Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 10:32

UMPLO.JPG     Depuis des années, l'affaire des antennes (sur le château d'eau au centre du village - photo Jean Iglésis) "empoisonnent" au sens propre (des cas de cancers, chez des enfants fréquentant l'école située en contre-bas, et deux autres cas récemment :  le bulletin de mars, de l'association UMPLO), et au sens figuré, la vie du paisible village.

 

Face à l'autoritarisme et à l'absence de dialogue (lire l'article de J.Iglésis), la population doit s'indigner, puis se révolter ! Les élections municipales ne sont pas loin : nous n'aurons pas la mémoire courte...


 

 

Villeneuve de la Raho (par Jean Iglésis)

 

La Mairie refuse une salle communale à une association œuvrant pour la santé... 

 

Après « l'extinction des feux » de la salle des fêtes le 4 octobre 2010, « la guerre du golf » de l'automne 2012, et bien d'autres, la Commune de Villeneuve de la Raho, une nouvelle fois, se fait remarquer...

 

Dans son journal, distribué à la population ce vendredi 22 mars, l'association UMPLO (Un Mât Pour Les Ondes) association œuvrant pour le déplacement des antennes de téléphonie mobile, et déclarée d'utilité publique en Préfecture des Pyrénées-Orientales informe que le 28 janvier dernier, le 1er magistrat de Villeneuve de la Raho lui a refusé - physiquement et de vive-voix - la mise à disposition d'une salle communale, salle que l'association sollicitait en vue d'organiser son assemblée générale annuelle...

Une réponse, rendue tel un verdict, et ce sans motif explicite...

A la demande formulée -en personne de chair, d'os et de sang par la secrétaire de l'association UMPLO, le 1er magistrat de Villeneuve, dans une tirade rédhibitoire décidément et une nouvelle fois plus digne du personnage de la reine de cœur « d'Alice au pays des merveilles » de Lewis Carroll que d'une héroïne sanctifiée au destin tragique qu'aurait pu incarner Sarah Bernhardt (heureusement qu'elle n'a pas été appelée à tenir ce rôle !...)– s'est plu à déclarer ce 28 janvier, à 15 h 30, non sans l'emphase ni la superbe ridicule qu'on lui connaît « ...une salle c'est hors de question ! »...(no comment)

Dans son journal, qui vient donc de paraître, l'association UMPLO met le doigt où ça fait mal : le non-respect du principe d'égalité pour toutes les associations (UMPLO étant une association relevant des dispositions des lois des 1er et 16 juillet 1901), mais encore l'absence de fondement et d'explication concernant le refus de mise à disposition de cette salle...

Cet incident révélateur d'un certain malaise qui règne sur la commune depuis un peu plus de dix ans pourrait bien apparaître aujourd'hui, non comme le printemps espéré, mais tout bonnement comme l'arbre qui cache la forêt...

Et que de bois et de forêts sur ce territoire villeneuvois, si désespérément plat et vide, quand, de prime abord, on le découvre à l’œil nu :

  • une salle communale, sise à proximité de l'Espace Jeunes, au bas du groupe scolaire, louée que dis-je ? -bradée à moindre prix à un tiers (le beau-fils d'un adjoint), qui dispense dans le cadre d'une activité lucrative donc substantielle, et comment ! - des cours de body building...
  • des salles communales, régulièrement octroyées à des associations d'obédience religieuse, faits portant atteinte aux principes-mêmes de laïcité, édictés dans la loi du 9 décembre 1905, portant séparation de lÉglise et de lÉtat...

 

Pour information concernant le refus de mise à disposition de la salle communale opposé par la Mairie à l'association UMPLO, prière de contacter Mme Maryse Batlle ( 04 68 55 93 92 ) ou Mme Paulette Palau (04 68 55 94 97)

 

 * Ce blog est aussi diffusé sur les réseaux sociaux (facebook...), sur twetter...sur Linkedin... et lu chaque jour par 20 000 personnes uniques, en moyenne...


Partager cet article
Repost0
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 15:56

Festival des Utopies concrètes

 

 

Il a lieu au mois de mars dans la région parisienne : à Montreuil, à Ivry et dans plusieurs arrondissements parisiens.

 

Il s'agit de faire le point sur les progrès de l'agriculture urbaine et périurbaine, la récupération utile pour tous, le recyclage dans les quartiers ou l'économie sociale.

 

Cinquante associations, coopératives, collectifs parisien et de banlieue actifs y participent, parmi lesquels "Vergers urbains, graines de troc, l'Accorderie, Miel de quartier, la Semeuse...

 

A l'espace "Comme vous Emoi", apportez vos objets de récupération. Des débats citoyens et un important recueil  de textes théoriques et pratiques sont proposés...

 

www.festivaldesutopiescocretes.org

 

 

** FILE0770.jpeg  Séminaire sur le chamanisme (4ème séance, entrée libre)

 

André Roger vous invite :

prochaine date : le 12 avril, à 18h30, salle à gauche de l'entrée de l'église de Villelongue de la Salanque.



Partager cet article
Repost0
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 14:29

CHUT--1.jpg  CHUT--2.jpg  LA LIBRAIRIE TORCATIS accueille le Mercredi 20 mars à 15h00 

 

 Georges Pawloff,

une voix, et une présence exceptionnelles dans le spectacle,

 

Chut !,

 

 D'après le texte de Pierrette Dupoyet. Des histoires venues de la nuit des temps et de la profondeur d'une poésie commune à toutes les générations et à tous les peuples. Des contes de tolérance (à partir de 6 ans).

 

www.librairietorcatis.com

 

 Conférences Mars 2013:

** Du corps représenté au corps vêtu... "Du corps représenté au corps vêtu : quelles spatialités ?", par Roseline Guisti, historienne du design.

* Jeudi 21 mars, à Cabestany, à 18h30 à l'audotorium du Centre de scultpture romane.

Entrée gratuite.

Infos au 04.68.08.15.31.

Site web officiel : www.maitre-de-cabestany.fr

*** Cycle de conférence sur la Grèce Antique

"Le Grec et l’autre : fascination et répulsion".

De 18h00 à 18h25 : M. Oms Christophe, Le voyage de Xénophon : un Grec à la rencontre de l’Autre.

De 18h30 à 19h15 : M. Roux Michel, Étranger haïssable ou étranger indispensable : le mercenaire dans le monde grec. 

* Lundi 25 mars, à Perpignan.

A 18h, amphi 2 de l'Université. Entrée libre.

Site web officiel : www.univ-perp.fr

 

*** jeudi 21 mars 2013 - 19:00

 

K6_TY47YS3x.png

café-citoyen sur le thème : citoyenneté et participation 

Jeudi 21 mars à 19h au Théâtre de la Complicité

 

Le théâtre de la complicité ouvrira régulièrement ses portes aux débats citoyens à compter du 21 mars prochain. A chaque rencontre un sujet différent sera proposé à l'assemblée et seront conviés des intervenants de tous horizons : universitaires, journalistes, écrivains, artistes, voir même "vrais gens" (c'est vous dire c'qu'on est démocrate!)… Venez prêter vos oreilles et faire entendre votre voix avant qu'elle ne se perde dans l'urne.

Pour l’inauguration du « café citoyen », quoi de mieux que d'interroger le principe de citoyenneté? 

Au même titre que beaucoup d‘autres dénominations, telle la

« démocratie » ou encore la « participation », pour beaucoup d'entres-nous la « citoyenneté » reste une notion abstraite. 

En France, comme dans tous les Etats démocratique du monde, chaque nouveau né se verra attribuer une fois ses 18 ans consommé, le qualificatif de « citoyen ». Donnée la citoyenneté? Pas si sûr…

Mais au fait, c’est quoi la citoyenneté? L’étymologie du mot est construite à partir de la racine latine civis qui signifie : avoir droit de cité. Un droit la citoyenneté?

D’un point de vue juridique, la citoyenneté est la reconnaissance de ce qu'un individu appartient à une société, un Etat, et cette reconnaissance donne accès à l’ensemble des droits politiques, dont la participation à la vie politique de la cité. 

Pour autant, sommes-nous véritablement armés pour exercer ce droit dont le principe à été instauré depuis la révolution française? En tout cas, force est de constater qu'après plus de deux siècles d‘expérience de citoyenneté, le sujet n‘est toujours pas épuisé. Que l’on s’en réjouisse ou que l‘on s‘en étonne, la citoyenneté est en effet un thème prolifique et toujours d‘actualité, sans cesse à réactualiser.

C’est dans le but de réfléchir ensemble à toute ces questions qu'ouvre le thème de la citoyenneté et de la participation qu'elle suppose, que Nicolas Caudeville, journaliste indépendant du site "L'archipel contre attaque"http://www.larchipelcontreattaque.eu/ sera l’invité du théâtre de la complicité jeudi 21 mars à 19h. A ses côtés, un chercheur sociologue, Zoungrana Paul Edith qui creuse la question de l’identité nationale et de la citoyenneté en Côte d’Ivoire est attendu. Un acteur, un chercheur, le débat promet d’être intéressant, une rendez-vous à ne surtout pas rater!

Partager cet article
Repost0
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 22:53

*Guerre au Mali : Mal nécessaire ? affiche-table-ronde-Mali-JEPG.jpg 19-mars-mali.jpg   

 

* La voiture avec radar embarqué est arrivé dans notre région, elle met 9 PV par minute c’est une RENAULT Megane noire immatriculée CG 792 AV 75

Faites tourner à vos amis ….

 

* La valise de Capa : 

 

En 1936, trois jeunes reporters rejoignent lEspagne pour photographier la guerre aux côtés des publicains. La valise mexicaine de Robert Capa, Gerda Taro et “Chim“ est exposée à Paris.

En avril 1938, la revue dactualité The Fight publie la photo dun enfant mort sur un tas de ruines. Cette image, comme toutes celles prises par Robert Capa entre 1936 et 1939 en Espagne, change notre regard sur le monde. Pour la première fois, on photographie la guerre au plus près. Dans sa vérité la plus crue. Grâce à une toute nouvelle invention : le Leica, ce petit appareil qui offre une grande liberté de mouvement.

Robert Capa, sa compagne Gerda Taro et David Seymour dit Chim, partirent pour lEspagne dès les premiers jours du conflit avec la volonté de soutenir, à travers leur production photographique, le juste combat de la République. Certaines de leurs images furent publiées dans des magazines. Match, Life, Photo Times diffusèrent leurs reportages. Lhebdomadaire Regards du Parti communiste français en recueillit lessentiel.

Gestes sespérés

On croyait le travail de ces trois intrépides témoins irrémédiablement perdu dans les agitations de lHistoire. Conservés dans une valise, les rouleaux de pellicule ont été miraculeusement retrouvés au Mexique en 2007. Depuis, ils font lobjet dune large diffusion par le livre (lire ci-dessous) et une exposition itinérante déjà présentée à Arles dans le cadre des rencontres photographiques et aujourdhui proposée au musée dart et dhistoire du judaïsme de Paris. La valise mexicaine de Robert Capa, Gerda Taro et Chim révolutionne, en 1936, la conception traditionnelle du reportage de guerre.

En fixant son objectif sur des visages de femmes, denfants, personnalités ou danonymes, Chim parle de la guerre dans la dimension tout humaine de ses gestes désespérés et des regards perdus, tel celui, saisissant, de cette fillette, entourée de ses poupées, réfugiée en novembre 1936 à Montjuïc. Robert Capa et Gerda Taro, eux, choisissent de ne pas quitter des yeux la ligne de front. Siège de lAlcazar de Tolède (septembre 1936), bombardements à Madrid (février 1937), bataille à Teruel (décembre 1937), morts à Ségovie (juin 1937)... Partout, ces deux-là captent lindicible de la guerre, ce dont nos caméras aseptisées et nos censures - quelles soient dEtat ou dâme - nous tiennent aujourdhui cyniquement éloignés.

Force et courage

La conviction que tout doit être dit de linjuste et du crime, Gerda Taro la payé de sa vie, écrasée par un tank fin juillet 1937 à la bataille de Brunete. Ses photographies de la morgue de lhôpital de Valence, en mai 1937, montrent combien fut inflexible sa volonté de ne rien dissimuler de la barbarie. Voilà, sans doute, la leçon quà travers le temps, la valise mexicaine nous donne. Toutes ces photographies constituent bien sûr un témoignage capital pour lhistoire de la guerre dEspagne. Mais ce que lexposition - au moyen dune scénographie efficace - donne à voir dépasse la dimension testimoniale. Robert Capa, Gerda Taro et Chim avaient pris fait et cause pour la République espagnole. Ils eurent aussi la force et le courage de prendre partie pour la vérité. Sans faiblesse. Admirable.

_____La valise mexicaine, exposition présentée par lInternational Center of Photography. Commissaire : Cynthia Young. Scénographie : Patrick Bouchain. Jusquau 30 juin au musée dart et dhistoire du judaïsme.

 
Partager cet article
Repost0
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 10:47

femme.jpgUn jour pour les femmes, 364 pour les hommes ! Non, moins, car il faut penser à d'autres gadgets : la journée de l'enfant, de l'écologie, du sans-tabac...

     Non soyons libéraux : 3 ou 4 jours pour les "DONES" (femmes en catalan !) : celles des grands-mères, des belles-mères...C'est encore pour la femme !!


    En France, une légende veut que l’origine du 8 mars remonte à une manifestation d’ouvrières américaines du textile en1857, événement qui n’a en réalité jamais eu lieu (aucun journal américain ne le relatant)3Ce mythe est né en 1955 dansL'Humanité qui relate une manifestation de couturières new-yorkaises. Cette information est relayée chaque année par la presse militante du PCF, de la CGT et celle des « groupes femmes » du Mouvement de libération des femmes, puis reprise par les quotidiens nationaux. Il s'agit d'un clin d’œil des féministes américaines qui, dans les années 1950, veulent à la fois intégrer cette journée dans le contexte américain et rendre un hommage à Clara Zetkin, 1857 étant son année de naissance.

place-du-8-mars.jpg  Photo de Pascal YVERNAULT


Selon l'hypothèse de l'historienne Françoise Picq, l'initiative en revient à Madeleine Colin, féministe et secrétaire confédérale de la CGT : la commémoration étant depuis son origine encadrée par le PCF et ses organisations satellites, elle souhaite l'affranchir de cette tutelle communiste pour en faire la lutte des femmes travailleuses4. L’origine de cette journée s’ancre donc bel et bien dans les luttes ouvrières et les nombreuses manifestations de femmes réclamant le droit de vote, de meilleures conditions de travail et l’égalité entre les hommes et les femmes, qui agitèrent l’Europe, au début du xxe siècle.

 

FEMMES au Ciné Download.html.jpg ma / ginaire :

 

La lettre de Cinémaginaire  n° 107  mars 2013 

Cinémaginaire : des images en mouvement dans les Pyrénées Orientales

réseau diffusion,   éducation,   festivals, création,   formation

  •      
  • Pour  trouver  toutes les infos et en savoir plus sur Cinémaginaire :   <http://www.cinemaginaire.org/www/index.htm>
  • retrouver le programme de toutes les salles de cinéma programmées par Cinémaginaire sur :   <http://www.allocine.fr/salle>

jusqu'au dimanche 10 mars - Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer 

Les Amis de Cinémaginaire, en partenariat avec Cinémaginaire, la Ville d’Argelès/mer et la médiathèque C.C.A.C.V. Jean Ferrat présentent


FEMMES ET TOILES 


Films, contes, danse, expo...Avec Femmes et Toiles l'association Les Amis de Cinémaginaire continue de s'interroger sur la place et le rôle des femmes dans la société, à travers des films venus des quatre coins du monde. Elle vous invite à conjuguer avec elle le plaisir cinématographique, des débats et des spectacles vivants dans une ambiance conviviale.

Programme disponible au cinéma Jaurès ou sur le site    http://www.cinemaginaire.org/www/index.htm ou http://amiscinemaginaire66.blogspot.fr/  Pass 4 films : 15€

 

Dimanche 17 mars à 15h30          Salle des fêtes – 66 Laroque des Albères  et Mercredi 20 mars à 15h30         Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer 

Le Ciné des enfants: Le tableau, Film d'animationde Jean-François Laguionie (France, 2010,1h16) à partir de 6 ans

Dans ce tableau vivent trois sortes de personnages : les Toupins qui sont entièrement peints, les Pafinis auxquels il manque quelques couleurs et les Reufs qui ne sont que des esquisses. S'estimant supérieurs, les Toupins prennent le pouvoir, chassent les Pafinis du château et asservissent les Reufs. Persuadés que seul le Peintre peut ramener l’harmonie en finissant le tableau, Ramo, Lola et Plume décident de partir à sa recherche.

Tarif : film + jeu + goûter : 2,50 euros pour tous

 

 

 ***  Le site http://www.larchipelcontreattaque.eu/ a présenté une conférence d'Hervé Vigier animé par le journaliste Nicolas Caudeville

L'image du monde apportée par l'Eglise s'écroule devant les découvertes scientifiques ; les Chapelles sont mises en cause pour avoir prêché la violence et semé le malheur ; le siècle des lumières génère deux courants : l'un qui se met à rêver d'une religion naturelle et primordiale qui puise dans la seule Nature le message du Créateur destiné à sa créature ; l'autre qui voit dans les premiers siècles de l'Eglise un âge d'or où Jésus, Docteur de la Loi, inspire chaque communauté dans le respect de sa culture et la restauration de l'Esprit qui libère Dieu du Temple où les religions l'ont enfermé. La Franc-Maçonnerie française du 18e siècle construit une symbolique qui se nourrit de ce double élan, et tente d'unir tous les Frères dans une démarche initiatique respectueuse de chaque sensibilité, culture et philosophie. Un message universel et toujours moderne.

Partager cet article
Repost0
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 11:38

IMGP0019 photo Jean-Pierre Bonnel

 

A l'accueil d'une marie des P.O., à Banyuls, Perpignan ou Le Barcarès, le touriste en quête d'informations, peut prendre la revue gratuite "Sud-Est, l'Arc méditerranéen", sous-titrée "Touristique-Economique-Culturel". 

 

Le dossier le plus important (la plupart des articles sont écrits par Alexandre Bauer, ancien attaché parlementaire de l'ex-députée Jacqueline Irles, maire UMP de Villeneuve de la Raho) est annoncé en couverture : "Nice, capitale des Rapatriés et des Harkis"... Le ton est donné, on va beaucoup parler de l'Algérie, française surtout, avec, en illustration, le musée de l'Algérie française, situé à Perpignan, dans l'ancien couvent/ancienne prison, quartier Saint-Mathieu...

 

 

Oui, il s'agit d'un magazine de droite, qui fait l'éloge de maires de droite et flattant l'électorat pied-noir (dossier sur me 50 ème anniversaire des Rapatriés d'Algérie en Métropole,etc...), alors que le touriste naïf croit que le sud-est se limite à ces pages...

 

On notera encore un article sur le "Cercle algérianiste" de Perpignan: discours de Jean-Marc Pujol, maire de Perpignan, l'entretien avec C.Estrosi, maire de Nice, qui apparaît à plusieurs reprises dans le journal): "Je suis fier de vous!"...L'exode dans les pages sur St-Cyprien (autre ville de droite.

   Notons que Collioure et Argelès, socialistes, n'apparaissent pas ! villes pas intéressantes ! ), Palavas, quelques photos de Cerbère, un tour à Barcelone, et... retour à Port-Vendres, où l'épouse du maire fait l'éloge de son mari, en cachant et réécrivant sa vie (premier mariage, enfant...) 

 

   Mais le touriste, l'étranger ne saura rien de la vérité et pourra croire un moment à la beauté de ces reportages creux, insipides, hypocrites, fallacieux...La presse écrite gratuite et militante a de beaux jours devant elle...

Partager cet article
Repost0
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 10:55

images-copie-24.jpeg    L'homme est un cochon pour l'homme.

 

Télescopage fâcheux dans l'actualité : S.Hessel et DSK.

 

 

 

La mort a choisi Hessel le Juste. Elle est rarement juste, elle, la camarde, mais il est vrai que l'ancien Résistant était vieux et qu'il attendait la fin sans appréhension, sans révole ni indignation; avec curiosité, plutôt :vivre sa mort serait peut-être aussi passionnant que vivre sa vie...

 

Et puis, voilà, l'actualité nous apprend une autre triste nouvelle : la justice a choisi DSK. Elle permet de condamner un hebdomadaire, Le Nouvel Observateur, un éditeur, Stock et un auteur, juriste subtile, Marcella Iacub, à des sommes importantes. A afficher aussi la décision de justice sur la couverture du journal et par un encart dans le livre. 

 

Sous prétexte d'atteinte à la vie privée d'un homme, qui n'est jamais cité dans l'ouvrage incriminé !

 

L'homme est un loup pour l'Homme, paraît-il; il est surtout un cochon pour ses frères, et ses soeurs...

 

En effet, n'est-ce pas cet homme riche et puissant, un ancien "maître du monde", qui, par ses maladresses et ses errements aisément identifiables, a exhibé sa vie sexuelle la plus intime..? Viols, ou tentatives, violences, proxénétisme avec des policiers qui s'affichaient francs-maçons... Derrière les idées généreuses, une réalité sordide. 

 

On assiste là à un retournement des valeurs. Les médias et les décideurs ont mis du temps à s'avouer le peu d'humanisme de l'ancien directeur du FMI... Sa philosophie, c'est le "truisme", cette part maudite du cochon dans l'Homme : la romancière Marie Darrieussecq l'avait déjà montré dans son livre "Truismes", paru en 1996, chez POL.

 

Mme Iacub décrit aujourd'hui, dans "Belle et Bête", cette tentative de définir le désir brut, sans préliminaires, ni bornes. Cette envie d'aller vers la jouissance absolue sans entraves, ni morale.

 

Le truisme ou cochonnerie sexuelle, fait partie de ces "expériences des limites" analysée par Georges Bataille. Dans le cas du porcinet en question, il s'agit d'aller plus loin dans le mépris de la femme et la quête du plaisir égoïste. DSK est un héros de nos temps perturbés, magnifié en littérature et bientôt par le cinéma, incarné par Gérard Depardieu, autre cochon sublime qui, pour faire parler de lui, se complaît à faire sortir de son groin des déclarations provocatrices...

 

Les deux petits c... Mais revenons à l'autre versant de l'actualité : à son adret, à sa lumière, à son étoile qui montre le chemin de l'espérance et de la fraternité, avec Stéphane Hessel !

 

Avec ces contes porcins et malsains, on voudrait nous faire oublier le message humain et humaniste de l'auteur de cette petite bombe livresque : "Indignez-vous !"... Revenons vite à lui, à ses exigences d'éthique et de solidarité ! Indignons-nous face à l'hypocrisie de la société du spectacle et à la toute-puissance de l'argent !

 

Tant pis si je tombe dans la morale ! Excusez-moi, mais je trouve indignes les hommes qui exaltent l'instinct de verrat qui sommeille, peste brune, en chacun de nous !

Partager cet article
Repost0
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 14:52

photo-chamane.jpegConférence sur le chamanisme, par André Roger, psychanalyste :

 

"Devenir chamane" (dans le cadre du séminaire 2013 - deuxième sénace - entrée libre et gratuite)

 

    Le chamanisme a des formes diverses d'expression,selon le contexte culturel où il s'exprime. Sa fonction sociale (thérapie,divination..), sacrée (rituels,exorcismes..) et initiatique (rencontre et dialogue avec d'autres mondes) est une constante universelle.


Pour devenir chamane, il faut être reconnu par ses pairs, et subir de longues et difficiles initiations.

 

L'association Frontières, et André Roger proposent des conférences-débats sur le thème : Chamanes et états modifiés de la conscience.

 

Venrdedi 22 février, à 18h30, salle Jean-Pierre Francès, (près de l'église) à Villelongue de la Salanque. (66). 

 

Partager cet article
Repost0
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 20:54

images-copie-17.jpeg    Le retournement est stupéfiant ! La Catalogne avait voté la fin de la corrida sur son territoire et transformé les arènes de Barcelone en centre commercial...

 

    Or, à présent, le congrès espagnol s'apprête à restaurer la course de taureaux avec mise à mort, à Barcelone et dans toute la Catalogne ! La tauromachie sera classée parmi les "Biens d'intérêt culturel" ! L'Unesco avait déjà décerné des lauriers culturels à la boucherie !

 

    La barbarie revient en Catalogne, grâce aux votes de la doite (le parti populaire) et une partie de la "gauche" (le PSOE, parti socialiste), l'Erc (gauche indépendantiste) s'y opposant ainsi que le Parti communiste.

 

Rappelons que, le 28 juillet 2010, le Parlement catalan votait l'interdiction des corridas en Catalogne : ce n'était qu'opportunisme et décision politicienne, la corrida symbolisant le centralisme madrilène face à l'indépendantisme catalan !!!

 

Honte à cette Catalogne de la violence et de la souffrance des animaux !

 

Honte aussi aux corridas en Roussillon, dans des villes comme Céret et Millas s'obstinant dans une tradition qui n'est pas millénaire, comme les "officionados" ignares le croient, mais de 1870, à l'époque des "espanyolades" à la mode et imposées par l'épouse de l'empereur-dictateur Napoléon III "le petit" !

 

Honte au maire de Céret qui vient de décider de créer une école tauromachique pour les enfants du Vallespir !

 

Bravo, en revanche, à la mairie de Collioure qui a détruit ses arènes et pratique une "corrida virtuelle " et bien arrosée devant le café Sola. Chapeau, Michel Moly !!!

 

 

Ailleurs, hélas, en Espagne et en catalogne, unies pour célébrer la tauromachie, la bêtise et la barbarie ont de bons jours devant elles !

Partager cet article
Repost0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 18:10

images-copie-14.jpeg    Casser les mythes et les mystifications   

 

J'ai été sensible au commentaire de Grég Tuban (article ci-dessous) nuançant l'accueil reçu par la France et le département du 66, à l'occasion de la Retirada (retraite, exode, exil) des Républicains espagnols (et catalans), début 1940. 

On peut ajouter des faits qui ne sont pas en général, évoqués ici, en Catalogne du Nord, et passés sous silence par des Catalans, dont les parents ont été peu solidaires à l'égard d'autres Catalans, chassés de Barcelone : la réunification, même symbolique des deux Catalognes devraient d'abord dissiper ces malentendus, analyser ces heures troubles et dire, simplement, la vérité historique ! Ainsi, 

-cette foule a été parquée dans des "camps" (sur les plages du Roussillon), dans l'Ariège (Le Vernet), la Haute-Garonne...insalubres, etc...

-certains Espagnols échapperont à l'enfer de la chaleur, de la famine et de la promiscuité : les femmes enceintes grâce à la Croix-Rouge suisse (maternité d'Elne), grâce à des proproértaires terriens qui ont recruté ainsi une main-d'oeuvre facile...

-les réfugiés qui avaient quelques biens sur eux ont pu obtenir de la bonne nourriture (des bijoux contre des légumes, des agriculteurs des P.O. profitant ainsi de la détresse de ces pauvres gens) 

-les douaniers qui ont filtré les exilés à la frontière se sont souvent emparés de biens d'individus qui ont tout laissé derrière eux...

-les agents de la Sncf ont acheminé les exilés les plus dangereux (!), juifs, gitans, révolutionnaires, anarchistes...vers d'autres camps, plus lointains, de la mort...

 

   Nous avons lu les "camps de la honte", et cet "accueil" fut une véritable honte ! Il est, à présent, aisé, d'avoir bonne conscience et de critiquer les Français et les responsables de l'administration, qui, à l'époque, ont agi ainsi ! Donneurs de leçons, intellos de papiers, révolutionnaires virtuels, romanciers pour "France Loisirs", quoi de plus facile et de plus confortable, depuis nos fauteuils ou derrière les écrans de nos ordinateurs...

 

Chacun, s'il est honnête, doit se demander : "Et moi, qu'aurais-je fait en 40..?"

 

 

  * Article de G.TUBAN : Début de polémique suite aux propos d'Harlem Désir sur les Républicains espagnols

 

Les réfugiés espagnols de 1939 «fiers de la solidarité de la France» ? La déclaration d'Harlem Désir sur le plateau de  France 2 n'est pas passée inaperçue auprès des républicains espagnols et de leurs descendants. Verbatim : «Juste avant cette émission, j’étais à Montreuil où nous organisions une réunion de solidarité avec le peuple malien et j’ai vu des hommes et des femmes, beaucoup de Maliens de France, qui étaient à la fois inquiets, pour leur pays, comme ont pu l'être des réfugiés, vous savez, des Espagnols ou autres qui ont été accueillis en France au moment où leur pays traversait des drames et des guerres, et qui en même temps étaient fiers de la solidarité de la France, qui étaient soulagés, qui étaient reconnaissants».

Entre incompréhension et indignation, les commentaires n'ont pas tardé à fuser sur le web à l'image du président de l'Association pour le Souvenir de l’Exil Républicain Espagnol en France (ASEREF), Eloi Martinez Monégal, qui accuse le premier secrétaire du PS de «vouloir réécrire l'histoire» en précisant à juste titre que "s’il y a eu en France solidarité à l’égard des réfugiés espagnols, elle venait du peuple français et non pas des autorités gouvernementales de la troisième République". 

 De l'Amicale des Anciens Internés Politiques et Résistants du camp de concentration du Vernet d'Ariège à l’Amicale des Anciens Guerilleros Espagnols en France, les réactions scandalisées sont unanimes. 

 Effectivement, si l'on peut discuter de la politique d'intégration post-guerre des réfugiés républicains espagnols en France, leur «accueil» à l'hiver 1939 dans des camps provisoires dont certains n'en auront que le nom (Argelès, Le Barcarès...) n'est pas un exemple à citer lorsque l'on veut parler de solidarité nationale envers des étrangers alors considérés comme "indésirables". 

Les descendants de Républicains espagnols  auront à coeur de rappeler à Harlem Désir que sous la 3° République, la France a procédé à des rapatriements forcés vers l'Espagne franquiste de femmes et d'enfants ou que furent mis à l'isolement dans des camps disciplinaires (Collioure, Le Vernet...) des «suspects» sans aucun jugement. 

De citer la longue liste des camps français en 1939 et le nombre hallucinant de réfugiés internés  (plus de 330.000 espagnols sont passés dans les camps des Pyrénées-Orientales suite à la Retirada*).  

De lui préciser que le premier convoi de déportés sur l'Allemagne nazie est un convoi de 900 Espagnols partis d'Angoulême le 20 août 1940 pour Mauthausen... D'évoquer les livraisons de suspects aux autorités nazies ou franquistes sous Vichy, les déportations sur les camps d'Afrique du Nord, ces camps où certains espagnols croupissaient encore en 1942... 

La déclaration d'Harlem Désir peut donc surprendre par son raccourci historique confondant politique d'accueil - qu'aucun historien ne pourra juger «solidaire» en 1939 – et d'intégration à moyen et long terme. Un manque de connaissances au sujet de réfugiés espagnols de la Retirada - dont un grand nombre se sont battus pour la libération de la France -  dont l'histoire reste encore en souffrance. 

* En juin 1939, la préfecture des Pyrénées-Orientales estime à 500.000 personnes le nombre de réfugiés à être rentrés en France lors de la Retirada. Ce rapport fait état du passage de 330.000 réfugiés dans les camps des  P.O. et du transfert de 170.000 civils vers les différents départements. (source ADPO)

Le 24 janvier à 17h33 par Grégory Tuban 

 

** Pour information : 

bandeau2.jpg

 

Mémoriaux / Musées

http://www.memorial-caen.fr/portail/index.php

http://www.memorialdelashoah.org/

http://www.cg66.fr/culture/memorial/index.html

http://www.museuexili.cat/

Musée Mémorial du Camp de Rivesaltes

Musée de la Junquera sur la guerre civile et la Retirada

 

Camps d’internement

http://www.apra.asso.fr/

L'Association Philatélique de Rouen et Agglomération présente une étude historique sur les camps d'internement français.

http://gurs.free.fr/

Camp de Gurs (Pyrénées Atlantiques)

Associations généralistes  pour la mémoire des républicains espagnols

  • Sites français

 

http://www.ffreee.org/

Site des enfants et petits enfants des exilés de la guerre civile Espagnole qui veulent recueillir en marge de l’histoire officielle, contre l’oubli, la part de mémoire vivante qui tisse les liens d’un peuple.

http://www.acer-aver.fr/

Acer : L'association des amis des combattants en Espagne républicaine

http://site.voila.fr/espana36

L’un des sites français les plus riches quant au contenu informatif et des plus émouvants avec des témoignages de familles de républicains et de réfugiés espagnols

http://www.exilordinaire.org/

Ce site concerne l'exil des réfugiés juifs en Europe. En suivant le fil du destin particulier d’un individu ou d'un petit groupe, on éclaire les caractéristiques du monde qui l’entoure.

 

  • Sites espagnols

 

http://lacucaracha.info/

Un site en anglais et espagnol très documenté sur la Guerre Civile Espagnole

http://www.portaldelexilio.org/

Site espagnol de la Fondation Jaime Vera portant notamment sur l’exode des enfants envoyés en Russie, au Mexique et en Belgique.

http://www.sbhac.net/Republica/Imagenes/ImGCe.htm

Site espagnol de la SBHAC : Sociedad beneficas de historiadores aficionados y creadores.Un site très complet couvrant de nombreux thèmes : la guerre civile, l’exil, le rôle de l’armée, les femmes dans la guerre, le rôle de l’art, les enfants…Avec d’innombrables photos.

 

Les  structures institutionnelles pour la mémoire

http://www.foroporlamemoria.info/

Site du gouvernement espagnol pour la récupération et la réhabilitation des républicains espagnols assassinés par les franquistes.

http://www.histoire-immigration.fr/

L’établissement public de la Porte Dorée est chargé de rassembler, sauvegarder, mettre en valeur et rendre accessibles les éléments relatifs à l’histoire de l’immigration en France, notamment depuis le XIXe siècle et de contribuer ainsi à la reconnaissance des parcours d’intégration des populations immigrées dans la société française et de faire évoluer les regards et les mentalités sur l’immigration en France.

http://www.gencat.cat

 

http://argeles1939.com/

Un site très complet de la Mairie d’Argelès sur la Retirada dans le département.

Les sites culturels

 

http://www.reseauculturel.fr/

Vous trouverez sur ce site des parcours sonores avec interviews de témoins ayant vécu la Retirada.

http://www.sergecastillo.com/

Site du sculpteur Serge Castillo créateur de statuettes en terre cuite de réfugiés espagnols.

http://www.cinemaginaire.org/

Site de l’association qui consacre son prochain festival de cinéma au thème de l’Exil

http://www.cinemed.tm.fr/

Site du célèbre festival de cinéma de Montpellier du 25 octobre au 3 novembre qui fait une large place à l’ Espagne et à la guerre civile avec un hommage à Jaime Camino, des expositions, des films sur la guerre civile.

http://orpheus.ucsd.edu/speccoll/tsdp/

Une collection de dessins d’enfants faits au cours de la guerre civile par des orphelins et des réfugiés.

http://bteysses.free.fr

 

Bibliographie de l’exil républicain espagnol en France

Les sites plus politiques

 

http://www.fundanin.org/

Site retraçant l’histoire du Poum. (Parti Ouvrier Unifié Marxiste)

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens