Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 octobre 2018 7 07 /10 /octobre /2018 09:17
Nus de DUFY - Maillol et une "Ile de France" -
Nus de DUFY - Maillol et une "Ile de France" -
Nus de DUFY - Maillol et une "Ile de France" -
Nus de DUFY - Maillol et une "Ile de France" -
Nus de DUFY - Maillol et une "Ile de France" -

Nus de DUFY - Maillol et une "Ile de France" -

DUFY

fin de l'expo à Perpignan

 

Il fallait tout de même voir les séjours de Raoul à Perpignan dans le musée Rigaud agrandi et rénové, restructuré : on a dit de méchantes choses sur ces deux hôtels particuliers réunis et  particulièrement saccagés pour être conformes aux normes de la technologie et aux règles de la mode et de la modernité...

 

En fait, une majorité de visiteurs le trouvent très agréable, lumineux, spacieux...et c'est vrai, quand on ne sait rien du passé du patrimoine, on peut aimer cet espace aseptisé...

 

Dufy donc, futile et facile, au trait léger, mais agréable à regarder, avec ces lumières, ces paysages, ces natures mortes... Son trait inachevé, indéterminé, volatile, montre sans se lasser l'atelier, la rue Jeanne d'Arc, la place Arago, la console, le cargo...

Et des nus de femmes, avec des variantes, debout, allongée, sans tête...et quand elles en ont une, le visage est à peine esquissé, les yeux sont aveugles et dans une sorte de spasme douloureux (voir le deuxième tableau de cet article)...

 

Nus étranges, nus nuls ... et on se rue sur Maillol et cette esquisse de L'Ile de France donnée par le regretté Claude Massé... Peu d'erreurs, c'est parfait à part le "violon-celle" dans un cartel...Quant aux petits formats de la collection de Maître Rey, le promeneur désorienté dispose enfin d'un "cartel consultable sur place", ce qui manquait lors de l'ouverture, en 2017.

 

Revenir à Dufy et à son Collioure de 1941, à l' encre de Chine et gouache...où la gouache ? Tableau venue de la "galerie Dina Vierny", qui n'existe plus, ni le modèle de Maillol, ni le minuscule local de la rue de Seine... De même, dans le Portrait d'Yvonne Nicoleau, de 1940, il est noté "aquarelle" alors qu'il s'agit de gouache...non ??

Une agréable balade, quoi qu'il en soit !

 

JPB, 6 octobre 2018

 

Conférences au Rivage des Arts


L’association Rivages des Arts reprend ses activités le mardi 9 octobre à 17 h au Palais des congrès par une conférence du professeur Carrera sur la littérature catalane pendant la Grande Guerre, puis le mardi 13 novembre sur « Les Initiés de l’an mille à nos jours » par J.-J. Bedu.
Participation de 8 € pour le buffet.
Contact : 15 rue Cloche-d’Or ou tel 06 95 68 31 05.

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2018 1 24 /09 /septembre /2018 10:46
Joseph Maureso - Musée de Lodève -  La culture ne vaut rien (Barcelona)
Joseph Maureso - Musée de Lodève -  La culture ne vaut rien (Barcelona)
Joseph Maureso - Musée de Lodève -  La culture ne vaut rien (Barcelona)
Joseph Maureso - Musée de Lodève -  La culture ne vaut rien (Barcelona)
Joseph Maureso - Musée de Lodève -  La culture ne vaut rien (Barcelona)

Joseph Maureso - Musée de Lodève - La culture ne vaut rien (Barcelona)

Peinture : Faune, fais-moi peur !

 

Faunes et satyres

Musée de Lodève jusqu'au 7 octobre, du mardi au dimanche (10h/18h)

 

Il faut revenir à Lodève, vous en profiterez pour revoir le Salagou, faire un crochet vers une grotte, un oppidum, un cirque à la Navacelles, un cimetière de Templiers...

 

Ces images du faune de l'Antiquité à Picasso, ces deux cents oeuvres étonnantes constituent une expo de culture, d'histoire culturelle. Les représentations scabreuses de ces Faunes et satyres, mi-hommes, mi-animaux, par des illustres ou des inconnus, expriment la part maudite, l'inconscient, la frustration des humains : à travers l'ivresse, la bacchanale, ce fou d'homme, exalte ses pulsions sexuelles. L'individu banal peut devenir un violeur, l'ivrogne se mue en monstre capable d'une bestialité criminelle ...

 

Les érotiques de Picasso s'achèvent en partouzes, en scènes orgiaques : tout est permis alors et, parfois, la femme est consentante : examinons les tableaux de Gervex et Cabanel !!! On est loin de #metoo...

 

Avec les yeux brillants de la nymphe. Avec ce sourire qui en dit long de la blanche jeune fille, aux allures de vierge, mais à l'esprit rêveurs de stupre...

 

On a le réflexe réactionnaire (vraiment ?) de parler de morale : faut-il montrer ces représentations de violeurs d'assassins, alors qu'il en court déjà pas mal dans nos contrées..? Par chance, très peu de très jeunes viennent à l'expo... Les scolaires de la région y sont-ils conduits..?

 Ils seraient, par moi, éconduits, ou alors, en amont, très fortement instruits et prévenus ...

 

Le musée, comme celui de Perpignan, le H. Rigaud, a été "relooké", modernisé, mis aux normes glaciales de la technique et de la mode : l'hôtel ancien a perdu, dans les salles, beaucoup de sa séduction. Cependant le contenu est passionnant : les salles sur la préhistoire, l'évolution du paysage environnnant de l'Hérault...

 

Il faudra donc y adhérer puisque nos responsables prennent nos sous pour défigurer le patrimoine... Lodève, on t'aime !

 

JPBonnel

                                                                                

Culture ne vaut rien !!! (échos de Barcelona)

 

 

BAM 2018. Del 21 al 24 de setembre (Barcelona) 

Amb més de vint anys de trajectòria (va néixer l’any 1993), el Barcelona Acció Musical (BAM) és ja un festival de referència que descobreix els talents emergents de la música dance, electrònica, rock o pop de Catalunya i del món. Marc Campillo ..Més informació



MUSIK al PARC 2018. Diumenge 23 de març (Terrassa)

El passat mes de juny s'havia de celebrar al Parc de Vallparadís el primer festival Musik al Parc, però la pluja caiguda aquest dia va impedir la seva celebració. Nova data: aquest diumenge 23 de setembre. L'esdeveniment tindrà lloc entre les onze de  ..Més informació

 

I aquests són els festivals que no us podeu perdre.
Els "Recomanats de LCNVR"




Inauguració temporada NAUB1: Concert de Roba Estesa. Dissabte 5 d'octubre (Granollers) ..Més informació




Concert de Ferran Palau. Diumenge 14 d'octubre (Terrassa)   ...Més informació

 

Concurs nit + circuit termal per a dues
persones al Balneari Vichy Catalan

 

Família! Ja tenim la guanyadora del nostre concurs: DIANA MOYA. Moltes felicitats!!

... i la resta no patiu. En breu us comunicarem més concursos amb fantàstics regals!


 

EXPO J. MAURESO du 5 au 20 octobre Cave Escoffier d'ALENYA

 

 

INVITATION :

 

et si l'autre était toi

serais-tu troublé

inquiet

rassuré

serais-tu incrédule

curieux

étonné

peut-être imperméable

distant

agressif

si cet autre était toi

lequel serais-tu

 

Evelyne Maureso

 

??????????????????????????????????????????

 

- - -

Vendredi 28 Septembre à 18h00 Librairie Torcatis

 

Autour des artistes Hélène Peytavi, Anne Slacik, Richard Meier et de l’écrivain Jean Gabriel Cosculluela et en leur présence,

 

signature de PARTITA et des JARDINS, premiers titres de la nouvelle collection Face à Main de Voix Editions,

Yves Olry sera présent avec les estampes qu'il a réalisées pour le livre de Jean Gabriel Cosculluela NOUER, aux Editions Color Gang.

 

Lectures des textes par Jean Gabriel Cosculluela.

 

 

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2018 6 22 /09 /septembre /2018 08:22
Affiche (Clara Claus) -  Expo à Banyuls (Hélène Peytavi) - Colloque WB à Marseille - Fonds W.Benjamin, médiathèque d'Argelès (photo: Clarisse REQUENA)
Affiche (Clara Claus) -  Expo à Banyuls (Hélène Peytavi) - Colloque WB à Marseille - Fonds W.Benjamin, médiathèque d'Argelès (photo: Clarisse REQUENA)
Affiche (Clara Claus) -  Expo à Banyuls (Hélène Peytavi) - Colloque WB à Marseille - Fonds W.Benjamin, médiathèque d'Argelès (photo: Clarisse REQUENA)
Affiche (Clara Claus) -  Expo à Banyuls (Hélène Peytavi) - Colloque WB à Marseille - Fonds W.Benjamin, médiathèque d'Argelès (photo: Clarisse REQUENA)

Affiche (Clara Claus) - Expo à Banyuls (Hélène Peytavi) - Colloque WB à Marseille - Fonds W.Benjamin, médiathèque d'Argelès (photo: Clarisse REQUENA)

Photos : Affiche (Clara Claus) -  Expo à Banyuls (Hélène Peytavi) - Colloque WB à Marseille - Fonds W.Benjamin, médiathèque d'Argelès (photo: Clarisse REQUENA)

 

Destination BANYULS et Marseille : journées commémoratives Walter Benjamin

 

Dates pour l'association W.Benjamin

 

* ce samedi 22 septembre, à partir de 17h, vernissage (*) de l'exposition d'Hélène PEYTAVI, "Traversées"  dans le hall de la mairie. Exposé, apéritif, entrée libre.

 

* 26 septembre, 18h : André ROGER et JPBonnel présentent le livre de la lauréate du Prix de l'essai 2018 : Anne Roche. 

Hall de la mairie, où a lieu l'exposition d'Hélène Peytavi (*) pour l'association W.Benjamin. entrée libre.

 

* Samedi 29 : à 11h, réception d'Anne ROCHE,   lauréate du prix de l'essai 2018, en la mairie de Banyuls, avec M.Le maire J.Michel Solé, des représentants du CD66, du CML, des adjoints à la culture de Collioure, Port-Vendres…la lauréate, son éditeur, André Bonet.

 Discours, remise de la médaille de la ville, dédicaces...Lecture d'extraits par l'acteur Dominique DELPIROU.

 

Apéritif offert par la municipalité.

 

* 5 décembre, 18h15 : café littéraire sur le thème de la guerre (Jünger, W.Benjamin…) par André Roger. Aux 9 Caves, 1er étage, à Banyuls, entrée libre.

 

- - -

(*) Exposition d'Hélène PEYTAVI, "Traversées"  dans le hall de la mairie du 16 au 30 septembre.  Vernissage le samedi 22,  à 17h à la mairie de Banyuls, précédé d' une présentation de sa démarche en lien avec l'association W.B. sans frontières + signature de MOUNTAINS AND SEA (édité par Richard Meier)

Exposition d' Hélène Peytavi

 

 

Nous remercions la mairie de Banyuls pour nous avoir prêté ce hall spacieux et lumineux, avec vue sur la mer, côté cour ou plutôt rue, et, côté jardin, sur la statue de Maillol, au coeur de la pelouse.

 

Je remercie l'artiste, catalane, venue de Paris pour installer et surveiller, son expo, placée sous l'égide de l'association W.Benjamin sans frontières.

 

La mer, c'est ce qu'a voulu représenter, de façon abstraite, mais lyrique, Hélène. Cependant, il s'agit d'une Méditerranée hostile, dévoreuse d'hommes, qui, depuis 4/5 ans, a englouti quelque 40 000 migrants !

 

La toile noire ou d'un bleu profond dégouline de sang et laisse apercevoir, par endroits, des espaces rouges…Plaies, stigmates...

 

La mer, si bleue, ici à Banyuls la lumineuse, est rouge entre Syrie et Turquie, entre Irak et Italie… L'Europe se ferme, comme cette mer close au milieu des terres, et c'est l'Espagne, si proche, qui accueille à présent les exilés.

 

Je pense que ces gens désespérés ne viennent pas en Angleterre ou en France pour toucher le RSA, voler notre boulot ou violer nos femmes et nos enfants…Ils recherchent l'accueil, cette antique hospitalité chère à la Grèce…Ils cherchent la liberté, la paix, avant, pour beaucoup, de revenir au pays, tels des Ulysse fatigués par l'odyssée tragique…

 

La peinture d'H. Peytavi est ainsi un art engagé, un geste politique, au sens noble.

Et sociologique avec ces photocopies d'écolier, témoins de l'apprentissage du français par ces sans-papiers qui veulent s'intégrer. Ils seront riches de cette nouvelle langue, (et n'oublions pas avec W.B. grand traducteur, grand passeur de langues, que les parlers communiquent et s'enrichissent entre eux, grâce à la traduction), et la garderont même s'ils peuvent regagner un jour la Syrie, l'Erythrée, le Yémen, etc…

 

La démarche est par là éthique et des plus louables. A vous d'apprécier l'esthétique et l'installation, qui de manière abstraite et concrète à la fois, veut mettre l'accent sur un phénomène actuel, mais en fait millénaire !

 

Les traversées, les odyssées, les radeaux de la Méduse et du désespoir ont toujours existé, hélas. Pour utiliser un vocable cher à W.Benjamin, qui traversa, lui, les Pyrénées de banyuls à Port-Bou, appelons-les "Passages". 

 

JPBonnel         22/9/2018

Convention entre la médiathèque d'Argelès et l'association Walter Benjamin (Banyuls), don en 2016

*deuxième don le 10 octobre 2018 à 10h, en présence de M. Pierre AYLAGAS, président de la communauté de communes, d'adhérents, des amis de la bibliothèque... Entrée libre, venez en nombre pour voir les nouveaux livres !!!

 

Président : Jean-Pierre Bonnel (06 31 69 09 32)

 

* 2016 : Liste de livres offerts par l'association

 

-Ecrits autobiographiques (titre 137, C.Bourgois)

 

-L'oeuvre d'art à l'époque… (Allia éditeur)

 

-Ecrits français (Folio essais °418)

 

-Essais 1 (1922/34) - Denoël "Médiations"

 

-Oeuvres 3 (Folio essais n° 374)

 

-Sur le haschich (C.Bourgois)

 

-Critique et utopie (Rivages)

 

-Rue à sens unique (Allia)

 

-Expérience et pauvreté (Payot)

 

-Correspondance de WB (Aubier 1)

 

 

*Sur W.Benjamin:

 

-Adorno : sur WB (Allia)

 

-Adorno : Amorbach (Allia)

 

-Livre en espagnol de Carlos Taibo : "WB, la vida que se cierra-Madrid)

 

-WB les ailes de la pensée (Colloque 2015 de Céret- Alter Ego éditeur)

 

-H.Arendt : WB (Allia)

 

-J.P.Bonnel : WB et A.Machado, deux destins à la frontière (Les Presses littéraires)

 

 

**Oeuvres de/sur WB à la médiathèque d'Argelès

 

-Daniel BENSAID : WB, sentinelle messianique (Plon, 1990)

 

-J.Michel Palmier : le chiffonnier, l'ange...

 

-J.P.Bonnel : Le chemin ultime de W.Benjamin (Cap Béar)

 

**2018 : à suivre...

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2018 4 06 /09 /septembre /2018 10:29
Serge Kamké chez lui, brd Clémenceau, à Perpignan, en 2014 (photos Jean-Pierre BONNEL)
Serge Kamké chez lui, brd Clémenceau, à Perpignan, en 2014 (photos Jean-Pierre BONNEL)
Serge Kamké chez lui, brd Clémenceau, à Perpignan, en 2014 (photos Jean-Pierre BONNEL)
Serge Kamké chez lui, brd Clémenceau, à Perpignan, en 2014 (photos Jean-Pierre BONNEL)
Serge Kamké chez lui, brd Clémenceau, à Perpignan, en 2014 (photos Jean-Pierre BONNEL)
Serge Kamké chez lui, brd Clémenceau, à Perpignan, en 2014 (photos Jean-Pierre BONNEL)
Serge Kamké chez lui, brd Clémenceau, à Perpignan, en 2014 (photos Jean-Pierre BONNEL)
Serge Kamké chez lui, brd Clémenceau, à Perpignan, en 2014 (photos Jean-Pierre BONNEL)
Serge Kamké chez lui, brd Clémenceau, à Perpignan, en 2014 (photos Jean-Pierre BONNEL)
Serge Kamké chez lui, brd Clémenceau, à Perpignan, en 2014 (photos Jean-Pierre BONNEL)
Serge Kamké chez lui, brd Clémenceau, à Perpignan, en 2014 (photos Jean-Pierre BONNEL)

Serge Kamké chez lui, brd Clémenceau, à Perpignan, en 2014 (photos Jean-Pierre BONNEL)

Mort de Serge Kamké (5 sept. 2018)

 

Rencontre avec le peintre Serge Kamké

 

J'avais rencontré Serge Kamké à l'occasion du vernissage de la rétrospective Martin-Vivès à Saint-Cyprien. Je lui ai parlé de mon projet de livre sur la "mémoire culturelle" en Roussillon-Catalogne. Intéressé, cet homme discret, modeste, m'a donné rendez-vous chez lui, à Perpignan.

 

L'appartement, qui s'ouvre sur un grand boulevard du centre-ville, est aussi l'atelier de l'artiste. Je suis accueilli par la gentillesse et un grand soleil de février... 

 

Nous allons dérouler l'existence longue et riche de ce peintre figuratif sensible à toutes les nuances de bleus et privilégiant la représentation de personnages immobiles.

 

* Cet artiste, installé depuis des décennies à Perpignan, né à Toulouse, est parisien, d'origine nordique et catalan d'adoption par ses parents, et a passé son enfance et son adolescence à Barcelone.

 

Issu d'une famille du Nord de la France, il été élevé au Sud, en Catalogne. Barcelone était à l'époque une ville très cosmopolite... 

 

Il n'était pas programmé pour venir à Perpignan; il a passé son enfance à Barcelone. Cette ville est, avec Paris et Toulouse, un des meilleurs souvenirs. "J' aime Perpignan parce que c'est le lieu où je réside. J'aime les villes, les musées, les galeries de peinture; je vais très souvent à Toulouse, à Paris ..."

 

Au lycée français de Barcelone, S. Kamké apprend à côtoyer des collégiens de nationalités très différentes. Il découvre la peinture en observant le savoir-faire de son oncle, le peintre Georges Kamké, qui venait, de Paris. Serge Kamké est attiré par le dessin; il entend parler de la célèbre salle Parès de Barcelone, d'artistes catalans, ainsi Santiago Rusiñol.

 

Puis c'est l'horrible guerre civile en Espagne, suivie de celle de 1939/45 : ces événements tragiques perturbent de fond en comble son existence familiale...

 

Arrivé en France à la suite des événements, il subit alors les années noires. Après la guerre, il reprend ses études aux Beaux-arts, aux académies libres...Il découvre les galeries parisiennes et fréquente la "Grande Chaumière".

 

"A l'âge de seize ans, je suis confronté à la guerre civile de 1936 en Espagne. Le consulat nous a conseillé d'aller en France et là je suis mobilisable, mais non mobilisé ! Je n'ai pas eu vingt ans, je n'ai pas connu ce bel âge... A la fin de la guerre, j'avais vingt-six ans...

 

Après toutes ces années terribles, je me suis remis totalement au dessin et j'en ai vécu, jusqu'à ma nomination aux Beaux-arts de Perpignan, sur concours."

 

En Roussillon, il se lie d'amitié avec Jean-Jacques Prolongeau et Roger Maureso, deux grandes figures de l'art roussillonnais...

 

"Je ne dirai pas de mal du Perpignan culturel, bien au contraire, étant ancien professeur à l'Ecole des Beaux-Arts. Au début, nous étions quatre, puis vingt-cinq, vingt ans plus tard... J'ai éprouvé des difficultés pour m'intégrer; puis je me suis adapté... Les Catalans ? Quand on a des amis ici, ils sont fidèles...

 

J'ai été reçu à un concours d'Etat, après la guerre; j'ai commencé à enseigner au collège Jean Macé; j'aime la pédagogie...

 

Ensuite, avec Prolongeau, l'école de dessin s'est transformée en Ecole des Beaux-Arts, très appréciée dans tout le bassin méditerranéen. J'appréciais en particulier mes collègues Germain Bonel, Huguette Béziat, Gony, très gentils... qui sont devenus des amis..."

 

Serge a été nommé professeur titulaire, sur concours, aux Beaux-Arts; enseignant la discipline des arts graphiques dans laquelle le dessin est roi; il demandait à ses élèves des dessins au crayon très précis. 

 

"Mme Béziat elle voulait, par exemple, que l'on dessine un artichaut coupé en deux : c'est formidable, un artichaut ! Ou des squelettes de poissons : ça devient des monstres ! Elle faisait dessiner à partir d'éléments naturels; il fallait les analyser et traduire par le dessin ce que l'on voyait...", explique S. Kamké.

 

"On travaillait aussi à l'aquarelle, à la gouache,à l'acrylique, avec des outils agricoles rouillés... On se familiarisait avec les différentes techniques.

 

Je suis resté plusieurs décennies aux Beaux-Arts; j'y ai créé l'atelier d'arts graphiques et j'ai organisé des expositions et quelques événements dans le cadre de l'école ; sur le livre, les jaquettes, le grand art et l'affiche, en m'inspirant des Suisses et des Russes, qui ont compris qu'on pouvait être à la fois peintre et publiciste..."

 

J'ai exposé dans une galerie pour la première fois à Paris, puis à Perpignan, à la galerie de "La main de fer"; ensuite à la salle Arago, qui a peu à peu décliné...

 

Bien plus tard furent créées les galeries de Thérèse Roussel,  de Madame Gueynoun, avec L'Olympe, de Roger Castanl, avec la Castangalerie, puis la salle basse du Palais des Congrès, la Maison de la Catalanité...

 

J'ai connu et apprécié Manolo Valiente, Balbino Giner... J'ai aussi connu Maître Marius Rey, un personnage extraordinaire, amoureux fou de la peinture et ami des artistes : sa collection de tableaux miniatures se trouve au musée Rigaud.

 

Une de mes toiles de très petit format figure dans la collection du musée Rigaud; c'est Martin Vivès qui avait acheté deux de mes tableaux pour Rigaud : il adorait recevoir des artistes chaque samedi soir, dans le Didi's, sa villa de Canet-plage; il a hébergé des peintres qui sont devenus ses amis...

 

Il était aussi correspondant d'un journal d'art, qui avait quelques centaines d'abonnés. Il participe tous les ans -depuis trente ans !-  à l'événement "Art en Capital", au Grand-Palais, à Paris : "Voyez les catalogues, avec les tableaux exposés à cette occasion : "Le retour", "Les menhirs"...

 

"Ma peinture est figurative, libre; je suis classique sans être académique. Je ne transforme pas le sujet; ma peinture, parfois, est presque abstraite... Je ne raconte pas d'histoires : pas de narration, pas de message à délivrer, mais une suite de réactions, d'impressions, ou de sensations...

 

Je place dans le tableau quelques personnages car cela donne une échelle dans le paysage... Mes personnages sont souvent des figures sévères, silencieuses, mais figées..."

 

S. Kamké a aussi donné parfois des cours de dessin, à l'atelier boulevard Clémenceau : "A présent, je suis égoïste, je travaille pour moi... »

 

La peinture, aujourd'hui, ce sont les petits formats, en attendant que les doigts veuillent bien fonctionner à nouveau ! Il y a eu une évolution dans ma peinture : elle naît à présent de lieux mystiques, austères, minéraux...J'ai l'air "rigolard" en apparence, mais on a tous deux faces opposées... J'aime beaucoup la montagne, le ski; cependant, depuis un an, je regrette de ne pas pouvoir m'adonner à cette passion... 

 

J'exalte, dans ma peinture, le silence et la solitude; mes personnages ont l'air mutiques, inhibés... Au départ, avant de commencer un tableau, j'ai une sensation : une sorte de sévérité...

 

Jean-Pierre BONNEL

Perpignan, 11 février 2014

 

(texte à paraître avec d'autres "Rencontres" : mémoire culturelle du Pays catalan (si un éditeur est intéressé...)

RENTRÉE DU CML

 

AUX SOURCES DU « GRAND BLEU »

 

Jean-Marc Barr et Francine Kreiss donneront une conférence, aujourd'hui à partir de 14h30 à la CCI

 

La saison du CML débute par une rencontre grand-public avec les deux parrains du Visa Off, l’acteur Jean-Marc Barr et la championne de l’apnée Francine Kreiss, tous deux passionnés de photographie. En 1988, Jean-Marc Barr a été révélé par « Le Grand Bleu ». Dix ans plus tard, il réalise « Lovers », son premier long-métrage. Entre les deux, l’acteur français d'origine américaine , symbole d’une génération, a pris goût à la photographie. Une passion pour l’image qui est vitale pour lui. Après le succès du Grand bleu il a tout de suite réalisé « que si je me prenais au sérieux, écrit-il, je me tirerais une balle dans la tête ». Le cinéma est pour lui un travail. Alors, il a fallu qu’il cherche d’autres activités pour accompagner ses envies. Il trouvé la photographie à ce moment-là. Lors de sa conférence, il  évoquera les clichés de son exposition « East/West » qui nous offre une série de photos prises avec un Leica M6. Tranches de vie saisies sur le vif, il nous fait partager ses moments de vérité. Rire, enfant, couple, amour, voiture, ses photos parlent de lui, de nous, l’émotion y est palpable. Jean-Marc Barr dédicacera son livre de photos personnelles  « Instantanés » (Gallimard).

Francine Kreiss, championne d’apnée, photographe et journaliste française, évoquera lors de la conférence les clichés de son exposition « My Wild Office », qui est un tour d’horizon de son « bureau » mouvant. Son travail est sans fioritures : « Je plonge en apnée, sans bouteille, sans moyen pour respirer, sans lumière, autrement dit sans artifice autour » confie l’artiste. « Je montre ainsi vraiment, uniquement, ce qu’on peut voir quand on plonge avec un masque et un tuba. » 
Elle vient de publier un premier livre plein de mystères, « Le squale » (Cherche-Midi). Le récit de cette fascination entre une femme de haute moralité et un meurtrier était incroyable. Le livre démarre sur un curieux hasard, dans un bar du port d’Hyères. Un homme accoste notre narratrice (plongeuse en apnée de renommée internationale) pour lui soumettre une idée de récit sur Toussaint Recco, un plongeur légendaire qui officiait en corse à Propriano… Véritable thriller du réel ce roman nous offre dans une langue fabuleuse un face-à-face sidérant qui nous emporte au-delà du bien et du mal. 

Entrée libre 
 
 
Emmanuelle Malé
Administration du CML - Secrétariat des Prix Méditerranée
CML - Hôtel Pams - 18 rue Emile Zola - 66000 Perpignan
Tél. +33 4 68 51 10 10
Port. +33 6 69 79 15 01
www.cmlprixmediterranee.com

 

Partager cet article
Repost0
24 août 2018 5 24 /08 /août /2018 06:00
Laure Maltese (ELNE) - Santiago VINAS (Castelnou) -
Laure Maltese (ELNE) - Santiago VINAS (Castelnou) -

Laure Maltese (ELNE) - Santiago VINAS (Castelnou) -

Mercredi 29 Août 2018   18h- 21h - VERNISSAGE 

Ré - inventer la couleur

Galerie de Santiago  VIÑAS

5 carrer del Mig   CASTELNOU

+33 7 77 30 39 14     +33 4 68 63 92 85

 

Pour Eluard, "la terre est bleue comme une orange ", et pour Santiago ViÑAS, la couleur s'interprète comme un texte de théâtre ! 

Cette nouvelle exposition à Castelnou, village de sa famille, nous permet de voir le monde avec ses yeux d’artiste complet : Jacques VIÑAS, dit Santiago, est aussi un comédien qui interprète toujours des textes fondateurs de la culture européenne, d’auteurs  importants tels que Rilke ou Rimbaud. Il se produit sur scène seul ou en compagnie d’autres comédiens prestigieux, dont son amie Marie-Christine BARRAULT.

 

N’oublions pas que Castelnou est l’un des dix plus beaux villages médiévaux de France et que la route qui y conduit en partant de Perpignan passe par Thuir, de quoi régaler toutes les curiosités culturelles et gustatives puisque Thuir est à l’origine du développement du vin de Byrrh. La galerie de Santiago VIÑAS vous ouvre ses portes et vous offre une jolie halte à Castelnou le mercredi 29 Aout prochain, pour ce vernissage de travaux inédits ou une re-découverte des plus anciens, à partir de 18h, au 5 carrer del Mig. Cette exposition sera en place jusqu’en novembre, avec visite sur réservation téléphonique à partir de fin- septembre. L’exposition est organisée par L’association (Loi 1901) D.A.D.O.U - Des Artistes et Des Oeuvres Uniques. A très bientôt ! 

 

Sujet : VERNISSAGE à la Galerie de Santiago VIÑAS 

Titre : Ré-inventer la couleur - Mercredi 29 aout 2018 

Lieu : 5 carrer del Mig  - Village de Castelnou - de 18h à 21h

Parking à l’arrivée à Castelnou, en bas du village

Galerie  Santiago VIÑAS   +33 4 68 63 92 85 - Horaires 11h-18h - Visites sur réservation téléphonique à partir de fin septembre. 

L’association (Loi 1901) D.A.D.O.U - Des Artistes et Des Oeuvres Uniques 

6, rue de la Vieille Intendance - 66000 PERPIGNAN

Elne : Un atelier de restauration d'art en Ville Haute :

Laure Maltese rénove, revisite, réhabilite...

« Le temps de l'Art devient soudain l'art du Temps... »

 

Installé au cœur de la vieille ville, l'atelier de Laure Maltese offre une seconde vie à vos œuvres.

Restaurer est une opération technique qui a pour but de prolonger la vie d'une œuvre en ralentissant le processus de dégradation dû au vieillissement de sa matière à un accident extérieur naturel ou provoqué par l'homme.

Les interventions effectuées au cours de la restauration sont faites dans le respect de l’œuvre : lisibilité, stabilité, réversibilité.

La restauration d'art assure la transmission du patrimoine privé au public, dans un souci déontologique d'authenticité. Qu'il s'agisse d'une opération de nettoyage à moindre frais ou dune intervention plus importante, le travail de restauration assure la conservation d'une œuvre et en augmente la valeur !...

La restauration à la feuille d'or selon les techniques traditionnelles à la colle de peau de lapin permet de conserver l'intégralité de l’œuvre originale, conformément au style et à l'époque de l'objet restauré. La dorure sur bois concerne tous les objets en bois doré (cadres, miroirs, statues, consoles...) .

Laure Maltese est diplômée  (en 2004) de l'école de restauration de tableaux de Châteaurenard (ATEC), au titre de technicienne supérieure en restauration d’œuvres picturales. Elle exerce la restauration d’œuvres d'art depuis huit ans déjà.

L'atelier réalise des travaux de conservation et de restauration  qui s'adresse aux collectivités, à une clientèle privée,  aux collections particulières, aux marchands, aux antiquaires... 

Laure Maltese – Restauration de tableaux – Rue du Couvent – Parking Sant Jordi – 66200 Elne (à côté de l'Office du Tourisme) 

Tel : 06 72 92 94 71 - e-mai :  "mailto:laure.maltese@yahoo.fr"laure.maltese@yahoo.fr

Site web:  "http://www.atelierlauremaltese.fr/"http://www.atelierlauremaltese.fr  

 

Jean IGLESIS

Débat, polémique, dialogue :

 

Commentaire de 

esthétiqueabjection338 (le 24/08/2018 04:21) 

à mon article du 12 janvier 2018 :

 

L'écrivain Céline censuré : ses pamphlets antisémites ne seront pas publiés par Gallimard (cette année, du moins...)

 

Salaud, odieux, raciste, nauséeux, délateur, l'auteur duVoyage...est tout cela ! La mort, aurait-il mérité, comme Brasillach, le putain de nazi ! Le Céline, aussi, nazi, plus que collabo, boucher dans ses mots, ses articles des revues infamantes de Vichy et de l'extrême-droite fasciste, l'aurait mérité la mort; a goûté la prison puis l'exil, a souffert un peu, mais pas assez, l'ordure !

 

On comprend les gens qui veulent censurer TOUTE l'oeuvre de Ferdinand Destouches: pas seulement ses "romans allemands", ses saloperies pamphlétaires, mais aussi ses chefs-d'oeuvre, car eux aussi, c'est exact, sont remplis de racisme -qui est un délit, pas une opinion - mêlant les juifs et les nègres dans une haine incroyable.

 

En effet, Céline se nourrissait de la haine, il la cherchait, ainsi que les malheurs, les catas, les épreuves, les horreurs pour alimenter son oeuvre et transmuer en or - je veux dire en STYLE - le machiavélisme et la barbarie éternelle des hommes ! Abject le racisme de ce génial écrivain, intellectuel méprisant du bourgeois, médecin des pauvres, menant une vie de misérable, jouant au martyr pour aller au tréfonds de l'immonde...

*Lire l'excellente biographie d'H. Godard (Gallimard)

 

Le biographe défend la publication des oeuvres maudites car sa verve, au service de la propagande nazie, est encore souvent verve, ironie, trouvailles stylistiques, même si la logorrhée anti-juif et la rhétorique facile dominent...

 

Comme dans son Retour d'URSS, où il dit la beauté poétique de St-Pétersbourg... Où il écrit bellement la pollution à Moscou...

 

Interdire Céline est une hypocrisie car ses oeuvres sont disponibles dans le monde virtuel ! Le censurer, c'est censurer son style, même si celui-ci ne doit pas être un argument pour dédouaner ce salopard ! Il fallait l'envoyer au bagne, le faire souffrir à petits feux..Et encore aurait-il été content : ce martyre nouveau lui aurait tiré de nouvelles pages éternelles !

 

Il faut refuser toute censure en littérature et ailleurs, surtout 70 ans après. Le censurer, l'infâme, à son époque, oui, dans son contexte, que diable, mais la France était régie par des Français fascistes et antisémites ! Alors, la parole tueuse était libre...

 

Publier ou pas ces Bagatelles… (qui n'en sont pas !), que feriez-vous, vous..? 

JPBonnel

 

* Réponse : 

 

Selon un certain Stéphane Zagdanski, dans une émission diffusée sur Arte en 2011 les pamphlets de Céline sont des « textes très drôles, étonnants de comique »,propos qu’il répète en espérant qu’ils produisent un sens.La thèse très célinienne de l’écrivain clown,paranoïaque et délirant est grotesque.Cette émission est un tissu d’erreurs,de contre-vérités,un galimatias de non-sens inspirés par un inquiétant aveuglement.

Cet aveuglement,très célinien également,est délirant,débilitant,nocif,dangereux.Il porte un nom :l’antisémitisme.Les « pamphlets » de L.F. Destouches ne sont pas « stupéfiants » mais criminels.Non « Bagatelles pour un massacre » n’est pas un « traité de style » :selon LF.Destouches la littérature c’est de la merde et,pour la bien pratiquer,il conviendrait de « bien chier » (« chie pas juste qui veut »).Est-ce une position esthétique ?Non,c’est la volonté de promouvoir un projet esthétique inspiré par l’abjection.Non,l’histoire du XXème siècle n’est pas un « délire »,la littérature ne l’est pas davantage. « Un écrivain, un génie est en lutte contre son époque, il ne collabore pas avec son époque, il ne fait pas confiance à son temps »ajoute M.Z.

Ce M.Z. est visiblement peu informé et se laisse aveugler par son amour pour ledit Céline qui échappa au poteau d’exécution parce qu’il prit la fuite, la « merde au cul »….

Il est attesté que M.LF Destouches a été un collaborateur actif et zélé des nazis (agent du Sicherheitsdienst ou SD dirigé par Heydrich) et a même appelé au meurtre de différents écrivains parmi lesquels Robert Desnos, assassiné dans le camp de Terezin.Robert Desnos, lui, a résisté à son temps avec un courage exemplaire et l’a payé de sa vie..L’antisémitisme, indissociable de la haine de l’Occident démocratique, a été une affaire très sérieuse, la seule sans doute, pour Céline : si on l’occulte il reste bien peu de choses de son « œuvre ».

Pour ma part je préfère amplement la truculence langagière de Rabelais ou celle de Clément Marot. Certains voudraient à toute force réhabiliter Céline pour des raisons peu avouables.

Qu’ils se rassurent : Céline est bien parvenu à se hisser au sommet d’un seul podium, celui des plus grands écrivains racistes et antisémites de tous les temps.

 

**à vous la parole...

 

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2018 2 17 /07 /juillet /2018 09:07
Nicolas Daubanes à  Jau

Nicolas Daubanes à Jau

France Culture consacré une émission ce mardi au musée de Lodève rénové.  La directrice de l'établissement est invitée à Paris alors que la ville, isolée, excentrée, pèse peu dans la région  occitane : 7500 habitants. La municipalité a choisi le tout-culture pour faire de la modeste cité une destination : plus de 50 000 visiteurs attirés, l'été, par le musée et des expos originales d'envergure nationale...

 

Et Perpignan après la refonte du musée Rigaud..?

Pas de France-Culture qui est venue pour les gitans de st-Jacques il y a 2 ou 3 ans... Pas de P. DAGEN, le critique du journal Le Monde qui, l'été dernier, s'est arrêté à l'exposition du château de Jau, à Cases de Pène, près d'Estagel mais pas pour le Picasso de Perpignan...

Cet été viendra-t-il pour Nicolas  Daubanes, ancien des Beaux-arts de Perpignan, ou pour le Dufy du musée H. Rigaud..?

 

Qui saura communiquer pour obtenir une image positive de notre ville..?

 

Jpb

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2018 5 06 /07 /juillet /2018 07:24
La belle Maria de Thierry DOLORY (C) Michelle Bayart - Maillol - Bernardi et le maire, M.Manya - WODA - Maison du Roy à SIGEANSoulages à BAGES -
La belle Maria de Thierry DOLORY (C) Michelle Bayart - Maillol - Bernardi et le maire, M.Manya - WODA - Maison du Roy à SIGEANSoulages à BAGES -
La belle Maria de Thierry DOLORY (C) Michelle Bayart - Maillol - Bernardi et le maire, M.Manya - WODA - Maison du Roy à SIGEANSoulages à BAGES -
La belle Maria de Thierry DOLORY (C) Michelle Bayart - Maillol - Bernardi et le maire, M.Manya - WODA - Maison du Roy à SIGEANSoulages à BAGES -
La belle Maria de Thierry DOLORY (C) Michelle Bayart - Maillol - Bernardi et le maire, M.Manya - WODA - Maison du Roy à SIGEANSoulages à BAGES -
La belle Maria de Thierry DOLORY (C) Michelle Bayart - Maillol - Bernardi et le maire, M.Manya - WODA - Maison du Roy à SIGEANSoulages à BAGES -
La belle Maria de Thierry DOLORY (C) Michelle Bayart - Maillol - Bernardi et le maire, M.Manya - WODA - Maison du Roy à SIGEANSoulages à BAGES -

La belle Maria de Thierry DOLORY (C) Michelle Bayart - Maillol - Bernardi et le maire, M.Manya - WODA - Maison du Roy à SIGEANSoulages à BAGES -

*Maillol à Banyuls  les années DINA.

- - -

WODA censuré à Perpignan : le plafond de l'hôtel PAMS s'effondre ! Pas d'autre salle disponible..?

- - -

Collioure le 3 juillet 2018,

 

La salle François Bernadi baptisée par le peintre

 

François Bernadi ayant été honoré qu’une salle du centre culturel de la commune porte son nom, il offre un tableau à la municipalité, réalisé spécialement pour l’occasion. Des retrouvailles hautes en couleurs en compagnie de son ami d’enfance « P’tit Louis » avec lequel ils se remémorent des souvenirs de jeunesse et entament en cœur des chansons d’autrefois.

 

François Bernadi et Jacques Manya, maire de Collioure, accompagné de ses élus et de quelques amis du peintre, l’ont accroché dans l’ancienne salle du petit salon qui s’appelle désormais la salle François Bernadi. Ce tableau représente une mise en scène de la pêche traditionnelle, les barques aux voiles latines tirées sur la plage du Boramar, les ravaudeuses de filets, les pêcheurs rentrant le poisson du jour, prêts à retrouver la terre ardue, pentue des terrasses de la vigne ;  un hommage à son amour pour la ville. 

- - -

Céret : 

REVUE DE PRESSE #ExpoMehadji

 

L'artiste Najia Mehadji peint la "Vague" (2018) spécialement pour l'exposition "La trace et le souffle" au Musée d'Art Moderne de Céret via M le magazine du Monde

 

- - -

CANET : 

présentation d'une cinquantaine de mes moyens et petits formats en ce début d'été 

à Canet plage, 21 rue des orangers,

visite libre sur rendez-vous au 06 15 15 01 43.

 

au plaisir de vous rencontrer et de vous montrer ces dernières peintures...

 

Joseph

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2018 4 05 /07 /juillet /2018 09:00
  Najia Mehadji : article dans LE MONDE - photos d'Yvette LUCAS
  Najia Mehadji : article dans LE MONDE - photos d'Yvette LUCAS

 Najia Mehadji : article dans LE MONDE - photos d'Yvette LUCAS

Arnaque First voyage

Avec le numéro de juillet du mensuel CLASSICA (auparavant Le Monde de la musique) auquel je suis abonné depuis des lustres (groupe Le Monde), je reçois une pub pour un voyage à Chypre (moins 80 %, soit 150 euros !!) On a envie de foncer et de s'inscrire, mais avant voir les commentaires sur le net ! Et là, c'est la consternation : on comprend qu'il s'agit d'une arnaque et la revue, si sérieuse, est complice de cette agence de voyage sise à Strasbourg... JPB.

 

***23 avr. 2013 à 15:07

Nous revenons d’un voyage culturel en Lycie avec First voyage.

L’offre était effectivement très attractive 129 euros pour le vol, les visites et les hôtels plus 120 euros de taxes supplémentaires car nous voyageons en avril.

Nous ne sommes vraiment pas des adeptes des voyages organises mais comme nous avions reçu l’offre dans notre journal Le Soir nous pensions que c’était une preuve de qualité.

Aucun problème pour les vols en compagnie charter.

A l’arrivée, accueil peu chaleureux du guide qui dès le bus au complet, propose d’un ton péremptoire de prendre un « package » de 229 euros pour des visites culturelles complémentaires ainsi que les repas de midi et du soir. Il nous explique que vu que nos hôtels sont toujours éloignés des centres villes, il est impossible de trouver des petits restos et nous sommes, en quelque sorte obliges de prendre ce package. Payable en cash ou par Visa moyennant un supplément de 5 euros !

Les hôtels soi-disant 5 étoiles n’en ont pas deux ailleurs, salles de bain petites ou le silicone est noirâtre ou la porte des douches ne ferme pas, ou l’eau de la douche ne s’écoule pas …lits inconfortables. Toujours au milieu de nulle part et donc nous oblige d’y manger a peu prés toujours le même mauvais buffet du premier au dernier jour. Si il y a généralement un Spa, il est payant et vu que nous arrivons tard nous n’avons pas le temps d’en profiter.

 

Au petit déjeuné les jus d’orange frais sont payant (3 euros)

 

Les boissons non comprises sont à des prix astronomiques, pour des vins de très mauvaise qualité.

On sent un souci de faire bon marché en proposant des mauvais produits, du vin et du lait coupé à l’eau par exemple, une orange ou une pomme comme dessert.

Les visites culturelles étaient bien mais minutées et notre guide cultivé mais fort désagréable et imbu de lui.

Les deux derniers jours nous n’avons fait que visiter les « sponsors » comme ils disent. On nous a trimballés chez un vendeur de tapis, après la visite dans le bus, notre guide nous a tenu un discours lourds de reproches car nous n’avions rien acheté.

Puis longues visites chez les bijoutiers et les marchands de cuir ou les prix sont exagérés et d’où on sent l’arnaque.

Ils deviennent désagréables des qu’on ne montre pas d’intérêt pour leur produit.

En fin de compte, ce voyage n’est pas si bon marche puis que nous avons paye 129+120+229 euros, on vous attire par un prix très attractif puis la note gonfle.

Maintenant certaines personnes apprécient peut-être ces buffets fades et monotones, ces hangars froid ou on allonge des longues tables pour parquer ces hordes de touristes. Nous, nous avons eu le sentiment

d’être considéré comme du bétail et qu’on voulait nous faire cracher jusqu’à notre dernier centime en nous proposant d’acheter de la pacotille.

 

 En conclusion, je dirais que la Turquie mérite certainement qu’on la visite mieux que ça. J’y retournerai avec mon guide du routard.

www.lesarnaques.com , association pour la défense des consommateurs


Le forum "Les Arnaques" est fermé. Ses archives sont maintenues en ligne par Net-Litiges et Signal-Arnaques.com

Vers le contenu



[Résolu] first voyage

 

Sujet verrouillé

Dans ce sujet… 

7 messages • Page 1 sur 1

 

[Résolu] first voyage

par panga35 » Jeu 19 Fév, 2015 à 23:04:12

Bonjour, 

j'ai une affaire rocambolesque avec first voyage que j'ai connu dans un abonnement magasine ou il propose des voyages en turquie a des tarifs plutot intéréssants.

J'ai effectuer une réservation pour un superbe voyage a chypre et en turquie pendant 8 jours pour environs 350 euros par personnes du 11/03 au 18/03.

il y a quelques jours First voyage m'annonce par courrier que mon voyage est annulé ; il me propose donc un autre voyage mais a des dates différentes.

J'ai aussitot appelé la compagnie pour etre sur de pouvoir partir en vacances aux dates convenues de départ, nous avons pu réserver enfin aux dates prévues.

J'ai recu le descriptif de ce nouveau voyage qui m'as vraiment décu par rapport au voyage précédent qui ne fournissait pas du tout les même prestations et pas autant de découverte

culturelles.

j'ai donc rappeler le service client pour avoir une information, ma question été clairement posée a la conseillère : est ce que je peux résilier mon contrat avec cette agence sans aucun frais

du fait que l'agence a supprimé mon premier voyage et bien que j'ai effectuer une nouvelle réservation de voyage, celui ci ne me plait pas au vu du descriptif que j'ai recu par courrier.

 

la conseillère me répond en premier temps que j'aurais des frais quand même puisque je veux annuler un voyage que j'ai réserver, j'ai contre argumenter et celle ci a changer de discours me disant qu'elle ne sait pas finalement si j'aurais des frais a payer ou pas. Elle me conseilla simplement d'envoyer un mail d'annulation de ce voyage avec explication et elle m'indique que le service me répondra pour m'informer sur le sujet.

 

J'ai donc envoyer un mail annoncant que je voulait annuler mon voyage et sans aucune pénalité en m'appuyant sur un article que j'ai pu trouver dans leurs conditions de vente.

J'ai recu ensuite le lendemain un mail très concis m'indiquant que ma demande sera traiter sous 3 semaines.

Mon voyage étant dans moins de 3 semaines, cela est donc impossible !

 

Je rappel donc une nouvelle fois le service client et tombe sur la même conseillère que j'ai eu au téléphone la veille en fin d'après midi, je lui demande s'il est possible d'avoir la réponse a ma question

plus rapidement, celle ci m'annonce d'abord qu'elle ne peut pas me répondre et que je dois attendre le mail , j'insiste sur le fait de "l'urgence" de la situation; celle ci me répond que de toute façon mon voyage a été annulé, lors de cette discussion houleuse elle m'annonce non seulement que mon voyage a été annulé a ma demande par mail alors que c'est elle qui m'as conseillé d'envoyer un mail de demande d'annulation pour recevoir les informations que je souhaitais avoir par téléphone auquel elle n'as pas su me répondre ; mais elle m'annonce également que j'aurais des frais de résliations a payer de toute façon et que je saurais la somme que je dois leur payer le 11 mars, elle me dit que mon billet a déja été vendu a quelqu'un d'autre ( je lui téléphone a 09h du matin et mon mail datait de la veille a 17h ) et que le voyage pour les dates du 11 au 18 mars est complet et que si je veux changer d'avis sur ma résilation je devrais réserver pour d'autres dates et j'aurais quand même des frais a payer. De plus elle nie le fait qu'elle m'as mal informé par téléphone et nie le fait que c'est elle que j'ai eu au téléphone la veille.

 

J'espère ne pas etre la seule a penser a une (censuré) et a un manquement grave d'information au consommateur;

que dois je faire?

merci

 

Rappel du règlement

par Médiation [BOT] » Jeu 19 Fév, 2015 à 23:08:39

Bonjour panga35 

 

Afin que nous puissions contacter le professionel, veuillez indiquer votre référence client ou votre numéro de commande, réservation.

 

Cordialement,

L'équipe du forum lesarnaques.com

Médiation [BOT]

Messages: 5727

 

Re: first voyage

par panga35 » Jeu 19 Fév, 2015 à 23:17:48

ON-10057811-FR

merci de votre réponse

panga35

Apprenti anti-arnaque

 

Messages: 4

Enregistré le: Jeu 19 Fév, 2015 à 22:20:23

Professionnel contacté

par Médiation [BOT] » Jeu 19 Fév, 2015 à 23:22:27

Bonjour panga35 

 

Moderateur 5 vient de signaler votre sujet au professionnel concerné.

 

Si d'ici 8 jours votre problème ne connait pas d'avancement positif, merci de nous le signaler sur ce topic.

 

Merci de nous tenir au courant de l'évolution de votre litige. Une fois celui-ci résolu, merci de marquer le topic comme résolu ;)

 Comment marquer son topic résolu

 

Cordialement,

L'équipe lesarnaques.com

Médiation [BOT]

 

Messages: 5727

Enregistré le: Mer 02 Juin, 2010 à 16:30:26

 

Re: first voyage

par panga35 » Ven 20 Fév, 2015 à 09:27:04

Merci de votre réactivité !

panga35

Apprenti anti-arnaque

 

Messages: 4

Enregistré le: Jeu 19 Fév, 2015 à 22:20:23

Haut

Re: first voyage

par panga35 » Ven 20 Fév, 2015 à 11:35:35

Bonjour ,

voila affaire réglé grâce a vous, je n'aurais donc pas de frais a régler en sus pour cette annulation, ceci est certifié par mail . 

en vous remerciant de votre prise en charge très efficace.

panga35

Apprenti anti-arnaque

Messages: 4

Enregistré le: Jeu 19 Fév, 2015 à 22:20:23

Haut

Mon sujet est résolu

par Résolu [BOT] » Ven 20 Fév, 2015 à 13:39:59

Bonjour panga35

 

Merci de nous avoir tenu informé 

 

Nous remercions les bénévoles pour l'aide apportée à ce litige.

 

L'association vit en partie grâce à vos cotisations.

 

Si vous souhaitez nous aider à vous aider :  http://www.lesarnaques.asso.fr/soutien/

 

N'hésitez pas à parler de ce site autour de vous !

 

Merci pour votre soutien.

Résolu [BOT]

Robot

 

Messages: 6002

Enregistré le: Dim 06 Juin, 2010 à 22:04:37

 


La trace et le souffle, thèmes aériens pou une belle œuvre.

 

 

 

 Najia Mehadji expose ses peintures du 30 juin au 4 novembre au Musée d’Art moderne de Céret.

 

Lorsqu’on contemple les amples volutes aux tons purs des tableaux de Najia Mehadji on trouve cela tout simple tout en supputant la maîtrise des surfaces qu’il faut à l’artiste pour réussir de telles œuvres. Mais ce n’est pas du tout simple. Najia Mehadji, peintre franco-marocaine, reconnue au Maroc comme une des meilleures, était à Céret le 29 juin pour présenter l’exposition qu’elle a conçue en étroite harmonie avec Nathalie Galissot, la directrice du Musée d’art Moderne de Céret. Et nous exposer à la fois ses sources d’inspiration et ses méthodes de travail. « Je veux, dit-elle, faire jouer les liens entrée l’Orient et l’Occident, établir les liens entre le sensible et l’universel ». Aller de la source primitive d’inspiration à la réalisation finale demande un long travail fait de recherches documentaires, de croquis, d’essais (tous ne sont pas retenus) pur arriver aux grandes pièces finales où se conjuguent, disons même se marient, la manière de garnir le plan, d’en occuper l’espace et les matériaux utilisés, différents d’une étape a l’autre.

 

 

 

Une première source d’inspiration fut les dômes et les coupoles, qu’il s’agisse d’Egypte, de l’Alhambra ou de Reims), les planètes, les astrolabes, inspirateurs de formes géométriques, d’étoiles ponctuées de points colorés ; elle est illustrée dans une première salle. Une idée de Nathalie Gallissot, partagée par Najia, qui fut parfois l’objet d’une longue préparation, fut de présenter dans chaque salle un objet qui correspond à l’idée primitive de l’artiste. Ainsi de quelques estampes japonaises, de la longue écharpe marocaine brodée accordée à la présentation des œuvres inspirées de fleurs : grenades, fleurs d’amandier, rendues symboliques par la manière de les représenter. Au centre de la plus grande salle toute entourée de grandes pièces figurant des drapés on peut contempler les plis de la robe de la Marie-Madeleine allongée de l’église de Maureillas. L’artiste puise aussi sa source chez les gnawa, musique marocaine, jouée notamment près d’Essaouira où elle vit, créant de beaux losanges verts, ou bien rouges et blancs, allant de là vers la danse, s’y référant à Camille Claudel, effleurant au passage les danse mystiques, les derviches tourneurs, la Loïe Fuller, la sardane de la paix de Picasso, pour terminer sur la Vague, réalisée à l’intention de l’exposition de Céret, trace vivante de la Méditerranée proche, lien combien profond et combien tourmenté entre cet orient et cet occident où tout se joue.

 

Les matériaux utilisés témoignent de l’inventivité de l’artiste : gouache, acrylique, graphite, stick à l’huile épandus en larges gestes par un outil singulier, un très large pinceau coréen servant à maroufler les affiches. Et pour terminer car Najia vit avec son temps de petites aquarelles agrandies numériquement en grand format, ce qui en singularise les effets.

 

Une belle visite en perspective pour cet été et cet automne. 

 

(C) Yvette Lucas

 

 Merci à Yvette LUCAS (je n'ai pas pu aller au vernissage, ni voir encore l'expo, alors je vole, le copie-colle...)

 

 

Partager cet article
Repost0
22 juin 2018 5 22 /06 /juin /2018 11:34
Le L.A.C. à Sigean - Chichorro à Thuir
Le L.A.C. à Sigean - Chichorro à Thuir

Le L.A.C. à Sigean - Chichorro à Thuir

LIRE A MAURY :

 

Samedi 23 juin entre 15h et 18h, 

venez participer à une déambulation dans les rues du village avec une lecture par banc.

 

La bibliothèque convie toute personne à affirmer: " L'égalité homme femme, c'est toute l'année! ". En 2018, quatre saisons donnent lieu à des rencontres autour de lectures qui consolident la place des femmes dans la construction de notre histoire. Pour célébrer l'été, c'est sur les "Bancs publics" que chacune, chacun choisit son banc et le texte lu. Tous suivent la déambulation et les textes s’égrainent sur un parcours de bancs publics. Rendez-vous à la bibliothèque pour créer de banc en banc un parcours intellectuel et festif jusqu'à la promenade du kiosque.

Contact

biblio-maury@orange.fr et 04 68 59 12 18

 

SAMEDI 23 JUIN

15h 18h

LE BANC DES CORTALS

Thérèse P

Présence à confirmer et choix du banc et des textes à préciser

 

LE BANC DE LA FONTVIEILLE

Cati C

Lecture

Sonnets, Louise Labé

L'asservissement des femmes John Stuart Mill

L'affranchissement des femmes Harriet Taylor Mill

 

LA PLACE DE LA MAIRIE

Gabrielle R avec un autre comédien du Conservatoire de Perpignan

Lecture d'Albert Camus Les justes, Acte2

 

LA PLACE DE L'ECOLE

Marc Angleret
Présence à confirmer et choix du banc et des textes à préciser

 

LE KIOSQUE

SUR LE BANC

Corinne A

Présence à confirmer et choix du banc et des textes à préciser

 

AU KIOSQUE

Les albums de jeunesse de la valise thématique "Des roses et des choux"

Tapis et mobilier d'accueil

 

AUTOUR DU KIOSQUE

Françoise Marquié

Lecture Une vie, Simone Veil

cati combaluzier

BIBLIOTHÈQUE DE MAURY 

DU MARDI AU SAMEDI

14h00-18h00

‍En 2018, pour célébrer les droits des femmes la lecture de

Louise Labé est à l'honneur. Venez participer !

 

Place de la mairie

66460 MAURY

 biblio-maury@orange.fr

04.68.59.12.18 

http://www.maury-village.com/biblio

 

- - - Expo, vernissage au L.A.C.

 

Layla Moget 

 

L.A.C. LIEU D'ART CONTEMPORAIN

1 RUE DE LA BERRE

HAMEAU DU LAC

11130 SIGEAN

TEL:  00 33 (0)4 68 48 83 62

contact@lac-narbonne.art

www.lac-narbonne.art

 

- - -CHICHORRO à THUIR :

 

Nous avons le plaisir de vous convier au vernissage de l'exposition estivale qui est consacrée cette année à Mario Chichorro.

 

Le vernissage aura lieu le samedi 23 juin 2018 au Musée des arts et traditions populaires de Thuir à 18h30.

Au plaisir de vous y rencontrer,

très cordialement Jean-Georges Mas président de l'association "cimaises éphémères"et Mme Barba-Cufi 

 

 

- - -PHOTOS :

Céret : Exposition à Lumière d'encre

 

Du 20 Juin au 25 Août 2018 :

 

"Des bouts du monde" François Deladerriere

 

à la Galerie Lumière d'Encre 47 rue de la République 66400 Céret

 

Vernissage : samedi 23 Juin 2018 à 11H30.

 

LE BOULOU - CHAPELLE SAINT ANTOINE 

DIMANCHE 24 JUIN A 17H30 

 

RECITAL "MA GUITARE ET MOI" . . .

Une année de plus la guitare de Juan Francisco Ortiz  va vibrer sous la voûte de la Chapelle Saint

 

Antoine du Boulou le Dimanche 24 Juin à 17h30. Il va raconter en musique sa longue

 

 

trajectoire riche en souvenirs et en rencontres au cours de ses voyages avec 

des œuvres de Dionisio Aguado, François de Fossa, Joaquin Malats,

 

Juanito Valderrama, Ricardo Ojeda, Astor Piazzola et de lui-même.  

Un moment musical riche en émotions. 

 

Entrée libre 

 

J.Francisco Ortiz

11 Rue des Palmiers

66270 - LE SOLER (France)

Web : jpacortiz66.fr

jpacortiz66.blogspot.com

You Tube : J.Francisco Ortiz

Partager cet article
Repost0
8 juin 2018 5 08 /06 /juin /2018 10:02
Expo Plaça Nova - Lydia - Josette LEMAITRE et M. GAURENNE : prochaine expo de son épouse Annie sur L'Orient
Expo Plaça Nova - Lydia - Josette LEMAITRE et M. GAURENNE : prochaine expo de son épouse Annie sur L'Orient
Expo Plaça Nova - Lydia - Josette LEMAITRE et M. GAURENNE : prochaine expo de son épouse Annie sur L'Orient
Expo Plaça Nova - Lydia - Josette LEMAITRE et M. GAURENNE : prochaine expo de son épouse Annie sur L'Orient
Expo Plaça Nova - Lydia - Josette LEMAITRE et M. GAURENNE : prochaine expo de son épouse Annie sur L'Orient
Expo Plaça Nova - Lydia - Josette LEMAITRE et M. GAURENNE : prochaine expo de son épouse Annie sur L'Orient
Expo Plaça Nova - Lydia - Josette LEMAITRE et M. GAURENNE : prochaine expo de son épouse Annie sur L'Orient
Expo Plaça Nova - Lydia - Josette LEMAITRE et M. GAURENNE : prochaine expo de son épouse Annie sur L'Orient
Expo Plaça Nova - Lydia - Josette LEMAITRE et M. GAURENNE : prochaine expo de son épouse Annie sur L'Orient

Expo Plaça Nova - Lydia - Josette LEMAITRE et M. GAURENNE : prochaine expo de son épouse Annie sur L'Orient


 

Nous avons le plaisir de vous inviter au vernissage de la nouvelle exposition inédite, organisée par la Galerie associative Plaça Nova, de Carlo Maiolini (peinture) & Hervé Abel (sculpture) le vendredi 8 juin à partir de 19h00 dans le hall de réception de l'indépendant (2 boulevard des Pyrénées-Perpignan).


Vous découvrirez des oeuvres très actuelles de ces 2 artistes de grands talents tout en appréciant l'interprétation au piano de morceaux musicaux choisis par Françoise Ferrand qui a notamment joué à l'opéra de Paris.
Ça sera donc la conjonction de 3 grands artistes pour vous offrir un beau moment de partages, d'échanges et de découvertes...

 
Comptant sur votre présence et sur le partage de cet événement ! 
 

 

 
Stéphane MICHEL
Galerie Plaça Nova
06 27 83 95 51

Artistiquement,  

PY commentaire du

05/06/2018 09:47

 

La photo "grand format" de l'ex-président du Gouvernement espagnol aurait pu faire penser que l'article en rapport serait long et richement documenté. Il n'en est rien. Je te connais d'habitude, cher Jean-Pierre, plus incisif. Permets-moi donc d'en dire plus. A toi de donner par la suite ton sentiment sur la situation en Espagne qui dure depuis des années, sur cette animosité et cette rivalité installées entre Madrid et Barcelone depuis des siècles. 

Oui, ce Mariano Rajoy, - que j'abhorre - a dû quitter la Moncloa à la suite d'une motion de censure qui a recueilli 180 voix en sa défaveur, 169 voix en sa faveur et 1 abstention. 

J'entends - ou je lis - çà et là, depuis plusieurs semaines, voire depuis plusieurs mois, que l'Espagne cède à ses vieux démons, que Franco n'est pas mort, que l'Espagne sombre de nouveau dans la dictature, etc. Or je note que le gouvernement de Rajoy qui était en place depuis six ans a été renversé par une motion de censure. Je ne connais pas en France, depuis l'avènement de Vème République, depuis 1958, de motion de censure - bien qu'il y en ait eu beaucoup - qui ait renversé un gouvernement. 

Rajoy, intransigeant, borné, droit dans ses bottes, certainement. Dictateur, peut-être. J'ai dans les oreilles la phrase prononcée par de Gaulle en 1965 : "Vous connaissez beaucoup de dictateurs en ballottage ?"

L'Espagne est régie par une Constitution qui a été approuvée par le peuple à la fin des années 1970. Celle-ci stipule que l'Espagne est indivisible. En conséquence, aucune région autonome ne peut demander son indépendance en procédant à un référendum local immédiatement jugé illégal par le gouvernement central. Ceux, ici, je veux dire dans les Pyrénées-Orientales, qui souhaitent ardemment que la Catalogne devienne une République indépendante - un nouveau pays dans l'Union Européenne - fustigent cette Constitution pourtant approuvée, je le répète, par référendum - tout comme la Constitution de la Vème République. On peut le déplorer, le regretter, dire que si le scrutin avait lieu maintenant, on voterait "Non".

Ceux qui rejettent l'article qui stipule que le pays est indivisible vivent eux-mêmes dans un pays dont la Constitution ne dit pas autre chose : "La France est une République indivisible". Si demain matin, le.a président.e d'une région se lève en disant qu'il.elle a une idée géniale et que le 1er octobre un référendum aura lieu pour son indépendance, il.elle n'aurait pas le droit de le faire et que crois-tu, cher Jean-Pierre qu'il se passerait ? Paris enverrait les CRS - Compagnie Républicaine de Sécurité - pour faire interdire cette votation comme Madrid a dépêché la Guardia Civil le 1er octobre dernier à Barcelone. Alors l'Espagne, une dictature ?

- Par contre, je ne sais pas si le.a président.e de la dite région serait expédié.e illico derrière les barreaux ! - Les politiciens catalans ont mené plusieurs campagnes où ils ont crié à l'envi : "Indépendance, Indépendance !". Mais ont-ils expliqué aux électeurs ce que serait une Catalogne indépendante ? Serait-elle admise dans l'Union Européenne ? Aurait-elle immédiatement l'euro comme monnaie ? Quid de la Défense ? de la politique extérieure ? Par qui serait-elle reconnue ? Quellle serait sa stratégie pour lutter contre le terrorisme ? etc.

Voilà bien des questions auxquelles j'attends des réponses dans un de tes articles à venir. Je te remercie d'en dire plus à tes lecteurs sur ce sujet qui accapare l'actualité du département. Bien cordialement.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens