Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 18:53
Les Poilus, par le Théâtre de la Rencontre
Les Poilus, par le Théâtre de la Rencontre

«Je Vous Aime Pour La Vie »

Paroles de 14 / Mémoire de 18

*** Une famille ouvrant les malles d'un grenier, trouve les témoignages émouvants et terribles de la ''grande'' guerre : lettres, déclarations, photos, films, chansons..

Depuis les tranchées jusqu'à leurs foyers et des familles jusqu'au front ils y a eu tant et tant d'écrits ... il y a eu tant et tant d'amour !!

Samedi 6 - Décembre à 20h.30

Dimanche 7 à 17h.30

CE SPECTACLE EST LA 57 ième CRÉATION DU THÉÂTRE DE LA RENCONTRE

avec

Aline Seyres- Fredérique Bugeau-Marielle Somme- Christian Albert- André Stuber- Guy Jacquet

« JE VOUS AIME POUR LA VIE »

Paroles de 14 – Mémoires de 18

Création collective mise en scène par Guy Jacquet

Lumières: Encuentra Light/Axelle Capmas-Sylvain Salinas-Jacky Solé -

Dispositif scénique/Costumes: Ateliers de la Rencontre

Musiques :Botrel- Monthéhus- Potier- Sablon- Fr.Lemarque...

« ...aurait-il fallu la guerre pour nous apprendre que nous étions heureux ? » R.Dorgelès

Août 1914, c'est la guerre en France.

Les plus jeunes et les plus vigoureux sont au front, les plus âgés et les femmes luttent chez eux.

Malgré la peur, l'absence, le manque, malgré l'Injustice et l'Absurdité, tous luttent, car ‘’faut tenir’’pour ceux qui se battent dans les tranchées de la boucherie!

Le dernier ’’poilu’’ nous a quittés...

mais pour lui et tous les autres nous refusons les chapes de plomb...ne rien exclure.. et surtout en n’oubliant pas les galonnés inquisiteurs, instruisant les tribunaux d’exception indignes !

Dès le début de la guerre, la démission du gouvernement civil face à la hiérarchie militaire a permis cette dérive militariste. En septembre 1914, (un mois après le début du conflit) le généralissime JOFFRE demande la création de tribunaux militaires spéciaux, à trois juges sous l’autorité de la hiérarchie. Décisions immédiatement exécutoires, sans appel ni grâce. Aujourd’hui encore, ces ganaches paradent, statuaires sur chevaux de bronze...

LE SPECTACLE

Au premier plan, un grenier d'où émergent les mots de tous : famille, amis, enfants... véritables forces d'un quotidien,disant leur amour, leur angoisse et leur courage, à leur ’’héros fantômes’’, là-bas, si loin !

Dans les campagnes la paysanne, dans le gris des usines l'ouvrière, ailleurs la bourgeoise et l'infirmière, chantant leur espoir, criant leur rage et leur peur ! Les fossoyeurs enterrent des pères, des fils, des amants, mais on trouve encore la force de fêter un anniversaire, une permissions, de créer un ouvroir municipal, d'improviser un hôpital…Femmes en tous points admirables, attendant, espérant et redoutant le retour de leurs hommes … dans quel état ?

Cette force de vie, ce sont les archives de notre mémoire... qui a tendance à s’enfuir si vite !

En toile de fond, les combats, les tranchées, la douleur, la peur, la mort... voix des soldats, ombres parfois sans visages, empoussiérées de craie ou boueuses d’eau et de sang !

Prisonniers de trous d'obus... Sortis de Nulle part ! Et cela de part et d’autre du Rhin !

Chansons et musiques d’alors, poèmes d’Apollinaire, Aragon, Walt Whitman, Brecht, tracent aussi le quotidien des civils et soldats … lutte d'une France et d’une Allemagne trompées.

C’est l'histoire des Poilus. C’est la guerre, c’est l’horreur, c’est absurde et c’est la belle amour ...

C’est la vie.

G .Jacquet

***************************************************

Le Théâtre de la Rencontre remercie Mireille Grau, Jacky Solé, Mr,Rouzaud, Vincent Sabatier, Photo-Rimages,

L'Asso-Sériegraphie, Aquavidéo, sans qui ce spectacle ne serait pas tout à fait le même.

---------

Le théâtre n’est pas coté en bourse :

« le théâtre est un temps superflu pensent les gens du pouvoir efficace et je prône qu’on s’en préoccupe,...car l’homme ne vit QUE pour le superflu !‘’» (B.Brecht)

C’est dire son importance et combien certains êtres ou évènements d’anodines apparences, peuvent nous marquer au fer.

Pourquoi certaines histoires ou quelques destins s’inscrivent-ils en nous ?

Parce qu’ils racontent l’homme dans le rire ? Les larmes ? Les peurs ? L’espoir…

Le théâtre peut se passer de tout, sauf de l’humain !

C’est à peu prés tout ce que j’ai retenu de Shakespeare, Samuel Beckett, Jean Vilar, Peter Brook, Giorgio Strehler et Antoine Vitez.

Mais sommes-nous une époque ‘’humaine‘’ ?

L’an 2000 n’aura été ni l’apocalypse annoncée par les Cassandre, ni la mutation extra-terrestre fantasmée par la science-fiction des années 1950.

Pourtant depuis les champignons nucléaires de Los Alamos, le monde va vite.

Trop !

Environnés d’outils toujours

plus performants, nous communiquons plus par connexions que par poignées de mains ou regards échangés.

Est-il assuré que nous nous parlions mieux ?

ALORS, dans la spirale des mondes virtuels qu’on nous prédit, il est des rendez-vous où la dimension de l’homme reste intacte.

Et si les projecteurs remplacent aujourd’hui le soleil des hémicycles grecs, le théâtre demeure ce lieu privilégié où la cité peut encore se rassembler pour s’étonner, rire, frémir, s’indigner et aimer sans intermédiaire…mais en compagnie (le joli mot).

Bâtisseur d’histoires tellement invraisemblables que, seul, le jeu peut rendre plausibles, le théâtre est l’étang où le monde se regarde. Reflet sincère, il nous propose clairement l’artifice de sa lumière, pour mieux cerner, en direct, nos zones d’ombres et nos trop grandes certitudes. Il est un rempart vivant contre la manipulation des images. Donc des consciences !

Parce qu’il se donne pour ce qu’il est profondément : un conteur de l’aventure humaine dans ses tapages et ses flambeaux, le théâtre confronte nos quotidiens parfois trop quotidiens, avec l’humour ou les frissons de nos songes.

Et cela dans une sincérité généreuse de tous les instants.

’’J’attends de l’homme qu’il me rende plus humain’’,

écrivait Brecht dans le programme de Mère Courage.

Voilà qui peut nous réunir longtemps encore !!

Guy Jacquet

- - -

Varappe !

Je parlais du Chili en 73/

de la soif au Sertao en 72/

Sarbra et Chatila en 1982 /

des Iks morts de faims en 2003 /

de Kaboul en 2010 /

encore du Sertao en 2011...

des polus englués dans les tranchées mortifères en 2014

et alors ?

L'artiste a bien du mal à se tenir entre les maux du monde et les mots du théâtre

Plus exactement, entre la joie du théâtre et les affres du monde, dans cet écart, parfois si mince , entre bonheur de l’un et malheurs de l’autre. Est-ce possible ?

Aussi intenable que ce soit, c’est pourtant là qu’il nous faut travailler. Sans relâche.

Par le rire ou le frisson!

Et certainement pas pour oublier !

Le « théâtre pour oublier » fait le lit des révisionnistes de tous poils.

L’idée d’un théâtre d’oubli est contraire à la citoyenneté et à l’obligation de se souvenir que tout artiste conduit, inconsciemment parfois.

A l’angle naissant du 3ème millénaire, nous n’avons pas d’autre alternative.

Combien sont à l’avant des défilés et laissent leur engagement artistique à l’arrière scène ?

Pour autant, il ne s’agit pas que l’acteur se contente de participer aux meetings nécessaires, ou qu’il se saisisse de l’actualité sans arrêt (après tout, Shakespeare et le théâtre grec peuvent parfaitement dire le monde d’aujourd’hui).

LA LUTTE HUMAINE DOIT SE MENER AU PLATEAU, DANS LE BONHEUR DU PLATEAU sans pour autant transformer nos théâtres en tribunes pour partis politiques où les mots d’ordre remplaceraient la pensée critique et le doute artistique.

Surtout pas !

Pour paraphraser Jouvet : Ayons le courage d’inclure le monde dans notre art. Ce monde qui, si souvent, tourne à l’envers des clepsydres et dont les horreurs nous accablent.

Jusqu’à l’inertie, parfois.

Les camps, les épurations, les gorges ouvertes au nom multiple de dieu, les pierres serrées entre des doigts d’enfants, les famines planifiées, les exclusions structurées par des logiciels à l’œil fixe, tout cela nous ramène au pire.

A l’innommable qui a poinçonné le dernier siècle.«… ce non-humain, dont les camps nazis ont avéré la présence au sein même des hommes les plus banalement humains… », ainsi que l’écrivait Serge Daney, avant de mourir.

Qu’on le veuille ou non, c’est toujours le monde qui borne la perspective du travail artistique.

Et plus particulièrement celui de l’acteur, totalement et physiquement immergé dans cette représentation particulière du monde, dans ce rendez-vous unique qui s’appelle ‘’théâtre’’

C’est dans le bonheur d’un théâtre (qui saura faire la part du non-bonheur, sans ennui ni complaisance), qu’acteurs et spectateurs échangeront leurs colères mais aussi (surtout) leur envie amoureuse du monde.

L'inconfort de cette position nous fait, bien souvent, surplomber, le vide.

Mais à quoi bon nous revendiquer ''artistes'' si nous devons craindre cette varappe là?

Et de plus: pourquoi cela serait-il triste ?

Guy Jacquet

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 09:45
déluge
déluge

Tout sur le Déluge (merci à Jean Iglesis - Noé )

* Info de Ouillade :

P-O : Le département est passé en vigilance rouge depuis 22h 05 !

par ADMIN le nov 29, 201423 h 05 min

Passage en vigilance rouge à 22h05

En raison des cumuls déjà très importants sur un axe allant du Boulou à Saint-Paul-de-Fenouillet de l’ordre de 150 à 250 voire 300 mm localement et des intensités horaires (de 20 à 40 mm /h), Météo France a placé le département des Pyrénées-Orientales en vigilance rouge.

Cette nuit (nuit de samedi à dimanche), les pluies localement orageuses vont à nouveau se renforcer notamment sur une grande partie est du département.

Demain dimanche, les pluies perdureront toute la journée mais les intensités horaires seront plus faibles de l’ordre de 10 à 30 mm

D’ici dimanche soir, les cumuls restant à venir seront de l’ordre de 50 à 150 mm sur le littoral des Pyrénées-Orientales et 150 à 250mm sur une grande partie centrale des Pyrénées-Orientales allant des Albères au Vallespir et aux Fenouillèdes en passant par la plaine de la Têt.

Ces cumuls viendront se rajouter aux cumuls déjà tombés aujourd’hui samedi. Sur l’ensemble de l’épisode, des maxima ponctuels de l’ordre de 400 mm sont donc possibles sur l’est et le centre des Pyrénées-Orientales.

Il est demandé aux usagers de la route de ne pas s’engager sur les passages à gué et les voies immergées, de respecter les déviations mises en place et de façon générale au strict minimum leurs déplacements.

Les informations sur les conditions de circulation sont disponibles sur le serveur vocal de la DDTM au numéro suivant : 04 68 38 12 05

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Dès 16h, le département avait été placé en vigilance orange pluie-inondation, orages. Les cours d’eau sont en vigilance orange crue : Tech et Agly depuis 10h00, Têt et Réart depuis 16h00 ce samedi

Moyens mis en œuvre
- dès ce matin 10h00, la préfète a demandé aux maires des secteurs de l’Agly et du Tech, particulièrement impactés, de vérifier que les passages à gué étaient bien fermés
- la préfète a activé le COD à 16h15 ce samedi 29 novembre
- des opérations de reconnaissance sont en cours sur le canton de Latour de France (Bassin supérieur de l’AGLY) : Latour de France, Saint Paul de Fenouillet, Maury, Rasiguères, Planèzes, Millas, Lesquerde…

D’importants moyens humains et matériels sont déployés : 100 sapeurs-pompiers du SDIS, une centaine de gendarmes. La préfète a demandé également à ce que les militaires de la protection civile de la zone de défense pré-positionnés à Lézignan Corbières s’acheminent vers Perpignan en renfort.

D’importantes précipitations sont attendues dans les heures à venir et vont se cumuler avec les précipitations de ces dernières heures dans un secteur délimité par les communes de Caudiès et Estagel au Nord et Arles sur Tech et Le Boulou au Sud.

D’ores et déjà de mesures ont été prises et des routes fermées :

- D117 entre Maury et Saint Paul de Fenouillet
- D40 B Saint Jean Lasseille/Bages (Les Riberettes)
- D41A Claira/Saint Hyppolyte (passage inférieur sous D83)
- D37 entre Ponteilla et la D612A
- D612 entre Millas et le colde la Bataille
- D19 entre Lersquerde et Maury (éboulements)
- D17 entre Estagel et Latour de France
- D79 entre Latour de France et Montnet (RD612)
- voies sur berges de Perpignan

Route inondée
-D23 entre Ponteilla et Canohès

Col fermé
- Col d’Ares (D115 – frontière avec l’Espagne)

D’autres axes routiers pourront être fermés dans ce secteur dans les heures à venir.

** Info de La Clau : Rappel des inondations antérieures :

26 et 27 septembre 1992

11 et 12 novembre 1999

L" épisode pluvieux de ces 29 et 30 novembre 2014 est en passe de s'ajouter dans notre histoire collective à ces tristes dates.

Pour mémoire, la crue centenaire (l'aiguat) qui avait sinistré les Pyrénées-Orientales et la Catalogne s'était produit du 16 au 20 octobre 1940

**La pluie abîme 11 sites Orange en Pays Catalan

Samedi 29.11.2014. 13:15h

Les intempéries en cours provoquent des coupures de téléphone et d'ADSL dans les communes de Rasiguères, Tautavel, Valmanya et Mont-Louis. La société Orange promet un retour à la normal une fois les lignes électriques réparées.

Les intempéries observées depuis vendredi 28 novembre produisent des dégâts techniques sur le réseau Orange du Pays Catalan. Ce samedi 29 novembre, sa direction en Languedoc-Roussillon a communiqué la liste des sites affectés par la pluie ou la foudre. Les réseaux de télécommunications subissent des dommages "importants", signale l'opérateur, selon lequel les"défauts d’alimentation électrique" provoquent "l’interruption totale des services de téléphonie fixe, de l’Internet ou du réseau mobile". Tautavel est concernée par l'absence de téléphonie fixe et l'Internet ADSL Orange ne fonctionne plus à Mont-Louis, Rasiguères et Valmanya. Sur l'ensemble des Pyrénées-Orientales, 11 sites d'émission pour mobiles gérés par l'opérateur sont en panne, mais les quelques centaines de clients pénalisés retrouveront le service dès le rétablissement de l'alimentation électrique "d’ici ce samedi 29 novembre en soirée".

Techniquement, la pluie peut entraîner des dérangements après les précipitations, qui oxydent les installations téléphoniques. La foudre suscite en revanche des conséquences immédiates, comme en témoigne, ce samedi, l'affluence de clients dans les boutiques de téléphonie et ADSL de Perpignan. Ces usagers ont généralement subi une interruption de service suite à la destruction de leur matériel domestique.

* Dimanche 30 novembre à 16 h :

l'association Nid'Ange vous propose

un spectacle pour enfant haut en couleur,

musical et interactif

pour les enfants de tout âge

et pour tous ceux qui aiment les contes en musique.

Salle du Théatre de Bompas (à côté de la poste)

CHANGO et Tambour magique :

Un jour la foudre frappa le grand arbre qui déployait

sa ramure majestueuse au centre du village.

Sa plus grosse branche se brisa

Et dans cette branche choisie par l’éclair, les hommes sculptèrent un tambour.

Un tambour qui avait de grands pouvoirs

Voici l’histoire de Chango, le Tambour magique

Un voyage interactif dans le monde merveilleux de la Musique,

entre conte, chansons et rythmes entraînants.

Alors, prêts pour l'aventure ?

Pour ceux qui veulent avoir un avant goût du spectacle

ou même écouter les chansons du spectacle peuvent

dès à présent se rendre sur le site http://www.tambouraconte.com/

NB : l'adresse notée sur l'affiche n'est pas correcte,

c'est bien à la Salle du Théâtre à côté de la Poste à Bompas

Et pour tout les gourmands il y aura des gâteaux faits maison,

des jus de fruits bio de producteurs régionaux ainsi que du thé et du café... à petit prix

Entrée à 2€€ pour les adultes non-adhérents, gratuits tous les enfants et adultes adhérents

Pour tout renseignement :

Site de Nid'Ange : https://sites.google.com/site/nidange66/

adresse mail : nidange66@gmail.com

Amandine Grossiord

Kinésiologue

C'est le déluge ! Merci Noé ! Nid'ange pour enfants
Partager cet article
Repost0
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 10:04

 INVITATION

 

 

Le mardi 18 novembre 2014, à partir de 18 heures

 

A la librairie TORCATIS, Perpignan

 

Pour la présentation des deux derniers livres  de Jean-Pierre BONNEL :  MATHILDA, roman de Collioure eLe voyage des mots            

 

 

** Présentation, lectures par Guy JACQUET, acteur, directeur du Théâtre de la Rencontre

 

Discussion, dédicaces, apéritif… Entrée libre. Au plaisir. JPB : 06.31.69.09.32.

 

 

***Le Théâtre de la Rencontre-Saint Martin 

            31 rue des Romarins–66000  - Tel : 06*80*01*63*70 - courriel: theatrerencontre@gmail.com 

Ateliers d'Acteurs : COEUR DE THÉÂTRE !

Séances tous les Lundi à 19h30 - 31 rue des Romarins - 06*80*01*63*70

 

Ces ATELIERS D’ACTEURS ne sont ni école de théâtre, 

ni  troupe, ni boîte à concours, ni fast-food de recettes théâtrales précuites. AU CONTRAIRE, on y accueille ceux qui veulent s’initier ou progresser en groupe, dans la connaissance de cet art aussi ancien que mystérieux.   

Et ce quelque soit leur niveau. 

    Ça redémarre donc avec les comédiens du Théâtre de la Rencontre qui animent depuis 1976 à Perpignan. 

L’Atelier d’Acteurs est ouvert à tous profanes, débutants, comédiens confirmés, animateurs, enseignants ou étudiants…dés 18 ans d’Octobre à Juin (sauf vacances scolaires). 

Exercices corporels, travail vocal, geste, mouvement, jeu des masques, scènes, situations et dramaturgies contemporaines du tragique au comique, auteurs classiques ou contemporains recherche des personnages, improvisations, attitudes de jeu avec les partenaires…

L’Atelier est dirigé par Guy Jacquet, comédien et metteur en scène qui de Shakespeare à Henri Miller, Molière, Euripide O’Casey, Tardieu, Grumberg, Ghelderode, Roblés, Aristophane, Sophocle, Marivaux, etc … témoigne de plus de 35 ans de pratiques théâtrales.

 

On peut également s’y confronter aux écritures poétiques, ainsi qu’aux techniques du plateau (lumière, scénographie, maquillages, costumes..). Les séances débutent impérativement à 19h30 et sont limitées à 15 personnes, pour une meilleure concentration du travail.  Ouvert à tous donc, sauf aux dilettantes ! 

 

*****************************************

 

Stages et week-ends thématiques proposés en cours d’année :

du vendredi 19h30 au Dimanche 19heures (susceptibles de changements)

 ’’ Situations Théâtrales et Exercices de Styles (R.Queneau) ‘’

5*6*7 Décembre 2014

Mises en situations diverses (improvisations et textes) à partir des variations ludiques proposées par Raymond Queneau dans ses ''Exercices de Styles''. Chaque stagiaire doit choisir ses options de jeu et ses formes d'interprétations, voix et mouvements- Musiques et chapeaux souhaités !

**************************

 

« Masques et Pantomime Blanche »

                16*17*18* Janvier 2015

 

Le masque révèle plus qu’il ne cache, car une  réalité, présente en nous, demeure souvent impalpable.

Mais les acteurs doivent  tenter de la raconter, tout de même, comme les hommes de la préhistoire

racontaient une scène de chasse en se masquant de la tête d’un ours, d’un auroch...Le jeu sous cet

étrange personnage, muet,  implique à l’acteur de mettre son corps à l’oeuvre, en priorité. Car ces

masques, projettent un univers théâtral tout à fait unique, que nous n'achevons jamais d'explorer !

 

 

                  ***************************

Étude d'une Pièce en 1 acte 

« Le Cavalier Bizarre » de Michel de Ghelderode, aux frontières du fantastique

20*21*22* Mars 2015 

Bouffonerie caustique et humour flamand d'un dramaturge majeur du 20.ième siècle, 

ce stage est une approche  de la mise en scène de situations grotesques et 

Lecture préalable de l’œuvre indispensable – Se renseigner !

Renseignements au 06 80 01 63 70 – Inscriptions closes 10 jours avant chaque stage  

 

 

LE THEATRE DE LA RENCONTRE :

C'est depuis toujours une troupe, née il y a plus de 30 ans de la volonté de Guy Jacquet d'implanter en Roussillon une compagnie permanente de théâtre populaire, de répertoires classiques et contemporains.

La troupe s'est donc consacré à la création se produisant partout, en Roussillon, France et étranger…festivals d’Avignon, Bern, Carcassonne, Cannet des Maures, Octon, Sarlat, Estivales, Nuits de Valréas, Wolsburg, Paroles en Ossau, Grand’Case, Marsillargues, Frioul, Manosque, Guadeloupe, Salvador de Bahia, Villeneuve lez Avignon, St.Martin, La Nuit d'Arpoan, La Sainte Baume, Pézénas, Quiberon, Belle-Île en Mer, Peniscola...La Rencontre anime par ailleurs des stages de formations : CDN-Tréteaux du Midi- CIRCA- Villeneuve lez Avignon; CAPEXE-Fenouillèdes; ARTDANT-Ste.Maxime...

 

Universités:Perpignan; P.Valéry(Montpellier); P.Sabatier (Toulouse); Aix/Marseille; Vincennes, Clermont, Pointapitre, Stages et ‘’work-shops’’ à  Zurich;Louvain,  Heildelberg;Hanovre; Marburg; Celle,Tunis; Luca; Rabat; Peniscola; Joao Pesoa (Brésil); Ecole Nale. Salvador  Bahia...etc.

Villes & Villégiatures : le voyage des mots

Villes & Villégiatures : le voyage des mots

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 09:32

lagnel.JPG (C) Guillaume LAGNEL

 

 

* RECTIFICATIF concernant les deux derniers concerts
de la Cie Musicale Catalane dans le cadre du festival musical d'été 2014
 "Consolation Collioure Monastir del Camp Passa"
 
Le concert prévu initialement à Collioure le 9 septembre a du être reporté au 16 septembre toujours à 19h30

ATTENTION CHANGEMENT DE DATE DU CONCERT DE COLLIOURE

 

DES BORDS DE MER AU COEUR DES TERRES

DE LA VORA DEL MAR I DE LA TERRA FERMA

 

FESTIVAL MUSICAL D’ETE

 

Le samedi 13 septembre à 17h30 au Monastir del Camp à Passa 

Le mardi 16 septembre à 19h30 à Consolation à Collioure
Pour sa deuxième édition estivale, le festival «Des bords de mer au coeur des terres» aura mis en résonance pendant tout l’été deux haut lieux du patrimoine roussillonais : Notre Dame de Consolation à Collioure et Monastir del Camp à Passa. Né de la rencontre artistique de Josep Cabré, Guillaume Lagnel et Gildas Girodeau ce festival de musique «entre baroque et classicisme: voix et instruments» propose ses deux derniers concerts de la saison avec la Compagnie Musicale Catalane.Ces deux derniers concerts seront cette fois - après la musique italienne - sous le signe de «Salzbourg à Vienne». Avant que l’automne n’arrive, l’amour se pare d’un costume viennois, avec ces mélodies et chansons d’Haydn et de Mozart annonçant des temps différents, des sensibilités nouvelles, aussi bien dans la chanson d’origine populaire que dans la mélodie classique qui ouvrira la porte au XIXe siècle. Pour l’occasion Carole Parer, piano forte accompagnera Josep Cabré, baryton.

 

La Compagnie Musicale Catalane: 06.14.90.52.51 Les Amis du Monastir del Camp: 04.68.38.71.24
 
**FORMATION

Vendredi 26 septembre

• 18h au Théâtre Jean Piat, Canet-village Entrée libre au !lm et à la conférence Au pays du conte

Film d’Alexandra Ena, avec Suzy Platiel (en partenariat avec le CNRS) Suivi d’une conférence avec Suzy Platiel et Jean-Christophe Gary

Samedi 27 et dimanche 28 septembre

• 10h à 13h et 15h à 18h au Théâtre Jean Piat, Canet-village

Tarif formation : 180 "

 

Formation « À l’heure du conte »
Cette formation s’adresse à toute personne utilisant le conte oral comme outil

Suzy Platiel, ethnolinguiste africaniste
Jean-Christophe Gary, professeur de français en collège

Suzy Platiel, ethnolinguiste africaniste explique ce qui l’a amenée à étudier la fonction éducative du conte dans les sociétés de tradition exclusivement orale (en particulier chez les Sanan du Burkina Faso) outil d’éducation permettant de construire le raisonnement logique tout en recréant le lien social. Elle insiste sur le fait qu’avant d’exiger de l’enfant qu’il apprenne à lire et à écrire, il est essentiel qu’il apprenne la maîtrise du langage oral (de préférence dans sa langue maternelle).

Jean-Christophe Gary, professeur de français

au collège, et d’autres enseignants du secondaire comme du primaire et de la maternelle qui mettent en pratique l’heure du conte,

démontrent que, pour leurs élèves, se mettre à raconter à leur tour,
c’est partager, établir une relation avec l’autre, transmettre, tout en développant, dans le plaisir, leur capacité d’écoute et de concentration tout en développant un mode de raisonnement à la fois synthétique et analytique, parce que fondé, non pas seulement sur la maîtrise de phrase, mais aussi sur la maîtrise du discours.

 

Renseignements et inscriptions : bertilledeswarte@domainedelesparrou.com

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2014 2 29 /07 /juillet /2014 15:07

blogabobo-2277.JPG Francis Huster (photo : Jean-Pierre Bonnel), à la conférence de presse au St-Jean, ce mardi 29.7.2014, à 11h.

 

 

Francis Huster - conférence de presse :

 

 

Dans l'impasse mystique qui relie la cathédrale et et le relai Saint-Jean, même les gargouilles en pierre avaient froid : l'été 14 s'est fait automne et même Francis Huster restait de marbre…Il écrivait, il prenait des notes : il parait qu'il écrit sans cesse, même à la plage, qu'il n'aime pas trop, ni le soleil…

 

J'avais donc envie de poser quelques questions impertinentes pour le faire réagir, du style (méchant) :

 

" M. Francis Camus,  avez-vous pris un "nègre" pour votre dernier opus ? C'était Camus, votre nègre, M. Albert Huster..? Et la Palestine, qu'aurait écrit Camus ? Et vous, qu'en dites-vous…"

 

"M.F.H. allez-vous relancer les Estivales, après l'expérience malheureuse des années 1993/94, la mairie de l'époque ne voulant pas augmenter la subvention du festival..?"

 

  (lire les passionnants "Eclats de Mémoire" de Marie-Pierre Baux, surtout les pages 68 à 75…éditions Talaia)

 

 

Mais non, je n'avais pas lu L'Indép du matin, et F.Huster avait répondu favorablement pour que Perpignan se dote d'un festival estival de renommée nationale !!!

 

En fait, F. Huster ne venait pas pour parler de ses conférences, ni de Camus, mais soutenir l'initiative des services de la mairie, sur une idée de Marie Costa et de Guillaume Lagnel

 

Lancer un bureau d'accueil pour tourner des films en Catalogne : "pictocat" (voir le site www.pictocat.cat) a été, en effet, créé par un groupe de professionnels du monde du spectacle et du cinéma, amoureux de la Catalogne... 

Le bureau d'accueil  transfrontalier est placé sous la présidence d'honneur du réalisateur Jean Sagols et le parrainage amical de Francis Huster...

 

J.Sagols, originaire de Banyuls, a expérimenté la chose en Poitou-Charentes, où il réalisait 5/6 films par an. Il a vécu quarante ans à Paris; en 1980, il écrit son premier scénario et fournit des films à TF1.

 

"Il s'agit de monter une école de théâtre, ici, et la relier à Paris; organiser un cours, une formation, localement, et assurer une seconde année de théâtre dans la capitale…"

 

L'incubation de ce projet s'est faite à la mairie, autour de J.Marc Pujol, Marie Costa, Michel Pinell, G.Lagnel…"

 

L'adjoint à la culture prend alors la parole pour rappeler qu'il avait encore en tête ces flammes philatéliques, sur lesquelles on disait que "Perpignan était la porte de'Espagne…"

Quelle image on a de la ville ! "Je suis né à Perpignan, mais il faut reconnaître que notre Région n'a pas su se vendre…", ajoute M.Pinell.

 

F. Huster s'empare enfin du micro, aussi noir que sa veste de cuir, qui le protège à peinte d'une insidieuse et froide tramontane : "Restez maîtres chez vous, à Perpignan et ce projet sera invincible…car vous êtes chez vous !"

 

Marie Costa, directrice de production, insiste : "Il faut donner à aimer l'image de ce pays ! Les Provençaux ont su le faire depuis longtemps ! La culture doit être concernée sans effet frontière : l'image abolit la frontière !"

 

Jean Sagols approuve en suggérant d'aider les gens à devenir acteurs. Il insiste sur l'image "multiculturelle" de Perpignan, ce que réaffirme M. Pinell en montrant que l'événement "Perpignan sur scène" a la vocation d'atteindre des quartiers et des publics populaires et communautaires défavorisés.

 

Ce projet est bien enthousiasmant; il s'agit à présent de concrétiser, de trouver de l'argent, des locaux, des producteurs et offrir à Francis Huster l'occasion de relancer des Estivales catalanes et européennes. Il y eut ici, hélas, tant d'occasions manquées...

 

J.Pierre Bonnel

 

- - 

 

Albert Camus qui se raconte à travers Francis Huster. Il fallait oser relever ce défi mais, explique le comédien, « Après tout ,au cinéma ou au théâtre, on fait parler de grands personnages, on se met dans leur peau. Pourquoi ne pas le faire dans un livre ? ». Un livre qui se présente comme un long monologue, un « testament imaginaire » où Camus/Huster revient sur les thèmes qui lui sont chers : l’Algérie, son enfance, la religion, la liberté, le nazisme, la révolte… 

Mais se glisser dans la peau de Camus et parler en son nom, cela voulait aussi dire être au plus près de son écriture : « J’ai essayé de prendre son style, son répertoire de mots, sa structure de phrase. C’était un travail à la fois humble et fou » reconnaît le comédien qui est certainement celui qui a le plus joué et monté du Camus (963 fois).

 

Ce livre se présente comme un vaste monologue, sorte de testament imaginaire que nous aurait légué Camus. "Je suis revenu de la mort pour parler aux générations futures. Parce que je ne veux pas qu’on leur mente. Et qu’elles subissent ce que nous avons dû souffrir, comme un aboutissement logique". C’est donc véritablement Camus (1913-1960) qui se raconte ici à travers Francis Huster. 

On observe ainsi l’auteur du Mythe de Sisyphe méditant sur sa vie et la société de son temps au fil des thèmes qui parcourent son oeuvre : la justice, la politique, la religion, son enfance, l’Algérie, le terrorisme, le nazisme, la France de Vichy, l’artiste, Dieu, la liberté, la révolte, le nihilisme… Le comédien, qui partage avec l’écrivain la passion du théâtre et qui a adapté avec succès La Peste sur scène, nous fait redécouvrir cette voix essentielle penchée sur le destin de l’humanité. Un plaidoyer vibrant pour un humanisme contemporain contre la barbarie.

 

Francis Huster sera sur scène pour la clôture du Festival "Perpignan sur scène" ce mardi à 19h30 et 21 h pour deux lectures "Autour de J.F.K." et "d'Albert Camus".

 

 

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 10:46

proxy.jpg Sergi Lopez et Jorge Pico (debout) dans 30/40 Livingstone, jusqu'au 27 juillet, théâtre La Luna, Avignon (04 90 86 96 28)

 

 

Comme l'écrit "Le Monde", à propos du spectacle joué par Sergi Lopez, dans le cadre de l'édition "Avignon la Catalane" : "L'homme est un drôle d'animal" !!

 

Cette pièce drolatique, écrite par les deux acteurs, représente un homme en mal d'aventure et un autre, étrange créature, joueur et muet…

 

Vous avez bien sûr reconnu dans ce dernier personnage la silhouette de l'ancien maire J.P.Alduy, éternel joueur, mais silencieux et stupéfait depuis que son successeur, qu'il a placé à la mairie de Perpignan, joue les ingrats : en effet, J.M.Pujol s'empare de tous les pouvoirs (mairie, agglo, UMP…) en oubliant le poulain Romain Grau et en offrant un lot de consolation, pour le faire taire, à JPA…

 

JMP : une main de fer dans une combinaison de plongeur ! On le sait, il aime les eaux profondes, ce champion de chasse sous-marine. C'est un sacré tireur : la chasse au chamois, il connaît aussi, et ses adversaires le savent, car il vise bien, le bougre !

 

Il est malin, cet homme qu'on disait discret, mais qui révèle sa soif de pouvoir et ses envies d'aventures en tous genres… Eliminer le clan Alduy grâce à François Calvet, bien s'entendre avec le centre et l'Udi, tout en ayant des relations courtoises avec le FN : à celui-ci, il donne même la commission des finances ! Et les échanges sont polis en mairie…

 

Il est intelligent, ce maire, puisqu'il a réussi à éliminer la gauche : les oppositions sont absentes, sans voix, groggy… 

 

La politique, c'est bien, c'est du théâtre, parfois opéra bouffe, parfois tragédie, mais on ne s'ennuie ! Allons en Avignon !!!

 

------- J.P.Bonnel - - - - - - - - - - - - - -

 

 

10-juillet.jpg à centmètresducentredumonde 

    DEUX EXPOSITIONS DE PEINTURE

     

    Vendredi 11 Juillet 2014 - Dimanche 28 Septembre 2014

    Manuel BOIX

    CharlElie COUTURE

     

    En France, on a d’abord rapporté l’immense travail de CharlElie COUTURE à ce que l’on connaissait de sa poésie rock enregistrée sur une vingtaine de Cds et dans ses concerts dans le monde entier. Mais c’est oublier un peu vite que CharlElie a participé à une centaine d’expositions depuis son diplôme des Beaux-Arts de Nancy/France en 1978.

    Né à Nancy en 1956, CharlElie et un garçon turbulent qui rue dans les brancards dès le collège où il est un délégué de classe militant.

     

    A 15 ans  il donne des concerts en improvisant parfois de longues histoires sans fin,  il publie aussi ses poèmes et présente les photos prises pendant les spectacles du festival de théâtre créé par le ministre Jack Lang ou du festival de JAZZ Nancy pulsation.

     

    A17 ans, il fugue et part faire la route en Europe. Il travaille comme manutentionnaire, garçon de café, embouteilleur, et postier avant de rentrer en Lorraine pour passer son bac en candidat libre et d’entrer aux Beaux-Arts. Il reçoit des prix pour ses travaux et l’Académie de Stanislas lui attribue  un prix pour la qualité exceptionnelle de ses recherches pendant ses études.

    En 1980, il est le premier Français signé par Chris Blackwell, le patron du label de musique Island Records, producteur de Bob Marley. Il compose 17 musiques de film, dessine des logos, et des montres, CharlElie acquiert la réputation d’un artiste prolifique d’une extrême exigence.

     

      « Multiste » selon l’expression du webmaster Mario Salis, CharlElie se veut multi disciplinaire comme un triathlète. Inspiré par l’expérience d’Andy Warhol à la Factory, en même temps que son succès « Comme un avion sans ailes », en 1981  CharlElie réunit un groupe d’artistes sous l’appellation « Local à louer » parmi eux des peintres, des poètes et photographes. Ils veulent défendre l’idée d’un Art Rock inscrit dans son époque en rEvolution. 

    Après vingt ans de tournées, et d’allers et retours entre la France et les USA, en 2003 CharlElie décide de s’installer à New York. Ayant acquis la double nationalité, CharlElie Couture vit et travaille à Manhattan où il continue de développer ce travail sur la ville commencé il y a 30 ans.

    Comme sa musique, et son timbre de voix, le travail visuel de CharlElie est unique.

    Son œuvre picturale est une conjonction entre la réalité extérieure objective de l’image photographique, et la figuration du monde intérieur qu’exprime la peinture.

    Ses images sont différentes de ce que l’on voit d’habitude sur New York.  Le rythme des lignes rencontre la lumière entre les buildings érigés de Manhattan et ses peintures  sont si réelles qu’on croit entendre la musique énergétique qui bat dans le cœur de New York.

    Jonah Leevie. THE SUN

    (Traduit de L’anglais) 

    Partager cet article
    Repost0
    5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 17:05

    psirc-6.jpg    Cinq compagnies de théâtre, danse, cirque et jeune public et la présence de l'acteur S. Lopez sont présents au festival d'Avignon.

    C'est l'Institut Ramon LLuLL, créé en 2002, organisme public chargé par le gouvernement de Barcelone de promouvoir la langue et la culture catalanes, qui a impulsé la scène contemporaine.

     

    "Avignon à la catalane" poursuit son but : faire connaître en France la richesse de la création en Catalogne;  elle présente du 4 au 27 juillet un vaste panorama des arts de la scène.

     

    L'opération a lieu en plein coeur d'Avignon, à la Maison Manon, place des Carmes : avec les intermittents ou pas, nous irons rencontrer ces compagnies !

     

    http://avignon.lull.cat

     

     

    La compagnie Psirc 
    “Acrometria” est le premier spectacle long crée par la compagnie barcelonaise PSiRC, intégrée par  Wanja Kahlert, Adrià Montaña et Anna Pascual Fernández. Explorant la géométrie des émotions, le spectacle trace des diagonales dans la pensée, met des points silencieux, ajoute des perpendiculaires mystérieuses et des cercles infinis, et joue à créer diverses géométries humaines. C’est la fusion entre le risque physique et l’intelligence de l’âme. S’appuyant sur diverses techniques de cirque telles que l’acrobatie, le mât chinois ou la manipulation d’objets, ils explorent des nouveaux langages acrobatiques, intimes et créatifs. 

    La compagnie PSiRC est née en mars 2011. Ils se connaissent depuis qu'ils ont commencé à rêver de cirque. Le destin, malgré le temps et les divers chemins empruntés, les a réunis à barcelone après s’être formés dans différents écoles et différents pays. La compagnie participe en 2012 à des festivals tels que Trapezi à Reus , Grec à Barcelone, 1 2 3 del pallasso à Tiana, Fira de circ de la Bisbal d'Empordà. Cette même année, elle reçoit le soutien du dispositif Chemins Émergents du projet transfrontalier Pyrénées de Cirque et gagne le “Prix Zirkolika” 2012 à la meilleure compagnie émergente. Elle a également participé à des festivals comme CurtcirkitCouleur Pavé,KulturuferStramuMurenschalk Circorts pendant la préparation de ce spectacle. Ils présentent leur création les 5 et 6 février au 15e festival du cirque contemporaine “janvier dans les étoiles” de la Seyne-sur-Mer avec le soutien de Process ()s et de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée, cirque en Transhumance.

    Acrometria, c’est un espace irréel où se retrouvent suspendues trois personnes. Personne ne sait depuis quand elles y sont, ni si un jour elles pourront en sortir. Entre eux, se créent de nouvelles géométries humaines, une nouvelle langue pour survivre et comprendre tout ce qui les entoure, en acceptant l'existence de réalités infinies.

    Partager cet article
    Repost0
    18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 07:48

    VISUELDesvignesetdesailes.jpg   "Il est beau, il est bio : c'est le Mas Baux !"

     

    En effet, pour engager son propos, l'ancienne directrice des Estivales et auteur d'un livre retraçant cette aventure (voir l'article sur ce blog), Marie-Pierre Baux a retrouvé le goût de la scène et du spectacle vivant. Elle ne pensait pas revenir si vite à la culture et à inviter, avec Serge son époux, la Compagnie "Le Théâtre chez Soi", pour cet événement programmé du 11 juillet au 12 septembre "Des vignes et des ailes…O Vents d'anges !" (*)

     

     

    "Il est théâtre, danse et flamenco : c'est le Mas Baux !"

     

    Cet air joyeux aurait pu ouvrir la conférence de presse donnée par Marie-Pierre Baux et Laurent Prat, au Théâtre chez soi, hier matin, à Perpignan, mardi 17 juin. 

     

    Mais M.P.Baux, pour expliquer le projet culturel de l'été en son domaine, direction Canet, a préféré l'adage généreux de son hôte, le "Théâtre Chez Soi" : "Tout est bien, nous sommes ensemble !"

     

    A présent, c'est "tous ensemble, tous ensemble !" au Théâtre chez Baux !!

     

     

    Oubliés donc les expériences des Estivales et du Théâtre de l'Etang... Culture et spectacle s'installent désormais au Mas, dans l'intime, loin des polémiques et des jamoisies... Oui, au mas Baux, où la troupe a eu le coup de foudre : normal, sans doute car les foudres ne manquent pas dans cette cave du 17° siècle !

    M.P.Baux a voulu insister sur le charisme et la générosité de cette troupe, ne ménageant pas ses efforts : ateliers, bénévolat, participation aux scènes ouvertes, à la disposition des jeunes et du grand public... Talent, créativité et exigence de quaité, surtout ! 

     

    Laurent Prat, metteur en scène, a insisté lui aussi sur l'aspect convivial de ces "balades théâtralisées", avec dégustation de vins : "Mas catalan, lieu de nos terres, avec la libre circulation dans les chais, les jardins, les vignes...Avoir un lieu dans la durée, sur toute une saison estival, : 20 représentations tous les vendredis, à 18 h et à 20h30.

     

    L.Prat n'aime pas le vin, mais adore mélanger les arts; dans cette optique -c'est le cas de le dire !- il a invité une jeune femme qui incarne la photographie : Letitia est artsite photo et réalisatrice indépendante depuis 2007, installée dans le 66; elle co-signe, en 2012, le docu-fiction "La Saga Violet", relatant l'épopée de cette famille qui a créé l'empire Byrrh.

    Letitia fait partie intégrante du spectacle; elle s'est impr égnée des lieux et a joué sur la poésie des noms de vins.

     

    G.Lagnel.jpg  La conférence de presse

     

    Ensuite Lorenzo Ruiz explique son projet, "Passion, Cuadro Flamenco", grâce à l'association d'un lieu et des arts, en faisant référence à Lorca, faisant exploser les frontières entre théâtre, poésie et spectacle vivant, avec sa "Barraque" itinérante...

     

    C'est au tour de Bérénice Quinta de se présenter : elle a répondu elle aussi à l'appel du mas Baux; elle présentera son spectacle le 15 août, une soirée poétique utilisant la thématique de l'ange, du partage des vins, et s'inspirant du poème de Hugo "Stella", nom d'étoile et non, prosaïquement, d'une bière...

     

    Il ne manque plus que la participation de l'ensemble Madrigali, entendu à la chapelle Saint-Julien de Villeneuve de la Raho...

     

    C'est la troisième carte blanche suggestive, qui nous promet que l'été 14 ne sera pas triste, pas funèbre comme la peinture d'un Soulages, mais blanc tel le corps laiteux et virginal des anges, rencontrés, chantant et dansant, dans les vignobles de Mas Baux, éclairé par la lune d'été et les intermittence du coeur...

     

    J.P.Bonnel

     

     

    (*) Balade théâtralisée au Mas Baux, tous les vendredis de l'té 2014, à 18 h et à 20h20 (13 euros, des tarifs réduits existent, création collective de 55 minutes - Contact, réservations au 06.58.40.38.11 - www.letcs - Mas Baux, voie des Coteaux : 04 68 80 25 04  -  www.mas-baux.com  - Exposition de photos de Letitia Lazizi tous les après-midis de 15 h à 19 h en juillet, sauf le dimanche.

     

    - - - - 

     

     

    **Communiqué de presse «DES VIGNES ET DES AILES. 

    Ô Vent d’anges» au Mas Baux ...

    Tous les vendredis soir d’été, prenez un p’tit peu d’Art au grand Air !

     

    Tous les vendredis soir d’été (du 11 juillet au 12 septembre) à 18h et à 20h20, la compagnie Le Théâtre Chez Soi propose une balade théâtralisée dans un domaine viticole catalan du XVIIIème : le Mas Baux (à Canet en Roussillon 66). 

     

    Des anges déchus sont tombés du ciel, à deux pas de la Méditerranée, dans un Mas catalan du XVIIIème en plein coeur des vignes ... Au Mas Baux, le bien nommé, dont les «grains de beauté» donnent un nectar aux noms si poétiques (Rouge à lèvres, Baux Blond, Velours Rouge, Soleil Rouge, l’ORiginal ...). Au détour d’un chemin de vignes, dans le chai, du haut d’un balcon, dans un coin de jardin et même du fond d’une cuve…, des personnages tantôt burlesques, tantôt dramatiques, tantôt complices, proposent une balade à travers le Mas.

     

    C’est un moment de poésie pure que la compagnie le Théâtre Chez Soi, adepte des spectacles déambulatoires tout terrain, a choisi de partager avec le public dans le cadre bucolique d’un mas traditionnel catalan, unique à bien des égards. Tous les vendredis, à l’heure où le soleil rosit, à 18h et à 20h20, du vendredi 11 juillet au vendredi 12 septembre, neuf comédiens de la compagnie vous proposent en alternance un florilège, chaque soir renouvelé, d’oeuvres littéraires autour de l’art, de l’amour ou du vin... Avec ces anges venus d’ailleurs, découvrez ou redécouvrez les pensées, extraits de romans et de textes de théâtre, d’auteurs aussi rafraîchissants qu’enivrants tels que J. Pommerat, R. De Vos, B. Pivot, P. Delerm, B. Vian, J. Cocteau, JP. Alègre, C. Fréchette, M. Jolivet, C. Baudelaire ... pour n’en citer que quelques uns... Un lampadaire «rouge» dans la fraîcheur des chais, une malle à souvenirs sous un olivier, un canapé «rouge» au beau milieu des vignes, une paire d’ailes suspendue dans un arbre ... La mise en scène de Laurent Prat privilégie des éléments de décor et accessoires qui -tels des signaux lumineux- ouvrent de nouveaux espaces scéniques, racontent de nouvelles histoires ... De ces artifices résulte un spectacle aux milles facettes offrant - chaque vendredi soir - une version complètement «unique».

     

    Trois soirées en création «ORiginales» sont également proposées, en forme de «cartes blanches» à des artistes du département, en prélude, interlude et final des représentations ... Et pour commencer le vendredi 1er août à 20H20, le TCS partagera l’affiche avec la compagnie du danseur flamenco Lorenzo Ruiz (avec guitare et chant) pour une soirée entièrement dédiée à la «Passion». Le vendredi 15 août, le TCS donnera la réplique ou la «scène» à la comédienne Bérénice Quinta dans «Tout un poème», florilège poétique joué et enjouant (à 20H20) ! Enfin en clôture de ces «vent d’anges et vendanges», le vendredi 12 septembre, le Trio Scherzando d’Alice Emery, Bryan Houde et Olivier Babulet, proposera un final très inspiré d’oeuvres baroques, classiques, contemporaines et de l’opéra - a cappella ou accompagnés au piano - dans «Voix d’Anges» ... Au cours de la visite, une exposition photographique de Laëtitia Lazizi est proposée aux spectateurs sous forme de deux séries en regard : «Balade sensible au Mas Baux» et «L’Egérie» qui les invitent à découvrir le Domaine sous un angle nouveau et à se plonger dans la poésie qu’il suscite. 

     

    Au Mas Baux cet été c’est «De l’art au grand Air, dans tous ses éclats !»

     

    Mise en scène : Laurent PRAT Photographe : Laëtitia LAZIZI. Avec, par alternance selon la soirée : Geneviève BILLERACH, Martine COCQUEREZ, Emeline GIMENEZ, Martine GIMENEZ, Morgane LOYER, Emmanuelle MALE, Thibaut NASARRE, Guillaume NICOLAÏ, Laurent PRAT. Jauge : 50 spectateurs maximum par séance. Prix par spectateur : 13€, tarif réduit (étudiant, intermittent, chômeur…) 7€ et gratuit pour les enfants de - de 12 ans. Création collective : le Théâtre Chez Soi (Perpignan). Durée du spectacle : 55 minutes environ. Soirées «ORiginales» Prix : 18€. Tarif réduit : 9€. Renseignements et réservations : le Théâtre Chez Soi t. 06 58 40 38 11 www.letcs.fr. Mas Baux, Voie des Coteaux t. 04 68 80 25 04 www.mas-baux.com. Exposition : ouverture tous les après-midis de 15h à 19h en juillet (sauf les dimanches).

     


     

    Laure Limbourg

    Pour le Théâtre Chez Soi

     

    Partager cet article
    Repost0
    5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 10:56

    eberhard-copie-1.jpeg  L'acteur Fabrice Eberhard

     

     

    Le théâtre du Boramar, créé par Eberhard, ira autre part. 

     

    D'autres villes du département veulent l'accueillir, selon Le Figaro (au passage, on se rend compte qu'on est lus vite informé par les médias parisiens que par les journaux d'ici, à Perpignan...)

     

    La réunion avec le nouveau maire aurait été cordiale...La pétition de F.Eberhard pour la survie du théâtre d'un bon impact...Or, il n'y aura pas de festival Molière à Collioure.

     

    Réorganisation et finances oblige, la mairie va réduire la culture : un festival du livre sur deux jours, début septembre, entre les marchés du mercredi et du dimanche; un hommage au romancier O'Brian sur la petite agora de la place du 18 juin; pas de stands sur le port, pas de débats au pied du château... La culture, à Collioure, c'est de l'économie, du rikiki..

     

    La culture, c'est du passé..?

     

     

    On parlera un peu de théâtre à l'automne, en accord avec les vendanges et la promotion des vins du pays...

     

    Le vrai problème pour les festivals, c'est que Collioure n'a pas de lieu, en ville, adéquat : le seul centre culturel, vieillot, mais pas de vrai théâtre, pas de vraie salle de cinéma.

     

    L'ancien maire, M.Moly, premier vice-président du CG66, comptait sur le Château Royal pour accueillir la culture et les divers festivals (piano, théâtre, livre). Le problème de la culture vient de là, cette non-communication entre la mairie et le CG; l'élu du CG ne doit pas croire que cette chose est à lui; le château doit être à tous, et aux habitants de Collioure avant tout. Tant qu'une entente entre mairie et CG ne sera pas scellée, ce sera au dépend de la culture.

     

    Sans le Château Royal, et sans une volonté du nouveau maire, la culture sera le parent pauvre. 

     

     

    La situation peut cependant vite basculer : lors des prochaines cantonales, le CG66 peut tomber aux mains de la droite, M.Moly étant en position difficile, désormais, sur la côte, ainsi que M.Mateu, peu apprécie sur le canton d'Elne...

     

    M.Jacques Manya, le maire-médecin de Collioure, compte sans doute sur cette perspective pour profiter de la cour et des salles du Château Royal...

     

     

    Quant à F. Eberhard, il ne m'a pas rencontré, comme cela était prévu, en lisant son message (mail) : je verse cependant au dossier ses arguments en réponse à mon premier article, négatif :

     

    Bonsoir,

    >   J'ai lu avec effarement et tristesse le courrier me concernant sur ton blog. Autant de mensonges, de diffamation, de méchanceté m'ont bien peiné.

    Je réponds à tes questions.

     

    Tout d'abord il est vrai que j'ai été présenté au maire de Collioure par mon père, je ne le nie pas en 1991. Depuis 1992, et la 1ère représentation poétique dans la salle de la Reine, ou nous avions accueilli 100 personnes environ à 2013, ou nous avons reçu plus de 3500 personnes (et refusé au moins 500 personnes), je pense avoir fait suffisamment mes preuves pour mériter une reconduction.La preuve en est, que sans ce succès public, j'aurai été éjecté depuis lontemps, ou je serai parti de moi-mème.

    >

    Concernant la mise en scène, j'ai signé toutes les mises en scènes du festival, et ceci depuis le début, elles sont authentifiées et déclarées.

    Concernant "Le songe d'une nuit d'été", bien sur la traduction adaptation est totalement faite par moi,elle est d'ailleurs en vente depuis plus de 7 ans à la librairie théatrale de Paris, au coté de toutes les autres traductions. L'accusation de m'ètre "accaparé" d'une autre traduction, est incohérente,d'autant plus que cette traduction a été jouée à Paris par deux compagnies différentes, et donc controlée.

    >

    Quant à l'acteur qui ne"joue plus", je demande aussi réparation, car je joue régulièrement, mais à Paris c'est vrai.

    En ce qui concerne mon ego que j'aurai surdimensionné, je trouve aussi cette réflexion déplacée.

    >

    Quant à mon age , je n'ai que 63 ans, ce qui me parait un âge très raisonnable et pas vraiment élevé pour s'occuper d'un festival .

    >

    Concernant le spectacle de Matisse, que de malentendus ! Je récapitule.

     

    > 1/ Je t'ai demandé l'autorisation d'utiliser ton texte.

     

    > 2/Je n'ai pas donné ton nom à la presse suffisamment, et je ne t'ai pas assez représenté sur les éléments de communication, c'est vrai et sur ce point, je fais amende honorable, et j'espère me rattraper un jour.

     

    > 3/A ma connaissance, Il n'y a eu aucune vente de DVD du spectacle, ni produits dérivés.

     

    > 4/Concernant les droits d'auteurs, c'est un sac de noeud, tu le sais bien.Le montage que j'ai fait se base sur une dizaine d'écrits, et même si le tien est largement majoritaire, c'est un travail de titan, de mettre tout cela au propre.

     

    > 5/Mais je te tends la main, déposons ce texte une bonne fois pour toute à la s.a.c.d, ainsi nous rendrons à César ce qui est à César, et peut-être repartirons nous sur un bon pied, si le spectacle est repris. Personne n'a touché de droits pour ce spectacle, et c'est vrai qu'il y a une certaine injustice pour les auteurs (et toi en particulier). Pour cela il faut accuser les producteurs et non moi, qui auraient du prévoir dans leur budget une personne payée pour faire page après page le décompte.

     

    Quelque soit le malaise ressenti par toi vis à vis du spectacle de Matisse, il ne t'autorise pas à me trainer ainsi dans la boue avec des propos mensongers.C'est pourquoi, je te propose  de faire une réhabilitation dans ton blog à l'amiable, qui est importante non pas pour "mon égo", mais pour nos personnes humaines. Je viens à Collioure la semaine prochaine, (en espérant rétablir pour le festival une situation tès fortement compromise) voyons nous autour d'un café, pour parler  positivement, et parler pourquoi pas de Walter Benjamin très beau texte, que j'espère toujours un jour  jouer !

    >

    Bien cordialement, 

    > fabrice Eberhard 

     

     

    Partager cet article
    Repost0
    20 avril 2014 7 20 /04 /avril /2014 12:02

    photos-0684.JPG (c) jpb -   Après avoir donné mon sentiment sur l'affaire du festival de théâtre de Collioure, je donne la parole à la défense et donnerai bientôt un droit de réponse à F.Eberhard, qui m'a écrit et que je vais rencontrer...JPB

     

     ** Monsieur le Maire de collioure: Maintenir le festival de théâtre d'été au château de Collioure

     

     

    Ci-joint une petition de certains habitants de Collioure, pour le maintien du festival de théâtre de Collioure, sérieusement menacé, dès son édition 2014,  depuis le changement politique, suite aux dernières élections municipales.Merci d'avance pour votre signature, et de faire suivre cette pétition.

     

    Cordialement, Fabrice Eberhard

    > 

    > Pour en savoir plus et signer la pétition, cliquez ici

    > http://www.avaaz.org/fr/petition/Monsieur_le_Maire_de_collioure_Maintenir_le_festival_de_theatre_dete_au_chateau_de_Collioure//?launch

    > 

    > Pouvez-vous faire circuler ce message auprès de vos connaissances afin que toutes les signatures soient recueillies au plus vite.

     

     

    Pourquoi c'est important : 

    Nous venons d’apprendre que la Mairie de Collioure aurait décidé, à la surprise générale, de supprimer le Festival de théâtre d’été pour des problèmes de budget et d'accueil.

     

    Ce festival a été créé en 2004 par le comédien et metteur en scène Fabrice Eberhard. Sur une quinzaine de jours de juillet et d'août, la Compagnie du Boramar présente l'œuvre de Molière lors de grandes représentations dans la magnifique cour du Château Royal. Différents spectacles dans les rues et sur les places sont organisés en parallèle.

     

    Le nombre de soirées et de spectateurs assistant à ce festival n’a cessé d’augmenter pour arriver l’été dernier à 9 soirées, et 3500 spectateurs au château, et 3000 en ville environ pour les spectacles de rue. L'année dernière le festival n’ pas pu satisfaire la demande de plus de 500 personnes, tout en rajoutant des chaises. Depuis deux ans environ, Fabrice Eberhard a demandé plus de soirées, mais cela lui a été refusé par la mairie, officiellement parce que le théâtre prenait trop de place à Collioure et gênait la mise en place d'autres activités en ville.

     

    Le succès de ce festival populaire prouve avant tout que la demande de culture est très forte l’été sur notre côte catalane et que Collioure devrait être à la pointe pour satisfaire cette demande.

     

    Bien entendu, nous ne cherchons pas ici à rentrer dans le débat des coûts et des subventions qui doivent faire l’objet d’une discussion entre les différents acteurs de ce projet (Mairie, conseil Général et M. Eberhard). Nous souhaitons qu’ils puissent trouver un terrain d’entente sur ce plan.

    Il faut faire confiance au public qui cherche au-delà des plaisirs de la plage à donner à Collioure le rôle de pôle de la culture de la côte catalane. La mairie et le Conseil Général doivent trouver un accord pour que vive la culture à Collioure.

     

    Nous voulons dire ici combien le travail de Fabrice Eberhard est reconnu et respecté de son public. Nous souhaitons longue vie au Festival. Qu'il continue à nous faire rêver très longtemps. Par ces temps de crise, un peu de bonheur partagé est le plus beau des cadeaux...

     

     

    http://www.avaaz.org/fr/petition/

     

    Monsieur_le_Maire_de_collioure_Maintenir_le_festival_de_theatre_dete_au_chateau_de_Collioure/?csRkZcb

     

    Partager cet article
    Repost0

    Présentation

    • : Le blogabonnel
    • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
    • Contact

    Profil

    • leblogabonnel
    • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
    • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

    Recherche

    Liens