Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 octobre 2017 1 16 /10 /octobre /2017 22:29
Carles Puigdemont avec le chef du gouvernement de l'Etat espagnol

Carles Puigdemont avec le chef du gouvernement de l'Etat espagnol

L'ambiguïté du président de la Generalitat est l'expression d'une dialectique secrète et silencieuse qui va provoquer un événement historique considérable

 

Il proclame la République catalane puis la suspend. 

Il avance puis recule. Ou reste en supens. Il attend, il fait attendre.

Il sait, comme nous tous, que la Catalogne est une nation, qu'elle mérite d'être un Etat, une République dans l'Europe des nations.

Il sait aussi que proclamer l'indépendance débouche sur l'incertitude. Sur la répression de Madrid. Sur une série de catastrophes annoncées : la fin de l'autonomie, la fuite des capitaux, des entreprises, sur ne dette accrue, sur la fin de non-recevoir des pays européens, sur leur mutisme, leur manque de solidarité…

 

Mais faire sécession, cela peut aussi ouvrir la voie à la guerre civile...

 

Dans son silence et sa solitude, dans sa valse-hésitation et ce qui ressemble à du trouble, à de l'ambiguïté, Carles le Catalan au nom de Bourbon - Carlos, Charles- exprime une dialectique à l'arrêt.

 Cette dialectique, remuant en secret le pour et le contre, le bon et le mauvais, l'espérance et la mort, il sait, Puigdemont, qu'elle finira pas se mettre en branle. Il le faut, il faut dire, se prononcer, choisir, s'engager.

Faut que ça sorte, que ça éclate ! Il attend l'instant favorable, l'étincelle qui va jaillir de la cogitation intérieure et de l'analyse des arguments contraires...

 

Cette ambiguïté exprime l'attente d'un mouvement historique qu'elle vise à provoquer..!

JPBonnel

 

 

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans Catalogne
commenter cet article
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 09:11
Anna Gabriel et Antonio Baños, dirigeants de la CUP, parti de gauche extrême - Culture Chancay, collection de Pascal Lacombe - Wharol à Barcelone -
Anna Gabriel et Antonio Baños, dirigeants de la CUP, parti de gauche extrême - Culture Chancay, collection de Pascal Lacombe - Wharol à Barcelone -
Anna Gabriel et Antonio Baños, dirigeants de la CUP, parti de gauche extrême - Culture Chancay, collection de Pascal Lacombe - Wharol à Barcelone -

Anna Gabriel et Antonio Baños, dirigeants de la CUP, parti de gauche extrême - Culture Chancay, collection de Pascal Lacombe - Wharol à Barcelone -

CATALOGNE :

une dépendance accrue en perspective...

 

Les Indépendantistes ont-ils été naïfs ? Ou n'ont-ils pas bien préparé la rupture, la sécession et la proclamation d'indépendance..? Candide, surtout, le PedeCat de Puigdemnt (l'ancien CDC de droite nationaliste, modéré, bourgeoise, lié aux milieux financiers catalans)..?

 

Il aurait pu prévoir :

 

-qu'un vote illégal, organisé dans des conditions non démocratiques n'aurait jamais pu être accepté, ni par Madrid, ni par l'Europe, ni par l'ONU...

 

-que la passivité des "Mossos de Cuadra", aujourd'hui divisés, certains, amers, demandant de rejoindre la police nationale) aurait été condamnée par le TSJC (Tribunal supérieur de Justice de Catalogne)...

 

-que des entreprises et banques allaient se délocaliser, que des capitaux partiraient, que l'économie et la finance ne seraient plus portées par la confiance...

 

-qu'un blocus généralisé (un pouvoir central utilisant la constitution, les lois et la force policière, voire militaire - des pays européens hostiles à l'indépendance catalane, aucune constitution démocratique n'acceptant le droit à l'autodétermination - et le regard négatif de la plupart des Etats du monde, sauf la Russie, dont la mafia est installée à Barcelone, bien contente d'attiser les tensions et de déstabiliser l'Etat espagnol...)

 

Quant à la CUP radicale, désirant l'Indépendance tout de suite, elle utilise l'attelage étrange du pouvoir de la Generalitat pour instaurer une situation révolutionnaire, proclamer la République en mobilisant la rue. La majorité indépendantiste est non-violente et refuse l'insurrection : elle sait qu'elle s'expose à la mainmise de Madrid (article 155, fin de l'autonomie, prison pour les responsables, présence militaire espagnole en Catalogne…).

 

D'où la valse-hésitation et le discours alambiqué de C. Puigdemont. Il ne veut sans doute pas que la situation s'envenime et que la rue proclame la République catalane…

 

Il croit à une médiation : il n'y a guère que le Parti socialiste pour proposer une solution : révision de la Constitution, et Puigdemont devrait accepter en pesant pour que la Catalogne accède au régime fiscal contenu dans les autonomies de la Biscaye et du Pays basque… Ce serait abandonner l'idée d'indépendance, en attendant des jours meilleurs.

 

Il reste la suggestion de Podemos, tiède quant à l'idée d'indépendance, mais désirant que le peuple catalan s'exprime : un référendum négocié. L'organisation d'un vote démocratique devrait être accepté par Madrid car il montrerait que qu'une majorité n'est pas favorable à l'indépendance…

 

Retour, alors, à la case départ, et dépit des Catalans, et dépendance accrue de Barcelone par rapport au pouvoir central…

 

JPBonnel (Perpinya, 13 octobre 2017)

***Vendredi 13 octobre, à Banyuls : CAFE PHILO sur "W. Benjamin et les expériences de la drogue", par André ROGER, psychanalyste.  A partir de 18h15...

Exposé suivi d'échanges sur le livre Haschich à Marseille ...

 

Au restaurant/bar-tapas de Banyuls, avenue Général de Gaule, premier étage, entrée libre.

 (pas d'obligation de consommer, ni stupéfiant, ni café, ni apéro…) Dialogue, échanges…

 

Contact avec l'Association Walter Benjamin sans frontières : 06.31.69.09.32. (Jean-Pierre Bonnel, président)

 

 

**BANYULS :

 

L'association Culture et Patrimoine en Côte Vermeille vous invite à la Conférence

samedi 14 octobre 2017

à 17 heures 

Banyuls-sur-Mer - salle Novelty

 

Balades romanes

dans les Pyrénées-Orientales

 

Cette conférence d’Elisabeth Durnerin († 2016)

sera présentée par Michel SAUVANT

 

« BALADES ROMANES » DANS LES PYRÉNÉES ORIENTALES

Cette conférence a été conçue par notre adhérente Élisabeth Durnerin, décédée en novembre 2016.

 

Élisabeth Durnerin a fait cette conférence une seule fois à Taurinya en mai 2016. En professionnelle de la communication elle avait préparé et présenté de nombreux visuels.

Cela a permis à son compagnon Michel Sauvant de nous proposer de refaire cette conférence pour notre association. Adhérent lui-même, il nous avait déjà fait une conférence sur un riche patrimoine  toponymique paléochrétien datant du premier diocèse d’Elne au 4e siècle.

 

À propos du site internet qu’elle a créé sur le sujet de la conférence Élisabeth Durnerin a écrit :

 

« Mon objectif  est de faire connaître et mettre en valeur ces édifices d’une richesse exceptionnelle ; ainsi les curieux et les promeneurs pourront être nombreux à ressentir les émotions créées par la découverte de ces petits et grands joyaux. Chaque « balade romane » a son propre intérêt et dépend de nombreux paramètres : charme et beauté du site, architecture, peintures murales, histoire…de quoi redonner le goût de la marche à ceux qui ne l’ont pas ou ne l’ont plus ! »

« Dans les Pyrénées-Orientales nous avons la chance d’avoir plus de 350 monuments romans ou possédant une partie romane ; c’est un patrimoine religieux préroman et roman  datant d’il y a plus ou moins 1000 ans.

Ce patrimoine va de la modeste chapelle construite sur les flancs de nos montagnes avec vue imprenable, aux abbayes prestigieuses et renommées. Jusqu’à présent, les guides touristiques n’étaient pas exhaustifs. »

 

C’est pourquoi Élisabeth Durnerin a créé le site à l’adresse internet www.baladesromanes66.net.

La conférence ne reprend pas les détails du site internet, puisque chacun pourra aller les lire sur son ordinateur, sa tablette, ou son mobile lorsqu’il voudra faire une balade.

La conférence s’adresse majoritairement à des habitants du département, dont beaucoup n'ont jamais vu une partie de ce patrimoine. Elle a été conçue pour donner la mesure de ce patrimoine, et transmettre un ressenti devant chaque monument. Il s’agit donc de donner à chacun l’envie d’y consacrer quelques heures de loisirs.

Les chapelles étant plus méconnues que les églises, la conférence montre une photo de la plupart d’entre elles, assortie d’un commentaire de mise en valeur de chacune par rapport aux autres.

Ainsi Élisabeth Durnerin aimait particulièrement l’ancienne chapelle romane St-André à 600 m à l’Est du petit village de Llar, dans le Haut-Conflent. Et sa photo préférée était la photo jointe montrant cette chapelle dressant tout d’un coup son clocher, lorsque l’on sort d’une partie boisée du chemin d’accès depuis le village de Llar (Canaveilles).

Élisabeth a consacré presque 3 ans à créer ce site. Il suscite l’admiration de ceux qui le connaissent.

C’est pourquoi refaire la conférence qu’elle avait déjà faite sur ce patrimoine, à ne pas oublier, nous a paru une bonne façon de lui rendre hommage, en présentant l’âme qu’elle a mise dans son site.

 

- - - - -CERET - Galerie Odile OMS :

 

*****Du 8 octobre au 2 décembre 2017 

nous vous invitons à venir découvrir l’ exposition de :

Fabien BOITARD

           

Vernissage en présence de l’artiste, le vendredi 13 octobre à partir de 18 h.

 

Vous pouvez dores et déjà découvrir une partie des œuvres sur le site de la galerie :

 http://www.odileoms.com

- - -

 

BARCELONA : Conférences WHAROL (Caixabank) et MIRO (à la Fondation MIRO à Monjuich)

 

***CONFERENCIA

 

 

 

 

 

LA FUNDACIÓN JOAN MIRÓ. CAMBIAN LOS TIEMPOS

 

 

 

 

 

Rosa Maria Malet, directora de la Fundación Joan Miró, reflexionará sobre el papel de esta institución cultural y los actuales retos para mantenerse como un espacio de referencia en el sector del arte contemporáneo.

 

Abierta al público en junio del 1975, la Fundación Joan Miró hace un ejercicio para adaptarse a los cambios en las costumbres y los nuevos canales de comunicación que han diversificado los intereses del público que visita la fundación.

 

 

 

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans Catalogne
commenter cet article
12 octobre 2017 4 12 /10 /octobre /2017 10:03
LLUIS COMPANYS, hommage à la Casa de la GENERALITAT de Perpinya - Expo au centre d'art "à100mètresducentredumonde"
LLUIS COMPANYS, hommage à la Casa de la GENERALITAT de Perpinya - Expo au centre d'art "à100mètresducentredumonde"

LLUIS COMPANYS, hommage à la Casa de la GENERALITAT de Perpinya - Expo au centre d'art "à100mètresducentredumonde"

*** Affaires Catalanes <affaires.catalanes@mairie-perpignan.com>

 

 Invitació Casa de la Generalitat: Exposició i confèrencia President de la Generalitat, Lluís Companys (12-10-17) 

 

Benvolgut, benvolguda,

Us fem arribar en document adjunt la invitació de la Casa de la Generalitat per assistir a la inauguració de l’exposició Per Catalunya! Vida i mort de Lluís Companys, que tindrà lloc el dijous 12 d’octubre a les 18h30 a la Casa de la Generalitat, en motiu de l’aniversari de l’assassinat del qui va ser el 123è president de la Generalitat de Catalunya. Aquesta inauguració, a la qual assistirà el president del Consell Comarcal de l’Urgell, Salvador Bonjoch, es clourà amb una conferència de Montserrat Cabero titulada Lluís Companys i el difícil encaix Catalunya-Espanya (1930-1940).

 

Nous avons le plaisir de vous faire parvenir, en annexe, l’invitation de la Casa de la Generalitat qui vous convie à assister à l’inauguration de l’exposition Per Catalunya ! Vida i mort de Lluís Companys, qui aura lieu le jeudi 12 octobre à 18h30 à la Casa de la Generalitat, afin de commémorer l’assassinat de celui qui fut le 123ème président de la Generalitat de Catalunya. Cette inauguration, à laquelle assistera le président du Consell Comarcal de l’Urgell, Salvador Bonjoch, sera suivie par une conférence de Montserrat Cabero intitulée Lluís Companys i el difícil encaix Catalunya-Espanya, 1930-1940 (Lluís Companys et la difficile relation Catalogne-Espagne (1930-1940).

 

- - - Hommage à la CNT :

***Le cordonnier d'Alicante :

Mémoires d'un militant de l'anarchisme espagnol, 1889-1948

 

Rencontre avec Melodia Sirvent pour son ouvrage paru aux éd. CNT PARIS

Samedi 14 Octobre à 11H00, Librairie Torcatis

À Alicante en 1889, l'industrie de la chaussure est en pleine expansion. Manuel Sirvent, fils de paysans, quitte l'école à sept ans pour devenir cordonnier. Dans une Espagne où l'alliance de la monarchie, du patronat et de l'Église est omnipotente, il en vient très vite à l'anarchisme et au syndicalisme. Non par la théorie mais par la pratique, celle d'un autodidacte pour qui la seule école fut « la rue et le travail ».

Manuel nous offre avec ses mémoires une ouvre de littérature populaire. De la conspiration contre la monarchie à la révolution libertaire de 1936, des prisons espagnoles à la déportation et l'exil en Bretagne, de l'amour pour sa compagne Dolorès à son engagement au sein de la CNT et de la FAI, son manuscrit couvre un demi-siècle d'expériences individuelles et collectives.

***Tandis que la politique et la religion nous mentent, nous trahissent et nous divisent, la Musique - langage universel, s'il en est - nous rassemble, nous fédère et nous unit... et ce dans la voie de la tolérance, de l'équité, de la fraternité..

 

La musique nous invite, dans le respect de nos libertés individuelles et communes, à marcher ensemble et solidairement vers la paix...

 

Musique


Quand, dans la case de bambou,

Le sorcier, sur des rythmes fous,

Frappe son tam-tam et tempête,

Je m'entends renaître à tue-tête.

Enfant modèle cependant,

Je joue ma vie tambour-battant.

Je suis la musique et m'amuse

Au long de mélodies confuses.


Au son du violon je tombe,

Comme en plein vol une colombe

Peut, par le chasseur, être atteinte.

Je vais, mourant telle une plainte,

Note au bloc-notes de l'automne,

Perdue dans l'adieu que l'on donne.

Je suis la musique et je pleure

Lorsque sonne la dernière heure.

 

Je n'aime pas serrer les mains

Des artistes sans lendemain.

Les pianos, les clavecins

Connaissent bien tous mes desseins.

Les flûtes, même traversières,

Sifflent des airs dont je suis fière.

Je suis la musique et j'enchante

L'oreille la plus réticente.

 

Parfois, n'atteignant pas mon but,

Lasse des fa dièses, des ut,

Je prends mes gammes sous le bras,

Quittant la scène à l'opéra.

Dans le silence je m'endors

Pour chercher de nouveaux accords.

Je suis la musique et m'éloigne

Lorsque le désespoir me gagne.

 
Je sais toujours donner le la,

Vagabondant de-ci de-là,

Réécrivant en doubles croches

Bonheurs enfuis et anicroches,

Faisant remonter sur les planches

Le soir les noires et les blanches.

Je suis la musique et je rêve

Quand d'un demi-ton l'on m'élève.


Les cris des peuples à genoux

Me mettent sens dessus dessous

Et leur sort m'inspire sans fin

Des chants de révolte et de faim

Où la guitare est dans mon camp

Contre les cuivres triomphants.

Je suis la musique et je lutte

Quand c'est le droit qu'on exécute. 


Jean Iglesis

 

***ARTS :

Vous trouverez ci-joint le dossier de presse de l'exposition

 qui aura lieu au Centre d'Art Contemporain 

àcentmètresducentredumonde à Perpignan

et qui présentera le travail de deux artistes: 

 

Simon PASIEKA 

 

 Nazanin POUYANDEH

    

du 14 octobre au 20 décembre 2017

 

Vernissage vendredi 13 octobre à partir de 18h30

Bien cordialement,

Amparo Sanchez

04 68 34 14 3

«ET ALORS?!», Festival de films Lesbiens – Gay – Bi - Trans

«ET ALORS?!», Festival de films Lesbiens – Gay – Bi - Trans
 
1ère édition les 13, 14 et 15 octobre 2017

Vendredi 13 octobre
19h  ouverture du festival
En présence d’Océanerosemarie
EMBRASSE-MOI ! de Océanerosemarie & Cyprien Vial, France 2017, 1h26
Int: Océane Rose Marie, Alice Pol, Grégory Montel, Michelle Laroque
Océanerosemarie vient de rencontrer Cécile, la femme de sa vie ! Même si elle ne lui a pas vraiment demandé son avis... Il est temps pour Océanerosemarie de grandir un peu pour réussir à la conquérir. En sera-t-elle seulement capable ?

Le film sera précédé d’une présentation décalée du festival de et par Rolland Payrot et sera suivi d’un verre de l’amitié offert par LGBT 66


Samedi 14 octobre
14h
THEY de Anahita Ghazvinizadeh, USA 2017, 1h20
Int: Rhys Fehrenbacher, Koohyar Hosseini, Nicole Coffineau
J, 14 ans, se fait appeler "They" et habite avec ses parents la banlieue de Chicago. J est en plein questionnement sur son identité sexuelle et prend des traitements hormonaux pour retarder sa puberté. J doit pourtant décider de son identité future…

16h30
En présence de Sullivan le Postec
LES ENGAGÉS, web série crée par Sullivan Le Postec, France 2017, 10x10’
Int: Mehdi Meskar, Éric Pucheu, Denis D’Arcangelo, Nanou Harry
Hicham décide de partir à Lyon à la recherche de Thibaut, qu’il a retrouvé sur Internet dans une vidéo mettant en avant son engagement pour la cause LGBT. Mais Thibaut, en plein bras de fer avec un politicien local, s’avère introuvable...

20h45
MARVIN de Anne Fontaine, France 2017, 1h55
Int: Finnegan Oldfield, Isabelle Huppert, Charles Berling, Vincent Macaigne, Grégory Gadebois
Libre adaptation du best seller de Edouard Louis “En finir avec Eddy Bellegueule”

A l’issue de la projection le festival vous donne rendez-vous au bar le Jet Set,
4 Rue Général de Labedoyere, Perpignan


Dimanche 15 octobre
14 h
Film présenté par Cyril Legann, distributeur du film (Optimale dist.)
PETITE AMIE (Barash) de Michal Vinik, Israel 2017, 1h22
Int: Koral Bosidon, Dvir Benedek, Reut Akkerman
Naama Barash est une jeune femme de 17 ans qui aime boire, se droguer et traîner avec ses potes. Tout ce qui peut lui faire oublier sa famille. Elle tombe éperdument amoureuse de la nouvelle du lycée, Dana, un premier amour qui va donner un autre sens à sa vie.

16h30
TOM OF FINLAND de Dome Karuboski, Finlande 2017, 1h56
Int: Pekka Strang, Jakob Oftebro, Werner Daehn
Touko Laaksonen, officier héroïque de la Seconde Guerre mondiale, est de retour en Finlande. Mais la persécution contre les homosexuels est insidieuse. Touko trouve alors refuge dans l’art, dessinant dans le plus grand secret des hommes musclés, désinhibés et fiers d’être gays…

à partir de 19 h 
au P’tit Mailly 5 rue Mailly, Perpignan
Soirée de clôture du festival avec buffet dinatoire accompagné d’un concert d'Alexandra (Réservation obligatoire)


Tarifs: 6 euros la séance
Toutes les projections se déroulent au cinéma Castillet, 1 bd Wilson, Perpignan

Association LGBT66 
(Lesbiennes Gays Bi Trans des Pyrénées-Orientales)
52 rue du Maréchal Foch  66000 Perpignan
Tél: 06 46 15 91 84
www.lgbt66.fr 
http://www.facebook.com/LGBT.66

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans Catalogne
commenter cet article
7 octobre 2017 6 07 /10 /octobre /2017 09:57
Catalogne de Barcelone à Paris : sur l'indépendance et l'art - Amitiés Malraux à Paris - Exposition Jean-Pierre Gilly
Catalogne de Barcelone à Paris : sur l'indépendance et l'art - Amitiés Malraux à Paris - Exposition Jean-Pierre Gilly
Catalogne de Barcelone à Paris : sur l'indépendance et l'art - Amitiés Malraux à Paris - Exposition Jean-Pierre Gilly

 

Perspectives : pour que la cata n'atteigne pas la Catalogne !

 

Après la répression inacceptable du pouvoir espagnol en Catalogne,

après le référendum illégal, une déclaration d'indépendance

unilatérale (pas dans le cadre de l'Europe comme le Pays de

Galles), après les pressions financières (banques et entreprises se

délocalisant), après l'absence générale de solidarité avec le

gouvernement catalan, il ne reste qu'une solution : parler avec

Madrid.

 

Il s'agit d'amender la constitution espagnole pour qu'un nouveau

référendum ait lieu (sans violence, sans pression, sans fraude: des

Catalans ont pu voter 5 ou 6 fois !): la "nation" catalane n'est pas

sûre d'obtenir la majorité; elle restera alors une "nationalité" dans

l'Etat espagnol, mais Madrid doit élargir l'autonomie de la Cata-

logne, dans le domaine fiscal. 

A ce stade, l'Europe pourra éviter le démentèlement, être

déchirée en confettis, ne représentant plus une force sociale,

économique, culturelle... face aux Russes et aux Américains ou

aux Chinois. L'Europe ne pouvant accepter que s'instaure une

force "centrifuge" qui la morcelle et impose de nouvelles frontières...

JPB

 

- - -Communiqué de la Caixa bank

 

Hola : te invitamos a profundizar en la obra de los artistas de nuestras exposiciones actuales, De Chirico y Warhol, a través de nuestros ciclos de conferencias. Además, esta semana reivindicaremos la curiosidad como paso indispensable hacia el conocimiento y la creación con reconocidos artistas nacionales.

 

 

 

 

 

* Barcelona : CONFERENCES

 

BAÑOS MISTERIOSOS. LA NOSTALGIA DE LA PLAYA Y OTRAS FÓRMULAS DE MODERNIDAD

 

Martes 10 de octubre, a las 19 h

 

En esta ocasión, a través de algunos ejemplos de la obra de Giorgio de Chirico, analizaremos la playa como lugar relacionado con cierto territorio de la memoria.

 

 

 

 

 

 

 

 

QUIERO IR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ENTRADA 4 €

CLIENTES CAIXABANK 50% DTO.

 

CONFERENCIA

 

SILVERSCREENS: WARHOL Y EL CINE

 

Miércoles 18 de octubre, a las 19 h

 

Para muchos investigadores, es en el cine donde Warhol se manifiesta como un artista verdaderamente revolucionario. En este coloquio, dos de los mayores expertos de la obra fílmica del artista analizan sus aportaciones a la historia del cine.

 

- - - CATALOGNE :

 

*Lire : Géopolitique de l'indépendantisme en Catalogne

Cyril Trépier

L'harmattan, 2015

 

 

 

* CATALANS de Paris et d'ailleurs : Institut Ramon Llull :

BUREAU DE PARIS

 

TOULOUSE,  08/10/2017

 

Focus sur le Nouveau Cinéma Catalan à Cinespaña Toulouse

 

Une « Nouvelle Vague » de Jeune Cinéma Catalan semble faire irruption dans le panorama cinématographique international. Le Festival Cinespaña Toulouse, qui aura lieu du 29 septembre au 8 octobre, en témoigne avec la projection de six films, dont Oleg y las raras artes, La película de nuestra vida, Estiu 1993, Les amigues de l’Àgata, La maldita primavera i Sobre la marxa grâce à une carte blanche au Festival D’A de Barcelone.

+ info >>

 

FRANCE,  10/10/2017

 

Parution de 'La décision de Brandes' d'Eduard Márquez en langue française

 

La décision de Brandes sera disponible en librairie dès le prochain 10 octobre, grâce aux éditions DO qui l'a publié en traduction d'Edmond Raillard. Ce roman d'Eduard Márquez, lyrique et moral, explore les petites formes d'opposition à l'arrogance et à l'abus de pouvoir.

+ info >>

 

* à consulter : 

: #Catalogne  "les autorités européennes regardent ailleurs et laissent  une nation se  déchirer". La totalité de ma prise de parole au Parlement  européen ici :  https://t.co/KLkctcB75Jhttps://t.co/qg62ABv0Ab

: Video sobre Portbou sl dia  1 d octubre wn llengua francesa. És una televisió local de Banyuls de la Marenda.

: https://youtu.be/iZQTfgeBqBA

 

 

BARCELONA / Référendum / dossier de presse

 

L'indépendantisme catalan est-il un égoïsme ?

 Par Romaric Godin  |  14/11/2014

 

Le vote des Catalans dimanche a mis en lumière la force de l'indépendantisme. Mais ce sentiment repose-t-il sur un simple égoïsme financier vis-à-vis des régions moins riches de l'Espagne ?

Deux millions de votants, 80 % de voix en faveur d'un État catalan indépendant. Les indépendantistes catalans ont réussi leur pari ce dimanche 9 novembre dans un scrutin que le tribunal constitutionnel espagnol avait déclaré illégal. Certes, ces chiffres ne représentent pas la majorité des quelques 6 millions d'électeurs inscrits dans la région. Mais compte tenu des conditions du vote et du fait qu'il reste encore quelques jours pour voter, cette consultation a clairement montré la montée en puissance de l'indépendantisme en Catalogne. 1,8 millions de Catalans ont voté pour l'indépendance, soit autant que les votes pour les partis régionalistes et indépendantistes en 2012 avec une participation pratiquement deux fois plus élevée.

La montée de l'indépendantisme

C'est donc désormais près d'un électeur sur trois qui soutient activement et franchement l'option de l'indépendance. Or, traditionnellement, depuis le retour de la démocratie en 1977, les partis ouvertement indépendantistes ne dépassaient guère les 15 %. Ce vote du 9 novembre a donc prouvé clairement une évolution de l'opinion catalane vers la séparation avec Madrid. Or, ce mouvement est souvent observé non seulement dans le reste de l'Espagne, mais aussi en Europe - et particulièrement en France - avec méfiance, si ce n'est avec hostilité.  Plus encore que le réflexe centralisateur traditionnel de nos compatriotes qui voient immanquablement un danger dans ce type de mouvement, l'indépendantisme catalan est souvent considéré comme la conséquence de « l'égoïsme » d'une région riche ne souhaitant plus payer pour les régions plus déshéritées d'Espagne. Une sorte de nationalisme de riche qui ne serait pas sans rappeler les mouvements autonomistes flamands ou de l'Italie du nord. Ce sentiment est-il justifié ?

 

Le déficit fiscal

En apparence, oui. Une des questions clés de la Catalogne, c'est le « déficit fiscal » de cette région, autrement dit sa contribution nette au budget du reste de l'Espagne. La « communauté autonome » catalane est une des plus riches du pays et elle est soumise au même régime de répartition que les autres, à l'exception, on verra pourquoi, du Pays Basque. Son « déficit fiscal » est immense, il représente 8 % du PIB catalan. « Aucune région en Europe ne souffre d'un tel déséquilibre », explique Ferran Requejo, professeur de sciences politique cité par Henry de Laguérie dans son récent ouvrage Les Catalans aux éditions Ateliers Henry Dougier. Les Catalans auraient donc plus de raison de se plaindre que les Flamands ou les Italiens du Nord, pourtant fort habitués aux jérémiades contre les « paresseux wallons » et les « voleurs romains. »

Égoïstes Catalans ?

Ce qui est frappant en Catalogne, c'est qu'il est fort rare d'entendre dans le monde politique de tels slogans contre les Andalous ou les Extrémaduriens. Depuis le dix-neuvième siècle, le mouvement catalaniste cherche une voie à l'intérieur de l'Espagne pour sauvegarder cette solidarité interne tout en affirmant son autonomie et sa capacité à faire des choix économiques. Ce fut le fédéralisme de Francisco Pi i Margall, puis celui des leaders catalans de la deuxième république. A chaque fois, le centralisme espagnol à mis à bas ces espoirs. Pourtant, depuis la chute du franquisme jusqu'en 2010, les Catalans n'ont jamais remis en cause la solidarité inter-espagnole. Ils utilisaient souvent même ce « crédit » pour obtenir des concessions de Madrid sur d'autres terrains. Autrement dit, il est difficile d'accuser les Catalans « d'égoïstes » dans la mesure où ils ont longtemps accepté une situation que bien des régions - qu'on pense seulement aux riches Länder allemands - auraient bien du mal à accepter.

La chance de l'Estatut de 2006

A la longue, la question de ce large déficit fiscal a néanmoins fini par se poser. Mais là encore, pas en « négatif », autrement dit sur le refus de la solidarité, mais en « positif » : donner à la Catalogne la capacité de mener une vraie politique économique et sociale autonome. Autrement dit accepter au sein de l'Espagne, une identité économique catalane. C'est cette idée qui a présidé aux premières réflexions sur le nouveau statut (Estatut) au sein de la monarchie espagnole au milieu des années 2000. Là encore, comme le souligne Ferran Requejo, il ne s'agissait pas de briser les liens de solidarité, mais de « ne plus être une communauté autonome comme les 17 autres. »

L'exemple basque

Or, la Catalogne pouvait se prévaloir d'un exemple : le Pays Basque. Après le franquisme, pour obtenir le ralliement du Parti national basque (PNV) à la Constitution, les autorités de Madrid ont donné à l'Euskadi un statut fiscal très autonome. A l'exception de certains impôts « régaliens » (droits de douanes, par exemple), les taxes et impôts basques sont collectées par une agence fiscale basque qui, ensuite, reverse un « quota » de ces recettes à l'Etat central pour les dépenses qu'il engage sur le territoire basque. Ce quota est régulièrement renégocié entre le gouvernement régional et Madrid. Ce statut très avantageux a été obtenu au nom des « droits historiques » de l'Euskadi. Et c'est là que le bât blesse, car la Catalogne, en raison de son identité revendique aussi des « droits historiques. » Pourquoi alors refuser à Barcelone ce qu'on accorde à Bilbao ?

Le rejet de l'Estatut

L'Estatut adopté par référendum et par les chambres législatives régionales et espagnoles en 2006, était cependant beaucoup plus modéré que le statut basque. Mais il prévoyait la création d'une agence tributaire catalane (ATC) chargé de collecter les impôts catalans, et la réduction du déficit fiscal à 4 % du PIB. Autrement dit, il permettait d'allier maintien de la solidarité et large autonomie fiscale. Une solidarité nouvelle qui avait été acceptée par les Catalans. Mais le recours de députés du Parti populaire devant le Tribunal Constitutionnel a conduit à la censure de plusieurs mesures de l'Estatut, notamment les dispositions financières. La Catalogne s'est donc retrouvée au point de départ et l'ATC est une quasi coquille vide. L'Espagne a alors laissé passer une chance historique de conserver une Catalogne « autonomiste. »

Négocier d'État à État

De l'avis de beaucoup, cette censure, en juin 2010, a été une rupture. Bien des Catalans se sont alors dit que discuter avec Madrid en tant que simple « communauté autonome » ne pourrait mener à rien et que l'Etat espagnol, trop heureux du déficit fiscal catalan, ne ferait rien qui puisse le réduire. Mieux même, en raison de ce déficit, la Generalitat, le gouvernement catalan reste dépendant de Madrid : pour preuve en 2012, elle a dû demander une aide au gouvernement central pour faire face à ses obligations. Mais cette aide n'aurait sans doute pas été nécessaire en cas de déficit fiscal réduit. Dès lors, pour une partie des Catalans, la seule option serait de prendre sa pleine indépendance pour pouvoir négocier « d'égal à égal. » C'est bien le refus de prendre en compte l'identité économique catalane qui a brisé la longue acceptation catalane de demeurer dans le cadre de l'Etat espagnol, pas le refus de la solidarité.

La rupture de l'austérité

L'autre point de rupture économique a été l'austérité mise en place à partir de 2010 en Espagne. Le retour encore fragile à la croissance l'a un peu fait oublier, mais ce mouvement a été d'une grande violence. Il a été particulièrement mal accepté en Catalogne, région où l'on est très attaché au welfare state. Il l'a été d'autant plus mal que la contribution de la Catalogne aux finances espagnoles est, on l'a vu, forte. Là encore, bien des catalans ont mal perçu les coupes budgétaires imposées par Madrid. Et en ont conclu qu'une Catalogne indépendante pourrait mieux défendre son « modèle social. » C'est le point de vue qui est aujourd'hui défendu par le parti indépendantiste de la Gauche Républicaine (Esquerra Republicana Catalana, ERC). Il est résumé dans une interview accordé la semaine par son leader, Oriol Junqueras, dans une interview à the Nation : « nous ne soutenons pas les coupes budgétaires mais au final ceux qui décident sont à Madrid. Nous sommes donc contraints pour protéger notre Etat providence, d'avoir notre propre Etat. »

Un « nationalisme » ouvert

Ce refus de l'austérité met en avant une particularité du nationalisme catalan : il s'agit de créer une Catalogne plus solidaire, ce que la domination espagnole peinerait à réaliser. Cette solidarité inter-catalane ne concerne pas seulement les « Catalans de souche », mais bien tous les habitants de la Catalogne, d'origine espagnole ou immigrée. Il existe certes un mouvement xénophobe catalan (Plataforma per Catalunya), mais, significativement, il ne s'agit pas d'un mouvement indépendantiste. La plupart des mouvements indépendantistes, eux, restent fidèles à cette phrase de l'ancien président de la Generalitat Jordi Pujol : « Est Catalan, celui qui vit en Catalogne. » C'est là une différence de taille avec Flamands et « Padaniens », souvent marqués par des conceptions xénophobes et visant à couper dans les aides sociales. Bref, « l'égoïsme » vis-à-vis de l'Espagne se justifie par une solidarité interne.

La volonté de coopérer avec l'Espagne

Dernier point : il n'y a pas de volonté « d'abandon » de l'Espagne. Si l'indépendance doit arriver, elle fera l'objet d'une négociation où, notamment la question de la répartition de la dette sera nécessairement traitée. Si Oriol Junqueras peut menacer de ne pas accepter de reprendre une partie de la dette espagnole, il ne s'agit que d'une rodomontade pour forcer Madrid à négocier. Il est historiquement très rare qu'un Etat prenne son indépendance sans reprendre une partie de la dette (ce fut le cas de Cuba en 1898 suite à la guerre d'indépendance contre l'Espagne, mais avec l'appui des Etats-Unis). Dans le cadre de cette négociation, la question d'une contribution catalane à la solidarité avec l'Espagne pourrait être posée. Le mouvement indépendantiste n'entend pas couper les ponts avec un pays dont seront originaire de nombreux Catalans et propose la création d'un « Conseil Ibérique » regroupant Andorre, la Catalogne, l'Espagne et le Portugal et instaurant des compétences et des solidarités communes sur le modèle du Benelux. C'est une vieille idée puisque déjà, en octobre 1934, le président de la Generalitat d'alors, Lluis Companys (exécuté en 1940 par les Franquistes) avait proclamé la création d'un Etat catalan « dans une fédération ibérique. »

La question européenne

Surtout, les nationalistes catalans, comme les Ecossais, ne veulent pas de rupture avec l'UE qui, en théorie, est une structure qui favorise la solidarité entre les Etats. L'enjeu pour Madrid ne devrait donc pas être de bloquer le vote des Catalans, mais de renforcer la solidarité interne à l'UE. Or, en s'alignant sur Berlin, le gouvernement espagnol dirige l'UE dans le sens inverse : celui d'une UE où chaque pays doit assumer seul sa compétitivité en limitant la solidarité aux cas de crise. Nul ne peut accuser les Catalans de cette situation où l'UE peine à assumer sa propre solidarité interne. Et nul ne peut leur demander une solidarité « contrainte » que l'Allemagne refuse avec obstination au reste de la zone euro. 

 

Alors que le Canada et le Royaume-Uni ont laissé voter les Québécois et les Ecossais, l'Espagne veut empêcher le référendum catalan le 1er octobre. Sans guère de réactions de ce côté-ci des Pyrénées.

"L'Écosse devrait-elle être un pays indépendant?" Le 18 septembre 2014, les Écossais se rendent en masse aux urnes pour trancher cette question, à l'issue d'un débat démocratique de haute tenue, organisé avec l'accord du Royaume-Uni. A 55,3 %, ils choisissent le "No". 

"Acceptez-vous que le Québec devienne souverain?" Le 30 octobre 1995, une très courte majorité de Québécois (50,6%, exactement) rejette cette perspective. 15 ans plus tôt, près de 60% d'entre eux s'étaient déjà prononcés contre toute idée de "souveraineté-association". Les deux consultations avaient été acceptées par l'Etat canadien. 

 

LIRE AUSSI >> L'autodétermination, une vieille histoire 

Rien de tel en Espagne où, face à une situation similaire sur bien des points, Madrid est résolu à empêcher les Catalans de dire si, oui ou non, ils veulent "que la Catalogne devienne un État indépendant sous forme de République". Et, pour cela, il n'hésite pas à employer la méthode forte: arrestations de hauts-fonctionnaires, saisie des bulletins de vote, fermeture de sites web... Pourtant, des centaines de milliers de personnes ont défilé à plusieurs reprises pour exiger cette consultation, sans qu'à aucun moment les indépendantistes n'aient prôné ni exercé la violence. 

Globalement, en France, la gêne prédomine

 

Ecosse, Québec, Catalogne: la comparaison, à l'évidence, ne tourne pas à l'avantage de nos voisins espagnols. Or, curieusement, cela ne suscite guère de réactions côté français. D'ordinaire, pourtant, nos intellectuels ne manquent pas une occasion pour s'offusquer, s'indigner ou s'enthousiasmer. Et il en va de même chez les politiques. Benoit Hamon est l'un des rares à avoir marqué ses distances: "Le gouvernement espagnol a tort d'attiser la tension", a prudemment regretté l'ancien candidat du PS à la présidentielle. Mais globalement, la gêne prédomine.  

Cette attitude atypique est très révélatrice. Et tient principalement aux idées reçues qui circulent en France au sujet du régionalisme. En voici quelques-unes: 

1. "Le référendum est illégal"  

C'est la thèse du gouvernement espagnol, qui s'appuie sur une décision du Tribunal constitutionnel allant dans ce sens. Or, il n'est pas difficile de démontrer que ledit Tribunal est tout sauf neutre. Non seulement sa composition est biaisée (la grande majorité de ses membres a été nommée par deux mouvements unionistes, le Parti populaire de Mariano Rajoy et le Parti socialiste), mais, sur le fond, il est surtout l'expression d'un pouvoir centralisateur. Dès lors que la Constitution prévoit "l'unité indissoluble de la nation espagnole, patrie commune et indivisible de tous les Espagnols", le débat est biaisé. Pour mémoire, la Cour suprême d'Ottawa, saisie par le gouvernement fédéral, avait estimé que la souveraineté était un objectif légitime et que seuls les Québécois avaient le droit de voter. 

Le droit international est plus complexe. L'Espagne a en effet ratifié la déclaration des droits des peuples autochtones des Nations unies, laquelle stipule (article 3) que "les peuples autochtones ont le droit à l'autodétermination". Elle est également signataire des accords d'Helsinki, dont l'article 8 est ainsi rédigé: "Les États participants respectent l'égalité de droits des peuples et leur droit à disposer d'eux-mêmes, en agissant à tout moment conformément (...) aux normes pertinentes du droit international, y compris celles qui ont trait à l'intégrité territoriale des Etats". La France a également approuvé ces deux textes. 

Juridiquement, le "droit des peuples à l'autodétermination" est toutefois encadré. Il faut déjà définir ce que l'on entend par "peuple", ce qui ne va pas de soi. Et tenir compte des résolutions 1514 et 2625 des Nations Unies qui en restreignent le champ d'application en excluant "toute tentative visant à détruire partiellement ou totalement l'unité nationale et l'intégrité territoriale d'un pays et précise que ce droit ne peut être interprété "comme autorisant ou encourageant une action, quelle qu'elle soit, qui démembrerait ou menacerait, totalement ou partiellement l'intégrité territoriale ou l'unité politique de tout État souverain et indépendant". 

En clair ? Ces concepts totalement contradictoires se gèrent au cas par cas, comme l'ont montré récemment la création de l'Erythrée, le démembrement de la Yougoslovie et de l'URSS. 

Cependant, à moins de considérer que le droit à l'autodétermination doit être réservé aux peuples qui s'autodéterminent déjà, il paraît difficile de condamner les Catalans en se référant uniquement à la décision du Tribunal constitutionnel de Madrid. Au demeurant, les intellectuels français savent parfaitement dénoncer les légalités nationales lorsque celles-ci contreviennent aux grands principes universels. Pourquoi cette exception quand il s'agit de l'Espagne? Parce qu'il s'agit d'une démocratie et du souvenir de la guerre civile que connut le pays il n'y a pas si longtemps ? Bien sûr, mais ce ne sont pas les seules explications. Pour comprendre l'attitude française, il faut se plonger dans notre histoire nationale. 

2. "Le régionalisme, c'est ringard" 

La cause régionaliste, en France, n'a jamais trouvé de grands soutiens. Seul l'ancien Premier ministre socialiste Michel Rocard fit exception, en estimant que notre pays s'était "créé par la destruction de cinq cultures, bretonne, occitane, alsacienne, corse et flamande".  

Ce mépris tient pour une part à une forme de snobisme. Dans un pays où la vie intellectuelle est concentrée à Paris, défendre les Catalans, les Basques ou les Alsaciens sent affreusement sa province et vous écarte de "ceux qui comptent" dans la capitale. Quand l'on aspire à être reconnu, il s'agit là d'une erreur à ne pas commettre. 

Cette condescendance est d'autant plus ancrée que nos intellectuels n'ont guère de culture en la matière. Lesquels ont lu Frédéric Mistral, prix Nobel de Littérature pour une oeuvre écrite en provençal? Lesquels savent qu'au XIIe siècle, le prestige littéraire du picard était largement supérieur à la langue du roi en usage à Paris? Lesquels ont étudié l'histoire de la Bretagne, de la Franche-Comté ou du Béarn avant leur rattachement à la France? Lesquels, pour revenir aux Catalans, savent comment Louis XI et sa soldatesque menèrent le terrible siège de Perpignan? Aucun ou presque. A leur décharge, l'école de la République ne s'attarde guère sur ces vérités parfois dérangeantes. 

Cette méconnaissance ne les aide évidemment pas à émettre un jugement éclairé sur les événements de Barcelone. 

3. "Le régionalisme, c'est la réaction" 

Chez nous, les régionalismes ne sont pas seulement moqués ; ils sont aussi jugés réactionnaires. Il est vrai que, du Maréchal Pétain en passant par Charles Maurras, l'exaltation de "nos belles provinces" trouva dans l'Histoire ses meilleurs appuis à la droite de la droite.  

Depuis, Mai 68 a nettement inversé la tendance: dans les années 1970, le régionalisme français a majoritairement basculé à gauche.Cela, visiblement, n'a pas suffi à venir à bout de la méfiance qu'il suscite. 

C'est que les esprits, en la matière restent marqués par la Révolution française. A l'époque, les langues régionales - parlées par 80 % de la population - furent carrément assimilées à... l'Ancien Régime. "Le fédéralisme et la superstition parlent bas-breton; l'émigration et haine de la République parlent allemand... La Contre-révolution parle l'italien et le fanatisme parle basque. Cassons ces instruments de dommage et d'erreurs", lance ainsi le conventionnel Barrère, le 27 janvier 1794. 

C'est à ce titre qu'elles furent combattues avec acharnement et symboliquement ravalées au rang de "patois". Un terme incroyablement méprisant quand on connaît son étymologie: "Agiter les mains, gesticuler pour se faire comprendre comme les sourds-muets" (dictionnaire historique de la langue française). Et ce malgré les enseignements de tous les linguistes. "Les langues régionales possèdent une richesse de vocabulaire au moins comparable, sinon parfois supérieure, à celle du français, et leur syntaxe est souvent plus riche", souligne Claude Hagège, l'un des plus célèbres d'entre eux. 

Cela n'empêchera aucunement l'abbé Grégoire, auteur en 1794 d'un effrayant rapport "sur la nécessité et les moyens d'anéantir les patois", d'entrer... au Panthéon en 1989. Ni Emmanuel Macron de recourir à ce même terme de "patois" pour décrire les langues régionales voilà quelques semaines. Révélateur. 

4 "Le régionalisme, c'est le repli sur soi" 

Cette ignorance et ces a priori profondément ancrés ont fini par emporter la conviction de nombre d'intellectuels: défendre une identité locale serait nécessairement synonyme de repli sur soi, voire de xénophobie. Certains nationalistes bretons n'ont-ils pas collaboré avec les nazis? 

Sans surprise, le très jacobin Jean-Luc Mélenchon vient ainsi de s'opposer aux revendications catalanes sur sa chaîne You tube. Y céder équivaudrait, selon lui, à revenir "à la période du Saint-Empire Germanique, avec des principautés, des duchés, des baronnies et, au-dessus de tout cela, le fric!" A ses yeux, seuls les Etats permettent aux individus de s'extraire de leur communauté et d'accéder à l'universel. 

Ce raisonnement, très répandu en France, est toutefois contesté. "Il existe, c'est indéniable, des dérives liées aux réflexes identitaires. Mais en quoi celles-ci seraient-elles l'apanage des identités régionales? Dois-je vous rappeler le nombre de guerres provoquées par les identités nationales? Propose-t-on pour autant de faire disparaître les nations?" interroge François de Rugy, le président (écologiste) de l'Assemblée nationale. 

D'autre part, comme l'explique l'historienne Mona Ozouf, spécialiste de la République dans son livreComposition française, l'identité française constitue aussi, à l'échelle mondiale, un particularisme. Faudrait-il pour autant y renoncer? 

En réalité, quel que soit l'échelon géographique, on trouve des tenants d'une identité "ouverte" et des défenseurs d'une identité "fermée". Mais rien ne permet de poser une équivalence entre régionalisme et repli sur soi. N'est-ce pas en France que le Front national prospère depuis plusieurs décennies? Et dans la très identitaire Bretagne qu'il obtient ses plus faibles scores?  

5 "La Catalogne est trop petite pour constituer un Etat" 

Là encore, le raisonnement est curieux. Avec une population de 7,5 millions d'habitants, la région est plus peuplée que des pays comme le Danemark, la Finlande, la Croatie ou L'Irlande. Sans parler du minuscule Luxembourg (560 000 habitants), membre fondateur de l'Union européenne. 

6. "Les Catalans sont égoïstes" 

En réclamant leur autonomie, les Catalans sont également soupçonnés de penser d'abord à leur portefeuille, dès lors qu'ils habitent l'une des régions les plus riches d'Espagne. Ce n'est pas impossible, mais il est cocasse de remarquer que, ailleurs, le raisonnement s'inverse. La Corse, trop pauvre, est ainsi accusée de n'avoir pas les moyens d'une éventuelle indépendance. Comme quoi les Etats sont capables d'une grande habileté rhétorique quand il s'agit de défendre leurs intérêts... 

La crainte d'un précédent catalan

7. "Cela créerait un effet boule de neige" 

Cette crainte est à prendre au sérieux et joue d'évidence en faveur de l'Espagne. Si la Catalogne obtenait son indépendance, il y a fort à parier que les Basques s'engouffreraient dans la brèche. Et peut-être, à leur suite, les Galiciens et les Andalous. 

Cela ne suffit pourtant pas à rejeter la revendication de Barcelone, sauf à considérer que l'unité d'un pays est systématiquement préférable au droit à l'autodétermination des peuples. Cela peut être vrai dans certaines situations (la "balkanisation" débouche parfois sur des conflits entre les Etats nouvellement créés), mais pas nécessairement. La République Tchèque et la Slovaquie se sont ainsi séparées sans drame.  

Il demeure que le précédent catalan pourrait faire tache d'huile en Europe. Le Royaume-Uni s'en inquiète, notamment depuis que le Brexit a relancé les velléités écossaises (voire irlandaises). Il en va de même en Belgique, où les Flamands observent de près la situation. Et bien sûr en France, où les nationalistes corses, notamment, engrangent de spectaculaires succès électoraux depuis quelques années. Et qui compte aussi sur son sol une forte communauté catalane. 

Ainsi s'explique l'étroite solidarité de Paris avec Madrid. Interrogé lors d'une conférence de presse tenue en compagnie de Mariano Rajoy, Emmanuel Macron lui a apporté un soutien sans réserves, déclarant: "Je connais seulement un partenaire et un ami qui est l'Espagne.L'Espagne tout entière." Une déclaration qui s'inscrit dans une realpolitik très cohérente, mais qui écorne néanmoins l'image de "pays des droits de l'Homme" dont s'enorgueillit régulièrement la France. 

Oui, vraiment, tout cela pourrait fournir un beau sujet de méditation pour nos intellectuels...  

+ Plus d'actualité sur : L'indépendance de la Catalogne, question qui divise la région et l'Espagne

 

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans Catalogne
commenter cet article
1 octobre 2017 7 01 /10 /octobre /2017 10:10
photos jean-pierre Bonnel -
photos jean-pierre Bonnel -

photos jean-pierre Bonnel -

Les intellos et la question du référendum et de l'Indépendance de la Catalogne

 

Après le maigre appel de quelques universitaires et "intellectuels" roussillonnais, pétition à la va-vite reprenant les noms connus de Catalanistes, témoignant de l'esprit fermé de certains cercles attentifs à leur ego…on pet s'intéresser aux 7OO écrivains, artistes... prenant parti pour l'Indépendance ou, au moins, pour le référendum du 1er octobre, jugé illégal par 3000 intellectuels, juristes, et écrivains catalans comme Juan Marsé, Javier Cercas, Javier Marias...

Les premiers, autour de la figure symbolique du chanteur, écrivain, parlementaire catalan Luis LLACH (Le Monde du 24 juin 2017), proclament "le droit d'un peuple à décider de son avenir", et on ne peut que respecter cette forte parole de ce personnage mythique et consensuel ! Il fait l'histoire de la revendication indépendantiste et critique le Parti socialiste de n'avoir pas eu le courage d'avoir placé , en 1982, l'Espagne au rang des grands pays de droit en Europe, de n'avoir pas voulu que la Catalogne devienne une République et ne dépende plus d'un pouvoir central  dirigé par la Royauté et un parti nostalgique du franquisme.

 

De là, des histoires de corruption, par exemple dans la famille de Jordi Pujol, grande figure du catalanisme, mais désormais disqualifié... La situation politique est complexe, une partie de la droite corrompue se liant à une partie de la gauche, et extrême-gauche pour défendre l'indépendance, tandis que la gauche classique (socialistes et communistes) refusent la séparation, avec des personnalités de gauche radicale (la maire de Barcelone, une partie de Podemos), mais il faudrait nuancer, c'est complexe...

 

Statut de 2006 illégal, référendum illégal (par rapport à la constitution de 1978 de l'Etat espagnol), Puigdemont l'a reconnu lui-même dans un entretien récent au Monde, ainsi l'épreuve de force ne pouvait qu'arriver, face à un pouvoir jacobin qui ne peut accepter cette force centrifuge, ce départ d'une région qui assure 1/5ème de son PIB, par rapport à une Europe qui doit se consolider au lieu de partir en confettis et de  créer de nouvelles frontières…

 

Le nationalisme est critiqué, au nom du droit, du souverainisme ou de l'idéal internationaliste, par de nombreux intellos castillans et catalans, comme le dramaturge catalan Albert Boadella (compagnie Els Joglars) comparant le nationalisme catalan à l'extrême-droite émergente en Europe (Pologne, France, Allemagne…).

L'ancien directeur des Teatros del Canal, à Madrid, est très dur avec les indépendantistes: " endoctrinement des écoliers grâce à l'obligation de parler catalan dans le primaire…haine de tout ce qui est espagnol…le gouvernement a contaminé l'enseignement et a discrédité l'Etat…la politique nationaliste m'a valu des injures…la Catalogne nationaliste a utilisé de façon frauduleuse les fonds publics pour se présenter à l'étranger comme la victime d'une Espagne intolérante, qui lui refuse le droit supposé de décider unilatéralement e son avenir."

(Le Monde du 24.6.2017)

 

Dans le même registre, l'écrivain et universitaire de Gérone, Javier CERCAS, écrit que "L'indépendantisme catalan est un populisme" (Le Monde du 30 septembre 2017) : tout en reconnaissant que la langue catalane fut réprimée sous le franquisme, il écrit que le "référendum illégal n'a pas pour objectif de décider de l'avenir de la Catalogne, mais de l'avenir de l'Espagne tout entière, qui devrait relever de la décision de tous les Espagnols, et pas seulement des Catalans."

 

Dans la même pare de "débats" l'écrivain de Perpignan, Joan LLUIS-LLUIS, lui aussi modéré, mais favorable au référendum anti-constitutionnel, écrit que la "démocratie doit pouvoir s'exprimer."  Il a raison et il faut laisser voter les citoyens, ne serait-ce que pour constater que le résultat (si les urnes ne sont pas bourrées, etc…) n'offrira pas une majorité aux Indépendantistes. Si le pouvoir central ne commet pas de violence et une répression encore plus accrue que la semaine passée, le peuple catalan reviendra sans doute à un réflexe de sécurité, de solidarité avec les autres peuples de la péninsule, l'attentat terroriste récent jouant un rôle de repli sur l'union nationale…

 

D'accord avec le refus de Juan Marsé, J. Cercas, Javier Marias…Antonio Munoz Molina redoute un avenir quand "une partielle l'organisation de l'Etat se déclare en sédition…"

 

 Jaume Cabré, lui, au contraire, penche pour l'indépendance, comme son collègue romancier Quim Monzo, estimant que "l'indépendance sera toujours considérée comme illégale par l'Espagne: nous n'avons pas d'autres choix que de faire ce référendum." 

 

Entre ces deux positions, l'écrivain Sergi Pamiès est partagé, classable au milieu de deux opinions inconciliables : "Nous sommes nombreux à ne pas nous reconnaître ni dans l'indépendance ni dans l'immobilisme chronique au nom de la Constitution…" Il pe,se que "ça va mal se terminer." (Le Monde du 30.9.2017, page 4, "témoignages".

 

Méditons, pour finir, la réflexion du philosophe Fernando SAVATER : "Lier la citoyenneté à un territoire est un archaïsme médiéval"…

 

J.P.Bonnel

 

***VENDANGES LITTERAIRES DE RIVESALTES 2017 (j'y serai encore ce dimanche)

 

Sous le grand platane de Rivesaltes, 

le 30 septembre et le 1er octobre de 14 à 19 h, 

une barrique de 225 litres, soit 300 bouteilles des meilleurs vins, 

sera offerte à

Didier DECOIN pour «Le Bureau des jardins et des étangs »

Grand Prix de nos Vendanges Littéraires pour l’année 2017

J.Y. LAURICHESSE obtient le prix Jean Morer pour «Un passant incertain »

Maïté PINERO le prix Odette Coste pour «Cremada » (recueil de nouvelles)

et Michel EMBARECK le prix Coup de Foudre 

pour «Jim Morrison et le diable boiteux».

Pour plus d’informations :

http://vendangeslitteraires.overblog.com/

Contact : 04 68 38 51 71

 

LE MEILLEUR ARTICLE SUR LA CATALOGNE:

 

Si l’indépendance de la Catalogne peut remettre en cause la souveraineté espagnole, elle n’est pas forcément une menace pour l’Europe. La fédéralisation s’inscrit aussi dans le projet européen. Le projet européen, fondé sur la paix et la démocratie, est aussi un projet de fédéralisation qui, à plus long terme, souhaite aller au-delà des frontières étatiques. Il s’agit de rendre compatibles le souhait des peuples de s’autogouverner avec le vivre-ensemble de tous les Européens qui partagent une même citoyenneté. L’article 2 des traités communautaires (TUE) consacre la démocratie, mais aussi le respect des personnes appartenant à des minorités, comme des valeurs fondatrices de l’Union avec la dignité humaine, la liberté, l’égalité et l’Etat de droit.

  1. Le référendum d’indépendance du 1er octobre en Catalogne est un enjeu européen qui touche le cœur des valeurs du projet communautaire. Pour le comprendre, il faut d’abord en finir avec l’idée que tout ce qui remet en question la sacro-sainte souveraineté étatique est aussi dangereux pour l’avenir communautaire. La demande d’autodétermination de la minorité catalane est légitime, pacifique et démocratique et ne met pas en danger l’avenir de l’Europe entière.
  2. Il faut comprendre ce qui a mené le Parlement catalan à mettre en place une stratégie référendaire unilatérale et à approuver une «loi référendaire» qui n’a rien de surprenant en politique comparée. L’Ecosse (2014), le Québec (1980, 1995) ou Puerto Rico (2017), pour ne nommer que ces exemples, n’ont-ils pas voté sur leur avenir constitutionnel ?
  3. Depuis le refus de la part du Tribunal constitutionnel espagnol, en 2010, du projet d’amélioration de l’autonomie politique catalane par une réforme statutaire (votée par référendum par le peuple catalan), le gouvernement et le parlement catalans ont demandé une quinzaine de fois la permission à Madrid d’organiser une consultation sur l’indépendance catalane. Deux lois référendaires et une initiative législative régionale ont été refusées par les institutions centrales. Après des mobilisations populaires historiques, le 9 novembre 2014, la société civile et le gouvernement du président Artur Mas ont organisé une consultation non contraignante sur la question de la souveraineté avec la participation de plus de 2,3 millions d’électeurs (environ 40 % du corps électoral).
  4. Le refus de Madrid d’entendre la demande d’un référendum concerté a poussé les forces politiques catalanes à former un gouvernement souverainiste issu d’une coalition électorale idéologiquement diverse qui s’appuie sur une majorité parlementaire (72 députés) et 48 % du vote populaire. Selon les sondages, plus de 75 % des Catalans souhaitent la tenue d’un référendum sur l’indépendance.
  5. Malheureusement, les efforts du catalanisme politique pour se faire entendre au pouvoir central n’ont pu empêcher l’imposition d’un projet étatique centraliste de la part de Madrid. L’Etat est prêt à dépasser toutes les limites, même les droits fondamentaux de ses propres citoyens, contre un mouvement pacifique et démocratique plutôt que de chercher une issue négociée à la crise constitutionnelle. La Constitution espagnole est devenue une camisole de force pour le peuple catalan. Le gouvernement du conservateur Mariano Rajoy a profité de la crise économique pour restreindre les pouvoirs régionaux et a saisi le Tribunal constitutionnel contre des lois sociales régionales qui ont été suspendues ou déclarées inconstitutionnelles.
  6. Le cœur de beaucoup de Catalans reste attaché à l’idée d’une fédération avec les autres peuples ibériques. Mais pour cela, il faut d’abord faire reconnaître son existence comme sujet politique souverain. Le projet souverainiste catalan ne cherche pas à bâtir des frontières mais, au contraire, à les ouvrir aux autres peuples. L’Europe doit choisir entre soutenir une monarchie ancrée sur son passé autoritaire, incapable d’héberger ses propres minorités, et l’opportunité de mettre en valeur son projet libéral-démocratique.
  7. Marc Sanjaume-Calvet, chercheur et conseiller à l’Institut d’Estudis de l’Autogovern et professeur invité à l’Universitat Pompeu Fabra (Barcelone)

- - -

Non, la Catalogne ne donnera pas la nationalité catalane à 825 000 étrangers le 2 octobre 29/09/2017 – 11h50 Barcelone (Lengadoc-info.com) – Alors que les tensions s’accumulent à l’approche du référendum sur l’indépendance de la Catalogne, un bruit court depuis quelques jours sur la toile à propos d’une naturalisation massive des immigrés présents en Catalogne en cas de victoire des indépendantistes. Lengadoc Info est remonté à la source de cette rumeur, or l’information originale est très différente.

825 000 immigrés naturalisés d’office en cas de victoire des indépendantistes ?

Voilà une information qui devait plaire aux défenseurs d’une Espagne unie. En cas de victoire des indépendantistes lors du référendum du 1er octobre, le gouvernement catalan aurait naturalisé, le lendemain même, pas moins de 825 000 immigrés.

Seulement voilà, cette information est, tout simplement, fausse !

La rumeur a été diffusée par le site La Gaceta Europea qui écrit le 24 septembre que la « Generalitat de Catalunya [le gouvernement catalan] donnera la nationalité catalane à 825 000 immigrés le 2 octobre ». L’article précise tout de même qu’il faudra pour cela résider en Catalogne depuis cinq ans. Or l’article ne cite aucune source.

On imagine mal comment la Catalogne pourrait, quelques heures après l’annonce du résultat du référendum, naturaliser massivement autant d’immigrés. A ce moment là, les priorités du gouvernement seront sûrement ailleurs.

La naturalisation des immigrés dans le futur État catalan sera identique à la France

En réalité, cette rumeur est le résultat d’une déformation d’une annonce qui a été faite par le secrétaire à l’immigration du gouvernement catalan, Oriol Amoros, le 22 septembre. Celui-ci déclare :

« Si le Oui l’emporte au référendum, 825 000 personnes qui résident légalement en Catalogne depuis cinq ans pourront demander la nationalité ».

Lengadoc-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans Catalogne
commenter cet article
30 septembre 2017 6 30 /09 /septembre /2017 09:07
Images d Girona (Gérone, 29.9.2017 - J.P.Bonnel) -
Images d Girona (Gérone, 29.9.2017 - J.P.Bonnel) -
Images d Girona (Gérone, 29.9.2017 - J.P.Bonnel) -
Images d Girona (Gérone, 29.9.2017 - J.P.Bonnel) -
Images d Girona (Gérone, 29.9.2017 - J.P.Bonnel) -
Images d Girona (Gérone, 29.9.2017 - J.P.Bonnel) -

Images d Girona (Gérone, 29.9.2017 - J.P.Bonnel) -

La CATALOGNE doit pouvoir choisir son destin. 

JPBonnel

 

* Je serai au salon du livre de Rivesaltes ce samedi après-midi et dimanche 1er octobre, sur le stand des éditions philosophiques et libertaires de L'Epervier...Michaël PARAIRE, historien de la philosophie, éditeur, auteur de nombreux livres et préfaces d'anthologies...

Lire son beau livre sur Maillol et Rodin : l'aura de l'oeuvre d'art (L'Indépenfdant du 28 septembre 2017)``

 

 

- - -

la Fabrica en balade (Ille sur Têt)

 

 

Un parcours littéraire théâtralisé en compagnie du poète...

Dans le cadre des "Diades Ponsianes" annuels, organisés par les amoureux du poète illois Josep Sebastia Pons, la Fabrica propose, en collaboration avec l'Hospice d'Ille, une promenade pas comme les autres. Ici tout le monde connait le hameau médiéval de Casenoves, sa petite église dans laquelle furent découvert les fameuses fresques, qu'on arracha de ses murs, et qui disparurent dans les coffres d'antiquaires peu scrupuleux, jusqu'à ce qu'une courageuse élue à la culture les récupère, au prix d'années de transactions, dans un musée suisse...on connait aussi cette atmosphère hors d'âge, ce paysage idyllique, le souffle de Casenoves - on s'y promène, on y pique-nique, on y ramasse des champignons, on y chasse -  C'est un endroit chéri pour beaucoup d'illois.

Alors ne boudez pas une promenade Casenovienne en compagnie de celui qui l'a le mieux chanté, en catalan et en français, avec ses lecteurs qui vous présenteront sa prose et sa poésie tout le long d'un parcours (2h environ). On vous fournira des petits pliants afin de pouvoir admirer le paysage en toute quiétude lors des haltes !

DIMANCHE 1er OCTOBRE 

rendez-vous  à 10h au plan d'eau - entrée libre

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans Catalogne
commenter cet article
27 septembre 2017 3 27 /09 /septembre /2017 15:30
Catalogne : DUO pour le PLAISIR, chant   - Endavant Pesillà - ROCA-SASTRE à la Villa CASAS - Cerbère : photos au Rayon Vert - Yannick Fournié : Expo chez Duflot - Théâtre de Canohès (pays catalan) -
Catalogne : DUO pour le PLAISIR, chant   - Endavant Pesillà - ROCA-SASTRE à la Villa CASAS - Cerbère : photos au Rayon Vert - Yannick Fournié : Expo chez Duflot - Théâtre de Canohès (pays catalan) -
Catalogne : DUO pour le PLAISIR, chant   - Endavant Pesillà - ROCA-SASTRE à la Villa CASAS - Cerbère : photos au Rayon Vert - Yannick Fournié : Expo chez Duflot - Théâtre de Canohès (pays catalan) -
Catalogne : DUO pour le PLAISIR, chant   - Endavant Pesillà - ROCA-SASTRE à la Villa CASAS - Cerbère : photos au Rayon Vert - Yannick Fournié : Expo chez Duflot - Théâtre de Canohès (pays catalan) -

***CATALOGNE :

 

Jean-paul Martin <martin.jean-paul0104@orange.fr>

 

Le « DUO POUR LE PLAISIR » a arrangé et enregistré « Avui vull agrair » (Amazing garce) à l’occasion des graves évènements survenus en Catalogne. Ce magnifique chant  mondialement connu est destiné à fortifier l’espérance en la liberté dans le cœur de nos frères Catalans face à l’autoritarisme d’un pouvoir central.

 

Extrait des paroles en Catalan

…Avui renaixeré un altre cop, faré que la foscor sigui llum. Viuré sense cap por, gaudint del món. Ja tindré a prop el meu amor. Lluitem perquè estimem, no ho dubtis mai. L'amor dóna sentit a aquest món. Vencerem, som més soferts, no ploris més, creiem en l'esperança avui….

 

Traduction en français:

Aujourd'hui, je renaîtrai à nouveau, je transformerai l'obscurité en lumière. Je vivrai sans peur, en profitant du monde. J'aurai mon amour proche. Nous nous battons parce que nous aimons, n'hésitez pas. L'amour donne du sens à ce monde. Nous gagnerons, nous ne souffrons plus, ne pleurons plus, nous croyons aujourd'hui en l'espoir...

 

Monica Naranjo al costat de la Polifònica de Puig-reig, la Jove Orquestra Simfònica de Barcelona (JOSB) i la Banda de Gaitas

- - -

 

*** VERNISSAGE/EXPO Céline Marcadon

à proximité de Perpignan, Languedoc-Roussillon · 

 

A la Villa Duflot, Jeudi 28 septembre je présente le VERNISSAGE de l'exposition de Yannick FOURNIE à 18h30. 

Le Domaine Dom Brial et le duo Blue Bop seront présents. Réservez vite votre soirée !

- - -

***Stages artistiques

au Théâtre du Réflexe à Canohès

TOUTES vacances scolaires

juillet, août, Toussaint, Noël, février, Pâques

pour enfants de 3 à 15 ans

initiation théâtrale, improvisation, diction, articulation, respiration,

gestuelle, création d’un masque de théâtre, maquillage artistique.

On peut s'inscrire :

à la demi-journée (15 €)

à la journée (30 €)

à la semaine (150 €)

On peut panacher.

On vient quand on veut..

- de 7 h 30 à 10 h        jeux (vous amenez vos enfants quand bon vous semble)

- de 10 h à 12 h          activités artistiques

- de 12 h à 14 h          repas tiré du sac et jeux

- de 14 h à 16 h          activités artistiques

- de 16 h à 18 h 30     jeux (vous venez chercher vos enfants quand bon vous semble)

Prochaines dates :

- du 23 au 27 octobre 2017

- du 30 oct au 3 nov 2017

- du 27 au 29 décembre 2017

- du 1 au 5 janvier 2018

- du 19 au 23 février 2018

- du 26 février au 2 mars 2018

- du 16 au 20 avril 2018

- du 23 au 27 avril 2018

- du 7 au 11 mai 2018

- du 9 au 13 juillet 2018

- du 16 au 20 juillet 2018

- du 23 au 27 juillet 2018

- du 30 juillet au 3 août 2018

- du 6 au 10 août 2018

- du 13 au 17 août 2018

- du 20 au 24 août 2018

- du 27 au 31 août 2018

____________________________________________________________________________

Mercredis artistiques

 

TOUS les mercredis

du 6 sept 2017 au 4 juillet 2018

initiation théâtrale et activités artistiques

pour enfants de 3 à 12 ans

On vient quand on veut :

la ½ journée (15 €) ou la journée (30 €)

 ___________________________________________________________________________

Ateliers théâtre annuels

4 à 6 ans lundis de 17 h 30 à 18 h 30

6 à 8 ans mardis de 17 h 30 à 18 h 30

8 à 12 ans lundis de 18 h 30 à 20 h

Ados  vendredis de 18 h 30 à 20 h

Adultes lundis de 20 h à 22 h

 ___________________________________________________________________________

Programmation 2017-2018

programmation Jeune Public et Tout Public

au Théâtre du Réflexe (100 places)

à Canohès (banlieue de Perpignan)

Voir la programmation sur notre site

www.theatredureflexe.com

EXCEPTIONNELPROGRAMMATION à la CARTE pour :

tous les diffuseurs,  établissements scolaires, centres de loisirs,

mairies, offices de tourisme,comités d’entreprise, comités

d’établissement, bibliothèques, comités des fêtes, centres de

vacances, maisons de retraite, campings, CCAS, cliniques, clubs de séniors, etc…

Vous pouvez choisir un de nos spectacles parmi tous ceux que nous proposons

(voir ci-dessous) et nous le jouons au jour et  heure de votre choix,

soit dans notre théâtre, soit dans votre propre lieu.

 ___________________________________________________________________________

Spectacles Jeune Public

La Fée du Froid (pour enfants de 1 à 5 ans)

Chut (à partir de 6 ans)

Pitipopiépla et l'extravagante Isabella (à partir de 3 ans)

Mélinda et l'ogre (à partir de 3 ans)

A la recherche du Flocon de Noël (à partir de 3 ans)

Rondouille et Pipelette (à partir de 3 ans)

Le Petit Poussin rouge (pour enfants de 2 à 7 ans)

Contes de Noël per la Reine des neiges et le Lutin (+ de 3 ans)

Parade de Noël

Le Père Noël a disparu (à partir de 3 ans)

Scènes d'anthologie de Molière (à partir de 8 ans)

 

Pour un minimum de 75 enfants, nous jouons

un de nos spectacles à votre choix,

soit dans notre théâtre à Canohès,

soit dans votre propre lieu,

le jour de votre choix et à l'heure de votre choix

au tarif de 3,50 € par enfant

(sauf en décembre)

 ___________________________________________________________________________

Spectacles Tout Public

Gros mensonges   comédie

Farcissimo   farces burlesques médiévales

Le Petit Chaperon bleu   spectacle familial

Notre compagnie possède la licence qui vous ôte tout souci administratif :

notre service comptable rédige et envoie contrat et facture

et se charge des salaires et charges sociales.

Notre compagnie est autonome sur tous ses spectacles (son et lumière).

Nos tarifs sont TTC. Ne sont à rajouter que les frais de déplacement.

Lien pour voir de courtes vidéos de nos spectacles :

 http://www.theatredureflexe.com/nos-videos

___________________________________________________________________________

Anniversaires au Théâtre

organisation au théâtre de l’anniversaire de votre enfant

deux formules :  250 € sans spectacle ou 400 € avec spectacle

 ___________________________________________________________________________

Maquillages artistiques :

250 € la demi-journée

 ___________________________________________________________________________

Pour  tout renseignement   :   06 . 52 . 19 . 49 . 69

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans Catalogne
commenter cet article
18 septembre 2017 1 18 /09 /septembre /2017 11:14
Musique romane - Art sacré à Riquier - La bouche du sculpteur Pierre Garçon
Musique romane - Art sacré à Riquier - La bouche du sculpteur Pierre Garçon
Musique romane - Art sacré à Riquier - La bouche du sculpteur Pierre Garçon
Musique romane - Art sacré à Riquier - La bouche du sculpteur Pierre Garçon
Musique romane - Art sacré à Riquier - La bouche du sculpteur Pierre Garçon
Musique romane - Art sacré à Riquier - La bouche du sculpteur Pierre Garçon

Musique romane - Art sacré à Riquier - La bouche du sculpteur Pierre Garçon

Le sculpteur Pierre Garçon à Perpignan

 

 Si vous montez vers la place Rigaud, avant Pams et Cassanyes, vous arrivez à la galerie Artrial : Céline Marcadon a déniché et abrite un artiste original. Avant de courir vers d'autres aventures esthétiques, elle accueille pour quelques jours encore un homme affable, un homme à femmes, immortalisées dans la pierre. 

 

Ce n'est pas Roger Caillois, c'est Pierre Garçon et vous pouvez entamer une conversation passionnante avec lui sur Maillol et Rodin : qui est vraiment sculpteur ? Qui est modeleur ? Qui, statuaire..? 

 

D'ailleurs, vous le saurez aussi en vous rendant à Banyuls samedi prochain, le 23 de ce mois de septembre, à 18h (salle Novelty, entrée libre) avec la conférence de Michaël Paraire, qui vient de publier un savoureux "Maillol et Rodin !

 

Le sculpteur aime la pierre et la traite bien, les petits formats, ces galets qui tiennent dans la paume ou se glissent dans votre poche. En faisant l'inventaire de ces bouts de matière, arrachées à la Terre, comme détachées d'un volcan crachant la poésie et l'imagination d'un créateur venu de Paris et exposant à Perpignan pour la première fois...

 

De mère perpignanaise -ouf, l'honneur est sauf !-et de père corrézien (c'est où, ça ?), il ose montrer bouche et fesse, sein et toutes ces parties érogènes et sensuelles que le corps humain, et féminin surtout, aime à dévoiler...

 

Je m'attarde sur la pierre noire, de basalte, à la Soulages, ramassée d'ailleurs près du musée de Rodez.

Elle côtoie un galet blanc trouvé en Espagne et une partie de la Vénus d'illd, calcaire cueilli à Argelès, mais descendu de la montagne proche, il y a sans doute un certain temps…

 

Voici "Les fesses qui marchent" de 2015 : Pierre prétend que Macron lui a volé son slogan…IL s'agit de pierres ramassées dans les Corbières, juste après la port de Pierre (tiens !) de Garcia-Fons….

J'apprécie particulièrement "La bouche", en forme de coeur et en marbre blanc d'Andalousie, collaboration avec Emilie MOUTSIS, qui projette des vidéos en gros plan sur les bouches qui murmurent. Pierre a été fasciné par sa sensualité. Un sculpteur des sens : viennent le sein, de mignonnes sculpture comparées à des peintures, accrochées au mur comme des tableaux…

 

Ces éléments érotiques du corps humain invitent à un art intime : "Plus c'est petit, plus c'est intime !", dit P. Garçon, suggérant encore le "small is beautiful !".

 

Et il caresse ces cailloux polis, ces souvenirs d'un corps aimé que l'on peut placer près de son coeur, de son sexe (grâce à la poche du pantalon, ou, pour une longue nuit nostalgique, dans le tiroir de sa table de nuit…

 

Merci, Pierre, j'ai voyagé de pierre en pierre, à travers pays et femmes, grâce à ces fragments de vie, d'amour et de rêve...

 

JPBonnel

VID-20170828-WA0000.mp4  CATALUNYA

 

 

Benvolgut,

L'1 d'octubre els catalans de la Comunitat Autònoma de Catalunya són cridats a votar, a decidir el seu futur.

Els catalans podran triar entre:

  • crear una República o
  • continuar fent part d'Espanya

Les setmanes a venir seran decisives.

L'estat espanyol vol, costi el que costi, prohibir les urnes.

Avui l'estat espanyol utilitza tots els mitjans possibles:

  • prohibir el debat al Parlament català 
  • prohibir les urnes i les butlletes de vot
  • prohibir les reunions públiques per a debatre de l'1 d'octubre
  • confiscar cartells i propaganda electoral
  • convoca al tribunal tots els elegits i representants del poble favorables a les urnes
  • vol controlar els comptes de la Generalitat de Catalunya
  • ...

Des de Catalunya Nord tenim el nostre paper a jugar.

 

Des de la territorial nord-catalana de l'ANC proposem 3 accions:

 

1- participar a l'acte del 22 de setembre al Casal de Perpinyà.

Un acte on mesclarem declaracions polítiques i intervencions musicals i poètiques.

A l'acte hi hem invitat tots els batlles.

Per ara dos han respost present, els dos seran al Casal i els donarem la paraula.

 

2- Adherir al manifest de suport 

i sobretot reenviar aquest manifest als teus contactes per mor d'eixemplar la llista d'adherits

 

3- interpel·lar el teu batlle, el teu conseller departamental, el teu parlamentari... tots ells nos representen.

Tots ells se diuen republicans, tots ells se diuen demòcrates.

Perfecte.

Avui els demanem que ho demostrin amb claredat.

Els hem enviat un correu, pocs han reaccionat.

Potser que han rebut el correu i no s'han adonat de la importància.

Si cada un de nosaltres els expliquem la situació, l'acabaran entenent.

 

Nos veiem divendres al Casal.

 

 follow on Twitter | friend on Facebook | forward to a friend 

Copyright © 2017 ANC - Cat Nord, All rights reserved.

Reps aquest correu per haver estat inscrit a la nostra llista, agraïm l'interès.

Correu:

ANC - Cat Nord

23 avinguda del Liceu

Perpinyà 66000

France

 

- - -

COMMUNIQUÉ DE PRESSE · Perpignan, 16 septembre 2017

 

MAIRES DU PAYS CATALAN, DÉFENDEZ LA DÉMOCRATIE EN CATALOGNE DU SUD !

 

Le Parlement de Catalogne, doté d’une majorité issue des élections du 27 septembre 2015, a décidé d’organiser un référendum d’autodétermination, le 1er octobre prochain. Or, le gouvernement espagnol déploie les grands moyens pour empêcher cette consultation démocratique : condamnation de l’ancien Président Mas et de plusieurs de ses ministres, annulation de toutes les décisions parlementaires, interdiction, par la Cour Constitutionnelle, d’évoquer le droit à la décision ! La mise en examen de ministres catalans, pour sédition, l’ouverture de la procédure de suspension de leurs fonctions du bureau de l’Assemblée Catalane, et la convocation de 750 maires pour une mise en examen aussi, illustrent la dérive madrilène.

 

Scénario à la turque à deux pas de Perpignan

 

A quelques kilomètres de Perpignan, un scénario à la turque se profile, car Madrid menace de suspendre le Président catalan, Carles Puigdemont. Les ministres, députés et hauts fonctionnaires, comme la police catalane et même les simples particulier, sont également visés. In fine, il s’agirait de faire disparaître la Catalogne !

Oui au Pays Catalan affirme son soutien à la décision démocratique de la majorité issue des urnes en Catalogne. Nous estimons que le droit des peuples à l’autodétermination est universel et applicable dès qu’une majorité le réclame. Nous appelons les maires et les communes des Pyrénées-Orientales jumelées avec des municipalités sud-catalanes à manifester leur soutien et leur amitié avec le Sud. En ce moment grave et historique, l’avènement d’une République Catalane à nos portes exige cet engagement.  Le 1er octobre, les conseils municipaux de notre département se doivent de rejoindre leurs homologues, à Figueres, Girona, PortBou, Puigcerdà, Barcelone et dans leurs environs. Nos élus doivent assumer le rôle d’observateurs, lors cette séquence de démocratie inédite. Nous affirmons la solidarité des Catalans de France envers les institutions de nos frères du Sud et alertons l’opinion publique: le gouvernement espagnol doit respecter l’expression populaire et renoncer à ses entraves au vote, par la force.

 

Contact presse : press@ouiaupayscatalan.com · 06 75 74 25 49.

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans Catalogne
commenter cet article
11 septembre 2017 1 11 /09 /septembre /2017 10:23
Catalogne : de l'euphorie indépendantiste aux pleurs après l'attentat terroriste :  ***ARTICLE  DE  JOSEP  M.  LOSTE   PUBLICAT  AVUI  DIA  DE LA DIADA  AL  DIARI DEL PUNT  AVUI   FEU-NE  MOLTA  DIFUSIÓ  A LES  XARXES  SOCIALS       http://www.elpuntavui.cat/opinio/article/8-articles/1235369-setembre-historic.html  Setembre històric   Josep M. Loste   Clama al cel que imputin els nostres representants i no diguin res dels 40.000 milions perduts per ajudes a la banca Quan surti publicat aquest article molta gent d’arreu de la geografia catalana es prepararà per congregar-se a les 17. 14 h a la part central del cap i casal de Catalunya. És arriscat i complicat –un veritable repte intel·lectual– escriure un article per publicar per la Diada d’un setembre en ebullició. És una tasca dura redactar un escrit hores, dies, abans d’una data clau en un setembre autènticament històric. Doncs bé, en aquest setembre del 2017, veritablement autodeterminista, en què està culminant un procés –preiniciat el 2003 i activat el 2010 amb el coup d’état d’una òrgan judicial que s’ha transformat en una sucursal, una extensió del poder executiu espanyol– a favor de l’alliberament social i nacional de la nostra històrica nació catalana; un procés maltractat i ridiculitzat per poders molt fàctics i molt poc democràtics; en qualsevol cas, sembla (tot i que no tenim res blindat) que pot culminar –si més no en una primera etapa– el proper 1-O. No hi ha dubte que en aquest setembre històric s’ha posat plenament en marxar la maquinària “subtilment repressora” de l’Estat espanyol. No obstant això, el que sembla més greu, més potiner i més antidemocràtic és que la superestructura judicial de l’Estat espanyol pretengui perseguir i reprimir la presidenta del Parlament, els dirigents sobiranistes de la mesa de la cambra catalana, el govern català en ple i altres representants polítics i funcionaris al servei de poble de Catalunya. El que clama al cel és que aquesta maquinària judicial al servei del govern espanyol intenti imputar els nostres representats per un delicte de malversació de fons i, per contra, no digui res dels 40.000 milions d’eurospolits i perduts per ajudes a la banca (dades constatades pel Banc d’Espanya). Davant d’aquesta situació grotesca, antieuropea, injusta i surrealista, resulta incomprensible que partits i coalicions polítiques teòricament d’esquerres, defensores del progrés, la igualtat social, en altres temps del dret a l’autodeterminació, com el PSC i CSQP (en aquest cas, amb la posició contra els diputats de Podem Catalunya encapçalats per Albano Dante Fachin) prenguin partit a favor del PP i Cs i no esmentin que amb aquests 40.000 milions llençats a les escombraries es podia haver posat en marxa de debò la llei de dependència.  http://www.elpuntavui.cat/opinio/article/8-articles/1235369-setembre-historic.html  - - -      ***Us cridem a convocar el referèndum         Benvolgut, benvolguda,    Davant la suspensió per part del Tribunal Constitucional del Decret de convocatòria del referèndum d’autodeterminació signat ahir pel Govern de Catalunya, l’Assemblea Nacional Catalana crida a la ciutadania a fer costat al President i al Govern sumant-se a convocar l’1 d’octubre mitjançant el web www.joconvoco.cat.    El web permet que qualsevol ciutadà pugui "signar" la convocatòria posant el seu nom al costat dels signants del Decret, i compartir aquesta "signatura" mitjançant les xarxes socials utilitzant els hashtags #JoConvoco i #ReferèndumÉsDemocràcia    Aquesta iniciativa és un acte més per demostrar l’ampli suport amb què compta el referèndum en la societat catalana i denunciar l’actitud demòfoba i repressiva de l’Estat Espanyol.    Des de l’ANC s’anima tots els demòcrates que defensen el dret del ciutadans a votar a sumar-se a aquesta iniciativa.    Comunicació interna  Assemblea Nacional Catalana      Us informem que la vostra adreça de correu electrònic està inclosa en la base de dades de l'Assemblea Nacional Catalana (fitxer de dades personals). Podeu exercir els vostres drets d'accés, rectificació, cancel·lació i oposició mitjançant comunicació escrita, a la qual heu d'adjuntar una fotocòpia del vostre DNI, adreçada a l'Assemblea Nacional Catalana a: c/ de la Marina, 315, Barcelona (08025) o enviant un correu electrònic a dades@assemblea.cat        À Barcelone la fête ne fait pas de trêve!      Danser du lundi au dimanche? Mission tout à fait possible! Dans la capitale catalane, sortir 7 jours sur 7 est un jeu d'enfants!     Direction les boîtes de nuit! Électro, funk, house, disco, tubes du moment ou grands classiques... Il y en a pour tous les goûts!     Notre bon plan pour les fêtards? Une carte qui donne accès, sans faire la queue, à 22 discothèques de la ville!    Allez, c'est "party"! ;)      - - -Catalogne / Référendum / Indépendance..?    Les articles de "Robert Willing" <rw3612@gmail.com>      MOLT   GREU- TRÉS  GRAVE           Solidaritat  amb el  setmanari  El Vallenc  de  Valls       Molt greu  el  que  està  passant en aquests  mioments  a  Valls .  cap a les 11:30 del matí  del dissabte  09/09/2017 ha tingut  lloc  un  registre, un escorcoll per  part de la  de la  Guardia civil  al setmanari  El Vallenc de Valls.  Davant  d’aquest  fets  cal  preguntar-se   En quin pais som,  a l'Estat Espanyol  o  a Turquia ?  O poster hem tornat al franquisme tardà  a l'any 1974 . Quan  jo tenia  12  anys. Cal  solidaritzar-se  amb  El Vallenc Cal fer, elaborar  escrits i cartes de protesta a les xarxes socials i a la premsa internacional. No ho podem tolerar. Europa i els democrates Ho han de  saber  amb  péls  i  senyals  .       Tres grave ce qui ce passe a la ville de Valls a coté de Tarragone. Je vous  demande  d'ecrire lettres de protestation en français, et  si  vous  pouvez , aussi en anglais.   L’ Espagne est en train de devenir  un regime antidemocratique comme la Turquia. Je vous demander  votre  solidarite  avec  la Catalogne  et  la lliberte  de voter. C'est-à-dire  , votre  solidarité  avec la democratie .    **MALGRÉ L'INTERDICTION ESPAGNOLE PLUS DE 26000 VOLONTAIRES ET 670 MAIRIES (sur un peu plus de 900) SOUTIENNENT LE RÉFÉRENDUM CATALAN 48 HEURES APRÈS QU'IL FUT CONVOQUÉ:    **V    Urnes et bulletins de vote. Voilà ce que cherche la police espagnole en Catalogne pour le saisir. Ceci n'est pas une blague.  oilà ce que cherche la police espagnole en Catalogne pour le saisir. Ceci n'est pas une blague. VualàUrnes et bulletins de vote. Voilà ce que cherche la police espagnole en Catalogne pour le saisir. Ceci n'est pas une blague.  Vualà              El director del setmanari El Vallenc investigat I imputat per la Guardia civil per tres delictes prevaricació desobediencia I malversació. En quina época som ? En quin país ens trobem?       The director of the weekly  "El Vallenc" in Valls ,near to Tarragona has accused by the  Spanish Civil War. This morning this weekly has been registered because  is accussed to print  the vote ballots of the 1-0 referendum . Where is the democracy in Spain?      - - -  Portbou es queda sense punt de venda de diaris  L’únic punt de venda de premsa tanca perquè el negoci no surt a compte  L’alcalde explica que l’Ajuntament no pot substituir-ho però que posaran facilitats si algú es presenta per fer-ho    Esteve Carrera - portbou  Des d’aquest 1 de setembre ja no hi ha cap punt de venda de premsa escrita al municipi de Portbou. Mariona Gómez Martinench, que s’encarregava de la llibreria Martinench des de 1930, ha baixat la persiana; més que per jubilar-se, ho deixa perquè el negoci no surt a compte. “Tinc una invalidesa, he aguantat amb una dependenta fins ara, però hi hem de posar diners a final de mes i no pot ser”, diu l’encarregada. Segons ella es venen uns 60 diaris a Portbou. Tot i que la botiga no es limitava a la venda de premsa i revistes (també havia fet de rellotgeria i joieria, un sector que anys enrere havia funcionat per la situació fronterera del municipi), no hi ha prou activitat per mantenir el negoci obert. Altres fonts indiquen que a l’estiu, quan la població de Portbou passa dels 1.300 habitants fins a uns 4.000, es poden arribar a vendre uns 150 diaris. El cas és que abans de tancar definitivament el comerç ha quedat en oferta de traspàs però no s’han presentat candidats. Mariona Gómez atribueix tot plegat a la disminució del nombre de lectors de diaris, a internet i a la poca activitat econòmica i turística del municipi.    Josep Lluís Salas, alcalde Portbou, explica que és el primer a lamentar aquesta situació però avança que l’Ajuntament no pot substituir un comerç: “No ens podem dedicar a vendre premsa. Però estem disposats a posar totes les facilitats si algú es presenta per fer aquest servei”, diu l’alcalde. Entre aquestes facilitats el consistori es podria plantejar la rebaixa de taxes locals, sempre que això es limiti al primer any d’activitat. L’Ajuntament estaria també disposat a cedir un espai ben situat al mercat municipal per vendre-hi diaris. Una altra pista possible seria que un altre comerç del municipi s’encarregués del servei de premsa.    “Volem posar-hi totes les facilitats per intentar solucionar-ho però som els únics a fer-ho”, insisteix Salas, lamentant que hi ha molts antics locals comercials tancats a Portbou, que els lloguers són cars i que fins i tot les empreses de premsa demanen fiances que difícilment pot assumir un nou negoci que arranca en un petit poble.  Mentre no es presenti algú per vendre diaris, els lectors de premsa escrita de Portbou només tenen l’opció de desplaçar-se al poble veí de Colera, a uns 9 km de distància.      http://www.elpuntavui.cat/territori/article/13-serveis/1232567-portbou-es-queda-sense-punt-de-venda-de-diaris.html    - - -    � *MOLT* *FORT* �      MOLT  FORT  . MOLT  IMPORTANT  .  FEU-NE  MOLTA  DIFUSIÓ    Diversos establiments *privats* (gimnasos, botigues...) estan rebent *trucades* *falses*! Un individu s'identifica com a funcionari de la Generalitat i *crida* i *amenaça* els propietaris dient-los que l'1-O estan *obligats* a obrir per posar les urnes als seus establiments.     Una nova estratègia de les *clavegueres* *de* *l'Estat* per generar crispació i cabrejar a la gent perquè l'1-O no voti. *QUE NO ET MANIPULIN. NO ET CREGUIS RES QUE NO VINGUI DE CANALS OFICIALS!!!* passa-ho!    - - -      voir l'en-tête complet  Le Parlement catalan adopte la loi prévoyant un référendum d’autodétermination  Le gouvernement espagnol soutient que cette initiative est illégale et qu’elle doit être stoppée.  LE MONDE | 06.09.2017 à 22h27 • Mis à jour le 07.09.2017 à 10h50 | Par Sandrine Morel (Madrid, correspondance)  Abonnez vous à partir de 1 € Réagir Ajouter  Partager (765) Tweeter  image: http://img.lemde.fr/2017/09/07/0/0/3500/2316/534/0/60/0/6dbde03_32193-5n7crp.ygv6lxr.jpg  photo :   Le président catalan Carles Puigdemont, au centre, après le vote de la loi prévoyant un référendum d’autodétermination, à Barcelone le 6 septembre. ALBERT GEA / REUTERS- Segadors (hymne national catalan)
Catalogne : de l'euphorie indépendantiste aux pleurs après l'attentat terroriste :  ***ARTICLE  DE  JOSEP  M.  LOSTE   PUBLICAT  AVUI  DIA  DE LA DIADA  AL  DIARI DEL PUNT  AVUI   FEU-NE  MOLTA  DIFUSIÓ  A LES  XARXES  SOCIALS       http://www.elpuntavui.cat/opinio/article/8-articles/1235369-setembre-historic.html  Setembre històric   Josep M. Loste   Clama al cel que imputin els nostres representants i no diguin res dels 40.000 milions perduts per ajudes a la banca Quan surti publicat aquest article molta gent d’arreu de la geografia catalana es prepararà per congregar-se a les 17. 14 h a la part central del cap i casal de Catalunya. És arriscat i complicat –un veritable repte intel·lectual– escriure un article per publicar per la Diada d’un setembre en ebullició. És una tasca dura redactar un escrit hores, dies, abans d’una data clau en un setembre autènticament històric. Doncs bé, en aquest setembre del 2017, veritablement autodeterminista, en què està culminant un procés –preiniciat el 2003 i activat el 2010 amb el coup d’état d’una òrgan judicial que s’ha transformat en una sucursal, una extensió del poder executiu espanyol– a favor de l’alliberament social i nacional de la nostra històrica nació catalana; un procés maltractat i ridiculitzat per poders molt fàctics i molt poc democràtics; en qualsevol cas, sembla (tot i que no tenim res blindat) que pot culminar –si més no en una primera etapa– el proper 1-O. No hi ha dubte que en aquest setembre històric s’ha posat plenament en marxar la maquinària “subtilment repressora” de l’Estat espanyol. No obstant això, el que sembla més greu, més potiner i més antidemocràtic és que la superestructura judicial de l’Estat espanyol pretengui perseguir i reprimir la presidenta del Parlament, els dirigents sobiranistes de la mesa de la cambra catalana, el govern català en ple i altres representants polítics i funcionaris al servei de poble de Catalunya. El que clama al cel és que aquesta maquinària judicial al servei del govern espanyol intenti imputar els nostres representats per un delicte de malversació de fons i, per contra, no digui res dels 40.000 milions d’eurospolits i perduts per ajudes a la banca (dades constatades pel Banc d’Espanya). Davant d’aquesta situació grotesca, antieuropea, injusta i surrealista, resulta incomprensible que partits i coalicions polítiques teòricament d’esquerres, defensores del progrés, la igualtat social, en altres temps del dret a l’autodeterminació, com el PSC i CSQP (en aquest cas, amb la posició contra els diputats de Podem Catalunya encapçalats per Albano Dante Fachin) prenguin partit a favor del PP i Cs i no esmentin que amb aquests 40.000 milions llençats a les escombraries es podia haver posat en marxa de debò la llei de dependència.  http://www.elpuntavui.cat/opinio/article/8-articles/1235369-setembre-historic.html  - - -      ***Us cridem a convocar el referèndum         Benvolgut, benvolguda,    Davant la suspensió per part del Tribunal Constitucional del Decret de convocatòria del referèndum d’autodeterminació signat ahir pel Govern de Catalunya, l’Assemblea Nacional Catalana crida a la ciutadania a fer costat al President i al Govern sumant-se a convocar l’1 d’octubre mitjançant el web www.joconvoco.cat.    El web permet que qualsevol ciutadà pugui "signar" la convocatòria posant el seu nom al costat dels signants del Decret, i compartir aquesta "signatura" mitjançant les xarxes socials utilitzant els hashtags #JoConvoco i #ReferèndumÉsDemocràcia    Aquesta iniciativa és un acte més per demostrar l’ampli suport amb què compta el referèndum en la societat catalana i denunciar l’actitud demòfoba i repressiva de l’Estat Espanyol.    Des de l’ANC s’anima tots els demòcrates que defensen el dret del ciutadans a votar a sumar-se a aquesta iniciativa.    Comunicació interna  Assemblea Nacional Catalana      Us informem que la vostra adreça de correu electrònic està inclosa en la base de dades de l'Assemblea Nacional Catalana (fitxer de dades personals). Podeu exercir els vostres drets d'accés, rectificació, cancel·lació i oposició mitjançant comunicació escrita, a la qual heu d'adjuntar una fotocòpia del vostre DNI, adreçada a l'Assemblea Nacional Catalana a: c/ de la Marina, 315, Barcelona (08025) o enviant un correu electrònic a dades@assemblea.cat        À Barcelone la fête ne fait pas de trêve!      Danser du lundi au dimanche? Mission tout à fait possible! Dans la capitale catalane, sortir 7 jours sur 7 est un jeu d'enfants!     Direction les boîtes de nuit! Électro, funk, house, disco, tubes du moment ou grands classiques... Il y en a pour tous les goûts!     Notre bon plan pour les fêtards? Une carte qui donne accès, sans faire la queue, à 22 discothèques de la ville!    Allez, c'est "party"! ;)      - - -Catalogne / Référendum / Indépendance..?    Les articles de "Robert Willing" <rw3612@gmail.com>      MOLT   GREU- TRÉS  GRAVE           Solidaritat  amb el  setmanari  El Vallenc  de  Valls       Molt greu  el  que  està  passant en aquests  mioments  a  Valls .  cap a les 11:30 del matí  del dissabte  09/09/2017 ha tingut  lloc  un  registre, un escorcoll per  part de la  de la  Guardia civil  al setmanari  El Vallenc de Valls.  Davant  d’aquest  fets  cal  preguntar-se   En quin pais som,  a l'Estat Espanyol  o  a Turquia ?  O poster hem tornat al franquisme tardà  a l'any 1974 . Quan  jo tenia  12  anys. Cal  solidaritzar-se  amb  El Vallenc Cal fer, elaborar  escrits i cartes de protesta a les xarxes socials i a la premsa internacional. No ho podem tolerar. Europa i els democrates Ho han de  saber  amb  péls  i  senyals  .       Tres grave ce qui ce passe a la ville de Valls a coté de Tarragone. Je vous  demande  d'ecrire lettres de protestation en français, et  si  vous  pouvez , aussi en anglais.   L’ Espagne est en train de devenir  un regime antidemocratique comme la Turquia. Je vous demander  votre  solidarite  avec  la Catalogne  et  la lliberte  de voter. C'est-à-dire  , votre  solidarité  avec la democratie .    **MALGRÉ L'INTERDICTION ESPAGNOLE PLUS DE 26000 VOLONTAIRES ET 670 MAIRIES (sur un peu plus de 900) SOUTIENNENT LE RÉFÉRENDUM CATALAN 48 HEURES APRÈS QU'IL FUT CONVOQUÉ:    **V    Urnes et bulletins de vote. Voilà ce que cherche la police espagnole en Catalogne pour le saisir. Ceci n'est pas une blague.  oilà ce que cherche la police espagnole en Catalogne pour le saisir. Ceci n'est pas une blague. VualàUrnes et bulletins de vote. Voilà ce que cherche la police espagnole en Catalogne pour le saisir. Ceci n'est pas une blague.  Vualà              El director del setmanari El Vallenc investigat I imputat per la Guardia civil per tres delictes prevaricació desobediencia I malversació. En quina época som ? En quin país ens trobem?       The director of the weekly  "El Vallenc" in Valls ,near to Tarragona has accused by the  Spanish Civil War. This morning this weekly has been registered because  is accussed to print  the vote ballots of the 1-0 referendum . Where is the democracy in Spain?      - - -  Portbou es queda sense punt de venda de diaris  L’únic punt de venda de premsa tanca perquè el negoci no surt a compte  L’alcalde explica que l’Ajuntament no pot substituir-ho però que posaran facilitats si algú es presenta per fer-ho    Esteve Carrera - portbou  Des d’aquest 1 de setembre ja no hi ha cap punt de venda de premsa escrita al municipi de Portbou. Mariona Gómez Martinench, que s’encarregava de la llibreria Martinench des de 1930, ha baixat la persiana; més que per jubilar-se, ho deixa perquè el negoci no surt a compte. “Tinc una invalidesa, he aguantat amb una dependenta fins ara, però hi hem de posar diners a final de mes i no pot ser”, diu l’encarregada. Segons ella es venen uns 60 diaris a Portbou. Tot i que la botiga no es limitava a la venda de premsa i revistes (també havia fet de rellotgeria i joieria, un sector que anys enrere havia funcionat per la situació fronterera del municipi), no hi ha prou activitat per mantenir el negoci obert. Altres fonts indiquen que a l’estiu, quan la població de Portbou passa dels 1.300 habitants fins a uns 4.000, es poden arribar a vendre uns 150 diaris. El cas és que abans de tancar definitivament el comerç ha quedat en oferta de traspàs però no s’han presentat candidats. Mariona Gómez atribueix tot plegat a la disminució del nombre de lectors de diaris, a internet i a la poca activitat econòmica i turística del municipi.    Josep Lluís Salas, alcalde Portbou, explica que és el primer a lamentar aquesta situació però avança que l’Ajuntament no pot substituir un comerç: “No ens podem dedicar a vendre premsa. Però estem disposats a posar totes les facilitats si algú es presenta per fer aquest servei”, diu l’alcalde. Entre aquestes facilitats el consistori es podria plantejar la rebaixa de taxes locals, sempre que això es limiti al primer any d’activitat. L’Ajuntament estaria també disposat a cedir un espai ben situat al mercat municipal per vendre-hi diaris. Una altra pista possible seria que un altre comerç del municipi s’encarregués del servei de premsa.    “Volem posar-hi totes les facilitats per intentar solucionar-ho però som els únics a fer-ho”, insisteix Salas, lamentant que hi ha molts antics locals comercials tancats a Portbou, que els lloguers són cars i que fins i tot les empreses de premsa demanen fiances que difícilment pot assumir un nou negoci que arranca en un petit poble.  Mentre no es presenti algú per vendre diaris, els lectors de premsa escrita de Portbou només tenen l’opció de desplaçar-se al poble veí de Colera, a uns 9 km de distància.      http://www.elpuntavui.cat/territori/article/13-serveis/1232567-portbou-es-queda-sense-punt-de-venda-de-diaris.html    - - -    � *MOLT* *FORT* �      MOLT  FORT  . MOLT  IMPORTANT  .  FEU-NE  MOLTA  DIFUSIÓ    Diversos establiments *privats* (gimnasos, botigues...) estan rebent *trucades* *falses*! Un individu s'identifica com a funcionari de la Generalitat i *crida* i *amenaça* els propietaris dient-los que l'1-O estan *obligats* a obrir per posar les urnes als seus establiments.     Una nova estratègia de les *clavegueres* *de* *l'Estat* per generar crispació i cabrejar a la gent perquè l'1-O no voti. *QUE NO ET MANIPULIN. NO ET CREGUIS RES QUE NO VINGUI DE CANALS OFICIALS!!!* passa-ho!    - - -      voir l'en-tête complet  Le Parlement catalan adopte la loi prévoyant un référendum d’autodétermination  Le gouvernement espagnol soutient que cette initiative est illégale et qu’elle doit être stoppée.  LE MONDE | 06.09.2017 à 22h27 • Mis à jour le 07.09.2017 à 10h50 | Par Sandrine Morel (Madrid, correspondance)  Abonnez vous à partir de 1 € Réagir Ajouter  Partager (765) Tweeter  image: http://img.lemde.fr/2017/09/07/0/0/3500/2316/534/0/60/0/6dbde03_32193-5n7crp.ygv6lxr.jpg  photo :   Le président catalan Carles Puigdemont, au centre, après le vote de la loi prévoyant un référendum d’autodétermination, à Barcelone le 6 septembre. ALBERT GEA / REUTERS- Segadors (hymne national catalan)
Catalogne : de l'euphorie indépendantiste aux pleurs après l'attentat terroriste :  ***ARTICLE  DE  JOSEP  M.  LOSTE   PUBLICAT  AVUI  DIA  DE LA DIADA  AL  DIARI DEL PUNT  AVUI   FEU-NE  MOLTA  DIFUSIÓ  A LES  XARXES  SOCIALS       http://www.elpuntavui.cat/opinio/article/8-articles/1235369-setembre-historic.html  Setembre històric   Josep M. Loste   Clama al cel que imputin els nostres representants i no diguin res dels 40.000 milions perduts per ajudes a la banca Quan surti publicat aquest article molta gent d’arreu de la geografia catalana es prepararà per congregar-se a les 17. 14 h a la part central del cap i casal de Catalunya. És arriscat i complicat –un veritable repte intel·lectual– escriure un article per publicar per la Diada d’un setembre en ebullició. És una tasca dura redactar un escrit hores, dies, abans d’una data clau en un setembre autènticament històric. Doncs bé, en aquest setembre del 2017, veritablement autodeterminista, en què està culminant un procés –preiniciat el 2003 i activat el 2010 amb el coup d’état d’una òrgan judicial que s’ha transformat en una sucursal, una extensió del poder executiu espanyol– a favor de l’alliberament social i nacional de la nostra històrica nació catalana; un procés maltractat i ridiculitzat per poders molt fàctics i molt poc democràtics; en qualsevol cas, sembla (tot i que no tenim res blindat) que pot culminar –si més no en una primera etapa– el proper 1-O. No hi ha dubte que en aquest setembre històric s’ha posat plenament en marxar la maquinària “subtilment repressora” de l’Estat espanyol. No obstant això, el que sembla més greu, més potiner i més antidemocràtic és que la superestructura judicial de l’Estat espanyol pretengui perseguir i reprimir la presidenta del Parlament, els dirigents sobiranistes de la mesa de la cambra catalana, el govern català en ple i altres representants polítics i funcionaris al servei de poble de Catalunya. El que clama al cel és que aquesta maquinària judicial al servei del govern espanyol intenti imputar els nostres representats per un delicte de malversació de fons i, per contra, no digui res dels 40.000 milions d’eurospolits i perduts per ajudes a la banca (dades constatades pel Banc d’Espanya). Davant d’aquesta situació grotesca, antieuropea, injusta i surrealista, resulta incomprensible que partits i coalicions polítiques teòricament d’esquerres, defensores del progrés, la igualtat social, en altres temps del dret a l’autodeterminació, com el PSC i CSQP (en aquest cas, amb la posició contra els diputats de Podem Catalunya encapçalats per Albano Dante Fachin) prenguin partit a favor del PP i Cs i no esmentin que amb aquests 40.000 milions llençats a les escombraries es podia haver posat en marxa de debò la llei de dependència.  http://www.elpuntavui.cat/opinio/article/8-articles/1235369-setembre-historic.html  - - -      ***Us cridem a convocar el referèndum         Benvolgut, benvolguda,    Davant la suspensió per part del Tribunal Constitucional del Decret de convocatòria del referèndum d’autodeterminació signat ahir pel Govern de Catalunya, l’Assemblea Nacional Catalana crida a la ciutadania a fer costat al President i al Govern sumant-se a convocar l’1 d’octubre mitjançant el web www.joconvoco.cat.    El web permet que qualsevol ciutadà pugui "signar" la convocatòria posant el seu nom al costat dels signants del Decret, i compartir aquesta "signatura" mitjançant les xarxes socials utilitzant els hashtags #JoConvoco i #ReferèndumÉsDemocràcia    Aquesta iniciativa és un acte més per demostrar l’ampli suport amb què compta el referèndum en la societat catalana i denunciar l’actitud demòfoba i repressiva de l’Estat Espanyol.    Des de l’ANC s’anima tots els demòcrates que defensen el dret del ciutadans a votar a sumar-se a aquesta iniciativa.    Comunicació interna  Assemblea Nacional Catalana      Us informem que la vostra adreça de correu electrònic està inclosa en la base de dades de l'Assemblea Nacional Catalana (fitxer de dades personals). Podeu exercir els vostres drets d'accés, rectificació, cancel·lació i oposició mitjançant comunicació escrita, a la qual heu d'adjuntar una fotocòpia del vostre DNI, adreçada a l'Assemblea Nacional Catalana a: c/ de la Marina, 315, Barcelona (08025) o enviant un correu electrònic a dades@assemblea.cat        À Barcelone la fête ne fait pas de trêve!      Danser du lundi au dimanche? Mission tout à fait possible! Dans la capitale catalane, sortir 7 jours sur 7 est un jeu d'enfants!     Direction les boîtes de nuit! Électro, funk, house, disco, tubes du moment ou grands classiques... Il y en a pour tous les goûts!     Notre bon plan pour les fêtards? Une carte qui donne accès, sans faire la queue, à 22 discothèques de la ville!    Allez, c'est "party"! ;)      - - -Catalogne / Référendum / Indépendance..?    Les articles de "Robert Willing" <rw3612@gmail.com>      MOLT   GREU- TRÉS  GRAVE           Solidaritat  amb el  setmanari  El Vallenc  de  Valls       Molt greu  el  que  està  passant en aquests  mioments  a  Valls .  cap a les 11:30 del matí  del dissabte  09/09/2017 ha tingut  lloc  un  registre, un escorcoll per  part de la  de la  Guardia civil  al setmanari  El Vallenc de Valls.  Davant  d’aquest  fets  cal  preguntar-se   En quin pais som,  a l'Estat Espanyol  o  a Turquia ?  O poster hem tornat al franquisme tardà  a l'any 1974 . Quan  jo tenia  12  anys. Cal  solidaritzar-se  amb  El Vallenc Cal fer, elaborar  escrits i cartes de protesta a les xarxes socials i a la premsa internacional. No ho podem tolerar. Europa i els democrates Ho han de  saber  amb  péls  i  senyals  .       Tres grave ce qui ce passe a la ville de Valls a coté de Tarragone. Je vous  demande  d'ecrire lettres de protestation en français, et  si  vous  pouvez , aussi en anglais.   L’ Espagne est en train de devenir  un regime antidemocratique comme la Turquia. Je vous demander  votre  solidarite  avec  la Catalogne  et  la lliberte  de voter. C'est-à-dire  , votre  solidarité  avec la democratie .    **MALGRÉ L'INTERDICTION ESPAGNOLE PLUS DE 26000 VOLONTAIRES ET 670 MAIRIES (sur un peu plus de 900) SOUTIENNENT LE RÉFÉRENDUM CATALAN 48 HEURES APRÈS QU'IL FUT CONVOQUÉ:    **V    Urnes et bulletins de vote. Voilà ce que cherche la police espagnole en Catalogne pour le saisir. Ceci n'est pas une blague.  oilà ce que cherche la police espagnole en Catalogne pour le saisir. Ceci n'est pas une blague. VualàUrnes et bulletins de vote. Voilà ce que cherche la police espagnole en Catalogne pour le saisir. Ceci n'est pas une blague.  Vualà              El director del setmanari El Vallenc investigat I imputat per la Guardia civil per tres delictes prevaricació desobediencia I malversació. En quina época som ? En quin país ens trobem?       The director of the weekly  "El Vallenc" in Valls ,near to Tarragona has accused by the  Spanish Civil War. This morning this weekly has been registered because  is accussed to print  the vote ballots of the 1-0 referendum . Where is the democracy in Spain?      - - -  Portbou es queda sense punt de venda de diaris  L’únic punt de venda de premsa tanca perquè el negoci no surt a compte  L’alcalde explica que l’Ajuntament no pot substituir-ho però que posaran facilitats si algú es presenta per fer-ho    Esteve Carrera - portbou  Des d’aquest 1 de setembre ja no hi ha cap punt de venda de premsa escrita al municipi de Portbou. Mariona Gómez Martinench, que s’encarregava de la llibreria Martinench des de 1930, ha baixat la persiana; més que per jubilar-se, ho deixa perquè el negoci no surt a compte. “Tinc una invalidesa, he aguantat amb una dependenta fins ara, però hi hem de posar diners a final de mes i no pot ser”, diu l’encarregada. Segons ella es venen uns 60 diaris a Portbou. Tot i que la botiga no es limitava a la venda de premsa i revistes (també havia fet de rellotgeria i joieria, un sector que anys enrere havia funcionat per la situació fronterera del municipi), no hi ha prou activitat per mantenir el negoci obert. Altres fonts indiquen que a l’estiu, quan la població de Portbou passa dels 1.300 habitants fins a uns 4.000, es poden arribar a vendre uns 150 diaris. El cas és que abans de tancar definitivament el comerç ha quedat en oferta de traspàs però no s’han presentat candidats. Mariona Gómez atribueix tot plegat a la disminució del nombre de lectors de diaris, a internet i a la poca activitat econòmica i turística del municipi.    Josep Lluís Salas, alcalde Portbou, explica que és el primer a lamentar aquesta situació però avança que l’Ajuntament no pot substituir un comerç: “No ens podem dedicar a vendre premsa. Però estem disposats a posar totes les facilitats si algú es presenta per fer aquest servei”, diu l’alcalde. Entre aquestes facilitats el consistori es podria plantejar la rebaixa de taxes locals, sempre que això es limiti al primer any d’activitat. L’Ajuntament estaria també disposat a cedir un espai ben situat al mercat municipal per vendre-hi diaris. Una altra pista possible seria que un altre comerç del municipi s’encarregués del servei de premsa.    “Volem posar-hi totes les facilitats per intentar solucionar-ho però som els únics a fer-ho”, insisteix Salas, lamentant que hi ha molts antics locals comercials tancats a Portbou, que els lloguers són cars i que fins i tot les empreses de premsa demanen fiances que difícilment pot assumir un nou negoci que arranca en un petit poble.  Mentre no es presenti algú per vendre diaris, els lectors de premsa escrita de Portbou només tenen l’opció de desplaçar-se al poble veí de Colera, a uns 9 km de distància.      http://www.elpuntavui.cat/territori/article/13-serveis/1232567-portbou-es-queda-sense-punt-de-venda-de-diaris.html    - - -    � *MOLT* *FORT* �      MOLT  FORT  . MOLT  IMPORTANT  .  FEU-NE  MOLTA  DIFUSIÓ    Diversos establiments *privats* (gimnasos, botigues...) estan rebent *trucades* *falses*! Un individu s'identifica com a funcionari de la Generalitat i *crida* i *amenaça* els propietaris dient-los que l'1-O estan *obligats* a obrir per posar les urnes als seus establiments.     Una nova estratègia de les *clavegueres* *de* *l'Estat* per generar crispació i cabrejar a la gent perquè l'1-O no voti. *QUE NO ET MANIPULIN. NO ET CREGUIS RES QUE NO VINGUI DE CANALS OFICIALS!!!* passa-ho!    - - -      voir l'en-tête complet  Le Parlement catalan adopte la loi prévoyant un référendum d’autodétermination  Le gouvernement espagnol soutient que cette initiative est illégale et qu’elle doit être stoppée.  LE MONDE | 06.09.2017 à 22h27 • Mis à jour le 07.09.2017 à 10h50 | Par Sandrine Morel (Madrid, correspondance)  Abonnez vous à partir de 1 € Réagir Ajouter  Partager (765) Tweeter  image: http://img.lemde.fr/2017/09/07/0/0/3500/2316/534/0/60/0/6dbde03_32193-5n7crp.ygv6lxr.jpg  photo :   Le président catalan Carles Puigdemont, au centre, après le vote de la loi prévoyant un référendum d’autodétermination, à Barcelone le 6 septembre. ALBERT GEA / REUTERS- Segadors (hymne national catalan)

Catalogne : de l'euphorie indépendantiste aux pleurs après l'attentat terroriste : ***ARTICLE  DE  JOSEP  M.  LOSTE  PUBLICAT  AVUI  DIA  DE LA DIADA  AL  DIARI DEL PUNT  AVUI   FEU-NE  MOLTA  DIFUSIÓ  A LES  XARXES  SOCIALS      http://www.elpuntavui.cat/opinio/article/8-articles/1235369-setembre-historic.html Setembre històric Josep M. Loste Clama al cel que imputin els nostres representants i no diguin res dels 40.000 milions perduts per ajudes a la banca Quan surti publicat aquest article molta gent d’arreu de la geografia catalana es prepararà per congregar-se a les 17. 14 h a la part central del cap i casal de Catalunya. És arriscat i complicat –un veritable repte intel·lectual– escriure un article per publicar per la Diada d’un setembre en ebullició. És una tasca dura redactar un escrit hores, dies, abans d’una data clau en un setembre autènticament històric. Doncs bé, en aquest setembre del 2017, veritablement autodeterminista, en què està culminant un procés –preiniciat el 2003 i activat el 2010 amb el coup d’état d’una òrgan judicial que s’ha transformat en una sucursal, una extensió del poder executiu espanyol– a favor de l’alliberament social i nacional de la nostra històrica nació catalana; un procés maltractat i ridiculitzat per poders molt fàctics i molt poc democràtics; en qualsevol cas, sembla (tot i que no tenim res blindat) que pot culminar –si més no en una primera etapa– el proper 1-O. No hi ha dubte que en aquest setembre històric s’ha posat plenament en marxar la maquinària “subtilment repressora” de l’Estat espanyol. No obstant això, el que sembla més greu, més potiner i més antidemocràtic és que la superestructura judicial de l’Estat espanyol pretengui perseguir i reprimir la presidenta del Parlament, els dirigents sobiranistes de la mesa de la cambra catalana, el govern català en ple i altres representants polítics i funcionaris al servei de poble de Catalunya. El que clama al cel és que aquesta maquinària judicial al servei del govern espanyol intenti imputar els nostres representats per un delicte de malversació de fons i, per contra, no digui res dels 40.000 milions d’eurospolits i perduts per ajudes a la banca (dades constatades pel Banc d’Espanya). Davant d’aquesta situació grotesca, antieuropea, injusta i surrealista, resulta incomprensible que partits i coalicions polítiques teòricament d’esquerres, defensores del progrés, la igualtat social, en altres temps del dret a l’autodeterminació, com el PSC i CSQP (en aquest cas, amb la posició contra els diputats de Podem Catalunya encapçalats per Albano Dante Fachin) prenguin partit a favor del PP i Cs i no esmentin que amb aquests 40.000 milions llençats a les escombraries es podia haver posat en marxa de debò la llei de dependència. http://www.elpuntavui.cat/opinio/article/8-articles/1235369-setembre-historic.html - - - ***Us cridem a convocar el referèndum   Benvolgut, benvolguda, Davant la suspensió per part del Tribunal Constitucional del Decret de convocatòria del referèndum d’autodeterminació signat ahir pel Govern de Catalunya, l’Assemblea Nacional Catalana crida a la ciutadania a fer costat al President i al Govern sumant-se a convocar l’1 d’octubre mitjançant el web www.joconvoco.cat. El web permet que qualsevol ciutadà pugui "signar" la convocatòria posant el seu nom al costat dels signants del Decret, i compartir aquesta "signatura" mitjançant les xarxes socials utilitzant els hashtags #JoConvoco i #ReferèndumÉsDemocràcia Aquesta iniciativa és un acte més per demostrar l’ampli suport amb què compta el referèndum en la societat catalana i denunciar l’actitud demòfoba i repressiva de l’Estat Espanyol. Des de l’ANC s’anima tots els demòcrates que defensen el dret del ciutadans a votar a sumar-se a aquesta iniciativa. Comunicació interna Assemblea Nacional Catalana Us informem que la vostra adreça de correu electrònic està inclosa en la base de dades de l'Assemblea Nacional Catalana (fitxer de dades personals). Podeu exercir els vostres drets d'accés, rectificació, cancel·lació i oposició mitjançant comunicació escrita, a la qual heu d'adjuntar una fotocòpia del vostre DNI, adreçada a l'Assemblea Nacional Catalana a: c/ de la Marina, 315, Barcelona (08025) o enviant un correu electrònic a dades@assemblea.cat À Barcelone la fête ne fait pas de trêve!   Danser du lundi au dimanche? Mission tout à fait possible! Dans la capitale catalane, sortir 7 jours sur 7 est un jeu d'enfants!  Direction les boîtes de nuit! Électro, funk, house, disco, tubes du moment ou grands classiques... Il y en a pour tous les goûts!  Notre bon plan pour les fêtards? Une carte qui donne accès, sans faire la queue, à 22 discothèques de la ville! Allez, c'est "party"! ;) - - -Catalogne / Référendum / Indépendance..? Les articles de "Robert Willing" <rw3612@gmail.com> MOLT   GREU- TRÉS  GRAVE       Solidaritat  amb el  setmanari  El Vallenc  de  Valls  Molt greu  el  que  està  passant en aquests  mioments  a  Valls .  cap a les 11:30 del matí  del dissabte  09/09/2017 ha tingut  lloc  un  registre, un escorcoll per  part de la  de la  Guardia civil  al setmanari  El Vallenc de Valls.  Davant  d’aquest  fets  cal  preguntar-se   En quin pais som,  a l'Estat Espanyol  o  a Turquia ?  O poster hem tornat al franquisme tardà  a l'any 1974 . Quan  jo tenia  12  anys. Cal  solidaritzar-se  amb  El Vallenc Cal fer, elaborar  escrits i cartes de protesta a les xarxes socials i a la premsa internacional. No ho podem tolerar. Europa i els democrates Ho han de  saber  amb  péls  i  senyals  .  Tres grave ce qui ce passe a la ville de Valls a coté de Tarragone. Je vous  demande  d'ecrire lettres de protestation en français, et  si  vous  pouvez , aussi en anglais.   L’ Espagne est en train de devenir  un regime antidemocratique comme la Turquia. Je vous demander  votre  solidarite  avec  la Catalogne  et  la lliberte  de voter. C'est-à-dire  , votre  solidarité  avec la democratie . **MALGRÉ L'INTERDICTION ESPAGNOLE PLUS DE 26000 VOLONTAIRES ET 670 MAIRIES (sur un peu plus de 900) SOUTIENNENT LE RÉFÉRENDUM CATALAN 48 HEURES APRÈS QU'IL FUT CONVOQUÉ: **V Urnes et bulletins de vote. Voilà ce que cherche la police espagnole en Catalogne pour le saisir. Ceci n'est pas une blague. oilà ce que cherche la police espagnole en Catalogne pour le saisir. Ceci n'est pas une blague. VualàUrnes et bulletins de vote. Voilà ce que cherche la police espagnole en Catalogne pour le saisir. Ceci n'est pas une blague. Vualà El director del setmanari El Vallenc investigat I imputat per la Guardia civil per tres delictes prevaricació desobediencia I malversació. En quina época som ? En quin país ens trobem?  The director of the weekly  "El Vallenc" in Valls ,near to Tarragona has accused by the  Spanish Civil War. This morning this weekly has been registered because  is accussed to print  the vote ballots of the 1-0 referendum . Where is the democracy in Spain? - - - Portbou es queda sense punt de venda de diaris L’únic punt de venda de premsa tanca perquè el negoci no surt a compte L’alcalde explica que l’Ajuntament no pot substituir-ho però que posaran facilitats si algú es presenta per fer-ho Esteve Carrera - portbou Des d’aquest 1 de setembre ja no hi ha cap punt de venda de premsa escrita al municipi de Portbou. Mariona Gómez Martinench, que s’encarregava de la llibreria Martinench des de 1930, ha baixat la persiana; més que per jubilar-se, ho deixa perquè el negoci no surt a compte. “Tinc una invalidesa, he aguantat amb una dependenta fins ara, però hi hem de posar diners a final de mes i no pot ser”, diu l’encarregada. Segons ella es venen uns 60 diaris a Portbou. Tot i que la botiga no es limitava a la venda de premsa i revistes (també havia fet de rellotgeria i joieria, un sector que anys enrere havia funcionat per la situació fronterera del municipi), no hi ha prou activitat per mantenir el negoci obert. Altres fonts indiquen que a l’estiu, quan la població de Portbou passa dels 1.300 habitants fins a uns 4.000, es poden arribar a vendre uns 150 diaris. El cas és que abans de tancar definitivament el comerç ha quedat en oferta de traspàs però no s’han presentat candidats. Mariona Gómez atribueix tot plegat a la disminució del nombre de lectors de diaris, a internet i a la poca activitat econòmica i turística del municipi. Josep Lluís Salas, alcalde Portbou, explica que és el primer a lamentar aquesta situació però avança que l’Ajuntament no pot substituir un comerç: “No ens podem dedicar a vendre premsa. Però estem disposats a posar totes les facilitats si algú es presenta per fer aquest servei”, diu l’alcalde. Entre aquestes facilitats el consistori es podria plantejar la rebaixa de taxes locals, sempre que això es limiti al primer any d’activitat. L’Ajuntament estaria també disposat a cedir un espai ben situat al mercat municipal per vendre-hi diaris. Una altra pista possible seria que un altre comerç del municipi s’encarregués del servei de premsa. “Volem posar-hi totes les facilitats per intentar solucionar-ho però som els únics a fer-ho”, insisteix Salas, lamentant que hi ha molts antics locals comercials tancats a Portbou, que els lloguers són cars i que fins i tot les empreses de premsa demanen fiances que difícilment pot assumir un nou negoci que arranca en un petit poble. Mentre no es presenti algú per vendre diaris, els lectors de premsa escrita de Portbou només tenen l’opció de desplaçar-se al poble veí de Colera, a uns 9 km de distància. http://www.elpuntavui.cat/territori/article/13-serveis/1232567-portbou-es-queda-sense-punt-de-venda-de-diaris.html - - - � *MOLT* *FORT* � MOLT  FORT  . MOLT  IMPORTANT  .  FEU-NE  MOLTA  DIFUSIÓ Diversos establiments *privats* (gimnasos, botigues...) estan rebent *trucades* *falses*! Un individu s'identifica com a funcionari de la Generalitat i *crida* i *amenaça* els propietaris dient-los que l'1-O estan *obligats* a obrir per posar les urnes als seus establiments.  Una nova estratègia de les *clavegueres* *de* *l'Estat* per generar crispació i cabrejar a la gent perquè l'1-O no voti. *QUE NO ET MANIPULIN. NO ET CREGUIS RES QUE NO VINGUI DE CANALS OFICIALS!!!* passa-ho! - - - voir l'en-tête complet Le Parlement catalan adopte la loi prévoyant un référendum d’autodétermination Le gouvernement espagnol soutient que cette initiative est illégale et qu’elle doit être stoppée. LE MONDE | 06.09.2017 à 22h27 • Mis à jour le 07.09.2017 à 10h50 | Par Sandrine Morel (Madrid, correspondance) Abonnez vous à partir de 1 € Réagir Ajouter Partager (765) Tweeter image: http://img.lemde.fr/2017/09/07/0/0/3500/2316/534/0/60/0/6dbde03_32193-5n7crp.ygv6lxr.jpg photo :  Le président catalan Carles Puigdemont, au centre, après le vote de la loi prévoyant un référendum d’autodétermination, à Barcelone le 6 septembre. ALBERT GEA / REUTERS- Segadors (hymne national catalan)

CATALOGNE, Référendum, indépendance -

 

 

*** Assange , partisan de l'autodétermination catalane, a commenté un article sur l'intervention policière à El Vallenc, petit journal catalan accusé par Madrid de soutenir le référendum. Assange avait écrit: "Je suis indigné, l'Espagne accuse le directeur d'un journal catalan de soutenir le référendum sur l'indépendance catalane du 1 Octobre."

"L'esprit de Franco est toujours en vie"

 

Les critiques fusent de toutes parts sur l'attitude du premier ministre espagnol Mariano Rajoy face au rapport de force engagé par les Catalans. L'ancien ministre de l'économie grecque, Yanis Varoufakis n'y est pas allé par quatre chemins lui non plus. Ancien proche du premier ministre grec, Alexis Tsipras, Varoufakis a donné une interview au Huff Post. "Je crois que Madrid est très idiot. L'esprit de Franco est toujours en vie. Si le référendum avait été organisé l'année dernière, les unionistes l'auraient emporté et la question sera close. Mais comme le PP ne s'est pas débarrassé de son passé Franquiste et de ses tendances autoritaires, il a créé un drame et aggrave la crise catalane".

- - -

 

Debout, exigeant sans fin de prendre la parole, s’indignant, les députés catalans, indépendantistes et non indépendantistes, se sont affrontés durant toute la journée du 6 septembre. L’ambiance extrêmement tendue était à la hauteur de l’enjeu. La loi finalement adoptée, censée prévaloir sur le droit espagnol, doit encadrer le référendum d’autodétermination unilatéral que le gouvernement de Catalogne entend organiser le 1er octobre. Son objectif est de contourner ainsi l’opposition ferme de Madrid et les arrêts de la Cour constitutionnelle qui l’ont déclaré illégal.

Après onze heures de débat, le texte a été approuvé par les 72 députés indépendantistes (sur 130). Les députés du Parti socialiste catalan (PSC), de Ciudadanos (centre, libéral) et du Parti populaire (PP, droite) avaient auparavant quitté l’hémicycle en signe de protestation. Peu avant minuit, le gouvernement catalan a signé le décret de convocation officielle du référendum.« Personne n’a l’autorité ni le pouvoir de confisquer notre droit à décider », a conclu le président catalan, Carles Puigdemont.

Bras de fer

Cela fait des mois que le bras de fer entre Madrid et Barcelone est engagé. Le gouvernement espagnol refuse d’organiser un référendum d’autodétermination en Catalogne, comme l’exige la majorité parlementaire indépendantiste au pouvoir depuis fin 2015, arguant que la Constitution ne permet pas à un « territoire » de se prononcer sur l’unité de l’Espagne.

Face au refus de Madrid, la coalition indépendantiste au pouvoir, Junts pel Si (« ensemble pour le oui »), qui regroupe nationalistes de droite, indépendantistes de la Gauche républicaine de Catalogne et personnalités de la société civile, et est soutenue par le mouvement séparatiste d’extrême gauche CUP, a pris la décision de braver le gouvernement et de se lancer dans un processus de sécession unilatéral. Quitte à prendre des raccourcis avec les normes démocratiques qui ont indigné les députés non indépendantistes, y compris ceux qui soutiennent le principe d’un référendum d’autodétermination.

Lire aussi :   En Catalogne, le débat sur la sécession vire aux insultes et à la haine

Inclusion de dernière minute

« Tout cela est un acte antidémocratique sans précédent. Nous ne pouvons pas valider cette loi ni la procédure de bandit avec laquelle il est prévu qu’elle soit adoptée. Vous brisez la démocratie », a ainsi déclaré le député écologiste catalan Joan Coscubiela, qui défend pourtant l’organisation d’un référendum d’indépendance, mais légal, concerté avec Madrid et disposant de toutes les garanties.

Le PSC et le PP ont pour leur part déposé une demande de protection juridique auprès de la Cour constitutionnelle. En cause : les tactiques et stratégies opaques mises en œuvre par le gouvernement catalan pour préparer la consultation. Pour que Madrid ne puisse pas empêcher le vote de la loi de référendum, celle-ci a ainsi été incluse à la dernière minute à la session parlementaire après une demande de changement de l’ordre du jour par les indépendantistes.

Les députés non indépendantistes se sont plaints de ne pas avoir eu le temps de l’examiner au préalable et de préparer des amendements, d’autant qu’elle a été élaborée en secret par les élus indépendantistes, comme les autres lois touchant au référendum. Elle a de plus été votée selon une procédure d’urgence – avec lecture unique – autorisée par une récente réforme du règlement.

Les recours déposés auprès du Conseil des garanties statutaires, qui veille à la conformité des lois avec le statut d’autonomie et la Constitution espagnole, ont en outre été ignorés. Tout comme le secrétaire général du Parlement régional, Xavier Muro, qui a averti que le texte allait à l’encontre des décisions de la Cour constitutionnelle espagnole et était donc illégal. Il a refusé de le publier au journal officiel.

Plans secrets

La loi définit le peuple catalan comme « sujet souverain » et déclare que le référendum sera contraignant, peu importe le taux de participation. En cas de victoire du oui, la Catalogne déclarera son indépendance du reste de l’Espagne. Le texte prévoit l’élection du conseil électoral, l’organe chargé de surveiller le bon déroulement du scrutin, par majorité simple, et non par les deux tiers de la Chambre comme l’exigent les normes catalanes.

« Nous avons fait cette loi pour pouvoir voter. C’est l’unique moyen que nous a laissé l’Etat », s’est défendu le président de Junts pel Si, Lluis Corominas, face aux critiques de l’opposition. Les indépendantistes revendiquent la nécessité de maintenir leurs plans secrets jusqu’au dernier moment face à la volonté du gouvernement espagnol de faire avorter leur projet.

La façon dont ont été confectionnées les listes électorales est un mystère, tout comme la manière par laquelle ont été obtenues des urnes homologuées. L’appel d’offres pour les acheter a été annulé pour éviter que Madrid lance des poursuites pour détournement de fonds publics, mais Carles Puigdemont a assuré, fin août, qu’il disposait de « plus de 6 000 » urnes. Selon un dirigeant de l’association indépendantiste Assemblée nationale catalane (ANC), Jordi Manyé, elles se trouveraient à Barcelone, dans le consulat d’un pays étranger.

« Coup de force »

De l’avis de la vice-présidente du gouvernement espagnol, Soraya Saenz de Santamaria, le spectacle donné par le Parlement catalan « est le plus honteux, démocratiquement parlant »,qu’elle ait vu durant sa carrière politique. « C’est un coup de force », a-t-elle déclaré lors d’une brève conférence de presse pour annoncer la saisine de la Cour constitutionnelle. Les responsables « aux commandes du Parlement et du gouvernement de Catalogne se rapprochent davantage des régimes dictatoriaux que d’une démocratie », a-t-elle asséné.

Le gouvernement de Mariano Rajoy a demandé à la haute cour de déclarer la loi nulle et d’examiner s’il y a lieu de poursuivre pénalement la présidente du Parlement régional, l’indépendantiste Carme Forcadell, et les membres du bureau du Parlement qui ont soumis la loi au vote.

Lire aussi :   Barcelone prépare déjà l’après-indépendance

Madrid n’entend pas rester les bras croisés comme lors de la précédente « consultation populaire » sur l’indépendance, organisée en novembre 2014 malgré, déjà, l’opposition du gouvernement espagnol et de la Cour constitutionnelle. « Il n’y aura pas d’urnes le 1er octobre », ne cesse de répéter M. Rajoy. Le chef du gouvernement devait rencontrer, jeudi 7 septembre, les chefs de file du Parti socialiste et de Ciudadanos pour sceller l’unité face au défi séparatiste.

Les plus fervents défenseurs de l’unité de l’Espagne s’impatientent déjà. Devant le siège de la délégation du gouvernement espagnol en Catalogne, une centaine de personnes se sont réunies dans la soirée du 6 septembre pour demander au gouvernement de ne pas attendre pour appliquer l’article 155 de la Constitution, qui permet de suspendre l’autonomie de la Catalogne. Au même moment, la garde civile se préparait à perquisitionner une imprimerie où était imprimé du matériel électoral.

 

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/09/06/le-parlement-catalan-adopte-la-loi-prevoyant-un-referendum-d-autodetermination_5182004_3214.html#ABVCUkzgu2YqvL1p.99

 

http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/09/06/le-parlement-catalan-adopte-la-loi-prevoyant-un-referendum-d-autodetermination_5182004_3214.html

 

 

 

***Us cridem a convocar el referèndum

 

 

Benvolgut, benvolguda,

Davant la suspensió per part del Tribunal Constitucional del Decret de convocatòria del referèndum d’autodeterminació signat ahir pel Govern de Catalunya, l’Assemblea Nacional Catalana crida a la ciutadania a fer costat al President i al Govern sumant-se a convocar l’1 d’octubre mitjançant el web www.joconvoco.cat.

 

El web permet que qualsevol ciutadà pugui "signar" la convocatòria posant el seu nom al costat dels signants del Decret, i compartir aquesta "signatura" mitjançant les xarxes socials utilitzant els hashtags #JoConvoco i #ReferèndumÉsDemocràcia

 

Aquesta iniciativa és un acte més per demostrar l’ampli suport amb què compta el referèndum en la societat catalana i denunciar l’actitud demòfoba i repressiva de l’Estat Espanyol.

 

Des de l’ANC s’anima tots els demòcrates que defensen el dret del ciutadans a votar a sumar-se a aquesta iniciativa.

 

Comunicació interna

Assemblea Nacional Catalana

 

Us informem que la vostra adreça de correu electrònic està inclosa en la base de dades de l'Assemblea Nacional Catalana (fitxer de dades personals). Podeu exercir els vostres drets d'accés, rectificació, cancel·lació i oposició mitjançant comunicació escrita, a la qual heu d'adjuntar una fotocòpia del vostre DNI, adreçada a l'Assemblea Nacional Catalana a: c/ de la Marina, 315, Barcelona (08025) o enviant un correu electrònic a dades@assemblea.cat

 
- - -

 

À Barcelone la fête ne fait pas de trêve!  

 

Danser du lundi au dimanche? Mission tout à fait possible! Dans la capitale catalane, sortir 7 jours sur 7 est un jeu d'enfants! 

 

Direction les boîtes de nuit! Électro, funk, house, disco, tubes du moment ou grands classiques... Il y en a pour tous les goûts! 

 

Notre bon plan pour les fêtards? Une carte qui donne accès, sans faire la queue, à 22 discothèques de la ville!

 

Allez, c'est "party"! ;)

 

- - -Catalogne / Référendum / Indépendance..?

 

Les articles de "Robert Willing" <rw3612@gmail.com>

 

 

MOLT   GREU- TRÉS  GRAVE

 

 

Solidaritat  amb el  setmanari  El Vallenc  de  Valls

 

 

 Molt greu  el  que  està  passant en aquests  mioments  a  Valls .  cap a les 11:30 del matí  del dissabte  09/09/2017 ha tingut  lloc  un  registre, un escorcoll per  part de la  de la  Guardia civil  al setmanari  El Vallenc de Valls.  Davant  d’aquest  fets  cal  preguntar-se   En quin pais som,  a l'Estat Espanyol  o  a Turquia ?  O poster hem tornat al franquisme tardà  a l'any 1974 . Quan  jo tenia  12  anys. Cal  solidaritzar-se  amb  El Vallenc Cal fer, elaborar  escrits i cartes de protesta a les xarxes socials i a la premsa internacional. No ho podem tolerar. Europa i els democrates Ho han de  saber  amb  péls  i  senyals  .

 

 

 Tres grave ce qui ce passe a la ville de Valls a coté de Tarragone. Je vous  demande  d'ecrire lettres de protestation en français, et  si  vous  pouvez , aussi en anglais.   L’ Espagne est en train de devenir  un regime antidemocratique comme la Turquia. Je vous demander  votre  solidarite  avec  la Catalogne  et  la lliberte  de voter. C'est-à-dire  , votre  solidarité  avec la democratie .

 

**MALGRÉ L'INTERDICTION ESPAGNOLE PLUS DE 26000 VOLONTAIRES ET 670 MAIRIES (sur un peu plus de 900) SOUTIENNENT LE RÉFÉRENDUM CATALAN 48 HEURES APRÈS QU'IL FUT CONVOQUÉ:

 

Urnes et bulletins de vote. Voilà ce que cherche la police espagnole en Catalogne pour le saisir. Ceci n'est pas une blague.

oilà ce que cherche la police espagnole en Catalogne pour le saisir. Ceci n'est pas une blague. VualàUrnes et bulletins de vote. Voilà ce que cherche la police espagnole en Catalogne pour le saisir. Ceci n'est pas une blague.

Vualà

 

El director del setmanari El Vallenc investigat I imputat per la Guardia civil per tres delictes prevaricació desobediencia I malversació. En quina época som ? En quin país ens trobem?

 

 The director of the weekly  "El Vallenc" in Valls ,near to Tarragona has accused by the  Spanish Civil War. This morning this weekly has been registered because  is accussed to print  the vote ballots of the 1-0 referendum . Where is the democracy in Spain?

 

- - -

Portbou es queda sense punt de venda de diaris

L’únic punt de venda de premsa tanca perquè el negoci no surt a compte

L’alcalde explica que l’Ajuntament no pot substituir-ho però que posaran facilitats si algú es presenta per fer-ho

 

Esteve Carrera - portbou

Des d’aquest 1 de setembre ja no hi ha cap punt de venda de premsa escrita al municipi de Portbou. Mariona Gómez Martinench, que s’encarregava de la llibreria Martinench des de 1930, ha baixat la persiana; més que per jubilar-se, ho deixa perquè el negoci no surt a compte. “Tinc una invalidesa, he aguantat amb una dependenta fins ara, però hi hem de posar diners a final de mes i no pot ser”, diu l’encarregada. Segons ella es venen uns 60 diaris a Portbou. Tot i que la botiga no es limitava a la venda de premsa i revistes (també havia fet de rellotgeria i joieria, un sector que anys enrere havia funcionat per la situació fronterera del municipi), no hi ha prou activitat per mantenir el negoci obert. Altres fonts indiquen que a l’estiu, quan la població de Portbou passa dels 1.300 habitants fins a uns 4.000, es poden arribar a vendre uns 150 diaris. El cas és que abans de tancar definitivament el comerç ha quedat en oferta de traspàs però no s’han presentat candidats. Mariona Gómez atribueix tot plegat a la disminució del nombre de lectors de diaris, a internet i a la poca activitat econòmica i turística del municipi.

 

Josep Lluís Salas, alcalde Portbou, explica que és el primer a lamentar aquesta situació però avança que l’Ajuntament no pot substituir un comerç: “No ens podem dedicar a vendre premsa. Però estem disposats a posar totes les facilitats si algú es presenta per fer aquest servei”, diu l’alcalde. Entre aquestes facilitats el consistori es podria plantejar la rebaixa de taxes locals, sempre que això es limiti al primer any d’activitat. L’Ajuntament estaria també disposat a cedir un espai ben situat al mercat municipal per vendre-hi diaris. Una altra pista possible seria que un altre comerç del municipi s’encarregués del servei de premsa.

 

“Volem posar-hi totes les facilitats per intentar solucionar-ho però som els únics a fer-ho”, insisteix Salas, lamentant que hi ha molts antics locals comercials tancats a Portbou, que els lloguers són cars i que fins i tot les empreses de premsa demanen fiances que difícilment pot assumir un nou negoci que arranca en un petit poble.

Mentre no es presenti algú per vendre diaris, els lectors de premsa escrita de Portbou només tenen l’opció de desplaçar-se al poble veí de Colera, a uns 9 km de distància.

 

 

http://www.elpuntavui.cat/territori/article/13-serveis/1232567-portbou-es-queda-sense-punt-de-venda-de-diaris.html

 

- - -

 

📣 *MOLT* *FORT* 📣

 

 

MOLT  FORT  . MOLT  IMPORTANT  .  FEU-NE  MOLTA  DIFUSIÓ

 

Diversos establiments *privats* (gimnasos, botigues...) estan rebent *trucades* *falses*! Un individu s'identifica com a funcionari de la Generalitat i *crida* i *amenaça* els propietaris dient-los que l'1-O estan *obligats* a obrir per posar les urnes als seus establiments. 

 

Una nova estratègia de les *clavegueres* *de* *l'Estat* per generar crispació i cabrejar a la gent perquè l'1-O no voti. *QUE NO ET MANIPULIN. NO ET CREGUIS RES QUE NO VINGUI DE CANALS OFICIALS!!!* passa-ho!

 

- - -

 

 

voir l'en-tête complet

Le Parlement catalan adopte la loi prévoyant un référendum d’autodétermination

Le gouvernement espagnol soutient que cette initiative est illégale et qu’elle doit être stoppée.

LE MONDE | 06.09.2017 à 22h27 • Mis à jour le 07.09.2017 à 10h50 | Par Sandrine Morel (Madrid, correspondance)

Abonnez vous à partir de 1 € Réagir Ajouter

Partager (765) Tweeter

image: http://img.lemde.fr/2017/09/07/0/0/3500/2316/534/0/60/0/6dbde03_32193-5n7crp.ygv6lxr.jpg

 

Le président catalan Carles Puigdemont, au centre, après le vote de la loi prévoyant un référendum d’autodétermination, à Barcelone le 6 septembre. ALBERT GEA / REUTERS

Debout, exigeant sans fin de prendre la parole, s’indignant, les députés catalans, indépendantistes et non indépendantistes, se sont affrontés durant toute la journée du 6 septembre. L’ambiance extrêmement tendue était à la hauteur de l’enjeu. La loi finalement adoptée, censée prévaloir sur le droit espagnol, doit encadrer le référendum d’autodétermination unilatéral que le gouvernement de Catalogne entend organiser le 1er octobre. Son objectif est de contourner ainsi l’opposition ferme de Madrid et les arrêts de la Cour constitutionnelle qui l’ont déclaré illégal.

Après onze heures de débat, le texte a été approuvé par les 72 députés indépendantistes (sur 130). Les députés du Parti socialiste catalan (PSC), de Ciudadanos (centre, libéral) et du Parti populaire (PP, droite) avaient auparavant quitté l’hémicycle en signe de protestation. Peu avant minuit, le gouvernement catalan a signé le décret de convocation officielle du référendum.« Personne n’a l’autorité ni le pouvoir de confisquer notre droit à décider », a conclu le président catalan, Carles Puigdemont.

Bras de fer

Cela fait des mois que le bras de fer entre Madrid et Barcelone est engagé. Le gouvernement espagnol refuse d’organiser un référendum d’autodétermination en Catalogne, comme l’exige la majorité parlementaire indépendantiste au pouvoir depuis fin 2015, arguant que la Constitution ne permet pas à un « territoire » de se prononcer sur l’unité de l’Espagne.

Face au refus de Madrid, la coalition indépendantiste au pouvoir, Junts pel Si (« ensemble pour le oui »), qui regroupe nationalistes de droite, indépendantistes de la Gauche républicaine de Catalogne et personnalités de la société civile, et est soutenue par le mouvement séparatiste d’extrême gauche CUP, a pris la décision de braver le gouvernement et de se lancer dans un processus de sécession unilatéral. Quitte à prendre des raccourcis avec les normes démocratiques qui ont indigné les députés non indépendantistes, y compris ceux qui soutiennent le principe d’un référendum d’autodétermination.

Lire aussi :   En Catalogne, le débat sur la sécession vire aux insultes et à la haine

Inclusion de dernière minute

« Tout cela est un acte antidémocratique sans précédent. Nous ne pouvons pas valider cette loi ni la procédure de bandit avec laquelle il est prévu qu’elle soit adoptée. Vous brisez la démocratie », a ainsi déclaré le député écologiste catalan Joan Coscubiela, qui défend pourtant l’organisation d’un référendum d’indépendance, mais légal, concerté avec Madrid et disposant de toutes les garanties.

Le PSC et le PP ont pour leur part déposé une demande de protection juridique auprès de la Cour constitutionnelle. En cause : les tactiques et stratégies opaques mises en œuvre par le gouvernement catalan pour préparer la consultation. Pour que Madrid ne puisse pas empêcher le vote de la loi de référendum, celle-ci a ainsi été incluse à la dernière minute à la session parlementaire après une demande de changement de l’ordre du jour par les indépendantistes.

Les députés non indépendantistes se sont plaints de ne pas avoir eu le temps de l’examiner au préalable et de préparer des amendements, d’autant qu’elle a été élaborée en secret par les élus indépendantistes, comme les autres lois touchant au référendum. Elle a de plus été votée selon une procédure d’urgence – avec lecture unique – autorisée par une récente réforme du règlement.

Les recours déposés auprès du Conseil des garanties statutaires, qui veille à la conformité des lois avec le statut d’autonomie et la Constitution espagnole, ont en outre été ignorés. Tout comme le secrétaire général du Parlement régional, Xavier Muro, qui a averti que le texte allait à l’encontre des décisions de la Cour constitutionnelle espagnole et était donc illégal. Il a refusé de le publier au journal officiel.

Plans secrets

La loi définit le peuple catalan comme « sujet souverain » et déclare que le référendum sera contraignant, peu importe le taux de participation. En cas de victoire du oui, la Catalogne déclarera son indépendance du reste de l’Espagne. Le texte prévoit l’élection du conseil électoral, l’organe chargé de surveiller le bon déroulement du scrutin, par majorité simple, et non par les deux tiers de la Chambre comme l’exigent les normes catalanes.

« Nous avons fait cette loi pour pouvoir voter. C’est l’unique moyen que nous a laissé l’Etat », s’est défendu le président de Junts pel Si, Lluis Corominas, face aux critiques de l’opposition. Les indépendantistes revendiquent la nécessité de maintenir leurs plans secrets jusqu’au dernier moment face à la volonté du gouvernement espagnol de faire avorter leur projet.

La façon dont ont été confectionnées les listes électorales est un mystère, tout comme la manière par laquelle ont été obtenues des urnes homologuées. L’appel d’offres pour les acheter a été annulé pour éviter que Madrid lance des poursuites pour détournement de fonds publics, mais Carles Puigdemont a assuré, fin août, qu’il disposait de « plus de 6 000 » urnes. Selon un dirigeant de l’association indépendantiste Assemblée nationale catalane (ANC), Jordi Manyé, elles se trouveraient à Barcelone, dans le consulat d’un pays étranger.

« Coup de force »

De l’avis de la vice-présidente du gouvernement espagnol, Soraya Saenz de Santamaria, le spectacle donné par le Parlement catalan « est le plus honteux, démocratiquement parlant »,qu’elle ait vu durant sa carrière politique. « C’est un coup de force », a-t-elle déclaré lors d’une brève conférence de presse pour annoncer la saisine de la Cour constitutionnelle. Les responsables « aux commandes du Parlement et du gouvernement de Catalogne se rapprochent davantage des régimes dictatoriaux que d’une démocratie », a-t-elle asséné.

Le gouvernement de Mariano Rajoy a demandé à la haute cour de déclarer la loi nulle et d’examiner s’il y a lieu de poursuivre pénalement la présidente du Parlement régional, l’indépendantiste Carme Forcadell, et les membres du bureau du Parlement qui ont soumis la loi au vote.

Lire aussi :   Barcelone prépare déjà l’après-indépendance

Madrid n’entend pas rester les bras croisés comme lors de la précédente « consultation populaire » sur l’indépendance, organisée en novembre 2014 malgré, déjà, l’opposition du gouvernement espagnol et de la Cour constitutionnelle. « Il n’y aura pas d’urnes le 1er octobre », ne cesse de répéter M. Rajoy. Le chef du gouvernement devait rencontrer, jeudi 7 septembre, les chefs de file du Parti socialiste et de Ciudadanos pour sceller l’unité face au défi séparatiste.

Les plus fervents défenseurs de l’unité de l’Espagne s’impatientent déjà. Devant le siège de la délégation du gouvernement espagnol en Catalogne, une centaine de personnes se sont réunies dans la soirée du 6 septembre pour demander au gouvernement de ne pas attendre pour appliquer l’article 155 de la Constitution, qui permet de suspendre l’autonomie de la Catalogne. Au même moment, la garde civile se préparait à perquisitionner une imprimerie où était imprimé du matériel électoral.

 

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/09/06/le-parlement-catalan-adopte-la-loi-prevoyant-un-referendum-d-autodetermination_5182004_3214.html#ABVCUkzgu2YqvL1p.99

 

 

http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/09/06/le-parlement-catalan-adopte-la-loi-prevoyant-un-referendum-d-autodetermination_5182004_3214.html

 

 

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans Catalogne
commenter cet article
28 août 2017 1 28 /08 /août /2017 09:35
Commerce de Perpignan : les indéfendables ! - Les Bons Plans de BARCELONE, cynisme d'un site ! - Nouvelle MERCEDES
Commerce de Perpignan : les indéfendables ! - Les Bons Plans de BARCELONE, cynisme d'un site ! - Nouvelle MERCEDES
Commerce de Perpignan : les indéfendables ! - Les Bons Plans de BARCELONE, cynisme d'un site ! - Nouvelle MERCEDES
Commerce de Perpignan : les indéfendables ! - Les Bons Plans de BARCELONE, cynisme d'un site ! - Nouvelle MERCEDES
Commerce de Perpignan : les indéfendables ! - Les Bons Plans de BARCELONE, cynisme d'un site ! - Nouvelle MERCEDES
Commerce de Perpignan : les indéfendables ! - Les Bons Plans de BARCELONE, cynisme d'un site ! - Nouvelle MERCEDES
Commerce de Perpignan : les indéfendables ! - Les Bons Plans de BARCELONE, cynisme d'un site ! - Nouvelle MERCEDES

Commerces de PERPIGNAN : ceux que nous ne défendrons pas !!

 

Pour réunir la famille autour d'une boisson après l'enterrement de ma mère à la cathédrale St-Jean, nous réservons des tables pour une vingtaine de personnes, au café ESPI (quai Vauban) pour 17 h. Un quart d'heure avant de nous y rendre, le café nous informe que ce n'est pas possible : trop de monde !

 

Nous n'irons plus chez ESPI ! D'ailleurs, avec le changement de direction, c'était de plus en plus mauvais (finis les produits importés d'Andalousie, mais des poudres pour faire les glaces !)

 

Nous nous rendons au café de La Poste : pas possible, pas de place, trop de touristes ! Pas un coin même dedans...Nous n'irons plus au café de la Poste, d'ailleurs depuis la rénovation et l'élimination de Milles, actionnaire, par l'actuel propriétaire, ce n'était plus le café des Catalans...

 

Enfin, nous arrivons place Gambetta : le café qui s'étend sur la place (l'ancien "Les 3 soeurs") nous accepte mais nous ne devons pas changer les tables de place...Faire des groupes..? "Vous voyez, je n'ai qu'une serveuse, et il y a trop de monde!". Et s'il embauchait un autre salarié..?

Ce commerçant, nous ne le plaindrons pas et n'irons plus chez lui, même si, dans l'hiver, Perpi n'est pas une destination et s'il n'y a plus la foule des touristes !!!

 

Défendons les commerçants qui sont commerçants ! Pas les simples marchands !

 

JPBonnel

BARCELONA : 

Site "Les bons plans de Barcelona" :    À visiter sans modération...

 

 

 

Encore difficile de trouver les mots, dix jours après le drame qui a touché la ville de Barcelone...

Un grand merci pour votre soutien et votre solidarité!

 

- - -

MERCEDES, cette marque allemande qui collabora avec les NAZIS...

Lire le texte en suivant l'ordre des photos...

  Nouvelle Mercedes Benz SCL 600 

 

           Belle et racée, n'est-ce-pas ?

 

               
                              MAIS Où est la différence ? 

(hormis son prix très peu fait pour aller chercher son RSA)


> > >                      


> > >                                   Non, pas ceci  .....
            


                                            Non plus...

              voici la vraie différence

                        

 

 Ni volant ni pédales ...

      


Cette voiture se conduit avec une manette !!  

Peux-tu conduire avec seulement une manette? 

     Tes enfants le peuvent et tes petits enfants le pourront sûrement.

 L'influence des jeux vidéos s'impose maintenant dans toutes les sphères de la vie,
    

 Et il y a plus angoissant:  
 c'est que maintenant, un enfant de 6 ANS peut VOLER ta voiture 

car il la CONDUIRA MIEUX QUE TOI

 

Nous sommes décidément trop vieux 

Commençons à nous renseigner sur  les horaires de bus !!!

 

Guy JACQUET

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans Catalogne
commenter cet article

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Articles Récents

Liens