Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 11:55

dali--wagon.jpg  

"Le Wagon de Dali" © BIM/DOMINIQUE ANDRE/MAXPPP

"Le Wagon de Dali" héberge ses "Héritiers" au Mont-Dore en Auvergne

© france TVinfos - 16.7.2014 - Lamia Coulibaly

 

Le wagon ayant servi de modèle iconographique pour la fameuse toile de Dali "Le Mystique de la Gare de Perpignan" a pris ses quartiers au Mont-Dore en Auvergne pour tout l'été. Devenu emblème du surréalisme, "Le Wagon de Dali" accueille les toiles de quatre artistes peintres surnommés "Maitres de l'Art Fantastique", tous membres du mouvement "Les Héritiers de Dali".

 

C'est en 1965 que Salvador Dali peint son tableau emblématique "Le mystique de la Gare de Perpignan". Le peintre surréaliste souhaitant rendre hommage aux services logistiques rendus par la station ferroviaire du Roussillon.  

 

Depuis les années cinquante, Dali a utilisé les services de la gare de Perpignan pour expédier ses toiles à une clientèle vivant à l'autre bout du monde. Ainsi, pour échapper aux contrôles contraignants imposés par le franquisme, le peintre a très souvent sollicité cette station ferroviaire.  

 

Ayant donc contribué à son succès et à son opulence, Dali, plongé dans sa période paranoïaque-critique décrète en 1963 que la gare de Perpignan est le "Centre de l'Univers". En 1965 le peintre surréaliste s'en inspire et peint le tableau emblématique qu'il intitule "Le Mystique de la Gare de Perpignan". 

 

Une plate-forme culturelle active 

 

Tombé dans l'oubli, mais retrouvé en 1986 par le chercheur dalinien Roger Michel Erasmy, "Le Wagon de Dali" est depuis transformé en plate-forme culturelle active. Depuis 2005, "Le plus petit espace surréaliste du monde" n'a plus cessé de voyager à travers l'Europe. En Décembre 2013 il était au grand Palais à Paris. Depuis le début de l'été, cette galerie d'art singulière s'est posée Place de la République devant le nouvel Espace culturel Joseph Forêt au Mont-Dore. Il sert de "think tank" (laboratoire d'idées) aux quatre peintres du "groupe Mont-Dore" (Bazard, Barthélémy, Chabeaudie, Lepère), pour inventer un nouveau style artistique.

 

"Le Wagon de Dali"

Espace Culturel Joseph Foret Place de la République 

63240 Le Mont-Dore

04 73 65 21 96

montdoreanimation@orange.fr

Service Animation du Mont-Dore

Réagir

* -Dix ans de Dali à 2kmducentredumonde (écrit en janvier 2011)

 

* Je reviens du musée-théâtre Dali de Figueres : mausolée, lieu scénique, labyrinthe de galeries, circulation des arts, du plus pompier au plus surréaliste, d'est en ouest et de haut en bas... 

 

Je ne m'en lasse pas : j'y étais pour l'inauguration (avec L'Indépendant "édition Costa Brava"); j'y suis revenu dix fois, pour guider quelqu'un, vierge de tout sperme dalinien, ou quand la Fondation Gala/Dali (à dada sur mon dali, quand il jouit, pousse des cris !) achète un nouveau tableau ou accueille des expos temporaires : c'est le cas, en cette fin 2010, avec W.Disney.

 

  ** Perpignan tente d'exploiter des miettes de la gloire dalinesque, grâce à sa gare...déplacée, hélas, vers Saint-Assiscle et même, plus loin et tégévestement, vers Rivesaltes : Salvador ne va plus reconnaître les lieux. Le centre du monde s'est déplacé, grâce à l'action dynamique et intelligente de nos édiles locaux...

 

   * Dali a ses appartements perpignanais au... couvent des Minimes ! Oui, il n'y a pas mieux, c'est suranné, respire le salpêtre et le musc clérical, mais les expos et performances valent ce détour insolite. La ville aurait pu créer un autre "théâtre-musée, ou "Opéra-musée"...ou une sorte de "Fnac créatrice, culturelle, non vouée au consumérisme", consacré au maître, décoré par les artistes catalans, en un lieu spacieux (tiens, à l'espace Méditerranée, à la place du "Nouvel Théâtre", coûteux théâtre grenat...avec lectures de textes, projection de films, colloques autour d'une toile...

 

 Mais, en attendant un tel lieu susceptible de faire venir des milliers de visiteurs - Dali a fait l'essor de Figueres, Ryanair celui de Gérone, nos responsables..?, revenons à "l'espace Dali" géré par Jean Casagran:

 

10 ans d’espace Dalí

L’espace Dalí du couvent des Minimes accueille désormais une exposition permanente entièrement consacrée au maître du surréalisme Salvador Dalí. On y retrouve des grands noms de la photographie, le fameux Mix Média La gare de Perpignan, ainsi qu’une partie dédiée au voyage triomphal du 27 août 1965 avec entre autre la diffusion du documentaire Viva Vive Visca Dalí. « Tout l’univers converge à la gare de Perpignan » !

 * Espace Dali - Couvent des Minimes - 24 rue Rabelais
Ouvert du mardi au dimanche de 12h à 19h. Entrée libre.

Renseignements : Espace Palmarium : 04.68.86.08.51 - Direction de la Culture : 04.68.62.38.66

 

***

Partager cet article
Repost0
28 juin 2014 6 28 /06 /juin /2014 09:21

522904 281983431889695 100002341207230 613371 468952812 n (C) Pascal Yvernault.

 

***Lire absolument le blog de Jacques Quéralt (MET BARRAN), passeur, critique d'art, poète catalan, érudit tous azimuts, esprit curieux et à contre-courant, à contre-culture, philosophe buissonnier, intello dilettante, anti-bobo et libertaire absolu, enfin il fut prof aux Beaux-Arts et journaliste à L'Indépendant, cet auteur d'un livre fameux sur les "Camps de la honte" (éditions du Chiendent)...

 

 

Met Barran  JUIN 2014

Maillol: C'est incroyable!

(...) "Pendant que mon ami s'occupe, avant de partir, à mettre des papiers en ordre, je fais encore une fois, le tour de l'atelier. MAILLOL me voit en arrêt devant une affiche japonaise portant ce titre: "Exposition d'art français contemporain/ Juin 1924"

       Au centre, la reproduction de sa "Femme à la toilette", qui prend à la très hereuse opposition des blancs et des noirs, un relief de sculpture.

       -J'ai beaucoup d'amis au Japon. Ils savent que j'aime leur art, si décoratif, car ce sont eux qui, à l'époque où j'ai voulu faire de la tapisserie, m'ont ouvert des horizons nouveaux. Certains de leurs artistes sont très grands. des Japonais sont venus me voir, à Marly...J'en connais personnelement, plusieurs...Mais il m'est arrivé, avec un de mes...admirateurs là-bas, une bien curieuse histoire! Ce s...là achète, à l'exposition de Tokyo, de 1924, une de mes statuettes...Il en prend le moulage; fait un certain nombre de reproductions et les revend, non pas au Japon, mais...à Paris même!C'est incroyable!...Il y a, pourtant, plus fort...J'apprends les faux, j'adresse une plainte à l'Ambassadeur du Japon, à notre Ministre de l'Instruction Publique...et, comme réponse, on me fait connaître qu'il n'existe pas, au Japon, de législation contre les falsificateurs!...Ji je n'avais eu, pour me protéger contre de telles moeurs, que la force des lois, mon affaire était claire!...Il m'a suffi de faire avertir quelques marchands. Le falsificateur a été vite brûlé. Et j'ai été tranquille."

       L'atelier fermé, nous traversons le petit jardin. Du brouillard voile les horizons proches. Malgré le feu qui flambe, la salle à manger, vers cette fin de journée d'automne, est humide et froide". (138/9)

Extrait de "MAILLOL mon ami" du Docteur BASSERES, préface de Paul Pugnaud. édité par Mme François BASSERES, mars 1979. Imprimerie catalane Comet, Perpignan. (L'introduction du livre est datée du 15 septembre 1927 et Maillol est bien Aristide Maillol (1861-1944), de deux ans l'aîné de l'auteur, comme lui fils de Banuyls-sur-Mer)

xxx 

Le livre le plus récent, novateur et chaleureux sur le grand sculpteur de Banyuls sur est celui que  lui a consacré Xavier Febrés. Brillant journaliste, voyageur et esthète, auteur fécond de très nombreux ouvrages sur la culture méditerranéenne, il a publié à Barcelone l'an passé "Maillol, l'escriptura carnal. Una vida de pel.licula" (Maillol,  l'écriture charnelle. Une vie de cinema). Hélas! cette magistrale et très nutritive synthèse en 120 pages n'a pas encore été traduite dans la langue de Racine, si chère au nord des Pyrénées à des auteurs tels que Ludovic Massé et Claude Simon.

 

*** DIUMENGE 29 DE JUNY, JORNADA DE PORTES OBERTES I VISITA GUIADA GRATUITA

Seguint amb la programació de tots els diumenges de final de mes, el proper diumenge 29 de juny, el MUME oferirà Jornada de portes obertes (entrada gratuïta de 10 a 14 h) i Visita guiada gratuïta per a particulars a les 11 h.

 

 

Per altra banda, es pot visitar fins el 6 de juliol lexposició temporal “Catalunya Bombardejada. 75è aniversari dels bombardeigs de la població civil i a les infraestructures catalanes

 

Aquesta mostra, que aborda els bombardeigs aeris que va patir Catalunya durant la Guerra Civil, fa especial atenció als darrers dies del conflicte, dels quals enguany es commemora el 75è aniversari,  en què la ciutat de Figueres i altres poblacions de lAlt Empordà en plena evacuació del Principat  i atapeïdes de refugiats camí de lexili van ser objecte dintensos i brutals atacs per part de les aviacions de la Itàlia feixista i lAlemanya nazi que donaven suport a lexèrcit franquista.

 

 

Museu Memorial de l'Exili

C/ Major 43-47

17700 La Jonquera

www.museuexili.cat

0034 972 556 533

 

Partager cet article
Repost0
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 09:20

intime.jpg  Désir de peinture, de sculpture... Un tramway nommé "désir de ville"...

 

Buren est à Perpignan, ces jours-ci, et il donne à la ville l'envie d'avoir son propre tramway, comme la trentaine de villes françaises qui redécouvrent la sérénité urbaine et l'urbanité des liens sociaux grâce à cette locomotion intelligente et imaginative ! Buren a aménagé le tramway de Tours; pourquoi pas ici..?

 

Pendant la campagne des municipales de Perpignan, le candidat Jean Codognès avait présenté la seule proposition nouvelle, parmi les nombreux programmes politiques : il n'a obtenu que 5% des voix, Perpignan optant pour une option réactionnaire inquiétante (FN-droite dure-absence d'opposition de gauche). Tant pis pour les perpignanais...

 

L'actuelle exposition sur le tramway (le lieu du design, Paris 12°, jusqu'au 12 juillet, entrée libre) montre à quel point ce mode de circulation urbain peut changer le visage de la ville : il instaure la piétonnisation et chasse la voiture du centre historique (Montpellier); il accueille l'art dans ses décorations (Christian Lacroix à Montpellier, encore, le journal "New York Times écrivant que cette ville devient la plus sexy d'Europe !)…

 

Le tramway, propre, silencieux, écolo, prend l'art en marche : il assure la modernité, la mobilité des artistes contemporains qui peuvent s'exprimer (street art avec le tagueur-dessinateur Miss.Tic…). De Nice à Nantes, de Grenoble à Reims, de Nantes à Strasbourg, de Paris à Bordeaux, le tramway parcourt la ville à son rythme de limace rapide et mutine, dans des trajets au design moderne et novateur, changeant l'allure des ponts, la vision des canaux, la beauté des façades…Ouvrant des espaces et des perspectives jamais vues au plein coeur de la ville !!!

 

   Abandonné en 1937, la bureaucratie municipale avait à l'époque des "Glorieuses" opté pour les bus encombrants et pansus (à Perpignan, ceux, énormes, de l'agglo, créent des embouteillages, au Moulin à Vent, par exemple, car les espaces pour les arrêts n'ont pas été prévus… une avenue Paul Alduy récente, pensée pour le fils, ingrat car n'a mis que des feux et pas d'espaces sur cette voie très fréquentée...)

 

   Le tramway chasse l'idéologie du "tout voiture" et permet de rénover les places et les trottoirs, comme au Mans, comme à Nice qui conjugue art, convivialité, technologie, économie, lenteur permettant vue, réflexion, respect de l'autre et de l'environnement, temps pour dialoguer avec ses voisins de hasard… ça coûte cher…? Et les maisons du Conseil général et les temples de la Région, et les immeubles de l'Agglo, pour nos zélus et fonctionnaires inutiles, non..? Et un théâtre mal fagotté, et une faculté qu'on veut déménager... Non ?

 

   Perpignan saura-t-elle prendre le tramway en marche..? C'est vrai, on attend encore le TGV : on a trop attendu de l'extérieur alors qu'il fallait changer la ville de l'intérieur !

 

 Désir de trains, rapides ou lents…

 

 Tout n'est que désir à Perpignan …

 

  J.P.Bonnel -

 

 

* Petit train pour la sculpture :

 

La Ville de Canet-en-Roussillon et le service culturel vous invitent à découvrir l’exposition de sculptures à ciel ouvert d’Alain Vuillemet du 25 juin au 28 septembre.

 

Le vernissage de cette exposition est prévu mercredi 25 juin à 19h dans le hall du Théâtre Jean Piat.

Un circuit commenté en petit train en présence de l’artiste est prévu le même jour à 18h devant le Théâtre Jean Piat. (Attention ! places limitées).

 

Un guide de balade est disponible dans tous les points d’accueils municipaux de la Ville.

 

contact :

Virginia FERNANDEZ Service Culturel - 04 68 86 72 63 / Fax: 04 68 86 72 52

Site: www.mairie-canet-en-roussillon.fr

 

** Musée  d'art moderne de Collioure : Nouvel accrochage du musée d’art moderne de Collioure avec les dernières acquisitions et donations : Le musée, depuis des années,  continue d’accroître les collections par des acquisitions ponctuelles, sur la thématique de Collioure. Aujourd’hui, grâce à la lisibilité de ses collections, des donations significatives viennent s’ajouter à un fonds qui donne à lire l’importante histoire de Collioure, à travers le passage constant d’artistes.

 

 

ACQUISITIONS :

• Léopold Survage -Etude pour les pêcheuses de Collioure, 1928. Mine de plomb sur papier 43 x 27 cm. 

Inv. DAM 2010 007

• Gaspard Maillol - Bord de mer, vers 1925. Huile sur toile 38,5 x 55 cm. Inv. PAM 2008 126

• Jean Peské  - Côte rocheuse, vers 1920.  Pastel sur carton 48 x 62,5 cm. Inv. DAM 2008 124

• Jean Peské  - Château Royal à  Collioure, vers 1920. Aquarelle sur papier 50 x 65 cm. Inv. PAM 2005 1189 

• Jean Peské : Côte rocheuse

Pastel sur carton 48 x 62,5 cm. Inv. DAM 2008 124

                     - Plage de l'Ouille, 1936. Aquarelle sur papier 29 x 34,8 cm. Inv. PAM 2012 011

• Willy Mucha- Le filet du lamparo, 1942-1944. Huile sur toile 65 x 100 cm. Inv. PAM 2010 010

• Valentine Prax - Vendanges à Collioure, 1927. Aquarelle sur papier 51 x 72,5 cm. Inv. DAM 32008 127

• Paul Paquereau - Vue de Collioure. Huile sur papier 49 x 63 cm. Inv. PAM 2008 128

• Georges Capon - Marins à Collioure, vers 1958. Huile sur toile 38 x 46 cm. Inv. PAM 2010 009

• Ludovic Gignoux - La côte Vermeille. Collioure, 1900. Huile sur toile 46 x 61cm. Inv. PAM 2010 008

• Georges Boucart

Crépuscule à Collioure. 

Huile sur toile 54 x 65 cm

Inv. PAM 2008 123

 

• François Bernadi - Palette "Mari i vinyes veremes", 2013. Bois gravé, objets divers 167 x 91 x 24.5 cm. 

Inv. VOL AM 2013 006

 

DONATIONS : Vincent Bioulès a fait don d’une très belle série de dessins sur Collioure :

• De l'hôtel à 9h du matin/Collioure, 1972. Encre sur papier 23,5 x 14 cm. Inv. DAM 1989 228

• Collioure 5 avril 72 /18h45, 1972. Mine de plomb sur papier 14 x 23,5 cm. Inv. DAM 1989 229

• Collioure 18h30 5 avril 72, 1972. Mine de plomb sur papier 14 x 23,5 cm. Inv. DAM 1989 230

Vincent Bioulès

L’escapade à Collioure avril 72, 1972. Mine de plomb et aquarelle sur papier

14 x 23.5 cm. Inv. DAM 1989 231 

 

• Collioure sept. 62 chez les Descossy, 1972. Mine de plomb et aquarelle sur papier 13,5 x 17,5 cm. Inv. DAM 1989 232

 

* Henri De Maistre - La famille a effectué une importante donation,  à travers la Direction des Musées de France,  au musée Fabre de Montpellier, au musée de Céret et au musée de Collioure. A Collioure, la famille a donné dix pièces :

 

• La crique noire (Collioure), 1941. Huile sur papier 26 x 34 cm. Inv. PAM 2005 1180

• La crique noire (Collioure), 1941. Mine sur papier 34 x 26 cm. Inv. DAM 2005 1181

• Catalanes (Collioure), 1941. Huile sur papier 23 x 32 cm. Inv. PAM 2005 1182

• Catalanes (Collioure), 1941. Mine sur papier 26 x 33.8 cm. Inv. DAM 2005 1183

• Le port de Collioure, 1941. Huile sur papier 26 x 33.8 cm. Inv. PAM 2005 1184 

Henri De Maistre : Barque bleue à Collioure, 1941. Huile sur papier 11.5 x17 cm

Inv. PAM 2005 1188  

 

• Collioure, vue générale, 1941. Huile sur papier 26 x 33 cm. Inv. PAM 2005 1186

• Collioure, vue générale, 1941. Mine sur papier 26 x 33.8 cm. Inv. DAM 2005 1187

• Barque bleue à Collioure, 1941. Huile sur papier 11,5 x 17 cm. Inv. PAM 2005 1188 

 

* Suite à l’exposition Edouard Pignon, la famille Coutaud a fait don au musée de huit œuvres remarquables de Lucien Coutaud, compagnon de route d’Edouard Pignon lors des deux étés 1945-1946 passés à Collioure sur l’invitation de Willy Mucha :

 

• Port-Vendres, 1945. Crayon sur papier 14 x 21 cm. Inv. DAM 2014 001

• Port-Vendres, 1946. Aquarelle sur papier 14 x 21 cm. Inv. DAM 2014 002

• La côte d’Espagne après Cerbère, 1948. Gouache et aquarelle sur papier 16 x 22 cm. Inv. DAM 2014 003

• Port-Vendres, 1948. Gouache et aquarelle sur papier 16 x 22 cm. Inv. DAM 2014 004

Lucien Coutaud : Collioure, 1945

Aquarelle et gouache sur papier 

26 x 34 cm. Inv. DAM 2014 008

 

• Collioure, 1945. Crayon sur papier 26 x 34 cm. Inv. DAM 2014 006

• Collioure, les barques, 1945. Crayon sur papier 26 x 34 cm. Inv. DAM 2014 007

• Collioure, 1945. Aquarelle et gouache sur papier 26 x 34 cm. Inv. DAM 2014 008

 

** La famille Martinez a offert au musée de Collioure une très belle pièce d’Antoine Martinez sur les travaux concernant la pêche à Collioure, très appréciée du public : Pêcheurs à Collioure, vers 1963. Huile sur isorel 54 x 65 cm. Inv. PAM 2009 026

 

 

Enfin, tout dernièrement, après le vif succès de l’exposition « François Bernadi, œuvres de 1945 à 2013 »,  l’artiste a donné au musée une très belle série d’œuvres remarquables autour de la pêche à Collioure :

 

• Baie de Collioure vue d'Ambeille (Cours de Mr Hanicotte) 1934-1935. Gouache sur papier 42 x 32 cm. 

Inv. DAM 2014 009

 

• Pêche au lamparo, vers 1999.  Huile sur toile, cadre modelé par l’artiste  90 x 75 cm. Inv. PAM 2014 010

 

• Les trois pêcheurs, 1947. Huile sur toile 55 x 38 cm. Inv. PAM 2014 011

 

• Sur la plage, 1945. Huile sur toile 30 x 38 cm. Inv. PAM 2014 012

 

• Les Santoni, 1945. Huile sur toile 65 x 46 cm. Inv. PAM 2014 013

 

 

Partager cet article
Repost0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 07:52

IMGP9814.JPG  Le mas Galdric, Palau del Vidre (photo J.P.Bonnel)

 

 

L'après-midi au jardin - Les cent ans du mas Galdric (22 juin 2014)

 


Quand l'été s'ouvre dans les jardins du mas décoré par Gustave Violet, le promeneur se laisserait aller au charme de la nature domptée, au raffinement de l'architecture florale, à l'ordonnancement des roses, des lauriers, des bleus et des rouges sous la cathédrale des platanes, centenaires comme la maison de Marie Susplugas... Mais celle-ci, fille du peintre et médecin, et petite-fille du poète J.Sebastia Pons a nourri cet après-midi dominical de culture, d'art et de musique…D'amitié, aussi !

 

Pour rendre hommage aux sculpteurs Gustave Violet et Marcel Gili, elle a convoqué le peintre Michel Brigand, Brigitte Manera et Merce Palau-Ribes, qui préparent le catalogue raisonné de l'artiste roussillonnais qui décora le mas ocre aux volets verts, où un public éclairé s'est donné rendez-vous…

 

Pour retrouver l'architecture moderniste de G. Violet, on se contentera du premier n° de Terra Nostra, publié en 1994 : peu de livres et d'études (*) sur celui qui se qualifiait de "pétrisseur de boue" !Le modeleur fut ensuite architecte, dessinateur décoratif, avant de se consacrer à la sculpture.

 

En 1907 il écrit un manifeste du régionalisme culturel dans "La grande revue" : on comprend là sa conception de la maison provençale, hellénistique. "Faire comprendre ce qu'est la beauté, optant pour la sobriété dans l'oeuvre d'art. Violet s'empare du bleu intense trouvé à Sitges, al Cap Ferrat et à Mar i Cel, deux lieux essentiels pour l'inspiration moderniste.

 

La correspondance Violet/Utrillo est primordiale; en juillet 1924, G.Violet écrit : "J'ai commencé ma maison de Perpignan…Je vous pille (en prenant des éléments vus à Sitges)"

 

Les motifs des frises s'inspirent de la nature : fruits, végétation; il s'agit de faire entrer la beauté de la nature dans la maison, sensibiliser à l'esthétique naturelle…

 

Brigitte Payrou-Manera, bibliothécaire à Perpignan, commissaire d'expositions, nous invite à voir sur place les oeuvres de Violet : 

 

les enduits sculptés sur quelques façades pradéennes…la maison au 22 rue de l'Yvette à Paris, la maison (modifiée) au 21 rue de Rémuzat à Paris, encore…à Perpignan, la belle maison Ecoiffier, place Arago et, dans la rue de Sully, près de la gare de Perpignan, immeuble de deux étages et 15 place de la gare, pour les personnages catalans...

…Sant-Marti à Prades (villa de 1908) et les céramiques du même endroit (lire l'article d'Horace Chauvet, ancien journaliste à L'Indépendant)…

La maison "Gaudi" à Pézilla, près de l'église  (restauration d'une maison du 16° siècle)…

et bien sûr, ici, à Palau, au mas Galdric : les frises sous le toit, la balustrade en claustra, la corniche et la génoise, les motifs floraux et animaliers de l'art populaire…

 

Dans la nuit qui avance et le marin frais du soir, les fleurs perdent de leur luminosité et l'ombre des platanes géants contribuent à la fermeture du lieu qui s'obscurcit : c'est l'heure de l'intimité, le groupe se ramassant autour du piano, noir lui aussi, de Michel Rignol, interprétant des morceaux pathétiques, puis joyeux  de Déodat de Séverac, décrivant les souvenirs de Puigcerda, Llivia, Banyuls, les fêtes de Cerdagne et l'immortelle sardane…

 

Auparavant, le peintre Michel Brigand nous avait parlé de ses souvenirs de son professeur et maître en sculpture Marcel Gili…

 

 

(à suivre - et programme de la fondation Gili au mas Génégals)

 

 

(*)   -VALAISON Marie-Claude, Hommage aux artistes roussillonnais disparus, catalogue de l’exposition organisée au palais des Congrès de Perpignan, du 17 août au 11 septembre 1971

  • - Collectif, Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, E. Bénézit, Gründ, 1999
  • - Collectif, Art et artistes en pays catalan au XXe siècles, éd. Jeune chambre économique de Perpignan, Perpignan 2000
  • - ROMA Jori, En Gustave Violet, in Montanyes Regalades, Janer 1919
  • - MARTI I JULIA, La queixa d’en Gustave Violet, in Revue Catalane, 1915
  • - XENIUS, A n’en Gustau Violet, in Revue Catalane, 1915
  • - Article dans la Semaine du Roussillon, du 19 au 25 août 1999

- -

 

 

Auparavant, le peintre Michel Brigand nous avait parlé de ses souvenirs de son professeur et maître en sculpture Marcel Gili…

 

(à suivre - et programme de la fondation Gili au mas Génégals)

 

 

Partager cet article
Repost0
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 10:24

M.Passotti_peinture.jpg  Marguerite PASOTTI

 

 

 

    Au coeur de la ville de Perpignan, au bord du marché de la place de la République, là où les vies se croisent sans relâche, et où l'on peut, sans focément y participer, vivre cette fébrilité. Marguerite s'est installée à l'affût, à observer le foisonnement humain, ses mutations, la vie des autres...

 

 

Après des années d'études d'art diverses et souvent contradictoires, à la recherche d'une réponse à ses questions innocentes sur la création et sur elle-même, professorat de dessin, arts plastiques à la Sorbonne, métiers d'art, mosaïque, volumes, peinture, art mural, illustration, pub... Elle s'est persuadée que chacun porte la sienne en lui-même, et  son chemin : Tunis, Paris, Céret, Perpignan... d'une ville, d'une maison, d'une vie, d'une oeuvre à l'autre...

 

Une diversité de techniques : bois découpés, dessins, gravures et aussi bijoux...et toujours ce même mouvement de la matière qui se transforme, se déplace; les frémissements, translations, croissances et cheminements : la trace du temps, non pas un mouvement anarchique et convulsif, mais une empreinte profonde, lente et réfléchie de la matériau jusqu'à détruire son enveloppe...

 

Sur des volumes de récupération, bois découpés ou autres supports; trois plans : celui du peintre qui regarde, est entraîné à la limite du cadre, puis plonge à travers la figure, vers le hors-champ arrière illimité...

 

Les formes simples dans lesquelles sont entraînés des morceaux de plantes, de corps, de ciels lumineux, de l'eau, tirés du magma de la matière. Des figurs qui se forment, se déforment, se transforment...pour ne pas mourir..? Ce qui semblerait s'orienter vers une approche symbolique du monde et de la création devient un dérèglement sensible des facteurs formels et matériels que sont l'espace, le volume, la lumière et la matière...

 

Les couleurs vives et contrastées des peintures à l'huile, l'ombre, les éclats de lumière, associés à la dé-construction, nous conduisent à la limite du réel, comme si la réalité finie n'avait plus droit au repos...

 

Les dessins, très travaillés, à la mine de plomb sur bristol, aigus et suaves, pénètrent, du plan de la feuille, témoin de notre présence, vers l'intérieur de la matière par une gradation des intensités de gris, menés avec précision vers un autre espace : sensuel ou immatériel..?

 

J.P.Bonnel

 

 

Partager cet article
Repost0
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 00:29

Unknown.jpeg  (C) Picasso

 

Picasso à GOSOL

 

Je suis de retour dans la montagne du CADI, trois ans après être monté vers Pedraforcada, à partir de Saldes. Souvenirs de pâturages : les gens ici sont bons et intelligents, ils utilisent, pour séparer les parcelles, non des pierres, ni des clôtures, mais des arbres…C'est plus simple, plus humain. J'avais aussi le souvenir des cerises, deux fois plus grosses de celles de Céret, où Pablo aurait inventé le Cubisme… Le temps des cerises...

 

Ici, à Gosol, en 1906, encore dans la période rose, marquée par une ligne épurée, à la méditation sur le style roman et la peinture ibère, il ne trace pas des cubes, mais des lignes; Le cubisme, c'est Horta de Ebro. Ici, au Cadi, tout est rondeur, absence de lignes droite : le massif est rond, Piedraforcada fait le dos rond, partagé par une coulée vertigineuse de pierres et de névés… Rondeur de femme, seins de Pedraforca...

 

Je reviens à Gosol par Tuixén, par le refuge du Coll de Port, par les routes sinueuses qui montent vers les herbages et descendent vers des villages bâtis comme des forteresses sur des collines inexpugnables !

 

Tout est beau, ici : Cadi, un début de paradis ! Tout est balade, ici et les cartes sont appelées "Cami de Picasso" et des tas de livres, de colloque et un petit musée dissertent sur l'importance de ce séjour de dix semaines de l'Andalou : l'avant-garde de la Modernité, rien que ça ! 

Picasso voulait revoir la Catalogne, des amis, profiter du miel sensuel de Fernande Olivier, rencontrée à Paris, sur les pentes de Montmartre. Il remplit un "carnet catalan", source de toiles à venir, ébauches, croquis… Il peint beaucoup : arrivé à Guardiola par le train, il doit atteindre Gosol à dos de mule : il n'a qu'une serviette avec des crayons, des huiles, quelques cartons…A son retour, précipité en raison de l'expansion d'une épidémie de typhoïde, il repart avec tout un caravansérail, preuve que les tableaux (paysans, paysages, animaux dans les ocres rose, orangé, jaune, couleurs des roches qui mènent à Pedraforca) sont nombreux…Pablo a bien travaillé dans ce hameau d'ascètes à la peau cuivrée !

 

Sur la place du village, dans la seule auberge de l'époque, la pension "Can Tampanada", il peint la solitude du hameau gosolenc, il s'entretient très souvent avec le propriétaire, Josep Fontvila, un contrebandier farouche et misanthrope âgé de 90 ans…Celui-ci accepte d'être son modèle : les traits de crayon expriment la rudesse de cet homme, semblable à la désertique de ce pays, logé au coeur de l'alto Urgell, au sud de la Seo d'Urger, non loin de Berga et de l'actuel du Cadi, qui draine les Barcelonais pressés vers les stations de ski de Cerdagne et du Vallespir…

 

A plus de mille quatre cents mètres d'altitude, Gosol respire et ses habitants restent amicaux, malgré la présence des touristes et d'un camp de vacances, avec piscine et roulottes à cinq cent mètres…

 

On est en Catalogne, dans un Etat qui semble déjà indépendant car les drapeaux flottent partout et la langue naturelle est parlée dans une musique et une richesse qui la différencie tout de suite des autres idiomes… Picasso serait content de cet état d'esprit et qu'on pense ici souvent à lui, sobrement...

 

JPB

Partager cet article
Repost0
7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 20:12

 

Communiqué de presse :

 

Jacques Monory, Bachelot Caron

 

Rien n'est plus proche du vrai que le faux

 

«E=MC2» ou «Rien n'est plus proche du vrai que le fau, et bien d'autres encore... C'est décidément à Albert Einstein que l'on doit décerner l'art des formules de l'équivalence. Et à nous, à travers cette exposition qui rassemble 3 artistes, Jacques Monory et le couple Bachelot Caron, de tenter certains rapprochements entre générations et pratiques; entre peinture et photographie. Qui dit vrai, qui dit faux, la «réalité» ou l'art? Comment tout cela circule-t-il, plus ou moins librement, dans la presse ou entre les murs d'une galerie? L'art doit bien se situer au delà du «réel», sinon à quoi bon? A voir.

 

L'histoire de l'art est marquée par la multiplication des inventions visant à l'imitation de la vision oculaire. Les artistes en quête de mimésis créent des artifices afin de rendre l'illusion parfaite de la 3e dimension. L'histoire de la peinture est longue et celle de la photographie bien plus récente. Technique et discipline artistique nouvelle au regard de celle-là, celle-ci n'est pas sans incidence sur les développements de la peinture figurative moderne et contemporaine. La photographie ne pouvait pas mieux exceller dans la reproduction du réel. (C'était sans compter avec le cinéma qui allait encore accroître l'illusion de vraisemblance).

 

Cette histoire récente, nous le savons, excitait la curiosité des artistes tenants d'une peinture «figurative» les incitant à explorer de nouveaux moyens d'appréhender la réalité et à les intégrer d'une manière singulière. Mais cela appartient à de l'histoire ancienne à l'heure du tout numérique.

 

Le temps passe, oblige à des accélérations et surtout à des raccourcis Reste qu'à l'Isba, nous revenons sur le temps, nous prenons le temps. Le temps d'interroger un regard croisé sur les œuvres d'hier et d'aujourd'hui, sur les artistes que nous invitons et aussi sur nos motivations à les réunir.

 

En tant qu'image fixe, muette, bidimensionnelle, la peinture montre-t-elle plus qu'elle ne décrit? Quel rapport peut-elle instaurer avec la réalité à l'heure du tout numérique? Entre le chic des mots et le choc des photos que nous subissons sous le bombardement d'images et d'informations tous azimuts, (dont il est souvent difficile de préciser l'authenticité), leurres et falsifications envahissent le quotidien. Las de tant de réel et à bien regarder un art qui s'en approche au plus près, ne peut-on y retrouver de l'imaginaire, de la symbolique et pourquoi pas de la poésie...

- - - -

 

 

Images intégrées 1
L'association le Casot, organisatrice des évènements au bar à vin le Casot,

présente:

Soirée auteur compositeur

Avec LOIC ROBINOT + GUEST

Assiette cantonaise maison servie à partir de midi (6 EURO)


La musique commencera à 16h

Entrée gratuite pour les adhérents
(Adhésion 5 EURO l'année ou 1 EURO la journée)

Loïc Robinot, un breton de Perpignan, vient présenter un petit récital de
ses chansons, ses classiques : le Pays de pluie, la Rue du Vx Colombier
qu'il chante depuis ses débuts en cabaret, mais aussi des chansons récentes
: On va pas stresser, Comme un dimanche d'autrefois, etc...
Pour Loïc le texte demeure toujours essentiel, mais les musiques sont
également travaillées avec soin, sur plusieurs types de guitare.
Autres activités de Loïc : des albums photo édités chez Cap Bear Editions,
et un livre racontant son parcours dans la chanson et ses conversations
avec Georges Brassens dans les années Soixante-dix : Sur ma route, un
certain... Georges Brassens. Il a également publié deux recueils de textes de
ses chansons.

g_Isba14Vrai04bMonory.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   La Villa Duflot et  lIsba-art contemporain

 

 

Jacques Monory et Bachelot Caron :

 

exposition à la galerie L'ISBA, 19 avenue des Palmiers, Perpignan

 

du 22 mai au 5 juillet 2014

 

"Rien n'est plus proche du vrai que le faux." cette citation d'Albert Eisntein est mis en exergue de la nouvelle installation de Sophie Phéline et

 Isabelle Bagnouls...Bachelot Caron, Jacques Monory

Rien n'est plus proche du vrai que le faux

22 mai-15 juil. 2014

Vernissage le 22 mai 2014

Perpignan. LIsba

Qui dit vrai, qui dit faux, la «réalité» ou l'art? Dans le flot d'images et d'informations que nous recevons, leurres et falsifications envahissent notre quotidien. Cette exposition, qui rassemble trois artistes, Jacques Monory et le couple Bachelot Caron, s'essaye à certains rapprochements entre générations et pratiques; entre peinture et photographie.

Partager cet article
Repost0
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 09:12

Patrick-Loste.JPG  photos-1993.JPG photos J.P.Bonnel

 

 

JPB-et-Loste.JPG photo V. Surjus

 

Patrick Loste, au mur de la pierre, au mur de la peinture

 

 

La visite de l'atelier de Patrick Loste, ça se mérite. Aventure vers la frontière, navigation tortueuse dans l'océan des chênes-liège.

Albère, refuge, éden, utopie..?

 

Car le peintre vit en un exil choisi, loin de la ville et ses urbanités, mondanités, vernissages arrosés... Loste est un Catalan à la mémoire ancienne, qui garde ses racines à cheval sur la limite. Là, au coeur de son pays, tenter l'expérience des limites...

 

Du cheval, parlons-en ! C'est sa passion, son métier, son vrai travail. Il vit, au sens de vraiment exister, grâce à son petit troupeau, aux randonnées qu'il organise tout au long des Pyrénées... Oui, bien à cheval sur la frontière...

 

Il est un peu paysan, Patrick Loste, c'est un homme de la terre, il aime la matière, monter des murs, caresser la pierre, aller cherches des tonnes minérales pour les organiser de façon verticale.

 

Dehors, pour sa maison et dépendances, ou à l'intérieur, dans l'atelier, Patrick est devant des murs : autant de défis, de créations, de travaux durs et à longs termes. C'est pas le "mur" de facebook ou des virtuels réseaux sociaux qui l'intéressent, mais l'enceinte faite de roches, qui livre un combat contre l'avancée et les mouvements de la terre.

 

Surtout, il affronte l'invisible face au mur de son tableau, collé contre le mur immense de son atelier, vaste fresque, témoin des éclats de peinture, des jaillissements colorés qui ont dépassé le cadre de la toile...

 

Loste est un maçon, un bâtisseur, qui a inventé son domaine, son paradis, son utopie...  Face au soleil et au lointain Canigou, il se construit, et nous fabrique, de toiles sombres en tableaux noirs, une oeuvre se mouvant à la frontière -encore !- de l'abstrait et du figuratif.

 

La brosse, les pigments, l'acrylique donnent naissance à des silhouettes venues de créations antediluviennes. On croit avoir vu ces chevaux, ces ours à Niaux ou en Dordogne, sur les murs secrets d'un ventre de caverne. 

 

Mais non, c'est P. Loste qui représente dans la suie de la toile et sur le charbon préhistorique le bestiaire de la civilisation catalane : folklore, légendes, contes d'ici, de ce court pays claquemuré entre les murailles des Pyrénées, des Corbières, de la mer et du Canigou... Un pays aux désirs de réunion, de réintégration, se fermant pour mieux s'ouvrir au monde ! 

 

Telle est la vocation de cet artiste aux mains de bûcheron, aux pieds d'agriculteur, poursuivant ses labeurs matérialistes, au centre de gravité de la frontière, pour faire éclore, aux yeux de tous, le rêve et le bonheur intimes qu'il vit...dans son présent riche d'un lointain passé, dans sa culture des mythologies proches, et aussi dans sa préhistoire, où le cheval est, après la peinture, la plus belle conquête de cet homme doux et amical...

 

Partager cet article
Repost0
1 juin 2014 7 01 /06 /juin /2014 08:31

po.JPG Jean Labellie (photo J.P.Bonnel)

 

 

Exquis Poucet rêveur (extrait)

 

 

Jean Labellie a trouvé l'itinéraire qui mène du réalisme (pays minéral, chemins pierreux faits de pavés) au mysticisme : verticalité du village, tour de galets de rivière, vitraux d'église, Eus sous la montagne du prieuré de Marcevol...

 

   Les strates de la vie vous mènent à l'expérience. On choisit ou pas ces périodes, ces moments de souffrance ou de joie, semblant presque dérisoires avec le recul de l'âge, quand seuls comptent le présent à jouir et l'avenir peu sûr à envisager, à organiser ou à craindre...

 

Il y eut l'origine de la peinture avec ce premier tableau, le portrait du grand-père dans le Cantal, près d'Aurillac... L'influence, à vingt ans, de Villon, un des frères Duchamp : l'hôtel du parc, situé en face des Buttes-Chaumont, peint dans une chambre de bonne; la propriétaire était auvergnate : un autoportrait en noir et vert, très ressemblant, en 1939 : "J'étais maigre comme un clou !" 

 

Il y eut, il y eut... Et le passé défile, résumé dans le grenier-atelier de la maison d'Eus : les années soixante ont donné naissance à des toiles gestuelles... A côté, celle-ci est datée "09.08" : peinte en août ou en 2008 ? Les gammes, les influences : le loup se construit en croquant tous les moutons qu'il peut... Une vue de Paris, rue Ménadier, aux Buttes : le figuratif est toujours à l'incipit de l'itinéraire !

 

Le hasard, aussi ! 

 

Jean fit un jour connaissance du directeur des Gobelins; celui-ci connaissait Raoul Dufy, qui travaillait avec de la peinture fraîche et un medium secret : la solution se trouvait dans Tite-Live ! Jean Labellie a donc lu toute l'oeuvre du mémorialiste latin, à la bibliothèque de la rue Soufflot, et le fameux mélange se trouvait là, au coeur du livre ! 

 

Visiteur, voyeur, vous vous extasiez devant Les Bleuets de 1954 !

 

Les années d'apprentissage à Paris constituent des moments de rencontres et d'amitié : Jean se trouve avec François Desnoyer aux arts décoratifs, rue d'Ulm. Puis il est accepté dans un des ateliers des Beaux-arts, tenu par Untersteller : 

"Je lui présente une toile figurative de 1941 : trois personnages de dos, sur un chemin; après la sélection, mon tableau est mis à la première place; il me demande alors "Qui tu es, toi ?" Comme je lui apprends que je viens des Arts Déco, la toile est alors placée en seconde position... On me demande ensuite de me mettre avec une jeune fille nue, qui vient me dessiner sur les fesses de petites fleurs ! Bref, je n'aimais pas l'ambiance des Beaux-arts !"

 

 

Visiteur candide, je trouve que cet empilement de travaux, sous les toits, que toutes ces toiles qui, au hasard du rangement, se superposent ou se juxtaposent, créent un nouveau tableau, une fresque immense, nécessitant un œil panoramique... Je me dis que reconstituer, dans une galerie, ce fouillis d'une beauté plurielle et éclatée, constituerait une expérience inédite... Je me souviens du "mur" intime d'André Breton : le malheur des héritages et des successions a tué à jamais une oeuvre d'art, témoignage d'une vie, d'une quête patiente, si vite dilapidée...

 

(extrait)   J.P.B.

 

 

Dimanche 1er juin au Monastir del Camp :

 

Vous pourrez partir dès 10h à la découverte du Prieuré ou - à votre convenance - des jardinspotagers de Passa (rv à la salle des fêtes) avant de vous laisser conter «l’Art des Jardins» par Aziz Bouftila à 10h30 (toujours à la salle des fêtes).

 

Pour les amateurs de pique-nique à la fraîcheur des oliviers, les portes du Monastir ouvriront grand leurs portes entre midi et deux. Et pour ceux qui l’auront manquée le samedi, dès 14h Nicole Le Bigot vous transportera dans les coulisses historiques du Prieuré.

 

Elle sera suivie dès 15h par l’intervention sur les Oliviers de Gildas Girodeau, écrivain de renom, formateur et producteur du Domaine Oléicole du Mas Boutet.

 

Enfin, pour clôturer cette journée de qualité un concert au Jardin est proposé à 17h par la compagnie «La Lucarne Bleue» qui rendra hommage au poète Alain Taurinya dans leur nouvelle création «La fanfare des bois qu’avec les yeux j’écoute.» (avec Jean-Paul Sire, Florence Sire, Bernard Cabanne, Maryse Duquesne. 7 € l’entrée).

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 10:06

images-copie-12.jpeg  Découvrir l'artiste catalan Rabascall, critique acerbe de la société du spectacle et des idoles mythifiées par les medias dominants.

 

Ses performances sont autant de promenades ludiques au sein des icônes de la culture populaire -surtout télévisuelle- du XXe siècle du XX° siècle.

 

L'artiste Joan Rabascall fait partie d'une génération qui a vu arriver le petit écran dans les foyers et a mesuré les bouleversements de cette nouvelle fenêtre ouverte sur le monde. 

 

My Collection présente les œuvres qu'il a réalisées dans de mini-téléviseurs en plastique. Il y parodie avec tendresse et humour le kitsch des séries télévisuelles. Y défilent notamment La Joconde, Barbie, Betty Boop, la Panthère rose, Janis Joplin...

 

Les photographies de Rabascall sont accompagnées par un texte de Masashi *, évoquant l'arrivée du petit écran dans les foyers et la place déterminante qu'il a pris dans la culture japonaise.

 

En 1962, Joan Rabascall (né en 1935 à Barcelone, vit et travaille à Paris) fuit la censure et la pesanteur du régime franquiste pour s'installer à Paris où il abandonne les supports traditionnels au profit des nouveaux médias et met ses créations aux services de la Révolution en se muant en terroriste de l'image.

 

 Il construit une œuvre où il utilise et manipule les images provenant des mass-médias, créant ainsi un discours ouvertement critique sur les mécanismes, les messages et les platitudes que ces médias imposent. 

 

Le travail de Rabascall a fait l'objet d'expositions dans le monde entier, entre autres, au Centre Pompidou en 1994 et 1996, au Metropolitan Museum de Tokyo en 2000, au Neues Museum Wesserburg de Brême en 2001, au Centre d'art Villa Tamaris à La Seyne-sur-Mer en 2003, au musée Reina Sofia de Madrid en 2008. En 2005, l'Institut franco-japonais de Tokyo accueille sa série photographique "My Collection" (catalogue paru aux éditions Jannink). Le MACBA de Barcelone lui a consacré en 2009 une importante rétrospective et la ville de Barcelone lui a décerné le Prix des Arts Plastiques.

 

* Texte de Masashi Ogura, paru en 2005

édition trilingue (français / anglais / japonais)

21 x 20 cm (relié, couv. toilée, sous jaquette) - 72 pages (ill. coul.)

18 € 8.00 €  - ISBN : 978-2-91606-700-1

 

rabascall.jpg 

 

 

 

Joan Rabascall és un artista català, les obres del qual tenen un clar missatge de crítica social;[1][2][3] són especialment famoses les seves obres amb els petits televisors de joguet.

 

Recorregut artístic

Va estudiar a l'escola superior d'arts decoratives (Escola Massana) i més tard a l'escola nacional de Belles Arts de París, ciutat en la que resideix habitualment[4] des de 1962.[5] Ha estat catalogat com un dels artistes més singulars dels anomenats 'catalans de París'.[5]

De nen, Rabascall va començar a col·leccionar objectes, com porta-retrats, maquinetes de fer punta als llapis, souvenirs de petits televisors de joguet, etc., els quals amb el temps van passar a ser objectes de les seves obres.[6] Criticava i se'n reia dels mitjans de comunicació, a vegades furiós, tot i que cal situar-lo en l'Espanya de l'època franquista. Els collages realitzats a mitjans de la dècada del 1960 a París, amb retalls de diaris, parlen de l'atractiu dels productes de consum, de la fascinació per les armes, del "model de vida americà" o de les idees que es tenen dels homes i de les dones encara que no siguin del tot certes.

Durant l'època a París, va col·laborar amb els també artistes Miralda, Jaume Xifra i Benet Rossell, però posteriorment es va deslligar del grup i va iniciar la seva etapa més individual.[7]

És de destacar l'obra "Bandera Olímpica", una peça inèdita realitzada amb motiu dels Jocs Olímpics de Munic de 1972, on l'artista carrega contra el que no li agrada d'aquest esdeveniment.[8]

De tornada a l'estat espanyol, a finals de l'època d'en Franco i en els anys de la transició Rabascall realitza la sèrie "Spain is Different" (1976);[9] en aquestes obres critica fets com el turisme, la televisió o el futbol. Posteriorment fa la instal·lació "Elecciones Show", amb els temes de les primeres eleccions democràtiques i el "destape" de rerafons. En la sèrie "Paysages Souvenir" fa collages de postals de llocs que havien estat camps de concentració nazis però que ara són turístics; aquestes imatges i les de "Paisatges Costa Brava" assenyalen el turisme com una màquina transformadora que esborra la memòria dels llocs.[2]

Exposicions

Ha participat en multitud d'exposicions internacionals, i des de l'any 1964 ha exposat de manera regular en països com França, Itàlia, Estats Units, Japó i Brasil.

Entre les seves exposicions figuren les de:

  1. Jump up
  2. «Evru exhibeix les seves al.lucinants obres juvenils». El Periódico de Catalunya, 29 de gener de 2009. [Consulta: 8 de febrer de 2011].
  3. Jump up to:
  4. 2,0 2,1 «Joan Rabascall. Macba. Barcelona» (en castellà). NoTodo, 3 de març de 2009. [Consulta: 8 de febrer de 2011].
  5. Jump up
  6. «Joan Rabascall en el MACBA abre el año 2009» (en castellà). Revista de Arte, 17 de juliol de 2008. [Consulta: 8 de febrer de 2011].
  7. Jump up to:
  8. 4,0 4,1 Biografia, a ArteSpain (castellà)
  9. Jump up to:
  10. 5,0 5,1 5,2 «Imatges traïdores». El País, 15 de gener de 2009. [Consulta: 8 de febrer de 2011].
  11. Jump up
  12. «Los pequeños televisores de Joan Rabascall, forman el eje de sus montajes fotográficos. Ironías y curiosidades.» (en castellà). Club Cultura. [Consulta: 8 de febrer de 2011].
  13. Jump up to:
  14. 7,0 7,1 Rabascall. Producció 1964-1982, al MACBA
  15. Jump up
  16. «Premsa: La mirada crítica y subversiva de Joan Rabascall ilumina el Macba» (en castellà). e-barcelona, 22 de gener de 2009. [Consulta: 8 de febrer de 2011].
  17. Jump up to:
  18. 9,0 9,1 9,2 «La TV, monumento funerario» (en castellà). La Vanguardia, 5 de febrer de 1993. [Consulta: 8 de febrer de 2011].
  19. Jump up
  20. «El MACBA muestra su colección, con 250 obras recién adquiridas o donadas» (en castellà). La Vanguardia, 13 de maig de 2009. [Consulta: 8 de febrer de 2011].
  21. Jump up
  22. Agenda Cultural de la Generalitat
  23. Jump up
  24. «BAAS Arquitectes y Joan Rabascall, premios Ciutat de Barcelona de diseño y artes visuales» (en castellà). LaInformación, 4 de febrer de 2010. [Consulta: 8 de febrer de 2011]

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens