jaunes...seront-ils des milliers en arrivant au port de l' Élysée..?

 

Jpb

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2018 2 27 /11 /novembre /2018 11:48
Rumba - Juan Francisco ORTIZ -
Rumba - Juan Francisco ORTIZ -

Rumba - Juan Francisco ORTIZ -

Concert au conservatoire de Perpignan :

 

Mardi 27 novembre à 18 h 30, le Conservatoire Perpignan Méditerranée propose, à l’auditorium, le concert Un piano pour trois. Venant en écho à celui de 2017, il réunit à nouveau deux excellents complices, François-Michel Rignol et Michel Peus, dans des œuvres pour piano à quatre mains de Milhaud, Fauré et Ravel. Ces deux interprètes honoreront notamment l’action glorieuse de ce dernier pendant la guerre 1914-1918.


En seconde partie, ils laisseront le clavier à Jérémie Moreau : un talent prêt à éclore. De Paris où il a obtenu tous ses diplômes et récompenses lors de concours internationaux, il s’installe à Berlin pour poursuivre son approche technique et musicale du plus haut niveau à la prestigieuse Saïd-Barenboim Academy dans la classe de Sir Andras Schiff. Sont inscrits à son programme Beethoven et Chopin.

 

Entrée gratuite dans la limite des places disponibles.

- - -

 

Juan Francisco Ortiz

 

PROCHAIN ÉVÉNEMENT . . .
LECTURE DE ANTONIO MACHADO
VENDREDI 30 NOVEMBRE à 18 H
CENTRE CULTUREL DE PEZILLA LA RIVIERE . . .

PROXIMO EVENTO . . .
LECTURA DE ANTONIO MACHADO . . .
VIERNES 30 DE NOVIEMBRE A LAS 18 H
CENTRO CULTURAL - PEZILLA LA RIBERA . . .

- - -

Samedi 1er Décembre à 11h00

LIBRAIRIE TORCATIS

 

LES MUSICIENS GITANS DE LA RUMB

La bible de le Rumba gitane!

 

Dans la Barcelone des années 1950 les artistes gitans dont Peret, Antonio Gonzalez « El Pescadilla » et Los Amayas, vont être les créateurs de la rumba gitane catalane, un genre musical nouveau qui fait partie des nouvelles musiques urbaines de cette époque.

 

 

Journées commémoratives des 80 ans de la fin de la

 guerre civile en Espagne : la retirada,  

 organisées avec la Médiathèque de Pézilla.

        Vendredi 30 novembre au centre culturel :    

                   -   18 heures : conférence de Jacques Issorel sur Antonio Machado qui repose à Collioure.  Antonio Machado est  un des plus grands poètes du XX° siècle en Espagne ; il est mort à Collioure après avoir passé la frontière à Port Bou en janvier 1939.

Jacques Issorel est Professeur honoraire à l’Université de Perpignan.  Spécialiste de Machado, il a publié en 2013 « Collioure 1939.les derniers jours d’Antonio Machado ».

 

                   -   19 heures : concert donné par Francisco Ortiz, guitariste et compositeur  de renom, il est fils d’un exilé républicain espagnol qui a été « accueilli » au camp de sable d’Argelès..

 

                  -   20 heures : pica-pica

 

                 -    21 heures : projection du film documentaire de Francis Fourcou  sur la marche de Serge Pey  de Toulouse à Collioure : « Serge Pey et la boîte aux lettres du cimetière »

Serge Pey est poète et maître de conférences à l’Université de Toulouse-la Mirail.

 

J.Francisco Ortiz

11 Rue des Palmiers

66270 - LE SOLER (France)

Web : jpacortiz66.fr

jpacortiz66.blogspot.com

You Tube : J.Francisco Ortiz

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2018 1 26 /11 /novembre /2018 10:07
Successeur de Valls, le candidat socialiste et LREM élu - Perpignan : on croyait déjà à l'échec de R.Grau - La surprise CALVET François, candidat des Républicains

Le nouveau député de la première circonscription de l’Essonne s’appelle Francis Chouat. Maire d’Evry et ex-brat de droit de Manuel Valls, il a été élu avec 59,1 % des voix. Le siège de député avait été laissé vacant par l’ex-Premier ministre parti à la conquête de la mairie de Barcelone.

Francis Chouat succède à Manuel Valls. Le maire d’Evry, 70 ans, soutenu par La République en marche (LREM), a été élu dimanche soir député de la première circonscription de l’Essonne face à sa rivale de La France insoumise (LFI) Farida Amrani, a-t-il annoncé sur Twitter.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2018 7 25 /11 /novembre /2018 11:01
Pétanque au Palais Royal, Paris (photo : Jean-Pierre Bonnel)

Pétanque au Palais Royal, Paris (photo : Jean-Pierre Bonnel)

 

Cerbère - Le Belvédère du RAYON VERT

 

Le paquebot sort de la brume du temps

 

Courant octobre, une façade de l’hôtel du Belvédère du Rayon vert s’est drapée de filets de protection : la 4e tranche des travaux de restauration va débuter. La première phase avait commencé avec le grand escalier, autrement appelé proue, si l’on considère ce bâtiment typique de l’architecture paquebot des années 1930 à 1950 comme un bateau, à l’instar de son propriétaire, Jean-Charles Sin : « C’est la partie emblématique de la bâtisse et c’était logique de commencer par là ». Les travaux se sont poursuivis avec l’entrée côté mer et l’arrondi en mosaïque ou poupe du navire, sur lequel figurent les dates de construction, 1925-1932. Le ravalement de la façade sud-est a constitué la 3e phase de rénovation.

Un an de travaux
Il est prévu de nettoyer la façade donnant sur la voie fer- rée, noircie par le passage des machines à vapeur. Il faudra ensuite replacer les rambardes métalliques venues remplacer les balustrades originales en béton armé moulé qui avaient vite éclaté, l’air marin corrodant le fer des armatures. Le plus long sera de refaire la frise extérieure en croisillons sur- plombant les façades.

Cet hiver aura également lieu une rénovation de l’intérieur, en particulier de la salle de restaurant : les fresques ne composent pas la décoration originale du lieu, elles ont été

réalisées par José de Za- mora, un artiste espagnol sé- journant à l’hôtel qui s’acquit- tait ainsi de son loyer... Cette 4e tranche de travaux durera environ un an. Jean-Charles Sin représente la 4e génération et s’est donné pour mission de ter- miner les travaux de son ar- rière-grand-père. En 1987, le Belvédère a été classé Mo- nument historique, ce qui permet de préserver l’exis-

tant et de bénéficier d’aides indirectes d’entreprises qui offrent du matériel. Le Bel- védère du Rayon vert est connu dans le monde entier et les amoureux du lieu chi- nent meubles, documents, objets d’époque pour les of- frir à Jean-Charles Sin et ainsi apporter leur pierre à l’édifice.

Élise de Haro

 

Restauration de la face nord-ouest, au-dessus de la voie ferrée.

Visites sur rendez-vous sur www.hotel-belvedere-cerbere.fr

randonnées pédestres :

 

L’association Cerdagne-Rando propose trois sorties de tous niveaux la semaine prochaine.

Mardi 27 novembre, le circuit prévoit un parcours Ju- jols-Villefranche, chemin de Vauban-Tour du Coronat. La randonnée est de 15 km pour l’aller uniquement et une durée de 7 heures de marche (dénivelé de 550m+1000).Elle est classée en difficulté moyenne et sera animée par Lucette Larrieu : 0673194304 -parking des remparts à 8h30

 

Jeudi 29 novembre. Une rando santé est organisée, les Mégalithes d’Eyne. La randonnée est de 5 km pour 3 heures de marche (dénivelé : 50 m). Elle sera animée par Lucette Larrieu:0673194304.Ren- dez-vous au parking de la mairie d’Eyne à 10 h.

 

Vendredi 30 novembre. La randonnée Fontaine Monier-Les Couronnes est de 10km pour 3h30 de marche (dénivelé de 350 m). Elle sera animée par Jean- Marie Bertrand : 06 84 71 92 52. Rendez-vous au parking de la mairie d’Osséja à 8 h 30.

 

Perpinyà // Casa de la Generalitat 

 

El català en l’era global. Una conversa entre Miquel Arnaudies i Joan Pujolar // Dimecres 28 de novembre a les 18.30 hores

Le catalan dans l’ère globale. Conversation avec Miquel Arnaudies et Joan Pujolar // Mercredi 28 novembre 2018, à 18h30

 

El català en l’era global

El director de la Casa de la Generalitat a Perpinyà, Josep Puigbert, i les directores dels graus d’Humanitats i de Llengua i Literatura Catalanes de la Universitat Oberta de Catalunya (UOC), Agnès Vayreda i Ona Domènech, es complauen a convidar-vos a l’acte El català en l’era global el dimecres 28 de novembre a les 18.30 hores a la Casa de la Generalitat.

 

L’artista i activista cultural Miquel Arnaudies (Ceret, 1942) conversarà amb el catedràtic i president de la Societat Catalana de Sociolingüística, Joan Pujolar (Olot, 1964), sobre usos, transformacions i incerteses de la llengua en el món actual, on els reptes lingüístics atenyen tant els àmbit locals com globals.

De la mà de la Llibreria Catalana, els assistents a l’acte podran adquirir Palanques, el darrer llibre d’Arnaudies i publicat aquest 2018 per l’editorial Trabucaire. Qui ho desitgi també podrà recollir informació sobre l’oferta formativa de la UOC en l’àmbit de llengua i literatura catalanes.

Le catalan dans l’ère globale. 

Le directeur de la Casa de la Generalitat de Catalunya a Perpinyà, Josep Puigbert, et les directrices des études d’Humanités et Langue et littératures catalanes de l’Universitat Oberta de Catalunya (UOC), Agnès Vayreda et Ona Domènech, ont le plaisir de vous inviter à la conversation Le catalan dans l’ère globale qui aura lieu le mercredi 28 novembre à 18h30 à la Casa de la Generalitat.

 

L’artiste et activiste culturel Miquel Arnaudies (Ceret, 1942) discutera avec le professeur et président de la Société catalane de sociolinguistique Joan Pujolar (Olot, 1964) à propos des usages, transformations et incertitudes de la langue catalane dans le monde actuel où les défis linguistiques concernent à la fois l’échelle locale et globale.

Les personnes présentes pourront acquérir auprès de la Llibreria Catalana le livre Palanques qui est le dernier ouvrage d’Arnaudies, paru en 2018 aux éditions Trabucaire. Les personnes présentes pourront également se procurer des brochures contentant l’offre de formation de l’UOC en Langue et littérature catalanes.

 

- - -Litétrature : 

Vendredi 7 décembre, à 18h00 à l'Hôtel Pams, Alain Mabanckou, Prix Renaudot 2006, sera l'invité du CML pour son livre "Les cigognes sont immortelles".

 

- - -Catalans du monde (Institur R.LLULL) :

CÉNON,  29/11/2018

 

Donallop, Gabriel Fiol et Tugores : trois concerts en un pour finir en beauté le focus sur les musiques baléares au Rocher de Palmer

 

Trois représentants du rythme méditerranéen sous toutes ses formes mettent le point d’orgue au parcours par la scène musicale des Baléares que le Rocher de Palmer présente depuis le mos d’avril en collaboration avec l’Institut Ramon Llull, après le spectacle gastromusical « Ferments » de Miquel Brunet et le concert de Posidònia au festival Hauts de Garonne.  Le 29 novembre à 20h30.

 

 

- - -Le Mapitre de Cabestany :

 

Bonjour !

L'occasion ou jamais de visiter notre exposition au centre de sculpture romane de Cabestany!

Amicalement, Cécile.

Cécile Bouthéon

Graphiste - Illustratrice

cecile.boutheon@wanadoo.fr

www.graphiste-in-thuir.fr  

 

Tél. 04 68 530 111

http://www.cecileboutheon.fr/

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2018 6 24 /11 /novembre /2018 08:02
Vous êtes Rifle ou téléthon ? - Javier CERCAS : Prix MALRAUX - Jean IGLESIS - Expos : Marc Gourmelon, Dominique Bertrand -
Vous êtes Rifle ou téléthon ? - Javier CERCAS : Prix MALRAUX - Jean IGLESIS - Expos : Marc Gourmelon, Dominique Bertrand -
Vous êtes Rifle ou téléthon ? - Javier CERCAS : Prix MALRAUX - Jean IGLESIS - Expos : Marc Gourmelon, Dominique Bertrand -
Vous êtes Rifle ou téléthon ? - Javier CERCAS : Prix MALRAUX - Jean IGLESIS - Expos : Marc Gourmelon, Dominique Bertrand -
Vous êtes Rifle ou téléthon ? - Javier CERCAS : Prix MALRAUX - Jean IGLESIS - Expos : Marc Gourmelon, Dominique Bertrand -

Téléthon

 

Chaque jour est un marathon

Où, seul dans ta chaise roulante,

Tu regardes fuir les moutons

Dans le pré bleu que tu inventes.

Tu sais qu'il avance à tâtons,

Le Téléthon.

 

Tu parles sur le même ton

De princesses que tu enchantes,

Sans crainte du qu'en-dira-t-on

Des elfes qui, dans les soupentes,

Surveillent le long feuilleton

Du Téléthon.

 

Tous les musiciens du canton,

Livrés à leurs fêtes galantes,

Dans leurs flûteaux, leurs mirlitons,

Soufflent aux lendemains qui chantent :

"Mais quand donc le gagnera-t-on,

Le Téléthon?"

 

Les danseuses, de leurs petons,

T'offrent une ronde incessante,

Des roses plantées en boutons

Dans leur chevelure enivrante,

Leurs rires dans le peloton

Du Téléthon.

 

Jean Iglesis

Du 30 novembre au 5 janvier 2019

 

nous vous invitons à venir découvrir l’ exposition photographique de  :

Marc GOURMELON

 

« Αἰαία »

Vernissage, le vendredi 30 novembre à partir de 18 h.

Quelques œuvres sont déjà visibles sur le site de la galerie : 

http://www.odileoms.com

http://www.odileoms.com/marc-gourmelon1.php

 

ΟΔΥΣΣΕΙΑΣ

Ἄνδρα μοι ἔννεπε, Μοῦσα, πολύτροπον, ὃς μάλα πολλὰ

πλάγχθη, ἐπεὶ Τροίης ἱερὸν πτολίεθρον ἔπερσε· 

πολλῶν δ’ ἀνθρώπων ἴδεν ἄστεα καὶ νόον ἔγνω,

πολλὰ δ’ ὅ γ’ ἐν πόντῳ πάθεν ἄλγεα ὃν κατὰ θυμόν,

ἀρνύμενος ἥν τε ψυχὴν καὶ νόστον ἑταίρων. 

 

C’est l’homme aux mille tours, Muse, qu’il faut me dire, Celui qui tant erra quand de Troade, il eut pillé la ville sainte, 

Celui qui visita les cités de tant d’hommes et connut leur esprit, 

Celui qui, sur les mers, passa par tant d’angoisses, en luttant pour survivre et ramener ses gens. 

 

Traduction de Victor Bérard

 

           O Muse, conte-moi l’aventure de l’Inventif : celui qui pilla Troie, qui pendant des années erra, 

voyant beaucoup de villes, découvrant beaucoup d’usages, souffrant beaucoup d’angoisses 

dans son âme sur la mer pour défendre sa vie et le retour de ses marins […]

 

Traduction de Philippe Jaccottet 

 

A propos de la photographie de Marc Gourmelon

 

Marc Gourmelon nous présente des petits riens avec sérieux, humilité, voire opiniâtreté. 

Ses images de choses délaissées et abandonnées interrogent sur leur raison d’exister en tant que sujets, et renvoient le spectateur à l’intention du photographe et à la valeur qu’il entend donner aux choses.

Le centrage forcené du sujet nous dit avec véhémence où guetter l’apparition de la valeur : l’image devient épiphanique. Nous sommes convoqués à assister à l’apparition de la valeur, obligés de fixer des yeux l’endroit où cette apparition doit se produire.

 

Marc Gourmelon montre un goût bienveillant pour la personnalité hirsute des choses et leur précarité : il témoigne de la volonté d’être des choses malgré tout, présence forcenée malgré le vide, rêve malgré la pauvreté, construction malgré le chaos, volonté malgré l’impuissance, vie malgré la mort, joie malgré la tristesse, possibilité d’amour malgré le délabrement des corps, étonnement de l’apparition, voire étonnement mis en scène du fait qu’on puisse soi-même y donner de l’importance : je trouve cela beau quoiqu’il n’y ait rien.

 

La réalité peut à chaque instant se dévoiler non pas en tant qu’autre Monde mais en tant que densification du Monde présent. Le sens des images de Marc Gourmelon touche donc plus l’attitude de celui qui regarde que la chose montrée. On trouve, au-delà du procédé classique des oppositions (il y a quelque chose là, et rien autour), un vocabulaire qui invoque des traces (il y a eu quelque chose là et rien autour), la confusion (où y a-t-il vraiment ?), l’utilisation d’écrans (il y a cette chose mais ce n’est pas pour moi), le relevé d’une complicité des matières et des formes (il y a à voir au-delà de l’usage des choses) voire carrément l’impossibilité finale de tout sens, quand on ne peut plus présenter que l’évidence, (le ciel bleu ou le ciel étoilé ne disent ainsi que l’émerveillement de leur apparition : IL Y A).

 

On reste ainsi longtemps silencieux et troublé devant les images de Marc Gourmelon : on observe ces chemins qui ne mènent nulle part, mais d’où quelqu’un viendra peut-être. On s’émerveille de la présence du moment. On sent en soi une réticence absolue à devoir s’en aller. On est là devant chaque image, figé, les deux pieds au sol, immobile et dans la stupeur.

 

Henri Peyre - Extrait

 

 

___ *exposition à Collioure

 

Exposition de Dominique BERTRAND 

 

expo de peintures abstraites et figuratives au restaurant l'Atelier 66 du Casino de Collioure à l'espace économique.Tableaux sur la nature, les natures: ex.:les "lagunes" au levant et au couchant, la nature humaine avec "l'amitié"et la nature animale avec "chevaux dans les vagues"...Facture contemporaine, couleurs franches , douceur et luminosité caractérisent cette exposition permanente. Entrée libre à partir de 10H. Contact 06 Bienvenue! 

 

Vous pouvez voir mon site http://www.dominiquebertrand.com 

 

dominique.bertrand11@sfr.fr

 

Pour sa première édition, le Prix André Malraux 2018 a été décerné, au titre du roman engagé, à l’écrivain espagnol Javier Cercas pour « Le monarque des ombres » aux éditions Actes Sud, traduit par Aleksandar Grujicic et Karine Louesdon. Et, dans la catégorie « Essai sur l’art », à Georges Roque pour « Quand la lumière devient couleur » aux éditions Gallimard.

 

Le jury tient également à adresser à Roberto Saviano, finaliste du Prix André Malraux, un salut fraternel de soutien pour les différents combats qu’il mène avec courage et qui forcent notre admiration. À la lumière des engagements d’André Malraux dans les années 1930 en France et en Espagne au service de la Condition Humaine, il est notre Espoir

 

Enfin, le jury se souvient de Florence Malraux, décédée le 31 octobre dernier, de son extrême délicatesse, de son attention fidèle et de sa générosité de cœur indéfectible. La remise du Prix aura lieu le jeudi 20 décembre. Plus de détails seront donnés ultérieurement. 

 

La création du prix littéraire André Malraux est une manière de perpétuer la mémoire de cet immense écrivain dont l’œuvre reste une source de lumière, de fulgurances et d’engagements. Avec André Malraux, ce sont les valeurs d’engagement et de création artistique qui sont au rendez-vous de la Condition humaine. 

 

 

En racontant le parcours de son grand-oncle, mort à dix-neuf ans, après s’être engagé dans la phalange au côté de l’armée franquiste, Javier Cercas a décidé de regarder en face le passé de son pays et de le questionner jusque dans sa propre famille et dans sa propre conscience. Homme de lettres qui a produit toute sa vie une réflexion poussée sur la littérature, Javier Cercas nous rappelle combien l’exploration des ombres reste une démarche nécessaire pour un intellectuel engagé. Cette démarche résonne avec l’engagement d’André Malraux dans la guerre d’Espagne

 

Le Monarque des ombres

JAVIER CERCAS

 

Un jeune homme pur et courageux, mort au combat pour une cause mauvaise (la lutte du franquisme contre la République espagnole), peut-il devenir, quoique s’en défende l’auteur, le héros du livre qu’il doit écrire ? Manuel Mena a dix-neuf ans quand il est mortellement atteint, en 1938, en pleine bataille, sur les rives de l’Èbre. Le vaillant sous-lieutenant, par son sacrifice, fera désormais figure de martyr au sein de la famille maternelle de Cercas et dans le village d’Estrémadure où il a grandi. La mémoire familiale honore et transmet son souvenir alors que surviennent des temps plus démocratiques, où la gloire et la honte changent de camp. Demeure cette parenté profondément encombrante, dans la conscience de l’écrivain : ce tout jeune aïeul phalangiste dont la fin est digne de celle d’Achille, chantée par Homère – mais Achille dans l’Odyssée se lamentera de n’être plus que le “monarque des ombres” et enviera Ulysse d’avoir sagement regagné ses pénates.
Que fut vraiment la vie de Manuel Mena, quelles furent ses convictions, ses illusions, comment en rendre compte, retrouver des témoins, interroger ce destin et cette époque en toute probité, les raconter sans franchir la frontière qui sépare la vérité de la fiction ?
L’immense écrivain qu’est Javier Cercas aronte ici ses propres résistances pour mettre au jour l’existence du héros fourvoyé, cet ange maudit et souverain dont il n’a cessé, dans toute son œuvre, de défier la présence     

 

·                                  

GEORGES ROQUE

 

En proposant une réflexion originale sur la couleur et la lumière, Georges Roque, philosophe et historien d’art, questionne leurs rapports complexes sous le prisme de l’histoire des grands peintres coloristes comme Turner, Manet, Renoir, Monet, Cézanne, Seurat, Van Gogh, Redon, Mondrian, Matisse et Bonnard et la fascination de ces derniers pour la lumière. Par ses différents parallèles, cette réflexion singulière fait écho aux Voix du Silence d’André Malraux. 

Quand la lumière devient couleur

Collection Art et Artistes, Gallimard

Parution : 12-04-2018

Cet ouvrage a pour objet les rapports entre couleur et lumière, principalement en histoire de l'art. Ces rapports complexes n'avaient pas encore été étudiés sous l'angle retenu : la dépendance de la couleur à l'égard de la lumière, puis son difficile affranchissement. Comme la plupart des traités artistiques depuis la Renaissance font dépendre la couleur de la lumière, il s'agit d'aller à l'encontre de cette vieille tradition. 
D'abord interroger les rapports entre les deux premiers parmi les trois critères qui définissent d'ordinaire une couleur donnée (teinte, clarté et saturation). Puis questionner l'opposition classique faite entre le Nord qui serait coloré et le Sud lumineux, une distribution datant de l'époque des Lumières et qui en viendra à s'inverser dans la seconde moitié du XIXe siècle, à partir du moment où certains artistes (Gauguin, Van Gogh) transformeront l'intensité lumineuse en intensité chromatique. 
Enfin réfuter cette idée selon laquelle l'aventure de la couleur dans l'art moderne à partir de l'impressionnisme aurait consisté à se focaliser sur les couleurs «spectrales» en éliminant le noir, alors que cette aventure a eu lieu grâce à la prise en compte du noir, et du blanc, et non par son rejet, d'abord au XIXe siècle, puis chez les plus grands coloristes du XXe siècle.

 

 

 

- - -DU BARCARÈS AUX ARDENNES

Correspondance entre un engagé volontaire et sa fiancée durant la "drôle de guerre" - (juillet 1939-décembre 1940)

 

Didier Michon

Cette correspondance n'est pas seulement l'échange amoureux d'un couple naissant, Robert et Arlette, mais aussi un témoignage de leur vie durant cette période que l'on a appelé la « drôle de guerre ». En juillet 1939, Robert s'engage dans le 21e Régiment de Marche des Volontaires Étrangers. Sa fiancée est alors infirmière à l'hôpital Claude-Bernard à Paris. Leur correspondance quotidienne donne un aperçu de la vie au camp du Barcarès, puis sur la ligne de front (il sera l'un des cinq rescapés de sa compagnie), et enfin en zone non occupée, ainsi que de la vie en province durant cette période lourde de menaces et de dangers.

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2018 5 23 /11 /novembre /2018 10:27
La Catalogne interroge l'Europe,  Pere MANZANARES - Débat habitat - Colloque secteur protégé - La Raho : que du beau ! - Thierry Delory - Arno BRIGNON - Tony Black -
La Catalogne interroge l'Europe,  Pere MANZANARES - Débat habitat - Colloque secteur protégé - La Raho : que du beau ! - Thierry Delory - Arno BRIGNON - Tony Black -
La Catalogne interroge l'Europe,  Pere MANZANARES - Débat habitat - Colloque secteur protégé - La Raho : que du beau ! - Thierry Delory - Arno BRIGNON - Tony Black -

Débat sur l'habitat "insalubre" du quartier Saint-Jacques :

après l'accident de Marseille : récupérations ???

 

 

HABITAT
Marseille... cela peut aussi se passer à

Perpignan !

Jean-Marc Pujol, maire de Perpignan, président de la communauté urbaine PMM, communique. Ce qui s’est passé à Marseille lundi peut aussi se passer à Perpignan : les mêmes causes produisant les mêmes effets. L’onde de choc qui traverse depuis les Marseillais ne doit surtout pas nous laisser indifférents. Cela fait plus de dix ans que l’équipe municipale aux commandes de Perpignan a engagé diverses procédures, de péril et d’insalubrité, à l’encontre de certains immeubles situés notamment dans les quartiers Saint-Jacques et Saint-Mathieu. Les îlots – maisons ou appartements – recensés abritent des logements qui présentent un danger au regard de leur solidité pour la sécurité de la population en général, de leurs occupants en particulier. La Ville a entrepris la démolition de ces îlots, souvent d’ailleurs inhabités, ou squattés. Depuis quelques semaines, quelques personnes manipulées, désinformées, empêchent la Ville d’agir pour la sécurité de tous. Je pense là à l’îlot Puig (quartier Saint-Jacques). Ce comportement est totalement irresponsable, inadmissible, insupportable. Il s’agit d’un immeuble vétuste, inhabité, dont façades et toitures menaçaient de s’effondrer sur les piétons. 

 

*Perpignan-Marseille : un odieux amalgame


L’ASPAHR communique. À Saint-Jacques, démolir n’est pas une solution ; il faut une vraie politique de réhabilitation. Que la mairie qui a acquis de nombreux immeubles et les propriétaires privés, avec des aides, prennent des mesures d’urgence pour que les immeubles vides (40 % du parc selon le maire) ne continuent pas à se dégrader, en protégeant les toitures, notamment. Ensuite, il convient de faire réaliser des diagnostics par des experts indépendants, compétents dans le bâti ancien, puis de mettre en chantier les réhabilitations. C’est en procédant de cette façon que nous éviterons des drames comme ceux de Marseille. Pas plus l’ASPAHR que l’association des habitants de Saint-Jacques ne bloquent les opérations de rénovation et de réhabilitation. Ce qui est « gelé », depuis le 27 juillet dernier, c’est le chantier de démolition de l’îlot Puig (7 immeubles), pour lequel M. le préfet a missionné un expert indépendant chargé d’établir un diagnostic. À ce jour, la ville n’a lancé aucun appel d’offres pour retenir un maître d’œuvre ; il n’y a donc aucun permis de construire en vue, pas de projet.


*La sécurité des personnes doit rester la seule priorité
Olivier Amiel, adjoint au maire de Perpignan, communique. 

 

Le drame à Marseille nous rappelle l’urgence à intervenir dans un quartier comme Saint-Jacques dont la moitié des immeubles est potentiellement indigne. Nous n’aurions jamais dû céder à la pression de quelques personnes qui bloquent depuis juillet le chantier de résorption d’habitat insalubre dans l’îlot de la place du Puig. Pourtant cet îlot a déjà connu un effondrement causant la mort d’une personne en octobre 2006. Le bilan aurait pu être encore pire compte tenu de l’évacuation in extremis de 13 enfants... La sécurité des personnes, en proposant un habitat digne et sûr, doit rester la seule priorité de notre action publique malgré toutes les pressions.

Avancer sur le bâti et le social
*Fabien Candoret, pour le collectif Riverains Place Cassanyes, communique. 

Le collectif
« Riverains Place Cassanyes », est avec d’autres associations, aux réunions organisées par le préfet. Nous sommes aussi ravis de la proposition du maire, au sujet de l’îlot 4 sentier/Bailly, dans un courrier qu’il nous a adressé, et de la possibilité d’une réalisation d’un projet d’habitats qui pourrait se faire, enfin, en concertation avec les habitants. Pour le moment, nous attendons tous la délibération des experts concernant l’îlot Puig, après quoi nous nous investirons dans le NPNRU. L’investissement public de 100 millions d’euros n’est aucunement perdu et contrairement à ce que l’on peut entendre, il n’est pas rattaché à cet îlot. Les membres du collectif Riverains Place Cassanyes sont contre la plupart des destructions envisagées, mais ils sont aussi conscients que ce quartier a besoin de rénovation et souhaitent que toutes les instances y participent. Dans le rapport de M. Narring, concernant le NPNRU, il est aussi abordé l’aspect social du quartier qu’il nous faut absolument traiter. Ce sera long et demandera un investissement financier de l’État, du Département et de la Ville, mais si nous voulons un réel changement dans la vision de ce quartier et y apporter un renouveau en termes de mixité, sans pour autant en déloger les habitants, cela aura un coût.

 

Bilan au 23  NOVEMBRE 2018

C'est un paradis ! Que du beau à Villeneuve de La RAHO ! Que de projets ...

 

La MUNICIPALITÉ. Un point sur les réalisations et les projets. Réunion de quartiers

Le maire a répondu à toutes les questions des habitants, lors d'une réunion de quartiers dans la salle des mariages. Le public attentif et intéressé a écouté la présentation du bilan de l’année écoulée et les différents projets de la commune, dont le montage diapo a été commenté par Jacqueline Irlès :

 le tennis couvert réalisé avec des panneaux photovoltaïques, la borne électrique pour véhicules hybrides, le site internet de la commune, l’application info flash, ainsi que le nouveau bureau de police municipale ou encore le tissage des voisins vigilants en lien avec la police municipale et la gendarmerie.

 

Nombreux projets Les projets ont aussi fait l’objet d’une présentation : la chambre funéraire mitoyenne avec le cimetière livrée en avril, Naja, les bornes relais connectées d’information commerciale, la déchetterie enterrée prévue pour avril. 

Le chantier du lotissement du Canigou, dont 70 % des appartements et maisons ont été vendus sur plan, rappelle que la commune est l’une des plus demandées du département. Ce lotissement comprendra un pôle médical et une résidence pour seniors livrée en 2020. 

Côté sécurité, le premier magistrat a rappelé que dix caméras video sont déjà installées et que neuf supplémentaires sont prévues dans des endroits stratégiques. 

En avant-projet, le contournement de la rocade sud Perpignan, via les mas Bresson et Palegry, est à l’étude, ainsi que l’agrandissement de la mairie vers la place des deux Catalogne. 

L’agrandissement de la cantine de l’école, la rénovation de la cave coopérative, dont le projet moderne bien agencé, a déjà progressé. 

Enfin, la zone d’aménagement concerté (ZAC) golfique devrait voir le jour avec 150 hectares, dont 23 seront construits, avec des plans d’eau de stockage pour l’irrigation et l’embellissement du lieu. 

Les habitants ont ensuite posé des questions : taille des palmiers, ramassage des crottes de chiens, mégots et autres chats sauvages. Les problèmes de stationnement sur les trottoirs ont fait l’unanimité et soulevé des protestations.

 

(C) Correspondant de L'Indépendant

Lumière d'encre à Céret 

expositions

 
Lumière d'encre - Céret: expositions

 

Du 24 novembre 2018 au 26 janvier 2019

JOSÉPHINE

de Arno BRIGNON

à la Galerie Lumière d'Encre

Vernissage le samedi 24 novembre à 11h30

 


Du 3 novembre au 1er décembre
DES MONTAGNES
De Sébastien RONSSE
à l'espace Sant Roch
Vernissage le samedi 3 novembre à 11h30

 

Du 3 au 29 novembre

LE SOLDAT BLEU

De Benjamin TEISSEDRE

à la médiathèque Ludovic Massé de Céret

Vernissage le vendredi 9 novembre à 18h00

 

 - - -

Thierry Delory

J’ai le plaisir de vous inviter à visiter ma nouvelle exposition présentée à la Brasserie Le Petit Moka République à Perpignan du 20 novembre 2018 au 31 janvier 2019. Plus d’une vingtaine de posters choisis parmi les quelques 1000 encres originales extraites de mes nombreux ouvrages. (Impression sur papier Ivoire 300 g au format 50 x 70 cm que vous pouvez acquérir la la carterie "Label Carte, 35 avenue du Général de Gaulle à Perpignan auprès de madame Garcia).

En vous souhaitant le meilleur à l'approche des fêtes de fin d'année, je vous remercie de l'intérêt que vous porterez à mes travaux de dessinateur.

Thierry Delory

... et n'hésitez pas à relayer cette information auprès de vos contacts privilégiés... Merci beaucoup !

- - -

Concert d'exception avec Tony Black, le guitariste-chanteur Folk qui nous vient directement d'Angleterre, sauf que lui, il en vient à vélo. 

A 20H30, Tony Black débarque à L'Anthropo, il pose son vélo, les quelques affaires qui l'encombrent, il sort sa guitare de son étui... Ainsi commence la 2ème épreuve : celle du concert devant public averti. 

La 3ème épreuve de ce triathlon musical reste un secret. 

 

20H30

PAF libre et nécessaire

https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=BEnOl-GyQro

 

La Catalogne interroge l'Europe

 

Pere MANZANARES

 

Dimanche 25 novembre 2018 à 18h

au Théâtre de l'Étang

 

 

 

 

 

 

Pere Manzanares

Professeur des Écoles en retraite, co-fondateur deRadio Arrels, membre d'Omnium Catalunya Nordet de nombreuses autres associations, il reste un observateur attentif des mouvements sociaux et politiques en Catalogne.

 

La Catalogne est une vieille nation européenne qui, au fil de son histoire, a connu une grande diversité : les rois d'Aragon, les rois d'Espagne, l'assimilation, des institutions propres, la dictature, une éphémère république, l'autonomie…

Toujours rebelle et éprise de liberté, ouverte au monde, à la création et à l'innovation, dynamique et accueillante, elle aspire aujourd'hui à un vieux rêve, l’indépendance.

L'Europe a accepté en son sein de nouveaux états après la chute du mur de Berlin, parfois à l'issu de conflits armés. Aussi, sommes-nous en droit de nous demander si elle acceptera le processus pacifique et démocratique engagé en Catalogne Sud pour créer un nouvel état républicain ? Ou continuera-t-elle à soutenir l'Espagne dans son intransigeance ?

 

 

Le processus catalan est-il transposable ? Peut-il menacer le modèle européen ? 

Ou s’inscrit-il, tout simplement, dans le cours de l'Histoire ?

 

 

 

Café débat en entrée libre et gratuite
dans la limite des places disponibles

 

 

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2018 4 22 /11 /novembre /2018 09:01
Requiem pour GAZA (Color Gang éditeur) - Macron, Gilets jaunes : Une gloire incertaine ? Lire Joan SALES
Requiem pour GAZA (Color Gang éditeur) - Macron, Gilets jaunes : Une gloire incertaine ? Lire Joan SALES
Requiem pour GAZA (Color Gang éditeur) - Macron, Gilets jaunes : Une gloire incertaine ? Lire Joan SALES
Requiem pour GAZA (Color Gang éditeur) - Macron, Gilets jaunes : Une gloire incertaine ? Lire Joan SALES

Littérature : 

“Gloire incertaine” de Joan Sales, roman phare de la littérature catalane contemporaine, paru chez Jacqueline Chambon

 

Gloire incertaine, œuvre multiple et existentielle, est une perle rare qui a vécu de multiples vies au gré des coupes chirurgicales imposées par la censure franquiste, de ses diérentes publications et du développement du texte jusqu’à la mort de son auteur en 1983. Premier roman écrit par un soldat de la République sur la guerre civile, il se réapproprie ces combats dont Malraux, Hemingway, Bernanos, Orwell avaient fait un sujet mythique.

 

Ce texte polyphonique et littéraire, dont les personnages se répondent au gré de leurs aventures et idéaux, se déploie sur plusieurs périodes de la guerre d’Espagne, entre échanges épistolaires, dialogues travaillés à la serpe et prose philosophique d’une grande portée. On y suit Lluís, jeune soldat sur le front républicain ; Trini, sa compagne anarchiste restée à Barcelone avec leur enfant ; Soleràs, personnage qui fascine tous ceux qui le croisent ; et Cruells, jeune séminariste et confident des guerres intérieures de ses compagnons de tranchée. « Des héros – combattants, volontaires ou non, sur le front d’Aragon – en proie à une situation qui les dépasse et les transforme en pions d’un jeu qu’ils ne maîtrisent pas. Leurs sourances, leurs doutes, leurs héroïsmes, leurs sacrifices, incarnent “the uncertain glory of an April day”, phrase de Shakespeare qui donne au livre son titre », comme le souligne l’auteur Juan Goytisolo, qui a permis de faire connaître ce roman majeur de la culture catalane.

 

 « Ce sont des pages superbes tenues par le suspens, lestées d'un réalisme minutieux, burlesque ou lyrique, qui rend aussi bien justice au chaos de Barcelone en état de siège qu'au miteux village où campent les brigades rouges sur le "front mort".

La guerre est partout ; pourtant les combats sont à peine là. Mais ceux qui se livrent sont essentiels : les alliés se divisent déjà en factions, les amants aussi, les familles, les amis, chacun aspirant à la beauté, au pouvoir, à l'ombre d'un salut. »

Fabienne Dumontet, Le Monde 2007

 

« Derrière la distance que Joan Sales voudrait instaurer, sa voix est exacerbation, à vif, d'un idéal jamais apaisé, partageant avec Bernanos et ses Grands cimetières sous la lune, ou Orwell et son Hommage à la Catalogne (dont est tiré le film Land and Freedom de Ken Loach), le dégoût profond face à cet appel fauchant une génération, ramenant les survivants sur le chemin étroit et solitaire de ceux qui ne sont pas morts avant leurs trente ans et luttent pour ne pas tomber " aux pieds du Mensonge, qui est le roi du monde " ou de l'étrange nostalgie ambiguë des champs de bataille. »

Delphine Descaves, Le Matricule des Anges, 2007

 

Éditions Jacqueline Chambon

Hors collection

Octobre, 2018 / 14,5 x 22,5 / 528 pages

Traduit du catalan par : Maria Bohigas, Bernard Lesfargues

 

Poésie :

 

Le tour d’écrou (ou « Le tour de vis »)

 

Si tu fais un nouvel effort,
Nous arriverons à bon port.
Il nous faut construire demain
Du labeur même de tes mains.

Si tu fais un nouvel effort,
Crois-nous, tu n’auras pas eu tort
De chercher au fond de ta poche 
La clé d’un avenir si proche.

Si tu fais un nouvel effort,
Ton nom luira en lettres d’or
Au monument des pas-grand-chose
Tombés pour quelque juste cause,
Dont on sait, hélas! qu’ils sont morts
D’avoir fait un dernier effort.

 

Jean Iglesis

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens