Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mai 2021 4 27 /05 /mai /2021 08:27
Espadrille de Payote, à Perpignan : accord avec l'Occitanie - Livre blanc des Angelets de la Terra (Ramon Faura) -
Espadrille de Payote, à Perpignan : accord avec l'Occitanie - Livre blanc des Angelets de la Terra (Ramon Faura) -

PAYOTE, le spécialiste de l'espadrille made in France, lance une opération de crowdfunding en collaboration avec la région Occitanie

Sur les six millions de paires d'espadrilles vendues en France chaque année, seules trois millions de paires sont fabriquées en Europe. Payote, jeune marque d'espadrilles née en 2016 à Perpignan s'est donnée comme mission de relocaliser la fabrication d'un produit qui constitue un savoir-faire français, avec un souffle de modernité sur le design et une approche éco-responsable. Afin de soutenir sa croissance mais aussi l'économie régionale, Payote a décidé de lancer une opération de crowdfunding en collaboration avec Wiseed, une plateforme d'investissement participatif en partenariat avec la région Occitanie. 

Un financement participatif en soutien à l'économie régionale

D'abord vendues sur son site de e-commerce, les espadrilles Payote sont désormais commercialisées dans une première boutique ouverte à Perpignan fin 2020. Avec un triplement du chiffre d'affaires en 2020, la marque souhaite lever des fonds pour développer son outil de production et ses réseaux de distribution, avec dans un premier temps le projet d'une deuxième boutique à Toulouse.

Pour financer ce projet, Payote s'est associé à Wiseed. Cette plateforme d'investissement participatif offre aux particuliers l'opportunité de contribuer à des projets régionaux innovants. 

L'objectif pour juin 2021 : récolter 120 000€. Cela financera l'aménagement de la boutique ainsi que l'achat d'un petit Espa-van qui parcourra toute la France pour suivre les festivals et autres événements festifs. 

  • Pourquoi soutenir Payote ?

Les personnes intéressées par le projet et qui souhaitent soutenir une aventure 100% française peuvent investir à partir de seulement 100€ dans un projet concret, qui a du sens et qui valorise le savoir-faire français. Elles gagnent de l'argent à hauteur de 5% du montant investi à travers des obligations.

  • Comment ça marche ? 

Il s'agit d'un investissement sous forme d'obligations : les donateurs sont remboursés du montant investi en 3 ans. Chaque année, Payote rembourse un tiers de la somme investie et ils emportent 5% de rendement. Pour Payote, c'est une belle opportunité de faire participer les français au projet et de les impliquer dans son développement.

Et c'est aussi une façon innovante d'investir son épargne dans des projets locaux qui soutiennent l'économie régionale. 

À ce jour, Payote compte 95 contributeurs pour un total de 52 800 € récoltés, soit 43% de l'objectif. 

Ici la page du projet Wiseed : https://www.wiseed.com/fr/projet/41113913-payote

A propos de Payote :

Payote, une histoire de valeurs et d'ambition.

 

Olivier Gelly, après une expérience de 10 ans dans le monde du prêt à porter, décide de créer sa propre entreprise de confection et de vente. Il se lance alors dans le projet ambitieux de redorer le blason de l'espadrille française. La marque Payote naît en 2016 et séduit dès la mise sur le marché de ses premières paires. Élégantes, confortables et personnalisables, les espadrilles Payote se vendent à plus de 20 000 exemplaires au cours de l'année 2016. Les espadrilles Payote, ce sont aussi des chaussures qui portent très haut les couleurs de l'artisanat et du savoir-faire français : un produit de qualité, vendu à un prix abordable et réalisé en collaboration avec des industries françaises. Les chaussures Payote sont ainsi fabriquées dans les ateliers Megam situés à Mauléon, eux-mêmes héritiers de trois générations de fabricants d'espadrilles françaises. Un cahier des charges de 11 étapes régit l'ensemble de leur procédé de fabrication. De la vulcanisation de la semelle en passant par le découpage de la toile et la couture de l'étiquette, chaque étape est réalisée dans ces ateliers.

CONTACT PRESSE - Agence FLAG

Yantl Deroussen  - 06 78 79 41 16 - yantl@agenceflag.com

- - - -

 

  Le livre blanc de "Catalogne du Nord"

 

Après avoir collaboré avec de nombreuses communes, en solidarité avec la Catalogne Sud, les Angelets de la Terra ont décidé de recentrer leur action sur les problématiques de la Catalogne Nord. Ils ont donc proposé aux maires d'entamer une réflexion collective au travers du « Label Culturel » en 2020, puis du « Livre Blanc de Catalogne Nord » en 2021.

 

En 2020, 23 listes aux municipales ont porté le « Label Cultural » des Angelets de la Terra dont elles ont signé la charte et 14 d'entre elles ont gagné ces élections. Aujourd'hui, le « Livre Blanc de Catalogne Nord » reprend et développe les trois axes de la charte de ce « Label Cultural »: la normalisation de la présence du catalan dans l'espace public; l'enseignement en catalan; l'organisation de fêtes populaires et traditionnelles; les liens avec le reste des Pays Catalans; etc...

 

Le « Livre Blanc de Catalogne Nord » a été élaboré par les Angelets de la Terra avec l'aide de professeurs de l'Université de Perpignan, spécialisés dans la toponymie, l'histoire et l'enseignement du catalan, mais aussi plusieurs acteurs de la vie culturelle, associative et économique de notre département (voir la liste ci-dessous).

Le « Livre Blanc de Catalogne Nord » développe 55 propositions concrètes pour la catalanité qui ont été soumises à toutes les municipalités nord-catalanes.

55 municipalités participent au « Livre Blanc de Catalogne Nord » en y présentant leurs actions et les projets en lien avec la catalanité.

De nombreuses autres communes souhaitent aussi participer à ce projet. C'est pourquoi une deuxième édition est déjà prévue, afin de donner une place à toutes les communes de Catalogne Nord et de dresser un premier bilan.

Les Angelets de la Terra présenteront le « Livre Blanc de la Catalogne Nord » dans toutes les municipalités qui en émettront le souhait, participantes ou pas de cette première édition. Un exemplaire sera offert à chaque élu de la majorité et de l'opposition.

L'association culturelle, autogérée et indépendante des Angelets de la Terra était à l'origine un groupe de supporters de l'USAP et des Dragons Catalans, de 2001 à 2009. Elle coordonne depuis 2010 un collectif autogéré et autofinancé de centaines de musiciens. En 2018, elle a organisé 4 festivals « Concerts per la Llibertat » pour la liberté et la démocratie avec la participation de 40 groupes. En 2019, une cinquantaine de communes ont accueilli leur exposition collective de photojournalisme « Visca per la Llibertat ».

 

 

 

 

> Ici vous pouvez consulter le Livre Blanc :

https://angeletsdelaterra.com/Llibre-Blanc-de-Catalunya-Nord.pdf?fbclid=IwAR0Dx4s6rgvoXShruXBCCKkA4X1aW2aAxdTK-DOnTLZsFgdnpFLDmBdixQY

 

> Les 55 mairies qui participent au livre Blanc :

1 Alenyà

2 Angostrina i Vilanova de les Escaldes

3 Argelers

4 Bolquera

5 Banyuls de la Marenda

6 Cànoes

7 Cervera de la Marenda

8 Clairà

9 Codalet

10 Cotlliure

11 Bages

12 Corbera

13 Corbera de les Cabanes

14 Els Banys i Palaldà

15 Espirà de l'Aglí

16 Estavar

17 Eus

18 El Barcarès

19 El Soler

20 Els Masos

21 Fontpedrosa

22 Font-rabiosa

23 Font-romeu

24 Illa

25 La Menera

26 Matamala

27 Millars

28 Morellàs i les Illes

29 Nefiac

30 Oleta-Èvol

31 Oms

32 Òpol i Perellós

33 Pesillà de la Ribera

34 Portvendres

35 Pontellà i Nils

36 Reiners

37 Rià i Cirac

38 Salelles

39 Sant Andreu de Sureda

40 Sant Cebrià

41 Sant Feliu d'Amunt

42 Sant Feliu d'Avall

43 Sant Genís de Fontanes

44 Sant Hipòlit de la Salanca

45 Sant Joan de Pladecorts

46 Sant Joan la Cella

47 Sureda

48 Talteüll

49 Tarerac

50 Toluges

51 Torrelles de la Salanca

52 Trullars

53 Tuïr

54 Vernet

55 Vilafranca de Conflent

 

> Ont participé à la réalisation du « Livre Blanc de Catalogne Nord »: Berenguera Sunyer (psychologue), Christian Troadec (maire de Carhaix), Coleta Planas (conseillère pédagogique de catalan retraitée et poétesse), Daniela Grau (professeur de catalan retraitée), Geneviève Labat (chef d'entreprise), Gildas Girodeau (écrivain), Jaume Gubianas (dessinateur), Joan Peytaví Deixona (professeur d'université spécialiste en toponymie), Joan Planes (co-fondateur des Angelets de la Terra), Michel Leiberich (professeur d'université retraité), Nicolas Marty (professeur d'université spécialiste d'histoire économique et sociale), Olivier Poisson (président de L'ASPHAR), Pierre Lissot (directeur de l'Office Public de la Langue Catalane), Priscilla Beauclair (graphiste et journaliste au Travailleur Catalan), Ramon Faura-Llavari (chef d'entreprise), Rémy Farré (président de l'Associació Catalana d'Estudiants), Richard Bantegny (caméraman, photographe), Rita Peix (docteure en Etudes catalanes et transfrontalières, formatrice pour l'enseignement bilingue)...

 

Ramon Faura

Président Angelets de la Terra

06.68.89.82.71

https://angeletsdelaterra.com/

Partager cet article
Repost0
17 mai 2021 1 17 /05 /mai /2021 10:24
Rafael Alberti - Photos à Céret - Tresserre le 28 mai -
Rafael Alberti - Photos à Céret - Tresserre le 28 mai -
Rafael Alberti - Photos à Céret - Tresserre le 28 mai -
Rafael Alberti - Photos à Céret - Tresserre le 28 mai -

Rafael Alberti - Photos à Céret - Tresserre le 28 mai -

ExiliArte : souvenir d'un portfolio dédié à Rafael Alberti

 

Nous présentons l’exposition ExiliArte à Toulouse en souvenir du grand hommage qu’a reçu Rafael Alberti le 8 juin 1966 à Paris. 

Rafael Alberti, un des poètes les plus importants de la dite Génération de 27, était en exil en Amérique Latine depuis près de trente ans quand cet hommage lui a été rendu en France et pour lequel il a reçu en cadeau une collection de dessins réalisés par une centaine d’artistes espagnols. Dans cette exposition 32 oeuvres originales sont montrées, en plus des portfolios dans lesquels elles ont été offertes.

 

Vernissage le jeudi 20 mai à 18h30 en présence de la commissaire Carmen Bustamante et du musicien Pedro Soler.

 

Cet hommage de 1966 a été organisé par l'Association culturelle franco-espagnole dont Jean Cassou était président. L'hispaniste français Marcel Bataillon, le romancier guatémaltèque Miguel Ángel Asturias, le dramaturge espagnol Alfonso Sastre, le poète Vicente García Cervera et les poètes français Jean Marcenac, Max-Pol Fouchet, entre autres, ont participé à l'événement. 

L'écrivain Francisco Olmos a lu la longue liste de près de cent adhésions d'artistes et d'intellectuels : Ana María Matute, Camilo José Cela, Julio Caro Baroja, Ángel Valente, Juana Francés, Pablo Serrano, José Manuel Caballero Bonald, José Agustín Goytisolo, Ángel Gonzalez, Manuel Tuñón de Lara, José Aumente, Aurora Albornoz, Luis Buñuel, Juan Antonio Gaya, Jaime Salinas, José Luis Cano, Alfonso Grosso, Juan Antonio Bardem, Goñi, Salvador Espriu, Ricardo Fernández de la Reguera, Fernando Quiñones, Gabriel Celaya et Antonio Buero Vallejo, entre autres. 

Un message personnel de Dolores Ibarruri dédié à Rafael a été lu, ainsi que des messages d'André Camp, Vicente Aleixandre, Enrique Tierno Galván, Julián Marías, Gerardo Diego, Fernando Chueca et du critique José María Moreno Galván.  

Après les discours et la lecture des témoignages de soutien, il a été présenté un montage musico-poétique inspiré de l'œuvre d'Alberti interprété par Paco Ibáñez et Tachia Quintana. 

- - - Céret :

Dominique Clévenot, Iran fantôme

 

Soit un voyage photographique entre Téhéran et le désert de Dasht-é Lut, dans le sud-est de l’Iran : des espaces architecturaux désaffectés, des objets réduits au silence, des sols désertiques.
Est-ce une réflexion de nature romantique sur le vide, l’absence et les traces ?
Sans doute, mais dans le contexte particulier de l’Iran, on peut aussi y reconnaître, en sourdine, l’évocation des fantômes del ’histoire récente.
Ces fantômes sont ceux des milliers de victimes de la guerre Iran-Irak qui hantent toujours la mémoire iranienne et dont on croise les portraits obsédants à chaque entrée de ville et à chaque coin de rue.


Après une carrière de professeur en Arts plastiques et Sciences de l’art à l’Université de Toulouse Jean Jaurès et des travaux de recherche en histoire de l’art et en esthétique, j’ai entrepris de développer de manière plus suivie une pratique photographique qui était restée longtemps une activité secondaire, plus ou moins épisodique et relativement privée.
Je dois sans doute à mes orientations initiales – la pratique du dessin et de la peinture – de porter une attention particulière à la dimension plastique de la photographie. Mais Je m’intéresse aussi et surtout à la capacité de la photographie de dire plus ou autre chose que ce qu’elle montre et donc à sa capacité d’extraire de la réalité qui nous entoure des images susceptibles d’entrer en résonance avec nos questionnements intérieurs.

Institut R. LLULL - Paris   Newsletter # 114

ARTS DE LA SCÈNE.  SAINT-ETIENNE,  24 juin

 

La chorégraphe Núria Guiu et les compagnies de cirque EIA et Random, protagonistes du Focus Catalan du Festival des 7 Collines de Saint-Étienne

 

Le Festival des 7 Collines, rendez-vous annuel de cirque et danse de la métropole de Saint-Étienne, accueille pour sa 27e édition un focus spécial de créations catalanes avec trois spectacles qui reflètent la fraîcheur actuelle de la scène en Catalogne. Le focus comptera avec la participation des compagnies de cirque EIA et Random et de la danseuse et chorégraphe Núria Guiu. Du 24 juin au 7 juillet à Saint-Étienne et métropole, avec le soutien de l’Institut Ramon Llull.

LITTÉRATURE.  

 

Les universités Montpellier, Perpinyà et Vic rendent hommage à la poète et plasticienne Felícia Fuster

 

En commémoration du centenaire de la naissance de cette artiste à plusieurs facettes dont le parcours est intimement lié à la vie culturelle française, une demi-journée d’études se tiendra en ligne le 6 mai coorganisée par les laboratoires de recherche Cresem, Reso et Getlihc avec des présentations à charge de Irene Muñoz Pairet, Caterina Riba, Sandrine Frayssinhes Ribes, Mireia Vidal-Conte et Lluïsa Julià, commissaire littéraire de l’Année Felícia Fuster. Le programme sera complété par une lecture bilingue du recueil Cordages du vent (Éditions Trabucaire, 2018) à charge des étudiants de catalan des universités Paul Valéry Montpellier III et Perpinyà Via Domitia.

LITTÉRATURE.  EN LIGNE,  27/04/2021

 

Vicenç Pagès participe à la Nuit de la littérature 2021 du FICEP aux côtés d'autres 18 auteur.e.s de plusieurs pays

À l’occasion de la 9e édition de la Nuit de la littérature du Forum des Instituts Culturels Étrangers à Paris, l’Institut Ramon Llull présente avec la comédienne Morgane Lombard une lecture de l’ouvrage Lettre à la reine d’Angleterre (Balzac éditeur, 2020) de Vicenç Pagès Jordà, traduit du catalan par Marie Costa. Au lieu d’une balade littéraire internationale dans un quartier de Paris comme jusqu’en 2019, la Nuit de la littérature propose pour la deuxième année consécutive un voyage littéraire sans sortir de la maison autour des œuvres de 19 auteur.e.s invité.e.s par 17 instituts culturels différents, juste en accédant sur le site Internet du FICEP dès 18h le soir du samedi 29 mai.

CULTURE.  27/04/2021

 

Le patrimoine catalan dans le cinéma et une nouvelle séance du cycle 

 

En partenariat avec l’Institut Ramon Llull et toujours en ligne, le Centre d’études catalanes accueille entre avril et juin jusqu’à huit séances autour de l’histoire et la culture catalanes. En mai, l'agenda comprend une conférence sur la promotion du patrimoine culturel catalan à travers le cinéma et une conférence-concert autour du violoncelliste et compositeurPau Casals

LANGUE.  27/04/2021

 

Les séjours linguistiques d'été de l'Institut Ramon Llull, en ligne

 

L'Institut Ramon Llull organise, en collaboration avec d'autres institutions, des séjours virtuels de formation linguistique et culturelle destinés à améliorer les compétences linguistiques et les connaissances culturelles des étudiants de catalan à l'étranger à travers des cours, des conférences, des visites et des activités complémentaires. En raison de la crise sanitaire actuelle, le format des activités sera uniquement en ligne.

ARTS.  26/04/2021

 

CaboSanRoque nous mène au supermarché avec le festival In Extremis du Théâtre Garonne

 

Le duo barcelonais propose pour le festival In Extremis une expérience très particulière : à la manière classique d’un audiowalk, le public doit suivre un parcours, mais cette fois-ci à l'intérieur d'un supermarché. En écoutant son téléphone portable avec des écouteurs, chacun devra faire face à la coïncidence ou à la contradiction entre ce qu'on voit et ce qu'on entend. Autour du terme « hospitalités », en 2021 le théâtre Garonneinvente un festival littéralement tout terrain, où les situations de rencontre sont les plus improbables. Du 13 au 20 mai, en ligne.

 

 

* Le MUME, musée de l'exil de la Jonquera

 

Conferència d’Espe Pons: Quantes històries hi caben en la història?

L’acte es podrà seguir en directe a través del canal youtube del MUME.

Aforament limitat. Caldrà mantenir les distàncies de seguretat i l’ús de mascaretes.

Inscripció prèvia a: info@museuexili.cat
 

L'exposició Sota la llum del mar es va poder veure en un format més extens a la Fundació Vila Casas (Palau Solterra, Torroella de Montgrí) aquest estiu i tardor de 2020.

La mostra Sota la llum del mar de la fotògrafa catalana Espe Pons (Barcelona, 1973) és un assaig fotogràfic que pretén dignificar totes les víctimes del franquisme de l’Espanya de la Guerra Civil i la postguerra. El projecte es basa en la història del germà petit de l’avi de la fotògrafa, Tomàs Pons Albesa, que va ser afusellat al Camp de la Bota de Barcelona l’any 1941 amb 31 anys.

Per tal de poder resseguir aquesta història, l’autora ha transitat els indrets que el seu familiar va recórrer durant els últims moments de vida i ha recopilat informació de l’època relacionada amb el cas amb l'objectiu de reconstruir una història, fins ara, fragmentada.

Mitjançant aquesta proposta expositiva que combina fotografia contemporània amb testimonis documentals de l’època, Espe Pons construeix un nou relat que evoca un passat que se’ns fa present a través d’un paisatge carregat de llums i ombres.

 

Més informació:

Web d'Espe Pons

Expo Sota la llum del mar a la Fundació Vila Casas

Vídeo Sota la llum del mar (Fundació Vila Casas)

 

Properes activitats temporals del MUME (maig- octubre 2021):

Exposicions

Fins al 27 de juny de 2021
Sota la llum del mar, d'Espe Pons (Espai Art i memòria)

Fins al 26 de setembre de 2021
Exposició Antoni Campañà. L'Endemà de la Retirada: Portbou 1939


Activitats

Dissabte, 21 de maig
Presentació del llibre: L’endemà de la retirada. Antoni Campañà. Portbou, 1939: autoretrat de l'absència

Diumenge, 30 de maig
Jornada de portes obertes i visita guiada gratuïta

Dissabte, 5 de juny 
Xerrada-debat: Aidez les réfugiés! Josep Maria Trias i Peitx i Philippe Gaussot, dos homes d'acció entre catòlics i quàquers, a càrrec de Carme Caballer i Felip Solé

Dissabte, 12 de juny
Taula rodona: La fotografia de guerra és una bomba

Diumenge, 12 de juny
Rutes de l'exili. Un dia per a la memòria. Portbou

Juny 2021
V Edició del Premi Internacional Memorial Walter Benjamin 2021-22

Diumenge, 27 de juny
Jornada de portes obertes i visita guiada gratuïta

Diumenge, 18 de juliol
Rutes de l'exili. Un dia per a la memòria. MUME i Búnquers de 1943

Diumenge, 25 de juliol
Jornada de portes obertes i visita guiada gratuïta

Diumenge, 15 d'agost
Rutes de l'exili. Un dia per a la memòria. Agullana i La Vajol

Diumenge, 29 d'agost
Jornada de portes obertes i visita guiada gratuïta

Diumenge, 12 de setembre
Rutes de l'exili. Un dia per a la memòria. Cotlliure

Diumenge, 26 de setembre
Jornada de portes obertes i visita guiada gratuïta

Diumenge, 10 d'octubre
Rutes de l'exili. Un dia per a la memòria. Coll de Lli

Diumenge, 31 d'octubre
Jornada de portes obertes i visita guiada gratuïta

 

Partager cet article
Repost0
16 mai 2021 7 16 /05 /mai /2021 10:07
Vicenç Pagès Jordà, traduit par Marie COSTA
Vicenç Pagès Jordà, traduit par Marie COSTA

Vicenç Pagès Jordà, traduit par Marie COSTA

Catalogne - Littérature

 

Vicenç Pagès i Jordà

 

 né le 14 décembre 1963 à Figueres (Catalogne, Espagne), est un écrivain et critique littéraire catalan1. Il est également professeur de langue et d'esthétique à l'Université Ramon Llull.

 

En 1989, il a remporté la Biennale de Barcelone dans la section de la littérature, et l'année suivante a publié son premier livre, le recueil d'histoires Cercles d'infinites combinacions (Cercles de combinaisons infinies). En 1991, il a publié l'ouvrage Grandeses i misèries dels premis literaris(Grandeur et misère des prix littéraires), formée par un millier de citations.

 

En 1995 est apparue son œuvre la plus ambitieuse, El món d'Horaci (Le monde d'Horace), un roman qui est à mi-chemin entre la fiction et l'essai créatif. En 1997, il publie son premier livre à succès, Carta a la reina d'Anglaterra (Lettre à la Reine d'Angleterre), qui raconte dans une centaine de pages un millier d'années de la vie de la protagoniste. Ce livre est suivi par Un tramvia anomenat text (Un tramway nommé texte), un essai sur l'écriture qui considère le texte comme un mélange inséparable d'inspiration et d'artisanat, de génie et de puissance, de magie et de discipline.

 

En companyia de l'altre (En compagnie de l'autre) (prix Documenta 1998) marque le retour au genre du roman. À cette occasion, la collection est unitaire, car toutes les histoires tournent autour de la question du double. Il a été suivi par le roman La felicitat no és completa (Le bonheur n'est pas complet), prix Sant Joan de narrative 2003, la biographie intermittente d'un personnage sans convictions. En 2004, la collection El poeta i altres contes a obtenu le Prix Mercè Rodoreda d'histoires et récits, et a été publiée l'année suivante. En 2006 est apparu De Robinson Crusoe a Peter Pan. Un cànon de literatura juvenil. Il a remporté le prix Creixells avec le roman Els jugadors de Whist4.. De 2010 à 2011, il a écrit une colonne[pas clair] dans le journalAvui5. En 2012 il a publié avec le peintre Joan Mateu Bagaria El llibre de l'any.

En 2013 il a remporté le prix Sant Jordi du roman pour Dies de fronter et l'année 2014 il a remporté le Prix national de littérature de la Generalitat de Catalogne.

Michel Cadé

Chapeaux et bonnets révolutionnaires

en Roussillon ( Ed.Trabucaire )

 

Le propre du chercheur, quelle que soit la nature de sa recherche, c’est d’apporter son savoir et son expertise et de faire ainsi avancer la connaissance. C’est bien ce que fait Michel Cadé, dans ce petit livre consacré aux premiers pas du tout jeune département des Pyrénées-Orientales de 1789 à 1795. La Révolution française est un de ces temps de l’histoire particulièrement étudié, ici comme ailleurs. Pierre Vidal, l’abbé Philippe Torreilles au XIXe, Alice Marcet, Michel Brunet entre autres, au XXe s’y sont illustrés avec les documents et les techniques à leur disposition.

Michel Cadé, en ce début XXIe, fait une analyse autre des événements qui se sont déroulés alors en Roussillon. Ce fin connaisseur des partis politiques, met en avant la naissance de la démocratie en pays catalan : il y eut bien dans les Pyrénées-Orientales un parti patriote, à forte composante de notabilité (chapeaux), mais il eut aussi une composante populaire évidente à Perpignan, dans ses alentours, dans la vallée de l’Agly, dans le Ribéral, en Conflent et sur la côte (bonnets). Les premières élections municipales, départementales, le poids des Sociétés populaires révèlent bien l’existence d’un parti révolutionnaire aux racines populaires, dirigé par des notables, le tout sur fond de contestations diverses, de relations compliquées avec Paris…

Cette vie politique intense a donc vu se développer, étendue à l’ensemble du département, une forme d’organisation politique proche du parti politique moderne. Tel est l’apport tout à fait passionnant et minutieusement documenté que Michel Cadé ajoute à la connaissance de la période. 

 

 

Ramon LLULL - Newsletter # 114

MAI 2021

 

ARTS DE LA SCÈNE.  SAINT-ETIENNE,  24 juin

 

La chorégraphe Núria Guiu et les compagnies de cirque EIA et Random, protagonistes du Focus Catalan du Festival des 7 Collines de Saint-Étienne

 

Le Festival des 7 Collines, rendez-vous annuel de cirque et danse de la métropole de Saint-Étienne, accueille pour sa 27e édition un focus spécial de créations catalanes avec trois spectacles qui reflètent la fraîcheur actuelle de la scène en Catalogne. Le focus comptera avec la participation des compagnies de cirque EIA et Random et de la danseuse et chorégraphe Núria Guiu. Du 24 juin au 7 juillet à Saint-Étienne et métropole, avec le soutien de l’Institut Ramon Llull.

*** LITTÉRATURE.  

 

Les universités Montpellier, Perpinyà et Vic rendent hommage à la poète et plasticienne Felícia Fuster

En commémoration du centenaire de la naissance de cette artiste à plusieurs facettes dont le parcours est intimement lié à la vie culturelle française, une demi-journée d’études se tiendra en ligne le 6 mai coorganisée par les laboratoires de recherche Cresem, Reso et Getlihc avec des présentations à charge de Irene Muñoz Pairet, Caterina Riba, Sandrine Frayssinhes Ribes, Mireia Vidal-Conte et Lluïsa Julià, commissaire littéraire de l’Année Felícia Fuster. Le programme sera complété par une lecture bilingue du recueil Cordages du vent (Éditions Trabucaire, 2018) à charge des étudiants de catalan des universités Paul Valéry Montpellier III et Perpinyà Via Domitia.

 

*** LITTÉRATURE.  EN LIGNE,  27/04/2021

 

Vicenç Pagès participe à la Nuit de la littérature 2021 du FICEP aux côtés d'autres 18 auteur.e.s de plusieurs pays

 

À l’occasion de la 9e édition de la Nuit de la littérature du Forum des Instituts Culturels Étrangers à Paris, l’Institut Ramon Llull présente avec la comédienne Morgane Lombard une lecture de l’ouvrage Lettre à la reine d’Angleterre (Balzac éditeur, 2020) de Vicenç Pagès Jordà, traduit du catalan par Marie Costa. Au lieu d’une balade littéraire internationale dans un quartier de Paris comme jusqu’en 2019, la Nuit de la littérature propose pour la deuxième année consécutive un voyage littéraire sans sortir de la maison autour des œuvres de 19 auteur.e.s invité.e.s par 17 instituts culturels différents, juste en accédant sur le site Internet du FICEP dès 18h le soir du samedi 29 mai.

 

***CULTURE.  27/04/2021

 

Le patrimoine catalan dans le cinéma et une nouvelle séance du cycle 

En partenariat avec l’Institut Ramon Llull et toujours en ligne, le Centre d’études catalanes accueille entre avril et juin jusqu’à huit séances autour de l’histoire et la culture catalanes. En mai, l'agenda comprend une conférence sur la promotion du patrimoine culturel catalan à travers le cinéma et une conférence-concert autour du violoncelliste et compositeurPau Casals

*** LANGUE.  27/04/2021

 

Les séjours linguistiques d'été de l'Institut Ramon Llull, en ligne

L'Institut Ramon Llull organise, en collaboration avec d'autres institutions, des séjours virtuels de formation linguistique et culturelle destinés à améliorer les compétences linguistiques et les connaissances culturelles des étudiants de catalan à l'étranger à travers des cours, des conférences, des visites et des activités complémentaires. En raison de la crise sanitaire actuelle, le format des activités sera uniquement en ligne.

 

*** ARTS.  26/04/2021

CaboSanRoque nous mène au supermarché avec le festival In Extremis du Théâtre Garonne

 

Le duo barcelonais propose pour le festival In Extremis une expérience très particulière : à la manière classique d’un audiowalk, le public doit suivre un parcours, mais cette fois-ci à l'intérieur d'un supermarché. En écoutant son téléphone portable avec des écouteurs, chacun devra faire face à la coïncidence ou à la contradiction entre ce qu'on voit et ce qu'on entend. Autour du terme « hospitalités », en 2021 le théâtre Garonneinvente un festival littéralement tout terrain, où les situations de rencontre sont les plus improbables. Du 13 au 20 mai, en ligne.

Partager cet article
Repost0
5 mai 2021 3 05 /05 /mai /2021 09:43
Le livre blanc (couverture, 55 municipalités) - Chantal Buiges à Collioure
Le livre blanc (couverture, 55 municipalités) - Chantal Buiges à Collioure
Le livre blanc (couverture, 55 municipalités) - Chantal Buiges à Collioure
Le livre blanc (couverture, 55 municipalités) - Chantal Buiges à Collioure

Le livre blanc (couverture, 55 municipalités) - Chantal Buiges à Collioure

 

Les principaux axes du « Livre Blanc de Catalogne Nord » sont la normalisation de la présence du catalan dans l'espace public; l'enseignement en catalan; l'organisation de fêtes populaires et traditionnelles; les liens avec le reste des Pays Catalans; etc...

 

Ici vous pouvez consulter le Livre Blanc :

https://angeletsdelaterra.com/Llibre-Blanc-de-Catalunya-Nord.pdf?fbclid=IwAR0Dx4s6rgvoXShruXBCCKkA4X1aW2aAxdTK-DOnTLZsFgdnpFLDmBdixQY

 

Le « Livre Blanc de Catalogne Nord » a été élaboré par les Angelets de la Terra avec l'aide de professeurs de l'Université de Perpignan, spécialisés dans la toponymie, l'histoire et l'enseignement du catalan, mais aussi plusieurs acteurs de la vie culturelle, associative et économique de notre département (voir la liste ci-dessous).

Le « Livre Blanc de Catalogne Nord » développe 55 propositions concrètes pour la catalanité qui ont été soumises à toutes les municipalités nord-catalanes.

 

55 municipalités participent au « Livre Blanc de Catalogne Nord » en y présentant leurs actions et les projets en lien avec la catalanité.

De nombreuses autres communes souhaitent aussi participer à ce projet. C'est pourquoi une deuxième édition est déjà prévue, afin de donner une place à toutes les communes de Catalogne Nord et de faire un premier bilan.

 

L'association culturelle, autogérée et indépendante des Angelets de la Terra était à l'origine un groupe de supporters de l'USAP et des Dragons Catalans, de 2001 à 2009. Elle coordonne depuis 2010 un collectif autogéré et autofinancé de centaines de musiciens. En 2018, elle a organisé 4 festivals « Concerts per la Llibertat » pour la liberté et la démocratie avec la participation de 40 groupes. En 2019, une cinquantaine de communes ont accueilli leur exposition collective de photojournalisme « Visca per la Llibertat ».

En 2020, 23 listes aux municipales ont porté le « Label Cultural » des Angelets de la Terra dont elles ont signé la charte et 14 d'entre elles ont gagné ces élections. Aujourd'hui, le « Livre Blanc de Catalogne Nord » reprend et développe les trois points de la charte de ce « Label Cultural »: langue, culture, pays.

Des exemplaires du « Livre Blanc de la Catalogne Nord » seront offerts à toutes les municipalités, participantes ou pas de cette première édition, à partir de la mi-mai 2021. Ainsi, il sera possible pour tous les élus et les habitants de se procurer ce livre dans les mairies.

Nous sommes à votre disposition pour tout renseignement complémentaire. N'hésitez pas à nous contacter.

 

Ramon Faura, Président des Angelets de la Terra.

Tél: 06 68 89 82 71

Mail: info@angeletsdelaterra.com

Web : https://angeletsdelaterra.com/

* Ont participé à la réalisation du « Livre Blanc de Catalogne Nord »: Berenguera Sunyer (psychologue), Christian Troadec (maire de Carhaix), Coleta Planas (conseillère pédagogique de catalan retraitée et poétesse), Daniela Grau (professeur de catalan retraitée), Geneviève Labat (chef d'entreprise), Gildas Girodeau (écrivain), Jaume Gubianas (dessinateur), Joan Peytaví Deixona (professeur d'université spécialiste en toponymie), Joan Planes (co-fondateur des Angelets de la Terra), Michel Leiberich (professeur d'université retraité), Nicolas Marty (professeur d'université spécialiste d'histoire économique et sociale), Olivier Poisson (président de L'ASPHAR), Pierre Lissot (directeur de l'Office Public de la Langue Catalane), Priscilla Beauclair (graphiste et journaliste au Travailleur Catalan), Ramon Faura-Llavari (chef d'entreprise), Rémy Farré (président de l'Associació Catalana d'Estudiants), Richard Bantegny (caméraman, photographe), Rita Peix (docteure en Etudes catalanes et transfrontalières, formatrice pour l'enseignement bilingue)...

 

Collioure : connaissez-vous

 

Chantal Buigues :

 

la spécialiste d'hypnose thérapeutique confie dans le journal Le Monde, pages 22 et 23 consacrées au Discount, daté du 4 mai (2021) :

 

"Mes outils de jardinage et de bricolage comme ma machine à pain et quelques plantes viennent de chez LIDL, où je passe une fois pas semaine pour les nouveautés...Je trouve mes tubes de peinture et de la nourriture pour chat chez ACTION..."

Elle va aussi chez Gifi et ALDI... Passionnant...

 

Pourquoi avoir choisi cette personne, seul témoignage de consommatrice, dans une enquête menée dans toute la France et en Europe... ??? Est-elle si célèbre ? N'y a-t-il rien à dire de mieux à Collioure..???

 

 jpb

 

 

Soins hors d'un cadre réglementé, Hypnothérapie

 09 83 81 66 06

4 chem Croette, 66190 COLLIOURE  -

Contacter par mail

http://www.chantalbuigues.com

Partager cet article
Repost0
26 avril 2021 1 26 /04 /avril /2021 09:26
Livres de N. Berjouan et de Saut
Livres de N. Berjouan et de Saut

Livres de N. Berjouan et de Saut

humeur ou humour ? Identité du Roussillon : c'était quand, cette manif..? *  L'impression d'un monde ancien…

 

Pays catalan : identité, nationalisme, j'en ai la chair de poule !

 

Je n'ai pas défilé. Me suis défilé…

Peur de la chaleur, de l'agora, des femmes brunes en burkini et de leurs bouteilles de gaz..?

Plutôt, j'ai redouté une réaction tardive, une manif fourre-tout, salade niçoise : les Catalanistes catalanisant, les Indépendantistes criant "Cat.Nord", les Socialistes chantant avec ce catalan fantôme, "l'accent de la République française", les Communistes communiquant depuis la fête de l'Huma, la Droite écornant un instant la patrie pour récupérer quelques voix…

Ce fut une mêlée bien composite, ambigüe, aux sous-entendus bien troubles, comme d'habitude avec nos politiciens bien installés. Le peuple citoyen mobilisé (de façon bien dérisoire : 8000 ou 10 000 participants pour un département de presque 400 000 habitants, ça montre le recul de la langue, le manque de persuasion de la majorité d'appartenir à une nation catalane), s'il s'était déplacé en masse, s'il avait décidé, bien plus tôt, de bloquer le conseil régional à Toulouse ou la ville d'Argelès, villégiature de la Carole, il aurait montré le sens de l'honneur.

Or, pour la manif pépère du 10 septembre, ce "peuple" a sorti l'attirail de la foirefouille folklorique catalane : les grosses têtes, la chanson agressive de Jordi Barre (pour défendre l'Usap, fer de lance de la catalanité, descendue depuis de la première division **)…Seuls manquaient les cargols !

Quelles étaient les motivations des groupes présents : l'Indépendance du "pays catalan", une alliance régionale avec le Sud, le maintien du 66 dans le giron français, ou la simple exigence de la reconnaissance du mot catalan dans le nom de la nouvelle région..?

Et voilà le leitmotiv de l'identité ! Pour le Français vivant en Roussillon, qu'est-ce : la tradition judéo-chrétienne, la civilisation chrétienne impulsée par Charlemagne à coups de (Charles) Martel ? Est-ce le sentiment d'appartenance à une nation, créée au XIX° siècle?

Pour un Catalan des P.O., est-ce appartenir à une vieille lignée, depuis les Ibères, jusqu'à la "nation" (le Royaume, plutôt, avec les Comtes du Roussillon et l'allégeance aux Rois d'Aragon) des XII-XIII° siècles..? Comment définir ce pays, lieu d'incessants passages, qui brassa le sang des Phéniciens, des Grecs, des Romains, des Ibères, des Wisigoths, des Arabes…jusqu'aux tragiques migrations contemporaines..?

Ce sursaut d'une population, n'est-ce pas le sentiment désespéré de perdre un territoire, envahi par les immigrés et les "nouveaux arrivants"? A l'heure du déclin (département frappé par la crise, le chômage, la concurrence européenne, les échecs de l'Usap, le rejet de politiciens corrompus), ce peuple s'agrippe au mot catalan comme à une bouée de sauvetage… 

"Nous sommes Catalans", comme une incantation, mais derrière les mots, on ne perçoit pas de solution économique, politique, pas de cohérence, pas d'idéologie claire, si ce n'est le libéralisme du renard dans le poulailler d'une Europe déboussolée. 

Oui, cette manifestation joyeuse, comme un air de nationalisme: cela m'a fait penser à la manif pour Charlie, rassemblant les bons et vrais Français contre les Musulmans… 

Pour ne pas exclure la plus grande partie de la population de ce département, il faut expliquer, être clair; or ce microcosme politique n'est que contradiction et récupération.

J'en suis le premier marri, moi qui, né à Perpignan, aime tant la Catalogne. 

Qui me sens Catalan, Occitan, Européen, Citoyen du monde…C'est cette identité, Homme du Monde, qui est à rechercher. Loin des frontières et des rétrécissements !

 

JPB  * septembre 2012

** Les joueurs de l’USAP visitaient le palais des Rois de Majorque pour faire plus ample connaissance avec la culture catalane. François Rivière et l’UPVD organisent pour les joueurs étrangers des cours de Français, cette année, la volonté a été de rendre ces cours plus vivants en les intégrant dans le magnifique patrimoine de notre ville. (22.8.2014)

 

- - - A LIRE pour débattre :

* L'identité du Roussillon : penser un pays catalan à l'âge des nations (1780-2000)  Editions Trabucaire, 2011

L'identité du Roussillon : penser un pays catalan à l'âge des nations (1780-2000)

" Comment et pourquoi les Catalans du Roussillon en sont-ils venus à se dire français ? Comment ont-ils perçu les mutations culturelles qui ont accompagné ce processus de nationalisation, et comment ont-ils imaginé leur place dans l'ensemble national ? Comment, enfin, ont-ils appréhendé l'apparition d'un nationalisme catalan au sud de la frontière à partir de la fin du XIXe siècle ? Pour apporter des éléments de réponse à ces questions, ce livre propose une revue des discours qui ont cherché à définir l'identité roussillonnaise durant la période contemporaine, des descriptions provinciales de la fin du XVIIIe siècle aux livres d'histoire les plus récents.

En rendant la parole aux Roussillonnais, il veut faire entendre ce qu'ils ont dit des évolutions politiques, culturelles et sociales qui ont transformé leur territoire depuis la double révolution nationale et industrielle des années 1780. Ce faisant, il ne découvre pas une série de lamentations passéistes ou de revendications picrocholines, mais l'effort de compréhension réalisé par les intellectuels d'un petit peuple qui s'interroge sur son devenir dans un monde hostile aux cultures minoritaires. Et c'est à une réflexion bien universelle, sur l'identité, la culture, le pouvoir, qu'il invite le lecteur à partir de cette matière catalane si particulière." 

 

***Sur France Culture :

Barcelone : mémoire et identité (1830-1930)

Stéphane Michonneau

Les indépendantismes : La fabrique de l’identité catalane

LA FABRIQUE DE L'HISTOIRE

LE 10/02/2016

Emission d'archives. De quand date l'identité catalane ? Du Comté de Barcelone médiéval ? Du XIX ème et de l'industrialisation de la capitale ? Comment...

Presses universitaires de Rennes, 2007 - INTERVENANTS

  • Stéphane Michonneau
    professeur d’histoire contemporaine à l’université de Lille 3, auteur d’une thèse publiée aux PUR, intitulée « Barcelone. Mémoire et identité », l’un des contributeurs de « Histoire de l'Espagne contemporaine », ed Armand Colin.
  • Nicolas Berjoan
    Maître de conférences à l'université de Perpignan

Nicolas Berjoan est enseignant, Docteur de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales et agrégé d'histoire. 
Spécialiste des nationalismes périphériques et des mouvements régionalistes, il s'intéresse particulièrement aux réactions qu'ont suscités les processus de nationalisation français et espagnol dans les pays catalans.
Il est également chercheur associé au Centre de Recherches Historiques sur les Sociétés Méditerranéennes de l'Université de Perpignan, membre de l'Association Française des Catalanistes et membre de la Societat Catalana d'Historia de les Ciencies i Tecniques.
Il participe également à de nombreuses revues.


Il a reçu le Prix Méditerranée Roussillon en 2012 pour son ouvrage publié aux Éditions Trabucaire L'identité du Roussillon. Penser un pays catalan à l'âge des nations (1780-2000)

 

- - -à lire :

Du double « je » en Roussillon ; histoires d'identité

Robert Saut - éditions Balzac (1916)

 

« ... Un Catalan est très fier d'être catalan. Et il sait le montrer. Aujourd'hui, la présidente Carole Delga a décidé de baptiser la nouvelle Région « Occitanie », estimant peut être que « Perpignan l'Occitane » sonnait plus juste que « Perpignan la Catalane ». En faisant fi de l'histoire de ce pays, elle a réussi à mobiliser les Catalans du Nord autour de leur identité bafoué. Par quelles traverses, quels compromis, quels renoncements cette terre est-elle devenue française, sans toutefois renier ses racines ? Et l'est-elle devenue sans partage et sans esprit de retour ?


Pour répondre à ces questions, Robert Saut nous propose quelques pistes sous forme de chroniques ayant pour dénominateur commun l'acculturation de notre pays, implicite ou manifeste, forcée ou consentie. Aujourd'hui, le double « Je » des Roussillonnais - catalan et français - est toujours vivace mais tiraillé d'un côté par un État jacobin qui craint sa catalanité et de l'autre par une minorité catalaniste qui remet en cause sa francité. En équilibre instable donc, à l'image de son économie, et balançant entre raison et utopie, authenticité et folklore.On peut dire des Roussillonnais de socarrels (de souche et de racines), qu'ils se sont toujours fait « une certaine idée » du Roussillon, espagnol avant 1659, français depuis, mais toujours catalan. Terre de deux cultures depuis plus de trois siècles, et de double identité, contestée par les tenants du tout ou rien, jacobins contre catalanistes.

Partager cet article
Repost0
21 avril 2021 3 21 /04 /avril /2021 10:28
Votre notaire vous écrase - Vallon (près des Pessons) pour le projet d'aéroport - Aéro-porC
Votre notaire vous écrase - Vallon (près des Pessons) pour le projet d'aéroport - Aéro-porC
Votre notaire vous écrase - Vallon (près des Pessons) pour le projet d'aéroport - Aéro-porC

Votre notaire vous écrase - Vallon (près des Pessons) pour le projet d'aéroport - Aéro-porC

  • En droit, l’Article L. 1152-1 du Code du travail dispose que : « Aucun salarié ne doit subir les agissements répétés de harcèlement moral qui ont pour objet ou pour effet une dégradation de ses conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d’altérer sa santé physique et mentale ou de compromettre son avenir professionnel».

 

  • De Rivesaltes à Perpignan : certains notaires laissent fructifier l'argent qu'ils vous doivent pendant des mois, des années, sans rien vous dire… D'autres sont complices de ventes immobilières réservées à des copains…enfin, certains, de Rivesales ou de l'avenue de la gare à Perpignanouze, harcèlent leurs salariés : Le tribunal correctionnel de Perpignan a rendu son délibéré en faveur de l'ex-employé d'une des plus importantes études du département.

 

  • Le ton était très vite monté lors de l'audience du 11 février 2021 devant le tribunal correctionnel de Perpignan : le président avait exclu de la salle la notaire jugée pour harcèlement moral sur un de ses clercs…

 

  • Témoignage : Laetitia (mardi, 23 février 2021 14:18)


    E-mail: laetitiaroquefort.1988@outlook.com

    Message: Bonjour, dans le cadre de mon contrat de professionnalisation, et depuis bientôt deux ans au sein de mon étude, je fais face à de nombreux comportements, ainsi que des faits attestant, de comprendre assimilable à un harcèlement au travail . Aujourd'hui encore je me suis fait traiter de minable, ayant un maître de stage qui ne respecte aucunement ses engagements contractuels. J ai énormément de questions relatives aux circonstances et aux recours possibles . Jusqu'à présent je me contente de contrer les menaces d un nouvel avertissement, injustifié via des écrits et une tentative d apaisement à l'amiable. Il est évident que ne voulant pas prendre la porte , mon employeur va aller jusqu'au bout afin d'obtenir un licenciement.
    Je vous remercie.

 

  • #2  réponse :
    Admin
    (mardi, 23 février 2021 14:23)

    Bonjour Laetitia,
    Je vous remercie pour votre témoignage.
    Il semblerait que ces phénomènes de harcèlement, parfaitement inacceptables soient assez récurrents dans le notariat...
    Je pense qu'il doit être très difficile de se défendre ...
    Bien cordialement

- - -

 

Reportage — Nature (copié-collé - site de reporterre)

 

Un projet d’aéroport pour les riches menace un joyau des Pyrénées

 

Construire un aéroport au milieu d’un vallon qui abrite de nombreuses espèces, c’est le projet prévu en Andorre. Une construction énergivore aux conséquences irréversibles sur l’écosystème, qui crée l’ire de nombreux habitants et élus.

Le poste frontière entre la France et Andorre est noyé sous un épais brouillard. Les douaniers se sont réfugiés dans un préfabriqué, emmitouflés dans leur manteau. Quelques kilomètres plus loin, le col d’Envalira (« Port d’Envalira » en catalan) est l’unique passage routier reliant les deux pays. À 2 409 mètres d’altitude, il barre la route aux nuages. Là se dévoilent la majestueuse Principauté et ses sommets enneigés, brillants sous les rayons du soleil printanier. Sur les hauteurs, la vue sur le vallon est spectaculaire. Il apparaît comme un endroit hors du temps. Mais qui pourrait être amené à disparaître.

Le 16 mars dernier, la Chambre andorrane de commerce, d’industrie et de services (CCIS) a en effet dévoilé au public son projet visant à construire un aéroport international sur ce site naturel. Une vidéo de simulation présente un Airbus A320 survolant plusieurs villages montagnards. L’appareil se pose sur la piste d’atterrissage, à l’endroit même où repose actuellement l’ancienne cabane d’un vacher, désormais abandonnée. De luxueuses boutiques, telles Prada ou Chanel, ont pris la place des plantes et des arbres. Sur un parking, Mercedes, Lamborghini et autres voitures peuplent les environs, à défaut des animaux.

Et dire qu’il y a « quelques décennies, les troupeaux venaient paître dans ces tourbières.... », soupire le biologiste Marc Mossoll, inquiet de la menace qui pèse sur ce panorama. Près de lui, deux bergeronnettes grises s’amusent sur un rocher. La brise caresse les colchiques. Une rivière se faufile entre les sapins, parmi lesquels des personnes accroupies dans l’herbe ramassent de la salade sauvage, « très appréciée ici », et elles aussi menacées par le projet.

« Cette zone humide regorge d’une multitude d’espèces animales et végétales »

Le défi technique est de taille. Culminant à près de 2 000 mètres d’altitude près de la frontière avec les Pyrénées-Orientales, l’aéroport pourrait voir le jour d’ici 2024 pour la somme de 344 millions d’euros. Capable de recevoir des Boeing 737, l’unique piste mesurerait 1 800 mètres de long pour 45 mètres de large. Un demi-million de passagers serait ainsi accueilli chaque année, en provenance de Russie, d’Asie et du golfe Persique.

« Je refuse que notre patrimoine naturel soit mis à sac par une élite financière qui traverse la planète en avion pour venir skier ici deux jours ! » Personnage imposant à la voix douce, Carles Iriarte préside l’Association andorrane de protection des animaux, des plantes et de l’environnement (Apapma). Avec Marc, il tente d’éveiller les consciences sur le désastre écologique que promet un tel projet : « Cette zone humide regorge d’une multitude d’espèces animales et végétales à préserver. L’an dernier et pour la première fois, on y a observé des cuivrés de la bistorte (Lycaena helle), un papillon très rare indicateur de biodiversité. 

Marc Mossol, biologiste en charge du suivi du grand tetras pour l’Uicn.

Cerfs, isards, lagopèdes… Les pinèdes adjacentes constituent un précieux refuge pour affronter les rudes conditions de vie hivernales. Un gallinacé préoccupe particulièrement Marc Mossoll : le grand tétras (Tetrao urogallus).

« Il ne reste que deux mâles et deux femelles de grand tétras dans la zone. »

Chargé de son suivi pour l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), le biologiste andorran craint que le célèbre oiseau noir ne survive pas à l’aéroport : « Il ne reste que deux mâles et deux femelles dans la zone. En hiver, ils se nourrissent d’épines de pins et de bois, et passent 80 % de leur temps sans bouger. Ils puisent constamment sur leurs réserves, donc respecter leur tranquillité est primordial. »

Le grand tétras est une espèce classée vulnérable par l’UICN.

En quinze ans, leur nombre a été divisé par deux en Andorre. Principale cause de ce déclin : les stations de ski, dont la superficie occupe 10 % de la Principauté et empiète sur leur territoire. L’ajout des nuisances sonores liées au futur aéroport pourrait bel et bien sonner le glas de cette fragile population.

 

Le vallon dans lequel l’aéroport pourrait être construit.

Un million de litres de kérosène dans le ciel d’Andorre

Autre préoccupation des habitants : « La Valira d’Orient », indique Marc de son accent catalan à couper au couteau, en pointant la rivière. Revêtu de cuissardes, un pêcheur tire brusquement sur sa canne. Bredouille, il la replonge un peu plus loin. « La rivière est alimentée par le cirque d’origine glaciaire des Pessons, qui se trouve juste au-dessus. Allez savoir dans quel état seront les eaux, une fois passées par l’aéroport, pour tous les villages se trouvant en aval… », s’interroge le biologiste.

En outre, de nombreuses questions relatives aux répercussions collatérales du projet restent sans réponse. Comment s’organisera la gestion des résidus ? Quelle consommation d’énergie représenteront les systèmes de dégivrage des pistes, indispensables dans de telles conditions météorologiques ? Quelle quantité de gaz à effet de serre sera rejetée par les camions acheminant le kérosène depuis la France ou l’Espagne ?

 

Un pêcheur andorran dans le vallon.

Composée de citoyens désireux de faire du train le moyen de transport alternatif en Andorre, l’association AndRail a calculé l’empreinte carbone que représenteraient douze vols quotidiens : « Les Airbus A320 consomment 2 918 litres de carburant par heure. Si l’on compte entre cinq et dix minutes de vol au-dessus de la Principauté, ils brûleraient ainsi plus d’un million de litres par an uniquement dans le ciel andorran, détaille Sebastià Mijares i Verdú, porte-parole du collectif.Aujourd’hui, 41 % de nos émissions de CO2 résultent des véhicules en provenance de l’étranger. Cette infrastructure ne réduira d’aucun degré ce pourcentage, elle y contribuera au contraire de façon disproportionnée. »

Le petit pays pyrénéen n’est pas isolé des effets du dérèglement climatique. Au cours du dernier demi-siècle, il a enregistré une augmentation moyenne de la température de 0,36 °C par décennie. Face à ce constat, Sílvia Calvó Armengol, ministre de l’Environnement de la principauté, a présenté le 5 novembre 2020 la Stratégie nationale de l’énergie et de lutte contre le changement climatique. Cette feuille de route détaillait les mesures devant permettre le respect des engagements internationaux de neutralité carbone d’ici 2050. Parmi les trois principaux secteurs polluants pointés du doigt, figurait la mobilité. Un retournement de situation que la ministre, contactée par Reporterre, n’a pas souhaité commenter.

 

La Valira d’Orient, la rivière du site.

« Ils n’y connaissent rien ! »

« L’objectif prioritaire est d’assurer la minimisation des dommages environnementaux à travers diverses mesures compensatoires sur le milieu naturel. » Dissimulée dans la douzaine de pages que compte le communiqué écrit en catalan, cette phrase traduit le manque de connaissances de la Chambre de commerce en matière de développement durable : « Ils disent vouloir planter des arbres pour compenser l’aéroport, souligne Marc, exaspéré. Mais ils n’y connaissent rien ! La régénération forestière se fait naturellement ici, des milliers d’arbres poussent chaque année. C’est réellement nul, du pipeau ! »

L’étude de faisabilité technique étant achevée, l’avenir de ce projet repose désormais entre les mains de l’actuel gouvernement de centre droit. Mais aucune loi ne lui impose de réaliser une étude d’impact environnemental avant le début de l’ouvrage. Il est simplement fait mention, dans la loi sur la biodiversité de 2019, que « l’action des administrations doit être orientée vers la préservation du paysage de la Principauté […] en suivant les principes du développement durable ».

« Un projet aberrant, daté d’un autre siècle »

Un texte fragile, que le pouvoir parvient aisément à contourner, selon Carles Iriarte, de l’Apapma : « À Soldeu, le village voisin, la rivière a été recouverte par une passerelle grande comme deux terrains de foot. Celle-ci doit permettre aux skieurs de rallier leurs hôtels. Bien que cette construction soit néfaste à l’écosystème, le gouvernement l’a qualifiée de"projet d’intérêt national". Résultat : la loi sur la biodiversité est passée à la trappe. »

 

Carles Iriarte, président de l’association Apapma.

Parmi les principaux élus de l’opposition siégeant au conseil général d’Andorre, Roger Padreny Carmona demande la transparence totale de l’État sur ce projet : « La population devra avoir le dernier mot lors d’une consultation citoyenne », dit-il à Reporterre. De l’autre côté de la frontière, les élus français ont appris la nouvelle avec stupéfaction dans la presse locale : « Malgré ma casquette de vice-présidente d’Occitanie, je n’ai pas eu la moindre information ni le moindre échange avec la Principauté, nous a rapporté Agnès Langevine. J’espère qu’Emmanuel Macron, avec son statut de coprince, se penchera vite sur le dossier. » Député de l’Ariège, département frontalier, Michel Larive déplore, lui, « un projet aberrant, daté d’un autre siècle ».

Pour l’heure, les partisans de l’aéroport axent leur défense sur le besoin de consolider la souveraineté du pays. Un argument étonnant quand le capital envisagé pour financer les travaux provient de Turquie ou de Chine.

 

C’est maintenant que tout se joue…

La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale dans le traitement de l’actualité.
Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :

  • celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Reporterre est géré par une association d’intérêt général, à but non lucratif. Nous pensons qu’un média doit informer, et non être un outil d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
  • celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre accès, sans aucune restriction. Nous considérons que s’informer est un droit essentiel, nécessaire à la compréhension du monde et de ses enjeux. Ce droit ne doit pas être conditionné par les ressources financières de chacun.
  • celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation, elle-même encouragée par la publicité. Le journal n’affiche donc strictement aucune publicité. Cela garantit l’absence de lien financier avec des entreprises, et renforce d’autant plus l’indépendance de la rédaction.

En résumé, Reporterre est un exemple rare dans le paysage médiatique : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité.
Le journal emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produisent chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Nous faisons cela car nous pensons que la publication d’informations fiables, transparentes et accessibles à tous sur ces questions est une partie de la solution.

Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre, et de plus en plus de lecteurs comme vous soutiennent le journal. Les dons de nos lecteurs représentent plus de 98% de nos ressources. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Partager cet article
Repost0
16 avril 2021 5 16 /04 /avril /2021 11:47
Culture à Perpinyà : DYNAMO école de cinéma itinérante - Catalogne (news from)
Culture à Perpinyà : DYNAMO école de cinéma itinérante - Catalogne (news from)
Culture à Perpinyà : DYNAMO école de cinéma itinérante - Catalogne (news from)

 

- - -DYNAMO école de cinéma itinérante Perpignan - Occitanie

 

Adresse : 37 Rue Georges Courteline, 66000 Perpignan

Horaires :  Ouvre à 09:30 (mer.) Téléphone : 09 73 26 05 49

 

DYNAMO, c’est la rencontre entre un public amateur et des cinéastes professionnels, qui partagent le même désir d’expérimenter, ensemble, les gestes et techniques de l’image.

Ateliers collectifs tous publics (+7 ans) pour manipuler le matériel de prise de vues et de sons, développer ses capacités créatrices, participer à la réalisation d’une œuvre commune, et s’intégrer dans le processus de fabrication d’un film.

Créé en 2017  à Perpignan, l’atelier DYNAMO a posé ses caméras au Musée Régional d’Art Contemporain de Sérignan, au Théâtre l’Archipel, à l’Institut Jean Vigo, …

DYNAMO est également partenaire du dispositif d’éducation à l’image Passeurs d’images.

Retour sur le stage « Trucages à la Méliès » qui vient de se dérouler au centre d’art contemporain à cent mètres du centre du monde. Les enfants se sont inspirés des oeuvres de l’artiste Rosa Loy, pour créer un petit court-métrage…

 

DOCDOC  L’atelier de céramique Sant Vicens

Sant Vicens est un haut lieu des arts du feu à Perpignan. Les élèves de l'école Dynamo filment la créatrice Claire Bauby dans son atelier, de la phase de dessin initial à la cuisson finale. Réalisé par Sophie Flament, Line Van Enis et Argann Fornier Avec la participation de Louise...

PIXILATION  Le musée électrique

Synopsis: Un groupe d'enfants visitent un musée entièrement automatisé. Les chaises se déplacent toutes seules et entrainent les visiteurs dans un étrange ballet, au milieu des oeuvres d’art. Ce film rend hommage à "Hotel eléctrico" réalisé en 1908 par Segundo de Chomón, pionnier de l'animation en stop motion. Le film fait...

 

Ça jongle ! Le cinéma, image par image

Stage Dynamo vacances spécial enfant : Le cinéma, image par image. Trois jours en immersion pour découvrir les pionniers du cinéma et les principes fondamentaux de l’image en mouvement : atelier storyboard, séance photo dans un vrai studio avec du matériel professionnel, fabrication de personnages et décors en papier découpé,...

ARTS VISUELS   Stage photo au théâtre de l’Archipel

Durant 3 jours, sous le regard d'Olivier Moulaï cinéaste, et d'Anna Thibaut chorégraphe, 12 enfants et adolescents découvrent le Théâtre de l'Archipel, ses artistes et ses techniciens. Ils expérimentent la photographie et l'éclairage, avec une attention particulière portée à l'architecture. Chacun photographie une séquence de 12 images qui s'enchaineront pour...

ARTS VISUELS   Moulin d’images

A l'origine de cet atelier, un projet artistique d'un collectif d'artistes : Anna Thibaut danseuse, Olivier Moulaï cinéaste et Sébastien Fenner plasticien, dans le cadre du dispositif Les Portes du Temps à la Forteresse de Salses avec des enfants des accueils de loisirs Francas. Découvre le patrimoine au travers de la...

ARTS VISUELS   Sur les traces du taureau ailé

Sur les traces du taureau ailé nous fait voyager, à travers des archives et des témoignages, dans les vies de Richard et Philippe, qui sont deux côtés d'une même histoire avec des destins croisés; celle des Indochinois de la Camargue, venus implanter la riziculture intensive dans la France deMÉLIÈS

 

LE TABLEAU : COURT-MÉTRAGE DE FICTION

Synopsis:
Au centre d’art, un mystérieux tableau semble posséder un pouvoir magique, celui de faire disparaître ou apparaître les visiteurs.

Imaginé et réalisé par :
Alexis, Elia, Nolan, Samuel et Tesssa

Produit dans le cadre du stage « Trucages à la Méliès » au centre d’art contemporain « àcentmètresdumonde », Perpignan, du 21 au 23/10/2019

Encadrement artistique : Olivier Moulaï

 

L'ASSOCIATION DYNAMO REGROUPE DES CINÉASTES ET DES PROFESSIONNELS DE L'IMAGE EXPÉRIMENTÉS, QUI MÊLENT UNE PRATIQUE ARTISTIQUE PERSONNELLE À UNE DÉMARCHE DE MÉDIATION CULTURELLE.

Après un cursus fondé sur l’art, son histoire, ses pratiques, et six années d’enseignement des arts visuels à l’Éducation Nationale, Aurélie Albaret a entrepris en 2008 une carrière indépendante dans le domaine de la réalisation audiovisuelle. Certaines de ses collaborations lui ont valu de diffuser ses films dans des expositions temporaires, des serious games (jeux en ligne de type pédagogique), des MOOC (Massive Online Open Course : cours accessibles à tous et gratuitement sur Internet), des conférences.

www.youtube.com/user/AAlbaret

*** Olivier Moulaï

Réalisateur et monteur vidéo depuis 2007, Olivier Moulaï a réalisé une quinzaine de documentaires dans le domaine du patrimoine culturel dont un long-métrage en 2016,Renaissance sur les mines de fer abandonnées du Canigou, programmé dans le cadre du Mois du documentaire. Parallèlement, il intervient en milieu scolaire et dans le cadre de dispositifs d’éducation à l’image : Institut Jean Vigo, Occitanie films, Fédération des oeuvres laïques, etc…

www.lesfilmsdugerris.com

 

*** Laëtitia Lazizi

De formation à l’INA et aux Rencontres Photographiques d’Arles, Laëtitia Lazizi est à la fois artiste photographe et vidéaste. Elle a réalisé plusieurs films de commande ainsi que des créations personnelles dont Le goût de la vie en 2015, programmé au Mois du film documentaire. Elle travaille en collaboration avec la compagnie Le Théâtre Chez Soi, et mène des ateliers de formation audiovisuelle.

www.laetitialazizi.com

 

Au mois d’octobre dernier, ouvrait à Perpignan l’école de cinéma et d’arts visuels Dynamo.

Aujourd’hui, Dynamo développe aussi ses ateliers hors les murs.

A l’invitation du Musée régional d’art contemporain à Sérignan (MRAC), Olivier Moulaï et Laëtitia Lazizi ont mené un atelier « pixilation » ou la magie du cinéma d’animation, avec des enfants. Au terme de ces trois jours, voici leur réalisation :
durée 1’30

A venir : stage « reportage & création vidéo » sur un métier d’art, à l’atelier de céramique Saint-Vicens créé en 1942 et fréquenté par de nombreux artistes dont Jean Lurçat.

Suivre l’actualité de l’école sur www.dynamo-cinema.com

Dynamo école de cinéma Perpignan est à Atelier D'urbanisme.

9 juillet 2020 : Film stop-motion réalisé par

Nolan Borrat, Jeanne Moulaï, Violetta Dael, Eva Giovannoli, Alexis Bouyer et Clara Levasseur

Animé par Olivier Moulaï

En partenariat avec l’Atelier d’Urbanisme de Perpignan

2020 © Dynamo

Musique Bilude Composed by Pierre Schaeffer

© Maison ONA 2018 Performed by Minka Roustcheva (piano).

℗ Pierre Schaeffer 1979

avec l’aimable autorisation de Jacqueline Schaeffer

Culture : Nouvelles de Catalogne dans le monde

Ouverte l'inscription aux examens pour l'obtention des certificats internationaux de langue catalane

La période d’inscription aux épreuves pour l’obtention des certificats internationaux de langue catalane de l’Institut Ramon Llull (IRL) est ouverte entre le 7 et le 27 avril 2021. Le paiement des droits d’examen s’effectuera au moment de l’inscription sur le bureau virtuel. Les épreuves auront lieu entre le 8 et le 22 mai et les résultats seront publiés en ligne sur le site de l’IRL dès le 22 septembre. Les personnes ayant passé l’examen avec succès pourront y télécharger leur diplôme. L’IRL est l’autorité de certification officielle pour les examens de catalan en tant que langue étrangère. Les niveaux reconnus, conformes au Cadre européen commun de référence pour les langues, sont au nombre de cinq.

ARTS.  BARCELONE, 2021

 

L'Institut Ramon Llull présente « Melting Spaces: When Restrictions become Options »

Après une année d’urgence sanitaire mondiale, artistes, conservateurs, chercheurs et institutions culturelles brouillent plus que jamais les frontières entre le numérique, l’espace public et les manières traditionnelles de se réunir pour partager des expériences culturelles. 

 

Depuis mars 2020, tous les opérateurs ont été forcés de trouver des moyens alternatifs aux rencontres de groupes en présentiel. C’est pourquoi cette série de conférences propose une réflexion sur la manière dont les pratiques culturelles ont changé et une analyse de celles qui ont évolué. On construira un espace d’ouverture pour discuter sur comment tirer les leçons de cette situation, pour partager des chances et des difficultés, pour évaluer la transformation numérique, pour découvrir des espaces publics en mutation et pour mettre sur le tapis le rôle des institutions publiques qui promeuvent la culture à l’étranger. 

 

Un projet organisé par l’Institut Ramon Llull en collaboration avec le Goethe Institut. Animé par Aina Tur et Gila Kolb.

 

ARTS.  BARCELONE,  01/03/2021

 

Lancement de six appels à projets pour la traduction

et la promotion internationale

 

Ouverture de l’appel public à propositions concernant des aides pour l’internationalisation de la littérature et des arts visuels catalanes, octroyées par l’Institut Ramon Llull. Trouvez dans cet article l’information principale des aides.

CULTURE.  EN LIGNE,  09/04/2021

 

Du théâtre catalan contemporain et des politiques culturelles avant l'heure au Centre d'études catalanes de la Sorbonne en avril

 

En partenariat avec l’Institut Ramon Llull et toujours en ligne, le Centre d’études catalanes accueille entre avril et juin jusqu’à huit séances autour de l’histoire et la culture catalanes. En avril l'agenda comprend deux séances de théâtre du cycle La literatura catalana en tots els accents, l’une avec la projection en ligne de Solitud, de Víctor Català, mise en scène par le Teatre Nacional de Catalunya et l’autre avec la dramaturge Helena Tornero ; en plus d'une conférence du groupe de recherche CRIMIC à charge de Lluís Quintana.

LITTÉRATURE.

 

L'Institut Ramon Llull et le CCCB impulsent à l'international la pensée contemporaine écrite en catalan

 

Le 25 mars l’Institut Ramon Llull et le Centre de Cultura Contemporània de Barcelona (CCCB) ont accueilli une séance de présentation de leurs programmes de promotion culturelle catalane à l’international suivie d’une table ronde autour du sujet de la liberté après un an de pandémie. Intitulée « Trois regards sur la liberté », la rencontre a compté avec la participation de la philosophe et écrivaine Marina Garcés, la réalisatrice, productrice et essayiste culturel Íngrid Guardiola et l’écrivain, traducteur et helléniste Raül Garrigasait.

LANGUE.  EN LIGNE

 

« XarxaLlull aixeca el teló » : Les lectorats internationaux de catalan fêtent la Journée mondiale du théâtre avec le Teatre Nacional de Catalunya

 

L’Institut Ramon Llull et le Teatre Nacional de Catalunya ont mis en place un accord pour donner accès aux enseignants des lectorats internationaux de catalan à la plateforme TNCDigital, qui réunit plusieurs productions théâtrales enregistrées en 4K et en résolution multi-caméras. Pour le moment, ce partenariat propose trois œuvres sous-titrées en catalan, espagnol, anglais et français. Avec ce dispositif, professeurs et étudiants peuvent compléter et approfondir leur connaissance de la tradition littéraire et théâtrale catalane grâce à l’essor actuel des programmations en ligne.

 

L'art immersif de l'artiste et chercheur catalan Joan Soler-Adillon arrive au festival Les Ailleurs de Paris

Avec la pièce The Smallest of Worlds, l’artiste catalan propose un voyage immersif au fond des espaces de vie en tant que contenant de nos histoires individuelles. Le festival Les Ailleurs, organisé par Fisheyes et La Gaîté Lyrique, est un nouveau rendez-vous dédié aux expériences immersives et aux créations en format numérique. Du 6 avril au 11 juillet en ligne et en présentiel dès que possible.

ARTS DE LA SCÈNE.  MONTPELLIER/ EL LIGNE

 

L'univers de Lluïsa Cunillé au centre d'une journée d'études sur le théâtre catalan contemporain à l'Université Paul Valéry de Montpellier

 

Lundi 12 avril, de 10h30 à 16h30, aura lieu la "Journée d’Étude Théâtre catalan contemporain: l’univers de Lluïsa Cunillé", dont la pièce Islàndia est au programme de l’épreuve de catalan de l’agrégation d’espagnol 2020-2021. La rencontre, organisée par Sandrine Frayssinhes Ribes et Maria Llombart Huesca, s'inscrit dans l'activité du laboratoire ReSO de l’Université Montpellier 3, en partenariat avec l’Association Française de Catalanistes AFC. Elle se tiendra en format hybride, en présentiel sur le site de Saint Charles, et en visioconférence.

CINÉMA.  EN LIGNE

Le cinéma de Carla Simon et Maria Ripoll présenté aux étudiants de catalan des universités françaises

Les universités de Grenoble Alpes, Lyon II, l’ENS de Lyon et le Centre d'études catalanes de la Sorbonne organisent un cycle de cinéma catalan avec les films Estiu 1993, de Carla Simón, et Rastres de sàndal, de Maria Ripoll. Dans ces deux long-métrages, les deux réalisatrices abordent depuis des points de vue différents la construction de soi à partir d'une enfance compliquée. Les étudiant.e.s de langue catalane pourront accéder aux films en ligne, puis iels auront l’occasion de participer à une table ronde avec la réalisatrice Maria Ripoll.

Partager cet article
Repost0
25 février 2021 4 25 /02 /février /2021 10:03
Canigou - Affiche et graffiti à Perpignan 2018 - L. Aliot sur CNEWS (C) L.Ferrer
Canigou - Affiche et graffiti à Perpignan 2018 - L. Aliot sur CNEWS (C) L.Ferrer
Canigou - Affiche et graffiti à Perpignan 2018 - L. Aliot sur CNEWS (C) L.Ferrer
Canigou - Affiche et graffiti à Perpignan 2018 - L. Aliot sur CNEWS (C) L.Ferrer

Canigou - Affiche et graffiti à Perpignan 2018 - L. Aliot sur CNEWS (C) L.Ferrer

Actions culturelles à Perpignan :

Meeting of styles… en 2021..?

 

De: Perpignan Culture <perpignan.culture@mairie-perpignan.com>

Objet: RE: Meeting of styles cette année ?

Date: 22 février 2021 11:31:14 UTC+1

À: lise thely <lise.thely@gmail.com>

Bonjour,

En réponse à votre demande, je vous informe que pour le moment, les organisateurs du MOS à Perpignan ne se sont pas rapprochés de la Ville pour faire connaître leurs intentions quant à une édition en 2021.

Restant à votre disposition,

Bien cordialement.

PERPIGNAN CULTURE - MAIRIE DE PERPIGNAN

 

*Culture à Perpignan : Meeting of styles… en 2021..? - 

LE MOS FRANCE C’EST QUOI ?

Le Mos France est l’une des étapes les plus prestigieuse de la planète car elle se déroule dans un lieu historique. L’intégralité

des oeuvres sont réalisées sur des structures en panneaux bois surdimensionnés, spécialement mis en place pour l’évènement.

Chaque année une sélection de 50 artistes internationaux reconnus dans le monde entier est invitée à peindre en live les 1200m² de surface afin de créer une galerie d’art géante à ciel ouvert

LE MOS FRANCE C’EST QUI ? L’association U.I.S.C. – Union Internationale de la Street Culture a pour but de promouvoir et diffuser la
culture urbaine principalement sous forme d’événements ! De nombreuses rencontres humaines, artistiques et professionnelles ont permis à l’U.I.S.C de se structurer, d’évoluer et de se professionnaliser grâce aux compétences, au savoir-faire de chacun et au dévouement d’une équipe de passionnés. Ces évolutions ont conduit à l’organisation du MOS France – Festival International de Graffiti. En effet, depuis 2010, l’association U.I.S.C. représente chaque année l’étape Française du Meeting Of Styles (MOS), qui est tout simplement l’événement itinérant de référence en matière de Graffiti à l’échelle mondiale depuis plus de 15 ans. Depuis 2011, l’U.I.S.C est accueillie chaque été par la Ville de Perpignan et organise le festival dans l’enceinte de l’Arsenal, bâtiment classé monument historique.

- - -

Débat sur le nom du département des Pyrénées-Orientales: 66 ou Pays catalan ou Catalogne..?

1. points de vue :

Bonjour,

voici une prise de position "sur le vif", assortie d'une photographie de qualité, issue de CNEWS.

Bien à vous. LF.

 

** Louis Aliot défend le nom “Occitanie - Pays Catalan” sur CNEWS

Ce mardi 23 février à 8h25, sur CNEWS, le maire de Perpignan, Louis Aliot, a prononcé le nom de région “Occitanie - Pays Catalan”.

Lien vidéo : https://youtu.be/z2u2ilWlY_I

Que l’on soit de droite, du centre ou de gauche, comment ne pas saluer cette affirmation identitaire sur un média national ?

Contre le négationnisme géographique qui dilue Perpignan, Collioure, Font-Romeu (etc) dans un magma occitanien, les Patriotes Catalans saluent ce geste d’affichage. Désormais, il faut aller plus loin, en additionnant les forces de tous bords, pour réhabiliter le Pays Catalan, honteusement banni par la présidente régionale Carole Delga et par un certain nombre d’élus de notre département 66, trop heureux de percevoir ses subventions.

Laetitia Ferrer, coordinatrice

patriotescatalansmail@gmail.com

2. Pour moi, c'est Catalogne car ce fut toujours son nom...JPB

 

3. Poème de Joan Iglesis

 

Mon pays

 

Mon pays est une jeune fille au cœur lourd

Que le massif crayeux des Corbières protège

Des assauts d'un vent fou dont le rire rend sourd,

Démon né de quelque terrible sortilège.

 

Mon pays est une jeune fille aux yeux doux

Dans lesquels le sculpteur, le peintre ou le poète

Voient la source couler au pied du Canigou

Et Collioure aux quartiers éclairés par la fête.

 

Mon pays est une jeune fille aux pieds nus

Qui marche dans les champs en dépit des blessures

Que l'existence inflige à ses membres menus,

Si pauvre qu'elle ne peut porter de chaussures.

 

Mon pays est une jeune fille aux cheveux

Que la marinade amoureusement caresse

Et que le vent d'Espagne au long souffle nerveux

Fait frémir sous d'étranges bouffées de tendresse.

 

Mon pays est une jeune fille aux chansons

Qui viennent apporter à l'oreille autochtone

Ces cris d'espoir, montant de tous les horizons,

Qui naissent au printemps et meurent en automne.

 

Mon pays est une jeune fille qui dort ;

La nature, en avril, lui fait une litière

De mimosas, de genêts et de boutons d'or

Et pose un long baiser sur tout son corps de pierre.

 

Jean Iglesis

Partager cet article
Repost0
2 février 2020 7 02 /02 /février /2020 08:32
M.Bougain : partage de la Catalogne -  Retirada au Boulou et à Port-Vendres - David Domènech Baró - Carles Pons - Louisiane à la maison de la Région -
M.Bougain : partage de la Catalogne -  Retirada au Boulou et à Port-Vendres - David Domènech Baró - Carles Pons - Louisiane à la maison de la Région -
M.Bougain : partage de la Catalogne -  Retirada au Boulou et à Port-Vendres - David Domènech Baró - Carles Pons - Louisiane à la maison de la Région -
M.Bougain : partage de la Catalogne -  Retirada au Boulou et à Port-Vendres - David Domènech Baró - Carles Pons - Louisiane à la maison de la Région -
M.Bougain : partage de la Catalogne
 
-  Retirada au Boulou et à Port-Vendres -

 

David Domènech Baró - Carles Pons -
 
Louisiane à la maison de la Région -

Programme complet (modifié) "La Retirada" sur les chemin de l'Exil

 

31/01/20 17:21

Médiathèque Le Boulou

Journée de la Retirada 
sur les chemins de l'Exil
1er février 2020
Le Boul
ou

 

Programme complet 

• LA RETIRADA - SUR LES CHEMINS DE L’EXIL

 

• Du 19 Février au 28 Mars
MAISON DE L’HISTOIRE

Exposition de photos : « Regards sur l'exode des femmes et des enfants en 1939 » (prêt Amicale des Guérilleros).


 Du 1er Février au 31 Mars 2020
MAISON DE L’EAU ET DE LA MEDITERRANEE

Exposition 10 photos « Aiguat 1940 et ses conséquences sur le camp d’Argelès sur Mer » (Prêt de photos par le Mémorial d’Argelès sur Mer).
Entrée libre - Renseignements au 04.68.87.50.10 ou accueil@mem-leboulou.fr


• Du 3 Février au 29 Février
MEDIATHEQUE

Exposition de dessins d’enfants réfugiés à la Colonie de Cerbère (prêt de l'association Objectif/Perspective de Cerbère).

 

• Samedi 1er Février
Cérémonie officielle

11h00 : Pose d’une plaque, Square des Albères Catalanes -  Avenue Jean Moulin, en mémoire des camps provisoires, installés à différents endroits de la ville du Boulou, en 1939. Verre de l’amitié à la Médiathèque.
15h00 : Retirada Présentation du livre : Collioure… les jours bleus d’Antonio Machado (Editions Trabucaire) par Serge Barba, lecture et chants d’oeuvres du poète par Mario Montané Médiathèque (04 68 83 75 00) - Entrée libre.
20h30 : Court métrage « Aqui y alli » et film « La pata quebrada » (La femme aux fourneaux) - cinéma « Le Majestic » - Gratuit.
 

• Vendredi 14 février
18h30 : Conférence « L’exode du trésor artistique de l’Espagne en 1939 par Serge Barba en partenariat avec la Maison de L’Histoire et de la Médiathèque. Entrée libre.

 

• Mercredi 19 Février 2020
18h30 : Vernissage Exposition de photo « Regards sur l'exode des femmes et des
enfants en 1939 » (prêt Amicale des Guérilleros) - Maison de l’Histoire - Entrée libre.

Mercredi 4 Mars 2020
De 14h30 à 16h30 « Guernica » de Pablo Picasso - Atelier « arts plastiques »
Intersites (EDA / Médiathèque) 8/12 ans (12 places/Contact : 04 68 83 36 32) - Gratuit.


Mardi 10 Mars 2020
18h30 : Spectacle musical Maison de l’Eau et de La Méditerranée - Entrée libre.
« Il était une fois la Retirada... » les réminiscences et pensées d 'un petit garçon fils de réfugiés Républicains espagnols.
Avec le duo Enrique SALVADOR chants et percussions, Maxime Creutser, pianiste,
professeur de piano au Conservatoire de Perpignan Renseignements au 04.68.87.50.10 ou accueil@mem-leboulou.fr

 

Maison de l'Histoire 

Nathalie Zanolin
Espace Culturel Teresa Rebull
Avenue Léon-Jean Grégory
66 160 Le Boulou
maisondelhistoire@mairie-leboulou.fr
Tel : 04.68.83.75.01

 

 

• Du 18 février au 28 mars 2020
ESPACE DES ARTS

Exposition sur la RETIRADA Entrée Libre du mardi au samedi inclus (hors jours fériés). Contact : 04 68 83 36 32 Rens : www.espacedesarts.pro

Au rez-de-chaussée : Exposition grands formats de photographies « sur les chemins de l’exil » avec témoignages audios et projection-vidéo de photos sur la Retirada.
A l’étage : Exposition de reproductions d’affiches et de dessins de Masson et de Picasso.

Sorbonne Université - Lettres Etudes Catalanes Secrétariat <lettres-etudescatalanes-secretariat@sorbonne-universite.fr>



Nous accueillerons lundi 3 février 2020 à 18h à la bibliothèque du Centre une conférence de David Domènech Baró : « La Morta-Viva: El Grup de Pitarra i la reflexió sobre la llengua catalana ».
L’auteur d’un récent ouvrage intitulé Les nits de Pitarra nous invitera à une plongée dans l’époque passionnante de la Barcelone des années 1860 et nous proposera une réflexion sur la récupération de la langue catalane, autour de la figure de Frederic Soler (1839-1895).

Nous vous rappelons que vous devez impérativement vous inscrire auprès du secrétariat par email  : lettres-etudescatalanes-secretariat@sorbonne-universite.fr ou par téléphone au 01 42 77  65 69.

En espérant vous retrouver nombreux, recevez nos cordiales salutations.

 

 

- - - -GUITARES DU MONDE 

CARLES PONS 

En collaboration avec le Service Culturel de l’Université « Via  Domitia » de Perpignan, l’association Guitar’Arte présentera le Mercredi 5 Février à 20h30 le guitraiste espagnol Carles Pons.

 

Né à Lleida. Il a commencé ses études musicales avec le professeur Jordi Montagut. De 1982 à 1984, il a poursuivi ses études de guitare à Barcelone. Depuis 1986.

La province de Lleida lui octroi une Bourse au cours des années 1984, 1986, 1987 et 1988. En 1997, a obtenu le diplôme de la concurrence T.I.M. Honor organisé par l'Italien Jeunesses Musicales. Il a été membre de jurys de concours internationaux..

 

Entrées : 5 / 2 / 1 Euros 

J.Francisco Ortiz

11 Rue des Palmiers

 

- - -

 

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2019 7 22 /12 /décembre /2019 11:17
CATALOGNE :  Llengua, Joan IGLESIS - Le Midi Rouge n°33 : L’histoire longue de la Catalogne - Balades culturelles de Jean-Pierre BONNEL par Eugeni Osácar Marzal

le Midi Rouge n°33

 

L’histoire longue de la Catalogne

 

Notes de recherche, biographies et analyse d’ouvrages, notamment de Maëlle Maugendre sur Femmes en exil et de Nicolas Marty, Comprendre la crise catalane.

Toujours riche de références, le Midi Rouge continue à explorer l’histoire de la Résistance avec un article d’Henri Moizet, La fidélité à la République en Aveyron, 1940-1944, et une discussion très critique, par plusieurs auteurs, du livre d’Olivier Bertrand Les imprudents, sur le maquis Bir-Hakeim (du Languedoc), Armée secrète. Source de nombreux problèmes pour les historiens l’ouvrage est également mis en question dans un droit de réponse de l’ANACR de la Lozère. Autres moments historiques qui méritent attention : Mai 68 à Prades, par Monique Piéri-Guerrero, L’éveil politique chez les étudiants à Montpellier, notamment des étudiants chrétiens, en janvier 1956, à propos de la guerre d’Algérie. Ce texte de Gérard Cholvy est d’autant plus intéressant qu’il évoque la pluralité d’origine des étudiants présents à l’époque à Montpellier : aux côtes des français, étudiants marocains, algériens, africains, malgaches et cambodgiens, parfois organisés aux côtés de l’UNEF dans l’UGEMA (musulmans d’Algérie) UGET (tunisiens) ... Un éveil qui n’eut pas lieu sans tumultes, le récit en témoigne.

 

Des ouvrages d’actualité, basés sur de sérieuses analyses historiques

Hélène Chaubin analyse l’ouvrage de Pierre Schill Réveiller l’archive d’une guerre colonialequi s’appuie sur l’utilisation de 31 photos prises en 1911, par Gaston Chéreau. correspondant de guerre pendant la guerre italo-turque en Tripolitaine. Particulièrement important est l’ouvrage de Maëlle Maugendre, Femmes en exil, les réfugiées espagnoles en France (1939-1942) Un ouvrage novateur, princeps en la matière, issu d’une thèse soutenue à Toulouse et des nombreuses activités mémorielles auxquelles est associée l’historienne. Sous le titre Comprendre la crise catalane le livre publié en 2019 par Nicolas Marty fait déjà autorité en la matière. Il remet la crise actuelle dans une perspective historique qui plonge ses racines dans le temps long. Nourri aux meilleurs spécialistes dont Pierre Vilar, il évoque la mise en place de la double monarchie en 1469, la révolte de 1640, premier jalon fondateur pour partie de la symbolique politique catalane. Symboles comme Els Segadors et La Senyera, interdits par Franco, XVIIIe, XIXe siècles, XXe plus proche et mieux connu de nous, et pourtant. Et bien sûr le moment qui compte lourd dans la crise actuelle, que l’historien nomme le coup de force de 1981 sur la question des autonomies à travers la loi LOAPA. Le dernier chapitre déroule l’histoire du début du XXIe siècle et traite des événements récents ainsi replacés dans un cadre historique long qui permet d’en mieux saisir le sens.

 

Merci à Yvette Lucas -  article publié le 21/12/2019 à 19:37 par leblogcultureldyl

Llengua...

 

Llengua encarcerada entre dos llavis
Per parlar a un poble indignat.

 

Llengua que vol cridar la llibertat
Però que només diu els murmuris de la vergonya.

 

Llengua que transmet la memòria
A cada pas de la història.

 

Llengua de soc, de roc, de foc...
Llengua de ser, de bé, de fe.

 

Llengua encarcerada entre dos llavis
Per parlar a un poble menyspreat.

 

Llengua que s'ofega o s'embruta
Quan acluca els seus ulls la lluita.

 

Llengua que s'aprèn cada dia
Com si es fes d'una llengua estrangera.

 

Llengua que jo voldria usar com una espasa
Per alliberar el germà desconegut que dorm en mi.

 

Llengua encarcerada entre dos llavis
Per parlar a un poble enganyat.

 

Joan Iglesis

ARTICLE du spécialiste en tourisme, Barcelone, revue 

EO Marzal - Her&Mus. Heritage & Museography, 110-111 (traduction de l'espagnol)

 

Balades culturelles en Catalogne. Jean-Pierre Bonnel

 Sur JEAN-PIERRE BONNEL

Auteur du livre : 30 balades culturelles en catalogne 

 

 

Jean-Pierre Bonnel, écrivain et enseignant, nous propose dans ce livre une nouvelle immersion dans le monde culturel catalan. Né à Perpignan, ce professeur de lettres dans un institut de la même ville allie enseignement et écriture. Activiste culturel et amoureux depuis l'enfance, selon ses propres mots, du territoire catalan qui l'a vu naître, il a publié des poèmes, des romans et divers ouvrages sur des sujets culturels. Parmi ces derniers, il convient de noter : Moi, Matisse à Collioure (2003), La Catalogne en peinture (2004) et Walter Benjamin et Antonio Machado, deux destins : la frontière (2005).

 

Avec une vocation claire d'atteindre le plus large public possible, les balades culturelles permettent de découvrir à la fois géographiquement et artistiquement un espace territorial riche et diversifié comme c'est le cas de la Catalogne. Il est intéressant de mentionner et de souligner le fait que l'auteur intègre dans son cadre territorial et culturel le Français département des Pyrénées-Orientales, historiquement intégré en Catalogne. 

 

1 Le sous-titre du livre, Tarragone de Perpignan avec trente personnages illustres, nous dit déjà quel est le fil conducteur des promenades culturelles en Catalogne. A partir de trente personnages, vous pouvez rencontrer puis visiter des lieux.

 

Officiellement côté Français Pyrénées-Orientales. Il s'agit du département numéro 66, intégré dans la région Languedoc-Roussillon. Il a fait partie de la Catalogne jusqu'au 19ème siècle, quand avec le traité des Pyrénées (1659) il est passé à l'administration Française. Les comtés de Rossell, Vallespir, Conflent, Capcir, Alta Cerdanya et Fenolleda, qui forment le département, sont connus en Catalogne sous le nom de Catalunya Nord. Bien qu'il ne s’agit pas d'un nom officiel en France, il est également utilisé par les Français secteurs culturels et éducatifs qui promeuvent le catalan sur Français territoire. Thorium catalan, des villes aux villes, traversant les Pyrénées, du nord au sud, et le long de la côte catalane. Avec rigueur et agrément, combinés correctement, le livre nous est présenté comme un guide touristique avec des contenus artistiques, historiques et géographiques adaptés à un public diversifié, des touristes culturels aux connaissances et experts dans les domaines susmentionnés.

 

Pour ce parcours géographique, historique et artistique, Bonnel sélectionne une trentaine de personnages nés, vécus ou tout simplement un moment important de leur vie en Catalogne, d'un côté comme de l'autre des Pyrénées. Écrivains, peintres, sculpteurs, musiciens, mais aussi scientifiques et autres personnages célèbres deviennent les protagonistes de cette proposition touristique-culturelle personnelle, dans laquelle l'auteur nous rapproche de chacun d'eux à travers son «histoire catalane». Certains, tels que Joan MIRO, Salvador Dali, Antoni GAUDI, Pau Casals ou Santiago RUSINOL sont nés dans le sud des Pyrénées. D'autres, en revanche, l'ont fait dans le nord des Pyrénées, comme Etienne Terrus, Aristide Maillol, Ludovic Massé, Claude Massé. Son champ de bataille de la troisième guerre carliste Simon ou Jordi Pere Cerda.

 

 Parmi les autres, une majorité a choisi les terres catalanes pour jouer dans les étapes clés de leur vie qui, au fil du temps, sont devenus des moments historiques et culturels indissociables de l'endroit où ils se sont développés. L'histoire du fauvisme ne serait pas la même sans le séjour de Matisse à Collioure au début du XXe siècle, et ce qu'il faut dire sur la naissance du cubisme et son lien avec Céret du temps passé par Pablo Picasso, une fois accompagné par Georges Braque. Malheureusement, tous les personnages n'avaient pas une relation volontaire avec la Catalogne. Les deux cas les plus connus sont ceux d'Antonio Machado, enterré à Collioure, où il est mort en fuyant l'Espagne dans l’hiver 1939 au milieu de la débâcle du côté républicain. Si la guerre civile força Machado à fuir, la Seconde Guerre mondiale fit de même avec Walter Benjamin. Port-Bou a été témoin des derniers moments de la vie de ce philosophe allemand de religion juive. 

Plus d'une trentaine d'histoires réelles, évoquées une à une d'une manière très personnelle. Dès les premières pages du livre il y a une grande connaissance de la part de l'auteur des œuvres et la vie de chacun des personnages sélectionnés. Chaque chapitre nous est présenté comme une invitation à connaître et à découvrir, à travers la lecture, des localités dans lesquelles la présence littéraire, artistique ou scientifique a imprégné son caractère et a marqué son histoire. 

 

Les villes et leurs artistes, une relation qui s'est produite tout au long de l'histoire et qui a marqué un avant et un après. Dans quelle mesure les premiers sont-ils des générateurs décisifs des seconds? Ou est-ce plutôt le contraire ? Difficile de trouver une réponse unique, mais ce qui semble évident, c'est une influence dans les deux sens, devenant dans de nombreux cas une identification authentique. Le Gaudí-Barcelona, ​​Matisse-Collioure, Dalí-Cadaqués, Maillol-Banyuls, Rusiñol-Sitges, Terrus-Elne, Picasso-Barcelone-Céret et Casals- Prades de Conflent sont quelques-uns des exemples de cette influence et identification mutuelles, admirablement traités par Bonnel.

 

Les textes enrichissants et attrayants sur les artistes et les populations sont largement complétés par des photos et des cartes avec des itinéraires suggestifs. En outre, l'auteur, avec une claire vocation de transformer le livre, également, en un guide touristique utile, comprend toutes sortes d'informations sur les sites Web, les adresses et les horaires des musées, des offices de tourisme, des festivals, des restaurants, des hôtels et même des fêtes locales. Enfin, chaque chapitre comprend des lectures recommandées, conçues pour toutes les personnes qui souhaitent approfondir leurs connaissances sur l'artiste et les lieux associés. Un dernier exemple du double objectif de l'auteur, celui de combiner des informations attractives et rigoureuses.

 

Bref, un livre conçu et structuré pour que la culture ne soit pas synonyme de minorités. Cela peut atteindre toutes les personnes ayant des préoccupations culturelles et artistiques, mais aussi qu'il est valable et suggestif pour ceux qui optent pour des promenades et des excursions dans un environnement naturel ou urbain.

 

Eugeni Osácar Marzal

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens