Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 11:35

fossa.jpeg  François de Fossa, né le 31 août 1775 à Perpignan et mort le 3 juin 1849 à Paris, est un compositeur français.

Fils d'un juriste perpignanais de petite noblesse, il part, à 21 ans pour l’Espagne, investi dans une mission volontaire, la « Légion des Pyrénées ». François de Fossa séjourne ainsi au Mexique, alors espagnol, de 1798 à 1803, avec un séjour à Acapulco en 1800. Puis il regagne, en Espagne, un poste de chef de bureau au ministère des Indes. Emprisonné à Grenade lors de l’invasion de l'Espagne par Napoléon I, il repart pour la France en 1814 lors du repli de l’armée française vaincue par les troupes britanniques.

François de Fossa fut nommé chef de bataillon (commandant) à Molins de Rei, tout près de Barcelone, en 1824, lors de la campagne du Duc d’Angoulême. Il fut décoré par les monarchies espagnole et française, celle de Louis XVIII et Ferdinand VII. La France lui remit les insignes d’officier de la Légion d’honneur, avant qu'il ne participât en 1830 à la prise d’Alger. Enfin, il quitta l’armée en 1844, s’installa à Paris, où il mourut en 1849.

Son approche de l’écriture musicale débute à Cadix, puis à Madrid, vers 1808. C’est sous la Restauration française, puis sur la période 1824-1844, en France et en Allemagne qu’il produit et édite sa création. Son style marie le violon, le violoncelle et la guitare.

Ce n’est qu’au début des années 1980 que l’œuvre de François de Fossa sort lentement de l'oubli. Actuellement, les compositions pour quatuors, duos et solos de De Fossa sont enregistrées au Japon, en Italie, en Allemagne. L’œuvre de De Fossa, aujourd’hui dispersée, est en cours de reconstitution.


** Le projet François de Fossa

 

 

Un petit groupe d'amis, réunis le 31 août 2013,  dans la demeure de la fille d'André Suspuglas, a rendu un hommage inattendu  à François de Fossa, le musicien du quartier de la Révolution française, à Perpignan.

 

  Dans cette splendide maison de Palau del Vidre, conçue et décorée par Gustave Violet en 1914, il a été convenu, en effet, de se réunir chez Marie, la date anniversaire  se révélant motivante afin de préparer un projet d'envergure autour de F. de Fossa !

 Poser les premières pierres, ici, sous les toits décorés et maçonnés par le sculpteur catalan, semble bien présomptueux; cependant, la rencontre de personnes bien différentes, un guitariste (Francisco Ortiz), une éditrice (Marie-Ange Falquès), un scénographe (Guillaume Lagnel), un dynamique animateur culturel illibérien (Jean Bigorre) un philosophe buissonnier (Jacques Quéralt), un écrivain-blogueur (J.-Pierre Bonnel, auteur de ce compte-rendu), et le président-fondateur des Amitiés internationales A.Malraux, à l'origine de cette initiative (Pierre Coureux), ne pouvait qu'apporter de l'eau claire au moulin de l'ambition culturelle, populaire et de haute qualité ...

 

  Chacun put s'exprimer, apprendre, par morceaux temporels, la vie tumultueuse de cet artiste perpignanais, dont les idées  peu conformes à l'air du temps -royalistes- et la difficile technique de ses pièces musicales, ont conduit au silence, grâce à l'universelle omerta des autorités locales et des pseudo-intellectuels en place, un guitariste talentueux, copié par Boccherini et quelques autres...

 

  Il est vrai que François de Fossa a pu pâtir de la présence d'un père juriste, à la notoriété certaine : "La culture roussillonnaise se réfère au père.", a bien dit Jaume Quéralt, ajoutant une corde psychanalytique à son arc...Pardon, à sa guitare... Pourtant, celle-ci, la guitare en question, était à l'époque, préromantique, de F.de Fossa, faux aristocrate, enseignée par huit professeurs ! 

 

Il est donc grand temps d'écouter les pièces de ce musicien mort en 1849. Francisco Ortiz, qui, en 1991, avec l'aide du CEDAC, grava un CD, nous fit savoir que des enregistrements étaient accessibles sur "You Tube". L'acteur fondateur est à l'honneur de F. Ortiz : en 1977, il découvre par hasard une partition, dans la méthode de Tarrega; il s'agit de "Folies d'Espagne"; puis, à Cracovie, il rencontre un chercheur qui s'était rendu aux archives départementales...

Le fil du destin musical se déroula : F.Ortiz se mit au travail, beaucoup et longtemps; il enregistre dans la "prison du Castillet", avec l'aide de France Bleue Roussillon. Les autorités locales restèrent sourdes à ses demandes d'aide *; il dut mettre trente mille francs de sa poche pour sortir le disque et établir un programme, le 17 septembre 2005, à la Casa Xanxo, avec des morceaux de D.Aguado, Fernando Sor et F. de Fossa ... Une brochure sur F. de Fossa, en anglais et français, avec présentation par les éditions Orphée.

 

   Le groupe a l'intention de publier la correspondance de F.de Fossa, avec des nombreuses personnalités du début du 19ème siècle et, en particulier avec Ramon Carnicer, directeur du théâtre de Barcelone, puis de Madrid, qui demanda à de Fossa un "barbier de Séville" pour l'adapter.

 

   En suivant la correspondance et la vie de F. de Fossa, on pourra revivre l'histoire tumultueuse de la fin du 18° et du début du 19° avec les grands moments de la Révolution et de la Restauration...l'exil en Espagne et en Amérique du Sud, la carrière d'un militaire peu orthodoxe... Ainsi que la lignée du préromantisme musical, dont le précurseur fut Julian Arcas, suivi de Juan Parga, Agnado (ami de Fernando Sor à l'hôtel Favart à Montmartre) et Trinidad Herta, le Lagoya de l'époque...

 

Il est aussi question d’organiser un festival autour de F. de Fossa, en 2015, c’est-à-dire…demain ! Concert accessible à tour, sur la place du figuier ou autour du puits de la salamandre ; dans le quartier natal du musicien ; concert plus élaboré sur le site de Monastir del Camp, ou dans la chapelle basse de la résidence des Rois de Majorque, ou encore dans l’intimité de l’ermitage de Consolation, au-dessus de Collioure… Les lieux, les mas hospitaliers ne manquent pas…. 

 

Une visite guidée du quartier et de la maison, autour de cette maison qui jouxte celle de Jaubert de Passa, conservateur en chef du patrimoine et président du conseil général, ami de l’écrivain Prosper Mérimée (évoqué dans la nouvelle fantastique « La Vénus d’Ille ») peut être envisagée…

 

Des bouteilles à la mer du mécénat et de la culture ouverte sont lancées en direction de tous, population locale, mécènes, partenaires privés et institutionnels ! Le travail ne fait que commencer : que les bonnes volontés se révèlent afin de participer à l’élaboration du projet, à sa réalisation concrète, à son aventure insoupçonnable.. !

 

* Soyons justes : la municipalité de Perpignan acheta dix disques...

 

 

 

----- Sous l'égide des AIAM en présence du président Pierre Coureux : 10 ans après cette première pierre posée à Palau del Vidre, en 2005, au festival Concert d'été, Juillet Août 2015 : 

Colloque avec l'université de Perpignan (UPVD) et les Archives Départementales. 

Rencontres internationales, concerts, éditions, cd, actes du colloque.

Invités de haute qualité, spécialistes - Constitution Comité de Pilotage et  Scientifique.

Lancement d'une proposition de Festival Musical sous le parrainage de François de Fossa :

Festival ou Rencontres musicales / concours et  Prix.

 

… Un projet innovant ouvert à la Jeunesse alliant musique et peinture, musique et patrimoine "François de Fossa. et Jaubert de Passa, 1750 / 1850 à Perpignan en Roussillon"

* Diversité des lieux d'actions : Palau del Vidre - Perpignan - Elne - Monastir del Camp à Passa - Fort de Bellegarde - Gérone.- Acapulco au Mexique...

 

* Contact : Pierre Coureux

Fondateur des AIAM - Amitiés Internationales André Malraux

72, rue Vauvenargues - 75018 Paris

Tél.: HYPERLINK "tel:01%2042%2063%2089%2046"01 42 63 89 46 - Port.: HYPERLINK "tel:06%2013%2053%2030%2048"06 13 53 30 48 - HYPERLINK "http://www.andremalraux.com/"http://www.andremalraux.com

Facebook: AIAMfr   Twitter: AIAMtwit

 

 

* Correspondant des AIAM, dans le Roussillon : Jean-Pierre Bonnel : 04.68.55.96.39. - 06.31.69.09.32. - jean-pierre.bonnel@orange.fr  -  leblogabonnel -


Le père juriste François de Fossa (1726-1789), par l'abbé Capeille

Il naquit à Perpignan le 21 juillet 1726. Son père, qui était inscrit comme avocat au barreau du Conseil souverain du Roussillon, lui avait inspiré, avec le goût des études juridiques, l'amour de son honorable profession. Avec un tel maître, les progrès du jeune Fossa dans la science de la jurisprudence furent si rapides qu'à l'âge de dix-huit ans à peine, il disputait une chaire de droit civil dans l'Université de sa ville natale. Elle lui aurait même été adjugée, s'il avait eu l'âge requis.

Deux ans après, en 1746, le talent supérieur qu'il déploya dans un autre concours pour l'obtention de la chaire de droit canonique, lui mérita la faveur spéciale d'une dispense d'âge pour l'occuper. François Fossa devint en peu de temps l'oracle du barreau perpignanais : on rapporte même que d'Aguesseau le comptait au nombre des plus éminents jurisconsultes du royaume. En 1759, il était doyen de la faculté de droit et recteur de l'Université où il donnait ses doctes leçons. Ses cours manuscrits témoignent d'une connaissance approfondie du droit ecclésiastique ; l'exposé est sobre et lumineux ; l'ex-pression claire, élégante même ; le fond imprégné des idées gallicanes, propre à plaire aux esprits du temps.

Mais il y avait en Fossa comme une double personnalité : le professeur était un véritable érudit en matière d'histoire locale. Ses connaissances étaient très étendues et son jugement des plus sûrs. Ces rares qualités déterminèrent les savants auteurs de l'Art de vérifier les dates à solliciter sa coopération à ce grand ouvrage. Fossa se montra digne d'un tel choix par les mémoires qu'il fournit sur la chronologie des comtes de Roussillon, de Cerdagne, de Besalu et d'Empories. Un procès long et retentissant, commencé dès 1738, entre les nobles et les bourgeois honorés de Perpignan, engagea Fossa, défenseur des premiers, dans d'interminables recherches très précieuses pour l'histoire du pays.

Il en consigna le résultat dans les Observations historiques et critiques sur le droit public de Catalogne et de Roussillon. Cet ouvrage, édité à Perpignan en 1770, était une réplique aux Recherches historiques sur la noblesse des citoyens honorés de Perpignan et de Barcelone publiées par l'abbé Xaupi, sept ans auparavant. Loin de se rendre aux raisons de son contradicteur, Xaupi refit son livre, et il en publia une seconde édition en 3 volumes, l'année 1776. Fossa ne fit pas attendre la réponse. Elle parut l'année suivante sous le titre Mémoire pour l'ordre des avocats de Perpignan. Cette dernière oeuvre, au dire de M.Brutails, «dénote des qualités maîtresses. de la puissance de travail, de la subtilité, la pratique des affaires... Mais à côté de ces avantages, on trouve de graves imperfections : Fossa est un érudit plutôt qu'un savant, un plaideur bien plus qu'un historien ; il n'a pas le sens historique du droit ; il cherche avant tout à prouver sa thèse, même en modifiant un peu la portée des documents». Un autre mémoire de Fossa intitulé Réponse pour le marquis d'Oms au mémoire du sieur Berteau (sur les eaux de sa seigneurie de Suréda) parut en 1777, à Perpignan.

Mais les écrits qu'il a mis au jour ne constituent que la mineure partie de ceux qui sont sortis de sa plume. Le doyen de la faculté de droit avait tracé l'esquisse et rédigé le recueil diplomatique d'une Histoire du Roussillon qui est demeurée inédite. Il avait encore écrit un volumineux traité sur le Franc-alleu de Roussillon et de Catalogne. Fossa ne mit la dernière main à cet important travail qu'an bout de vingt années consacrées à la recherche et à la lecture d'un millier de chartes, dont la plupart des originauxn'existent plus de nos jours. Il en avait envoyé une superbe collection au dépôt des chartes du roi, à Paris. Fossa comptait au nombre des membres de l'Académie des Belles-Lettres de Barcelone. Louis XVI l'avait anobli, et il avait reçu encore de ce monarque le cordon de Saint-Michel. Homme de lettres, jurisconsulte consommé, Fossa fut encore un admirable philanthrope. Son nom paraît sur la liste des administrateurs de l'hôpital Saint-Jean, durant une longue période de vingt-six ans (1758-1784). Fossa mourut àPerpignan, le 6 août 1789, dès les premiers jours de la Révolution.

Archives communales de Perpignan, GG. 189. - Annuaire de 1834. - Mémoires de Jaume. - BrutailsEtude sur la condition des populations rurales du Roussillon (préface). - Abbé TorreillesL'Université de Perpignan.


 

 

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 09:49

 

images-copie-20.jpeg Le lorrain Etienne Bodin devient catalan par adoption


Son père, Étienne Bodin (1652-1730), affublé du sobriquet « Boismortier » était un ancien militaire originaire, par son grand-père Michel, des confins du Berry et de la Touraine (Selles-sur-Nahon) près de Châteauroux. Après un passage à Laval, Étienne entre en garnison au régiment du Soissonais cantonné à Thionville et obtient une dispense de ses obligations militaires afin d'épouser, le 7 avril 1687, Lucie Gravet (1665-1738), une jeune fille du cru. Il met à profit la tradition familiale en devenant marchand confiseur, à l'ombre de la Cathédrale Saint-Étienne de Metz.

Dès le 24 mars 1688, un premier enfant voit le jour : une fille, Marie. Appelée à devenir maîtresse tailleuse dès 1712, elle épousera, le 8 avril 1720 sur la paroisse Sainte Croix de Metz1, Jean Bouchotte, 35 ans, marchand boutonnier. Leur fils, Jean-Didier, caissier de l'Extraordinaire des Guerres puis Receveur-payeur des gages des officiers du Parlement, aura lui-même plusieurs enfants dont Jean-Baptiste Noël Bouchotte, éminent ministre de la guerre sous la Convention, entre 1793 et 1794.

Le 18 novembre 1691, à Thionville toujours, une petite Catherine est baptisée. Enfin, le 29 septembre 1700 est enregistré le décès de Marie-Thérèse, à Metz cette fois, avant qu'on ait eu le temps de la faire passer sur les fonds. Pour achever ce portrait de famille, une lettre datée du 11 janvier 1753 et adressée par Boismortier au Surintendant des Beaux-arts, atteste de l'existence d'un peintre, Pierre Etienne, qui fut effectivement reçu dans sa corporation messine le 28 mars 1719.

Boismortier est alors très probablement destiné à reprendre la boutique de son père mais ses talents déjà perceptibles le font embrasser une toute autre voie...

La formation

Jusqu'à récemment, le plus grand flou régnait sur cette première période. Soucieux de prêter à l'adolescent un professeur prestigieux, on avait supposé que Joseph Bodin avait pu suivre l'enseignement d'Henry Desmarest, alors en exil lorrain depuis 1707. Il n'en est rien. En 1702, il chante en effet avec son frère à l'église messine de Saint-Gorgon, certaines parties du motet Parce mihi Domine de la composition de Joseph Valette de Montigny. Ce dernier, originaire de Béziers, était venu en Lorraine dans la suite du vicomte d'Andrezel, conseiller du Grand Dauphin, et nommé depuis 1701, subdélégué à l’Intendance d’Alsace. Les deux personnages auront une importance capitale dans la suite de la vie de Boismortier ; le jeune homme composant sans doute ses premières pièces en Lorraine.

 

Perpignan Pour fuir l'avenir de confiseur qui l'attendait, Boismortier accepte, en 1713, de s'expatrier en Catalogne. Il y arrive à Perpignan comme receveur de la Régie Royale des Tabacs pour les troupes en Roussillon. L'achat d'une telle charge suppose une aide financière plutôt qu'une donation paternelle...

 En place dans le quartier Saint-Jean de Perpignan, Boismortier épouse le 20 novembre 1720, à la cathédrale, Marie Valette, nièce de son professeur languedocien et fille d'orfèvres grassement enrichis. Il s'établit alors dans la demeure familiale, au n°7 de la rue de l'Argenterie Vella *; maison dont il ne tarde pas à hériter au décès de son beau-père, le 18 mars 1722. Tombe également dans son escarcelle, « une vigne située au terroir de Vernet, de deux ayminattes et trois cartonattes »...

 

* Rue de l'Argenterie, qui mène à la place Rigau.

 

(demain : le musicien de Fossa à Perpignan)

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 14:38

guerre-en-syrie.jpg    3sept.jpg Boismortier, concert à Consolation (hauts de Collioure, route de Madeloc et du Rimbau) :

 

****Liquide Cristal. 

 

Pau Marcos, viole de gambe. Benjami

 

Je vous prie de trouver ci-joint le programme du prochain spectacle qui aura lieu le mardi 3 septembre à 19h30, Ermitage de Consolation

 

Gaspon, traverso. Maike Burgdorf, théorbe. Josep Cabré, baryton.

 

Œuvres de Joseph Bodin de Boismortier 1689 - 1755, Lorrain et Catalan

 

Pour ce troisième événement de la saison 2013, véritable hymne à Bacchus, le concert sera suivi dun repas « tiré du sac » pris sur les tables extérieures de lermitage. Des assiettes de tapas et différentes boissons peuvent aussi être trouvées à la buvette de l'ermitage. Les artistes dialogueront avec le public et répondront aux questions.

Renseignements inscriptions 0614905251

 

Cordialement

 

Gildas GIRODEAU

 

 

   * BARCELONE, PORTRAIT DE VILLE  éd. Cité de l'architecture et du Patrimoine

Du 31/08/2013 au 15/09/2013 à la LIBRAIRIE TORCATIS

2335233950.jpg
Exposition du photographe Pol VILADOMS.
Photographie de Barcelone issue du catalogue d'exposition.


Ce portrait de la capitale catalane, sous forme d’une généalogie de son espace urbain, met en exergue ses singularités, liées à son histoire, à la géographie spécifique de son site et à l’apport de créateurs d’exception.

 

 

   ** EXPOSITION Elisabeth Nigay & Martine Taillant


Couleur, énergie & musique pour cette nouvelle exposition.

 

affiche.jpg

L'office municipal du tourisme d'Alénya 

Exposition du 23 août au 6 septembre 2013

 

 

http://peinturetaillant.blogspot.fr/

 

http://www.artisho.com/Elisabeth-Nigay

Renseignements

Office de tourisme d'Alénya - 04 68 22 54 56 - Office-tourisme.alenya@wanadoo.fr

Mairie d'Alénya - 04 68 37 38 00 

 

Partager cet article
Repost0
6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 08:52

3.8.2013--article-elne.jpg  Après les signatures à Barcarès, Bocal du Tech, Prats, Elne (photo) et Vernet les Bains (dimanche dernier), voici venir le temps du grand salon du livre de Collioure (à partir du 23 août) !!!

 

On oubliera le salon de Font-Romeu (toujours plus bas malgré l'altitude) où l'on aime inviter les vedettes et les sportifs plus que les écrivains...On sépare même les romanciers connus des sans-grade... Un peu honteux, ce festival de Cerdagne !!!


 

* Festival de musique du Mas Riquer :

il reste une vingtaine de places pour mardi mais vous pouvez déjà reserver pour le 11 le 15 et le 16 afin d'etre bien placé

 

 

voici   un avant gout du programme du 6 à 21h

 

quatre lieder de Schubert chantés par Katarzina accompagnée par Françoise Martel

la suite en ré majeur de Haendel par Emmanuel Alemany trompette

Deuxième suite de Bach par Giorgi KHARADZE violoncelle solo

romance de Dvorak Pierre Martel, violon accompagné au piano par Françoise Martel 

troisième sonatine de Schubert par Lise Martel violon et Françoise Martel ,piano et.......

 

 

-----

Notre Dame de Riquer accueillera le 6 août à 21h

 

Katarzina Alemany violoncelle et soprano

Emmanuel Alemany trompette

et leurs amis de l'orchestre de l'opéra de Paris

Pierre Martel :violon

Lise Martel :violon

Giorgi Kharadze:violoncelle

accompagnés par Françoise Martel: piano

dans un programme romantique

 

le 11 aout à 18h

le cantique des cantiques de Palestrina

madrigal à 5 voix 2 soprani, un contre ténor, un ténor , une basse.

 

réservez vite et invitez vos amis à partager ces émotions musicales

 

jane Baus

> mas Riquer

> 66500 Catllar

> 06 15 43 50 60

 

*** PeintureBonnard : "La peinture, cette passion périmée."

 

"Oui, le Midi, c'est du bonbon."

 

"Un tableau est une suite de taches qui se lient entre elles et finissent par former l'objet, le morceau sur lequel l'oeil se promène sans aucun accroc."

 

Partager cet article
Repost0
1 août 2013 4 01 /08 /août /2013 11:50

fa680247.jpg

 

 

"Eté 66" est fini, de façon grandiose (et gratuite !) avec le concert de Jean-Philippe Collard; hier soir au Château Royal de Collioure. Reste le festival Casals de Prades et les découfletteries des jeudis de Perpignan...

 

Il faut, quand on aime la musique, aller à Céret : 

MuSIC, Un nouveau Musée à Céret

Je vous propose de faire connaissance avec ce nouveau blog culturel : merci à lui !!  leblogcultureldyl

 Nouveau musée à Céret 

 

MüSIC, un lieu de haute culture musicale

 

Aménagé dans les vastes et solides locaux de lhôpital Saint-Pierre, au cœur historique de la Cité, jouxtant la Capelleta, ce musée est né dun premier projet vieux de dix-huit ans qui  sest  développé et a grandi par étapes. Autour dune collection senrichissant sans cesse dinstruments catalans (environ 300 pièces actuellement) et de partitions musicales de même origine sont venus sajouter la collection Herzka-Nil, du nom du couple qui a recueilli des hautbois et instruments voisins dans le monde entier, et le fonds Gendron, constitué  de 43 heures de films sur les sociétés et leurs rites, tournés dans les années 60 et 70 et 18000 prises de vues photographiques.  « Cest une collection dinstruments populaires, fait remarquer Paul Macé, son directeur, alors que généralement les musées existants ne présentent que des instruments savants ». Ce qui nexclut pas la présence dinstruments savants dans la collection catalane car la musique de cette région a évolué selon les époques.

 

Le hautbois : une anche double, un tube, une perce conique

 

Les Zurichois Heinz Stefan Herzka et Verana Nil se sont intéressés au hautbois lors dune rencontre avec un musicien grec au cours dun voyage à Thessaloniki. Ils ont alors collecté des instruments sur trois continents, de la Bretagne au Japon et à lAfrique du Nord, et ont rassemblé la collection probablement la plus complète du monde. « Le hautbois cherche lautre, écrivent Herzka Nil, il est un instrument double dans lAntiquité, (…) il dialogue avec le tambour, la cornemuse, entre en relation avec le public, les danseurs, les castels. (…) Il provoque léchange. Son pouvoir de mobilisation émotionnelle, ressenti magique par le grand public, est probablement à la source de lambiguïté de la société envers les instruments à anche double anche ayant des ressemblances aux cordes vocales et envers les musiciens qui la maîtrisent. …Pourtant deux faits étaient évidents, il ne fallait pas se limiter aux instruments à anches mais les considérer comme éléments de cultures complexes. Cest pourquoi nous avons toujours intégré dautres objets, comme les tissus ou les bijoux traditionnels ainsi que dautres instruments typiques. »

 

Une scénographie qui crée une ambiance de spectacle vivant

 

Lorsquon entre dans le hall du Musée on pénètre dans une atmosphère étrange. Une vaste carte stylisée montre les trois continents où les instruments ont été collectés. Des projections sur les murs font vivre des lieux populaires, généralement en plein air et montrent la vie des populations où la musique se joue. Le principe de base de MüSIC cest dêtre un lieu vivant : non pas montrer des vitrines statiques, mais installer les objets présentés dans des ensembles animés. On a pour cela fait appel à des professionnels des arts du spectacle.  Guillaume Lagnel, avec son groupe théâtral de lArche de Noé, a pris en charge la réalisation de la scénographie. « Nous voulions, nous dit-il montrer le visible et linvisible des civilisations qui portent les instruments, construire des dramaturgies, créer des cheminements. Il a fallu pour cela jouer avec les contraintes, celles de larchitecture, celles du contenu les instruments et faire entrer le monde des hommes et de la musique dans ce lieu »

 

Au préalable Paul Macé, directeur de la structure, Laura Thomas, professionnelle en gestion de linformation, Christine Macé coordinatrice, avaient travaillé avec Jean-Luc Respaud, informaticien, développeur web et Laure Foulquier, secrétaire et comptable à la mise en place du projet. Guillaume Lagnel, de son côté a œuvré  avec Chab, artiste peintre, décorateur et créateur de masques et Michel Roy, architecte et scénographe.  Le résultat, ce sont, dans des salles à la luminosité très atténuée pour protéger les collections, soutenues par un accompagnement de musique discret, et variable, des projections sur les murs latéraux de scènes de la vie dans les lieux où sont joués et collectés les instruments. S’y ajoutent beaucoup dautres types de documentation, stations dinformation utilisant les moyens audiovisuels, défilement dimages, visite de sites Internet et un important fonds documentaire. Le Musée abrite en outre du 20 Mai 2013 au 17 Mai 2014 une exposition temporaire « Voyage aux origines » qui propose un itinéraire partant des instruments à anches actuels et remontant jusquà lépoque médiévale.

 

Organisation de la structure

 

Le Musée comprend deux départements : Spectacle Vivant, qui porte les projets culturels et artistiques et Recherche et ressource pour lexploitation des fonds documentaires et la valorisation des recherches. Un Conseil scientifique présidé par M. Jean-Pierre Dalbéra y est associé.

 

Une équipe permanente de huit personnes assure le fonctionnement du Musée, géré par lAssociation CIMP (Centre International de musiques Populaires).  MüSIC accueille largement les scolaires, usagers depuis longtemps déjà des animations proposées par léquipe. Afin dassurer une visite fructueuse, le musée naccueillera en même temps que 30 personnes.

Yvette Lucas

 

MuSIC. Musée des instruments Céret. Collections dinstruments du monde et patrimoines vivants 14 rue Pierre Rameil 66400 Céret 04 68 87 40 40.www.music-ceret.com

Tarifs 5 et 3 , - 7 ans gratuit. Groupes 4 , scolaires 2 

Horaires du 2 mai au 14 septembre : ts les j. de 10h30 à 13h30 et de 14h30 à 19h.

 

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2013 3 31 /07 /juillet /2013 12:05

album-1-.jpg  Jordi Barre et les poètes catalans... 

 

Mercredi 16 février 2011 en soirée, en don domicile de Ponteilla, entouré de l'affection des siens, la voix de Catalogne Nord s'éteignait. Jordi Barre, chantre héraut de la poésie et de la chanson catalane nous quittait. Deux ans déjà... Malgré le temps, la peine reste intarissable et le respect infini quand le cœur s'épanche et quand il évoque l'homme, le musicien, le chanteur...le symbole. 

 

Bienheureux celui qui en peignant jour après jour son coin de ciel parvient à atteindre l’Eternité. Cette éternité-là, Jordi Barre l’a conquise à la force de ses chansons. Jordi Barre était la générosité et l’humanité incarnées… Cet homme de cœur donnait tout, tout sans compter, et ce sans rien attendre en retour… La poésie – et la poésie catalane en particulier- se plaçaient au cœur-même de sa démarche. 

 

    Jordi Barre a fait beaucoup plus que défendre ou que préserver la chanson, la poésie et la langue catalanes. Il en a enrichi le patrimoine en plaçant au devant de la scène, avec un respect des autres et une générosité exemplaires, les poètes du côté nord des Pyrénées catalanes. Pour le passé, les poètes de Catalogne Nord - ceux qu’on avait oubliés ou qu’on méconnaissait - ont quitté l’ombre et l’oubli, et ce grâce à Jordi Barre. Pour l'avenir que Jordi Barre avait défini dans la perspective lucide qu'on lui reconnaissait, trois auteurs nord-catalans ont compté et ont été – dans son parcours artistique - mis en lumière comme il se doit : Jordi Pere Cerdà (lequel de par sa stature n'en avait aucun besoin..), Joan Cayrol et Joan Tocabens... 

 

En 1977, une chanson phare : « Crec » (Credo vell i sempre nou) de Joan Amade (fondateur du mouvement régionaliste Nostra Terra en 1934) donne le la et Jordi Barre va, en proposant un 33 tours hardi et remarquable, s’imposer comme le héraut de la langue et de la culture nord-catalanes. Du héraut au héros, il n’y a qu’un pas à accomplir que Jordi franchit allègrement avec ce vinyle, prenant, face à une vague musicale franco-française qui envahit les médias et les consciences, tous les risques qu'il a toujours eu le courage de prendre, et adaptant musicalement les textes de Jordi Pere Cerdà (dont on retiendra« Canta canta Perpinyà », « El meu país » et « Sóc un mariner ».)...

 

   Il adapte ensuite un poète qui va compter dans sa carrière : Joan Cayrol. Cet homme – mû par un humanisme surhumain, oscillant entre l'émotion, l'abnégation et l'amour de la vie – se déclarera au plus près du peuple, de ses petites joies et de ses grandes peines, mais surtout des gens qu'il aime et qu'il souhaite comprendre et faire parler... En quelque cinq ans, Joan Cayrol va offrir à Jordi Barre ses plus grands succès. L’empathie sera telle entre Jordi Barre et Joan Cayrol que les titres – baignés de flammes et de lumière - vont se multiplier.

      Qu'ils soient des cris de foi, de révolte ou des soupirs de sagesse,, tous seront identifiés sous le sceau de la passion cayrolienne. On ne peut oublier, lancés pêle-mêle « Toquen les hores », « Torna venr Vicens », « El xiprer vert », « La nit on vam fugir » (un hymne à la Retirada), « Tant com me quedarà », « Jo sóc de Perpinyà », « Deixeu-me el temps »…. 

 

    Nouveau tempo, nouvelle verve offerte par les années 80 : rendez-vous intergénérationnel – avant l'heure dite -: avec le groupe « Pa amb oli » que Jordi forme et dirige. Les textes et leurs musiques vont devenir plus revendicatifs. Les chansons de « Pa amb oli » révulsives ou épidermiques, exaltent une saine révolte, abandonnant une mélancolie passéiste pour affirmer une identité qu’elles iront au final réclamer jusqu’à Paris-même. En effet, en1983, « Pa amb oli » prend d'assaut« la capitale », pour « faire l’Olympia ». Ce seront « Parlem català », « La cançó del vent », « Llibertat condicional », « Titelles » et bien d'autres… 

 

   Cayrol disparu en 1981, Jordi Barre va rencontrer en la personne de Joan Tocabens un poète et un parolier avec lequel il va parcourir un intense et fusionnel nouveau bout de chemin. Trente ans de collaboration vont donner naissance à « Una revolta dins el ventre », « Amb la força de l’amor », ainsi qu'à plusieurs spectacles historiques mis en scène avec talent par Jean-Pierre Lacombe-Massot (« L’épopée des Rois de Majorque » et « les Angelets de la terra » obtiendront chacun un succès amplement mérité…). Au terme de deux ans d'absence, Jordi Barre se place plus que jamais dans la mémoire collective de ce pays qui nous est cher, avec sa foi, ses espérances et son identité...une identité si forte que rien ne semble encore aujourd'hui pouvoir altérer ni le sang, ni l’or qui le symbolisent et l'incarnent au cœur de chacun d'entre nous. Pour tous ceux que tu as rencontrés, que tu as regardés, que tu as entendus et dont tu as su révéler ce qu’il y avait de plus vrai, de plus juste, de plus beau, c'est à dire de meilleur en eux et en nous… voilà un an déjà que tu nous manques... Gràcies, Jordi…i no Adéu però a reveure... (Merci, Jordi... et non Adieu mais au revoir...) 

 

Jean Iglesis

 

Du 1ier au 24 août, Prades, la ville de Pablo Casals et de Pompeu Fabra sous le souvenir de Jordi Barre

 

Ce Samedi 3 août à 11 heures à la Médiathèque de Prades dans le cadre de la quatrième « Trobada des Éditeurs du Pays catalan » qui se déroulera à Prades du 3 au 10 août 2013 aura lieu l’inauguration de l’exposition « Jordi Barre l’enchanteur »

Ce samedi 3 août  donc Jordi Barre sera de la fête aux côtés de Pau Casals et de Pompeu Fabra avec l’inauguration - à 11 heures-  d’une exposition qui lui rend hommage : «Jordi Barre l’enchanteur» , inauguration qui aura lieu à la Médiathèque Pompeu Fabre et qui sera accompagnée dans les jardins de la Médiathèque d’un concert de Loic Robinot qui mêlera Brassens à la fête, par un concert mais aussi par la présentation de l’ouvrage qu’il lui a consacré !

L’exposition « Jordi Barre, l’enchanteur » sera présentée du 1ier au 24 août 2013 à la Médiathèque de Prades. Résidents de Prades, festivaliers et étudiants de l’UCE pourront prendre connaissance de celui qui à travers musiques et chansons a su défendre la langue Catalane sur ce versant des Pyrénées !

Deux ans après le départ de l’artiste la vie et la biographie de Jordi Barre (publiée chez Balzac Editeur) est devenue une exposition !

Cette exposition qui devrait faire le tour de nos villes et villages permettra à ceux qui ont connu et côtoyé Jordi tout au long de sa longue vie d’artiste  de se souvenir d’un homme qui, au-delà de l’artiste, était devenu pour beaucoup un ami, presque un parent et à travers le parcours de Jordi Barre de se remémorer leur propre existence ! Cette exposition permettra à tous ceux qui n’ont pas connu Jordi de découvrir combien cet homme, par son engagement chaleureux pour la défense du catalan, a apporté à ce « pays ».

C’est pourquoi cette exposition était un devoir pour tous ceux qui savent combien Jordi a marqué notre territoire et combien nous lui devons !

Durant tout ce mois d’août la ville de Prades qui résonne des accents du festival Pablo Casals  et de l’Université Catalane d’été résonnera aussi de la musique et des accents de Jordi Barre

Pour tout renseignement : Robert Triquère 06-72-71-10-02

 

*** Ce soir mercredi 31 juillet à 20h30, concert, 12 euros ( 04 68 89 64 61  -   www.prieureduvilar.free.fr  ) : 

PHILIPPE MOURATOGLOU

 

 

Formé par Pablo Marquez, Wim Hoogewerf et Roland Dyens, Philippe Mouratoglou développe une approche authentiquement personnelle de la guitare, caractérisée par son ouverture tant instrumentale (guitares classique, folks 6 et 12 cordes, électrique) que stylistique. Parallèlement au répertoire classique qu’il explore dans toute son étendue et sa richesse- de la Renaissance aux musiques contemporaines, en passant par le Baroque et les musiques d’Amérique latine et d’Espagne-, il pratique l’improvisation et le chant à travers ses propres arrangements d’œuvres de Egberto Gismonti, Ornette Coleman, Robert Johnson...

 

Il collabore avec des musiciens et ensembles de tous horizons : il aborde la création contemporaine avec les ensembles Linea, Alma Viva et le festival Musica de Strasbourg, le répertoire symphonique avec l’Orchestre Philarmonique de Strasbourg et l’Opéra du Rhin, les musiques traditionnelles avec Bernard Revel et l’ensemble Convivencia ; il crée en 2009 au 43ème festival de la Chaise-Dieu un projet autour de John Dowland et Benjamin Britten avec son trio "So full of shapes..." (Jean-Marc Foltz, clarinettes/Juliette de Banes Gardonne, mezzo-soprano); il participe à divers projets avec le guitariste /arrangeur Bernard Struber, la soprano Ariane Wohlhuter, le guitariste flamenco Pedro Soler, le contre-tenor Leandro Marziotte…

 

Philippe Mouratoglou a été professeur de guitare assistant de Pablo Marquez au Conservatoire National de Région de Strasbourg de 2002 à 2007. Il a également enseigné la guitare et la basse électrique aux élèves comédiens, régisseurs et scénographes du Théâtre National de Strasbourg.

 

Il a enregistré en 2005 le CD « O Gloriosa Domina » qui parcourt cinq siècles de musique espagnole. Il publiera en octobre 2012 le disque "Steady rollin' man", dans lequel il revisite au chant et à la guitare le répertoire du légendaire bluesman Robert Johnson avec le contrebassiste Bruno Chevillon et le clarinettiste Jean-Marc Foltz; ce disque sortira sur le label Vision fugitive (www.visionfugitive.fr) qu'il a fondé en janvier 2012 avec Jean-Marc Foltz et Philippe Ghielmetti;

Philippe Mouratoglou est régulièrement invité par les festivals suivants: festival de la Chaise-Dieu, « Les Temps Musicaux » de Ramatuelle, «Nits de canço i musica » d’Eus, « Guitares en Montagne Noire », festival "Artes Vertentes" de Tiradentes (Brésil), festival du Vilar, festival "Jazzèbre" de Perpignan, Philarmonie de Berlin… Il est à l'origine, avec la fondation Musique et Patrimoine du Languedoc-Roussillon, du festival itinérant "Musique et Patrimoine", en activité depuis 2010

 


Partager cet article
Repost0
28 juillet 2013 7 28 /07 /juillet /2013 09:08

e40c447da563356495240ed0fee55ace_L.jpg  Les Nits d'Eus

 

Festival de musique, danse et théâtre du 28 juillet au 8 septembre 2013

 

Eus, village typique, véritable balcon sur le Canigou cher aux Catalans, organise ses "Nits d'Eus", festival de chanson, flamenco, danse, théâtre et poésie, musique baroque, romantique, jazz, électro...

L'éclectisme domine la programmation qui assure aussi une large place à la création.

Le tout est porté par des artistes aux talents divers venus d''horizons multiples pour des rencontres riches et intenses.

Michel Maldonado 

 

Dimanche 28 juillet 

Les Nits à Baho - Eglise de Baho à 21h 

- Isaac Albeniz et le flamenco 

Isaac Albéniz, dans Iberia et sa Suite española a puisé dans les musiques populaires et notamment dans le flamenco . 

Ce récital met en évidence ces emprunts de façon naturelle et presque amusante. On découvre par exemple que "Malaga" a bien sûr ses sources dans les Malagueñas mais curieusement aussi dans les Bulerias.

Ainsi Philippe Mouratoglou ne change pas une note à sa partition, Pedro Soler reste strictement dans le flamenco et le dialogue s'établit évident et fluide.

 

- De Berenguer de Palol à Joan Pau Giné

Gisela Bellsolà et l'ensemble Saurimonda

 

 

Dimanche 4 août 

Festa Major à Eus - M.T.L. Eus

- 18h Cobla la Mil.lenària

Castellers i grallers

Ball i Sardana

 

- 21H Concert littéraire

L'étranger d' Albert Camus 

Maurice Ravel et Claude Debussy

Luis Gustavo Carvalho piano 

Charles Gonzales comédien

Michel Maldonado contrebasse 

Raphaël Dumas computeriste 

 

 

Mercredi 14 août  

Les Nits à Vinça - Eglise de Vinça à 21h

James Bowman et la Grande Fidelíssima baroque interprètent Purcell, Haendel & Dowland

James Bowman chant

Eva Scheytt violon 

Amandine Solano-Parer violon

Brigitte Clément alto 

Joël Pons violoncelle

Michel Maldonado contrebasse

Matthias Spaeter théorb

Carole Parer clavecin 

 

 

Jeudi 15 août 

Les Nits à Torreilles - Chapelle de Juhègues à 21h 

James Bowman et la Grande Fidelíssima baroque interprètent Purcell, Haendel & Dowland

James Bowman chant

Eva Scheytt violon 

Amandine Solano-Parer violon

Brigitte Clément alto 

Joël Pons violoncelle

Michel Maldonado contrebasse

Matthias Spaeter théorb

Carole Parer clavecin

 

 

Dimanche 18 août 

M.T.L. Eus à 21h 

Denis Campini et René Nan quartet

 

 

Jeudi 22 août 

M.T.L. Eus à 21h 

Raph Dumas & the Primaveras

Les Primaveras, groupe mythique de Catalogne Nord, fondés par Jo Dejuan, dans les années 50, à Port-Vendres, village de pêcheurs situé juste après Collioure. Composé de musiciens de jazz et des musiques traditionnelles venant pour la plupart de Barcelone, ils reprennent alors le répertoire de la musique de variété de lépoque afin de divertir les populations lors des fêtes et bals de village. Résolument axés vers la danse, utilisant des instruments électriques comme guitare ou farfisa, Les Primaveras nont jamais oublié leurs racines traditionnelles. Lapparition des disc-jockeys à la fin des années 60 met lorchestre en faillite et signe la fin de laventure.

 

En 2008, Raph Dumas, dj producteur et petit fils de Jo Dejuan, sinspire de lhistoire des Primaveras pour reformer le groupe, prés de 40 ans plus tard. Commence alors un long travail de recherche et de composition doublé par un casting méticuleux de musiciens. Deux ans après, pari gagné. Raph Dumas et la jeune génération de musiciens ont su allier avec intelligence musiques traditionnelles et sons électroniques. Cette nouvelle tendance musicale donne à la fois une grande qualité orchestrale et une ambiance festive où chacun peut se retrouver. Par la convivialité, ils vulgarisent une musique complexe au travers dune apparente simplicité.

 

Lesprit Jazz du premier album « Ode to Tanguy » de Raph Dumas & the Primaveras sinspire directement de latmosphère de la Nouvelle Orléans, tel un rêve à la Janko Nilovic découvrant la Louisiane au début des années 70 avec ses rythmes contemporains.

 

Raph Dumas & the Primaveras se nourrissent de ces racines groove et de sonorités ancestrales créant un mix dimpression jazz, funk, soul et électro dans une machine à explorer le temps. 3 ans après "ode to tangue Jo", Les Primaveras reviennent avec un album 100% soul, aux textures et sonorités catalanes, Catalunya Soul!

 

 

Lundi 26 août 

M.T.L. Eus à 21h 

Alice Ader et Le trio Achille interprètent Ravel, Boulanger & Stravinsky

Le sacre du printemps d'Igor Stravinsky, piano à quatre main 

Trio en La mineur,  Maurice Ravel

Pièce en trio d'un matin de printemps, Nadia Boulanger

Reculade duo violon, violoncelle,  Michel Maldonado 

Le trio Achille 

Bénédicte Trotereau violon

Gésine Queyras violoncelle

Simon Libens piano

Alice Ader piano 

 

 

Jeudi 29 août

M.T.L. Eus à 21h 

La face cachée de Pau Casals d'après Josep Maria Corredor

Charles Gonzales conteur

Vincent Malgrange violoncelle

Ambiance sonore

Michel Maldonado et Raphaël Dumas  

 

 

Samedi 31 août

M.T.L. Eus à 21h 

Romances sans paroles avec Jean-Marc Foltz trio + one

 

 

Samedi 7 septembre 

Les Nits au Prieuré de Marcevol à 18h

- Isaac Albeniz et le flamenco

Isaac Albéniz, dans Iberia et sa Suite española a puisé dans les musiques populaires et notamment dans le flamenco .

Ce récital met en évidence ces emprunts de façon naturelle et presque amusante. On découvre par exemple que "Malaga" a bien sûr ses sources dans les Malagueñas mais curieusement aussi dans les Bulerias. 

Ainsi Philippe Mouratoglou ne change pas une note à sa partition, Pedro Soler reste strictement dans le flamenco et le dialogue s'établit évident et fluide. 

Pedro Soler et Philippe Mouratoglou, guitares

 

- O mysticos Kipos  

Une création originale sur une idée de Frédéric Tavernier-Vellas, orchestration et harmonisation de Michel Maldonado à partir de mélodies byzantines anciennes, principalement des mélodies retranscrites par Maximos Fahmé.

Loeuvre se présente comme la visite du « Jardin de Marie », le jardin secret de la Femme célébrée à travers la liturgie byzantine depuis deux millénaires. La musique byzantine étant une musique purement vocale et modale, cette création ne fait que sen inspirer pour créer une oeuvre vocale, tonale et orchestrale. Les mélodies empruntées à la liturgie de Byzance sont le matériau dune antique mémoire et la nostalgie du Jardin Mystique. Elles ont largement inspiré cette création musicale contemporaine et ses thèmes intemporels.

Tous les musiciens de LIllustre Concert ont une connaissance et une expérience approfondies des répertoires traditionnels et des musiques anciennes du pourtour méditerranéen. Persuadés que les chants et mélodies voyagent dans les lieux mais aussi dans le temps, ils savent que les mélodies antiques demeurent une source dinspiration pour les musiciens daujourdhui. Cette création en est une manifestation. 

Frédéric Tavernier-Vellas chant, hautbois et flûtes à bec

Michel Maldonado vièle médiévale

Fouad Didi violon, chant et oud 

Gisela Bellsolà chant

Umit Ceyhan Doudouk, Diwan, Percussions, Chant

Carole Parer Clavicorde, Vièle médiévale

 

 

Dimanche 8 septembre 

M.T.L. Eus à 18h

LaTuna présente Orientales

Textes, chansons, instrumentaux et vidéos sur le thème de lOrient poétique.

Ce spectacle original écrit et composé par Miluc Blanc avec la complicité de Véronique Barrier, propose un point de vue sur un monde désorienté qui a perdu le contact avec les valeurs simples que sont la lenteur, la sensualité et la rêverie.

LOrient comme source dinspiration ou plutôt comme sens dorientation, loin des clichés et des lieux communs, avec une approche et des instruments contemporains.

LaTuna 

Miluc Blanc: Chanteur et guitariste, polyvalent et curieux il co-fonde le groupe de salsa Cachitos dans les années 90, puis joue avec lensemble de percussions Managua et enfin crée le groupe LaTuna pour lequel il écrit et compose.

Florent Berthomieu: Chanteur multi instrumentiste, tour à tour rockeur, comédien, danseur et chanteur des rues, il joue dans plusieurs spectacles de la compagnie Caravane et dans le groupe LaTuna ainsi quen solo. 

François Miniconi: Percussionniste et batteur, sa culture musicale riche et variée, lui permet dappréhender les rythmes les plus complexes. Son touché au cajon apporte une couleur unique à lensemble. Il joue dans le groupe LaTuna.

David Henry: Vidéaste tout droit sorti de lécole Supérieure dArts de Perpignan, David Henry travaille avec le monde du théâtre et de la danse, tout en proposant ses créations multimédias lors de nombreuses expositions dans le département. Il participe à plusieurs spectacles de la compagnie Caravane.

 

 

Renseignements: 

Les Nits dEus: 06 24 40 22 18 

Office du tourisme de Prades: 04 68 05 41 02 

http://lesnitsdeus.pasvu-paspris.net

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 15:48

elne.JPG  Cathédrale d'Elne (C) J-Pierre Bonnel

 

Malgré la canicule, l'attrait des plages, la crise "libérale" et la tendance à l'ignorance pour la servitude des peuples, la culture se porte bien et les événements se multiplient. Au-delà de la conception démagogique d'une culture "animation" ou "divertissement", je m'attacherai ici à une culture de qualité. 

 

Comment juger si une création est "de qualité"..? L'auditeur ou le spectateur ressente vite que l'oeuvre n'est pas faite pour la fête ou le défoulement (ce qui nécessaire, de façon périodique), mais qu'elle nous plonge au plus profond des choses et de nous-mêmes; une sonate, un prélude...nous permet la méditation la plus forte au coeur du silence de la musique...Avec Bach ou Mozart, on atteint les limites qui nous interrogent sur la vie et la mort. Même si on ne sait rien du sujet du compositeur, narration, méditation ou commande d'un protecteur...

 

C'est l'émotion que le public de la cathédrale d'Elne a ressenti en écoutant Claire Désert, Abel Rhaman, et les autres virtuoses venus pour le festival "Fortissimo" !

 

C.Desert.JPG Claire Désert -   (C) J.P.B.

 

J'ai eu le plaisir d'aller chercher (puis de raccompagner) Claire Désert à l'aéroport; avec une artiste aussi simple, humble, c'est un façon plus intime de connaître un individu qui a une vie, un passé, un père ancien rugbyman, à Dax, à l'époque de P.Albaladejo, et n'a pas qu'un masque médiatique...

 

Elle se prêta, comma El Bacha, un "monstre" de talent et de modestie, à l'exercice des dédicaces, puis vint nous rejoindre (association et responsables de la municipalité) à la galerie de la Pardalera, pour des agapes conviviales. 

De même, Sofi Jeannin, directrice de la maîtrise de Radio-France, est d'une simplicité étonnante, marque des grands artistes, alors qu'elle pourrait, cette Norvégienne belle comme un top-model, avoir une conduite de star...

 

La culture continue. L'été est un creuset fécond pour ces rencontres qui ravissent le coeur et l'esprit. Quelques rendez-vous, donc, pour ces jours prochains, en Catalogne "française" :

 

-P. Mouratoglou et Pedro soler à Collioure, le 26, à Baho le 28, au Mas Riquier de Catllar le 29...

 

- La viste guidée de l'expo "Paris-Perpignan-Barcelone, chaque mardi à 16h30, musée Rigaud rue de l'Ange (4 et 2 euros) à ne pas rater !

 

-Les roseaux résonnent à Ruscino: visite du site archéologique et concert d'instruments faits en roseau (10 heures, 5 euros, chaque mercredi. Près de Château Roussillon, route de Canet) 04 68 86 08 51)

 

- Maurice Durozier (à lire demain)

Partager cet article
Repost0
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 11:38

images-copie-8.jpeg Abdel Rahman El Bacha - Attention le festival va battre son plein dans 15 jours : voir dates et réservations sur le site

 

www.elne-piano-fortissimo.fr

 

Le Festival International Elne Piano Fortissimo

est organisé par la Ville d’Elne

en partenariat avec le Festival de

Radio France et Montpellier Languedoc Roussillon

avec le soutien du

Conseil Général des Pyrénées-Orientales

Conseil Régional Languedoc-Roussillon

 

Remerciements à

Evêché d’Elne-Perpignan

Association Les Amis du Festival

Ecole de musique d’Elne

Ainsi qu’aux Partenaires et Mécènes

 "http://www.radiofrance.fr/" 

 "http://www.groupama.fr/" 

 "http://www.catacult.net/" 

 

                                      * Historique :  Naissance du Festival « ELNE PIANO FORTISSIMO »

Lors d’un conseil d’administration de l’association « RIVAGES DES ARTS, le Président Henri SAGOLS a proposé pour le programme culturel 2003/2004, une double célébration :

le 300ème anniversaire de la Fondation de ST PETERSBOURG et

le 90ème anniversaire de l’Appellation touristique « COTE VERMEILLE ».

C’est ainsi qu’il chargea Michel PEUS d’organiser un concert au Théâtre Municipal de PERPIGNAN. Celui-ci, sachant le caractère exceptionnel de ce projet, prit contact avec le Concours M.LONG/J. THIBAUD pour engager un brillant lauréat pianiste russe.

 

C’est Ilia RACHKOVSKI qui lui fut proposé, et sa venue à Perpignan fut accompagnée de 

Mr Roland FAURE, Président des Fondations M.Long-J.Thibaud et ancien PDG de RADIO FRANCE, ainsi que de Claude PERIN, secrétaire générale du Concours.

Roland Faure souhaitant retrouver son ami d’études, le Dr Emile PARES installé à Rivesaltes, Nicolle et Michel Peus avaient prévu chez eux un cocktail à l’issue d’un concert qui fut unanimement salué par un public nombreux et enthousiaste. C’est dans le courant des discussions que Mr Roland Faure a proposé d’inviter un lauréat du Concours dans une manifestation annuelle.

 

Michel Peus a pris la balle au bond et l’idée d’organiser un festival de piano de grande qualité dans un haut lieu historique du département a germé….Le choix s’est porté sur la Cathédrale d’Elne. 

Octobre 2005, accompagné de Sabrina Freixinos et Jean-Louis Rouvière, il est reçu par le Maire d’Elne, Nicolas GARCIA, et la Déléguée à la Culture Odette TRABY.

Décembre, Michel Peus suggère le nom de l’évènement ELNE PIANO FORTISSIMO. 

Juillet 2006, le festival est lancé !

 

Sa création correspond à la volonté de donner aux nombreux jeunes talentueux du 21ème siècle un lieu supplémentaire pour promouvoir leur art. Le projet a pu prendre forme grâce à un maire épris de culture qui désirait un évènement de grande qualité et décidait de prendre en charge son financement, avec le soutien de la Région Languedoc-Roussillon et du Conseil Général des Pyrénées-Orientales. 

 

2007 : création de l’Association Les Amis du Festival

2008 : l’acoustique de la Cathédrale est idéalement réglée et satisfait un public de mélomanes exigeants.

2009 : des actions sont menées en faveur des jeunes et une collaboration s’installe avec l’Ecole de Musique d’Elne et le CRR Perpignan Méditerranée.

2010 : création d’un Comité d’honneur avec : Mikhaïl Rudy, Dominique Fernandez, Brigitte François-Sappey, Charles Limouse, Edmon Colomer, Frédéric Lodéon, Cyprien Katsaris, Patrice de Beer. Le festival demeure, intact dans sa conception.

2011 : il a pour mission de toucher un public plus large, attiré par l’exceptionnel. 

Par l’engagement de l’association des Amis, il intéresse des partenaires privés.

2012, il bénéficie du partenariat du Festival de Radio France et Montpellier Languedoc Roussillon : une belle reconnaissance pour cet évènement pianistique majeur du département. Le vœu du public d’avoir une restauration rapide se réalise grâce à l’Association La Mouette et ajoute encore à la convivialité.

Les six concerts groupés présentent un foisonnement d’interprétations qui témoignent de la réalité musicale du monde contemporain et remportent le vif assentiment du public. 

Les artistes sont très sensibles à l’accueil chaleureux et à la convivialité qui sont indispensables pour se surpasser, c’est pourquoi tous veulent revenir… 

Combien difficile, parce que le pianiste est seul face à son majestueux instrument, le récital reste un moment magique non réservé aux seuls initiés. La force du spectacle vivant est de procurer des émotions toujours renouvelées, de transmettre les œuvres du répertoire, mais aussi de susciter la curiosité par la découverte d’œuvres de notre époque.

Des voûtes de la Cathédrale d’Elne, les splendides sonorités du piano s’élèvent jusqu’au Canigou, classé Grand Site de France, et s’entendent des deux côtés de la Catalogne et bien au-delà. La musique est partage fraternel et universel.

 

La critique est immédiatement élogieuse et l’évènement promis à un bel avenir. 

 « Elne Piano Fortissimo » s’inscrit dans les grandes manifestations estivales du Sud de la France...par J.Carter pour Classic News...

 

* Au programme, entre autres :

 

Abdel R. El Bacha est un pianiste français d'origine libanaise né à Beyrouth le23 octobre 1958.

En1983, son premier disque, consacré aux premières œuvres deProkofiev, obtient le Grand Prix de l'Académie Charles Cros. Il le reçoit des mains de Madame Serge Prokofiev.

Il est particulièrement reconnu pour les qualités émotionnelles de son jeu. Son répertoire va deJohann Sebastian BachàSergueï Prokofiev. Deux compositeurs lui tiennent à cœur :ChopinetBeethoven

Abdel Rahman El Bacha est actuellement Maître en résidence à laChapelle Musicale Reine ElisabethàWaterloo,Belgique. Il met ainsi son talent au service des jeunes pianistes étudiant à la Chapelle.

Som

Ses deux parents sont musiciens. Il commence ses études de pianiste et de pédagogue en 1967 avec Zvart Sarkissian, pianiste arménienne, elle-même ancienne élève de Marguerite Long et de Jacques Février. En 1974, il rentre au conservatoire de Paris. Il en sortira avec quatre premiers prix (piano avec Pierre Sancan, musique de chambre, harmonie et contrepoint). En 1981, il obtient la nationalité française et vit dès lors majoritairement à Paris.
Partager cet article
Repost0
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 17:42

 

 2e79c2f3d630efc8bfb26aba62429791_L.jpg    

Le concert  servait aussi de prélude à la Fête du Pianoqui aura lieu comme chaque année à Collioure du 27 au 30 Juin et qui accompagnera la sixième édition du concours international de piano Alain Marinaro réservé aux interprètes de moins de 25 ans.

  

Romain Hervé et  son épouse, la pianiste Vera Tsybakov,  animeront une master-class à Banyuls sur Mer du 6 au 13 juillet prochains.

 

FETE DU PIANO - PROGRAMME DE LA JOURNEE D'OUVERTURE - 27 JUIN 2013

 

18h, PLACE DU 18 JUIN - Podium

 

OUVERTURE DE LA FETE DU PIANO

Sardane pour piano à 4 mains : Per Tu alain

 

En partenariat avec la Ville de Collioure - Evènement gratuit

ORIGINALITE, CATALANITE : Une sardane transcrite pour piano à 4 mains.

 Il s'agit de la sardane Per Tu Alain, composée pour Cobla en 2008 par Robert Sarade en hommage à Alain Marinaro. Depuis, cette sardane a fait son chemin. Elle a été enregistré sur CD par la Cobla d'un jour, disponible sur l'album Naturel, Natural.

Souvent interprétée et dansée, les sardanistes l'ont rebaptisée "La sardane du pianiste".

Robert Sarade, sous l'impulsion de Dalila Marinaro, l'a donc transcrite pour piano à 4 mains. Elle sera jouée par Nicolas Horvath et une pianiste locale et dansée par les sardanistes de Collioure, ... et tous ceux qui voudront bien danser avec eux

 

21h, CHÂTEAU ROYAL DE COLLIOURE - cour d'Honneur.

OUVERTURE DE LA FETE DU PIANO

Récital de Caroline Sageman 

 

FETE DU PIANO - PROGRAMME DU 28 JUIN 2013

 

CONCOURS INTERNATIONAL DE PIANO

PRIX DE LA VILLE DE COLLIOURE

17h : Centre culturel, rue Michelet

 

3 candidats s'affrontent au cours d'une sympatique joute musicale. Chacun interprète son programme pendant 30 minutes.

Celui-ci comprend une oeuvre contemporaine imposée composée par Bruno Giner. Le reste du programme est à la libre discrétion du pianiste. Cette année 2013 commémore le bicentenaire de la naissance de Charles Valentin Alkan. Le jury et l'association des Amis d'Alain Marinaro souhaitent que le choix musical du candidat comprenne une pièce du compositeur.

 

RECITAL DE PIANO

Yun Qiu Wu

21 h 00 : Centre culturel, rue Michelet

 

La jeune chinoise Yun-Qiu Wu a raflé, en plus du grand Prix, celui de linterprétation de l’œuvre imposée et celui de la Ville de Collioure. Sacré triplé pour une interprète impressionnante par lintensité de son jeu dotée dune énergie ravageuse.

 

 

FETE DU PIANO - PROGRAMME DU 29 JUIN 2013

 

CONCOURS INTERNATIONAL DE PIANO

PRIX DE LA SOCIETE GENERALE

17h : Centre culturel, rue Michelet

 

3 candidats s'affrontent au cours d'une sympatique joute musicale. Chacun interprète son programme pendant 30 minutes.

Celui-ci comprend une oeuvre contemporaine imposée composée par Bruno Giner. Le reste du programme est à la libre discrétion du pianiste. Cette année 2013 commémore le bicentenaire de la naissance de Charles Valentin Alkan. Le jury et l'association des Amis d'Alain Marinaro souhaitent que le choix musical du candidat comprenne une pièce du compositeur.

 

RECITAL DE PIANO

Juliana Steinbach

21h : Centre culturel, rue Michelet

 

International Piano (UK) I Novembre / Décembre 2010

à propos de son album TABLEAUX”

La jeune pianiste Juliana Steinbach, née au Brésil, ouvre son programme sur les trois pièces contrastantes qui forment les Estampes de Debussy. Son jeu est marqué par un sensible cantabile et une technique supérieure - les notes senvolent de ses doigts dans des dynamiques finement graduées, ajoutant de la délicatesse et de la profondeur à la performance. Son interprétation de lIsle Joyeuse scintille des différentes couleurs quelle dessine en musique (…) Juliana Steinbach interprète (les Tableaux dune Exposition de Moussorgski) en profondeur et sans affectation. Elle capte les multiples facettes de cette musique, de la mélancolie du Vecchio Castello et la solemnité des Catacombae à lhumour des autres portraits. Elle utilise sa formidable technique à son avantage et le résultat est impressionnant. Shirley Ratcliffe.

 

 

FETE DU PIANO - PROGRAMME DU 30 JUIN 2013

 

CONCOURS INTERNATIONAL DE PIANO

PRIX DU CONSEIL GENERAL DES PYRENEES ORIENTALES

 17 h 00 : Centre culturel, rue Michelet

 

3 candidats s'affrontent au cours d'une sympatique joute musicale. Chacun interprète son programme pendant 30 minutes.

Celui-ci comprend une oeuvre contemporaine imposée composée par Bruno Giner. Le reste du programme est à la libre discrétion du pianiste. Cette année 2013 commémore le bicentenaire de la naissance de Charles Valentin Alkan. Le jury et l'association des Amis d'Alain Marinaro souhaitent que le choix musical du candidat comprenne une pièce du compositeur.

 

à l'issue de la soirée, le jury attribue le GRAND PRIX ALAIN MARINARO 2013

et le PRIX d'INTERPRETATION DE L'OEUVRE CONTEMPORAINE doté de 500 Euros.

 

- - - - 

 

**FILAF 2013 : Du 26 au 30 JUIN 2013 au Centro Espagnol

(26, rue Jeanne d'Arc, 66000 Perpignan).

Le Festival International du Livre dArt et du Film psente, sélectionne et prime les meilleurs livres et films au sujet de lart. Il a lieu chaque année à Perpignan. Le FILAF a pour but de découvrir et diffuser les films et livres les plus originaux, beaux, accessibles et inspis au sujet de lart.
Durant plusieurs jours, le grand public et les professionnels se retrouvent autour de projections de films documentaires sur lart, expositions de livres, conférences et tables rondes.
Le FILAF s’appuie sur un comi scientifique sélectionnant son programme, dans différents domaines et périodes de lart, en particulier : art contemporain, art moderne, architecture, design, cinéma, peinture classique, arts anciens, graphisme, arts premiers, jeunesse, collections. Un jury vote ensuite pendant le festival les lauréats dans les catégories : Meilleur Livre sur lArt et Meilleur Film sur lArt. Le FILAF permet ainsi de découvrir le meilleur de lart à travers des livres et des films.
Le FILAF interroge également lhistoire de lart à travers des hommages ou rétrospectives dauteurs et réalisateurs, des invis dhonneur et des coups de coeur.
Filaf Magazine, édité une fois par an à loccasion du festival et distribué internationalement, prolonge les réflexions du festival dans une revue belle et prospective.

 

 Jeudi 27 Juin:
- 12h Présentation en images et signature, Livre hors compétition : Dali, catalogue d'exposition, par Jean-Michel Bouhours commissaire de l'exposition Dali du Centre Pompidou
- 17h30 Presentation en images et signature, Livre en compétition : John Cohen The High and Lonesome sound, the legacy of Roscoe Holcomb, de John Cohen
-18h30 Librairie du Centro, Signature d'artiste invité : A black Matter, de Grégoire Eloy

Vendredi 28 Juin:
- 12h Librairie du Centro, Signature artiste invité: Monographie de Patrick Jude
- 17h30 Présentation en images et signature, Livre hors compétition : Fully Booked, d'Andrew Losowsky

Samedi 29 Juin:
- 12h Présentation en images et signature, Livre en compétition : Gustav Klimt, tout l'oeuvre peint, d'Evelyn Benesh
- 15h30 Rencontre/Discussion, suivie d'une signature : Catherine Millet, Présidente d'honneur 2012/ Robert Storr, Président d'honneur 2013
- 17h30 Présentation en images et signature, Livre hors compétition : Robert Motherwell, catalogue raisonné de Tim Clifford

Dimanche 30 Juin:
- 12h Librairie du Centro, Signature artiste invité d'honneur Filaf 2013: Dave Muller
- 15h30 Librairie du Centro, Présentation hors compétition: Revue Regards, par Pascal Ferro

Tous les jours du 26 au 30 juin 2013 durant le FILAF de 10h30 à 19h30:

>  

La grande librairie spécialisée du Filaf, réunissant la sélection Filaf 2013 ainsi que tous les meilleurs ouvrages à propos d'art,

par la librairie Torcatis.

Exposition des 1000 plus beaux livres d'art : près de 1000 livres au sujet d'art exposés et consultables librement et pour tous, meilleurs livres au sujet d'art issus de la production mondiale 2011/2012/2013.

>

 informations www.librairietorcatis.co    info@filaf.com

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens