Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juin 2018 2 19 /06 /juin /2018 08:05
Anne Roche. Université de Provence

Anne Roche. Université de Provence

 

 

journals.openedition.org

 
Scholar
 
F Genton - ILCEA. Revue de l'Institut des langues et …, 2012 - journals.openedition.org
Composé de dix-neuf chapitres, longs d'une page–dernier chapitre–à trente-deux, l'ouvrage vise à établir, par-delà les apparentes contradictions (les paradoxes?), la cohérence d'une pensée de l'Histoire d'autant plus personnelle qu'elle s' est interdit l'usage du «je». Dès …
[C] Exercices sur le tracé des ombres: Walter Benjamin
A Roche - 2010 - Éds. Chemin de Ronde
 
Partager cet article
Repost0
19 juin 2018 2 19 /06 /juin /2018 07:30
Anne Roche

Anne Roche

Après Bruno Tackels en 2017 le jury du Prix de l essai Walter Benjamin vient de couronner l oeuvre importante de l universitaire d Aix en Provence auteur d un magistral essai : Exercices sur le tracé des ombres.

La lauréate sera reçue le 29 septembre prochain à l hôtel de ville de Banyuls.  Elle participera ausdi aux renctres de port Bou les 28 et 30 septembre 2018.

Plus de renseignements dans les jours à venir. Jp BONNEL 06 31 69 09 32

 

 

 

 
Scholar
 
F Genton - ILCEA. Revue de l'Institut des langues et …, 2012 - journals.openedition.org
Composé de dix-neuf chapitres, longs d'une page–dernier chapitre–à trente-deux, l'ouvrage vise à établir, par-delà les apparentes contradictions (les paradoxes?), la cohérence d'une pensée de l'Histoire d'autant plus personnelle qu'elle s' est interdit l'usage du «je». Dès …
[C] Exercices sur le tracé des ombres: Walter Benjamin
A Roche - 2010 - Éds. Chemin de Ronde
 

 

 

 

 

 

Https://journals.openedition.org/ilcea/1601

 

Partager cet article
Repost0
18 juin 2018 1 18 /06 /juin /2018 14:28
LIZA - (PHOTOS J.P.Bonnel)
LIZA - (PHOTOS J.P.Bonnel)
LIZA - (PHOTOS J.P.Bonnel)
LIZA - (PHOTOS J.P.Bonnel)

LIZA - (PHOTOS J.P.Bonnel)

Les animateurs de la journée consacrée à la poésie à Villeneuve de la RAHO (Geneviève, André Bonnet) ont eu raison d inviter ces musiciens  doués et pleins d humour. Ne se prenant pas encore au serieux...Et cette merveilleuse et proche Liza originaire du Zaïre : ils seront en première partie du concert de Narah Jones au Camp santo de Perpignan...on en rêve  déjà...

Jpb

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 juin 2018 7 17 /06 /juin /2018 10:02
Joseph FALIEU (photos de J.P.Bonnel) - Censure au palais des Congrès et parc des expositions de Perpignan - Visite du moulin de Collioure ce dimanche 17 juin 2018
Joseph FALIEU (photos de J.P.Bonnel) - Censure au palais des Congrès et parc des expositions de Perpignan - Visite du moulin de Collioure ce dimanche 17 juin 2018
Joseph FALIEU (photos de J.P.Bonnel) - Censure au palais des Congrès et parc des expositions de Perpignan - Visite du moulin de Collioure ce dimanche 17 juin 2018
Joseph FALIEU (photos de J.P.Bonnel) - Censure au palais des Congrès et parc des expositions de Perpignan - Visite du moulin de Collioure ce dimanche 17 juin 2018

Joseph FALIEU (photos de J.P.Bonnel) - Censure au palais des Congrès et parc des expositions de Perpignan - Visite du moulin de Collioure ce dimanche 17 juin 2018

Joseph FALIEU (photos de J.P.Bonnel) - Censure au palais des Congrès et parc des expositions de Perpignan - Visite du moulin de Collioure ce dimanche 17 juin 2018

 

 

 

*** Jo Falieu, ancien prof de philo à Prades, communautaire en Conflent (voir son témoignage dans mon livre (avecPaul Gérard) sir les Communautés libertaires (Trabucaire éditeur), est aussi poète : il a publié plusieurs recueils, dont un sur Rimbaud.

 

Son dernier, il l'a présenté à Saint-Estève, grâce à l'association des "Rendez-vous des Bassou", salle Boléro.

 

Voici un de ses textes.

 

jours de mai

 

                            Cinquante berges camarade

Que reste -t-il de ces jours de “chienlit” 

où gueulaient les pavés?

Où le sang de Paris

tourbillonnait dehors

                 dans les dédales altiers des immeubles cossus?

 

Où tu courais à perdre haleine

peur au ventre      et bâillon sur les lèvres?

Un idéal confus de ces rêves hallucines

où se faisait l'amour parmi les jets de pierres

les visages durcis par les gaz lacrymo

la cuirasse luisante des carapaces noires aux boucliers tendus

y creusait un délire

 

   un empire déchu qui s’écroulait enfin avec des cris d’enfants

ses slogans sur les murs 

comme une onde-imagine

la morale à papa s’écroulait sans frémir    

    la fin d’un monde vieux , racorni, usé dans ses artères

terriblement miteux

transi dans ses pantoufles sales

qui n’en finissait pas de crever ses abcès

comme un vieux général

 

  En un temps où le monde éructait ses Viet Nam

  où Prague s’immolait au feu de Ian Pallach

où le sexe érigeait ses fanions de détresse

et exigeait son droit à la beauté

où l’enfant bondissait dans les cœurs des ados

      et vivait ses prophètes

 

hachurant sur les murs leur trop plein de colère

la haine du Bourgeois

                 la haine d’un vieux monde que fuient les camarades

    ces nouveaux combattants d’une belle utopie

où l’imagination fleurit sur les murs-palissades 

où se faisait la vie     dehors     dans les manifs

 

 

 

où les amphis vibraient comme des ruches

 

    où l’ Odéon ouvrait ses portes aux poètes à venir

     où la Sorbone enfin laissait battre les cœurs

    lâchait la bride aux enragés 

  sur un air de pagaille       

aux mots d’ordre vengeurs :

 

“ sous les pavésla plage”

“l’imagination au pouvoir ”

    “ il est  interdit d’interdire”

“jouissez sans entraves”

“cours camarade, le vieux monde est derrière toi”

disaient  ces murs crachant d’espoir 

pour un monde orphelin

 

“le désordre c’est l’ordre moins le pouvoir”

disait aussi Ferré

                l’anarchie y vibrait sur fond de vague brune

aux costumes de guerre

la liberté jaillit comme une farandole

comme un volcan  nouveau aux portes de la vie

    Tu en sortais grandi par tant de magnitude

haletant sous l’effet d’une vague d’assaut

 

vibrant comme une mer dans la joie solidaire

des grands jours de manifs

aux accents magnifiques

  aux discours de potaches érigés en drapeaux

  flottant comme des flammes au vent de l’anarchie

        vivant l’instant à perdre haleine

   écrivant sur les murs          

tout un trop plein d’amour

                      à la gueule de bois des passants ordinaires

            Toi qu’on a tant chéri            68          68     

              Toi que j’ai tant aimé 

    jusqu’à faire ma vie 

sur tes bouts de chandelles !

Pour commander son livre : 09 53 09 32 97 - 04 68 88 42 36

Partager cet article
Repost0
16 juin 2018 6 16 /06 /juin /2018 08:09
Camille Ferrer, Louis Delfau, Kremègne...et les autres aux collections de Saint-Cyprien jusqu'au 30 sept. 2018
Camille Ferrer, Louis Delfau, Kremègne...et les autres aux collections de Saint-Cyprien jusqu'au 30 sept. 2018
Camille Ferrer, Louis Delfau, Kremègne...et les autres aux collections de Saint-Cyprien jusqu'au 30 sept. 2018
Camille Ferrer, Louis Delfau, Kremègne...et les autres aux collections de Saint-Cyprien jusqu'au 30 sept. 2018

Camille Ferrer, Louis Delfau, Kremègne...et les autres aux collections de Saint-Cyprien jusqu'au 30 sept. 2018

EXPOS-GUIMAUVES en Pays catalan:

Côte vermeille, Lumières du Roussillon, Terrus à Elne - Des faux, des erreurs, des incompétences

 

Trois musées, ne travaillant pas en commun, ont eu, ces dernières semaines, la même inspiration : il s'agit sans doute de présenter des expos accessibles, plaisantes, pour la saison estivale. Avec tous ces paysages de Terrus, vrais ou faux à Elne, avec cette Côte vermeille (avec des faux sur le site de la mairie de Perpignan) au musée Rigaud, avec ces Lumières du Roussillon, présentées hier soir, vendredi 15 juin 2018, aux collections Desnoyer de Saint-Cyprien, on flatte le public : on lui montre ce qu'il veut, ce qui le rassure, qui lui montre un pays/paysage beau, lumineux, loin des problèmes sociaux et du bétonnage organisé depuis 50 ans. L'expo devient une guimauve, et d'ailleurs, on en distribue beaucoup, de ces sucreries, qui n'invitent pas à l'érection, ni à celle du sexe, ni à celle de l'esprit, lors du cocktail de Saint-Cyprien...

 

 

Il s'agit de la représentation idyllique du pays catalan, avec les fleurs de Bausil, les Collioure de Camille Ferrer (les moins beaux choisis à St-Cyprien !), le Canigou de Terrus (un faux ? En effet, la toile est loin des teintes du peintre d'Elne), Le Racou d'Henri Escarra (mauvais choix, là aussi), sans parler du déroutant Krémègne (noté Kremegene sur le cartel obscur du musée Desnoyer de Saint-Cyprien), abstraction insolite dans cet ensemble de tableaux réalistes (on l'aurait bien vu au musée d'art contemporain de cette ville, mais le beau mas a été détruit pour faire du vide, ou un parking..? Barbarie, inculture et incompétence n'ont pas de limites dans ce village autrefois dirigé par un maire esthète, connaisseur, présent aux vernissages, faisant un discours sensé, mais il aimait trop l'art, le docteur Bouille..!

 

 

Le Roussillon a pourtant de bons petits maîtres, tels Gony d'Estagel que Stéphanie Misme a eu raison, aux collections de Saint-Cyp, de sortir de l'ombre pour le plonger dans une salle d'un noir digne d'un train fantôme…

 

L. Bausil, bien sûr, avec ce Paysage de Cerdagne, et Willy Mucha, of course, et Louis Delfau, avec ces oblongues toiles décoratives pour le restau-crêperie du parking Arago, mais ces JARDINS Saint-Jacques si colorés : l'artiste s'est trompé sur la tour de l'église !!?

 

Quant à Louis Alies (Fourques), Jacques Soisson, René Seyssaud et les deux C. Ferrer, ils n'ont pas convaincu…Il faudra montrer le vrai Terrus, monter une rétrospective Bausil : il faut se rendre à Céret pour trouver un conseil scientifique, les moyens de dresser une belle expo et de publier un catalogue pointu…

 

Il faut cependant noter, au premier étage, la belle salle consacrée à Martin-VIVES (paysages, autoportait) et il faut encore remercier Jacqueline Vivès pour ce prêt, permettant de goûter encore tout le talent de ce peintre délicat !

 

Cependant ces expositions estivales sont agréables et ne choquent pas le promeneur : on s'attend à cette quiétude pour l'exposition DUFY au musée Rigaud. Elle ne fera pas de vagues et le public, face à un monde de l'art prisonnier de la finance, face à la vacuité de nombreuses installations, face aux provocations d'un Manzoni, d'un Damien Hirst, plaçant des veaux dans le formol,, le regarder trouve la "beauté" avec ces fresques paysagères d'un autre temps, le ramenant à l'utopie, à un âge d'or, au monde paysan englouti…

 

Ces trois expositions, comme celle de Dufy ne choqueront pas le bourgeois, car elles sont concoctés par des bourgeois.

 

De toute manière, ce n'est pas le "prolo" qui vient à la peinture, c'est la classe moyenne ou supérieure, ou l'intello-bobo… Et dans ce monde pictural où l'on ne sait plus ce qui est vrai ou faux, on pense que même un faux Bausil est plus "vrai" (plus chargé de sens et de valeur humaine) qu'un vrai Jef Koons, symbole actuel de la bêtise exaltée par le marché de l'art et les milliardaires !

 

JPBonnel

Partager cet article
Repost0
15 juin 2018 5 15 /06 /juin /2018 07:46
FETES en COMMUN -  PAD à Perpignan - YDANEZ au Centre du Monde - Femmes catalanes : Marie-Claire BACO-BAEZA - Pedro SOLER aux 9 CAVES, Banyuls - Collioure : 0'Brian
FETES en COMMUN -  PAD à Perpignan - YDANEZ au Centre du Monde - Femmes catalanes : Marie-Claire BACO-BAEZA - Pedro SOLER aux 9 CAVES, Banyuls - Collioure : 0'Brian
FETES en COMMUN -  PAD à Perpignan - YDANEZ au Centre du Monde - Femmes catalanes : Marie-Claire BACO-BAEZA - Pedro SOLER aux 9 CAVES, Banyuls - Collioure : 0'Brian
FETES en COMMUN -  PAD à Perpignan - YDANEZ au Centre du Monde - Femmes catalanes : Marie-Claire BACO-BAEZA - Pedro SOLER aux 9 CAVES, Banyuls - Collioure : 0'Brian
FETES en COMMUN -  PAD à Perpignan - YDANEZ au Centre du Monde - Femmes catalanes : Marie-Claire BACO-BAEZA - Pedro SOLER aux 9 CAVES, Banyuls - Collioure : 0'Brian

FETES en COMMUN :

 YDANEZ - PAD à Perpignan - Marie-Claire BACO-BAEZA - Pedro SOLER aux 9 CAVES, Banyuls - Collioure : 0'Brian

 

*VERNISSAGE

Vendredi 15 juin 2018

à partir de 18h30

au Centre d'Art Contemporainàcentmètresducentredumonde

3, avenue de Grande Bretagne

66000 PERPIGNAN

 

“Les visages m’attirent et aussi les masques. Je travaille presque toujours sur des sentiments très essentiels que peuvent partager un animal et un être humain. Au niveau viscéral nous sommes identiques. Je cherche une sorte de sentiment d’absence presque mystique, proche de la sublimité romantique quoique marqué par une plus grande agressivité. Je n’essaie jamais de modeler un seul sentiment mais je peins des sentiments suffisamment amples pour qu’ils puissent suggérer des choses différentes. Par ailleurs les sujets variés m’intéressent et pas seulement le visage, par exemple l’iconographie religieuse en général, l’art baroque, les motifs qui ont trait à l’enfance ou les images d’animaux ».

 Santiago YDAÑEZ (Jaén, Espagne, 1969).

JUIN 16

La fête En Commun - 16 juin 2018

Public · Organisé par En Commun 66

  •  

16 juin – 17 juin
du 16 juin à 14:00 au 17 juin à 2:00

  •  

Lac de Vinça, 66 320 Vinça

 

La Fête EN COMMUN, 2ème édition aura lieu le 16 juin 2018, au lac de Vinça.

 

Programme : 

- 14 h : Village associatif, forum des luttes et marché des créateurs et des producteurs. 

- 18 h : Performance sur l'Europe et la jeunesse, par Sarah Soihili (Porte-parole de la France insoumise, championne de France de karaté et championne du monde de kick-boxing).

- 19 h : Conférence gesticulée "Uber, les salauds et mes ovaires", par Danielle Simonnet (Porte-parole de la France insoumise, conseillère de Paris 20e et coordinatrice du Parti de gauche).

 

- 21 h : Concerts : 

- LES SKATALANS (ska, rock et reggae) Els Skatalans

- LILI BABA (chanson du monde engagé) Lili Baba

- LIQUID TENSION JAZZ EXPERIMENT (jazz from hell) Liquid Tension Jazz Experiment

 

Pour s'inscrire comme exposant ou bénévole : feteencommun@gmail.com

Partager cet article
Repost0
14 juin 2018 4 14 /06 /juin /2018 09:30
Inauguration de l'Archipel (le maire au centre) : photo R.Roig - J.Paul Alduy devant l'Archipel (C) N.Caudeville
Inauguration de l'Archipel (le maire au centre) : photo R.Roig - J.Paul Alduy devant l'Archipel (C) N.Caudeville
Inauguration de l'Archipel (le maire au centre) : photo R.Roig - J.Paul Alduy devant l'Archipel (C) N.Caudeville
Inauguration de l'Archipel (le maire au centre) : photo R.Roig - J.Paul Alduy devant l'Archipel (C) N.Caudeville

Inauguration de l'Archipel (le maire au centre) : photo R.Roig - J.Paul Alduy devant l'Archipel (C) N.Caudeville

Présentation de la nouvelle saison 2018/19 : absence d'humoristes, de troupes locales, d'un M. Loyal...

Honte du local ? de la langue d'ici..?

 

Il ne s'agit pas de critiquer ce programme, de haut niveau, comme d'habitude, qui maintient un équilibre entre théâtre, chanson (encore Birkin ! Daho : bof !), spectacles pour enfants, jazz et musique classique (Paolo Fresu, Fonseca, Trio Wanderer...)

Le local, après l'incontournable Comelade, c'est encore l'innénarrable Cali, mais s'il chante le grand Ferré, alors, on le supportera ! Une porte est ouverte aux gitans qui jouent la rumba, redécouverte et à la mode. Enfin, avec Gaspar Claus, c'est le fils de Pedro Soler et Madeleine Claus qui est invité pour une rencontre insolite tout en haut de l'Archipel...

 

A part cette prise de hauteur sur le panorama de ce théâtre qui n'a pu trouver la renommée souhaitée, centre de gravité entre Toulouse, Barcelone et Montpellier, "centre du monde" régional du théâtre comme l'avait prédit l'ancien maire et créateur du lieu, J.Paul Alduy...

 

Celui-ci est venu initier la soirée avec un discours théâtral dont il a le secret : phrases préparées, gestuelle, voix modulée : la mise-en-scène était impeccable, mais  ça manquait de fond. .. Alduy faisait son comique... C'est alors que le maire actuel prit la parole pour parler des humoristes (pique à l'égard de son prédécesseur..?); en tout cas son intervention avait du fond, parlant de culture accessible à tous, en direction des jeunes : c'est louable, mais il faut s'en donner les moyens; cependant, il est vrai que les actions menées avec l'éducation nationale sont réelles…

 

On attend toujours des spectacles venues de Catalogne, en catalan (sous-titrés), les invitations pour des troupes locales (en résidence parfois au théâtre municipal, mais qui semblent ne pas avoir assez de valeur pour accéder à l'Archipel… Qu'en disent les troupes d'ici..?

 

M.Pujol fustigea les anciennes critiques à l'égard de la création de l'Archipel : il conserve les textes de tous ces humoristes (je me suis alors senti montré du doigt), mais il demanda aussi qu'il y ait plus d'humoristes dans ce théâtre : l'humour, l'ironie, c'est subversif et le maire semble aimer ça ! Il agit raison, cette présentation manquait d'humour : toujours les mêmes défauts (et M.Pujol quitta bien vite le théâtre), des commentaires trop longs, alors qu'on peut lire tout ça dans la brochure, des présentateurs statiques, assis, même si le directeur stoïque resta debout pendant une heure et demie…mais son élocution, imprécise, était pénible : pourquoi ne pas parler en catalan, lui qui est du sud..? On semble avoir honte de la langue d'ici, honte du local, etc…

 

On attend plus de dynamisme, d'interventions d'acteurs, d'un M. Loyal, d'un clown… Il n'y a décidément pas un seul acteur capable dans ce département !!!

 

JPB

Partager cet article
Repost0
13 juin 2018 3 13 /06 /juin /2018 08:23
Manon - Michel Garcia et sa boutique
Manon - Michel Garcia et sa boutique
Manon - Michel Garcia et sa boutique

Manon - Michel Garcia et sa boutique

ce samedi 22 juin 2018

Retransmission de l'opéra du Liceu de Barcelone, à partir de contacts et de rencontres avec la Generalitat

à 22h, à Pézilla (ci-dessous), à Perpignan (place Gambetta), à Collioure (centre culturel)… gratuit !

 

Médiathèque Ramon Llull de Pézilla

 

Jean-Paul BILLES, Maire, les Adjoints et le Conseil Municipal de Pézilla-La-Rivière ont le plaisir de vous inviter à la retransmission sur grand écran de l’Opéra de Puccini qui aura lieu à Pézilla-La-Rivière le Samedi 16 Juin 2018 à 22h00 au Marché de Gros (Halle des Sports en cas de mauvais temps)

 

En collaboration avec le théâtre du Liceu de Barcelone, c’est une retransmission en léger différé de l’opéra de Puccini, 

« Manon Lescaut ».

Ce spectacle est diffusé sur cinq autres communes du département pour la première fois en France. Cette opération de vulgarisation de l’opéra (dénommée le « Liceu a la fresca ») a connu un grand succès en Catalogne ces dernières années.

Ce spectacle sous-titré en français est ouvert à tous et totalement gratuit.

Un repas tiré du sac est organisé sur le site pour ceux qui le souhaitent à partir de 20h.

2 rue pau berga

66370 Pézilla-La-Rivière, Languedoc-Roussillon, France

 

04 68 92 64 88

www.mairie-pezilla-riviere.fr/fr

Bibliothèque

 

Heures : 09:00 - 12:00, 15:00 - 19:00

Elne – Ville-Haute

 

« La boutique de Michel » à l’heure d’été…

 

 

   
 

Sise en ville haute d’Elne,  au 9 de la rue Constantin,  « La Boutique de Michel » vous tend les bras…

Là, Michel Garcia, vous invite à partager son intime passion : celle qu’il nourrit depuis sa plus tendre enfance pour les livres, les disques, et les objets qui jalonnent son parcours de collectionneur chevronné et de chineur impénitent.

Romans, essais, ouvrages d’art et d’histoire, albums vinyles (rock, chansons françaises, variétés,  jazz), pièces de collection, cartes postales anciennes, affiches - dont certaines datent de la fin du 19ème siècle- peuplent ce sanctuaire dédié  à la culture, sous ses formes d’expression et de communication – voire de communion - les plus éclectiques et  inattendues.

Voici les horaires d’été de  la boutique :

Ouvert mercredi et vendredi 9h-12h/ 15h-19h - jeudi : 15h - 19h - samedi : 15h-19h

 

Jean IGLESIS

 

« La Boutique de Michel », 9 Rue Constantin, 66200 Elne (Ville haute)

Tel : 06 74 63 15 78

Sur Facebook : laboutiquedemichel66

Adresse e-mail : laboutiquedemichel66@gmail.com

Photos jointes : La Boutique de Michel

                          Michel Garcia

 

Partager cet article
Repost0
12 juin 2018 2 12 /06 /juin /2018 09:17
Lumières en Roussillon, exposition à St-Cyprien, vendredi 15 juin 2018 à 18h, musée Desnoyer

Lumières en Roussillon, exposition à St-Cyprien, vendredi 15 juin 2018 à 18h, musée Desnoyer

Le tourisme qui tue

 

Tandis que la ville de Barcelone s'énerve à force d'être envahie par un tourisme de masse bête, inculte, en quête de défoulement, nos start-up locales de "e-tourisme", se prennent à "pitcher", à challenger, et se croient "vecteurs de synergies". Attirer les touristes en Roussillon, déclare sans rire la directrice de "Ir Oui Come", en se rendant à Madrid pour diffuser la bonne parole anglaise...pas catalane, of course !!

 

Ce tourisme va étouffer notre petit territoire. Pendant ce temps, un tourisme planétaire, en expansion continue, en raison du mondialisme, des moyens de transports aériens moins chers et de l'enrichissement des classes supérieures des pays émergents, pollue et tue, à moyen terme la planète...

 

L'organisation mondiale du tourisme (OMT, dépendant de l'ONU) prévoit pour 2018 une hausse de 5% : l'impact environnemental du tourisme va contribuer au réchauffement climatique ! L'empreinte carbone du tourisme mondial est énorme : 8% des émissions de gaz à effet de serre… 

 

Que faire ? On ne peut interdire ces déplacements, tout le monde (libéralisme économique, entreprises…) étant pour la consommation touristique massifiés !

 

On pensait que le tourisme, en induisant des "retombées" économiques dans les pays pauvres ou "exotiques" (îles, Malaisie, Maurice, Maldives…) était un plus pour le développement : les "retombées" ne sont plus celles que l'on espérait; au contraire :  les émissions de CO2 tuent les populations faibles, les enfants, les gens âgés…

 

Autre tourisme néfaste : au Rwanda, les touristes doivent désormais débourser 1500 euros chacun pour aller à la rencontre des gorilles de montagne (parc des volcans). Point positif : la valeur touristique de ce gorille l'a sauvé de l'extinction, avance-t-on… Cependant, ce tourisme d'observation habitue les animaux à la présence humaine très proche et cette accoutumance accrue les met en danger car les braconniers et revendeurs-charognards sont nombreux en Afrique !

 

Que faire ? Surveiller, contrôler encore plus..? Mais les gouvernements sont souvent complices et les dirigeants recherchent leurs intérêts particuliers...

 

En Roussillon, quand nos compatriotes de Céret ou de Rivesaltes attirent les hordes touristiques grâce à l'élégant concours du cracher de boyaux de cerise ou à l'incroyable ingestion d'abricots par la plus grosse bedaine, le touriste n'a rien à craindre, si ce n'est de devenir un peu plus con !

Le tourisme est générateur de bêtise et Ménard à Béziers a compris qu'il fallait, au "con peuple", offrir des jeux et des bouts de pain…

 

Cependant, ni rions pas car le tourisme tue. Il a tué, au temps béni des colonies : l'exposition coloniale montre l'indigène pittoresque conforme aux stéréotypes; le racisme se montre dans ces événements touristiques : les hommes sont chameliers ou cavaliers de fantasia, lise résume leur culture ! Quant aux femmes, pas un brin de civilisation, bien sûr : ce sont des passantes voilées ou des prostituées de "quartiers réservés." (étude de Christine Peltre : Le voyage en Afrique du Nord, images et mirages d'un tourisme, 2018, éditions Bleu autour, 28 euros)

 

Enfin, nous savons qu'en TANZANIE le tourisme chasse les Masai: les zones interdites aux semi-nomades se multiplient. Les peuples minoritaires disparaissent, l'uniformisation du progrès, de la technique, des idées, des lieux communs, estompent les traditions et les styles de vie de nos pères et ancêtres, qui sont relégués dans un musée ou une "Casa pairal" vouée au sourire ou à l'étonnement de l'étranger…

 

En Tanzanie, un long processus entamé sous l'époque coloniale a provoqué une limitation des terrains accessibles aux MASSAI… Chez nous aussi, les terres diminuent, grignotées par les lotissements et l'arrivée de gens extérieurs, venus pour la retraite ou à cause d'une pauvreté moins pénible au soleil… A Collioure, les habitants du crû ne sortent plus dans les rues consacrées aux touristes. Certains lieux ne vivent plus que du tourisme : travailler la terre ou être artisan est trop dur : il vaut mieux se prostituer et vendre le pays !!!

 

Que faire ? Limiter les entrées, fermer les frontières..? Monter les prix des locations, des denrées…afin qu'une minorité seule puisse s'installer chez nous..? Ce serait bien anti-démocratique…

 

Mais l'absence de démocratie est déjà là, depuis des décennies : nos jeunes ne peuvent plus vivre dans leur village car l'immobilier flambe et les maires sont rares, ceux qui osent réserver des terrains aux HLM et l'accessibilité au logement à prix raisonnables !

 

 

JPBonnel

Partager cet article
Repost0
11 juin 2018 1 11 /06 /juin /2018 09:52
8 izards (jpb)

8 izards (jpb)

Il est toujours judicieux de partir de bonne heure pour éviter l orage ou la chaleur ou coucher en refuge pour surprendre la montagne en sa primitive lueur...

La chemin vert monte sans peine le long de la rivière dans l étroite vallée aux mille fleurs nées de la neige. Le flux et le vacarme de l eau disent le volume de neige de cet hiver si Blanc...A droite une avalanche à laissé un cimetière de pins... arriver à la cascade avant la pluie...3 jeunes femmes catalanes foncent avec un "bon dia" vers Nuria...leurs corps bariolés de vêtements sportifs semblent ivres de cimes et de courses frontalières...

Il s'git d arriver à la jasse avant l'orage qui accumule ses brumes à 2500 mètres. Pas le temps de monter ni de déjeuner sous un pin. Juste celui d'approcher 8 jeunes izards qui broutent là haut le mont minéral...

Jpb

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens