Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 janvier 2016 1 04 /01 /janvier /2016 10:47
temps à l'envers

temps à l'envers

Du temps...

 

Catastrophe (Shoah en hébreu)

 

extrait de mon livre (publication à venir…) 

La fin du temps

 

 (à la fois "fin du monde" et roman sans expression du temps verbal conjugué) :

 

    Chapitre IV L'Histoire comme tragédie

 

 

    Au même moment à Paris, quelque part entre “Le vieux campeur” et le Panthéon, à la terrasse bigarrée d’un célèbre café, altercation rude entre une ménagère et un intellectuel. Rencontre au sommet, là, dans la rue, au-sujet de la raison de l’homme et de son histoire, envisagée dans son déroulement et ses fins dernières. Même France-culture, incapable de proposer un tel discours et de telles épousailles!

    Devant son demi, le cabas de fruits et d’emplettes fraîches sur les genoux, face au hirsute et lunetté prof à la Sorbonne ancienne, M.Paul-Louis Debonnaugure:

-Décidément, cher Monsieur, changement de temps: étés pourris, juillet frileux, août pluvieux; fini le bon climat, tout ça en raison des pollutions, de tous ces engins envoyés dans le ciel! Ah! De mon temps! Où la douce France..?

-Mais, ma bonne dame: normal, pas de quoi s’étonner: notre beau pays, sans cesse balayé par les dépressions venant de l’Atlantique. Pas de quoi fouetter un chat, ni un scientifique, ou un cosmonaute! Bien sûr, changement de temps, car variations perpétuelles des climats, partout dans le monde...

-Tout de même, M.Monsieur, comment, excusez-moi..?

-Debonnaugure, mais M.Paul-Louis, pour vous. Oui, dire M.Paul-Louis!

-Alors, M.Paul-Louis, ne pas nier l’évidence. Changement de temps, surtout des temps, comme la chanson de Dylan : ”Times changing”. En effet, progrès technique, modernisme, automatisme, mais surtout progrès dans la tuerie, l’armement,la capacité de faire exploser la Terre! Et le progrès moral, là-dedans..?

-Effectivement, Mme Soleil, voici la “science sans conscience”, de Montaigne -ou de Rabelais-et la citation de notre contemporain Edgar.

Morin: ”Notre planète, encore dans l’âge de fer planétaire et dans la préhistoire de l’esprit humain.” Justement: devant elle, les virtualistes de “l’avenir radieux”.

- Que diable, cette casuistique! Et la Shoah, ”catastrophe “ -en hébreu- primordiale pour la communauté juive, désignation du génocide opéré par les Nazis, simple pet de lapin..?

-Oui, bien sûr, la destruction en masse et les autres holocaustes et purifications ethniques: les camps, Pol Pot, le Rwanda... Et la phrase d’Alain Finkielkraut: ”Le XXème siècle: un siècle pour rien. ”Cependant, depuis les Lumières, cheminement de l’homme vers son accomplissement; justification de sa présence, ici-bas, à l’intérieur du temps historique; continuer à tenter de devenir meilleur, agir sinon difficile d’être optimistes dans l’inaction...

-Fort de café, ça, M. le philosophe: continuer d’agir tout en sachant que l’échec est au bout de la route! Et demain, d’autres désastres? Non, en finir, arrêter l’Histoire! D’ailleurs, pas finie l’Histoire, avec le succès du mondialisme et de la pensée unique…

-Non, Histoire infinie, soubresauts inimaginables. Tourner les yeux vers le passé: les victoires de l’homme contre les catastrophes “ordinaires” du 18 ème siècle, par exemple, la famine, la peste.Avoir dépassé l’angoisse de la mort au coin de la rue et “la culture de la peur”. Et la grippe, espagnole, ou pas! Ainsi Ambroise Paré, en 1510: ”Grandes douleurs en la teste,ensemble en l’estomach, ès reins et ès jambes,et fièvre continue avec délire et frénésie.” 

... JPBonnel

 

- - -  Du temps, par Guy Jacquet :

 

Meilleures nouvelles années d'ici à 50 ans

 

 

 

pendule ''d'avant le temps'' ... qui tourne à l'envers des erreurs !!!

 

Il faudrait naître vieux

...commencer sans nulle promesse

Avoir déjà ouvert les yeux 

sur l'enfance et sur ses détresses

Être enfant lorsque nos enfants

seraient devenus nos aînés...

nous apprenant les vérités 

que les vieux disent au couchant !!!

Enfin disparaître sans bruit

fragile comme fleur de blé...

et

bercés par l'ombre de nos fruits

fredonner pour aimer ....

Il faudrait 

naître vieux

et commencer par la sagesse !!

 

                                                                                             Guy*più                                         (musique de Serge Llado)

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2015 7 06 /12 /décembre /2015 11:09
Le dernier livre de Michèle BAYAR

Le dernier livre de Michèle BAYAR

 

 

* LITTÉRATURE : 

Livre : Les combattants de l'humanité

Publié le 03/12/2015 à 12:13 par leblogcultureldyl

c42ee938.jpg

 

 

L’art du conte : Les combattants de l’humanité, par Michèle Bayar

 

 

 

Combattants de l’humanité, combattants pour la liberté, combattants pour le bonheur au sein des pires vicissitudes, tels furent Pitt et Yvès Krüger, pédagogues antifascistes allemands réfugiés à La Coûme, un lieu perché et isolé des Pyrénées, où ils accueillirent des victimes des guerres et des totalitarismes et développèrent, en même  temps, et bien au delà, la guerre finie, une action éducative conforme à leurs idéaux.

 

Par la voix du chien, hôte réel et fantomatique du lieu, Michèle Bayar nous conte une parabole. Histoire vraie, l’histoire d’Yvès et de Pitt y devient un symbole. Elle est dite avec un apparent détachement, d’une plume qui note simplement les faits, les situations, les sentiments, sans s’y attarder, bridant l’émotion alors que chaque mot en est lourd. Le subterfuge du chien nous met à distance, au ras d’événements qui sont autant de problèmes, autant de luttes pour la survie, autant de bonheurs dont la brièveté exalte la fulgurance.

 

L’histoire commence à Postdam en 1933. Pitt Krüger est instituteur, adepte des méthodes pédagogiques innovantes, celle de Maria Montessori, par exemple. Il a épousé en 1929 Yvès Fustier, suisse née en France sur les bords du lac Léman. Leur première fille, Jamine, est née en 1930.

 

La montée du nazisme en Allemagne fortifiée par l’élection d’Hitler va bouleverser définitivement leur existence. Pitt est révoqué, et très vite il faut fuir l’Allemagne. Grâce à l’appui d’amis Quakers, Pitt et Yvès se réfugient dans une ferme isolée au-dessus de Mosset au cœur des Pyrénées, grandioses, mais particulièrement inhospitalières en ces lieux désertés. Dès lors l’aventure de Pitt et Yvès Krüger va traverser comme une flèche lumineuse un vingtième siècle de tous les malheurs et de tous les espoirs.

 

C’est la période de leur vie qui va de 1933 à 1950, que par la voix du chien Michèle Bayar raconte dans son livre. Parabole car elle concentre autour de l’existence et des actes d’un seul couple ce qu’ont fait des milliers de gens de par le monde dans ces périodes troublées, parce qu’elle porte au-delà du malheur l’espérance que fait naître un dessein pédagogique qui vise lui aussi à rendre le monde meilleur. Ce faisant, elle dit aussi, simplement mais avec une grande justesse, par petites touches comme le fond d’un décor, l’histoire de ce XXe siècle, trop ignorée, trop malmenée, parfois même travestie.

 

On est un peu surpris que ce volume comporte un second récit, l’histoire de Paul et Greta, une aventure plus proche de l’auteure et qui lui tient à cœur. Le lien entre les deux récits c’est le souvenir. « Les voix, dit-elle dans son introduction, de ceux qui se souviennent… une mémoire qu’on accommode à la sauce d’aujourd’hui avec les sentiments qui demeurent et traversent le temps. » Encore une histoire de guerre : Paul le français rencontre en Allemagne Greta et la ramène en Algérie avec sa mère « oma Holz », vieille dame allemande, qui poursuivra là sa vie sans jamais parler un mot ni de français ni d’arabe. Autre forme de vicissitudes de ce temps bouleversé. Dans cette histoire aussi il y a un chien. 

 

L’histoire et les souvenirs. Un livre où les aînés raccorderont des morceaux de leur vie. Un livre, conte vrai, qui parlera aux jeunes, voire aux très jeunes, ceux dont Michèle a fait depuis longtemps déjà l’objet de ses récits.

 

© YVETTE LUCAS 

 

Michèle Bayar Les combattants de l'humanité. 105p. Les Presses Littéraires 2015; 10 €

 

 

- - -

 

 

**Lundi 7 décembre à 18 h Librairie TORCATIS

Les éditions Talaia et la librairie Torcatis

 

vous invitent à rencontrer Eliane COMALADE

pour son nouvel ouvrage de recettes Plusieurs fois vingt ans, seule et llaminera

 

Gourmande de la vie comme de la cuisine dont elle porte haut les couleurs en terre catalane autour d’une soixantaine d’ouvrages et 

des «  Ateliers de cuisine catalane d’Ille-sur-Têt » depuis trente ans, Eliane Comelade nous offre dans ce Llibre d’hores, avec malice et délice, 

pertinence et impertinence, un florilège de souvenirs et de confidences pimentés de recettes subtiles pour… personne seule !

Quatre fois vingt ans certes, mais la passion du savoir et de la transmission toujours chevillée au cœur. Et una llaminera à jamais !

 

 

 

2335948803.jpg

 

 

www.librairietorcatis.com

 

 

- - - - -

 

8 décembre : littérature

 

 

MARDI 8 DECEMBRE A PARTIR DE 17H30, rencontre avec

 

MONIQUE DE SAINT JULIA

 

pour son dernier ouvrage paru aux éditions de l'Aire UN JOUR DE PLUS A AIMER

 

Présentation par GERARD SALGAS

 

images.jpg

 

Tant d’allers et venues de saisons laissées devant la porte s’ébrouant, s’endormant ventre au soleil comme un chien et de toutes ces simagrées de pluies mélopées à attendrir le coeur du plus dur des hommes ne restent que quelques nuages dans l’abandon d’un ciel hivernal.

 

Monique Saint-Julia, poète et peintre née en Roussillon, vit à Revel, en Lauragais.

Elle est publiée une première fois dans Entretiens sur les “Lettres et les Arts“ de Jean Subervie et Jean Digot, en 1958, puis de nouveau en 1960 et 1962. Au fil des ans ses poésies ont paru dans des revues poétiques telles Acilece, Texture, Arpa, Friches, Multiples, Insulaires, Thauma, Lieux d’Etre, Diérèse, Les hommes sans Epaules, Rue Ventura, Voix d’encre, Les Citadelles...

 

***

 

 

STRASBOURG,  08/12/2015

Marcel·lí Antúnez revisite son parcours de performeur à Strasbourg

L’artiste catalan présente depuis le mois d’octobre à la fabrique du numérique Shadok son exposition  « Alsaxy » créée à partir de sa résidence dans le quartier d’Hautepierre à Strasbourg, en juillet et août 2015. Des visites guidées de l’exposition sont proposées à partir du 9 décembre, coïncidant avec la présentation de son dernier livre « Sistematúrgia ». Le cinéma Star organise une projection suivi d’une rencontre avec l’artiste le 8 décembre.

+ info >>

PARIS,  10/12/2015

Georges Raillard présente à la librairie Tschann « Le crépuscule rose caresse le sexe des femmes et des oiseaux » de Miró

Raillard analyse l'œuvre commune du poète André Breton et du peintre catalan Joan Miró parue à New York, aux éditions P. Matisse, en 1959, sous le titre «Constellations».  En présence de l’éditeur André Dimanche et avec Germain Viatte.

+ info >>

PARIS,  11/12/2015

Le Centre d’études catalanes de la Sorbonne aborde la relation entre poésie et catastrophe

Une journée d’études est organisée le 11 décembre dans le cadre des activités transversales du Centre de Recherches Interdisciplinaires sur les Mondes Ibériques Contemporains (CRIMIC ) autour de la thématique "Face à la catastrophe".

 

 

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 09:39
CHEMIN W. BENJAMIN, DEPUIS LA MAIRIE DE BANYULS

CHEMIN W. BENJAMIN, DEPUIS LA MAIRIE DE BANYULS

  • •    Balade culturelle et sportive organisée par l'Association Walter Benjamin 

 

  • Banyuls le samedi 5 décembre 2015 à 9 heures, devant la mairie (et 9 h15 au parking de Puig del Mas)

 

*Samedi 05 Décembre 2015 - 9 heures : découvrons un "Chemin de Mémoire" :

 

 LE CHEMIN WALTER BENJAMIN DE BANYULS À PORT-BOU

 

*Pour découvrir la vie et l'oeuvre du philosophe allemand mort à Port-Bou, randonnée à pied jusqu'à la crête-frontière (Col de Rumpissa, Tour de Querroitg) -

 

 Départ à 9 h, mairie de Banyuls, puis parking de Puig del Mas, avant la montée. 

Lectures tout au long du chemin, par Marie-Laure Hakim (lectrice à la médiathèque de St-Cyprien), Alain Badia (prof.conférencier), J.P.Bonnel (écrivain-conférencier, vice-président de l'association)...

 

 

w.benjamin_livre_de_jp.bonnel_0.jpg

 

"Passages" :

 

* Après la montée (3h environ, assez facile, un passage plus délicat) jusqu'au col de Rumpissa, après le pique-nique (prévoir vivres et boissons, vêtements chauds, bonnes chaussures de marche, appareil-photo…) et après le retour sur Banyuls (2 heures de descente), il est possible de se rendre à Port-Bou (co-voiturage). 

 

En voiture car le passage des Pyrénées jusqu'à Port-Bou est long (5/6 heures).

 

A Port-Bou, l'association "Passatjes", avec Pilar Parcerisas comme guide, nous accueillera et nous fera découvrir la ville et le Mémorial de Dany Karavan (5 euros la visite)

 

Il sera possible de rester en soirée, prendre l'apéritif en terrasse devant la baie, évoquer W.B. ou aller manger au (très bon) restaurant "Passatges"… 

 

 

* C'est Gratuit …(sauf pot et restaurant)…

 

mais… on peut adhérer à l'association W.Benjamin : 20 euros, donnant des réductions pour des événements (conférences, colloques, exposé, films-débats, soirée au Mas Reig le 15 juillet 2016, avec Denis Lavant…)

`

 

ou acheter des livres, de membres de l'association, : d'Isabelle Calis, de Madeleine Claus, de Roger Rull, de Maëla Paul, d'Hanna Fiedrich... ou de J.Pierre Bonnel : "Le chemin ultime de W.Benjamin" (Cap Béar éditions).

 

 

 

Plus d'infos : http:// www.association-walter-benjamin.fr

 

*Pour inscription : JPBonnel : 06 31 69 09 32.

 

**Sollicitez vos amis et contacts, merci !!!

 
Partager cet article
Repost0
29 novembre 2015 7 29 /11 /novembre /2015 18:26
JUNGER dans les Pyrénées - Sida : les couleurs de la vie

JUNGER dans les Pyrénées

 

 

L'entomologie fut le passe-temps favori du romancier Ernst Jünger : le coléoptères -et le scarabée, surtout- furent à l'auteur de Falaises de marbre ce que les papillons furent à Nabokov. (1)

 

Dans Chasses subtiles (2), il décrit, de façon poétique et érudite, de nombreux insectes tels le carabe, la cicindèle, la drypta bleue, la strangalia rouge : ces textes dresse, en fait, le parcours d'une vie et  la comparaison entre l'histoire naturelle et l'histoire humaine. Il s'agit de lire entre les lignes et de décrypter toute la symbolique cachée…

 

Le chapitre qui m'a intéressé, au tout début, s'attache à la description des carabes : "Carabus", page 27. En effet, l'auteur se trouve dans les Pyrénées, sur les feux versants :

"…pays d'origine des carabes dorés proprement dits. Cette opulence, elle aussi, ne s'ouvrit à moi que peu à peu, presque par versements échelonnés. Cela rappelle, rétrospectivement, l'épanouissement de fusées multicolores da,s les feux d'artifice…"

 

Il retourne les pierres, fouilles les écorces "sur les versants du midi de la France et du nord de l'Ibérie… Il se rend aussi en Andorre : "si petit que soit le pays, il héberge une espèce qui lui est propre : perignitus, le "tout en feu"…"

 

Il s'émerveille des trésors naturels cachés dans une corniche de montagne, une haute tourbière…Il trouve des espèces qu'il croyait disparues. Il s'étonne tel un gamin et le lecteur, à son tour, est étonné face à cette littérature insolite parlant de créatures qu'il ne soupçonnait pas...

 

- - -

 

(1) Voir le chapitre sur Nabokov dans mon livre Trente valides culturelles en Catalogne (Presses du Languedoc, 15 euros au lieu de 22 - Contact : jean-pierre.bonnel@orange.fr)

 

(2) C. Bourgois éditeur - collection 10x18 - 1969.

Le Président de la Région Languedoc-Roussillon,

Le Conseiller Régional délégué à la Maison de la Région de Perpignan, et les membres du Conseil Régional,

ont le plaisir de vous convier au

vernissage de l'exposition "Les couleurs de la vie" proposée par l'association

Maison de Vie du Roussillon dans le cadre de la journée de lutte contre le sida

Action Culture et Santé soutenue par le Département des Pyrénées-Orientales

lundi 30 Novembre 2015 à 18 h 30

Maison de la Région – 34, avenue du Général de Gaulle

Immeuble « Le Royal Roussillon » - Perpignan

- - -

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2015 5 27 /11 /novembre /2015 09:04
  • Balade culturelle et sportive organisée par l'Association Walter Benjamin 

 

  • Banyuls le samedi 5 décembre 2015 à 9 heures, devant la mairie (et 9 h15 au parking de Puig del Mas)

 

*Samedi 05 Décembre 2015 - 9 heures : découvrons un "Chemin de Mémoire" :

 

 LE CHEMIN WALTER BENJAMIN DE BANYULS À PORT-BOU

 

*Pour découvrir la vie et l'oeuvre du philosophe allemand mort à Port-Bou, randonnée à pied jusqu'à la crête-frontière (Col de Rumpissa, Tour de Querroitg) -

 

 Départ à 9 h, mairie de Banyuls, puis parking de Puig del Mas, avant la montée. 

Lectures tout au long du chemin, par Marie-Laure Hakim (lectrice à la médiathèque de St-Cyprien), Alain Badia (prof.conférencier), J.P.Bonnel (écrivain-conférencier, vice-président de l'association)...

 

 

w.benjamin_livre_de_jp.bonnel_0.jpg

 

"Passages" :

 

* Après la montée (3h environ, assez facile, un passage plus délicat) jusqu'au col de Rumpissa, après le pique-nique (prévoir vivres et boissons, vêtements chauds, bonnes chaussures de marche, appareil-photo…) et après le retour sur Banyuls (2 heures de descente), il est possible de se rendre à Port-Bou (co-voiturage). 

 

En voiture car le passage des Pyrénées jusqu'à Port-Bou est long (5/6 heures).

 

A Port-Bou, l'association "Passatjes", avec Pilar Parcerisas comme guide, nous accueillera et nous fera découvrir la ville et le Mémorial de Dany Karavan (5 euros la visite)

 

Il sera possible de rester en soirée, prendre l'apéritif en terrasse devant la baie, évoquer W.B. ou aller manger au (très bon) restaurant "Passatges"… 

 

 

* C'est Gratuit …(sauf pot et restaurant)…

 

mais… on peut adhérer à l'association W.Benjamin : 20 euros, donnant des réductions pour des événements (conférences, colloques, exposé, films-débats, soirée au Mas Reig le 15 juillet 2016, avec Denis Lavant…)

`

 

ou acheter des livres, de membres de l'association, : d'Isabelle Calis, de Madeleine Claus, de Roger Rull, de Maëla Paul, d'Hanna Fiedrich... ou de J.Pierre Bonnel : "Le chemin ultime de W.Benjamin" (Cap Béar éditions).

 

 

 

Plus d'infos : http:// www.association-walter-benjamin.fr

 

*Pour inscription : JPBonnel : 06 31 69 09 32.

 

**Sollicitez vos amis et contacts, merci !!!

 
le portrait DANS LA LITTÉRATURE
le portrait DANS LA LITTÉRATURE

Vendredi 27 novembre à 19h au Centre d'Art Contemporain

Lecture "Miroir, ô mon miroir..."

par l'association Des voix, des mots
Vendredi 27 novembre 2015 à 19h

A cent mètres du centre du monde / Centre d'Art contemporain.

3, AVENUE DE GRANDE BRETAGNE 66000 PERPIGNAN

04 68 34 14 35

Entrée : Libre et Gratuite

Avec « Miroir, ô mon miroir », Josiane Coranti et Jean-Louis Ferrer (lecture), Chantal Maîtrejean (réalisation sonore et visuelle) de l'association Des voix, des mots, proposent, vendredi 27 novembre 2015, à 19 heures, au centre d'art contemporain Acentmètresducentredumonde (3, avenue de Grande Bretagne, Perpignan), une balade littéraire sur les thèmes du portrait et de la fascination de l'autre ou de soi-même.

Cette lecture sera accompagnée par Fanette Estrade (flûte à bec) et Benjamin Gaspon (flûte traversière), enseignants au conservatoire à rayonnement régional de Perpignan.
Une soirée exceptionnelle mêlant textes de la littérature européenne et musique.

Des voix, des mots remercient ses partenaires : Centre méditerranéen de littérature, France Bleu Roussillon, Delmas Musique, Can Artists, le restaurant Lou Grilladou et Mme Rosy Conte.

- - -

SAMEDI 28 : THEATRE

* Samedi, théâtre, LA RENCONTRE :

Bonjour, une info culture pour les amateurs de théâtre !

Notez dans vos agendas que le théâtre de La Palanca joue une comédie de Jean-Paul Alègre : DUO DOM-TOM

le duo est celui de deux comédiennes qui courent les théâtres de province, on passe derrière le rideau, dans les loges où elles attendent de rentrer en scène, mais l’attente se prolonge...

rires, larmes, coups de gueule, émotion et humour émaillent le texte.

mise en scène de Marie-Claire Bassou

. Durée : 1h30.

quand et où ?

- le samedi 28 novembre à 20 h 30 au Théâtre de la Rencontre, 31 rue des Romarins (quartier Saint Martin, longer le cimetière et vous prenez la 4° rue sur votre droite, le théâtre de La Rencontre est fléché, c’est au bout de la rue). Entrée : 8€. TR : 5€

et le dimanche 29 novembre à 17 h 30, toujours au Théâtre de la Rencontre, à Perpignan.

Si vous ne pouvez pas venir, il y a des séances de rattrapage :

- le 13 décembre, à 18h, au Ciné-Théâtre Vauban, Place de la Castellanne, 66 660 - Port-Vendres.

- Le 30 janvier, 20h30, au Théâtre du Réflexe, Canohès.

- le 20 février, 20h30, Pézilla la rivière.

PS : si vous venez au Th de la Rencontre, portez des coussins ! un gros coussin !

- - -

*** Les mots, les euphémismes, la logomachie…

samedi 28 nov. 2015, à 18h 30

Au RDV : 18h 30 - quai Arthur Raimeau, Saint-Cyprien Plage, Saint-Cyprien, France,

Description :

Lancement des apéros débats au casino JOA de St Cyprien:

Le casino de St Cyprien innove en mettant en place, une fois par mois, des apéros-débats sur des sujets de société. Le lancement de ces soirées a lieu ce samedi 28 novembre à 18h 30, avec Robert Ragache écrivain et historien contemporain. Celui-ci présentera avec humour, durant 1 heure environ : "La trahison des mots".

Cette trahison est présente lorsque :

- un aveugle est appelé malvoyant ;

- un handicapé est désigné comme une personne à mobilité réduite ;

- courir est transformé en : "créer de la vitesse" (éducation nationale) ;

- la nage en piscine est devenue : " un déplacement de façon autonome en milieu aquatique profond et standardisé"...

Le conférencier va nous expliquer ce qui nous a amené à ne plus pouvoir tout dire simplement. Durant la conférence un apéritif sera servi, accompagné de mets salés, contre une participation de 5 euros.

Si, à la fin des débats certains d'entre vous souhaitent prolonger ce moment, en partageant un dîner dans un restaurant, je suivrais le mouvement.

Conditions de participation :

Payer 5 euros ;

J'attendrai devant l'établissement jusqu'à 18 h 15 précises. (voir aussi "Qintonic" qui propose cette rencontre)

- - -

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2015 6 21 /11 /novembre /2015 09:56
Ernest Hemingway

Ernest Hemingway

 

 

* Paris est une dé-fête... Le roman d'Hemingway (Paris est une fête "s'arrache" et Gallimard doit le rééditer : le terrorisme a parfois des retombées positives inattendues !!

 

Déjà, en 1958, quand Hemingway écrivait son roman, la capitale française correspondait donc bien au lieu commun développé par le journal américain et bien d'autres médias depuis plus d'une semaine :

 

 le New York Times parle ainsi de la France : "La France incarne tout ce que les fanatiques religieux du monde détestent : profiter de lavie sur terre...une tasse parfumée de café avec un croissant au beurre le maton, de belles femmes en robes courtes souriant librement dans la rue..."

 

Or, on sait maintenant que les terroristes de Saint-Denis allaient danser, boire, se droguaient... 

 

 

 

   Aller en terrasse, boire un verre au bar ou debout dans la rue, ce serait "résister"... Mais, comme à la Bastille, au premier pétard, tout le monde court et s'affole...

 

Non, Paris, ce n'est pas que le 10° arrondissement, ce n'est pas que Paris intra-muros, habité par les Bobos, intellos et autres homos branchés... 

Paris, c'est quelques ghettos et coins très pauvres...C'est la banlieue souvent grise, les HLM, les quartiers de chômeurs et d'immigrés, ces ghettos où s'organisent les réseaux : drogue, prostitution, terrorisme...

 

Fermez les frontières ! Mais ça ne sert à rien : les terroristes sont au coeur de Paris, ils sont parmi nous. Ce sont des Français que nous côtoyons chaque jour... Non, je ne les c^ôoie pas, car je suis moi aussi un bobo, un pseudo-intello, encagé dans mon ghetto d'ivoire et de vie virtuelle : littérature, blog, fiction, rêve inutile...

 

Défaite...

 

 

Fête : le livre d'Hemingway exprime l'état d'esprit de populations qui, après la guerre, semblent revivre. Cette série d'esquisses, très décousue, évoque des scènes parisiennes, des écrivains, des libraires (Sylvia Beach, Adrienne Monnier...), des artistes (MIRO)...mais avant tout, l'écrivain américain, comme dans toutes ses oeuvres parle de lui.

 

C'est un égotiste, comme tous ces épicuriens parisiens, ces intellectuels de terrasse, qui brassent du vent, le vendredi soir, dans l'espoir de rencontres et d'un week-end de plaisirs des sens...

 

Hemingway l'a dit lui-même : "Ce livre, c'est de la biographie par ricochet."

 

J.P.Bonnel

 

 

- - - 

 

 

** Le sympathique J.Garcin (animateur du "Masque et la plume"), auteur de romans sur la port de son frère jumeau et de son père (chute de cheval), nous annonce la publication d'un texte "perdu" de C. Simon : Le cheval, brouillon de son roman La Route des Flandres. L'agonie de cet animal annonce l'apocalypse, comme les "chevaliers "de DAECH, adeptes de la tradition prophétique, croient aux annonces de fin du monde, à la soumission à la théologie, et combattent l'idéologue des Lumières qui prônent la puissance de la raison et de l'émancipation :

 

Le Cheval de guerre retrouvé de Claude Simon

 

Les Editions du Chemin de Fer exhument une nouvelle capitale qui préfigure "la Route des Flandres".

 

« Le Cheval » dormait debout, depuis 1958, dans l’enclos des «Lettres nouvelles», la revue que dirigeait alors Maurice Nadeau. Il n’en était jamais sorti. Il piaffait, rongeait son frein. On ne le trouve même pas dans les deux volumes de la Pléiade réunissant les Oeuvres de Claude Simon.

 

Et voici, miracle, que les petites Editions du Chemin de Fer, sises à Nolay (Nièvre), exhument cette nouvelle capitale et magnifique du prix Nobel de littérature. «Le Cheval» (14 euros), qui préfigure «la Route des Flandres», revient en effet sur la débâcle de 1940 et le sacrifice du 31e Dragons, où servait l’officier cavalier Claude Simon, que l’état-major envoya se fracasser contre les chars nazis.

 

 

Ici, l’écrivain décrit l’arrivée nocturne, sonore et hagarde d’un régiment de Dragons dans un village du nord de la France, et, au fond d’une grange, la longue agonie d’un cheval de l’armée dont le regard mort et le «cassandresque ricanement des longues dents» annoncent l’apocalypse.

 

Deux jours et deux nuits plus tard, la colonne repart sous la pluie vers le front, laissant derrière elle un dérisoire vaudeville paysan dont les soldats furent les témoins, prête à rejoindre au trot cadencé le cours de l’Histoire, «ce lent glacier en marche depuis les temps immémoriaux, broyant, écrasant tout, avançant sans trêve entre les moraines rejetées de nos ossements».

Combien sont-ils, les écrivains capables de décrire la détresse de guerriers condamnés dans une prose d’une sidérante beauté ? En prime, l’éditeur nous offre des pages manuscrites, plus hachurées et retournées qu’un champ de bataille.

Jérôme Garcin

 
C'est un égotiste, comme tous ces épicu
Partager cet article
Repost0
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 10:02
Collioure : village gourmand - Telethon le 21 novembre
Collioure : village gourmand - Telethon le 21 novembre
Collioure : village gourmand - Telethon le 21 novembre

Collioure : village gourmand - Telethon le 21 novembre

 

 

 

** BOITE à LIVRES :

 

2254895.jpg

Une petite boîte à livres © la gratuité n'a pas de prix

À Malonne, la petite boîte aux lettres ne reçoit aucun courrier mais propose de venir déposer ou prendre un livre. À l'initiative d'un voisin, la boîte voit passer chaque jours des lecteurs, qui se servent ou offrent un livre encombrant, ou déjà trop lu. Même chose à Ixelles. À Louvain-la-Neuve, c'est sous la forme d'un arbre que la bibliothèque conserve ses trésors.

Schaerbeek, Nivelle, Jambes... Un peu partout en Belgique, les villes partagent l'expérience. Même les professionnels s'y mettent. Un vendeur de Liège a ainsi installé un banc devant sa vitrine, et y dépose les livres qu'il peut avoir en double, ou qui sont un peu cornés. Ce sont cinq à six ouvrages qui partent chaque jour devant son magasin.

 

 

 

Romans policiers, romans d'amour, polars, contes pour enfants... Tout y est. Chacun peut trouver son bonheur, partager et diffuser. Ce livre-échange, c'est rendre la lecture accessible et redonner une vie aux manuscrits oubliés.

 

L'idée n'est pas nouvelle certes mais en plein essor. C'est en 2001 que les premières expériences de "bookcrossing" naissent aux États-Unis. Il s'agissait à l'époque de "libérer" un livre, en le déposant quelque part, peu importe où, sur un banc, dans une pharmacie, etc. Puis laisser quelqu'un d'autre le récupérer. Les ouvrages étaient enregistrés à l'aide d'un numéro pour voir quels voyages ils effectuaient. Parfois certains parcouraient ainsi différents continents.


- - -
 

** EDITIONS TRABUCAIRE :

 

 

*Samedi 21 (14h – 18h) et dimanche 22 novembre (10h – 18h) 2015

Festival du livre de Cabestany, 18e édition

La Bibliothéraphie : lire vous fait du bien !

4 auteurs des Éditions Trabucaire

Henri Lhéritier (Les Vêpres siciliennes)

Marion Poirson-Dechonne (Pas de sursis pour les anges)

Éliane Thibaut-Comelade (La cuisine catalane. 300 recettes d’hier et d’aujourd’hui)

Chelsea Cunningham (Dis bonjour à la mer)

 

Samedi 28 novembre, 10h, Médiathèque de Rivesaltes

Café littéraire avec Henri Lhéritier

Entrée libre

 

Vendredi 4 décembre 2015, 18h, Médiathèque d’Arles sur Tech

Conférence de Raymond Sala

Histoire et mémoires pyrénéennes : Saint-Laurent-de-Cerdans

 

Samedi 5 décembre 2015, 10h, Médiathèque du Soler

Rencontre-dédicace avec Éliane Thibaut-Comelade

La cuisine catalane. 300 recettes d’hier et d’aujourd’hui

 

Samedi 12 décembre, 17h30, médiathèque d’Argelès-sur-Mer

Rencontre-dédicace avec Éliane Thibaut-Comelade

La cuisine catalane. 300 recettes d’hier et d’aujourd’hui

 

Dimanche 13 décembre, 16h, maison Quinta, Centre ville Perpignan

Rencontre-dédicace avec Éliane Thibaut-Comelade

La cuisine catalane. 300 recettes d’hier et d’aujourd’hui

 

Lundi 14 décembre, 18h, Librairie Torcatis

Présentation de l’ouvrage coédité avec l’Institut Jean Vigo

Filmer en bords de mer

Le littoral du Languedoc et du Roussillon - 40 extraits de films amateur

 

 

 

Les Éditions Trabucaire

11, rue Traverse de Pia

66000 PERPIGNAN

04 68 61 02 82

edition.trabucaire@orange.fr

www.trabucaire.com

 

 

Download.html.jpg

 

 

 

- - - 

 

Vendredi 20 novembre :

 

 Le Président de la Région Languedoc-Roussillon,

 

 

Le Conseiller Régional délégué à la Maison de la Région de Perpignan, et les membres du Conseil Régional, ont le plaisir de vous convier à la

 

 

projection dédicace autour du livre de Jean-Noël GRANDO,

"100 ans de cinéma en Pyrénées-Orientales: Histoires et secrets de tournages"

 

vendredi 20 Novembre 2015 à 18 h 30

 

 

Maison de la Région – 34, avenue du Général de Gaulle

Immeuble « Le Royal Roussillon » - Perpignan

 

 

 

  * Le cas K : Lecture du Procès de Kafka 

 

"...Cet horrible mot attribué à Henri Jeanson...qui rassemble à mes yeux tout le répugnant de la plaisanterie gauloise : il a fait Kafka dans sa culotte…3"

 J.-J.Brochier (Le magazine littéraire n°135, avril 1978)

 

  Il s'agit d'un texte dilettante né d'une étude de ce roman avec une classe de BTS formation mécanique, deuxième année : réflexions spontanées en réaction à l'austérité de l'intrigue et de l'écriture kafkaïenne, jeux de mots bêtes et mesquins, jeux sur les sonorités et sur l'initiale énigmatique.

 

  Refus du patronyme, non-appartenance souhaitée au monde juif, anonymat pour préserver la vie privée, personnage "sans qualités" qui ne mérite pas d'être identifié, etc... et d'autres foules d'interprétations...

 

   Quoi qu'il en soit, face à ce drôle de procès, digne d'une "Plaisanterie" à la K. undera, nous prenons le droit de plaisanter, même si la bureaucratie n'est pas, a priori, un sujet des plus jouissifs. Et quoi qu'en dise le patron grincheux du "magazine des lettres austères". Et même si le destin de ce Joseph K., ballotté d'avoK. véreux en K. thédrale glisse vers le noir destin de KK.

 

   Fatalisme ? Non, le héros de Karton-pâte, plutôt, invente, au fil de son procès fictif, sa liberté et le roman. Il instruit son propre procès et le processus de l'écriture. Il inventera sa propre mort, mais ce ne sera pas un suicide : Messieurs les bourreaux devront, tout de même, prendre leur responsabilité; ce serait trop facile, MM les fascistes, il faut un peu se salir les mains, garder une trace indélébile de K. et de tout ce caca...

 

  Il sait qu'il est dans de beaux draps, mais son simple regard de "Persan" en régime austro-hongrois, prussien, soviétique ou autre, ironise sur la comédie de cette Inquisition, sur le labyrinthe des bureaux (les fonctionnaires sont décrits comme des rats de bibliothèque), sur la justice qui est théâtre, sexe (cf. les livres érotiques) ou peinture, avec l'avocat sans talent ("réaliste socialiste" ?) : Titorelli (mélange humoristique de Tintoret de de Botticelli ?), sur la religion : la parabole de l'abbé est désespérante, pas question d'attendre un recours ultime de la part de Dieu : K. ne doit pas attendre Godot, mais un godemichée-poignard pour recevoir la mort-jouissance, la mort-libération. Mais si sexe et séduction sont partout, ils sont encore simulation.

 

Alors, se faire Zorro, Khrist ? Héros malgré soi d'un film (Z ?) contre le totalitarisme ?

 

Anti-héros d'un film (classé X) contre l'obscénité de la politique ? Sauveur contre les bourreaux et tous les bureaux ?

 

Non. K., c'est-à-dire l'Homme, est un zéro...

 

   Partout, ça débloK...

 

Jean-Pierre Bonnel

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 09:15
Barbarie © J.P.B.

Barbarie © J.P.B.

Oui, la littérature continue ! 

à quoi faire ?

à s'engager ? à faire rêver ? à faire comprendre la société ? la vie ? la mort ? le bonheur ?

 

Tout cela, sans doute. Mais on devient désabusé face au peu d'impact de la fiction et des genres littéraires face au cynisme mondial. 

 

En effet, nos gouvernements, les pouvoirs occidentaux bellicistes, vivent de cynisme derrière leurs ray-ban de démocratie...

 

Il leur faut la guerre car ils produisent des armes et les lobbies qui les financent et conseillent vendent des armes, des drogues, des tabacs, des médicaments dangereux...

"C'est la guerre", mais ils sont heureux que le terrorisme les pousse à la guerre : sans guerre, avec une paix éternelle, finie l'industrie des armes ! Le désastre !

 

Oui, le terrorisme est complice de nos gouvernements et nous sommes, par notre silence et le désir de maintenir notre niveau de vie, complices des guerriers de tous bords !

 

Nous sommes responsables ! Nous nous taisons, nous ne nous révoltons pas, nous ne faisons pas la révolution, quand nous voyons nos présidents inviter les dictateurs à Paris (Kadhafi à l'Elysée avec Sarkozy), commercer avec eux (Hollande avec l'Arabie saoudite et le Quatar, dictatures cruelles qui soutiennent le foot parisien et le Barça de Catalogne, qui achètent des hôtels et immeubles à Paris, etc...)

 

Cynisme et terrorisme. Barbarie mondiale. Nous ne sommes ni Charlie ni Paris, mais pauvres citoyens irresponsables, mais responsables des malheurs et atrocités du monde...

 

JPB

 

- - - - - -

 

**18 novembre : littérature :

 

  Redécouvrons le poète Paul Pugnaud

 

Sylvie Pugnaud, André Vinas et Serge Bonnery évoqueront la mémoire et l'oeuvre de Paul Pugnaud :

 

le mercredi 18 novembre, à 17h, à la Librairie Torcatis. Entrée libre et gratuite.

 

 

Originaire de Banyuls-sur-Mer où il est né en 1912, Paul Pugnaud a vécu toute sa vie à Lézignan-Corbières par le double effet d'un mariage avec une jeune fille du pays et l'exploitation d'une propriété viticole. Vigneron passionné et marin chevronné, homme de racines pourtant attiré par le grand large, la discrétion et la solitude lui tenaient lieu d'éthique de vie; les cahiers d'écolier dans lesquels chaque jour il couchait sa poésie d'exutoire salvateur.

 

Grand mais trop méconnu poète, salué par René Depestre ou Armand Lanoux, voici qu'André Vinas, un autre de ses pairs, vient de faire paraître aux Publications de l'Olivier une plaquette sur le maître de Belle-Isle, ce mas des Corbières qui le vit disparaître en 1995; plaquette enrichie de poèmes demeurés jusqu'ici dans les tiroirs. Précédée d'une préface de feu d'Armand Lanoux, cette trop brève étude se referme sur un hommage inédit de Pugnaud au grand Maillol, cet autre Banyulenc.

 

 

- - - -

 

- - - Le mercredi 18 novembre  - Littérature

 

Le Président de la Région Languedoc-Roussillon,

 

 

Le Conseiller Régional délégué à la Maison de la Région de Perpignan,

 

 

et les membres du Conseil Régional,

ont le plaisir de vous convier à la présentation et dédicace des livres autour de François de Fossa

"François de Fossa, l'Exil d'un virtuose" de Nicole YRLE

et "Lettres à ma sœur Thérèse - Un portrait de François Paule de Fossa" par Magali RIEU

 

avec l'aimable participation musicale du guitariste J-Francisco ORTIZ

 

 

mercredi 18 Novembre à 18 h 30

 

 

Maison de la Région – 34, avenue du Général de Gaulle

Immeuble « Le Royal Roussillon » - Perpignan

 

 

- - - - - -

 

*** Jeudi à ELNE :

 

Asso Cinémaginaire 

 

  • HdFnuFuC5jY.png
  • 3rZzse_J_PA.png
  • au Cinéma Vautier, Elne.

 

Il est des territoires qui font rêver, non pas qu’on les prenne pour des pays de cocagne mais parce que leur existence constitue un défi à l’imagination. C'est, pour Patrick Viret, le cas de Saint-Pierre-et-Miquelon, archipel français d’Amérique du Nord, au Sud de l’île canadienne de Terre-Neuve. Il va s'y installer pendent six mois en quête de ce territoire et de ses habitants.

 

- - - - -

 

 

 

 

* Le vendredi 20 novembre, le CORPS :

 

Du corps et des sociétés premières.

L'Amazonie péruvienne.

 

L'association Frontières,et André Roger,vous invitent à une conférence-débat,

le vendredi 20 novembre,à Villelongue de la Salanque,salle Jean-Pierre Francès,

(près de l'église)à 18h30; entrée libre

 

Pour les sociétés amazoniennes du Pérou,le corps n'a pas de forme propre, mais est considéré

depuis sa relation et sa communication avec les différentes créatures et leurs interactions

dans la forêt. Tout congénère est appréhendé sous les espèces de " l'humain", quelle que soit l'apparence (pour nous)

de son corps naturel :

 

pour un jaguar, un autre jaguar est un humain, tandis qu'un "humain", étant une proie pour lui, sera vu comme un pécari.

Ainsi conçue, l'humanité du corps n'appartient à aucune espèce en particulier.

 

- - -

 

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 09:05
Denis LAVANT

Denis LAVANT

 

 

L'acteur Denis Lavant joue le personnage de Jacques Austerlitz de l'écrivain Stan Neumann (livre disponible aux éditions Actes Sud, collection "Babel") : sur Arte à 22h30, en  effet, le documentariste S. Neumann nous livre une lecture magistrale du chef-d'oeuvre du romancier tchèque  W.B. Sebald ! A ne pas rater !

 

Notons la réussite complète du cinéaste avec "La langue ne ment pas", diffusé en 2004, qui donne chair au journal du philologue allemand Victor Klemperer..!

 

Avec ce nouveau film documentaire, il s'agit d'une quête longue et harassante pour rétablir la vérité des origines : le "héros" va récupérer son patronyme et son destin, sa vie qui va être broyée par l'Histoire. 

 

Neumann utilise ses lectures de Proust, de Kafka et de Walter Benjamin; ce dernier a traduit et commenté largement ces deux écrivains. 

Il faut savoir que Denis LAVANT viendra à Banyuls, l'été prochain, et donnera, sous l'égide de l'Association Walter Benjamin, une soirée au Mas Reig, une lecture personnelle du philosophe allemand, qui est passé par la ville de Maillol, avant de se suicider à Port-Bou.

 

 

JPB.

 

 

* Association Walter Benjamin -  

 

 http:// www.association-walter-benjamin.fr

 

 

BULLETIN D’ADHESION 

Association à but non lucratif déclarée sous le régime de la loi 1901 -   N° W661002211

 

CONTACT :  7 route de Bages  -  66180 Villeneuve de la Raho – Tel : 06 31 69 09 32 

 

 Mme  Melle  M. Nom………………………………………………………………………………...

Prénom……………………………. …………………….............................................................................

Adresse……………………………………………………………………………………………………...

………………………………………………………………………………………………………………..

Courriel……………………………………………………………………………………………………..

 

Je désire devenir membre de l’association Walter BENJAMIN : 

 Personne physique ou morale   :     20,00 €   ou couple :   30,00 €

 Etudiant                                         :    10,00 €

 Bienfaiteur                                   …………  

 

Je désire soutenir l’association  Walter BENJAMIN : 

Je verse un don de                 ………….  

 

 Chèque  à l’ordre de l’association « Walter BENJAMIN »

Ou

 Virement : BANQUE POPULAIRE DU SUD 

 

CODE BANQUE     CODE GUICHET         NUMERO DE COMPTE    CLE RIB

    16607    00071    48121470163        03

 

                  IBAN : FR76 1660 7000 7148 1214 7016 303

Adresse SWIFT (BIC) : CCBPFRPPPPG

 

L’association vous remettra votre carte d’adhérent.

 

Fait à : ………………………………, le ……………………………        Signature : 

 

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

Association WALTER BENJAMIN        

CARTE D’ADHESION

    

Association à but non lucratif loi 1901 N° W661002211

 

ANNEE ………………………………….

Membre :  adhérent   bienfaiteur

 

NOM ……………………………………

Prénom………………………………….                   

 

 Signature : (représentant légal ou vice-président)

 
 
* Association Walter Benjamin -  

 

 http:// www.association-walter-benjamin.fr

 

 

 

CONTACT :  Jean-Pierre BONNEL -7 route de Bages  -  66180 Villeneuve de la Raho – Tel : 06 31 69 09 32 

* Association Walter Benjamin -  

 

 http:// www.association-walter-benjamin.fr

 

 

BULLETIN D’ADHESION 

Association à but non lucratif déclarée sous le régime de la loi 1901 -   N° W661002211

 

CONTACT :  7 route de Bages  -  66180 Villeneuve de la Raho – Tel : 06 31 69 09 32 

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 10:28
Qestions d'image : Canal, Camps, Helissen,  Histoire & Littérature
Qestions d'image : Canal, Camps, Helissen,  Histoire & Littérature


**Réveillons nous !


Ce livre est une bombe nucléaire de connaissance!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
A lire d urgence
faites tourner l 'info
"La vérité ne vous plaira pas ! Le livre interdit"
sur amazon

Vous comprendrez mieux ce qui se passe en ce moment.....Google image taper:"chemtrails"ou "rails chimiques"......le reste est dans le livre ......citoyens REVEILLEZ VOUS

****Vient de paraître :

Alain HELISSEN : Pensées

Tout au long de mon parcours de poète-écrivain, j'ai noté dans un petit carnet des pensées d'auteurs plus ou moins célèbres mais aussi des pensées personnelles. Ce sont douze d'entre elles que j'ai retenues pour fabriquer ce petit livre qui se présente comme une boîte renfermant 12 cartes, soit une pensée par carte.

D'un format carte postale (10,5 x 15 cm), ces cartes, toutes signées, peuvent aussi être utilisées séparément.

Les boîtes ont été fabriquées par mes soins, avec un carton bristol de différentes couleurs (noir, ivoire etc...).Les cartes ont été imprimées sur papier à grain Canson de 224 g/m².

Les photos de couverture, pour la plupart, sont de Françoise Bonnel.

Chaque couverture est différente.

Le tirage de ce livre-boîte a été limité à 10 exemplaires, mais

une nouvelle édition de 10 exemplaires supplémentaires

est envisageable.

Prix d'un exemplaire : 20 € (port offert sauf hors France)

Commande à : Alain Helissen, 53 rue de l'Entente

57400 Sarrebourg

(règlement par chèque à mon ordre)

cordialement,

Alain Helissen

http://alainhelissen.over-blog.com

- - - -

***Les universitaires interrogent les images

Chemins d’exil, chemins des camps, ouvrage collectif (*)

dirigé par Michel Cadé, analyse les déplacements forcés et le phénomène de l’exil en Europe au XXe siècle, à travers les images :

Le titre Images et représentations montre sans détour le projet du livre : analyser interroger un ensemble de photos, dessins, peintures, sculptures, films, relatifs aux déplacements forcés et à l’internement des exilés pour évaluer les représentations qu’ils induisent ...

Structure du livre : en deux parties. La première : « Retour sur des instantanés » se situe dans le moment même des migrations forcées et de leurs conséquences immédiates. La seconde partie : « Chocs en retour », aborde des études et des œuvres actuelles.

Dans des situations difficiles c’est souvent l’urgence qui détermine le choix du photographe. Ceux qui s’en emparent pour publier la photo l’interprètent et la focalisent différemment. Deux figures de la Retirada suggèrent ainsi à Vicente Sanchez Biosca et Rocio Alcalá de Olmo une réflexion sur la vie des images. Deux autres études se complètent et apportent un riche approfondissement autour des photographes qui ont filmé les camps du Sud de la France : celle de Teresa Ferré « El camp de Bram, quatre mirades fotografiques a l’exili republica : Agullo, Capa, Centelles i Rougé » et celle de Marie-Hélène Mendez « Capa devant les camps français de 1939. Des choses vues dans les rouleaux de la Spain’s Forgotten Army ». Le destin singulier de Josep Subirats « Des baraques au Barraquisme » est évoqué par Eric Forcada cependant que Elena Pirazzoli et François Amy de la Bretèque abordent des sujets différents, la première avec les dessins et images de la déportation italienne dans les camps nazis et le second avec l’évocation de l’errance d’enfants de la guerre filmée par Géza Radványi dans Quelque part en Europe.

Chocs en retour réunit un groupe d’études où des auteurs ou artistes contemporains créent ou réfléchissent sur ces événements passés. Deux thèmes dominent : l’importance du document (Felip Solé sur Eisenstein), la difficulté de représenter l’indicible (l’exil en peinture par Simeon Saez Ruiz). Nicole Bergé, elle crée, à partir d’objets ramassés sur les lieux mêmes. L’ouvrage est complété par un DVD de Claire Angelini, La guerre est proche, topographie filmée du camp de Rivesaltes qui affirme qu’à l’encontre des monuments commémoratifs l’espace de ruines ainsi représenté offre une leçon d’histoire au présent. Une conclusion que nous faisons nôtre.

(*) Chemins d’exils, chemins des camps. Images et représentations. Camins de l’exili, camins dels camps. Imatges i representacions. Ed. Trabucaire. 180p. + DVD. 25€.

CANAL PLUS GRATUIT SUR FREE ET ORANGE DU 5 AU 8 NOVEMBRE 2015

Date de dernière mise à jour : le 4 novembre 2015 à 22 h 44 min

Vous avez une Freebox ou une Livebox ? Alors, bonne nouvelle, vous allez pouvoir profiter gratuitement des six chaînes du bouquet Canal+ du 5 au 8 novembre 2015 dans votre salon et en clair !

Comme c’est ponctuellement le cas une à deux fois dans l’année, Canal+ réitère son offre TV gratuite et proposera l’ensemble des chaînes de son bouquet en clair pour les clients Orange et Free à partir de jeudi et jusqu’à dimanche soir. Tout un week end de films et de séries, ça se refuse pas, et même plus puisque l’offre démarre dès demain et s’achève dimanche soir. De quoi profiter au maximum de votre canapé et de votre couverture par ces temps froid en regardant un bon film, une bonne série ou un bon match.

Au total, c’est pas moins de six chaînes qui seront proposées en clair : Canal+, Canal+ Cinéma, Canal+ Sport, Canal+ Séries, Canal+ Family et Canal+ Décalé. Sur Free, vous pourrez retrouvez ces six chaînes sur les canaux 4, 41, 42, 43, 44 et 45 et chez Orange, ce sera sur les chaînes 4, 40, 41, 42, 43 et 44. Avec six chaînes thématiques, autant dire qu’il y en a pour tous les goûts !

Les amateurs de séries seront dans doute ravis avec notamment la saison 5 de Homeland et la saison 4 de Game of thrones, sans compter les rencontre sportives de football et de rugby et bien sûr les nombreux films qui seront diffusés au cours du week end. Une offre a ne vraiment pas rater. D’ailleurs, vous ne risquez pas de la rater puisque vous n’aurez rien à faire à part allumer votre box et votre téléviseur et saisir sur votre télécommande le numéro de la chaîne que vous souhaitez regarder.

En savoir plus : http://www.phonandroid.com/canal-plus-gratuit-free-orange.html#ixzz3qbg59SdO

Follow us: @phonandroid on Twitter | phonandroid on Facebook

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens