Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 13:02

           ** Carlos LOPEZ :  galerie des aab, 1 rue francis picabia, 75020 paris - Carlos lopez - juandenubes@orange.fr   9 rue de la ferme de savy  0143383557  

Exposition : nature contre nature – Paris - du 07/06/2012 au 17/06/2012   8 artistes graveurs de Belleville et de l’est Parisien montrent leurs travaux sur le thème "nature contre nature", oppositions par nature, qu’elles soient urbaines, humaines, végétales, minérales... Depuis les promenades urbaines de Christine Gendre Bergère à l’imaginaire babel/palimpseste de Kristin Meller, offrez vous une promenade sensible dans les sentiers du Lubéron de Véronique Desmasures, les fondations et transformations urbaines de Caroline Bouyer, de la poésie des murs d’Irlande ou de Catalogne de Carlos Lopez ou des ciels de Danielle Clénet Razetto, de l’univers conflictuel, tourmenté ou complice des corps de Raúl Velasco et Danielle Choukroun. Un panorama de techniques et de sensibilités à voir et à revoir...Avec les gravures de Christine Gendre-Bergère, Caroline Bouyer, Danielle Choukroun, Véronique Desmasures, Carlos Lopez, Kristin Meller, Danielle Clénet Razetto, Raúl Velasco. expo-DB-a-Perpignan.jpg

** Livres à Tautavel :

Mardi, 01 Mai 2012  Fête de la Sant Jordi à Tautavel   9 ème Trobada Gégantera de Taltahull

avec LES COLLES: Des Géants de Catalogne (Baho - La Bisbal - Palleja - Gérone - Sant Hipolit de Voltrega - Elne - Perpignan -Villefranche de Conflent - Argelès - Thuir - Canet en Roussillon - Tautavel)
10 h 00 - Place de la République PLANTADA (montage des géants)
10 h 30 - CERCAVILA (1ère partie) - 15 h 00 - Place de
la République CERCAVILA (2ème partie) -  BALL FINAL I CONJUNT: à 17 h Séance de dédicaces avec Gérard JACQUET et son nouveau "petit dico d'aqui" volume 3 et avec également Pierre TORRES pour dédicacer son dernier livre sur "l'histoire de la vigne et du vin en Roussillon\"  - contact : gaubert  - 0468294950 - f.gaubert.tautavel@orange.fr  - rue Anatole France   66720   TAUTAVEL

 

 

Partager cet article
Repost0
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 14:31

 

 

 (Toile de Jeanne-Marie Delbarre-Roussel)

   tableau.JPGEns plau informar-vos que durant el proper Dia de Sant Jordi podreu adquirir el llibre "La nissaga catalana del món clàssic" a 30 €, el que representa un 15% de descompte sobre el preu habitual de venda.

 

Dilluns vinent, dia 23 d'abril, des de les 9 del matí i fins a les 8 del vespre la seu d’Auriga estarà oberta ininterrompudament perquè si voleu pogueu gaudir d’aquest oferta. Si adquiriu el llibre en aquesta data a la nostra seu rebreu també un petit obsequi.

 

I si ho preferiu, podeu sol·licitar-lo a aquest mateix correu i el rebreu a casa, amb el mateix descompte si ho feu fins el 23 d'abril.

 

"La nissaga catalana del món clàssic" és l’obra presenta com Catalunya des dels seus orígens ha cercat en l’humanisme una manera d’afirmar-se i de definir-se i n’ha fet un dels seus pilars de construcció nacional, en el procés lent de la gestació històrica del nostre poble.

 

Aquest llibre, de 551 pàgines, és un recull de les biografies de les persones que al llarg dels segles han participat en aquesta dimensió tan decisiva i dignificadora del que som.

 

Els protagonistes de La nissaga catalana del món clàssic són, entre d’altres: Ramon Llull, Salvador Espriu, Francesc Eiximenis, Josep Puig i Cadafalch, Carles Riba, Pere Bosch Gimpera, Antoni Rubió, Miquel Batllori, Lluís Nicolau d'Olwer, Maria Àngels Anglada, Joan Triadú, etc.

 

En total 165 persones, descrites per 128 autors, entre els quals Lola Badia, Agustí Alcoverro, Joan Sanmartí, Quim Tremoleda, Norbert Bilbeny, Carles Miralles, Mariàngela Vilallonga, Salvador Giner, Manuel Mundó, etc.

 

Podeu trobar més informació d’aquesta obra monumental a: www.auriga.cat .

 

Auriga

Ronda Universitat, 7, 3r. 4a  -  08007 Barcelona 

Telèfon: 934123294   www.auriga.cat

Partager cet article
Repost0
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 15:27

 

"Vivre et écrire en Catalogne" avec Mathias Enard, Sergi Pàmies et Francesc Serés

 

Mercredi 25 avril de 13h à 14h30 les mercredis littéraires de la Maison des Ecrivains et de la Littérature au Petit Palais, à l’auditorium du Petit Palais

 

 

La délégation du gouvernement de Catalogne en France, l’Institut Ramon Llull et les éditions Jacqueline Chambon s’associent à la Mel pour célébrer la Sant Jordi, fameuse fête traditionnelle de la littérature en Catalogne.

 

Mathias Énard, installé depuis 2000 dans la cité de Gaudí, s’entretiendra avec Sergi Pàmies et Francesc Serés autour du thème « Vivre et écrire à Barcelone ». Selon la coutume, les auditeurs se verront offrir des roses ainsi qu’un livret réunissant les textes des auteurs invités.  

Éditorialiste à La Vanguardia et traducteur de Jean-Philippe Toussaint, Agota Kristof ou encore Amelie Nothomb, Sergi Pàmies est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages parus aux éditions Jacqueline Chambon. Parmi eux, Le Grand Roman de Barcelone (2003) ainsi qu’un récent recueil de nouvelles, La Bicyclette statique (2011).

 

Francesc Serés a reçu plusieurs récompenses catalanes, notamment pour son recueil de nouvelles La Force de gravité, dernièrement traduit chez Fédérop. En avril 2012, les éditions Jacqueline Chambon publieront ses Contes russes, déjà salués par le prix barcelonais de la littérature en catalan.

Le dernier livre de Mathias Énard, L’Alcool et la nostalgie est publié aux éditions Inculte.

 

 

à l’auditorium du Petit Palais

Musée des Beaux-Arts

de la Ville de Paris

Entrée libre et gratuite

(métro Champs-Élysées Clémenceau)

 

http://www.m-e-l.fr/vivre-et-ecrire-en-catalogne-avec-mathias-enard-sergi-pamies-etfrancesc-seres,re,281

 

http://www.petitpalais.paris.fr/fr/auditorium/%C2%AB-vivre-et-ecrire-a-barcelone-%C2%BB-avec-mathias-enard-sergi-pamies-et-francesc-seres

 

caixa.JPG

Partager cet article
Repost0
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 21:45

  Aller à Gérone pour son marché, ses musées, ses remparts, son quartier juif, ses restaus... Histoires et Histoire d'une cité attachante...

 

   Principal centre urbain du nord de la Catalogne avec près de 100 000 habitants, la ville de Gérone qui se situe à la confluence de l’Onyar et du Ter a été fondée en 77 av. JC par Pompée qui fit édifier un oppidum sur le promontoire qu’occupe aujourd’hui la cathédrale, afin d’organiser la défense de la via Augusta – alors appelée via Heraclea – contre les troupes de Sertorius. Devenue un centre administratif régional majeur grâce à ladite voie romaine et à la proximité du port d’Emporiæ (Ampurias), elle est parvenue à conserver une position centrale au fil des siècles, en dépit des bouleversements politiques majeurs qui l’ont affecté. sant-jordi.jpg Sant-Jordi


   Occupée par les Wisigoths à la chute de l’empire romain puis conquise par les Maures aux alentours de 715, la ville qui devint le siège du comté de Gérone lors de sa prise par Charlemagne en 785 fut une nouvelle fois assiégée par les Maures en 793, avant de perdre son rôle de tête de pont dans le combat contre les musulmans au moment de la reconquête de Barcelone par les francs.
    Assiégée à plusieurs reprises par les troupes françaises au cours des siècles qui suivirent, elle fut conquise en 1809 par Napoléon qui l’érigea au rang de préfecture de l’éphémère département du Ter, rattaché à la France de 1812 à 1814, avant de repasser définitivement sous le giron de la couronne d’Espagne.
    Conservant de multiples monuments ainsi que de larges pans de ses enceintes successives, la section la plus ancienne de la cité médiévale intra-muros qui se situe sur la rive orientale de l’Onyar a été en grande partie préservée de la destruction, à l’inverse de son extension établie au XVe siècle sur la berge opposée qui a été supplantée par la ville moderne qui a jeté son dévolu sur cette seconde berge du fait de sa topographie plus favorable.

   Édifiée au sommet du point le plus élevé de la vieille-ville de Gérone, au cœur du quartier le plus ancien, la cathédrale Sainte-Marie au sein de laquelle a été aménagé un musée est un édifice à l’architecture majoritairement gothique dont la nef unique constitue la plus large nef gothique au monde et la seconde tous styles confondus, derrière celle de Saint-Pierre de Rome.


   Construite à partir de 1312, en remplacement de l’ancienne cathédrale romane devenue trop petite du fait de la forte croissance démographique, cette cathédrale bordée au sud par la place des Apôtres et au nord par un cloître roman qui occupe l’espace compris entre le lieu de culte et le mur d’enceinte a conservé des éléments romans tels que la tour de Charlemagne qui est accolée à sa façade septentrionale et possède, en raison de la durée importante des travaux, un clocher Renaissance ainsi qu’une façade baroque desservie par un escalier monumental.

Partager cet article
Repost0
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 17:32

 * La passion à Vergès (Catalogne): La représentation annuelle,  jeudi et vendredi saints, du mystère de la passion (souffrance christique) a été déclarée d'intérêt national en Catalogne. Cette tradition mystique et ce théâtre baroque (le grand spectacle du monde) trouve ses origines dans le théâtre médiéval. La Catalogne présente  au village de VERGES sa PROCESSO et sa Dansa de la MORT jeudi 5 avril, à partir de 22 heures : sous la direction du chanteur  LUIS LLACH, dans une version classique, tout un peuple va danser avec la mort : il s'agit là d'une balade pascale incontournable !

   Le Roussillon, avec les confréries de la Sanch  organise aussi des processions nocturnes impressionnantes, ) Collioure ou Amélie, mais c'est à MANRESA et à VERGES qu'une inquiétante danse de la mort, depuis le XVIII° siècle, met en scène la souffrance et le mystère du Christ : à la tombée de la nuit, sur la Plaça Major du village de la région de Figueres. Acteurs, danseurs, musiciens et public participent à cette communion avec l'irrationnel macabre : le faucheur, l'abanderat, le porte-drapeau, tout autour les platets jouent dans cette cérémonie avec l'horloge (et Rellotge), symbole du temps et de l'é^hémère humains...Les porteurs de torches, suivis des tambourins, illuminent la scène de la Passion, avant la Crucifixion...

   Vous avez dit "...fiction...?"

Contact : ajuntament de Verges : 34 972 780 007.verges-danse-mort.jpg

 

La histoire de Verges est lié a la histoire de Lluís Llach, un des principales chanteurs catalans résistants anti-franquistes. Auteur de l'hymne catalan anti-fasciste l'Estaca, Llach est née à Girone le 1948, mais il a passé son enfance au village de Verges, fils d'un médecin de campagne. Il habite au village et à partir de 2009 il est devenu le directeur artistique de la Procession. Llach a offert des différents récitals a Paris.costa-brava-verges-lluis-llach-1.jpg

 

  * La Régina : Fête de Pâques à Ille sur Têt : Pâques festives et traditionnelles en Catalogne ! La célébration de la résurrection du Christ revêt un caractère particulier. Unique dans les Pyrénées Orientales, cette célébration est un exemple de la vivacité de ce patrimoine religieux catalan qu'Ille sur Têt a su préserver.
A huit heures précises, place de la mairie, la statue du Ressuscité et celle de la Vierge se saluent par trois fois : c'est "l'acato ». C'est alors qu'éclate le Régina de Coll, chanté par 130 choristes accompagnés par un orchestre de 40 musiciens.
Ensuite une procession se dirige vers les Jardins de la Rodona où sera interprété le Régina de Colomer.

Le 08/04/2012, Place de la Mairie et Jardin de la Rodona à Ille sur Têt.

Renseignements :Office du tourisme - 1 rue Michel Blanc - 66130 Ille sur Têt - Tél : 04 68 84 02 62

Partager cet article
Repost0
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 23:13

AFFICHE-MAS-CARBASSE2.jpg

 

Ens permetem molestar la vostra atenció per a informar-vos que ha estat publicat el llibre “La nissaga catalana del món clàssic”, editat per la revista Auriga.

En el web www.auriga.cat trobareu una completa informació sobre aquesta obra monumental que conté les semblances de 165 persones que, al llarg dels segles, han dedicat l’atenció al món clàssic.

Entre d’altres personatges inclosos a l'obra hi ha l’Abat Oliba, Ramon Llull, Arnau de Vilanova, Francesc Eiximenis, Bernat Metge, Joanot Martorell, Joan Roís de Corella, Carles Cardó, Jordi Rubió i Balaguer, Lluís Nicolau d’Olwer, Pere Bosch Gimpera, Carles Riba, Agustí Bartra, Salvador Espriu, Maria Àngels Anglada, Maria-Mercè Marsal, Joan Triadú, etc.

Si desitgéssiu adquirir algun exemplar del llibre, de 552 pàgines, hauríeu de fer-nos arribar un correu electrònic a:

nissagacatalana@gmail.com
Revista Auriga
Telèfon: 934123294
Fax: 934126871

Partager cet article
Repost0
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 11:48

cat_0.jpg  « La catalogne, prochain Etat de l'Europe ! » scandent les indépendantistes catalans. Simple provocation ou réelle possibilité ? La catalogne, depuis plus de mille ans, s'inscrit dans des remous chroniques en Europe : la tension entre enracinement d'une Nation et absence d'Etat.

 

 * La catalogne peut-elle effectivement devenir un 28e Etat européen ?

 Expérience d'indépendance et développement de la nation catalane

 Tradition étatique catalane - Enracinement profond de la nation

 

**  Naissance du catalanisme aux racines des revendications d'indépendance

 De la naissance du catalanisme à la lutte pour la reconnaissance - Du renforcement de l'autonomie aux prétentions d'indépendance

 

I*** Résistance espagnole et européenne des revendications indépendantistes

Etat-nation pluriel ou Etat plurinational ? - " Europe des régions" ou balkanisation ?

 La Catalogne peut-elle devenir independante ?

 Expériences d’indépendance et développement de la nation catalane Tradition étatique millénaire La Catalogne se caractérise par une implantation précoce de structures étatiques, dans la cadre d’une confédération souveraine, puis d’une autonomie dans le royaume d’Espagne dès 1469. La vie politique catalane, dynamisée par une bourgeoisie précoce, s’organise autour des Corts, assemblées consultatives, qui promulguent les Usatges, constitutions unifiant les coutumes et appuyant la paix publique sur des bases législatives. Enracinement profond de la nation En temps de prospérité comme de crises et de répression, s’est formée une nation, regroupant des traits importants de la définition fichtéenne. 

  La Catalogne revendique également un statut particulier au sein de l’UE, Europe des régions tribune pour les régionalismes. L’Europe est, en effet, régulièrement stigmatisée par les Etats comme un relai des régionalismes, avec qui elle dialogue, sans qu’ils ne passent par le pouvoir national. Maastricht a ainsi institué un Comité des régionalismes au sein de l’UE et le catalan y bénéficie d’un statut particulier. Conjointement, on remarque, en effet, en Europe, une tendance à la fédéralisation ou à l’approfondissement de la décentralisation dans la plupart des Etats. 

 

*** Panique linguistique en Catalogne: un tribunal a décidé que des élèves en difficulté avec le catalan ne pourraient suivre les cours en castillan qu'à titre "exceptionnel". Le verdict, contraire à la Constitution selon certains, relance la bataille linguistico-éducative entre partisans de l'immersion (le tout-catalan) et défenseurs du libre choix de la langue d'enseignement.

A première vue, Barcelone est un modèle de tolérance linguistique. Les gens vous parlent en catalan ou en castillan avec la même aisance, les journaux y sont publiés dans les deux langues et si vous voulez, vous aussi, apprendre à jongler entre ces deux langues officielles de la Catalogne, rien de plus simple: le gouvernement local offre des cours de catalan gratuits. Inutile de vous sentir limité si vous ne parlez que castillan, les Catalans vous reconnaissent à l’accent et s’adressent directement à vous dans la "langue des Espagnols".

Le catalan à l’école, on n’y touche pas

Cette paisible coexistence cache en réalité une interminable bataille entre, d’un côté, les partisans de la "catalanisation" à tout crin des espaces politiques, éducatifs et professionnels en Catalogne et, de l’autre, les défenseurs d’un modèle bilingue. Et comme souvent en Espagne, il faut choisir son camp.

Dernier épisode de ce conflit ouvert il y a près de 40 ans, dès la fin de la dictature franquiste, le verdict du Tribunal supérieur de justice de Catalogne (TSJC) jeudi 8 mars.

Il valide le modèle éducatif dit de "l’immersion linguistique". Qu'est-ce donc que l'immersion linguistique? C'est l’éducation publique avec pour unique langue d’enseignement le catalan.

Un système contesté. Trois familles se plaignaient en effet que leurs enfants ne puissent pas suivre les cours en castillan. Le tribunal requiert alors une solution "exceptionnelle" pour ces bambins, mais décide que le catalan restera la langue principale à l’école.

Mais depuis 1994, le Tribunal Suprême et le Tribunal Constitutionnel, les deux instances les plus élevées de la hiérarchie judiciaire espagnole, se sont prononcées à plusieurs reprises sur le caractère inconstitutionnel du modèle d’immersion linguistique.

A la rentrée, le même TSJC qui rend aujourd’hui cet avis, donnait lui aussi un ultimatum de deux mois au gouvernement catalan pour mettre en place un système éducatif bilingue pour toutes les familles, pas seulement pour trois!

répond Francisco Caja, président de Convivencia Cívica Catalana, l’association qui a représenté les trois familles au tribunal et s’apprête à porter l’affaire en cassation. Selon cet homme, dont la barbe est aussi longue que la déception devant un tel verdict, le gouvernement catalan veut "éradiquer le castillan de Catalogne" en instaurant une "pédagogie de la haine" contre le castillan.


Partager cet article
Repost0
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 15:39

chaaats.JPG *


La deuxième édition du Printemps Lyrique Laurentin aura lieu à Saint Laurent de la Salanque du 30 mars au 1er avril, en partenariat avec la Mairie. Trois concerts exceptionnels vous seront proposés.

-         Le vendredi 30 mars à 20h30 en l’église de Saint Laurent, un concert de musique sacrée. Vous y entendrez l’excellent chœur de Saint Genis des Fontaines sous la direction d’Aline Rico, la soprano Gisèle Vacher, le contre ténor Sébastien Gabillat, et Jean-Pierre Baston à l’orgue Théodore Puget. Ils interpréteront différentes pièces dont, en particulier, le célèbre Gloria d’Antonio Vivaldi.

-         Le samedi 31 mars à 16h au Foyer rural, un hommage à Jules Massenet dont on célèbre cette année le centenaire de la disparition. Tout le concert est dédié à ses mélodies et à ses airs d’opéras. Ils seront chantés par la soprano dramatique Sylvia Cazeneuve, 1er prix du Concours international de chants lyriques de Nîmes, accompagnée au piano par Nobuyoshi Shima. Préparez vos mouchoirs.

-         Le dimanche 1er avril à 16h au Foyer rural, un récital très original par le sopraniste canadien Etienne Cousineau, 1er prix d’opérettes des Concours internationaux de Marseille 2010 et de Marmande 2011. Offenbach, Audran, Lecoq et bien d’autres seront conviés à ce moment souvent désopilant qui clôturera le festival.

Le ticket d’entrée à chacun des concerts coûte 12 € et le passe des 3 concerts 30 €. Si vous souhaitez participer à cette fête, envoyez vite votre chèque à l’ordre des Amis d’Alain Marinaro à la Mairie de Saint Laurent – Service Culturel – Avenue Urbain Paret – 66250 SAINT LAURENT DE LA SALANQUE. Vous trouverez vos places à votre nom au guichet des réservations le soir du concert.

04 68 28 66 04 – 04 68 28 66 01

 

**L'identité de la Catalogne du Nord, conférence de Llorenç Planes, jeudi 15 mars 18:00 – 19:00

Librairie Torcatis Perpignan rue mailly

 

Le site web l'archipel contre attaque présente le dernier livre de Llorenç Planes jeudi 15 mars à 18 heure à la Librairie Torcatis Au moment où, une politique fait rage entre le sénateur maire du Soler François Calvet et le président de la région Languedoc-Roussillon et sénateur socialiste Christian Bourquin , pour des propos que le premier tint sur le fait "que le futur de l'université de Perpignan soit transfrontalier et bilingue", sort le livre de Llorenç Planes. Dans "Pour comprendre la Catalogne Nord"( édité au sud par Pagès éditions) sous-titré "De l'identité dénaturée à l'espérance futur", l'auteur "du petit livre de la Catalogne nord" dresse un bilan plus de 20 après (comme pour les trois mousquetaires) de notre territoire. Qu'est devenue l'identité catalane? A-t-elle dépassé le stade du rugby et de la cargolade? Qui sont les catalanistes? Quelle a été leur action concréte au-de-là de la gesticulation revendicatrice? La langue catalane est-elle un outil de développement économique ou une langue agonisante tout juste bonne à insulter les gendarmes? Montpellier est-elle, une autre Paris aux féroces instincs jacobins? Barcelone la grande soeur du sud vient-elle ici pour notre bien? Et que faire des délites locales? Tout cela et bien plus vous le trouverez dans ce livre écrit par un ancien professeur d'agronomie qui fut la figure pensante d'UNITAT CATALANA. Le débat sera animé par le journaliste Nicolas Caudeville

 

161958_333496016700788_752318507_n.jpg

Partager cet article
Repost0
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 10:55

Le Dalí de la collection Sabater

dali_paysage-de-l-emporda.jpg Vivante ! Tel est le mot qui qualifie le mieux l'exposition tout juste commencée à l'espace Dalí haut perché sur la butte Montmartre.

Après avoir été présentée durant deux ans au musée de Cadaquès, elle s'installe jusqu'au mois de mai dans le seul musée de France entièrement dédié à l'artiste surréaliste catalan.
L'on y découvre, autour des sculptures appartenant à l'espace Dalí, une centaine d'œuvres dédicacées par Salvador Dalí à son secrétaire particulier et ami Enrique Sabater - qui en possède quelque trois cents.

Pour l'histoire, les deux hommes font connaissance en 1968, alors que Sabater est un jeune journaliste venu l'interviewer à son atelier de Port Lligat en Catalogne. La conversation s'installe et Dalí lui dit de revenir le sur-lendemain pour poursuivre les échanges. Et ainsi de suite de jour en jour, si bien qu'une amitié se construit progressivement. Au bout de quelques années, Sabater devient non seulement le comptable, le conseiller, le chauffeur, le garde du corps et l'attaché de presse de Dalí, mais aussi le complice de la vie quotidienne du couple qu'il forme avec Gala. Ce lien durera jusqu'en 1981, soit plus de douze ans.

L'exposition témoigne pleinement de cette confiance. Y sont présentés pêle-mêle, dans une ambiance un peu foutraque absolument délicieuse, photos, livres, dessins, huiles, aquarelles, maquettes et gravures tous dédicacés de la main du maître à son ami.
A travers ces œuvres, c'est tout un univers qui s'ouvre au visiteur : celui d'un artiste brillant, profondément enraciné dans la culture littéraire classique et en même temps révolutionnaire, mais aussi d'un homme d'amour (quelle tendresse se lit sur les photos le montrant avec Gala !) et d'amitié, qui octroyait avec générosité les dédicaces aux personnes qu'il aimait - les œuvres exposées en sont la preuve matérielle.

dali_quin-elisabet.jpg  L'image publique du mégalomane se pavanant tel un paon faisant la roue est remise à sa juste place derrière le témoignage d'Enrique Sabater qui révèle combien cette attitude était calculée : "Dalí et Gala étaient des gens simples. Leur vie à Port Lligat, c'était la routine : Dalí peignait durant de longues heures et Gala lui lisait ses textes préférés pour le relaxer. Dalí me demandait toujours de lui rappeler la visite d'un journaliste cinq minutes avant, pour qu'il mette son "costume d'interview". Dès qu'il était en présence d'un inconnu, son ton changeait, il se métamorphosait pour interpréter son rôle".

Il faut prendre le temps de déambuler au milieu des œuvres pour ressentir l'extraordinaire vitalité qui s'en dégage : liberté absolue, inventivité débridée, mais avec toujours un fini soigné, des couleurs qui font mouche, des lignes virtuoses - ses splendides dessins à l'encre de chine évoquent une calligraphie traditionnelle qui aurait pris ses aises...
On en ressort tout régénéré, avec l'avis que le charme du surréalisme a aujourd'hui encore de beaux jours devant lui, tant l'on a besoin de sa fantaisie et de sa légéreté, qui chez le Catalan s'épanouissent avec une grâce particulière.

Signé Dalí - La collection Sabater
Espace Dalí11 rue Poubot - Paris 18ème -- M° Anvers, Abbesses, bus 54, 80 et Monmartrobus- TLJ de 10 h à 18 h - Entrée plein tarif 11 € - Jusqu'au 10 mai 2012

Images : A Sabater, Paysage de l'Empordà, huile sur cuivre - 18 x 23,7 cm - 1978 © Collection Enrique Sabater
A Sabater, une accolade sur le Quin Elisabet (sic) Encre sur papier - 28,5 x 44 cm - 1975 © Collection Enrique Sabater

** Aux éditions de La Merci : PAROLES-COUVERTURE.jpg 9 av. du Cap Béar- 66100- Perpignan-0468551874 - www.lamerci.fr (chèque bancaire de 20 euros)

**


Partager cet article
Repost0
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 20:20

 

  * J'en reviens toujours à la corrida. J'ai l'intention d'écrire le point de vue du taureau, depuis la naissance à l'élevage, jusqu'à sa mort, aux arènes. Il dira sa vie, ses souffrances. Face à lui, le torero-poète, chantera les beautés, les sens, les allégories de la corrida, devenu spectacle taurin, musical, poétique, sans banderilles ni épée. Sans mort. Par ce spectacle, réconcilier les deux parties inconciliables, les pro et les anti-corrida... Quelle ville taurine me prêtera son théâtre..?

 

   * La tauromachie offrait des courses acrobatiques, des courses de taureaux solennelles, des jeux dangereux avec la divinité: les acteurs et le public communiaient, dans le risque et la joie, avec le dieu . Les mythes du Minotaure (dans le labyrinthe du palais de Knossos, en Crète), l'accouplement de Pasiphaé, l'enlèvement d'Europe, renvoient à d'antiques dialogues sacrés avec le dieu Taureau. De nos jours, la corrida se situe entre les jeux romains du cirque et le spectacle moderne du happening; elle est risque et se veut aussi style, avec ses rituels, ses costumes, ses passes, ses musiques...

 

   * Du peintre Claude Vialat (Support/Surface) : "La tauromachie est une sorte de revendication culturelle."

 

   * La labrys était la double hache qui tuait le taureau divin. (Rappelons-nous que les vaches sont encore sacrées en Inde).

 

   * Dans Le vagabond solitaire, Jack Kerouac note que la corrida est "le stade de Mord-la-poussière."

 

   * Machisme montré, sexualité exhibée, sexe drapé, mise en exergue dans l'étroit habit de lumière; en réalité, c'est d'impuissance qu'il s'agit : pourquoi demander les oreilles et la queue..?

 

   * "Le désert, n'ayant pas donné de concurrent au sable, grande est la paix du désert." Henri Michaux.

 

   * "La mer est quelque chose qu'on a tout le temps à côté de soi." Jean Paulhan.

 

   *  Avec toutes ces révolutions dans les pays arabes, on s'aperçoit d'une autre erreur du prophétisme du groupe de Tel Quel, affirmant : "Le rôle de contestation n'est plus dans l'Histoire, mais dans le langage."

 

   * Comique et ironie : celle-ci se moque d'elle-même, elle est notre attitude personnelle face au soi-disant sérieux du monde et de la politique, se voulant objectifs, mais en fait absurde et meurtrier. Octavio Paz assure qu'il "faut introduire en politique le sourire des sages bouddhistes."

 

   * L'engagement de l'écrivain selon O. Paz : "La morale de l'écrivain n'est ni dans ses thèmes ni dans ses intentions, mais dans sa conduite au regard du langage."

 

   * Engagement, selon Gide : lire son Journal, La Pléiade, pages 322 et 785. Proust, aussi, dans "ABC de la lecture" (collection idées-Gallimard, page 26)

 

   * Qui a dit : "Le passé n'est que le cimetière de nos illusions." C'est pas moi !  dorres.jpg

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens