Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 10:25

* Ainsi, selon une enquête récente, les méfaits du réseau Facebook sont démontrés : ceux qui utilisent FB souvent ont une faible estime de soi ! Ils se rendent dans le monde virtuel car la solitude leur pèse : ils peuvent ainsi dialoguer avec de nombreux "amis", le chiffre de 150 vrais échanges étant un maximum; le stress viendrait, de plus, du nombre d'amis à gérer !

   En outre, ce réseau social déforme la vision de la vie réelle : l'utilisateur a l'impression que ses "amis" ont une vie formidable et que lui est minable... En tout cas, cette pratique est le reflet d'un narcissisme prononcé : plus nombreux sont les amis, plus ancré serait l'égocentrisme...

Un conseil donc, cher Julien Verjoul, qui avait plus de 1600 amis, sortez, marchez, aérez-vous, ne lisez pas dans le virtuel, mais dans le papier du vrai livre !!!

 

Download.html.jpg

La lettre de Cinémaginaire  n° 106  du 1er février 2013 

Cinémaginaire : des images en mouvement dans les Pyrénées Orientales

réseau diffusion,   éducation,   festivals, création,   formation

  • Cinémaginaire :   <http://www.cinemaginaire.org/www/index.htm>
  • retrouver le programme de toutes les salles de cinéma programmées par Cinémaginaire sur :   <http://www.allocine.fr/salle>

vos  prochains rendez-vous

Jeudi 7 février à 19h

Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer    

Le Ciné-Forum avec  les  Amis de Cinémaginaire

chaque premier jeudi du mois

Formule du Forum : Présentation + Film + Casse-croûte tiré du sac + Débat

Jours de pêche en Pentagonie

Film de Carlos Saurin (Argentine 2012 1h18 VO) avec Alejandro Awada, Victoria Almeida, Oscar Ayala 

A la recherche d'un nouveau départ, Marco décide de partir en Patagonie s'initier à la pêche au requin. Ce nouvel hobby ne semble pas être l'unique raison de son arrivée dans la petite ville de Puerto Deseado...

Tarif : 5   euros

Vendredi 8 février à 18 h30

Cinéma Vautier - 66  Elne et  Mardi 12 février à 20 h30

Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer  Sortie nationale

En présence du réalisateur - Dans la peau de l'ours

Film de François Boutonnet (France 2012 58') 

Les fêtes de l'ours et de carnaval, à Prats de Mollo dans les Pyrénées-Orientales, l'une des plus fascinantes traditions carnavalesques d'Europe!

infos et bande annonce sur:

<http://www.kalimago.com>

 

Samedi 9 février à 14 h 30 Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer 

Les Ciné-Conférences CONNAISSANCE DU MONDE, s'inscrivent dans une longue tradition de l'exploration française dans le Monde. La rencontre du public avec l'explorateur venu commenter son film, constitue le coeur du concept des Ciné-Conférences.

Les chemins de Compostelle

Film de Alain de la Porte Tarif :  6  euros

Mardi 12 février à 14 h 30

Cinéma Vautier - 66  Elne

Séance exceptionnelle -  Le Ciné des  Aînés présenté par les  Amis d'Illibéris chaque deuxième mardi du mois

Formule du Ciné des Aînés : séance ouverte à tous, jeunes et moins jeunes, clôturée par un goûter offert par la ville d’Elne 

Un siècle à Elne : Film de Bernard Arnaud (France 2012 Kalimago Films) Tarif : 5   euros

Vendredi 15 février à 18 h 30        

Cinéma Vautier - 66  Elne

ADOCINE organisé en partenariat avec le Point Information Jeunesse - PIJ d’Elne 

De l'autre côté du périph

Film de David Charhon (France 2012 1h36) avec Omar Sy, Laurent Lafitte, Sabrina Ouazani

Un matin à l’aube dans une cité de Bobigny, près d’un vieux tripot clandestin, est retrouvé le corps sans vie de Eponine Chaligny, femme du très influent Jean-Éric Chaligny, premier patron de France, au centre d’un climat social extrême qui secoue la France depuis quelques semaines. Ce matin-là deux mondes radicalement opposés vont alors se croiser : Ousmane Diakité, policier de la section financière de Bobigny et François Monge, capitaine de la fameuse police criminelle de Paris. Leur enquête va les emmener d’un côté à Paris et son syndicat patronal, de l’autre en banlieue de Bobigny et ses affaires clandestines. Tour à tour, de l’autre côté du périph.

 

Mardi 19 février à 20 h 30

Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer    

Le Groupement National des Cinémas de Recherche présente

Cette proposition régulière prend place au Cinéma Jaurès chaque dernier ou avant-dernier mardi du mois. Chaque séance sera accompagnée, et un "bonus" (comme on dit pour les DVD) suivra la projection du film et viendra aussi nourrir la conversation.

Like someone in love

Film de Abbas Kiarostami (France/Japon 2012 1h 49 VO) avec Rin Takanashi,  Tadashi Okuno,  Ryo Kase

De nos jours dans une grande ville du Japon. Un vieil universitaire très érudit, garant des traditions ; une jeune et séduisante étudiante, qui doit vendre ses charmes pour payer ses études ; un jeune homme jaloux, dont la violence ne demande qu’à exploser : entre ces trois-là, se nouent en une journée des relations inattendues, qui changeront leurs vies à jamais.

 

Mercredi  20 février à 21 h                 nouvelle saison 2012 - 2013 

Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer

et Vendredi 22 février à 18 h 30

Cinéma Vautier - 66  Elne

Cinemaginaire présente MIREM CATALA, un cycle de films en version originale en catalan et sous titres français

Any de gracia

Film de Venture Pons (Barcelone, 2011, 1h30 VO)

David a vingt ans et arrive à Barcelone pour tenter sa chance. Gràcia en a soixante et quelques et lui offre une chambre en échange de compagnie et d'un peu d'attention. Dès le départ, cette cohabitation devient explosive. Vont-ils finalement réaliser qu'ils ont besoin l'un de l'autre? 

Tarif : 4 euros

Vendredi 22 février à partir de 19h      évènement !

Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer

Cinemaginaire présente CINE CHANSON

   Download.html_1.jpg

        Hommage à la Georges Brassens

Film + repas + concert = 13 euros !

€ 19h00  Cinéma Jaurès    film 

Le regard de Georges Brassens

Film de Sandrine Dumarais (France 2011 - 52’)

Au tout début de sa carrière, avec l’un de ses premiers salaires, Georges Brassens s’offre une caméra 16mm.

Il filme ses parents, ses amis, ses amours : un univers et des êtres qui sont restés dans l’ombre de son succès et qui lui ont inspiré certaines de ses plus grandes chansons. De l’auvergnat à la fameuse Jeanne en passant par « Les copains d’abord » et la femme de sa vie, Pupchen, celle pour qui il a composé la fameuse « Non demande en mariage » … autant de personnages, qui jusqu’à présent n’existaient que dans ses chansons et qui vont enfin prendre corps dans les images filmées par Brassens lui-même.

€ 20h30 Salle du 14 Juillet  repas concert

David Kilembé visite Brassens

Repas exclusivement réalisé avec des produits frais et du terroir

Réservations obligatoires au 04 68 08 22 16-

---

 la prochaine exposition à la Galerie des Hospices, à Canet Village : 

Nous accueillons trois artistes : Tiffany Vailier, Frédérique Latour et Cathy Giroud Malfondet.

Le vernissage aura lieu le jeudi 7 février à 18h.

 

Virginia FERNANDEZ

Service Culturel

Mairie de Canet-en-Roussillon

Hôtel de Ville - Place Saint Jacques

66140 Canet-en-Roussillon

Tel: 04 68 86 72 63 / Fax: 04 68 86 72 52

Site: www.mairie-canet-en-roussillon.fr

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 16:04

 

Download.html.jpg

Les organisateurs du

festival Maghreb si loin si proche

Boulevard laïque des cultures

 

Association Cinémaginaire, Villes d’Argelès sur Mer, Cabestany et Elne

Amis de Cinémaginaire, Coup de soleil, Institut Jean Vigo de Perpignan,

Ciné-Rencontres de Prades,  Cinémaude de Narbonne

 

ont le plaisir de vous inviter à 

l’ouverture du

16e festival Maghreb si loin si proche 12 sites dans l’Aude et les Pyrénées Orientales

 

et au

vernissage de l’exposition de

Gyps, caricaturiste et dessinateur de BD, qui signe l’affiche du festival 

 

le vendredi 11 janvier 2013 à 19h

Centre Culturel - (66) Cabestany

vernissage de l’exposition, paroles inaugurales, danse orientale

suivis d’un apéro buffet

organisé par Les Amis de Cinémaginaire

 la soirée d’ouverture se poursuit à 21h

par la projection du film en avant-première

Goodbye Morocco

de Nadir Moknèche, en sa présence !

 

Download.html_1.jpg

En savoir plus sur le festival :

<http://www.cinemaginaire.org>

Télécharger le programme complet du festival :

<http://www.cinemaginaire.org/www/images/contenu/cataloguemag2013.pdf>

 

Renseignements :

Tél : 04 68 29 13 61 et 04 68 08 22 16

Fax : 04 68 08 22 17

Mail : contact@cinemaginaire.org

Site : www.cinemaginaire.org

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 20:16

hugo.jpeg   Quand on va voir un film tiré d'un grand livre, et qu'on a lu ce chef-d'oeuvre, on est toujours déçu ! 

 

   Et je l'ai donc été ! Un roman historique, poétique, fantastique de mille pages, profond, difficile, résumé en un long-métrage de 90 minutes, c'est petit ! Mais Gérard D. est un dieu, avec sa grande gueule, sa présence physique, même si le rôle d'Ursus est limité, le héros étant Gwynplaine.

 

   Ce roman de l'apocalypse et des montres est énorme, comme l'acteur est monstrueux, gras, gros, visage enflé et laid à la Michel Simon; il incarne de façon idoine le personnage trouble et marginal d'Ursus, évoluant dans une cour des miracles noire et boueuse, univers de saltimbanques et de pauvres hères. Le milliardaire joue des rôles inoubliables de révoltés, de révolutionnaires (Danton, Germinal); c'est un personnage double,à la fois nuit et soleil, tel le jeune Gwynplaine, aspiré par le désir (la sorcière Josiane) et l'idéal, la pureté (Dea, la femme-enfant).

 

Ce roman de l'exil correspond bien au contexte actuel : l'exil (fiscal) de G.D., la rumeur d'une fin du monde (la monarchie, dans le film, face à l'avancée du peuple, héros collectif); le théâtre ambulant est un peuple en miniature, microcosme de la foule, prête à frapper, mini-communauté portant un message de changement radical. C'est le peuple nombreux de "Stella" (1835) près de se déchaîner. C'est la "Foule sans nom ! Chaos ! Des voix, des gens, des pas." (Feuilles d'automne, La pente de la rêverie).

 

Le film est décevant, malgré de belles scènes en gris et noir, des moments forts (discours à la chambre des Lords, face à la caricature de la reine); il ne peut suivre le parcours de cet orphelin défiguré, à l'identité usurpée, même l'essentiel est présent : les thèmes de la pureté, du suicide, de la défense des miséreux (à la chambre des pairs d'Angleterre); le couple des jeunes héros est pathétique, face à un Depardieu qui sait toujours bien gronder, lors de ses rares discours...

 

--- Le monstrueux et le grotesque ---


Dans L'Homme qui rit, Victor Hugo renoue avec un personnage qu'il affectionne : le monstre. Fidèle à sa préface de Cromwell, dans laquelle il expose que dans une œuvre littéraire, le laid et le sublime doivent se côtoyer, il a l'habitude de faire du monstre un héros de roman ou de pièce. On le trouve déjà dans sa première œuvre Han d'Islande, on le retrouve dans le Quasimodo de Notre Dame de Paris. Les relations entre le difforme et le pouvoir ont été évoquées dans le personnage de Triboulet du Roi s'amuse. Mais le regard que porte Victor Hugo sur ce personnage a changé, Han d'Islande, comme Triboulet, ont l'âme aussi noire que leur corps est difforme, l'esprit de Quasimodo, enfermé dans ce corps monstrueux n'a pas pu s'épanouir37. Pour le Victor Hugo d'avant l'exil, l'aspect physique doit refléter l'âme38. Pendant l'exil, l'opinion de Victor Hugo a changé39. Avec Gwynplaine, Victor Hugo présente un monstre dont l'âme est belle. Dea qui ne voit que l'âme peut ainsi dire de Gwynplaine qu'il est beau40. Enfin, la difformité, œuvre de la nature pour Triboulet, Quasimodo ou Han, est ici œuvre des hommes et l'on peut alors s'en indigner.

Comment ce monstrueux et ce difforme peuvent-ils susciter plus le rire que l'horreur ? Barbey d'Aurevilly s'en étonne41. Alain Vaillant42, analysant le rire dans les œuvres hugoliennes, y distingue le rire dépréciatif des lords qui, selon Suzette Daviet, rappelle la réception de certains discours de Victor Hugo à la chambre43 du rire populaire, exutoire à la souffrance. Il démontre que le rire sert à rapprocher les puissant des faibles, que le comique du corps grotesque « devient le comique des peuples souffrants, malmenés, sacrifiés à la violence des puissants  »42. Ce sont ces deux aspects que l'on retrouve dans L'Homme qui rit, rire exutoire expliqué par Victor Hugo quand il décrit le rire suscité par la face mutilée de Gwynplaine44, rire dépréciatif des puissants et rire témoin de la souffrance du peuple dans le discours de Gwynplaine à la chambre des Lords45.

Myriam Roman46 distingue, dans l'œuvre hugolienne, le grotesque du burlesque. Le rôle grotesque, qui suscite le rire tragique ou rire noir, est tenu par Gwynplaine et celui du burlesque, plus fantaisiste, est en partie tenue par Ursus, faux misanthrope bourru, philosophe « savantasse »47, bavard et lâche, mais au cœur généreux, courageux le moment venu - quand il accueille les deux enfants ou quand, en dépit de sa crainte du Wapentake, il suit de loin le chemin de Gwynplaine jusqu'à la prison.

 

L'Homme qui rit est émaillé de nombreuses allégories ou métaphores.

Les premières consistent à rendre confuse la distinction entre l'homme et l'animal. Selon Chantal Brière, cet effet de style se retrouve aussi dans le conte et la fable : les attitudes humaines trouvent leurs équivalents dans les comportements animaux qui sont souvent plus lisibles mais ce mélange introduit dans le discours un décalage troublant48. Ces métaphores commencent dès les premières lignes du roman avec les noms attribués à l'homme et au loup, respectivement Ursus et Homo. Ursus est l'homme à la peau d'ours « j'ai deux peaux voici la vraie »49 et Homo est le loup à nom d'homme. C'est l'alter ego d'Ursus48. C'est aussi le symbole de l'homme libre50,51. Ce parallèle se poursuit avec la longue métaphore filée sur l'aspect félin de Josiane52. On le retrouve aussi dans des titres de chapitre comme La souris et les chat - Barkilphedro a visé l'aigle et a atteint la colombe ainsi que dans le vocabulaire employé pour décrire Barkilphedro53.

Le rôle métaphorique des descriptions architecturales a déjà été évoqué.

Patrick Marot54 voit en Gwynplaine et Dea, deux figures allégoriques, Dea étant l'étoile et la vierge et Gwynplain, gouffre et hydre. Le rire de Gwynplaine est l'allégorie du peuple souffrant. Dans ces figures allégoriques, il faut aussi évoquer, Josiane, Ève tentatrice puis démoniaque55, troisième figure de ce triptyque.

Il existe enfin une allégorie à plusieurs niveaux : celle du chaos vaincu. Les péripéties du combat de Gwynplaine acteur contre le chaos, sont un résumé du combat du bateau contre la tempête et représentent aussi le combat de Gwynplaine tout au long du roman56. Ainsi le titre Les tempêtes d'hommes pires que les tempêtes d'océans fait le parallèle entre le combat de Gwynplaine dans la chambre des Lords et la tempête du début du roman.

Chaos vaincu

Au centre du roman, se trouve la description de la saynète qui fait le succès de la petite troupe formée par Ursus, Gwynplaine et Dea : Chaos vaincu. Sur la scène maintenue dans l'obscurité, l'homme, joué par Gwynplaine se bat contre des forces obscures, interprétées par Ursus et Homo. L'homme est près de succomber lorsqu'apparaît la lumière, incarnée par Dea, qui l'aide à vaincre définitivement le chaos. Mais la lumière éclaire aussi la face mutilée de Gwynplaine. Le choc suscité par l'apparition de cet énorme sourire déclenche une explosion de rire dans la foule.

Dominique Peyrache-Leborgne57 voit dans cette saynète l'annonce d'un autre combat : le combat de l'homme pour accéder à la démocratie. Gwynplaine, comme Gilliat des Travailleurs de la mer, incarne le héros chargé de vaincre le chaos que représentent la monarchie ou l'aristocratie. Cette saynète est comme un condensé du livre lui-même, puisque, du combat que livre Gwynplaine à la chambre des Lords, il ne peut sortir vainqueur et ne trouve le repos qu'auprès de Dea58. La fin tragique de Gwynplaine, se laissant engloutir par les flots, rappelle que le combat n'est pas encore gagné : L'Homme qui rit n'est que le premier volet d'un triptyque dont l'aboutissement devait être Quatrevingt-treize. Si dans le roman, Gwynplaine est le héros chargé de lutter contre le chaos avec l'aide de Dea, le chaos, lui, est incarné par Josiane qui en fait l'apologie59.

Mais certains auteurs vont plus loin60,61 et voient dans la saynète une allégorie de la vie entière de Victor Hugo et de sa création artistique : le poète est celui qui, par ses écrits, lutte contre le chaos et apporte la lumière.

Anne Ubersfeld, dans "Chaos vaincu" ou la transformation62, analyse le rire qui clôt la description de la pièce et l'interprète comme le fait que la vraie victoire sur les monstres et la mort serait le rire grotesque.

(extrait de Wikipédia)

 

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 13:02

 

Du mercredi 14  au dimanche 18 novembre 2012

Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer

Les Amis de Cinémaginaire

présentent

> Ecrans d’automne <

 

Download.html.jpg

autour du thème

L’impertinence! 

films inédits, débats, rencontres...

Films programmés :

La vie de Brian, Affreux sales et méchants, Ames en stock,

La faute à Fidel, Elsa & Fred, Oh my God,

La vierge les coptes et moi, Dans la maison,

Au revoir ! Comment allez-vous?

...

 télécharger le programme complet :

<http://www.cinemaginaire.org/www/images/news/ecrans2012.pdf>

 

plus d’infos : <http://amiscinemaginaire66.blogspot.fr>

 

Cinémaginaire : réseau cinéma de proximité en Pyrénées-Orientales

www.cinemaginaire.org

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 19:46

Clap--.-Le-cinema-catalan-a-la-conquete-du-departement.JPG  Légende photo : Terenci Vera, adjoint à la catalanité à la mairie d'Elne, Lluís Valentí, Directeur du Festival du film de Gérone et du Collège des Réalisateurs de Catalogne, Nicolas Garcia, Maire d'Elne, François Boutonnet, Président de Cinémaginaire

 

Jean Iglesis

Département des Pyrénées-Orientales

 

Clap!...

Le cinéma catalan à la conquête du département...

 

« Mirem català ! »...tel est le titre cinématographique de l'opération - linguistique et culturelle à la fois - engagée en février dernier et qui se poursuit dans le département des Pyrénées-Orientales... Une initiative teintée de sang et d'or, résolument inscrite sous la bannière de la catalanité et du partage...

S'il constitue un axe de diffusion culturelle, le cinéma n'en reste pas moins un vecteur de communication, de récupération et de développement linguistique... C'est dans cet esprit que l'association Cinémaginaire, réseau de cinéma de proximité dans les Pyrénées Orientales, propose, en partenariat avec le Festival du Film de Gérone, le Collège des Réalisateurs de Catalogne, la Cinémathèque de Barcelone, les communes d'Elne, d'Argelès-sur-Mer, de Cabestany et de Prats-de-Mollo la diffusion de films catalans, en version originale, sous-titrés cela étant en français afin que les « no-catalano-parlants » (spectateurs ne parlant pas le catalan) puissent comprendre comme il se doit le film qui leur est proposé.

 

Programme des ciné-réjouissances... défini pour le 2ème semestre 2012


Honor de Cavalleria – Réalisateur : Albert Serra - Fiction - Barcelone 2007 - 1h47
Synopsis : 
Guidés par le hasard, Don Quichotte et Sancho poursuivent jour et nuit leur voyage à la recherche d'aventures. Ils chevauchent à travers champs, conversant sur des sujets aussi divers que la spiritualité, la chevalerie, ou simplement la vie quotidienne. Un lien d'amitié de plus en plus fort les unit.

Projections :Argelès-sur-Mer (cinéma le Jaurès) mercredi 21 novembre à 21h – Cabestany (cinéma du centre culturel) mercredi 28 novembre à 21h -Elne (cinéma René Vautier) vendredi 30 novembre à 18h30 - Prats de Mollo (cinéma Nouveau Palace) jeudi 6 décembre à 17h

 

Excuses - Réalisateur : Joel Joan - Comédie - Barcelone 2003 - 1h27
Synopsis : 
L'histoire de quatre personnes avec leurs peurs et leurs contradictions (peur de l'engagement, peur de se laisser guider par ses instincts) et cette facilité à se cacher derrière n'importe quelle excuse pour ne pas faire face à ses faiblesses.
Projections :Argelès-sur-Mer (cinéma le Jaurès) mercredi 19 décembre à 21h - Cabestany (cinéma du centre culturel) mercredi 26 décembre à 21h - Elne (cinéma René Vautier) vendredi 28 décembre à 18h30 - Prats de Mollo (cinéma Nouveau Palace) jeudi 3 janvier 2013 à17h


Infos: site: www.cinemaginaire.org -Tél: 04 68 08 22 16 - mail: contact@cinemaginaire.org
Programmation établie en partenariat avec: le Festival du Film de Girona, le Collège des Réalisateurs de Catalogne, la Filmoteca de Barcelona, les villes d'
Argelès sur Mer, de Cabestany,d'Elne, de Prats de Mollo, et de divers sites du réseau Cinémaginaire

 



Partager cet article
Repost0
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 16:36

** Programmation d’octobre à l’Institut Jean Vigo

 

Mardi 2 octobre 19h10   Film Fogo de Yulene Olaizola, Mexique 2012, 1h01 – Avant première

Samedi 6 octobre  Du rock au Palais   Projections et concert au Palais des Congrès

18h : Film Dig ! de Ondi Timonei, USA, 2001, 1h47 21h : Film Ziggy Stardust & the spiders from Mars, de D.A. Pennebaker, USA, 1973, 1h30, 22h45 : Concert de The Circles  

Mardi 9 octobre  19h10 Carte blanche Cinémathèque de Toulouse  Film Ce couple heureux (Esa pareja feliz) de Juan Antonio Bardem & Luis Berlanga, Espagne 1951, 1h23

Mardi 16 octobre  19h10  Film Lieux saints de Jean-Marie Teno, Cameroun/France, 2011.1h10 – En présence du réalisateur, projection suivie d’une rencontre conviviale autour d’un apéritif dinatoire concocté par chacun

Mardi 23 octobre  19h10  Film 7h58 ce samedi-là de Sidney Lumet, USA 2007, 1h56

Mardi 30 octobre  19h10 Film Le baiser de la femme araignée de Hector Babenco, Brésil / USA 1985,2h

 

Zoom sur Rock au Palais le samedi 6 octobre : L’Institut Jean Vigo et le palais des Congrès de Perpignan ont une longue histoire commune. Commencée dès septembre 1970 avec l’installation des bureaux de l’Institut et les projections des Amis du Cinéma, elle se poursuit encore de nos jours avec le festival Confrontation, occupant des lieux depuis 1971. Pour fêter cette longue amitié, l’Institut et le Palais proposent une grande soirée rock avec deux films et un concert rock. 18h 

 

Dig ! 

Ondi TIMONER, USA, 2004, 1h47  Documentaire sur l’histoire exemplaire de deux groupes de la scène indépendante américaine vue de l’intérieur : les Brian Jonestown Massacre de San Francisco et les Dandy Warhols de Portland. Unis au départ par un même esprit de révolte et de création, chacun va gérer à sa façon le tiraillement entre ses aspirations artistiques et sa soif de notoriété. 21h

 

Ziggy Stardust & the Spiders from Mars : D.A. PENNEBAKER, USA, 1973, 1h30 

 

Les événements du 3 juillet 1973 à l’Hammersmith Odeon de Londres sont rentrés dans l’histoire du rock’n’roll. David Bowie a fait prendre une retraite anticipée à Ziggy Stardust. Cette ultime apparition était la dernière d’une soixantaine de représentations. Ce concert est devenu mythique. 22h45

 

The Circles – concert : Résolument rock, The Circles se veut un groupe de composition : Télécasters hurlantes, son Hammond, énergie Punk et romantisme pop. Depuis 2006, la formation flirte avec les salles de concerts barcelonaises et parisiennes auprès de Philippe Manœuvre dans les « Rock’n’Roll Friday ». 

 

Un « pica-pica musical » sera proposé entre les 2 films. 

 

 

site_repas.jpg

 

   ***  L'association culturelle stéphanoise Les Rendez-Vous présente la prochaine édition du festival de cinéma Les Toiles consacré au thème du Repas de famille.

Jeudi 27, vendredi 28 et samedi 29 septembre, au Théâtre de l’Étang de Saint Estève.

avec nos partenaires l’Institut Jean Vigo et le Théâtre de l’Étang.

Même si "Les repas de famille ne consistent pas à se manger entre parents", comme l’a écrit le chansonnier Jules Jouy, on peut se déchirer à belles dents autour de la table familiale. Par le biais du repas, le cinéma dissèque grandeur et ignominie de cette micro-société que constitue la famille.

                      Entrée libre aux 5 films.

 

Au programme :

 

Vendredi 28 septembre à 20h 30 au TDE

Le premier qui l'a dit

Réalisateur : Ferzan Ozpetek - Année : 2010 - Durée : 1h 50 - Genre : comédie

Avec Riccardo Scamarcio, Nicole Grimaudo, Alessandro Preziosi...

Grande réunion chez les Cantone, illustre famille de Lecce dans les Pouilles. Tommaso veut profiter du dîner de famille pour faire une révélation à tous. Mais alors qu’il s’apprête à prendre la parole, son frère aîné fait sa propre déclaration. Son père le chasse et reporte ses espoirs sur Tommaso pour reprendre l’affaire familiale. Comment oser après cela ? C’est alors que ses amis romains débarquent pour une visite surprise…

 

Samedi 29 septembre à 14h 30 au TDE

Le déjeuner du 15 août 

Réalisateur : Gianni Di Gregorio - Année : 2009 - Durée : 1h 16 - Genre : comédie

Avec Gianni Di Gregorio, Valeria De Franciscis, Marina Cacciotti...

Gianni, 50 ans et des poussières, vit avec sa maman dans un grand appartement au cœur de Rome, où il s'occupe de tout : cuisine, ménage et courses. Le jour du 15 août, le déjeuner familial va se trouver profondément perturbé par des invitées-surprise qui débarquent sur nos écrans et dans la vie de Gianni. Ce dernier n’aura pas une seconde de répit.
Famille et vieillesse, des thèmes d’actualité : le cinéma, une fois de plus, est là pour en témoigner.

Mostra de Venise 2008 : Lion du Futur - Prix Luigi de Laurentiis de la meilleure première œuvre pour Gianni di Gregorio

 

Samedi 29 septembre à 17h au TDE

Tellement proches

Réalisateurs : Olivier Nakache et Eric Toledano - Année : 2009 - Durée : 1h 42 - Genre : comédie

Avec Vincent Elbaz, Isabelle Carré, François-Xavier Demaison, Omar Sy...

Quand Alain a épousé Nathalie, il ne savait pas qu’il épousait aussi sa famille. Ce samedi, comme toutes les semaines, ils sont invités à dîner chez son beau-frère, Jean-Pierre à Créteil. Mais ce soir, plus que d’habitude, Alain bout comme une cocotte prête à exploser. C’est vrai, Alain en a marre de ces dîners familiaux, mais il ne sait pas encore ce qui l’attend ce soir-là…

Festival international du Film de Comédie de l’Alpe d’Huez 2009 : Prix du jury Jeune pour Eric Toledano et Olivier Nakache

 

Samedi 29 septembre à 20h 30 au TDE

Festen 

Réalisateur : Thomas Vinterberg - Année : 1998 - Durée : 1h 45 - Genre : comédie dramatique

Avec Henning Moritzen, Ulrich Thomsen, Thomas Bo Larsen...

Tout le monde a été invité pour les soixante ans du chef de famille. Tous se retrouvent dans le manoir paternel. Christian, le fils aîné est chargé par son père de dire quelques mots au dîner sur sa sœur jumelle, Linda, morte un an plus tôt. Tandis qu’au sous-sol se prépare le repas avec pour chef d’orchestre Kim, le cuisinier, ami d’enfance de Christian, le maître de cérémonie convie les invités à passer à table. Personne ne se doute de rien, quand Christian se lève pour faire son discours et révéler de terribles secrets.

Festival de Cannes 1998 : Prix du Jury pour Thomas Vinterberg - Interdit aux moins de 12 ans.

 

**** 

Download.html.jpg

 

La lettre de Cinémaginaire  n° 102  du 1er octobre 2012 

Cinémaginaire : des images en mouvement dans les Pyrénées Orientales

réseau diffusion,   éducation,   festivals, création,   formation

  • Pour se    désabonner de  cette lettre, répondre "NON" à ce mail                              
  • Pour  donner un   petit  coup de pouce à Cinémaginaire, lire cette lettre et lafaire suivre aux amis  !   
  • Pour  trouver  toutes les infos et en savoir plus sur Cinémaginaire :   <http://www.cinemaginaire.org/www/index.htm>
  • retrouver le programme de toutes les salles de cinéma programmées par Cinémaginaire sur :   <http://www.allocine.fr/salle>

Un mois d’octobre riche en pépites cinémaginaire, avec la poursuite du ciné des enfants, la reprise de mirem català, et l’événement ciné-chanson hommage à la chanteuse Barbara …

 

vos  prochains rendez-vous

 

Mercredi 3 octobre à 14h30         

Cinéma Novelty – 66 Banyuls sur Mer

Le Ciné des enfants

Gros-pois & petit-point

Films d’animation  (Suède 2011 – 43’) visible à partir de 3 ans

Le premier est couvert de pois, tandis que l’autre est parsemé de points. Et ils sont très heureux comme ça. Mais vous n’êtes pas au bout de vos surprises car les aventures de Gros-pois et Petit-point riment avec imagination, observation et expérimentation... Un délice pour les plus petits.

Tarif : film + jeu + goûter : 2,50 euros pour tous 

 

Jeudi 4 octobre à 19h

Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer    

Le Ciné-Forum avec  les  Amis de Cinémaginaire

chaque premier jeudi du mois

Formule du Forum : Présentation + Film + Casse-croûte tiré du sac + Débat

A perdre la raison

Film de Joachim Lafosse (Bel/Lux/Fr/Suisse 2012 1h51 VO) avec Niels Arestrup, Emilie Dequenne

Murielle et Mounir s’aiment passionnément. Depuis son enfance, le jeune homme vit chez le Docteur Pinget, qui lui assure une vie matérielle aisée. Quand Mounir et Murielle décident de se marier et d’avoir des enfants, la dépendance du couple envers le médecin devient exces- sive. Murielle se retrouve alors enfermée dans un climat affectif irrespirable, ce qui mène insidieusement la famil- le vers une issue tragique.

Tarif : 5   euros

 

Du vendredi 5 au dimanche 7 octobre

Hôtel du Belvédère du Rayon vert- 66  Cerbère

8èmes Rencontres Cinématographiques de Cerbère

En partenariat avec Cinémaginaire

La 8ème édition des Rencontres Cinématographiques de Cerbère à l'hôtel du Belvédère du Rayon Vert associe, comme précédemment, des festivals internationaux et des cinéastes européens pour proposer des séances de films rares et nécessaires.

Les Rencontres ce sont : 3 jours au Belvédère, 180° de mer, le Rayon vert, 1 soirée à Port-Bou, et des films, matin, midi et soir, élus par des invités, réunis pour habiter ce cinéma qui longe la voie ferrée. On se sent privilégiés, à l'abri de ce bâtiment art déco, ces fenêtres sur l'horizon, ces tables longues qui accueillent la sortie des projections. "Un paquebot qui t'emmène là ou tu te laisses aller" …

infos sur  <http://www.rencontrescerbere.org/>

 

Samedi 6 octobre à 14 h 30

Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer 

Les Ciné-Conférences CONNAISSANCE DU MONDE, s'inscrivent dans une longue tradition de l'exploration française dans le Monde. La rencontre du public avec l'explorateur venu commenter son film, constitue le c¦ur du concept des Ciné-Conférences.

La   Turquie, des empires et des hommes

Film de Vincent Halleux

Tarif :  6  euros

 

Mardi 9 octobre à 14 h 30

Cinéma Vautier - 66  Elne

Le Ciné des  Aînés organisé par les  Amis du Cinéma Vautier

chaque deuxième mardi du mois

Formule du Ciné des Aînés : séance ouverte à tous, jeunes et moins jeunes, clôturée par un goûter offert par la ville d’Elne 

Cherchez Hortense

Film de Pascal Bonitzer (France 2012 - 1h40)  avec Jean Pierre Bacri, Kristin Scott

Damien, professeur de civilisation chinoise, vit avec sa femme, Iva, metteur en scène de théâtre, et leur fils Noé. Leur histoire d’amour s’est enlisée dans une routine empreinte de lassitude. Pour éviter à une certaine Zorica d’être expulsée, Damien se trouve un jour piégé par Iva, qui le somme de demander l’aide de son père, conseiller d’État, avec lequel il entretient une relation plus que distan- te. Cette mission hasardeuse plonge Damien dans une spi- rale qui va bouleverser sa vie. 

Tarif : 5   euros

 

Mercredi 10 octobre à 15h30         Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer

et

dimanche 14 octobre à 15h30        Salle des fêtes – Laroque des Albères 

et

Mercredi 17 octobre à 15h30         Cinéma Vautier - 66  Elne

et

Mercredi 24 octobre à 14h30         Cinéma Novelty – 66 Banyuls sur Mer                                    

Le Ciné des enfants

L’atelier enchanté

4 court-métrages d’animation Hermina Tyrlova, République Tchèque, 1970, 39 min. à partir de 2 ans

Des personnages qui s’animent et sèment la zizanie dans le monde merveilleux des contes en laine et papier de l’Atelier Enchanté.

Des films charmants par l’auteur des Contes de la ferme, parfaits pour permettre aux plus petits une première sortie au cinéma

Tarif : film + jeu + goûter : 2,50 euros pour tous

 

Vendredi 12 octobre à 21h 00      

Cinéma Vautier - 66  Elne

CINE-CONCERT du festival JAZZEBRE organisé en partenariat avec la Ville d’Elne

ciné-concert tous public, dès 6 ans ! 

Koko le clown 

Avec Guy Villerd (saxophone ténor, laptop) et Jean Bolcato (contrebasse, voix) 

Créateurs de Popeye, Betty Boop et Superman, les frères Fleischer sont aussi les inventeurs d’une des premières stars de l’animation, Koko le Clown. Avec une extraordinaire liberté, une magie de tous les instants, le sens du burlesque et de l’absurde, les frères Fleischer pratiquent le surréalisme sans même connaître ce mot. 

Deux fondateurs de l’ARFI (Association à la Recherche d’un Folklore Imaginaire), le contrebassiste Jean Bolcato et le saxophoniste Guy Villerd nous proposent une balade dans cet univers inventif et souvent hilarant. 

Tarif : 10, 8 et 6 euros

 

Mercredi 17 octobre à 20 h 30

Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer 

Dans le cadre du Festival des Chorales   -   gratuit !

I feel good !

Film musical de Stephen Walker (GB 2012 – 1h48 – VO)

Les Young@heart forment une chorale à part. Résidents d'une petite ville du Massachussetts, ses membres, âgés de 75 à 93 ans, parcourent le monde pour des concerts où ils interprètent, à leur manière, des clas- siques du rock ou de la pop, des Clash à Sonic Youth en passant par Radiohead ou les Talking Heads.

 

Vendredi 19 octobre à 18h30      nouveau !

Cinéma Vautier - 66  Elne

ADOCINE organisé en partenariat avec le Point Information Jeunesse - PIJ d’Elne 

Astérix et Obélix, au service de Sa Majesté 

Film de Laurent Tirard (France 2012 1h55) avec Gérard Depardieu, edouard Baer

50 avant Jésus Christ. César a soif de conquêtes. A la tête de ses glorieuses légions il décide d'envahir cette île située aux limites du monde connu, ce pays mystérieux appelé Brittania, la Bretagne.

La victoire est rapide et totale. Enfin... presque. Un petit village breton parvient à lui résister, mais ses forces fai- blissent. Cordelia, la reine des Bretons, décide donc d’envoyer son plus fidèle officier, Jolitorax, chercher de l’aide en Gaule, auprès d’un autre petit village, connu pour son opiniâtre résistance aux Romains.

 

Mardi 23 octobre à 14 h 30

Cinéma Vautier - 66  Elne

les  Amis du Cinéma Vautier présentent 

chaque quatrième mardi du mois

Camille redouble

Film de Noémie Lvovsky (France 2012 - 1h55)  avec Noémie Lvovsky, Riad sattouf

Camille a seize ans lorsqu’elle rencontre Eric. Ils s’ai- ment passionnément et Camille donne naissance à une fille...25 ans plus tard : Eric quitte Camille pour une femme plus jeune. Le soir du 31 décembre, Camille se trouve soudain renvoyée dans son passé.

Elle a de nouveau seize ans. Elle retrouve ses parents, ses amies, son adolescence... et Eric. 

Tarif : 5   euros

 

Mercredi 24 octobre à 21 h                   nouvelle saison 2012 - 2013 !

Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer

et

Vendredi 26 octobre à 18 h 30

Cinéma Vautier - 66  Elne

Cinemaginaire présente MIREM CATALA, un cycle de films en version originale en catalan et sous titres français

Camp d’Argelès

Film de Felip Solé (Barcelone, 2009, 1h30 VO

Le film sur le camp d’Argelès sur Mer, dans sa version longue (1h30) inédite. Un docu-fiction unique sur les conditions de vie des républicains espagnols à leur arrivée en France en 1939, fuyant le fascisme franquiste.

Tarif : 4 euros

 

Vendredi 26 octobre à partir de 19h      évènement !

Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer

Cinemaginaire présente CINE CHANSON

Hommage à la chanteuse Barbara

Film + repas + concert = 12 euros !

€ 19h00  Cinéma Jaurès    2 films inédits

Une femme qui chante

film de Roger Louis (France 1966 - 15’)

Ma plus belle histoire d’amour

film de Guy Job (France 2007 - 52’)

€ 20h30  Salle du 14 Juillet  repas concert

Marie-Jo Eychenne    chant Louis de Koning    piano

Repas exclusivement réalisé avec des produits frais, bio et du terroir

réservations au 04 68 08 22 16

 

Mercredi 31 octobre à 20h30

Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer

soirée spécial Halloween

The Secret

Film inédit en Vo et un court métrage surprise

Tarif : 4 euros

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 17:40

images-copie-14.jpeg       Julien Verjoul ne voulait pas aller voir ce film : encore un long-métrage français petit bourgeois, ou franchouillard, loin des chefs-d'oeuvre américains ou coréens, qui, eux, ont quelque chose à dire...

 

  Il y est pourtant allé, Verjoul, l'intello de mes deux, et il eut raison : le film tient sutout grâce aux interprétations et à Bacri, pourtant si vieux, mal rasé, peu sensuel, couard, avec son problème d'Oedipe : son père joué par Claude Rich, président du conseil d'Etat, devenu homo, est épatant, aussi ! 

 

Le film montre la médiocrité du monde contemporain, l'hypocrisie et la lâcheté des bourgeois et bureaucrates qui nous gouvernent. Seule Zorica, une Serbe sans papier interprétée par Isabelle Carré, est une héroïne "positive". Car le film a du sens, s'interrogeant sur l'immobilité des égoïstes privilégiés en place et au chaud dans leurs bureaux, ainsi que sur les mouvements incessants d'immigrations dans un monde en guerre, en crise, en quête plus de finances que de sentiments...

 

Le film est donc politique, incarné par deux figures de bourgeois nauséabonds : l'Etat serait pourrie et la République inflexible, même devant la détresse humaine. Bien sûr, on ne peut accueillir toute la misère du monde, mais la souffrance, la maladie extrême, oui : la France et l'Europe ont toujours été des territoires d'errances et de passages. On n'exige pas d'accueillir des terroristes, des bandits, des voleurs, mais des hommes et des femmes comme Zorica, oui !

 

L'oeuvre est pessimiste et noire, telle la situation actuelle. La note finale, cependant, est plus gai et plus humaine...Face à la  recherche immédiate du plaisir de la plupart de nos contemporains, un couple s'ébauche, pur, loin de la débauche généralisée... Un peu de morale, ça fait pas de mal, pensa, en sortant dans la nuit catalane, Julien...

Partager cet article
Repost0
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 14:36

Au cinéma L'Ambiance, place du 18 juin, à Collioure, festival "Art et toiles". * collioure-par-DB-au-restau--cote-patio-.jpg

 

vendredi 27 avril, à16 h. Documentaire "R.Couturier, un regard sur la vie" et apéritif d'ouverture.

 

V 27 à 21 h : L'Artiste de M.Cohn et G. Duprat.

 

Samedi 28 à 16 h : Dessine-moi, documentaire de Gilles Porte.

à 21 h : Brueghel de Lech Majewski.

 

Dimanche 29 à 16 h : Le mystère Picasso de Clouzot.

 

à 21 h : Rêves de Akira Kurosawa.

 

 

* Carte 7 séances: 30 euros (15 euros, tarif réduit) - Carte 3 séances: 15 euros. La séance : 6, 50 euros. Billetterie à l'entrée du cinéma une heure avant la séance.

 

 

 

** Collioure, Notre-Dame des Anges, tableau de Dominique BAILLIEUX. (toiles exposées au restaurant "Côté Patio", à Collioure, rue du docteur Coste.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 18:31

images-copie-2.jpeg  38 témoins, film de Lucas Belvaux. Le fait divers -vol d'un vélo, viol et violence sur une jeune fille- a eu lieu à New Yok. L'histoire est transposée au Havre, port métallique, ville fantôme, lieu des lâchetés et des indifférences. Comme partout, dans le monde. Les hommes sont égaux dans la bêtise et la peur, la solitude et le crime. C'est un roman noir, inspiré de Didier Decoin, plus qu'un polar.

   Le spectateur, qui a mauvaise conscience, peu à peu, s'identifiant à Yvon Attal, se tasse dans son fauteil et s'angoisse du silence de la salle obscure et de la ville portaire filmée sous tous les angles du clair-obscur. Les habitants ne sont plus que des ombres, les figurants que l'ombre d'eux-même, des moribonds, des anti-héros, des anti-hommes, glissant dans le déchirement.

  Une parole se libère, un cri, enfin, une réaction, mais venue trop tard et c'est la déchirure du couple. Belvaux a pensé à Ribaud, au "Dormeur du Val", moi j'ai imaginé la délation et les lâchetés de l'Occupation : 1940, un pays occupé par le fascisme et le rouleau compresseur de la mort.

  Les files d'attente pour les camps, les trains, l'enfer, la mort lointaine, en Allemagne ou en Pologne. Ce film nous dit que tout cela ne doit pas recommencer. C'est pourtant le lot quotidien d'un humanité qui n'en finit pas de se chercher... Et de se perdre !

Partager cet article
Repost0
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 20:13

images-1.jpeg  Décevant, j'attendais plus de danse, plus de claquettes, plus de brio ! Un début rythmé, puis un long tunnel de dépression, avant une fin convenue. Mais le chien est parfait ! Comme il joue bien, Milou !

 

   Les Américains adorent "The artist" parce qu'ils peuvent comprendre le titre et lire sur les lèvres des acteurs (ils prononcent en anglais), parce que c'est leur histoire (le krach de 1929), leur mythologie (ciné muet, Fred Astaire...) ! Nous, avec Dujardin, on pense à Maurice Chevalier et... à la Collaboration...

 

  Et la séduction de ce beau couple ! Quand on sort du ciné, on se trouve laid, on revient dans le monde prosaïque, avec ces couples tristes, avec ces jeunes décervelés se gavant de pop-corns et laissant une salle jonchée de papiers, de programmes...

 

   On se demande pourquoi l'artiste n'avoue pas son amour tout de suite à la jeune admiratrice; par orgueil ? Non, c'est un homme qui ne s'exprime pas : sa femme lui reproche de ne pas parler; il ne dit pas ses sentiments; il 'a donc plus de succès quand l'ère du ciné parlant arrive. Il faudra tout l'amour de Bérénice pour que Dujardin parle enfin ! 

 

    Voici une seconde carrière pour lui, avec le parlant ! Salut, l'artiste !

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens