Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 14:20

 

    * Exposition  Question d'Art

Serge Pey

du 28 Novembre au 04 Décembre 2012

à la Bibliothèque Universitaire UPVD

 

 Vernissage-débat le 28 Novembre à partir de 17h30

 

  Plasticien, poète visuel, romancier, philosophe du poème, Serge Pey est un des représentants les plus singuliers du mouvement français d’avant-garde de l’art-action.

 France-culture fait régulièrement l’écho de son œuvre. De nombreuses anthologies aux éditions Gallimard, Il est l’auteur d’une cinquante d’ouvrages parmi lesquels  « Lèpres à un jeune poète » (Délit édition)  sur le mouvement de la performance et de la poésie action.

 Dernières publications : Ahuc, poèmes stratégiques, (Flammarion) Chants électro-néolithiques pour Chiara Mulas, (Editions du Dernier Télégramme), Les poupées de Rivesaltes (Quiero).

 Théoricien des relations entretenues entre l’écriture et le corps, penseur des rituels de la parole et des espaces subversifs de la poésie publique, Serge Pey dirige le séminaire/atelier de poésie d’action et le Chantier d’art provisoire de l’université de Toulouse-Le Mirail.  Il est membre du groupe de recherche en esthétique sur les arts de la performance Sorbonne-CNRS.

 

 

*Carton  d'invitation <http://www.univ-perp.fr/cmsstatics/mail/culture/carton-QdA10.pdf

 

** cine--29-nov.jpg  jeudi 29 novembre 2012 à 19h15

Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur Mer - Cinémaginaire

accueille le réalisateur JORDI VIDAL 

 

Download.html.jpg

pour la projection en avant-première du film

HISTORY MINUS ZERO_NO LIMIT

un film de Jordi Vidal en collaboration avec Andreïna Mastio

 

Disqualification du politique devant les puissances de l’argent, retour du religieux, domination masculine, pauvreté accrue d’un plus grand nombre au regard de l’habitat, de l’alimentation, instruction en chute libre : le monde perd connaissance... De chapitre en chapitre, le film dessine la scène de crime planétaire : une réalité que nous ne voulons pas voir.

Les experts inventent d’autres fables qui doivent rendre vaine ou honteuse toute réflexion critique sur un projet de domination général. Ils ont les moyens de transformer la planète en cette terre gâtée.

Le film révèle aussi l’existence peu connue de la société du Mont Pèlerin (huit prix Nobel d’économie),

laboratoire idéologique de la prédation différenciée en territoire chaotique.

 

Andreïna Mastio est vidéaste, auteure de Quand le temps sort de ses gonds (2011).

Jordi Vidal est auteur de Servitude et simulacre en temps réel et flux constant (Allia, 2007), et d’un film homonyme (2008), où il intègre des oeuvres d’artistes dans une mise en abyme et en dialogue.

 

Tarif unique pour tous : 4 euros - La projection sera suivie du pot de l’amitié

 

Cinémaginaire

réseau cinéma de proximité en Pyrénées Orientales

<http://www.cinemaginaire.org> 

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 12:40

images-copie-34.jpeg François Bernardi

JEUDI 29 NOVEMBRE A PARTIR DE 17H A LA LIBRAIRIE TORCATIS

RENCONTRE AVEC LE ROMANCIER

FRANCOIS BERNADI

AUTOUR DE SON LIVRE

"L'OEIL DE MER" ed. Publications de l'Olivier

 

"Francois Bernadi nous donne, sur la guerre d'Espagne, un roman sincère, puissant et âpre.

Non pas la guerre des combattants,vécue au jour le jour,sur le terrain, mais celle qui se poursuit

dans la tête et le coeur des exilés..."

 

Download.html.jpg

Téléthon

Chaque jour est un marathon

Où, seul dans ta chaise roulante,

Tu regardes fuir les moutons

Dans le pré bleu que tu inventes.

Tu sais qu'il avance à tâtons,

Le Téléthon.

 

Tu parles sur le même ton

De princesses que tu enchantes,

Sans crainte du qu'en-dira-t-on

Des elfes qui, dans les soupentes,

Surveillent le long feuilleton

Du Téléthon.

 

Tous les musiciens du canton,

Livrés à leurs fêtes galantes,

Dans leurs flûteaux, leurs mirlitons,

Soufflent aux lendemains qui chantent :

"Mais quand donc le gagnera-t-on,

Le Téléthon?"

 

Les danseuses, de leurs petons,

T'offrent une ronde incessante,

Des roses plantées en boutons

Dans leur chevelure enivrante,

Leurs rires dans le peloton

Du Téléthon.

 

Jean Iglesis

 

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 10:34

   Une conférence passionnante de Noëlle Châtelet sur le "divin" marquis. Un beau livre de Robert Vinas sur les Almodovares, ces mercenaires "fous furieux" partis à la conquête de la Sicile, sous la houlette des Catalano-aragonais.

 

moi.jpg

   La rencontre avec Stéphanie Jaeger, qui a publié, il y a quelques semaines, un livre rempli de rires et d'observations pittoresques sur l'esprit du temps et sur une jeune femme divorcée, prise entre ses occupations de mère et ses conquêtes amoureuses... stand-bear.jpg  (J.Pierre Gayraud, JP.Bonnel, N.Yrle, MC.Bacp-Baeza, Stéphanie Jaeger)

 

Au stand de Cap Béar, la bonne ambiance : on présente les dernières parutions, de Nicole Yrle et de Marie-Claire Baco-Baeza. On fait connaissance avec la dernière "recrue", Geneviève Rouanes (photo ci-contre) qui vient de publier ses carnets de voyage en Asie : belle écriture, aquarelles colorées, un beau livre d'art et de poésie pour les fêtes ! Elle a en tête d'autres voyages (Inde, Birmanie...) et donc de nouveaux livres. Les lecteurs sont ravis ! Nous aussi !!!genevieve-rouanes.jpg

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 15:47
  • photo Jean-Pierre Bonnel -Ermitage de Consolation (66) IMGP7104.JPG  La Dame de Consolation Un polar existentiel  -    

Un homme à la mer comme un livre à la mer.

 

Depuis le Casino de Collioure, où un solide cocktail a été offert aux auteurs et organisateurs du salon « Un livre à la mer », Julien monte vers Consolation. Vers Notre-Dame des pêcheurs, des pèlerins, des inconsolables. La nuit profonde lui permet admirer les lumières du village, du port, du château royal, en bas, près de la mer. Mais la route est étroite, il n’est pas question de se laisser aller à la contemplation du paysage. Il faut se dire que la beauté sera demain, comme depuis cent millions d’années, au rendez-vous…

 

Julien monte dans la nuit ; à droite un parapet naturel de schistes ; à gauche, l’abîme, un vertige de vignes et de terrasses cultivées. En outre, à cette heure avancée du déjà petit matin et vu son état quelque peu miné par l’ébriété, il doit faire attention…

 

Il laisse le hameau du Rimbau, aux accents poétiques, signalé tout droit, et il vire à gauche, toutes, dans le petit chemin qui descend allègrement dans une obscurité d’onyx. Le parcage est rempli de touristes, des trente et un, des quatre-vingt-treize, des Allemands, des Anglais…D’autres plaques d’immatriculation, qu’il n’arrive pas à identifier. Voici l’entrée de briques ; Julien suit l’allée qu’il ressent majestueuse, avec ses platanes centenaires, même si sa vue n’est pas très nette. Sans se heurter aux chaises et aux tables de la terrasse ni aux arcades et piliers en pierre de l’hôtel, mais en faisant un bruit agaçant, en marchant sur le chemin bourré de galets, il atteint la chambre numéro trois.

 

La clef est, comme convenu, dans la serrure. Il découvre la pièce à deux heures du matin et il doit se lever à sept ! Il n’a le temps de se familiariser qu'avec la douche et il s’abat, souche humide, sur le lit qui ne lui semble pas des plus moelleux. Peu importe…Et puis, une odeur familière habite, lui semble-t-il, cette chambre. La réglisse, le bois de chêne, le pruneau d’un vin de Banyuls… Mais un Banyuls de Collioure ; oui, c’est ça, il le reconnaît, il en est assez imbibé : La Tour vieille.. !

 

La nuit est un ange qui passe... 

* Dédicaces au salon du livre de Cabestany, samedi 24 et dimanche 25 novembre 2012, au centre culturel.

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 13:46

 nov 17, 2012 • 

Jean-Pierre-Bonnel-300x199.jpg

    Jean-Pierre Bonnel à La Maison de la Région Languedoc-Roussillon, avenue Général de Gaulle à Perpignan. (C) Loïc Robinot.

 

A l’initiative du Centre Méditerranéen de Littérature (CML), la Maison de la Région Languedoc-Roussillon a ouvert, jeudi soir, ses portes à la littérature.

En effet, avenue Général de Gaulle, à Perpignan, à quelques mètres du Centre-du-Monde et de la gare dalinesque, les amis du livre sont venus nombreux écouter Jean-Pierre Bonnel, qui publiait son dernier livre, « Je te haine » (aux Editions Cap Béar).

L'’écrivain retraça devant une centaine de personnes d’'abord son itinéraire littéraire, à travers les villes où il fut professeur de français – à Boulogne-sur-Mer dans le Nord, Sfax en Tunisie, Metz en Lorraine,Gap dans les Alpes et, enfin, Perpignan, au collège Jean Macé – et les ouvrages qu'’il publia : « L’infini de l’enfance », « Walter Benjamin », « La mort à Port-Bou »,« Machado de Séville à Collioure », « Méditerriennes», « Catalogne en peinture », "CatalognARTS"...


 Il dressa le portrait de personnages hors du commun qui l’'ont aidé et influencé : René Rougerie,Modest Cuixart, Jordi Pere Cerda, Max Chaleil, René Char (il a analysé le recueil « Les Matinaux » pour son mémoire de maîtrise). andre-bonet.jpg

Ce retour dans le passé fut ponctué par des lectures de poèmes ou d’'extraits de romans par Dominique Baillieux, qui a illustré la couverture de « Je te haine » ; des morceaux de guitare classique furent joués par Jean-Claude Raucoules, professeur à l’'Académie de guitare (avenue de la gare).

Enfin, il fut question de ce dernier roman insolite, où l’'amour et la haine luttent et font aussi l’'amour, à l’'image d’'Inès et de Julien, deux êtres qui n'’arrivent pas à communiquer. Ils voguent d'’expositions en vernissages, de voyages en villégiatures, mais le dialogue et les sentiments se perdent dans le divertissement, moderne ou pascalien...

Cette soirée amicale s’'acheva autour d'’un formidable cocktail offert par la Région : Jean-Pierre Bonnel donna alors rendez-vous à ses lecteurs au Centre d'’Art Contemporain de Saint-Cyprien (village), le samedi 8 décembre 2012, à 17h, pour une conférence sur le philosophe juif allemand Walter Benjamin. 

(photos Loïc ROBINOT - en bas, de gauche à droite : Dominique Baillieux, J.P.Bonnel  et André Bonet, président du Centre méditerranéen de Littérature).

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 14:54

   * Les auteurs de Cap Béar à Paris (espace des Blans-Manteaux, dans le Marais) : dédicace de Nicole YRLE au stand de Cap Béar, avec Jean-Pierre Gayraud : présentation des livres de J.P.Bonnel, J.François Mourages, Hélène Legrais, Antoine Parra, Marie-Claire Baco-Baeza, Loïc Robinot...


yrle-copie-1  N.Yrle présente son dernier recueil de nouvelles "Eclats de vie", à l'écriture exigeante, au sentiment profond mais toujours retenu.

 

* Cap Béar représente AdER Languedoc-Roussillon(Association pour le 

développement de l’édition en région Languedoc-Roussillon) 

Représentant légal : Christophe Bara 

Domaine de la Feuillade, 264, rue du Capitaine-Pierre-Pontal - 34000 Montpellier 

Tel. : 0623302451 

contact.aderlr@gmail.com 

Forme juridique: association - Année de création: 2005 

Présentation: L’ADER-LR est une association professionnelle dont le but est de 

créer une cohésion entre les éditeurs de la région, défendre leurs intérêts et pro- 

mouvoir leurs activités. Elle mène des actions se répartissant en commissions de 

travail : « salons », « mutualisation d’achats », « web-marketing » et « communi- 

cation à destination des professionnels ». 

Éditeurs adhérents, présents sur le salon: Atelier du Gué (revue Brèves), Au Dia- 

ble Vauvert, Balzac, Cabardès, Cadex, Cap Bear, Cardabelle, Domens, Éditions 

du Mont, Espaces 34, Grandir, Jorn, L’Entretemps, Le papillon rouge, Les écologistes 

de l’Euzière, Les éditions du Petit Pois, Les nouvelles presses du Languedoc, Lira- 

belle, Talaia 

 

Catalogue des éditeurs indépendants 

 

Association l’autreLIVRE 

48, rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie 

75004 Paris 

contact@lautrelivre.net - www.lautrelivre.net 

 

 

 

10eSalon de l’autreLIVRE - 2012 www.lautrelivre.net1973    

                               C31 

17 rue des arts                     B35 

Absalon                                A1 

Aden                                    D8 

ADER Languedoc-Roussillon    B12-B18 

À dos d’âne                          B15 

Al Manar                              A4-A6 

Albertine                              B26 

Alexandrines                         B28 

Amandier (L’)       B22-B24 

Anacharsis                            B4-B6 

Antidata                               A15-A17 

Arkhê                                   D13 

Artisans-Voyageurs                B30-B32 

Aspect                                  A3 

Asphalte                               C30 

Asphodèle éditions                D38 

Atelier du Gué                      B12-B18 

Attila                                    D28 

Au Diable Vauvert                 B12-B18 

Aux Forges de Vulcain           C22-C24 

Balzac                                  B12-B18 

Bleu autour                           A11-A13 

Blusson                                 D31 

Bruno Doucey (Éditions)          A2-B1 

Cabardès                             B12-B18 

Cadex                                  B12-B18 

Cambourakis                        A12-B13 

Cap bear                             B12-B18 

...

etc (voir le site de L'autre Livre"

 

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 14:49

 

 

marquer comme non lu

 

 

 

 

Samedi 17 novembre 20h30 au Gîte "La Trobada

Jo falieu nous amène en balade au pays des mines

Repas sur réservation au plus tard vendredi 16 novembre au 04 68 96 29 71 

ou par retour de mail.

Repas et spectacle: 20 euros (0468962971


Download.html.jpg

 

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 14:20

images-copie-30.jpeg  J'expose mon itinéraire littéraire et parle de mon dernier roman, ce soir, de 18h30 à 20h, à la maison de la Région, avenue de la gare, à Perpignan (entrée libre) : lectures de Dominique BAILLIEUX, guitare classique de Jean-Claude Raucoules...

 

Je suis concurrencé par Amélie NOTHOM, invitée par la librairie Torcatis et Jean Vigo !!! Dommage, mais je pense qu'Amélie viendra me faire un petit coucou...à moins que ce ne soit le contraire...

En tout cas, je lui dirai que je conserve un très bon souvenir de son grand-oncle, Paul Nothom, que nous (André BONET et le CML, Pierre COUREUX et les Amitiés internationales André Malraux) avions invité à Perpignan, pour un grand colloque Malraux, au Palais des Congrès, en 2000...avec Olivier Todd, Henri Godard, etc.

 

   Je me souviens : je suis allé chercher Paul N. et son épouse à l'hôtel Wndsor et je les ai accompagnés jusqu'à la salle de conférence : une grande modestie pour cet homme, grand écrivain méconnu et héros de la guerre d'Espagne !!!

 

---

Paul Nothomb

 

Paul Nothomb, né en 1913 à Bruxelles, mort le 27 février 2006, était un aviateur et écrivain belge. Communiste, il participa à la guerre d'Espagne dans le camp républicain et à la Résistance contre l'Allemagne nazie durant la Seconde Guerre mondiale. On lui reprocha d'avoir donné des renseignements à la Gestapo, qui l'avait arrêté.

Alors qu'il avait un avenir socio-professionnel bien tracé par sa famille de la haute bourgeoisie catholique de droite (il est en effet le fils du nationaliste belge Pierre Nothomb), le jeune Nothomb, sorti navigateur bombardier de l'école des cadets, devient communiste1. Sous le pseudonyme de Paul Bernier, il traite de politique étrangère dans deux journaux belges, Le Drapeau Rouge (communiste) et La Voix du Peuple2. Engagé pour participer à la guerre d'Espagne dans le camp républicain, il s'illustre dans l'escadrille España d'André Malraux, qui devient son ami. Il aurait d'ailleurs inspiré le personnage d'Attignies dans L'Espoir, de Malraux. Productions Rose Night a recueilli en 1999 le témoignage de Paul Nothomb et celui de sa compagne sur la période de la guerre d'Espagne. Un livre a vu le jour trois ans plus tard sur son engagement dans le conflit.

Résistant durant la Seconde Guerre mondiale, il fut arrêté par la police allemande le 13 mai 1943, puis incarcéré et transféré dans les locaux de la Gestapo à Bruxelles. La Gestapo pratiquant couramment la torture contre ceux qui refusaient de parler, la consigne de la Résistance était de tenir deux jours puis de donner quelques renseignements en espérant que le réseau dont on était membre se serait dispersé3. Nothomb se dit converti au national-socialisme pour protéger son épouse enceinte, donna des noms de membres de son réseau et assista aux interrogatoires afin de convaincre les détenus de renoncer à toute résistance et de parler. Du 2 juillet au 30 août, il y eut cent quatre arrestations de communistes ou de sympathisants, membres du réseau de Nothomb. Soixante-seize furent déportés, douze exécutés et huit moururent en déportation. Après la Libération, en juin 1945, Nothomb fut arrêté sur plainte de quelques survivants parmi ceux qu'il avait dénoncés. Les procès eurent lieu en 1946 - Conseil de guerre et Cour militaire - et Nothomb fut condamné à deux ans de prison puis, en appel, à huit ans. Il sera finalement réhabilité en 1948.

Un documentaire relatant les circonstances de ce dilemme, "Trahir?", a été réalisé par Georges Mourier en 2000 dans le cadre de sa collection "Le Choix des Hommes".

Après son court emprisonnement, il s'exila en France, où il prit le nom de Julien Segnaire. Malraux l'introduisit chez Gallimard, qui publia ses cinq romans et l'employa à la documentation d'écrits sur l'art.

La pensée de Paul Nothomb

Romancier et philosophe, il propose, entre autres passions telles que l'amour de la Liberté et son pourquoi, une relecture des textes de la Bible, hors des canons. Se référant au texte brut, il dénonce des erreurs de traduction, et offre un nouvel éclairage de la Genèse en particulier.

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 16:23

caravage moi encadré

 

   * MOI, MATISSE A COLLIOURE (en 2003 - Balzac éditeur), dont quatre chapitres ont été publiés par la revue roumaine Axioma, n°45, déc.2003-traduction de Letitia ILEA) :

 

«  Un roman en forme d'autobiographie foisonnant de détails sur les débuts du peintre, ses rencontres, sa création »                                        ( Gwenaëlle Moulins, LA CROIX du 24 avril 2004)

 

« Une autobiographie fictive formidablement documentée, imaginée par Jean-Pierre Bonnel. »                                                                     (J.M.D - Le FIGARO Magazine du 26 juin 2004)

 

“C'est tout l'art en mouvement, au début du XX° siècle, en Roussillon, qui est évoqué dans cette fiction, fondée sur des lectures et des témoignages”.  ( Luc Malepeyre- Midi Libre du 8/8/2003)

 

“Pour Bonnel, Matisse, c'est moi. Cette historio-fiction invite à replonger dans une époque bénie.”                                                                   (Grégory Tuban – La Semaine du Roussillon)

 

“Dans ce livre-récit aux couleurs fauves, l'auteur évoque le cheminement d'un grand peintre qui se raconte à la première personne.”                  (Valérie Pons, L'Indépendant catalan, 3/11/2003)

 

“J.P.Bonnel a effectué un énorme travail de documentation...Un hommage au Matisse et au Collioure qu'il aime.”                        (Christine Tomas – Le petit journal, n°1, trimestriel, janvier 2004)

 

“J'ai beaucoup apprécié ce livre à la structure subtile: trois présents s'entremêlent, celui du Matisse de 1905 à 1914, celui du Matisse de 1950 et enfin celui du narrateur de 2004, qui fait revivre ces années du fauvisme.”                                  (Jean Reynal – L'Accent catalan, mensuel, déc. 2003)

 

“Au Matisse de Bonnel, on lui ferait bien une petite gâterie...”

                                                                     (Catherine Aime, L'art, ça presse – Paris – 29/2/05)

 

 

   * LA CATALOGNE en PEINTURE  (en 2004)

 

« Il manquait une histoire des peintres catalans ou l'histoire catalane des peintres reconnus internationalement. »                                                    WWW.llibreriacatalana.com

 

 

  * L'Infini de l'enfance (Cap Béar Editions 2009)

 

Le décor est catalan. Ce Perpignan des années cinquante et après... où les personnages disparus semblent indifférents au temps qui passe, seul compte leur témoignage. L'Infini de l'enfance serait-il cet instant immémoriel, où l'héritage de nos aînés côtoie le petit d'homme découvrant les humains et le monde.

Un aller et retour curieux entre passé et présent dont l'enfant gardera toujours un souvenir nostalgique et libérateur, caché dans sa vie d'homme tel un clin d'œil à une enfance perdue... Imagée, sensible et poétique, l'écriture accompagne Jean-Pierre Bonnet. L'écrivain ouvre une malle aux souvenirs emplie de tendresse, de douceur et parfois de peine, où l'éternité d'une vie pourrait peut-être se résumer à " L'Infini de l'enfance ".  (Site Babelio, 2010)

 

 

    *  Site :  louisiane.catalogne.over-blog.com Vendredi 26 octobre 2012 (Pascal Yvernault)

      Jean-Pierre Bonnel : à l'amour à la haine

 

 Jean-Pierre Bonnel, écrivain, essayiste, a écrit plusieurs biographies sur des personnalités qui, sur le Roussillon, ont laissé leur empreinte comme Henri Matisse et Walter Benjamin.

 Son dernier roman paru en avril dernier aux éditions Cap Béar et intitulé Je te haine parle d'une histoire d'amour compliquée - pardon pour le "plaie"onasme - semée de plusieurs séparations et qui se termine, et c'est ainsi que le livre commence, par une ultime rupture après quatre années de vie commune. Ce n'est pas un énième livre sur l'incommunicabilité entre les êtres et sur le gigantesque fossé qui existe entre l'homme et la femme qui ne les empêche pourtant pas de s'accoupler et de se reproduire, mais une démonstration du mécanisme qui conduit à une rupture définitive, à ce voyage vers Madrid, voyage sans issue pour cette histoire.

L'auteur détaille les sept bâts qui blessent un amour : la jalousie, l'ennui, la lassitude, le silence, la rancœur, l'illusion, la fuite.

Les enfants ne sont pas un ciment pour les couples : Julien, écrivain est marié et a un enfant ; Inès, artiste-peintre, a des enfants et a divorcé "en s'insultant, en se menaçant, en s'attaquant à coup de procès mesquins". Tous deux se rencontrent à un vernissage et se plaisent immédiatement. Mais l'un comme l'autre a du mal à trouver sa place dans cette nouvelle relation.

  Lui se mure dans son silence, préférant parler par le truchement des personnages qu'il invente; elle veut de l'amour, de la tendresse. Lui est ordonné, elle veut du désordre. Lui fait l'amour pour gagner du temps - cela lui évite d'avoir à parler -, elle veut élever l'amour au rang d'un huitième art. Elle veut être son amour, sa passion ; elle veut se mettre à nu, le reste n'étant que vêtement, à l'image du très beau tableau de Dominique Baillieux qui illustre la couverture du livre.

 

 Elle n'est que son faire-valoir. "Quand donc vas-tu me faire l'amour..? Tu n'es pas fait pour l'amour, mais pour les musées ! Pas pour les caresses, mais pour les vernissages ! Pas pour les baisers, mais pour les rencontres littéraires !" L'homme se morfond alors que la femme veut profiter de l'existence. "La vie est trop courte pour se payer le luxe de s'embêter, de se quereller..."

 Julien a peur de la mort ; mais qui a peur de la mort a peur de la vie, disait Arthur Miller. Je t'appartiens, tu m'appartiens, pense-t-elle, alors que personne n'appartient à personne. Les êtres en couple finissent par se ressembler, c'est tout. Ils finissent par perdre ce qui les fait eux : "... c'est du mimétisme, l'homme prend du ventre quand sa femme commence à être enceinte... Inès et Julien iront-ils voir Gabrielle de Patrice Chéreau ? D'ailleurs est-ce le bon choix ?

 Julien devrait plutôt emmener Inès voir Intimité du même Chéreau, histoire d'un amour fort et vrai où personne ne demande rien à personne - pas même son nom -, où les personnages font l'amour pour la beauté de l'acte, dans la simplicité et le respect de l'autre. Mais ils n'iront pas au cinéma et dans leur relation il manquera toujours "ce plus qui fait que l'on se transporte, que l'autre nous transporte dans un univers de désir, d'amour, de fusion de l'autre". Et ce ne sont pas les visites des musées des beaux arts de toute l'Europe qui y changeront quelque chose. Inès rompt et cette fois c'est pour de bon. La rupture est consommée comme on dit d'un mariage, mais on ne repasse pas deux fois les mêmes plats.

 

*Jean-Pierre Bonnel présentera ses livres dont ce dernier roman à la Maison de la Région Languedoc-Roussillon, avenue du général de Gaulle à Perpignan, le jeudi 15 novembre 2012 à partir de 18 heures. Cette rencontre est organisée par le CML (Centre Méditerranéen de Littérature) et son président André Bonet.

 Vous pouvez aussi retrouver ses écrits sur son blog www.leblogabonnel.over-blog.com

 

 

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 11:51

verslesplagesdelexil.png Les éditeurs des Pyrénées-orientales n'ont pas voulu du roman d'Isabelle Callis-Sabot; le thème retenu - guerre civile en Espagne, Retirada- aurait été trop "romancé". 

   Ils ont tort : nous avons la mémoire courte et ce genre d'horreur est à raconter sans cesse. L'auteur a trouvé un éditeur portugais qui a confectionné une bien belle couverture : le sable d'Argelès, les Albères et le ciel de la Catalogne, toute les nuances du bleu...

 

   Les éditeurs d'ici sont passés à côté d'un récit bien structuré, dramatique et écrit avec aisance; malgré quelques poncifs dans les descriptions ("les rayons vivifiants du soleil", un paysage "écrasé de chaleur"...), le lecteur ne peut rester indifférent à de nombreux passages pathétiques : les ouvriers de Paulilles (page 15), l'évocation du poète Machado (p.58, 129, 147), les nouvelles de la guerre civile et la chute de Barcelone (p.66, 75...), la description d'Argelès et de sa fameuse (hélas!) plage, l'histoire de "Banania" et du tirailleur sénégalais (p. 83), la figure du grand-père abattu par un officier lors de la "grande guerre", le portrait de Maillol (p. 105), le rêve de Luis (p. 143)...

 

La chronologie du récit est brisée par les retours sur la guerre de 14/18 : est original ce parallèle entre la première guerre mondiale et la mort du grand-père et la guerre civile (temps de la narration), avec l'engagement de Francisco, le "communiste", si mal considéré par Thérèse, sa belle-mère. D'ailleurs la critique acerbe de certains éléments -anars et staliniens- égorgeurs de curés ou violeurs de nonnes, de la "gauche républicaine", est très directe. La vision idyllique de la République n'est pas reconduite; le point de vue fasciste n'est pas donné : le lecteur comprend simplement que le narrateur est franchement antifranquiste...

 

Un autre aspect original du livre réside dans les analyses familiales : derrière la tragédie de la guerre se devinent les déchirements d'une fratrie : la haine de Thérèse la catholique pour Francisco le rouge, l'amour d'Emile pour sa belle-soeur Angèle, la rivalité entre les deux soeurs, Rose et Angèle...

 

Originale aussi, et un peu étonnante, cette page 76, où l'auteur se cite elle-même en donnant un extrait de poème..! Petite faiblesse de l'ego..?


- - - - -

Isabelle Callis-Sabot - Collection: Voyages dans la Fiction , 222 - Date de Publication: Juin 2011
Genre:
Roman - Prix: 21
ISBN:
978-989-697-246-2

Banyuls sur mer, été 1936. La guerre civile vient déclater en Espagne, à quelques kilomètres à peine, de lautre côté des Pyrénées. Luis a huit ans. Le conflit lui semble lointain et irréel. Jusquau jour où son père Francisco lui annonce son départ : il va partir combattre contre les troupes de Franco. Luis promet dêtre courageux et de veiller sur sa mère. Mais il est loin de se douter que la guerre change les hommes.  Il nimagine pas non plus que labsence fait naître de nouvelles passions et révèle des conflits de famille trop longtemps enfouis

Isabelle CALLIS-SABOT est née à Montpellier en 1958. Après des études dergothérapie, elle se consacre à lécriture. Dabord poète, elle commence par publier quelques recueils, avant de se tourner vers le roman.

Le Bugey, où elle est venue sinstaller, devient la source de son inspiration, par la richesse de son histoire et la beauté de ses paysages.

Son premier ouvrage « Le Miracle de Mazières » témoigne de son attachement à cette région. Il remporte le prix dAmbronay en 2000.

Suivront ensuite dautres romans historiques célébrant diverses périodes et différents lieux de lAin.

 

En 2009, Isabelle Callis-Sabot quitte son pays dadoption et choisit de vivre dans le Sud de la France. Un retour aux origines, un choix déterminé, un endroit où elle puisera le thème de ses futurs ouvrages.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens