Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juin 2021 6 26 /06 /juin /2021 07:07
Couverture et premières pages de la BD - Guillem Sangenis, le dessinateur -
Couverture et premières pages de la BD - Guillem Sangenis, le dessinateur -
Couverture et premières pages de la BD - Guillem Sangenis, le dessinateur -
Couverture et premières pages de la BD - Guillem Sangenis, le dessinateur -
Couverture et premières pages de la BD - Guillem Sangenis, le dessinateur -

Couverture et premières pages de la BD - Guillem Sangenis, le dessinateur -

ARTS

bande dessinée : Sur Les Pas De François De Fossa - Guillem Sangenis, Isabelle Callis-Sabot

 

14,90 € TTC

 

Bonjour, je m'appelle Emma, je serai votre guide dans cette BD. Je vous propose de marcher sur les pas de François de Fossa, le musicien-militaire né à Perpignan en 1775.
La première étape de notre itinéraire sera sa maison natale.
Nous nous rendrons ensuite au Castillet.
Puis, à travers le musée consacré à notre héros, nous découvrirons ensemble sa vie aventureuse, sa carrière, ses voyages, ses amours et sa musique...
Suivez-moi !

​​​​​​​

- - -

 

L'organisme Les Amis de François de Fossa (AF2F) est situé dans la commune de Perpignan (66000).

L'association « Les Amis de François de Fossa » a pour objectifs de perpétuer la mémoire du guitariste-compositeur perpignanais FRANÇOIS DE FOSSA (Perpignan le 31/05/1775 - Paris le 3 juin 1849) et de contribuer à faire connaître à un public le plus large possible sa vie et son œuvre à travers de multiples actions culturelles : concerts, publications, productions audiovisuelles, colloques, conférences... Association reconnue d'intérêt public : tous les versements effectués au bénéfice de l'association mentionnés sur votre déclaration de revenus bénéficient d'une réduction fiscale de 66% des sommes versées.

 

 Activités

  • Culture
    • Lecture, écriture : Balade contée, Bande dessinée, Histoire locale, Romans
    • Musique : Composition, Formation musicale, Guitare classique, Luth, Musique classique, Musique de chambre, Piano, Violon, Violoncelle
  • Économie, environnement, patrimoine, social
    • Conservation du patrimoine : Valorisation du patrimoine
  • Loisirs
    • Lecture, écriture
    • Savoir / connaissance / échange : Création de courts métrages vidéo et photo, Découverte du patrimoine local, Histoire locale et patrimoine, Visites de villes
    •  

Expositions 

 

Maria Lluis, Par delà . Per alt 

du 24 juin au 6 août

 

C’est un grand honneur pour l’Atelier Hermann d’accueillir les oeuvres de Maria Lluis pour cette nouvelle exposition.

Un dialogue avec la Méditerranée, la nature, la mystique des oliviers mais aussi l’Exil et la Liberté. Ce sont ces thèmes qui reviennent dans les conversations secrètes de Maria Lluis. Comme des croquis suspendus dans le temps devenus l’oeuvre d’une vie de l’artiste. Par-delà l’intimité de trois femmes: Patricia, Véronique et Stéphanie, ses modèles inconditionnelles depuis tant d’années. Par-delà les sentiments de Maria Lluis qui se partagent entre souffrance et légèreté. Par-delà les destins de la vie.

Les tracés au fusain et à l’encre révèlent le caractère sensuel de ses sujets. C’est l’éloge d’un dessin virtuose où l’émotion est capturée avec des moyens infimes. Maria Lluis maîtrise la ligne, la lumière, l’ombre et l’outil de dessin. Ce calame qu’elle manie si bien. Il est fait de roseaux taillés, aux pointes fines ou épaisses pour figer des traits bruts à la fois incisifs et sensibles, vifs et subtils saisissants de vérité. La séduction du calame opère à dessein de servir toujours l’Art, par-delà…

 

Atelier Hermann
mardi-vendredi, 10-12h, et 14-18h; samedi, 14-18h, possibilité de visite sur RDV en dehors de ces horaires.
Dans le respect des consignes sanitaires COVID 19.

- - -

Claudine Picard et Bernard Gout, Natures mortes et paysages

29 juin au 14 juillet

 

Claudine Picard et Bernard Gout, Natures mortes et paysages

 

Vernissage 29 juin, 18h30, jusqu'au  14 juillet

Catégories d’évènement:

Art Plastique, En Région Occitanie, Exposition,Galerie, Peinture, aquarelle, Pyrénées Orientales

ORGANISATEUR

Centre culturel de Port -Vendres galerie du Pavillon des Arts

Partager cet article
Repost0
26 mai 2021 3 26 /05 /mai /2021 09:59
N.Daubanes - J. Maureso - M. Sales - Concert à Perppignan
N.Daubanes - J. Maureso - M. Sales - Concert à Perppignan
N.Daubanes - J. Maureso - M. Sales - Concert à Perppignan
N.Daubanes - J. Maureso - M. Sales - Concert à Perppignan

N.Daubanes - J. Maureso - M. Sales - Concert à Perppignan

Joseph Maureso

 

Réouverture du Château-musée de Bélesta !

Le dimanche 30 mai à 15h30 rendez-vous au Château pour une visite commentée de mon exposition "Interfaces".

L'exposition temporaire sera ouverte en principe jusqu'au 15 juin.

A dimanche !

«Interfaces »

La présence de mes peintures dans ce musée consacré à la vie quotidienne d’une communauté néolithique indigène peut vous paraître incongrue.

Pourtant, une exposition permanente et deux expositions temporaires gravitent autour d’une même thématique :

 La frontière.

-La borne frontière pour un village nommé « Bélesta la frontière ».

-Une exposition temporaire sur cette même thématique.

-Une exposition de peintures intitulée « Interfaces ».

La frontière pour moi est un élément constitutif et récurrent de ma réflexion théorique :

-Pour moi la frontière est une trame dont nous sommes les trous. 

Chaque trou est une fenêtre ouvrant sur une territorialité identitaire singulière.

-La frontière dessine le contour de nos différences et par là même permet de les reconnaître en tant que telles. 

-La frontière est un lien avec les autres territorialités identitaires dans leurs différences et favorise un va et vient dialectique entre les êtres.

-La frontière est l’interface fertile qui favorise la rencontre de l’autre, que nous ne sommes pas, et vitalise nos identités en devenir perpétuel.

La frontière pour moi est un élément constitutif et récurrent de mon langage plastique :

-L’idée en peinture s’objective au travers de ses figures convenues et reconnaissables, elles organisent les premiers gestes picturaux dans une topologie analytique qui fait sens d’une posture originale, mais très vite arrivent des figures sauvages et invasives qui colonisent ces topologies formelles et s’en affranchissent.

-L’acte de peinture ne peut être assujetti à quelque contenu de pensée, il est un acte d’une liberté conquise contre notre propre intentionnalité.

Il marque une frontière entre deux états de l’être : communication et expression !

 

La frontière pour moi est un élément constitutif de la contextualisation de mes peintures :

-L’installation de mes peintures est une intrusion de signes dans un espace coextensif comprenant déjà ses propres signes. Une relation s’installe générative de réponses sensées et sensorielles .

-ici, les traces de la vie quotidienne de cette communauté nous parlent de leur rapport social au monde. Ma peinture est la trace de mon rapport intime au monde. Cependant rapport intime et 

social sont distincts mais consubstantiels, l’un fonde l’autre et l’autre l’un.

Nous ne sommes pas éloignés de cette communauté, car si l’humanité a fait des progrès pour excéder l’homme en tant que prédateur avide de pouvoir, en multipliant à l’envie sa puissance 

par la saturation d’organes exo-somatiques, elle est restée par ailleurs la même pour sa survie.

-Une communauté capable d’une esthétique de la vie quotidienne comme en témoignent ses vestiges.

-Il y a des analogies formelles dans les résolutions plastiques et techniques, comme si en voulant rompre avec nos sociétés technologiques de la production/consommation, j’éprouvais 

une nécessité à revenir à des résolutions sinon primaires mais primitives.

Mais plus encore que la frontière, un lien sensible me rapproche de Bélesta, une aventure humaine

et professionnelle : ces traces néolithiques dans le cadre du Château-musée, c’est moi, avec mon entreprise « Au pied du Mur » qui en suis l’auteur, il y a trente ans:

-La grotte sépulcrale

-Le carré de fouilles

-La cuisine néolithique...

 

Sous la direction scientifique des archéologues Françoise Claustre et Valérie Porra.

Sous les directives du Maître d’ouvrage Louis Baills, instituteur et Maire de Bélesta, inventeur de ce fabuleux musée.

Sous les directives du Maître d’œuvre, l’architecte Georges Wursteisein.

 

Aujourd’hui plus que jamais, dans la montée des haines « hétérophobes » il m’apparaît comme essentiel de réhabiliter la nature de ces frontières qui unissent, qui reconnaissent les différences et les font s’entrelacer..

 

“L’expo “Ob'jeux” permet de s’amuser
au musée d'Argelès-sur-Mer

L’ingénieuse exposition “Ob’jeux”, installée à la Casa de l’Albera d’Argelès-sur-Mer, dévoile 40 ustensiles et outils anciens, sur un parcours familial qui invite à s’amuser intelligemment. Les objets et le jeu se mêlent sous forme de labyrinthe, rébus, charades, devinettes et énigmes, pour un excellent moment à passer en élucidant des usages domestiques, agricoles ou scientifiques souvent oubliés.

Le public peut s’essayer à comprendre le chiffrement et percer le mystère du “Code de César", un casse-tête pour ados et adultes. Les plus jeunes peuvent suivre une douzaine de jeux et passer un moment agréable. Accompagnés d’un adulte, ils peuvent s’essayer aux autres catégories. “Ob’jeux” contient aussi une pêche aux canards, des Scrabbles et des Playmobil, pour que le plaisir soit total.

Cette exposition est un voyage historique, au travers des objets emblématiques de la collection municipale, riche de 3000 éléments offerts par des Argelésiens et habitants des villages alentour. Elle illustre l’inventivité des Hommes, souligne l’aspect rudimentaire de certaines utilisations et témoigne de la dureté des conditions de vie en milieu rural, du XIXe siècle jusqu’aux années 1960.

Exposition Ob’jeux
Casa de l’Albera - Maison du patrimoine, place des Castellans à Argelès-sur-Mer.
A voir jusqu’à la fin décembre, du mardi au vendredi de 9h30 à 12h et de 14h à 17h, le samedi de 9h30 à 13h.

Entrée  : 2 euros, gratuite pour les moins de 18 ans et les habitants d’Argelès-sur-Mer.

Clichés en téléchargement : © Mairie d'Argelès-sur-Mer
 

CONTACT

Ville d'Argelès-sur-Mer - Service communication

Laurence Rialain - Esteve Vaills

com@ville-argelessurmer.fr

04 68 95 34 67 - 06 07 49 94 99

- - -

Nicolas Daubanes ( un ancien des Beaux-arts de Perpignan, refusant désormais d'exposer dans sa ville tant que le RN est à la mairie) en lice pour le prix Drawing now 2020-2021

 

La foire d’art contemporain dédiée au dessin Drawing now Art Fair se tiendra du 10 au 13 juin, dans un nouveau lieu situé dans le 12ème arrondissement parisien.

À cette occasion, le Prix Drawing Now 2020 reporté en 2021 sera remis à l’un des artistes nommés : Nicolas Daubanes représenté par la Galerie Maubert, Odonchimeg Davaadorjreprésentée par la Galerie Backslash,Mathieu Dufois représenté par la Galerie C, Delphine Gigoux-Martinreprésentée par la Galerie Claire Gastaud et Julien Tiberi représenté par la Galerie Semiose.

 

Rendez-vous du jeudi 10 au dimanche 13 juin au 42 rue du Faubourg Saint-Antoine, Paris 12e, M°Bastille, parking juste en face.

 

 

- - - Mery Sales, Personnages hors champ

19 mai au 13 juin

 

Mery Sales, Personnages hors champ

« Ces dernières années, ma peinture m’a conduite vers ses lisières. Depuis sa périphérie, j’ai découvert d’autres points de vue, associés à des espaces jusqu’alors niés ou ignorés et qui, pour leur grande majorité, portent des noms de femme : Hannah Arendt, Simone Weil et María Zambrano.
L’empreinte laissée par leurs voix défie les paramètres de leur époque et cherche encore aujourd’hui un espace légitime pour être remarquée. Elles ont toutes trois échappé au carcan de leur époque, notamment parce qu’être une femme philosophe était alors totalement impensable et qu’elles ont osé emprunter une voie qui justement sortait des sentiers battus.
Travailler sur leur pensée procède au début d’un besoin intime inaliénable mais le potentiel de transformation de leur pensée m’amène à la traduire, à ma manière, en peinture et à essayer de la transcender.
Elles nous permettent de faire le lien entre une période et une autre, de dénouer les nœuds du passé pour en tisser de nouveaux dans la trame collective du présent.»
Mery Sales

Commissaire de l’exposition: Álvaro de los Ángeles

Organisé en collaboration avec le Consorci de Museus de la Communitat Valenciana

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2021 6 01 /05 /mai /2021 11:09
Camelia Otero - Avec Richard Di Rosa - Toile de C.Otero - Atelier de R.Di Rosa - Hôtel Pams
Camelia Otero - Avec Richard Di Rosa - Toile de C.Otero - Atelier de R.Di Rosa - Hôtel Pams
Camelia Otero - Avec Richard Di Rosa - Toile de C.Otero - Atelier de R.Di Rosa - Hôtel Pams
Camelia Otero - Avec Richard Di Rosa - Toile de C.Otero - Atelier de R.Di Rosa - Hôtel Pams
Camelia Otero - Avec Richard Di Rosa - Toile de C.Otero - Atelier de R.Di Rosa - Hôtel Pams

Camelia Otero - Avec Richard Di Rosa - Toile de C.Otero - Atelier de R.Di Rosa - Hôtel Pams

Créatrice polymorphe, Multimédias, CAMÉLIA OTÉRO est née dans l’Art, d’une famille artiste de Perpignan. *

 

Son parcours en tant qu’autodidacte a pris trois décennies de « clandestinité » dans son labeur, et ne cherchant pas à plaire, elle surmonte avec audace et sans prétention la période du grand tournant.

 

Elle contribue au passage du XXle siècle avec pour bagage, les siens…
Devant la forme nue du début du nouveau siècle, elle se plait à peindre, dessiner et sculpter, mais aussi tagger, et devient fresquiste avec son oeil exalté qui n’a pas d’âge, auteur de ses écrits non révélés.

 

Elle participe à une biennale internationale en 2016, OSTEN, où elle obtient le prix OSTEN, dont huit oeuvres sur dix sont classées dans leur musée, et des divers portfolios, dont l’Institut français, collection des peintres français, portfolio Pavillon Venise, Macédoine, Gerjellija, Skopja, les Balkans…

 

Elle opte pour le style et non un seul style, et par ce fait reste fidèle à une liberté qui alimente un imaginaire pour l’Art.
Après 30 ans de gestation, elle apparaît comme une agitatrice inclassable, mais fidèle à l’Art et non à l’artiste. Pour elle artiste correspond au XXsiècle et plus du tout au XXIe

 

Le spirituel étant dans son ordre majeur, l’interrupteur de toutes ses démarches, il en résulte un travail d’observation, de responsabilités et de rigueur pour ne pas se coucher dans le lit qu’on lui fait.
Recherches permanentes et en cours de tout ce qu’elle suppose prioritaire dans une société du moment, y portant un intérêt audacieux et pédagogique adapté en évolution fulgurante, nécessaire, pour désapprendre-réapprendre, dans cette époque troublée qui clôture le siècle des Artistes.

 

Proposant toujours le gestuel intime, imaginaire, l’écriture automatique, elle appréhende le conditionnement de notre passé et de nos habitudes installées dans la normalité.
CAMÉLIA OTÉRO, bouscule et dérange.

 

Malgré les déconvenues, son parcours indépendant, elle objecte toujours sincèrement ce qu’elle ressent devoir à la société, la provoquant parfois jusqu’à en être incomprise, mais sa ténacité reste de mise et nous surprendra encore.

 

 

* Je publierai fin 2021 un entretien avec Antoine OTERO réalisé chez lui à Perpignan (Recueil à paraître : Une mémoire culturelle en pays catalan, avec T.Rebull, Pere Verdaguer, C. Massé, Eliane Comelade, P. Garcia-Fons, Mme Valaison; Maria Lluis, Serge Fauchier, Jacques Maso, Serge Kamké, Jean Labellie, Renada Portet, etc...

J.P.Bonnel (1er mai 2021)

Partager cet article
Repost0
28 avril 2021 3 28 /04 /avril /2021 08:44
toiles d'H.Marre - Le MUME - Les Amis des B-A de Sète
toiles d'H.Marre - Le MUME - Les Amis des B-A de Sète
toiles d'H.Marre - Le MUME - Les Amis des B-A de Sète
toiles d'H.Marre - Le MUME - Les Amis des B-A de Sète
toiles d'H.Marre - Le MUME - Les Amis des B-A de Sète

toiles d'H.Marre - Le MUME - Les Amis des B-A de Sète

Culture/Beaux-ARTS :

 

 Chantal CLAISSE de  Rivages des Arts,  nous fait partager sa découverte :

De l’Artiste-Peintre …

Henri  MARRE

       

et particulièrement par ce magnifique tableau :

"Le printemps et l'art du jardinage"

 

Henri Marre, né en 1858 à Montauban et décédé à Collioure en 1927. Elève à l’École des beaux-arts de Toulouse, puis à l'École des beaux-arts de Paris.

Il revient dans sa région natale et fait découvrir le village de Collioure à son ami Henri Martin. Ses paysages sont peints d’une pâte riche dans des coloris sobres et contrastés.

Cette œuvre évoque le printemps à Perpignan avec les amandiers en fleurs, le Castillet, et l’originalité de la composition de ce tableau. Découvrir cette œuvre présentée sur You Tube

en cliquant sur le lien ci-après :

https://www.youtube.com/watch?list=RDCMUC20dglUTkVqzY9ipx_iOnng&v=0N49FtjRt_U&feature=emb_rel_end

 

(C) Association "Rivages des Arts" - Perpignan

- - -


Sète - Ecole municipale des Beaux-Arts - Actualité

 

le déménagement et l’installation de l’École des Beaux-arts dans le bâtiment de l’ancien conservatoire de musique, situé au 23 rue Jean Moulin, s’est très bien passée !


Retrouvez un article et une interview de Philippe Saulle dans le Midi Libre : https://www.midilibre.fr/2021/03/27/sete-lecole-des-beaux-arts-est-en-plein-demenagement-dans-lancien-conservatoire-9453632.php


Nous espèrerons pouvoir s’y retrouver très vite pour les conférences de l’UNA et autres réjouissances. Dès que les lieux de culture pourront rouvrir, nous organiserons pour de petits groupes des rendez-vous.

 

En attendant, nous vous proposons plusieurs sorties virtuelles : visitons grâce à des vidéos quelques expos de fin d’année 2020 et de début 2021 qui n’ont pas été encore inaugurées ou pour certaines à peine visitées et déjà terminées.

Notre premier rendez-vous est un tour, non exhaustif, dans notre région avec des expositions d’art contemporain dont certaines vous pourrez, nous l'espérons, bientôt visiter :

*  Au Crac à Sète, écoutez la visite de la commissaire d’expositions Marie de Brugerolle qui nous parle de « Reverse Universe » avec les artistes Luigi Serafini et Than Hussein Clark (jusqu’au 5 septembre).

 https://www.youtube.com/watch?v=Ped5qTMdkLU

 

*  Au Mrac à Sérignan, décollage pour une visite inédite de l’exposition « Distance ardente » filmée par un drône (jusqu’au 19 septembre) :

https://www.youtube.com/watch?v=dN5oaQ93B8M

 

*  Au MOCO Panacée, Sarah Ihler Meyer, critique d'art et commissaire d'exposition indépendante, nous parle de la scénographie de l'exposition Possédé·e·s (visible jusqu’au 30 mai) :
https://www.youtube.com/watch?v=efZHWMP4kC0&list=PLxlpX9svwxkSrntQUzK7mXuFjweGqnh1G&index=1

 

*  Au FRAC à Montpellier, découvrez les lauréat·e·s du programme Post_Production 2020 : Hugo Bel · Rebecca Brueder · Vir Andres Hera · Isabelle Rodriguez : https://www.youtube.com/watch?v=EoylsXZD38Y

 

*  Promenez-vous au musée des Abattoirs à Toulouse dans l'exposition "Sous le fil. L'art tissu dans les collections de Daniel Cordier et des Abattoirs" (présentée jusqu'au 22 août 2021) : https://www.youtube.com/watch?v=eVUpPt0MNAg

*  Playlist est la plateforme numérique du centre d'art Le Lait à Albi. Il s'agit d'un espace d'expérimentation, de collaboration et de conservation, une bibliothèque de projets où sont rassemblées des productions artistiques de natures diverses, qu'elles soient sonores, vidéos, écrites : https://playlist.centredartlelait.com/

 

Nous vous laissons le soin de vous balader sur les sites internet et compte Youtube d’autres centres d’art, galeries d’art contemporain…

Bonnes visites et à très vite pour de prochaines sorties virtuelles!

Le bureau de LABAS

Musée Mémorial de l'Exil (MUME)
C. Major, 43
17700
La Jonquera (L’Alt Empordà)


Téléphone: (+34) 972 556 533
Fax: (+34) 972 556 534
Adresse électronique:info@museuexili.cat
Site: www.museuexili.cat

 

*** Routes de l'exil, programme 2021 :

 

Diumenge, 2 de maig

Rutes de l'exili. Un dia per a la memòria. La Vajol

La description

ROUTES D'EXIL -  UNE JOURNÉE POUR LA MÉMOIRE

Avril 2021 - octobre 2021

 

Chemins d'exil: monuments du Vajol, de la Mina Canta et du Coll de la Manrella

Dimanche 2 mai

Nous commencerons la journée par la visite des monuments les plus emblématiques de La Vajol. Nous suivrons la route à pied jusqu'à la Mina Canta, une ancienne mine de talc où Juan Negrín a commandé un lot d'œuvres d'art au musée du Prado, ainsi que les fonds et la monnaie de la Banque d'Espagne. De retour de la mine, nous nous rendrons en véhicule au Coll de Manrella, l'un des principaux postes frontaliers de l'époque, où nous trouverons le célèbre monument aux Compagnons de Lluís.

Point de rencontre: parking La Vajol.

 

Le Musée Mémorial de l'Exil présente la troisième édition des Routes de l'Exil. Une série de sorties dans différents lieux liés à l'exil de 1939, conçues pour des particuliers ou des petits groupes: amis, famille, partenaire ...

À envisager:

  • L'horaire prévu des activités est d'une demi-journée (10h à 14h).
  • Une inscription préalable est requise et la performance de l'activité est soumise à un nombre minimum d'inscrits.
  • Le voyage est effectué dans le transport du participant et le déjeuner n'est pas inclus.

 

DES PRIX: Adultes: 15 €

Jeunes de 12 à 17 ans: 8 € - Gratuit jusqu'à 11 ans - 3 € de réduction sur le prix pour les groupes à partir de 6 participants.

 

S'INSCRIRE  Tél. 972556533 / info@museuexili.cat

 

Divendres, 14 de maig 

Conferència: Quantes històries hi caben en la història? amb Espe Pons

 

Dissabte, 21 de maig

Presentació del llibre: L’endemà de la retirada. Antoni Campañà. Portbou, 1939: autoretrat de l'absència

 

Diumenge, 30 de maig

Jornada de portes obertes i visita guiada gratuïta

 

Dissabte, 5 de juny 

Xerrada-debat: Aidez les réfugiés! Josep Maria Trias i Peitx i Philippe Gaussot, dos homes d'acció entre catòlics i quàquers, a càrrec de Carme Caballer i Felip Solé

 

Dissabte, 12 de juny

Taula rodona: La fotografia de guerra és una bomba

 

Diumenge, 12 de juny

Rutes de l'exili. Un dia per a la memòria. Portbou

Juny 2021

V Edició del Premi Internacional Memorial Walter Benjamin 2021-22

Diumenge, 27 de juny

Jornada de portes obertes i visita guiada gratuïta

Diumenge, 18 de juliol

Rutes de l'exili. Un dia per a la memòria. MUME i Búnquers de 1943

Diumenge, 25 de juliol

Jornada de portes obertes i visita guiada gratuïta

Diumenge, 15 d'agost

Rutes de l'exili. Un dia per a la memòria. Agullana i La Vajol

Diumenge, 29 d'agost

Jornada de portes obertes i visita guiada gratuïta

 

Le Musée Mémorial de l'Exil (MUME) est un espace consacré à la mémoire, à l'histoire et à la réflexion critique.

 

Ce centre d'interprétation évoque les exils qu'ont entraînés la Guerre civile d'Espagne et de Catalogne, notamment pour les vaincus de ce conflit étroitement lié à l'Europe des totalitarismes émergents et qui fut le prélude de la Deuxième Guerre mondiale. La plupart des exilés et exilées en 1939 ont continué à lutter en faveur des libertés dans les rangs de la résistance française ainsi que depuis d'autres fronts de guerre de l'Europe occupée par le fascisme. Plusieurs milliers d'entre eux furent toutefois envoyés dans les camps de concentration nazis au terme d'un voyage sans billet de retour. D'autres revinrent, de gré ou de force, dans l'Espagne de Franco, où ils furent persécutés, emprisonnés ou assassinés, torturés par le silence imposé par l'exil intérieur. Une grande partie d'entre eux dut chercher asile à plusieurs milliers de kilomètres, en Europe, en Amérique et en Afrique.

 

Situé à la frontière par laquelle fuirent la plupart des exilés, le MUME fait office de musée, à travers les expositions permanentes et temporelles, et de centre de recherches historiques et de diffusion pédagogique. Le tout dans une perspective large qui lie le passé au présent, car les conflits qui provoquent les exils ont été une constante dans l'histoire du XXe siècle et le sont encore aujourd'hui.

 

Dernier dimanche du mois: entrée gratuite!

 

V Edició del Premi Internacional Memorial Walter Benjamin 2021-22

Ve Édition du Prix International Mémorial Walter Benjamin 2020-21

Le prix, basé sur le caractère transversal de l’œuvre de l’auteur juif-allemand, a pour but principal d’apporter son soutien au travail théorique réalisé par des professionnels liés aux études sur l’art, la photographie, l’architecture, l’urbanisme, le cinéma, la philosophie, l’histoire, la littérature, la sociologie…

Dans tous les cas, on considèrera comme prioritaires les projets qui tiendront compte de questions liées à l’histoire et à la mémoire du XXe siècle. Ce prix sera convoqué tous les deux ans.

La période d’admission des textes est du 1er au 30 juin 2021 inclus.

V Edició del Premi Internacional Memorial Walter Benjamin 2021-22

Dim, 1. Juny 2021 - Dic, 30. Juny 2021

 

V Edició del Premi Internacional Memorial Walter Benjamin 2020-21

El premi, que parteix del caràcter transversal de l’obra de l’autor judeoalemany, té fonamentalment el propòsit de donar suport a la tasca teòrica que desenvolupen professionals vinculats amb els estudis sobre art, fotografia, arquitectura, urbanisme, cinema, filosofia, història, literatura, sociologia...

En tots els casos, es consideraran prioritaris els projectes que tinguin presents qüestions relacionades amb la història i la memòria del segle XX. La periodicitat de la convocatòria del premi serà biennal.

Partager cet article
Repost0
4 avril 2021 7 04 /04 /avril /2021 11:07
BLASON : ALIOT doit redorer le sien - Hannah ARENDT, María ZAMBRANO, pour Merry SALES,  : Ces expos verront-elles le jour ? Montolieu: les voleurs de feu
BLASON : ALIOT doit redorer le sien - Hannah ARENDT, María ZAMBRANO, pour Merry SALES,  : Ces expos verront-elles le jour ? Montolieu: les voleurs de feu
BLASON : ALIOT doit redorer le sien - Hannah ARENDT, María ZAMBRANO, pour Merry SALES,  : Ces expos verront-elles le jour ? Montolieu: les voleurs de feu
BLASON : ALIOT doit redorer le sien - Hannah ARENDT, María ZAMBRANO, pour Merry SALES,  : Ces expos verront-elles le jour ? Montolieu: les voleurs de feu

 PAQUES d'un peuple pieux

L’une des traditions de Pâques est celle des "goigs dels ous". Ces chants à mi-chemin entre le sacré et le profane permettaient aux chanteurs de récolter des victuailles.

Le peuple catalan est un peuple pieux. Des siècles et des siècles de foi habitent nos églises, nos chapelles, nos ermitages. Alors, ici, pour célébrer cette Pâques joyeuse et pleine d’espoir, les traditions sacrées comme profanes ne manquent pas. On citera Pasques florides (les Rameaux), la semaine sainte, la Pitance du Farro, la bénédiction du Salpàs, la bruyante Patrica Patroca, les bunyetes... ou encore les célèbres goigs dels ous, terme aussi fantasque qu’imprononçable aux yeux des non avertis. (E.Hoerner)

 

- - - BLASON : ALIOT doit redorer le sien

 

A propos du blason inventé par la nouvelle municipalité (pour  REDORER son IMAGE de marque…)

De nombreux mouvements politiques  appellent à une manifestation publique samedi 10 avril, place de Catalogne, à partir de 15 heures:

 

"Nous appelons les Catalans à descendre dans la rue" annonce Jordi Vera. "Cela, afin que notre ville continue à être La Catalane. En effet, toute modification aussi profonde de notre image doit être soumise à un référendum démocratique ! Perpignan, c’est la Capitale du Pays Catalan et nous ne pouvons pas accepter qu'un changement qui touche à l’âme des Catalans soit décidé en catimini, par un quarteron dans les fonds d’un bureau"

 

- - - EXPO MERY SALES

 

En attendant l’autorisation de réouverture, tout est prêt au Centre d’Art Contemporain “àcentmètresducentredumonde”

pour accueillir le public. La nouvelle exposition : “Personnages hors champ” de Mery Sales attend les visiteurs, dès que possible et jusqu’au 13 juin 2021.

 

Galerie aidée par la mairie de Perpignan - M. l'adjoint à la Culture communique :

André Bonet annonce :

 

Mery SALES expose au Centre d'art contemporain "acentmetresducentredumonde" 

 

André Bonet, adjoint à la culture découvrait son exposition ce matin, intitulée "Personnages hors champ", et désormais fin prête à ouvrir ses portes, dans l'attente de l'autorisation de réouverture.

Commissaire Álvaro de los Ángeles

https://www.merysales.com/

 

« Ces dernières années, ma peinture m’a conduite vers ses lisières. Depuis sa périphérie, j’ai découvert d’autres points de vue, associés à des espaces jusqu’alors niés ou ignorés et qui, pour leur grande majorité, portent des noms de femme : Hannah Arendt, Simone Weil et María Zambrano.

 

L’empreinte laissée par leurs voix défie les paramètres de leur époque et cherche encore aujourd’hui un espace légitime pour être remarquée. Elles ont toutes trois échappé au carcan de leur époque, notamment parce qu’être une femme philosophe était alors totalement impensable et qu’elles ont osé emprunter une voie qui justement sortait des sentiers battus.

 

Travailler sur leur pensée procède au début d’un besoin intime inaliénable mais le potentiel de transformation de leur pensée m’amène à la traduire, à ma manière, en peinture et à essayer de la transcender.

Elles nous permettent de faire le lien entre une période et une autre, de dénouer les nœuds du passé pour en tisser de nouveaux dans la trame collective du présent.» 

Mery Sales

Centre d'Art Contemporain  Àcentmètresducentredumonde

#culture #ar

Cet événement est remis à plus tard - Culture censurée

Les voleurs de feu, 2021

La Coopérative-Musée Cérès Franco à Montolieu (Aude) ouvre ses portes sur une nouvelle saison le 3 avril à 10 heures. Elle présente pour la deuxième année consécutive l’exposition « Les Voleurs de Feu ».

2020 avait été marquée par l’officialisation de la donation aux collectivités territoriales des 1 651 œuvres de la collection Cérès Franco et du bâtiment à la Région par le mécène Henri Foch. Cette exposition a été dédiée à Dominique Polad-Hardouin, fille de Cérès, qui nous a quittés le 1er mars 2020, et qui a assuré le commissariat en choisissant le parti pris de la profusion, de l’abondance.

Les visiteurs vont découvrir, au travers de plus de 450 tableaux et sculptures créés par 150 artistes, les différentes facettes de la collection. Une exposition dont l’objectif est d’illustrer la richesse et la diversité des œuvres accumulées par Cérès Franco sur plus de quarante ans.

« Les Voleurs de Feu » présente ainsi la nouvelle figuration française, le mouvement CoBra, les peintres autodidactes venus d’Europe ou des confins du Brésil, du Maroc et de la Tunisie, les artistes marginaux, visionnaires ou singuliers aux côtés de figures majeures du monde de l’art, à l’image de l’art sans frontières que Cérès Franco a toujours défendu.

Parmi eux, Stani Nitkowski, Hugh Weiss, Abraham Hadad, Mao To-Laï et Alejandro Marcos seront particulièrement mis en lumière. Une étonnante série de portraits de Cérès Franco sera également présentée.

Tous les jours, 10-13h et 14h30-18h sauf lundi et ouverture exceptionnelle les lundis fériés

(*) Le GIP La Coopérative-Musée Cérès Franco a été constitué en 2019 pour accueillir, conserver, valoriser et faire découvrir au plus grand nombre la collection issue de la donation Cérès Franco. Il est constitué de la région Occitanie, du département de l’Aude, de Carcassonne Agglo, de Montolieu et de l’Association pour la valorisation de la collection Cérès Franco.

Début :

3 avril - 31 octobre

Catégories d’évènement:

Art Plastique, Aude, En Région Occitanie,Exposition, Musée

LIEU

La Coopérative-Musée Cérès Franco

5 Route d'Alzonne 

Montolieu, 11170 France + Google Map

Partager cet article
Repost0
1 avril 2021 4 01 /04 /avril /2021 08:11
On s'envoie en l'ait avec Aristide...

On s'envoie en l'ait avec Aristide...

Perpignan : opération l'art vous envoie en l'air : une nouvelle statue de Maillol à Perpignan 

 

La nouvelle municipalité de Perpignan la bigote, pleine d'imagination, veut redorer son blason et relancer les animations culturelles, en amplifiant l'opération culturelle "l'art m'envoie en l'air"...

 

Au 13ème ciel, exactement, en cette période des cloches pascales qui, de Rome volent vers la Rome (prononcer Rume), rivière qui borde le musée Maillol de Banyuls.

 

Ces objets volants cathos s'arrêteront rue de la cloche d'or, un peu loin, cependant de la résidence secondaire du rabbin Halimi.

 

Toutes les cloches de Perpignangnan assisteront alors à la pose d'une statue géante et obscène d'Aristide, création inédite découverte, sur le chemin des mas, par Olivier Capell, maître de la culture à B. de la Marenda.

 

Tous les oisifs, chômeurs, scolaires en vacances ou en télétravail, face à leur ordi mastubatoire, pourront ainsi s'esbaudir en caressant les formes amples de cette dame de bronze...

Bon confinement en plein air et sans distanciel, de 6h à 19 heures...

(pour s'inscrire à la mairie, demander Véro...)

 

J.P.Bonnel (1er avril 2021)

 

 

Partager cet article
Repost0
24 mars 2021 3 24 /03 /mars /2021 10:19
photos JPB - Brochure sur Maillol et Dina Vierny (chez l'auteur - 8 euros - 06 31 9 09 32 -
photos JPB - Brochure sur Maillol et Dina Vierny (chez l'auteur - 8 euros - 06 31 9 09 32 -
photos JPB - Brochure sur Maillol et Dina Vierny (chez l'auteur - 8 euros - 06 31 9 09 32 -

photos JPB - Brochure sur Maillol et Dina Vierny (chez l'auteur - 8 euros - 06 31 9 09 32 -

Maillol, de l'atelier de la maison rose de Banyuls à la métairie, 

où se trouve le tombeau de l'artiste (le sculpteur; d'abord enterré -et occulté- au cimetière de la ville, est transféré sous la statue Pensée, en 1961) et le musée qui lui est consacré.

 

Au sous-sol, la cuisine en schistes est ornée d'ustensiles et d'objets faïencés, ainsi que de pilon, marmites en fonte et en terre, verres émaillés…

On remarque une tapisserie grand format représentant deux femmes très belles qui se promènent et on croit deviner les visages cachés des amants..?

 

Les bronzes sont nombreux :

 Torse sur le dauphin (1910), Phryne, même année, un grand bronze intitulé "Torse du printemps" (1911), le Torse de l'été (idem), Torse "Action enchaînée", de profil, sans bras, daté de 1905, en écho au monument à la mémoire d'Auguste Banqui (Jardin des Tuileries, haut de 2,15 m); une copie et placé depuis 2020 sur la promenade de la plage de Banyuls.

Oeuvre de format réduit, comme le Monument à Cézanne (1912/25, présent aux Tuileries).

 

Ces "essais", ces "brouillons" d'une grande beauté sont entourés de terres fuites, tel le Torse, sans tête ni pieds de 1910. Notons aussi la gracieuse Nymphe assise de 1900…

 

De nombreuses photos de l'époque montrent un Maillol bucolique, heureux dans le paysage de la vallée de la Rome. Ainsi avec le calot noir, la longue barbe de l'artiste au visa fin et au nez allongé, en chemise blanche, dans un pantalon de flanelle…

 

La photo avec Matisse a été prise dans le jardin de la maison-atelier de confection de papier, de la maison de Marly-le-Roy, propriété aujourd'hui du chanteur Hugues Aufray…

 

A l'extérieur, la beauté de la nature méditerranéenne est magnifiée par les cyprès anciens et majestueux qui forment un quadrilatère protecteur autour de la robe silencieuse. Ces arbres d'une verticalité spirituelle dessinent une architecture  protectrice, face aux vents et aux foules bruyantes. 

Est mis en valeur ici la solitude d'un modeste cimetière personnel…

 

En fin d'après-midi, il faut être sensible aux rayons de lumière, filtrés par la carrure vête des géants longilignes. 

Seule, une faille dans l'armure d'un arbre, perturbe un peu la fraîcheur du lieu, apte à la méditation et à une pensée intime pour l'ermite éternel de la métairie…

 

JPB

 

(autres textes sur Maillol dans le livre CatalognArts et dans la brochure consacrée à Dina Vierny : Une grande dame au pays de Maillol (2000, Perpignan, assoc. Frontières,entretien avec D.Vierny, JP. Bonnel et André Roger)

Partager cet article
Repost0
17 mars 2021 3 17 /03 /mars /2021 10:34
Henri Iglesis et ses bonhommes de tôle soufflée : le p'tit bonhomme et Terpsichore, muse de la danse
Henri Iglesis et ses bonhommes de tôle soufflée : le p'tit bonhomme et Terpsichore, muse de la danse

Henri Iglesis et ses bonhommes de tôle soufflée : le p'tit bonhomme et Terpsichore, muse de la danse

 

Henri Iglesis, sculpteur sur tôle...

Il ne manque pas de savoir-fer...

 

Henri Iglesis, sculpteur sur fer et inventeur du concept de la tôle soufflée, nous invite à la découverte de son univers.

Un monde ferrique et féerique, peuplé de personnages un rien oniriques, un rien ironiques.

Ici et ailleurs, jamais et toujours, en France et un peu partout dans le monde, alors même que les passions et que les idées s'oxydent toute raison gardée et de guerre lasse, les œuvres métalliques, aussi clinquantes qu' étincelantes d'Henri - en autant de témoignages vivants - se confrontent à l'inévitable rouille immanente, inexorable, inéluctable et routinière du temps qui passe, tout en affirmant et leur pertinence et leur pérennité.

Ses créations ne manquent aucunement ni d'éclectisme, ni d'inspiration...

Henri Iglesis, artiste catalan d'origine et « catalanement » original, éclaire de son « savoir-fer » le réel de nos illusions et forge sur son imaginaire les rêves de notre quotidien...et ce dans une alchimie intime et savante qui conjugue à satiété le fer et le souffle de la vie : à savoir le vent et le feu, et ce dans une alliance et dans un alliage parfaits...

 

L'artiste livre à notre soif d'inconnu et à notre intérêt dévorant autant d'icônes infinies et d'idoles indéfinissables.

Enfantés au long d'images entraperçues et de souvenirs transcendés, ses êtres et ses créations de tôle configurent les contours de notre vie de chaque jour... optant de manière optimiste pour les courbes et les arrondis, arrondissant en toutes circonstances les angles, circonscrivant dans ses volumes pudiques mais affirmés les paradigmes de la réalité... et ce face à une existence sécante, parfois brisée, souvent en dents-de-scie, mais incontournablement, subséquemment et inévitablement frangée d'aspérités...

J.I.

 

 Tel : 06 05 48 12 94

e-mail : henri.iglesis@gmail.com

site internet : www.henri-iglesis.com

Légendes photos : Henri Iglesis et ses bonhommes de tôle soufflée

 

Calce Culture contemporaine

Enfin, les paysages liquides sont là!

"Lorsque nous contemplons un paysage, est-ce le passé et le passage du temps qui nous émerveille ou est-ce plutôt cette précipitation vers le futur dans lequel nous ne serons que mémoire ?

 

Le paysage c’est l’artifice de l’homme pour concevoir une nature qui le dépasse toujours, d’autant plus qu’il en fait partie. L’inconscient de la nature, l’invention du paysage le dévoile : c’est l’homme et son besoin de figer la vie sous une perspective. L’inconscient de l’homme : la nature et son perpétuel mouvement.

 

Quand les artistes s’intéressent au paysage de nos jours, ils ne peuvent le faire que sous une prise de position. Ils dénoncent son artifice, ils ironisent sa perception en tant que « seule vraie nature », ils en montrent le biais subjectif, ils y transitent comme des randonneurs ou comme des funambules entre en figer ou en accepter le mouvement.

 

Le paysage est liquide, changeant au cours des ères géologiques autant qu’au long du petit temps de l’homme et de son labour. Le terroir, mot cher à tous les gens dans notre coin de monde, n’est que la rencontre entre la main de l’homme , son travail sur la nature domptée, et cette nature qui s’insurge et qui change. Comme si les viticulteurs faisaient quotidiennement l’expérience de ce que les artistes ont inventé : la nature cadrée par le regard de l’homme.

Le paysage naturel devient paysage urbain qui devient paysage corporel qui devient paysage intérieur et subjectif. Il est d’autant plus subjectif qu’il souhaite « portraiter » la réalité. Il suffit de la poser la question a un photographe. C’est comme la construction d’un lexique, l’écriture transformé en paysage. Son essence c’est le mot, le trait, la main de l’artiste qui s’y plonge et qui essaie d’en sortir l’essentiel. Qui ne reconnait pas une montagne – sa montagne – dans ce simple trait sur le papier ? Le paysage c’est peut-être avant tout une mémoire affective d’un lieu vécu."

 

Alessandra MONACHESI RIBEIRO

Les artistes 

Daniel CABALLERO

Núria DURAN

Joan FONTCUBERTA

Kika NICOLELA

Raphaëlle ROUMAGNAC

Serge SAUNIÈRE

Muriel VALAT-B

Félix VALDELIÈVRE

Fabienne VERDIER

Partenariat: Lycée Agricole Claude Simon de Rivesaltes / Occit'Avenir

Daniel Caballero est le deuxième artiste en résidence pour le projet Habit’Art des résidences artistiques de l’association 3C. Dans le cadre du programme Occit’Avenir proposé par la DRAC-Occitanie, la DRAAF-SRFD Occitanie et la Région-Occitanie et en partenariat avec le Lycée Agricole Claude Simon de Rivesaltes, l’artiste interviendra du 15/03 au 16/04/2021. Au programme, un temps de création de l’oeuvre intitulé « Capsule » ainsi qu’un temps d’intervention et de transmission auprès des lycéens et du grand public.

CCC

Partenariat: Agit'Hé et Inund'Art / Résidence transfrontalière

CALCE...

Le collectif Agit’Hé et l’association Inund’Art sont nos partenaires pour la troisième résidence artistique de l’association 3C. Dans un projet de résidences croisées au sein de d’un projet micro-transfrontalier soutenu par le Département des Pyrénées-Orientales et par la Generalitat de Catalunya, les artistes des deux collectifs interviendront lors de l’exposition Paysages liquides, du 10/03 au 10/04/2021. Au programme, un temps de création des oeuvres en dialogue avec les oeuvres des artistes prévues pour l’exposition par 3C ainsi qu’un temps de médiation auprès du public.

 

Les artistes

Tiffany VAILIER 

Agnès CALAS 

Caroline MILIN

Trenca ROCS

Marina E.G. 

Yoshihito SUZUKI 

Partager cet article
Repost0
1 mars 2021 1 01 /03 /mars /2021 10:47
 Mémoire de la Shoah :  spoliation d’œuvres d’art par les nazis - La lettre des Amitiés Internationales André Malraux
 Mémoire de la Shoah :  spoliation d’œuvres d’art par les nazis - La lettre des Amitiés Internationales André Malraux
 Mémoire de la Shoah :  spoliation d’œuvres d’art par les nazis - La lettre des Amitiés Internationales André Malraux

la spoliation d’œuvres d’art par les nazis et les enquêtes de restitution

 

Projection en avant-première et rencontre : "Une collection d’art et de sang, le catalogue Goering" de Laurence Thiriat, dimanche 14 mars 2021 à 16h30

Projection - rencontre : Une collection d’art et de sang, le catalogue Goering de Laurence Thiriat

 

Journée thématique sur la spoliation d’œuvres d’art et les enquêtes de restitution

PROJECTION / RENCONTRE  

EN AVANT-PREMIÈRE

Une collection d’art et de sang, 

le catalogue Goering 

de Laurence Thiriat

 dimanche 14 mars à 16h30 

  sur le site internet du Mémorial

suivie d'une rencontre à18h sur Zoom

Film écrit par Laurence Thiriat et Jean-Marc Dreyfus. 

France, documentaire, 90 mn, Schuch Productions, Flair Production, Kaos Films, ARTE GEIE, RTBF, 2020.

Durant la guerre, Hermann Goering, deuxième homme fort du régime nazi, met en place à des fins personnelles une gigantesque entreprise de spoliation d’œuvres d’art appartenant à des milliers de familles juives. Ces pillages sont consciencieusement notés dans un catalogue, archive sortie de l’oubli en 2015. Mené comme une véritable enquête policière, le film nous conduit aux quatre coins du monde afin de rechercher les témoins, les archives et les traces d’une histoire qui ne passe pas.

La diffusion du film sera suivi d'une rencontre sur la plateforme Zoom en présence de laréalisatrice et de Jean-Marc Dreyfus, historien, coauteur du film, et auteur de Le Catalogue Goering (Flammarion, 2015).

 Animée par Philippe Sprang, journaliste.

Pour suivre la rencontre sur Zoom et poser vos questions aux intervenants l'inscription est obligatoire.  

Retransmission en direct sur le site internet et les pages Facebook et YouTube  du Mémorial de la Shoah

Teaser du film "Une collection d’art et de sang, le catalogue Goering"

 

* Le film sera disponible sur le site internet du Mémorial  le 14 mars de 16h30  à minuit.

Diffusion sur Arte France le 21 mars à 23h50.

Avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

 

Mémorial de la Shoah de Paris

17 rue Geoffoy-l'Asnier 75004 Paris - Tél. : 01 42 77 44 72

Métro : Saint-Paul ou Hôtel-de-Ville

contact@memorialdelashoah.org - www.memorialdelashoah.org

- - -

 

La lettre des Amitiés Internationales André Malraux

 28 Février 2021

Au long de cette année 2021 surgissent nombre de « marque-pages » anniversaires qui disent les empreintes Malraux de ces années là, et sont autant d’appels à « remémorations ». Les lignes ci-dessous en évoquent quelques-unes, dans leur contexte condensé, jalons décennaux d’ « une vie dans son  siècle »…

 

… À commencer, en novembre prochain, par le 120ème anniversaire de sa naissance … et le 45ème de son décès.

Et puis, c’était il y a juste 100 ans :

-          L’édition de « Lunes en papier », illustrée par Fernand Léger, et la parution de quelques autres « écrits farfelus ».

-          Peu après, en juin 1921, tournant de vie, rencontre si importante de Clara et d’André qui, dès lors, ne se quittent guère.  Le 14 juillet, dans sa chambre de l’hôtel Lutetia, ils se « découvrent » en ce jour de feux d’artifices. S’ensuivent voyages (à commencer par Florence que leur fille, née en 1933,  honorera merveilleusement en prénom accolé au nom qu’ elle portera si bien), mariage etc…  Beauté de « leurs vingt ans » !

 

En 1931, il y a 90 ans, avec Clara, de mai à décembre, un grand voyage les mène, entre autres, en Perse, en Inde, en Chine, au Japon, au Canada et aux Etats-Unis, périple riche en découvertes, en rencontres, en émotions et moments forts partagés qui seront semence d’écriture.

 

1941, il y a 80 ans, c’est, après son évasion de novembre 1940, l’installation sur la Côte d’azur (Villa « La Souco » à Roquebrune-Cap-Martin, et villa « Les Camélias » à Cap d’ail) où il retrouve l’aimée Josette Clotis avec Gauthier (« Bimbo ») leur premier enfant né aussi … en novembre 1940. En mai, aux « Camélias », Malraux lit avec tant d’intérêt « L’étranger » d’un certain Albert Camus qu’il adressera l’ouvrage à Gallimard avec le qualificatif « important ». On connaît la suite…

 

10 ans plus tard, voilà « Les voix du silence » dans leur première parution de fin 1951, (il y a donc 70 ans !), illustrant ses grands textes sur l’art, dans la continuité des 3 volumes de « Psychologie de l’art » précédemment édités. Événement d’importance.  La maison de Boulogne, autour du couple Madeleine / André, est animée par ses enfants Gauthier (11ans) et Vincent (8 ans) nés de Josette décédée dramatiquement en novembre 1944, et par Alain (7ans à l’époque …), fils de Madeleine et de Roland, demi-frère d’André, résistant disparu tragiquement en mai 1945 quelque 9 mois après l’exécution de son frère Claude, également résistant héroïque, dans un camp nazi. Non loin des photos de chefs-d’œuvre, étalées à même le sol du rez-de-chaussée, trône un piano double Pleyel pour accueillir le grand talent de Madeleine quand elle ne relit pas, avec son attention délicate, les feuillets d’écriture de son mari.

Le 23 mai 1961, la foudre s’est abattue…  Gauthier et Vincent meurent dans un accident de voiture. Leurs voix ne résonneront plus dans la maison de Boulogne. Madeleine est défaite. C’est Malraux, et non André, qui, quelques jours plus tard, s’acquittera parfaitement de son rôle de ministre des Affaires culturelles en accueillant magnifiquement, à la droite du général de Gaulle, le couple Kennedy. Peu après, le 24 juin, le même Malraux ministre inaugure au Havre la première « Maison de la Culture ». C’était il y a 60 ans, dans le tumulte des grandes tensions internationales et de l’actualité algérienne.

 

Enfin, il y a 50 ans, alors que va débuter la guerre d’indépendance du Bangladesh qui le « mobilisera » toute l’année, paraît en mars 1971 « Les chênes qu’on abat », l’un des superbes reflets du futur « Miroir des limbes ». (Re)lire ce « dialogue » entre Malraux et de Gaulle (après les commémorations de l’an dernier en l’honneur du général) est voyage vers les hauteurs. Ces hauteurs, Claude Santelli et Françoise Verny nous en offriront d’inoubliables témoignages, par la réalisation, toujours en 1971, des 9 téléfilms « André Malraux, la légende du siècle » qui seront diffusés en 1972. C’est également à partir de 1971 que, dans le château familial de Verrières, prenant la suite du beau couple formé avec sa tante Louise disparue en fin 1969, Sophie de Vilmorin, dépassant l’assistance qu’elle lui portait, partage sa vie avec Malraux qu’elle accompagnera avec grande dignité jusqu’à la fin dans une douce sérénité aimante et aimée.

 

Souhaitons que ces lignes, simples survols calendaires « anniversaires », se révèlent de surcroît incitation. Incitation à parcourir aussi  les longs et si riches intervalles réguliers de 10 ans séparant les fragments ici évoqués, incitation à approfondir pensée, œuvre et vie exceptionnelles d’intensité et de densité d’un passager du 20ème siècle qui s’appelait André Malraux

 

Joël Haxaire 

Pour Pierre Coureux, Président Fondateur, et toute l’équipe des AIAM.

PS 1 : Bonne lecture pour la suite !

PS 2 : En document joint, notre bulletin d’adhésion / cotisation

  

Perspectives … même si incertitudes !

La prudence est bien sûr « de mise » dans cette situation inédite qui a conduit, et peut encore conduire, à l’annulation  ou au report d’événements, de projets ou d’initiatives. Il n’empêche :

Sans nous avancer aujourd’hui, selon un calendrier précis, dans une énumération exhaustive d’idées, ou dans le détail d’entreprises en cours (qui occupent par ailleurs le programme de notre AG), nous pouvons quand même évoquer quelques « pistes » étudiées :

- Sur le plan « Publications » :

    * Notre revue PAM (« Présence d’André Malraux »), avec Cristina Solé-Castells comme rédactrice en chef, devrait, sauf aléa, voir avant l’été 2021 l’arrivée du numéro 18 « Le Malraux farfelu » sous la direction de Sylvie Howlett…

    * Très bientôt, un « Hors série » sur « Yves Chevalier, un pionnier de l’archéologie sous-marine » sera publié. Voilà excellente opportunité de rappeler l’extraordinaire aventure du DRASSM (Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines) créé par Malraux en janvier 1966, aujourd’hui universellement reconnu … et envié.

    * En automne, également attendu en « Hors série »,  un bel hommage à Irina Antonova par François de Saint-Cheron

    * Enfin, dès que faire se pourra, un autre « Hors série » qui sera hommage appuyé à Jean-Claude Larrat, toujours présent dans nos mémoires.

 

- Sur le plan « Événements », nous nous limiterons volontairement à 3 (même s’il en existe d’autres) parmi ceux aujourd’hui « envisagés ».

    * Vers la  mi-avril, à Montauban, en présence d’Edgar Morin, hommage à Clara et Florence Malraux. Précisions viendront si l’événement se confirme.

    * En début d’automne, à Paris, projection / conférence autour de Malraux et d’Abel Gance, en compagnie de Georges Mourier, réalisateur bien connu de « À l’ombre des grands chênes » (2005) consacré à Abel Gance, chargé par la Cinémathèque française de la reconstruction et restauration de son « Napoléon ». Actualité à suivre !

    * En fin d’automne, à Paris dans divers lieux, et en province, autour du 120ème anniversaire de sa naissance, « Malraux, un homme multiple », série d’expositions évoquant diverses facettes de sa vie, sa personnalité, son œuvre, sa pensée au travers de documents, photographies, objets, meubles, œuvres d’art et ouvrages etc … Les informations viendront à mesure de l’évolution du projet.

  

À propos de « Malraux et l’Afrique noire » 

Ce qui procure grande satisfaction, c’est le « retour » très positif manifesté par un certain nombre de lecteurs, particuliers en leur nom propre ou s’exprimant au nom de leur institution. Voilà qui est gratifiant pour l’ensemble des « auteurs » et « acteurs » de ce numéro 17 de « Présence d’André Malraux ». De votre côté, n’hésitez pas à nous faire part à votre tour de vos commentaires auxquels nous serons très attentifs. Et puis, pour celles et ceux qui souhaitent à leur tour acquérir cet ouvrage, le mieux est de le faire savoir, en précisant vos coordonnées complètes, à Michel Leroy,  – mail :aiam.tresorier@gmail.com  – à qui, une fois les modalités résolues, vous pourrez adresser à son domicile (49 Avenue d’Alembert – 93190 – Livry-Gargan) votre règlement (chèque libellé au nom des AIAM). Il se chargera de l’expédition.

  

« Malraux et De Gaulle », vidéo avec Olivier Germain-Thomas.

 

Grand plaisir d’écouter Olivier Germain-Thomas sur ce sujet qu’il connaît si bien ! 35 minutes passionnantes, sur le site de notre confrère « malraux.org », que vous pouvez retrouver en cliquant sur https://malraux.org/malraux-et-de-gaulle-pas-olivier-germain-thomas

  

ET N’OUBLIEZ PAS de CONSULTER RÉGULIÈREMENT NOTRE SITE https://www.andremalraux.com 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2019 6 23 /11 /novembre /2019 09:06
Galerie Joan Gaspar, ouverture de 26.11.2019 -

Galerie Joan Gaspar, ouverture de 26.11.2019 -

Barcelona : Galerie Joan Gaspar, ouverture le 26 novembre - Amie de Picasso, l'aventure de cette célèbre galerie catalane a été racontée par sa mère, Elvira FARRERAS, ancienne secrétaire de Malraux pendant la guerre civile

(voir 30 Balades culturelles en Catalogne, J.P.Bonnel)

 

Sommaire :

 

Cyber-bodega, lieu citoyen de Perpignan - “L’histoire oubliée de la Casa  Xanxo”, de Sylvain Chevauché, par Clarisse Réquéna - Joan Llorenç Solé, par Jean IGLESIS 

 

 

*** Espace co-working

Depuis mai 2019, une cyber- bodega, lieu alternatif et convivial mais d’abord fonctionnel, a ouvert ses portes rue de l’Avenir. On peut y dé- jeuner, y dîner, prendre un verre tout en se connectant, si on le souhaite, à Internet. Des ordinateurs sont en effet à la disposition des visiteurs. Mais la cyberbodega offre encore la possibilité de faire des réunions pour les associations adhérentes, des salles sont prévues à cet effet, avec, toujours, le service bodega. Et travailler dans un lieu convivial, c’est bon pour le moral et la santé ! Espace co-working. Domiciliation des associations et des entre- prises. Salles pour des séminaires, petits déjeuners et repas d’affaires. Soirées jeu d’échec tous les vendredis ;

troc-échange avec l’association Le Bas Vert tous les 2e mercredis du mois, ateliers informatique, galerie d’art...

Bref, il se passe toujours quelque chose à la Nouvelle Cyber Bodega et le mieux est d’aller prendre un verre et de se renseigner auprès de Claude, le gérant, car beaucoup de possibilités s’offrent à tous ceux qui entrent dans ce lieu très bien tenu, chaleureux, en somme très sympathique.

Ouvert à tous du lundi au vendredi, le samedi sur commande. Pour les adhérents, des services sont pré- vus. Les prix sont très abordables car il s’agit d’un lieu associatif et ouvert à tous. Pour les repas : un plat, un dessert : 10 euros ; snack à partir de 5 euros et bien sûr

Claude, gérant de la Nouvelle Cyber Bodega

Le bar

du café, de délicieux thés bio (le thé aux épices, un délice !) et bien d’autres choses à découvrir.

Nouvelle Cyber Bodega, 26 rue de l’Avenir à Perpignan.

Tél. : 04 68 52 32 54. Mail : nouvellecyberbodega@gmai l.com ; site internet : www.cyberbodega.fr

Clarisse Réquéna

- - -

 

Histoire
“L’histoire oubliée de la Casa

Xanxo” par Sylvain Chevauché

Sylvain Chevauché vient de publier un ouvrage indispensable à tout Perpignanais qui se respecte : L’histoire oubliée de la Casa Xanxo. Une demeure patricienne catalane à l’époque moderne (Perpignan, éd. Trabucaires). Archiviste paléographe (Ecole des Chartes) et doctorant en histoire contemporaine à l’université Paris 8, S. Chevauché a présenté son ouvrage samedi 21 septembre lors des Journées euro- péennes du patrimoine, dans le cadre de la saison littéraire du Centre Méditerranéen de Littérature. Nombreux furent les visiteurs à venir entendre cette intervention en présence du CML et bien sûr de l’éditrice.

Extrait : “Par son unité architecturale, son ensemble d’éléments sculptés, sa majesté, la demeure connue sous le nom de Casa Xanxo (ou Maison de la Main de Fer) est, sans nul doute, le joyau du patrimoine civil de Perpignan. Toutefois, comme beaucoup d’autres hôtels historiques de la ville, son histoire est très mouvementée et profondément méconnue. Le panorama sommaire que nous proposons ici pré- sente, pour la première fois, la suite ininterrompue des propriétaires et des occupants, les mutations brusques et violentes (confiscations, mise

Discours de M. Lazerme, puits de sciences et d’anec- dotes sur Perpignan

en vente aux enchères), les aménagements et transformations du bâti depuis la période des Lu- mières jusqu’à aujourd’hui. Par-delà ses murs immobiles et au travers de ses habitants, la Casa Xanxo nous raconte l’histoire sociale et poli- tique de ce territoire catalan envié, disputé, conquis”.

Bref, un bel ouvrage illustré à s’offrir ou à offrir dès maintenant, et au moins à Noël !

 

Clarisse Réquéna

 

Sylvain Chevauché  à la Casa Xanxo

Salle comble pour la sortie du livre

En présence du Temps du costume roussillonnais

Elne

« Groc », septième album de Joan Llorenç Solé … Et la ville se drape soudain de sang et d'or !...

 

Il y avait foule, samedi 16 décembre en soirée, salle des fêtes d'Elne... Des airs, des accents et des souffles d'espérance et de liberté, à peine contenus mais néanmoins vivaces et vivifiants, bruissaient entre les tables des convives, venus en nombre assister à la présentation de « Groc », septième C.D de Joan Llorenç Solé, auteur, compositeur et interprète de talent, bien connu de la population illibérienne...

Ce nouvel opus, se présente d'emblée comme une prouesse technique : enregistré en avril dernier, au sein du parc l’Escapade, à Estavar , il a fallu aux concepteurs du projet installer, à savoir créer un studio sur la commune cerdane, et du coup déplacer les instruments, les appareils de sonorisation, les musiciens et les techniciens pour faire naître « Groc » (jaune en français), la couleur du lacet (« el llaç » en catalan) qui témoigne de l'injustice que subissent depuis deux années déjà 18 personnes, citoyennes sud-catalanes, unilatéralement et injustement condamnées pour certaines à la prison, pour d'autres à l'exil...

C’est à la pensée de ces hommes et de ces femmes, n'ayant jamais commis ni crimes, ni délits, mais toutefois iniquement et absurdement jugés et condamnés pour avoir fait état et montre de leurs opinions dans les charges professionnelles, sociales et associatives qu'ils assumaient et qui étaient leur lot quotidien, que Joan Llorenç Solé a conçu « Groc ».

L' album s'inscrit, dans la démarche de l'artiste, comme un acte dynamique et infiniment riche de teintes sonores des plus originales: le C-D bénéficie du concours d'une section de cuivres très étoffée, ainsi que des remarquables voix féminines d'Anne-Erell Tor et d'Annabelle Scholly Lotz... Leurs tessitures conjuguées épaulent l’artiste dans son propos. Ainsi, la voix chaleureuse et émouvante du chanteur baryton s’exprime-t-elle pleinement au long des 13 titres qu'il propose à notre oreille et à notre entendement....

Joan Llorenç Solé signe huit titres sur treize de l'album, avec cette passion qui le transporte et qui lui permet de mettre en valeur sa culture, son patrimoine, ses proches...sa vie. « Ploro per dins » - texte signé par son ami Enelji - en est un exemple probant. Ce titre, s’inspire de la lettre ouverte, écrite par Carme Forcadell, lors de son transfert de la prison de Madrid vers celle de Figuères. Il a fallu obtenir l’accord de la famille de Carme Forcadell,ex-présidente du parlement de Catalogne et aujourd'hui, hélas !prisonnière politique, pour travailler cette chanson. La voix de Carme Forcadell, intégrée au morceau, le ponctue et de tendresse et d’espoir.

 

« Escrivim la historia » et « A sota la bandera »  évoquent le lacet jaune (el llaç groc), symbole de démocratie, qui a donné le titre à l’album. « La listique » d' Albert Bueno  et  « El meu país » de Teresa Rebull (texte de Miquel Martí i Pol, accompagné au piano de l'ineffable doigté de l'illustrissime Jo Biskup), témoignent de la relation vernaculaire portée à une terre maternelle, voire ancestrale, que l'on est parfois malheureusement obligé d'abandonner, mais à laquelle l'on demeure à jamais viscéralement enraciné.

La Cerdagne, lieu de prédilection de l’artiste, est omniprésente dans une chanson qui met en avant « Llívia », enclave catalane en territoire français. Assimilée pour l’occasion à un célèbre village de la Gaule antique, qui lutte contre l’envahisseur, Llívia se présente telle la capitale résistante du monde. Et « libre » , qualificatif qui s'apparente à son nom, en devient son surnom et son emblème.

Outre l'adaptation heureuse en catalan de « Bella Ciao » (chant révolutionnaire italien, écrit durant la seconde guerre mondiale en opposition véhémente aux régimes fascistes et nazis sévissant), Joan Llorenç Solé revisite « Parlem català » (Texte de Joan Cayrol – Musique de Jordi Barre), chant intime et profond que tous les nord-catalans fredonnent aujourd'hui...L'identité foncière de l'artiste s'affirme dans « Elna », dont il est un enfant reconnaissant, mais plus encore dans « No volem ser occitans »,réaction à une adhésion non consentie à un nouveau territoire. Eclairés, « Elna », « A sota la bandera » et « No volem ser occitans » témoignent d'une coopération avec le poète Joan Iglesis, illibérien lui aussi...

L'ancrage sardaniste de Joan Llorenç Solé se revendique au travers de «És la morenata » (d'Antoni Carcellé i Tosca), qu'enchaîne « La santa espina » (Texte d'Angel Guimerà – Musique d'Enric Morera).

C’est avec ses amis du « Cochon Rouge » que Joan Llorenç  a donc présenté son nouveau disque samedi dernier, autour d’une ouillade  mitonnée par le chef émérite Franck Borelle, grand ami de l’artiste. Un plat succulent, traditionnel et bien de mise en cette période pré-hivernale, qui a réchauffé le ventre, mais surtout le cœur, puis l'esprit de tous les convives attablés à la cène de l'espoir, du partage et de la convivialité... à l'occasion d'un mets pour lequel aucune recette ne peut être prescrite, pour un repas servi aux agapes et au soir luminescent de l'amitié...

L’association “Traditions Catalanes” remercie chaleureusement le Conseil Départemental, la Ville d’Elne, la Semaine du Roussillon, les amis du Travailleur Catalan, Delmas Musique, la société « Keroscène », Ràdio Arrels, le parc résidentiel de loisirs « l’Escapade », les Chevaliers de la Confrérie des copains d’abord, ainsi que tous les bénévoles et amis, lesquels ont grandement contribué au succès de cette manifestation, qui s’est avérée aussi singulière que mémorable…

 

Pour obtenir « Groc », C-D de Joan Llorenç Solé ,

-contactez « Traditions catalanes » au 07 83 82 14 13

-ou rendez-vous « Llibreria catalana »,7 Place Joan Payra,

66000 Perpignan (Tel : 04 68 34 33 74)

 

J.I.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens