Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 juin 2017 3 21 /06 /juin /2017 08:39
H.Rigaud (autoportrait) - H.Rigaud : portrait d'Antoine rousseau de Thelonne - Gaspard Rigaud, par Hyacinthe Rigaud-1691 - Le CERCLE de l'INTIME -
H.Rigaud (autoportrait) - H.Rigaud : portrait d'Antoine rousseau de Thelonne - Gaspard Rigaud, par Hyacinthe Rigaud-1691 - Le CERCLE de l'INTIME -
H.Rigaud (autoportrait) - H.Rigaud : portrait d'Antoine rousseau de Thelonne - Gaspard Rigaud, par Hyacinthe Rigaud-1691 - Le CERCLE de l'INTIME -
H.Rigaud (autoportrait) - H.Rigaud : portrait d'Antoine rousseau de Thelonne - Gaspard Rigaud, par Hyacinthe Rigaud-1691 - Le CERCLE de l'INTIME -
H.Rigaud (autoportrait) - H.Rigaud : portrait d'Antoine rousseau de Thelonne - Gaspard Rigaud, par Hyacinthe Rigaud-1691 - Le CERCLE de l'INTIME -
H.Rigaud (autoportrait) - H.Rigaud : portrait d'Antoine rousseau de Thelonne - Gaspard Rigaud, par Hyacinthe Rigaud-1691 - Le CERCLE de l'INTIME -
H.Rigaud (autoportrait) - H.Rigaud : portrait d'Antoine rousseau de Thelonne - Gaspard Rigaud, par Hyacinthe Rigaud-1691 - Le CERCLE de l'INTIME -

H.Rigaud (autoportrait) - H.Rigaud : portrait d'Antoine rousseau de Thelonne - Gaspard Rigaud, par Hyacinthe Rigaud-1691 - Le CERCLE de l'INTIME -

* Perpignan, rue de l'Ange

 

Chez Madame Paule De Lazerme *

 

 

Dès que le visiteur quitte la rue, passante, commerçante et piétonnante, de l’Ange, pour pénétrer dans le patio de l’hôtel particulier, qui accueillit Picasso et ses amis, il entre dans un silence plombé. C’est ici, et non dans la rue du vieux Perpignan, qu’un ange passe ! La première porte invite aux dorures nouvelles et aux nouveaux Dauras des salles rénovées du musée Rigaud. La deuxième n’invite à rien - elle est privée -  si ce n’est à la confrontation avec une belle dame de quatre-vingt-douze ans…qui est l’ultime témoin des années cinquante, quand Pablo venait ici passer quelques jours, voire quelques semaines, de farniente. Ces années glorieuses, fastueuses et créatrices semblent loin ; le temps a passé, comme en témoigne l’escalier monumental jonché de gravats et nimbé de poussière : une partie du toit s’est effondrée ! Le visiteur pourrait rebrousser chemin : le ciel peut lui tomber sur la tête, comme peut s’abattre la foudre annoncée de la maîtresse de maison qu’on dit cassante, peu communicante et pas drôle du tout… 

 

Pourtant, l’effet de surprise jouant, sans doute, et la beauté du matin d’été y mettant du sien, la grande dame De Lazerme accueille l’inconnu scribouillard sans broncher, sans barguigner, au cœur de son cocon, dans son vaste appartement saturé de toiles, d’objets et de pièces d’argenterie, jusque dans le coin salon aux plafonds hauts et aux longues fenêtres ouvertes sur un grand jardin sauvage, insoupçonné dans le centre-ville…

 

Calme, sereine, élégante, reposée, de bonne humeur, même si une froideur et une retenue certaines dominent, Paule de Lazerme, allongée sur un fauteuil-divan, apparaît. Elle est immobile dans un monde de silence. Elle incarne un temps arrêté occupant l’espace qui mène du patio au jardin ; elle est dans une vie d’intériorité, dans un monde où tout est intérieur : cour, jardin, temporalité ; elle vit avec son passé, non avec la fébrilité de la rumeur du village total ou avec l’actualité enivrante de la rue : les touristes, les portables, les soldes…

Elle n’a que faire de ce prosaïsme qui court les venelles, elle s’est résignée au silence, au repos, au re mâchage d’un passé qui, parfois, lui échappe et s’enfuit par les sables de la mémoire. Elle règne au milieu d’un monde de solitude, simplement ponctué par l’arrivée ou le départ d’une de ses dames de compagnie, ou la venue, très rare, d’un neveu. Elle mène une pérennité de vie dans un fauteuil de velours rouge, cousin de celui qui fut immortalisé par Picasso dans les trois dessins de 1954. Elle se sent en sécurité, chez elle, entourée des portraits de ses ancêtres, des livres de Carlos ou des d’objets personnels, tous signifiants et qui mériteraient la gloire d’un roman…

Elle est la conservatrice de son musée intime, ouvert de façon très parcimonieuse, et qui recèle les photos en compagnie de Georges Dufy, Jean Cocteau, Manolo…et bien sûr Pablo. Musée dont les murs montrent les dessins dédicacées, un Chagall, l’affiche de la corrida de Vallauris 1954, dédiée à Paule et à Jacques. Musée de secrètes cimaises, où les Picasso sont omniprésents : la Rosita (portrait de la fille de Totote et Manolo), les taureaux, le portrait en miniature de Paule, réplique du célèbre profil visible à loisir au musée, officiel, lui, d’à côté, à quelques pas de là… La grande photo de Paule jeune à côté de Pablo est placé sous verre au-dessus d’un rayonnage. Puis, non loin, et quelques années plus tard, c’est en compagnie de Dufy que Madame De Lazerme fixe l’objectif…Quant aux lettres échangées avec tous ces artistes, elles demeurent dans le secret des tiroirs et il n’est pas question de les lire ou de les publier : c’est égoïste, l’intimité ! 

...à suivre...

texte et photos : Jean-Pierre Bonnel  

  * le 3 août 2002 -

 

 

- - - -

***Plusieurs portraits par les Rigaud acquis par Perpignan

 

Nous avons publié cet article le 7 février au soir, et Ariane James-Sarazin nous a signalé fort aimablement que les deux portraits reproduits étaient deux œuvres acquises en 2016 par le Musée de Perpignan, mais dues également à Hyacinthe Rigaud. Le musée nous les avaient envoyées comme les photos des deux Gaspard Rigaud. Nous avons donc modifié cet article. Ce sont donc cinq portraits, trois par Hyacinthe, et deux par Gaspard, qui ont été acquis par Perpignan.

 

1. Hyacinthe Rigaud (1659-1743)

Portrait de Gaspard Rigaud, 1691

Huile sur toile - 79 x 62 cm 

Perpignan, Musée d’art Hyacinthe Rigaud

Photo : Musée Hyacinthe Rigaud 

 

7/2/17 - Acquisitions - Perpignan, Musée Hyacinthe Rigaud - Un tableau de Hyacinthe Rigaud est récemment réapparu : découvert par Michel Reymondin, il se trouvait dans une collection suédoise et vient d’être acheté par le musée de Perpignan. Il s’agit d’un portrait représentant le frère de l’artiste, Gaspard Rigaud (ill. 1).

Peint en 1691, il correspond peut-être à celui qui fut exposé au Salon de 1704, en pendant à un Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. C’est ce que suggère Ariane James-Sarazin dans le catalogue raisonné de l’œuvre du maître publié aux éditions Faton en novembre 2016 (nous en reparlerons bientôt). Rigaud garda ensuite cette effigie de son frère dans son appartement jusqu’à sa mort. 

Comme le signale Claire Muchir, directrice du musée, il fut par la suite acquis par David von Schinkel (1743-1807), qui était traducteur officiel auprès de Bernadotte. Restée dans la famille, la toile fut déposée au château de Tidö Slott, acheté par le baron Carl-David von Schinkel en 1890 et détenu encore aujourd’hui par les descendants de celui-ci.

Gaspard, représenté en buste, la tête tournée vers sa gauche, coiffé d’une perruque noire, est élégamment négligé, vêtu de riches habits, sa chemise s’échappant de son col défait. Comme toujours chez Rigaud les matières sont traduites avec soin. Stephan Perreau remarque que la composition est la même que celle d’un Portrait d’homme peint par Rigaud, exposé à la galerie Mendès en 2010 ; le maître utilise une pose similaire pour représenter Charles de La Fosse en 1682 ou encore Everhard Jabach en 1688.

 

2. Hyacinthe Rigaud (1659-1743)

Antoine Rousseau de Thelonne, 1737

Huile sur toile

Perpignan, Musée d’art Hyacinthe Rigaud

Photo : Musée Hyacinthe Rigaud 

 

3. Hyacinthe Rigaud (1659-1743)

Marie Charlotte Rousseau née Bouche, 1737

Huile sur toile

Perpignan, Musée d’art Hyacinthe Rigaud

Photo : Musée Hyacinthe Rigaud 

Deux autres portrraits par Hyacinthe Rigaud ont également été acquis en 2016 par le musée de Perpignan, directement d’une collection privée (ill. 2 et 3).

 

4. Gaspard Rigaud (1661-1705)

Portrait d’homme, 1699

Huile sur toile

Perpignan, Musée Rigaud

Photo : D. R. 

 

5. Gaspard Rigaud (1661-1705)

Portrait de femme, 1699

Huile sur toile

Perpignan, Musée Rigaud

Photo : D. R. 

 

Éclipsé par son frère, Gaspard Rigaud fut pourtant peintre lui aussi. D’abord actif à Montpellier, où il entra dans l’atelier d’Antoine Ranc en 1678 (sa fille épousera Jean Ranc en 1715), il rejoignit en 1695 l’atelier parisien de Hyacinthe qui venait de réaliser le premier portrait de Louis XIV et devait faire face à de multiples commandes. Gaspard produisit plusieurs portraits, trouvant sa clientèle au sein de la bourgeoisie parisienne. On peut voir deux exemples de son art dans les collections de Perpignan, achetés dans une vente à Blois en octobre 2015 (ill. 4 et 5). Il fut agréé à l’Académie en 1701 et mourut en 1705.

Actuellement fermé pour des travaux de rénovation et d’agrandissement, le Musée Rigaud rouvrira ses portes le 25 juin 2017.

 

(C) Bénédicte Bonnet Saint-Georges, mardi 7 février 2017 : "L’actualité de la politique patrimoniale et de l’histoire de l’art" - The Art Tribune

 

*** Ouverture du musée Rigaud : nocturne le vendredi 23 juin 2017, à partir de 22 heures.

Je n'ai pas reçu d'invitation (et n'en recevrai sans doute pas, mais j'ai pu lire le carton d'invitation chez l'éditeur Richard Meier qui va recevoir une commande de la mairie : mettre en boîte, dans un de ses merveilleuses petites boîtes artistiques, le musée rénové...

 

Je me permets de reproduire ci-dessous l'article intéressant publié sur Facebook, par 

Jean Schmit, qui a ajouté une photo à l’album Remembrances ...

et parle du livre de Renata Portet (j'ai moi-même écrit un compte-rendu de son Rigau (pas de D en catalan), dans le blogabonnel)

 

1 ― « Heureux Rigau(d).
Hyacinthe, te voilà fait et accompli. Devant ton miroir, tu es un beau gaillard de trente-neuf ans et, quelque trois cents ans plus tard, c’est moi qui te regarde. En position critique devant ton autoportrait. Oui, peut-on imaginer plus grande gloire ? En 1698, tu es déjà le peintre le plus en faveur à la cour du « plus grand Roi du monde ». La renommée a fait de toi le premier peintre d’Europe et on dit que tu es capable, à l’égal d’un magicien, d’accomplir des prodiges. On sait, par exemple, qu’il est impossible de faire un portrait de mémoire, sans voir le modèle. Personne ne le peut. Mais toi, tu l’as fait. Nul ne peut rivaliser avec toi. On n’a jamais vu un créateur aussi béni des dieux, et ton autoportrait est bien là pour en faire référence. Avec autosatisfaction. Tu ne peux le dissimuler.

Magicien, je veux bien croire que tu le sois quelque peu... Car, par quel sortilège, dont toi seul a le secret, faut-il que, devant cette peinture, je me sente autant troublée... Comment expliquer ce charme qui me cloue sur place ? Je suis comme envoûtée. Mes yeux ne peuvent se détacher de toi... Serais-tu bruixot ? On dit, en catalan, qu’un bruixot en sait plus long que sept sorcières réunies...

Comme avec le dernier autoportrait de Rembrandt (la plus grande émotion esthétique de ma vie, un jour, à l’Orangerie), où l’on ne voit d’abord, de loin, qu’un barbouillis noir, sur fond noir, d’où peu à peu sort, au fur et à mesure que le regard s’attarde, une lumière qui, progressivement, se met à éclairer un visage sympathique et rieur (qui, dans le cas de Rembrandt, est celui d’un vieillard), voici que ici aussi, devant ton séduisant portrait où le visage surgit graduellement dans l’éclairage d’une lumière secrète, ta présence captivante devient si vivante, si concrète, si criante de vérité que je ne peux m’empêcher d’avancer mes doigts vers toi, ma main se leurrant à croire qu’elle peut te toucher... (oui ? je peux ?) jusqu’à sentir le contact avec la peau de ta poitrine (mmm...) à travers ta chemise entr’ouverte ou encore en caressant doucement l’épiderme de ta joue où une ombre brune rappelle, dans un jeu de reflets, le rasage matinal. Il émane de toi, mon beau Rigaud, comme un subtil parfum d’élégant garçon toujours impeccable, soigné et raffiné qui peut encore, à bon droit et à distance, émouvoir... Ai, manyac, si sabies com m’agrades ! Si tu savais comme tu me plais ! Vrai de vrai, c’est comme si je me sentais amoureuse. Mais oui. J’ai tellement envie de déposer un baiser sur l’adorable fossette de ton menton, qu’en dis-tu ? Tu permets ?

Incontestablement tu es beau. Très beau. Irrésistible. Je serais même capable de faire des folies pour toi. Je ne puis me le cacher. Tes yeux caressants brillent, avec douceur, d’un éclat plein de cette lumière qui monte d’une source intérieure. Tu souris d’une façon contenue ― dame ! il faut se montrer modeste ― mais les plis de ta bouche, de chaque côté des lèvres, ne peuvent dissimuler que tu es quelque peu fier de toi... En toute raison, mon ami. Et cela ne perturbe en rien l’ambiance qui t’entoure, faite de sérénité, d’équilibre, de quiétude. Et moi, je reste là, quel bonheur ! près de toi, dans cet atelier où flottent de délicieux effluves d’essence de térébenthine, un peu excitants... Muette d’admiration, fascinée. Et je te regarde poser du bout des pinceaux ces délicates touches toujours réussies. Un frottis de ce blanc gris mauve, par exemple, si difficile à nuancer, légèrement posé sur le col de ta chemise entr’ouverte, fait ressortir à côté ta saine et ferme carnation hâlée des fils du Midi... Et maintenant, c’est le plus fin de tes pinceaux, en poil de martre, qui dépose des parcelles d’or sur le précieux brocard de ton bonnet, petits points scintillants qui courent aussi tout au long du galon de ta robe de chambre faite dans un somptueux velours bleu nuit doublé d’une soie sauvage vieux rose dont la teinte raffinée est identique à celle du tissu de ton bonnet. Goût sensuel d’artiste. Goût exquis. Émerveillée, éblouie, accrochée à ton image, je n’arrive plus à me défaire de toi. »

Renada Laura Portet ― ‘Rigaud - Un peintre catalan à la cour du Roi-Soleil’ © Balzac éditeur, Baixas, 2005 ― La version originale de cet ouvrage (‘Rigau & Rigaud, un pintor a la cort de la rosa gratacul’) est parue en 2002 aux éditions Destino, Barcelona.

En illustration : Autoportrait au turban, 1698, Musée d'art Hyacinthe Rigaud, #Perpignan.

 

 « (...) il y a bien quelque chose de particulier dans l'histoire du peintre Hyacinthe Rigaud, reconstruite par Renada Laura Portet dans cette singulière biographie romancée.

 

Sait-on que quand le petit Hyacintho Rigau né à Perpignan, en juillet 1659, trois mois avant l'annexion du Roussillon à la France, était sujet du roi d'Espagne, fils d'un modeste tailleur et que personne n'aurait pu prévoir que, vingt ans plus tard à peine, il allait devenir le plus parisien des peintres français de renom, celui qui ferait du Roi-Soleil le portrait le plus célèbre et qui aurait « l'honneur de peindre cinq souverains parmi les plus grands rois du monde et tous les princes du sang jusqu'à la quatrième génération »

 

Hyacinthe Rigaud est actuellement exposé dans 264 musées de par le monde, son œuvre extraordinairement féconde de portraitiste (près de deux mille portraits), est à la fois miroir et mémoire des deux siècles qui comptent parmi les plus éblouissantes périodes de la culture et de la politique françaises. C'est à ce plasticien « catalan », formé dans sa prime jeunesse aux canons de l'école catalane (avec les Rigau de sa famille et Guerra l'Ancien), que revient le mérite de nous restituer toute la haute société du Siècle de Louis XIV et celle de la première moitié du Siècle des Lumières. 

 

Cette biographie originale, excitante et pleine de charme, a le mérite de ravir le lecteur par sa remarquable qualité littéraire, ainsi que le souligne, dans la préface, Baltasar Porcel, le grand écrivain majorquin.

 

 

 On appréciera, aux pages 108 à 112 du livre de Renada Laura Portet, le chapitre très drôle consacré au portrait du marquis de Dangeau peint en 1702 par Hyacinthe Rigaud et exposé au musée du château de Versailles (photo). Un régal tel qu’on en vient à se dire que l’on aurait bien aimé avoir dame Portet comme professeur d’histoire.

 

Et on lira avec intérêt la page 199 du même ouvrage expliquant ce que Perpignan a fait du « portrait de Louis XIV en habit d’apparat du couronnement » offert par Rigaud à sa ville natale. Autres temps, autres mœurs !

 

 Le Musée d'art Hyacinthe Rigaud de Perpignan rouvre ses portes le samedi 24 juin 2017 (jour de la Saint-Jean), après de longs mois de travaux et une complète restructuration de son espace. Pour l’occasion, le musée propose une importante exposition temporaire : « Picasso – Perpignan, Le cercle de l’intime, 1953-1955 », jusqu’au 5 novembre 2017. 

L’exposition permanente se situe désormais au premier niveau du musée, tandis que le second niveau est consacré aux expositions temporaires d’artistes contemporains et aux espaces techniques de conservation. Le rez-de-chaussée regroupe les fonctions d’accueil du public. L’entrée du musée s’effectue maintenant par la rue Mailly. 

On y retrouve, naturellement, les œuvres majeures de Rigaud avec deux nouvelles acquisitions. Un accord avec le musée d’Orsay permet l’exposition de trois œuvres de Monfreid et du torse du ‘Printemps’ réalisé par Aristide Maillol. Grâce à la Fondation Maillol, cinq œuvres du Maître seront également présentes. 

 

Ouverture : Du 1 juin au 30 septembre, de 10h30 à 19h. Tous les jours.

Du 1 octobre au 31 mai, de 11h à 17h30. Fermé le lundi.

Nocturnes (en juillet et août) les jeudis et vendredis jusqu’à 21h.

Renseignements : 04 68 66 30 30.

En illustration : Le patio du musée en 2013 – bien avant les travaux de rénovation – avec, au premier plan, une copie du buste de Hyacinthe Rigaud réalisé en 1827 par Jean Marie Pigalle (1792-1857).

 

* Faut-il associer autoportrait avec narcissisme ? Le meilleur exemple étant celui de Rembrandt (1606-1669) et de ses 80 autoportraits, à une époque où les peintres ne se représentaient eux-mêmes qu’une à deux fois. 

De nombreux historiens d’art ont avancé l’explication d’un profond narcissisme du peintre et graveur néerlandais, lui-même ne s’étant jamais expliqué sur le sujet. Mais rien n’est moins sûr. Rembrandt s’est peut-être tout simplement pris comme modèle pour des raisons tout bonnement pratiques (nul besoin de chercher de modèles) ou économiques. A son époque, l’on parlait, non pas d’autoportraits – le terme n’apparaît qu’au XIXème siècle – mais de « Portraits de Rembrandt par lui-même.» Ses autoportraits lui permettaient d’affiner sa technique, de résoudre avec succès ses problèmes d'éclairage et de clair-obscur, de maîtriser ses couleurs. 

Sa démarche ne serait pas motivée par des préoccupations narcissiques mais par des enjeux de technique picturale. Autoportrait ne serait donc pas à coup sûr synonyme de narcissisme.

En illustration : Reproduction de « L’autoportrait au turban » de Hyacinthe Rigaud (1698) utilisée lors de l’exposition « Narcisse – le pouvoir de l’autoportrait » organisée l’été 2015 par le Musée d'art Hyacinthe Rigaud dans deux des salles du Centre d’art Walter Benjamin, place du Pont-d’en-Vestit, à Perpignan.

Partager cet article
Repost0
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 10:38
Agnès et Marcel - Livre de M.Brunet (qui vient de disparaître, 16.6.2017) sur les contrebandiers - l'hostal, le restaurant
Agnès et Marcel - Livre de M.Brunet (qui vient de disparaître, 16.6.2017) sur les contrebandiers - l'hostal, le restaurant
Agnès et Marcel - Livre de M.Brunet (qui vient de disparaître, 16.6.2017) sur les contrebandiers - l'hostal, le restaurant
Agnès et Marcel - Livre de M.Brunet (qui vient de disparaître, 16.6.2017) sur les contrebandiers - l'hostal, le restaurant
Agnès et Marcel - Livre de M.Brunet (qui vient de disparaître, 16.6.2017) sur les contrebandiers - l'hostal, le restaurant
Agnès et Marcel - Livre de M.Brunet (qui vient de disparaître, 16.6.2017) sur les contrebandiers - l'hostal, le restaurant

Agnès et Marcel - Livre de M.Brunet (qui vient de disparaître, 16.6.2017) sur les contrebandiers - l'hostal, le restaurant

hostaldestrabucayres66@gmail.com

Hostal dels TRABUCAYRES : le paradis à votre portée-

Agnès et Marcel à Las ILLAS

 

L'hôtel, restaurant, bar des Contrebandiers, près de la frontière, entre Las Illas (partir de Maureillas, à gauche avant le Perthus) et la Vajol, est un hostal insolite, à l'écart de la foule et de la bruyante civilisation.

C'est un paradis à deux pas, si vous aimez marcher, un lieu de randonnées par le col de Lli, et le chemin historique de La Retirada, janvier/février 1939, avec l'exode des Républicains, pourchassés par l'armée franquiste. Ce n'est pas loin, non plus, en voiture, que vous veniez de Céret ou de Perpignan, et l'étroite route qui danse sur le balcon de la verte vallée vous mènera au pied de la frontière, pourvu que vous restiez prudents…

 

paradis ? pardi !

Agnès Cerdan et Marcel Marty ont opté pour ce coin de montagne, de passage, de haute solitude et grande spiritualité. Après le paradis de Consolation, au-dessus de Collioure, dans un autre nid de verdure, où ils ont géré le bar-restaurant et l'accueil (voir ce blog pour la polémique), les Colliourencs (Marcel a gardé ses cinq hectares de vignes et descend à Collioure chaque jour très tôt, puis revient à Las Illas...) ont choisi une autre vallée des Albères, un haut lieu historique.

 

Je parle au bar avec Marcel tandis qu'Agnès s'occupe des clients du restaurant : un sacré menu, ce jour, à base de cerises à tous les étages…je veux dire, à tous les plats ! Je reviendrai…

"Ici, c'est nouveau par rapport à Collioure; le travail et pour soi, pas pour un propriétaire qui laisse les bâtiments à l'abandon…Le choix est total, au milieu de la nature, sur la route du bout du monde…Mais qui, là-haut, près de la frontière, vous faire descendre vers un autre monde, envoûtant, la Catalogne…

 

C'est un choix de vie et de travail." 

On disait, dans les années 70 "Vivre et travailler au pays !" : le couple a les deux, et le bonheur d'être ensemble, dans un métier qu'ils aiment…

 

Ils cherchaient un lieu chargé d'histoire: "Pensez aux Trabucayres, ces contrebandiers du 19° siècle, cette auberge les a vu passer…C'est bien un lieu chargé d'histoire, avec la tragédie de l'exil républicain ! Parmi les anciens propriétaires, il y avait Dabouzy, une grande figure de la Résistance autour de Las Illas…"

 

Lieu de départ pour la rando, aussi : "Hélas, nous n'avons pas le temps d'en profiter. Dommage, il y a le GR10 - le HRP vers La Vajol, la stèle au col de Manrell, la statue de Luis Companys au col de Li…L'auberge qui a hébergé les gouvernements espagnol, catalan et basque…l'histoire mythique du 5° camion, contenant des lingots de la banque d'Espagne…"

 

L'autre point fort de l'hostal -avec les cinq chambres à l'étage, sans oublier la gestion du gîte communal- son positionnement dans la montagne- c'est bien la gastronomie, dans un décor rustique, évoquant la chasse au sanglier. Le couple travaille avec les producteurs locaux; il a trouvé un accord avec les chevriers de Las Illas, la fromagerie, route de Fontfrède, le vacher de Serralongue, l'éleveur de brebis de Saint-Laurent de Cerdans et quelques éleveurs du coin… 

"On met en avant les anchois (on en pêche encore un peu sur la côte au mois d'août) et les vins de Collioure et Banyuls. Sans oublier les bières, blanches, blondes et ambrées : "blaoblank, d'un jeune de Maureillas et la bière du Vallespir. Les spécialités: le sanglier maison, les desserts, la meringue cuisinée par Agnès…un menu qui changent trois fois par semaine, pour le prix de 21 à 26 euros (28 euros quand il y a une zarzuela)…

Et l'hostal est ouvert tous les jours, qu'on se le dise, pour tous, contrebandiers, voleurs de grands chemins ou randonneurs et Républicains "en marche"..!

 

JPB

hostal sels trabucayres, placeta de la llibertat (tout en haut du village) - 04 68 83 07 56.

 

Partager cet article
Repost0
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 08:31
Agnès Cerdan & Marcel Marty  à l'hostal dels Trabucaires - 66480 Las Illas 04.68.83.07.56. Chemin de randonnée GR10 - gîte d'étape du moulin de la Palette 04 68 21 37 24 sur le GR10 - Mort de M. BRUNET, auteur de livres sur les trabucayres
Agnès Cerdan & Marcel Marty  à l'hostal dels Trabucaires - 66480 Las Illas 04.68.83.07.56. Chemin de randonnée GR10 - gîte d'étape du moulin de la Palette 04 68 21 37 24 sur le GR10 - Mort de M. BRUNET, auteur de livres sur les trabucayres
Agnès Cerdan & Marcel Marty  à l'hostal dels Trabucaires - 66480 Las Illas 04.68.83.07.56. Chemin de randonnée GR10 - gîte d'étape du moulin de la Palette 04 68 21 37 24 sur le GR10 - Mort de M. BRUNET, auteur de livres sur les trabucayres
Agnès Cerdan & Marcel Marty  à l'hostal dels Trabucaires - 66480 Las Illas 04.68.83.07.56. Chemin de randonnée GR10 - gîte d'étape du moulin de la Palette 04 68 21 37 24 sur le GR10 - Mort de M. BRUNET, auteur de livres sur les trabucayres
Agnès Cerdan & Marcel Marty  à l'hostal dels Trabucaires - 66480 Las Illas 04.68.83.07.56. Chemin de randonnée GR10 - gîte d'étape du moulin de la Palette 04 68 21 37 24 sur le GR10 - Mort de M. BRUNET, auteur de livres sur les trabucayres
Agnès Cerdan & Marcel Marty  à l'hostal dels Trabucaires - 66480 Las Illas 04.68.83.07.56. Chemin de randonnée GR10 - gîte d'étape du moulin de la Palette 04 68 21 37 24 sur le GR10 - Mort de M. BRUNET, auteur de livres sur les trabucayres
Agnès Cerdan & Marcel Marty  à l'hostal dels Trabucaires - 66480 Las Illas 04.68.83.07.56. Chemin de randonnée GR10 - gîte d'étape du moulin de la Palette 04 68 21 37 24 sur le GR10 - Mort de M. BRUNET, auteur de livres sur les trabucayres
Agnès Cerdan & Marcel Marty  à l'hostal dels Trabucaires - 66480 Las Illas 04.68.83.07.56. Chemin de randonnée GR10 - gîte d'étape du moulin de la Palette 04 68 21 37 24 sur le GR10 - Mort de M. BRUNET, auteur de livres sur les trabucayres
Agnès Cerdan & Marcel Marty  à l'hostal dels Trabucaires - 66480 Las Illas 04.68.83.07.56. Chemin de randonnée GR10 - gîte d'étape du moulin de la Palette 04 68 21 37 24 sur le GR10 - Mort de M. BRUNET, auteur de livres sur les trabucayres

Agnès Cerdan & Marcel Marty à l'hostal dels Trabucaires - 66480 Las Illas 04.68.83.07.56. Chemin de randonnée GR10 - gîte d'étape du moulin de la Palette 04 68 21 37 24 sur le GR10 - Mort de M. BRUNET, auteur de livres sur les trabucayres

hostaldestrabucayres66@gmail.com

 

Hostal Dels TRABUCAYRES : le paradis à votre portée

 Agnès et Marcel à Las ILLAS

 

L'hôtel, restaurant, bar des Contrebandiers, près de la frontière, entre Las Illas (partir de Maureillas, à gauche avant le Perthus) et la Vajol, est un hostal insolite, à l'écart de la foule et de la bruyante civilisation.

C'est un paradis à deux pas, si vous aimez marcher, un lieu de randonnées par le col de Lli, et le chemin historique de La Retirada, janvier/février 1939, avec l'exode des Républicains, pourchassés par l'armée franquiste. Ce n'est pas loin, non plus, en voiture, que vous veniez de Céret ou de Perpignan, et l'étroite route qui danse sur le balcon de la verte vallée vous mènera au pied de la frontière, pourvu que vous restiez prudents…

 

paradis ? pardi !

Agnès Cerdan et Marcel Marty ont opté pour ce coin de montagne, de passage, de haute solitude et grande spiritualité. Après le paradis de Consolation, au-dessus de Collioure, dans un autre nid de verdure, où ils ont géré le bar-restaurant et l'accueil (voir ce blog pour la polémique), les Colliourencs (Marcel a gardé ses cinq hectares de vignes et descend à Collioure chaque jour très tôt, puis revient à Las Illas...) ont choisi une autre vallée des Albères, un haut lieu historique.

 

Je parle au bar avec Marcel tandis qu'Agnès s'occupe des clients du restaurant : un sacré menu, ce jour, à base de cerises à tous les étages…je veux dire, à tous les plats ! jereviendrai…

"Ici, c'est nouveau par rapport à ollioure; le travail et pour soi, pas pour un propriétaire qui laisse les bâtiments à l'abandon…Le choix est total, au milieu de la nature, sur la routedu bout du monde…Mais qui, là-haut, parès la frontière, vous faire descendre vers un autre monde, envoûtant, la Catalogne…

C'est un chois de vie et de travaiail." 

On disait, dans les années 70 "Vivre retravailler au pays !": le couple a les deux, et le bonheur d'être ensemble, dans un métier qu'ils aiment…

Ils cherchai-aient un lieu chargé d'histoire: "Pensez aux Trabucayres, ces contrebandiers du 19° siècle, cette auberge les a vu passer…C'est bien un lieu chargé d'histoire, avec la tragédie de l'exil républicain ! Parme les anciens propriétaires, il y avait Dabouzy, une grande figure de la Résistance autour de Las Illas…"

Lieu de départ pour la rando, aussi : "Hélas, nous n'avons pas le temps d'en profiter. Dommage, il y a le GR10 - le HRP vers La Vajol, la stèle au col de Manrell, la statue de Luis Companys au col de Li…L'auberge qui a hébergé les gouvernements espagnol, catalan et basque…l'histoire mythique du 5° camion, contenant des lingots de la banque d'Espagne…"

L'autre point fort de l'hostal -avec les cinq chambres à l'étage, sans oublier la gestion du gîte communal- son positionnement dans la montagne- c'est bien la gastronomie, dans un décor rustique, évoquant la chasse au sanglier. Le couple travaille avec les producteurs locaux; il a trouvé un accord avec les chevriers de Las Illas, la fromagerie, route de Fontfrède, le vacher de Serralongue, l'éleveur de brebis de Saint-Laurent de Cerdans et quelques éleveurs du coin… 

"On met en avant les anchois (on en pêche encore un peu sur la côte au mois d'août) et les vins de Collioure et Banyuls. Sans oublier les bières, blanches, blondes et ambrées : "blaoblank, d'un jeune de Maureillas et la bière du Vallespir. Les spécialités: le sanglier maison, les desserts, la meringue cuisinée par Agnès…un menu qui changent trois fois par semaine, pour le prix de 21 à 26 euros (28 euros quand il y a une zarzuela)…

Et l'hostal est ouvert tous les jours, qu'on se le dise, pour tous, contrebandiers, voleurs de grands chemins ou randonneurs et Républicains "en marche"..!

 

JPB

hostal dels trabucayres, placeta de la llibertat (tout en haut du village) - 04 68 83 07 56.

* FETE de la montagne - FAITES de la montagne - 17/18 juin 2017

Fête de l'estive

Marche avec le troupeau de brebis - A partir de 20,00 €  - POUR TOUT PUBLIC

 

Refuge de Batère 0468391201

Venez accompagner le troupeau de brebis jusqu'à son pâturage d'estive !
Marche de 4 km suivie d'un repas fermier au refuge.
Prévoir baskets, eau, chapeau
Rendez-vous : 9h au parc du Castillets 3 km après la Ferme de la Cazette : à Corsavy direction Batère par D43 (suivre le fléchage, parking prévu)
Possibilité de se garer directement au refuge et de descendre à pied au point de rdv (30 à 40 min)
Retour au parking en fin de journée : marche (30 min), covoiturage
Fromagerie de la Cazette ouverte toute la journée boutique, visite, traite à 17h30

Chiens interdits par mesure de sécurité, même tenus en laisse !
Inscription repas : adulte 20 € enfant 15 €

En partenariat avec : Gaec La Cazette

  •  

Pour avoir plus d'informations, contacter : Refuge de Batère - Refuge de Batère Mines de Batère Corsavy - 0468391201    gite.refugebatere@laposte.net

http://www.gite-refuge-batere.com/

 

- - -

Musée de la Méditerranée, 17 juin : récupération de la mémoire du paysage et pratiques culturelles : à Tooella de Montgri

 

"Museu de la Mediterrània" <info@museudelamediterrania.cat>

Dissabte 17 de juny, a les 10 h, al Museu de la Mediterrània,

us convidem a la jornada (Des)fer el Territori. Pràctiques culturals i regeneració del paisatge

 

Després de dècades en les quals l’ocupació del territori era sinònim de riquesa econòmica, en els darrers anys s’ha donat un canvi cultural que aposta per la defensa del paisatge. Així, el paisatge és vist com un bé comú que cal protegir, gestionar i ordenar per millorar la qualitat de vida de la població, però també perquè un paisatge ben cuidat pot afavorir el creixement econòmic local. Per intentar fer front al llegat del boom immobiliari s’ha fet evident la necessitat de repensar el territori i buscar sistemes per recuperar aquests espais. En els processos de restauració i desurbanització, el món de l’art i la ciutadania hi tenen molt a dir.

 

Aquesta jornada s’emmarca en el procés de desurbanització i restauració de la maresma de la Pletera, a l’Estartit, i en les intervencions artístiques que busquen afavorir la recuperació de la memòria del lloc i la difusió d’una intervenció paisatgística amb vocació pública.

 

La jornada que es dividirà en dues sessions: 

 

Una a les 10 h del matí al Museu de la Mediterrània on hi haurà quatre ponències d’especialistes en diferents àmbits. 

 

I una a la tarda a La Pletera, a partir de les 16 h, on es presentaran dos projectes artístics, d’Esteve Subirach i Joan Vinyes, i comptarà amb una intervenció artística.

 

Consulteu el programa aquí

 

 

Us hi esperem!

Dissabte 17 de juny de 2017 Torroella de Montgrí Matí Museu de la Mediterrània Carrer d'Ullà 27-31, Torroella de Montgrí Tarda La Pletera Trobada a les 16.00 h davant l'Auditori Teatre Espai Ter i desplaçament amb cotxes particulars, fins a la maresma de la Pletera, a l'Estartit Organitza: 

Després de dècades en les quals l’ocupació del territori era sinònim de riquesa econòmica, en els darrers anys s’ha donat un canvi cultural que aposta per la defensa del paisatge. Així, el paisatge és vist com un bé comú que cal protegir, gestionar i ordenar per millorar la qualitat de vida de la població, però també perquè un paisatge ben cuidat pot afavorir el creixement econòmic local. Per intentar fer front al llegat del boom immobiliari s’ha fet evident la necessitat de repensar el territori i buscar sistemes per recuperar aquests espais. En els processos de restauració i desurbanització, el món de l’art i la ciutadania hi tenen molt a dir. Aquesta jornada s’emmarca en el procés de desurbanització i restauració de la maresma de la Pletera, a l’Estartit, i en les intervencions artístiques que busquen afavorir la recuperació de la memòria del lloc i la difusió d’una intervenció paisatgística amb vocació pública. Obert al públic general. No és necessària la inscripció. 

Entrada gratuïta. Es lliurarà certificat d'assistència a qui ho sol·liciti. Les ponències seran en l’idioma en què figuren en el programa. Per més informació: Museu de la Mediterrània info@museudelamediterrania.cat tonicolom.ws Benvinguda i presentació de la jornada 10.00 - 10.15 h Josep Maria Rufí Alcalde de Torroella de Montgrí

 Xavier Quintana Director de la Càtedra d’Ecosistemes Litorals Mediterranis de la Universitat de Girona i director científic del projecte Life Pletera

 Pere Sala Director de l’Observatori del Paisatge de Catalunya Ruinas al revés 10.15 - 11.00 h Federico López Silvestre Professor d’Història de l’Art i Història de les Idees Estètiques a la Universitat de Santiago de Compostel·la Pausa-cafè 11.00 - 11.30 h La desurbanització des d’una perspectiva metabòlica. Exemples i processos 11.30 - 12.15 h Marta Serra Permanyer Arquitecta i sòcia de l’empresa Cíclica Abordar el paisaje desde la resta y la renuncia 12.15 - 13.00 h Gonzalo Sánchez García i Verónica Sánchez Carrera

 

- - -

Ens   volen  col·lapsar  el  país

(police Verdana pour cet article sur la police en Catalogne...)

 

Ara  i  aquí  a  Catalunya necessitem molts més  Mossos D'Esquadra.  De  fet, la convocatòria  de 500  places  encara  es  queda  curta. El  que  és  intolerable és  que  que el govern espanyol  posi  bastons  a les  rodes  –per raons  econòmiques, que de fet  són  polítiques-  tot  argumentant  que només  es  poden  crear  50 places.  A més, és inexplicable  que  el govern de  Madrid  pretengui  “posar cullerada” en una qüestió que no té competències. El  que passa és que  actualment  l’administració espanyola  ja  no respecta absolutament  res de res.

 

No hi ha  dubte que en aquests  moments  caldria  doblar  les  plantilles, no només  de la Policia  de Catalunya, sinó  també  dels  bombers, dels mestres, dels metges  i dels funcionaris de  justícia;  si  no  volem  quue el país català  vagi  cap  al  col·lapse  més absolut. A vegades  em pregunto  si, de fet,  en comptes d’aplicar  l’article  155  de CE (molt complicat a efectes  pràctics)  el que realment està intentant  l’executiu  espanyol  és  col·lapsar els  serveis  públics  de Catalunya  i  bloquejar  les vies  i mitjans  de  comunicació; és a dir,  els aeroports,  els trens, les   carreteres  i  els ports. El que va  succeïr fa  unes  setmana a l’Aeroport del Prat es  molt  significatiu.  En qualsevol cas,  és imprescindible tirar  endavant la  convocatòria  de les  500  places de   Mossos,  altrament  tindrem  un país  de molt  baix  nivell (amb poca  qualitat de  vida). A més, ara i aquí, ens calen més  comissaries en el  conjunt del territori.

 

En síntesi, necessitem  més Policia  de  Catalunya  arreu  dels nostres pobles, viles i  ciutats. Ens cal  un millor desplegament dels efectius  i  cal  tenir  molt en compte  les  zones, que potser no són les de més  població  de  Catalunya, però  que  són  territoria  molt geoestratègics. En aquest  cas  ens  trobem, per exemple, amb la comarca de  L'Alt Empordà, un territori  que és  la  entrada  terrestre  a  Catalunya  -per  carretera i  ferrocarril-  en què  cada  any  entren la gran majoria de  turistes  europeus  que  visiten el  nostre país. Per  altra  banda, l’Alt Empordà  és un territori  molt  disseminat i molt  complicat,  amb  gran quantitat  de   municipis  mitjans  i petits  i  dos  fronteres oficials  i  tres entrades  i  sortides  més –extraoficials-  cap a Europa. En  aquest  sentit, en un territori  tan sensible  i -per tal d’evitar  ensurts  i col·lapses arreu  del país- cal  esmentar que, per racionalitat geogràfica i política, a Portbou faria  falta una comissaria  dels Mossos amb tots els ets i uts. En síntesi. Necessitem molts  més Mossos  d'Esquadra arreu  del  país, però,sobretot,  a les zones transfrontereres, com per  exemple  a  Portbou  i  a  La Jonquera.

 

http://in.directe.cat/josep-loste/blog/17458/ens-volen-collapsar-el-pais

 

Partager cet article
Repost0
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 07:24
Statue d'Arago à Estagel (C) Bonnel Jean-Pierre

Statue d'Arago à Estagel (C) Bonnel Jean-Pierre

Patrimoine et civilisation - traditions catalanes...

 

**Traditions bêtes et barbares en pays catalan...

et on ne revient pas sur la tauromachie... Corridas interdites désormais en Catalogne (mais aussi à Collioure, pour le Pays catalan. Restent Céret, la Mecque de la cerise cubiste, et Millas, le repère des amants frontistes...

 

Du lancer de noyau de cerise au jeté d’espadrilles le Pays Catalan et ses traditions

Championnat du monde de lancer d’espadrille 

Perpignan – Pluie d’espadrilles sur les Allées Maillol !

 

Samedi 27 Mai se tiendra à Perpignan l’édition catalane du championnat du monde de lancer d’espadrille. Une journée pour fêter les traditions catalanes, goûter la gastronomie locale ou découvrir l’identité des catalans. Rendez-vous sur les Allées Maillol pour tester votre habileté et votre coup de hanche pour faire s’envoler votre espadrille à 32 mètres de distance (record détenu depuis 2010 par un saliésen).

 


Si lors de la fête de la cerise il fallait du souffle pour faire voler son noyau le plus loin possible, samedi 27 il vous faudra surtout un peu de force et surtout beaucoup de chance pour lancer votre chaussure à  32 mètres de distance, tel Adrien Lebas en 2010 à Saliés de Bearn (Source la République des Pyrénées). En effet l’objectif est, à l’instar du javelot ou du poids, de lancer sa chaussure sang et or le plus loin possible sous les yeux ebaubis du public. Les spécialistes s’accordent à dire que l’ergonomie de cette chaussure la rend particulièrement difficile à diriger. En effet l’espadrille traditionnelle faite de toile et de corde est très légère ce qui rend sa trajectoire très aléatoire.

Les techniques selon les aficionados de la côte atlantique sont nombreuses, mais le plus important « est le coup de hanche », déclarait Romain à France 3 régions en Juillet 2016 :  « Il ne faut pas rentrer l’espadrille en entier, à peu près à moitié. Après on lance, pas trop haut, pas trop bas, il faut viser au milieu et tout donner ! » déclarait Romain à France 3 Régions en juillet 2016.

Rendez-vous festif et familial
Association Evénement en Pays Catalan, organisateur de l’événement a insisté tout particulièrement sur le caractère festif et familial de l’événement. « Un rendez-vous inédit en terre catalane, accompagné d’animations variées, de stands de produits du pays et d’un espace buvette – restauration ». Les organisateurs prévoient de reverser la moitié des sommes récoltées à l’association Aziza le sourire d’ange, qui vient en aide aux familles et enfants qui luttent contre le cancer et la leucémie

Programme de la journée – 9h30 à 14h qualifications ouvertes à tous – 15h grande finale avec la participation des 15 meilleurs lancers

Tarifs – 3 lancers adultes pour 5 euros, 3 lancers enfants pour 2 euros, avec restauration offerte à tous.

Inscriptions : sur Eventbrite.fr ou sur place des 8h Informations – par mailcontact@evenementenpayscatalan.com, ou par téléphone au 07 82 03 53 23

 

(C) Madeinfrance - 22 mai 2017

 

 

***Le correbous et le taureau aux cornes enflammées

Il s'agit d' une pratique qui se fait au sud de la Catalogne et au nord de Valence. Il y a diverses activités pour s’amuser avec une bête.

 

 Il est possible d’utiliser une vache un veau ou encore un taureau. L’une de ces activités est de courir après le veau dans une arène. Une autre activité consiste à attacher le taureau afin de l’immobiliser, pour lui enduire ses cornes d’huile et mettre des torches et de les faire flamber. Le taureau court, dans une arène ou dans les rues, les cornes enflammées. Les gens qui assistent à ces scènes courent devant ou derrière la bête. Il est vrai que l’animal n’est pas mis à mort, comme dans les corridas.  Cependant, l’animal subit des brûlures à la tête puis aux yeux. De plus, il est mentionné dans divers sites Internet, qu’il y a des gens qui s’amusent à tirer la queue. En plus des violences physiques qui lui sont infligées, l’animal doit certainement subir des chocs car les animaux -comme les humains- craignent le feu.

En juillet 2010 la Catalogne votait pour l’abolition des pratiques barbares infligées aux taureaux lors des corridas. Cependant, les correbous ne seront pas interdits. Quel est le but des correbous ? Quel est l’aspect culturel de cette pratique quelque peu barbare..?

http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-apres-les-becerradas-les-bous-al-mar-arrivent-les-correbous-53538197-comments.html

http://oiseau-libre.net/Animaux/Corrida/Fetes-taurines.html

http://www.actyma.org/

Partager cet article
Repost0
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 08:42
O'BRIAN à Collioure - Estampes à Céret... Cerisàcéret...
O'BRIAN à Collioure - Estampes à Céret... Cerisàcéret...
O'BRIAN à Collioure - Estampes à Céret... Cerisàcéret...

O'BRIAN à Collioure - Estampes à Céret... Cerisàcéret...

    Mai 19/20/21, c'est la saison des fêtes (des voisins, de la nature, de la cerise à Céret) qui entame les prémices de l'été, alors que le printemps, en ces temps de saints de glace, se recouvre de blancheur : neige sur le Canigou et, plus bas, sur les pitons des Albères…

 

"Cerisàcéret" donc dès ce samedi : vous pouvez faire votre marché, acheter bio et beau, un poireau ou un livre à la librairie "Le Cheval dans l'Arbre" (où je n'ai pas encore déposé mon dernier roman sur l'Inde)…C'est toujours artistique, Céret, la Mecque de la cerise, sous les platanes soutiniens et sous la bonne augure des Capucins…

 

Le soir de ce samedi, la nuit des musées, le seul lieu où cette fête est célébrée : à Perpignan, en raison de la fermeture de Rigaud et de W. Benjamin, on peut, si on aime cette ville, voir l'histoire de Perpi à la casa pairal…

Sinon, on vous conseille le spectacle autour des mineurs d'Ecarro, en soirée (après Villefranche, prendre la première route à gauche...vers le Canigou au chapeau blanc !

 

 

JPB

 

 

*** PAIX et TREVE

 

Thème : Toluges, País Català

Samedi 20 mai 2017 – 09h00-13h00 – Place de la République

 

Prix du jury officiel (valeur 700 €) – Prix du jury officiel enfant (300 €)

 

S’il est bien un évènement incontournable en mai à Toulouges, c’est bien celui de la Pau i Treva qui fait de la ville la capitale historique de la Paix. Trois jours de fête et de convivialité sous le sceau de la Catalanité ! 

Cette année encore l’incontournable concours de peinture, qui donne à cette fête toute sa particularité, se tiendra sur la place République le 20 mai de 9h00 à 12h00.

Les inscriptions sont ouvertes !

 

Informations et renseignements :

Pôle Culturel El Mil·lenari 1 avenue Lavoisier 66350 Toulouges

Du Lundi au vendredi de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h00

04.68.55.55.89 – 06.30.65.50.16

 

- - -

 

***Invitation 

Les Amis de Patrick O'Brian - Collioure des années 50...

Collioure in the 1950’s 

 

The association Les Amis de Patrick O’Brian invites you to an illustrated talk about Collioure in the 1950’s by Nikolai Tolstoy, Patrick’s stepson. Nikolai’s talk will be based on the diaries of his mother, Mary O’Brian, who wrote about everyday life in their new home, which afforded Patrick the peace and solitude he needed in order to write as well as the friendship and generosity of their neighbours.

 

Collioure was O’Brian’s home for over 50 years.  He became famous as the author of Master and Commander and the 20 Aubrey-Maturin novels set during the Napoleonic wars all of which were written in Collioure. The association Les Amis de Patrick O’Brian has recently been given the remaining contents of O’Brian’s writing room. In cooperation with the Mairie of Collioure and the Commune des communes, the association will make his books and objects available for public view and private study in the new médiathèque. 

 

For an annual membership of 15 € you can help   support our efforts to rescue and preserve

part of our literary heritage. Our team will be on hand to answer your questions and sign you up.

 

Rendez-vous at 18h30, Saturday 20 May in the centre culturel, Collioure. The evening will close with an aperitif offered by Domaine La Tour Vieille: www.latourvieille.com.

 

 

Invitation

Collioure dans les années 1950

 

L'association Les Amis de Patrick O'Brian vous invite à une conférence intitulée Collioure dans les années 1950, par Nikolai Tolstoy, beau-fils de Patrick O’Brian. Le discours de Nicolas sera basé sur les journaux intimes de sa mère, Mary O'Brian, qui a écrit sur la vie quotidienne dans leur nouvelle maison de Collioure, qui a  donné  à Patrick la paix et la solitude nécessaire pour écrire, ainsi que sur l'amitié et la générosité de leurs voisins.

 

Collioure était la résidence de O'Brian depuis plus de 50 ans.  Il est devenu célèbre comme auteur de Maître à Bord et les 20 romans de la série Aubrey-Maturin pendant les guerres napoléoniennes, tous écrits à Collioure. L'association Les Amis de Patrick O'Brian a reçu en donation les derniers éléments contenus dans le bureau d’O'Brian. En coopération avec la Mairie de Collioure et la Communauté de communes, l'association mettra ses livres et objets à la disposition du public et de l'étude privée dans la nouvelle médiathèque.

 

Pour une adhésion annuelle de 15 € vous pouvez nous aider à soutenir les efforts destinés à sauver et préserver une partie de notre patrimoine littéraire. Notre équipe sera sur place pour répondre à vos questions et vous inscrire.

 

A 18h30 samedi 20 mai, rendez-vous au Centre culturel, Collioure. La soirée se terminera par un apéritif offert par Domaine La Tour Vieille : www.latourvieille.fr.

 

- - -

Institut Ramon Llull/ Newsletter # 73

MAI 2017 / PARIS

PARIS,  11/05/2017

 

 

 

 

 

 

PARIS,  21/05/2017

 

« One-Hit Wonders » : la chorégraphe Sol Picó revisite ses 20 ans de créations à la Maison des métallos, avec fougue

 

Figure majeure de la danse contemporaine catalane, prix national de danse du ministère espagnol de la culture en 2016, la danseuse et chorégraphe Sol Picó s’interroge avec furie dans son dernier solo sur les acquis et les ratés d’une vie consacrée radicalement à la danse.

+ info >>

 

(Institut R. LLULL, Paris)

 


 

 

Partager cet article
Repost0
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 07:54
Mémoire, transmission, pédagogie au Mémorial de Rivesaltes - Expo au MUME
Mémoire, transmission, pédagogie au Mémorial de Rivesaltes - Expo au MUME

Mémoire, transmission, pédagogie au Mémorial de Rivesaltes - Expo au MUME

MEMOIRES - LIEUX de Mémoire - Commémorations

Le ET de RICOEUR

 

N'y a-t-il pas, depuis quelques années, un abus de commémorations, une inflation d'hommages au passé, certes, tragique et douloureux (boucherie de 14/18, camps, Shoah, massacre d'Oradour, Guernica dans l'actualité cette année avec conférences, livres, expositions...)..?

Le nouveau président, avant le second tour, afin d'installer la morale et de combattre l'extrême-droite, avait évoqué les barbaries et crimes contre l'humanité (colonisation, Vel d'Hiv et autres rafles, compromission de l'Etat français avec Vichy...) Il s'était rendu sur les lieux de la mémoire tragique française... Il avait sans doute raison, la mémoire doit être longue car les jeunes ne savent pas et sont plongés dans l'actualité des jeux vidéos et de facebook...

Ces hommages à la mémoire traduisent la mauvaise conscience des dirigeants qui se sont fourvoyés et poursuivent des guerres erratiques et injustes, au Proche-orient, en Afrique, etc...

Ne sont-ils pas aussi des symptômes d'impuissance : revenir sur le passé quand on est incapable de régler les problèmes du présent..?

Macron connaît cette problématique de la mémoire, lui qui a corrigé le manuscrit du philosophe Paul Ricoeur : L'Histoire, la mémoire, l'oubli (Le Seuil, 2000)...Penseur de la mémoire, le nouveau président a publié plusieurs compte-rendus littéraires et philosophiques dans la revue Esprit. Sa philosophie politique consiste en une sorte de dialectique de résolution des contraires en les exacerbant : réunir des ministres de gauche et de droite, un partisan du nucléaire et un écolo intransigeant : ce n'est pas le ou (libéralisme) ou (socialisme), ni le "ni...ni" des Républicains, mais le célèbre ET de Ricoeur, conjonction de coordination permettant de constituer un gouvernement d'union nationale...

Chiche ! 

JPB

- - - Sur la pauvreté :

*Jeudi 18 mai à 19h - Projection du film Un aller simple pour Perpignan.

 

Un documentaire de Bertrand Schmit.

Bien décidé à tourner la page et changer de vie, Lohnny, 22 ans, quitte sa Normandie natale avec pour seul bagage un billet de train pour Perpignan. Abandonné par ses parents, il laisse derrière lui une adolescence tourmentée et deux années passées en prison. Pendant un an, Bertrand Schmit, le suit dans ses errances, ses projets, ses échecs.... Dans des conditions de vie extrêmes, Lohnny se cherche, tente de trouver sa voie et se bat contre ses vieux démons qui veulent le rattraper. Sa sélection dans l'équipe de football qui doit représenter la France à la "Homeless Cup" (Coupe du Monde des Sans Abris) sera-t'elle la chance de sa vie ? A travers l'histoire de Lohnny, nous évoquons le destin de plusieurs milliers de "précaires", en majorité des jeunes, qui abandonnent tout pour venir s'installer dans les Pyrénées Orientales, un territoire lointain entre mer et montagne qui continue de nourrir le fantasme d'une vie meilleure.

 

- - -

 

***Au musée de l'exil (MUME) de La Jonquera : la mallette des INSOUMIS: le 18 mai 2017 à 11 heures

Exposition, entrée libre - Portes ouvertes les 2à et 21 mai 2017

 

Ens plau d’informar-vos de les activitats que organitza el MUME amb motiu del Dia Internacional dels Museus,  centrat enguany en el tema “Museus i històries punyents: dir allò que no es pot explicar als museus”

 

El dijous 18 de maig, a les 11:00 h, es presentarà al MUME la instal·lació fotogràfica “La maleta dels insomnis” del fotoperiodista Miquel Ruiz.

 

Durant l’acte s’establirà un diàleg entre el reporter Miquel Ruiz i estudiants d’ESO de l’IES de la Jonquera,  que tindrà com a fons la qüestió de la conscienció dels joves a l’entorn de les problemàtiques derivades de les violències polítiques i les crisis humanitàries en l’actualitat.  Acte obert a tots els públics. L’obra de Miquel Ruiz s’exposarà del 18 de maig al 18 de juny de 2017.

 

El Dia Internacional dels Museus (DIM) se celebra anualment el 18 de maig. És un esdeveniment organitzat pel Comitè Internacional dels Museus (ICOM) des del 1977, que té com a objectiu conscienciar els ciutadans sobre el paper dels museus en el desenvolupament de les societats. L’edició d’enguany està dedicada al tema Museus i històries punyents: Dir allò que no es pot explicar als museus, tot reconeixent el paper que juguen els museus com agents pacificadors de les relacions entre els diferents pobles del món. També posa en relleu com l’acceptació d’un passat incòmode i dolorós és el primer pas per imaginar un futur comú en el marc de la reconciliació.

 

Jornades de portes obertes al MUME

Amb motiu del dia Internacional dels Museus, l’entrada al MUME serà gratuïta els dies 18 de maig i el cap de setmana del 20-21 de maig.

Carrer Major 43-47

17700 La Jonquera

www.museuexili.cat

0034 972556533

- - -

 

ALENYA (66) :

*MAI 2017… FESTIVAL   MÉMOIRES VIVES

 

La ville d'Alénya et la Ligue de l'Enseignement des Pyrénées-Orientales sont partenaires depuis plusieurs années dans leurs politiques culturelles respectives. La ville accueille chaque année des centaines d'enfants et d'adolescents dans le cadre des dispositifs pilotés par l'association d'éducation populaire (comme « Théâtre au collège », les « Rencontres chantantes » ou encore « Théâtre en catalan »). Et la Ligue de l'Enseignement apporte son soutien technique et son conseil dans la programmation destinée au jeune public

 

* EXPOSITION « Patrimoines culturels immatériels de l’UNESCO en

France » exposition réalisée par l’association France PCI

 

¨ VENDREDI 19 MAI 18h45 :INAUGURATION DU FESTIVAL.Ouvert à tous

20h30 -Spectacle de contes LES CHRONIQUES CONTÉES

Max'Conteur et le duo Daici Daila

Public familial 10€/réduit 6€/cartes saison culturelle

* SAMEDI 20 MAI -

16h00 - SOUVENIRS DE GIBRALTAR

Compagnie Encima D'après l'album jeunesse de Laurence Gillot, (Nathan), sélection du prix des Incorruptibles 2012 Jeune Public dès 6 ans -35mn

5 €/accompagnant 1 €/cartes

18h00 Présentation, lecture et dédicace

LES TEMPS QUI COURENTpar la conteuse Bernadète Bidaude

Texte du spectacle du même nom, publié aux Editions du Pourquoi Pas. 

20h30  Spectacle théâtral et musical

-LE BAL DES CASSE-CAILLOUXCompagnie Le Chat Perplexe

Avec Jean Métégnier (guitare, accordéon, mandoline…)

Mise en scène : Lucie Catsu / Stella Cohen Hadria

Sculptures : Jean Estaque

 

Tout public à partir de 8 ans -1h20- 10 €/réduit 6 €/cartes.

 

Partager cet article
Repost0
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 12:26
ELNE, par J.IGLESIS - à PAU : livre sur les communautés libertaires
ELNE, par J.IGLESIS - à PAU : livre sur les communautés libertaires
ELNE, par J.IGLESIS - à PAU : livre sur les communautés libertaires
ELNE, par J.IGLESIS - à PAU : livre sur les communautés libertaires
ELNE, par J.IGLESIS - à PAU : livre sur les communautés libertaires

ELNE, par J.IGLESIS - à PAU : livre sur les communautés libertaires

*Elne : La Principal de la Bisbal le 28 mai 2017, 20 euros

 

Places limitées ! Réservations au 07.83.82.14.13.

 

**Le marché

  • ***Un lieu insolite et hors du temps, « La Boutique de Michel » vous accueille à Elne

 

  • Lamartine en eût été séduit : le temps semble littéralement avoir suspendu son vol en cet espace qui vient d’ouvrir ses portes en Ville haute d’Elne. Désormais, au 9 de la rue Constantin, « La Boutique de Michel » vous tend les bras…
  • Là, Michel Garcia, vous invite à partager son intime passion : celle qu’il nourrit depuis sa plus tendre enfance pour les livres, les disques, et les objets qui jalonnent son parcours de collectionneur chevronné et de chineur impénitent.
  •  
  • Romans, essais, ouvrages d’art et d’histoire, albums vinyles (rock, chansons françaises, variétés, jazz), pièces de collection, cartes postales anciennes, affiches – dont certaines datent de la fin du 19ème siècle- peuplent ce sanctuaire dédié à la culture, sous ses formes d’expression et de communication – voire de communion – les plus éclectiques et inattendues.
  • Sur les cimaises, – accrochés aux murs de cairou et conversant dans un silence éloquent sous les poutres maîtresses – les tableaux de Claude Garcia, son épouse, éclairent dans un style figuratif la patine que les ans ont conféré à l’endroit…
  • Voilà un lieu inédit, original au possible, qui paraît hors du temps, mais au cœur duquel on éprouve le sentiment vivace et salutaire de se retrouver, parmi les mots et les choses : des éléments au demeurant anodins, mais foncièrement essentiels, qui semblent recomposer un paradis perdu, enfoui en nous-même… que les clés et les secrets immortels de la connaissance éveillent, ravivent et délivrent soudain.
  • Ouvert les mercredi et vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h ainsi que le samedi matin de 9h à 12h. A compter du 12 Juin et jusqu’au 12 septembre Ouverture : mardi 15h à 19h -mercredi 9h-12h et 15h-19h – jeudi 15h-19h – vendredi 9h-12h et 15h-19h – samedi 9h-12h
  • A noter une journée portes-ouvertes au public, qui interviendra en non-stop samedi 13 mai à compter de 9h.
  • « La Boutique de Michel », 9 Rue Constantin, 66200 Elne (Ville haute)
  • Tel : 06 74 63 15 78
  • Sur Facebook : laboutiquedemichel66 Adresse e-mail : laboutiquedemichel66@gmail.com
  •  
  • ***Le marché, un espace de proximité et de convivialité à Elne

 

   

Le marché à Elne, c’est le lundi, le mercredi et surtout le vendredi… D’année en année, cet espace de transactions et d’échanges gagne progressivement en affluence et en convivialité. Il constitue à tout le moins un lieu d’expression et de développement du lien social qu’offre au quotidien l’activité de vente et de négoce d’ un marché vivant, latin, et ouvert.

Légumes frais, fruits rebondis et odorants, olives, anchois, vins et produits du terroir, poissons débordant des étals, charcuterie fleurant bon les villages du Vallespir ou de la Cerdagne, miels aux teintes claires, aux effluves captieuses lui confèrent un style méditerranéen, qui mêle – comme sous un charme soudain – saveur et vitalité. C’est le cœur même de la ville qui bat et palpite, dans le flux et les clameurs de ce lieu de vie privilégié. Textiles, chaussures, objets et articles divers, idées-cadeau, donnent à l’ensemble un ton direct et spontané où l’on est tout près du producteur et tout proche de ses semblables. Pour flâner, pour découvrir, pour s’étonner…ou pour renouer avec l’essence même d’un marché digne de ce nom.

Jean IGLESIS

19 avril 2017

Partager cet article
Repost0
16 avril 2017 7 16 /04 /avril /2017 10:38
Laure Maltese - Romain - Valérie - Sylvain Magny et Véronique Carvalho, atelier  La Tour des 4 Vents. (photos Jean IGLESIS)
Laure Maltese - Romain - Valérie - Sylvain Magny et Véronique Carvalho, atelier  La Tour des 4 Vents. (photos Jean IGLESIS)
Laure Maltese - Romain - Valérie - Sylvain Magny et Véronique Carvalho, atelier  La Tour des 4 Vents. (photos Jean IGLESIS)
Laure Maltese - Romain - Valérie - Sylvain Magny et Véronique Carvalho, atelier  La Tour des 4 Vents. (photos Jean IGLESIS)
Laure Maltese - Romain - Valérie - Sylvain Magny et Véronique Carvalho, atelier  La Tour des 4 Vents. (photos Jean IGLESIS)

Laure Maltese - Romain - Valérie - Sylvain Magny et Véronique Carvalho, atelier La Tour des 4 Vents. (photos Jean IGLESIS)

***Elne (Pays catalan) La moderne Illiberis des artisans créateurs

 

Entrez dans le Moulin des Papiers Anciens !...

 

Au cœur de la ville historique d'Elne (ancienne galerie Molière), Rue Porte Balaguer, Valérie Van Handenhove et Romain Pageaud vous proposent leur savoir-faire en matière de reliure, de dorure et d'encadrement d'art dans leur atelier boutique. Un espace dédié aux livres et à l’art pictural: « Le Moulin des Papiers Anciens ». Dans leur activité de restauration d’ouvrages anciens ou récents, Valérie et Romain appliquent les techniques traditionnelles, dans le pur respect du livre, par l’utilisation de matériaux adaptés et de qualité. La rigueur de l'exécution s'exprime dans un travail entièrement manuel. Cet atelier où le temps semble faire une halte propose par ailleurs des créations originales (carnets de voyage, croquis, agendas artisanaux…). Les encadrements sur mesure de tableaux, de photos, de gravures ou de points de croix, le travail du cuir, la dorure, le travail sur des papiers marbrés faits main, la fabrication de boîtes d'archives font partie des activités de ce moulin  où les papiers anciens recouvrent comme par enchantement jeunesse et pérennité.

Toute l’année, le moulin des papiers anciens  vous accueille, que vous soyez curieux, passionnés ou amateurs de beaux ouvrages. Ouvert du mardi au samedi de 9h30 à 12h00 et de 14h30 à 18h00. Tel : 06 21 40 66 71 - Site internet :www.lemoulindespapiersanciens.com Contact : valerie.vh@wanadoo.fr

 

- - - 

Elne

 

A la Tour des 4 Vents, le verre connaît un nouveau souffle...

 

Nul besoin de Rose des Vents pour parvenir à «la Tour des 4 Vents», un atelier singulier et intime dans lequel Sylvain Magny et Véronique Carvalho travaillent le verre, et ce au souffle-même de leur passion commune.

Installés depuis près de 15 ans à la Ville Haute d'Elne, ces deux artistes – qui ne manquent pas d'inspiration - réalisentdes créations de pièces en verre soufflé à la canne, ainsi que d'autres, aussi brillantes, en verre ou en métal.

Les œuvres que proposent au public Sylvain et Véronique sont des plus éclectiques: luminaires, objets de décoration pour la table et pour la maison, bijoux... Des créations tout à fait uniques qui allient l'art, l'esthétique et l'utilitaire,  à l'aune d'une savante alchimie.

Que l'on soit néophyte ou quelque peu éclairé, les pièces réalisées dans une humilité et dans un savoir-faire qui font honneur  à ce sympathique et jeune couple, constituent des bris de cosmos chus de leur imaginaire, qui envahissent le ciel de notre quotidien...

«L'art souffle vers le verre...le verre souffle vers l'art...» un chiasme qui résume assez bien la démarche de la Tour des 4 Vents...

A la découverte de cet atelier, naît et grandit la passion que l'on éprouve face à ce qui est beau...Au souffle éthéré du hasard, le verre devient soudain limpide et cristallin... Dans son silence éloquent, ses éclats, ses chatoiements (et ses bris parfois) n'ont de cesse de parler à notre âme et à nos cœurs...

La Tour des 4 Vents – 1 Rue du Couvent – 66200 Elne (parking Sant Jordi, à côté de l'Office du Tourisme) – Tel: 04 68 22 85 79 – e-mail magny.sylvain@free.fr – site web : www.magny.eu

Ouvert du lundi au samedi – de 10 h à 12 h 30 et de 14 h 30 à 19 h

 

 "je signe avec bonheur..."

Jean Iglesis

 

- - -

Elne

 

Un atelier de restauration d'art, Ville Haute...

Laure Maltese donne une seconde vie à vos œuvres d'art

 

Installé au cœur de la vieille ville, l'atelier Laure Maltese offre une seconde vie à vos œuvres.

 

Restaurer est une opération technique qui a pour but de prolonger la vie d'une œuvre en ralentissant le processus de dégradation dû au vieillissement de sa matière à un accident extérieur naturel ou provoqué par l'homme.

Les interventions effectuées au cours de la restauration sont faites dans le respect de l’œuvre : lisibilité, stabilité, réversibilité.

La restauration d'art assure la transmission du patrimoine privé au public, dans un souci déontologique d'authenticité. Qu'il s'agisse d'une opération de nettoyage à moindre frais ou dune intervention plus importante, le travail de restauration assure la conservation d'une œuvre et en augmente la valeur.

 

La restauration à la feuille d'or selon les techniques traditionnelles à la colle de peau de lapin permet de conserver l'intégralité de l’œuvre originale, conformément au style et à l'époque de l'objet restauré. La dorure sur bois concerne tous les objets en bois doré (cadres, miroirs, statues, consoles...) .

Laure Maltese est diplômée  (en 2004) de l'école de restauration de tableaux de Châteaurenard (ATEC), au titre de technicienne supérieure en restauration d’œuvres picturales. Elle exerce la restauration d’œuvres d'art depuis huit ans déjà.

 

L'atelier réalise des travaux de conservation et de restauration  qui s'adresse aux collectivités, à une clientèle privée,  aux collections particulières, aux marchands, aux antiquaires...

 

Laure Maltese – Restauration de tableaux – Rue du Couvent – Parking Sant Jordi – 66200 Elne (à côté de l'Office du Tourisme)

Tel : 06 72 92 94 71 - e-mai :laure.maltese@yahoo.fr

Site web: http://www.atelierlauremaltese.fr 

 

© Jean IGLESIS

 

Partager cet article
Repost0
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 10:49
Oeuvres sur la Sanch - Teresa Rebull - Expo et atelier (collages) à la médiathèque d'Argelès (village. 66)
Oeuvres sur la Sanch - Teresa Rebull - Expo et atelier (collages) à la médiathèque d'Argelès (village. 66)
Oeuvres sur la Sanch - Teresa Rebull - Expo et atelier (collages) à la médiathèque d'Argelès (village. 66)

Oeuvres sur la Sanch - Teresa Rebull - Expo et atelier (collages) à la médiathèque d'Argelès (village. 66)

 

*** La question identitaire :

VENDREDI 14 AVRIL 2017 A PARTIR DE 18H00

Rencontre avec MARIE-HELENE SANGLA pour son ouvrage paru aux PUP

L'INVENTION D'UNE MEDITERRANEE

 

Cet ouvrage présente plusieurs caractéristiques : C’est une synthèse qui n’avait jamais été faite sur l’histoire culturelle, artistique et archéologique du Roussillon entre la fin de la Révolution française et l’entre-deux-guerres.

 Cette synthèse qui associe l’histoire, l’histoire des arts, l’histoire des mouvements culturels et littéraires s’étend sur un temps long pour montrer comment les processus qui se mettent en place au début du XIXe siècle nourrissent ceux du début du XXe siècle. Ce travail montre comment dans un confins la question identitaire émerge au sein d’une société intellectuelle, indépendante, avec ses propres réseaux d’influence et au contact des mouvements qui se développent en Catalogne et en France.

 

- - -

*Le théâtre de la RENCONTRE (voir le site):

 

Voici les derniers articles parus sur le site du THÉÂTRE DE LA RENCONTRE :

 

Histoires à rebrousse poils... Chansons de Censures et Textes d’Interdits

 Samedi 29 avril à 20h.30  Dimanche 30 à 17h30  Programme subjectif, non exhaustif et sans chronologie historique,  où se rassemblent : *François Villon et des chants interdits de La Commune de Paris, *Les « Chansons d’un gâs qu’à mal tourné »  de Gaston Couté (1881-1911), prémices à la Guerre 14/18 ; * Des refrains anonymes du 17ième , 18ième et 19ième siècle,  (même érotiques !!!) ; …

Lire la suite.

THÉÂTRE UNIVERSITAIRE le 17 Avril à 17h

COMME CHAQUE ANNÉE, AU PRINTEMPS,  LES ÉTUDIANTS DU LYCÉE FRANÇAIS DE BARCELONE  VIENNENT JOUER LEURS CRÉATIONS AU THÉÂTRE DE LA RENCONTRE ...   UN LONG COMPAGNONNAGE LIE LES DEUX STRUCTURES DEPUIS LONGTEMPS À TRAVERS STAGES, RENCONTRES, SÉMINAIRES ET CRÉATIONS MUTUELLES ...    CETTE ANNÉE, TOUJOURS DIRIGÉ PAR LEURS PROFESSEURS CHRISTIAN RENAULT ET CÉLIA WEIL  ILS ARRIVENT AVEC DEUX ADAPTATIONS ORIGINALES    ''LE …

Lire la suite.

 

- - -Teresa REBULL au ciné Castillet :

 

CINÉMA CASTILLET

1 bd Wilson , 66000 PERPIGNAN

 

Projection "Teresa Rebull, Âme déracinée"

Samedi 22 avril à 19h

Projection en présence de la réalisatrice Susanna Barranco.

"Teresa Rebull, Âme Déracinée" explore la figure de Teresa Rebull comme femme politique et activiste, comme femme artiste, chanteuse et peintre, et montre sa richesse et sa complexité. D'un côté, le documentaire explore les difficultés du chemin de l'exil et la dureté d'une réalité imposée et, de l'autre, la trajectoire de la grand-mère de la Nouvelle Chanson (Nova Cançó) catalane, sa passion pour la peinture et la force avec laquelle elle faisait face à la vie.

 

 

Partager cet article
Repost0
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 07:42
Images de la Sanch (vendredi saint à Perpignan)
Images de la Sanch (vendredi saint à Perpignan)
Images de la Sanch (vendredi saint à Perpignan)
Images de la Sanch (vendredi saint à Perpignan)
Images de la Sanch (vendredi saint à Perpignan)

Images de la Sanch (vendredi saint à Perpignan)

*Culture et patrimoine à Perpignan, le pire (3):

 

Le Sang exhibé dans les rues - Procession religieuse dans un pays laïque - Tchadors, masques et caparutxes... Religion et Inquisition... Un parti de la droite "identitaire "(Les Républicains, avec F. Fillon, J.Marc Pujol...) permet l'exhibition de signes religieux dans un pays laïque sous le prétexte que c'est une tradition...Ce n'est plus qu'un événement touristique, alors, cette procession..?

 

*Suite à mon article du 30 mars 2017 (Culture et Patrimoine à Perpignan : le pire et le meilleur (?) 2 L'affaire Jacques DELONCLE ),

je verse au dossier (points de vue de la Clau et de la CGT) le compte-rendu d'un autre syndicat, SUD CT et le courrier qu'il a adressé au maire de Perpignan le 21 décembre 2012, signé des 2 représentants de SUD siégeant pour la catégorie A (catégorie pour laquelle Deloncle siégeait avant son affaire pour le syndicat FO) s'inscrit dans la suite de la CAP du 18 décembre de la même année (cf. pp. 3 et 4 du PV de la CAP du 18/12/2012) et ce, au vu des réponses de l'administration que nous avions jugées peu convaincantes. (fichiers joints)

 

Les représentants de sud affirment de façon solennelle : 

Nous ne voudrions pas laisser penser que notre syndicat n'a pas réagi à l'affaire, bien au contraire nous avons été en première ligne puisque nous regrettions que le conseil de discipline, instance de la CAP, ne soit pas saisi.

Tel n'a pas été le cas : nous pensons pouvoir dire que Deloncle a joui par là d'une immunité particulière puisqu'il a échappé au Conseil de discipline."

JPB

 

 

 

***LA SANCH à Perpignan

 

L'adhésion à la Sanch est un acte identitaire qui traduit un enracinement dans les traditions catholiques et catalanes du pays. L'appartenance se transmet volontiers de père en fils. Joseph Deloncle, le père de l'actuel secrétaire général de la confrérie, Jacques Deloncle, directeur de la Casa Pairal, le musée catalan, se démena, au lendemain de la guerre, pour ressusciter la procession du vendredi saint. Henri Ducommun y fut entraîné, dès l'âge de 14 ans, par son grand-père. Aujourd'hui encore, nombre de vieilles familles de l'aristocratie catalane - les Jonquères d'Oriola, de Massia, Ducup de Saint Paul, du Lac, etc. - se font un devoir d'entrer dans la confrérie….

 

J.Molenat - L'Express 6/11/2013 (extrait)

- - -

 

Semaine Sainte et Procession de la Sanch à Perpignan :

(point de vue officiel : ville, office de tourisme...)


La procession est une tradition instaurée par les moines dominicains au XVème siècle, pour raviver la foi des fidèles et rappeler la nécessité de pénitence. Remise au goût du jour à Perpignan en 1950 par le conservateur du Castillet, Jacques Deloncle, elle va connaître un succès grandissant au fil des ans et devenir un évènement populaire pour les autochtones et les curieux venus du monde entier. 

Revêtus d’une tunique et d’une capuche pointue, les membres de la confrérie de la Sanch (du sang) portent de très lourds « mystères », représentations des arrêts sur le chemin de croix,  et se flagellent sur le trajet . Point d’orgue des festivités de Pâques, la procession du Vendredi « Saint » (le 3 avril) à Perpignan attire croyants et simples curieux toujours plus nombreux. D’autres processions ont lieu à Bouleternère, Arles sur Tech et Collioure, le soir venu.

 

Semaine Sainte et Procession de la Sanch
Perpignan

: Le défilé de pénitents accompagnés de chants religieux que constitue la Procession de la Sanch s’inscrit comme le point d’orgue de la célébration de la Semaine Sainte. L’on attribue les origines de la procession du Vendredi Saint, appelée Procession de la Sanch à Saint Vincent Ferrier, né à Valence en Espagne, en 1416, suite à son passage à Perpignan, est fondée en l’église Saint-Jacques, l’archiconfrérie de la Sanch (du sang, en français). 

Outre l’aspect spirituel, le but de la Confrérie était la commémoration de la Passion par les processions et l’assistance aux prisonniers et aux condamnés à mort avant, pendant et après leur exécution. L’originalité de la Semaine sainte en Roussillon et à Perpignan, sa capitale, ne se situe pas particulièrement dans le rituel mais dans son mode d’expression. 

Les traditions ont su garder ici une réelle authenticité, la ferveur d’aujourd’hui n’a d’égale que celle d’hier. Tout ce qui touche au cérémonial des fêtes de la Semaine sainte et de la Passion est prévu, réglé avec minutie depuis des siècles. Ainsi, chaque année, le public répond présent. Plus agnostiques et curieux que réellement impliqués comme les fidèles d’antan, les nombreux spectateurs ressentent, malgré tout, la chaude ferveur de cette manifestation.

 

Un peu d’histoire …

Le 11 octobre 1416, à l’église Saint-Jacques de Perpignan, les jardiniers (hortolans) et les tisserands (teixidors) fondèrent la Confrérie du Très Précieux Sang de Jésus-Christ, connue sous le nom de Confrérie de la Sanch. Ils subirent la puissante influence du Dominicain Vicens Ferrer (saint Vincent Ferrier), prédicateur de renom né à València en 1350, lequel s’entourait partout où il passait de pénitents revêtus d’une robe noire et d’une cagoule, et se flagellant pour la rémission de leurs péchés. A Perpignan, Vicens Ferrer vint deux fois, appelé à participer au Concile de La Real qui devait apporter la résolution du Grand Schisme d’Occident ; au début de l’année 1416, avant de quitter Perpignan, il prononça un sermon au couvent des Clarisses, et il semblerait que ce sermon déterminât la fondation de la Confrérie de la Sanch Celle-ci se fixa plusieurs missions : accompagner les condamnés à mort au gibet, recueillir leurs restes et les enterrer en terre consacrée, et commémorer la Passion du Christ lors d’une grande procession qui se déroulait le Jeudi-Saint. Les pénitents portaient sur leurs épaules des statues et des groupes statuaires, les « misteris », représentant chaque étape de la Passion du Christ, et leur cortège se déroulait au son du Miserere et des « goigs » spécialement composés pour l’événément. Au XVIIIe siècle, on verra apparaître les Vierges des Douleurs aux poignants visages. Toujours au XVIIIe siècle, la procession de la Sanch fut victime de dérives ostentatoires, et de l’hostilité du clergé français. Monseigneur de Gouy d’Avrincourt édicta des interdictions qui réduisirent le sens et le contenu de cette manifestation authentiquement catalane, tradition religieuse touchée d’hispanité à laquelle le Roussillon entier se montrait très attaché. Après la Révolution Française, la procession de la Sanch fut confinée dans l’étroit périmètre de l’église Saint-Jacques. Grâce à Joseph Deloncle, au Chanoine Mestres, curé de St Jacques, et à l’évêque Mgr Bernard, la procession de la Sanch retrouva les rues de la vieille ville en 1951, et depuis 1958 a lieu le Vendredi-Saint, l’après-midi, aux trois coups  sonnés au clocher de Saint-Jacques. Il s’agit d’une manifestation unique en France, héritage d’un Roussillon rattaché à la couronne de Catalogne-Aragon, puis d’Espagne, héritage d’une foi populaire qui a su garder fidèlement toute son authenticité. Chaque Vendredi-Saint, Perpignan baigne dans une atmosphère unique qu’il faut partager pour mieux comprendre la séculaire procession de la Sanch.

 

Programme Semaine Sainte 2017

 

Coordonnées : Office de tourisme Palais des Congrès +33 (0)4 68 66 30 30 Place Armand Lanoux 66000 Perpignan Tél : 04 68 66 30 30

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens