Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 10:58

images-copie-19.jpeg    Réfléchissons à ces différents problèmes qui entravent l’amour du livre et des belles lettres

 

* les médias et particulièrement l’Internet, détournent l’attention des jeunes.  Amener la jeunesse à s’intéresser à la lecture. 

 * le prix parfois élevé des livres, justifie en partie, le désintéressement des jeunes à la lecture...

  L'éducation à la lecture, l'école sont primordiales : redonner au livre une place de choix dans un univers de plus en plus sous le charme des supports audiovisuels, des médias et surtout d’Internet.

 

 

 

 

Manifeste pour la lecture

LA LECTURE EST UNE PORTE OUVERTE SUR LA DÉMOCRATIE ET LA LIBERTÉ.

  • L'accès aux livres et à la lecture est un droit pour tous, sans frontière ni limite sociale.

  • La lecture favorise l'accès à la connaissance, le développement de l'esprit critique et la socialisation.

  • Savoir déchiffrer ne suffit pas à la compréhension d'un texte.

  • Sans maîtrise de la lecture, il ne peut y avoir de plaisir et sans désir de lecture, il ne peut y avoir apprentissage.

  • La lecture se partage : prix littéraires, salons, festivals, ateliers, lecture à voix haute...

LA LECTURE EST UNE VRAIE CAUSE NATIONALE.

ENSEIGNANTS, FAMILLES, ÉLUS, PROFESSIONNELS DU LIVRE ET DE L'ENFANCE, ASSOCIATIONS...

ENGAGEONS-NOUS !

Partager cet article
Repost0
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 12:06

clown.JPG 

 

 

* Intermittents du spectacle : une décision importante doit être prise dans les jours prochains

Les annexes 8 et 10 de l'UNEDIC qui régissent le régime des intermittents du spectacle pourraient bien disparaître, sous l'impulsion du MEDEF, entraînant avec elles la mort d'un grand nombre de compagnies, groupes musicaux, troupes de danses et techniciens...

et, de fait, étouffement d'un maillage unique en Europe, bâti de diversité dans la qualité des créations artistiques françaises.

 

Un sondage du journal Le Point semble vouloir montrer que les français seraient majoritairement pour la suppression de ces annexes.

 

Oubliant, avec le MEDEF, que la création artistique est un véritable ressort économique de la société française...

(dans certaines régions ses résonances économiques sont en 2ième position !!!)

Au delà de l'activité économique, c'est aussi les questions de l'éducation artistique, de la transmission et de l'expression qui sont posées.

 

Quel type de société voulons nous ? Sans artistes  ?

 

Si vous souhaitez que perdure la création, le droit d’accès aux arts, à l'expression, les spectacles vivants, le cinéma et l'audiovisuel.

Si vous voulez continuer à rêver avec des spectacles non formatés "économiquement viables" ...

alors, suivez le lien suivant et votez non à la proposition de réforme du MEDEF. 

(Rappelons qu'en 2003, la crise des intermittents, avait déjà stigmatisé les coups de rabot que le patronat infligeait au ''régime'' des intermittents du spectacle. Situation qui, au-delà de la canicule, entraîna des actions sur tous les territoires des festivals..) 

 

http://www.lepoint.fr/sondages-oui-non/etes-vous-favorable-a-la-proposition-du-medef-d-en-finir-avec-le-regime-des-intermittents-du-spectacle-16-02-2014-1792218_1923.php

 

 

 

* Muriel Meyer : « JE MARCHE POUR LA CULTURE : ACTEURS CULTURELS, ARTISTES, TECHNICIENS, INSTITUTIONS, HOMMES ET FEMMES INVESTIS DANS LA CULTURE, PUBLIC ADORE : ORGANISONS NOTRE MARCHE POUR LA CULTURE A PERPIGNAN LE 12 MARS !! ».

 

J’aime l’art, j’aime la Culture.

Je suis artiste interprète, je suis technicienne.

Je suis archéologue, bibliothécaire.

Je suis metteur en scène, réalisatrice.

Je suis auteur, compositrice.

Je suis photographe, plasticienne.

Je suis journaliste.

Je suis animatrice.

Je suis personnel administratif ou d’accueil.

Je travaille au ministère de la Culture ou dans son champ.
Je plonge dans les archives, je suis enseignant, je suis étudiant.

Je suis professionnel-le : je travaille pour vous toutes et tous.
Nos métiers nous amènent à exercer nos professions dans les secteurs de la Culture et de l’information au service du plus grand nombre.

Je suis spectateur, je suis spectatrice.

Je suis une citoyenne, un citoyen, un usager, une habitante, un habitant : je n’imagine pas un monde sans Culture.

Parce que nous défendons l'accès pour toutes et tous à la Culture, droit Constitutionnel.

Parce que depuis les Lumières la Culture a été le ferment de la liberté, de l'égalité et de la fraternité.

Parce que l’État est le garant de la démocratie culturelle.

Parce que la Culture est créatrice de richesses individuelles, collectives mais aussi économiques.

Parce que depuis des années la marchandisation de la Culture, la baisse des budgets mettent à mal ce droit et la liberté de création.

Parce que depuis quelques mois des lois adoptées par le Parlement ont détricoté ces biens communs en visant à déléguer ces compétences de l'Etat, au risque de faire disparaître les directions régionales des affaires culturelles.

Parce qu’il s’agit d’une rupture de l'équité entre territoires et de la solidarité.
Parce qu’il ne s’agit plus de la décentralisation, que nous avons toujours promue.

Alors je marche à Toulouse, Bordeaux.
Tu marches à Paris.
Elle marche à Lyon.

Il marche à Metz.

Nous marchons à Rennes, Nantes.

Vous marchez à Montpellier.

Ils marchent à Lille.

Je marche pour que tous les élu-e-s prennent conscience de l’importance de l’art et de la Culture pour notre société.

Je marche pour les mots oubliés de François Hollande en 2012 : « La Culture n’est pas un luxe dont on peut se débarrasser en période de disette… La Culture c’est l’avenir… »

Je marche afin qu’une ambition s’exprime pour la Culture.

Je marche pour lutter contre les inégalités culturelles et pour la liberté d’expression.Je marche parce que j’aime mon métier.

Je marche pour la démocratie et la diversité culturelles, je marche pour la cohésion sociale.

Je marche parce que j’aime la Culture à proximité de chez moi, je marche pour la culture sur mon lieu de travail.

Je marche parce que la Culture enrichit et nourrit mon quotidien.

Je marche parce que je revendique un régime juste et mutualiste pour les salariés intermittents du spectacle à l’occasion de la négociation assurance chômage.Nous marchons parce que la Culture est un droit, notre droit à toutes et tous.Nous marchons toutes et tous parce que nous aimons la Culture, tout simplement.

http://www.je-marche-pour-la-culture.org/

 

 

 

Partager cet article
Repost0
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 10:38
images-copie-17.jpeg Jean-Marc Pujol, maire de Perpignan
  1. L'actualité revient sur les anciens d'Occident, ces militants d'extrême-droite, aimant faire le coup de poing contre les gauchistes, devenus des "libéraux" et ministres sous Giscard, Chirac... Madelin, Devedjian, Longuet, Novelli...Un livre raconte leur passé tumultueux...
  2. Certains avouent et reconnaissent s'être trompés. Un qui reste silencieux, c'est Jean-Marc Pujol, l'actuel maire de Perpignan, qui, même s'il déclare (portrait publié dans l'Indépendant du 20 février 2014) : "je ne m'étais pas trompé dans mes combats de jeunesse" (contre le communisme, car M.Pujol cite la chute du mur de Berlin"... 
  3. D'origine Pied-Noir, il est ensuite pour l'Algérie française : "L'Algérie française a struturé ma vie politique", ce qui explique sa logique actuelle (plaques, mur, musée algérianiste : hommage à l'OAS et à une vision nostalgique de la colonisation).
  4. On peut se tromper, puis changer, évoluer... Comme d'autres d ses anciens camarades du parti de Madelin, M.Pujol peut enfin avouer "oui, j'étais à Occident, et maintenant je suis un démocrate" ! *
  5. Il est normal qu'on sache tout du parcours politique d'un homme public qui désire être maire, qu'en pensez-vous..?- - -
  6. * Autre page sombre, celle-là parfaitement assumée : lAlgérie française et un ancrage bien à droite. Jean-Marc Pujol est ouvertement anticommuniste. « Mai 68 était une révolution de petits bourgeois », insiste-t-il. Ses détracteurs le classent à lextrême droite. « Des gens comme lui sintéressent à nous, raconte ainsi lancien secrétaire général du FN, Louis Aliot, installé à Perpignan. Pour linstant, il préfère le confort du système pour faire avancer ses idées. » Régulièrement, la rumeur revient que le nouveau maire de Perpignan aurait appartenu à Occident, un groupuscule fascisant où Alain Madelin, Patrick Devedjian et Hervé Novelli ont fait leurs classes.
  7.    Faux, répond lintéressé. « Je ne me suis jamais caché : je suis un homme de droite. Pas plus. On me caricature. On se dit : Cest un pied-noir, il est anti-communiste, alors il est à lextrême droite . Cest oublier que jai fait quatre campagnes municipales contre le FN ! » Même sil reconnaît avoir eu des relations proches avec lancien député frontiste Pierre Sergent, un ami de son père, Jean-Marc Pujol se réclame du centre droit, « du canal libéral de lUMP, tendance Raffarin, Bussereau, Novelli ».            (extrait d'un portrait par Gwenaëlle Guerlavais)BShzHEcIAAAjneg.jpg

 

**Quarante ans après, les anciens d'Occident revisitent leur passé

Le Monde.fr | 26.02.2014 à 12h24 |Par Gérard Davet et Philippe Ridet (Rome, correspondant)

Abonnez-vous
à partir de 1 €
  Réagir  Classer  

Partager   google + linkedin pinterest

Ils sont ou ont été ministres, chefs de parti, fonctionnaires, députés, membres de cabinets ministériels... ils sont responsables de journaux ou d'agences de communication. Dans les années 1960, ils avaient 20 ans et militaient au sein du mouvement d'extrême droite Occident, créé en 1964 et dissous en 1968. C'est l'itinéraire de Patrick Devedjian, Alain Madelin, Hervé Novelli, Claude Goasguen, Anne Méaux, entre autres, que retrace le journaliste et écrivain Frédéric Charpier dans son livre Génération Occident.

Lire Valls-Goasguen : les députés UMP menacent de boycotter les questions au gouvernement

Cet article est paru dans Le Monde du 13 février 2005 


Sur cette photo, c'est leur jeunesse qui frappe, et ce parfum d'années 1960 : les lunettes noires et la gabardine claire de Patrick Devedjian, le sourire juvénile et carnassier d'Alain Madelin. A l'arrière-plan, les comparses anonymes. Le document orne la couverture de Génération Occident (Seuil), livre enquête sur l'histoire et les membres de ce mouvement d'extrême droite, créé en 1964 et dissous en 1968.

Aujourd'hui, sans rien renier de leur passé, ils cherchent pourtant à le minimiser« C'était un moment de notre vie », explique Alain Robert, un proche du député (UMP) Robert Pandraud. « J'étais jeune », plaide le député (UMP) Hervé Novelli.« Nous étions jeunes et libres, se remémore le sénateur (UMP) Gérard Longuet. Il s'agissait là de rites initiatiques de jeunes gens, un folklore d'aspect paramilitaire. » D'autres, comme le député (UMP) Alain Madelin, préfèrent ne plus évoquer cette période. « Je n'ai pas encore lu ce livre, j'ai d'autres activités », lâche- t-il. Lassitude de devoir se justifier ? « Dès qu'on parle de ça, on assemble des ragots et des historiettes invérifiables. Notre histoire reste à écrire », explique un ancien membre du parti d'extrême droite.

Mais le mythe lui est installé. Alors que l'extrême gauche affiche ses élans révolutionnaires et sa générosité, les militants d'Occident sont du côté des manches de pioche et des discours racistes. Infréquentables. « Pourtant, on a un héritage commun. Je trouve Jean-Christophe Cambadélis très sympa, dit le député (UMP) de Paris Claude Goasguen, ancien président de la Corpo de droit d'Assas, proche d'Occident. Si je l'avais trouvé sur ma route, peut-être serais-je devenu trotskiste. »

Il y eut donc Occident et la Corpo de droit, mais aussi le GUD (Groupe union droit) du député (UMP) Bernard Carayon. Ou encore le GAJ (Groupe action jeunesse), dont se réclamait l'actuel secrétaire d'Etat à l'aménagement du territoire, Frédéric de Saint-Sernin. Autant de structures étroitement liées, ou issues les unes des autres. Un vrai creuset de l'extrême droite, où l'on relève également les noms de François d'Orcival, l'un des responsables de l'hebdomadaire Valeurs actuelles, ou d'Anne Méaux, ancienne attachée de presse de Valéry Giscard d'Estaing et patronne d'Image 7, l'agence de communication du gotha de la politique et des affaires.

« C'est fantastique, s'énerve Alain Robert, inspirateur d'Occident, puis du GUD.Quand on parle de l'extrême gauche, tout est sympa. Mais dès qu'on parle de l'extrême droite, c'est violence et barres de fer. Nous n'aurions été que des adorateurs de Mussolini et de Goebbels, alors que les gauchistes vénéraient Beria ! »

L'affaire est moins manichéenne qu'il n'y paraît. Occident, c'est avant tout l'alliance d'anticommunistes primaires et de colonialistes forcenés, sur fond de défoulement physique. Sous l'influence de Pierre Sidos, un ancien du mouvement franciste, maître à penser de la mouvance nationaliste, financé par Hubert Lambert, le magnat du béton qui allait rendre riche Jean-Marie Le Pen quelques années plus tard, Occident naît en 1964.

« TUEZ LES COMMUNISTES »

Le programme prévoit de bannir le « suffrage universel », mais aussi de combattre« les ennemis de l'intérieur », à savoir « les puissances financières », la franc-maçonnerie ou les « métèques ». On y tient des conversations racistes, dans les arrière-salles des cafés, avant d'aller « taper sur le bolchevique ». L'actuel ministre délégué à l'industrie, Patrick Devedjian, recruté en 1963 à 17 ans, y côtoie M. Longuet et M. Madelin, surnommé « Mado ». Leurs slogans ne font pas dans la nuance : « Tuez tous les communistes où ils se trouvent ! » « Si on ne portait pas une parka avec 253 badges de Mao, on se faisait agresserphysiquement, assure William Abitbol, ancien député européen (1999- 2004) proche de Charles Pasqua. On s'est beaucoup fritté, j'appelle ça mes années degymnastique. »

Occident trouve sa triste apogée avec le raid sur le campus de la faculté deRouen, en janvier 1967. Une dizaine de jeunes gauchistes y sont sérieusement blessés. Une affaire qui vaudra la prison, puis une condamnation judiciaire, à M. Devedjian, M. Longuet et M. Madelin. Progressivement, ces trois-là s'éloignent d'Occident, qui est dissous en 1968. Ils laisseront derrière eux la droite extrême, pour se fondre, pour les uns, dans un libéralisme mâtiné de giscardisme, pour les autres, dans un étatisme à la mode gaulliste.

Quatre années d'une folle errance politique, avec peu de regret, semble-t-il. Si ce n'est celui de s'être égaré. « Je me suis totalement trompé et je l'assume, déclare M. Devedjian, mais je n'ai cautionné aucun crime. » A les en croire, nulle nostalgie, non plus. « J'étais affecté par mes problèmes personnels, explique M. Goasguen,mais je n'ai aucune honte, je n'ai rien fait de délictueux. J'ai seulement perdu beaucoup de temps. » Une vision partagée par M. Carayon, lui qui brûla des drapeaux de l'URSS sur les Champs-Elysées et fracassa la vitrine d'Aeroflot, en 1977, à l'occasion de la venue de Leonid Brejnev à Paris : « Nous n'avons pas été happés par la dérive terroriste, explique le député UMP. Et puis la violence était partagée. » « Quand j'ai reçu un coup, je l'ai rendu, argumente M. Longuet.J'assume avoir été d'extrême droite. On s'est simplement trompés sur le modèle colonial, qui ne pouvait perdurer. »

Aujourd'hui, ces hommes se croisent, souvent, aux détours d'itinéraires politiques contrastés. MM. Devedjian et de Saint-Sernin sont au gouvernement, M. Schuller prépare son procès dans l'affaire des HLM des Hauts-de-Seine, M. Goasguen brigue la Mairie de Paris, tandis que M. Longuet siège au Sénat. Evoquent-ils leurs souvenirs d'étudiants ? « J'en parle parfois avec Guillet, Madelin ou Devedjian, dit M. Carayon, ils ont vécu des années rudes. » Il arrive à M. Devedjian d'aborder le passé, avec M. Longuet. « On en parle parfois. Pour se moquer de nous », explique le ministre délégué à l'industrie. Pas sûr que M. Longuet ait pourtant le coeur à se moquer de lui-même. Il regrette surtout que l'on remue ces souvenirs. « Nous avons passé trois ans à l'extrême droite, et trente ans dans la famillelibérale. Si j'étais né en 1945, on m'aurait reproché d'avoir soutenu le maréchal Pétain... »

Cet article est paru dans Le Monde du 13 février 2005

Partager cet article
Repost0
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 10:26

steeve-briois-a-henin-beaumonr--62.jpg    Marine fait les yeux doux à Steeve Brivois (candidat FN susceptible d'être élu maire de Henin-Beaumont, 62)

 

Le "tassement" (la baisse) du FN, selon les derniers sondages, à 25% à Perpignan, alors que le parti de Marine Le Pen voulait en faire un test national, est une chance pour la cité catalane !

 

En effet, l'image de la ville serait encore plus dégradée,  avec  l'élection d'un maire frontiste. Quelle image de marque ! Paradoxe pour une ville qui se veut capitale de la photo, avec "Visa, festival international du photojournalisme" !

 

IMAGE de Perpignan : émeutes de 2005, disparues de la gare, affaire du légionnaire, chômage et misère extrêmes, endettement record, ghettos gitan et maghrébin, commerce menacé,  communautarisme, clientélisme, corruption, prostitution : tolérance, pas trop, mais maisons qui s'effondrent, assez..!

 

Mais on ne va pas parler que de ce qui va mal ! Une liste dynamique "Perpignan, la positive", doit apporter le sursaut, l'espérance, la confiance !

 

L'échec annoncé de Louis Aliot constitue un début d'espoir; cela détruit l'argumentation de la droite pujolienne : critiquer le maire actuel, ce serait "faire le jeu du FN" ! Il faut donc, selon eux, un "Front républicain" face au "Front national", toute liste dissidente créant la division (est visée Clotilde Ripoull, sans étiquette, 0% parti politique).

 

Sectarisme de droite.

 

A "gauche", si on suit le raisonnement du "Travailleur catalan" (article de cette semaine dans l'hebdo du PCF 66), les petites listes sont constituées pour faire perdre la "gauche"; un raisonnement stalinien parfait, facile, sans nuances, traitant ainsi de "traîtres", les "Verts" de J. Codognès, le NPA et le Parti de Gauche ! Ces diviseurs feraient le jeu de la droite et de JM.Pujol !

 

Sectarisme de gauche.

 

En fin de compte, ce qui désespère les citoyens, ce qui fait le jeu du FN, ce qui détourne le peuple, qui le fourvoie, qui le dégoûte de la caste politicienne, ce sont de tels comportements.

 

Ce sont elles, droite dure et gauche stalinienne, qui FONT LE JEU du mouvement extrémiste, séducteur, trompeur et faussement démocrate, qui, pas à pas, gangrène les esprits !!!!

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 10:33
fessier-maillol.JPG Maillol aux Tuileries (photo JPBonnel)

  •  « Le sage n’hésite pas à faire quelques entorses à la morale si beaucoup de bien doit en résulter ». Yantie LUN, dans P. de Woot, Médiations sur le pouvoir.
  • I. Préambule
  • 1  A. DE TOCQUEVILLE, De la démocratie en Amérique, Seuil, 1970.
  • 1
  • La révélation d’« affaires » devient de plus en plus banale. En effet, il ne se passe une semaine sans qu’une nouvelle affaire éclate au grand jour. Chaque lecteur peut sans difficultés illustrer ce phénomène par de nombreux exemples. La Belgique, et la Wallonie en particulier, n’est malheureusement pas épargnée. Le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument, nous disait de Tocqueville1.
  • 2
  • Des histoires de pots-de-vin, des achats publics à des conditions trop élevées, des concours bidons sont devenus des lieux communs et le débat sur la relation infernale entre l’éthique et la politique s’arrête en général à épingler l’une ou l’autre affaire. Citons quelques affaires récentes : les logements sociaux en Wallonie, les entreprises de gestion d’immondices à Charleroi et Liège, le centre de délassement de Marcinelle, l’entreprise de fléchage à Malines, les consultants en Flandre où selon la Cour des Comptes seul un contrat sur 67 respecte les procédures légales, ou encore les scandales d’urbanisation à Bruges. Ces scandales qui défrayent la chronique ne constituent sans doute que la partie émergée de l’iceberg.
  • 3
  • Dans chacun de ces exemples les hommes - rarement les femmes - politiques ont confondu l’intérêt public avec l’intérêt privé en faveur de ce dernier. Ces actes sont donc contraires à une éthique politique où l’homme politique a choisi, et a été mandaté, pour s’occuper de l’intérêt général d’une commune, d’une région, voire d’un pays.
  • 4
  • L’organisation des pseudo-concours fait partie des coutumes du monde politique. En Wallonie, 12 des 14 managers de la fonction publique nommés en 2008 émanent d’un des partis au pouvoir. En Flandre, des concours ont été organisés dont on savait d’avance qui serait le lauréat.
  • 2  N. MACHIAVELLI, Le Prince, Chapitre XV.
  • 5
  • L’abus de pouvoir crée une société dans laquelle les hommes ne savent plus exercer leur liberté2. Le comportement non-éthique des politiciens touche la démocratie dans ses fondements. Les actes qui témoignent d’un tel comportement ne peuvent donc pas être banalisés et ramenés à une série d’actes isolés, mais doivent être considérés comme des symptômes d’un malaise plus profond. Il faut dès lors lutter contre ces dérives de manière structurelle, en se fondant sur la morale. Car la liberté de chacun est une valeur en soi, mais elle ne peut s’exercer qu’à la condition qu’elle n’empiète pas sur la liberté d’autrui, comme le préconisait Kant. Or, le comportement non éthique est entrelacé avec la manipulation et le chantage.
  • 6
  • Le fonctionnaire, nommé non pas sur la base de ses compétences mais sur la base de son appartenance politique, se met dans une position de gratitude et doit être prêt à rendre tout service qui lui sera demandé. Cette entente va de pair avec un chantage potentiel. Le fournisseur qui gagne ses marchés grâce à des pots-de-vin peut également être, à son tour, devenir victime de chantage.
  • II. Qu’est-ce qu’un homme politique ?
  • 3  Pour une analyse de l’approche modèle-obstacle, voir A. GIRARD, Les choses cachées depuis la fonda (...)
  • 7
  • Le mot homme est un chiasme, c’est-à-dire un mot à double-fond, qui a plusieurs sens contradictoires. D’une part, l’homme est vaniteux, paresseux, jaloux et égoïste. D’autre part, il est aussi travailleur, attiré par le luxe et les biens matériels. Dans ses relations avec ses congénères, on constate aussi cette tendance chiasmatique, qui fait de l’autre un modèle que l’on admire mais aussi un obstacle que l’on veut surpasser3. Cette tendance fait de chaque homme un politicien, du moins en puissance, qui, mû par sa vanité et son goût de l’action, contribue au bien-être général de la société. Mais l’homme politique, pris ici au sens le plus large du terme, n’en a jamais assez. Il veut dépasser son modèle. L’histoire du meurtre de Brutus sur Caesar, son père adoptif, fait partie de grands classiques dans le monde politique. La soif de pouvoir va souvent de pair avec une envie d’être reconnu et l’appât du gain. Ces aspirations irrépressibles créent une dynamique qui repousse toujours plus loin les limites du convenable, les méthodes employées pouvant facilement outrepasser les bornes de la moralité.
  • 4  A. SMITH, Theory of Moral sentiments, Clarendon Press, Oxford, 1976 (or. 1759)
  • 5  B. MANDEVILLE, Recherche sur la nature de société, (1723), Babel, 1998, p. 26.
  • 8
  • La relation entre politique et immoralité est donc très ambiguë. L’homme politique doit déployer toute sa ruse dans l’arène de la démocratie et doit donc sans cesse danser sur une corde raide. L’essence de la politique réside dans l’homme. L’être humain, animé par des forces chiasmatiques, est donc à l’origine de l’organisation sociétale. On comprend donc pourquoi Adam Smith, généralement considéré comme le père des Sciences économiques, a fondé son analyse sur l’étude des sentiments humains. Héritier de la tradition écossaise, et s’inscrivant dans le sillage de Hume, Smith donnait en effet la primauté aux sentiments plutôt qu’à la raison. Son premier livre, méconnu, traite de la théorie des sentiments moraux4. Par ailleurs, Smith fut fortement influencé par le Néerlandais Bernard Mandeville, Docteur en Philosophie, qui avait publié trente ans auparavant son ouvrage au titre parlant de Private vices, public benefits, ce qui signifie ni plus ni moins que les vices privés servent l’intérêt général. Le postulat central chez Mandeville est que l’homme voue un amour naturel à l’aise et la paresse.5 Tous les efforts que nous faisons, nous ne les ferions que dans la mesure où ils contribuent à servir nos intérêts personnels. C’est cet égoïsme qui conduit à la réalisation de l’intérêt général.
  • 9
  • Smith suivra Mandeville dans cette voie. L’homme est avant tout préoccupé par son intérêt personnel. Le concept de sympathie est apparenté à cet intérêt personnel. Pour Smith, la sympathie est la capacité à éprouver les sentiments d’autrui. Ce concept n’est donc pas à prendre au sens actuel que nous prêtons au mot sympathie mais renvoie plutôt à la notion d’empathie. Cette sympathie rend moins insupportable à l’homme le fait que son égoïsme est son moteur le plus puissant. En outre, la sympathie confère un contenu concret à la notion plutôt vide d’égoïsme. L’homme, affirme Smith, aspire au pouvoir et à la richesse, non pas au nom du plaisir qu’elle peut lui procurer mais par vanité. Autrement dit, pour les applaudissements qu’elle lui vaut auprès d’autrui. Le riche, affirme Smith, exulte dans sa richesse parce qu’il sent qu’elle attire naturellement sur lui les regards du monde. Notre comportement est donc déterminé par l’égoïsme, mais ce dernier acquiert une teneur concrète par le biais de la sympathie, elle-même basée sur la vanité.
  • 6  A. SMITH, An inquiry into the wealth of Nations, Clarendon press, 1976, (or. 1776), p. 26.
  • 10
  • La manière la plus efficace de parvenir à cette richesse est décrite plus tard dans l’ouvrage de Smith le plus souvent cité, à savoir L’étude sur la richesse des nations6. Ce n’est plus ici le concept de sympathie mais celui de concurrence qui occupe la place centrale. Ce n’est pas, nous explique Smith, à la bonne volonté du brasseur, du boulanger ou du boucher que nous devons notre repas, mais à leur intérêt personnel. La fameuse main invisible veille à ce que tout se déroule sur le mode le plus efficient. Le boulanger s’est établi là où il n’y avait pas encore de boutique alors qu’il y avait un grand nombre de bouches à nourrir.
  • 11
  • Au centre des deux ouvrages, on retrouve l’idée que l’intérêt personnel est le mobile par excellence de notre comportement économique, qui conduit au bien-être de chacun. Au cours de la période qui a suivi les travaux de Smith, on s’est surtout référé à son œuvre la plus récente. Le refoulement de la théorie des sentiments moraux n’est pas innocent et s’avère décisif pour le paradigme de l’économie et de la politique. L’animale rationale, comme l’appelle Hannah Arendt, dont le comportement n’était plus dicté par les sentiments mais par la seule raison, était né, n’aurait-il que le rang de bâtard du père spirituel.
  • 12
  • A la base du comportement, il reste que les penchants négatifs de l’être humain ne sont pas condamnés ou réprimés, mais infléchis pour servir le noble intérêt général. L’idée maîtresse consiste donc à utiliser les forces négatives inhérentes à l’être humain pour produire des résultats positifs sur le bien-être de tous.
  • 7  Voir R. AERNOUDT, Péripéties d’un cabinettard, Roularta, 2008.
  • 13
  • Si l’on applique ce raisonnement à la politique, l’homme politique travaille dans l’intérêt général, pourvu que cela coïncide avec son intérêt personnel. La création de bien-être pour tous n’est son objectif que s’il en sort mieux lui-même. Dans une particratie, les choses deviennent encore plus compliquées car, souvent, servir le parti rapporte plus à l’individu que servir l’intérêt général. Le triangle intérêt personnel, intérêt du parti et intérêt général fournit l’arène de la démocratie7. Nous sommes ici à des lieues de l’idée kantienne qui veut que l’intention détermine la moralité de l’acte.
  • III. Qu’est-ce que l’éthique ?
  • 8  P. RICOEUR, « D’un soupçon à l’autre », dans L’argent, Collection autrement, 1992, p. 63. (...)
  • 14
  • L’animal rationale sans racines et sans liens, empli de lui-même dans une solitude désolée, ainsi que le décrit Paul Ricœur8, prend ses décisions sur la base de facteurs rationnels. La raison serait donc le moteur de notre comportement.
  • 15
  • L’animal rationale n’est ni bon ni mauvais par nature. Son seul mobile est de déterminer son comportement en fonction de la perspective de satisfaire au mieux ses besoins. Ses décisions sont prises de façon à constamment préserver un équilibre entre son effort et l’utilité dégagée. Il se situe, pour reprendre les termes de Nietzsche, « par-delà le bien et le mal ». L’animal rationale est donc une non-chose, un non-être, un extra-terrestre. Il n’a rien à voir avec l’être humain.
  • 16
  • Pourtant, l’homme, intégré dans le système politique, ne cesse pas d’être un homme, caractérisé par des pulsions et des passions, aux prises avec des sentiments peu nobles, tels que la vanité, le prestige, la jalousie, l’envie, etc., mais également, ce qui est aussi important pour la vie politique, empreint de nobles sentiments tels que la compassion, la sympathie et l’empathie, la solidarité, le respect de l’autre, etc.
  • 9  B. MANDEVILLE, op.cit. p. 86.
  • 17
  • Nous laisserons à la philosophie morale la question de savoir si l’homme est, en somme, bon ou mauvais. Elle ne revêt pour nous qu’un intérêt mineur. La seule question pertinente dans le contexte qui nous occupe est de savoir comment fonctionne l’homme en proie à ses valeurs chiasmatiques au sein du système que nous appelons démocratie. En outre, la noblesse de certaines valeurs humaines ne peut être que relative au sein de chaque système. Pour reprendre Mandeville : « c’est la culture et non la nature qui détermine notre échelle de mesure »9. La force de l’habitude enfreint la loi de la nature, si bien qu’il est impossible à la longue de distinguer clairement laquelle de ces deux forces est la plus influente. Toutefois, dès lors que l’on place l’homme au centre de la politique, les thèses derridiennes de la déconstruction nous paraissent d’un intérêt non négligeable, dans la mesure où elles dénoncent le caractère construit de toutes pièces, de tout système de pouvoir. Même si nous partons du principe que l’homme est bon par nature, il n’est pourtant pas exclu que le système pousse l’homme dans une direction qu’il ne désire pas a priori.
  • 18
  • La particratie le pousse dans un jeu compétitif où l’individu est réduit au rang d’acteur, non pas au sens d’être agissant, mais au sens de comédien. La trahison va se cacher sous le voile de la politesse, affirmait Rousseau, qui partait du reste de l’hypothèse que l’homme est bon par nature. La véritable nature de l’homme est profondément cachée dans la société polie, observait Mandeville avant lui. L’homme dans le système politique n’est donc pas amoral, mais il est poussé par la dynamique du système vers l’immoralité. La norme n’est plus le fruit d’une réflexion morale mais est dictée par un comportement dominant, c’est-à-dire ce que chacun fait pour survivre. Le concept de norme perd son lien avec la moralité et l’homme est prêt à rompre avec sa conscience. Etant donné que chacun le fait et que la responsabilité en incombe au système, l’homme accepte facilement de renoncer à son identité, ou du moins à certains éléments de son identité. Cela nous rapproche de l’essence de l’éthique. Un comportement non éthique commence dès lors que je renonce à mon identité ; lorsque je n’agis plus conformément au rôle qui m’est attribué dans la société. Lorsque, en tant que ministre (mot du latin qui veut dire serviteur) ou en tant que civil servant, je ne suis plus au service de la communauté, mais au service de moi-même et de mon entourage, mes actes ne peuvent plus être considérés comme éthiques, même si j’aide mes ‘amis’. Le clientélisme est donc un renoncement aux devoirs de base de l’homme politique ou du civil servant.
  • IV. Le couple infernal illustré
  • 19
  • Le système basé sur l’homme politique chiastique, ou en d’autres mots, la déconstruction de l’homme politique en tant qu’animal rationale, implique le caractère infernal et quasi impossible de la relation entre l’homme politique en chair et en os dans son rapport avec l’éthique. Au centre des actes non éthiques se trouve l’homme politique qui met en exergue ses aspects négatifs tels que la jalousie, l’appât du gain et du prestige.
  • 10  S. KRIPKE, Naming and Necessity, 1985.
  • 20
  • Nous suivons ici l’approche du philosophe américain Saul Kripke, qui affirme qu’un concept ne peut jamais être appréhendé en totalité mais seulement être évoqué10. Si nous adaptons cette approche au concept d’un comportement non éthique, nous pouvons pleinement nous satisfaire de l’approche décrite ci-dessus. Une définition exhaustive n’est ni possible ni souhaitable. Cela implique que celui qui se comporte de manière non éthique en est pleinement conscient sans avoir à se référer à la moindre définition. Notons qu’ici nous nous référons au concept de l’éthique qui ne coïncide par forcement avec la législation en la matière.
  • 21
  • Nous illustrerons à l’aide de quelques exemples le fait que cette approche est plus pragmatique qu’il n’y paraît de prime abord. Nous voulons à tout prix éviter en cela de tomber dans des études de cas. Libre au lecteur qui le souhaite d’associer les situations évoquées à des cas concrets. Pour notre part, nous nous en tiendrons à l’adage qui veut que toute ressemblance avec des faits réels soit purement fortuite.
  • 11  Pour le lecteur amoureux de la linguistique, on relèvera que, dans la langue chinoise, les deux co (...)
  • 22
  • Rappelons que le comportement non éthique se révèle dès lors que nous ne respectons plus notre rôle dans la société. Le vendeur qui prend la place de l’acheteur nous en fournit un exemple classique. L’homme d’affaires qui veut vendre au secteur public en faisant appel à la technique des pots-de-vin se met de facto, dans la situation d’acheteur, dans la mesure où il lui est proposé d’acheter les « droits de vente ». Ainsi, le vendeur devient acheteur11. Le prix convenu sera un prix dérivé basé sur le montant et la rentabilité de la transaction principale. Dans la transaction principale, l’acheteur est acheteur et le vendeur est vendeur. Chacun joue son rôle. Pourtant, la transaction principale sera, elle aussi, contaminée par la transaction secondaire qui en dérive. En effet, les conditions de vente déterminées contractuellement ou encore à fixer de la transaction principale seront déterminées par les caractéristiques de la transaction dérivée, corrompue. Les relations normales entre vendeur et acheteur sont donc atteintes par cette transaction qui entraîne un renversement des rôles. Cette contamination identitaire des deux intervenants a pour effet qu’aussi bien le vendeur que l’acheteur, quels qu’ils soient, se meuvent sur des sables mouvants.
  • 23
  • Autre exemple. Un bureau d’études renommé, censé mener un audit approfondi et objectif, est manipulé pour servir d’alibi, par exemple pour justifier la réorganisation d’une structure publique allant de pair avec des réductions d’effectifs, voire avec le licenciement des dirigeants. L’auditeur sait qu’une certaine complaisance de la part de son bureau lui vaudra sans doute diverses missions. La condition pour ce faire est que l’audit parvienne, soi-disant en toute objectivité, à certaines conclusions. L’auditeur qui accepte de telles propositions, voire qui les induit, perd son identité. Il cesse d’être auditeur et devient vendeur. Cette forme de clientélisme réduit en fait l’auditeur à obéir aux instructions du client au lieu d’écouter (audire) les éléments qui devraient le conduire à une description objective du fonctionnement de l’organisation. C’est le client qui insinue les conditions de l’audit à réaliser et non plus l’auditeur qui conseille sur la base des résultats de son audit. Le client devient auditeur et l’auditeur devient vendeur. Cette double perte d’identité montre, sur la base de la définition que nous avons donnée plus haut, que nous sommes ici en présence d’un acte de corruption, qui, une fois de plus, entame la liberté de chacune des parties.
  • 24
  • Le même raisonnement vaut pour les évaluateurs qui doivent estimer l’impact de certaines stratégies d’entreprise ou de certains programmes politiques. L’évaluateur ex-ante, c’est-à-dire celui qui doit évaluer un programme ou une stratégie afin de permettre aux responsables de décider de leur éventuelle mise en œuvre, peut avoir intérêt à ce que l’affaire se fasse, étant donné qu’il est susceptible d’être impliqué lui-même dans la mise en œuvre et qu’une évaluation ex-post ou au cours de la mise en œuvre pourra s’avérer nécessaire. L’évaluateur ex-post se trouve à peu près dans la même position que celle de l’auditeur. L’évaluateur qui se laisse dicter sa conduite par de tels critères cesse d’être ce tiers qui, comme le dit le philosophe américain Tomas Nagel, adopte une « view from nowhere », pour devenir partie prenante. On peut se demander qui va évaluer un tel effet. Et qui, dans un tel contexte, pourrait croire qu’une évaluation du plan Marshall par exemple peut se faire de façon objective à quelques mois des élections ?
  • 25
  • Ce raisonnement reste valable également si l’évaluateur est un institut scientifique public. Lorsque l’on fait analyser le programme électoral d’un parti politique par une université, on recherche un label à apposer sur un plan qui repose rarement sur des fondements scientifiques.
  • 26
  • Et l’on peut poursuivre sur le même mode. Le chômeur qui travaille au noir cesse d’être chômeur, même s’il conserve les avantages afférents à cette identité. Les syndicats qui l’aideraient à échapper aux contrôles ne poursuivent plus le but des organisations qui étaient à la base du droit au travail, comme ils l’ont exigé et obtenu lors de la conférence de Lyon. Celui qui donne du travail au chômeur, sans que le statut s’en trouve modifié, devient employeur de fait sans assumer les droits et les devoirs que cela devrait entraîner. Et l’homme politique qui ne prend pas ce problème au sérieux ne sert pas l’intérêt général, tout au mieux l’intérêt de son parti à court terme.
  • 27
  • Le fonctionnaire qui se laisse « acheter » oublie momentanément son identité de fonctionnaire, c’est-à-dire de personne qui travaille dans l’intérêt général et qui est donc rémunéré sur des fonds publics, pour se laisser acheter par le secteur privé. Peu importe qu’il s’agisse d’un petit fonctionnaire, selon l’expression consacrée, ou d’un responsable exerçant des fonctions au niveau du gouvernement.
  • 28
  • Il est probable que plus d’un lecteur s’est reconnu dans l’une ou l’autre des situations décrites. Vraisemblablement, la parole biblique s’applique ici : « que celui qui n’a jamais péché jette la première pierre ». Pourtant, les exemples cités ne représentent qu’une sélection dans la vaste gamme de phénomènes que nous offre la panoplie des actes que l’on peut difficilement catégoriser comme éthiques.
  • V. Comportement non éthique : de la fraude à la corruption
  • 29
  • L’approche identitaire vise à appréhender le phénomène des comportements non-éthiques dans sa totalité et à s’interroger sur son omniprésence. Jusqu’à présent, nous avons essentiellement exploré des actes que l’on pourrait qualifier de corruption. Nous avons en particulier sondé son origine dans la nature humaine, il nous paraît également utile d’appréhender le concept en référence au concept de fraude : dans la littérature, les deux phénomènes sont bien souvent mêlés, si bien qu’il n’est pas superflu de procéder à quelques clarifications.
  • 30
  • Nous insistons sur le caractère intersubjectif qui est inhérent à la corruption. C’est précisément là que la corruption se distingue du terme plus général de fraude. La fraude, telle que par exemple la fraude fiscale ou la fraude pratiquée à l’intérieur d’une entreprise publique ou privée, renvoie à une transaction de mauvaise foi qui est opérée en vue d’obtenir illégalement un avantage ou de se soustraire à un inconvénient. La fraude fiscale par exemple vise à payer moins d’impôts qu’on ne le devrait. C’est ainsi que certains revenus sont intentionnellement dissimulés. Cela n’a pourtant rien à voir avec la corruption.
  • 31
  • La fraude ne devient corruption que dès lors qu’une autre partie prête son concours, contre rétribution, en acceptant de faire une chose qu’elle est normalement tenue de ne pas faire ou de s’abstenir de faire une chose qu’elle est tenue de faire. La fraude fiscale devient corruption lorsque le contrôleur fiscal prête son concours pour accepter une fausse déclaration. La fraude est donc un terme plus général que celui de corruption. En d’autres termes, on peut dire que la corruption est une forme de fraude mais que toutes les formes de fraude ne relèvent pas nécessairement de la corruption. Il en résulte que, pour simplifier, on décrit le plus souvent la corruption comme une forme particulière de fraude.
  • 32
  • Si la corruption va de pair avec le renoncement à son identité, nous pouvons nous demander pourquoi une résistance morale plus grande n’est pas opposée à ce supplice de Tantale. Pourquoi ne pouvons-nous résister à la tentation ? Pourquoi la corruption est-elle un phénomène omniprésent ?
  • 33
  • Un constat qui s’impose à nous est que cette séduction, comme toute séduction d’ailleurs, est toujours un événement intersubjectif. Dans le contexte de la corruption, je ne suis pas seulement amené à renoncer à mon identité, ce qui entraînera peut-être pour moi des difficultés à me regarder dans la glace par la suite, mais en outre, je dois le faire en accord avec autrui. Eve a besoin d’Adam, sinon la séduction n’aurait pas eu lieu. C’est parce qu’Adam n’a pu résister à la tentation (à moins que ce ne soit Eve) que l’unité originelle avec Dieu a été brisée. Depuis lors, affirment Luther et Calvin, l’homme est partagé entre deux mondes, sa pensée est limitée et sa raison corrompue. Par suite de cette corruption, l’ordre a fait place au désordre, l’harmonie au conflit.
  • 34
  • De même, celui qui offre des pots-de-vin a également besoin de quelqu’un qui soit prêt, même après une certaine résistance, à accepter son offre. Le travailleur non déclaré a besoin d’un employeur qui lui fournisse du travail clandestin. L’auditeur subjectif a besoin d’un commanditaire qui veut que l’on fasse ses quatre volontés.
  • 35
  • Ces quelques exemples nous amènent à la conclusion que pour corrompre, il faut au moins deux parties complices. Pour qu’il y ait corruption, il faut qu’au moins deux personnes renient leur identité. Par ailleurs, elles empruntent souvent leur identité à l’autre, comme nous l’avons décrit dans les exemples susmentionnés.
  • 36
  • Dans l’acte de corruption, il y a la plupart du temps une des parties qui prend les devants et offre une rétribution à l’autre pour qu’elle fasse ou s’abstienne de faire quelque chose. On l’appelle la partie active. L’autre partie est poussée à l’illégalité contre rétribution et on l’appelle la partie passive. La corruption est donc toujours un fait social caractérisé par une intimité entre les partenaires. L’identité est abandonnée à l’autre, un don qui peut facilement se transformer en soumission et où toute trace de résistance peut s’avérer une tactique pour faire monter les enchères. Cela place, dès l’origine, les deux parties dans une position difficile et une atmosphère de chantage potentiel plane dès qu’il est question d’une telle transaction, si bien que la moindre petite transaction porte en elle potentiellement la promesse de transactions plus importantes.
  • 12  G.H. HOFFMAN, Hoffmans tales, 1998.
  • 37
  • Même si la transaction initiale a suscité une quelconque résistance, la plupart du temps bien faible dans la mesure où l’opération était relativement innocente, cette résistance sera complètement balayée par la suite, d’autres forces prenant alors clairement le dessus. Dans cet ordre d’idées, l’un des « contes » de G.H. Hoffman est particulièrement édifiant. Le co-gérant d’un commerce de détail sert un client après l’heure de fermeture. Comme la caisse est déjà fermée, il décide, sans aucune mauvaise intention, de déposer l’argent dans la caisse le jour suivant. Sa mémoire lui fait alors défaut et c’est le début d’une vaste affaire de corruption et de fraude12.
  • 38
  • Une fois lancée, la spirale de la corruption ne peut plus être arrêtée. Par dissémination, le fait social prend des proportions toujours plus importantes. En outre, il faut souvent réduire cette intimité à un complot dirigé contre un tiers qui est le dupe de la transaction corrompue. Ce tiers peut être désigné individuellement dans certaines transactions, par exemple dans le cas d’un autre fournisseur potentiel qui ne promet pas des dessous de table ou de moindre importance et qui en fait les frais. Dans d’autres cas, plus anonymes, c’est la société à laquelle appartiennent les partenaires de la transaction qui est le dindon de la farce, par exemple lorsqu’un marché public n’est pas attribué au fournisseur qui présente pourtant le meilleur rapport qualité prix.
  • 39
  • La seule trace de résistance qui reste est la honte éventuelle que suscite l’absence de résistance. Adam et Eve découvrent leur nudité dans la honte. La plupart des transactions corrompues interviennent littéralement dans une zone grise, loin des projecteurs. De même que l’avare dissimule son trésor, les personnes corrompues cachent leurs transactions et leurs produits dans des coffres bien protégés, de préférence anonymes. En dehors des parties concernées, personne n’est présent et une intimité présumée est un atout. Mais cela tient naturellement aussi à d’autres raisons.
  • 40
  • Nous avons dit que la corruption allait de pair avec une perte d’identité. Etant donné que la corruption apparaît comme un fait intersubjectif, il nous amène à nous poser la question de l’existence de l’être dans sa relation à autrui. L’homme romprait ainsi avec sa conscience dans un acte collectif. Pour aborder cette question fondamentale, nous en appellerons aux philosophes. Il faut noter que la corruption ne constitue pas en réalité un thème de la philosophie et n’entre en ligne de compte qu’incidemment. L’interrogation philosophique se limite apparemment à la question de l’homme en tant qu’homme et, dès lors qu’il s’agit d’étudier la relation intersubjective, comme chez Levinas, il est plutôt question de recourir à la notion de responsabilité. Lorsque la corruption en tant que telle est analysée, le phénomène est constamment mis en relation avec la mort. Thanatos, Dieu de la mort, face cachée de Hermès, Dieu du commerce et de la corruption.
  • 13  ARISTOTE, De la génération et de la corruption, Vrin, 1993.
  • 14  Allusion à la phrase de J. DERRIDA : ‘Tout acte d’écriture est testamentaire’, dans  La disséminat (...)
  • 41
  • L’un des premiers philosophes à utiliser le mot de corruption est Aristote. Chez lui, la corruption est en opposition avec la naissance et la croissance. Elle est associée à la dégradation et à la mort13. Pour rester dans le giron de la mythologie grecque, on peut symboliser la relation entre la croissance et la corruption chez Aristote, par la lutte éternelle entre les Dieux Eros et Thanatos, dirigée par la déesse Eris. Cette association entre corruption et dégradation ou mort semble être restée depuis une constante dans l’approche philosophique. Montesquieu, dans son Esprit des Lois associe la corruption à l’origine de la dégradation d’une certaine forme de gouvernement. La corruption sonnerait le glas d’une forme d’Etat. Chez Machiavel, la corruption n’est pas seulement associée à la fin d’une forme d’Etat mais aussi à la fin de la possibilité d’exercer toute liberté. La corruption signifie donc la mort de l’homme libre. Plus récemment, Althusser, penseur d’inspiration marxiste, affirme que le corrompu et le corrupteur se portent eux-mêmes préjudice, dans un pacte avec la mort. Pour revenir à l’intersubjectivité évoquée plus haut, nous pourrions dire que non seulement il faut être deux au minimum, mais que chacun doit signer en même temps son arrêt de mort. Pour tourner cette affirmation sous forme de boutade post-moderne on pourrait dire que « tout acte de corruption est testamentaire »14.
  • 42
  • L’idée de base que nous trouvons chez les philosophes cités est confirmée par les explications étymologiques. Le verbe latin corrumpere signifie s’abîmer, pourrir, se décomposer. Quant au substantif français de corruption, le Petit Robert le définit comme l’altération de la substance par décomposition. La pourriture, la décomposition, toutes activités qui évoquent la mort et par conséquent relèvent de la responsabilité de Thanatos.
  • 43
  • En résumé, on peut dire que, dès lors que nous parlons de corruption, nous renvoyons au phénomène par lequel l’homme rompt avec sa conscience, perd son identité, flirte avec une mort imaginaire, noue une relation artificielle avec son congénère, en lui offrant la possibilité de le faire chanter, complote afin de duper un tiers, et tout cela pour un peu d’argent. Si l’on prend en compte ces divers éléments, on ne peut que s’étonner à nouveau de la profusion de la corruption.
  • VI. Des circonstances atténuantes
  • 15  Le monothéisme renvoie à un seul dieu ; par analogie monnaie-théisme renvoie à un seul dieu, l’arg (...)
  • 44
  • L’argent joue bien sûr un rôle clé dans chaque acte non éthique. Marx invoque la force corruptrice de l’argent. Le caractère fétiche de l’argent a ceci de particulier que l’argent peut se présenter partout et qu’il est partout le bienvenu. La vague de déréglementation et de libéralisation qui est la philosophie des puissances économiques mondiales des dernières décennies, a conféré à l’argent une liberté de mouvement encore plus grande. On échange de l’argent contre de l’argent. Cet échange, que l’on recouvre du noble vocable de transaction financière, a déjà dépassé de loin l’intérêt des transactions dites réelles, où l’argent était échangé contre des biens. Ce monnaie-théisme, comme nous pourrions désigner ce phénomène, domine tous les secteurs de l’économie15.
  • 45
  • En outre, le nombre de domaines qui échappaient jusqu’alors à la sphère économique et qui sont désormais contaminés par l’argent et ses principes est de plus en plus grand. Par la professionnalisation, ou plutôt la marchandisation de divers services tels que l’aide à domicile, les soins aux personnes âgées, la compagnie, ces services peuvent dorénavant être exprimés sans aucun problème en termes de valeur d’échange. Cette dissémination de la monétarisation implique aussi que la tendance qui est inhérente à la corruption peut étendre ses tentacules dans presque tous les domaines de la société. Hoffman constatait que tout le monde se livrait à la corruption ou était susceptible de le faire. Nous pourrions souscrire à ce point de vue. Il n’est donc pas surprenant que la corruption apparaisse ou puisse apparaître aussi bien dans le secteur de la santé que dans les multinationales ou chez le médecin ou le boulanger du coin. A nouveau, les innombrables scandales que la presse nous dévoile confirment de facto notre approche.
  • 46
  • La globalisation et l’internationalisation de l’économie, conjuguée à la professionnalisation, à vrai dire à la marchandisation croissante, ont pour effet un accroissement constant du terrain de la corruption. Or, le contrepoids politique ne joue pas au même niveau. Ni les syndicats, ni les partis politiques ne sont organisés de manière structurelle à l’échelle mondiale. La réalisation du marché intérieur européen, la libéralisation dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ainsi que d’autres initiatives analogues prêtent sans le vouloir leur concours à l’élargissement du terrain d’action de la corruption. Etant donné que la corruption est partout, ou peut s’infiltrer partout, on la trouvera aussi dans les lieux où l’on s’efforce de contenir à tout prix son étendue. Même les contrôleurs et les unités anti-corruption sont à leur tour passibles d’actes de corruption. Chacun peut donc succomber aux forces de la corruption, celle-ci pouvant prendre diverses formes, allant de la corruption active à la corruption passive, en passant par des formes raffinées telles que, par exemple, l’entrave à la diffusion de preuves de corruption.
  • 47
  • Qu’il s’agisse de corruption active (au sens usuel et non pénal de cette expression (art. 246§2 du Code pénal) NDLR), par exemple lorsque le contrôleur est le corrupteur, ou de corruption passive, où il est le corrompu, nous sommes la plupart du temps face à une décision individuelle, dans une relation intersubjective. Le contrôleur qui corrompt est identifiable individuellement et, connaissant les conséquences possibles et les sanctions éventuelles, il opérera avec la plus grande prudence. A l’inverse, l’entrave à la diffusion de résultats d’enquête relève la plupart du temps de la sphère politique et institutionnelle. Personne ne se sent personnellement responsable de la tendance naturelle des institutions à étouffer des affaires, ce qui permet à chacun de tirer son épingle du jeu. Cette participation est la plupart du temps passive, ce qui la rend encore plus supportable. Il est rare que quelqu’un puisse être tenu individuellement responsable dès lors qu’il suffit de s’abstenir de faire quelque chose ou de permettre de faire quelque chose pour expédier une affaire aux oubliettes.
  • 48
  • Le fait qu’une affaire de moindre importance soit parfois mise sur le tapis est généralement un alibi qui évite de remettre en question le système dans sa totalité. Une affaire mineure, une fois relayée par les médias et discutée par le parlement, prend alors des proportions gigantesques. Sans même parfois s’en rendre compte, quelques innocentes marionnettes avides de médias s’emploient à abuser la vox populi. Le peuple, comme on dit, a en outre le plus souvent des sentiments d’empathie, voire des sentiments de reconnaissance, et non une grande aversion à l’égard de la corruption à visage humain. Ceci explique pourquoi les politiciens corrompus sont rarement sanctionnés par les électeurs et n’hésitent pas à se montrer en public même après qu’on soit parvenu à prouver et à étaler dans la presse les délits de corruption qu’ils ont commis.
  • 49
  • Dans le monde des entreprises, la corruption est également parfois considérée comme un sport plutôt que comme le phénomène grave que recouvre ce signifiant. Sans pots-de-vin, il est difficile de faire des affaires, dit-on, surtout dans le secteur public où les fonctionnaires ou politiciens mal payés sont des proies faciles à convaincre pour jouer le jeu. D’ailleurs, longtemps les pots-de- vin ont été considérés comme fiscalement déductibles. En outre, les bureaux d’expertise comptable et les consultants sont payés pour jouer à la frontière entre ce qui est corrompu et ce qui ne l’est pas et pour conseiller les chefs d’entreprise afin de leur signifier jusqu’où ils peuvent aller sans encourir de réelles sanctions. Sur le même mode, on peut facilement envisager une complicité marchandée entre le chef d’entreprise et le passeur de marché public. Cette dernière complicité aura pour but la conclusion d’un marché le plus fructueux possible où les parties corrompues sont gagnantes aux dépens d’un tiers, l’intérêt général encore une fois.
  • 50
  • Pour rendre la chose pleinement populaire, comme il se doit dans le sport, on se livre à des classements. Comme aux jeux olympiques, les pays sont donc classés sous leur bannière respective et les pays les plus corrompus se voient décerner des médailles d’or, d’argent ou de bronze. La Belgique vient d’ailleurs (chiffres 2008) de passer de la 21eme à la 17eme place sur le Transparency index.
  • VII. Pour conclure : le rôle des pouvoirs publics
  • 51
  • Quel est le rôle des pouvoirs publics dans tout cela ? Leur première mission est bien sûr de donner l’exemple. Celui qui choisit de travailler dans le secteur public, y compris dans l’enseignement, devrait le faire en premier lieu poussé par la volonté de réaliser quelque chose dans l’intérêt général. Même si cela peut paraître un cliché, nous ne devons pas oublier que les pouvoirs publics doivent contribuer à la construction progressive d’une meilleure société. Celui qui ne souscrit pas à cet objectif ferait mieux de suivre une autre voie, plus en adéquation avec son identité, sans qu’aucune connotation ne soit attachée là encore au choix en question.
  • 52
  • Une personne au service de l’Etat, comme l’est un responsable politique, incarne l’Etat et s’il a du respect pour lui-même et pour son choix de vie, il pourra sans remords résister à toute tentation de corruption. Tout fait de corruption l’éloigne en effet, du but qui constitue le fondement de son choix de vie. Comment un fonctionnaire d’Etat qui se respecte et qui se prête à des faits de corruption pourrait-il encore trouver un sens à sa vie conformément à l’importance qu’il attache, ou qu’il devrait attacher, à l’intérêt général ?
  • 53
  • Si un tel climat pouvait régner au sein des services publics, chacun comprendrait peu à peu que toute proposition indécente est déplacée et vouée à l’échec. Ce climat pourrait ensuite gagner l’ensemble de l’économie. Les transactions conclues avec les pouvoirs publics se situent alors dans une atmosphère d’ouverture et de sérénité. N’oublions pas que nous parlons ici d’une partie de l’économie qui représente environ la moitié du total. En outre, si un tel climat règne dans le secteur public, il finira par gagner d’une façon ou d’autre la sphère privée. Si cela était, on pourrait interrompre ainsi la spirale de la corruption qui érige, dans tous les pays, de telles pratiques au rang de sport national. Si, dans un tel contexte, la tentation de la corruption s’avère trop forte pour un être humain trop faible, il sera de plus en plus difficile de trouver le bon partenaire. Car la corruption est, on l’a dit, un phénomène intersubjectif.
  • 54
  • Nous sommes conscients qu’un tel changement de mentalité n’est pas simple à opérer et que d’aucuns taxeront l’auteur de ces lignes, d’utopiste, étranger à ce monde. Mais ce changement n’est pas impossible. Nous pouvons l’illustrer en recourant à l’exemple des fumeurs. Alors qu’un non fumeur était considéré il y a une dizaine d’années comme une personne austère et asociale, on assiste à un retournement manifeste. La politique active des pouvoirs publics au travers des campagnes de lutte anti-tabac et des réglementations n’y est pas pour rien. On n’attache bien sûr qu’une faible réprobation morale au fait de fumer et l’analogie entre la consommation de tabac et la corruption ne vaut pas tant en fonction de la similitude des comportements mais par la méthode qui permet de produire un profond changement de mentalité. En effet, c’est une connotation morale fortement négative qui est attachée à la corruption.
  • 55
  • La similitude tient plutôt à la perception de la corruption. On ne peut pas voir d’un bon œil, le fait que la corruption prolifère partout. La corruption est et reste immorale et dégradante pour l’être humain. Une attitude adéquate vis-à-vis de la corruption ne peut donc pas être dictée par son foisonnement. En d’autres mots, les normes ne peuvent pas être calquées sur ce que tout le monde trouve normal. Un changement de mentalité dans le bon sens, à l’égard de la corruption, peut être suscité par diverses actions positives. Outre leur rôle d’exemple, les pouvoirs publics doivent lancer une campagne d’information. Les médias doivent analyser ce qu’ils peuvent entreprendre avec leur pouvoir quasiment illimité.
  • 56
  • Cette approche positive doit malheureusement être complétée par des règlements et des mesures répressives. La lutte contre les pots-de-vin et la corruption est l’une des priorités de l’OCDE, et plusieurs initiatives intéressantes ont été prises. On relèvera deux éléments : la recommandation de non-déductibilité des dépenses liées aux commissions commerciales et la convention de lutte contre la corruption. Au niveau national, il n’est plus acceptable qu’un individu reconnu coupable de corruption lors de l’attribution d’un marché public puisse, faute d’une communication interne adéquate, concourir dans d’autres appels d’offres publics. Les instruments mis à notre disposition à l’ère des technologies de l’information qui ne cessent de se développer peuvent s’avérer utiles ici. Une coordination régionale, nationale et européenne en la matière est indispensable. Des contrôles stricts et coordonnés resteront malheureusement nécessaires dans notre société humaine, trop humaine, comme le disait Nietzsche.

 

Notes

  • 1  A. DE TOCQUEVILLE, De la démocratie en Amérique, Seuil, 1970.
  • 2  N. MACHIAVELLI, Le Prince, Chapitre XV.
  • 3  Pour une analyse de l’approche modèle-obstacle, voir A. GIRARD, Les choses cachées depuis la fondation du monde, Le Livre du Poche, 1983.
  • 4  A. SMITH, Theory of Moral sentiments, Clarendon Press, Oxford, 1976 (or. 1759)
  • 5  B. MANDEVILLE, Recherche sur la nature de société, (1723), Babel, 1998, p. 26.
  • 6  A. SMITH, An inquiry into the wealth of Nations, Clarendon press, 1976, (or. 1776), p. 26.
  • 7  Voir R. AERNOUDT, Péripéties d’un cabinettard, Roularta, 2008.
  • 8  P. RICOEUR, « D’un soupçon à l’autre », dans L’argent, Collection autrement, 1992, p. 63.
  • 9  B. MANDEVILLE, op.cit. p. 86.
  • 10  S. KRIPKE, Naming and Necessity, 1985.
  • 11  Pour le lecteur amoureux de la linguistique, on relèvera que, dans la langue chinoise, les deux concepts, acheter et vendre, s’expriment par un seul et même mot.
  • 12  G.H. HOFFMAN, Hoffmans tales, 1998.
  • 13  ARISTOTE, De la génération et de la corruption, Vrin, 1993.
  • 14  Allusion à la phrase de J. DERRIDA : ‘Tout acte d’écriture est testamentaire’, dans  La dissémination, Seuil, 1972.
  • 15  Le monothéisme renvoie à un seul dieu ; par analogie monnaie-théisme renvoie à un seul dieu, l’argent.
  • Référence papier
  • Rudy Aernoudt, « Éthique et politique : un couple infernal », Pyramides, 16/1 | 2008, 169-190.
  • Référence électronique
  • Rudy Aernoudt, « Éthique et politique : un couple infernal », Pyramides [En ligne], 16/1 | 2008, mis en ligne le 09 septembre 2011, consulté le 05 février 2014. URL : http://pyramides.revues.org/
  • Rudy Aernoudt
  • Professeur d’économie aux universités de Gand, Liège et Nancy
Partager cet article
Repost0
6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 09:43

images-copie-14.jpeg  Ethique appliquée...

 

Le projet d'un maire nouveau, fondé sur la démocratie locale

 

 

C'est la confiance qui rassemble les habitants.

 

    Autour d'un grand projet, inédit et ambitieux fondé sur une vraie démocratie locale pour tous ! 

 

  Autour d'une personnalité incontestable. Qui n'a pas été mêlée à des affaires de corruption, d'affaire prouvée de clientélisme mettant en jeu de l'argent, des signatures de contrat sans appel d'offre (ou de faux appel d'offres)...Un candidat qui n'a pas été condamné par la justice de la République !

 

Celle-ci doit, avant toute chose, réconcilier les habitants avec leur ville, leur faire aimer et découvrir leur environnement quotidien. La population respectera l'élu qui respectera leur choix de vie.

 

En effet, le maire n'est que le porte-parole des citoyens; il n'agit pas par gloriole, goût du pouvoir, de l'argent, par orgueil ou surestimation de son ego ! C'est un gestionnaire qui indique la voie à suivre, mais respecte les voix qui se sont portées sur son nom. Il ne doit pas toutefois oublier ou mépriser ceux qui n'ont pas voté en sa faveur : un maire est attentif à toutes les suggestions et critiques. Il ne gouverne pas avec un groupe restreint ni pour un clan.

 

Il s'agit d'abord de moraliser la vie politique !

 

Un pacte municipal doit être signé avec les citoyens : un contrat qui assure que la démocratie locale sera respectée. Lors des réunions, rencontres avec la population, dans une salle ou lors d'un événement dans la ville,  les habitants de Perpignan pourront prendre connaissance de cet engagement signé par la candidate. 

 

La population attend que la parole des Politiques soit tenue, et que la démocratie locale soit respectée. Celle-ci signifie : pas de cumul des mandats, pas d'adjoints ayant des intérêts dans des groupes de pression, économiques ou financiers... Elle consiste aussi à donner la parole, de façon régulière aux administrés : inciter les habitants à s'exprimer au cours de rencontres avec les élus, tous les six mois, pour dresser des bilans, pour écouter les condoléances, les suggestions...créer des commissions (social, emploi, culture, voirie...) dans tous les quartiers, qui pourront contribuer, en faisant remonter doléances et suggestions, au bon fonctionnement de la ville. 

Signataire d'une "charte de l'éthique municipale", l'élu se voudra à l'écoute,; il rendra compte de ses missions, dans la plus grande transparence, lors des conseils, en présence de la population; il s'engage à n'utiliser en aucun cas sa fonction pour ses propres intérrêts, ni ceux de ses proches, refusant ainsi tout clientélisme et tout favoritisme.

 

De même, à travers un référendum d'initiative populaire, organisé par un groupe d'experts indiscutables (spécialistes du droit, intellectuels, sociologues...), le peuple de la ville pourra donner son avis sur des questions essentielles. La démocratie locale peut encore ivre grâce à des droits de réponses dans le journal municipal, grâce à des affichages réservés aux libres opinions, grâce à des cahiers de doléances, de remontrances, de propositions, disponibles à l'accueil de la mairie centrale et des mairies de quartiers. Des médiateurs, des interlocuteurs de quartiers remplaceront les "commissaires de quartiers". L'information municipale devra être portée au sein même de la population, tout au long de l'année, lors de rencontres citoyennes dans les quartiers. 

 

"Démocratie locale et municipale", ce ne doit pas être un vain mot, une formule non respectée;  la population doit être informée de la situation personnelle de chaque adjoint : profession, salaire, fortune, biens divers...

 

C'est dans cet esprit qu'un maire pourra redonner confiance en ses administrés et ré-enchanter une ville qui, depuis des décennies, déchante. Une ville qui est depuis trop longtemps en décadence.

 

 

Que le parti de ce candidat, mouvement porteur d'idéologie humaniste et de croyance collective, ce soit d'abord la population respectée, le rassemblement des citoyens réconciliés avec la politique, renouvelée grâce à l'éthique...  (Jean-Pierre Bonnel)

 

***Références : 

-Le Mairisme, analyse critique de Jean Jouandet (voir l'article sur ce blog)

 

-Le Maire

 

 

-----------

** CODE D'ETHIQUE POLITIQUE :

 

  La-Convergence-Ethique ...   

 ... OU L'OBSOLESCENCE DES PARTIS POLITIQUES

 

 

 

CODE D’ÉTHIQUE POLITIQUE

 

 

TEXTE proposé par  La-Convergence-Ethique...

 

 

domino.png

 

 

 

CODE D’ÉTHIQUE POLITIQUE

DES INSTITUTIONS DE L’ÉTAT FRANCAIS

 



Cliquer ici pour accéder à l'intégralité de ce texte
 

 

 

CHAPITRE I:  PRÉAMBULE

 

CHAPITRE II: FINALITÉ DE LÉTA

Article 1 - BIEN COMMUN.

 

CHAPITRE III: CHAMPS DAPPLICATION

Article  2 - INSTITUTIONS CONCERNÉES.

Article  3 - CITOYENS CONCERNÉS.

Article  4 - CHAMPS D’APPLICATION ÉLARGI.

 

CHAPITRE IV: PRINCIPES GENERAUX

Article  5 - L’ÉTHIQUE COMME OBLIGATION.

Article  6 - ENGAGEMENT.

Article  7 - CONSULTATION.

Article  8 - L’ÉTHIQUE COMME COMPÉTENCE PROFESSIONNELLE.

Article  9 - PROBITÉ.

Article 10 - PRUDENCE.

Article 11 - JUSTICE.

Article 12 - TEMPERANCE.

Article 13 - LÉGITIMITÉ.

Article 14 - RESPONSABILITÉ.

 

CHAPITRE V: PRINCIPES PARTICULIERS

Article 15 - APTITUDE.

Article 16 - COMPÉTENCES.

Article 17 - FORMATION.

Article 18 - LEGALITÉ.

Article 19 - RÉFLEXION.

Article 20 - AUTHENTICITÉ.

Article 21 - DISCRÉTION.

Article 22 - TRANSPARENCE.

Article 23 - OBÉISSANCE.

Article 24 - INDÉPENDANCE DE JUGEMENT.

Article 25 - ÉQUITÉ.

Article 26 - IMPARTIALITÉ.

Article 27 - EXEMPLARITÉ.

Article 28 - RESPECT DES BIENS ET RESSOURCES DE L’ÉTAT.

Article 29 – RESPECT DU TEMPS DE TRAVAIL.

Article 30 – ESPRIT DE SERVICE.

Article 31 – UTILISATION DE L’INFORMATION.

Article 32 - HONNEUR.

Article 33 - TOLERANCE.

Article 34 - DEVOIR D’INFORMER.

 

CHAPITRE VI: RÉGIME DE BÉNÉFICES PROHIBÉS

 

TITRE I: BÉNÉFICES D’ORIGINE EXTERNE

Article 35 - BÉNÉFICES PROHIBÉS.

Article 36 - PRÉSOMPTIONS.

Article 37 - EXCEPTIONS.

 

TITRE II: BÉNÉFICES D’ORIGINE INTERNE

Article 38 - BÉNÉFICES PROHIBÉS.

Article 39 - EXCEPTIONS.

 

 

CHAPITRE VII: INCOMPATIBILITÉS FONCTIONNELLES

Article 40 - CONFLITS D’INTÉRÊTS.

Article 41 - CLIENTÉLISME ET OU FAVORITISME.

Article 42 - CUMUL DE FONCTIONS ET MANDATS.

Article 43 - ACTIVITÉS PRIVÉES.

Article 44 - PÉRIODE DE CARENCE

 

CHAPITRE VIII: CONSÉQUENCES

Article 45 - SANTIONS.

Article 46 - PROCÉDURES.

Article 47 - ENREGISTREMENT.

 

 

 

 

 

 

 

 

rubon339.gif

Pouvoirs n°148 - Janvier 2014 - 204 pages 

Partager cet article
Repost0
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 10:54

images-copie-13.jpeg   Teresa Rebull et l'Indépendance de la Catalogne

 

 

"L'Indépendance, pour quoi faire..? Quelle est la cohérence ? 

 

Le sens ? Il faut le montrer au peuple dans le langage du peuple !

 

 

Les arguments des Indépendantistes, c'est de la politique folklorique ! Que va devenir la Catalogne après l'Indépendance ..?

 

Ils pensent qu'avec la langue et des sardanes, on va s'en sortir..? Je suis indépendantistes quand il s'agit de manifester ! Mais les idées et le projet global, les conséquences..?

 

Je considère qu'on a besoin de décider nous-mêmes, du point de vue économique : c'est le point central.

 

Et du point de vue social : "Catalogne catalana et sociale !" : je pense comme ce slogan du POUM ! *

Mais l'indépendance en Catalogne est organisée par les curés (mais j'ai un énorme respect pour les moines de Montserrat et de Saint-Michel de Cuxa) : avant la manif, il faut aller à la messe !!!

 

En fin de compte, je ne crois pas à l'Indépendance..."

 

 

(Chez Teresa R., Banyuls, le 28.1.2014- J.P.Bonnel : je me rends depuis des mois chez T.R. en vue d'un livre sur elle, sur ce qu'elle n'a pas encore dit ...

 

  et, plus largement pour un livre sur "La Mémoire culturelle dans le 66, au XX° siècle et au tournant du XXI°": entretiens avec Claude Massé, Jacques Maso, Gilles de Montauzon, Serge Fauchier, Claude Delmas, Renada Portet, Eliane Comelade, Pere Verdaguer, Jordi Pere Cerda, Daniel Tosi, Joséphine Matamoros, Serge Camké, Michel Aunaudiès, Henri Iglésis...)

 

 

 

--- * Parti ouvrier d'unification marxiste.

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 14:27

catalunya-2014-copie-1.jpg    Catalogne n'est pas l'Espagne."  Ce slogan contenant une remarque évidente veut signifier surtout que la Catalogne ne doit pas (plus) faire partie de l'Espagne. Le désir de scission, de rupture et d'indépendance y est inscrit.

 

La Catalogne demande l'indépendance car elle a le sentiment d'être méprisée par les Castillans et exploitée par le pouvoir central.

 

Elle refuse désormais l'afflux de ces Andalous recrutés en masse depuis des décennies par les services publics pour distendre l'identité cataalne et affermir la langue espagnole dans le pays.

Les Catalans extrémistes et souvent nationalistes se sentent aussi envahis par des immigrés, par des Maghrébins : ils ont souvent le même discours que le FN français. Des slogans disent ce racisme ambiant...

 

Beaucoup de Catalans sont souverainistes car ils redoutent que leur nation s'émiette, que leur culture disparaisse, que leur passé soit effacé, que leur langue ne soit plus pratiquée...

 

Ce repli est-il suscité par la frange bourgeoise et les classes moyennes catalanes, plus que par les groupes sociaux exposés à la crise générale...? Plus que les entrepreneurs et industriels qui, eux, pensent que se couper du reste de l'Espagne, c'est s'automutiler, en réduisant les dbouchés économiques..? 

 

Quelle est la part d'égoïsme, de discrimination, dans la revendication indépendantiste ?  J.P.B.

 

- - -

 site :   logo-petit.png

 

22-1-2014

2014. Est-ce que le moment est arrivé pour les acteurs de lextérieur de favoriser la réalisation du processus en cours en Catalogne ?

 

Les Catalans ont fait les premiers pas du chemin susceptible de les conduire à se séparer de lEspagne et daccéder à lindépendance. Les raisons historiques, culturelles, économiques, sociales et politiques quils invoquent pour faire comprendre la volonté qui les a poussés sur ce chemin ont été largement exposées, en sorte que désormais le nombre de secteurs qui en reconnaissent la validité ne cesse de croître.

 

Ainsi, en constatant que toutes les propositions faites en faveur dune réforme de lÉtat permettant daboutir à une véritable « nation de nations » ont été rejetées, certains ont décidé de chercher une alternative à lactuel cadre politique. En effet, du coté du gouvernement étatique, ce rejet saccompagne souvent dun traitement humiliant et, dernièrement, dun durcissement des positions et dune tendance de plus en plus prononcée à revenir sur des politiques intolérantes qui, malheureusement, rappellent trop la période dune dictature que lon serait en droit de croire révolue. Voilà pourquoi ils sont nombreux à penser que ne pas agir maintenant équivaudrait à accepter le rôle de subordination que lordre espagnol établi réserve depuis longtemps à la Catalogne afin de la plier au plan dassimilation totale élaboré par lEspagne.

 

Mais les Catalans ont désormais établi leur propre plan, qui a consisté jusquà présent à montrer au monde entier comment il convient de procéder : avec patience et en agissant uniquement après que leurs propositions aient été rejetées lune après lautre ; sans exclure personne sous aucun prétexte, en faisant donc confiance aux forces de tous les segments de la société ; pacifiquement, par le biais de centaines de milliers de personnes sortant dans la rue pour manifester leur détermination, sans aucun geste dhostilité à légard des autres et se refusant à toute forme de provocation ou de violence ; démocratiquement, par lentremise délus qui agissent conformément aux désirs du peuple au lieu dappliquer un programme décidé par les dirigeants, permettant une conjonction de partenaires de droite et de gauche au sein dune large et invraisemblable coalition ; de forme responsable, avec la majorité des forces politiques seules sont restées en-dehors celles qui se sont exclues elles-mêmes dès le début , en sefforçant de trouver un accord pour poursuivre le processus et, enfin, en gardant lesprit grand ouvert car, encore maintenant, les chefs de file catalans offrent à leurs homonymes espagnols la possibilité dexplorer les voies daccord au lieu de se confiner dans des actions unilatérales. On peut affirmer que ce processus est porteur de tous les éléments dune révolution de velours car, si ce nest pas le cas, de quoi sagit-il au juste ?

 

Lannée 2014 sera décisive pour la Catalogne. Tous les indices léquilibre des forces politiques au Parlement, la constance des résultats dans les enquêtes dopinion et les impressionnantes manifestations de la population, pour ne pas parler du manque dalternatives fiables du côté des unionistes indiquent que la situation est arrivée à un point dinflexion. La majorité des Catalans aspirent à un véritable changement et ses représentants se sont engagés à mettre en œuvre les moyens qui vont permettre à la population de décider la voie de ce changement. Leur proposition est la formule la plus claire de gommer doutes et incertitudes sur les intentions des Catalans, à savoir un référendum sur la question, semblable à celui qui se déroulera en Écosse en septembre prochain. Au-delà des frontières espagnoles, personne ne conteste sérieusement la légitimité dune telle procédure. Par contre, les institutions espagnoles avec le gouvernement et lopposition agglutinés autour dune inquiétante intransigeance sur cette question sentêtent à s’y opposer. Cest ainsi que les choses se présentent en ce début de nouvelle année : au point mort, sans solution en vue.

 

***

 

Jusquà présent, la réponse officielle émanant des cercles internationaux a été que la situation catalane est une affaire interne espagnole. Pourtant, tout le monde sait que, indépendamment des formes que prendra le déroulement de la procédure, les conséquences ne sarrêteront pas aux frontières de lEspagne ; tout le monde sait aussi que si on permet que la situation sembourbe, lincertitude actuelle sera préjudiciable à la Catalogne, à lEspagne, mais aussi à lEurope. Si la partie espagnole persiste à senliser dans son rejet, si toutes les propositions faites par la Catalogne sont systématiquement bloquées ou simplement ignorées, il faudra à un moment donné limmixtion de tierces parties pour faciliter le dépassement de ce point mort. Les bons offices dacteurs de lextérieur pourraient réellement aider lEspagne à atteindre le point dinflexion. Car, même sils opposent une résistance farouche à cette idée, les Espagnols, mais aussi leurs représentants politiques, devront accepter le fait que, en paraphrasant le premier ministre britannique, David Cameron, parlant de lÉcosse, il nest pas possible de retenir les Catalans en Espagne contre leur gré.

 

Pour linstant, une certaine dose de diplomatie discrète devrait suffire. Les acteurs étrangers, qui ont une influence évidente sur une Espagne économiquement prise au piège et politiquement touchée, pourraient user de cette influence pour pousser les dirigeants espagnols à agir avec pragmatisme. En fait, il y a déjà eu quelques gestes publics dans ce sens et vraisemblablement il y en a eu dautres de caractère privé. Toutefois, au moment où tout débute, il faudrait sans doute un rappel à lordre un peu plus ferme, sagissant dempêcher ceux qui pensent leurs intérêts menacés par le choix des Catalans de ne pas jouer franc jeu ou pire encore davoir recours à la violence.

 

Dautre part, il faudrait aussi quil soit clair pour tout en chacun que la situation est arrivée au point où nimporte quelle tentative de mettre sur la touche le peuple catalan, comme par exemple le dépouiller de sont droit à sexprimer, utiliser des tactiques dintimidation à lencontre de ses élus ou tenter une quelconque manœuvre de dernière minute à huit clos, ne ferait quajourner, voire même aggraver le problème au lieu de le résoudre. À lheure actuelle, le seul résultat acceptable du point de vue de la démocratie est un scrutin et, pour cette raison, lobjectif immédiat pour tous devrait être de trouver la voie qui permettra aux Catalans de sexprimer. Ensuite, sils décident quils veulent que leur pays soit indépendant, la responsabilité collective sera de veiller sur la procédure à suivre afin que la volonté librement exprimée du peuple soit garantie.

 

(Traduction du texte original anglais réalisée par M. Vallribera) 

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 11:33

catalan.JPG   catalan.JPG photo jean-pierre bonnel "Ne cache pas la catalan" (ou : n'occulte pas, ne censure pas...la langue catalane)

 

 

Cet article, tiré du site cité plus bas, veut montrer que le "mouvement indépendantiste est tolérant, antiraciste, antiethniciste, intégrateur, transversal et pacifique..." Antiraciste donc, contre les partis duu style FN ! Contre ce parti racisme né récemment en Catalogne et nommé "Pateforme pour la Catalogne" : son Président, M. Anglada, a déclaré, en montrant la photo d'une jeune noire "nouvelle arrivante en Catalogne" : "Si c'est ça les nouveaux Catalans, je quitte la Catalogne." J.P.B.

 


 

GEN

(C) Site :    http://cntambe.wordpress.com//anglada-la-pen-i-la-frontra-catalana/

 

Anglada, La Pen i la frontra catalana

 

Tercer full d’un dietari nord-català: 19 de gener 2014 (2014/01/19)

Francesc Bitlloch

 

A Catalunya Sud hi ha un partit que té quatre regidors en alguns municipis, que no té representació parlamentària i que és esquifit, racista, xenòfob i espanyolista. Es diu: “Plataforma per Catalunya”. Com sempre, el nom no fa la cosa. I a vegades amaga la cosa.

La setmana passada, el seu president, el Senyor Anglada, va piular això: “Si aquests són els nous catalans jo me’n vaig de Catalunya” i al costat hi havia la fotografia d’un nin, negre, jugant al carrer. Immediatament la xarxa es va omplir de respostes i de protestes. La primera, molt emotiva, de la mare de l’infant, seguida de centenars de fotos de catalans de tots origens i colors amb la inscripció: “Jo sóc un nou català. Ja pot marxar, Senyor Anglada“


Catalunya té la sort de no tenir un partit d’extrema dreta fort. I té sobretot la sort, i això explica lo primer, de ser una societat tolerant amb una gran diversitat i una voluntat de convivència.

D’aquesta sociologia n’ha nascut un moviment independentista tolerant, antiracista, antietnicista, inclusiu, transversal i pacífic. No en direm les raons, avui. Per anar de pressa direm que tenim molta sort! Tenim la sort que no tenen… l’ Estat Francès, i al seu si, Catalunya Nord, que es debat amb un problema cada dia més greu: El Front Nacional de la família Le Pen.

Qui parla de la violència feta a totes les llengües del territori en nom de la cèlebre liberté?
Qui explica la intolerància feta a l’expressió de tota diferència ètnica, cultural, històrica, social… en nom de la cèlebre égalité?
Com s’analitza l’extrem elitisme d’una societat dirigida per una casta de rics formats i investits a la “gran escola” de l’ Administració (ENA) que ostenta sobre la porta la inscripció “fraternité”?
Com s’interpreta l’ aprofundiment de les desigualtats i la utilització de la immigració com a boc emissari en la república de la “fraternité”?
Qui analitza la manera com aquests valors han estat totalment confiscats per la branca jacobina de la República, la d’uns quants contra tots, la que parteix de la idea que qui guanya es pot imposar als altres?
Qui explica com la ideologia jacobina ha infiltrat la mentalitat francesa, començant per la constitució, passant per tots els graons de l’administració i acabat en els manuals escolars?


I què té, doncs, d’estrany que una societat instal.lada sobre aquestes bases secreti intolerància?
Què té d’estrany que el casament homosexual hagi desencadenat un tal daltabaix?
Què té d’estrany que quinze noietes amb un fulard al cap posin en perill la república sencera?
Què té d’estrany que la moderadíssima carta europea de les llengua no pugui ser aplicada com als altres països europeus?
Com no veure que el mateix sistema electoral hiper- “majoritari” sense una unça de proporcionalitat és una expressió d’aquesta necessitat de dominar i governar amb absolutisme, lluny de tot compromís i del pacte politic?
D’on ve aquesta necessitat d’un president amb poders absoluts?
No és estrany que tot intent d’ existència per part d’un grup sigui titllat de “comunautarisme“… que tota identitat sigui un “repli identitaire” i que tot llengua “regional” sigui menyspreada o titllada de “patois“.

Catalunya Nord és dins de l’Estat Francès i la presència del Front Nacional hi és molt inquietant. Aquí i a tot l’estat s’ ha fet la critica del petainisme, fins i tot del colonialisme, però la critica concreta i pràctica de la intolerància jacobina està per fer i la seva presència en la vida pública i en la vida quotidiana està per estudiar. Aquests aspectes no poden ser absents en la reflexió sobre la gangrena pudent i cada dia més estesa que és un partit d’ extrema dreta en posició d’àrbitre de la vida política.

 

 

 ** 17e festival de cinéma Maghreb si loin si proche

Boulevard laïque des cultures

11 sites dans l’Aude et les Pyrénées Orientales

du 17 janvier au 2 février 2014


Download.html.jpg

Après le succès des premiers jours à Elne et dans l’Aude,

le festival se poursuit à Banyuls sur Mer, Perpignan, Prades et Argelès sur Mer

 

Réservation conseillée pour les buffets - le samedi 25 janvier à 19h à Argelès sur Mer (7€): tél 04 68 08 22 16

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Cinéma Lido – Prades - Pyrénées Orientales

Vendredi 24 janvier

18h30 film A qui rêvent les fennecs de Sarah Tikanouine

20h repas 8€ 

21h film Zero de et en présence de Nour Eddine Lakhmari

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Cinéma Jaurès – Argelès sur Mer - Pyrénées Orientales


Vendredi 24 janvier

17h Médiathèque :présentation du livre Dans les ténèbres du miroir d’ Omar Smail

18h30 Médiathèque : conférence autour  d’ Abdelmalek Sayad

20h buffet

21h film en avant première Revolution Zendj de Tariq Teguia et en présence de Fethi Ghares

Samedi 25 janvier

11h Médiathèque : exposition d’ Amadou Gaye

14h30 film C’était mieux demain de et en présence de Hinde Boujema

17h00 film Tarzan, Don Quichotte et moi de Hassen Ferhani

                         film Les jours d’avant de et en présence de Karim Moussaoui

20h buffet 7€

21h film Zero de et en présence de Nour Eddine Lakhmari


 

Dimanche 26 janvier

14h30 film A qui rêvent les fennecs de Sarah Tikanouine

16h30 film Le repenti de Merzak Allouache

- - - - - - - - - - - - -Et bientôt

St Paul de Fenouillet – 30 janvier

Cabestany – 31 janvier, 1 et 2 février

En savoir plus sur le festival :

<http://www.cinemaginaire.org>


Télécharger le programme complet du festival :

<http://www.cinemaginaire.org/www/images/contenu/cataloguemag2014.pdf>

 

Renseignements :

Tél : 04 68 29 13 61 et 04 68 08 22 16

Fax : 04 68 08 22 17

Mail : contact@cinemaginaire.org

Site : www.cinemaginaire.org



Partager cet article
Repost0
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 10:51

Clotilde-RIPOULL.png    C. Ripoull psente ses voeux à la population de Perpignan, jeudi 23 janvier 2014, à 19 h, salle des libertés, 3 rue Edmond Bartissol. Partage de la galette !!!  (entrée libre, bien sûr) -

 

 

1. La gauche est battue :

 

* L'avocat J.Codognès, ancien CDS, ancien PS, nouveau vert, sera donc tête de liste de la "gauche plurielle" à Perpignan. La gauche est donc battue : on le sait d'ailleurs depuis longtemps...

 

On savait déjà que Bourquin avait placé Cresta pour ne pas gagner la ville (c'est Ségolène Neuville qui avait une chance de l'emporter).

 

Fruit de complots politiciens et de magouilles phocéennes, on sait que Codognès le vert est choisi pour que les écolos soutiennent le PS à Marseille. 

 

Or on sait que Bourquin (PS) et Codognès (EELV) se détestent. La gauche est donc encore bien battue et le système bourquiniste fera tout pour ridiculiser Codo...vert de honte...

 

2. La droite est battue :

 

** Dans l'autre camp, pujolien, extrémiste de droite jouant l'ouverture, la lutte est âpre afin d'obtenir une place sur la liste UMP/UDI. Faut dire qu'Alduy le petit et Romain le Grau prennent de la place...

 

De même, pour le poste d'adjoint à la culture, on se bouscule au portillon du Caca W.Benjamin, de Michel Pinell (le banquier favori) à M. Sitja, le chef de cabinet, d'O. Amiel le renégat et M. Halimi le renié,  à Sanchez Maïté, pas sûre d'être choisie pour être réélue aux Européennes...

 

Pujol est donc battu car les Français se défient désormais des partis politiques (enquête du Monde daté du 22.1.2014 :"La politique, je ne veux pas en entendre parler".)

J.M.Pujol est battu déjà virtuellement dans tous les sondages, face au FN. Au second tour, il n'est pas du tout sûr que le "réflexe républicain" fonctionne...

 

*** Il ne marchera que pour la candidate "hors partis", mettant les valeurs humanistes, éthiques, sociales" au coeur de son programme. 

Le rassemblement se fera autour de Clotilde Ripoull !

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens