Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 décembre 2017 5 15 /12 /décembre /2017 08:53
Ange de la mort

Ange de la mort

La tragédie de Millas révèle encore l'indifférence et le cynisme d'un pseudo-dieu qui aurait engendré notre espèce et les petits anges (peut-être démons en classe..?) qui ont tout perdu, hier, la jeunesse, l'espoir, la perspective de Noël et des vacances...

La vie, surtout.

Comme cela se fait depuis quelques années, les responsables politiques se rendent sur place : montrer que le pouvoir est proche des citoyens ? Peaufiner son image politique..?

Alors les responsables politiques, nationaux ou locaux se fendent d'une belle phrase sur la douleur...

Et sur les réseaux sociaux, chacun de faire rouler une larme et d'apporter son émotion faite de lieux communs...

Vaudrait mieux se taire face à notre impuissance... face à l'obscénité de la mort et à celle des mots vains !

En effet, après la tragédie, tout semble obscène, inutile : déroulez votre journal quotidien, et les articles sur les spectacles, les soirées festives, les dédicaces de livres, les publicités des grandes surfaces sur les pâtés et langoustes…tout est dérisoire. Illisible ! 

Après ça, plus rien n'existe ! Toute actualité est recalée dans les marges. Le fait divers est devenu tragédie nationale et ce sont les grandes nouvelles mondiales qui ont le rang de "chiens écrasés"…

 

En marge de cette réflexion rapide, constatons la vision des médias parisiens qui annoncent l'horreur de Millas : ils parlent de MILLAS, mais ce village est inconnu…

Et la nouvelle fait revivre C. Bourquin quand on parle du collège BOURQUIN… Mais qui connaît l'ancien président de région..? La célébrité est une affaire éphémère et le tournoi des infos se déroule à une vitesse folle…Le numérique nous pousse déjà vers un autre tragique...

 

JPB

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2017 4 14 /12 /décembre /2017 10:32
Chemin de la Retirada (C) J.P.Bonnel - Mas à la Vajol qui héberga le gouvernement républicain en 39 - Inscription à la Mine de la Bajol (photos J.P.Bonnel) - NEGRIN et AZANA - Jordi Vera et J.Luc Pujol (C) Oui au pays catalan
Chemin de la Retirada (C) J.P.Bonnel - Mas à la Vajol qui héberga le gouvernement républicain en 39 - Inscription à la Mine de la Bajol (photos J.P.Bonnel) - NEGRIN et AZANA - Jordi Vera et J.Luc Pujol (C) Oui au pays catalan
Chemin de la Retirada (C) J.P.Bonnel - Mas à la Vajol qui héberga le gouvernement républicain en 39 - Inscription à la Mine de la Bajol (photos J.P.Bonnel) - NEGRIN et AZANA - Jordi Vera et J.Luc Pujol (C) Oui au pays catalan
Chemin de la Retirada (C) J.P.Bonnel - Mas à la Vajol qui héberga le gouvernement républicain en 39 - Inscription à la Mine de la Bajol (photos J.P.Bonnel) - NEGRIN et AZANA - Jordi Vera et J.Luc Pujol (C) Oui au pays catalan
Chemin de la Retirada (C) J.P.Bonnel - Mas à la Vajol qui héberga le gouvernement républicain en 39 - Inscription à la Mine de la Bajol (photos J.P.Bonnel) - NEGRIN et AZANA - Jordi Vera et J.Luc Pujol (C) Oui au pays catalan
Chemin de la Retirada (C) J.P.Bonnel - Mas à la Vajol qui héberga le gouvernement républicain en 39 - Inscription à la Mine de la Bajol (photos J.P.Bonnel) - NEGRIN et AZANA - Jordi Vera et J.Luc Pujol (C) Oui au pays catalan
Chemin de la Retirada (C) J.P.Bonnel - Mas à la Vajol qui héberga le gouvernement républicain en 39 - Inscription à la Mine de la Bajol (photos J.P.Bonnel) - NEGRIN et AZANA - Jordi Vera et J.Luc Pujol (C) Oui au pays catalan
Chemin de la Retirada (C) J.P.Bonnel - Mas à la Vajol qui héberga le gouvernement républicain en 39 - Inscription à la Mine de la Bajol (photos J.P.Bonnel) - NEGRIN et AZANA - Jordi Vera et J.Luc Pujol (C) Oui au pays catalan
Chemin de la Retirada (C) J.P.Bonnel - Mas à la Vajol qui héberga le gouvernement républicain en 39 - Inscription à la Mine de la Bajol (photos J.P.Bonnel) - NEGRIN et AZANA - Jordi Vera et J.Luc Pujol (C) Oui au pays catalan

Chemin de la Retirada (C) J.P.Bonnel - Mas à la Vajol qui héberga le gouvernement républicain en 39 - Inscription à la Mine de la Bajol (photos J.P.Bonnel) - NEGRIN et AZANA - Jordi Vera et J.Luc Pujol (C) Oui au pays catalan

***L'EXIL catalan :

 

Exil de Puigdemont, l'histoire bégaie...Exil d'un homme et de quelques ministres, ce n'est pas l'exode de 500OOO Républicains, Catalans, Basques ou Castillans (tous unis à l'époque contre franco) comme en 1939 : la revendication indépendantiste catalane se nourrit de la haine pour Madrid, aux mains du Parti popular et des nostalgiques franquistes, des souvenirs terribles de la guerre civile... Il est regrettable -non de condamner la violence du gouvernement espagnol actuel- mais la dénonciation du transfert d'oeuvres d'art sacré dans un monastère, classé monument national, d'Aragon, cette région demandant cela depuis 1996.

Le recours judiciaire contre le transfert a été rejeté par le tribunal supérieur de la justice de Catalogne, alors que le ministre de la culture madrilène (gérant désormais ce secteur de la Catalogne) avait fait marche arrière, n'exigeant plus le transfert des fresques, retables du musée de Lérida...

JPB

 

***Jeudi 14 décembre 2017, 18h30

Conférence de Phryné Pigenet autour de son ouvrage Catalans malgré tout. L'exil catalan en France au XXe siècle. Histoire et mémoire.

Présentation par Nicolas Berjoan.

Conférence en français,  Entrée libre

Casal de Perpignan, 23 avenue du Lycée. 

 

Ø  Samedi 16 décembre 2017, 14h30

Éliane Thibaut-Comelade dédicacera son dernier livre La cuisine catalane, 400 recettes d’hier et d’aujourd’hui. Principat de Catalunya – Pais valencià – Illes Balears – Alguer
Espace culturel Leclerc, Polygone Nord, Perpignan

  

Ø  Samedi 16 décembre 2017, 11h

Présentation de l'ouvrage À la conquête des plantes à parfum, aromatiques et médicinales du Roussillon et signature en présence de 3 auteurs Alain Pottier, Myriam Pied et Michel Castillo (Photographe).

Entrée libre  Médiathèque de Céret

 

Les Éditions Trabucaire

11, rue Traverse de Pia

66000 Perpignan

04 68 61 02 82

www.trabucaire.com

 

*** LA CORSE OUVRE LA VOIE AU PAYS CATALAN

 

Après 40 années de construction, le mouvement politique corse s'implante définitivement. Dimanche 10 décembre, après la victoire aux élections municipales de 2014, aux territoriales de 2015 et aux législatives de 2017, la volonté populaire a enfoncé le clou, avec 52 % de participation, contre 42 % aux dernières législatives en France. 56,5 % des électeurs corses ont choisi le mouvement moderne « Pè a Corsica 3 ».

 

 Les partis politiques traditionnels, sous perfusion parisienne, ont fondu, faute de projet : Les Républicains et En Marche ont obtenu 12%, la gauche et le Front National moins de 5 %. Deux années de mandat intensif à la tête de la Collectivité territoriale de l’île ont permis aux élus nationalistes d’engager des réformes en profondeur, attendues depuis des décennies par la population. Cette prise en main aborde le lourd dossier de l’aménagement du territoire, les transports et la langue, selon une gestion rigoureuse des finances publiques. La Corse est mue par un projet novateur, sérieux et ambitieux, dans l’intérêt de ses 322 000 habitants. Le 1er janvier 2018 naîtra  sa Collectivité Territoriale Unique (CTU), dirigée par des élus non-jacobins.

- - -

Une Collectivité Pays Catalan sans Mme Malherbe

L’évolution corse conforte notre jeune mouvement, fondé en 2016. Notre projet, ambitieux pour le Pays Catalan, est soutenu par une implantation territoriale pérenne, clé du succès. Au delà, l’augure de la suppression des départements, en 2021, rendra nécessaire une Collectivité Territoriale Unique (CTU) pour les Pyrénées-Orientales. 

Cet outil administratif, pertinent envers nos caractéristiques économiques, géographiques et identitaires, est rendu possible par l’article 72 de la Constitution française. A cet effet, les propos de la présidente du Conseil départemental des Pyrénées-Orientales, Hermeline Malherbe, sont dérisoires et irresponsables (« Je ne suis pas favorable à un statut particulier des Pyrénées-Orientales », communiqué du 8 décembre 2017). Notre projet politique évite Mme Malherbe, car celle-ci incarne la politique en circuit fermé, les subventions orientées, les réseaux préférentiels et l’entre soi.

Dépassons ce clanisme et ce clientélisme avec une CTU libérée des élus d’ancien régime, distributeurs d’emplois à la famille et aux amis depuis trop longtemps.

 

Communiqué de presse · Perpignan, 13 décembre 2017

CONTACT PRESSE 06 75 74 25 49 · press@ouiaupayscatalan.com

 

***PAYS CATALAN :

voici un compte-rendu de notre 1er grand congrès, qui s'est déroulé ce samedi 25 novembre à la Salle des Fêtes de Pézilla-la-rivière, en présence de 200 personnes.

 

Philippe Simon, membre fondateur de Oui au Pays Catalan.

Mateu Malafosse, chargé de l'organisation.

Jean-Luc Pujol, maire de Fourques.

Jordi Vera, coordinateur général.

En complément, voici l'ensemble des slides projetés lors de cet événement (statistiques, résultats électoraux etc).

https://goo.gl/83onR5

 

1er GRAND CONGRÈS : OBJECTIF 2020 !

Ce samedi 25 novembre 2017 s’est déroulé notre premier grand congrès à la Salle des Fêtes de Pézilla-la-rivière, sur le thème « Après la fondation, la consolidation », en présence de 200 personnes. Cet événement a fait suite à la naissance de notre formation, il y a un an, en opposition à la dénomination régionale «Occitanie». Notre force publique, pertinente et dynamique, sera décisive lors des élections municipales de 2020. 

 

L’animation de cet événement a été confiée à Fabienne Meyer, cadre bancaire à Perpignan, Philippe Simon, membre fondateur de notre force politique, cadre commercial à Cabestany et Joaquim Fernandez, dirigeant d'une entreprise de communication. En introduction, Mme Nathalie Piqué, adjointe au maire de Pézilla, déclarait « Notre ville vous ouvre grand ses portes », puis notre chargé d’organisation, Mateu Malafosse, chef d’atelier d’une grande concession automobile en Roussillon, lançait l’objectif : « Nous insistons sur les sections locales, de Perpignan au Capcir, de Cerbère à Prats de Molló (...) Nous voulons entrer dans chacun de nos 226 conseils municipaux à l'occasion des municipales de 2020 »

 

Jean-Luc Pujol, maire de Fourques et producteur de vins,  membre fondateur de Oui au Pays Catalan, a abordé l'économie en affirmant « l’aéroport de Perpignan doit accueillir 1 million de voyageurs par an pour irriguer économiquement le territoire par un tourisme de qualité », ou encore « l'Université de Perpignan doit être un moteur économique qui forme nos jeunes au potentiel du pays : Grenoble est un excellent exemple en la matière ». Ancien conseiller régional, J.L. Pujol a mis en avant les secteurs d’avenir : « la robotique appliquée à l'agriculture, l'économie numérique et la naturalité » ainsi que les énergies renouvelables, qui sont « notre sidérurgie de demain ». Son intervention s’est conclue par l’évocation d’un « fonds d'investissement territorial » et d’une « image de marque » sur le modèle du Pays Basque, qui évoque « le territoire, la gastronomie, la culture etc ».

 

Les questions du public ont abordé l’Entreprise et l'appartenance au territoire, l’engagement local, les solidarités catalanes et le partage identitaire. En conclusion de ce congrès de qualité, notre coordinateur général, Jordi Vera, s’est félicité de la « structuration d'un large mouvement, capable d'entraîner avec lui la majorité des élus des Pyrénées-Orientales ». Tel est le défi posé par Oui au Pays Catalan : peser sur le débat public et obtenir une Collectivité territoriale Unique (CTU), selon l’article 72 de la Constitution, afin de décider à Perpignan, dans l’intérêt de tous. Dans cet esprit, la Charte européenne de l'autonomie locale (1985), ratifiée par Jacques Chirac en 2007, constitue un cadre légal de premier ordre. Il s’agit de doter les Pyrénées-Orientales d’une administration adaptée aux nécessités, et non plus sourde aux impératifs du territoire, dans le cadre de la République Française. 

CONTACT PRESSE : Tel. · 06 75 74 25 49 · press@ouiaupayscatalan.com

Il est toujours temps de parler de paix

Publié le 13/12/2017 à 12:23 par leblogcultureldyl
Il est toujours temps de parler de paix

 

 BRIGITTE HAMANN -Bertha Von Suttner : Une vie pour la paix, Biographie. Traduit de l’allemand par Jean-Paul Vienne, Ed. Turquoise.  

 

Rien, si ce n’est son éducation cosmopolite, ne semblait prédisposer Bertha Sophie Felicitas comtesse Kinský von Chinic und Tettau, devenue par son mariage baronne von Suttner, à devenir une figure centrale de la lutte pour la paix à la veille de la Grande Guerre, à fonder le Bureau international pour la paix et plusieurs sociétés de paix, et à être la première lauréate du prix Nobel de la paix. L’historienne Brigitte Hamann a publié en 1986 la biographie de cette figure à la dimension internationale, dont l’effigie figure sur la pièce autrichienne de 2€, actuellement en circulation dans l’Europe entière. Passionnant volume de 600 pages, il a fallu près de vingt ans pour que cet ouvrage paraisse enfin en France, traduit de l’allemand par Jean-Paul Vienne, lui-même militant engagé de longue date pour la paix.

 

Suivant étape par étape la vie de Bertha Von Suttner, la naissance et le déroulé semé d’embûches, dont elle relevait indéfiniment le défi, de son engagement pour la paix, la biographe nous plonge en même temps dans l’histoire de l’Autriche et de l’Europe des années 1880 à 1914. C’est donc, avec comme support l’histoire militante d’un couple, car le baron Arthur Von Suttner, mari de Bertha, accompagna constamment son combat, une remarquable étude sociale et politique de la période que nous livre Brigitte Hamann.  Le découpage du récit suit bien entendu les étapes de la vie de Bertha Von Suttner, les difficultés de l’existence auxquelles elle dut faire face, ses premiers essais comme femme de lettres jusqu’à la parution de son ouvrage choc « Bas les armes » (1889 – elle avait déjà 45 ans), fraîchement accueilli au demeurant, mais source incontestée de son engagement définitif en faveur de la paix. La biographe étudie en détail et toujours en situation, les refus, les incompréhensions, les abandons, mais aussi et grâce à l’inaltérable ténacité de Bertha, les soutiens obtenus et l’aboutissement de sa lutte pour la paix avec la tenue de la conférence internationale de la paix de la Haye (1899), du Congrès universel de la paix (Monaco, 1902), suivis de bien d’autres conférences et congrès. Ce combat s’accompagnait tout au long de l’apparition de nombreuses associations pour la paix ; il mena Bertha jusqu’à la Maison Blanche en 1904, la mit en relation avec le tsar de Russie et diverses autorités mondiales. Jusqu’à l’obtention du prix Nobel de la paix en 1905, après lequel elle poursuivit son action.

 

Militante sans limites, Bertha Von Suttner participa aussi à la Conférence internationale des femmes (Berlin 1904) et mena parallèlement, avec son mari Arthur, une intense lutte contre l’antisémitisme. Dans le chapitre qui traite de cet aspect on peut noter la puissance de l’antisémitisme dans l’Europe d’alors : « L’engagement de Bertha Von Suttner contre l’antisémitisme finit par porter préjudice au bon renom des sociétés de la paix qui furent de plus en plus vilipendées, traitées « d’associations de Juifs », d’antiallemandes, antipatriotiques, de cosmopolites, d’impies » écrit Brigitte Hamann (p.246). Raisons pour lesquelles ce combat ne fut pas des plus faciles.

 

Les relations qu’avait nouées Bertha avec Alfred Nobel lors d’un séjour à Paris où elle avait travaillé pour lui furent l’occasion de soutiens financiers non négligeables de la part de l’industriel, même s’il ne manquait pas de désaccords entre eux au sujet du combat mené par l’héroïne du combat pacifiste. Elle fit aussi, assez tardivement, la connaissance de Jean Jaurès avec qui elle entretint une relation épistolaire, encore assez peu connue. Morte d’un cancer en 1913, Bertha échappa au désespoir de voir son œuvre impuissante à éviter une des plus grandes catastrophes de l’histoire.

 

Par le truchement de la biographie de son héroïne, Brigitte Hamann fait l’histoire d’une époque. Son livre fort bien traduit par Jean-Paul Vienne, se lit avec aisance et passion. Il présente en outre toutes les qualités d’un ouvrage universitaire : notes abondantes, glossaire, liste des journaux cités, abondantes notices biographiques, repères chronologiques sur la vie de Bertha Von Suttner, liste de ses œuvres, liste des noms cités. Le tout éclairé par de nombreuses illustrations et citations que complète un cahier de photographies hors texte.

 

 

 

Merci à :

 

 Yvette LUCAS.

 
Partager cet article
Repost0
13 décembre 2017 3 13 /12 /décembre /2017 09:30
Robert Ménard manifestant en 1999 contre la visite du président chinois Jian Zemin - Affiches polémiques
Robert Ménard manifestant en 1999 contre la visite du président chinois Jian Zemin - Affiches polémiques
Robert Ménard manifestant en 1999 contre la visite du président chinois Jian Zemin - Affiches polémiques
Robert Ménard manifestant en 1999 contre la visite du président chinois Jian Zemin - Affiches polémiques
Robert Ménard manifestant en 1999 contre la visite du président chinois Jian Zemin - Affiches polémiques

Robert Ménard manifestant en 1999 contre la visite du président chinois Jian Zemin - Affiches polémiques

Robert Ménard, maire de Béziers, est pour la liberté d'expression...

 

S'il lance des campagnes publicitaires racistes, anti-féministes, antisémites… si les affiches placardées à Béziers par la municipalité tendent à la provocation, c'est parce que le maire estime que "Rien n'est sacré, tout peut se dire..." C'est d'ailleurs là le titre d'un livre "Réflexions sur la liberté d'expression, écrit par le situationniste, gauchiste, Raoul Vaneigem, auteur du fameux Traité de savoir-vivre à l'usage des jeunes générations (Gallimard, 1967, réédité par Folio Actuel en 1997).

Et c'est R. Ménard qui signe la préface de ce stimulant opuscule ! Etonnant ?

Non, car Bob Ménard fut président de "Reporters sans frontières" et se heurta toujours à ceux, dictateurs, censeurs, journalistes-chiens de garde, qui usaient des ciseaux et autres moyens de torture pour brimer les insolents, écrivains vrais, blogueurs et journalistes indépendants (photo : manifestation contre le dictateur chinois).

 

Cependant le maire de Béziers a bien changé: ce pied-noir, adepte de l'Algérie française (un autre de ses livres), s'est rapproché du FN tout en s'en écartant à présent, mais son combat contre l'envahisseur, maghrébin ou migrant, est désormais connu.

 

C'est pourquoi Raoul Vaneigem accueille son préfacier avec recul et ironie: " Lorsque RM était secrétaire de Reporters sans frontières, il pouvait se prévaloir d'être un défenseur émérite de la liberté d'expression…" Mais, nuance : "Qu'il en cultive la réputation, après s'être nettement rapproché d'un parti d'extrême droite, offre l'exemple d'un confusionnisme, auquel la culture de l'amalgame sert aujourd'hui de caution…" (janvier 2015)

 

Ménard fait d'emblée l'éloge de l'auteur et de la liberté: "Pour toute une génération la mienne, R.Vaneigem incarne cette totale liberté que donne l'écriture." (page 11) Plus loin :"Que dit en en effet RV de la liberté de la presse ? Que, si elle "a été et reste une arme contre toutes les tyrannies", elle est aujourd'hui menacée par cet esprit marchand qui avait présidé à sa naissance." Le maire de Béziers attaque ces "révolutionnaires de salon", ces intellectuels de gauche qui continuent d'aduler Fidel Castro, qui continuait d'emprisonner ou d'exécuter tous ceux qui lui résistent, le contestent ou simplement le fuient…" (p.13)

 

L'ancien reporter critique le monopole des médias et l'attitude de certains journalistes : "…c'est d'un manque d'informations que nous souffrons, d'informations qui ne soient ni communication, ni publicité déguisée, ni propagande inavouée…démagogie, autocensure, veulerie, avilissement et insolente complaisance aux aboiements du maître… C'est pourquoi Reporters sans frontières s'est associé aux Editions Découvertes pour publier ce livre incommode, même pour nous."

 

Même s'il rapproche la carpe et le lapin (le gauchiste et le "fasciste"), preuve d'une grande liberté de ces deux plumes qui se lancent des piques dans le même ouvrage, ce livre est un hymne à la liberté de la presse.

 

 

Nombreux sont les lecteurs des journaux locaux qui pestent contre une information superficielle, tronquée, souvent proche du fait divers et du sensationnel.  Ils recherchent de plus en plus une liberté de ton sur internet, sur mediapart ou chez les blogueurs ! 

 

A ce propos, je ne peux que m'indigner quand un journaliste de L'Indépendant, (quotidien catalan de Perpignan), opérant, non sans talent (mais avec fautes de grammaire !), dans les pages culturelles, me lança :

"Si vous me critiquiez ainsi dans votre blog, je vous taperais sur la gueule !" J'ai donc mis une main courante auprès de la police, on ne sait jamais… Il faut sans doute mettre au compte de la jeunesse, de l'inexpérience et d'une trouble idéologie gaucho-réact, le comportement d'un chien de garde, marionnette d'une direction autoritaire…

 

JPBonnel

VIDEO. Béziers: La nouvelle campagne d'affichage de Robert Ménard scandalise l'Etat

« Dotations, emplois aidés, logement, subventions… L'Etat étrangle nos communes ». La dernière campagne d'affichage commandée par Robert Ménard, maire (proche du FN) de Béziers, a fait sortir de ses gonds le préfet de l'Hérault Pierre Pouëssel.

« Cette affiche est scandaleuse. Elle exalte la violence et la haine. Par son graphisme, elle rappelle des propagandes d'un autre temps qui ont fini dans les poubelles de l'Histoire, a envoyé aux rédactions le représentant de l'Etat dans l'Hérault. En bref, elle contient tous les ingrédients d'un populisme de caniveau que le maire de Béziers cultive sans vergogne. »

 

Au-delà du texte, c'est le dessin qui l'accompagne qui fait polémique. On y voit un homme en train d'étrangler une femme, le tout accompagné du hashtag #CaFaitMal. « À banaliser encore plus qu'ils ne le sont déjà les comportements de violences et de domination des hommes envers les femmes...

 

Campagne anti-migrants, affiches contre les homosexuels

Robert Ménard est habitué des campagnes provocatrices. En octobre 2016, il avait par exemple fait placarder des affiches anti-migrants portant le slogan « Ça y est, ils arrivent… Les migrants dans notre centre-ville. L'État nous les impose », avant de les faire enlever sous la pression d'associations qui avaient déposé un référé devant le tribunal administratif.

>> A lire aussi : Béziers: Robert Ménard détourne la campagne du gouvernement contre le sida

Un mois plus tard, il avait détourné une campagne d'affichage de l'Etat présentant un couple homosexuel par un couple hétérosexuel, avec la devise « Liberté, égalité… fidélité ».

Lire la suite de l'article

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2017 2 12 /12 /décembre /2017 07:34
Expo LOOS à Barcelona - Maison Tzara à Paris - Nuit des Lumières à COLLIOURE - Exil catalan
Expo LOOS à Barcelona - Maison Tzara à Paris - Nuit des Lumières à COLLIOURE - Exil catalan
Expo LOOS à Barcelona - Maison Tzara à Paris - Nuit des Lumières à COLLIOURE - Exil catalan
Expo LOOS à Barcelona - Maison Tzara à Paris - Nuit des Lumières à COLLIOURE - Exil catalan
Expo LOOS à Barcelona - Maison Tzara à Paris - Nuit des Lumières à COLLIOURE - Exil catalan
Expo LOOS à Barcelona - Maison Tzara à Paris - Nuit des Lumières à COLLIOURE - Exil catalan
Expo LOOS à Barcelona - Maison Tzara à Paris - Nuit des Lumières à COLLIOURE - Exil catalan

Expo LOOS à Barcelona - Maison Tzara à Paris - Nuit des Lumières à COLLIOURE - Exil catalan

 

 

***Présentation le jeudi 14 décembre, à 18h30 au Casal de Perpignan (23 avenue du Lycée),

Conférence en français - Entrée libre

 

 

L'EXIL des CATALANS

 

Dijous 14 de desembre, a les 18h30, presentarem el llibre "Catalans malgré tout. L'exil catalan en France au XXe siècle. Histoire et mémoire" amb la presència de l'autora, Phryné Pigenet i una introducció a càrrec de l'historiador Nicolas Berjoan. Catalans malgrat tot, o com, els catalans que s'han refugiat a l'Estat francès, sota la pressió  dels esdeveniments polítics que han sacsejat l'Estat espanyol al llarg del segle XX, han mantingut, sobretot entre 1939 i 1977, una identitat política i cultural forta, malgrat una posició minoritària al si de l'exili espanyol.
La conferència de l'autora serà en francès, el debat i les preguntes en la llengua que cadascú trïi.

 

Divendres 15 de desembre a 19h al Casal, projectarem el documental "El primer dia d'octubre" editat per La Directa i enregistrat el dia del referèndum als carrers de Barcelona. Després de l'acte, el Comité de Solidaritat Catalana i un membre de la Directa dinamitzaran un debat.
El mateix documental serà projectat el dissabte 16 de desembre al Conflent. A les  18h, a la sala EYT de Prada.

 

- - - - - - - - - -

 

***Invitació inauguració

 

Musée du dessin à Barcelone, expo LOOS - Commissaire : Pilar PARCERISAS :

   

 

 

 

 

 

 

13 de desembre de 2017 / 19.30 h

 

Exposició temporal

 

Adolf Loos. Espais privats

 

 

 

L'Ajuntament de Barcelona es complau a convidar-vos a la inauguració de l'exposicióAdolf Loos. Espais privats que tindrà lloc al Museu del Disseny. 

 

Prèviament, a les 18 h, la comissària de l'exposició Pilar Parcerisas impartirà la conferència Adolf Loos. Espais privats. Per una nova cultura del viure. 

Exposició coorganitzada amb la Fundació Bancària "la Caixa"

 

Preu Entrada gratuïta. Aforament limitat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Museu del Disseny de Barcelona

 

Pl. de les Glóries Catalanes 37-38

08018 Barcelona

Tel. +34 93 256 68 00

museudeldisseny@bcn.cat

museudeldisseny.barcelona.cat

 

 

 

Segueix-nos:

 

   

 

 

 

Si vol donar-se de baixa d’aquest butlletí electrònic faci clic aquí

 

 

 

LOOS ADOLF(1870-1933)

Toute sa vie, l'architecte autrichien Adolf Loos a milité, par ses réalisations comme par ses écrits théoriques, pour une nouvelle vision architecturale moderne et audacieuse. Dans la Vienne du début du XXe siècle marquée par une architecture éclectique envahissante, il fut l'un des premiers à rejeter l'ornementation et à donner la priorité aux proportions et aux volumes dans ses bâtiments. Ses réalisations, marquées par l'emploi de toits plats, de murs lisses, de fenêtres sans encadrements, d'une configuration nette des pièces et d'une absence de toute décoration inutile sont, aujourd'hui encore, d'une modernité étonnante.

Un architecte entre nouveau et ancien monde

Adolf Loos est né le 10 décembre 1870 à Brünn dans l'empire austro-hongrois (aujourd'hui Brno en République tchèque). Son père, qui décède quand Loos a sept ans, exploite un atelier de tailleur de pierre et de sculpture, dont les aspects artisanaux impressionnent l'enfant et influenceront plus tard l'architecte. En 1889, Loos s'inscrit aux cours de l'École supérieure technique à Dresde, mais sans les suivre assidûment. Il passe notamment quelque temps à l'académie des Beaux-Arts de Vienne, avant de revenir compléter ses études à Dresde. En 1893, il s'embarque pour les États-Unis où il séjourne trois ans. Il visite Chicago et l'Exposition universelle (World Columbian Exposition de 1893), part pour Philadelphie, dans la famille de son oncle, puis s'installe à New York où il découvre les premiers gratte-ciel de la ville. Il vit parmi des immigrés sans ressources et trouve, brièvement, un travail de dessinateur industriel en 1895.

En 1896, il retourne en Europe et s'établit à Vienne. L'expérience américaine se révèle alors déterminante pour lui. À travers l'école de Chicago, qui lui insuffle ses idées novatrices, il défend un parti pris de sobriété absolue des lignes, un refus de toute ornementation et une nette inspiration anglo-saxonne. Ayant reçu l'impulsion nécessaire à sa création architecturale, il anime des conférences et publie une série d'essais et d'articles. [...]

 

Nuit des lumières

"A la Sainte Luce, le jour croît d’un saut de puce"... La date du 13 décembre, choisie symboliquement, entre deux projections de « Collioure Couleurs », la ville de Collioure s’habille de lumières du phare aux falaises de la Balette pour une nuit unique et exceptionnelle

 

Il y a tant de choses à dire sur la lumière : c’est un vecteur de bien être, de sécurité dans nos villes et sur les routes, l’amie des architectes et concepteurs qui leur permet de magnifier leurs réalisations et parfois même de rendre ou donner de la beauté à un édifice ou un site insipide ou même carrément laid. C’est aussi le symbole de connaissance, du renouveau et de la vie.

Son utilisation festive est parfois critiquée, à l’heure où les économies d’énergies sont du devoir de chacun, une débauche de lumière est parfois incomprise. La « Nuit des lumières » de Collioure est l’événement idéal pour communiquer sur le fait qu’il est maintenant facile d’illuminer un monument pour la consommation d’un Téléviseur Led ou d’une console de jeu. Chaque fois qu’un luminaire extérieur est changé, la consommation électrique du point est divisée à minima par 3 et la durée de vie des lampes prolongée d’autant.

C’est le pourtour de la baie qui a été retenu, 18 sites au  total seront mis en valeur, en priorisant de consommer le moins possible. Ce qui est aujourd‘hui réalisable grâce à la révolution que connaît le monde de l’éclairage avec l’arrivée des Leds.

 L’idée de la création d’ une fête autour de la lumière « La nuit des lumières » pour l’offrir aux Colliourencs, afin que chacun puisse à l’avenir se l’approprier et participer humblement au travers des associations, des écoles, des commerçants et pourquoi pas de chaque particulier, a été portée par la ville de Collioure et plusieurs fournisseurs d’éclairage, comme à Lyon, sont associés des jeunes talents, futurs hommes du métier, l’IAE de Lyon a répondu favorablement et nous apportera 3 projets qui sont exposés en ce moment aux fêtes de Leipzig et qui seront ce weekend aux Fêtes des Lumières de Lyon. L’école d’architecture « Cours Bessil » de Montpellier a également travaillé sur des propositions de réalisations.

« Le site de Collioure  se prête à merveille à l’avènement de la lumière, pour en faire une Fête autour des Lumières. L’aire de jeux que propose naturellement cet endroit est infinie pour qu’avec nos partenaires nous puissions sublimer de nuit ce qui a de tout temps attiré les plus grands et célèbres artistes peintres » précise  Jacques Delclos, directeur de l’agence CCE à Perpignan, initiateur de cette soirée avec le soutien sans faille de Jacques Manya, maire de Collioure,  l’aide des élus et des services techniques de la ville et de la communauté de communes.

 

En écho avec la fête des Lumières de Lyon, ce sont plus de 18 espaces du patrimoine Coliiourenc mis en lumière, avec des jets d’eau de lumières sur le quai d’honneur, l’illumination de la jetée du phare, la chapelle St Vincent, le château de la Rocasse avec les rochers de la Moulade, l’église et son clocher, la passerelle du Château Royal, le rempart du château royal sur le Square Caloni, les palmiers du faubourg, les falaises de la Balette ... 

Lancement le 13 décembre 2017 à 19h pour une nuit unique, magique et lumineuse du phare aux falaises de la Balette !

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2017 1 11 /12 /décembre /2017 09:11
Passages : Sentier des Anglais (Vernet-les-Bains) - Expo Passages (W.Benjamin) au Boulou (Médiathèque) - photos Jean-Pierre Bonnel
Passages : Sentier des Anglais (Vernet-les-Bains) - Expo Passages (W.Benjamin) au Boulou (Médiathèque) - photos Jean-Pierre Bonnel
Passages : Sentier des Anglais (Vernet-les-Bains) - Expo Passages (W.Benjamin) au Boulou (Médiathèque) - photos Jean-Pierre Bonnel

Passages : Sentier des Anglais (Vernet-les-Bains) - Expo Passages (W.Benjamin) au Boulou (Médiathèque) - photos Jean-Pierre Bonnel

   *** La saison  de l’année 2017 de  Rivages des Arts  s’achève par une conférence qui aura pour sujet :

" Première ascension du Canigou en 1739 "

Par Michel BOUGAIN

Palais des Congrès  à  Perpignan

 Le Mardi  12 Décembre  2017 à  17h.

Participation : 8 Euros

Dans les années 1730, un jeune médecin et botaniste, Le Monnier, est choisi pour accompagner une des opérations confiées aux Cassini, directeurs héréditaires de l’Observatoire de Paris, destinées à mesurer le méridien de Paris entre Dunkerque et Collioure. Sa mission est de procéder à des observations botaniques et scientifiques dans le Berry, en Auvergne et dans les Pyrénées, et de participer à des expériences scientifiques.

 

A ce titre il est chargé de procéder à des mesures de pression atmosphériques, pendant qu’à Canet l’abbé Caille se livrera aux mêmes opérations. Le but : monter au sommet du Canigou pour en vérifier l’altitude. L’erreur sera inférieure à 4m. Il va séjourner pendant plus d’une semaine à proximité de l’Estanyol, fin octobre et début novembre 1739, et atteindra deux fois le pic. Il est le premier à relater de façon certaine cette ascension. C’est le premier récit incontestable d’une ascension du pic, 80 ans avant celui de Chaussenque et Arbanère, pourtant considérés comme les premiers à y être parvenus. Le Monnier deviendra par la suite le médecin principal de Louis XV et de Louis XVI et le directeur du Jardin des Plantes.

 

- - -

* Interconnections entre Port-Bou et Cebère :

Les  interconnexions  Portbou-Cervera   i  el segle  XXI

Amb les fortes mobilitzacions socials dels sindicat i  usuaris  de  la Catalunya  Nord  i  de la  solidarirtat  de la gent  del  sud : dels usuaris i del territori d’ambdues  bandes  del  Pirineu, l’estiu del 2016  es  va aconseguir  “salvar”  el tren  nocturn  París-Cervera-Portbou. En aquest cas, les  mobilitzacions unitàries transfrontereres van donar el seus fruits.

Ara, caldria que a la Catalunya/Principat --especialment a les comarques gironines— s’articulés  un gran front ciutadà, reivindicatiu i mobilitzador a favor del tren convencional i de les interconnexions Portbou/Cervera de la Marenda pròpies  del  segle  XXI.  Ha  arribat  el moment  de  tirar  endavant  una alternativa clara, vàlida i que no costa diners per  tal  de millorar  el tren  convencional  entre Girona-Figueres-Portbou-Cervera-Perpinyà-Narbona. Doncs bé, el dos primers trens que arriben a Portbou al matí, el MD de les 6:15 (que va sense viatgers des d Figueres  i surt de Portbou cap a Barcelona a les 6:23) i el Regional que arriba a les 7:26 haurien  de finalitzar el  seu  recorregut fins a Cervera, i que els dos primers trens de la SNCF que arriben a Cervera, allarguessin el  seu tram fins a Portbou. Amb aquesta senzilla operació seria possible que una persona de la Catalunya Nord pogués anar a treballar o a estudiar a Figueres o a Girona i una persona de l’Alt Empordà  pogués fer una normal activitat diària ( per  activitats  laborals  o  estudis) amb transport públic fins a Perpinyà.

 

En síntesi, ara és el moment que  els  territoris  i  les  autoritats  de l’eurodistricte  catalaà  transfronterer  (territori  que a grupa  les  comarques  gironines  i  el Departament  francès  els Pirineus  Orientals) es posessin d’acord  per  tal millorar  un drets més  importants  dels  ciutadans, el dret  a una  mobilitat  transfronterera de debò , la qual  cosa  implica  una millora substancial del tren  convencional , amb unes  més reeixides  interconneccions  Portbou –Cervera  de la  Marenda , així com una molt  més intermodalitat  entre   la  mobilitat  ferroviàruia  i la  mobilitat  del transport  públic  per  carretera.

 

http://in.directe.cat/josep-loste/blog/18104/les-interconnexions-portbou-cervera-i-el-segle-xxi

       

 

 En balade catalane avec trente artistes, écrivains...

 

Ici, chaque paysage cache un artiste. Écrivain et professeur de lettres, Jean-Pierre Bonnel nous donne une belle leçon de culture générale, qui plonge dans les racines de l’histoire de l’art et la géographie. 

 

Il nous entraîne « de Perpignan à Tarragone, avec trente personnages illustres » comme le souligne le sous-titre. De Salvador Dalí, à Cadaqués, à Prosper Mérimée, à Ille-sur-Têt et au Monastir-del-Camp, l’auteur évoque les artistes à travers leurs histoires catalanes, et parfois de manière plus personnelle, comme pour Jordi Pere Cerdà. 

 

Il suffit de partir sur les traces de l’artiste. Carte à l’appui, l’itinéraire est alors prétexte à découvrir des monuments incontournables. Si Walter Benjamin à Port-Bou, Matisse et Derain à Collioure, Antonio Machado et Aristide Maillol sont ses favoris, Jean-Pierre Bonnel nous dévoile quelques pépites. 

 

On découvrira ainsi Santiago Rusiñol à Sitges, Chagall, Masson et Bataille à Tossa del Mar et Montserrat, Victor Brauner à Canet et Saint-Feliu-d’Amont et Nabokov au Boulou. Notre coup de cœur portera sur l’écrivain Ludovic Massé à Evol, le peintre Charles Rennie Mackintosh sur la Côte Vermeille, Raoul Dufy à Perpignan et l’économiste Alfred Sauvy à Montalba. Ce petit livre, qui pourrait devenir incontournable, est une vraie déclaration d’amour au Roussillon et à la Catalogne. 

 

Balades culturelles en Catalogne, Jean-Pierre Bonnel, Nouvelles presses du Languedoc, 247 p., 22 € -

 

***Contact avec l'auteur : 18 euros port compris (chèque à JPB - 9 rue St-Jean- 66000 - Perpignan)

 

Patrice Teisseire-Dufour (Revue PYRENEES)

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2017 7 10 /12 /décembre /2017 10:24
Johnny à l'époque yéyé (DR)

Johnny à l'époque yéyé (DR)

Johnny c'est fini ! -

De la France YéYé à la France sans identité -

 

Pendant deux jours, on ne pouvait plus parler d'autre chose. L'actualité, ce fut lui, l'ancien yé-yé, lui Johnny, qui était parti au paradis des guitares et des motos USA...

Seul Trump tenta de secouer la léthargie, la censure généralisée dans les médias : il provoqua, ouvrit sa gueule, attisa encore plus le proche-Orient...On se demande bien pourquoi... Relancer les activités des marchands de canon de Californie..?

 

Hallyday naquit de l'après-guerre, des trente glorieuses, d'un temps d'inconscience, pour une jeunesse insouciante, qui découvre la musique outre-Manche et outre-Atlantique, qui passe "outre" le moralisme des parents, et dit "Yes" à ces bruits étranges : glissement vers le "Yé-yé". C'est le vieux Edgar Morin, traversant encore plus que J.H. le siècle, les modes, les manies, les folklores, les rumeurs, l'univers people, et les inventions musicales, qui lança le néologisme faisant florès...

 

Au bout des années "Sixties", cette jeunesse populaire, dont je fus, écoutant la radio des jeunes sous l'oreiller, en cachette, comme d'autres se masturbent dans la nuit de la couette, pendant que les parents dorment ou regardent la télé, laissa la vedette à l'adolescence bobo qui se révolta en Mai 68…

 

Après les guerres coloniales (Algérie, 1962), cette jeunesse étudiante, bourgeoise, exige des réformes sociologiques plus que sociales ou socialistes…Elle a une identité, le miroir n'est pas encore brisé. Les yéyés évoluent et Johnny s'adapte, parcourt le temps des Français sans le devancer, mais en le traduisant en chansons, en énergie, en volonté de vivre. La fureur d'un James Dean ! 

 

Puis vinrent la crise, pétrolière, migratoire, l'adaptation nouvelle du libéralisme, le mondialisme et l'uniformisation financière engendra le malaise général, la division, le populisme, le communautarisme, l'intention d'indépendantisme… L'extrême-droite répond à la venue des immigrés. La peur naît avec l'échouement des migrants aux rives de la Méditerranée.

 

Le terrorisme est partout et nous devenons "Charlie" pour simuler une unité, une identité française, traduisant plutôt un réflexe anti-étranger, anti-arabe, surtout... (lire Emmanuel  TODD)…

 

Avec la mort de J.H. et après ces obscènes funérailles, magnifiant la société du spectacle et le triomphe du catholicisme dans la République laïque, c'est une ultime tentative pour resserrer les liens, revenir aux racines, créer la mythologie nationaliste du roman national…

 

Johnny est parti, avec lui la nostalgie d'une grandeur française, et l'utopie d'une France unique et unifiée…

 

J.P.Bonnel

 

- - -

 

L'adieu

 

La gare étend son quai au cœur d'un cimetière.

On redoute toujours de ne plus se revoir

Et l'on nourrit un bien fragile et fol espoir

Quand on se dit adieu sous un jour bien austère.

 

Les pleurs viennent baigner les plus tendres aveux,

Précédant les états qui vont suivre l'absence

Et envahir d'ennui les prisons de silence

Qui naissent de l'instant où l'on s'est dit adieu.

 

Il semble que l'on soit loti dans une bière.

Le visage trahit les sentiments secrets.

Les sens sont abolis sous le poids des regrets.

La chambre est un autel propice à la prière.

 

Il n'est plus dans le cœur de place pour la haine

Et l'amour et la joie se transforment en peine.

Que l'on soit des milliers ou que l'on soit à deux,

On se retrouve seul quand on se dit adieu.   

 

Jean Iglesis

 

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2017 6 09 /12 /décembre /2017 10:04
Nuit des lumières - Collioure/Couleurs - Réveillon lumineux à Collioure - Banyuls la lumineuse
Nuit des lumières - Collioure/Couleurs - Réveillon lumineux à Collioure - Banyuls la lumineuse
Nuit des lumières - Collioure/Couleurs - Réveillon lumineux à Collioure - Banyuls la lumineuse
Nuit des lumières - Collioure/Couleurs - Réveillon lumineux à Collioure - Banyuls la lumineuse
Nuit des lumières - Collioure/Couleurs - Réveillon lumineux à Collioure - Banyuls la lumineuse

Nuit des lumières - Collioure/Couleurs - Réveillon lumineux à Collioure - Banyuls la lumineuse

Lumières : Banyuls la Lumineuse, Collioure-Couleurs, Perpignan décorée : animations, mais le fond ? -

Nos élus sont-ils des lumières ?

 

* Après Paris-ville lumière, après Lyon et son festival des Lumières, voici des émules en Pays catalan, des copiés/collés, des variations, et mille nuances colorées…

 

**A Perpignan : la décoration est belle, de façon indéniable, surtout pour un provincial qui ne connaît pas Paris, la ville-lumière, à Noël, ou Rome, ou Las Vegas...

Oui, des lumières à Perpi, mais le fond ? (Le Siècle des Lumières, les penseurs du 18° siècle...? O sont-ils ? Nos élus sont-ils des lumières..?)

 

**Le maire :

Perpignan, ville de lumières…  pas des Lumières…

 

30 Novembre 2017, 17:59pm | Publié par Jean-Marc Pujol

Ce vendredi 1er décembre, comme le veut la tradition, je donnerai à 17h, place République, le coup d’envoi des illuminations de la ville à l’occasion des fêtes de fin d’année. Ce lancement s’accompagnera dès le lendemain, samedi 2 décembre, du vernissage de l’exposition des « pessebres » (crèches), à 10h30, au mess des officiers (place de Verdun – face au Castillet), suivi, à 11h30, de l’inauguration de la patinoire et des manèges installés place Catalogne.

 

***A Collioure, couleurs/lumières

Ville de la lumière, découverte par Signac (fin 19°) puis, sur ses conseils, par Matisse, puis par le conseil de ce dernier, Derain... Les autres ont suivi, et ça continue : la lumière est désormais un outil touristique...

 

**** BANYULS - On connaît le slogan " Banyuls, la lumineuse"...Et c'est vrai la baie est belle et les hauteurs indicibles...La ville est ville des Lumières, aussi, grâce au laboratoire Arago, au CNRS, au diversarium, à ses conférences sur le patrimoine... Elle le fut aussi lors de la remise du 1er prix européen de l'essai philosophique, dans le hall de la mairie, avec le maire JM.Solé et le lauréat Bruno Tackels (voir ce blog).

J.P.Bonnel

 

- - - Collioure, communiqués de la mairie :

 

En 2016, nous avions vu comment Collioure recevait les Rois de Majorque et leurs nefs chargées de cadeaux symboliques et annonciateurs du temps de l’étoile, venus se prosterner devant l’enfant dans l’église cernée par les eaux. Cette année, nous allons voir comment Collioure, fer de lance de la partie continentale du Royaume de Majorque, va rayonner sur cette Méditerranée, rebaptisée à l’âge gothique « le lac catalan » en emmenant au-delà de l’horizon les richesses drapières, le fer du Canigou, les vins capiteux et sucrés, la poésie d’Ausias March, les oeuvres de Jaume Huguet, la sagesse de Miquel Giginta, d’Eiximenis, de Ramon Llull, de Nahmanide et de Ha Meiri vers nos comptoirs de Tunisie, de Sardaigne, de Corse, de Sicile et de Grèce, puisant à son tour dans l’héritage immémorial des Grecs, des Phéniciens, des Berbères et des Arabes, une richesse nouvelle.

De cette plongée dans le bleu à la poursuite du soleil levant, à la rencontre des routes de la soie et des chemins d’esclaves, nos marins et marchands ont ramené d’autres visions du monde, d’autres notions du temps, mais surtout, une profusion de couleurs, de pigments, de matières. Tout était prêt pour que Collioure invente cette incandescence particulière qui va offrir au monde les soleils brûlés du fauvisme....

Samedi 2 décembre à 20h, puis tous les vendredis et samedis à 18h30 et 20h, sans oublier le Dimanche 31 décembre pour la soirée du Réveillon.

 

- - 

 

Le 5 septembre 2017, Irma est classé en catégorie 5, le niveau le plus élevé sur l’échelle de Saffir-Simpson. Le 6 septembre, l’œil du cyclone, d’environ 50 km de diamètre, entraîne des vagues de 6 à 8 mètres de haut, touche vers 2 heures du matin le nord des Petites Antilles et passe directement sur Antigua-et-Barbuda, puis se dirige successivement vers les îles Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Christophe-et-Niévès, Anguilla et les Îles Vierges britanniques, qu’il dévaste.

C’est en solidarité avec les victimes des Antilles, que la Ville de Collioure a choisi le thème «Créole», lors de la soirée chacun sera solidaire. En premier lieu les comptoirs festifs installés sur le Boramar reverseront une partie de leur recette au profit de la reconstruction de l’île de Saint Martin.

Par arrêté municipal 329/2017 du 29 nov. 2017, le 31 décembre :

1 - la circulation sera interdite de 18h au lendemain 3h30. Des barrages filtrants seront installés au Pla de las fourques (niveau parking), av. Maillol (niveau hôtel Méditerranée), av. de la République (Rond point du christ et niveau hôtel «Mas des Citronniers)

2 - Circulation et stationnement interdits de 18h au lendemain 1h sur l’avenue De Gaulle, rue de la démocratie et la Route de Port Vendres, du Rond-point du Christ à l’intersection avec la route impériale.
Les rues jean-Jacques Rousseau, Voltaire et de la Tour d’Auvergne seront fermées par des barrières.

Les rues Lamartine, du Soleil et Jean-Jacques Rousseau seront autorisées en double sens de circulation.

La rue du Temple sera ouverte à la circulation en sens inverse (du pont SNCF au rond-point du Christ).

Les riverains du Coma Chéric emprunteront la route de Port-Vendres dans les deux sens pour se rendre ou quitter leur domicile, sous la surveillance de la police.

La Traverse du Petit Consolation sera fermée de 12h à 0h30.

 

Le samedi 9 décembre, à 17h à la médiathèque Jean Ferrat, Le Casal de L'Albera vous invite à venir écouter Miquèl RUQUET , auteur du livre : Journal de guerre d'Eloi ARROUY / 1914-1918 

 

Journal de guerre d'Éloi Arrouy 1914-1918
Miquèl Ruquet
Collection Història

Éloi Arrouy est né en 1895 dans le canton de Trie-sur-Baïse (Hautes-Pyrénées). Mobilisé en 1915 dans l’infanterie, il décide de « noter journellement les principaux faits » dans des carnets qu’il cache soigneusement et dépose chez ses parents lors de ses permissions. Après la guerre, il les met au propre, sans tout recopier, et c’est seulement dans les années 1960 qu’il rédige cette dernière version. Ces « réflexions d’un poilu, d’un soldat de 1ère classe » donnent de nombreux détails sur la vie quotidienne au front.

Son régiment a pris part à des batailles dont le nom est resté tristement célèbre, la Champagne, Verdun, le Chemin des Dames, la Flandre, la Somme, la Marne… Éloi Arrouy, devenu agent de liaison, subit sans toujours les comprendre ordres et contrordres ; mais il sait analyser la situation, et porte un regard critique et distancié sur ce qu’on lui fait faire. Soldat-citoyen, il voudrait comprendre ce qui lui est demandé, il se méfie de sa hiérarchie, des gendarmes, et cherche surtout à survivre. Il y est parvenu, à force d’intelligence, parfois de ruse, de système D. Mais partout et toujours le poursuivent l’idée de la mort imminente, la révolte contre l’absurdité et les horreurs de la guerre, qui empirent encore vers la fin, avec la brutalisation de la troupe, les pillages ou l’ivrognerie des soldats de toutes les armées. 

Miquèl Ruquet a entrecoupé et confronté le récit d’Éloi Arrouy avec le Journal officiel de son Régiment (401e d’Infanterie) et des mises au point historiques restituent le contexte général de la guerre, des cartes et des photographies originales permettent de mieux conceptualiser les évènements.

-- 

L'équipe de la médiathèque

 

Médiathèque d'Argelès sur Mer

Espace Liberté

66700 ARGELES SUR MER

04 68 81 42 73

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2017 5 08 /12 /décembre /2017 08:03
CAMINAR, devoir de Mémoire, l'exil républicain - L’équipe du JT des P-O, premier magazine vidéo - Débat : LA ligne LGV  EN OCCITANIE  ET  LE  PROBLEME  TRANSFRONTALIER   DU  PROXIMITÉ  
CAMINAR, devoir de Mémoire, l'exil républicain - L’équipe du JT des P-O, premier magazine vidéo - Débat : LA ligne LGV  EN OCCITANIE  ET  LE  PROBLEME  TRANSFRONTALIER   DU  PROXIMITÉ  
CAMINAR, devoir de Mémoire, l'exil républicain - L’équipe du JT des P-O, premier magazine vidéo - Débat : LA ligne LGV  EN OCCITANIE  ET  LE  PROBLEME  TRANSFRONTALIER   DU  PROXIMITÉ  

*** DevoiR de mémoire : Caminar (Coopération entre organisations mémorielles des descendants et amis des exilés de l’Espagne Républicaine) lance une pétition sur change.org pour faire avancer les demandes des familles : 

 

Les familles (espagnoles ou exilées en France) des 130 000 à 150 000 républicains espagnols assassinés par les franquistes entre 1936 et 1945 et enterrés dans des fosses communes, celles des enfants volés à leurs mères par dizaines de milliers jusqu'à la fin des années 1970, demandent que vérité, justice et réparation soient faites.

 

 Le gouvernement espagnol, mais aussi le gouvernement français et la communauté européenne ne peuvent rester sourds à cette exigence de justice. Ces crimes sont des crimes contre l'humanité, ils sont imprescriptibles et à ce titre ils doivent être jugés. 

 

Jusqu'à quand faudra-t-il encore attendre?

 

C'est la raison pour laquelle ¡Caminar! Coordination nationale d'organisations mémorielles des descendants et amis des exilés de l'Espagne républicaine, qui regroupe 15 associations, vous invite à signer la pétition suivante destinée à l'ambassade d'Espagne et au gouvernement espagnol : 

 

"Vérité, Justice, Réparation" Pour que soient reconnus, jugés et condamnés les crimes du franquisme.

 

Un grand MERCI d'avance pour votre soutien.

 

 « ¡ CAMINAR ! »

Coopération entre organisations mémorielles des descendants et amis des exilés de l’Espagne Républicaine

 

Sylvie FABIA, membre de Caminar

***QUESTIONS  IMPORTANTES  SUR  LA LGV  EN OCCITANIE  ET  LE  PROBLEME  TRANSFRONTALIER   DU  PROXIMITÉ  

 

LGV en Occitanie : forte mobilisation à Perpignan pour soutenir les lignes à grande vitesse

Qu’est-ce  que  vous  pensez de cette  nouvelle  de la  Semaine  du  Roussillon ¿

 

Ces possibles et  futures décisions des administrations françaises peuvent afecter le  train  convenntionel  Portbou-Cerbère –Perpignan –Narbonne  -Montpellier-Avignon?

 

Et  sur  le Train de  Nuit .Qu’est-ce que  vous pensez ?  Quel sera son futur ?

 

Les pouvoirs économiques de  du Départemment  de PO et  surtout la ville de Perpignan croyez-vous que  sont réellement intéressés  par  la ligne  LGV Perpignan Montpellier , en sachant que probablement  les trains  internacionaux ne s’arreteront pas  à   Perpignan centre ?

 

ET  sur   la  manque  d'un vrai  transport  ferroviaire  de  proximité  entre  Girona-Figueres-Portbou-Cerbère-Perpignan- Narbonne?  ET les  

pdifficultés  et la manque  de volonté  politique  sur  les  liaisons ferroviaires Portbou-Cerbère ?

 

https://www.lasemaineduroussillon.com/2017/11/29/lgv-occitanie-forte-mobilisation-a-perpignan-soutenir-lignes-a-grande-vitesse/

 

Josep LOSTE

*JOURNAL Télévisé : 

L’équipe du JT des P-O, premier magazine vidéo

hebdomadaire des Pyrénées-Orientales disponible à tout

moment sur n’importe quel écran connecté, a le plaisir de vous présenter le numéro tourné au Yahoo, la première résidence Séniors des Pyrénées-Orientales :

 

https://youtu.be/WeHNpaSWzjY

N'hésitez pas à soutenir l'esprit catalan et à nous

laisser un pourboire sur http://jtdespo.fr/

 

Prenez le temps de visionner ce qui se passe près de

chez vous : https://youtu.be/WeHNpaSWzjY

............................................................................

Jean-Michel Martinez

redaction@le-journal-catalan.com 

 08 99 96 17 17

- - -

 

***Céret : Expo :  Du 8 décembre au 2 février 2017 Galerie Odile OMS :

 

nous vous invitons à venir découvrir l’ exposition de :

 

Dolors RUSIÑOL MASRAMON

« Temps d’espera »

           

Vernissage, le vendredi 8 décembre à partir de 18 h.

 

Vous pouvez d’ores et déjà découvrir une partie des œuvres sur le site de la galerie :

 

http://www.odileoms.com/dolors-rusinol-masramon.php

 

- - -BANYULS :

 

Le 9 décembre à 16h30 dans la salle capitulaire du Mas Reig à Banyuls.

(Détails en pièce jointe)

Si vous êtes par là, j’espère avoir le plaisir de vous rencontrer.

@ bientôt,

 

Michèle Bayar

+ 33 6 83 39 95 54

bayar.michele@orange.fr

http://www.bayar-michele.com

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2017 4 07 /12 /décembre /2017 10:18
Johnny le poing rouge levé

Johnny le poing rouge levé

Fait divers ou cause nationale..?

 

Johnny Halliday ou la quête d'identité

 

L'écrivain, l'agrégé de philosophie, le grand aristocrate du Figaro et de l'Académie française n'a bénéficié que de quelques heures de gloire dans la mort...Jean D'Ormesson le romancier hédoniste est mort une seconde fois quand on eut annoncé la disparition de "l'idole des jeunes"...

La société médiatique se mit en branle. L'unanimisme et l'absence de pluralisme montra son visage uniforme dans les réseaux radio-télé-sociaux... De TF1 à BFM en passant par antenne 2, de RTL à France Culture jusqu'à Arte, ce fut la pléthore d'hommages et le roman national inventé devant nos yeux enlarmés et nos oreilles ensablés de "Laura" et autre mélodie indiscutablement belle...

La mort d'un chanteur de cette trempe ne peut être racontée dans la page des faits divers. Cependant, l'usage des lieux communs et des hyperboles (légende, idole, icône, incarnation de la France...), n'a-t-il pas été déplacé..? N'est-il pas déplacé que tous les médias se mobilisent (concurrence, course à l'audience ou esprit moutonnier ?) pour un chanteur et que le président de la République (profitant de la ferveur et de l'unité nationale, poussé par l'esprit du temps ?) organise des funérailles nationales..? 

 

Ce chanteur, qui ne peut être placé dans le cercle étroit des grands baladins-poètes du XX° siècle (Ferré, Ferrat, Brel, Brassens, Aznavour, Barbara) bénéficie pourtant d'une aura exceptionnelle…

 

Il semble, comme on l'écrit, "incarner" la France. Or, il a passé sa vie à rechercher, à travers les femmes, les aventures (autos, femmes, drogues, alcool…), les lieux où vivre, loin du fisc parfois (Suisse, Los Angeles…), quittant, mauvais payeur, la France. Il s'est glissé dans tous les moules, exploitant les modes musicales (Blues, Rock, musique hippie, romantisme, chansons à texte…), copiant, comme son compère Eddy Mitchell), les succès américains et là-bas, aux USA, ce n'était pas une vedette, mais un personnage étrange, européen américanisé…

 

De droite (se montrant avec Sarko, Fillon), réactionnaire, catho exhibant le signe ostentatoire d'une croix sur sa poitrine, capable de chanter la Marseillaise dans un concert, il pouvait aussi lever le poing, donner la recette d'une soirée à des mineurs en grève, adopter des enfants asiatiques… A la fois franchouillard et mondialiste, ce vrai Belge devenu un véritable Français, se cherchait. 

 

Les masques...

Sa quête d'identité est visible dans le détournement de son nom, par refus du père et volonté de réussir dans le milieu interlope de la chanson en se pliant à l'emprise de l'anglo-américain…Il se cherchait à travers les femmes puis arriva à créer une famille, ou une apparence d'unité, après une expérience effrénée des plaisirs sensuels, sexuels et les paradis artificiels…

 

Il s'est trouvé, sans doute, et c'est alors que la mort le trouva, à l'heure de la sagesse, de la stabilité, de la connaissance de soi.

 

Johnny H. une mythologie..? Oui, grâce à une vie riche et volontaire, un reflet de notre société, le miroir de nos angoisses et de nos petits bonheurs. Oui, car il pouvait célébrer l'amour grâce à l'admirable "Retiens la nuit" d'Aznavour qui recadra la carrière de J.Philippe Smet) et la mort ("Noir c'est noir"), tout en menant une vie de luxe (rêve des enfants de la sociétés de consommation et des pauvres qui lisent Gala ou Match pour rêver et compenser…) et apparaître comme un homme commun, naturel, dans les entretiens qu'il confiait à la presse.

 

Il donne chair à la France, comme ont pu le faire les "Grands hommes " panthéonnisés, comme ses héros (dixit Emmanuel Macron) de haute stature : Pasteur, Jaurès, Voltaire, Rousseau, Hugo, Zola, Curie…

 

Statufier, immortaliser, momifier un chanteur !!! L'époque a-t-elle perdu ses vraies valeurs..? Nous vivons le temps où un troubadour comme Dylan peut obtenir le prix Nobel, et une grande gueule de canaille et de rockeur incarner le pays !

Ce n'est pas là décadence. C'est autre chose...A définir, et tous, chacun de nous, nous nous cherchons...

 

JPBonnel

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2017 2 05 /12 /décembre /2017 23:32
Vélo de la victime (allemande) d'un chauffard sur le boulevard de la corniche de Rosas, Catalogne (tout près du phare) - photo J.Pierre Bonnel - Le logo de l'assoc. "La Casa bicicleta" -
Vélo de la victime (allemande) d'un chauffard sur le boulevard de la corniche de Rosas, Catalogne (tout près du phare) - photo J.Pierre Bonnel - Le logo de l'assoc. "La Casa bicicleta" -

Vélo de la victime (allemande) d'un chauffard sur le boulevard de la corniche de Rosas, Catalogne (tout près du phare) - photo J.Pierre Bonnel - Le logo de l'assoc. "La Casa bicicleta" -

*** Institut Jean VIGO de Perpignan

 

Cycle Jean Rouch

Une Ciné-conférence, 3 films en regard

 

La vie et le parcours de Jean Rouch sont liés à une période, entre nouvelle Vague et cinéma-vérité,  où tout était possible, où un ingénieur des Ponts et Chaussées découvrant l’Afrique en 1941 décide d’en filmer, caméra à l’épaule, la vie, les rites et les personnages.`

 

Jeudi 7 décembre à 19h30 :

Les Maîtres fous, Jean Rouch, France, 1955, 36′

Ce qu’il reste de la folie, Joris Lachaise, FR. Sénégal, 2016, 1h30

Salle Marcel Oms, Tarif 6€

- - -

***Cinémaginaire

 

• Mercredi 6 décembre 2017 à 14h30 -Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer

LE CINÉ DES ENFANTS

PANIQUE CHEZ LES JOUETS

3 films d’animation (France 2013 – 42’) dès 5 ans

Tarif : film + jeu + goûter : 3€ euros pour tous

 

• Jeudi 7 décembre 2017 à 19h00

Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer    

> LE CINE FORUM<

CARRÉ 35

Film de Eric Caravaca  (France 2017 - 1h07)  

Tarif : 5   euros

 

• Samedi 9 décembre 2017 à 14h30

Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer

CONNAISSANCE DU MONDE

Irlande

Film de LUC GIARD

Tarif : 6, 50   euros

 

• Mardi 12 décembre 2017 à 14h30

Cinéma Vautier – 66 Elne   

LE CINÉ DES AINÉS

L’ÉCOLE BUISSONIÈRE

Tarif :  5 euros

 

• Mardi 12 décembre 2017 à 19H15

Cinéma  Jaurès - 66 Argelès sur  Mer   

L’OPERA AU CINEMA

Ce soir on va à l’Opéra … au Cinéma !

LA BOHÊME

en direct de l’Opéra Bastille

Tarif : 17 et 15 euros – coktail / bulles compris !

RÉSERVATIONS :

04 68 08 22 16(secrétariat Cinémaginaire – du lundi au vendredi 10h - 14h)

ou directement au Cinéma Jaurès d’Argelès sur Mer aux heures d’ouverture du cinéma

Cinémaginaire

réseau cinéma de proximité en Pyrénées Orientales

contact@cinemaginaire.org

découvrir toutes les actions de Cinémaginaire :<http://www.cinemaginaire.org>

 


* Ciné à Saint-Estève :

 

7, 8 et 9 décembre 2017 au TDE

 

 

 

"Le cinéma italien d'aujourd'hui"

 

 

 

Après la deuxième guerre mondiale et jusque dans les années 1980, le cinéma italien a été l'un des plus grands du monde avec le néo-réalisme, la comédie italienne, le cinéma politique. Ce fut l'époque deLuchino Visconti, des frères Taviani, de Marco Bellocchio, deMichelangelo Antonioni, de Pier Paolo Pasolini, de Marco Ferreri,d'Ettore Scola, de Federico Fellini, de Dino Risi et autres Pietro Germi…

 

Le développement de la télévision berlusconienne, tel que l'évoque Federico Fellini dans le film Intervista, va lui porter un coup que l'on pense fatal.
A l'aube du XXI
° siècle, le cinéma italien recommence à briller dans les Festivals.

Dans cette Toiles, nous avons sélectionné des films de réalisateurs peu connus : Emanuele Crialese, Daniele Luchetti, Ivano de Matteo, Emma Dante. Pour notre programmation, nous avons surtout cherché à faire varier les genres : comédie, film politique, film sociaux ou films traitant de problématiques d'actualité.

 


Au programme :
Cinq films et une conférence.

 

  • Jeudi 7 décembre, 18h – Conférence : Le cinéma italien aujourd'hui (Alain Arthozoul)
  • Jeudi 7 décembre, 20h 30 – Film : Golden door (Emanuele Crialese - 2007 - 1h 58 - VOSTF)
  • Vendredi 8 décembre, 20h 30 – Film : Mon frère est fils unique(Daniele Luchetti -– 2007 - 1h 40 - VOSTF)
  • Samedi 9 décembre, 14h 30 – Film : La bella gente (Ivano de Matteo - 2006 - 1h 38 - VOSTF)
  • Samedi 9 décembre, 17h – Film : Palerme (Emma Dante - 2013 - 1h 32 - VOSTF)
  • Samedi 9 décembre, 20h 30 – Film : Terraferma (Emanuele Crialese - 2011 - 1h 28 - VOSTF)

 

 

 

 

 

Festival LES TOILES en entrée libre et gratuite

Renseignements : www.rdvse.fr - rdvse@rdvse.fr 06 72 80 39 86

PATRIMOINE
THÉÂTRE MUNICIPAL/PERPIGNAN

Lettre ouverte aux conseillers municipaux de Perpignan


Jean-Bernard Mathon, président de l’Association pour la Sauvegarde du Patrimoine Artistique et Historique Roussillonnais (ASPAHR), communique. Nous estimons de notre devoir de vous informer sur les vrais enjeux concernant le devenir du théâtre municipal Jordi Pere Cerdà et sur les décisions que semble avoir prises Monsieur le maire sans l’accord du Conseil municipal.

Dans un communiqué, publié le 6 novembre dernier, le président de l’université de Perpignan déclare notamment : « Cette idée du Maire de Perpignan de mettre à disposition de l’UPVD le théâtre municipal a été pensée comme une mutualisation intelligente des moyens pour permettre l’économie de la construction d’un bâtiment neuf et accueillir les cours magistraux des étudiants de première et deuxième années de droit (soit plus de 400 étudiants). [...] C’est ce que stipule l’article 5 de cette convention (convention mairie/UPVD, ndlr) votée à l’unanimité par le conseil municipal de Perpignan et par le conseil d’administration de notre établissement en juin dernier...».

Cette déclaration appelle plusieurs remarques : - Dans la délibération n° 2017-1.01, du 30 juin 2017, votée à l’unanimité par les 55 élus municipaux, établissant la liste des biens municipaux qui seront mis à disposition de l’UPVD en 2020, pour une durée de 96 ans, il n’est pas fait mention du théâtre municipal.

M. le maire n’était donc pas autorisé à signer la convention dont il est question. Nous ignorons également si le CA de l’UPVD a réellement donné son accord.

- Pour un changement d’affectation du théâtre, il convient d’obtenir une autorisation de Madame la ministre de la Culture ; M. le maire a-t-il sollicité et obtenu cette autorisation ?

- S’il y avait changement d’affectation cela obligerait à une mise aux normes du lieu pour répondre aux règles applicables aux ERP scolaires, conduisant nécessairement à une dénaturation de la salle ; or, le théâtre est classé en catégorie 5 du PSMV, donc ne peut être modifié ou altéré. De toute façon, seule la salle du bas (l’orchestre) pourrait être utilisée, et elle ne dispose, actuellement, que de 217 sièges et non pas 400 places comme demandé par le Président de l’UPVD.

Comme vous pouvez le constater, ce projet est mal pensé, et, qui plus est, semble entaché d’irrégularités. Il vaut mieux y renoncer et trouver une autre solution.

Le théâtre municipal Jordi Pere Cerdà, édifié en 1812, est un des premiers théâtres à l’italienne construits en France. Nous vous suggérons son classement au titre des Monuments historiques et que des travaux de restauration soient entrepris pour qu’il retrouve son faste en réintégrant notamment les décors déposés il y a une trentaine d’années. Ce lieu de culture, auquel les Perpignanais sont très attachés, comme en témoignent les 8 200 signataires apposées sur la pétition pour le sauver, pourrait retrouver une seconde vie et dynamiser la vie culturelle en centre ancien, en l’affectant aux artistes locaux qui sont en demande de lieux pour s’exprimer. Comptant sur votre attachement à ce lieu de culture historique, je vous sollicite afin que vous interveniez auprès de M. le maire pour qu’il renonce à son projet.

MERCREDI 29 NOVEMBRE 2017

 

***Association Bicicleta:

 

 Balacyclette N° 3 : Huitre de Leucate  Samedi 10 Décembre

La Casa Bicicleta vous propose d'aller déguster des huîtres chez les producteurs de Leucate le dimanche 10 décembre, pour une balade à vélo de 43 km au total.

Rendez vous à 10h à la gare de Perpignan pour un départ en train à 10h19. Prix du billet 6,80€ (plein tarif).

OU

Rendez vous à 10h40 à la gare de Leucate-La Franqui.

 

Trajet à vélo jusqu'au centre ostreicole : 8 km.

Dégustation d'huîtres chez le producteur. 13,80 € la douzaine. (Prévoir du liquide ou un chéquier pour le règlement).

 

Retour à vélo jusqu'à Perpignan par les stations du littoral, la voie verte de l'Agly puis les petites routes de la Salanque : 35 km.

 

Le nombre de participants étant limité à une vingtaine de personnes, nous vous demandons de vous inscrire avant le 3 Décembre ici. 

 

Pour assurer le bon déroulement de la sortie, pensez à vérifier le gonflage des pneus, le réglage des freins et des vitesses, à vous munir d'une chambre à air de rechange.

 

Le port du casque et du gilet fluo sont fortement recommandés.

 

 Besoin de bénévoles 

Nous avons toujours besoin de nouveaux bénévoles :

  • pour accueillir les gens
  • ou pour les aider à apprendre la mécanique vélo
  • ou pour réparer des vélos donnés
  • ou... pour milles autres petites choses !

Si ça vous dit de nous rejoindre, n'hésitez pas à nous en parler lors d'une permanence ou à venir le mardi soir de 17H à 20H pour l'apéro des bénévoles.

 

 

A très bientôt !

 

La Casa Bicicleta

_________________________

L'atelier est ouvert :

- MERCREDI 16H-19H

- JEUDI 18H-21H

- VENDREDI 15H-19H

- SAMEDI 10H30-13H

_________________________

Association Loi 1901

13 Bis rue de la Lanterne

66 000 Perpignan

0983502311

Site Internet

Facebook

N° SIRET : 810 707 794 00022

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens