Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 12:20

images-copie-13   * Malgré des pétitions (voir ce blog)  et de nombreux soutiens (J.Lang, E. Morin, J.Daniel...) le nouveau maire de Montpellier (Socialiste dissident, intermittent du PS) a mis fin au projet d'un musée de l'histoire de la France et de l'Algérie. 

 

Adieu les années de recherches, de travaux scientifiques et d'aménagement ! Adieu les achats de collections : trois millions d'euros ! 

 

C'est Perpignan qui a l'opportunité acheter ces documents et objets pour enrichir son musée (ancienne prison, couvent Sainte-Claire) et développer son "musée de toutes les mémoires". Le maire ne peut qu'être intéressé par ces acquisitions, même si le budget de la ville est serré en raison de la dette...

 

Il est regrettable que le maire de Montpellier ait reculé en raison de pressions de groupuscules extrémistes de droite ! J.Marc Pujol, et ses conseillers à la mairie, redoutant eux aussi les pressions du FN sur Perpignan, vont-ils accepter de créer un musée "ouvert, pluraliste" ou continuer dans l'optique d'un espace dédié aux nostalgériques..?


 

J.P.B.  (sources : Le Monde et les réseaux sociaux : "mur" de Benjamin Stora)

 

   ** Fin du Musée de l'Histoire de la France et de l'Algérie. 


Compte rendu du Conseil municipal municipal de Montpellier :

 

Jeudi 19 juin, 18H 45. Conseil d'Agglomération sans ambiance particulière. Conseillers présents, public de curieux dont beaucoup viennent pour la première fois, et sont massivement sortis après le vote ; le fan club, qui d'ordinaire soutient son champion dans une ambiance de match et applaudit chaque fois qu'il estime un but marqué, est cette fois resté silencieux.

Procédures habituelles d'ouverture. Lecture partielle d'une lettre de "mon ami Valls" qui confirme le rôle de Montpellier comme Métropole (et vaut pour assurance de l'être). Attaque en règle contre Christian Bourquin, Président de Région PS, présenté comme "ennemi" de Montpellier avec longue démonstration chiffrée de son hostilité à la ville.

Musée Montcalm : rappel mot pour mot de la toute première intervention, d'où sont quand même gommées ou atténuées quelques unes des contrevérités. Il "comprend" l'attitude du CS. Il y a des moments durs et difficiles pour l'homme politique, tenu de faire des choix comportant une part d'injustice. Mais il est en charge de l'intérêt commun et de ce pourquoi il a été élu. Lui-même "assume". L'ambiance bon enfant du début de séance a disparu. Reprise de l'argumentaire initial : pas d'information officielle ; affaire qui traîne depuis 12 ans et empoisonne la vie publique...
Demandes d'intervention, plus nombreuses qu'attendues.

Julie Frêche : prise de parole attentivement préparée, une conviction manifeste, une émotion certaine et une sincérité de tous les instants qui attestent que le propos n'est pas seulement rhétorique. Reprend sur un registre soutenu des arguments que nous partageons ; impression dans la salle.
Le débat, très long, sera suivi dans un silence attentif. Je n'entre pas dans le contenu des interventions suivantes. Tout ce que nous avons pu dire, écrire, diffusé a été repris, d'une manière ou d'une autre.
Jean-Pierre Moure : intervention posée, raisonnée, de bons sens. Bienfondé du projet, possibilité d'insertion dans une politique cohérente du tourisme ; intérêt économique.
Perla Danan (UMP) : appel humain, profond, émouvant, sur un ton juste, à l'ouverture du dialogue pour ne pas rester dans une éternelle confrontation (chacun sait que pour elle se profile en arrière plan le contexte israélo-palestinien)
Jacques Domergue, chef de file UMP, dénonce l'inadaptation de l'hôtel Montcalm pour un musée d'art contemporain, et rappelle le devoir de mémoire, pour toutes certes, mais pour les PN avant tout qui ont participé à faire de Montpellier ce qu'elle est devenue.
René Revol (Front de gauche, Parti de gauche, chemise rose très pâle) soutient complètement Saurel, en temps de difficultés il faut faire des choix, et lui même (tirade altermondialiste) ne peut accepter un projet dont le conseil scientifique ne comprend pas un seul algérien ; alors que tout le monde à Montpellier sait le contraire ! ( Voici les cinq Algériens membres du Conseil Scientifique du Musée (donc aujourd’hui disparu : Ahmed Djebbar, Neget Khadda, Ahmed Mahiou, Abderrahmane Moussaoui, Fouad Soufi.)
France Jamet (Front National), invitée par Saurel à prendre la parole, constate aimablement que son point de vue rejoint celui du Président, car le projet a été dévoyé.
Hervé Martin, communiste liste Moure, en délicatesse avec son parti ; longue intervention (un peu trop), systématique et méthodiquement argumentée, met le feu aux poudres en rappelant que le mémorial de Perpignan auquel devraient être dévolues les collections, est celui d'une stèle qui célèbre les "martyrs" de l'OAS et les auteurs de l'attentat contre De Gaulle.
Max Levita, cerise sur le gâteau, tartuffe comme personne, met en cause la compétence du Conseil Ccientifique, dont personne ne connaît les travaux. En tout cas pas lui. La sagesse est de renoncer à ce projet prématuré, car la réconciliation n'est pas encore possible.

Voilà donc FN et Front de Gauche réunis ! Seuls soutiens exprimés, avec celui du séide de service. Un comble d'hypocrisie : Tartuffe, Tartignole et Tartarin, mousquetaires de sa Majesté.
Vote bloqué à main levée (vote secret refusé). Les béni-oui- oui comme un seul homme, y compris les noms maghrébins de la liste : 72 pour, 8 abstentions (UDI-Modem sans doute), 8 contre.
Fin du premier acte.

Paul Siblot

Membre du Conseil scientifique

 

Partager cet article
Repost0
20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 09:48

expo-pays-catalan-a-l-affiche   L'exposition actuelle du musée de Saint-Cyprien nous montre les beautés du pays catalan, voué au tourisme, depuis les années 60/70, avec l'aménagement du territoire. Les atouts des Pyrénées Orientales (exotiques déjà dans l'appellation) sont donc le soleil, les visages divers de la nature (mer, plaine, montagne, Canigou, Corbières) et son patrimoine. Et sa culture faite de traditions et de folklore...

 

Pas l'économie, l'entreprise...

 

* Voici la suite du compte-rendu du débat organisé par "L'Archipel contre attaque" (voir la vidéo intégrale sur ce site) :

 

Le 3° intervenant est Michel Cadé, historien, prof d'université et directeur de J.Vigo.

"Quels sont les phares du 66 et de la ville ? L'identité est vieillotte, rurale. Les anciens ont, ici, la nostalgie de l'identité, désormais introuvable...

Ces images identitaires sont fragiles; par exemple, les sandales catalnes sont confectionnées à 90% en Chine...

 

Il s'agit d'une "identité plaquée" : pour le rugby, c'est le cas de le dire...

 

Le territoire croit à un pseudo-enracinement historique; or, le Catalan du Moyen-Age vivait dans un autre contexte, bien différente du nôtre...

 

On parle d'identité quand il y a crise : on est trop dans la déploration ! On a un peu trop le mépris de soi, ici !

 

L'Université est un lieu ignoré alors  qu'elle fait de bonnes choses : c'est, par exemple, le 10° centre mondial pour la recherche sur les massifs coralliens… Le solaire : avec le CNRS à Odeillo, Banyuls, on commence à passer au stade industriel…

La viticulture innove aussi : bio à Estagel, La Tour de France…

 

En conclusion, tout n'est pas négatif : Le Grand Saint-Charles, les sections de certains lycées…

 

- - - Jean L'Héritier manie l'humour : "Après les Cathares, nous voici envahis par le Qatar !"

 

"Il y a l'image qu'on a de soi et l'image que les autres ont de nous…

Dans dix ans, le Roussillon est mort: le renaissance du catalan se fait grâce à des étrangers, à des bobos…

Et le ressenti : est-ce que je me sens catalan..?

 

* Pierre Parcé intervient pour se questionner :

   "La photo donne quelle image du 66 ?

 

Il constate un "brouillage de l'identité, des conduites de classes et de catégories. Enfumage : sauver quoi ? QUELS MEUBLES ? QUELLE EST LA RÉALITÉ EN 29014… SE RATTACHER À UNE IDENTITÉ QUI AIT UN DISCOURS COHERENT.

"Ici, la catalanité est fermée; à Barcelone, ouverture au monde !

 

** M.Cadé : "Pas de nation catalane; c'est une notion forgée à la fin du 18° siècle : un roman a été construit…

Chercher une identité catalane dans l'Histoire est une connerie !!!

"A Saint-Laurent de Cerdans, on parlait français par politesse. Aujourd'hui on y parle catalan par erreur !

 

*** Christine Espert prend la parole : le 66 bénéficie d'une image positive grâce à l'agriculture, à la production des pêches…à l'invention des vins doux…

 

Quelle appellation pour ce territoire ..?,

 

 

Partager cet article
Repost0
15 juin 2014 7 15 /06 /juin /2014 09:31

100 0387 Le Castillet (C) Dominique BAILLIEUX


 

Comment les étrangers perçoivent-ils notre cadre de vie et nos cultures…? Il faut essayer de se mettre dans leur position d'observateur afin d'avoir du recul, être plus objectif et apprécier ce qui va et ne va pas…


Le journal L'Indépendant (sur son site) a publié l'opinion d'une touriste américaine, qui est enchantée par notre territoire et nos traditions !!

 

La théorie du maire de Perpignan, c'est que la presse, ne montrant que l'aspect négatif des événements,de la gestion d'une ville... qui fait le jeu du Front national et le perpétue…

 

Je pense au contraire de J.Marc PUJOL qu'il y a d'autres causes, plus profondes, au succès du FN…

 

Mais, pour une fois, faisons comme si tout allait bien : ne montrons que le positif !  C'est vrai que les médias diffusent surtout les malheurs, car c'est ce qui a du succès, qui se vend, qui plaît aux gens; ceux-ci s'émeuvent face aux misères du monde, mais ils en redemandent : voyez le succès des journaux "scandaleux" (Détective…) ou du festival "Visa pour l'image" !

 

 

Extrait : "Judy Moore définit son lieu de villégiature préféré depuis des années : Perpignan, et sa région Languedoc-Roussillon. En véritable fan de notre ville et ses environs, la touriste a pris sa plume de journaliste et consacré un long article élogieux à notre région dans son quotidien californien : Orange County Register. 

Visiblement, Judy et Walter Moore, Américains orginaires de Californie, sont tombés sous le charme croisé du Castillet et du Canigou. Pas moins de 14 séjours dans notre région figurent déjà au compteur de ce couple de voyageurs invétérés. 

Résultat, un article digne d'une brochure touristique à grand budget : elle n'omet rien, les chalets de Noël sur le quai "Vaubaun" (qui ne pourraient pas être plus magiques), la descente au flambeau de la Saint-Jean, les Jeudis de Perpignan, la lumière de Collioure, si fidèle à la réputation que lui ont taillée les Matisse et autre Picasso, les cerises de Céret, le Canigou enneigé qui domine les plages et les quais de la "Bassa"... rien ne manque au panorama. " 

(à suivre : analyse de l'image du pays catalan...)
- - - 

Pour la fête des pères, dimanche 15 juin 2014

 

 

Papa

 

Les rues que je suis pas à pas

Me rappellent des jours de fête ;

Tes mains, par le travail défaites,

M’étreignaient tendrement, Papa.

 

Dans le tumulte d’un repas,

Ta voix éclatait en tempête ;

Et mon regard qu’un rien hébète

Se détournait de toi, Papa.

 

Je craignais le moindre faux pas ;

Néanmoins je levais la tête,

Faisant du monde la conquête

Pour te voir fier de moi, Papa.

 

Et tandis que le temps qui va

Nous meurtrit de sa faux distraite,

Tu guettais d’une joie discrète

Ton sillage en mon coeur, Papa.

 

Jean Iglesis

Partager cet article
Repost0
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 11:57

images-copie-34.jpeg Marc GILMANT 

 

 

 

Vernissage de l'exposition "Collioure intemporelle", le vendredi 13 juin 2014 à partir de 18h30 : salle du Conseil municipal, place du 18 juin - Collioure - jusqu'au 14 septembre, tous les jours de 15h à 19 h - dimanche de 15 h à 19 heures (entrée libre).

 

 

 

** Le débat organisé par Nicolas Caudeville et L'Archipel contre-attaque, à la galerie "à100mètresducentredumonde" fut de qualité et a réuni des spécialistes de la sémiologie (R.Marty), de l'architecture (B.Cabanes), de la photo (P.Parcé), de la gastronomie-viticulture (J.L'Héritier), de l'Histoire et du cinéma (MIchel Cadé).

 

1. R.Marty analysa l'affiche qui, depuis des décennies, veut être l'image de marque des P.O. Les signes sont : le Canigou, Collioure, Byrrh, les barques catalanes, quelques produits locaux…La photo est un magma dans lequel il faut mettre l'ordre sémiotique; il s'agit de trouver la cohérence et les ans de ce fourre-tout d'éléments posés sur des étagères…

 

Pour les gens d'ici (les Catalans), tout fait sens; pour les gens "extérieurs" (étrangers, touristes…), cela dépend des connaissances de chacun.

Le Canigou (ou Canigo" -avec accent sur le O- du CG66, est la "montagne sacrée" qui s'impose par sa masse et sa prégnance.

 

Quant à la sardane ou à l'USAP, ce sont des signes ayant un autre statut et sujets à "classement" (jugement de valeur, dévalorisation, passage en division 2…)

Pour Collioure, l'image est intemporelle (Marc Gilmant a raison !!!) : on ne peut l'ôter le petit port, de l'histoire de l'art…

 

* Mon commentaire : Les Catalans se sont créé une sorte de "mythologie" avec des lieux naturels, des éléments du patrimoine, des créations artisanales…Ces objets peuvent changer, évoluer, mourir… Le Canigou n'est peut-être pas un signe collectif perpétuel : on peut l'acheter, qui sait ? Rappelons-nous les affaires de Py-Mantet et du massif du Madres confisqués par des banques/assurances ou par des étrangers..!

 

De même pour Collioure qui n'a pas toujours été "reconnaissable" grâce à son clocher (cf la chanson de Trenet) : le clocher était d'abord un phare…)

 

**R.Marty : l'USAP relève des sciences sociales; au plan socio-économique, tous les partenaires de l'équipe de rugby pâtissent end moment de la délégation du club "catalan"… L'équipe est un objet de la représentation du département.

 

L'échec de l'USAP entraîne une dégradation des entreprises engagées de façon financière, de même que la société civile a dégénéré en catégorie inférieure…

 

(notons que la ville de Perpignan n'a pas perdu tout son prestige car un élément positif est venu de l'équipe de Basket féminin !)

 

Quelles perspectives pour le 66 ? Quel futur envisageable;.? Quels symboles utiliser pour classer ce département..? Ce qui est nouveau pour une "image" renouvelée et plus moderne de Perpignan, ce sont le TGV, le Centre du Monde, le théâtre de l'Archipel, mais les réussites de ces réalisations sont contestables et on assiste à une chute symbolique de la cité "catalane"e  et de ce territoire…

 

2. Bernard CABANES : architecte, musicien (fanfare) et responsable de la Casa musicale :

 

Il note d'abord les "occasions manquées" de la "ville mythique" de Perpignan, avec ses architectures superposées. En 2000, naît un enthousiasme car on fait le pari de l'urbanité ! Il rappelle que c'est M.Christine Gayet qui, la première, prononça le mot "archipel" : présent dans la salle, le maire J.Paul Alduy va récupérer la métaphore…

 

Perpi, c'est la ville" météo, boulot, dodo" !

B.C. constate que les habitants ne sont pas revenus dans la ville: la paupérisation des quartiers se poursuit… Les gens vont travailler de plus en plus loin : ils bouffent la nature, avec les rocades, banlieues-dortoirs, quartiers périphériques, centres commerciaux;..

 

La culture urbaine devrait être un vecteur d'identité : exemple de la Casa musicale.  Il faut pratiquer la ville, en trouver les liens et les fossés. "La ville est le miroir de l'identité" !

 

3. à suivre avec Michel Cadé...

Partager cet article
Repost0
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 10:08

images-copie-33.jpeg  Le département du 66.

 

 

 

Ce pays "catalan" n'a pas d'image car il a perdu son identité.

 

 

Ce territoire n'a pas d'image parce qu'il n'a pas d'identité ! Pas d'image, c'est tout de même cruel pour un pays qui accueille "Visa pour l'image"..!

 

Ce département, ces Pyrénées Orientales, qui contiennent des bribes de Pyrénées, mais n'ont d' "Orientales" que ces exilé(e)s chantés par Hugo, ce département en bas de la carte, tassé à la frontière, qui devrait s'appeler "Catalogne de France" ou "Pays catalan", n'a pas d'image nette, précise, pas d'image de marque identifiable tout de suite…

 

Ce ne peut être une image économique, étant donné l'ampleur de la crise et la désertification…On pensait pourtant, dans les années 70, que sa vocation serait "solaire" (Odeillo, Targasonne, le CNRS...)

 

Quant à l'agriculture, concurrencée par le Maroc... Avec la viticulture, des campagnes publicitaires ont tenté, avec Séguéla et d'autres, de montrer le Banyuls, le Maury, le vin d'ici. Canigou ou Fujiyama, ça n'a pas bien marché


Quant à une image culturelle, on a essayé avec Dali et "le centre démonde", mais Figueres a créé une fondation, une énorme machine daltonienne et la gare de Perpignan est devenue un mouroir, au propre comme au figuré. On n'y passe qu'en coup de TGV, de tramontane, on ne s'y attarde pasSes commerces n'ont pa trouvé le créneau accueillant, susceptible de freiner la marche du touriste et du voyageur

 

Une image culturelle, intellectuelle..? 

 

Quant à Trénet, on l'a peu fêté; Narbonne, c'est vrai, est sa vraie patrie… Il y a bien Cali, qui, quand il parle du pays, fait surtout de la pub pour des restaurants copains... 

 

   La littérature ?  Claude Simon ? Une littérature peu populaire Pas de personnalités d'envergure, en Catalogne dite du Nord, si on fait l'historique des rares élus, d'Arthur Conte (Catalan caricatural) à Ségolène Neuville (d'origine parisienne)...

 

Il faut se rabattre sur la peinture, avec H. Rigaud, qu'il faudrait célébrer lors de la réouverture du musée Rigaud peut-il prendre en charge le projet de faire connaître Perpi..? On va à Rodez pour Soulages. Et Montauban, c'est Ingres..etc...

 

Ici, avec la musique, peut-être : ressusciter un musicien méconnu, né dans le quartier de la Révolution française : François de FOSSA..! Ce projet va-t-il ête porté par la mairie et la direction de la culture..? On l'espère vivement !

...

 

 Ce pays se détache de plus en plus de la Catalogne et de la métropole de Barcelone, la pratique naturelle de la langue étant en déclin et les politiques locales (comme "les affaires catalanes" à la mairie de Perpignan) ne donnant qu'une image superficielle, folklorique de la culture d'en deçà les Pyrénées...

 

La catalanité est un mot creux (1), utilisé comme alibi, pour calmer les envies d'autodétermination et faire comme si l'esprit catalan et le "génie" de la "race" perduraient : "accent catalan de la République française", la maison de la Cat...)

 

Quelle image les Français ont-ils du "pays catalan"

 

Collioure et Sant-Martin du Canigou sont très connus, de part le monde, grâce à la peinture ou à la photographie, mais le départemnt ne bénéficie pas d'une image de marque globale. Le touriste, le visiteur, le retraité (et parfois le chef d'entreprise) s'installent en Roussillon à cause du soleil, de la proximité mer/montagne/Espagne, de l'exotisme local ibère, et surtout parce que louer ou acheter ici, c'est moins cher que dans d'autres régions méridionnales, comme la côte d'Azur...

 

Mais ce n'est pas pour goûter à la civilisaion catalane. Perpignan n'a pas l'image positive et multiculturelle de Barcelone (L'auberge espagnole)...

 

Avec la Retirada eut lieu une sorte de reconquête de l'espace français du 66 par les Catalans en exil; certains descendants "catalanistes" de ces Républicains tentent de prôner l'indépendance de la Catalogne et le retour des P.O. dans le giron catalan.

 

 La revendication, par la chanson surtout, d'une identité forte, occulta ,pendant quelques décennies (les années franquistes, en gros), les créations "françaises" de ce département (un seul éditeur dans les années 70/80, peu d'écrivains, pas de salons du livres...).

 

A présent, une sorte de "Retirada à l'envers", française en Catalogne, se réalise, avec un afflux de Français lointains (Lorrains, gens du Nord chassés par la crise et le chômage, désirant finir leur vie au soleil, où la misère est moins pénible...comme dit la chanson). Ainsi, les populations locales (des lieux touristiques surtout, tel Collioure) se sentent "envahies", perdent leur spécificité (l'identité catalane), sont submergés par la force de "l'identité" française", elle-même se dissolvant, selon les tenants de l'idéologie extrémiste de droite) dans les identités des nombreuses communautés immigrés : Noirs, Maghrébins, Turcs...

 

C'est une population française pauvre (les riches achetant à Collioure ou Céret, mais reflux des Britanniques en raison de leur monnaie) qui occupe le 66 : c'est un tourisme de masse et l'Europe septentrionale qui viennent acheter la Catalogne (à signaler aussi la présence du Qatar et des Russes à Barcelone, grignotée par l'argent des mafias internationales) ... L'Europe est en Catalogne... Ainsi, même indépendante, la Catalogne ne peut se développer que dans le marché capitaliste européen... 

 

D'où l'utopie de vouloir créer une région nouvelle dans le seul espace du département des P.O. : le 66 n'est pas une île, telle la Corse qui, par sa seule spécificité géographique, peut croire en l'utopie d'une image d'Etat indépendant...(2)

 

Au contraire, le "pays catalan" est un lieu de passages, de brassages, d'occupations par des nationalités multiples, lui faisant perdre ainsi, peu à peu, de son identité, les responsables politiques indigènes défendant mal un territoire  qui n'est d'ailleurs pas le leur (quel candidat aux dernières municipales, à Perpignan, était d'origine catalane..?)...

 

Ce département "catalan" qui va disparaître -qui a éjà disparu, sans image propre, identitaire claire- va se perdre dans le grand espace de la nouvelle région Midi-Pyrénées-Méditerranée", où Toulouse et Montpellier, même si ce sont des métropoles complémentaires, risquent de se faire la guerre, et nous oublier encore plus. Dans l'Europe libérale des Régions qui doivent entrer dans la valse de la concurrence, ça va être la guerre économique sans merci ! 

 

Et la culture, le lien social, la solidarité..risquent de devenir de vains mots !!  J.P.B.

 

catalanisme.jpg Slogan sur un mur en Cerdagne française (photo J.P.Bonnel)

 

 

(1)  Analyse désabusée de Marie Costa

 

La catalanité de ce territoire fout le camp a vitesse grand V. Quelques jeunes ayant - et c'est méritoire- réappris la langue de leurs pères, la parlent quoique mutilée de ses idiomatismes et en quelque sorte virtualisée, sans territoire propre; les vieux ont depuis longtemps abandonné la partie, résignés à voir leur monde s'en aller. Tant d'autres choses ont disparu avec la langue... Les nouveaux catalans,- expression lénifiante destinée à faire passer la pilule létale de la déculturation- agitent bien quelques drapeaux. ils vont parfois jusqu'à esquisser un pas de sardane : ils n'ont aucune conscience d'être dans un espace culturel qui n'est pas la France. Peu à peu, la catalanité se réduit à un folklore régionaliste frappé au double sceau du suranné et du ridicule. Nous finirons devant quelque village catalan reconstitué en train de faire des espadrilles sous les yeux émerveillés des touristes; les mêmes qui achètent la lampe à huile de Pompéi ou les perles des indiens navajos.


Cache-sexe des jacobins, cache-misère de tant de médiocres aussi, la catalanité version roussillonnaise s'éteint.


Ecrasante responsabilité que celle des politiques prompts à se vautrer sur les tapis de la République : ils ont trahi leur peuple en le laissant se dénaturer dans la plus pure tradition des colonies soumises aux sirènes du progrès. Souffrez que je fasse une exception pour Jean-Paul Alduy qui, j'en suis sûre, relit souvent le dernier vers de l'Albatros " ses ailes de géant l'empêchent de marcher...".


Je parle des politiciens du passé puisque pour ce qui est de Perpignan, aucun des trois candidats lourds de cette dernière élection n'est catalan ! Une Première ! Au mieux, nous aurons désormais des politiques sensibles à l'appel économique d'un sud décidément plus travailleur, non gangréné par l'Etat providence français d'ailleurs moribond. Aux élections précédentes, il y avait déjà un Monsieur Rivière, celui là même qui vient de s'acoquiner avec le plus anti-catalan des entrepreneurs du sud, le Sieur Escudero ! Celui là même qui a aseptisé, dénaturé, normalisé l'USAP avec le succès que l'on sait. Comme quoi, il y a une justice immanente pour ceux qui nient l'histoire.
Nous sommes un théâtre d'ombres. (texte publié sur Facebook, mai 2014)

 

(2) Point de vue du philosophe Jean-Louis Prat : 

 

Hier dans l'émission C dans l'air, on a pu entendre des choses intéressantes sur la prétendue "taille européenne" des régions, qui dans aucun pays n'est une taille standard, uniforme et obligatoire : en Allemagne, la Sarre et la Bavière, sans parler du Schlesvig-Holstein, montrent bien qu'il peut y avoir de toutes petites régions, à côté de régions très grosses... ça devrait inspirer les Catalans du Nord, qui ont bien autant de motifs que les Corses de vouloir constituer une région monodépartementale (que les Corses n'ont pas eu, sous prétexte qu'il fallait au moins deux départements pour constituer une région) - sans empêcher la formation de de grands Länder français, comme une Occitanie réunissant Bordeaux, Montpellier et Toulouse ! (publié dans Facebook, 4 juin 2014)

 

---

 

L'association culturelle Les Rendez-Vous de Saint Estève, en partenariat avec le Théâtre de lÉtang, vous propose le dixième C.E.P.S. de la saison 2013-2014 (Cours dÉducation Populaire Stéphanois :

Les puits à glace, conférence donnée par Thérèse TARRIEUS, Vendredi 6 juin, à 18h30, au Théâtre de l'Étang, à Saint Estève.

 

Aujourdhui, boire frais, conserver les aliments, opérer les malades à basse température ne pose aucun problème.

Mais nos anciens, qui connaissaient les bienfaits du froid, avaient résolu la question du stockage et de la conservation de la neige grâce à des constructions échelonnées depuis la montagne jusquà la plaine : les puits à glace.

La gestion de ce délicat produit de luxe était très règlementée, donnant lieu à des contrats écrits.

Ce sont bien souvent ces traces conservées aux archives qui ont permis de retrouver dans la nature ces discrètes constructions.

 

 

Thérèse Tarrieus est professeur des écoles honoraire, maître formateur à lÉcole Normale de Perpignan, conseillère pédagogique pour lenseignement de la langue et de la culture catalane, membre des Rendez-Vous.

 Entrée libre dans la mesure des places disponibles.

 

 

Pour tous renseignements : 06 32 47 21 14 ou rdvse@rdvse.fr

 

Les Rendez-Vous de Saint-Estève, créateurs d'évènements culturels

Partager cet article
Repost0
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 07:58

hotel_montcalm-6de6f.jpg                                                                    L’Hôtel Montcalm à Montpellier

 

pas de musée de la France et de l’Algérie à Montpellier

 

Les démissions du nouveau maire de Montpellier

 

 

Tout ce qui touche aux relations entre la France et l'Algérie (le passé colonial, la guerre...) est encore occulté, en 2014, plus de 50 ans après l'indépendance...

 

Il s'avère impossible de créer un lieu où serait montré et analysé de façon objective et scientifique le rapport entre deux pays si proches, malgré la séparation de la Méditerranée...

L'exemple du musée de Perpignan montre l'incapacité pour les rapatriés et les anciens nostalgéristes de faire preuve de tolérance et de pluralisme. (voir plusieurs articles dans ce blog); le musée algérianiste de Perîgnan, malgré les promesses électorales, n'a pas vocation à devenir le lieu de "toutes les mémoires" : pour cela, il faut plutôt se rendre à La Jonquera, au MUME.

 

A présent, c'est l'ancien projet de G. Frêche, le musée de l(histoire de la France et de l'Algérie", qui fait polémique; à l'origine conçu pour attirer les voix des rapatriés, ce musée à la gloire de l'Algérie française,  devait ensuite prendre en compte toutes les mémoires. Après la disparition de Frêche, le nouveau maire, le dissident socialiste P. Saurel abandonne le projet ou veut le déplacer à la périphérie de Montpellier, dans les locaux de l'ancien musée de l'infanterie.

 

Une pétition d'historiens circule depuis deux semaines : Benjamin STORA, à l'origine de ce texte, exprime sa colère et son indignation (voir Le Monde daté du 30 ami 2014) : "La France ne veut pas entendre parler d'une présence culturelle algérienne : c'est inouï."

 

J.P. Bonnel

 

Changement de cap à Montpellier pour l’hôtel Montcalm. À moins d’un an de son ouverture prévue, Philippe Saurel, "socialiste dissident", nouveau maire de la ville et nouveau président de l’Agglo vient d’annoncer sa décision d’abandonner le projet de musée de la France et de l’Algérie. L’hôtel Montcalm deviendra finalement un lieu dédié à l’art contemporain, une décision annoncée sans aucune concertation avec le Conseil scientifique qui provoque une vigoureuse protestation de ses membres.

Comme l’écrit sur son compte Facebook l’historien Tramor Quemeneur, membre du Conseil scientifique, « ce retournement est encore, une fois de plus, le symbole que la mémoire de la colonisation française et de la guerre d’Algérie ne passe pas. Est-ce pour satisfaire quelque promesse électorale que le nouveau maire renonce à ce projet ? Est-ce par frilosité, pour ne pas dire crainte voire lâcheté ?
Ce musée aurait pourtant pu être un beau projet, comme le versant méditerranéen du Mémorial de Caen sur la Seconde Guerre mondiale ou de l’Historial de la Grande Guerre à Péronne.
 »
Il aurait pu devenir le musée de l’histoire des relations franco-algériennes et plus largement franco-maghrébines...

Il n’en sera rien...

 

Philippe Saurel, président de Montpellier Agglomération, a annoncé ce mercredi 14 mai lors d’une conférence de presse que « le projet de musée de l’histoire de la France en Algérie (MHFA) porté par ses prédécesseurs était abandonné. »

Lancé en 2003 pour célébrer la mémoire des Français d’Algérie, le projet de musée avait évolué, suite aux polémiques et à la disparition de son initiateur, Georges Frêche, vers une histoire des relations entre la France et l’Algérie.

En lieu et place du musée, dont le budget s’élevait à 22 M€, Philippe Saurel a annoncé la création d’un lieu dédié à l’art contemporain sur le site de l’Hôtel Montcalm, bâtiment du XVIIIe siècle situé à côté de la gare Saint-Roch (son ouverture est programmée pour juin 2016).

(C) LDH -Toulon : idh-toulon.net -

article de la rubrique histoire et colonies > expositions, musées et mémoriaux des colonies

 

[Mis en ligne le 18 mai 2014, revu et corrigé le 19]

 

 

 

***  Caféclat le 30 mai à Collioure

Le 30 mai est une soirée très spéciale pour Caféclat. Nous serons  à notre nouvelle adresse, Itaca, 1, rue Jules Ferry, Collioure. Nous aurons le privilège de  rendre hommage à Patrick O'Brian qui a vécu à Collioure pendant plus de 50 ans.

Merci d'envoyer ce message à vos amis. Jespère vous voir  tous le 30. e

Allez sur  notre page Facebook et cliquez "like": 

 

www.facebook.com/pages/Caféclat/532700746800499

 

Patrick O’Brian: A musical voyage

By Ellen Turner Hall

 

In the film “Master and Commander” the heroes, Captain Jack Aubrey and surgeon Stephen Maturin, are also amateur musicians. The soundtrack includes excerpts from Mozart, Bach and Boccherini, favourite composers of Patrick O’Brian, who wrote 20 novels in the Aubrey-Maturin series set during the Napoleonic wars.

 

The author surrounded himself with music - even on treks into the Pyrenees! While his wife Mary carried food and drink, O’Brian’s backpack was crammed with a gramophone and records so that they could listen to music in the stillness of the night.

 

Caféclat* will present Patrick O’Brian: A musical voyage. The 30 May at 18h30 to mark the 100th anniversary of O’Brian’s birth, the writer Gildas Girodeau and the singer Josep Cabré will present music, photos and texts to take us on a musical voyage of the maritime world of Patrick O’Brian.(In French and English.)

 

Librarie Torcatis will be present with O’Brian’s books in French and English.

The evening will close with a drink offered by ítaca.

 

*Please note new address: ítaca, 1 rue Jules Ferry (opposite the school) Collioure.

 

For updates and further details: www.cafeclat.blogspot.com or www.facebook.com/pages/Caféclat/532700746800499.

 

Patrick O'Brian : Un voyage musical

Par Ellen Turner Hall

 

Dans le film «Master and Commander» les héros, le capitaine Jack Aubrey et Stephen Maturin chirurgien, sont aussi des musiciens amateurs. La bande sonore comprend des extraits de Mozart, Bach et Boccherini, compositeurs préférés de Patrick O’Brian, qui a écrit 20 romans de la série Aubrey – Maturin.

 

L’auteur lui-même aimait être entouré de la musique - même sur des randonnées dans les Pyrénées ! Alors que sa femme Mary apportait la nourriture et la boisson, le sac à dos d’O’Brian était bourré avec un phonographe et des disques afin qu'ils puissent écouter de la musique dans le silence de la nuit.

 

Caféclat* présentera Patrick O'Brian : Un voyage musical. Le 30 mai à 18h30 í pour fêter le 100e anniversaire de la naissance de O’Brian, l'auteur Gildas Girodeau et le chanteur Josep Cabre présenteront de la musique, des photos et des textes pour nous emmener dans un voyage musical du monde maritime de Patrick O'Brian.(En français et en anglais.)

 

La Libraire Torcatis sera présent avec des livres d’O’Brian en français et en anglais. La soirée se terminera par un verre offert par ítaca.

 

* Noter la nouvelle adresse : ítaca, 1, rue Jules Ferry (en face de l'école) Collioure.

 

Voir: www.cafeclat.blogspot.com ou www.facebook.com/pages/Caféclat/53270074680049

 

  •  
Partager cet article
Repost0
29 mai 2014 4 29 /05 /mai /2014 10:34

images-copie-30.jpeg Allisson

 

L'énigme sur les disparus de Perpignan continue... Après les disparues de la gare : jeunes femmes découpées par un inconnu dont on n'a jamais retrouvé ma trace, malgré des centaines de test ADN...la cité catalane a subi le choc des disparus de la caserne : Le militaire Benitez s'est suicidé sur son lieu de travail, apès avois (sans doute ?) faut disparaître sa femme, sa fille Allisson...une de ses maîtresses..? 

 

Malgré le ratissage d'un territoire sauvage situé ente Barcarès et Leucate, près de la station d'épuration, où le légionnaire a pu jeter ses victimes, rien, rien !!!

 

Ce soir, jour de l'Ascension, la télévision revient sur l'affaire, à "Envoyé spécial", à 20h45... Où sont les disparuEs... Toutes ces belles femmes poursuivies par un destin tragique... Qui est le monstre..?

 

La gare ancienne, dalinienne, est-elle un lieu maudit..? Et la nouvelle, dans sa partie commerciale, est un échec, un lieu fantomatique..?

 

Et le maire de Perpignan, on ne le voit plus..? A-t-il disparu..? Même ses proches collaborateurs ne le voient plus, depuis les municipales..? Encore un disparu, monté où..? On se questionne, le jour de l'Ascension...

 

Et je suis ravi de cette rubrique sur le fait divers, qui fait faire "monter" l'audience de mon blog !!! Merci à tous...

Partager cet article
Repost0
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 09:30

cri     Un nouveau choc après les Européennes : les mensonges de Copé confortent les électeurs du FN. Les scandales continuent : avec l'UMP, c'est le déclin, de l'éthique, de la référence au gaullisme... 

 

La vérité éclate après les révélations du "Point", injurié par la droite (comme Médiapart ou Le Monde, insulté aussi par Mélanchon, nous rappelant Marchais affirmant que seul le quotidien "L'Humanité", journal de lutte des classes, était objectif... )

 

Déclin des valeurs et de l'éthique quand les hommes politiques attaquent les journaux et les journalistes. Voir les révélations de Snoden, recherché, haï par le pouvoir américain...alors qu'il montre l'espionnage de la vie privée des Européens, des américains...

 

F. Hollande avait lancé sa campagne électorale avec le thème du "redressement de la France"; aujourd'hui 28 mai, on apprend que "La France est le seul grand pays à ne pas avoir entamé son redressement." (Le Monde, supplément économie)... Avec celui qui incarnait les espoirs de la "gauche", c'est aussi le déclin !

 

En votant Le Pen, les citoyens s'interrogent sur la place véritable de leur pays dans le monde : son influence culturelle est évidente, mais, malgré son fauteuil au conseil de sécurité, son impact politique est minime : la France n'a plus de rôle dans le règlement des grands dossiers, de l'Iran au Proche-Orient. Militairement, malgré l'absence d'investissement, elle réagit en Afrique, son pré carré, mais, en Europe c'est l'Allemagne qui décide...

 

De nombreux électeurs ont voté pour le FN car, à l'image de l'écrivain Renaud Camus, il croit en l'alarme lancée dans un manifeste "Non au changement de peuple et de civilisation." Il dénonce, avec d'autres intellectuels, tels A.Finkielkraut, E.Zemmour ou C.Beigbeder, la dissolution de l'identité française dans la venue massive des immigrés. 

 

Ainsi, hier matin, France-Culture donnait la parole à des jeunes qui votaient à l'extrême droite pour ne pas perdre leur culture, leur civilisation, leur identité; ils défendent l'idée du "Français de souche", comme certains Catalanistes, ici, peuvent célébrer les racines des vrais Catalans, contre la fable des "Nouveaux Catalans", inventée par le CG66...

 

La pensée FN, c'est le déclin, le retour aux  odieuses et criminelles compromissions de l'Etat français (le pétainisme) avec le fascisme !

 

Ces peurs sont bien sûrs des fantasmes et les chiffres sont faux (on y reviendra); la France, comme l'Europe, a besoin des immigrés mais il faut bien sûr limiter les entrées aux étudiants, réfugiés de guerre et au regroupement familial.

 

Quant à la situation locale, il faudra du courage, enfin, au CG66, à la CCI, à la mairie de Perpignan et à l'Agglo pour lutter contre le déclin économique. : l'aérodrome de brousse (on a raté l'installation de Ryanair), la gare nouvelle, la dette, les difficultés de l'agriculture, du petit commerce, les menaces sur l'Université...

 

Bien sûr, ce département est voué au tourisme et beaucoup d'entreprises en vivent; il est destiné à accueillir une nouvelle population, issue de régions en déclin industriel (Nord, Lorraine), souvent de situation précaire, et des retraités : l'industrie du vieillissement va se développer en Catalogne avec l'implantation de nombreuses maisons de retraite, de santé, d'accompagnement, d'assistance...créant des postes dans ce secteur, au détriment de l'industrie et de la viticulture...

 

 

*** Sergi LOPEZ à Saint-Estève :

 

 

 

Dernière session du festival de cinéma Les Toiles pour cette saison.

Lassociation Les Rendez-Vous de Saint Estève, en partenariat avec lInstitut Jean Vigo de Perpignan et le Théâtre de lÉtang et avec le parrainage de La Maison de la Presse La Mirande, a choisi de rendre hommage à lacteur Sergi pez.

 

5 films seront projetés au Théâtre de lÉtang, à Saint Estève, les jeudi 29, vendredi 30 et samedi 31 mai. Entrée libre.

Chaque séance de projection est précédée dune présentation du film et suivie dune discussion.

 

Au programme :

Jeudi 29 mai, à 20h30 : film : Dirty Pretty Things (Loin de chez eux) de Stephen Frears (VOSTF)

Vendredi 30 mai, à 20h30 : film : Harry, un ami qui vous veut du bien de Dominik Moll

Samedi 31 mai, à 14h30 : film : Ricky de François Ozon

Samedi 31 mai, à 17h : film : Peindre ou faire lamour des frères Jean-Marie et Arnaud Larrieu

Samedi 31 mai, à 20h30 : film : Le labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro (VOSTF)

 

 

Pour tous renseignements : 06 32 47 21 14 ou rdvse@rdvse.fr

 

Les Rendez-Vous de Saint-Estève, créateurs d'évènements culturels

 

Partager cet article
Repost0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 09:46

images-copie-29.jpeg Duguesclin... quel sauveur pour la France..?

 

 

Réagir face au FN, tel est le titre du quotidien Libération ! Tout n'est pas négatif dans le vote pour les Européennes : les sursaut de l'Ukraine affirmant sa volonté d'indépendance à l'égard de la Russie, les voix des indignés en Espagne et de l'ERC en Catalogne, le vote radical,  en Grèce, vote protestataire bien à gauche, alors qu'il est de droite extrême en France.

 

Enfin, c'est la situation morale italienne qui s'arrange, après l'ère berlusconnienne, comme en témoigne le renouveau du cinéma, témoin d'une "Italie qui gagne" : le film "La Grande Belleza" de Paolo Sorrentino, décrivant une Rome décadente, oisive, obscène, avec des références à la chute de l'empire romain, aux débauches de "Fellini Roma", et à l'insouciance de "La dolce vita" (1960)...

 

Le déclin de la France est visible dans la victoire du FN -pas premier parti, c'est l'abstention qui est majoritaire, hélas !- car ce mouvement politique ne veut pas simplement des places pour ses énarques et dirigeants; il veut imposer des idées sur le patriotisme, le souverainisme, l'arrêt de l'immigration, la non-assistance sociale aux étrangers, le rejet du multiculturalisme ... 

 

 

Il est à noter qu'une forte proportion de jeunes, sans travail ni perspective, a voté FN : la générosité de la jeunesse, qui s'exprime dans son goût pour les "musiques du monde", dans sa participation à des festivals solidaires tel "Ida i Vuelta" (à Perpignan, ce W.end), dans sa passion pour une équipe de foot "Black, blanc, beur", recule car elle a l'impression d'être oubliée par une classe politique autiste et déconnectée...

 

Le déclin semble généralisé : déclin de la presse par méfiance à l'égard de médias qui trompent le citoyen; rejet des idéologies, car tueuses (guerres coloniales, camps staliniens...), chute du rôle du maître d'école : perte de l'autorité après Mai 68, cas de pédophilie révélés; déclin de la place de la France dans le monde, en raison de l'émergence de nouveaux pays industriels, de la délocalisation... même si la francophonie, la force nucléaire et militaire, son rang à l'ONU...lui permettent de figurer encore dans le groupe des pays les plus riches et influents...Pour combien de temps..?

 

 

A Perpignan, la nouvelle municipalité mange son pain blanc; depuis trois mois, la ville a des aspects festifs, en raison du calendrier traditionnel des animations : après le festival de musique sacrée, l'animation enchaîne avec les brocantes, les expositions des écoles, Ida i Vuelta, la Saint-Jean, les Estivales, les jeudis de Perpi, jusqu'à l'apothéose, en septembre, avec Visa pour l'image !

 

Il est à parier que fin septembre, à la rentrée, l'euphorie se dissipe; déjà aujourd'hui, après les Européennes, on constate que le maire J.M.Pujol, ne bénéficie que d'une faible assise à Perpignan  : 5071 voix pour son parti, soit seulement 7,47 % des inscrits, quand L. Aliot fait le double ! Une partie de la droite bascule vers le FN, délaissant déjà le maire actuel et promettant à Louis Aliot un avenir radieux dans la cité "catalane"...en 2020... où le catalan n'aura plus droit de cité...

Il sera difficile aux prétendants de droite, tels F. Rivière ou Romain Grau, de réussir, sauf...si l'USAP (autre signe du déclin perpignanais) remonte dans le top rugbystique...

 

JPBonnel

(à suivre...déclin de Perpignan ?)

 

 

 

 

 

******    MARDI 27 MAI 2014 À PARTIR DE 19H
Invitation à la grande soirée d’ouverture libre et gratuite des
29e Rencontres Cinémaginaire d’Argelès sur Mer
Pyrénées Orientales – Languedoc Roussillon

Download.html.jpg

19h
Galerie Marianne - Pôle Argelès Culture - Argelès Ville
Ouverture Festival et Vernissage de l'exposition
Àngels Rosés
Artiste peintre - Barcelone

Paroles inaugurales et buffet de mise en bouche du festival

20h45
Espace Liberté - Pôle Argelès Culture - Argelès Ville
Tour de chant
Maria Elena
Artiste interprète - Barcelone
Concert gratuit en plein air
Dans le cadre du jumelage avec le Festival Cinéma de Girona

21h30
Espace Liberté - Pôle Argelès Culture - Argelès Ville
Hommage à
Bernardette Lafont
Projection gratuite en plein air
du film
La fiancée du pirate
de Nelly Kaplan
La projection du film culte de Bernadette Lafont, est certainement le meilleur hommage
que l’on puisse rendre à la grande actrice, disparue en 2013.
Bernadette Lafont est une sorte de marraine pour Cinémaginaire,
par sa présence fidèle et renouvelée à plusieurs éditions du festival.
La fiancée du pirate, 45 ans après sa sortie, n’a rien perdu de sa force, de son insolence et de sa drôlerie,
soutenu par la cultissime chanson interprétée par Barbara Moi j’me balance …   

 

Repli au Cinéma Jaurès en cas (malvenu et improbable) de mauvais temps

 

Toutes les infos du festival :

<http://www.cinemaginaire.org>

 

télécharger le programme du festival :

<http://www.cinemaginaire.org/www/images/news/progRCAM2014.pdf>

 

télécharger le catalogue complet du festival :

<http://www.cinemaginaire.org/www/images/news/catalog2014.pdf>

 

télécharger le programme de la Rencontre Professionnelle Transfrontalière du mardi 27 mai 11h - 18h30 :

<http://www.cinemaginaire.org/www/images/news/RencontresPro.pdf>

 

 

Le festival le plus au sud !

Cinéma Jaurès - Pôle Argelès Culture

66700 Argelès sur Mer

Tél 04 68 08 22 16 et 04 68 29 13 61

Mail : contact@cinemaginaire.org

Site : www.cinemaginaire.org

Partager cet article
Repost0
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 10:38

entonnoir, clip (C) MA2F

 

 

Le succès du FN aux élections européennes ne signifie pas la victoire du fascisme, le retour massif des chemises brunes ni la montée inexorable de la (F) haine en France. 

 

Bien sûr, une frange non négligable de racistes, antisémites, nostalgiques du nazisme et du pétainisme, de nos vieilles possessions coloniales et de notre ancien rôle de maître du monde, s'affirme et n'occulte plus son idéologie... 

 

Il apparaît cependant que l'électorat a voulu sanctionner les responsables nationaux, les gouvernements successifs qui ont endetté la France et méprisé, avec leur attitude bling-bling, leurs scandales...les citoyens. Les électeurs ont surtout rejeté une austérité qui semble mener à une impasse...

 

Ils n'ont pas voté contre l'Europe et l'euro; ils ont voté contre une Europe qui n'explique pas les enjeux et sa stratégie : la chancelière allemande a déclaré que l'Europe n'était pas "une communauté sociale" ! Là est l'erreur ! La faute ! La finance et l'économie priment quand le social et la solidarité passent au second plan !

 

Les Européens ont voté pour les partis populistes qui prônent le repli sur soi et l'exclusion de l'autre : pour se défouler face au chômage, à l'injustice, à la morgue des nouveaux riches, à l'indifférence et à l'autisme des bureaucrates bruxellois !

 

Les Français se sont abstenus en masse, montrant leur dédain des grands partis; ils ont laissé la porte ouverte à l'extrême-droite : jeu dangereux car, dans une situation rappelant les années 1930, le FN s'installe, nous habitue à sa présence dans les mairies et partout... Le silence, l'abstention des démocrates laisse le champ libre à une minorité pernicieuse prête à l'aventure et à "l'ivresse de la destruction" !

 

L'abstention voudrait montrer que les citoyens "détestent tous les partis, toutes les élites", que l'avenir se situerait "en-dehors des partis"... Il n'en est rien puisque l'électorat opte pour un parti très structuré (une infime partie des inscrits, il faut relativiser : à Perpignan, sur 68000 inscrits, L. Aliot n'obtient q"ue" 9682 voix, id est : 14,26 % des inscrits. Score équivalent à celui des municipales, et le maire de Perpignan a été élu, grâce à la gauche, lui aussi avec peu de voix par rapport aux inscrits...

 

Le résultat des élections européennes veut-il dire que la France, minée par le FN, "premier parti de France", glisse vers le "déclin"..?

 

Cinquième puissance mondiale (militaire, nucléaire...) la France se désindustrialise, ne sachant pas bien s'adapter à la concurrence face à la mondialisation et à l'émergence de pays qui veulent, à leur tour, goûter aux "fruits du progrès"... La France a pourtant bien des atouts (tourisme, énergies nouvelles, aviation, recherche médicale, scientifique, militaire : le Rafale...) :il faut les montrer, les développer... La crise de l'adaptation du libéralisme est mondiale et Russie et Chine commencent à peiner...

 

De toute manière, ce n'est pas en sortant de l'Europe, en restant dans son coin, dans ses frontières, que la France peut éviter le déclin ! En effet, l'Europe est notre avenir ! Notre destin face au déclin ! L'Europe nous protège de la guerre, mais elle n'est pas assez sociale et culturelle; elle doit être le continent de la jeunesse, de l'humanisme et apporter des perspectives à un monde souvent peu civilisé, miné par le terrorisme, le fanatisme religieux, les scandales financiers, les errements bancaires...

 

à suivre...

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens