Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 avril 2021 3 21 /04 /avril /2021 10:28
Votre notaire vous écrase - Vallon (près des Pessons) pour le projet d'aéroport - Aéro-porC
Votre notaire vous écrase - Vallon (près des Pessons) pour le projet d'aéroport - Aéro-porC
Votre notaire vous écrase - Vallon (près des Pessons) pour le projet d'aéroport - Aéro-porC

Votre notaire vous écrase - Vallon (près des Pessons) pour le projet d'aéroport - Aéro-porC

  • En droit, l’Article L. 1152-1 du Code du travail dispose que : « Aucun salarié ne doit subir les agissements répétés de harcèlement moral qui ont pour objet ou pour effet une dégradation de ses conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d’altérer sa santé physique et mentale ou de compromettre son avenir professionnel».

 

  • De Rivesaltes à Perpignan : certains notaires laissent fructifier l'argent qu'ils vous doivent pendant des mois, des années, sans rien vous dire… D'autres sont complices de ventes immobilières réservées à des copains…enfin, certains, de Rivesales ou de l'avenue de la gare à Perpignanouze, harcèlent leurs salariés : Le tribunal correctionnel de Perpignan a rendu son délibéré en faveur de l'ex-employé d'une des plus importantes études du département.

 

  • Le ton était très vite monté lors de l'audience du 11 février 2021 devant le tribunal correctionnel de Perpignan : le président avait exclu de la salle la notaire jugée pour harcèlement moral sur un de ses clercs…

 

  • Témoignage : Laetitia (mardi, 23 février 2021 14:18)


    E-mail: laetitiaroquefort.1988@outlook.com

    Message: Bonjour, dans le cadre de mon contrat de professionnalisation, et depuis bientôt deux ans au sein de mon étude, je fais face à de nombreux comportements, ainsi que des faits attestant, de comprendre assimilable à un harcèlement au travail . Aujourd'hui encore je me suis fait traiter de minable, ayant un maître de stage qui ne respecte aucunement ses engagements contractuels. J ai énormément de questions relatives aux circonstances et aux recours possibles . Jusqu'à présent je me contente de contrer les menaces d un nouvel avertissement, injustifié via des écrits et une tentative d apaisement à l'amiable. Il est évident que ne voulant pas prendre la porte , mon employeur va aller jusqu'au bout afin d'obtenir un licenciement.
    Je vous remercie.

 

  • #2  réponse :
    Admin
    (mardi, 23 février 2021 14:23)

    Bonjour Laetitia,
    Je vous remercie pour votre témoignage.
    Il semblerait que ces phénomènes de harcèlement, parfaitement inacceptables soient assez récurrents dans le notariat...
    Je pense qu'il doit être très difficile de se défendre ...
    Bien cordialement

- - -

 

Reportage — Nature (copié-collé - site de reporterre)

 

Un projet d’aéroport pour les riches menace un joyau des Pyrénées

 

Construire un aéroport au milieu d’un vallon qui abrite de nombreuses espèces, c’est le projet prévu en Andorre. Une construction énergivore aux conséquences irréversibles sur l’écosystème, qui crée l’ire de nombreux habitants et élus.

Le poste frontière entre la France et Andorre est noyé sous un épais brouillard. Les douaniers se sont réfugiés dans un préfabriqué, emmitouflés dans leur manteau. Quelques kilomètres plus loin, le col d’Envalira (« Port d’Envalira » en catalan) est l’unique passage routier reliant les deux pays. À 2 409 mètres d’altitude, il barre la route aux nuages. Là se dévoilent la majestueuse Principauté et ses sommets enneigés, brillants sous les rayons du soleil printanier. Sur les hauteurs, la vue sur le vallon est spectaculaire. Il apparaît comme un endroit hors du temps. Mais qui pourrait être amené à disparaître.

Le 16 mars dernier, la Chambre andorrane de commerce, d’industrie et de services (CCIS) a en effet dévoilé au public son projet visant à construire un aéroport international sur ce site naturel. Une vidéo de simulation présente un Airbus A320 survolant plusieurs villages montagnards. L’appareil se pose sur la piste d’atterrissage, à l’endroit même où repose actuellement l’ancienne cabane d’un vacher, désormais abandonnée. De luxueuses boutiques, telles Prada ou Chanel, ont pris la place des plantes et des arbres. Sur un parking, Mercedes, Lamborghini et autres voitures peuplent les environs, à défaut des animaux.

Et dire qu’il y a « quelques décennies, les troupeaux venaient paître dans ces tourbières.... », soupire le biologiste Marc Mossoll, inquiet de la menace qui pèse sur ce panorama. Près de lui, deux bergeronnettes grises s’amusent sur un rocher. La brise caresse les colchiques. Une rivière se faufile entre les sapins, parmi lesquels des personnes accroupies dans l’herbe ramassent de la salade sauvage, « très appréciée ici », et elles aussi menacées par le projet.

« Cette zone humide regorge d’une multitude d’espèces animales et végétales »

Le défi technique est de taille. Culminant à près de 2 000 mètres d’altitude près de la frontière avec les Pyrénées-Orientales, l’aéroport pourrait voir le jour d’ici 2024 pour la somme de 344 millions d’euros. Capable de recevoir des Boeing 737, l’unique piste mesurerait 1 800 mètres de long pour 45 mètres de large. Un demi-million de passagers serait ainsi accueilli chaque année, en provenance de Russie, d’Asie et du golfe Persique.

« Je refuse que notre patrimoine naturel soit mis à sac par une élite financière qui traverse la planète en avion pour venir skier ici deux jours ! » Personnage imposant à la voix douce, Carles Iriarte préside l’Association andorrane de protection des animaux, des plantes et de l’environnement (Apapma). Avec Marc, il tente d’éveiller les consciences sur le désastre écologique que promet un tel projet : « Cette zone humide regorge d’une multitude d’espèces animales et végétales à préserver. L’an dernier et pour la première fois, on y a observé des cuivrés de la bistorte (Lycaena helle), un papillon très rare indicateur de biodiversité. 

Marc Mossol, biologiste en charge du suivi du grand tetras pour l’Uicn.

Cerfs, isards, lagopèdes… Les pinèdes adjacentes constituent un précieux refuge pour affronter les rudes conditions de vie hivernales. Un gallinacé préoccupe particulièrement Marc Mossoll : le grand tétras (Tetrao urogallus).

« Il ne reste que deux mâles et deux femelles de grand tétras dans la zone. »

Chargé de son suivi pour l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), le biologiste andorran craint que le célèbre oiseau noir ne survive pas à l’aéroport : « Il ne reste que deux mâles et deux femelles dans la zone. En hiver, ils se nourrissent d’épines de pins et de bois, et passent 80 % de leur temps sans bouger. Ils puisent constamment sur leurs réserves, donc respecter leur tranquillité est primordial. »

Le grand tétras est une espèce classée vulnérable par l’UICN.

En quinze ans, leur nombre a été divisé par deux en Andorre. Principale cause de ce déclin : les stations de ski, dont la superficie occupe 10 % de la Principauté et empiète sur leur territoire. L’ajout des nuisances sonores liées au futur aéroport pourrait bel et bien sonner le glas de cette fragile population.

 

Le vallon dans lequel l’aéroport pourrait être construit.

Un million de litres de kérosène dans le ciel d’Andorre

Autre préoccupation des habitants : « La Valira d’Orient », indique Marc de son accent catalan à couper au couteau, en pointant la rivière. Revêtu de cuissardes, un pêcheur tire brusquement sur sa canne. Bredouille, il la replonge un peu plus loin. « La rivière est alimentée par le cirque d’origine glaciaire des Pessons, qui se trouve juste au-dessus. Allez savoir dans quel état seront les eaux, une fois passées par l’aéroport, pour tous les villages se trouvant en aval… », s’interroge le biologiste.

En outre, de nombreuses questions relatives aux répercussions collatérales du projet restent sans réponse. Comment s’organisera la gestion des résidus ? Quelle consommation d’énergie représenteront les systèmes de dégivrage des pistes, indispensables dans de telles conditions météorologiques ? Quelle quantité de gaz à effet de serre sera rejetée par les camions acheminant le kérosène depuis la France ou l’Espagne ?

 

Un pêcheur andorran dans le vallon.

Composée de citoyens désireux de faire du train le moyen de transport alternatif en Andorre, l’association AndRail a calculé l’empreinte carbone que représenteraient douze vols quotidiens : « Les Airbus A320 consomment 2 918 litres de carburant par heure. Si l’on compte entre cinq et dix minutes de vol au-dessus de la Principauté, ils brûleraient ainsi plus d’un million de litres par an uniquement dans le ciel andorran, détaille Sebastià Mijares i Verdú, porte-parole du collectif.Aujourd’hui, 41 % de nos émissions de CO2 résultent des véhicules en provenance de l’étranger. Cette infrastructure ne réduira d’aucun degré ce pourcentage, elle y contribuera au contraire de façon disproportionnée. »

Le petit pays pyrénéen n’est pas isolé des effets du dérèglement climatique. Au cours du dernier demi-siècle, il a enregistré une augmentation moyenne de la température de 0,36 °C par décennie. Face à ce constat, Sílvia Calvó Armengol, ministre de l’Environnement de la principauté, a présenté le 5 novembre 2020 la Stratégie nationale de l’énergie et de lutte contre le changement climatique. Cette feuille de route détaillait les mesures devant permettre le respect des engagements internationaux de neutralité carbone d’ici 2050. Parmi les trois principaux secteurs polluants pointés du doigt, figurait la mobilité. Un retournement de situation que la ministre, contactée par Reporterre, n’a pas souhaité commenter.

 

La Valira d’Orient, la rivière du site.

« Ils n’y connaissent rien ! »

« L’objectif prioritaire est d’assurer la minimisation des dommages environnementaux à travers diverses mesures compensatoires sur le milieu naturel. » Dissimulée dans la douzaine de pages que compte le communiqué écrit en catalan, cette phrase traduit le manque de connaissances de la Chambre de commerce en matière de développement durable : « Ils disent vouloir planter des arbres pour compenser l’aéroport, souligne Marc, exaspéré. Mais ils n’y connaissent rien ! La régénération forestière se fait naturellement ici, des milliers d’arbres poussent chaque année. C’est réellement nul, du pipeau ! »

L’étude de faisabilité technique étant achevée, l’avenir de ce projet repose désormais entre les mains de l’actuel gouvernement de centre droit. Mais aucune loi ne lui impose de réaliser une étude d’impact environnemental avant le début de l’ouvrage. Il est simplement fait mention, dans la loi sur la biodiversité de 2019, que « l’action des administrations doit être orientée vers la préservation du paysage de la Principauté […] en suivant les principes du développement durable ».

« Un projet aberrant, daté d’un autre siècle »

Un texte fragile, que le pouvoir parvient aisément à contourner, selon Carles Iriarte, de l’Apapma : « À Soldeu, le village voisin, la rivière a été recouverte par une passerelle grande comme deux terrains de foot. Celle-ci doit permettre aux skieurs de rallier leurs hôtels. Bien que cette construction soit néfaste à l’écosystème, le gouvernement l’a qualifiée de"projet d’intérêt national". Résultat : la loi sur la biodiversité est passée à la trappe. »

 

Carles Iriarte, président de l’association Apapma.

Parmi les principaux élus de l’opposition siégeant au conseil général d’Andorre, Roger Padreny Carmona demande la transparence totale de l’État sur ce projet : « La population devra avoir le dernier mot lors d’une consultation citoyenne », dit-il à Reporterre. De l’autre côté de la frontière, les élus français ont appris la nouvelle avec stupéfaction dans la presse locale : « Malgré ma casquette de vice-présidente d’Occitanie, je n’ai pas eu la moindre information ni le moindre échange avec la Principauté, nous a rapporté Agnès Langevine. J’espère qu’Emmanuel Macron, avec son statut de coprince, se penchera vite sur le dossier. » Député de l’Ariège, département frontalier, Michel Larive déplore, lui, « un projet aberrant, daté d’un autre siècle ».

Pour l’heure, les partisans de l’aéroport axent leur défense sur le besoin de consolider la souveraineté du pays. Un argument étonnant quand le capital envisagé pour financer les travaux provient de Turquie ou de Chine.

 

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale dans le traitement de l’actualité.
Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :

  • celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Reporterre est géré par une association d’intérêt général, à but non lucratif. Nous pensons qu’un média doit informer, et non être un outil d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
  • celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre accès, sans aucune restriction. Nous considérons que s’informer est un droit essentiel, nécessaire à la compréhension du monde et de ses enjeux. Ce droit ne doit pas être conditionné par les ressources financières de chacun.
  • celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation, elle-même encouragée par la publicité. Le journal n’affiche donc strictement aucune publicité. Cela garantit l’absence de lien financier avec des entreprises, et renforce d’autant plus l’indépendance de la rédaction.

En résumé, Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 98% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Partager cet article
Repost0
16 avril 2021 5 16 /04 /avril /2021 11:47
Culture à Perpinyà : DYNAMO école de cinéma itinérante - Catalogne (news from)
Culture à Perpinyà : DYNAMO école de cinéma itinérante - Catalogne (news from)
Culture à Perpinyà : DYNAMO école de cinéma itinérante - Catalogne (news from)

 

- - -DYNAMO école de cinéma itinérante Perpignan - Occitanie

 

Adresse : 37 Rue Georges Courteline, 66000 Perpignan

Horaires :  Ouvre à 09:30 (mer.) Téléphone : 09 73 26 05 49

 

DYNAMO, c’est la rencontre entre un public amateur et des cinéastes professionnels, qui partagent le même désir d’expérimenter, ensemble, les gestes et techniques de l’image.

Ateliers collectifs tous publics (+7 ans) pour manipuler le matériel de prise de vues et de sons, développer ses capacités créatrices, participer à la réalisation d’une œuvre commune, et s’intégrer dans le processus de fabrication d’un film.

Créé en 2017  à Perpignan, l’atelier DYNAMO a posé ses caméras au Musée Régional d’Art Contemporain de Sérignan, au Théâtre l’Archipel, à l’Institut Jean Vigo, …

DYNAMO est également partenaire du dispositif d’éducation à l’image Passeurs d’images.

Retour sur le stage « Trucages à la Méliès » qui vient de se dérouler au centre d’art contemporain à cent mètres du centre du monde. Les enfants se sont inspirés des oeuvres de l’artiste Rosa Loy, pour créer un petit court-métrage…

 

DOCDOC  L’atelier de céramique Sant Vicens

Sant Vicens est un haut lieu des arts du feu à Perpignan. Les élèves de l'école Dynamo filment la créatrice Claire Bauby dans son atelier, de la phase de dessin initial à la cuisson finale. Réalisé par Sophie Flament, Line Van Enis et Argann Fornier Avec la participation de Louise...

PIXILATION  Le musée électrique

Synopsis: Un groupe d'enfants visitent un musée entièrement automatisé. Les chaises se déplacent toutes seules et entrainent les visiteurs dans un étrange ballet, au milieu des oeuvres d’art. Ce film rend hommage à "Hotel eléctrico" réalisé en 1908 par Segundo de Chomón, pionnier de l'animation en stop motion. Le film fait...

 

Ça jongle ! Le cinéma, image par image

Stage Dynamo vacances spécial enfant : Le cinéma, image par image. Trois jours en immersion pour découvrir les pionniers du cinéma et les principes fondamentaux de l’image en mouvement : atelier storyboard, séance photo dans un vrai studio avec du matériel professionnel, fabrication de personnages et décors en papier découpé,...

ARTS VISUELS   Stage photo au théâtre de l’Archipel

Durant 3 jours, sous le regard d'Olivier Moulaï cinéaste, et d'Anna Thibaut chorégraphe, 12 enfants et adolescents découvrent le Théâtre de l'Archipel, ses artistes et ses techniciens. Ils expérimentent la photographie et l'éclairage, avec une attention particulière portée à l'architecture. Chacun photographie une séquence de 12 images qui s'enchaineront pour...

ARTS VISUELS   Moulin d’images

A l'origine de cet atelier, un projet artistique d'un collectif d'artistes : Anna Thibaut danseuse, Olivier Moulaï cinéaste et Sébastien Fenner plasticien, dans le cadre du dispositif Les Portes du Temps à la Forteresse de Salses avec des enfants des accueils de loisirs Francas. Découvre le patrimoine au travers de la...

ARTS VISUELS   Sur les traces du taureau ailé

Sur les traces du taureau ailé nous fait voyager, à travers des archives et des témoignages, dans les vies de Richard et Philippe, qui sont deux côtés d'une même histoire avec des destins croisés; celle des Indochinois de la Camargue, venus implanter la riziculture intensive dans la France deMÉLIÈS

 

LE TABLEAU : COURT-MÉTRAGE DE FICTION

Synopsis:
Au centre d’art, un mystérieux tableau semble posséder un pouvoir magique, celui de faire disparaître ou apparaître les visiteurs.

Imaginé et réalisé par :
Alexis, Elia, Nolan, Samuel et Tesssa

Produit dans le cadre du stage « Trucages à la Méliès » au centre d’art contemporain « àcentmètresdumonde », Perpignan, du 21 au 23/10/2019

Encadrement artistique : Olivier Moulaï

 

L'ASSOCIATION DYNAMO REGROUPE DES CINÉASTES ET DES PROFESSIONNELS DE L'IMAGE EXPÉRIMENTÉS, QUI MÊLENT UNE PRATIQUE ARTISTIQUE PERSONNELLE À UNE DÉMARCHE DE MÉDIATION CULTURELLE.

Après un cursus fondé sur l’art, son histoire, ses pratiques, et six années d’enseignement des arts visuels à l’Éducation Nationale, Aurélie Albaret a entrepris en 2008 une carrière indépendante dans le domaine de la réalisation audiovisuelle. Certaines de ses collaborations lui ont valu de diffuser ses films dans des expositions temporaires, des serious games (jeux en ligne de type pédagogique), des MOOC (Massive Online Open Course : cours accessibles à tous et gratuitement sur Internet), des conférences.

www.youtube.com/user/AAlbaret

*** Olivier Moulaï

Réalisateur et monteur vidéo depuis 2007, Olivier Moulaï a réalisé une quinzaine de documentaires dans le domaine du patrimoine culturel dont un long-métrage en 2016,Renaissance sur les mines de fer abandonnées du Canigou, programmé dans le cadre du Mois du documentaire. Parallèlement, il intervient en milieu scolaire et dans le cadre de dispositifs d’éducation à l’image : Institut Jean Vigo, Occitanie films, Fédération des oeuvres laïques, etc…

www.lesfilmsdugerris.com

 

*** Laëtitia Lazizi

De formation à l’INA et aux Rencontres Photographiques d’Arles, Laëtitia Lazizi est à la fois artiste photographe et vidéaste. Elle a réalisé plusieurs films de commande ainsi que des créations personnelles dont Le goût de la vie en 2015, programmé au Mois du film documentaire. Elle travaille en collaboration avec la compagnie Le Théâtre Chez Soi, et mène des ateliers de formation audiovisuelle.

www.laetitialazizi.com

 

Au mois d’octobre dernier, ouvrait à Perpignan l’école de cinéma et d’arts visuels Dynamo.

Aujourd’hui, Dynamo développe aussi ses ateliers hors les murs.

A l’invitation du Musée régional d’art contemporain à Sérignan (MRAC), Olivier Moulaï et Laëtitia Lazizi ont mené un atelier « pixilation » ou la magie du cinéma d’animation, avec des enfants. Au terme de ces trois jours, voici leur réalisation :
durée 1’30

A venir : stage « reportage & création vidéo » sur un métier d’art, à l’atelier de céramique Saint-Vicens créé en 1942 et fréquenté par de nombreux artistes dont Jean Lurçat.

Suivre l’actualité de l’école sur www.dynamo-cinema.com

Dynamo école de cinéma Perpignan est à Atelier D'urbanisme.

9 juillet 2020 : Film stop-motion réalisé par

Nolan Borrat, Jeanne Moulaï, Violetta Dael, Eva Giovannoli, Alexis Bouyer et Clara Levasseur

Animé par Olivier Moulaï

En partenariat avec l’Atelier d’Urbanisme de Perpignan

2020 © Dynamo

Musique Bilude Composed by Pierre Schaeffer

© Maison ONA 2018 Performed by Minka Roustcheva (piano).

℗ Pierre Schaeffer 1979

avec l’aimable autorisation de Jacqueline Schaeffer

Culture : Nouvelles de Catalogne dans le monde

Ouverte l'inscription aux examens pour l'obtention des certificats internationaux de langue catalane

La période d’inscription aux épreuves pour l’obtention des certificats internationaux de langue catalane de l’Institut Ramon Llull (IRL) est ouverte entre le 7 et le 27 avril 2021. Le paiement des droits d’examen s’effectuera au moment de l’inscription sur le bureau virtuel. Les épreuves auront lieu entre le 8 et le 22 mai et les résultats seront publiés en ligne sur le site de l’IRL dès le 22 septembre. Les personnes ayant passé l’examen avec succès pourront y télécharger leur diplôme. L’IRL est l’autorité de certification officielle pour les examens de catalan en tant que langue étrangère. Les niveaux reconnus, conformes au Cadre européen commun de référence pour les langues, sont au nombre de cinq.

ARTS.  BARCELONE, 2021

 

L'Institut Ramon Llull présente « Melting Spaces: When Restrictions become Options »

Après une année d’urgence sanitaire mondiale, artistes, conservateurs, chercheurs et institutions culturelles brouillent plus que jamais les frontières entre le numérique, l’espace public et les manières traditionnelles de se réunir pour partager des expériences culturelles. 

 

Depuis mars 2020, tous les opérateurs ont été forcés de trouver des moyens alternatifs aux rencontres de groupes en présentiel. C’est pourquoi cette série de conférences propose une réflexion sur la manière dont les pratiques culturelles ont changé et une analyse de celles qui ont évolué. On construira un espace d’ouverture pour discuter sur comment tirer les leçons de cette situation, pour partager des chances et des difficultés, pour évaluer la transformation numérique, pour découvrir des espaces publics en mutation et pour mettre sur le tapis le rôle des institutions publiques qui promeuvent la culture à l’étranger. 

 

Un projet organisé par l’Institut Ramon Llull en collaboration avec le Goethe Institut. Animé par Aina Tur et Gila Kolb.

 

ARTS.  BARCELONE,  01/03/2021

 

Lancement de six appels à projets pour la traduction

et la promotion internationale

 

Ouverture de l’appel public à propositions concernant des aides pour l’internationalisation de la littérature et des arts visuels catalanes, octroyées par l’Institut Ramon Llull. Trouvez dans cet article l’information principale des aides.

CULTURE.  EN LIGNE,  09/04/2021

 

Du théâtre catalan contemporain et des politiques culturelles avant l'heure au Centre d'études catalanes de la Sorbonne en avril

 

En partenariat avec l’Institut Ramon Llull et toujours en ligne, le Centre d’études catalanes accueille entre avril et juin jusqu’à huit séances autour de l’histoire et la culture catalanes. En avril l'agenda comprend deux séances de théâtre du cycle La literatura catalana en tots els accents, l’une avec la projection en ligne de Solitud, de Víctor Català, mise en scène par le Teatre Nacional de Catalunya et l’autre avec la dramaturge Helena Tornero ; en plus d'une conférence du groupe de recherche CRIMIC à charge de Lluís Quintana.

LITTÉRATURE.

 

L'Institut Ramon Llull et le CCCB impulsent à l'international la pensée contemporaine écrite en catalan

 

Le 25 mars l’Institut Ramon Llull et le Centre de Cultura Contemporània de Barcelona (CCCB) ont accueilli une séance de présentation de leurs programmes de promotion culturelle catalane à l’international suivie d’une table ronde autour du sujet de la liberté après un an de pandémie. Intitulée « Trois regards sur la liberté », la rencontre a compté avec la participation de la philosophe et écrivaine Marina Garcés, la réalisatrice, productrice et essayiste culturel Íngrid Guardiola et l’écrivain, traducteur et helléniste Raül Garrigasait.

LANGUE.  EN LIGNE

 

« XarxaLlull aixeca el teló » : Les lectorats internationaux de catalan fêtent la Journée mondiale du théâtre avec le Teatre Nacional de Catalunya

 

L’Institut Ramon Llull et le Teatre Nacional de Catalunya ont mis en place un accord pour donner accès aux enseignants des lectorats internationaux de catalan à la plateforme TNCDigital, qui réunit plusieurs productions théâtrales enregistrées en 4K et en résolution multi-caméras. Pour le moment, ce partenariat propose trois œuvres sous-titrées en catalan, espagnol, anglais et français. Avec ce dispositif, professeurs et étudiants peuvent compléter et approfondir leur connaissance de la tradition littéraire et théâtrale catalane grâce à l’essor actuel des programmations en ligne.

 

L'art immersif de l'artiste et chercheur catalan Joan Soler-Adillon arrive au festival Les Ailleurs de Paris

Avec la pièce The Smallest of Worlds, l’artiste catalan propose un voyage immersif au fond des espaces de vie en tant que contenant de nos histoires individuelles. Le festival Les Ailleurs, organisé par Fisheyes et La Gaîté Lyrique, est un nouveau rendez-vous dédié aux expériences immersives et aux créations en format numérique. Du 6 avril au 11 juillet en ligne et en présentiel dès que possible.

ARTS DE LA SCÈNE.  MONTPELLIER/ EL LIGNE

 

L'univers de Lluïsa Cunillé au centre d'une journée d'études sur le théâtre catalan contemporain à l'Université Paul Valéry de Montpellier

 

Lundi 12 avril, de 10h30 à 16h30, aura lieu la "Journée d’Étude Théâtre catalan contemporain: l’univers de Lluïsa Cunillé", dont la pièce Islàndia est au programme de l’épreuve de catalan de l’agrégation d’espagnol 2020-2021. La rencontre, organisée par Sandrine Frayssinhes Ribes et Maria Llombart Huesca, s'inscrit dans l'activité du laboratoire ReSO de l’Université Montpellier 3, en partenariat avec l’Association Française de Catalanistes AFC. Elle se tiendra en format hybride, en présentiel sur le site de Saint Charles, et en visioconférence.

CINÉMA.  EN LIGNE

Le cinéma de Carla Simon et Maria Ripoll présenté aux étudiants de catalan des universités françaises

Les universités de Grenoble Alpes, Lyon II, l’ENS de Lyon et le Centre d'études catalanes de la Sorbonne organisent un cycle de cinéma catalan avec les films Estiu 1993, de Carla Simón, et Rastres de sàndal, de Maria Ripoll. Dans ces deux long-métrages, les deux réalisatrices abordent depuis des points de vue différents la construction de soi à partir d'une enfance compliquée. Les étudiant.e.s de langue catalane pourront accéder aux films en ligne, puis iels auront l’occasion de participer à une table ronde avec la réalisatrice Maria Ripoll.

Partager cet article
Repost1
25 février 2021 4 25 /02 /février /2021 10:03
Canigou - Affiche et graffiti à Perpignan 2018 - L. Aliot sur CNEWS (C) L.Ferrer
Canigou - Affiche et graffiti à Perpignan 2018 - L. Aliot sur CNEWS (C) L.Ferrer
Canigou - Affiche et graffiti à Perpignan 2018 - L. Aliot sur CNEWS (C) L.Ferrer
Canigou - Affiche et graffiti à Perpignan 2018 - L. Aliot sur CNEWS (C) L.Ferrer

Canigou - Affiche et graffiti à Perpignan 2018 - L. Aliot sur CNEWS (C) L.Ferrer

Actions culturelles à Perpignan :

Meeting of styles… en 2021..?

 

De: Perpignan Culture <perpignan.culture@mairie-perpignan.com>

Objet: RE: Meeting of styles cette année ?

Date: 22 février 2021 11:31:14 UTC+1

À: lise thely <lise.thely@gmail.com>

Bonjour,

En réponse à votre demande, je vous informe que pour le moment, les organisateurs du MOS à Perpignan ne se sont pas rapprochés de la Ville pour faire connaître leurs intentions quant à une édition en 2021.

Restant à votre disposition,

Bien cordialement.

PERPIGNAN CULTURE - MAIRIE DE PERPIGNAN

 

*Culture à Perpignan : Meeting of styles… en 2021..? - 

LE MOS FRANCE C’EST QUOI ?

Le Mos France est l’une des étapes les plus prestigieuse de la planète car elle se déroule dans un lieu historique. L’intégralité

des oeuvres sont réalisées sur des structures en panneaux bois surdimensionnés, spécialement mis en place pour l’évènement.

Chaque année une sélection de 50 artistes internationaux reconnus dans le monde entier est invitée à peindre en live les 1200m² de surface afin de créer une galerie d’art géante à ciel ouvert

LE MOS FRANCE C’EST QUI ? L’association U.I.S.C. – Union Internationale de la Street Culture a pour but de promouvoir et diffuser la
culture urbaine principalement sous forme d’événements ! De nombreuses rencontres humaines, artistiques et professionnelles ont permis à l’U.I.S.C de se structurer, d’évoluer et de se professionnaliser grâce aux compétences, au savoir-faire de chacun et au dévouement d’une équipe de passionnés. Ces évolutions ont conduit à l’organisation du MOS France – Festival International de Graffiti. En effet, depuis 2010, l’association U.I.S.C. représente chaque année l’étape Française du Meeting Of Styles (MOS), qui est tout simplement l’événement itinérant de référence en matière de Graffiti à l’échelle mondiale depuis plus de 15 ans. Depuis 2011, l’U.I.S.C est accueillie chaque été par la Ville de Perpignan et organise le festival dans l’enceinte de l’Arsenal, bâtiment classé monument historique.

- - -

Débat sur le nom du département des Pyrénées-Orientales: 66 ou Pays catalan ou Catalogne..?

1. points de vue :

Bonjour,

voici une prise de position "sur le vif", assortie d'une photographie de qualité, issue de CNEWS.

Bien à vous. LF.

 

** Louis Aliot défend le nom “Occitanie - Pays Catalan” sur CNEWS

Ce mardi 23 février à 8h25, sur CNEWS, le maire de Perpignan, Louis Aliot, a prononcé le nom de région “Occitanie - Pays Catalan”.

Lien vidéo : https://youtu.be/z2u2ilWlY_I

Que l’on soit de droite, du centre ou de gauche, comment ne pas saluer cette affirmation identitaire sur un média national ?

Contre le négationnisme géographique qui dilue Perpignan, Collioure, Font-Romeu (etc) dans un magma occitanien, les Patriotes Catalans saluent ce geste d’affichage. Désormais, il faut aller plus loin, en additionnant les forces de tous bords, pour réhabiliter le Pays Catalan, honteusement banni par la présidente régionale Carole Delga et par un certain nombre d’élus de notre département 66, trop heureux de percevoir ses subventions.

Laetitia Ferrer, coordinatrice

patriotescatalansmail@gmail.com

2. Pour moi, c'est Catalogne car ce fut toujours son nom...JPB

 

3. Poème de Joan Iglesis

 

Mon pays

 

Mon pays est une jeune fille au cœur lourd

Que le massif crayeux des Corbières protège

Des assauts d'un vent fou dont le rire rend sourd,

Démon né de quelque terrible sortilège.

 

Mon pays est une jeune fille aux yeux doux

Dans lesquels le sculpteur, le peintre ou le poète

Voient la source couler au pied du Canigou

Et Collioure aux quartiers éclairés par la fête.

 

Mon pays est une jeune fille aux pieds nus

Qui marche dans les champs en dépit des blessures

Que l'existence inflige à ses membres menus,

Si pauvre qu'elle ne peut porter de chaussures.

 

Mon pays est une jeune fille aux cheveux

Que la marinade amoureusement caresse

Et que le vent d'Espagne au long souffle nerveux

Fait frémir sous d'étranges bouffées de tendresse.

 

Mon pays est une jeune fille aux chansons

Qui viennent apporter à l'oreille autochtone

Ces cris d'espoir, montant de tous les horizons,

Qui naissent au printemps et meurent en automne.

 

Mon pays est une jeune fille qui dort ;

La nature, en avril, lui fait une litière

De mimosas, de genêts et de boutons d'or

Et pose un long baiser sur tout son corps de pierre.

 

Jean Iglesis

Partager cet article
Repost0
2 février 2020 7 02 /02 /février /2020 08:32
M.Bougain : partage de la Catalogne -  Retirada au Boulou et à Port-Vendres - David Domènech Baró - Carles Pons - Louisiane à la maison de la Région -
M.Bougain : partage de la Catalogne -  Retirada au Boulou et à Port-Vendres - David Domènech Baró - Carles Pons - Louisiane à la maison de la Région -
M.Bougain : partage de la Catalogne -  Retirada au Boulou et à Port-Vendres - David Domènech Baró - Carles Pons - Louisiane à la maison de la Région -
M.Bougain : partage de la Catalogne -  Retirada au Boulou et à Port-Vendres - David Domènech Baró - Carles Pons - Louisiane à la maison de la Région -
M.Bougain : partage de la Catalogne
 
-  Retirada au Boulou et à Port-Vendres -

 

David Domènech Baró - Carles Pons -
 
Louisiane à la maison de la Région -

Programme complet (modifié) "La Retirada" sur les chemin de l'Exil

 

31/01/20 17:21

Médiathèque Le Boulou

Journée de la Retirada 
sur les chemins de l'Exil
1er février 2020
Le Boul
ou

 

Programme complet 

• LA RETIRADA - SUR LES CHEMINS DE L’EXIL

 

• Du 19 Février au 28 Mars
MAISON DE L’HISTOIRE

Exposition de photos : « Regards sur l'exode des femmes et des enfants en 1939 » (prêt Amicale des Guérilleros).


 Du 1er Février au 31 Mars 2020
MAISON DE L’EAU ET DE LA MEDITERRANEE

Exposition 10 photos « Aiguat 1940 et ses conséquences sur le camp d’Argelès sur Mer » (Prêt de photos par le Mémorial d’Argelès sur Mer).
Entrée libre - Renseignements au 04.68.87.50.10 ou accueil@mem-leboulou.fr


• Du 3 Février au 29 Février
MEDIATHEQUE

Exposition de dessins d’enfants réfugiés à la Colonie de Cerbère (prêt de l'association Objectif/Perspective de Cerbère).

 

• Samedi 1er Février
Cérémonie officielle

11h00 : Pose d’une plaque, Square des Albères Catalanes -  Avenue Jean Moulin, en mémoire des camps provisoires, installés à différents endroits de la ville du Boulou, en 1939. Verre de l’amitié à la Médiathèque.
15h00 : Retirada Présentation du livre : Collioure… les jours bleus d’Antonio Machado (Editions Trabucaire) par Serge Barba, lecture et chants d’oeuvres du poète par Mario Montané Médiathèque (04 68 83 75 00) - Entrée libre.
20h30 : Court métrage « Aqui y alli » et film « La pata quebrada » (La femme aux fourneaux) - cinéma « Le Majestic » - Gratuit.
 

• Vendredi 14 février
18h30 : Conférence « L’exode du trésor artistique de l’Espagne en 1939 par Serge Barba en partenariat avec la Maison de L’Histoire et de la Médiathèque. Entrée libre.

 

• Mercredi 19 Février 2020
18h30 : Vernissage Exposition de photo « Regards sur l'exode des femmes et des
enfants en 1939 » (prêt Amicale des Guérilleros) - Maison de l’Histoire - Entrée libre.

Mercredi 4 Mars 2020
De 14h30 à 16h30 « Guernica » de Pablo Picasso - Atelier « arts plastiques »
Intersites (EDA / Médiathèque) 8/12 ans (12 places/Contact : 04 68 83 36 32) - Gratuit.


Mardi 10 Mars 2020
18h30 : Spectacle musical Maison de l’Eau et de La Méditerranée - Entrée libre.
« Il était une fois la Retirada... » les réminiscences et pensées d 'un petit garçon fils de réfugiés Républicains espagnols.
Avec le duo Enrique SALVADOR chants et percussions, Maxime Creutser, pianiste,
professeur de piano au Conservatoire de Perpignan Renseignements au 04.68.87.50.10 ou accueil@mem-leboulou.fr

 

Maison de l'Histoire 

Nathalie Zanolin
Espace Culturel Teresa Rebull
Avenue Léon-Jean Grégory
66 160 Le Boulou
maisondelhistoire@mairie-leboulou.fr
Tel : 04.68.83.75.01

 

 

• Du 18 février au 28 mars 2020
ESPACE DES ARTS

Exposition sur la RETIRADA Entrée Libre du mardi au samedi inclus (hors jours fériés). Contact : 04 68 83 36 32 Rens : www.espacedesarts.pro

Au rez-de-chaussée : Exposition grands formats de photographies « sur les chemins de l’exil » avec témoignages audios et projection-vidéo de photos sur la Retirada.
A l’étage : Exposition de reproductions d’affiches et de dessins de Masson et de Picasso.

Sorbonne Université - Lettres Etudes Catalanes Secrétariat <lettres-etudescatalanes-secretariat@sorbonne-universite.fr>



Nous accueillerons lundi 3 février 2020 à 18h à la bibliothèque du Centre une conférence de David Domènech Baró : « La Morta-Viva: El Grup de Pitarra i la reflexió sobre la llengua catalana ».
L’auteur d’un récent ouvrage intitulé Les nits de Pitarra nous invitera à une plongée dans l’époque passionnante de la Barcelone des années 1860 et nous proposera une réflexion sur la récupération de la langue catalane, autour de la figure de Frederic Soler (1839-1895).

Nous vous rappelons que vous devez impérativement vous inscrire auprès du secrétariat par email  : lettres-etudescatalanes-secretariat@sorbonne-universite.fr ou par téléphone au 01 42 77  65 69.

En espérant vous retrouver nombreux, recevez nos cordiales salutations.

 

 

- - - -GUITARES DU MONDE 

CARLES PONS 

En collaboration avec le Service Culturel de l’Université « Via  Domitia » de Perpignan, l’association Guitar’Arte présentera le Mercredi 5 Février à 20h30 le guitraiste espagnol Carles Pons.

 

Né à Lleida. Il a commencé ses études musicales avec le professeur Jordi Montagut. De 1982 à 1984, il a poursuivi ses études de guitare à Barcelone. Depuis 1986.

La province de Lleida lui octroi une Bourse au cours des années 1984, 1986, 1987 et 1988. En 1997, a obtenu le diplôme de la concurrence T.I.M. Honor organisé par l'Italien Jeunesses Musicales. Il a été membre de jurys de concours internationaux..

 

Entrées : 5 / 2 / 1 Euros 

J.Francisco Ortiz

11 Rue des Palmiers

 

- - -

 

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2019 7 22 /12 /décembre /2019 11:17
CATALOGNE :  Llengua, Joan IGLESIS - Le Midi Rouge n°33 : L’histoire longue de la Catalogne - Balades culturelles de Jean-Pierre BONNEL par Eugeni Osácar Marzal

le Midi Rouge n°33

 

L’histoire longue de la Catalogne

 

Notes de recherche, biographies et analyse d’ouvrages, notamment de Maëlle Maugendre sur Femmes en exil et de Nicolas Marty, Comprendre la crise catalane.

Toujours riche de références, le Midi Rouge continue à explorer l’histoire de la Résistance avec un article d’Henri Moizet, La fidélité à la République en Aveyron, 1940-1944, et une discussion très critique, par plusieurs auteurs, du livre d’Olivier Bertrand Les imprudents, sur le maquis Bir-Hakeim (du Languedoc), Armée secrète. Source de nombreux problèmes pour les historiens l’ouvrage est également mis en question dans un droit de réponse de l’ANACR de la Lozère. Autres moments historiques qui méritent attention : Mai 68 à Prades, par Monique Piéri-Guerrero, L’éveil politique chez les étudiants à Montpellier, notamment des étudiants chrétiens, en janvier 1956, à propos de la guerre d’Algérie. Ce texte de Gérard Cholvy est d’autant plus intéressant qu’il évoque la pluralité d’origine des étudiants présents à l’époque à Montpellier : aux côtes des français, étudiants marocains, algériens, africains, malgaches et cambodgiens, parfois organisés aux côtés de l’UNEF dans l’UGEMA (musulmans d’Algérie) UGET (tunisiens) ... Un éveil qui n’eut pas lieu sans tumultes, le récit en témoigne.

 

Des ouvrages d’actualité, basés sur de sérieuses analyses historiques

Hélène Chaubin analyse l’ouvrage de Pierre Schill Réveiller l’archive d’une guerre colonialequi s’appuie sur l’utilisation de 31 photos prises en 1911, par Gaston Chéreau. correspondant de guerre pendant la guerre italo-turque en Tripolitaine. Particulièrement important est l’ouvrage de Maëlle Maugendre, Femmes en exil, les réfugiées espagnoles en France (1939-1942) Un ouvrage novateur, princeps en la matière, issu d’une thèse soutenue à Toulouse et des nombreuses activités mémorielles auxquelles est associée l’historienne. Sous le titre Comprendre la crise catalane le livre publié en 2019 par Nicolas Marty fait déjà autorité en la matière. Il remet la crise actuelle dans une perspective historique qui plonge ses racines dans le temps long. Nourri aux meilleurs spécialistes dont Pierre Vilar, il évoque la mise en place de la double monarchie en 1469, la révolte de 1640, premier jalon fondateur pour partie de la symbolique politique catalane. Symboles comme Els Segadors et La Senyera, interdits par Franco, XVIIIe, XIXe siècles, XXe plus proche et mieux connu de nous, et pourtant. Et bien sûr le moment qui compte lourd dans la crise actuelle, que l’historien nomme le coup de force de 1981 sur la question des autonomies à travers la loi LOAPA. Le dernier chapitre déroule l’histoire du début du XXIe siècle et traite des événements récents ainsi replacés dans un cadre historique long qui permet d’en mieux saisir le sens.

 

Merci à Yvette Lucas -  article publié le 21/12/2019 à 19:37 par leblogcultureldyl

Llengua...

 

Llengua encarcerada entre dos llavis
Per parlar a un poble indignat.

 

Llengua que vol cridar la llibertat
Però que només diu els murmuris de la vergonya.

 

Llengua que transmet la memòria
A cada pas de la història.

 

Llengua de soc, de roc, de foc...
Llengua de ser, de bé, de fe.

 

Llengua encarcerada entre dos llavis
Per parlar a un poble menyspreat.

 

Llengua que s'ofega o s'embruta
Quan acluca els seus ulls la lluita.

 

Llengua que s'aprèn cada dia
Com si es fes d'una llengua estrangera.

 

Llengua que jo voldria usar com una espasa
Per alliberar el germà desconegut que dorm en mi.

 

Llengua encarcerada entre dos llavis
Per parlar a un poble enganyat.

 

Joan Iglesis

ARTICLE du spécialiste en tourisme, Barcelone, revue 

EO Marzal - Her&Mus. Heritage & Museography, 110-111 (traduction de l'espagnol)

 

Balades culturelles en Catalogne. Jean-Pierre Bonnel

 Sur JEAN-PIERRE BONNEL

Auteur du livre : 30 balades culturelles en catalogne 

 

 

Jean-Pierre Bonnel, écrivain et enseignant, nous propose dans ce livre une nouvelle immersion dans le monde culturel catalan. Né à Perpignan, ce professeur de lettres dans un institut de la même ville allie enseignement et écriture. Activiste culturel et amoureux depuis l'enfance, selon ses propres mots, du territoire catalan qui l'a vu naître, il a publié des poèmes, des romans et divers ouvrages sur des sujets culturels. Parmi ces derniers, il convient de noter : Moi, Matisse à Collioure (2003), La Catalogne en peinture (2004) et Walter Benjamin et Antonio Machado, deux destins : la frontière (2005).

 

Avec une vocation claire d'atteindre le plus large public possible, les balades culturelles permettent de découvrir à la fois géographiquement et artistiquement un espace territorial riche et diversifié comme c'est le cas de la Catalogne. Il est intéressant de mentionner et de souligner le fait que l'auteur intègre dans son cadre territorial et culturel le Français département des Pyrénées-Orientales, historiquement intégré en Catalogne. 

 

1 Le sous-titre du livre, Tarragone de Perpignan avec trente personnages illustres, nous dit déjà quel est le fil conducteur des promenades culturelles en Catalogne. A partir de trente personnages, vous pouvez rencontrer puis visiter des lieux.

 

Officiellement côté Français Pyrénées-Orientales. Il s'agit du département numéro 66, intégré dans la région Languedoc-Roussillon. Il a fait partie de la Catalogne jusqu'au 19ème siècle, quand avec le traité des Pyrénées (1659) il est passé à l'administration Française. Les comtés de Rossell, Vallespir, Conflent, Capcir, Alta Cerdanya et Fenolleda, qui forment le département, sont connus en Catalogne sous le nom de Catalunya Nord. Bien qu'il ne s’agit pas d'un nom officiel en France, il est également utilisé par les Français secteurs culturels et éducatifs qui promeuvent le catalan sur Français territoire. Thorium catalan, des villes aux villes, traversant les Pyrénées, du nord au sud, et le long de la côte catalane. Avec rigueur et agrément, combinés correctement, le livre nous est présenté comme un guide touristique avec des contenus artistiques, historiques et géographiques adaptés à un public diversifié, des touristes culturels aux connaissances et experts dans les domaines susmentionnés.

 

Pour ce parcours géographique, historique et artistique, Bonnel sélectionne une trentaine de personnages nés, vécus ou tout simplement un moment important de leur vie en Catalogne, d'un côté comme de l'autre des Pyrénées. Écrivains, peintres, sculpteurs, musiciens, mais aussi scientifiques et autres personnages célèbres deviennent les protagonistes de cette proposition touristique-culturelle personnelle, dans laquelle l'auteur nous rapproche de chacun d'eux à travers son «histoire catalane». Certains, tels que Joan MIRO, Salvador Dali, Antoni GAUDI, Pau Casals ou Santiago RUSINOL sont nés dans le sud des Pyrénées. D'autres, en revanche, l'ont fait dans le nord des Pyrénées, comme Etienne Terrus, Aristide Maillol, Ludovic Massé, Claude Massé. Son champ de bataille de la troisième guerre carliste Simon ou Jordi Pere Cerda.

 

 Parmi les autres, une majorité a choisi les terres catalanes pour jouer dans les étapes clés de leur vie qui, au fil du temps, sont devenus des moments historiques et culturels indissociables de l'endroit où ils se sont développés. L'histoire du fauvisme ne serait pas la même sans le séjour de Matisse à Collioure au début du XXe siècle, et ce qu'il faut dire sur la naissance du cubisme et son lien avec Céret du temps passé par Pablo Picasso, une fois accompagné par Georges Braque. Malheureusement, tous les personnages n'avaient pas une relation volontaire avec la Catalogne. Les deux cas les plus connus sont ceux d'Antonio Machado, enterré à Collioure, où il est mort en fuyant l'Espagne dans l’hiver 1939 au milieu de la débâcle du côté républicain. Si la guerre civile força Machado à fuir, la Seconde Guerre mondiale fit de même avec Walter Benjamin. Port-Bou a été témoin des derniers moments de la vie de ce philosophe allemand de religion juive. 

Plus d'une trentaine d'histoires réelles, évoquées une à une d'une manière très personnelle. Dès les premières pages du livre il y a une grande connaissance de la part de l'auteur des œuvres et la vie de chacun des personnages sélectionnés. Chaque chapitre nous est présenté comme une invitation à connaître et à découvrir, à travers la lecture, des localités dans lesquelles la présence littéraire, artistique ou scientifique a imprégné son caractère et a marqué son histoire. 

 

Les villes et leurs artistes, une relation qui s'est produite tout au long de l'histoire et qui a marqué un avant et un après. Dans quelle mesure les premiers sont-ils des générateurs décisifs des seconds? Ou est-ce plutôt le contraire ? Difficile de trouver une réponse unique, mais ce qui semble évident, c'est une influence dans les deux sens, devenant dans de nombreux cas une identification authentique. Le Gaudí-Barcelona, ​​Matisse-Collioure, Dalí-Cadaqués, Maillol-Banyuls, Rusiñol-Sitges, Terrus-Elne, Picasso-Barcelone-Céret et Casals- Prades de Conflent sont quelques-uns des exemples de cette influence et identification mutuelles, admirablement traités par Bonnel.

 

Les textes enrichissants et attrayants sur les artistes et les populations sont largement complétés par des photos et des cartes avec des itinéraires suggestifs. En outre, l'auteur, avec une claire vocation de transformer le livre, également, en un guide touristique utile, comprend toutes sortes d'informations sur les sites Web, les adresses et les horaires des musées, des offices de tourisme, des festivals, des restaurants, des hôtels et même des fêtes locales. Enfin, chaque chapitre comprend des lectures recommandées, conçues pour toutes les personnes qui souhaitent approfondir leurs connaissances sur l'artiste et les lieux associés. Un dernier exemple du double objectif de l'auteur, celui de combiner des informations attractives et rigoureuses.

 

Bref, un livre conçu et structuré pour que la culture ne soit pas synonyme de minorités. Cela peut atteindre toutes les personnes ayant des préoccupations culturelles et artistiques, mais aussi qu'il est valable et suggestif pour ceux qui optent pour des promenades et des excursions dans un environnement naturel ou urbain.

 

Eugeni Osácar Marzal

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2019 1 16 /12 /décembre /2019 09:41
Livre sur Panchot - Piotrowski - Journée des migrants -
Livre sur Panchot - Piotrowski - Journée des migrants -
Livre sur Panchot - Piotrowski - Journée des migrants -

Livre sur Panchot - Piotrowski - Journée des migrants -

 L'affaire de VALMANYA pendant la seconde guerre mondiale - Village-martyr

 

​​​​​​​

  • En 2017, j'ai eu une drôle d'idée. Balader ma truffe dans le bourbier miné de la mémoire historique liée au sac du village de Valmanya (Pyrénées-Orientales) et à la mort du résistant FTP Julien Panchot durant l'été 44. Une affaire qui, 75 ans après, suscite encore son lot de tensions et de non-dits parmi les porteurs de la dite mémoire.

 

  • Le résultat de mes pérégrinations et rencontres a donné lieu à un texte qui n'est ni un récit ni un polar ni même un essai mais peut-être un peu tout ça à la fois.
  • Le bouquin s'appelle sobrement Panchot, il est édité chez Alter Ego éditions avec une sortie officielle annoncée pour le 20 décembre.
  •  
  • Tu trouveras en pièce jointe la couv' de l'objet qui est aussi jaune que la colère du moment.
  •  
  • Un salut amical,
  • Sébastien            snavarro@mailoo.org

- --

PANCHOT

Sébastien NAVARRO

Éditeur : Alter Ego Editions

 

Prix de vente au public (TTC) : 19 €

 

260 pages ; 21 x 15 cm ; broché

ISBN 978-2-915528-61-9

EAN 9782915528619

 

Résumé :

Le 29 juillet 1944, 150 maquisards FTP et guérilleros espagnols investissent la ville de Prades, sous-préfecture des Pyrénées-Orientales. Ils se ravitaillent en argent et tabac, attaquent le siège de l'occupant avant de refluer vers leur QG situé dans les murs de La Pinouse, ancienne colonie minière surplombant le village de Valmanya. Trois jours après, 600 Allemands et miliciens débarquent pour liquider le maquis. Valmanya est brûlé, quatre habitants exécutés. Après avoir épuisé leurs munitions, les résistants s'enfuient à travers la forêt. Blessé à la jambe, Julien Panchot, capitaine FTP, est capturé par les nazis, torturé et tué.

La mort de Panchot et la destruction de Valmanya, symboles « martyrs » de la Résistance du Roussillon, font depuis l'objet de commémorations annuelles. Mais derrière ces clichés figés dans le marbre de l’Histoire, les tensions mémorielles n’ont jamais cessé de s’affronter. L’enjeu n’étant pas tant de trancher sur une vérité événementielle que de flétrir ou s’accaparer l’héritage de ceux que l’époque qualifiait alors de « terroristes ». A travers une série de rencontres abrasives et d’hasardeuses déambulations, Sébastien Navarro a essayé de démêler non pas le vrai du faux historique mais les intentions, souvent revendiquées, parfois inconscientes, des porteurs de mémoire. Irrévérencieux parfois, perdu souvent, ému par certains entêtements utopistes, l’auteur a fini par se rendre à l’évidence : « Valmanya est un vortex. Un trou noir à l’abyssale fringale. »

 

- - -

 

Bonjour,

 

Le 21 décembre 2019 à 11 h au cimetière des Espagnols, nous vous proposons de rendre hommage aux enfants morts dans le camp de concentration d'Argelès Sur Mer.

Une dalle avec des cailloux  aux couleurs de la République, portant les noms et prénom des enfants sera inaugurée, des décorations de noël pourront être déposées sur les lieux.

Si vous souhaitez partager le repas de l'amitié qui suivra  cet hommage, veuillez nous le faire savoir, afin que l'on puisse réserver.

La taverne nous propose un menu intéressant pour 20 euros par personne.

 

L'équipe de FFREEE

 

- - -

 

  • Lundi 16 décembre 2019 à 18h30 au Théâtre de l'Étang à Saint Estève
  • Petites histoires de la grande histoire
  • de l'aéronautique par Henri PIOTROWSKI
  • Henri Piotrowski nous invite à partager sa passion pour l'aéronautique.
  • Voici quelques thèmes susceptibles d'être abordés :
  • Clément Ader plutôt que les frères Wright.
  • Saint Exupéry : la philosophie vue du ciel.
  • Le pilotage de la sécurité embarquée.
  • Concorde : un rêve d’ingénieur.
  • Le Jaguar : quand la pratique contredit la théorie enseignée.
  • L’hélicoptère Écureuil existerait-il s’il n’y avait pas eu la 2 CV ?
  • L’Airbus A320, ou comment échapper à l’avantage compétitif de la courbe d’apprentissage.
  • Vous trouvez l’hélice de l’ATR ringarde ?
  • L’A380 comme fruit du duel Airbus / Boeing.
  • Et si nous parlions aussi de Hélène Boucher, Maryse Bastié, Jacqueline Auriol et Valérie André ?
  •  
  • Henri Piotrowski est ingénieur Sup’Aéro.
  • Successivement ingénieur chez Dassault-Bréguet, directeur de plusieurs programmes à l’Aérospatiale, adjoint au Directeur de la Division Aéronautique d’EADS, PDG d'EADS ATR.
  • Il quitte le groupe EADS (devenu Airbus) en 2007, et se partage depuis entre Sorède et Toulouse, où il a créé avec son fils la société de cybersécurité ITrust.
  • CEPS en entrée libre et gratuite
  • Pour tous renseignements :
  • Les Rendez-Vous de Saint Estève
  • Site : www.rdvse.fr
  • Mel : rdvse@rdvse.fr
  • Tel : 06 72 80 39 86
  • Facebook : Les-Rendez-Vous-de-Saint-Esteve

 

*****

  • Ciné-débat avec projection du film-documentaire

"Louise Bourgeois ...l'araignée, la maîtresse et la mandarine"

de  Amei Wallach et Marion Cajori (1h39min - VOST)

 

Une incursion dans l'univers de Louise Bourgeois, une légende de l'art et icône féministe, dont l’œuvre protéiforme traverse les 20e et 21e siècles. Louise Bourgeois se consacre à la sculpture depuis 1949. Elle a côtoyé les principaux mouvements artistiques, tout en préservant farouchement son indépendance d'esprit, et sa manière incroyablement inventive et troublante. En 1982, à l'âge de 71 ans, elle devient la première femme à être honorée d'une rétrospective au MoMA, à New York. L'artiste lève le voile sur ses secrets d'enfance, source de ses traumatismes, qui se reflètent dans ses sculptures et ses installations, dont la caméra explore la troublante magie. 

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2019 6 26 /10 /octobre /2019 12:07
Géants de Catalogne - Salon du livre et du chocolat - Un exil républicain à Toulouse -
Géants de Catalogne - Salon du livre et du chocolat - Un exil républicain à Toulouse -
Géants de Catalogne - Salon du livre et du chocolat - Un exil républicain à Toulouse -
Géants de Catalogne - Salon du livre et du chocolat - Un exil républicain à Toulouse -

 

La Federació Gegantera de Catalunya Nord organise « Octobre Rose » en Cerdagne, le samedi 26 Octobre prochain, en partenariat avec la Ligue Contre le Cancer. 

Vous trouverez ci-joint le dossier de presse de l’action qui mobilisera plus de 200 bénévoles, une vingtaine de géantes venues de Catalogne Nord, de Cerdagne, jusqu’à la Seu d’Urgell, contre le cancer su sein. 

Se rassemblement qui commencera à Bourg-Madame, se terminera devant l’hôpital transfrontalier de Cerdagne où un gigantesque nœud rose sera déployé sur le parvis.

 

Restant à votre entière disposition,

Bien cordialement,

 

Joan Llorenç Solé

Président de la Federació

Gegantera de Catalunya Nord

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2019 4 17 /10 /octobre /2019 08:54
Hexacube (C) Fiac et Clément Cividino - Les sentences à l'encontre des séparatistes catalans -
Hexacube (C) Fiac et Clément Cividino - Les sentences à l'encontre des séparatistes catalans -
Hexacube (C) Fiac et Clément Cividino - Les sentences à l'encontre des séparatistes catalans -

Hexacube (C) Fiac et Clément Cividino - Les sentences à l'encontre des séparatistes catalans -

Le galeriste catalan Clément Cividino présent à la Fiac avec une oeuvre de Jean Prouvé

 

Le galeriste de Perpignan Clément Cividino s’est fait depuis quelques années un nom dans la reconnaissance du mobilier et de l’architecture des années 50-60.  Cette année, il expose carrément une station service Total, de 1969, en tôle galvanisée, polyester et verre à Paris, dans la Fiac hors les murs (Hôtel de Choudens, 21 rue Blanche, 75009).

crédit photo:C. Cividino/Fiac

En 1969, Total lance une politique d’aménagements industrialisés de ses grandes stations d’autoroute ainsi que de ses stations routières. La société fait appel à Jean Prouvé, qui dessinera la seule structure ronde de sa carrière.

Le galeriste de Perpignan a réussi à retrouver, restaurer et mettre en valeur cette station, avec l’aide de Serge Binotto, architecte et collaborateur historique de Jean Prouvé.

La station a été acquise par les frères Arthur et Franck-Elie Benzaquen, qui l’ont installée dans le jardin de l’Hôtel de Choudens, dans le 9è arrondissement de la capitale.

La station avait déjà été montrée cet été en Italie (à Terra Remota, dans les Alpes italiennes), avant de se retrouver sélectionnée pour la Fiac. 

Pour le galeriste catalan, c’est une reconnaissance de plus, après sa participation à la Design week de Milan en 2018. Cette année-là, le galeriste avait beaucoup oeuvré pour la reconnaissance des “hexacubes”, des cabanes de plage de l’architecte Georges Candilis, dont il ne reste aujourd’hui qu’une petite trentaine d’exemplaires.

En novembre, le galeriste doit ouvrir un nouvel espace culturel à Perpignan, 6 impasse Cité-Bartissol (ancienne école Maintenon).

Fiac, 17-20 octobre, Paris.

(C) 

ActualitéOccitaniePyrénées Orientales

 

La longue marche des Catalans

 

La Catalogne en marche, pas de façon macronesque, mais plutôt maoïste : pour engranger toute la population, faire bloc en direction de la séparation d'avec l'Espagne.

 

Les foules piétonnes vont confluer à Barcelone, vendredi, jour de grève générale... Ils partirent cinq cents de Gérone, Vic, Figueras, Tarragone...Ils seront des millions à l'arrivée, après avoir foulé les autoroutes, croisant des touristes éperdus qui ne comprennent rien...

 

Mais pourquoi les Catalans envahissent-ils la Catalogne, gênant travailleurs, routiers européens, entreprises locales ou internationales, ce tourisme qui rapporte tant au pays..? Pourquoi ne pas marcher sur Madrid, pour bloquer l'Etat central faire peur au gouvernement madrilène..?

 

Trop loin, trop difficile ? Ce serait l'affrontement avec la police nationale, voire avec l'armée...? Ici, en Catalogne, les Mossos, policiers catalans, devraient être plus conciliants...

 

Ce qui n'apparaît pas... et le ministre de l'intérieur catalan donne l'ordre de taper sur la population catalane...

 

Comment sortir du bourbier ? Par la mobilisation et le pacifisme, ou par la violence..? La force d'un peuple qui fait nation et veut croire au futur d'un Etat européen..? 

 

JPB 

Le 19 octobre à Perpignan,

civils et politiques manifesteront en solidarité à la Catalogne du sud

 

En réponse à la répression judiciaire et policière de l'état espagnol contre le peuple catalan, l’association culturelle des Angelets de la Terra a invité toutes les personnes solidaires à participer à la grande manifestation unitaire et solidaire, le samedi 19 octobre 2019, de 18h30 à 21h, aux pieds du Castillet, à Perpignan. 

Une manifestation « pour la liberté et la démocratie » organisée en collaboration avec la municipalité de Perpignan, le Collectif des 100 maires solidaires, des associations culturelles, sportives et ONG. Il y aura une tribune pour que tous puissent s’exprimer. 

Une vingtaine de maires du département, représentants élus du Conseil Départemental et Régional, ainsi que le sénateur François Calvet ont confirmé leur présence.

Muriel Perpigna, Julio Leone du groupe Ghetto Studio, Joan Ortiz, Remy Farré & Llorenç Trichot sont les membres du Col.lectiu Angelets de la Terra qui feront des interventions musicale tout au long de cette manifestation festive et revendicative.

 

Au-delà de la question « pour ou contre l'indépendance de la Catalogne ? », les événements gravissimes qui ont lieu en Espagne, amènent tous les acteurs de Catalogne Nord à se positionner pour ou contre la démocratie et les droits fondamentaux.

L'affirmation de la solidarité de nombreux élus, de présidents d’associations, de partis et de personnalités influentes apparaît décisive afin de favoriser la mobilisation la plus importante possible pour cette manifestation unitaire du 19 octobre à Perpignan qui a pour objectif de mobiliser d’avantage l’opinion publique face à la persécution constante de la dissidence politique en Espagne.

 

Depuis plus d’un an, les Angelets de la Terra ont organisé trois « Cassolades per la Llibertat », manifestations festives avec des casseroles, sifflets et autres instruments de musique devant le consulat d'Espagne à Perpignan et lors de la venue du chef du gouvernement espagnol à Collioure. Des manifestations unitaires qui ont réuni 300, 500 et 600 personnes dans une ambiance festive et revendicative. 

Les Angelets de la Terra ont aussi organisé quatre « Concerts per la Llibertat » (pour la liberté) qui leur ont permis de récolter environ 10.000 euros qui ont été envoyé aux familles des prisonniers politiques afin de financer (entre autre) les déplacements dans les prisons de Madrid et au président catalan en exil en Belgique.

Enfin, les Angelets de la Terra ont réalisé l’exposition collective « Visca per la Llibertat » de 50 photojournalistes sur le processus d’indépendance, en réponse à la censure du festival international de photojournalisme Visa pour l’Image. Cette exposition est présentée dans une quarantaine de communes de Catalogne Nord, de Savoie, d’Alsace, de Bretagne, d’Occitanie, du Pays Basque et de Corse, tout au long de l’année 2019, en collaboration avec des municipalités.

 

Musique, projections, prises de parole, cette manifestation est l’objectif avoué des Angelets de la Terra depuis le début de leurs actions solidaires : réunir tous ceux qui demandent la libération des prisonniers politiques et le retour des exilés, au-delà des divergences politiques. Le peuple et ses différents représentants doivent pouvoir se réunir pour occuper l'espace publique et médiatique, afin d'exprimer haut et fort leur indignation quant à l'attitude de l’état espagnol.

Ne renouvelons pas les erreurs du passé où l'Europe regardait ailleurs face à la dictature franquiste.

 

Appellent à manifester: Angelets de la Terra ; Collectif des 100 maires solidaires de Catalunya Nord ; Ligue des Droits de l’Homme ; Fédération Sardaniste du Roussillon ; Agissons Pays Catalan ; Association de la Flamme des Pays Catalans ; Casal Català de Montpellier ; Penya Barcelonista du Roussillon ; Penya Barça de Banyuls ; Carmagnole ; Actions Pays Catalan ; Comitè de Solidaritat Catalana de Perpinyà ; Col.lectiu Joves del Rosselló… 

 

Perpinyà 19-O: civils i polítics es manifestaran en solidaritat amb Catalunya del sud

 

En resposta a la repressió judicial i policial de l’estat espanyol contra el poble català, l’associació cultural dels Angelets de la Terra convida representants electes, associacions, partits, sindicats, personalitats, etc. de la Catalunya Nord i més enllà per participar i cridar a participar a la concentració unitària i solidaria, el dissabte 19 d’octubre de 2019, de 18h30 a 21h, davant del Castillet, a Perpinyà. Un esdeveniment "per la llibertat i la democràcia", organitzat en col·laboració amb el municipi de Perpinyà, el col·lectiu de 100 alcaldes solidaris, associacions culturals i esportives,...

 

Més enllà de la pregunta "a favor o en contra de la independència de Catalunya? ", Els fets molts greus que tenen lloc a l’estat espanyol porten a tots els actors de Catalunya Nord a posicionar-se a favor o en contra de la democràcia i dels drets fonamentals.

L’afirmació de la solidaritat de molts representants electes, presidents d’associacions, partits i personalitats influents sembla decisiva per tal d’incentivar la major mobilització possible per aquest acte solidari del 19 d’octubre a Perpinyà que pretén mobilitzar encara més l'opinió pública davant la persecució constant de la dissidència política a l’estat espanyol.

 

Des de fa més d’un any, els Angelets de la Terra van organitzar tres “Cassolades per la Llibertat” davant del consolat espanyol a Perpinyà i durant la vinguda del cap del govern espanyol a Cotlliure. Esdeveniments unitaris que van reunir a 300, 500 i 600 persones en un ambient festiu i reivindicatiu.

Els Angelets de la Terra també van organitzar quatre "Concerts per la Llibertat" que els van permetre de recollir uns 10.000 euros que es van enviar a les famílies dels presos polítics per finançar (entre altres coses) els desplaçaments a les presons de Madrid i al president català a l'exili a Bèlgica.

Finalment, els Angelets de la Terra van realitzar l'exposició col·lectiva "Visca per la Llibertat" de 50 fotoperiodistes sobre el procés d'independència, en resposta a la censura del festival internacional de fotoperiodisme “Visa pour l'Image”. Aquesta exposició es presenta en una quarantena de municipis de Catalunya Nord, Savoia, Alsàcia, Bretanya, Occitània, País Basc i Còrsega, al llarg del 2019, en col·laboració amb els municipis.

 

Música, projeccions, discursos, aquest esdeveniment festiu i unitari del 19 d’octubre és l’objectiu declarat dels Angelets de la Terra des de l’inici de les seves accions solidàries. Reunir tots aquells que demanen l’alliberament dels presos polítics i el retorn dels exiliats, més enllà de les diferències polítiques. El poble i els seus representants han de poder reunir-se per ocupar l’espai públic i mediàtic, per expressar en veu alta la seva indignació davant l’actitud de l’estat espanyol.

No repetim els errors del passat quan Europa va mirar cap a una altra banda davant la repressió de la dictadura franquista.

 

Criden a manifestar : Angelets de la Terra ; Ligue des Droits de l’Homme ; Federació Sardanista del Rosselló ; Agissons Pays Catalan ; Associació de la Flama dels Països Catalans ; Casal Català de Montpeller ; Penya Barcelonista del Rosselló ; Penya Barça de Banyuls ; Carmagnole ; Actions Pays Catalan; Comitè de Solidaritat Catalana de Perpinyà ; Col.lectiu Joves del Rosselló… 

 

18h30 – 18h40 Julio Leone (cantant)

 

18h40 – 18h45 Photo de tous les élus et représentants d’associations devant la scène

 

18h45 – 18h55 Présentation de la manifestation et prises de parole des représentants d’associations qui ont appelé à manifester 

 

18h55 - 19h00 Julio Leone (cantant)

 

19h00 – 19h15 Prises de parole du maire de Perpignan et du directeur de la Casa de la Generalitat Josep Puigbert.

 

19h15 – 19h20 Joan Ortiz (cantant)

 

19h20 – 19h30 Prise de parole des maires ayant accueilli l’exposition Visca per la Llibertat, les Concerts per la Llibertat et signataires du manifeste du collectif des maires solidaires. (3 minutes par intervention).

 

19h30 - 19h40 Joan Ortiz (cantant)

 

19h40 – 19h50 Prise de parole des maires ayant accueilli Visca per la Llibertat et des signataires du manifeste du collectif des maires solidaires. (3 minutes par intervention)

 

19h50 - 19h55 Joan Ortiz (cantant)

 

19h55 – 20h05 Prises de parole de Nicolas Garcia, vice-président du Conseil Départemental et de

Guy Esclopé, vice-président du Conseil Régional. 

 

20h05 – 20h20 Muriel Perpigna (cantant)

 

20h20 – 20h25 Projection vidéo allocution de Carles Puigdemont, président de la Catalogne en exil.

 

20h25 – 20h30 Prise de parole d’Anne Gaudron, présidente départementale de la Ligue des Droits de l’Homme

 

20h30 – 20h35 Rémy Farré & Llaurenç Trichot (cantants)

 

20h35 – 20h40 Projection vidéo de Jordi Cuixart, président Òmnium Cultural emprisonné 

 

20h40 – 20h50 Allocution du maire de Folgueroles, Xevi Roviró et d'autres représentants de Catalogne du Sud

 

20h50 – 21h00 Rémy Farré & Llaurenç Trichot (cantants)

 

21h00 – 21h05 Allocution de clôture + tous les musiciens sur scène pour chanter Els Segadors.

 

21h05 – 21h10 Projection clip avec vidéos des manifestations

 

PARIS,  17/10/2019

 

Concert de Clara Peya aux Trois Baudets pour le MaMA 2019

 

Oscillant entre jazz, pop et électronique tout en gardant le piano au centre de la gravité, Clara Peya est une artiste inclassable, récompensée cette année avec le Prix national de la culture de Catalogne. Le festival MaMA offre une occasion unique de l’écouter le 17 octobre dans la mythique salle de Pigalle, aux côtés de Madison McFerrin et Bobby Oroza.

 

RENNES ET MARSEILLE,  19/10/2019

 

Sr. Wilson anime la scène dub de Rennes et de Marseille

 

Poursuivant son périple sur les meilleures scènes musicales

françaises pour des longues soirées de transe, le musicien

catalan fait deux étapes au Liberté de Rennes le 19 octobre

pour une soirée House of Dub accueillant la crème de la « bass

culture » depuis ses origines « roots » jusqu’au futur électroni

que et au Cabaret Aléatoire de Marseille le 26 pour le retour

des Dub Station.

FRANCE,  24/10/2019

 

Parution de « Le Testament d'Alceste » de Miquel de Palol

aux éditions Zulma

 

Après le succès critique de Le Jardin des sept crépuscules, les

éditions Zulma récidivent avec la traduction de ce roman tout aussi

monumental, traduit du catalan par François-Michel Durazzo.

AUCH,  21/10/2019

 

« Esfera Circ », une mission de professionnels catalans du

cirque au festival CIRCA d'Auch

 

L’Association de Professionnels du Cirque de Catalogne, avec le

centre de résidence et de création La Central del Circ de Barcelone,

organisent du 21 au 22 octobre une mission de programmateurs,

journalistes et décisionnaires institutionnels au festival de cirque

actuel d’Auch pour échanger et réfléchir sur l’évolution artistique et

professionnelle de cette discipline. Cette action, encadrée dans le

Plan d’Impulsion du Cirque de Catalogne soutenu par l’Institut

Catalan des Entreprises Culturelles et par l’Institut Ramon Llull, met

ainsi en lien les agents catalans du cirque avec leurs homologues

internationaux présents à CIRCA pour le séminaire Fresh Circus #5

organisé par Artcena.

 

Subscription form // Unsubscripction form // If you cannot view

the page correctly, take a look at the  website. Contact: info@llull.cat

 

Twitter  Facebook  Spotify  Flickr  RSS  YouTube

The Institut Ramon Llull aims at projecting the Catalan language

and their culture in all its forms, materials and means of expression. 

The Institut Ramon Llull is a consortium that comprises the

Generalitat (Government of Catalonia), Balearic Islands Government

and the Barcelona City Council, and its

mission is the promotion of Catalan language and culture abroad.

BUREAU DE PARIS Raül David Martínez  50, rue Saint-Ferdinand

75017 París  Tél.: +01 42 66 02 45

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2019 2 15 /10 /octobre /2019 09:35
Les Catalans par Henry de Laguerie -Manifestations du 14 octobre 2019 à Barcelone
Les Catalans par Henry de Laguerie -Manifestations du 14 octobre 2019 à Barcelone

Les Catalans par Henry de Laguerie -Manifestations du 14 octobre 2019 à Barcelone

Un peuple catalan non-violent et respecteux du droit en dépit des injustices de la justice espagnole

 

 

Après deux ans d'attente sans grande réaction des partisans de l'indépendance, les Catalans se sont mobilisés après le verdict de la justice espagnole, attendu, lui aussi, sans surprise, même si les sentences sont "allégées", l'accusation de "rébellion" ayant été annulée : en effet, c'est sans violence que le gouvernement catalan avait décrété l'indépendance unilatérale du territoire.

 

Malgré des peines très dures, malgré la répression, malgré l'exil et l'emprisonnement des dirigeants, le peuple catalan prône toujours la non-violence et le respect du droit et des institutions du pays.

Cette attitude n'étonne pas, de la par d'un peuple fier, mais décidé à trouver son destin, non par la force, mais en montrant sa bonne foi et sa confiance dans la constitution, votée à l'époque à 90%, en Espagne et en catalogne (se référer au livre de Nicolas Marty, voir ce blog).

 

Seul le slogan de "désobéissance civile" montre une attitude subversive des indépendantistes; leur modération peut s'expliquer par leur isolement : incompréhension du reste du pays, unité de l'Europe, occupée par l'Angleterre et l'Irlande, l'immigration et le conflit en Syrie, une Europe déjà bien affaiblie par le populisme, la montée du fascisme et ne voulant rien savoir des mouvements sécessionistes, comme en Ecosse...

 

Enfin, un aménagement de peine va bientôt entrer en vigueur, un prisonnier ayant purgé un quart de sa condamnation, peut, selon la justice espagnole, sortir de prison... En liberté surveillée, bien sûr, comme l'ensemble de la Catalogne...

 

JPB

Littérature : "Les Catalans", le portrait d'un peuple à travers son histoire et sa culture

 

Henry de Laguerie est installé depuis des années de l'autre coté des Pyrénées, dans ce que les indépendantistes nomment la "Catalogne sud". Témoin des vicissitudes de la vie politique catalane, le correspondant d'Europe 1 dresse dans son ouvrage, "Les Catalans", le portrait d'un peuple anticonformiste, frondeur... jusque-boutiste.

 

Henry de Laguerie - EDITIONS ATELIERS HENRY DOUGIER - (18/09/2014)

 

Pays d’accueil et lieu de passage ouvert sur la Méditerranée, la Catalogne est une terre d’avant-garde qui revendique ses racines et son histoire. Frondeurs, dissidents et anticonformistes, les Catalans ont forgé leur identité dans l’adversité. Ce peuple du nord de la péninsule Ibérique installé dans le sud de l’Europe n’a jamais renoncé à faire entendre sa différence. Lorsque les Catalans défendent leur langue et leur manière d’être, ils prônent aussi des valeurs : l’audace, l’initiative, l’entraide et le bon sens. Après trois siècles de relations tumultueuses avec l’Espagne, beaucoup d’entre eux sont décidés à larguer les amarres. Ce n’est pas une fièvre passagère, mais le résultat de longues années d’incompréhensions mutuelles et de rendez-vous ratés.

La Catalogne obtiendra-t-elle son indépendance ? Personne ne le sait. Mais elle luttera toujours pour ne dépendre de personne.

 

Carles Casajuana

Marianne Millon (Traducteur) - ROBERT LAFFONT (15/10/2009)

 

Au coeur de Barcelone, dans un immeuble déserté, deux écrivains tentent de finir leur livre. L'un, Miquel Rovira, obsédé par la disparition de la langue et de la culture catalanes, consacre toute son énergie créatrice à un ambitieux premier roman. L'autre, Ramon Balaguer, se refuse à quitter les lieux malgré le harcèlement du principal propriétaire de l'immeuble. Rovira écrit en catalan, Balaguer en castillan : chacun défend fièrement la langue qu'il a choisie, et bientôt deux conceptions de la littérature s'affrontent. Aussi quand Balaguer s'éprend de la petite amie du jeune romancier, le triangle amoureux suscite une nouvelle et cruelle rivalité, à l'issue inattendue. Ce roman brillant, aux dialogues mordants, est un magnifique hommage à la figure de l'écrivain, qui défend la langue et la littérature contre toutes les atteintes qui la menacent aujourd'hui. Cet ouvrage a reçu le premier prix des lettres catalanes, le prestigieux prix Ramon-Llull 2009.

 

Carles Casajuana est né à Sant Cugat (Catalogne) en 1954. Diplomate, il a habité en Bolivie, aux Philippines, à New York et à Kuala Lumpur. Il est l'auteur de nombreux romans et d'un essai. Il est actuellement ambassadeur d'Espagne à Londres. Le dernier homme qui parlait catalan est son premier livre traduit en français.

Commentaires :

Lundi 14 octobre au matin, les leaders indépendantistes ont été condamnés à des peines de 9 à 13 ans de prison pour sédition, malversation de fonds publics, et interdits d'occuper un poste public. 

Depuis, la Catalogne est en ébullition. L'aéroport en plein chaos. La ligne ferroviaire à grande vitesse entre Barcelone et la France reste interrompue ce mardi 15 octobre. 

 

Espagne

Désobéissance civile en Catalogne après les lourdes condamnations des leaders indépendantistes

© Marianne et  Daryl Ramadier, le 14/10/2019 à 17:55

Des blocages sont en cours à Barcelone et en Catalogne, pour protester contre les peines d’emprisonnement prononcées à l’encontre des responsables indépendantistes.

« Aujourd’hui c’est pour la démocratie, pas pour l’indépendance. Nous devons tous sortir dans la rue ! » Comme des centaines d’autres étudiants, Pau n’est pas allé à l’université de Barcelone ce lundi. Cela faisait plusieurs mois qu’il attendait le verdict du procès des leaders indépendantistes, jugés ce lundi 14 octobre pour l’organisation du référendum d’autodétermination du 1er octobre 2017, et la déclaration d’indépendance unilatérale qui a suivi. De la prison ferme a été ordonnée contre tous les accusés, pour sédition et malversation de fonds publics.

Dans le détail, l’ancien vice-président du gouvernement catalan, Oriol Junqueras, a écopé de la plus lourde peine (treize ans). Cinq de ses ministres ont eux reçu entre 10 et 12 ans. Et 11 ans et demi de prison attendent l’ex-présidente du parlement, Carme Forcadell. Pour leur part, les présidents des associations ANC et Omnium, Jordi Cuixart et Jordi Sanchez, ont été condamnés à neuf ans de prison.

Dès l’annonce du verdict, les Catalans sont sortis par milliers dans les rues, à l'appel notamment du mouvement Tsunami Democràtic, cette entité qui recouvrait depuis la fin septembre les murs des rues de Barcelone d'affiches appelant à « organiser la réponse » après la sentence, donnant rendez-vous sur la plaça de Catalunya. 

D'autre part, des axes de circulation ont été bloqués, la ligne de train reliant la France à Barcelone coupée, et une partie de l'aéroport «El Prat » de Barcelone a été pris d'assaut, causant l'annulation de 20 vols, par des indépendantistes venus malgré la fermeture de lignes de transport menant à l'aéroport. En toute fin d'après-midi, des charges policières ont été ordonnées pour évacuer les points occupés. Tandis qu'au même moment, d’autres rassemblements étaient en cours dans plusieurs villes de la région...« Est arrivé le moment de la désobéissance civile. Mais sans violence, insiste une membre du mouvement. Les Catalans sont un peuple non-violent. »

Dans la journée, plusieurs personnalités politiques européennes ont apporté leur soutien aux indépendantistes. C’est le cas de l’ex-ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis. Ou de la première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, pour qui « ces politiciens ont été emprisonnés pour avoir voulu permettre au peuple de décider pacifiquement de son avenir ».

En Catalogne, plusieurs acteurs culturels se sont également indignés de la condamnation. Le Football Club de Barcelone a ainsi témoigné de son « soutien aux familles de ceux qui sont privés de liberté », demandant aux leaders politiques « dialogue et négociation pour résoudre ce conflit ». Depuis sa cellule, Oriol Junqueras a lui dénoncé une « vengeance » : « Ça ne me fera pas arrêter d'être indépendantiste, ni abandonner mes valeurs républicaines. Au contraire, nous avons encore plus de raisons de vouloir l'indépendance de la Catalogne ».

À l’inverse, les adversaires des indépendantistes se sont insurgés de la non-condamnation pour « rébellion ». Le chef du parti d’extrême droite Vox, Santiago Abascal, a prié l’État de rendre illégales « les forces séparatistes et récupérer ses fonctions en Catalogne ». Manuel Valls, candidat déchu à la mairie de Barcelone, a lui demandé à ce que les Catalans « acceptent » la sentence.

Les suites de l’affaire ont déjà été enclenchées par la justice espagnole qui vient de réactiver le mandat d’arrêt européen contre l’ex-président catalan Carles Puigdemont, installé en Belgique. Le délit de rébellion étant exclu, la justice belge pourrait accepter de réviser son cas en retenant la sédition. Les indépendantistes, eux, préparent un recours devant le Tribunal constitutionnel, avant d'éventuellement porter l’affaire devant la Cour européenne des droits de l’Homme. Bien que d’ici à ce que le processus soit terminé, les prisonniers seront sans doute déjà sortis. D’autant plus qu’ils peuvent demander un aménagement de leur peine après en voir purgé un quart.

Les regards se tournent désormais vers le gouvernement catalan. Son président, Quim Torra, n’a cessé de répéter que « s’il n’y a pas d’absolution, nous devrons nous mobiliser jusqu’à l’indépendance ». Vivement critiqué pour avoir beaucoup parlé mais peu bougé, que va-t-il faire désormais ? La condamnation risque aussi d’être le sujet de discussion majeur des élections générales espagnoles, prévues le 10 novembre.

Comment, enfin, va réagir la société catalane ? Les manifestants interrogés n’ont plus confiance en l’État espagnol, ni dans le gouvernement catalan actuel. « C’est au peuple d’agir. Mais maintenant il va falloir arrêter avec les banderoles et avancer concrètement », pestait Mireia en direction de l’aéroport, auprès de Marianne. Là-bas, la situation était toujours tendue en toute fin d'après-midi. Les collectifs indépendantistes parlent d’une « première action » à l’intérieur d’un « cycle de mobilisations ».

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2019 1 07 /10 /octobre /2019 11:02
 Lluís Martí Bielsa -
 Lluís Martí Bielsa -
 Lluís Martí Bielsa -
 Lluís Martí Bielsa -
 Lluís Martí Bielsa -
 Lluís Martí Bielsa -
 Lluís Martí Bielsa -

Lluís Martí Bielsa -

 

rendre hommage aux anonymes, aux vaincus de l'Histoire, tel est le

rôle de l'historien matérialiste (W.Benjamin)

 

Eloge des vaincus

 

Lundi 7 octobre 2019 à 18h30

 

au Théâtre de l'Étang à Saint Estève

La Catalogne de 1700 à nos jours

 

par Yves ESCAPE

 

De la guerre de succession d'Espagne à nos jours

En 1700, La Catalogne conserve une organisation législative et politique spécifique, née au Moyen-Age. Au cours de la guerre de succession d’Espagne, la Catalogne est dans le camp des opposants aux Bourbons ; la prise de Barcelone, le 11 septembre 1714, marque la fin de cette guerre, la fin de cette organisation catalane et le début d’une soumission au pouvoir castillan.

Au XIXème siècle, la Catalogne se lance dans la Révolution industrielle. Commence alors « La Renaixença », économique, politique, sociale, culturelle ; la Catalogne se différencie du reste de l’Espagne et revendique un statut d’autonomie.

La « Mancomunitat » (1914-1925) est une première avancée vers cette autonomie à laquelle met fin le coup d’état de Miguel Primo de Rivera.

 

La seconde république espagnole (1931-1939) voit de nouvelles tentatives d’autonomie contrariées par Madrid. La chute de Barcelone provoque « la Retirada » et la répression franquiste contre la Catalogne.

À la mort de Franco, la Catalogne obtient un statut d’autonomie mais c’est le rejet d’un statut amélioré par le conseil constitutionnel espagnol qui est à l’origine de la revendication d’indépendance actuelle.

Yves Escape est professeur honoraire certifié d’Histoire-Géographie. Il a exercé au Maroc, au Mexique, en Espagne avant de revenir à Perpignan.

Responsable du service éducatif de Perpignan ville d’Art et d’Histoire de sa création à 2011.

Intervenant-formateur au Réseau Culturel terre catalane et à l’IUFM de Perpignan.

CEPS en entrée libre et gratuite

 

 

Pour tous renseignements :

Les Rendez-Vous de Saint Estève

Site : www.rdvse.fr

Mel : rdvse@rdvse.fr

Tel : 06 72 80 39 86

Facebook : Les-Rendez-Vous-de-Saint-Esteve

Eloge des anonymes 
 

Nous avons l'immense regret d'apprendre le décés de Lluis Marti Bielsa qui était avec nous le 21 février 2019 à la marche d'Argelès vers le camp. 
Toute l'équipe de FFREEE adresse ses condoléances à la famille.
 
Voici le témoignage de Ramon San Geroteo.
 
Equipe FFREEE
 

Un des derniers grands d’Espagne nous quitte.

 

Je suis très triste, je l’ai embrassé une dernière fois à Paris il y a 5 semaines… Il avait 98 ans. Il a lutté en Espagne pendant la guerre, en France dans la résistance, il a participé à la libération de Paris, puis il est retourné combattre dans les maquis en Espagne sous la dictature franquiste.  Que hombre, cuanto  tenemos que admirar su fuerza, su voluntad como su humildad . Il a dit à la presse à Paris lors des journées d’août dernier « si je devais revivre, je referai tout ce que j’ai fait » Sans commentaire !

Hasta siempre. RSG

Faire circuler merci avec ou sans mon petit mot

 

 

 

Lluís Martí Bielsa

[A Paris, 23 août 2019, Mont-Valérien]

qui était avec nous à Prayols en juin,

avec nous à Paris en août (75 ans après sa participation à l'insurrection parisienne),

 

est mort cette nuit à Santa Cruz de Moya,

où hier il a reçu le nouveau premio Pedro Peinado

 

Il devait assister ce midi au meeting du Día del Guerrillero

 

Il est mort actif jusqu'au bout pour les idéaux de sa jeunesse.

 

¡Hasta siempre Lluís!

 

Théo Campredon 

 

                                                                                                                              

Après un bac STI Arts appliqués entre Montreuil et Nîmes, Théo CAMPREDON, originaire de la commune de Millas,  poursuit ses études à Bruxelles. Il est aujourd’hui en dernière année de licence en graphisme à l’école de recherche graphique. Grâce à la pluridisciplinarité des cours, il a pu pratiquer la vidéo, la peinture, le dessin, et la photographie.  Son projet est le résultat d’un coup de foudre pour le Train Jaune, qui depuis 113 ans agite détracteurs et conservateurs. Théo a eu l’envie par la photographie et l’édition d’exprimer sa passion pour un des atouts du patrimoine départemental et régional.

Son ouvrage « Atlas Train Jaune » (en cours d’édition) se veut un trajet d’où on ne descend pas  et où l’altitude grimpe au fil des pages.


Théo Campredon est un jeune photographe nord-catalan, âgé de 24 ans, basé sur Perpignan (Pyrénées-Orientales -France).

Après des études d'art effectuées à Bruxelles, il accomplit de nombreux voyages au travers du monde, lesquels voyages lui procurent étonnement, enrichissement et humilité...

L'appareil photo est certes son outil de prédilection, mais Théo sait, quand il le ressent et quant il le faut, user du caméscope, abandonnant la fixité et l'inertie de l'image pour adhérer au mouvement et à l'évolution que l'aventure filmique lui proposent,  opèrent et développent en son œil.

Son parcours : tout d'abord intrigué, puis intéressé par le  simple et basique skate-board, Théo s’applique à saisir – sous leur meilleur angle- les tricks de ses amis et de ses proches, et ce dans un triple souci de réalisme, d'esthétique et de performance. 

A quelques année de là, Théo découvre le graffiti, art au demeurant marginal qu'il va pratiquer avec plaisir et auquel il va s'adonner avec patience, soin, puis avec passion.. L’éphémère beauté du tag rejoint, dans la conscience du jeune artiste, l'indicible mais permanente fragilité du cliché et de la photo.

Mais l'expérience singulière que vit et retranscrit dans ses péripéties Théo, à l'invite de ses bouts d'essais et de ses réalisations picturales, s'incarnent dans le regard qu'il pose sur les « bikelifers », et sur l'attention qu'il leur porte... Il fait preuve sur ce point d'esprit d'investigation, artistique certes, mais encore journalistique, adhérant d'emblée et d'un premier jet à la pensée et à la cause des bikelifers. Il les rencontre : citoyens marginaux de bon nombre de villes de France, avant que de les rejoindre et que de les redécouvrir, au terme d'initiatives passionnées et passionnelles, à la source, dans le fourmillement des plaintes de révolte et des regrets de certitudes des bikers de New-York (the big Apple)... Ce sont ainsi, pour autant et autrement, des  rencontres intuitives, audacieuses et courageuses, qui engagent Théo dans des sentiers prometteurs d'espoir, cependant bordés de paradoxes infinis qui opposent, tout en les rapprochant, le réalisme et l'onirisme, le silence et le bruit... enfin, au bas mot : les rires et les pleurs d'un monde qui s'allume sur un clic et qui s'éteint sur un clap...

 

« Bikelifer : on the road again»... l'expérience  inédite (ou interdite?) de Théo Campredon...

 

En  2016, Théo Campredon fait la rencontre atypique d'une bande de pilotes de motocross, lesquels vivent et se meuvent à la vitesse grand V, sans limites ni contraintes, au risque irréversible soit de mourir soit d’être condamnés à des peines de prison ferme. 

C’est le début d’une longue odyssée entre Théo et la « bikelife »,un sport extrême, déclaré illégal, né dans les ghettos des États-Unis, qui se pratique toutefois au grand jour et au travers des rues...Théo partage, plus d'une année durant , la vie des « bikelifers ».. Quittant la France, après avoir côtoyé, sondé et appris à aimer les bikelikers de Paris, il s'exile à New-York... Il intègre leur groupe...Une seule règle vitale pour ces motards du danger : rouler en équilibre sur la roue arrière de leurs motos tout-terrain. Ces motards du hasard et du péril enchaînent  sur les routes des figures poussées aux confins de la vie, faisant vrombir leurs engins dans des villes devenues métropoles ou mégalopoles. Ces acrobates d’un genre nouveau laissent les spectateurs surpris, puis séduits par leur courage et par la maîtrise de leurs bécanes...Document inédit, insolite, parmi ses reportages : Théo témoigne d'un été dans les rues de New-York, au travers desquelles défilent plus de 300 motocross et quad, et dont les émérites conducteurs partagent, inconsidérément et sans nulle limite, leur intime et commune passion :celle de rouler vite et loin...

Dès lors, Théo Campredon ne cesse d’œuvrer pour montrer et démontrer la beauté de cette audace motorisée, bien que non-autorisée, forts du courage de ses pilotes, aussi passionnés qu'enthousiastes, qui défient inconsciemment voire irresponsablement et la mort et la vie dans les trépidations tonitruantes, confuses et assourdissantes de leurs deux-roues...

 

Description reportage: ( voir reportage photos via ce lien « Bikelife never breaks in NYC » -  HYPERLINK "https://www.theocampredon.com/projets" \n _blankhttps://www.theocampredon.com/projets )

 

A la rencontre de Théo Campredon 

Théo Campredon -originaire du Ribéral  et millassois de soc i arrel (à savoir depuis des générations) - distille savamment réalisme et espoir, en des clichés qui sont autant de coups de cœur, nous interpellant et  martelant à la porte frontale de notre raison...

Chacune de nos secondes vécues participe au sentiment diffus que promet l'éternité... En un clic, le monde prend bien souvent une claque... Un postulat, un paradigme qui interroge sainement le photographe, captif de son appareil certes, mais captant cependant et le silence et l'inertie, deux éléments paradoxalement indispensables à l'expression de la vie...C'est dans le silence que l'on pense ; c'est dans l'inertie que l'on vit...                                                                                                                                              Le mouvement de motocyclistes brisant le cadre défini et castrateur de l'espace, l'esthétique d'un passant souriant anonymement au bonheur dans les rues de Harlem, la fureur et le bruit « faulkneriemment » mêlés au tohu-bohu des véhicules et au brouhaha des vivats et des plaintes d'une mégalopole made in USA... le tout se dissolvant dans la profondeur incommensurable  d'un regard... Autant de thèmes pendulaires et d'inspirations collatérales que suscitent les expériences photographiques  et les expérimentations filmiques du jeune Théo Campredon (il n'a que 24 ans!)

Pariant sur les vrombissements éphémèrement vivants de la jeunesse plutôt que sur le mutisme et sur la léthargie de sociétés au cours et au destin soit-disant irréversibles, la recherche de Théo Campredon se présente comme une négociation anticipée entre le vieux monde, aux oriflammes jaunissant et aux idées préconçues qui s'éteignent, et l'ailleurs qui nous convie à observer, à entrevoir, à découvrir, sans pour autant nous contraindre, ni à juger, ni à condamner...

 

Texte de JEAN IGLESIS

Théo Campredon - : 06 75 40 70 90

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens