Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 mars 2015 6 28 /03 /mars /2015 07:25
Sommet du Canigou © J.P.Bonnel

Sommet du Canigou © J.P.Bonnel

    

* Débat : à propos du CANIGOU, pourquoi montagne "sacrée"..?

 

 

 

 

    Lettre de Joseph Ribas (19 mars 2015)

 

 

    Cher M. Jean-Pierre Bonnel,

 

 

    Je reçois votre lettre.

    J'admets que le terme "sacré" ait pour vous surprendre. Il m'a posé problème. J'ai pensé même le remplacer par "mythique". Je m'en suis remis à la définition classique du mot "haut lieu". Le "haut lieu" désignait, dans l'Antiquité, une montagne où l'on élevait un autel aux dieux du paganisme.

 

    On peut penser que ce fut le cas pour le pic dominant du Canigou. Le dolmen de Tribe, aux limites du Conflent et des Fenouillèdes, apporte un élément de preuve. Sa table est orientée vers le sud, dans la direction du pic, bien apparent à cet endroit. La plupart des dolmens pointent généralement vers l'est. Cette singularité du dolmen deTribe a certainement du sens.

 

    M. André Suchet, universitaire à l'institue de Géographie alpine de Grenoble, intéressé par mes travaux sur le pyrénéite, m'a affirmé que le terme de "montagne sacrée" était scientifiquement recevable. La géographie moderne définit un "lieu" comme ma composante de trois figures de rhétorique : 

-le lieu-attribut, admis comme symbole

-le lieu générique, qui donne l'image d'une appartenance à une collectivité

-le lieu de condensation, à travers lequel s'exprime un système de valeurs dans lesquelles se reconnaît un groupe social ou politique….

 

    Le Canigou réunit ces trois figures.

 

    J'ai trouvé le propos séduisant.

 

    Au canigou, les attributs légendaires foisonnent. Des "Sept géants" à la représentation que nous donner ls textes anciens (Gervais de Tilbury, Salemsene de Adamo, 1285) -descriptions et allusions à des monstres, des sorcières et des fées.

 

    Le "haut-lieu" s'inscrit dans le cosmos entre espace profane et monde spirituel : un oint du territoire qu'il structure en mettant ce dernier en relations avec l'imaginaire spirituel. Et à l'inverse, glissement du cosmos spirituel au territoire social et politique où il s'exprime par l'adhésion d'une société à une pratique traditionnelle : exemple La Trobada ou les Feux de la Saint-Jean.

 

    Je ne vais pas vous décevoir. Je suis laïque, agnostique,je pourrais dire "athée" si ce terme n'excluait pas toute référence au religieux. La communauté des croyants existe. C'est une réalité. Je la respecte, mais je n'en fais pas partie. Je suis dans l'esprit de la loi républicaine sur la Séparation des Eglises et de l'Etat (loi de 1905), encore en avance sur notre temps.

 

    A propos de mon rapport à la nature, je vais vous donner mon sentiment personnel.

 

    J'ai gravi  la plupart des sommets pyrénéens. Là où Russell "voyant Dieu partout"; là où Schrader "parlait au divin", j'ai bu, moi, se lever des aurores sublimes. J'ai pensé aux tableaux de Turner ou de Constable : les formes et les ciels confondus dans des perspectives fuyantes de crêtes et de nuages. Mais est-il nécessaire d'ouvrir de grands livres d'art, de visiter des musées de peintres célèbres quand, dans nos yeux, à certaines heures du matin, le jour nous accompagne vers de fastueux spectacles.

 

    Là, je me reconnais le droit d'aimer sans mesure. Qu'ai-je besoin de parler de dieux, de monstres ou de fées…

 

    La montagne est belle, inépuisablement belle. La voir si belle, il me vient une inquiétude : la sourde prémonition de perdre un jour la jouissance de l'instant où je l'ai vue se coucher dans des crépuscules triomphants. Car c'est cet instant qu'il me faut vivre : ici et maintenant.

 

    Demain ? A tous les demains à venir, je préfère me réjouir du jour que je vis avec ses accrocs, ses reprises, sa belle étoffe tissée au fil du temps qui passe. Sentir chanter le monde. Consentir à vivre comme a grandi le vieil hêtre de la forêt.

 

    Pourquoi proclamer sa foi ? Comme l'ont fait Russell, Schrader, mes maîtres en pyrénéisme, et tant d'autres. Les religions catéchisent la morale et ne propagent pas nécessairement l'amour.

 

    Bien à vous.

 

    Joseph RIBAS.

 

 

    - - - rappel :

 

 

    Lettre à Joseph RIBAS, Canohès, le 17 mars 2015

 

 

    Bonjour et merci de m'avoir répondu de façon si sympathique au téléphone.

    C'est l'expression "Canigou, montagne sacrée" qui m'interroge : je voudrais en connaître les origines et les raisons… Formule venue des légendes anciennes, que vous abordez dans votre grand livre *, ou récupération par la religion et/ou le nationalisme catalan..?

 

    Vous m'avez parlé du divin et du sacré, merci d'expliciter !

    En ce qui me concerne, élevé dans le catholicisme (baptême, communions…à la Cathédrale Saint-Jean de Perpignan), mais athée, à présent (et depuis toujours, en fait), je suis assez choqué, sans être un laïcard intégriste, quand, une fois arrivé au sommet du CANIGO, je me trouve face à une crois (apportée par les ados de La Réal)…

 

    Laïque, je comprends quand même qu'on ne peut supprimer tous les signes ostentatoires religieux qui hantent la République (et encore moins les oeuvres d'art religieuses !), mais ici, dans ce paysage naturel, je ne voudrais voir que la nature, la beauté naturelle, pas cet objet, sous-entendant que l'ascension a été un chemin de croix… Non, la montée fut dure, mais ce fut d'abord un plaisir !

 

    Merci de me répondre. Bien à vous. JPB

 

 

Canigou, montagne sacrée des Pyrénées, Loubatières, 1993, 1ère édition.

 

- - - 

Canigou : Montagne sacrée des Pyrénées

 

 

A l'extrémité orientale des Pyrénées, dressé comme une vigie face à la mer, le Canigou exerça dès l'Antiquité une présence et un mystère tellement chargés de puissance et de fantastique qu'il inspira chez les peuples qui l'environnaient le sentiment du sacré. On ne comprend pas autrement l'attrait de cette montagne, son pouvoir symbolique, l'espèce de dévotion qui l'entoure encore de nos jours. Peu de montagnes ont connu le destin singulier d'avoir été d'abord des lieux de vie, prospères et populeux, un patrimoine humain qui essaima si bien que chaque Catalan, qu'il soit de la plaine ou du littoral, peut se trouver une ascendance venue en droite ligne du Canigou. Joseph Ribas fait revivre dans cet ouvrage l'épopée de cette montagne avec ceux qui l'ont peuplée, ceux qui l'ont conquise, ceux qui la pratiquent et ceux qui gèrent son avenir. Ce livre est à lui seul une petite bibliothèque. Il offre aujourd'hui la somme la plus importante d'informations érudites et pratiques. Livre de fierté régionale pour d'aucuns, il est surtout livre de référence pour tout amoureux de cette " montagne initiatique ", envoûtante et secrète.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans pyrénéisme
commenter cet article
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 07:54
Joseph Ribas

Joseph Ribas

* Débat : à propos du CANIGOU, pourquoi montagne "sacrée"..?

Lettre à Joseph RIBAS, Canohès, le 17 mars 2015

Bonjour et merci de m'avoir répondu de façon si sympathique au téléphone.

C'est l'expression "Canigou, montagne sacrée" qui m'interroge : je voudrais en connaître les origines et les raisons… Formule venue des légendes anciennes, que vous abordez dans votre grand livre *, ou récupération par la religion et/ou le nationalisme catalan..?

Vous m'avez parlé du divin et du sacré, merci d'expliciter !

En ce qui me concerne, élevé dans le catholicisme (baptême, communions…à la Cathédrale Saint-Jean de Perpignan), mais athée, à présent (et depuis toujours, en fait), je suis assez choqué, sans être un laïcard intégriste, quand, une fois arrivé au sommet du CANIGO, je me trouve face à une crois (apportée par les ados de La Réal)…

Laïque, je comprends quand même qu'on ne peut supprimer tous les signes ostentatoires religieux qui hantent la République (et encore moins les oeuvres d'art religieuses !), mais ici, dans ce paysage naturel, je ne voudrais voir que la nature, la beauté naturelle, pas cet objet, sous-entendant que l'ascension a été un chemin de croix… Non, la montée fut dure, mais ce fut d'abord un plaisir !

Merci de me répondre. Bien à vous. JPB

* Canigou, montagne sacrée des Pyrénées, Loubatières, 1993, 1ère édition.

- - -

Canigou : Montagne sacrée des Pyrénées

A l'extrémité orientale des Pyrénées, dressé comme une vigie face à la mer, le Canigou exerça dès l'Antiquité une présence et un mystère tellement chargés de puissance et de fantastique qu'il inspira chez les peuples qui l'environnaient le sentiment du sacré.

On ne comprend pas autrement l'attrait de cette montagne, son pouvoir symbolique, l'espèce de dévotion qui l'entoure encore de nos jours. Peu de montagnes ont connu le destin singulier d'avoir été d'abord des lieux de vie, prospères et populeux, un patrimoine humain qui essaima si bien que chaque Catalan, qu'il soit de la plaine ou du littoral, peut se trouver une ascendance venue en droite ligne du Canigou.

Joseph Ribas fait revivre dans cet ouvrage l'épopée de cette montagne avec ceux qui l'ont peuplée, ceux qui l'ont conquise, ceux qui la pratiquent et ceux qui gèrent son avenir. Ce livre est à lui seul une petite bibliothèque. Il offre aujourd'hui la somme la plus importante d'informations érudites et pratiques. Livre de fierté régionale pour d'aucuns, il est surtout livre de référence pour tout amoureux de cette " montagne initiatique ", envoûtante et secrète.

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans pyrénéisme
commenter cet article
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 10:30
Canigou depuis Creus.

Canigou depuis Creus.

1. Images des départementales :

 

* M. Valls célèbre le Canigou, lors de sa venue à Argelès. Ségolène Neuville, alors : "Le Canigou ? La présidente, c'est moi !"

 

La secrétaire d'Etat peut sauver son canton CANIGO, mais elle sait aussi que la gauche va perdre le département, et que le FN peut le prendre !

 

**Jean-Marc Pujol a un humour irrésistible !!! Minoritaire dans sa ville, peu légitime donc, il contredit la réalité (échec de ses conseillers, rejet par la population et une partie des militants de droite, dont J.Paul Alduy). 

 

Il tente de sauver quelques cantons pour le second tour. 

 

En réalité, il prépare un remaniement municipal (exit Amiel, Gombert…), il va se séparer de son directeur de cabinet qui le conduit au désastre (ville gagnée par le FN), il va arrêter de concurrencer le FN en jouant la droite dure (19 mars 62, musée algérianiste, rues pour l'OAS…les électeurs préférant l'original, L. Aliot) : il va s'ouvrir au centre (en faisant appel au Modem et à Bruno Delmas) pour créer un "front républicain".

 

2. Images du département : Arles sur Tech

 

La vente P.Bergé du 19 mars dernier, à Paris, a révélé les origines de la photo (1837); 2 photos de la grande mission héliographie de 1851, en France, ont été vendus (estimation d'origine : 450 000 euros) : elles représentent le cloître d'Arles sur Tech ; or les photos ne montrent pas l'abbaye Sainte-Marie, mais, sous les colonnes, des habitants de la région et du photographe G.Le Gray…

 

3. Images des camps d'extermination : 

 

Il est d'actualité de lire l'essai du philosophe G. Didi-Huberman : "Images malgré tout" (éditions de Minuit) car le FN glorieux a un dangereux fonds idéologique négationniste…

 

En effet, en août 44, les membres du commando spécial de détenus qui géraient l'extermination de masse "ont éprouvé l'impérieuse nécessité, ô combien dangereuse pour eux, d'arracher à leur infernal travail quelques photographies susceptibles de porter témoignage sur l'horreur spécifique et l'ampleur du massacre. Arracher quelques images à ce réel-là…" Ils vont réussir à prendre des photos du crématoire V d'Auschwitz, situé dans un petit bois de bouleaux…Le homographe a dû se cacher dans la chambre à gaz…L'appareil était caché dans le fond d'un seau…Le bout de pellicule sera extrait de l'appareil, ramené au camp central et sorti d'Auschwitz dans un tube de pâte dentifrice où lavait caché Helena Danton, employée à la cantine SS (page 23)…I parviendra un peu plus tard, le 4 sept. 44 à la résistance polonaise de Cracovie, accompagné d'une note écrite par deux détenus…

 

Assassiner ne suffisait pas, il fallait effacer toute trace, toute image, d'où la politique de désimagination des nazis…Or ces photos ont "résisté" et sont des preuves des laboratoires de la mort !

Livre terrible, à relire chaque jour, pour ne pas oublier...

 

jpb

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans pyrénéisme
commenter cet article
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 10:04
En route pour le Canigou. Les candidats de droite (Jean Castex, Bruno Delmas) ont pris le Canigou comme décor de leurs affiches.
En route pour le Canigou. Les candidats de droite (Jean Castex, Bruno Delmas) ont pris le Canigou comme décor de leurs affiches.
En route pour le Canigou. Les candidats de droite (Jean Castex, Bruno Delmas) ont pris le Canigou comme décor de leurs affiches.

En route pour le Canigou. Les candidats de droite (Jean Castex, Bruno Delmas) ont pris le Canigou comme décor de leurs affiches.

   Ils n'ont rien compris ! Nos politiciens, hier soir, dans les "débats" de la télé, bien que rejetés, méprisés par les électeurs, continuaient à parler du "ni...ni" et autres conneries...

 

   Le FN, lui, continuait à diffuser son discours social, son langage révolutionnaire, qui fait mouche et leurre les citoyens. Toutefois, il  faut se demander si les électeurs sont trompés et votent comme des naïfs. 

 

Si, au contraire (et je fais confiance à la majorité du peuple : il a toujours raison) ils étaient  conscients de voter, par défaut, excédés par les injustices, se défoulant, rejetant la classe politique, en sachant qu'ils vont vers le pire…

 

Le plus grave : si une partie de plus en plus grande de l'électorat votait par adhésion pour un parti dont les valeurs fondatrices sont le racisme, le rejet de l'étranger…

 

Au lieu de parler du fond : comment résorber le chômage, quels sont les responsables de la crise : financiers, banques, politique libérale européenne..? les irresponsables nationaux s'envoyaient des baffes virtuelles et logomachiques…

 

Ils se comportent comme s'ils étaient aveugles ou sourds aux appels du peuple : le FN, lui, est une machine qui avance, avec patience, mais de façon inéluctable; plus on l'insulte plus le citoyen vote pour lui ! 

 

Moi, pour l'instant, je me retire pour observer la situation du point de vue de Sirius : je monte au Canigou ! Demain et toute la semaine, je publie de beaux textes sur la montagne mystique (ou mythique), grâce au grand écrivain et pyrénéiste Joseph RIBAS

 

jpb

 

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans pyrénéisme
commenter cet article

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens