Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 février 2018 3 28 /02 /février /2018 09:20
S.PEY - Cinémaginaire - Jean-Pierre Bonnel entre Teresa REBUL et Jean Rède (à gauche), à Banyuls Templers.
S.PEY - Cinémaginaire - Jean-Pierre Bonnel entre Teresa REBUL et Jean Rède (à gauche), à Banyuls Templers.
S.PEY - Cinémaginaire - Jean-Pierre Bonnel entre Teresa REBUL et Jean Rède (à gauche), à Banyuls Templers.

S.PEY - Cinémaginaire - Jean-Pierre Bonnel entre Teresa REBUL et Jean Rède (à gauche), à Banyuls Templers.

*Mort de Jean Rède

l'ancien maire de Banyuls (élu deux fois) est décédé; il n'est pas question ici de juger son action politique, jugée autoritaire, personnelle par ses adversaires. Simplement, je peux dire : je me rappelle que Dina Vierny, pourtant apte à critiquer les gens, disait toujours beaucoup de bien de Jean Rède qui, au cours de sonpremier mandat, a restauration la métairie de Maillol devenue le musée actuel.

 

**Mort d'Abel Bernard LESFARGUES, poète, éditeur, croix de Sant Jordi, grand traducteur du catalan; il est décédé à l'âge de 94 ans, dans une petite église de Dordogne.

 

JPBonnel

- - -

 

Camins de la retirada 2018

Publié le 27/02/2018 à 18:31 par leblogcultureldyl

 

Résistances et solidarités d’hier et d’aujourd’hui.

 

Du 22 au 25 février, aux célébrations traditionnelles s’est adjoint le soutien aux migrants et aux aidants de la vallée de la Roya.

Précédés par des rencontres et animations en divers lieux, les Camins de la Retirada se sont tenus à Argelès-sur-Mer du 22 au 25 février sous le signe deRésistances et solidarités d’hier et d’aujourd’hui. Parmi les nombreuses animations, conférences, spectacles, qui accompagnaient la marche traditionnelle, partie cette année de Saint-Laurent-de Cerdans, et la journée d’hommage à Antonio Machado, le souvenir des espagnols déportés par les nazis à Mauthausen a été doublement évoqué par une exposition au Mémorial du Camp d’Argelès qui durera jusqu’en septembre et par la projection du documentaire de Montse Armengou et Richard Belis Le convoi des 927. Le samedi 24, après la marche, la journée à l’espace Carrère a été particulièrement dédié à la solidarité :  l'exposition autour de la BD "Humains" d'Edmond Baudoin et préfacée par J.M.G. Le Clézio retraçait la parole des migrants et des aidants de la vallée de la Roya (frontière franco-italienne), et accueillait “Délit de Solidarité, la criminalisation de l'aide aux réfugiés”, l’intervention de René Dahon, de la direction du “Collectif Roya citoyenne” qui passera en procès en mai 2018.

 

D’Angoulême à Mauthausen en plein été 1940

Présenté puis commenté par Raymond San Geroteo qui a connu quelques-uns des rescapés de cette sinistre aventure, Le convoi des 927 raconte une opération longtemps méconnue. Le 20 août 1940, deux mois après la capitulation de Pétain, des familles espagnoles, 927 personnes, hommes, femmes et enfants, regroupées dans un camp à quelques kilomètres d’Angoulême, furent embarquées par les Allemands dans des wagons à bestiaux dans l’ignorance totale de leur destination et du sort qu’on leur réservait. Quatre jours après, dans un périple dont le film décrit les souffrances et les angoisses, le sinistre convoi, identifié comme le premier train de l’histoire de la déportation de civils en Europe occidentale,stoppa à l’entrée du camp de Mauthausen. Séparés des femmes et des enfants, 470 hommes et jeunes hommes furent aussitôt conduits au camp d’extermination. Les plus jeunes (entre 13 et 17 ans) formèrent “le commando Poschacher” du nom de l’entreprise du village où ils se rendaient chaque jour pour travailler.

 

Rescapés, mais toujours exilés

 

D’autres espagnols venus d’autres camps, faits prisonniers ou résistants, les rejoignirent ensuite. Espagnols raflés en France, ceux du convoi des 927 furent considérés comme des apatrides et affectés du Triangle bleu. Des 470 hommes arrivés alors, 73 seulement sont revenus. Les femmes et les enfants, ayant retraversé l’Allemagne et la France dans les mêmes wagons à bestiaux furent amenés à Irun et livrés à Franco. Les cinéastes, qui ont réalisé le film entre 2004 et 2008 ont rencontré certains des rescapés, hommes et femmes ; qui évoquent non seulement ce terrible périple mais aussi le temps d’exil qui l’a longuement suivi, exprimant leur colère ou leur désarroi devant le champ libre laissé à Franco par les puissances occidentales alors qu’ils espéraient pouvoir retourner dans leur pays sitôt la fin de la guerre. On peut, ayant vu ce film, adopter la parole de Pierre Daix à propos des rescapés de Mauthausen : «  Ce qu'ils avaient à dire ne peut se dissocier de ce qu'ils ont vécu. Avant Mauthausen. Mais aussi après Mauthausen ».

Merci à Yvette Lucas

- - -

2 évènements Amis de Cinémaginaire  - info à faire circuler sans modération

€ Jeudi 1er mars 2018 à 19h00

Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer    

> CINE FORUM exceptionnel ! <

Dans le cadre du Printemps des Poètes

En partenariat Cinémaginaire / Amis de Cinémaginaire

Présenté par  les  Amis de Cinémaginaire d’Argelès sur Mer

Formule du Forum : Présentation + Film + Casse-croûte tiré du sac + Débat

 

SERGE PEY ET LA BOITE AUX LETTRES DU CIMETIÈRE

Film en AVANT-PREMIÈRE en PRÉSENCE DU RÉALISATEUR

Film de FRANCIS FOURCOU (France 2018 - 1h20)  avec Serge Pey

La marche extraordinaire du poète Serge Pey, de Toulouse à Collioure, pour porter 400 lettres

dans la boite aux lettres située sur la tombe du poète Antonio Machado, au cimetière de Collioure.

Un film drôle, émouvant, poétique, évocation du combat antifranquiste de Machado

et de l’engagement poétique de Serge Pey

Tarif : 5   euros

 

- - -

La  perte  de crédibilité  du régime  de 1978 en Espagne
 

C’est  grave ce qui se passe avec des chanteurs et des rappeurs comme  Valtònyc, de Majorque et Pablo Hassel de Leida (en Catalogne) qui, avec leurs chansons, très critiques contre la monarchie espagnole et le gouvernement de Rajoy, essaient de décrire la réalité de l'Espagne actuelle. Ils ils sont immédiatement réprimés : de fortes  amendes et des années de prison.

 

Ces répressions politiques, expressions d'un gouvernement très  autoritaire, montrent que le vrai  « pouvoir »  espagnol  ne passerait pas le « test » des normes démocratiques européennes, évaluées, entre autres, par le Conseil de l'Europe. 

Sans aucun doute, à l’heure actuelle en   Espagne, le mensonge a été institutionnalisé,  avec l'usage d’une censure "digne" de celle qui régnait il y a plus de de quarante  ans. .!

De plus, tout ce panorama déprimant exprime le déclin de l'Espagne, accéléré par la perte de crédibilité du régime  monarchique  de 1978. 

 

Plus que jamais, malgré tous les mensonges et la manipulation, On constate que l'agression aveugle de l'État espagnol contre une citoyenneté catalane, totalement pacifique et sans défense, a été une infamie !

Pour  toutes ces  raisons,   il serait temps  que l'article 7 de l'UE soit  enfin appliqué en Espagne, au lieu d'abuser, arbitrairement de l'article 2 de l'UE.

(C) Josep, Portbou, 27/2/2018

 

 

 LES ARTICLES du BLOGABONNEL QUI ONT EU DE SUCCES CETTE SEMAINE :

 

Patrimoine : la famille ARAGO : Guy JACQUES - COCTEAU à Banyuls (vendredi 23 février, 18h, salle Novelty) - La destruction de l'entonnoir : lire Catherine DELONCLE

Guy Jacques (C) RV de St-Estève - Entonnoir de MA2F : lire l'étude de Catherine DELONCLE (Alter Ego édition) Cocteau : la voix humaine, spectacle par Hanna Fiedrich, le 23 février 2018, Banyuls Lecture théâtralisée le 23 février 2018, à 18h 15, Banyu

ENFANTS : la classe de MONTLOUIS : Lettre à MACRON - Enfants de Mémoire : Exils d’Espagne, de la Retirada à aujourd’hui - Chemins de l'exil, concert pour les victimes du franquisme

ENFANTS : classe à MONTLOUIS - Enfants de Mémoire - Exils d'Espagne - Spectacle sur Cocteau à Banyuls vendredi 23 février à 18h15, salle Novelty (5 et 3 euros) Contre la fermeture de notre classe à Mont Louis Nous sommes un collectif de parents d'élèv

  
Objectif Municipales 2020 à Perpignan : ALIOT, GRAU, PUJOL...

* Objectif Municipales 2020 à Perpignan : -Pour moderniser le FN et faire oublier le mauvais débat de Marine Le Pen, elle va se marier à Louis Aliot et devenir Marine Aliot. -Louis a compris, il ne s'appellera ni FN ni Le Pen. Restera anonyme, sans étique

Cohérence culturelle ? La mairie de Perpignan détruit une oeuvre de l'artiste MA2F commandée par la mairie ! Destruction de l'entonnoir en pierres sèches installé dans le hall du muséum d'histoire naturelle

Photos de l'entonnoir par Renaud RUHLMANN - Une oeuvre de l'artiste Marc-André de Figueres (photos Renaud RUHLMANN), commandée à l'époque par la municipalité, va être détruite par la mairie ! vendredi 23 février à 9 heures, destruction de l'entonnoi

Museum de Perpignan : l'oeuvre de Marc-André de Figueres a été détruite par décision de la mairie - La censure a de l'avenir !

(C) JP.Bonne: L'entonnoir a bien résisté - L'artiste (à gauche), son avocat (à doite, J. Codognès) et son conseiller juridique pour la propriété intellectuelle En direct, la destruction de l'oeuvre de MA2F (voir reportage sur Facebook) A 8h45 devant le

 

 

Walter Benjamin à Marseille et Banyuls, son actualité - Association WB : conférence d'Anaïs Bonnel sur Pere CREIXAMS le 10 mars 2018

WB à Marseille (C) MUCEM @ Alain PAIRE A BANYULS : Après le café philo sur Haschich à Marseille par André ROGER et la lecture théâtralisée d'Hanna FIEDRICH (23 février), l'association WB sans frontières poursuit ses activités de l'année 2018.

Bonjour leblogabonnel,

Voici les articles les plus intéressants de votre Reader cette semaine !

 

 

Louis ALIOT votre député agit-il ou s'agite-il ? - Les MIGRANTS sauvés des neiges

Louis Aliot, député non-inscrit de la 2 ème circonscription des Pyrénées-Orientales Présences en commissions et participation en hémicycle au cours des 8 premiers mois 0 2 4 6 8 10 12 14 Juil. 17 Août 17 Sept. 17 Oct. 17 Nov. 17 Déc. 17 Janv. 18 Fév

 

Député des Pyrénées-Orientales : Sébastien CAZENOVE, discret, effacé, doit se mettre en MARCHE !

S. Cazenove: avec le président, sur l'affiche des législatives, par le Bourricot, site satirique Je ne connais pas S. Cazenove. "Ali" sur Facebook, je lui ai écrit (message privé) pour une demande de subvention d'aide aux associations : pas de réponse de

 

Parler de soi : Cinémoi - Joseph Bonnel, mort d'un footballeur - Expo Desnoyer à Saint-Cyprien par Clarisse REQUENA

J.Bonnel, joueur de l'OM. - J.P.Bonnel - Stéphanie MISME - Une toile de F. Desnoyer - Spectacle d'Hanna FIEDRICH le 23 février à Banyuls * La mort du footballeur Joseph BONNEL : C'était un grand dans un football moins porté à la notoriété, un Ariégeo

 

SNCF ; de quoi Spinetta est-il le nom ?

ou quand un capitaine fracasse sur ordre de ses généraux C.Spinetta ne sort pas du néant ou comme un lapin d'un chapeau doré. En lui confiant la mission de cadrer idéologiquement la casse de la SNCF et du statut des cheminots Touthenmacron savait qu'il a

 

Vite fait en passant, Darmanin et ses turpitudes

pour recalibrer la saint valentin Si on en croit l'actualité judiciaire, Lamarck avait raison. Si la fonction créée l'organe. pour autant, dans le vif su sujet, l'organe semble bénéficier parfois de la fonction. Fonction transitive et réciproque. Qui n'

 

Dufy à Perpignan : Pionniers de l'art moderne, Catherine DELONCLE

Livres de Catherine Deloncle sur Picasso, Dufy, Dali, Brune, MA2F...DUFY par Pierre CAMO - DUFY par Catherine DELONCLE et Pierre CAMO, Une exposition sur Raoul Dufy aura lieu à Perpignan (au Musée Rigaud) durant l'été 2018. On oublie parfois certains aut

 

SNCF : Déclaration de la Fédération CGT des Cheminots

A vec la Fédération CGT, les cheminotes et les cheminots, mettront tout en œuvre afin d’envisager un autre avenir pour le service public ferroviaire UNE POLITIQUE ANTI-FERROVIAIRE Rapport Spinetta 15.02.2018 | Espace presse Facebook Twitter Google+ Impri

 

Valentin, Valentine - Poèmes de Jean IGLESIS - Cocteau : la voix humaine, spectacle par Hanna Fiedrich, le 23 février 2018, Banyuls

Lecture théâtralisée le 23 février 2018, à 18h 15, Banyuls, salle Novelty La voix humaine, de Jean COCTEAU, par l'actrice Hanna FIEDRICH Réservez : 5 euros (3 euros pour les adhérents de l'Association Walter BENJAMIN Contact : 06 31 69 09 32 Valentin,

Partager cet article
Repost0
22 février 2018 4 22 /02 /février /2018 09:16
Guy Jacques (C) RV de St-Estève - Entonnoir de MA2F : lire l'étude de Catherine DELONCLE (Alter Ego édition)
Guy Jacques (C) RV de St-Estève - Entonnoir de MA2F : lire l'étude de Catherine DELONCLE (Alter Ego édition)
Guy Jacques (C) RV de St-Estève - Entonnoir de MA2F : lire l'étude de Catherine DELONCLE (Alter Ego édition)
Guy Jacques (C) RV de St-Estève - Entonnoir de MA2F : lire l'étude de Catherine DELONCLE (Alter Ego édition)

Guy Jacques (C) RV de St-Estève - Entonnoir de MA2F : lire l'étude de Catherine DELONCLE (Alter Ego édition)

Cocteau : la voix humaine, spectacle par Hanna Fiedrich, le 23 février 2018, Banyuls

Lecture théâtralisée le 23 février 2018, à 18h 15, Banyuls, salle Novelty La voix humaine, de Jean COCTEAU, par l'actrice Hanna FIEDRICH Réservez : 5 euros (3 euros pour les adhérents de l'Association Walter BENJAMIN Contact : 06 31 69 09 32 Valentin,

VENDREDI 23 FEVRIER 2018 A 18 H

Salle Novelty Banyuls S/Mer

 

  L'association Walter Benjamin «sans frontières»

 présente

                                           

Lecture théâtralisée

 

La voix humaine

Monologue de Jean Cocteau

 

Comédienne : Hanna Fiedrich

 

« Allô, c’est toi ? » Une femme parle au téléphone pour la dernière fois avec son amant. Elle sait qu’il va la quitter.

Le téléphone est le dernier contact qui lui reste.

On n’entend parler que la femme, déchirée entre ses efforts pour rester forte et ses doutes, entre une indifférence apparente et des accès de sentiments. Elle dissimule, trompe, ment, mais pourtant dit tout. Va-t-elle s’effondrer sous la rupture ou bien peut-elle se libérer de l’objet de son désir ?

 

La voix humaine a été portée plusieurs fois à l’écran (avec Anna Magnani et Ingrid Bergman, entre autres). Francis Poulenc s’est inspiré du texte pour son opéra « La voix humaine » en 1959. Il servit aussi pour un fameux solo, une tragédie en un acte, pour soprano et orchestre. L’adaptation de Klaus Kinski fut interdite en 1949 par l’administration britannique à Berlin.

 

Hanna Fiedrich, d’origine allemande a étudié l’art dramatique à Munich. Elle a participé à un atelier d’Ariane Mouchkine et a rejoint une école de cinéma à Berlin. On l’a vue dans des pièces comme « Lieber Georg » de Thomas Brasch à Munich, « Les aveugles » de Maeterlinck et « Excédent de poids, insignifiant, amorphe » de Werner Schwab au Théâtre National de Toulouse et Bordeaux. Elle a aussi joué la princesse dans « La princesse blanche » de R.M. Rilke au musée Ingres de Montauban.

 

http://hanna.fiedrich.free.fr

 

Association Walter Benjamin « sans frontières »

Diffuser la pensée et le destin tragique du philosophe allemand Walter Benjamin, né à Berlin et mort à Port-Bou, en Catalogne. Créer des événements (conférences, lectures, expositions, rencontres, randonnés culturelles…). Pour un chemin de mémoire de Banyuls à Berlin…

 

http://walterbenjamin.canalblog.com

 

Contact réservation :  06 31 69 09 32 (5 et 3 euros la place)

 

 

La Famille ARAGO (suite de mon article cité par Guy JACQUES, ci-dessous) :

 

J’ai pris connaissance de votre blog " Pour un musée François Arago en Pays catalan, à Estagel..? 

 

Comme vous citez mon ouvrage vous savez qu’à travers mes livres (je viens également de publier Jacques Arago, Ce frère inattendu) et mes nombreuses conférences je milite pour une réhabilitation de ce personnage.

 

En juin paraîtra chez Cap Béar édition un nouvel ouvrage La famille Arago. Un clan entre dans l’histoire suivi de Sur les traces de François Arago dans les Pyrénées-Orientales. Je présente dans cet ouvrage, les frères et soeurs, les parents, les autres membres du « clan » (les Mathieu-Laugier, certains descendants, dont Emmanuel et Alfred et même le meilleur ami de la famille Alexandre de Humboldt.

 

J’ai assisté à Paris à l’inauguration de la nouvelle statue dans les jardins de l’Observatoire ayant d’ailleurs rédigé un texte dans la plaquette de présentation. Quand j’ai été interviewé par FR3 devant la statue d’Arago à Perpignan los de al sortie de mon ouvrage, le journaliste s’était montré passionné par cette inauguration désirant même aller à Paris quelques jours pour un reportage à l’observatoire. Puis plus rien. L’Indépendant, La Semaine du Roussillon, FR3 et France bleue prévenus de cette cérémonie n’ont pas bougé le petit doigt.

 

La Semaine du Roussillon a publié un texte pleine page sur Jean Arago, le général mexicain et je lui en ai transmis un autre sur Joseph, le colonel mexicain et aide de camp du Président du Mexique.

Autre bonne nouvelle : la Mairie de Perpignan et le musée Rigaud ont accepté mon projet d’une exposition au musée Rigaud François Arago et la photographie. Elle aura lieu en août 2019.

Pour aller plus loin vers d’autres expositions, voire un musée, il , faudrait des appuis politiques qui me manquent.

Nous pouvons entrer en contact et je suis toujours preneur d’idées..

 

Guy JACQUES

"Guy Jacques" <gj.jacques@wanadoo.fr>

 

Livre : Guy Jacques raconte un Arago à la vie agitée

 

 

PUBLICITÉ

Dans la famille Arago, je voudrais le frère. Le turbulent, l’agité, l’inattendu selon la description de Guy Jacques, expert de cette famille catalane originaire d’Estagel. C’est en opérant des recherches sur François, le plus célèbre, qu’il a été attiré par le parcours peu banal de Jacques. Seul à ne pas embrasser la carrière militaire, il a toujours été sans le sou, n’hésitant pas à demander l’aide de sa famille bien qu’il n’ait aucune reconnaissance envers elle. Journaliste, dessinateur, écrivain ou aventurier, il a passé trois fois le cap Horn, ce qui au XIXe siècle n’est pas un mince exploit.

Ce Français, ouvert au monde, fait partie de la race des curieux, des audacieux. Il a notamment pu embarquer à bord de l’Uranie entre 1817 et 1820, réalisant un tour du monde qu’il a relaté dans un livre qui a remporté un beau succès à son retour. Celui de Guy Jacques consacre de nombreuses pages à ce voyage exotique, reprenant des extraits de sa correspondance et des dessins qu’il a réalisés. On admire par exemple le portrait en couleur de Kaonoé, reine des îles Sandwich. Jacques Arago est passé une première fois par le Brésil et y retournera par la suite. Un pays qu’il apprécie particulièrement, même si dans son premier contact il fustige l’esclavage qui « me brise le cœur et me remplit d’indignation». Il tient aussi des paroles très dures envers la religion : « Les moines, troupe ignare et crapuleuse, assez puissante pour s’emparer du pouvoir suprême. »

De retour en France et avant de se lancer dans de nouvelles aventures au-delà des océans, Jacques Arago écrit beaucoup. Notamment des Physiologies, sortes de pamphlets sur la société. Ce qui lui attirera les foudres de la censure de l’époque. Le travail d’érudit de Guy Jacques rend justice à un homme qui n’a jamais établi de plan de carrière mais mérite de laisser une trace dans la grande histoire culturelle de la France.

 

  • (C)  Michel Litout-L'Indépendant
  •  
  • Le 17 décembre 2017

 

Partager cet article
Repost0
10 février 2018 6 10 /02 /février /2018 07:48
Pierre Torrès - Un de ses livres - Coopératives de Catalogne (C) P.Torrès: Garriguella avec restaurant en terrasse. - Villajuiga : façade et stand de produits de terroir
Pierre Torrès - Un de ses livres - Coopératives de Catalogne (C) P.Torrès: Garriguella avec restaurant en terrasse. - Villajuiga : façade et stand de produits de terroir
Pierre Torrès - Un de ses livres - Coopératives de Catalogne (C) P.Torrès: Garriguella avec restaurant en terrasse. - Villajuiga : façade et stand de produits de terroir
Pierre Torrès - Un de ses livres - Coopératives de Catalogne (C) P.Torrès: Garriguella avec restaurant en terrasse. - Villajuiga : façade et stand de produits de terroir
Pierre Torrès - Un de ses livres - Coopératives de Catalogne (C) P.Torrès: Garriguella avec restaurant en terrasse. - Villajuiga : façade et stand de produits de terroir

Pierre Torrès - Un de ses livres - Coopératives de Catalogne (C) P.Torrès: Garriguella avec restaurant en terrasse. - Villajuiga : façade et stand de produits de terroir

 Pierre Torrès

Pierre Torrès, ingénieur agronome, expert en vignobles et vins, a dirigé pendant trente ans la Station Viti-Vinicole du Roussillon. Il a ensuite participé à de nombreuses missions dans les vignobles du monde. Son regard sur le vin est celui d’un homme de terrain, du pédagogue et du communicateur. Il est aussi l’auteur de plusieurs ouvrages : « Vigneron, sois fier de l’être » , « Le nouveau plaisir du vin », « Terroirs de lumières », « Les vins doux naturels de la Méditerranée »…

 

Voilà deux mille ans que la vigne s’est implantée dans nos terroirs catalans. 
L’originalité et la qualité des productions viticoles du Roussillon étaient déjà reconnues au temps des royaumes catalano-aragonais grâce à leurs vins généreux et liquoreux. Plus tard, lorsque se sont installés des vignobles de masse dans les régions méditerranéennes voisines, les vignerons du Roussillon ont continué à cultiver la vigne sur les coteaux et ont su mettre en avant la particularité de leurs vins doux naturels, souvent menacés, mais toujours défendus avec autant de force que de fierté. C’est grâce à ces vins que le vignoble roussillonnais a connu au lendemain de la deuxième guerre mondiale ses « trente glorieuses ». 


On peut dire que c’est par les vins doux que le vignoble du Roussillon s’est distingué, qu’il a connu la prospérité et qu’il résiste encore aujourd’hui dans un contexte viticole particulièrement difficile. Confronté depuis plusieurs années à une forte baisse de la consommation et au libéralisme du marché mondial du vin, le Roussillon a concentré sa production autour des vins de grande qualité. 


Mais les vignerons sont de moins en moins nombreux et leur métier et leur mode de vie ont également changé. Ils sont passés en quelques années de la simple production de vins en vrac à la vente de vins souvent conditionnés en bouteilles. Ils ont appris aussi à communiquer, à élaborer des stratégies commerciales et, bien sûr, à valoriser leur terroir, tout en supportant de plus en plus de contraintes et en portant par leur travail la gestion d’un paysage souvent exceptionnel et de son environnement.

 

Nous remercions Pierre Torrès de nous avoir confié cet article inédit :

 

Sur la disparition de nos caves coopératives

 

C'est au début du XXe siècle que sont apparues les premières caves coopératives pour permettre aux petits viticulteurs de mieux assurer leurs vinifications et de pouvoir conserver leurs vins de façon convenable. La « coopé » a joué à la fois un rôle technique, économique et social. Il ne faut pas oublier le rôle social que ces entreprises ont pu jouer dans le vignoble en maintenant toute une population de petits vignerons dans certains villages menacés par l’exode rural. La cave coopérative deviendra même une véritable institution symbolique au même titre que la Mairie, l’Eglise et l’Ecole. On recensera à la veille de la 2ème guerre mondiale près d’une centaine de caves coopératives en Roussillon qui se développeront en quelques décennies et finiront par représenter les deux tiers de la production vinicole départementale. A la fin du XXe siècle beaucoup de ces caves, confrontées à la diminution des superficies viticoles, ont du fermer ou se regrouper. Il ne reste plus aujourd'hui qu'une vingtaine de caves coopératives en Roussillon.

 

La disparition des petites caves communales de certains terroirs n'est pas sans conséquence sur le maintien de notre patrimoine viticole. N'oublions pas que c'est grâce à ces coopératives que de nombreux vignerons ont pu se maintenir sur des terroirs viticoles de qualité, certes, mais souvent éloignés et n'offrant d'autres débouchés que la culture de la vigne. L'abandon pur et simple de ces caves au profit de grandes structures centralisées dans des villages plus importants pourrait entrainer dans certains cas une désertification de ces terroirs. Or un terroir ne peut exister que s'il est "vivant", c'est à dire que si des vignerons y vivent.

 

Comment faire revivre ces coopé ? L'exemple des caves coopératives de l'autre côté des Pyrénées, dans la région de l'Empordà, est riche d'enseignements. Ces vignerons de Catalogne du Sud ont su garder leurs caves coopératives dans de nombreux villages (Pau, Garriguella, Palau, Villajuiga...) en les équipant d'une structure d'accueil touristique très particulière, avec une offre diversifiée non seulement avec leurs vins, mais aussi avec tous les produits de terroir de la région. Chaque cave a ainsi son "agrobotiga" qui lui permet d'être une mini Maison de Terroir, attachée à chaque village.

 

Le développement du tourisme de terroir, et de l'oenotourisme en particulier, ne peut s'envisager qu'avec des terroirs "vivants", c'est à dire avec une structure d'accueil dans de nombreuses communes mettant leur vignoble en avant. Le paysage, aussi exceptionnel soit-il, ne suffit pas toujours pour communiquer sur un terroir, la présence de l'homme est indispensable. Au lieu de laisser disparaître peu à peu ces petites caves coopératives communales, pourquoi ne pas leur donner un second souffle en les orientant vers une offre plus diversifiée regroupant toutes les activité de la filière terroir ?

 

Pierre Torrès

Ingénieur Agronome - Auteur de l'Histoire de la Vigne et du Vin en Roussillon

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2018 4 18 /01 /janvier /2018 19:12
Le lac  de VILLENEUVE de la Raho a 40 ans, par Jean IGLESIS

                                          

Département

Le lac  de la Raho a 40 ans

 

Mis en eau  en 1977, le lac de la Raho fête en 2016 ses quarante  années d’existence. Le lac ou plutôt les lacs, car le site en compte trois, tous aussi attrayants les uns que les autres. Le lac de la Raho - intégralement géré aujourd'hui par le Conseil Départemental des Pyrénées-Orientales – constitue un espace de vie prisé, dont les atouts n’échappent ni aux gens du cru, ni à leurs voisins, ni aux visiteurs ni aux touristes qui fréquentent, partagent et savourent un lieu convivial, ludique et sportif, localisé aux portes de Perpignan, lieu de vie inscrit dans un tourisme de proximité, appelé à  se développer au fil des jours.  Il y a donc quarante ans déjà que le grand lac a été mis en eau, voyant du coup les terres asséchées de l’ancien étang (précisément dit « Étang de Barrià », et dont on trouve trace, dès l’origine, au IXème siècle)  se parer de l’onde d’un cimetière marin dont Paul Valéry aurait pu célébrer la douceur et le charme latins. Le site de la Raho propose à l’envi promenades, jogging, pêche et activités de nautisme (optimist pour les scolaires, aviron, kayak et planche à voile pour tous…).

 

Le petit lac

   

D’une superficie de 16 hectares, représentant 800 mètres de plage, le petit lac se prête à la pêche, d’octobre à mai. Durant l’année scolaire, les élèves de cours élémentaire y pratiquent l’Optimist, et ce sous les auspices de l’U.D.S.I.ST. (Union Départementale des Syndicats Intercommunaux Scolaires et de Transport). Profond de quelque 7 mètres, il est réservé à la baignade durant la saison estivale, une baignade que surveille une équipe de maîtres-nageurs sauveteurs, pour le moins aguerris. Sur ses abords aménagés, animations et guinguettes fleurissent, offrant des soirées teintées d’exotisme, de détente et de musique : le Galapagos, le Régal’Eau, le Chalet du Lac, la Pizza des Pins et le Moorea, des havres de restauration et de loisir, qui tendent les bras à qui le souhaite, dans la chaleur doucereuse et dans le farniente de l’été…

 

Le grand lac

 

Ouvert à la pêche toute l’année, le grand lac, d’une superficie de plus de 200 hectares, enregistre une profondeur maximale de douze mètres. Il ne stocke pas moins de 18 millions de mètres cubes d’eau. Relié au barrage de Vinça par le canal de Perpignan (dit « le Ruisseau de la Ville » ou « Els Canals »), il constitue un réservoir hydraulique inestimable, autant pour l’arrosage des cultures, localisées en contrebas de sa retenue, que pour les Canadairs qui y écopent, à la triste occasion de chaque incendie de forêt ou de garrigue, et en particulier lorsque la tramontane, trop violente, interdit aux services d’incendie et de secours d‘écoper en mer. La carpe est indiscutablement  le fleuron piscicole de l’endroit. Les pêcheurs – en provenance notamment de la Belgique, de la Hollande, de l’Angleterre ou de l’Allemagne - la taquinent avec ferveur et assiduité. Qu’elle ait nom carpe commune, cuir ou miroir, la carpe, adulte, est susceptible d’accuser un poids avoisinant les   25 kg. Les carpes sont régulièrement prises, puis relâchées, en raison de la bienheureuse pratique du no-kill (principe consistant à remettre à l’eau les poissons pêchés, et ce après les avoir pesés et photographiés). Outre la carpe, le peuplement du grand plan d’eau se compose d'espèces aussi diverses  que les sandres, les perches, les black-bass, les brochets, les anguilles, les tanches, les gardons, les rotengles, les chevesnes...L’anse nautique, qui jouxte le chemin de les Serres est progressivement devenue un lieu privilégié d’expansion ludique : l’association des sports nautiques du lac y a élu domicile et propose à qui veut s’y adonner aviron, canoë,  kayak et planche à voile. On a même pu assister par le passé à des mini régates de bateaux de modèle réduit, de classe M, en carbone et kevlar. L'an passé, s’y est déroulée une épreuve de championnat de nage avec palmes.

 

La réserve écologique

 

Elle s’étend sur 15 hectares et constitue un site de peuplement exceptionnel du point de vue ornithologique. Sur l’île, qu’elle dessine et cerne d’eau dormante, échassiers, canards, oiseaux de la plaine et de la mer y nidifient. Ils y ont recréé une zone sereine, classée, trésor fragile que l’on veille à respecter et à préserver et dont l’association Charles Flahaut, particulièrement attentive, a dressé un inventaire exhaustif. Grâce au concours du Groupe Ornithologique du Roussillon (G.O.R.), un observatoire a été mis en place, offrant aux  scolaires la découverte de l’avifaune. Spécificité de la réserve : l’anodonte, moule d’eau pouvant atteindre des tailles surprenantes. Point noir, éradiqué en partie : la présence de tortues d’eau – des clémydes lépreuses  - qui, en raison de leur voracité, représentent un péril réel pour la biocénose et menacent gravement de déséquilibrer l’écosystème existant, et ce considérant le péril qu’elles représentent pour les poissons et les oiseaux qui fréquentent les lieux.

 

                                                                            

                           

Du haut du vieux cimetière, tandis que le paysage semble éternellement figé, , tandis que les pins vont grandissant, tandis que les abords des berges se renforcent, tandis qu’entre l’or rutilant des mimosas et des genêts l’on coupe l’herbe, l’on dresse des tables de pierre, l’on aménage – sous les regards complices des cadrans solaires compatissants – de riches et prometteurs instants de vie… emportés dans la ronde des heures, les saisons, les visions édéniques et le temps tournent inéluctablement autour du lac de  la Raho.

 

Jean Iglesis

 

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2017 6 16 /12 /décembre /2017 09:12
Elisabeth EIDENBENZ et Esperanza (C) Fonds E.Eidenbenz, ville d'Elne

Elisabeth EIDENBENZ et Esperanza (C) Fonds E.Eidenbenz, ville d'Elne

  • MATERNITE : de MILLAS à ELNE - Matrimoine et patrimoine -  (article dans Le MONDE du  16 décembre 2017)

 

*Comme pour répondre à l'émotion causée par la tragédie de Millas

(mais sans les commisérations des politiciens désirant montrer qu'ils sont là, à l'écoute des citoyens...sans le déversoir pléthorique de bons sentiments par les simples "gens" des réseaux où l'on peut se défouler...),

 

le quotidien Le Monde publie un très bel article sur la Maternité d'Elne. L'historique précis est fait et les principaux protagonistes témoignent. D'abord, bien sûr, l'infirmière suisse, fondatrice de la maternité, arrivant d'Espagne en décembre 1939, où elle s'était portée volontaire aux côtés des Républicains...On rappelle que les bonnes soeurs de l'hôpital de Perpignan refusent d'accoucher les "Rouges"...Sale période fasciste, prolongée en France par l'inqualifiable régime de Vichy, aux ordres nazis !

 

La journaliste, envoyée spéciale à Elne, rend ensuite hommage à la municipalité dirigée par Nicolas Garcia, le communiste fils de Républicains espagnols : il a su réveiller cette mémoire enfouie et refusée par nombre d'habitants illibériens; il a su trouver des fonds, en particulier de la Generalitat de Catalunya afin de restaurer le lieu et créer un musée; aujourd'hui le succès est là !

On peut regretter que la municipalité actuelle, -la droite accédant à la mairie après une campagne indigne faisant croire que les communistes allaient installer une mosquée à Elne ! -ne poursuive pas le travail initié par Nicolas Garcia. Madame Garrigue, adjointe à la culture a une belle phrase, mais l'excuse semble avoir peu de poids :

"Nous avons plein de rêves pour ce lieu, mais notre ville est pauvre."

Méditons cet article ! Visitons la Maternité ! Lisons aussi le livre de l'ami Serge Barba, responsable de l'association des Descendants et Amis de la Maternité d'Elne (DAME), né dans ce lieu mêlé d'histoire et d'émotion...

 

JPBonnel

 

**ARTICLE SÉLECTIONNÉ DANS LA MATINALE DU 14/12/2017

Le château d’En Bardou, une maternité qui hébergeait les réfugiées de la guerre d’Espagne

Dans les Pyrénées-Orientales, ce petit château transformé en musée attire des dizaines de milliers de visiteurs, dont beaucoup de Catalans.

LE MONDE | 15.12.2017 à 05h00 • Mis à jour le 15.12.2017 à 16h02 |

Par Sylvia Zappi

 

Cachée derrière une haie de lauriers et de cyprès, la bâtisse aux tons roses se distingue à peine. Avec son architecture art nouveau et sa coupole de verre, le château d’En Bardou surprend au milieu des champs d’artichauts et de salades, posé en lisière d’Elne, comme s’il était resté en marge de son histoire.

C’est dans ce bourg des Pyrénées-Orientales qu’entre 1939 et 1944 furent mis au monde des centaines de bébés de réfugiées de la guerre d’Espagne ou de mères juives enfermées dans les camps voisins. Un épisode historique redécouvert il y a à peine dix ans et qui connaît, depuis, un rayonnement incroyable en Catalogne.

Cette maternité si particulière est aujourd’hui un musée de campagne. Quelques panneaux défraîchis détaillent son destin dans une Europe en pleine tourmente. Des photos passées tentent de raconter la vie quotidienne de la bâtisse à cette époque troublée, quand elle avait été transformée en sanctuaire par une poignée de femmes.

Surmonter le froid, la faim, les épidémies

Ici, trois berceaux avec leur linge blanc, là une valise en carton, une pauvre couverture. A l’entrée, une bâche fait office de stèle où sont égrainés les 597 prénoms et dates de naissance des enfants accueillis autrefois entre ces murs. Dans une salle attenante, les visiteurs peuvent entendre les derniers mots de la fondatrice, Elisabeth Eidenbenz (1913-2011). C’est tout ce qui reste pour évoquer l’œuvre de cette institutrice suisse, devenue une pionnière de l’humanitaire.

En ces jours de décembre 1939, Elisabeth Eidenbenz arrive d’Espagne, où elle s’était portée volontaire aux côtés des républicains pour le compte du Secours suisse aux enfants – une organisation pacifiste protestante. Elle a 26 ans et aucune expérience médicale, si ce n’est celle acquise sur le tas à Madrid et à Valence. Avec ses tresses brunes nouées autour de la tête, elle a l’air d’une gamine.

 

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/histoire/article/2017/12/15/les-berceaux-de-la-retirada_5229937_4655323.html#kZccMGxqX7J7L9AY.99

 

 

Maternité suisse d'Elne 

 

Musée d'histoire locale à Elne, France

Le château d'en Bardou, ou maternité suisse d'Elne, est un château situé à Elne, dans le département français des Pyrénées-Orientales. Wikipédia

 

 

Création : 1939

Téléphone : 04 68 95 89 03

Adresse : 500F Route de Bages - Route de Montescot, 66200 Elne

Horaires : Ouvert aujourd'hui · 09:30–12:30, 14:00–18:00 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2017 5 15 /12 /décembre /2017 08:53
Ange de la mort

Ange de la mort

La tragédie de Millas révèle encore l'indifférence et le cynisme d'un pseudo-dieu qui aurait engendré notre espèce et les petits anges (peut-être démons en classe..?) qui ont tout perdu, hier, la jeunesse, l'espoir, la perspective de Noël et des vacances...

La vie, surtout.

Comme cela se fait depuis quelques années, les responsables politiques se rendent sur place : montrer que le pouvoir est proche des citoyens ? Peaufiner son image politique..?

Alors les responsables politiques, nationaux ou locaux se fendent d'une belle phrase sur la douleur...

Et sur les réseaux sociaux, chacun de faire rouler une larme et d'apporter son émotion faite de lieux communs...

Vaudrait mieux se taire face à notre impuissance... face à l'obscénité de la mort et à celle des mots vains !

En effet, après la tragédie, tout semble obscène, inutile : déroulez votre journal quotidien, et les articles sur les spectacles, les soirées festives, les dédicaces de livres, les publicités des grandes surfaces sur les pâtés et langoustes…tout est dérisoire. Illisible ! 

Après ça, plus rien n'existe ! Toute actualité est recalée dans les marges. Le fait divers est devenu tragédie nationale et ce sont les grandes nouvelles mondiales qui ont le rang de "chiens écrasés"…

 

En marge de cette réflexion rapide, constatons la vision des médias parisiens qui annoncent l'horreur de Millas : ils parlent de MILLAS, mais ce village est inconnu…

Et la nouvelle fait revivre C. Bourquin quand on parle du collège BOURQUIN… Mais qui connaît l'ancien président de région..? La célébrité est une affaire éphémère et le tournoi des infos se déroule à une vitesse folle…Le numérique nous pousse déjà vers un autre tragique...

 

JPB

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2017 7 10 /12 /décembre /2017 10:24
Johnny à l'époque yéyé (DR)

Johnny à l'époque yéyé (DR)

Johnny c'est fini ! -

De la France YéYé à la France sans identité -

 

Pendant deux jours, on ne pouvait plus parler d'autre chose. L'actualité, ce fut lui, l'ancien yé-yé, lui Johnny, qui était parti au paradis des guitares et des motos USA...

Seul Trump tenta de secouer la léthargie, la censure généralisée dans les médias : il provoqua, ouvrit sa gueule, attisa encore plus le proche-Orient...On se demande bien pourquoi... Relancer les activités des marchands de canon de Californie..?

 

Hallyday naquit de l'après-guerre, des trente glorieuses, d'un temps d'inconscience, pour une jeunesse insouciante, qui découvre la musique outre-Manche et outre-Atlantique, qui passe "outre" le moralisme des parents, et dit "Yes" à ces bruits étranges : glissement vers le "Yé-yé". C'est le vieux Edgar Morin, traversant encore plus que J.H. le siècle, les modes, les manies, les folklores, les rumeurs, l'univers people, et les inventions musicales, qui lança le néologisme faisant florès...

 

Au bout des années "Sixties", cette jeunesse populaire, dont je fus, écoutant la radio des jeunes sous l'oreiller, en cachette, comme d'autres se masturbent dans la nuit de la couette, pendant que les parents dorment ou regardent la télé, laissa la vedette à l'adolescence bobo qui se révolta en Mai 68…

 

Après les guerres coloniales (Algérie, 1962), cette jeunesse étudiante, bourgeoise, exige des réformes sociologiques plus que sociales ou socialistes…Elle a une identité, le miroir n'est pas encore brisé. Les yéyés évoluent et Johnny s'adapte, parcourt le temps des Français sans le devancer, mais en le traduisant en chansons, en énergie, en volonté de vivre. La fureur d'un James Dean ! 

 

Puis vinrent la crise, pétrolière, migratoire, l'adaptation nouvelle du libéralisme, le mondialisme et l'uniformisation financière engendra le malaise général, la division, le populisme, le communautarisme, l'intention d'indépendantisme… L'extrême-droite répond à la venue des immigrés. La peur naît avec l'échouement des migrants aux rives de la Méditerranée.

 

Le terrorisme est partout et nous devenons "Charlie" pour simuler une unité, une identité française, traduisant plutôt un réflexe anti-étranger, anti-arabe, surtout... (lire Emmanuel  TODD)…

 

Avec la mort de J.H. et après ces obscènes funérailles, magnifiant la société du spectacle et le triomphe du catholicisme dans la République laïque, c'est une ultime tentative pour resserrer les liens, revenir aux racines, créer la mythologie nationaliste du roman national…

 

Johnny est parti, avec lui la nostalgie d'une grandeur française, et l'utopie d'une France unique et unifiée…

 

J.P.Bonnel

 

- - -

 

L'adieu

 

La gare étend son quai au cœur d'un cimetière.

On redoute toujours de ne plus se revoir

Et l'on nourrit un bien fragile et fol espoir

Quand on se dit adieu sous un jour bien austère.

 

Les pleurs viennent baigner les plus tendres aveux,

Précédant les états qui vont suivre l'absence

Et envahir d'ennui les prisons de silence

Qui naissent de l'instant où l'on s'est dit adieu.

 

Il semble que l'on soit loti dans une bière.

Le visage trahit les sentiments secrets.

Les sens sont abolis sous le poids des regrets.

La chambre est un autel propice à la prière.

 

Il n'est plus dans le cœur de place pour la haine

Et l'amour et la joie se transforment en peine.

Que l'on soit des milliers ou que l'on soit à deux,

On se retrouve seul quand on se dit adieu.   

 

Jean Iglesis

 

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2017 6 09 /12 /décembre /2017 10:04
Nuit des lumières - Collioure/Couleurs - Réveillon lumineux à Collioure - Banyuls la lumineuse
Nuit des lumières - Collioure/Couleurs - Réveillon lumineux à Collioure - Banyuls la lumineuse
Nuit des lumières - Collioure/Couleurs - Réveillon lumineux à Collioure - Banyuls la lumineuse
Nuit des lumières - Collioure/Couleurs - Réveillon lumineux à Collioure - Banyuls la lumineuse
Nuit des lumières - Collioure/Couleurs - Réveillon lumineux à Collioure - Banyuls la lumineuse

Nuit des lumières - Collioure/Couleurs - Réveillon lumineux à Collioure - Banyuls la lumineuse

Lumières : Banyuls la Lumineuse, Collioure-Couleurs, Perpignan décorée : animations, mais le fond ? -

Nos élus sont-ils des lumières ?

 

* Après Paris-ville lumière, après Lyon et son festival des Lumières, voici des émules en Pays catalan, des copiés/collés, des variations, et mille nuances colorées…

 

**A Perpignan : la décoration est belle, de façon indéniable, surtout pour un provincial qui ne connaît pas Paris, la ville-lumière, à Noël, ou Rome, ou Las Vegas...

Oui, des lumières à Perpi, mais le fond ? (Le Siècle des Lumières, les penseurs du 18° siècle...? O sont-ils ? Nos élus sont-ils des lumières..?)

 

**Le maire :

Perpignan, ville de lumières…  pas des Lumières…

 

30 Novembre 2017, 17:59pm | Publié par Jean-Marc Pujol

Ce vendredi 1er décembre, comme le veut la tradition, je donnerai à 17h, place République, le coup d’envoi des illuminations de la ville à l’occasion des fêtes de fin d’année. Ce lancement s’accompagnera dès le lendemain, samedi 2 décembre, du vernissage de l’exposition des « pessebres » (crèches), à 10h30, au mess des officiers (place de Verdun – face au Castillet), suivi, à 11h30, de l’inauguration de la patinoire et des manèges installés place Catalogne.

 

***A Collioure, couleurs/lumières

Ville de la lumière, découverte par Signac (fin 19°) puis, sur ses conseils, par Matisse, puis par le conseil de ce dernier, Derain... Les autres ont suivi, et ça continue : la lumière est désormais un outil touristique...

 

**** BANYULS - On connaît le slogan " Banyuls, la lumineuse"...Et c'est vrai la baie est belle et les hauteurs indicibles...La ville est ville des Lumières, aussi, grâce au laboratoire Arago, au CNRS, au diversarium, à ses conférences sur le patrimoine... Elle le fut aussi lors de la remise du 1er prix européen de l'essai philosophique, dans le hall de la mairie, avec le maire JM.Solé et le lauréat Bruno Tackels (voir ce blog).

J.P.Bonnel

 

- - - Collioure, communiqués de la mairie :

 

En 2016, nous avions vu comment Collioure recevait les Rois de Majorque et leurs nefs chargées de cadeaux symboliques et annonciateurs du temps de l’étoile, venus se prosterner devant l’enfant dans l’église cernée par les eaux. Cette année, nous allons voir comment Collioure, fer de lance de la partie continentale du Royaume de Majorque, va rayonner sur cette Méditerranée, rebaptisée à l’âge gothique « le lac catalan » en emmenant au-delà de l’horizon les richesses drapières, le fer du Canigou, les vins capiteux et sucrés, la poésie d’Ausias March, les oeuvres de Jaume Huguet, la sagesse de Miquel Giginta, d’Eiximenis, de Ramon Llull, de Nahmanide et de Ha Meiri vers nos comptoirs de Tunisie, de Sardaigne, de Corse, de Sicile et de Grèce, puisant à son tour dans l’héritage immémorial des Grecs, des Phéniciens, des Berbères et des Arabes, une richesse nouvelle.

De cette plongée dans le bleu à la poursuite du soleil levant, à la rencontre des routes de la soie et des chemins d’esclaves, nos marins et marchands ont ramené d’autres visions du monde, d’autres notions du temps, mais surtout, une profusion de couleurs, de pigments, de matières. Tout était prêt pour que Collioure invente cette incandescence particulière qui va offrir au monde les soleils brûlés du fauvisme....

Samedi 2 décembre à 20h, puis tous les vendredis et samedis à 18h30 et 20h, sans oublier le Dimanche 31 décembre pour la soirée du Réveillon.

 

- - 

 

Le 5 septembre 2017, Irma est classé en catégorie 5, le niveau le plus élevé sur l’échelle de Saffir-Simpson. Le 6 septembre, l’œil du cyclone, d’environ 50 km de diamètre, entraîne des vagues de 6 à 8 mètres de haut, touche vers 2 heures du matin le nord des Petites Antilles et passe directement sur Antigua-et-Barbuda, puis se dirige successivement vers les îles Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Christophe-et-Niévès, Anguilla et les Îles Vierges britanniques, qu’il dévaste.

C’est en solidarité avec les victimes des Antilles, que la Ville de Collioure a choisi le thème «Créole», lors de la soirée chacun sera solidaire. En premier lieu les comptoirs festifs installés sur le Boramar reverseront une partie de leur recette au profit de la reconstruction de l’île de Saint Martin.

Par arrêté municipal 329/2017 du 29 nov. 2017, le 31 décembre :

1 - la circulation sera interdite de 18h au lendemain 3h30. Des barrages filtrants seront installés au Pla de las fourques (niveau parking), av. Maillol (niveau hôtel Méditerranée), av. de la République (Rond point du christ et niveau hôtel «Mas des Citronniers)

2 - Circulation et stationnement interdits de 18h au lendemain 1h sur l’avenue De Gaulle, rue de la démocratie et la Route de Port Vendres, du Rond-point du Christ à l’intersection avec la route impériale.
Les rues jean-Jacques Rousseau, Voltaire et de la Tour d’Auvergne seront fermées par des barrières.

Les rues Lamartine, du Soleil et Jean-Jacques Rousseau seront autorisées en double sens de circulation.

La rue du Temple sera ouverte à la circulation en sens inverse (du pont SNCF au rond-point du Christ).

Les riverains du Coma Chéric emprunteront la route de Port-Vendres dans les deux sens pour se rendre ou quitter leur domicile, sous la surveillance de la police.

La Traverse du Petit Consolation sera fermée de 12h à 0h30.

 

Le samedi 9 décembre, à 17h à la médiathèque Jean Ferrat, Le Casal de L'Albera vous invite à venir écouter Miquèl RUQUET , auteur du livre : Journal de guerre d'Eloi ARROUY / 1914-1918 

 

Journal de guerre d'Éloi Arrouy 1914-1918
Miquèl Ruquet
Collection Història

Éloi Arrouy est né en 1895 dans le canton de Trie-sur-Baïse (Hautes-Pyrénées). Mobilisé en 1915 dans l’infanterie, il décide de « noter journellement les principaux faits » dans des carnets qu’il cache soigneusement et dépose chez ses parents lors de ses permissions. Après la guerre, il les met au propre, sans tout recopier, et c’est seulement dans les années 1960 qu’il rédige cette dernière version. Ces « réflexions d’un poilu, d’un soldat de 1ère classe » donnent de nombreux détails sur la vie quotidienne au front.

Son régiment a pris part à des batailles dont le nom est resté tristement célèbre, la Champagne, Verdun, le Chemin des Dames, la Flandre, la Somme, la Marne… Éloi Arrouy, devenu agent de liaison, subit sans toujours les comprendre ordres et contrordres ; mais il sait analyser la situation, et porte un regard critique et distancié sur ce qu’on lui fait faire. Soldat-citoyen, il voudrait comprendre ce qui lui est demandé, il se méfie de sa hiérarchie, des gendarmes, et cherche surtout à survivre. Il y est parvenu, à force d’intelligence, parfois de ruse, de système D. Mais partout et toujours le poursuivent l’idée de la mort imminente, la révolte contre l’absurdité et les horreurs de la guerre, qui empirent encore vers la fin, avec la brutalisation de la troupe, les pillages ou l’ivrognerie des soldats de toutes les armées. 

Miquèl Ruquet a entrecoupé et confronté le récit d’Éloi Arrouy avec le Journal officiel de son Régiment (401e d’Infanterie) et des mises au point historiques restituent le contexte général de la guerre, des cartes et des photographies originales permettent de mieux conceptualiser les évènements.

-- 

L'équipe de la médiathèque

 

Médiathèque d'Argelès sur Mer

Espace Liberté

66700 ARGELES SUR MER

04 68 81 42 73

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2017 5 08 /12 /décembre /2017 08:03
CAMINAR, devoir de Mémoire, l'exil républicain - L’équipe du JT des P-O, premier magazine vidéo - Débat : LA ligne LGV  EN OCCITANIE  ET  LE  PROBLEME  TRANSFRONTALIER   DU  PROXIMITÉ  
CAMINAR, devoir de Mémoire, l'exil républicain - L’équipe du JT des P-O, premier magazine vidéo - Débat : LA ligne LGV  EN OCCITANIE  ET  LE  PROBLEME  TRANSFRONTALIER   DU  PROXIMITÉ  
CAMINAR, devoir de Mémoire, l'exil républicain - L’équipe du JT des P-O, premier magazine vidéo - Débat : LA ligne LGV  EN OCCITANIE  ET  LE  PROBLEME  TRANSFRONTALIER   DU  PROXIMITÉ  

*** DevoiR de mémoire : Caminar (Coopération entre organisations mémorielles des descendants et amis des exilés de l’Espagne Républicaine) lance une pétition sur change.org pour faire avancer les demandes des familles : 

 

Les familles (espagnoles ou exilées en France) des 130 000 à 150 000 républicains espagnols assassinés par les franquistes entre 1936 et 1945 et enterrés dans des fosses communes, celles des enfants volés à leurs mères par dizaines de milliers jusqu'à la fin des années 1970, demandent que vérité, justice et réparation soient faites.

 

 Le gouvernement espagnol, mais aussi le gouvernement français et la communauté européenne ne peuvent rester sourds à cette exigence de justice. Ces crimes sont des crimes contre l'humanité, ils sont imprescriptibles et à ce titre ils doivent être jugés. 

 

Jusqu'à quand faudra-t-il encore attendre?

 

C'est la raison pour laquelle ¡Caminar! Coordination nationale d'organisations mémorielles des descendants et amis des exilés de l'Espagne républicaine, qui regroupe 15 associations, vous invite à signer la pétition suivante destinée à l'ambassade d'Espagne et au gouvernement espagnol : 

 

"Vérité, Justice, Réparation" Pour que soient reconnus, jugés et condamnés les crimes du franquisme.

 

Un grand MERCI d'avance pour votre soutien.

 

 « ¡ CAMINAR ! »

Coopération entre organisations mémorielles des descendants et amis des exilés de l’Espagne Républicaine

 

Sylvie FABIA, membre de Caminar

***QUESTIONS  IMPORTANTES  SUR  LA LGV  EN OCCITANIE  ET  LE  PROBLEME  TRANSFRONTALIER   DU  PROXIMITÉ  

 

LGV en Occitanie : forte mobilisation à Perpignan pour soutenir les lignes à grande vitesse

Qu’est-ce  que  vous  pensez de cette  nouvelle  de la  Semaine  du  Roussillon ¿

 

Ces possibles et  futures décisions des administrations françaises peuvent afecter le  train  convenntionel  Portbou-Cerbère –Perpignan –Narbonne  -Montpellier-Avignon?

 

Et  sur  le Train de  Nuit .Qu’est-ce que  vous pensez ?  Quel sera son futur ?

 

Les pouvoirs économiques de  du Départemment  de PO et  surtout la ville de Perpignan croyez-vous que  sont réellement intéressés  par  la ligne  LGV Perpignan Montpellier , en sachant que probablement  les trains  internacionaux ne s’arreteront pas  à   Perpignan centre ?

 

ET  sur   la  manque  d'un vrai  transport  ferroviaire  de  proximité  entre  Girona-Figueres-Portbou-Cerbère-Perpignan- Narbonne?  ET les  

pdifficultés  et la manque  de volonté  politique  sur  les  liaisons ferroviaires Portbou-Cerbère ?

 

https://www.lasemaineduroussillon.com/2017/11/29/lgv-occitanie-forte-mobilisation-a-perpignan-soutenir-lignes-a-grande-vitesse/

 

Josep LOSTE

*JOURNAL Télévisé : 

L’équipe du JT des P-O, premier magazine vidéo

hebdomadaire des Pyrénées-Orientales disponible à tout

moment sur n’importe quel écran connecté, a le plaisir de vous présenter le numéro tourné au Yahoo, la première résidence Séniors des Pyrénées-Orientales :

 

https://youtu.be/WeHNpaSWzjY

N'hésitez pas à soutenir l'esprit catalan et à nous

laisser un pourboire sur http://jtdespo.fr/

 

Prenez le temps de visionner ce qui se passe près de

chez vous : https://youtu.be/WeHNpaSWzjY

............................................................................

Jean-Michel Martinez

redaction@le-journal-catalan.com 

 08 99 96 17 17

- - -

 

***Céret : Expo :  Du 8 décembre au 2 février 2017 Galerie Odile OMS :

 

nous vous invitons à venir découvrir l’ exposition de :

 

Dolors RUSIÑOL MASRAMON

« Temps d’espera »

           

Vernissage, le vendredi 8 décembre à partir de 18 h.

 

Vous pouvez d’ores et déjà découvrir une partie des œuvres sur le site de la galerie :

 

http://www.odileoms.com/dolors-rusinol-masramon.php

 

- - -BANYULS :

 

Le 9 décembre à 16h30 dans la salle capitulaire du Mas Reig à Banyuls.

(Détails en pièce jointe)

Si vous êtes par là, j’espère avoir le plaisir de vous rencontrer.

@ bientôt,

 

Michèle Bayar

+ 33 6 83 39 95 54

bayar.michele@orange.fr

http://www.bayar-michele.com

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2017 2 05 /12 /décembre /2017 23:32
Vélo de la victime (allemande) d'un chauffard sur le boulevard de la corniche de Rosas, Catalogne (tout près du phare) - photo J.Pierre Bonnel - Le logo de l'assoc. "La Casa bicicleta" -
Vélo de la victime (allemande) d'un chauffard sur le boulevard de la corniche de Rosas, Catalogne (tout près du phare) - photo J.Pierre Bonnel - Le logo de l'assoc. "La Casa bicicleta" -

Vélo de la victime (allemande) d'un chauffard sur le boulevard de la corniche de Rosas, Catalogne (tout près du phare) - photo J.Pierre Bonnel - Le logo de l'assoc. "La Casa bicicleta" -

*** Institut Jean VIGO de Perpignan

 

Cycle Jean Rouch

Une Ciné-conférence, 3 films en regard

 

La vie et le parcours de Jean Rouch sont liés à une période, entre nouvelle Vague et cinéma-vérité,  où tout était possible, où un ingénieur des Ponts et Chaussées découvrant l’Afrique en 1941 décide d’en filmer, caméra à l’épaule, la vie, les rites et les personnages.`

 

Jeudi 7 décembre à 19h30 :

Les Maîtres fous, Jean Rouch, France, 1955, 36′

Ce qu’il reste de la folie, Joris Lachaise, FR. Sénégal, 2016, 1h30

Salle Marcel Oms, Tarif 6€

- - -

***Cinémaginaire

 

• Mercredi 6 décembre 2017 à 14h30 -Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer

LE CINÉ DES ENFANTS

PANIQUE CHEZ LES JOUETS

3 films d’animation (France 2013 – 42’) dès 5 ans

Tarif : film + jeu + goûter : 3€ euros pour tous

 

• Jeudi 7 décembre 2017 à 19h00

Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer    

> LE CINE FORUM<

CARRÉ 35

Film de Eric Caravaca  (France 2017 - 1h07)  

Tarif : 5   euros

 

• Samedi 9 décembre 2017 à 14h30

Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer

CONNAISSANCE DU MONDE

Irlande

Film de LUC GIARD

Tarif : 6, 50   euros

 

• Mardi 12 décembre 2017 à 14h30

Cinéma Vautier – 66 Elne   

LE CINÉ DES AINÉS

L’ÉCOLE BUISSONIÈRE

Tarif :  5 euros

 

• Mardi 12 décembre 2017 à 19H15

Cinéma  Jaurès - 66 Argelès sur  Mer   

L’OPERA AU CINEMA

Ce soir on va à l’Opéra … au Cinéma !

LA BOHÊME

en direct de l’Opéra Bastille

Tarif : 17 et 15 euros – coktail / bulles compris !

RÉSERVATIONS :

04 68 08 22 16(secrétariat Cinémaginaire – du lundi au vendredi 10h - 14h)

ou directement au Cinéma Jaurès d’Argelès sur Mer aux heures d’ouverture du cinéma

Cinémaginaire

réseau cinéma de proximité en Pyrénées Orientales

contact@cinemaginaire.org

découvrir toutes les actions de Cinémaginaire :<http://www.cinemaginaire.org>

 


* Ciné à Saint-Estève :

 

7, 8 et 9 décembre 2017 au TDE

 

 

 

"Le cinéma italien d'aujourd'hui"

 

 

 

Après la deuxième guerre mondiale et jusque dans les années 1980, le cinéma italien a été l'un des plus grands du monde avec le néo-réalisme, la comédie italienne, le cinéma politique. Ce fut l'époque deLuchino Visconti, des frères Taviani, de Marco Bellocchio, deMichelangelo Antonioni, de Pier Paolo Pasolini, de Marco Ferreri,d'Ettore Scola, de Federico Fellini, de Dino Risi et autres Pietro Germi…

 

Le développement de la télévision berlusconienne, tel que l'évoque Federico Fellini dans le film Intervista, va lui porter un coup que l'on pense fatal.
A l'aube du XXI
° siècle, le cinéma italien recommence à briller dans les Festivals.

Dans cette Toiles, nous avons sélectionné des films de réalisateurs peu connus : Emanuele Crialese, Daniele Luchetti, Ivano de Matteo, Emma Dante. Pour notre programmation, nous avons surtout cherché à faire varier les genres : comédie, film politique, film sociaux ou films traitant de problématiques d'actualité.

 


Au programme :
Cinq films et une conférence.

 

  • Jeudi 7 décembre, 18h – Conférence : Le cinéma italien aujourd'hui (Alain Arthozoul)
  • Jeudi 7 décembre, 20h 30 – Film : Golden door (Emanuele Crialese - 2007 - 1h 58 - VOSTF)
  • Vendredi 8 décembre, 20h 30 – Film : Mon frère est fils unique(Daniele Luchetti -– 2007 - 1h 40 - VOSTF)
  • Samedi 9 décembre, 14h 30 – Film : La bella gente (Ivano de Matteo - 2006 - 1h 38 - VOSTF)
  • Samedi 9 décembre, 17h – Film : Palerme (Emma Dante - 2013 - 1h 32 - VOSTF)
  • Samedi 9 décembre, 20h 30 – Film : Terraferma (Emanuele Crialese - 2011 - 1h 28 - VOSTF)

 

 

 

 

 

Festival LES TOILES en entrée libre et gratuite

Renseignements : www.rdvse.fr - rdvse@rdvse.fr 06 72 80 39 86

PATRIMOINE
THÉÂTRE MUNICIPAL/PERPIGNAN

Lettre ouverte aux conseillers municipaux de Perpignan


Jean-Bernard Mathon, président de l’Association pour la Sauvegarde du Patrimoine Artistique et Historique Roussillonnais (ASPAHR), communique. Nous estimons de notre devoir de vous informer sur les vrais enjeux concernant le devenir du théâtre municipal Jordi Pere Cerdà et sur les décisions que semble avoir prises Monsieur le maire sans l’accord du Conseil municipal.

Dans un communiqué, publié le 6 novembre dernier, le président de l’université de Perpignan déclare notamment : « Cette idée du Maire de Perpignan de mettre à disposition de l’UPVD le théâtre municipal a été pensée comme une mutualisation intelligente des moyens pour permettre l’économie de la construction d’un bâtiment neuf et accueillir les cours magistraux des étudiants de première et deuxième années de droit (soit plus de 400 étudiants). [...] C’est ce que stipule l’article 5 de cette convention (convention mairie/UPVD, ndlr) votée à l’unanimité par le conseil municipal de Perpignan et par le conseil d’administration de notre établissement en juin dernier...».

Cette déclaration appelle plusieurs remarques : - Dans la délibération n° 2017-1.01, du 30 juin 2017, votée à l’unanimité par les 55 élus municipaux, établissant la liste des biens municipaux qui seront mis à disposition de l’UPVD en 2020, pour une durée de 96 ans, il n’est pas fait mention du théâtre municipal.

M. le maire n’était donc pas autorisé à signer la convention dont il est question. Nous ignorons également si le CA de l’UPVD a réellement donné son accord.

- Pour un changement d’affectation du théâtre, il convient d’obtenir une autorisation de Madame la ministre de la Culture ; M. le maire a-t-il sollicité et obtenu cette autorisation ?

- S’il y avait changement d’affectation cela obligerait à une mise aux normes du lieu pour répondre aux règles applicables aux ERP scolaires, conduisant nécessairement à une dénaturation de la salle ; or, le théâtre est classé en catégorie 5 du PSMV, donc ne peut être modifié ou altéré. De toute façon, seule la salle du bas (l’orchestre) pourrait être utilisée, et elle ne dispose, actuellement, que de 217 sièges et non pas 400 places comme demandé par le Président de l’UPVD.

Comme vous pouvez le constater, ce projet est mal pensé, et, qui plus est, semble entaché d’irrégularités. Il vaut mieux y renoncer et trouver une autre solution.

Le théâtre municipal Jordi Pere Cerdà, édifié en 1812, est un des premiers théâtres à l’italienne construits en France. Nous vous suggérons son classement au titre des Monuments historiques et que des travaux de restauration soient entrepris pour qu’il retrouve son faste en réintégrant notamment les décors déposés il y a une trentaine d’années. Ce lieu de culture, auquel les Perpignanais sont très attachés, comme en témoignent les 8 200 signataires apposées sur la pétition pour le sauver, pourrait retrouver une seconde vie et dynamiser la vie culturelle en centre ancien, en l’affectant aux artistes locaux qui sont en demande de lieux pour s’exprimer. Comptant sur votre attachement à ce lieu de culture historique, je vous sollicite afin que vous interveniez auprès de M. le maire pour qu’il renonce à son projet.

MERCREDI 29 NOVEMBRE 2017

 

***Association Bicicleta:

 

 Balacyclette N° 3 : Huitre de Leucate  Samedi 10 Décembre

La Casa Bicicleta vous propose d'aller déguster des huîtres chez les producteurs de Leucate le dimanche 10 décembre, pour une balade à vélo de 43 km au total.

Rendez vous à 10h à la gare de Perpignan pour un départ en train à 10h19. Prix du billet 6,80€ (plein tarif).

OU

Rendez vous à 10h40 à la gare de Leucate-La Franqui.

 

Trajet à vélo jusqu'au centre ostreicole : 8 km.

Dégustation d'huîtres chez le producteur. 13,80 € la douzaine. (Prévoir du liquide ou un chéquier pour le règlement).

 

Retour à vélo jusqu'à Perpignan par les stations du littoral, la voie verte de l'Agly puis les petites routes de la Salanque : 35 km.

 

Le nombre de participants étant limité à une vingtaine de personnes, nous vous demandons de vous inscrire avant le 3 Décembre ici. 

 

Pour assurer le bon déroulement de la sortie, pensez à vérifier le gonflage des pneus, le réglage des freins et des vitesses, à vous munir d'une chambre à air de rechange.

 

Le port du casque et du gilet fluo sont fortement recommandés.

 

 Besoin de bénévoles 

Nous avons toujours besoin de nouveaux bénévoles :

  • pour accueillir les gens
  • ou pour les aider à apprendre la mécanique vélo
  • ou pour réparer des vélos donnés
  • ou... pour milles autres petites choses !

Si ça vous dit de nous rejoindre, n'hésitez pas à nous en parler lors d'une permanence ou à venir le mardi soir de 17H à 20H pour l'apéro des bénévoles.

 

 

A très bientôt !

 

La Casa Bicicleta

_________________________

L'atelier est ouvert :

- MERCREDI 16H-19H

- JEUDI 18H-21H

- VENDREDI 15H-19H

- SAMEDI 10H30-13H

_________________________

Association Loi 1901

13 Bis rue de la Lanterne

66 000 Perpignan

0983502311

Site Internet

Facebook

N° SIRET : 810 707 794 00022

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens