Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 10:01
La bête (installation de Jean-Pierre BONNEL) - Balade nocturne à Marcevol (66) - Musiques et vins
La bête (installation de Jean-Pierre BONNEL) - Balade nocturne à Marcevol (66) - Musiques et vins
La bête (installation de Jean-Pierre BONNEL) - Balade nocturne à Marcevol (66) - Musiques et vins

La bête (installation de Jean-Pierre BONNEL) - Balade nocturne à Marcevol (66) - Musiques et vins

Les Insoumis ne se soumettent pas au vote pour Macron. Leur vote blanc ou nul est irresponsable et nul car il donne une chance à Le Pen.

Macron et Le Pen ce serait blanc bonnet…

Macron, ce serait Hitler…

Allez voir ce qu'a fait Hitler.. Ces gens-là n'ont aucune culture historique, ou sont trop jeunes, ou ont la mémoire courte…

Les camps, la Shoah, les crimes, les lois anti-juives…Le Pen connaît ça et regrette Le Vel d'Hiv…

Macron n'est sans doute pas notre idéal, mais on pare au plus pressé : éliminer la bête même si on croit aux sondages et en sa défaite…

Ensuite l'affrontement sera possible, dans une démocratie. Avec Le Pen, vous aurez la violence, la jaune, le flicage généralisé… Et plus, sans doute.

 

Je ne vous donne pas une consigne : vous êtes assez grand pour choisir (le peuple allemand aussi a eu la liberté de choisir et la catastrophe annoncée arriva…). Non, le "peuple" n'a pas toujours raison: il peut être séduit par le discours… 

Insoumis, rien n'est jamais joué, tout peut arriver.  Oui, ceci est peut-être une leçon de morale, de "vertu" comme dit Jean-Luc...

Si le bulletin Macron vous dégoûte, laissez le champ libre à Hitler !

Quant aux législatives, si vous avez un candidat, j'appliquerai votre haute philosophie : le Ni-Ni…

 

JPB

- - - (extrait de Facebook)

Jean-pierre Bonnel J'ai de l'estime pour l'orateur, l'historien, le projet de JLM, mais sa personnalité perturbe et "clive" comme on dit. Trop jacobin, peu libertaire (contre les langues minoritaires).

 Se méfier de cette radicalité : erreur de Podemos qui a fait revenir la droite au lieu de s'allier avec les socialistes...Et la Grèce rentré dans le rang car c'est l'Europe des capitaux, des fonds de pension mondialisés qui règnent...

 

Face au danger FN... choisir le moindre mal (libéralisme social de centre gauche) car JLM ne pourra pas trouver une majorité...

 

***Organisé par   lASSOCIATION DE PROTECTION DU SITE DE MARCEVOL

BALADES NOCTURNES AU CLAIR DE LUNE

                      Samedi 6 Mai 2017

 

Rendez-vous à 20 h 45 sur le parking de l'ancien restaurant de Marcevol

Départ à 21 h

Vin et chocolat chauds vers 22h30 autour d'un feu de camp

Possibilité de bivouac

Places limitées à 40

Participation sur inscription : protection_marcevol@yahoo.fr

Indiquer nom, nombre exact de participants (balade, bivouac)

N° de téléphone mobile

 

Un mail de confirmation vous sera envoyé après inscription.

 

- - -

ARTBORESSENCE - Art et Environnement 

Mas Saint-Jacques

4bis, rue Frédéric Saisset

66430 BOMPAS

+33 (0)4 68 63 15 28

PLAN D'ACCES 

Bus CTPM - n°15 et 9

- - -

PARIS,  07/05/2017

 

« Alcione » de Marin Marais à l’Opéra Comique de Paris de la main de Jordi Savall

 

Grand promoteur de la viole et de Marais, qu’il a contribué à faire connaître dans la bande son originale de Tous les matins du monde, Jordi Savall dévoile aujourd’hui la puissance poétique d’Alcione. Avec Raphaëlle Boitel, Louise Moaty en déploie la magie, en faisant dialoguer machines de théâtre, gréements de navires et arts du cirque.

+ info >> site de l'institur R. LLULL

 

- - -

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 14:36
Les Pritchard's - Les trophées de la jeunesse et le CML - Grégoire Delacourt
Les Pritchard's - Les trophées de la jeunesse et le CML - Grégoire Delacourt
Les Pritchard's - Les trophées de la jeunesse et le CML - Grégoire Delacourt

Les Pritchard's - Les trophées de la jeunesse et le CML - Grégoire Delacourt

 

PARIS,  05/05/2017

 

Jaume Cabré aux rencontres littéraires de Cécile Ladjali

 

L’écrivain catalan est invité pour un dialogue avec ses lecteurs au Théâtre de la Reine Blanche de Paris le vendredi 5 mai à 19h. Il y présentera son dernier titre traduit en français : Voyage d’hiver (Actes Sud, 2017) à l’occasion d’un entretien avec l’écrivaine Cécile Ladjali, qui organise des rencontres avec d’autres auteurs une fois par mois.

+ info >>   

Institut R. LLULL

The Institut Ramon Llull aims at projecting the Catalan language and their culture in all its forms, materials and means of expression. 

The Institut Ramon Llull is a consortium that comprises the Generalitat (Government of Catalonia) and the Barcelona City Council, and its mission is the promotion of Catalan language and culture abroad.

 

BUREAU DE PARIS Raül David Martínez  50, rue Saint-Ferdinand 75017 París  Tél.: +01 42 66 02 45

- - -

Trophées de la jeunesse 2017: Grégoire Delacourt vendredi 5 mai à Perpignan

 

L’écrivain à succès Grégoire Delacourt présentera son roman « Danser au bord de l’abîme » à partir de 17h30 au Palais des Congrès. Il présidera à 18h30 la cérémonie de remise des Trophées de la jeunesse, organisée la Caisse d’Épargne Languedoc-Roussillon, Boitaclous Spectacles, le CML et l’Université de Perpignan Via Domicia et leurs partenaires : Ville de Perpignan, Département des Pyrénées-Orientales, Région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée , l’Indépendant, France Bleu Roussillon, l’USAP, les Dragons

 

www.cmlprixmediterranee.com

Il y a quelques années, en 2012, Grégoire Delacourt se faisait remarquer avec La liste de mes envies, prix Méditerranée des lycéens 2013. Le roman vendu à plus d’un million exemplaires, qui a connu un succès international, a fait l'objet de deux adaptations théâtrales et d'un film.Lorsque Jocelyne Guerbette, mercière à Arras, découvre qu’elle peut désormais s’offrir tout ce qu’elle veut, elle se pose la question : n’y a-t-il pas beaucoup plus à perdre ? Grégoire Delacourt déroule dans La liste de mes envies  une histoire forte d’amour et de hasard. Une histoire lumineuse aussi, qui nous invite à revisiter la liste de nos envies. Dans son nouveau titre paru début 2017, Danser au bord de l’abîme, Grégoire Delacourt met en scène Emmanuelle, trente-neuf ans. Elle vit heureuse avec son mari et ses trois enfants jusqu'au jour où, dans une brasserie, son regard est aimanté par un homme. Et soudain c'est le grand vertige, elle le sait. Jusqu'où ? Le coup de foudre est insaisissable. C’est ce que rappelle l’auteur de best-sellers Grégoire Delacourt dans son sixième roman. L’histoire d’une femme gâtée par l’existence mais qui éprouve, d’un seul coup, le désir de changer de vie. Un merveilleux livre sur le désir.Grégoire Delacourt sait décrire à merveille les émois et les tourments d'une femme heureuse mais pas épanouie, le désir qui tout d'un coup l'enivre, la submerge en ravageant un bonheur confortablement établi : il nous touche et nous emporte, il pénètre au cœur même de la vie, des émotions, les analyse et les dissèque en magnifiant l'amour au présent.

Les jeunes foncent dans leur talent !

 

Lors de sa venue à Perpignan, Grégoire Delacourt présidera la cérémonie de remise des Trophées de la jeunesse. Ce concours, organisée la Caisse d’Épargne Languedoc-Roussillon, Boitaclous Spectacles, le CML et l’Université de Perpignan Via Domicia, compte de nombreux de partenaires comme la Ville de Perpignan, le Département des Pyrénées-Orientales, la Région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée , l’Indépendant, France Bleu Roussillon, l’USAP, les Dragons
 . Un seul but : mettre à l’honneur des jeunes de 16 à 30 ans, résidant dans les Pyrénées-Orientales !  Pour Grégoire Delacourt, la force de la jeunesse c’est d’avoir la liberté de tout inventer : «  Quel risque-ton,  aime-t-il rappeler, quand on risque tout ? ». Et cette phrase dans « La liste de mes envies » que l’on peut lire comme un fil rouge : « J'aimerais avoir la chance de décider de ma vie, je crois que c'est le plus grand cadeau qui puisse nous être fait. » . De nombreux jeunes de 16 et 30 ans se sont inscrits cette année encore au concours des Trophées de la jeunesse. Cinq d’entre eux seront mis à l’honneur le vendredi 5 mai prochain lors de la cérémonie de remise des Trophées qui suivra la présentation du livre de Grégoire Delacourt.. Les jeunes des Pyrénées-Orientales foncent dans leur passion, ils vont vous le prouver lors d’une soirée pleines de surprises et de multiples talents !

Le programme :

Vendredi 5 mai Palais des Congrès de Perpignan (Espagne panoramique 8ième étage).

17h30  Rencontre avec Grégoire Delacourt, pour la présentation et la dédicace de son dernier roman « Danser au bord de l’abîme » (éditions Jean-Claude Lattès).

Dédicaces sur place avec la Librairie Cajelice

18h30  Cette rencontre littéraire sera suivie sur place à 18h30 de la cérémonie de remise des Trophées de la jeunesse présidée par Grégoire Delacourt.

Entrée libre

 

Emmanuelle Malé

Administration du CML - Secrétariat des Prix Méditerranée

CML - Hôtel Pams - 18 rue Emile Zola - 66000 Perpignan

Tél. +33 4 68 51 10 10

Port. +33 6 69 79 15 01

- - -

 

Déclaration du Conseil National du Mouvement de la Paix avant le second tour des élections présidentielles

-------------------------------------------------------------------------

Le Mouvement de la Paix appelle à faire barrage au Front National, à se rassembler et à agir pour la construction d’un monde de justice et de paix.

À la veille d'échéances électorales majeures dans notre pays (présidentielles et législatives) le Mouvement de la Paix par une déclaration en date du 17 Avril 2017 a rappelé un certain nombre de ses valeurs, analyses et propositions sur la base de son projet triennal (2014-2017) Il a souhaité que les électeurs et électrices prennent en compte ces éléments au moment de leurs choix électoraux.http://www.mvtpaix.org/wordpress/blog/2017/04/18/pour-lavenir-de-lhumanite-il-ny-a-dautre-chemin-que-la-paix/

Nous savons que de nombreux électeurs et électrices ont apprécié la déclaration du Mouvement de la Paix tout en n’en tirant pas les mêmes conclusions au plan de leurs choix électoraux.

Si, bien, sur chacun est totalement libre de ses choix de vote, le Mouvement de la Paix, estime de sa responsabilité de dire qu’aucune voix ne doit aller en faveur de la candidate du Front national et que tout doit être fait pour faire barrage au Front National avec un score le plus faible possible.

Le niveau atteint par le vote FN montre à la fois que :

 

-    l'idéologie fascisante du noyau dur de l'extrême-droite, idéologie de discriminations excluantes, d’expression du négationisme, de désignation de boucs émissaires, de xénophobie et de racisme, continue de progresser en France sans rencontrer de riposte suffisante, argumentée et médiatisée.

-    mais aussi que nombreux sont les électeurs et électrices qui utilisent le bulletin de vote Marine La Pen exprimer leur écœurement, leur révolte devant les injustices, le chômage massif, les mensonges et pratiques des dirigeants économiques et politiques du pays. Cette expression est l'un des résultats de la crise profonde de notre société, crise économique, sociale, environnementale et morale.

 

Ces derniers se trompent de colère et se raccrochent à des promesses fallacieuses .Il sont la cible d’une démagogie habilement orientée en direction de chaque segment de la population. Le développement des idéologies nationalistes et d'extrême droite tant en Europe, aux États-Unis, que dans d’autres Etats est une menace pour la paix et pour l'amitié entre les peuples qui est à la base du vivre ensemble et d'une culture de la paix.

De plus, le Front National propose de porter les dépenses militaires en France à 3 % du PIB soit un doublement des dépenses actuelles c’est à dire des dépenses militaires supplémentaires de l’ordre de 150 milliards d’Euros sur 5 ans.

 

Cependant, nous sommes aussi bien conscients que la logique ultralibérale, qui inspire une mondialisation caractérisée par une logique financière et spéculative, accentue la fracture entre riches et pauvres, au sein de notre société et entre les pays. Cette logique qui met en concurrence les peuples et les individus, est facteur de tensions, de violences multiples et de guerres et impose à de nombreux peuples des régressions sociales et humaines intolérables alors que la culture de la paix nécessite progrès social et justice.

 

D’autres voies et solutions existent pour résoudre durablement cette crise grâce à la solidarité entre les peuples et la réalisation concrète des aspirations des peuples et des droits humains (économiques, sociaux, démocratiques, environnementaux, culturels et droit à la paix) en France et dans le monde Ces solutions nécessitent, pour leur réalisation, le soutien et l’engagement résolus des citoyens et citoyennes dans les actions nécessaires et le renforcement des associations et organisations démocratiques.

 

Il faut que progressent partout en France et dans le Monde les idéaux de justice, de respect mutuel, de solidarité et de paix, déjà bien menacés dans le contexte actuel.

 

C'est pourquoi le Mouvement de la paix, appelle au second tour des élections présidentielles à faire barrage au Front National, en utilisant le seul bulletin de vote qui reste à notre disposition,ce qui ne signifie aucunement un soutien au programme libéral et flou de l'autre candidat, ni une acceptation des modalités de cette élection, car pour nous l'essentiel reste de se rassembler et d'agir pour la construction d’un monde de justice et de paix.

Le Mouvement de la paix appelle par ailleurs :

·      à participer massivement aux manifestations et rassemblements du 1er Mai en s’exprimant pour la paix, la démocratie, le progrès social et la solidarité internationale.

·      à se rassembler et à participer à toutes les luttes actuelles pour la construction d’un monde de justice et de paix.

·      à choisir au moment des législatives des candidats qui agissent et s’engagent pour la paix et la construction d’une culture de la paix et de la non-violence.

·      à s’engager activement dès à présent dans la préparation des marches pour la paix qui se dérouleront partout en France le samedi 23 Septembre dans le cadre de la journée internationale de la paix.

 

« Le ventre est toujours fécond d’où est sortie la bête immonde » Bertolt Brecht 

 

Le Mouvement de la Paix- 30 avril 2017
https://www.facebook.com/commerce/products/1346502665415366/

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 10:22
J.Luc Mélenchon au Bocal du Tech (fête du Travailleur catalan- photo de Jean-Pierre BONNEL) - Guitares du monde
J.Luc Mélenchon au Bocal du Tech (fête du Travailleur catalan- photo de Jean-Pierre BONNEL) - Guitares du monde

J.Luc Mélenchon au Bocal du Tech (fête du Travailleur catalan- photo de Jean-Pierre BONNEL) - Guitares du monde

FAIRE BARRAGE - Se souvenir des fascismes, des camps, de l'exil des Républicains...

**Appel aux Insoumis ! Appel à Mélenchon !

"faire barrage à..." l'expression, répétée depuis des années, est devenue un poncif, une image galvaudée. Mais l'idée est toujours d'actualité : éviter le danger, l'esprit de Vichy, le racisme, la peur derrière les frontières, la sortie de l'Europe (à réformer, c'est sûr!), le populisme haineux.

Voter donc pour celui qui est moins pire.

On votera encore par défaut, mais il faut s'y résoudre pour sauver l'essentiel ! Votez Macron sauf si on considère que le libéralisme est un fascisme. Non, Macron n'est pas fasciste, même s'il est poussé par la Bourse, les milieux financiers... Mieux vaut le réformisme, l'apaisement quand c'est l'inconnu et la guerre qui est offert par le FN... 

Un démocrate ne peut accepter que l'aventure ait lieu car tout est possible et M.Le Pen peut être élue !!!

 

JPBonnel

 

***La librairie Torcatis change ses horaires et sera désormais ouverte dès le lundi matin

 

Lundi 10h00 - 19h00

Du Mardi au Samedi 9h30 - 19h00

et 24/24 - 7/7 sur www.librairietorcatis.com

 

MERCREDI 26 AVRIL A PARTIR DE 18H00

Rencontre avec Gilbert GRELLET

pour son ouvrage paru aux éd. Albin Michel

UN ETE IMPARDONABLE

1936 LA GUERRE D'ESPAGNE ET LE SCANDALE DE LA NON-INTERVENTION

 

À l'été 1936, les troupes nationalistes du général Franco, avec l'appui d'avions allemands et italiens, remontent du sud de l'Espagne vers Madrid. C'est une véritable « colonne de la mort », formée de légionnaires et de mercenaires marocains. En chemin, ils multiplient les massacres de civils et assassinent les responsables politiques d'une République espagnole fragile, qui avait appelé au secours le gouvernement français du Front populaire. 

 

JEUDI 27 AVRIL A PARTIR DE 17H00

AU CENTRO ESPAGNOL - PERPIGNAN

RAYMOND SAN GEROTEO

présentera son ouvrage paru aux éd. Cairn

LES FOSSOYEURS DE LA SECONDE REPUBLIQUE ESPAGNOLE

 

Il y a quatre-vingt ans l'insurrection fasciste en Espagne avait provoqué un des événements les plus dramatiques de l'histoire européenne du XXe siècle. Alors que l'Europe d'après-guerre s'est construite sur une mémoire sélective qui a tu, pendant la guerre froide, les chapitres les plus embarrassants, une nouvelle génération d'historiens ouvre d'autres pistes d'investigations

- - -

Mercredi 26 Avril 18h30

 

 

 

 

LA CONFÉRENCE / PROJECTION - ANTONI CISTERO

 

Le Mémorial du Camp de Rivesaltes, le Centre International de Photojournalisme de Perpignan et Les Amitiés Internationales André Malraux ont le plaisir de vous inviter à La Conférence / Projection le Mercredi 26 Avril à 18h30.

PRÉSENTATION DE LA SOIRÉE

 18H30 – Conférence de Antoni CISTERÓ 

« Les trois séjours d’André Malraux en Espagne, lors de la Guerre Civile »

Auteur de Campo de Esperanza, un roman évoquant les différents séjours de Malraux en Espagne, Antoni Cisteró est un spécialiste d’André Malraux. Il présentera le parcours de l’intellectuel français en Espagne et l’importance de son combat durant la Guerre Civile.

 

19h45 - Présentation et Projection du film dans l'Auditorium du Mémorial        

L’ESPOIR (69 mn)

SIERRA DE TERUEL – 1939

Réalisation : André Malraux - Prix Louis Delluc 1945

C’est en Espagne, pendant la guerre civile, qu’André Malraux tourne Espoir (Sierra de Teruel), d’après son propre roman.

Soirée organisée dans le cadre de l’Exposition de photographies sur la guerre civile espagnole intitulée « L’Espagne déchirée 1936-39 », présentée par le Centre International de Photojournalisme de Perpignan et le Mémorial du Camp de Rivesaltes, du 16 mars au 17 mai 2017 au Couvent des Minimes de Perpignan et au Mémorial du camp de Rivesaltes.

Le lundi 26 avril 1937 la ville de Guernica était bombardée, un jour de marché, par des avions allemands et italiens. C'est la première fois dans l'Histoire moderne qu'une population urbaine est sciemment massacrée. 

 

Tarif : Gratuit

Attention : réservation indispensable

au 04 68 08 39 70 / info@memorialcamprivesaltes.fr

 

- - -

 

***GUITARES DU MONDE

 

MARCO BATTAGLIA 

(Italie)

Mercredi 26 Avril à 20h30

Maison de l'étudiant de l'Université "Via Domitia" de Perpignan

Né à Milan. Etudie  la Civic Scholl of Music après avoir avoir étudié le droit et la philosophie à l’Université d’Etat.

En 1995 est primé au Conservatoire et se spécialise dans la musique du 19° siècle en jouant 

sur des instruments d’époque de sa collection privée.

(Entrée libre)

 

Partager cet article
Repost0
15 avril 2017 6 15 /04 /avril /2017 10:12
Galerie PROFILS de COLLIOURE - Séismes : conférence à BANYULS - Bal à ELNE
Galerie PROFILS de COLLIOURE - Séismes : conférence à BANYULS - Bal à ELNE
Galerie PROFILS de COLLIOURE - Séismes : conférence à BANYULS - Bal à ELNE

Galerie PROFILS de COLLIOURE - Séismes : conférence à BANYULS - Bal à ELNE

Lundi 17 avril, de 15h à 19h, Martine Maymil et Jacques Fredenucci, le ténor perpignanais du 

duo « Téquila », prendront le relais afin de clôturer ce week-end de danse. Ce rendez-vous 

intergénérationnel, lien social incontestable, invite les amateurs de danse du département à s’en donner à 

cœur-joie sur la piste de danse très prisée de la salle des fêtes d’Elne.

L’équipe de bénévoles quant à elle, se met en quatre pour vous accueillir et vous satisfaire. Ainsi, votre billet 

d’entrée vous donne droit désormais non seulement à une pâtisserie mais également à des boissons servies 

à volonté. Un tarif exceptionnel vous est proposé pour l’achat de deux jours consécutifs à 10 € / pers. (au 

lieu de 12€) !

Un moment convivial agréable à partager entre amis, ce week-end, dans la très belle salle d’Elne pour fêter Pâques.

Réservation possible jusqu’au matin de l’animation – 12 h

Auprès de Joan Llorenç Solé au 07 83 82 14 13.

Prix d’entrée : 12 € /pers. ou 10 € / pers. pour l’achat deux 2 jours consécutifs (pâtisseries offertes et boissons gratuites).

(C) Jean IGLESIS

Partager cet article
Repost0
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 07:19
Expo photographies de Jacques SAIS - Oui au pays catalan : la pêche
Expo photographies de Jacques SAIS - Oui au pays catalan : la pêche

Expo photographies de Jacques SAIS - Oui au pays catalan : la pêche

 

 

Entre melangia i revolta

 

 

Poemes

 

 

Joan Iglesis

 

 

A sota la bandera…

 

Només vull recordar la música lleugera

De la cobla encisant la terra encara entera.

Vull saludar la sang i l’or de la senyera,

Bategada per la història mentidera.

Perquè la llibertat visqui plena i sincera

Jo només vull cantar a sota la bandera.

 

Només vull somniar a sota l’olivera,

Bressolat  pels esclats de la  llum  jogassera.

Vull encantar el vent bufant per la bosquera,

Entendre el murmurí de la font fugissera.

Perquè la llibertat visqui plena i sincera

Jo només vull cantar a sota la bandera.

 

Només vull ensumar la dolça primavera

Quan desperta el fullam de l’alzina surera.

Vull sentir els obrers xiulant per la pedrera,

Oir els nins cridant sobre la carretera.

Perquè la llibertat visqui plena i sincera

Jo només vull cantar a sota la bandera.

 

Només vull compartir una festa llunyera:

Nit de Sant Joan a prop d’una jove estrangera.

Vull reviure el caliu de l’amistat sencera

De companys i d’amors perduts per la sendera.

Perquè la llibertat visqui plena i sincera

Jo només vull cantar a sota la bandera.

 

Només vull escoltar la merla riallera

Que es burla dels afanys de la vila feinera.

Vull contemplar el rossinyol damunt la serra,

Esborrant  d’un sol vol una mala frontera.

Perquè la llibertat visqui plena i sincera

Jo només vull cantar a sota la bandera.

 

 

Al meu país

 

Del cim del Canigó sagrat

A la Llotja de Mar superba,

De la plana on madura el blat

Al pi que el migdia exacerba,

Canti la passió i l’encís

Del meu país.

 

Del Vallespir regat de deus

A la rocallosa Corbera,

Dels teulats blanquejats de neus

Als roures negant la frontera,

Canti la passió i l’encís

Del meu país.

 

Dels Aspres ofegats  pel vent

A l’Albera que el sol irisa,

De l’ona vestida d’argent

Al camp que bressola la bisa,

Canti la passió i l’encís

Del meu país.

 

De la Cerdanya compartida

A la sardana  per ballar,

Del gall que cada matí crida

Al burro que es vol català.

Canti la passió i l’encís

Del meu país.

 

 

 

 

Cant per al merla rialler                                               (Homenatge a Joan Pau Giné)

D'ençà que ens ha deixat,                                                               D'ençà que s'és anat,                                                                  Aquí a Rosselló                                                                         Costa de fer cançós.                                                                       De quan en quan el dia                                                              Porta una melangia,                                                                                La del merla rialler,                                                                          La d'en Joan Pau Giné.                                                               

Vespres de broma roja                                                                              Sul camí de Costoja,                                                                              On padrines i llops                                                                    S'estimen a l'encop.                                                                          Quan la mar embrutida                                                                        Plora sense mentides,                                                                     Lluny del merla rialler,                                                                     Lluny d'en Joan Pau Giné.                                                                     

El món se'l veu pitjor                                                                            A la televisió                                                                                      On els morts i les penes                                                           Corren per les cadenes.                                                                   Peret i la Françoise,                                                                        Els hi han venut la casa,                                                                   Niu del merla rialler,                                                                Niu d'en Joan Pau Giné.

L'allioli munta massa                                                             Amb l'all de Montparnasse.                                                             A l'estiu quin pastís                                                                         Fan els pallagostís!                                                                           El cuc se gira enrere,                                                                Vol engolir la terra,                                                                        La del merla rialler,                                                                           La d'en Joan Pau Giné.

El xirment, l'han cremat                                                           Els mestres educats.                                                                         Sota la marinada,                                                                                    El grec alça tirades,                                                                             Versos d'ahir, d'allà,                                                           Cridant «Adiu ça va... »                                                                     Cap al merla rialler,                                                                    Cap en Joan Pau Giné.                                …/…

                                                                            

                                                                                               La Mercedes, pobreta,                                                                  Ha agafat la maleta,                                                                                Ha passat la frontera.                                                                        Se ven a la Jonquera...                                                                            Sota la nit que ve,                                                                         Bages s'endorm solter,                                                                         Sense el merla rialler,                                                                     Sense en Joan Pau Giné.

 

 

 

 

Cerdanya

Cerdanya que tinc al cor,                                                  Ufana de sang i d'or,                                                              Ferida per tants enganys,                                                          Lluites d'ençà d'anys i panys.

Cerdanya que es riu del vent,                                              Sota el sol impenitent,                                                  Plana oberta al cel estès,                                                 Lluites per tot i per res.

Cerdanya rica d'espers,                                                           Entre tramuntana i cers,                                                        De cara al llamp i la pedra,                                             Lluites contra la frontera.

Cerdanya on madura el blat,                                                         Amb somnis sembrats pel prat,                                              Mentre la vida se'n va,                                                                 Lluites força per demà.

 

 

 

Elna

 

Sota la llum serena,

De cara a la carena, 

La catedral eterna

Refrena joia i pena.

Ellna riu i destrena

Records de vida plena.

 

Nena de pell morena,

Canta una cantilena,

Elna.

 

Quan la pluja esmargena

Els camps de terra siena,

Quan el Tec es desfrena,

Carregant fang, arena,

Elna plora i estrena

El dol que l’enllumena.

 

Nena de pell morena,

Canta una cantilena,

Elna.

 

La nit desencadena

Els secrets de la penya.

La lluna caraplena 

Fascina la falena.

Elna dorm, esgramena

El somni que l’embena.

 

Nena de pell morena,

Canta una cantilena,

Elna.

 

 

 

 

 

 

No sem occitans!... Sem catalans!...

 

La gran i nova regió

Ha entrat en religió

A fi d'encertar un nom

Que pugui plaure a tothom.

Sota el buf del vent d'Espanya,

S'ha escollit Occitània,

Oblidant la veu ufana

De la terra catalana.

 

Hem escrit la nostra història

Sense perdre la memòria.

El cant dolç de la senyera

Riu de la mala frontera.

Drets, de cara a l'opressió,

Avui sem una nació.

Escoltem la veu ufana

De la terra catalana.

 

Volem a sota la neu

Contemplar el Pirineu,

Seguir camins ramaders,

Rics de records verdaders.

Volem a vora del mar

Viure el caliu de la llar,

Entendre la veu ufana

De la terra catalana.

 

Canviar d'identitat?

Ser descatalanitzat?

Esborrant un nom, un lema,

Es pot resoldre un problema.

Si el rei fa la lliçó,

Sempre ens queda una cançó

Per sentir la veu ufana

De la terra catalana.

 

Refrany

No volem ser occitans!...

Des de temps d'or i de sang,

Caminem sempre endavant...

Sem i serem catalans!...

                                                             Poema musicat i interpretat per l’artista i amic cantautor català Joan Llorenç Solé, al qual és dedicada la gran majoria d’aquests textos …

Entre melangia i revolrta

 

A sota la bandera…

Al meu país

Cant per al merla rialler (Homenatge a Joan Pau Giné)

Cerdanya

Elna

No sem occitans!... Sem catalans!...

 

 

 

Joan Iglesis

 

Tel fixe :     04 68 55 94 42

Tel mobile : 06 68 78 24 04

E-mails :  HYPERLINK "mailto:jean.iglesis@wanadoo.fr" jean.iglesis@wanadoo.fr

               jean.iglesis6@gmail.com" jean.iglesis6@gmail.com

Partager cet article
Repost0
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 09:07
L'auto - La voix - Les gants - Le coeur
L'auto - La voix - Les gants - Le coeur
L'auto - La voix - Les gants - Le coeur
L'auto - La voix - Les gants - Le coeur

L'auto - La voix - Les gants - Le coeur

***Le long chemin de croix de François Fillon

 

Qu’est-ce qui attend François Fillon, et par conséquent la France à moins de trois mois du premier tour de l’élection présidentielle ? Le candidat de la droite et son épouse sont-ils « coupables » de ce dont désormais la clameur les accable ? L’affaire est apparemment simple et chacun, en fonction de ses intérêts politiques a maintenant un avis tranché. Pour ceux qui rêvent d’une restauration de la droite classique après l’horrible épisode Hollandien, et qui, par un vote de classe, ont choisi à la primaire un homme qui leur ressemble,  « le couple Fillon est blanc comme neige ». Pour ceux qui, avec Pierre Bergé, George Soros, Jacques Attali, Laurent Joffrin, Daniel Cohn-Bendit et tous les autres rêvent d’une présidence Macron qui permettrait de ne surtout rien changer : « François Fillon a l’âme noire, il est indigne de diriger la France ».

Trois imprudences

Concernant les faits eux-mêmes tels qu’ils nous sont présentés, j’aurais tendance à considérer concernant l’emploi d’attaché parlementaire, que députés et sénateurs devraient être libres d’organiser leur travail comme ils l’entendent avec les moyens qui leur sont fournis et que les interventions permanentes du juge judiciaire dans le fonctionnement du parlement sont autant d’atteintes à la séparation des pouvoirs. En revanche, l’affaire de l’emploi de Pénélope Fillon à la Revue des Deux Mondes, au-delà des qualifications juridiques meurtrières qui risquent de tomber, est beaucoup plus gênante et très déplaisante. Elle est le symbole d’un capitalisme de connivence, devenu insupportable.

Et puis François Fillon s’est mis lui-même dans la seringue avec ses trois énormes imprudences. Il a tout d’abord fait adopter à son épouse des comportements politiquement difficilement défendables. Il se serait ensuite livré – il le dément – à la dénonciation déshonorante de Nicolas Sarkozy auprès du pouvoir socialiste. Il a enfin prononcé cette phrase épouvantable : « imagine-t-on le général de Gaulle mis en examen ? » Proférée il faut le rappeler, quand il était en perdition dans les sondages de la primaire.

 

L’innocence ne protège de rien

Mais la question que l’on va se poser face à la catastrophe politique qui frappe le candidat de la droite, ce n’est pas de savoir s’il est pénalement coupable de quelque chose, question à laquelle il ne sera pas répondu avant fort longtemps et pour l’instant dénuée d’intérêt pratique. Mais d’imaginer ce qui va se passer dans les jours et les semaines qui viennent. En rappelant les règles du cirque politico-judiciaire : il ne faut pas faire confiance à la Justice, et l’innocence ne protège de rien. Et ceux qui disent le contraire profèrent un pieux mensonge. Il ne faut pas faire confiance à la Justice, parce que l’organisation de l’institution repose précisément sur la défiance vis-à-vis de l’Homme magistrat. Toutes les règles dont il faut sans relâche demander le respect ne sont là que pour compenser le fait que celui qui va juger est un homme (ou une femme) comme les autres, c’est-à-dire faillible. Et l’innocence ne protège de rien par ce que cette Justice est aussi un enjeu, et son utilisation à des fins politiques à un niveau rarement vu, est un des traits caractéristiques de ce quinquennat qui s’achève. Face à cette dérive, le respect des principes, l’innocence ou l’honneur d’un homme ne pèsent pas grand-chose.

 

Évidemment, même s’il n’est pas idéalement placé pour le faire, François Fillon a beau jeu de hurler au complot, car c’en est un, et de longue main. Déroulons le scénario. Des informations concernant la situation de Pénélope Fillon dont certaines étaient connues depuis longtemps. La connaissance de l’emploi à la Revue des Deux Mondes nécessitait en revanche des informations administratives qui ne sont pas accessibles à tout le monde. Le moment choisi, à trois mois du premier tour de la présidentielle, met la droite républicaine dans une situation inextricable. Il faut donc se tourner vers l’exécutif qui face à la catastrophe de la primaire socialiste envoie de plus en plus de signes d’un soutien empressé à Emmanuel Macron. Avec un deuxième acteur essentiel, la presse spécialisée dans l’envoi de ce genre de missiles. Dûment informée, elle a fait ce que l’on attendait d’elle.

Et puis il y a le « Parquet Financier », instance créée dans l’émotion de l’affaire Cahuzac, dont la direction a été donnée à des gens de confiance, et qui a manifesté pendant quatre ans un zèle sans faille à l’encontre de Nicolas Sarkozy. Cette institution sous contrôle hiérarchique direct du ministre de la Justice a « ouvert » une enquête préliminaire quelques heures après la publication du Canard enchaîné. Première observation, pour qui connaît un peu le fonctionnement de la machine judiciaire, il semble impossible que cette initiative ait été prise sans concertation préalable au moins avec la place Vendôme et plus probablement avec l’Élysée. Et sans que le plus haut niveau de l’exécutif ait donné soit son accord, soit carrément des consignes. Deuxièmement, la célérité avec laquelle se sont déclenchées les investigations : perquisition dès le lendemain, auditions le surlendemain, implique évidemment une préparation bien antérieure à l’article du Canard enchaîné. Tous les regards devraient se tourner vers celui que la rumeur nous présente depuis le début du quinquennat comme le patron du cabinet noir de l’Élysée, Stéphane le Foll le rival sarthois de François Fillon. Rien pour l’instant ne permet de l’affirmer, on se contentera donc de quelques déductions face à des évidences. Ajoutons à celles-ci, la misérable opération déclenchée contre Rachida Dati. Qui présente plusieurs caractéristiques, au-delà de son charisme et de son talent, celle d’exaspérer l’establishment qu’il soit de droite ou de gauche. Comme elle dispose en plus d’un incontestable courage dans l’expression de ses désaccords, elle n’a pas envoyé dire à François Fillon ce qu’elle pensait de sa façon de traiter les amis de Nicolas Sarkozy dans la campagne. Elle est donc accusée par les gazettes, bouc émissaire d’une minable opération de diversion, d’être à l’origine de l’opération. On répondra qu’elle n’a jamais siégé à l’Assemblée nationale, et que l’on ne voit pas comment elle aurait pu accéder à la comptabilité de la société éditrice de la Revue des Deux Mondes. Ce qui n’a pas empêché, à droite, ceux qui n’ont jamais accepté Rachida Dati pour des raisons inavouables, de se jeter sur cet écran de fumée. Plutôt que de dénoncer les vrais organisateurs et mener le bon combat.

S’il est élu, François Fillon sera immunisé. Pénélope non…

Sans mesurer peut-être aussi que la restauration dont ils rêvent a peut-être pas mal de plomb dans l’aile. François Fillon, qui a aussi dû se faire expliquer par ses fils, enfin devenus avocats, ce qu’était le temps judiciaire, a dit qu’il se retirerait s’il était mis en examen. Il sait très bien que le parquet n’aura pas le temps, avant le premier tour de la présidentielle de demander l’ouverture d’une information judiciaire menée par un juge d’instruction qui aurait cette compétence. En revanche, le cirque médiatico-judiciaire a commencé, et toutes les péripéties habituelles vont pourrir la campagne. On a déjà eu une première perquisition, et l’audition de témoins de l’accusation. Vont probablement suivre des gardes à vue, des confrontations, etc. etc. Et bien évidemment et comme d’habitude les gazettes amies seront immédiatement informées, alimentées, et les auditions, interrogatoires, transcriptions d’écoutes téléphoniques, dûment manipulés seront publiés. Avec l’effet qu’on imagine à chaque fois. Le parquet financier, tout à son zèle peut également nous offrir une citation directe en correctionnelle, ce qui voudrait dire que l’affaire pourrait être jugée sans passer par la case information judiciaire (instruction). Imaginons une citation à comparaître délivrée aux époux Fillon le jeudi précédent le premier tour pour une audience au mois d’octobre. Si François Fillon était quand même élu, il bénéficierait de l’immunité, mais pas son épouse. Charmante façon de commencer un quinquennat et bonjour l’autorité du nouveau président.

Comment en est-on arrivé là, à placer la France dans une telle situation politique ? Un quinquennat socialiste catastrophe, une primaire de la droite véritable dévoiement démocratique avec le choix d’un mauvais candidat désormais plus que fragile, un pouvoir aux abois, s’autorisant des méthodes barbouzardes et des manipulations indignes pour adouber un freluquet inconsistant et sauver ses petits meubles. Et tout cela au profit du Front national qui n’a même plus besoin de faire campagne.

Le fumet qui se dégage de cette marmite, devient carrément méphitique.

© Qui ?

 

---Qui fait le jeu de l'extrême-droite (de façon volontaire ou pas...) ?

Vous connaissais le gang FN ???

 

 

***CONNAISSEZ VOUS LES FONDATEURS DU FN ?

 

 

Pierre Bousquet, secrétaire général du Parti de l'Unité Française et ancien de la division SS Charlemagne 

 

François Brigneau, ancien milicien, condamné pour collaboration avec les nazis 

 

Dominique Chaboche, ancien de Occident ; 

 

André Dufraisse, ancien collaborateur 

 

François Duprat, journaliste et ancien de Ordre nouveau, diffuseur du négationnisme, assassiné en 1978 

 

Roland Gaucher, ancien collaborateur, 

 

Léon Gaultier, ancien proche collaborateur du Secrétaire général à l'Information du gouvernement du Maréchal

 

Pierre Marion, un des fondateurs de la Milice, il a combattu sous l'uniforme allemand de la Waffen- SS sur le Front de l'Est durant l'été 1944 

 

Roger Holeindre, ancien résistant, ancien de l’OAS 

 

Alain Robert, pour Ordre nouveau et le GUD. 

 

Victor Barthélemy, ancien du Parti communiste français, puis de la LVF, puis secrétaire général du PPF (voir son livre de mémoires Du communisme au fascisme)

 

et comme il faut frapper le fer tant qu'il est chaud, qui sont les politiques suivants?

 

*Jacques Bompard -Membre fondateur du Front national en 1972 - crée OAS Cambronne, un réseau de soutien à l'OAS. Il rejoint par la suite les rangs du mouvement étudiant d'extrême droite Occident dont il intégrera plus tard le secrétariat national puis à Ordre nouveau après la dissolution d'Occident en 1968

 

*Jack Marchal- Adhérent du mouvement Occident dès 1966, il rejoint en 1968 le noyau fondateur du Groupe union défense (GUD) et entre à la direction politique d'Ordre nouveau, dont il dirige la presse. Il participera à ce titre à la création du Front national en 1972 avant de rejoindre deux ans après le Parti des forces nouvelles. Il a rejoint le Front national en 1984.

 

*Jean-François Galvaire -Membre d'Ordre nouveau en 1970, il fut l'un des fondateurs du Parti des forces nouvelles (PFN). Il devient par la suite conseiller régional Poitou-Charentes pour le Front national et président des Amis de National Hebdo

 

*Pascal Gauchon - ex-rédacteur en chef de Défense de l'Occident, il fut membre d'Ordre nouveau, puis devint secrétaire général du Parti des forces nouvelles, mouvement d'extrême droite, de 1974 à 1981. En mai 1979, il participe, en 4e position, derrière Michel de Saint-Pierre, Jean-Louis Tixier-Vignancour et Jean-Marie Le Pen, à la tentative de liste commune PFN/FN pour les élections européennes

 

*Martial Bild -organe du Parti des forces nouvelles (PFN), puis adhère deux ans plus tard, en septembre 1980

 

*Didier Lecerf -Il fut membre de la direction du Parti des forces nouvelles et l'un des principaux rédacteurs du journal Pour une force nouvelle. Il rejoint, en 1984, le Front national

 

*Georges-Paul Wagner – Ancien d’Action Française, élu député des Yvelines en 1986, sous les couleurs du Rassemblement national, fondateur avec Roland Hélie et Philippe Colombani, de l'Institut d'histoire et de politique, centre de formation au service du FN.

 

*Georges Theil - condamné en 2001 par la Cour d'appel de Grenoble pour contestation de crimes contre l'Humanité, condamné le 3 janvier 2006 à 6 mois de prison ferme pour des propos tombant sous le coup de la loi Gayssot qui réprime le négationnisme de la Shoah. conseiller régional FN en Rhône-Alpes de 1998 à 2004.

 

*Jean-Jacques Susini –Créateur de l’OAS, condamné deux fois par contumace, à la peine de mort par la Cour de sûreté de l'État, pour son appartenance à l'OAS et comme inspirateur de l'attentat manqué contre Charles de Gaulle. Amnistié sur décision du général de Gaulle en 1968, Candidat pour le Front national aux élections législatives de 1997 dans les Bouches-du-Rhône.

 

*Pierre Sergent - participant du putsch d'Alger, chef d'état major de l'OAS-Métropole en 1961, condamné à mort par contumace par deux fois en 1962 et 1964, lors du procès par la Cour de Sureté de l'État des 8 principaux dirigeants de l'OAS, amnistié en 1968. Élu en 1986 député des Pyrénées-Orientales sous l'étiquette du Front national qu'il avait rejoint en octobre 1972.

 

*Albert Rosset - a déclaré à propos des chambres à gaz (11 octobre 2004, Lyon, conférence de presse du FN, en présence de Bruno Gollnisch) : « Il faut faire la différence entre la mémoire vécue et la mémoire rapportée. Moi, j'ai vu les chambres à gaz, je les ai même utilisées. Elles ont servi à désinfecter des milliers de prisonniers, pouilleux ou atteint du typhus ». Conseiller régional Front National de la région Rhône-Alpes, élu sur le département de l'Ardèche.

 

*Fabrice Robert –Militant de troisième Voie (TV) organisation nationaliste révolutionnaire française, née en 1985 de la fusion du Mouvement nationaliste révolutionnaire avec des dissidents du Parti des forces nouvelles, dissoute en 1992, réactivée en 2010 sous l'impulsion de Serge Ayoub et dissoute de nouveau en 2013. Conseiller municipal du Front national à La Courneuve.

 

*Alain Renault -Secrétaire général d'Ordre nouveau, secrétaire général du Front national (FN) jusqu'en 1980

 

*Jean Madiran -décoré de la Francisque, secrétaire de Charles Maurras, collabore à l'hebdomadaire Rivarol et à L’Action Française. Ses écrits expriment sans retenue antisémitisme et antimaçonnisme, “Nous sommes à droite de l’extrême droite.” disait-il, Compagnon de route du Front national

 

*Guillaume Luyt -Ancien militant royaliste et dirigeant d'Unité radicale, il a succédé à Samuel Maréchal comme chef du Front national de la jeunesse (FNJ)

 

*Alain de La Tocnaye  : OAS, Parti nationaliste français, Mouvement Travail Patrie, condamné à mort le 4 mars 1963. Le 11 mars, sa peine est commuée en prison à perpétuité. Il est gracié et libéré en 1968, Front national, au sein duquel il n'a pas de responsabilité particulière.

Il est le père de Thibaut de La Tocnaye, également militant et membre du Front national.

 

*Serge Jeanneret - Action française, chef adjoint de cabinet d'Abel Bonnard dans le gouvernement Pierre Laval. En 1986, il adhère au Front national. Il est élu conseiller régional FN d'Île-de-France, puis vice-président du groupe FN

 

*Roger Holeindre : OAS, fait partie du service d'ordre de Jean-Louis Tixier-Vignancour, fondateur du Parti national populaire, participe à la fondation du FN.

 

*Gilbert Gilles - intègre la Waffen SS (au sein de la Division Charlemagne, avec le grade de Oberscharführer), a ensuite appartenu à l'OAS, puis adhéra au Front national.

 

*Pierre Descaves -s'engage en 1961 dans l'Organisation armée secrète (OAS), rejoint le Front national en 1984, membre du comité central.

 

*Jean-Pierre Cohen -adhère à 20 ans à l'OAS, Membre du comité central du Front national

 

*Christian Bouchet -rejoint en 1971 la Nouvelle Action française, cadre dirigeant du mouvement nationaliste-révolutionnaire européen, puis secrétaire-général des mouvements Troisième voie, Nouvelle résistance et Unité radicale, FN depuis 2008

 

 

Partager cet article
Repost0
3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 08:57
Conférence à l'ancienne usine Nobel de Paulilles -

Conférence à l'ancienne usine Nobel de Paulilles -

*** Après la polémique autour de la phrase de Macron sur les massacres en Algérie, j'ai relu Kamel Daoud (Meursault, contre-enquête) l'écrivain algérien, si "objectif" et adulé par le lectorat français, écrit :

"C'est pourquoi je vais faire ce qu'on a fait dans ce pays après l'indépendance ; prendre une à une les pierres des anciennes maisons des colons et en faire une maison à moi, une langue à moi...Les mots du meurtrier sont mon bien vacant" (page 12, éditions Actes-Sud))

 

..."Depuis des siècles, le colon étend sa fortune en donnant des noms à ce qu''il s'approprie et en les ôtant à ce qui le gêne. S'il appelle mon frère l'Arabe, c'est pour le tuer comme on tue le temps, en se promenant sans but..." (page 23)

- - -

...Je parcours aussi le livre de P. VIDAL-NAQUET sur "L'affaire AUDIN", du nom du militant communiste torturé, éliminé (Editions de Minuit, 1958, préface de Laurent Schwartz; le préfacier écrit :

"Il est sûrement très dur pour la plupart des Français de se dire qu'il peut exister une comparaison entre certains excès commis en Algérie et deux des nazis; il faut reconnaître qu'il en est bien ainsi... (page 10)

 

Depuis le 1er nov 1954, l'Algérie est en guerre; le parti communiste algérien est dissous...les méthodes légales ne sont plus appliquées; c'est le général Massu et ses parachutistes qui, par un arrêté du préfet d'Alger, sont désormais chargés des tâches de police... Contexte expliqué page 19... Arrestation d'Audin et récit de sa mort...

Il faut bien citer ici le Jaurès de septembre 1898 : "...Loin de désarmer aujourd'hui les citoyens qui ont entrepris le combat contre les violences et les fraudes de la justice militaire doivent redoubler d'efforts pour éveiller et éclairer le pays."

 

...Tant de livres et de preuves sont à citer pour montrer l'injustice de la colonisation (90% du territoire possédée par une poignée de colons... crimes et tortures, même si ceux du FLN sont aussi à montrer...)

JPB

 

*‍**Bonjour à tous,

Samedi 4 mars, café philo, animé par JPBonnel, à la médiathèque du Boulou (près de la mairie, parking, entrée libre), de 10 h à Midi : café, échange sur le concept d'Histoire selon le philosophe allemand Walter Benjamin.

 

A partir due son dernier livre : Les Thèses sur l'Histoire.

  

 … et le vendredi 10 mars:

 

**L'Association Walter Benjamin propose aussi une conférence sur la frontière, par André ROGER, psychanalyste : 

à Banyuls, le vendredi 10 mars, à 18h30, salle Novelty (entrée gratuite, parking, video, débat...)

Contact : 06 31 69 09 32

>

> 7 route de Bages - 66180 - Villeneuve de la Raho - 04.68.55.96.39. - 06.31.69.09.32. - "le blogabonnel"

Partager cet article
Repost0
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 09:25
Les journalistes sont des chiens - Marchais, Mélenchon, Fillon...

LES JOURNALISTES SONT DES CHIENS

 

LA PHRASE EST, JE CROIS, DE MITTERRAND. IL EST VRAI QUE LES JOURNALISTES et paparazzis l'embêtaient avec son passé vichyssois, Algérie française, sa maîtresse, sa fille cachée...

La presse libre (Le Canard, Charlie, Le Monde...), non dépendante d'un parti politique (Le Figaro, L'Humanité, Nation...) s'est affirmée vraiment comme un contre-pouvoir après la présidence de De Gaulle.... Diamants de Bokassa pour Giscard, casseroles pour Chirac et Sarkozy...

Les politiques er les candidats à la présidence de la République se sont moqués des médias à partir de Marchais, dont l'humour populaire et le célèbre "Taisez-vous Elkabach !" ont été diffusés grâce à la télévision (début des émissions politiques avec Duhamel, qui persiste en 2017...) et à la société du spectacle rayonnante.

C'est Mélenchon qui, à présent, insulte des journalistes, refuse certains médias (France-Inter) car les questions des journalistes (P. Cohen) le gênent, et joue les Marchais, en moins amusant mais en plus mordant. Cet aspect de la personnalité du candidat "insoumis" (autrefois soumis au PS et à l'Europe…), quelque peu caractériel, est un handicap, mais aussi une façon de montrer sa liberté et son "insoumission"…

Sarkozy, aussi, a eu des échanges salés avec les journalistes télévisuels, lors de l'émission politique, par exemple, de FR2, avec Pujadas et Salamé...

En 2017, dans cette campagne présidentielle surréaliste, c'est, en France (n parlons pas de Trump aux USA qui  crie "haro sur les médias bidon" et injurie la presse, véritable contre-pouvoir, avec les juges en Amérique !), F. Fillon, qui a des problèmes avec la presse.

Comme la famille Le Pen, il s'attaque au "système" médiatique ! Il hurle au complot socialiste, hollandais, gouvernemental, mais surtout médiatique : s'il a des ennuis, c'est la faute à Voltaire du Canard, à Rousseau de Médiapart..!!

Derrière les apparences froides, se révèle la vraie personnalité du candidat… Derrière le déni, les effets moralisateurs, voici la vraie vie, le goût de l'argent, les salaires cachés, les activités invisibles d'une famille que l'on croyait idéale : soudée, sans histoire, catholique pratiquante, d'une éthique stricte et exemplaire…

Les journalistes ont osé révéler et investiguer ! Ce sont bien des chiens !

 

JPB

Partager cet article
Repost0
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 09:13
Crimes coloniaux : Macron a raison et le maire de Perpignan non plus !

***CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ - Macron a eu raison

Réponse de M.Pujol, maire de Perpignan :

 

Bien sûr, il n'aurait pas dû utiliser l'expression, concept juridique forgeé pour juger les crimes nazis; le mot est anachronique, inadéquat, mais la réalité est là ! 

Et un tel jugement a déjà été utilisé par Condorcet, au 18° siècle, pour qualifier l'esclavage de "crime contre la morale", voir la biographie par R. Badinter.

C'est le vice-président des USA, L. Johnson, qui s'exclame dans le film récent "Jackie" : "Nous sommes des barbares !"

Barbares, oui, criminels car le citoyen américain (ou la mafia ou…) peut liquider son président, et il y en eut, Lincoln, Kennedy…

La démocratie, et la civilisation aux racines chrétiennes, de nos ancêtres européens partis vers le nouveau monde, ont commis les pires crimes : esclavage, exploitation des Noirs, élimination de leurs leaders pacifistes, guerres coloniales : Vietnam…où l'on expérimente des armes nouvelles… Il y eut les Nazis, et il y a aujourd'hui les Barbares encore plus raffinés de Daesch, mais Européens et Américains, nous avons donné l'exemple… Normal, la religion catholique est en avance de plusieurs siècles sur la musulmane…

 

A Alger, Emmanuel Macron a donc parlé de "crime contre l'humanité" à propos de la colonisation en Algérie. A Paris, peu avant, il avait dit que la colonisation avait eu "des éléments de civilisation et des éléments de barbarie". 

Bien sûr, ce n'est pas le peuple travailleur, qui vivait, parfois depuis plusieurs générations en Algérie et qui a dû dans la douleur la quitter en 1962, l'auteur de crimes contre l'humanité….mais une minorité dirigeante, les colons qui possédaient la plus grande partie de l'Algérie.

Et il y eut, hélas, d'autres atteintes aux droits de l'homme : la torture, les massacres de villages marocains, la répression contre la révolte malgache de 1947, jusqu'à la guerre d'Algérie, les massacres de Sétif et la révolution "barbare" des Arabes, contre, souvent, des populations civiles innocentes et contre les harkis et les Berbères… (1)

 

Tous les partis français actuels critiquent Macron car ils sont complices : les Socialistes qui se rappellent l'action colonialiste de Mitterrand (et la complicité des communistes) quand il était ministre de l'Intérieur…La droite "républicaine" qui se souvient du "Je vous ai compris" de De Gaulle, qui abandonna les Pieds-Noirs et laissa les Arabes égorger les "supplétifs de l'armée française"…Et ne parlons pas du FN et de la droite radicale, algérianiste de plusieurs villes du Midi de la France, qui vante encore le rôle civilisateur de la colonisation… Comme M. Pujol, maire de Perpignan (2)

 

Macron a eu le courage de se fâcher avec ces partis complices, quitte à perdre des voix : voulaient-il gagner par là celles des descendants de l'immigration maghrébine en France depuis 1962..? Et montrer aux quartiers révoltés qu'un futur président les entend..? Certes, il sait que la rétroactivité est impossible (création de la cour pénale de 1998 pour punir, non les crimes du passé, mais ceux à venir…mais le rappel du passé ignoble peut taire prendre consciences des horreurs du présent..? 

 

Cependant il est prouvé que  l'État français a commis, à plusieurs reprises, des crimes de guerre, dont certains s'apparentent vraiment à des crimes contre l'humanité. 

 

 (1)... C'est une armée qui mitraille la population algérienne, bombarde les douars, par l'aviation et par les croiseurs en rade de Bougie, et fait plusieurs milliers de morts : officiellement au moins 1500 ; selon les Algériens qui commémorent chaque année ce drame, 45 000 morts ; selon Paul Teitgen, secrétaire général de la police à Alger, qui démissionna pour dénoncer la torture, 15 000 morts, ainsi qu'il me l'indiqua il y a plus de 30 ans (son père avait été l'avocat des victimes). Cet événement terrible est considéré par beaucoup comme étant l'élément déclencheur de la guerre d'Algérie. Voir mon billet sur Mediapart (j'avais également interviewé sur le sujet Charles Tillon, ancien chef des FTP et ministre communiste de l'Air dans le gouvernement de De Gaulle à la Libération). 

 

https://blogs.mediapart.fr/yves-faucoup/blog/120513/8-mai-1945-les-massacres-de-setif-et-le-temoignage-que-m-avait-livre-charles-tillon

[j'ajoute que si ces faits sont copieusement renseignés, dans des livres, dans la presse, sur internet, ils furent, à l'époque et pendant des décennies, totalement occultés]

 

- - -(2) Non M. Macron !, nous n’avons commis aucun crime contre l’humanité

 

16 Février 2017, 17:40pm | Publié par Jean-Marc Pujol

Lamentables, scandaleux, honteux, désastreux, funestes, insultants, indignes… Les mots de la colère ne manquent pas pour exprimer le dégoût face aux propos tenus, hier depuis Alger en Algérie, par l’ex-ministre de l’Economie socialiste et candidat à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron, qui n’a pas hésité à qualifier « la colonisation française en Algérie de crime contre l’humanité ». Nous pourrions nous interroger sur « A quoi joue M. Macron ? », mais son propos est d’une telle gravité qu’il n’inspire pas à l’amusement.

M. Macron devrait savoir, au moins, qu’une campagne électorale pour exercer la fonction suprême, la Présidence de la République Française en l’occurrence, n’a rien d’une tournée musicale, ou d’une succession de dîners de gala. Il ne s’agit pas d’enchaîner les concerts et les « Unes » sur papier glacé, de paraître…

Qualifier la colonisation de « crime contre l’humanité » comme le fait M. Macron est – pour reprendre le propos de l’historien Jean Sévillia dans le Figarovox – « un non-sens historique (…). La présence française en Algérie a duré 130 ans, avec ses échecs, ses pages grises, mais aussi ses réussites, ses motifs de fierté (…). Dans les événements tragiques de la fin de l’Algérie française, des Européens d’Algérie ou des musulmans fidèles à la France, les Harkis, ont été victimes d’actes constitutifs du crime contre l’humanité (…) ».

Face à l’Histoire, aux faits et aux événements qui ont contribué à bâtir cette Histoire, M. Macron fait preuve d’un condamnable mépris… à moins qu’il ne s’agisse-là d’une farce (et attrapes), d’une ignorance. Cela serait encore plus grave, plus inquiétant, pour celui qui brigue la succession à son ami François Hollande.

Ce n’est pas en agissant de la sorte que M. Macron s’érigera en « symbole de la réconciliation des mémoires à construire entre nos peuples ». Nous l’avons bien compris, M. Macron est allé à « Canossalger » dans un pur intérêt électoraliste, pour tenter de courtiser : les voix des 20 000 Français recensés à Alger… et les 1,5 million de binationaux franco-algériens.

Non M. Macron mes parents, mes grands-parents et arrière grands parents, comme ceux d'Albert Camus, de Jacques Derrida ou d'Enrico Macias, et du million de Français de toutes confessions et origines qui ont fait ce pays n'ont commis aucun crime contre l'humanité. Ils venaient d'Espagne, de Catalogne, d'Italie, de Malte, et puis des provinces de France, ils ont travaillé dur pour construire un pays où ils sont restés 130 ans et d'où ils ont été chassés il y a 65 ans dans des conditions atroces. Ce que vous ignorez M. Macron, c’est que les troupes françaises d’Algérie au rang desquelles les tirailleurs algériens et les Tabors marocains ont subi de lourdes pertes pour libérer le territoire français du nazisme et de ses complices. Considérer aujourd’hui qu’ils sont le produit du « crime contre l’humanité », c’est insulter la mémoire de ceux qui sont tombés pour la France, car ils croyaient en une Algérie française.

Cela est bien dommageable à un rapprochement entre nos deux peuples. Car M. Macron n’a fait que jeter de l’huile sur le feu, souffler sur la braise, en s’aventurant inconsciemment et dans l’impartialité sur un terrain glissant, alors même qu’Algériens et Français auraient un bel avenir en commun à (re)construire. L'attitude de M. Macron est irresponsable, elle ravive une mémoire douloureuse de part et d’autre de la Méditerranée, au moment où le rapprochement se fait entre nos deux peuples au travers d’intellectuels qui recherchent la vérité historique et qui démontrent que la colonisation, voulue par des hommes de gauche je le rappelle, a bien sûr des côtés négatifs, mais que les côtés positifs l’emportent, si on en juge d’ailleurs le nombre important d’Algériens qui depuis l’indépendance veulent rejoindre la France.

 

Partager cet article
Repost0
6 février 2017 1 06 /02 /février /2017 09:24
C'était le candidat de l'honnêteté...

"Je suis le candidat de l'honnêteté"

 

L'ancien premier ministre, discret sous Sarkozy, impavide pendant cinq ans face aux excès langagiers de son président, est toujours apparu effacé, discret, peu loquace. On pouvait aimer cette retenue et estimer l'homme d'action, le sportif qui ne redoute pas le danger...

Lors de la primaire de la droite et du centre, on donnait peu de chance à ce candidat insipide, sans programme enthousiasmant : face à lui, Jupé proposait une espérance, un slogan positif "l'identité heureuse", coupant court aux débats communautaristes et identitaires de l'année 2015...

Fillon, lui, ne promettait rien de neuf, pas de lendemain qui chantent, mais l'austérité, la sécurité, un Etat amaigri (suppression massive de poste, privatisation partielle de la santé...), satisfaisant ainsi la droite radicale et les chefs d'entreprise...

Avec son allure de croque-mort, rasant la foule et les murs, serrant les mains sans desserrer les dents, il avait des allures de protestant. Or c'est le Catholique traditionaliste, qui réussit à rassembler les plus durs de la réaction politique: militants de Sens commun, opposants au mariage pour tous, etc…

François imposait des valeurs célébrées sous Pétain : famille, constance, travail…s'opposant au laxisme de l'accueil des migrants, à la naïveté des adeptes de la solidarité au-delà des races et des religions…Le FN, face à ce concurrent sérieux, se faisait du mouron…

Or, derrière cette façade affichant des conceptions éthiques strictes et vouées à séduire, c'est le non-dit, le mensonge par mission, l'hypocrisie, et une autre vie, insoupçonnée, qui grouillait…

FF se révéla bien candide : avoir cru que jamais un traître bien informé, relayé par la presse lanceuse d'alertes et par la meute des médias cannibales, ne dévoilerait ce passé inavoué, refoulé, insoupçonnable…

L'électorat de Fillon se sent trahi. 

Le candidat de la probité fait le jeu de Front national alors que son programme tendait à faire reculer le parti extrémiste.

Surtout ce bon Français de François expose sa famille à l'opprobre général...

 

JPB

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens