Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 janvier 2022 1 31 /01 /janvier /2022 11:31
Déclin français ? Houellebecq, Giesbert, P.Bruckner et Z...

Etat d'esprit des Français (janvier 2022)

Déclin français ? Houellebecq, Giesbert, P.Bruckner et Z...Zorro/Zozo...

 

L'idée de déclin de la France (et de la civilisation chrétienne) est une obsession de l'extrême-droite :"La race ne berce plus les siens d'aucun rêve." (R. Camus, repris par Z...comme Zorro ou Zozo !). 

 

Le nationalisme, qui vient de la droite radicale ou fasciste : Drumont, Maurras, voire Renan..., considère que la France, en 2022, n'est plus que la 7° puissance mondiale et, avec le big remplacement, ce sera l'apocalypse...

Même des philosophes "de gauche" le pensent (voir Attali, ci-dessous...ou Onfray, Finkielkraut, les passerelles entre G et D se faisant plus nombreuses...

 

En lisant le dernier livre de Franz-Olivier Giesbert, je ne m'attendais pas à cette tentation de se lamenter sur la décadence de la France : l'auteur, qui publie là un beau livre sur De Gaule, habite à Marseille et s'aperçoit qu'on ne parle que l'arabe près du vieux port...Ainsi, page 15 :

"j'habite Marseille, capitale du cosmopolitisme, ville-monde où je suis heureux et me sens chez moi...j'ai le coeur serré parce que, pendant le trajet, je n'ai entendu personne ou presque parler français..." 

 

C'est une constatation, non du racisme et Laure Adler n'a pas à s'indigner face à l'auteur dans une soirée récente de "C ce soir"...

Cependant, encore au début de ce premier tome de "L'Histoire intime de la V° République", FOG écrit:

 

"La décadence française est en marche et l'on ne voit pas ce qui pourrait l'arrêter...Nos gouvernants, ce sont les rois du déni...Sous Macron comme sous presque tous ses prédécesseurs, le sujet est devenu tabou alors qe le processus est avancé." (p.14)

 

Le journaliste du Figaro rejoint, de façon moins violente, Eric Zozo, alors que l'écrivain dont on parle en ce moment, avec 3 pages dans le Monde des Livres, quelle honte, M.Houellebecq,  -classé bien à droite et dont j'ai pu montrer le racisme dans ce blog (bien sûr il répond que le raciste ce n'est pas lui, l'auteur, mais le narrateur ) -ne s'adonne pas à l'air de la nostalgie et du passéisme...

 

Son livre anéantir est d'un ennui insondable, sans style (on le savait déjà) et proche de la littérature people à endurer pendant 700 pages...mais j'ai arrêté à la 150° feuille de chou, marre de bâiller et de suivre les aventures du ministre Paul dont la femme est une "chaudasse" et de Bruno Juge, ce B. Le Maire qui règne sur Bercy, a une vie rangée, mais hésite face aux putes de luxe rencontrées lors de ses missions diplomatiques...Va-t-il succomber..?

On s'en moque, mais ce que l'on lit ce sont les atouts de la France (pages 17, 43, 45, 46...) :

 

"On parle souvent de l'excellence française dans le domaine de l'aérien et de l'espace, on pense plus rarement aux effets spéciaux numériques???"

 

Houellebecq étonnant, macroniste..? On verra...pour l'instant, je me régale à lire le dernier essai de Pascal Bruckner : voici un auteur qui sait écrire et a des idées, une critique bien plus virulente et imagée de la société française, sans crier au déclin ! Lisez Dans l'amitié d'une montagne (grasset, 2022) à suivre

 

J.P.Bonnel

 

 

 

j4E4TeR7_x96.jpg

Jacques Attali

 

@jattali

 

L’affaire des sous-marins australiens, et les humiliations qui ont suivi, nous rappellent que la France est en train de devenir la province oubliée d’un empire en déclin. C’est une situation géopolitiquement mortelle. Il est urgent de réagir. #AUKUS

 

jdlRmmGn.jpg

attali.com

Une province oubliée d’un empire en déclin - Jacques Attali

Ecouter cet article :    De quoi ces sous-marins, commandés puis décommandés par l’Australie à la France,  sont-ils le nom ? De bien plus qu’un contrat perdu à l’autre bout du monde, ou qu’une...

9:16 AM · 23 sept. 2021

 

 

121

 

 

Le déclin de la France en 7 points

 

Jacques Attali résume le déclin de la France et plus largement de l'Europe en ces 7 points

 

1. Les États-Unis n’ont plus les moyens de protéger l’ensemble de leurs alliés, comme ils le faisaient jusqu’à présent ; alors ils font le choix de se recentrer et de se préoccuper surtout de se protéger de la Chine, dans le Pacifique, en négligeant l’Europe et le Moyen-Orient, puis s’en retirant par à-coup.

 

2. Pour y parvenir, les États-Unis cherchent à construire au plus vite, quels que soient les dégâts collatéraux, une alliance militaire avec quelques pays de la région Pacifique. En oubliant au passage quelques-uns d’entre eux, dont l’Inde, l’Indonésie et les Philippines.

 

3. La France n’a pas réussi à faire entendre aux États-Unis qu’elle était, elle aussi, une nation du Pacifique, par sa population, par son armée et par sa zone maritime. Plus généralement, elle n’a jamais réussi à faire entendre, ni même à croire elle-même, qu’elle est une puissance maritime. Plus généralement encore, elle ne réussit plus à faire croire à personne, aux États-Unis, qu’elle est une puissance dont le soutien serait nécessaire et dont l’hostilité serait inacceptable.

 

4. Bien qu’en déclin, la superpuissance américaine dicte sa loi à tous ses vassaux quand et où elle l’entend, sans limite. Comme elle a imposé aux Anglais les conditions de leur propre départ d’Afghanistan, elle a imposé aux Australiens le système de propulsion de leurs sous-marins (nucléaire et non classique), et piétiné les Français qui se sont trouvés spoliés, sans préavis, de la mise en œuvre d’un contrat majeur, signé il y a plus de cinq ans.

LIRE AUSSI

cdn4.premiumread.com.jpg

France. Les dessous du dernier «jeu» anti-marocain

Constatant que «l’affaire Pegasus» n’a été en fin de compte qu’un coup d’épée dans l’eau, des ennemis du Maroc dans les arcanes du pouvoir en France tentent ces jours-ci de changer de stratégie. Ils viennent d’actionner un couple de «...

 

 

5. Maitresse du fond, par son système de droit, la superpuissance américaine l’est aussi de la forme et ne s’embarrasse pas d’excuse ni de contrepartie, quand elle cause ainsi un dommage majeur à l’un de ses alliés, qui n’a aucun moyen d’être informé à l’avance de ces décisions, d’en discuter, d’obtenir des amendements ou des contreparties ni industrielles, ni financières, ni militaires, ni politiques.

 

6. La superpuissance américaine impose ainsi partout sa conception du droit, y compris dans les procédures de règlements des conflits : si la France avait demandé un arbitrage, celui-ci aurait été mis en place en suivant des procédures américaines, et jugé selon la jurisprudence du droit américain. Plus que jamais, l’hyperempire américain, bien qu’en déclin relatif, gouverne donc non seulement par sa puissance économique et politique et par sa domination culturelle, son « soft power », mais aussi par le pouvoir de son droit, (son ‘legal power’) qui s’impose maintenant dans une très large partie du monde, y compris en Europe.

 

7. De plus, la conception américaine du droit ne s’impose pas seulement dans les affaires ; elle s’insinue aussi dans les mœurs puisqu’elle fixe les conditions de gestion des questions de race, de genre, de culture, et de gestion des données numériques, remettant en cause des fondements de l’identité nationale française, aussi essentiels que la laïcité et la primauté de l’universel.

 

Solution ?

 

«Parfois, quand on reçoit une gifle, on baisse la tête et on se fait tout petit. Parfois, au contraire, on se redresse et on se bat», schématise Jacques Attali. Il estime que pour redresser la tête «chacun sait ce qu’il faut faire :construire une puissance européenne autonome, ayant sa propre conception du droit, et sa propre stratégie de souveraineté économique et militaire».

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens