Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mars 2021 7 07 /03 /mars /2021 08:05
Fête des Mamis - Féminisme et justice de genre (maison de Heidelberg)

Féminisme et justice de genre en RDA et après
 
Vendredi 12 mars 2021. De 18h30 à 19h45
Evénement en ligne. 
Inscription nécessaire
 
Avec Elisa Goudin-Steinmann
Modération : Marie-Pierre Soriano
 
En écho à la Journée internationale des droits des femmes, nous interrogeons Elisa Goudin-Steinmann sur la perception de la femme est-allemande. Comment concilie-elle vie personnelle, vie familiale et vie professionnelle avant et après la chute du mur ? Quelles sont les différentes conceptions mentales, sociétales et politiques qui influent sur la réalité des femmes en RDA et les répercussions sur la société d’aujourd’hui toute entière. Souvent, la femme est-allemande est perçue comme un prototype de l’émancipation conciliant travail et famille sans effort. Mythe ou réalité ?

Elisa Goudin-Steinmann est maîtresse de conférences en études germaniques à la Sorbonne Nouvelle (Paris 3) et co-rédactrice du blog ‘Regards sur la RDA et l’Allemagne de l’Est’. En 2020, elle publie « La RDA après la RDA. Des Allemands de l’Est racontent » avec sa collègue Agnès Arp.
 
http://maison-de-heidelberg.org/agenda/feminisme-rda/
 
 
 
 
Online-Vortrag: Die Schönheit der Tiere - Evolution biologischer Ästhetik
 
Mercredi 10 mars 2021. De 19h30 à 21h
Conférence en allemand proposée par notre partenaire vhs.wissen live
En ligne. Envoi du lien Zoom à la demande.
 
Die mit dem Nobelpreis ausgezeichnete Biologin Christiane Nüsslein-Volhard wird in diesem Vortrag zeigen, welche Funktionen visuelle Attraktion bei Tieren besitzt. Natürliche ›standards of beauty‹ sind, im Anschluss an Darwin, Resultat und Motor zweigeschlechtlicher Fortpflanzung, wobei die relativ schmucklose Oberfläche des Menschen enorme Gestaltungsspielräume ermöglicht. Körperliche Signale – Farben, Töne, Gerüche – besitzen zugleich eine umfassendere kommunikative Funktion im interspezifischen Zusammenleben von Tier- und Pflanzenarten. Wie kommt es aber zur Ausbildung von Farben und Mustern an der Körperoberfläche? Erst in jüngster Zeit ist es gelungen, die molekulargenetischen Mechanismen zu entschlüsseln, die zur Farbproduktion und -verteilung führen. Im zweiten Teil ihres Vortrages zeichnet Nüsslein-Volhard die wissenschaftsgeschichtliche Entwicklung der letzten Jahrzehnte nach und fasst ihre bahnbrechenden Studien zum Zebrafisch – ihrem Modellorganismus – zusammen.
 
Prof. Christiane Nüsslein-Volhard, 1942 bei Magdeburg geboren, ist emeritierte Direktorin am Max-Planck-Institut für Entwicklungsbiologie in Tübingen und seit 2013 Kanzlerin des Ordens Pour le Mérite. Für ihre Entdeckungen von Genen, die die Entwicklung von Tier und Mensch steuern, sowie den Nachweis von gestaltbildenden Gradienten im Fliegenembryo hat sie zahlreiche Auszeichnungen erhalten, darunter 1995 den Nobelpreis.
 
Registrierung nur per E-Mail möglich. Im Anschluss erhalten Sie den Link zu den Livestreams.
 
http://maison-de-heidelberg.org/agenda/online-vortrag-schonheit-der-tiere/
 
 
 
 
 
Online-Stammtisch
 
Lundi 15 mars 2021. De 20h à 21h
En ligne. Envoi du lien Zoom à la demande.

 Stammtisch franco-allemand en ligne !
Les rencontres conviviales du club franco-allemand s’adressent à tous ceux qui ont envie de créer des contacts et de renforcer les échanges entre Français et Allemands de toutes générations et de tous horizons. Le Stammtisch est aussi un endroit pour échanger des nouvelles sur nos deux pays. On y parle aussi bien le français que l’allemand, selon l’envie et les compétences de chacun.
 
http://maison-de-heidelberg.org/agenda/online-stammtisch-9/
 
 
 
 
Signez la pétition : Pour la diversité des langues. Des moyens fléchés pour l'allemand dès la rentrée 2021
 
Face à la raréfaction de l’apprentissage de l’allemand en France, nous appelons solennellement M. le Président de la République de la République à honorer les engagements qu’il a pris lors du traité d'Aix-La–Chapelle, signé en 2019 qui […] confirme le rôle décisif de l’éducation et de la jeunesse dans la relation franco-allemande et ouvre de nouvelles perspectives. L’apprentissage de la langue du partenaire y est confirmé comme
- objectif prioritaire
- levier pour un rapprochement des systèmes éducatifs des deux pays qui s’engagent à adopter des stratégies permettant d’accroître le nombre d’élèves engagés dans cet apprentissage…

L'équipe de la Maison de Heidelberg soutient cette pétition. 
 
https://bit.ly/30i5hbI
 
 
Maison de Heidelberg
4 rue des Trésoriers de la Bourse
34000 Montpelllier
+33 (0)4 67 60 48 11 
info@maison-de-heidelberg.org
www.maison-de-heidelberg.org
Facebook
Twitter
Partager cet article
Repost0
14 février 2021 7 14 /02 /février /2021 10:16
LLO (C) JPB

LLO (C) JPB

La Catalogne, malgré Sainte Pandémie et sain Valentin

 

Les élections sont maintenues en Catalogne malgré la crise sanitaire et l'indifférence généralisée pour la cause indépendantiste. Les socialises et l'Erc vont faire majorité tandis que l'extrême-droite engrange des points et que le courageux exilé laisse ses militants de droite se débrouiller...

La Saint Valentin se colore de morosité, à l'image du contexte social, médical et politique. La solitude l'emporte. Seul l'enthousiasme de certains optimistes permet une vie intime riche et énergique. D'où venons-nous ? Où allons-nous ? Regarder Gauguin, grâce au musée virtuel...

 

JPB

La Catalogne, malgré Sainte Pandémie et sain Valentin...
La Catalogne, malgré Sainte Pandémie et sain Valentin...

 

Catalogne à

* Paris

 

Nous avons le plaisir de vous informer de la publication de l'ouvrage Norma i diversitat lingüística: la gestió normativa en contextos pluricèntrics. Francofonia i catalanofonia. Norme et diversité linguistique :

 la gestion normative dans des contextes pluricentriques. Francophonie et catalanophonie, édité  par M. Teresa Cabré et Mònica Güell, Institut d’Estudis Catalans, Sorbonne Université, Centre d’études catalanes, 2020. 

L’ouvrage est le fruit de la journée d’étude qui s’est tenue à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université le 9 décembre 2019.

 

Le livre comprend une présentation et des contributions de Georges Lüdi, Mathieu Avanzi, Miquel Àngel Pradilla, Maria Josep Cuenca, André Thibault, Danielle Candel, Joan-Rafael Ramos, Christian Lagarde, Gemma Rigau, Georg Kremnitz. 

 

Les contributions sont accessibles sur le site des Publications de l’IEC :

https://publicacions.iec.cat/PopulaFitxa.do?moduleName=cataleg&subModuleName=cerca_avanzada&idCatalogacio=35171

  

En espérant qu’il vous intéressera, recevez nos cordiales salutations,

 

Benvolguda senyora, benvolgut senyor,

Ens plau informar-vos de la publicació de l’obra Norma i diversitat lingüística: la gestió normativa en contextos pluricèntrics. Francofonia i catalanofonia. Norme et diversité linguistique : la gestion normative dans des contextes pluricentriques. Francophonie et catalanophonie, a cura de M. Teresa Cabré i Mònica Güell, Institut d’Estudis Catalans, Sorbonne Université, Centre d’études catalanes, 2020. Aquesta obra és fruit de la jornada científica celebrada a la Facultat de Lletres de Sorbonne Université el 9 de desembre de 2019.

 

El llibre inclou una presentació i contribucions de Georges Lüdi, Mathieu Avanzi, Miquel Àngel Pradilla, Maria Josep Cuenca, André Thibault, Danielle Candel, Joan-Rafael Ramos, Christian Lagarde, Gemma Rigau, Georg Kremnitz.

 

Les contribucions es poden consultar al web del Servei de Publicacions de l’IEC :

https://publicacions.iec.cat/PopulaFitxa.do?moduleName=cataleg&subModuleName=cerca_avanzada&idCatalogacio=35171

 

Tot esperant que sigui del vostre interès, rebeu una salutació cordial,

 

 - - -à Perpignan

 

Manifestació per l'ensenyament del català

 

Defensem el desenvolupament ambiciós de l’ensenyament i de la difusió de les llengües regionals, factors d’obertura cultural i d’enriquiment, i promovem així el seu reconeixement patrimonial…+

 

A Catalunya Sud també han de defensar la llengua

Xavier Deulonder i Camins opina

 

Els comentaris arran de l’ús del català per part dels candidats independentistes al debat electoral que, ara fa uns dies, va emetre’s a TVE i una afirmació, força desafortunada,…+

 

El Conseller Josep Rull invitat de l’Hora solidària 73

 

El conseller Josep Rull és el segon pres polític a participar a l’hora solidària convocada pel Comitè de Solidaritat catalana - Catalunya Nord.

Dijous 4 de febrer en Jordi Sànchez amb més de 1200 dies d’empresonament hi va participar, Va aprofitar unes hores de llibertat atorgades pel tercer grau. Va recordar que no eren empresonats per fets, però pel que representen i que la força i la voluntat dels ciutadans anaven directament lligades amb la dignitat i la força dels represaliats…. podeu escoltar o reescoltar l’hoa 72

La Catalogne, malgré Sainte Pandémie et sain Valentin

 

Les élections sont maintenues en Catalogne malgré la crise sanitaire et l'indifférence généralisée pour la cause indépendantiste. Les socialises et l'Erc vont faire majorité tandis que l'extrême-droite engrange des points et que le courageux exilé laisse ses militants de droite se débrouiller...

La Saint Valentin se colore de morosité, à l'image du contexte social, médical et politique. La solitude l'emporte. Seul l'enthousiasme de certains optimistes permet une vie intime riche et énergique. D'où venons-nous ? Où allons-nous ? Regarder Gauguin, grâce au musée virtuel...

JPB

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2019 1 18 /11 /novembre /2019 10:06
J'ai aimé Pénélope à Cadaquès
J'ai aimé Pénélope à Cadaquès
J'ai aimé Pénélope à Cadaquès
J'ai aimé Pénélope à Cadaquès

J'ai aimé Pénélope à Cadaquès...

 

 

Ma sirène, elle voulait qu'on plonge dans la baie et qu'on nage jusqu'au rocher : j'ai peur de l'aile des requins et je redoute encore plus l'eau froide...

 

Alors, on a marché jusqu'à Santa Maria la blanche au-dessus des toits fauves et je me suis rappelé le concert de Lagoya devant le retable baroque : j'avais rédigé un compte-rendu pour l'édition Costa Brava, il y quelques longues lurettes... 

C'était un lointain avant-hier, l'ado...  

Hier, les orgues jouaient, mues par un musicien invisible... Je devenais quasi croyant...

 

Les ruelles de Cadaquès-la-blanche sont malaisées à monter, pavées de galets, de pieuses intentions, et de schistes pareils à des couteaux sur la plante des pieds. On préfère descendre : le spectacle d'un porche encadrant une portion de mer vous invite à l'aventure amoureuse...

 

Fatigués par tant de beauté d'architecture, nous sommes allés à la Gambina manger une paëlla à la langouste de Sant-Feliu...Elle m'a raconté, la Pénélope, qu'autrefois, petite Lolita de 15 ans, elle était serveuse dans ce restaurant...Plutôt, elle travaillait dans les cuisines : elle excitait trop les clients avec sa démarche d'effrontée...

 

D'ailleurs elle a évoqué longtemps ces souvenirs avec la Manuela, patronne accorte qui m'offrit una San Miguel très fraîche. Pendant qu'elles parlaient, l'ancien compagnon, Pablito, me raconta ses images du passé en compagnie de Dali...

 

On sortit dans le soleil encore présent et fort d'un novembre dominical...On marcha du Casino à la maison bleue, du passeig au phare, pour s'arrêter encore une fois à L'Amistat, le temps de boire un largo, puis un Americano, et regarder les tableaux dans la longue salle...

 

On était éreinté..Il ne restait plus qu'à regagner l'hôtel isolé dans la rade culturelle : là, dans une houle de draps blancs, elle me montra enfin ses beaux seins blancs. Je me mis aussi à aimer ses fesses, bien ferme et rebondies : je devins soudain petit cabri...

 

JPB

 

 

La LIDIA de CADAQUES - l'écrivain RAHOLA

 

 

Les males llengües diuen que va heretar les facultats de bruixa de la seva mare i també el sobrenom de Sabana, creuen que tenia la facultat de convertir-se en gos, de viatjar a velocitats impensables o de controlar el temps però també que va ser la responsable de la demència del seu marit que va acabar suïcidant-se i la dels seus fills que van ser ingressats en un sanatori mental a Salt.

La seva amistat amb Víctor Rahola i Trèmols un escriptor i metge de Cadaqués que recomanava l’hostal als seus amics li va obrir el camí per conèixer personatges tan famosos com Picasso, Josep Puig i Cadafalch, Garcia Lorca i el que va tenir una relació més entranyable amb ella, Eugeni d’Ors, el gran Xènius.

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2019 4 12 /09 /septembre /2019 09:28
Candidats aux municipales : leur vie privée a-t-elle une influence sur leur action publique ?

Candidats aux municipales : leur vie privée a-t-elle une influence sur leur action publique ?

 

Cela ne nous regarde pas ! De quel droit parler de la vie intime des politiciens..?

 

Pourtant, de façon courageuse, Louis Aliot vient de clarifier sa situation amoureuse et tous les médias en parlent. L'histoire d'amour s'effondre, en même temps que le mythe : on savait depuis des lustres qu'il s'agissait d'un compagnonnage, d'une liaison destinée à embellir l'épopée du FN et du clan LePen...

Il y eut le mythe Elsa/Aragon, célébré par les Communistes, mais on apprit, à la vieillesse du poète, qu'il était homosexuel... On chanta en Catalogne et ailleurs le mythe passionnel de Gala et Dali : au début, sans doute, à l'époque surréaliste, quand l'étrangère fut séduite par l'artiste de Port-Lligat...mais on sut très vite que Salvador était impuissant et Gala une sacrée cougar...

 

Cela ne nous regarde pas...

Oui, un peu tout de même, car les hommes politiques jouent de ces liaisons pour doper leur notoriété. Giscard n'aurait pas voulu être surpris dans la rue à l'heure du laitier avec une actrice de ciné...certes ! Ni Hollande, sur sa mobylette, pour retrouver Julie Gayet dans une chambre de bonne... Quant au président qui meurt dans les bras d'une prostituée, c'est le summum ! Enfin, les hommes politiques jouent ce jeu des secrets intimes pour avoir la couverture de Paris-Match et se relancer ainsi...

 

Oui, cela nous regarde, car la vie privée des politiciens appartient au public : ils ne peuvent pas échapper à la furie des paparazzi et des photographes; on veut tout savoir sur eux ! 

 

Surtout, la situation maritale ou sentimentale peut exprimer la vision politique du candidat au poste, par exemple, de maire.

 

Le maire actuel de Perpignan, en se mariant avec une franco-marocaine, l'ex-pied-noir  montre son antiracisme, son ouverture d'esprit; ainsi au lieu d'exploiter le caractère de "Perpignan la Catalane", il tente de maghrébiser la préfecture des Pyrénées-orientales... 

 

L. Aliot, lui, va sans doute, à présent espagnoliser la préfecture du 66 : dans sa montée du Golgotha, il aura désormais une femme passionnée qui  essuiera son visage et recueillera sur son voile la "sainte face" du candidat "sans étiquette"...

La "Véronique" étant aussi une passe de cape en tauromachie, Loup Aliot trouve ainsi une force nouvelle dans l'amour pour affronter le taureau Pujol...

 

Quant à O. Amiel, il reste discret, il est le plus souvent solitaire, même si, dans sa communication, il s'entoure de groupes, d'un collectif, de jeunes, surtout... Amiel, c'est le degré zéro de l'intimité; d'ailleurs, il nous apparaît comme un personnage froid, impassible...

 

Quant à ceux qui sont des réformateurs, ouverts aux idées "de gauche", ils sont plus conformistes, mariés, ayant des enfants qui réussissent, menant une vie de bourgeois sans histoire...Ainsi sont Clotilde Ripoull et J.Bernard Mathon...

 

Le monde médiatique glose sur le "divorce" de Marine et de Louis : en s'éloignant des idées rances des LePen, le candidat avait fait un pas vers la démocratie. En brisant le dernier lien, le loup a voulu devenir agneau... 

 

Une bonne stratégie pour Perpignan, que celle de cet homme libre, désormais, sans parti, sans attaches idéologiques, comme neuf, apolitique, vierge..?

 

JPB

 

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2019 2 10 /09 /septembre /2019 11:23
Livre et citations d'A. Badiou
Livre et citations d'A. Badiou
Livre et citations d'A. Badiou

Livre et citations d'A. Badiou

L'amour est un risque inutile inutile -

Alain BADIOU

 

 

Ce philosophe "stalinien", maoiste (?) ne me passionne pas mais son "éloge de l'amour" vaut le détour. Discussion alerte, réflexions originales, maniement du paradoxe...on y prend du plaisir...presque sexuel...

En effet, l'amour, pour cet intello muni d'un pantalon à bretelles, digne d'un acteur de farce (il joue d'ailleurs, de temps à autre), est une "variante de l'hédonisme, des figures de la jouissance".

 

Mais attention, le danger de l'amour, c'est l'obsession sécuritaire (le mariage, l'ordre familial) et l'absence de risque...

 

 Méfions-nous donc de la sécurité du contrat d'assurance et du "confort des jouissances limitées."…

 

En conclusion, le libéral et le libertaire sont d'accord sur ce point : "On peut avoir d'un côté une espèce de conjugalité préparée qui se poursuivra dans la douceur de la consommation"

(un simulacre de la vie du couple marié mais très libre)

et de l'autre "des arrangements sexuels plaisants et remplis de jouissance, en faisant l'économie de la passion."

(des rencontres coquines, donc, entre amis-amants qui ne s'aiment pas de passion, mais qui s'estiment et sont bien ensemble, pour boire, manger, discuter et faire la bête à deux dos, de temps en temps…)

 

Voici le bonheur, la meilleure façon de vivre en sage épicurien…

 

Cependant il fait se méfier de ces femmes qui veulent l'homme pour elles seules et qui tuent ainsi le plaisir du corps :

Badiou cite Schopenhauer, représentant de la philosophie "anti-amour" et reprochant aux femmes d'avoir eu la passion de l'amour, parce que c'est comme ça qu'elles ont rendu possible la perpétuation de cette espèce humaine, qui pourtant ne valait rien !"

 

Ensuite, le livre conduit à un dialogue sur le sexe; je n'en dirai pas plus, simplement la fameuse phrase de Lacan :

"Il n'y a pas de rapport sexuel!"

 

Que voulait-il dire ? vous le saurez en…lisant le petit bouquin (poche "champs essais n°993) ou en …me téléphonant au 06 31 69 09 32…

 

L'amour, c'est aussi le "dur désir de durer" et Badiou aborde l'amour et la poésie, l'amour et l'art…et la politique, la "réactivation de l'hypothèse communiste constituant une façon de réactiver l'amour"… ça alors !!!

 

JPB

 

 

Partager cet article
Repost0
10 février 2019 7 10 /02 /février /2019 10:54
Saint-Valentin : aimer sa ville - Monopolis - Perpipolis - Jean IGLESIS - Olivier BRU et Rivages des Arts : Perpignan sous-terraine -
Saint-Valentin : aimer sa ville - Monopolis - Perpipolis - Jean IGLESIS - Olivier BRU et Rivages des Arts : Perpignan sous-terraine -
Saint-Valentin : aimer sa ville - Monopolis - Perpipolis - Jean IGLESIS - Olivier BRU et Rivages des Arts : Perpignan sous-terraine -

  Rivages  des  Arts

        la prochaine manifestation culturelle de  Rivages des Arts  est une conférence sur :

« Les souterrains et cavités de Perpignan »

 

par M. Olivier BRU

Mardi  12 Février 2019  à 17h.

au Palais des Congrès  de  Perpignan

Participation au buffet : 8  euros

« Histoires et enjeux des souterrains et des cavités à Perpignan XIIème-XXIème siècles »

 

Le conférencier, s’attachera à présenter les souterrains dans la culture locale à travers leurs fonctions, défensives, de conservation et d’acheminement de l’eau, d’approvisionnement et de stockage. La conclusion soulignera les enjeux liés à la connaissance des souterrains et cavités. Olivier BRU est chargé de mission à la Direction du Patrimoine et de l’Archéologie de la Ville de Perpignan

Poèmes pour la Saint-Valentin

par Jean Iglesis

 

Credo (je t’aime…)

Comme l’enfant rêvant sous le ciel étoilé

Qui laisse sur la mer s’enfuir tous les voiliers

Je t’aime

 

Comme le chêne voit les ombres une à une

Mourir sous le soleil qui rend la terre brune

Je t’aime

 

Comme le mendiant aux portes de l’église

Qui tend la main vers le destin malgré la bise

Je t’aime

 

Comme l’oiseau volant vers des climats féconds

Quitte  soudain sa voie pour d’autres horizons

Je t’aime

 

Comme le marinier découvre au cœur de l’huître

Une perle d’espoir à l’éclat blanc ou bistre

Je t’aime

 

Comme le paysan au sortir du printemps

Délaisse les moissons pour n’écouter qu’un chant

Je t’aime

 

Comme la pluie des pleurs qui brise le silence

Pour offrir au maudit une nouvelle chance

Je t’aime

 

Comme l’esclave aux bras meurtris qui prend la fuite

Laisse derrière lui une geôle détruite

Je t’aime

 

Comme le loup-garou au soir de pleine lune

Hurle passionnément sa douleur sur la dune

Je t’aime

 

Et simplement pour ne le dire qu’en deux mots

Sachant ce que j’éprouve au creux de tous mes maux

Je t’aime

 

                       Dans le regard des femmes

 

Le retour du roi qu'on acclame,

Sa mise en échec par la dame,

Reflets d'un verre ou d'une lame, 

Brillent dans le regard des femmes.

 

Je n'ai nul besoin de sésame

Pour entrer au cœur d'une trame.

Je vois le glaive, avant le blâme,

Poindre dans le regard des femmes.

 

Amant de quelque psychodrame

Ou simple client de Paname,

Chaque soir donne le programme

D'un film, dans le regard des femmes.

 

De wagon-lit en vague à l'âme,

Je voyage tout feu tout flamme

Et les draps sont des oriflammes,

Battant dans le regard des femmes.

 

Les espoirs vont en télégrammes,

Plaintes déposées sans réclame, 

Baisers écrits en calligrammes,

Perdus dans le regard des femmes.

 

 

Dans l'or de tes cheveux

Dans l'or de tes cheveux, j'ai vu grandir le monde,

Chaque jour éclairé par l'astre de ton cœur,

Mon amour s'étendant comme une plaine blonde

Aux épis frémissant sous ton rire moqueur.

 

Dans l'or de tes cheveux, j'ai découvert des plages,

Chaque matin baignées de soupirs et de pleurs,

Mon amour embarquant sur des rêves volages,

Promesses de marins ivres de chants menteurs.

 

Dans l'or de tes cheveux, j'ai retrouvé l'enfance,

Chaque soir oubliée à la lune naissant,

Mon amour scintillant au creux du ciel immense,

Reflétant un bonheur tracé, luminescent.

 

Dans l'or de tes cheveux, j'ai vu luire la flamme

Chaque nuit ravivée au lit de nos ébats,

Mon amour parcourant tous tes sentiers de femme,

Paysages mêlés dans l'ardeur des combats.

 

Dans l'or de tes cheveux, j'ai réécrit l'histoire,

Chaque page effeuillée au souffle de mes vœux,

Mon amour relisant les lignes d'un grimoire

Aux mots nés puis éteints dans l'or de tes cheveux...

 

Des choses de la vie

Me passerais-je même des milliers de fois

"Les choses de la vie" en vidéocassette, 

Je n'oublierais jamais le timbre de ta voix, 

Un jour heureux de mars, vibrant de 5 à 7.

 

Des mots, mots démodés dans cet aréopage

D'aveux et de refus, éclatants et secrets,

Et puis toi, proue aimée, brisant de ton visage

Le calme de la mer, infini de regrets.

 

De la suite des ans, peuplés d'instants volages,

Je voudrais conserver la passion et le miel

Qui fixent à jamais les banales images,

Aux anges refusant de remonter au ciel.

 

Quel amour mensonger - dût-il brûler la chair ! -

Serait assez puissant pour effacer nos rêves ?

Le cœur, dissimulé sous le masque de fer,

Bat pour toi sans faillir, ma Princesse de Clèves.

 

 

Elle... (Loulou – La garçonne)

Elle entrouvre les yeux, efface de son cou

Les baisers oubliés  d'un dernier rendez-vous.

Elle quitte son lit, mis sens dessus-dessous,

Et rejoint un miroir qui lui redira tout.

 

Elle éclaire ses yeux, sourit, puis fait la moue,

Gomme d'un rien de fard dix années sur ses joues,

Arrache un blanc cheveu qui luttait vent-debout

Et narguait sa beauté, mortelle malgré tout.

 

Elle voile ses yeux d'un regret à cent sous,

Feint d'aimer à jamais, toujours d'un amour fou.

Elle cherche en son cœur les serments un peu flous

De ceux qui l'ont chérie et lui ont repris tout.

 

Elle ferme les yeux, s'endort d'un sommeil doux,

Ses rêves dominant des jours mis bout-à-bout.

Elle rit aux bonheurs, façonnés à son goût,

De ceux qu'elle a perdus, lesquels ont perdu tout...

 

 Elle

Elle

A la chevelure insoumise,

Aux yeux donnant sur la tendresse,

Aux lèvres gercées par l'hiver...

 

Elle

Dont les paroles sont autant de rayons de soleil

Que les silences sont des jours de pluie...

 

Elle 

Qui sourit à ma venue

Et sanglote à mon départ...

 

Elle

Qui est à chaque jour présente à mes côtés

Pour me faire oublier les tourments de la vie...

 

Femme

Longtemps, j'ai erré sur les rives de l'ennui.

Longtemps, j'ai crié ton nom aux vents du hasard.

Je t'ai appelée dans les matins froids.

Je t'ai appelée dans les soirs fiévreux,

Femme.

 

J'ai rencontré des sirènes qui chantaient comme toi.

J'ai connu des amours qui aimaient comme toi.

J'ai contemplé des feux qui se consumaient comme toi.

J'ai cru en des mensonges qui auraient pu être les tiens,

Femme.

Dans ma quête sans fin, j'avais foi en ta découverte.

J'aurais tout renié pour pouvoir étreindre ta main.

Je me serais tu à jamais pour pouvoir t'entendre.

Je serais devenu aveugle pour t'avoir comme canne ou comme chien,

Femme.

 

Je t'ai donné le visage d'une de ces madones qui peuplent les églises  et qui éclairent  le cœur des manants de leur seule présence.

Je t'ai donné la voix de la mère qui chante pour apaiser l'enfant qui a peur de s'endormir.

Je t'ai donné le pas de l'étrangère qui passe dans l'indifférence et que l'on reconnaît soudain, au détour d'un éclat de rire. retrouvée, redécouverte, ressuscitée.

Je t'ai donné le parfum qu'ont au printemps les prés, bénis et rebaptisés par la rosée du matin,

Femme.

Au cri du mot amour,

J'ai accroché ton sourire dans mon ciel sans astre

Pour le meilleur des soirs de noces

Et pour le pire des jours sans pain,

Femme.

 

Je t'aime pour tes yeux...

Je t'aime pour tes yeux, pareils à des miroirs

Dans lesquels j'entrevois mon image docile.

Ton amour me pétrit comme on pétrit l'argile

Et me rend plus heureux, meilleur au fil des soirs.

 

Je t'aime pour tes yeux, tels deux lumières vives

Qui guident mon navire en cette obscurité

Où je confonds sans fin mensonge et vérité...

Quand tes bras suppliants ressemblent à des rives.

 

Je t'aime pour tes yeux, creusant au fond de moi

Pour extraire au grand jour l'homme que tu passionnes,

Mélancolique amant qui souffrit des automnes,

Ces automnes fiévreux où je cherchais ta voix.

 

Je t'aime pour tes yeux, impalpables délices

Que je n'échangerais pas pour d'autres trésors

Et que je sens, posés sur moi, lorsque je dors,

Rêvant à des pays emplis d'ambre et d'épices.

 

Je t'aime pour tes yeux, saphirs fins et sacrés,

Luisant de tous leurs feux au midi de ma route,

Tandis qu'un vent nouveau vient abolir le doute

D'abandonner ce port où tes yeux sont ancrés.

 

L’amour est tel ...

L’amour est tel un fruit dispos

Que tu veux croquer sans ambages.

Veuille ne pas en prendre ombrage

Si nous en conservons la peau.

 

L’amour est tel un feu de joie

Qui s’éteint au soir sous la cendre

Et, tandis que le corps festoie,

De mon mal je te dois défendre.

 

L’amour est tel un long repas

Qu’alimentent les mois qui passent.

J’en oublie, quand mes bras t’enlacent,

L’arrière-goût d’un seul faux pas.

 

C’est un jour noir sur l’agenda…

Ne montre pas mon cœur du doigt.

Si je suis porteur du sida,

Il n’ira jamais jusqu’à toi.

 

La captive

Longtemps, je vous ai vue, altière, inaccessible,

Bravant les mécréants de la plus haute tour,

Égrenant les baisers, donnés jour après jour

Aux lèvres d'un printemps qui me prenait pour cible.

 

J'étais le fier gardien dont la ronde insensible

Foulait sans s'émouvoir le trèfle de la cour.

A mon devoir soumis, je guettais alentour 

Les murmures naissant d'une armée invisible.

 

Les merles, captivés par vos chants inaudibles,

 Rivalisaient de leurs couleurs, de leurs discours,

Portant au bois secret l'éclat de vos atours,

Rais de lumière offerts aux chênes impassibles.

 

Combien d'heures, peuplées d'un silence terrible, 

Vous ai-je devinée, heureuse en contre-jour ?...

Levant malgré la loi le front vers cette tour

Où vous rêviez, victime d'un sort intangible.

 

La petite fille aux yeux verts

La petite fille aux yeux verts, aux bruns cheveux,

Sourit de cent soleils et brûle de cent feux,

Ne se souvient jamais d'hier, rit de demain

Et construit le bonheur en me tenant la main.

 

La petite fille aux yeux verts, aux traits d'un ange,

Me regarde parfois d'une façon étrange,

Dit que la vie, l'amour n'ont aucun sens sans moi

Et apaise mes pleurs de sa plus tendre voix.

 

La petite fille aux yeux verts, aux mots faciles,

Éclaire chaque jour un peu plus mon chemin

Et me rend chaque jour l'aspect d'un être humain

En me faisant croire à des sentiments fragiles.

 

La petite fille aux yeux verts, aux joues de reine,

Ne paraît éprouver ni la joie ni la peine ;

Et je me dis alors que, si elle me ment,

C'est pour ne pas blesser par trop d'attachement.

 

Elle me restitue tous mes rêves d'enfance, 

Moi qui n'avais jamais pu rencontrer la chance,

Moi que le hasard a jeté dans l'univers

Du grand cœur de la petite fille aux yeux verts. 

 

La rêveuse

Lors tu rêvais, et s’esquissaient sur ton visage

Les pins d’Alep veillant les étangs apaisés,

Le tremblement des joncs, par le vent épuisés,

Que ponctuait l’envol soudain d’une oie sauvage.

 

Un rictus incongru perdit ce paysage...

Les branchages brisant sous les pas empressés

Des chasseurs, haletant sous les fusils dressés,

Ont fait fuir jusqu’au souvenir de ton passage.

 

Ce monde médiéval craignait l’ombreux présage

De ton retour, sorcière aux poings et pieds blessés,

Et s’il gardait toujours les volets abaissés,

Il montait le bûcher, ce jour, à grand tapage.

 

Tu quittais cependant cet hostile bocage,

Prenant d’un geai les traits... Et tes cris offensés

Déchiraient le linceul de charmes insensés,

Tandis qu’un long soupir parcourait ton corsage.

 

 

L'amour à cent sous

 

L'amour

A cent sous

- Pour sûr -

Ne rassure

Que le dessous

De la ceinture.

 

L'amour 

A cent sous

Ne dure

Qu'un sou -

rire et nous

Abjure

Au fur

Et à mesure.

 

L'amour

A cent sous,

Qu'on soit pour

Ou pur,

Ne laisse pas sourds

Les mous et les mûrs.

 

L'amour 

A cent sous,

J'en bois tout mon saoul

Et au petit jour

Je n'ai pas toujours

Trouvé chaussure

A ma pointure.

 

Mais

L'amour

A cent sous

Met 

Sens dessus -

dessous 

Tous les su -

jets du verbe aimer. 

 

Jean IGLESIS

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 10:02
je veux t'aimer
je veux t'aimer

L’association « UN MAT POUR LES ONDES » Communique :

Le 27 mars est passé, et les 25 antennes sont toujours sur le château d’eau, renforcées par la 4 G depuis le 13 mai dernier.

Suite à l’incident qui s’en est suivi, les responsables d’UMPLO ont été reçus par la nouvelle équipe de l’AGGLO PMCA qui a joué la transparence.

Mauvaise surprise : Deux avenants supplémentaires ont été signés pour prolongation jusqu’au 31 décembre 2014 !!!!!

L’AGGLO PMCA s’est engagé auprès de l’Association UMPLO à ne plus accepter d’autre avenant.

UMPLO y veillera !!

Afin de soutenir notre action pensez à renouveler votre adhésion.

UMPLO – 6 rue du Faratjal – 66180 Villeneuve de la Raho -

---Poème et photo de Jean IGLESIS :

Je veux aimer...

Je veux aimer le ciel serein, la mer rebelle

Qui nargue l'horizon et se rit de la terre.

Je veux aimer le soleil roi qui étincelle,

Le sable s'écoulant sous la vague éphémère.

Je veux aimer le lamparo dessous la lune,

Dévidant ses filets dans les flots scintillants.

Je veux aimer l'espoir et la bonne fortune

Des pêcheurs au destin emporté par les vents.

Je veux aimer, dans la douceur du soir, l'automne,

Colportant en comportes de bois ses récoltes

Je veux aimer la vigne en son chant monotone

Dire l'âme du vin, ses plaintes, ses révoltes...

Je veux aimer les pins qui peuplent la montagne,

La source qui soudain ressuscite et puis sourd.

Je veux aimer le mas dont l'image s'éloigne

Face à l'isolement humain de chaque jour.

Je veux aimer la neige empreinte de mystère,

Maculée sous les pas d'austères étrangers.

Je veux aimer le feu, régnant dans la chaumière,

Qui consume la vie en des instants légers.

Je veux aimer les rocs qui dominent les cimes,

Qui disent le passé, qui défient l'avenir.

Je veux aimer les mots, les paroles intimes

Des miens, toujours vivants dedans mon souvenir.

Elne le 20 septembre 2014

Jean Iglesis

**** Evènement Cinémaginaire

info à faire circuler sans modération

€ Mercredi 24 septembre à 21h - Cinéma Jaurès - 66 Argelès sur Mer

> GERONIMO <

avant première du dernier film de Tony Gatlif

en présence de Tony Gatlif :

GERONIMO

Film de Tony Gatlif (France 2014 – 1h44)

Avec Céline Sallette, Rachid Youcef, David Murgia

Film en grande partie tourné dans les Pyrénées Orientales :

Perpignan, Argelès sur Mer, Torreilles, Sainte Marie de la Mer, Elne, La Palme …

En présence du réalisateur !

Sud de la France.

Dans la chaleur du mois d'août, Geronimo, une jeune éducatrice

veille à apaiser les tensions entre les jeunes du quartier Saint Pierre.

Tout bascule quand Nil Terzi, une adolescente d'origine turque

s'échappe de son mariage forcé pour retrouver son amoureux, Lucky Molina, un jeune gitan.

Leur fuite met le feu aux poudres aux deux clans.

Lorsque l'affrontement éclate en joutes et battles musicales,

Geronimo va tout tenter pour arrêter la folie qui embrase le quartier.

Le film démarre par un travelling dément durant lequel on suit la course folle d’une mariée

dans les rues désertes d’une banlieue anonyme du sud de la France.

Nil (Nailia Harzoune) fuit un mariage arrangé

– un homme plus âgé qu’elle, qui lui fait peur, mais que son clan, une famille turque, lui a choisi.

Voile de dentelle au vent, entortillée dans sa robe de moins en moins immaculée,

Nil vole vers celui qu’elle aime, Lucky, un Gitan (David Murgia).

Dans un vrombissement assourdissant, le jeune homme l’embarque sur sa moto.

Cramponnée à lui, Nil a un rire qu’on n’oublie pas - cristallin, rauque, plein ; un rire de libération.

S’en suit un mix de "Roméo et Juliette", de Shakespeare, et de "West Side Story", de Leonard Bernstein, Stephen Sondheim et Arthur Laurents.

En enlevant Nil le jour de son mariage, Lucky le Gitan déclenche la fureur de la famille de la jeune fille,

qui veut laver son honneur et tuer les amants, rallumant ainsi la vieille guerre de clans opposant les deux communautés.

Geronimo , éducatrice de rue musclée, va tout faire pour s’interposer et éviter le sang de couler.

Céline Sallette (Geronimo ) va dès lors porter le film de sa présence lumineuse

"En écrivant son rôle, explique Tony Gatlif, je pensais à une jeune chanteuse rencontrée en Andalousie dans les années 1990 qu’on appelait La Caïta.

Les gens la considérait comme une princesse, elle n’avait peur de personne, même les flics la traitaient avec révérence."

Geronimo est le plus beau rôle de la comédienne depuis l'Apollonide, de Bertrand Bonello.

avant première

Organisée en partenariat avec

Languedoc Roussillon Cinéma (LRC)

Association des Cinémas et Cinémas Itinérants du Languedoc Roussillon (ACCILR)

Séance et débat suivi du verre de l’amitié Tarif : 6 et 5 euros

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens