Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 avril 2022 5 22 /04 /avril /2022 09:04
Argelès : lieux pour la Sant-Jordi - JP.Bonnel : son dernier livre sur la Catalogne
Argelès : lieux pour la Sant-Jordi - JP.Bonnel : son dernier livre sur la Catalogne
Argelès : lieux pour la Sant-Jordi - JP.Bonnel : son dernier livre sur la Catalogne
Argelès : lieux pour la Sant-Jordi - JP.Bonnel : son dernier livre sur la Catalogne

Argelès : lieux pour la Sant-Jordi - JP.Bonnel : son dernier livre sur la Catalogne


Argelès-sur-Mer
 Sant Jordi   place des Castellans
(ou salle Carrère en cas de pluie)

 

La catalanité sera à l’honneur samedi 23 avril, avec la célébration de la Sant Jordi, saint patron de Catalogne. Un après-midi festif attend petits et grands sur la place des Castellans et dans le centre du village.

Sant Jordi est célébré depuis le XVe siècle. La légende raconte qu’il transperça de son épée un dragon, sauvant ainsi une princesse vouée à une mort certaine, et qu’un rosier sortit du sang du dragon. Sant Jordi, triomphant, cueillit une rose, d’un rouge comme on n’en avait jamais vu, et l’offrit à la princesse. Depuis ce jour, chaque 23 avril, Argelès-sur-Mer et toute la Catalogne célèbrent Sant Jordi et perpétuent la tradition d’offrir une rose aux dames et, depuis 1920, un livre aux hommes.

Rendez-vous donc samedi 23 avril, dès 14 h, sur la place des Castellans, pour un après-midi festif riche en émotions. Décorations sur le thème de la légende de Sant Jordi, présentation des boîtes à livres, jeux, conteur et bien d’autres surprises.

 

Au programme (sauf mention contraire, toutes les animations se déroulent place des Castellans) : à 14 h 30, inauguration des boîtes à livres décorées par les artistes Ben Caillous et Prooz. À 15 h, saynètes présentées par les enfants des classes bilingues d’Argelès-sur-Mer ; à 15 h 30, défilé et danse des Gegants (les géants), place des Castellans et dans les rues du centre ancien ; à 16 h, chorale des enfants des classes bilingues d’Argelès-sur-Mer ; à 16 h 15, goûter pour les enfants ; à 16 h 30, conte par Wilfried Delahaie, à la médiathèque Jean-Ferrat ; de 16 h à 18 h, atelier créatif de réalisation de marque-pages personnalisés, à la médiathèque Jean Ferrat ; à 17 h 30, chants traditionnels par Els cantaïres d’Argelers ; à 17 h 45, sardane par le Foment de la Sardane, place de la République ; à 18 h 15, apéritif de clôture.

 

La Catalogne, une fenêtre ouverte sur l’avenir…

Catalunya més que mai…

 

Première puissance industrielle, seconde force agricole de l’Espagne, la Catalogne se révèle aujourd’hui comme un vivier de projets, d’espoirs et de dynamiques dans l’espace européen qui se dessine et qui s’installe.

 

Dans une société en mouvement perpétuel, être catalan c’est choisir son destin, c’est mesurer tout ce que le passé nous a légué, c’est appréhender avec lucidité mais non sans humilité ce que l’avenir nous propose…

La Catalogne, c’est la force tranquille d’un destin contrarié. Née d’un passé millénaire, elle a connu des heures glorieuses, sublimées par le règne du Royaume de Majorque (1262-1349), elle a perdu sa couronne lors du Compromis de Caspe (1412), le Traité des Pyrénées lui a ravi son identité (7 novembre 1659), sa capitale : Barcelone a capitulé devant les troupes espagnoles (l1 septembre 1714) sa langue a été proscrite, bafouée, interdite (en France, édit royal du 2 avril 1700)…. Mais elle ne s’est jamais déclarée vaincue…

 

Au long des générations qui ont suivi, au cours de décennies baignées par plus d’ombre que de lumière, la lutte de la Catalogne s’est organisée… mesurée, patiente, clandestine… Fortement affectée au siècle dernier par la dictature franquiste (1936-1975), la Catalogne – saluée en exemple par des écrivains militants et visionnaires tels George Orwell - a accédé au statut d’autonomie en 1979. Forte d’une conscience collective, forgée de jour en jour, d’événement en événement, elle rayonne aujourd’hui de par sa singularité, de par sa diversité et de par son esprit d’ouverture…

 

Etre catalan ici et maintenant, c’est moins un héritage acquis qu’une vigilance et qu’un combat de chaque instant. Tout comme en Catalogne Sud, dans la région de Valence, aux Iles Baléares, en Andorre, dans la Frange d’Aragon, à l’Alguer (Sardaigne), dans le Val d’Aran, nous sommes fiers, Catalans du Nord, de défendre au quotidien notre terre, notre langue, nos traditions, notre passé …et ce pour mieux forger notre avenir. Nous sommes fiers de faire partie de ces douze millions d’êtres humains qui ont été, sont ou ont choisi d’être catalans… comme le philosophe Ramon Llull, comme le sculpteur Aristide Maillol, comme le violoncelliste Pau Casals, comme Jordi Barre, artiste et chanteur, qui porte pour l’éternité – pour toujours et à jamais - notre foi…oui, nous sommes fiers d’être catalans!… «Sempre endavant, mai morirem…»

Jean Iglesis

Sant Jordi
Le Canigou: plus qu’une montagne, un véritable symbole…
 
Elevé à 2 785 mètres d’altitude, il culmine, majestueux… «Montagne sacrée des Catalans», comme l’a péremptoirement baptisé Joseph Ribas, écrivain et chantre de ce massif nourricier et ô combien loué, le Canigou s’impose, au fil de l’Histoire, comme une incarnation de l’identité et de la résistance catalanes. Contrairement aux idées reçues, une montagne ne peut objectivement constituer une frontière. Le Canigou s’est d’ailleurs inscrit, dès son peuplement, en exemple d’exception géographique. En lieu et place d’entraver les liaisons et les échanges entre les hommes, il a de toujours représenté un espace de vie, un vivier économique et social. Réserve de neige, et de fait source d’énergie hydraulique, il n’a jamais manqué de s’orienter vers l’exploitation de la forêt et du sol (gisements de fer et de marbre, aujourd’hui abandonnés…). Il a favorisé la concentration du bétail (estives et pâtures). Il propose encore maintenant, face à l’avenir et à l’incertitude, outre le tourisme et les sports de montagne (marche, ski, alpinisme…) des pistes parcourues depuis des siècles, et à nouveau recommencées telles le thermalisme et le solaire…
Pour Jacint Verdaguer, poète de la Renaissance, le Canigou - titre de son fameux poème épique, cristallise l’union de la Catalogne, divisée le 7 novembre 1659 par le Traité des Pyrénées…
 
Par temps clair, lorsque la Tramontane caresse - parfois un tant soit peu rudement -le littoral méditerranéen, on peut voir le Canigou pointer son pic enneigé de loin, de fort loin, depuis Marseille même… Et quand on a vu une seule fois le Canigou, magnifique sous la lumière du printemps, on s’en souvient à jamais….
 
Jean Iglesis
Partager cet article
Repost0
13 avril 2022 3 13 /04 /avril /2022 11:09
IAM Limoux : affiches des événements et concert de J. Francisco ORTIZ
IAM Limoux : affiches des événements et concert de J. Francisco ORTIZ
IAM Limoux : affiches des événements et concert de J. Francisco ORTIZ
IAM Limoux : affiches des événements et concert de J. Francisco ORTIZ
IAM Limoux : affiches des événements et concert de J. Francisco ORTIZ
IAM Limoux : affiches des événements et concert de J. Francisco ORTIZ

IAM Limoux : affiches des événements et concert de J. Francisco ORTIZ

  • l’Institut des Arts du Masque de Limoux

 


Depuis trois week end l’Institut des Arts du Masque à Limoux a pu enfin rouvrir au public ses expositions avec succès  :

- le Carnaval de Limoux et la Collection des Goudils d’Emile Taillefer  

- les nouvelles expositions : Goya - la peinture et le Masque -«Masques en Scène : La Maison du Sourd» Cie de l’Arche de Noé. 

 

VISITES GUIDÉES

Nous proposons des  visites guidées à 18h précises (gratuites)  Durée 50 minutes

Samedi 16  Dimanche 17 avril  Samedi 23 avril 


 

RÉCITAL  le 22 avril à 20h30   «MEMORIAS» par  Juan Francisco ORTIZ, guitare   

Programme de l’Institut  autour de  Francisco Goya «LA MÉMOIRE ET LES JOURS»

Nombre de place limité - Réservation Tel : 0611681560

Ouverture : Adieux à l'Espagne  François de Fossa


 

EXPOSITIONS

EXPOSITION LE CARNAVAL DE LIMOUX ET LA COLLECTION DES GOUDILS  D'EMILE TAILLEFER

EXPOSITION LA MAISON DU SOURD   - PINTURAS NEGRAS - 

EXPOSITION LA MAISON DU SOURD   - LE TRES DE MAYO - 

EXPOSITION DE PHOTOGRAPHIES DE MONIQUE GRANDO 

EXPOSITION DE L'ATELIER DE MASQUES   "L'ENTERREMENT DE LA SARDINE"  DE GOYA

Une exposition qui retrace les différentes étapes de l'Atelier de masques réalisés à l'Institut en février dernier

EXPOSITION  LA MÉNAGERIE  LES ANIMAUX DU MONDE


 

CLÔTURE DES EXPOSITIONS EN TEMPS DE CARNAVAL LE 24 AVRIL 

En raison de la journée d’élection, les expositions seront ouvertes le dimanche 24 avril - de 11h à 15h

 

CLÔTURE DU CARNAVAL DE LIMOUX 24 AVRIL 

LES ARCADIENS - La Nuit de la Blanquette

Le programme des we du Carnaval en PJ

 

 

PRENDRE DATE

MAI

LA NUIT DES MUSÉES (Clôture des  Expositions Goya Printemps 2022)

Se renseigner pour le programme précis (en cours de finalisation)  

SAMEDI 14 MAI  de 15h à 22h  avec NOCTURNE AU PALAIS

A 18h : conférence Marie Laure RUIZ MAUGIS : GOYA

DIMANCHE 15 MAI de 14h à 19h


 

MAI JUIN  - L'Institut Hors les Murs

EXPOSITION À L'ABBAYE DE ST HILAIRE (Aude)

1er MAI  au 26 JUIN - Les Amis de l’Abbaye  Tel : 0601764697

L’ART ROMAN  Le Maître de Cabestany  De la sculpture au masque

Masques et Figures du spectacle « Du Maître et des Anges » Cie l’Arche de Noé

Moulages d’Alphonse Snoeck (Lagrasse) Ateliers sur les Chemins du Maître

 

Guillaume LAGNEL

Page FB  actualités de l'Institut 

https://www.facebook.com/IAM.LIMOUX/?ref=ts&fref=ts

 

 
Exposition Rotspanier :
Travailleurs forcés espagnols durant
la Seconde Guerre mondiale
 

Du samedi 23 avril au samedi 21 mai, la Galerie Marianne accueille l'exposition Rotspanier (Espagnols rouges). Celle-ci présente, pour la première fois, l'histoire de ces travailleurs forcés espagnols durant la Seconde Guerre mondiale.
Conçue par Peter Gaida et Antonio Muñoz Sanchez, avec l'appui de l'association Ay Carmela, cette exposition trilingue (français, espagnol, allemand) s’accompagne de conférences, lors de son inauguration, et de la projection d’un film documentaire sur le Mur de l’Atlantique, pour sa clôture.

UN PEU D'HISTOIRE

En 1939 commence, pour 140 000 réfugiés républicains espagnols, une odyssée de sept ans à travers les camps de concentration et de travail en Europe. 

Dès l'automne 1940, le IIIe Reich a besoin de main-d’œuvre en zone occupée. Un accord est scellé le 3 avril 1941 avec la commission d’armistice. Il prévoit de recruter des travailleurs spécialisés du bâtiment, dans les camps et les groupements de travailleurs étrangers de la zone libre.
 
La commission allemande Todt descend en zone libre au printemps 1941. Dans un premier temps, elle procède à des recrutements. Puis elle réquisitionne des étrangers, à commencer par les républicains espagnols, encore nombreux dans les camps. Pris en charge par les Allemands sur la ligne de démarcation, ces derniers sont divisés en deux catégories : les volontaires sont classées Transportspanier(Espagnol de transport) et bénéficient d’un traitement de travailleurs réguliers. Les réquisitionnés sont classés Rotspanier (Espagnol rouge) et considérés comme des travailleurs forcés et comme des suspects.


Au mois de mai 1941, après le passage de la commission Todt, 800 internés d’Argelès-sur-Mer rejoignent ainsi la zone occupée. Entre les mois de juin et d’août, un millier d’autres suivront, dont une majorité d’Espagnols. Ces hommes seront utilisés à la construction du Mur de l’Atlantique, qui débute en septembre 1941, mais aussi à la fortification des bases sous-marines . La plupart sont des Rotspanier. Entre 1941 et 1944, plus de 35 000 Espagnols seront ainsi livrés par Vichy à l’organisation Todt.

 

AUTOUR DE L'EXPOSITION

Conférences, samedi 23 avril, 14h30: 

  • Rotspanier. Travailleurs forcés espagnols durant la Seconde Guerre mondiale. Victimes oubliées du Nazisme. Par Peter Gaida, Docteur en histoire contemporaine et commissaire de l’exposition Rostspanier.
  • Des CTE aux GTE. Utilisation de la main d’œuvre étrangère dans les Pyrénées-Orientales (1939-1946). Par Grégory Tuban, Docteur en histoire contemporaine et chargé de mission au Mémorial du camp d’Argelès. 
  • L’exil républicain espagnol, les camps de concentration et les groupements de travailleurs étrangers en Algérie (1939-1943). Par Éliane Ortega Bernabeu.

Salle du 14 Juillet, rue du 14 Juillet – Argelès-sur-Mer
Entrée libre. 
 
Projection / débat, samedi 21 mai, 17h: 
Projection du film documentaire de Jérôme Prieur (2010) sur le Mur de l’Atlantique, suive d'un débat en présence du réalisateur.
Cinéma Jean Jaurès, rue Jean-Jaurès – Argelès-sur-Mer

 

Musée de Gérone (Girona) - calendrier

 

Projection de Histoire potentielle de Francesc Tosquelles. La Catalogne et la peur de Mireia Sallarès et Joana Masó 
Samedi 2 avril, 17h 

Organisée par les éditions L’Arachnéen 
Réservations obligatoires : 
10ruestluc@gmail.com

Espace Saint-Luc 
10 rue Saint-Luc 
75018 Paris 

François Tosquelles. Soigner les institutions 
François Tosquelles, Joana Masó 
Éditions L’Arachnéen, novembre 2021 
400 pages

Musée d’art de GERONE (GIRONA)  - +34 972 203 834

Tota l'agenda

Escape room urbà: l’enigma del Museu

Dimecres 6 d’abril 2022
Tot el dia

Jornada “L’accessibilitat cognitiva al patrimoni cultural”

Dissabte 9 d’abril 2022
11.30 h

Retrats brutals! Taller de màscares

Dissabte 16 d’abril 2022
10.30 h

Escape room urbà: l’enigma del Museu

Diumenge 24 d’abril 2022
11.30 h

Visita guiada a l’antic Hospital de Santa Caterina

Dissabte 30 d’abril 2022
16 h

L’art i la dona, de Xavier Barral

Club de lectura

Dimecres 18 de maig 2022
19.00 h

Postectura. La construcció del demà

Dissabte 21 de maig 2022
10.30 h

Escape room urbà: l’enigma del Museu

Dissabte 28 de maig 2022
11.30 h

Visita guiada a l’antic Hospital de Santa Caterina

 

Dissabte 4 de juny 2022
10.30 h

Escape room urbà: l’enigma del Museu

 

Dissabte 11 de juny 2022
11.30 h

La càpsula del temps: 1.000 anys en una hora

Francesc Tosquelles 


Le parcours intellectuel de Francesc Tosquelles (Reus, 1912 - Granges-sur-Lot, 1994) est l’un des plus fascinants du XXe siècle en Catalogne. Le début de sa pratique psychiatrique remonte à son passage par l'Institut Pere Mata à Reus, au milieu d'une révolution dans la façon de comprendre les traitements et les institutions qui traitent les maladies mentales opérée à partir de 1929 avec le grand congrès des « aliénistes » qui voulait soigner la vie des malades avec de meilleures conditions et des thérapies d'avant-garde. Disciple d'Emili Mira, mais attentif aussi aux théories d'Hermann Simon, Strauss et Jacques Lacan, Tosquelles articulera psychanalyse et marxisme pour poser les bases de ce qu'on appellera la psychothérapie institutionnelle. Elle se nourrit en partie des innovations originales introduites par le gouvernement autonome de la Catalogne et par la Seconde République espagnole pendant les années 20 et 30. Ainsi, la « cantonalisation » des services psychiatriques en Catalogne se traduira dans l'après-guerre dans ce qu'on appelle en France la psychiatrie de secteur, que Tosquelles contribuera à faire passer comme une loi du gouvernement français dans les années 1960 : une psychiatrie désaliénante, portée par des activités communes comme le cinéma, les clubs et les journaux dont le fameux journal interne Trait d’union. L’urgence humanitaire pendant la Guerre Civile espagnole et la Seconde Guerre Mondiale marquera l'attitude pragmatique qui amène Tosquelles à faire de la psychiatrie une tentative limite pour sauver les personnes des catastrophes grâce à la socialisation et aux soins entre égaux. 

Déjà à Reus au début des années 1930, Tosquelles faisait le lien entre l'avant-garde psychiatrique et l'avant-garde culturelle, comme en témoignent ses liens avec le BOC-Bloc Obrer Camperol et le POUM-Partit Obrer d'Unificació Marxista, en parallèle à ceux des surréalistes Salvador Dalí et René Crevel, qui ont collaboré avec le BOC dès 1931. 

Après ces premiers temps en Catalogne, c’est son passage par l'hôpital de Saint-Alban-sur-Limagnole entre 1940 et 1962, après son internement dans le camp de Septfonds ce qui permet d’éclore complètement le projet révolutionnaire de Tosquelles. Dans l’hôpital où il travaille, il fait alors émerger de nouvelles pratiques de soin basées sur le collectif, le travail et la création artistique par les patients dont le travail sera notamment collectionné par Jean Dubuffet sous l’appellation d’art brut. Il y coïncida avec le Dr. Lucien Bonnafé, le poète surréaliste Paul Éluard, le théoricien dadaïste Tristan Tzara, le médecin, philosophe et historien de la folie George Canguilhem, ainsi qu’avec l'écrivain, psychiatre et critique du colonialisme Frantz Fanon. Tous des noms associés à l'avant-garde culturelle et politique, et aussi à la critique institutionnelle de la médecine et de la psychiatrie. Le rôle des femmes dans cette expérience inédite et collective se révèle également majeur (Agnès Masson, Marguerite Sirvins, etc.). 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens