Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juillet 2018 4 26 /07 /juillet /2018 08:31
La Croix de Canigou a 75 ans - Musulmane se baignant à Ste-Marie de la mer (66) : photos Jean-Pierre BONNEL, 25/7/2018
La Croix de Canigou a 75 ans - Musulmane se baignant à Ste-Marie de la mer (66) : photos Jean-Pierre BONNEL, 25/7/2018
La Croix de Canigou a 75 ans - Musulmane se baignant à Ste-Marie de la mer (66) : photos Jean-Pierre BONNEL, 25/7/2018

La Croix de Canigou a 75 ans - Musulmane se baignant à Ste-Marie de la mer (66) : photos Jean-Pierre BONNEL, 25/7/2018

Signes religieux de la montagne à la mer

 

Dans mon blog, cela fait plusieurs mois, j'avais écrit qu'il m'était insupportable de trouver une croix au sommet d'une montagne. Repère ou signe ostentatoire religieux de la "montagne sacrée" des Catalans, cela m'indispose, moi d'éducation catholique, de voir en pleine nature, un symbole religieux...

La vie privée, sexuelle ou religieuse, doit être pratiquée dans des lieux privées. La tolérance, non, pas n'importe quoi, pas dans le public, il y a des lieux pour ça !Je comprends donc les mécréants, matérialistes, athées, libertaires radicaux, etc, qui sont allés démonter et mettre à bas les croix de nos belles montagnes catalanes. Malgré mes textes "laïcards", je n'ai pas été sollicité pour faire partie de cette courageuse brigade laïque, tant pis ...

 

Je descends de Cerdagne, trouve Perpignan prise dans la canicule et vais me baigner à sainte-Marie (encore un signe religieux…) : je trouve là une jeune musulmane habillée de noir (cf. mes photos), qui s'ébroue dans l'eau, habillée de pied en cap...Va-t-on relancer la polémique de la burqua des plages de l'été dernier... Interdisons tous ces signes religieux dans l'espace public !!!

 

La défense MACRON

nous prend pour des cons

Faisant croire que la scène est privée, filmée par un amateur, le président feint de s'adresser à ses soutiens (ministres, députés) alors que ce beau discours est destiné à tous les Français. Ceux-ci apparaissent alors comme des voyeurs...

 

Ce président qui se met à critiquer la presse, comme Mélenchon, et accuse le système médiatique, qu'il utilise et maîtrise à merveille, a donc avoué sa responsabilité, tout en démontant les accusations :

-Ben Alla n'a pas touché dix mille euros par mois, mais 9900…

-Il ne bénéficie pas d'un appart de 300 mètres, même si on a pensé à agrandir celui dont bénéficiait Mitterrand allant rejoindre sa maîtresse, et à le prêter à mon porteur de valises…

-Ce fils de Dieu a une voiture de fonction car notre parc d'engins élyséens est très important: faut bien l'utiliser…

-Ben n'est pas mon amant, je n'utilise pas les temps du passé, trop compromettants, mais c'est un ami très proche et très cher…

Manu.

 

Fadaises : sont ainsi qualifiées les infos de la presse. Sont mélangées à dessein des rumeurs, des caricatures, des parodies et des informations vraiment écrites, sur l'appartement, par exemple, par le Parisien, ou sur le salaire du pare-balle du président, par Le Monde

Manipulations macronesques un peu grosses…

JPB

 

 

Partager cet article
Repost0
3 juin 2018 7 03 /06 /juin /2018 10:13
Mariano RAJOY - J.P.Bonnel et Romain GRAU (C) Clarisse REQUENA/Le Petit journal catalan (pour la Sant-Jordi, avril 2018)
Mariano RAJOY - J.P.Bonnel et Romain GRAU (C) Clarisse REQUENA/Le Petit journal catalan (pour la Sant-Jordi, avril 2018)

Mariano RAJOY - J.P.Bonnel et Romain GRAU (C) Clarisse REQUENA/Le Petit journal catalan (pour la Sant-Jordi, avril 2018)

* Motion de Censure contre MARIANO, le maître-chanteur corrompu - Contre Cazenove et GRAU, les députés La Rép en marche anti-écolos 

 

**Censure contre les députés de La Rép en Marche

 

Ils voulaient rogner la loi littoral, la loi historique pour l'écologie qui interdit la construction dans les espaces proches des rivages : ils ont voulu faire plaisir à quelques paysans bretons, à quelques ostréiculteurs d'Arcachon, qui vendent ensuite leurs cabanes au prix d'une villa luxueuse... Le parlement a voté contre le gouvernement. Cela équilibre un peu après le scandale du glyphosate, et lors du vote, nos courageux députés étaient au lit : courage, fuyons, courage : dormons...Il est vrai qu'il était 2 heures du matin...

Notre député Cazenove s'est discrédité ! Pour une fois, qu'il proposait un amendement...

 

* Le député Romain GRAU a préféré annoncé sa candidature aux municipales au journal local officiel. Tant pis pour les petits médias ! Et ceux qui égratignent n'auront rien, pas le moindre scoop ! On reste entre puissants…Qu'ils y restent !

Moi, je veux bien publier le bilan de leur action :

 

Réunion de circonscription Romain Grau député et Isabelle de Noëll-Marchesan député suppléante

05/31/2018

Durant la campagne électorale des élections législatives de juin 2017, nous avions pris l’engagement d’organiser régulièrement des temps d’écoute et d’échanges au cours du mandat dans le cadre d’une proximité indispensable à toute clarté politique.

Nous tenons à respecter cet engagement essentiel.

C’est ainsi que depuis le mois de mars avec notre équipe nous venons à la rencontre des habitants des différents quartiers de la 1ère circonscription sur le terrain dans un premier temps puis lors d’une réunion publique dans une salle municipale.

Nous sommes intervenus :

  • Avec un échange sur le terrain quartier Saint Martin et une réunion publique salle des Romarins,
  • Avec un échange sur le terrain quartier du Vernet et une réunion publique salle Barrande,
  • Avec un change sur le terrain quartier Las Cobas et une réunion publique à la mairie de quartier est
  • Avec un échange sur le terrain quartier Moulin à Vent et une réunion publique salle du Vilar
  • Avec un échange sur le terrain quartier Mailloles et une réunion publique salle rue des Grappes
  • Avec un échange sur le terrain le samedi 26 mai de 9h à midi quartier Vernet- Joffre

Au cours de ces réunions, dans un premier temps, nous communiquons sur les mesures mises en œuvre par le gouvernement. Nous répondons ensuite, dans un deuxième temps, aux questions posées par les participants qui, jusqu'à présent, ont porté sur:

  1. Les moyens d'améliorer la situation de l’emploi dans le département
  2. La hausse de la CSG et le pouvoir d’achat des retraités
  3. Les études de médecine et le numérus clausus
  4. La réforme du code du travail
  5. L'utilisation des ordonnances
  6. Les causes des récents mouvements sociaux et les mesures annoncées
  7. La sécurité
  8. L’éducation, les mesures prises et leurs conséquences
  9. Le régime des Indépendants et la réforme programmée
  10. Le désenclavement de notre département par le développement des transports, TGV et nouvelles lignes aériennes et compagnies
  11. Le handicap
  12. L’emploi des seniors
  13. Les niches fiscales
  14. Les caisses de retraite
  15. Le service national
  16. Les travailleurs détachés et l'harmonisation européenne
  17. la privatisation des services publics et les conséquences qui en découlent

Nous proposons aux participants des rendez-vous complémentaires, s'ils le souhaitent, dans les locaux de la permanence 11 avenue Cambres, où les points abordés lors des réunions publiques peuvent être approfondis et où des sujets personnels peuvent être abordés.

 

Prochaines rencontres :

  • réunion publique le vendredi 1er juin salle Al Sol à 19h
  • rencontre sur le terrain le samedi 9 juin de 9h à midi quartier St Gaudérique
  • réunion publique salle municipale rue Nature à 19h
  • rencontre sur le terrain le samedi 16 juin de 9h à midi quartier Porte d’Espagne
  • réunion publique le lundi 25 juin à l’école Ludovic Massé   (amphithéâtre) à 19h

 

Nos coordonnées

Romain Grau :  07 84 08 86 54

Isabelle de Noëll-Marchesan : 06 46 08 87 05

 

- - -

 

Un entretien intéressant avec Nicolas LEBOURG sur le Front national dans Le Monde daté du dimanche 3/Lundi 4 juin 2018.

 

"Le chef du gouvernement conservateur Mariano Rajoy, coulé par un scandale de corruption, a été renversé vendredi par le Parlement, après plus de six ans au pouvoir en Espagne, et remplacé par le socialiste Pedro Sanchez. 

La motion de censure contre le dirigeant conservateur a été adoptée, comme prévu, vers 09H30 GMT à une majorité de 180 députés sur 350. .."  

 

Tombent les géants

 

Je ne crains pas les conquérants

Qui, derrière leurs olifants,

Créent l'avenir de but en blanc.

Même dans les pires moments,

Je sais que tombent les géants.

 

Cri de guerre ou bien cri d'amant,

Jets de pierres, blessure au flanc,

Tout est fureur et grondement.

Le silence d'un seul instant

Règne quand tombent les géants.

 

La gloire, indocile, leur ment

Lorsque, élevés au firmament,

Ils défient la mort, les tourments.

Les pleurs versés par les enfants

Disent que tombent les géants.

 

Par avance les paravents,

Hérités de la nuit des temps,

Sont des signes obsolescents.

Et l'écu le plus éclatant

Flétrit quand tombent les géants.

 

De bataille en trêve pourtant,

Chacun d'eux veille sur son camp,

Guettant le possible intrigant

Qui le trahirait, l'exilant

Dans l'ombre où tombent les géants.

 

Un grain de sable inexistant

Vient soudain déjouer leur plan.

Leur destin, à feu et à sang,

Laisse le ciel indifférent

Le jour où tombent les géants.

 

Jean Iglesis

Partager cet article
Repost0
2 juin 2018 6 02 /06 /juin /2018 10:02
Catalogne, de Collioure à Paris
Catalogne, de Collioure à Paris
Catalogne, de Collioure à Paris
Catalogne, de Collioure à Paris

Catalogne, de Collioure à Paris

Ce département est à vendre...Suite (et pas fin !)

 

ENVIRONNEMENT / POLITIQUE

 

P-O/ Loi Littoral : « Dents creuses, appêtit féroce »…

par ADMIN le Mai 31, 2018 

Dans un communiqué du 20 mai le président de FNE/Frene 66, Marc MAILLET, s’exprimant au nom de toutes les associations et des membres de la Fédération, dénonce l’action de certains parlementaires qui s’en prennent à la Loi Littoral, en particulier le député de la 4ème circonscription des Pyrénées-Orientales, Sébastien CAZENOVE (LREM/ La République En Marche!) :

 

« Une nouvelle fois – mais c’est rituel dans le panorama parlementaire français – la loi Littoral dérange puisqu’elle est encore la seule à pouvoir encadrer l’urbanisation galopante ardemment mise en œuvre par les maires et les lobbys de l’immobilier et du BTP sur les côtes.

Dans le cadre d’un projet de loi portant évolution du logement, de l’aménagement et du numérique – selon la procédure accélérée et un camouflage certain – des parlementaires ont introduit des amendements de modification de la loi Littoral. Avec la bénédiction du gouvernement.

Il s’agit de remettre en cause la règle de continuité de l’urbanisme en se prévalant de l’urbanisation diffuse et en renonçant à la notion de hameau intégré à l’environnement. La rubrique des dents creuses c’est celle des projets de massification bétonneuse d’un littoral déjà sursaturé. A en croire les parlementaires porteurs de ces amendements, « il n’est pas question de toucher au bien fondé de la loi ». Mais sans doute de faire plaisir à ceux qui régulièrement s’assoient sur elle !

 

En Corse, dans le Var, dans les Pyrénées-Orientales c’est par une bataille constante que les associations de protection de la nature et de l’environnement ont obtenu des jurisprudences contrariant certains maires et leurs clientèles.

Dans les Pyrénées-Orientales, M. le député CAZENOVE (La République en marche) est l’un des promoteurs de ces amendements. Il se présente comme un enfant des Aspres bien qu’à ce jour il n’a pas été capable de se prononcer sur la prolifération des projets éoliens dans ses chères collines. Il a montré tous ses talents de marcheur en matière de transport ferroviaire par une question écrite au ministre des transports sur l’intérêt de la rénovation des wagons-couchettes … alors que les trains de nuit sont supprimés. Notamment ceux desservant le Roussillon.

 

Aujourd’hui il défend un amendement calamiteux pour s’attirer les bonnes grâces des élus de la côte et permettre la remise en cause des jurisprudences obtenues par la FRENE 66 et ses associations – qui à Collioure, Port-Vendres ou Cerbère – ont contrarié quelques maires et quelques spéculateurs capables de construire dans « les dents creuses » des villas à 400 000 €.

 

Clairement, l’amendement CAZENOVE c’est la poursuite du Schéma de cohérence territorial et de plans d’urbanisme locaux sur la côte qui donnent satisfaction aux intérêts particuliers sur l’intérêt général, aux spéculateurs contrariés et bien sûr … aux très riches ».

 

(C) merci au site OUILLADE

 

Histoire de la Catalogne : Yves Escape

 

Les 4 et 12 juin prochains à l’initiative de l’association baixanencque « Les Amis du Château Les Pins » en partenariat avec la municipalité, la commune aura l’honneur et le plaisir d’accueillir Yves ESCAPE pour un cycle de conférences dont le thème sera l’Histoire de la Catalogne.

Rendez-vous vous est donc donné à toutes et à tous, Espace Jordi au Château les Pins à 18h, pour cette 1ère conférence le 4 juin qui présentera la Catalogne des origines à la fin du XVème siècle : y seront abordés le territoire au cours de l’Antiquité, la naissance des comtés catalans et l’organisation de l’Etat Catalan au Moyen-Âge, la Catalogne au XVIème et XVIIème siècles jusqu’à la guerre de succession d’Espagne.

Un évènement cultuel à ne pas manquer. Entrée libre ; pot de l’amitié en clôture.

 

- - -

*conférence le 4 juin 2018 à Paris 

 

 

 

Olivier Delvert <olivier.delvert@sorbonne-universite.fr>

 

 

Chers (es) collègues, chers (es) amis (es),

Dans le cadre du Séminaire d'Études catalanes Arts visuels (CRIMIC) vous êtes chaleureusement conviés à la conférence de Jean-Claude Seguin (Université de Lyon II) : 

"Le cinéma des origines en Catalogne (1896-1906) : écueils et chausse-trapes."

Lundi 04 juin, à 18h, au Centre d'études catalanes. 

Merci de vous inscrire auprès du secrétariat : 
secretariat.etudes-catalanes@listes.paris-sorbonne.fr

Partager cet article
Repost0
30 mai 2018 3 30 /05 /mai /2018 09:31
Les P.O. à Madrid (Laurent Gauze) - Affiche et slogan de l'ODT 66 - Le bétonnage, viol de la loi littoral
Les P.O. à Madrid (Laurent Gauze) - Affiche et slogan de l'ODT 66 - Le bétonnage, viol de la loi littoral
Les P.O. à Madrid (Laurent Gauze) - Affiche et slogan de l'ODT 66 - Le bétonnage, viol de la loi littoral

Les P.O. à Madrid (Laurent Gauze) - Affiche et slogan de l'ODT 66 - Le bétonnage, viol de la loi littoral

Le département est à vendre - Trabucaires : les nouveaux bandits des grands chemins - Bétonnage, viol de la loi littoral

 

"Le département est à vendre !" Il l'a dit sans détours, enfin, c'est affirmé de façon claire. Laurent Gauze, le responsable économique, élu à Perpignan (majorité LR), de Madrid à Francfort n'a pas peur de lancer le slogan fort.

 

A Paris, le Qatar et autres milliardiares orientaux achètent les champs Elysées, les hôtels de luxe, les équipes de foot...Les Chinois s'emparent de domaines bordelais...

 

C'est normal, puisque c'est la mondialisation: nous n'avons qu'à faire de même ! Pinaud, Arnaud, Dassault et autres gogos s'y essaient, mais les nouveaux riches se trouvent aujourd'hui dans les pays émergents et pétroliers... Alors, c'est la France qui est bradée et le gouvernement français viole la loi littoral pour ajouter du béton au béton. (article joint)

 

En Catalogne, le pays est envahi par les touristes (réactions vives à Barcelone et décisions de la mairesse pour un tourisme de qualité); à Perpignan, on ne parle que "destination", et c'est à vendre :

"Vendre la « destination 66 » : Au consulat général de France, devant des journalistes et décideurs allemands, les Catalans ont donc essentiellement vendu la « destination 66 ». Agence de développement touristique et Office du tourisme communautaire ont fait « pitch » commun, la CCI a vanté son portail pyrenees.fr et les hôteliers Villa Duflot, Roussill’hôtel et Host & Vinum leurs établisse- ments…"     © L'Indépendant, F. Michalak.

 

Les responsables du tourisme ont beaucoup de talent et d'imagination afin d'inventer images et slogans susceptibles d'attirer les Parisiens, les étrangers, les autobus de Catalogne-sud : par exemple, on assiste à Collioure à l'arrivée de nombreux cars d'Espagnols: ils restent une heure, dix minutes sur la tombe de Machado et un petit tour en ville...

 

Est-ce là le tourisme intelligent ..? C'est un tourisme pauvre pour des gens sans grandes ressources, pour des gens isolés, âgés le plus souvent...

 

Ensuite, de juin à septembre, d'autres visiteurs, plus fortunés, viennent, louent, achètent : tout le monde (restaus, hôtels, loueurs, épiciers…) en profite : les gens d'ici vendent leurs terrains, leurs caves à artistes, leurs immeubles, leurs vignobles, et ensuite ils vont pester contre l'invasion des doryphores. Les premiers à vendre le pays, c'est eux, c'est nous !

 

Respecter le territoire et faire un tourisme propre, ce serait expliquer l'Histoire, la culture, le patrimoine, la littérature, la civilisation catalane... Conserver des lieux d'habitation pour nos jeunes…

 

Des itinéraires guidés existent, mais trop superficiels... En attendant, on peut brader nos aéroports, nos domaines viticoles (Depardieu à Montner...), le département est souvent resté dans l'immobilisme, englué dans une économie de rentiers, de placements financiers, de ressources agricoles anciennes non remises en question. Sans oublier l'esprit de réseaux, de copinage, de "mafiosité" généralisée dans tous les milieux…

Oui, les responsables doivent se remettre en question ! Le confort, c'est de ne pas changer...

 

JPB

 

"Pour un maire de proximité" 

"Perpinya en davant !"       Perpignan 2020, en AVANT !"

CATALOGNE

La terrible et véridique histoire des Trabucaires

 

La Casa de la Generalitat propose une rencontre pour mieux connaître l’histoire des Trabucaires, ces bandits qui contrôlaient une partie du territoire catalan au milieu du XIXe siècle, entre l’Alt Empordà, el Vallespir et la Garrotxa.

L’historien de Girona Josep Vilar i Vergés présentera un livre de vulgarisation sur ce sujet, Els trabucaires, le mercredi 30mai à 18h30 à la Casa de la Generalitat, rue de la Fusterie. Il s’agit d’un ouvrage très richement illustré, publié par la Diputació de Girona, qui sera par ailleurs représentée au cours de cette manifestation par son délégué à la Culture, Albert Piñeira, qui est maire de Puigcerdà.

Ainsi donc, Josep Vilar i Vergés offrira des réponses claires et précises aux multiples questions que l’on se pose autour du mythe et de la réalité de personnages qui font partie de l’imaginaire collectif catalan, aussi bien au sud qu’au nord de la frontière.

 

Renseignements :
04 68 35 17 14 ou casa- perpinya@gencat.cat

*A BANYULS, le Vendredi 1er juin 2018 : 

 

  • Conférence organisée par l'Association Walter Benjamin sans frontières :
  •  
  • « Aidez l’Espagne ! Le pavillon de la République espagnole à l’exposition universelle de Paris en 1937, entre art et propagande, Guernica",  par Gérard Malgat.
  •  
  •  G.Malgat est docteur en espagnol, spécialiste de Max Aub et de la République espagnole, auteur de Max Aub et la France ou l’espoir trahi, traducteur de Sierra de Teruel, film de Malraux, raconté par Antoni Cistero (traduit en français chez Balzac Editeur). 
  •  
  • Introduction par Jean-Pierre Bonnel : «Walter Benjamin en 1937», 18h15, Salle Novelty (maison des associations, près du parking du marché, gratuit), entrée libre.
  •  
  • - A 20h15, rencontre autour de G. Malgat, au restaurant Le Miradou, sortie de Banyuls (sur les hauteurs, près de l'hôtel Le Catalan), repas autour de 20 euros… Il sera aussi question du Prix de l'essai W.Benjamin 2018, décerné à Banyuls, le 29 septembre, à 11h, hall de la mairie. 
  •  
  • -Discussion avec Pedro Soler, Madeleine Claus, René Piniés (directeur du centre Joë Bousquet de Carcassonne), Dominique Delpirou (qui lira "Allemands" le 30 juin, à 20h30, au Mas Reig), Alain Badia, psychanalyste, Pilar Parcerisas (Association "Passatges" de Port-Bou), Jacques Gautrand, journaliste à L'Express, Richard Meier, éditeur, artiste…
  •  
  • -Réservation auprès de J.P.Bonnel, président de l'Association WB : 06 31 69 09 32.
Partager cet article
Repost0
29 mai 2018 2 29 /05 /mai /2018 12:32
Photo de la ZAD de N.Dame des Landes : résister !
Photo de la ZAD de N.Dame des Landes : résister !
Photo de la ZAD de N.Dame des Landes : résister !
Photo de la ZAD de N.Dame des Landes : résister !

Photo de la ZAD de N.Dame des Landes : résister !

Le département du 66 est à vendre !

 

Oui, on le sait depuis longtemps...Les années (19) 60 avec l'aménagement touristique, le bétonnage des côtes, la fin des plages conviviales, familiales, utopiques (Le Bourdigou...)

Les promoteurs se sont activés, les touristes en masse sont arrivés : voyez-vous encore la mer..?

 

La foule occupe Collioure : les jeunes s'en vont et les anciens vivent leur vie, un peu loin du Boramar...Fallait-il autoriser les cafés-restaus sur cette promenade..? Ne pouvait-on pas conserver un lieu calme et des barques sue le sable..? Non, c'est ainsi, dès qu'on découvre la beauté d'un lieu, il est envahi : Saint-Tropez...Collioure connu pour ses peintres, Matisse, Derain, surtout...Cadaquès avec Dali...

Collioure est pollué par la foule et le maire actuel, M.Manya, a raison quand il installe des panneaux dans le village, affirmant "La mer commence ici."

 

Le rouleau compresseur est inéluctable... Et encore ça ne suffit pas, il faut toujours susciter les destinations grâce aux atouts de notre territoire : soleil, patrimoine et vin... 

 

Perpignan est à vendre : après les Beaux-Arts (peu fréquenté et au projet pédagogique dépassé, selon la municipalité), on risque d'avoir une fondation artistiques avec des résidences d'artistes ! ça vaut le coup de vendre ! à suivre...

 

Et le CAC Walter Benjamin : il n'est pas encore vendu mais est à vendre (autour de 650 000 euros); c'est une sorte de scandale Pourtant le maire (conseillé par M.Halimi et Jordi Vidal) l'avait voulu; il a mis de l'argent dans la réfection de l'ancien internat de l'ancien lycée de la place occupée désormais par un parking...On a même convoqué des artistes pour des fresques en façade...Argent gâché ou investissement..?

 

Résistons, il est temps de faire reculer la municipalité sur ce sujet...Qu'en pensent les candidats pour 2020..? On a l'impression que tout le monde se fout de ce CAC et de WB !

 

Il reste un espoir pour ce lieu situé dans un espace culturel (le triangle Fondation/Centre d'art contemporain/Musée Rigaud...

 

Qu'on débaptise le lieu (WB sera donné à un autre espace culturel) pour l'appeler Pierre RESTANY, pourquoi pas ! C'est un artiste local (Amélie-les-Bains) à portée internationale ! 

 

Mais gardons WB, c'est un symbole, de l'exil, de 1940, de la Shoah...Il est passé par chez nous, à la mairie de Banyuls puis a traversé les Pyrénées et mourut à Port-Bou. Des Catalans du Sud ont compris l'importance de ce penseur..! Et ici, à Perpignan..?

 

Liste Perpignan en avant ! PerpiEnAvant !

PerPiPolis / JPB

 

 

*PORT-BOU, café littéraire 

**Chers amis et amies,

Nous sommes heureux de vous inviter à

les séances  littéraires Passages de Portbou

Le premier aura lieu le samedi 2 juin à 18h, c / de les Monges, 4

"Suite française", par Irène Nemirovsky

 

Confirmation d'assistance: info@passatgescultura.org / 660827023

Organisé par: Association Passages of Contemporary Culture

 

Partager cet article
Repost0
8 mai 2018 2 08 /05 /mai /2018 09:37
Boalem Sansal - André ROBER
Boalem Sansal - André ROBER

Boalem Sansal - André ROBER

 

André ROBER (Galerie 13 Treize El tallerAndré Robèr Peintures 2017/2018) n'a pas de chance : il avait fixé son vernissage ce mardi 8 mai, comme pour se moquer, l'anar, des commémorations et des guerres en tous genres… Lire des poèmes et montrer des tableaux, n'est-ce pas le meilleur moyen pour lutter contre le nationalisme et les conflits..?

Hé bien non, la culture est impuissante…Si elle pouvait quelque chose, ça se saurait…

Vaut mieux faire la fête, crier, chanter, boire et oublier les barbaries du monde !

 

Le sport, alors ? Le rugby..? Si ce n'est pas la guerre, c'est donc la fête et la mairie de Perpignan célèbre les joueurs de l'USAP ce mardi à 18h au pied du Castillet, symbole de la catalanité (mot à définir, désormais!).

Vendredi, ce sera au tour du CD66 de s'emparer de ce grand événement populaire, pour plaire aux habitants et aux éventuels électeurs… La fête aux Rois de Majorque (symbole de catalanisme ?). ça coûtera combien ? On s'en moque, on creusera la dette, on en fera moins pour la culture…

-Quoi, le sport, ce n'est pas la culture ?

-Non, monsieur !

 

En tout cas, nos élus, comme Macron, font dans le "récit national" : au niveau provincial, ils croient en un "récit local" qui unit les gens, qui, en s'emparant de héros, permet la bonne entente et gomme unissant les fractures sociales, les inégalités, les injustices…

Il faut (re)lire dans l'urgence le livre de Suzanne Citron qui détruit ce mythe pernicieux du récit national, menteur, orienté, lacunaire, inventé : Le Myhe national, l'Histoire de France revisitée !!!

Alors, chers lecteurs, vous irez où ce soir ? à Perpi, au pied de notre mémorielle forteresse, ou à Ille-sir-Têt, écouter la peinture d'André ROBER et regarder la poésie de Jacques SAIS..???

 

J.P.Bonnel

André ROBER (Galerie 13 Treize El tallerAndré Robèr Peintures 2017/2018) n'a pas de chance : il avait fixé son vernissage ce mardi

 

 

- - -

 

Boualem Sansal, l’homme qui déchaîne les passions

L’écrivain algérien Boualem Sansal est l’invité du CML mercredi 9 mai à 18h30 au Mémorial de Rivesaltes.

 

Commencer une carrière d’écrivain à 50 ans et avoir du succès est une gageure. C’est pourtant le pari réussi de Boualem Sansal. Ingénieur polytechnicien et docteur en économie, ce natif de Theniet-El-Had (Algérie) en 1949 végète dans une paisible carrière de haut fonctionnaire au ministère de l’Industrie. Mais, son jardin secret, c’est la littérature. Et c’est dans les longues discussions avec l’écrivain Rachid Mimouni, auteur à succès dans les années 1980, qu’il réussit à échapper à la monotonie ennuyeuse des ronds-de-cuir et à croire, enfin, en son talent.

Ce n’est qu’en 1999 que Boualem Sansal décide de sauter le pas. Comme une bouteille jetée à la mer, il envoie - par la poste - son premier roman : « Le Serment des barbares » , à plusieurs éditeurs français. Et c’est l’un des plus réputés à Paris, Gallimard, qui accepte de le publier. Le succès est immédiat. "Le Serment des barbares" est aux portes du Goncourt. Qu’il rate de peu.

Son premier roman, Le serment des barbares, a reçu le prix du premier Roman et le prix Tropiques.

Son livre Poste restante reste encore censuré dans son pays. Boualem Sansal est lauréat du Grand Prix RTL-Lire pour son roman Le Village de l'Allemand.


En 2012, il reçoit le prix du Roman arabe pour son livre Rue Darwin. En 2013 l'Académie française lui décerne le grand prix de la Francophonie. En 2015, il reçoit le Grand Prix du roman de l'Académie française pour son livre 2084.

Lanceur d'alerte contre les faux prophètes

À l’occasion de la sortie de son dernier roman 2084, paru chez Gallimard, primé par l’Académie française, Boualem Sansal livre ses réflexions sur les vagues migratoires, qui mettent en lumière les tensions dans les pays de l’Union européenne. Il s’empare de l’Abistan, le sujet de son roman . Ainsi, l’Abistan, cet Etat totalitaire religieux, ne serait pas qu’un simple cauchemar littéraire, mais une «construction» qui serait déjà, du moins dans certains pays, à l’état de «grand avancement». Il retrouve des similitudes entre l’Algérie de la fin des années 80 et la France d’aujourd’hui : une montée rapide de l’islamisme, des clivages forts au sein de la société, des pouvoirs qui n’assument pas ou affaiblis par des alliances militaires ou économiques qui les rendent muets. Son livre s'intitule  2084 en référence au 1984 de George Orwell. 

 

Franc-tireur des lettres algériennes, Boualem Sansal est un portraitiste acerbe de l'Algérie et du monde arabo-musulman, un lanceur d'alerte contre les faux prophètes qui s'approprient la terre et la culture des peuples. L’auteur sera l’invité exceptionnel du Mémorial jeudi 9 mai prochain.

 

Entrée libre et gratuite. Réservation indispensable au 04 68 08 39 70 / info@memorialcamprivesaltes.fr

 

 

Emmanuelle Malé

Administration du CML - Secrétariat des Prix Méditerranée

CML - Hôtel Pams - 18 rue Emile Zola - 66000 Perpignan

Tél. +33 4 68 51 10 10

Port. +33 6 69 79 15 01

www.cmlprixmediterranee.com

Partager cet article
Repost0
4 mai 2018 5 04 /05 /mai /2018 08:08
C'est l'heure ! - Terrus par Maillol à Elne - N.Garcia, O.Traby, F.Delaris-Rossignol - Livre de JP.Barou sur Terrus
C'est l'heure ! - Terrus par Maillol à Elne - N.Garcia, O.Traby, F.Delaris-Rossignol - Livre de JP.Barou sur Terrus
C'est l'heure ! - Terrus par Maillol à Elne - N.Garcia, O.Traby, F.Delaris-Rossignol - Livre de JP.Barou sur Terrus
C'est l'heure ! - Terrus par Maillol à Elne - N.Garcia, O.Traby, F.Delaris-Rossignol - Livre de JP.Barou sur Terrus

C'est l'heure ! - Terrus par Maillol à Elne - N.Garcia, O.Traby, F.Delaris-Rossignol - Livre de JP.Barou sur Terrus

Surréalistes résistants tués par les nazis : le cas RIUS

 

*** Poètes surréalistes en résistance

Publié le 30/04/2018 à 11:30 par leblogcultureldyl

 

En décembre 1944, on découvrait en forêt de Fontainebleau les fosses contenant les corps de résistants abattus par les nazis, ceux entre autres d’une vingtaine de résistants exécutés le 21 juillet 1944 dans la plaine de Chanfroy, sur la commune d’Arbonne-la-Forêt, où les nazis avaient fait creuser au bulldozer une vaste fosse pour enfouir les cadavres des martyrs. Dans ce groupe de résistants cachés alors dans une grotte de la forêt se trouvaient deux amis liés au groupe surréaliste et proches d’André Breton : Jean Simonpoli et Robert Rius. L’un était corse, l’autre perpignanais. 


Après de longues années d’oubli un film relatant la vie et le destin de résistant de Jean Simonpoli a été réalisé et une association pour la mémoire de Robert Rius s’est créée à Collioure.

Le samedi 28 avril 2018, cette dernière a tenu son assemblée générale et organisé dans l’après-midi une rencontre en hommage aux deux amis que furent Jean Simonpoli et Robert Rius. Avec le concours du Ciné-Club de Collioure il y eut tout d’abord la projection du film  sur Jean Simonpoli "Ghjuva est mort" de Gérôme Bouda. Puis l’historien André Balent relata la vie, l'œuvre et l’action de résistant de Robert Rius. Et grâce aux poèmes lus par Serge Bonnery nous fîmes plus amplement connaissance avec l’infinie beauté évocatrice des mots de Robert Rius, poète surréaliste dès sa prime jeunesse, poète engagé pour qui la poésie fit que sous l’occupation, selon les mots de Grégory Hosteins « les lumières jaillis­saient de l’obscurité même des réseaux clandestins ».

 

Le film « Ghuva est mort »

Le film suit depuis les montagnes corses de son enfance, en Tunisie où son père avait été muté et à Paris où sa vocation l’attira, l’itinéraire de Jean Simonpoli. Témoignages émouvants des membres de sa famille, souvenirs de ses travaux sur les dialectes corses mais surtout son engagement dans la poésie surréaliste, son rôle à la Bibliothèque Nationale où il travailla avec son épouse et ses liens avec Robert Rius dont il partagea le destin tragique à la suite d’une longue activité de résistance poétique clandestine. Simonpoli créa et dirigea en 1941 Les Cahiers de poésie dont trois numéros furent publiés.

 
Simonpoli et Rius en résistance

En 1941, alors qu'André Breton et de nombreux surréalistes sont en exil en Amérique, Rius rentre à Paris rejoignant une poignée de jeunes gens qui  ont décidé de se réunir dans le but de maintenir le surréalisme en France occupée. En référence au vers de Rimbaud «  La Main à plume vaut la main à charrue  », le groupe se baptise La Main à plume et affiche sa volonté d’insoumission aux pouvoirs en place.

Serge Bonnery écrit à ce sujet « Editorial militant, textes en prose, poèmes, illustrations : La Main à Plume offre un large panorama de l’activité poétique et artistique de Résistance qui se développe à Paris, dans la clandestinité. Une trentaine de plaquettes individuelles, cinq plaquettes collectives : en tout, entre mai 1941 et juin 1944, sortiront des presses de La Main à Plume une quarantaine de publications - dont les Pages Libres de La Main à Plume, une petite collection purement surréaliste - qui constituent l’un des corpus les plus originaux de la littérature de Résistance. Le poème Liberté de Paul Eluard a été publié pour la première fois par La Main à Plume en 1942. »

 Y.L. (merci à Yvette LUCAS) : n'ayant pu assister à cette rencontre, je livre le compte-rendu de la camarade Y.L...

 

- - -à BANYULS : littérature et philosophie :

  1. 4ème rencontre avec les écrivains à Banyuls-sur-mer - YouTube - Banyuls infos -
    www.youtube.com

     

**Café philo : vendredi 4 mai, café "Les 9 Caves", à Banyuls (entrée libre, 1er étage), par l'Association W. BEBJAMIN sans frontières (06 31 69 09 32) :

 

"Les Surréalistes, un cercle d'hommes étroitement unis font éclater du dedans le domaine de la littérature en poussant "la vie littéraire "jusqu'aux limites extrêmes du possible...

..pour soudainement se confondre avec celui de la pratique politique."

"Gagner à la révolution la force de l'ivresse, c'est ce à quoi tend le surréalisme dans tous ses livres et toutes ses entreprises."

Voilà comment W. B. (prop)pose ce  premier point de vue dans son article en 1929 :

LE SURREALISME,  LE dernier instantané de l'intelligence européenne.

 

En 1934, dans L'ECRIVAIN FRANCAIS, article panoramique trés documenté sur les auteurs contemporains, il cite Louis Aragon :

"Les écrivains  révolutionnaires, lorsqu ils sont de provenance bourgeoise,apparaissent essentiellement  comme des traîtres à leur classe d'origine..."

ils deviennent, ajoute W.Benjamin, des militants politiques...et savent d'expérience pourquoi la création littéraire est chose dangereuse."

Dans "Une histoire d'amitié", Gerschom Scholem dira, à propos de son ami : "…cette réaction vis à vis du surréalisme fut assez semblable à ce qui s' est passé à la suite de son engagement avec ce qu'il appelait le "communisme radical"

Bien qu'il se tînt à l'écart de tous les cénacles littéraires, W.B. tenta, en vain, d être intégré dans le groupe des surréalistes.....!

iI ne pouvait être indifférent, avec quelques réserves, à ce "mouvement dialectique" initié et maintenu par André Breton, avec 

des partenaire,parfois difficiles : Soupault, Aragon, Peret, Eluard, Desnos, Artaud, Duchamp, Ernst, Miro, Masson, PIcabia...........

"Exprimer la pensée en termes historiques ne signifie pas la reconnaître telle qu'elle a été", remarque W.B. 

Ainsi nous essaierons de nous demander aussi comment concilier un engagement dans la structure d'un parti révolutionnaire et une soif absolue de liberté ??

 

André ROGER

TERRUS…en 2015…Dans le blogabonnel :

19 SEPTEMBRE 2015

PATRIMOINE : ETIENNE TERRUS, À ELNE - ART ET VIN À COLLIOURE - LE MAS PALÉGRY -

ELNE / TERRUS : Les Amis du Musée Terrus et les Amis d’Illibéris - 

SOUSCRIPTION ETIENNE TERRUS (1857 – 1922)

Proche de Maillol, Terrus était apprécié des grands peintres de son époque : Luce, ami de longue date, Matisse (dès 1905), Manguin, Camoin, Marquet, Derain ...

 

Il s’est isolé à Elne par choix, mais il va régulièrement à Paris, où il participe au Salon des Indépendants jusqu’en 1914, voit les expositions, se tient au courant des dernières tendances. Il correspond régulièrement avec ses amis, les reçoit à Elne. Quelle que soit la période, la lumière, la couleur, la construction, la poésie, l’émotion, la sérénité habitent ses toiles et ses aquarelles. Certes il fait siennes toutes les tendances de cette période si florissante de l’histoire de l’art, mais il les a interprétées, gardant sa propre écriture, ce qui donne charme et intérêt à son œuvre.

Depuis 1994 la ville d’Elne a créé un musée qui lui est dédié et qui présente une collection unique de ce peintre.
Les Amis d’Illibéris et les Amis du Musée Étienne Terrus vous proposent de les aider à enrichir cette collection en apportant votre contribution à la souscription qu’ils lancent pour acquérir des huiles, des aquarelles, des dessins provenant de trois collections et visibles sur les cimaises de la galerie l’IF.

L’IF, 4, Boulevard de la Liberté. ELNE Ville Haute Les samedis et dimanches après-midi, sur rendez-vous au 04 68 22 18 78, de septembre 2015 à mars 2016.

 souscription pour acquérir des œuvres de Terrus appartenant à des collections privées qui sont proposées à la vente, soit une quarantaine de tableaux.

les dons si petits soient-ils seront bien entendu les bienvenus.

Les tableaux seront exposés à Elne à la Galerie de l’IF à la ville haute près de la Porte Balaguer pour les journées du patrimoine tous les après-midi ainsi que les samedis et dimanches jusqu’en Mars 2016.

En dehors de ces journées sur RV au 04 68 22 18 78

 

…Sur le site La CLAU :

L'artiste d'Elne, disparu en 1922, est encore un célèbre inconnu

Vers la renaissance du peintre Etienne Terrus (Jeudi 17.12.2015. 22:00h)

 

L'oeuvre du peintre Etienne Terrus, trop éparpillée, fait l'objet d'une politique de rapatriement. Les particuliers et marchands d'art disposant de l'artiste d'Elne son invités à enrichir les collections du musée qui porte son nom.

Autant la figure et le parcours du sculpteur Aristide Maillolsont solidement installés dans l'histoire de l'art, autant Etienne Terrus reste un célèbre inconnu. Cet autre artiste catalan, né à Elne en 1857, mort dans la même ville en 1922, était ami de Maillol et de Matisse, mais encore de Derain et de Manguin. Préférant le rythme de vie du Roussillon aux ébullitions parisiennes, il a payé le prix de la marginalité et esquivé la reconnaissance, Paris étant alors la capitale du goût. Les toiles et aquarelles d'Etienne Terrus, élève du peintre académique Alexandre Cabanel, épousent les tendances de sa ligne de vie, selon une écriture propre. Il évitera toujours le plagia, travaillera sur la couleur et la lumière et jugulera le violet, l'ocre et le vert.

Financement participatif

Tantôt influencé par les impressionnistes et le mouvement nabi, parfois identifié comme inventeur d'un pré-fauvisme, mais avant tout lui-même, Terrus demande à renaître. Vers 2022, année du centenaire de sa disparition, la mairie d'Elne active le rapatriement d'oeuvres de l'artiste vers le musée qui porte son nom. Ce lieu inauguré en 1994 a reçu  «Paysage aux rochers mauves», le 9 décembre. Cette composition de pastel et de gouache intègre les collections via un prêt de particulier, sous convention de dépôt. Sur cette lancée, les collectionneurs privés et marchands d'art sont invités étoffer le fonds Terrus du musée. Ce plan d’acquisitions est soumis à l'expertise des associations des Amis du Musée Terrus et des Amis d’Illibéris. Une vingtaine d'oeuvres déjà rassemblées est à acquérir, moyennant un financement participatif, accessible jusqu’en décembre 2016. L'objectif est de cesser l'éparpillement d'une oeuvre singulière et d'éviter l'oubli.

 

…Dans l'Indépendant, en 2011 : Mis à jour le 20/07/2011 06:00 - 120 oeuvres de Terrus aux cimaises ELNE

Odette Traby, commissaire de l'exposition et directrice artistique du musée Terrus, a inauguré la superbe exposition d'actualisation des connaissances, relative à Etienne Terrus, peintre local, en présence du maire Nicolas Garcia, des responsables du pôle culture et d'élus. L'occasion d'acquérir le dernier catalogue de l'exposition, préfacé par le maire, illustré et commenté par Odette Traby, Floriane Delaris-Rossignol, étudiante en arts et Jean-Pierre Barou. 120 oeuvres, dont 50 prêtées par le musée Rigaud ou des possédants privés, ont été admirées par un public curieux et nombreux, parmi lesquels Michel Guisset, président des Amis d'Illibéris et Joan Lluis Mas, secrétaire de Terra dels Avis. Les hôtesses du musée guidaient l'assistance avide d'explications. L'agencement des toiles, le sens de la visite, les regroupements thématiques créaient une progression, où se comprenaient les audaces successives du peintre.

M.-T. B.-G. 

 

- - - Matisse et Terrus, par Jean-Pierre Barou - 2002 -

Matisse, Terrus (1905-1917)

Jean-Pierre Barou (Commissaire d’exposition)

Éditeur : INDIGENE (25/08/2002)

 

Cartes postales, photos, lettres: une correspondance, qui avait échappé à l'histoire, entre Henri Matisse et Étienne Terrus, peintre catalan (1858-1922), éclaire d'un jour nouveau la naissance du Fauvisme et ses développements. Les deux hommes se rencontrent dès mai 1905, alors que Matisse découvre Collioure, y loue à l'année un atelier et fait venir femme et enfants. Derain, puis les anciens de l'École des beaux-arts, Camoin, Manguin, Marquet, suivent et se lient aussi avec ce peintre dont le sculpteur Maillot a pu dire que ses couleurs sont " comme des notes de Mozart ".Terrus se révèle à la fois comme un maître de la couleur expressive et le confident privilégié des crises morales de Matisse, si secret, en ces années décisives. " Vous ne pouviez me faire un plus grand plaisir qu'en m'annonçant ces deux bonnes nouvelles : votre crise de volonté finie et Marguerite en train de guérir de la gorge ", lui écrit Terrus en 1910.

 

- - -« TERRUS » : Exposition au Musée Terrus - Elne (66) - 9 juillet- 2 novembre 2011.  -  Commissaire d’exposition : Odette Traby

Étienne Terrus (1857-1922) - œuvres présentées : 70 aquarelles, huiles, dessins.

Vernissage le 9 juillet 2011 à 11h

Contact presse : Floriane Delaris Rossignol 

 "mailto:flodel66@hotmail.fr" flodel66@hotmail.fr 06-09-24-03-27

 

Dans les multiples compilations où Terrus apparaît, sont consignés les mêmes poncifs : un ours acariâtre qui n’a jamais voulu quitter « son » Elne et qui a peint de belles aquarelles des paysages catalans.

L’exposition 2011 du Musée Terrus se donne pour but de présenter les différentes facettes  de ce peintre hors du commun qui consacre sa vie  à ses recherches picturales et à ses amis (peintres, musiciens, poètes, écrivains)

Dès ses premières études, il « interprète les œuvres des peintres connus de cette fin du XIXe siècle en leur donnant une connotation personnelle qui présage  de ses futures œuvres. Il évoluera  du classicisme d’un Cabanel dont il fut l’élève, à l’amorce d’un expressionnisme (sensible dans ses dernières aquarelles), tout en conservant une « écriture » personnelle  incontestable. Il appréhendera  différentes influences (en particulier celle de Monet puis celle des Fauves) sans jamais tomber dans le plagia, poursuivant inlassablement  ses recherches sur la couleur  et la lumière. Trois couleurs l’ont suivi toute sa vie : violet, ocre et vert, tel un leitmotiv qui marque ses créations. La composition restera une constante dans son œuvre bien qu’elle ne soit jamais visible au premier abord.

Fidèle en amitié, il fut apprécié de tous ceux qui l’ont côtoyé. Tous parlent affectueusement de ses côtés « ours et anarchiste », mais lui témoignent  un profond respect. C’est Maillol qui veillera  fidèlement sur ses derniers jours.

 

Le musée Terrus, créé en l’honneur de son grand peintre catalan Étienne Terrus né et mort à Elne (1857-1922), lui rend cet été un hommage exceptionnel. La présentation de dessins, aquarelles, huiles, permettra  d’avoir une idée d’ensemble de l’œuvre de cet artiste. 

 

Le catalogue 2011 permet une actualisation des connaissances sur l’artiste et sur son art au travers des articles suivants :

Préface de Nicolas Garcia, Maire d’Elne

. « Itinéraire artistique d’Étienne TERRUS » par Floriane Delaris Rossignol, doctorante en histoire de l’art

. « TERRUS, homme de contrastes, anarchiste, bon vivant, et la poésie au bout du pinceau » par Odette Traby, directrice artistique du Musée

. « De l’élève copiste au peintre confirmé (1874-1905) » par Floriane Delaris Rossignol

. « Créer, c’est résister» par Jean-Pierre Barou, historien d’art

. « De technique et de couleur» par  Odette Traby

Il réunit 50 reproductions de peintures et aquarelles.

Partager cet article
Repost0
2 mai 2018 3 02 /05 /mai /2018 09:50
TERRUS : on attend des explications ! - Tourisme trompeur - Prisonniers catalans : l'écrivain Carme Forcadell - Lettre au maire de Perpignan sur la situation en Catalogne

 

«TERRUS» 2018

 

Comment les responsables culturels de la ville d'Elne, depuis 20 ans, on-ils pu être trompés en achetant, en acceptant des dons, en exposant de tels tableaux, si moches et si peu caractéristiques du style de Terrus..?

 

On est sidéré alors qu'on a de l'estime pour Odette Traby, Floriane Delaris, Jean-Pierre Barrou, Sylvaine Candille, Annie Pezin... sans compter les prêts du musée de Céret, etc...

 

Ils devront s'expliquer. Nous expliquer... Pourquoi des achats à des antiquaires véreux ? Pourquoi ces dépenses, ces aveuglements..? Copinage, corruption, inculture..? Tout est possible ! Une enquête locale qui devra s'étendre à tout le département, et plus...

 

à suivre... Après les achats inconsidérés de l'ancien maire de Saint-Cyprien, de la vente du Centre d'art contemporain de Perpignan, de la destruction du musée d'art moderne de Saint-Cyprien par l'actuel maire (pour faire un parking !), le 66 est gangréné par l'argent mal placé et l'incompétence artistique !

 

JPBonnel

 

TERRUS 2011 : Exposition au Musée Terrus

-Elne9 juillet-2 novembre2011 - Commissaire d’exposition : Odette Traby

Étienne Terrus (1857-1922)

œuvres présentées: 70 aquarelles, huiles, dessins. - Vernissage le 9 juillet 2011 à 11h

Contact presse : Floriane Delaris Rossignol 

 

Dans  les  multiples  compilations    Terrus  apparaît,  sont  consignés  les  mêmes poncifs : un ours acariâtre qui n’a jamaisvoulu  quitter  «son»  Elne  et  qui  a  peint  de  belles 

aquarelles des paysages catalans.

L’exposition 2011 du  Musée  Terrus  se  donne  pour  but  de  présenter  les  différentes 

facettes  de ce peintre hors du commun qui consacre sa vie  à ses recherches picturales et à ses amis (peintres, musiciens, poètes, écrivains)

Dès ses premières études, il «interprète les œuvres des peintres connus de cette fin 

du  XIXe siècle  en  leur  donnant  une  connotation  personnelle  qui  présage    de  ses  futures œuvres.  Il  évoluera    du  classicisme  d’un  Cabanel  dont  il  fut  l’élève, à  l’amorce  d’un expressionnisme   (sensible   dans   ses   dernières   aquarelles),   tout   en   conservant   une «écriture»   personnelle      incontestable.

Il   appréhendera      différentes   influences   (en particulier    celle    de    Monet    puis    celle    des    Fauves)    sans    jamais    tomber    dans    le plagiat, poursuivant  inlassablement    ses  recherches  sur  la  couleur    et  la  lumière.  Trois couleurs l’ont suivi toute sa vie:  violet,  ocre  et  vert,  tel  un  leitmotiv  qui  marque  ses créations. La composition restera une constante dans son œuvre bien qu’elle ne soit jamais visible au premier abord.

Fidèle  en  amitié,  il  fut  apprécié  de  tous  ceux  qui  l’ont  côtoyé.  Tous  parlent affectueusement  de  ses  côtés  «ours  et  anarchiste»,  mais  lui  témoignent    un  profond respect. C’est Maillol qui veillera  fidèlement sur ses derniers jours.

Le musée Terrus, créé en l’honneur de son grand peintre catalan Étienne Terrus né et mort  à  Elne  (1857-1922) ,lui  rend  cet  été  un  hommage  exceptionnel.  La  présentation  de dessins,

aquarelles, huiles, permettra d’avoir une idée d’ensemble de l’œuvrede cet artiste

.Le catalogue 2011permet une actualisation des connaissances

sur l’artiste et sur son art au travers des articles suivants :

Préface de Nicolas Garcia, Maire d’Elne

«Itinéraire artistique d’Étienne TERRUS

» par 

Floriane Delaris Rossignol, doctorante en 

histoire de l’art

.«TERRUS, homme de contrastes, anarchiste, bon vivant, et la poésie au bout du pinceau

» par Odette Traby, directrice artistique du Musée

 

«De l’élève copiste au peintre confirmé (1874

-1905) par Floriane Delaris Rossignol

. «Créer, c’est résister» par Jean-Pierre Barou

, historien d’art -«De technique et de couleur»  par  Odette Traby Il réunit 50 reproductions de peintures et aquarelles.

Adjointe à la Culture : Annie PEZIN 

Directrice artistique : Odette TRABY

Direction culturelle et administrative: Sylvaine CANDILLE

- - -

 

Libération - Mis à jour le 28/04/2018 06:00

 

Elne: 82 tableaux de Terrus expertisés comme faux

ENQUÊTE. Les peintures suspectes ont dû être retirées des collections municipales qui ont été dévoilées au public ce vendredi.

L’affaire, révélée vendredi soir par le maire d’Elne, Yves Barniol, lors de la réouverture officielle du musée Terrus, risque de faire tâche d’huile sur le marché de l’art départemental. Sur 140 œuvres du peintre appartenant à cette collection municipale, 82 ne peuvent être offertes au regard du public car elles ont été expertisées comme étant des «faux».

La nouvelle a sidéré la municipalité en août dernier lorsqu’elle a décidé d’intégrer à la scénographie du musée, 47 œuvres issues de donations des associations des amis d’Illibéris et des amis de Terrus (qui avaient lancé une souscription commune en septembre 95 pour en faire l’acquisition), et 13 autres venant du legs de la collection privée d’Odette Traby (lire en page suivante). Le tout s’ajoutant aux 40 pièces achetées par la commune entre 2001 et 2013.

«Cet artiste n’a pas pu peindre ça»

Pour lancer cette initiative, en vue d’une exposition au mois d’octobre, il est fait appel à Éric Forcada, en tant que commissaire d’expositions et historien de l’art, qui reçoit les clichés des toiles par mail. Il les consulte et, dès le lendemain, demande à rencontrer l’adjointe à la culture de toute urgence. Il veut lui faire part de ses soupçons sur l’authenticité d’une grande majorité des toiles. «Ce n’est pas possible, au niveau stylistique, cet artiste n’a pas pu peindre ça», alerte-t-il. Un choc. La ville sollicite aussitôt une contre-expertise, réalisée par une commission de personnalités qualifiées (historiens de l’art, restauratrice de tableaux, artiste...) qui émettent un avis unanime. 60% des collections, d’un montant estimé à 160.000 euros, apparaissent comme des contrefaçons. Des toiles jamais peintes par Étienne Terrus, mais récupérées aux puces ou entièrement créées en s’inspirant de l’œuvre du peintre, de catalogues d’exposition ou de cartes postales d’époque sur lesquelles est ajoutée sa signature. Au premier regard, les spécialistes ont détecté d’énormes anomalies stylistiques, des impossibilités quant aux supports utilisés, des anachronismes grossiers... Trois pièces seulement laissent encore place au doute et doivent faire l’objet d’un examen poussé, avec rayons ultraviolets.

 

Enquête en cours

En octobre, la commune d’Elne décide ainsi d’annuler l’exposition, de fermer le musée et d’en profiter pour faire des travaux de rénovation. Puis, après délibération municipale du 30 mars, elle dépose plainte contre X pour «faux, usage de faux, escroquerie, contrefaçon, abus de confiance, recel, complicité...»  via son avocat Me Mathieu Pons-Serradeil. Au premier rang des victimes aussi, les associations concernées ont également engagé une procédure judiciaire, tandis que leurs responsables ont été entendus afin de fournir des éléments sur les conditions d’achat des œuvres. Elles auraient été, pour certaines, payées par chèques. Mais, pour la plupart, il apparaîtrait pour l’heure très difficile de remonter l’origine en l’absence d’éléments de traçabilité, de certificats, d’actes d’achats, de délibérations... Une enquête est donc en cours diligentée par les gendarmes de la brigade de recherches de Perpignan. En outre, des perquisitions auraient récemment été effectuées chez un revendeur perpignanais, sans que l’on sache si des découvertes importantes ont pu y être faites. Les 82 pièces concernées (ne pouvant être conservées ou présentées sous peine de poursuites pour recel), ont été placées sous séquestre. Dans l’attente de la poursuite des investigations destinées à démasquer le (ou les) marchand(s) d’art et surtout le (ou les) faussaire(s). Lequel paraît très bien connaître le pays catalan, et pourrait même y avoir planté son chevalet...
 
 

 *L'Indépendant - Mis à jour le 28/04/2018 17:33

 

Faux tableaux de Terrus à Elne: le maire Yves Barniolse dit "catastrophé"

Le maire d’Elne, Yves Barniol, a tenu à jouer la transparence vendredi soir avec ses administrés à l’occasion de la réouverture de son musée Terrus.

«Catastrophé, se dit-il aujourd’hui. Nous avions pour ambition de valoriser le musée et de faire une exposition dédiée à Étienne Terrus pour présenter au public les collections. Nous avons sollicité Éric Forcada qui nous a alertés. Puis la commission d’experts nous a avertis que la grande majorité des tableaux étaient faux. Ça a été la stupéfaction totale, une catastrophe pour la municipalité. Car, Étienne Terrus est le grand peintre d’Elne, il fait partie de la commune, c’est LE peintre de chez nous. C’est inqualifiable. De savoir que des gens sont venus dans ce musée et ont vu plus de la majorité de faux, je le vis très mal. J’espère que l’enquête ira au bout. Nous, nous ne lâcherons pas. On va rechercher tous les éléments, les délibérations, les certificats... qui nous permettront de remonter jusqu’aux faussaires. Nous n’en avons acheté qu’une en 2014, une vraie celle-là avec certificat d’authenticité. En fait, sous les anciennes municipalités, des gens prétendaient avoir des compétences qu’ils n’avaient pas. Là, j’attends un retour de la gendarmerie». Une personne a été recrutée voilà 6 mois afin de lancer un inventaire des œuvres de Terrus. Certains tableaux ont déjà été découverts dans les stocks municipaux dont les élus ignoraient l’existence.

«Les associations sont totalement désemparées, ajoute le maire. Elles ont la crainte que les souscripteurs qui ont participé à ces achats viennent leur demander des comptes alors qu’elles n’y sont pour rien». Pas question pour autant de baisser les bras pour la municipalité d’Elne qui veut rester optimiste et mise sur son musée Terrus, obligatoirement repensé. «On a investi plus de 300.000 euros dans ce musée pour rénover et attirer les gens sur la ville haute. Et nous continuerons à valoriser et à protéger les artistes de l’art roussillonnais».

(C) Laure Moyset

Le tourisme trompeur

 

1. Geoplus : 


Vos réponses resteront anonymes et nous serviront à élaborer le profil général des préférences touristiques, qui sera utilisé par l'organisateur et le sponsor de l'étude. Par ailleurs, vous pouvez découvrir à quoi ressemble le touriste moderne et voir dans quelle mesure vous vous inscrivez dans la mouvance. Inscrivez-vous dès maintenant pour recevoir le rapport d'enquête gratuit:Nous vous remercions pour votre participation

J'accepte le règlement

Votre voucher est prêt à être retiré

  • N° de voucher :86382-5517-5
  • Date de validité :2018-11-02 (6 mois)
  • Nombre de nuits :3
  • Nombre de personnes :2
  • Voucher réservé pour :15 min.

 

Lisez avant de retirer le voucher :

  • Le voucher donne droit à 2 personnes à utiliser 3 nuits d’hôtel gratuites dans l’un des 500 hôtels parmi 15 pays d'Europe appartenant à l'association Eurorest, le sponsor des enquêtes.
  •  
  • Le voucher est valable 6 mois à compter de la date d’émission. Une fois ce délai écoulé, il ne sera plus accepté.
  •  
  • Pour utiliser votre voucher, il vous suffit de choisir dans l’hôtel qui vous plaît dans le catalogue des hôtels, de prendre connaissance des conditions d’utilisation et de l’obligation qui vous incombe de prendre vos repas dans l’établissement, d’effectuer la réservation puis de vous rendre à l’hôtel par vos propres moyens. Le jour de votre arrivée, présentez le voucher à la réception pour être exempté des frais d’hébergement.
  •  
  • Vous pouvez recevoir le voucher par voie postale ou électronique. Vous décidez. Vous trouverez plus d’informations concernant l’utilisation du voucher dans le règlement.

 

Nous avons élargi votre voucher de 5 nuits!

Félicitations ! Votre identifiant indique que vous faites partie du groupe de personnes dont nous avons élargi gratuitement le voucher : vous passez ainsi de 3 à 5 nuits d’hôtel.

   

Vous pouvez actuellement bénéficier de 5 nuits pour 2 personnes dans chaque hôtel.

Cette faveur est GRATUITE, il s’agit d’une offre spéciale de la part du sponsor destinée aux personnes sélectionnées.

(il faut d'abord envoyer un virement de 31 euros...puis on verra !)

 

2. Tourisme et politique :

El   turisme, el    neofranquisme    i     la     justícia

La sentència de l’Audiència Provincial  de Navarra - “masclista, desproporcionada  i tercermundista”- sobre el cas “la manada”  a més de  les incongruents  i parafeixistes declaracions contra els alemanys  de Mallorca -i de tota la costa Mediterrània- per part d’un ràdio/predicador ultranacionalista castellano/espanyol d’extrema  dreta propietari d’una emissora de ràdio  de  Madrid poden/podríen tenir  una influència “molt negativa” en el turisme a Catalunya, els Països Catalans i l 'Estat Espanyol en el seu conjunt.

 

D’una vegada per totes cal dir amb “veu alta” que és  l'extrema dreta ultranacionalista castellano/espanyola -mediàtica  política i tetosterònica-   és  la  gran responsable de la fugida del turisme i les inversions europees de qualitat a Catalunya (potser també en el conjunt de l’Estat espanyol). Ja seria  hora que els hotelers  i el sector turístic català, en el seu conjunt,  siguin seriosos  i facin justícia, en el sentit que la marca turística Catalunya, con a marca de qualitat d’arreu del país  i coneguda  a tota  Europa deixin de dir atzagaiades sobre Catalunya i el dret a la nostra llibertat nacional  i  sobirania plena dintre de la interdependènncia europea.  

 

No hi ha dubte  que  entre els  ridículs espectaculars  d’una  justícia  espanyola molt poc independent  i els exabruptes neofeixistes dels  partits i associacions  unionistes  i assimilacionistes  de  Catalunya – ara també  amb “la cirereta amarga de Manolo Valls” - i  l’autoritarisme neofranquista  d‘un govern espanyol comandat  per un  partit polític, el PP espanol, més corrupte d’Europa, Catalunya pot  perdre  molt de  potencial econòmic i esdevenir, definitivament, una colonia tercermundista de l’imperial  Regne  d’Espanya.  Això no  es pot permetre  ni  tolera  de cap  de les  maneres.

 

http://in.directe.cat/josep-loste/blog/18628/el-turisme-el-neofranquisme-i-la-justicia

 

 

 

- - -

Sur les prisonniers catalans:

FRANCESC BITLLOCH

Carme Forcadell, premi Joan Blanca, és a la presó 30 abril 2018

Francesc Bitlloch escriu una carta al Batlle de Perpinyà, amb còpia a Carme Forcadell a la presó de Madrid

CARME FORCADELL va rebre fa dos anys el premi Joan Blanca.

AVUI ÉS A LA PRESÓ

Senyor Batlle de la Fidelíssima Vila de Perpinyà:

Un any més, per Sant Jordi, la Vila de Perpinyà ha atribuït el Premi Joan Blanca.

Joan Blanca va patir presó i mort perquè era català.

He de suposar que teniu, Senyor Batlle, la llista de persones que han rebut aquest premi. Tots són lluitadors per la llengua i pel país. No sé si recordeu que ara fa dos anys, vareu atribuir aquest premi a Carme Forcadell, Presidenta del Parlament de Catalunya. No sé si sabeu, Senyor Batlle de la Fidelíssima, que Carme Forcadell està tancada en una presó de Madrid. No sé si us han explicat que aquesta Senyora no ha estat condemnada ni jutjada, i que està en presó preventiva... aquella presó que només s'imposa quan el presumpte criminal és perillós per la societat.

En les declaracions que heu fet recentment afirmàveu que seu solidari amb els polítics empresonats ("collègues" dèieu) però que anomenar-los "presoners polítics" és una "radicalització". Francament, no us entenc. Perquè si no són presoners polítics, són uns radicals que mereixen la presó i no entenc com podeu ser solidari amb aquests criminals. Però el pitjor de tot és que després d'això declareu que l'única solució és un Referèndum! Un Referèndum és precisament lo que han organitzat aquests col·legues vostres. I és precisament per això que són a la presó! I precisament això que no vol Espanya (tot i que, segons centenars de juristes cabria perfectament en la constitució!)

Aquesta Senyora, a qui vàreu donar el premi Joan Blanca en gran pompa fa dos anys, està podrint en una presó infame al costat dels presos comuns perquè era Presidenta d'un Parlament elegit democràticament, que va tenir la gosadia de respectar el mandat popular i organitzar un referèndum! I en una altra presó de Madrid, hi ha per exemple els Presidents de l'ANC i ÒMNIUM, les Associacions més pacifiques i plurals del teixit civil català. Aquelles que han organitzat les manifestacions més multitudinàries i pacífiques d'Europa sense que es trenqui un vidre, ni un neumàtic ni un contenidor d'escombraries.

Heu vist alguna cosa semblant a França? No us interroga això?

I aquests perillosos activistes també estan podrint en presó preventiva... en espera de que les clavegueres del règim trobin alguna justificació per fer-los un judici que actualment no poden fer.

Us expliqui això, Senyor Batlle de la Fidelíssima Vila de Perpinyà, perquè tinc la impressió que no esteu al corrent o que esteu mal informat. Lo que us expliqui és tan gros que no puc creure que sabent-ho, no us manifesteu com a simple demòcrata en contra d'aquests procediments. Però des d'aquí ja senti la vostra objecció: "El referèndum no era acordat, no era legal". M'ho esperava perquè vaig llegir en les vostres declaracions que "l'Espagne est un état de droit et la constitution a été votée par beaucoup de monde" i que "la justice fait son travail".

El Senyor Batlle no deu llegir La Semaine du Roussillon que és un dels pocs diaris que han fet un treball seriós sobre l'extrema corrupció del règim polític espanyol, sobre la seva filiació directa amb el franquisme, sobre l'absència total de divisió de poders, sobre la politització de la justícia, de la policia i dels mitjans de comunicació.

Ens van "vendre" una "transició democràtica" que no era res més que cosmètica per tal que no canviés res.

La Constitució de la que parleu va ser negociada pels militars amb la pistola a la butxaca i l'amenaça d'un cop d'estat (i un cop d'estat: Tejero!). La monarquia no ha estat mai votada (hagués perdut!) sinó imposada per Franco que en va fer la garantia de que el seu règim autoritari i corromput continuaria després d'ell (atado y bien atado!) I l'amnistia va servir sobretot per impedir tota posada en causa dels jutges i policies i poíitics i empresaris compromesos amb el franquisme. Es tractava de permetre a aquesta judicatura, a aquesta policia, a aquesta classe política i a aquesta corrupció de continuar al mateix lloc (contràriament a lo que va passar a Alemanya o a Itàlia...). Tot això, avui, ja és de domini públic, Senyor Batlle: Ho sap tothom! I també se sap que el Parlament Català i el Govern van demanar el referèndum a Madrid divuit vegades de divuit maneres diferents i la resposta sempre ha estat l'absència de resposta política. Només respostes repressives.

Senyor Batlle, Catalunya va votar la Constitució amb la por al ventre i una esperança de canvi! Ho va fer tot en les regles de la "nova democràcia". Fins i tot, quan va voler modificar el seu estatut, el va negociar al Parlament amb una àmplia majoria, el va negociar al Congrés de Madrid, el va votar en referèndum per una àmplia majoria. I aquest estatut se'n va anar a les escombreries (poubelle!). Heu parlat d'estat de dret? L'estat de dret consisteix a canviar membres del Consell Constitucional, posar-hi membres del PP i del règim i fer-lo votar contra el nou estatut i tururut violes! Cop d'estat a l'estat de dret.

Ens heu dit, també, que la justícia fa la seua feina. Prefereixi pensar que esteu mal informat i per això us ho expliqui: El treball de la justicia consisteix a continuar la repressió violent i indiscriminada de la policia el dia del Referèndum: Heu de saber que la mateixa Vicepresidenta del govern espanyol ha declarat repetidament que és el govern i el partit popular qui ha decapitat i empresonat l'independentisme. Dir que la justícia fa el seu treball... és riure's de Montesquieu! Ja heu vist que l'estat de dret espanyol del que ens parleu, és incompatible amb l'estat de dret belga, amb el danès, amb el noruec, amb l'escocès...i ara amb l'alemany que deixa Puigdemont en llibertat, diu que no hi ha rebel·lió ni sedició en absència de violència, i aviat dirà que no hi ha ni malversació perquè no troben cap manera de demostrar-la.

Senyor Batlle de la Fidelíssima Vila de Perpinyà (és amb tota la intenció que insisteixi en aquest títol de la nostra vila, ja sabeu el perquè!) : Que estigueu a favor o en contra de la Independència de Catalunya no és el tema d'aquesta carta i és el vostre dret més estricte d'expressar-ho. Estem parlant aquí de drets fonamentals i de democràcia trepitjada sense vergonya. Sapigueu que la població de Catalunya Nord és molt sensible a aquesta qüestió i que segueix els esdeveniments amb inquietud. Seguim amb esperança els posicionaments de molts dels vostre col·legues, cada dia més. Sapigueu que les vostres declaracions han ferit molta gent. Si teniu ben present la història de la Vila que administreu, comprendreu el per què.

Us transmeti l'adreça de la Presidenta Forcadell, per si voleu enviar-li el vostre sosteniment, recordeu que té la medalla de la Fidelíssima Vila amb el nom de "Joan Blanca" . Recordeu Joan Blanca. Recordeu Carme Forcadell. Recordeu els lluitadors per la llibertat.

Carme Forcadell, Centro Penitenciario Madrid I, Mujeres, Mód B2

Carretera de Alcala-Meco Km 4, 5 / 28 805 Alcala de Henares (Madrid)

Francesc Bitlloch (Secretari de la Territorial ANC Cat Nord)

 

réponse du maire de Perpignan :

23 Avril 2018, 14:02pm |

Publié par Jean-Marc Pujol

(...)

J’ai toujours manifesté ma solidarité avec mes collègues catalans mis en cause, que ce soit Artur Mas ou M. Puigdemont et je resterai à leurs côtés.

Mais, je ne partage pas la radicalisation qui veut en faire des exilés politiques et des prisonniers. L’Espagne est un état de droit et sa constitution a été approuvée avec une grande majorité, dont celle des catalans.

A ce titre, les juges font leur travail qui peut être critiqué ou contesté mais doit être respecté.

M. Lafontaine ayant une formation lacunaire en matière de droit, mélange allégrement les notions et en vient à considérer les tribunaux espagnols comme « tribunaux politiques », c’est d’ailleurs la même argumentation que soulevaient les franquistes pour remettre en cause les tribunaux Républicains en 1936 et 1937.

Comme je l’ai toujours défendu, le règlement de la crise catalane doit passer par un véritable référendum où tout le monde pourra se prononcer, c’est cela le respect des libertés fondamentales.

Jean-Marc Pujol

Partager cet article
Repost0
27 avril 2018 5 27 /04 /avril /2018 08:21
Eliane Comelade a Collioure 22 avril 2018 -livre polémique de J.P.Bonnel
Eliane Comelade a Collioure 22 avril 2018 -livre polémique de J.P.Bonnel

Eliane Comelade a Collioure 22 avril 2018 -livre polémique de J.P.Bonnel

*insolente Eliane Home made : le maire de Perpignan vient saluer l ecrivaine au stand de la sant jordi place Arago.  Je suis content de vous rencontrer, lance JMPujol à Eliane. "LE PLAISIR N'EST PAS partagé. " lui rétorque- t-elle... et son fils le musicien qui doit bientôt passer au théâtre de l'archipel...

** Ce dimanche, à 9h20 je présente mon livre sur Perpi en SURSIS au micro d'Esteve Vaills à France Bleu Roussillon.

 

***liste Perpipolis pour un maire de proximité : PERPIGNAN en avant 2020 !

Perpinya en davant 2020 ( ou 2021). 

Partager cet article
Repost0
17 avril 2018 2 17 /04 /avril /2018 08:26
La fin des JOURNALISTES-CARPETTES ? - MACRON cire la bite à l'EMIR ! - ONFRAY, intello médiatique, imposteur intellectuel -

La fin des journalistes-carpettes..?

 

Après les échanges rugueux entre le Président et deux journalistes impertinents, certains spectateurs et des politiciens de droite ont crié au lèse-majesté, à l'impolitesse de Plenel et Bourdin. C'est vrai, on était habitué aux courtisans, posant les bonnes questions, n'osant pas interrompre Sa Majesté…

MACRON (oui c'est ainsi qu'un journal aussi installé que le quotidien Le Monde apostrophe les présidents depuis des décennies, sans que l'on s'offusque de cette absence de titre "M.Le P." ou de prénom "Emmanuel" : Le Monde de ce mardi 17 avril 2018, page 8 : ""Macron défend pied à pied son premier bilan" (dans le sous-titre : "le chef de l'Etat", puis dans une citation: "Emmanuel Macron"…Les prédicats sont nombreux, mais les titres sont "insolents" : MACRON, le nom seul, domine !)

 

Habitués à la complaisance des anciens "journalistes", présents comme des faire-valoir, les partisans de la Rép en marche exultent après cet exercice inédit : Castaner célèbre le président qui sait "castagner" ..!  (Castaner, comme Nougaro, aime la castagne !). Rendant hommage à cette absence de connivence, même Mélenchon fut enthousiaste : "On n'écoute plus les réponses, on attend les questions!"

 

Il est vrai qu'on n'est pas habitué à la liberté de la presse: il faut ouvrir Le Canard enchaîné, Charlie-Hebdo, journaux indépendants car vivant grâce à leurs lecteurs et non grâce à la publicité…

Cependant, du côté de Libération, ou du Monde, de plus en plus "lanceur d'alertes" et critiquant par exemple, un film à côté de la publicité qui le célèbre…ou "descendant" un livre de BHL alors que B.H.Lévy fait partie du conseil de surveillance du journal...

 

Cependant, on se demande si ces nouveaux journalistes, au ton provocateur, ne sont pas là pour renouveler le post-modernisme décadent, cette post-société du spectacle qui s'essouffle et a besoin de se ressourcer..? N'y avait-il pas connivence préméditée avant l'émission entre Macron et les deux impertinents, choisis par un président courageux, encore plus séducteur dans l'adversité..?

 

C'est ainsi que, si les intellos sont de moins en moins à l'avant-garde de la pensée impertinente, à l'exception de M. Onfray (*), les humoristes prennent le relais, se montrant offensifs sur la radio publique, d'où ils sont parfois chassés, ou jugés, au contraire, trop conformistes (de gauche) par Elisabeth Lévy, par exemple, regroupant ses chroniques de "Causeur", avec son complice Finkielkraut, dans son dernier livre sur les intellectuels "Rien-pensants"…

 

Au niveau local, on comprend que le quotidien d'un département ou d'une région n'ait pas la liberté d'impertinence : il ne peut critiquer un maire, un président de région qui lui paie des publicités, un noble important d'abonnements… Le journaliste local, surveillé par un patron de presse tout-puissant et une hiérarchie à ses ordres, ne peut dire ce qu'il pense, ou à la marge, en suggérant, en montrant un peu d'ironie….

 

On est étonné quand le quotidien s'attaque à un élu : L'Indépendant, ces jours-ci, a stigmatisé en premier page, et avec un article le lendemain, le maire d'Argelès (Antoine Parra) et son épouse (Maryse Parra-Costa) pour une affaire de gîte, de piscine, sur un terrain inconstructible, montrant par là le copinage, la complicité avec Pierre Aylagas, ancien député et maire d'Argelès, et actuellement président de la Communauté de communes… 

 

Comment un patron radical de gauche (M. J.Michel Baylet) peut-il attaquer un élu socialiste..? En utilisant son journal, en publiant en couverture cette info comme un fait divers, mais en réalité comme un événement politique..? Il est vrai que le MRG est allé vers Macron, mais tout de même… Que cache cette histoire, une vengeance..? à suivre, chers lecteurs impertinents et agressifs !!

- - -

 

(*) son côté plaisamment iconoclaste et ses coups de sang moralisants, ce maître du contre-pied intempestif a fini par s'imposer comme la figure obligée notre vitrine…du monde médiatique…" Gilles MAYNé : En finir avec M.Onfray (Champ Vallon, 2018, l'auteur de ce pamphlet citant largement notre ami Michaël PARAIRE, dès la page 28 : "M.Onfray, une imposture intellectuelle".

 

JPBonnel

Bourdin, Ruquier, Barthès désignés "journalistes politiques les plus impertinents"

 

Le journaliste Jean-Jacques Bourdin, le 2 septembre 2015 à Paris. afp.com/THOMAS SAMSON

Pour 30% des Français, Jean-Jacques Bourdin est le journaliste politique le plus impertinent, talonné par Laurent Ruquier et Yann Barthès. David Pujadas est lui, d'après ce sondage, le journaliste jugé le plus "crédible".

Au yeux de 30% des Français, Jean-Jacques Bourdin est le journaliste politique du PAF champion de l'impertinence, selon un sondage Ipos pour Télé Câble Sat. L'animateur de RMC et BFMTV devance ainsi Laurent Ruquier et Yann Barthès, qui arrivent ex aequo (27%). Avec une petite nuance: Barthès arrive en tête chez les moins de 35 ans.  

En quatrième position, Léa Salamé (21%) est la première journaliste femme de ce palmarès, loin devant Laurence Ferrari (10%), Ruth Elkrief (6%) et Caroline Roux (4%). Mais si l'on ne comptabilise que les avis des Français les plus férus d'émissions politiques, Léa Salamé s'offre un plébiscite, avec 47% des suffrages. 

 

David Pujadas, le plus "crédible"

David Pujadas, véritable chouchou des femmes et des seniors, décroche quant à lui la palme du journaliste politique jugé le plus "crédible", avec 37% des avis. A sa suite, Jean-Jacques Bourdin décroche 31% des votes, quand, loin derrière, Gilles Bouleau plafonne à 20%.  

Ce sont ensuite deux femmes qui complètent ce Top 5: Laurence Ferrari (19%) et Ruth Elkrief (17%). A noter que chez les plus gros consommateurs d'émissions politiques, c'est Caroline Roux (25%) qui devient la première femme du classement, raflant la troisième place du palmarès général. 

Les émissions humoristiques ne décrédibilisent pas la politique

 

Selon cette étude, 31% des personnes interrogées avouent ne pas regarder les émissions politiques. Dans ce dernier panel, on retrouve surtout les moins de 35 ans, les femmes et les plus faibles revenus. En revanche, un quart des Français (25%) se dit "passionné" par ce type d'émissions: sont globalement concernés les plus de 60 ans, les plus hauts revenus et les diplômés.  

Dernier enseignement de ce sondage: les deux tiers des Français (68%) trouvent qu'un ton humoristique, comme celui adopté parQuotidien de Yann Barthès, ne décrédibilise pas la politique. Cependant, plus d'un Français sur deux (56%) estime que les personnalités politiques ne devraient pas participer aux émissions de divertissement. 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens