Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 décembre 2022 6 31 /12 /décembre /2022 10:04
J.Paul Garraud est déjà au champagne - Véronique l'épouse est là aussi -  Aliot et Garraud avec le masque, si jamais Pujol venait...
J.Paul Garraud est déjà au champagne - Véronique l'épouse est là aussi -  Aliot et Garraud avec le masque, si jamais Pujol venait...
J.Paul Garraud est déjà au champagne - Véronique l'épouse est là aussi -  Aliot et Garraud avec le masque, si jamais Pujol venait...

J.Paul Garraud est déjà au champagne - Véronique l'épouse est là aussi - Aliot et Garraud avec le masque, si jamais Pujol venait...

Qui réveillonne avec Louis ALIOT..?

 

 

Pour le dernier de l'an 22, attention les flics, vous ne saurez pas où le maire de Perpi la déclinante va réveillonner... Aucun journaliste local n'a voulu jouer le mediapartiste : ils sont tous au village de Noël du sieur Ferrand venu en catimini en son fief du Barca...

 

 

Cette chute d'année a vu son rayonnement faiblir : battu pieusement par un Bardella qui l'a nommé, par pitié, premier vice-président du RN ! Ce p. de Bardella, président du vice en matières électorales...

 

 

Les échecs ont en effet assailli le premier magistrat de Perpi la décadente : les gauchos, les maçons et les zathées l'obligent à enlever la crèche du patio de la mairie : même le grand Maillol, en sa statue voisine, la "Pensée" ou Méditerranée, avait vu rouge !

 

 

Puis les Catalan(liste)s le mettent en échec à propos d'un lycée au Vernet ! ça finit en queue de poisson, cette année, ou en queue de Pingouin (clin d'oeil à Clarisse R.), avec ces putains de pingouins de catalamerdes !!!

 

 

Et même Lafage qui m'a fait payer les vins pour le vernissage de Véronique en leur domaine de Canet-les roux sillons ! J'irai plus chez Lafage, mais chez Raynal, Gérard le romancier, ce vieux sage !

 

 

Mais au diable les désinformateurs comme ce Bobo : je n'ai pas subi que des échecs : j'ai été (gràce à la gauche qui est restée chez ses Pénates) élu au département avec ma protégée mutique. Enfin une femme qui  ne vous saoule pas de paroles insipides... ah, je sais bien les choisir, les starlettes du RN, dignes de faire de une belle figuration à l'assemblée !

 

 

Donc, nous voici à l'orée de la new year et je vais aller danser chez qui..?

André Bonet ? Oh non on s'est assez vu, et puis il s'est retiré en son nid d'aigle romeufontin pour  méditer sur Sainte Rita et sur son prochain programme cultuel pour Perpi la cultivée...

 

 

J'irai donc chez Garraud, mais chut... sur sa belle colline aux pins parasols, au partage des eaux entre Collioure et Argelès.

Depuis son promontoire et sa vaste villa "Méditerranée", nous regarderons à la fois les feux de Collioure, d'Argelès et du Barcarès, au lieu de courir avec ces cons de pingouins et de lapins de garenne qui voteront, je l'espère, pour moi, quand je me présenterai à la région pour baiser cette folle de Carole !

Bonne année, tout de même, oh, mes chers citoyens et même concitoyens !

 

 

J.P.B. (31.12.2022)

 

photos : Jean-Paul Garraud est déjà au champagne - Véronique l'épouse est là aussi -  Aliot et Garraud avec le masque, si jamais Jean-Marc Pujol se pointait... (DR)

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2022 5 09 /12 /décembre /2022 10:09
J.P.Alduy - Avec son père Paul - Soutenu par le "socialiste G. Frêche- Aliot et son complice J.P.Pujol -
J.P.Alduy - Avec son père Paul - Soutenu par le "socialiste G. Frêche- Aliot et son complice J.P.Pujol -
J.P.Alduy - Avec son père Paul - Soutenu par le "socialiste G. Frêche- Aliot et son complice J.P.Pujol -
J.P.Alduy - Avec son père Paul - Soutenu par le "socialiste G. Frêche- Aliot et son complice J.P.Pujol -
J.P.Alduy - Avec son père Paul - Soutenu par le "socialiste G. Frêche- Aliot et son complice J.P.Pujol -

J.P.Alduy - Avec son père Paul - Soutenu par le "socialiste G. Frêche- Aliot et son complice J.P.Pujol -

Népotisme et clientélisme à la mairie de Perpignan : d’ALDUY à ALIOT

 

Perpignan, les dérives d'un système,

par Franck Johannès

L'affaire de la chaussette à Perpignan (Pyrénées-Orientales) n'est pas seulement un épisode tragi-comique qui a marqué la réélection du maire UMP, Jean-Paul Alduy. 

 

 

Publié le 05 avril 2008 L'affaire de la chaussette à Perpignan (Pyrsettes. Une information est ouverte, et un recours en annulation déposé devant le tribunal administrati

La justice, administrative ou pénale, dira s'il s'agit de l'acte isolé d'un homme qui se présente comme "le roi des imbéciles", ou la bavure d'un système rodé par un demi-siècle de dynastie Alduy. "Le flagrant délit a permis de mettre le nez dans un système qui existe depuis longtemps", assure Clotilde Ripoull, la chef de file du MoDem.

Le "système" a été mis en place dès 1959 par Paul Alduy, le père de Jean-Paul Alduy, passé par petites étapes de la SFIO à l'UDF. Il a appuyé son pouvoir sur deux groupes, cantonnés dans des quartiers clairement identifiés : les Gitans, dans le quartier Saint-Jacques, sédentarisés depuis le XVsiècle et parmi les plus anciens habitants de la ville, et les rapatriés d'Algérie, dans le quartier du Moulin à Vent, bâti pour les accueillir. Saint-Jacques, épicentre des émeutes de 2005, est aussi "le pivot historique de la carte électorale de la droite municipale", analyse l'universitaire David Giband, dans la revue Hérodote (La Découverte, 1er trimestre 2006). Le vote gitan peut faire basculer le canton et par ricochet le conseil général, et les chefs de famille (les "tios") ont longtemps servi de relais au maire en échange de faveurs...

(extraits)

 (C) Le Monde

 

Népotisme et clientélisme à la mairie de Perpignan : d’ALDUY à ALIOT

 

Lire le numéro de

La Semaine du Roussillon (8 déc. 2022)

 

  • Jean-Paul Alduy, est un parfait exemple de ces rejetons de dynasties locales qui impriment leur marque à la vie politique de quelques villes de France, comme les Baudis à Toulouse ou, jadis, les Médecin à Nice. Il est fils de Paul Alduy, ancien directeur de cabinet de Guy Mollet, maire, puis député de Perpignan de 1959 à 1992, et c’est tout naturellement qu’il lui succèdera après une crise et la dissolution du Conseil municipal en 1993. L’opportunisme, le népotisme, le clientélisme se pratiquent dans la famille comme l’équitation chez les Windsor : Paul Alduy quitte la SFIO en 1972 pour rejoindre les démocrates sociaux (ancêtre du MODEM) et Jean-Paul Alduy, d’abord élu sous l’étiquette UDF, passera à l’UMP en 2002. On peut supposer que son fils, qui devrait, en bonne logique, récupérer la mairie de Perpignan en 2014, recommencera le cycle en se présentant sous les couleurs du PS…

Décédé en 2002, Paul Alduy avait été sévèrement condamné en 1997 et privé pour cinq ans de ses droits civiques pour avoir fait bénéficier son épouse d’un emploi fictif au centre communal d’action sociale de Perpignan. La présence d’une forte communauté de gitans sédentarisés au centre-ville a alimenté les rumeurs, toujours démenties avec la plus grande énergie par les intéressés, de l’achat de “blocs de voix” dans ce secteur par les Alduy père et fils. Ces pratiques avaient fait l’objet d’un livre écrit par une journaliste du New York Times, Fernanda Eberstadt, Le chant des gitans, dont l’édition française, parue en 2007 chez Albin Michel, fut fortement édulcorée sous la pression de Jean-Paul Alduy.© De Perpignan à Hénin-Beaumont 

© Causeur, Luc Rosenzweig  - 29 juin 2009

 

  • Aliot Louis

Ambition revue à la baisse : faute d’avoir été élu président du Rassemblement national, Louis Aliot tente de faire entrer le parti d’extrême droite au conseil départemental des Pyrénées-Orientales. Le maire de Perpignan est candidat à la cantonale partielle de Perpignan-Canohès, ce dimanche. Il pourra difficilement y faire moins bonne figure que dans son humiliante défaite face à Jordan Bardella pour la succession de Marine Le Pen. Le 5 novembre, seuls 4 000 adhérents du RN sur 26 000, c’est-à-dire 15 %, ont porté leurs voix sur Aliot, figure historique du mouvement, à la tête de la plus grande ville RN de France.

Après une période d’absentéisme, notamment au conseil communautairequ’il vice-préside, Aliot revient donc à la ville qui l’a désigné le 28 juin 2020. Elu sur la promesse d’un retour de l’efficacité politique à Perpignan, contre l’ancienne équipe au pouvoir depuis trente ans qui a laissé le centre-ville se paupériser dans des proportions effarantes, Aliot n’a, au tiers de son mandat, pas encore fait mieux. «On hérite de beaucoup de choses, justifie un proche…

© Libération, par Tristan Berteloot

publié le 26 novembre 2022 à 7h48

 

 

  • Fédération du PCF 66 (2 déc. 2022)

Enquête du journal Libération. Clientélisme, népotisme, conflits d’intérêts. À Perpignan, Louis Aliot donne priorité à ses potes

 

Deux ans après son élection, le maire de la plus grande ville RN de France, candidat à la cantonale partielle de ce dimanche dans les Pyrénées-Orientales, n’a pas tout à fait rompu avec les travers qu’il reprochait à son prédécesseur, Jean-Marc Pujol.

Ambition revue à la baisse : faute d’avoir été élu président du Rassemblement national, Louis Aliot tente de faire entrer le parti d’extrême droite au conseil départemental des Pyrénées-Orientales. Le maire de Perpignan est candidat à la cantonale partielle de Perpignan-Canohès, ce dimanche. Il pourra difficilement y faire moins bonne figure que dans son humiliante défaite face à Jordan Bardella pour la succession de Marine Le Pen. Le 5 novembre, seuls 4.000 adhérents du RN sur 26 000, c’est-à-dire 15 %, ont porté leurs voix sur Aliot, figure historique du mouvement, à la tête de la plus grande ville RN de France.

Après une période d’absentéisme, notamment au conseil communautaire qu’il vice-préside, Aliot revient donc à la ville qui l’a désigné le 28 juin 2020. Elu sur la promesse d’un retour de l’efficacité politique à Perpignan, contre l’ancienne équipe au pouvoir depuis trente ans qui a laissé le centre-ville se paupériser dans des proportions effarantes, Aliot n’a, au tiers de son mandat, pas encore fait mieux. « On hérite de beaucoup de choses, justifie un proche. Le bilan est à regarder par rapport à la continuité du système précédent. C’est une municipalité qui n’avait pas connu d’alternance depuis l’après-guerre, c’est singulier. »

Gardes du corps

Aliot se démarque sur un point : il a fait exploser la masse salariale de la ville. Elle s’établit désormais à 101 millions d’euros par an, contre 91 à la fin du mandat du précédent maire, le LR Jean-Marc Pujol. Situation problématique si l’on se réfère à un audit commandé par Aliot lui-même en 2021, et qui jugeait ce montant dangereux s’il était atteint en… 2025. Cela n’est pas du seul fait de «l’augmentation des effectifs», notamment de la police municipale, comme le dit la mairie. Il y a aussi eu une nette hausse des dix plus hautes rémunérations de la ville, peut-on lire dans un document public : la différence entre le total de 2019 et celui de 2021 atteint les 100.000 euros, passant de 844 400 à 942 200 brut par an. Louis Aliot, lui, s’est augmenté de 17 % dès son arrivée.

Il y a aussi cela : dans une ville portée sur le clientélisme, Aliot a, comme ses prédécesseurs, choyé quelques personnes qui comptent à Perpignan ou leurs proches. Selon des documents transmis à Libération, les contrats à durée déterminée de membres des différentes communautés ou de leurs amis se comptent par dizaines. « Pour encadrer la population, il faut bien quelques connexions et des entrées dans certains milieux », assume l’entourage du maire. Exemple : l’embauche d’Alain Gimenez, figure connue du quartier gitan Saint-Jacques, dans le centre-ville. Surnommé « Lino » ou « Nounours », Gimenez aura bossé un an à la mairie, d’octobre 2020 à septembre 2021, enchaînant cinq contrats au poste de « coordinateur propreté-médiation ». Pendant les municipales, il avait d’abord fait campagne pour le LREM Romain Grau, avant de virer pro-Aliot, avec qui il est désormais en froid. « Les gens que vous recrutez, au début ils sont pour vous, mais c’est une politique à court terme, critique l’ancien maire, Jean-Marc Pujol, qui ne s’était pas gêné non plus pour embaucher Nounours. Il suffit après de leur refuser quelque chose et c’est fini. »

Autre dépense en personnel : après son élection, Aliot s’est payé des gardes du corps. Pour justifier cela, il a dit faire l’objet de menaces, et assuré que la décision avait été prise en concertation avec le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin. La seconde partie au moins est fausse. Aliot a bien écrit au ministre, le 8 septembre 2020, pour lui annoncer avoir « décidé dans l’urgence de faire appel au service de trois personnels contractuels » pour assurer sa sécurité. Il demandait alors à Beauvau de « pérenniser ce dispositif ». Sauf qu’un mois plus tard, le ministère lui répondait par la négative. Dans un courrier du 16 octobre, consulté par Libération, il lui est signifié qu’« aucun risque n’apparaît avoir été identifié localement par les services de police ». Les gardes du corps seront toutefois gardés à ce poste près de deux ans.

 

Bombe factice

Dans la liste des contrats de la mairie, on trouve encore celui de l’ex-conseiller municipal FN Mohamed Bellebou, affecté au service « proximité ». Ce fils de harki de 67 ans, qui a adhéré au Front en 1997, est de longue date au service d’Aliot. Son CV impressionne. En 2010, il a été condamné à de la prison ferme pour avoir séquestré dans son bureau le sénateur ariégeois Jean-Pierre Bel, en le menaçant de faire exploser une bombe factice. En septembre 2020, une information judiciaire était ouverte contre lui, après une enquête du parquet financier, révélée par Mediapart, sur des soupçons d’emplois fictifs quand il était attaché de Louis Aliot au Parlement européen, de 2014 à 2016, et employé d’un imprimeur ami du FN, Imprimatur. « Il connaît très bien Perpignan, balaye l’entourage du maire. On arrive avec des gens qu’on connaît, cela me paraît logique. »

 

Dans le même état d’esprit, l’édile a nommé comme directeur de cabinet Frédéric Bort, 45 ans, qui a rempli les mêmes fonctions auprès de l’ancien président socialiste du Languedoc-Roussillon, Georges Frêche, jusqu’à la mort de celui-ci en 2010. Bort s’est rapproché du RN au moment des dernières régionales. « Le système Aliot est venu supplanter le système Alduy-Pujol, il ne s’est rien passé d’autre », raille un notable de la ville.

 

La mairie n’a rien à envier à l’ancienne municipalité : l’un des élus, Rémi Génis, est à la fois adjoint du maire et gérant d’une société publicitaire, Publissud, qui a bossé pour Louis Aliot pendant sa campagne de 2020. Fait singulier, avec sa double casquette, Génis est entré en bras de fer avec la municipalité, en contestant devant le tribunal administratif une décision défavorable à sa société. La mairie refusait de retirer plusieurs panneaux publicitaires d’entreprises concurrentes, dénoncés comme illégaux par Génis. La ville a dû prendre un avocat pour se défendre… Mais Génis rejette tout conflit d’intérêts : « C’était réglementaire et, certes dans l’intérêt de ma société, mais si j’avais un conflit d’intérêts, je me passerais bien de toutes ces procédures. Il y a des endroits où ça se règle entre copains avec le maire. Là, c’est l’inverse. »

 

Autre personnage de la galaxie Aliot : l’adjoint au maire de la ville, Xavier Baudry. Très proche de l’édile, cet ancien policier âgé de 46 ans est passé par le mouvement d’extrême droite Renouveau étudiant. L’homme cumule les fonctions d’adjoint du quartier Ouest de Perpignan et de conseiller communautaire à l’agglo (indemnité totale : 34.000 euros brut par an), de conseiller régional d’Occitanie (16 650 euros), et d’assistant parlementaire local, à temps partiel, de la députée RN Sophie Blanc (indemnité non communiquée). L’intéressé assure s’investir à fond dans chacun de ces postes : « Le but des cumuls, ce n’est pas de toucher des indemnités, mais de travailler pour l’intérêt collectif, affirme-t-il. Je serais dans le privé, j’aurais des revenus beaucoup plus élevés. Je bosse “H24” sur mes mandats ».

 

Sophie Blanc, elle, a quitté le conseil municipal après les législatives de 2022, en raison de la règle sur le non-cumul. Mais elle n’est pas partie de Perpignan les mains vides : elle a pris comme assistante parlementaire, en plus de Xavier Baudry, la jeune Carla Fabre, 20 ans, étudiante en droit, 1.500 abonnés sur TikTok, et fille aînée de Véronique Lopez, la femme de Louis Aliot. Son collègue Xavier Baudry rejette toute idée de népotisme : « Pour bien communiquer, on a besoin de jeunes qui ont du talent sur les réseaux sociaux. »

 

« Forte approbation »

L’équipe municipale est un panier de crabes dans lequel l’ambiance est délétère et où certains ont des démêlés avec la justice. Le directeur général des services, Philippe Mocellin, a porté plainte contre un agent pour des propos diffamatoires et homophobes tenus à son encontre sur les réseaux sociaux. L’agent va être jugé en janvier, confirme le parquet à Libération. Une élue, Christine RouzaudDanis, fait l’objet d’une plainte pour harcèlement moral d’un fonctionnaire. Considérant ces accusations comme « mensongères et infondées », elle a demandé la protection fonctionnelle en mars, pour faire supporter ses frais d’avocats par la ville.

 

Jacques Palacin, adjoint à la proximité, est accusé d’agression sexuelle par une fonctionnaire territoriale. Selon une source proche du dossier, elle a raconté que cet ancien du PS et du Grand Orient de France, lui a glissé la main entre les cuisses lors d’un déplacement en voiture au premier trimestre 2022. La femme n’a pas porté plainte. Et Palacin nie en bloc : « Ce sont des ragots de merde, des manœuvres pour dézinguer un adjoint. Je suis droit dans mes bottes. » Louis Aliot, qui n’a pas répondu à nos questions, a quand même saisi le procureur de Perpignan, en accord avec l’article 40 du code de procédure pénale, qui l’oblige à signaler tout délit présumé commis par l’un de ses agents. Mais il a gardé Palacin en poste. L’enquête est toujours en cours.

 

Voilà pour les coulisses. Pour la scène, Aliot communique beaucoup, et pas seulement dans les médias nationaux dont il est un invité régulier. Le budget de la ville a, dans ce domaine, explosé. C’est aussi la faute de son prédécesseur qui, par souci d’économies, avait peu investi en la matière. La méthode Aliot est différente. Selon des documents consultés par Libé, au cours de la première année du mandat, la ville a dépensé près de 830.000 euros en autopromotion : spots publicitaires, affiches, publireportages… « Une somme tout à fait raisonnable, pour une ville de 120.000 habitants », rétorque la mairie.

Exemple : en septembre 2021, Aliot a sorti le carnet de chèque pour se payer une « vaste » étude d’opinion. Facturée 26.000 euros, elle a été mise à la une du « Perpignan ma ville » du mois suivant, le magazine de la commune. Dans ce numéro intitulé « Opération transparence », un résumé de l’étude critique la municipalité précédente et son « système frelaté », mais n’oublie pas de féliciter la nouvelle. « Après un an de mandat, peut-on lire, Louis Aliot, bénéficiant de sa stature nationale, n’en suscite pas moins une très forte approbation. » Encore : « les mots qui incarnent le mieux » le maire de Perpignan sont « rassurant, franchise, courage, charisme »… Le magazine assure n’avoir « omis aucun des termes »prononcés par le « panel représentatif de la population perpignanaise », recueillis par un « institut 100 % indépendant ».

 

L’étude a en fait été pondue par Christophe Gervasi« sondeur et politologue » de 56 ans, pas vraiment inconnu au RN. Après une carrière de prestataire d’instituts, il a surtout travaillé les dernières années pour Marine Le Pen. Pendant la campagne présidentielle de 2017, il a effectué pour la candidate quatre études d’opinion, pour un montant de 190.000 euros au total. Pour celle de 2022, la commande a été moitié moindre. Contacté par Libé, Gervasi assure que son rapport de 95 pages ne souffre d’aucun accroc déontologique. Si son panel « qualitatif » a été critiqué par des élus d’opposition, parce qu’il se résume à des réunions de deux heures et demie avec trois groupes de sept personnes rencontrées à l’hôtel Ibis de la gare de Perpignan, Gervasi affirme que tout a été fait dans les règles, « avec un profilage méthodique fourni par des agences marketing », jure-t-il, sans plus de détails. L’enquête lui a été commandée par la mairie sans appel d’offres, ce qu’autorise la loi quand le marché coûte moins de 40.000 euros. Pour la forme, il y a quand même eu « sollicitation » de deux autres instituts – dont OpinionWay. Tous deux ont poliment décliné, selon des mails qu’a pu consulter Libération.

 

Autre passage de l’étude de Gervasi : Aliot est décrit comme un maire qui « n’a pas fait comme les autres, prendre les copains des copains du neveu de machin… » Il a pourtant nommé à la tête de son service communication sa femme. Malgré le fort soupçon de conflit d’intérêts que peut provoquer ce genre d’embauche, celle-ci s’est faite « dans les règles », affirme Frédéric Guillaumon, adjoint d’Aliot. Ce dernier est aussi à la tête de la régie du Palais des congrès de la ville, d’où Véronique Lopez est en « disponibilité » depuis le 25 novembre 2020, grâce à un arrêté signé par lui.

 

Directrice adjointe en charge de la communication externe, Véronique Lopez a d’abord été chapeautée par Arnaud Folch, un proche de Louis Aliot, passé par les hebdos d’extrême droite Minute et Valeurs actuelles. Mais Folch est parti et n’a jamais été remplacé.

La ville de Perpignan doit à Véronique Lopez son nouveau surnom : « la rayonnante ». Ancienne commerciale en médicaments, elle est aussi artiste peintre, sous le nom de Vebeca. Quelques-unes de ses toiles abstraites décorent les murs de la mairie et de la permanence de Sandrine Dogor-Such, la députée RN de la 3e circo des Pyrénées-Orientales, qui se situe dans les ex-locaux de campagne d’Aliot, au premier étage d’un ancien hôtel particulier adjacent à la mairie. Loué à l’époque des municipales 1.500 euros par mois, il appartient à une SCI détenue par une autre élue municipale, Florence Moly, qui elle non plus n’a pas intérêt à ce qu’Aliot quitte la mairie.

 

  • L’Agglorieuse, par Made in Perpignan :


♦ La parole à la mairie de Louis Aliot ?

C’est via un tweet fort sobre, que le maire d’extrême droite Louis Aliot a partagé la nouvelle : « Un nouveau média dans le 66 ». Nous avons questionné Tristan Cuche à propos de cette mise en lumière par le premier magistrat de la ville de Perpignan. « On ne roule pour personne et c’est ce qui fait notre succès ». 

Le rédacteur en chef de l’Agglorieuse rassure en déclarant qu’il n’épargnera pas Monsieur Aliot : « On est dans le contre-pouvoir, il y a des médias qui vont à la gamelle pour récupérer des subventions publiques (…). Nous à Toulouse on est contre le maire de Toulouse. (…) Et dans le Tarn on est un peu contre tout le monde. Ce n’est pas une philosophie, c’est parce que la presse doit être un contre-pouvoir ».

Épiceries de nuit, Place Cassanyes, Police municipale, équipements de la ville… Depuis son lancement, le 9 février, les sujets sur Perpignan reprennent les thèmes de prédilection de Louis Aliot. Ce dernier mettant en lumière le nouveau journal par ses partages sur les réseaux sociaux. Le porte-parole de la candidate Rassemblement National n’oublie pas de faire précéder ses partages de la mention « Journal d’informations »L’Agglorieuse disposant d’un agrément national presse. Un distinguo fait avec les publications des blogs locaux.

 

Livre de Fernanda Eberstadt · octobre 2007 - Le chant des gitans

 

 

Livre sur les gitans de Perpignan, qui déplut à beaucoup...et fut censuré en partie (pression du maire J.Paul ALDUY)

 

  • Fernanda Eberstadt  Préface de John Updike, Albin Michel, Paris, 2007, 278 pages, 18 euros. 

(à suivre)

 

" La tonalité mélancolique de son portrait sans concession des Gitans d'aujourd'huinous laisse avec l'impression apaisante que tout s'achève finalement sans ordre réel,que toutes les existences sont plus ou moins confuses, et que nous sommes tous, les uns et les autres, " des gens du voyage ". John Updike(extrait de la préface)A quelques dizaines de kilomètres de la Catalogne, Perpignan abrite la plus grosse communauté gitane d'Europe occidentale, dont les origines remontent au Moyen-ÿge.Fascinée par la musique et le chant des Gitans, Fernanda Eberstadt va, peu à peu, pénétrer dans l'intimité de plusieurs familles (dont celles du groupe Tekameli) et d'une communauté dont elle dresse le portrait à travers son histoire, ses traditions, sa culture et son quotidien.A sa suite, nous parcourons les lieux de leur univers : ses églises, ses bars, ses arrière-cours qui abritent les combats de coqs clandestins, ses quartiers qui obéissent à leurs propres règles? Se dévoile ainsi, de manière extrêmement vivante, un monde écartelé entre les lois anciennes et les affres de la société de consommation. Un monde aux relations complexes et parfois difficiles avec l'extérieur.Mais, les hommes et les femmes qui peuplent ce livre offrent le portrait dynamique et chaleureux d'une communauté aux prises, comme tant d'autres, avec les transitions rapides de notre époque. 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2022 1 05 /12 /décembre /2022 09:17
Aliot et C. Muti - Vladimir
Aliot et C. Muti - Vladimir

Aliot et C. Muti - Vladimir

Louloup dans la bergerie
 

Absence et effondrement de la gauche, abstention énorme (+ de 3/4 des inscrits), échec de la droite républicaine, L. Aliot est élu par à peine 1/8ème des inscrits, soit 1949 voix sur 16 080 inscrits. (il a gagné 456 voix au second tour)           

  Résultats très modestes pour un candidat aussi connu. Cette élection montre encore le désintérêt des électeurs, l'entrée du RN au CD66 ne modifiant pas la majorité PS/PC. Un candidat élu dans ce contexte ne peut se glorifier que d'une légitimité très relative...

Elle atteste aussi de la banalisation de l'extrême-droite, c'est-à-dire que la personnalité du maire de Perpignan n'est pas perçue comme radicale ou dangereuse : l'effacement du "front républicain" en est la preuve.

 

jpb

 
Le RN Louis Aliot remporte la cantonale partielle de Perpignan-Canohès

 

Le maire de Perpignan fait entrer l’extrême droite au conseil départemental des Pyrénées-Orientales pour la première fois de son histoire. Le scrutin de ce dimanche a été marqué par une forte abstention.

Le maire RN de Perpignan, Louis Aliot, a remporté dimanche le deuxième tour de l’élection cantonale partielle de Perpignan-Canohès, dans les Pyrénées-Orientales, où il se présentait avec pour binôme la jeune Carla Muti, élue municipale d’opposition à Canohès, et assistante parlementaire de la députée Michèle Martinez. Arrivé en tête au premier tour, avec 44 % des voix, le duo du Rassemblement national a obtenu 53,53 % des votes au second, selon les résultats définitifs, devant un binôme d’alliance de la droite et du centre à 46,47%. Le scrutin a été marqué par une très forte abstention : seuls 23 % des électeurs se sont déplacés.
 

Avec cette victoire, Louis Aliot fait entrer le RN au conseil départemental des Pyrénées-Orientales pour la première fois de son histoire. (C) Libération

Aliot cumule désormais les fonctions de maire de Perpignan, où sa gestion est épinglée pour clientélisme et népotisme ; de vice-président à la communauté urbaine de Perpignan Méditerranée Métropole, où il est peu visible ; de premier vice-président du RN, poste qu’il a obtenu après sa défaite cuisante à la présidence du RN ; et donc conseiller départemental.
 

En mai 2021, dans ce 5e canton de Perpignan-Canohès, un binôme PS l’avait emporté au second tour avec 51 % des voix, mais moins de 100 d’avance sur le RN (49 %). L’élection avait toutefois été invalidée par le Conseil d’Etat, du fait de l’inéligibilité du candidat du parti de Marine Le Pen, Jean-Marie Dionet, un ancien responsable des douanes.

 

Dans le lit de la haine 

 

Dans le lit de la haine,

Ne sommeillent ni les nounours,

Ni l'espoir en de meilleurs jours.

Les enfants dans la nuit d’ébène,

Cernés par les croquemitaines,

Rêvent de gloires incertaines.

Bercés par le chant des sirènes,

Poings serrés et mains déjà pleines,

Ils dorment tandis que reviennent

Les vieux démons qui les ramènent

Aux horreurs de l’histoire ancienne,

Dans le lit de la haine.

 

Dans le lit de la haine,

Il fait si noir que dans un four.

Les comptines ont tourné court.

Les enfants sous le ciel amène,

Repus de joies un rien obscènes,

Rêvent d’une vie mise en scène

Et de conquêtes aériennes.

Ils dorment sans qu’ils se souviennent

Des libertés perdant haleine,

Des droits que l’on bafoue sans gêne,

Des leçons de l’histoire ancienne,

Dans le lit de la haine.

 

Dans le lit de la haine,

Les craintes ont exclu l’amour.

Le doute bat sous l’abat-jour.

Les enfants sous la lune pleine,

Croulant dessous le joug des chaînes,

Rêvent de guerres inhumaines,

Remportées sans aucune peine.

Ils dorment tandis que reviennent

Les navires sans capitaine,

Les chefs de l’armée mexicaine,

Les relents de l’histoire ancienne,

Dans le lit de la haine.

 

Jean Iglesis

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2022 3 23 /11 /novembre /2022 12:05
Aliot et Ferrand au Barcarès

Aliot et Ferrand au Barcarès

On nous cache tout, on nous dit rien... La chanson de Dutronc est encore d'actualité.

 

Dans ce département gangréné par les affaires d'argent, de corruption, de complotisme de promoteurs immobiliers, etc...

dans ce 66 traversé par l'idéologie post-vichyssoise, algérianiste et post-fasciste, l'information, incomplète, censurée, souffrant de rétention de la part de médias survivant grâce à la pub et le subvention de la Région ou d'une municipalité (les pages entières payées en période de Noël par la ville du Barcarès, dirigée par M. Ferrand), le citoyen est méprisé, n'a pas droit à la parole.

 

L'affaire Ferrand, encore une autre... On voudrait savoir pourquoi il jouit de la clémence des juges (combien a-t-il donné au juge véreux..?

 

L'affaire Stéphane Babey : pourquoi L. Aliot s'est-il débarrassé de son directeur de cabinet..? Le maire accuse S.Babey de trahison et de s'intéresser à une affaire juteuse plutôt qu'à la bonne marche de la mairie... Où est la vérité ? Quel journal a enquêté ? Pas la peine d'avoir autant de médias et sites sur le net (L'Archipel contre-attaque, Ouillade, Made in Perpignan, Vails conducteurs, le site catalan, la Semaine...) pou en savoir si peu... Tous ces journalistes ne sont tout de même pas complices et arrosés par la mairie, la Région ou l'agglomération  de Perpignan (où Aliot a réussi à pénétrer grâce au soutien de Ferrand)..??

 

L'affaire du directeur du théâtre : pourquoi l'attaque de l'adjoint à la culture contre Borja Sitja..? Pourquoi le maire a-t-il placé, d'abord son épouse, puis l'avocat Maurice Halimi à la direction du conseil d'administration..? Va-t-il placer un copain à la tête de la scène nationale..? Pourquoi pas une rumeur, rien, depuis des mois.? L'omerta.? Et que disent les intellos ? Ah, c'est vrai, ils déambulent autour du col de Banyuls...

Que disent les journaux ? Nada ! Pas la peine d'avoir tous ces envoyés spéciaux parisiens de Mediapart, et autres reporters qui devraient nous alerter !!!

 

​​​​​​​L'affaire de l'incendie du mess..? Où en est-on .? Vous ne saurez rien, on vous contactera quand ce sera le temps des élections, bande de citoyens à la noix !

Et tant d'autres mystères politico-judiciaires non élucidés, censurés...

JPB

​​​​​​​

Affaire FERRAND / 

 

Justice,  Alain Ferrand,  Perpignan

 

Alain Ferrand a été une nouvelle fois mis en examen ce jeudi 17 novembre par le juge d'instruction de Marseille pour "prise illégale d'intérêt". Il lui est reproché d'avoir facilité l'achat de masques par des collectivités où il était élu, au bénéfice d'une entreprise dont il serait partie prenante. Selon son avocat, le maire du Barcarès "nie tout".

Le feuilleton politico judiciaire autour du maire du Barcarès vient de connaître un nouvel épisode. 

 

Pour mémoire, Alain Ferrand a été interpellé en mai 2021 et d'abord mis en examen par un juge d'instruction marseillais pour "extorsion en bande organisée et concussion" dans le cadre d'une affaire de taxes illégales imposées à des commerçants et gérants de camping de sa commune. Il aurait exigé qu'ils versent des participations financières indues à la municipalité pour des travaux de voirie, la location de parasols ou la mise en place de chalets pour les fêtes de fin d'année. Des sommes qui auraient été justifiées par une participation aux animations de la station balnéaire. ...

A lire aussi : Village de Noël du Barcarès : Alain Ferrand et quatre autres prévenus au tribunal le 22 mars

... il a été mis en examen jeudi 17 novembre pour "prise illégale d'intérêt par dépositaire de l'autorité publique", en tant que maire, mais aussi vice-président de la communauté urbaine Perpignan Méditerranée, concernant l'achat de masques Covid pour lequel il aurait joué le double rôle d'acquéreur et de vendeur. 

 

En pleine crise sanitaire, il aurait mis en relation des entreprises de commercialisation de masques avec les deux collectivités. Les acquisitions auraient été conclues : pour la commune 10 000 pièces réutilisables à 3 euros chacune et pour l'Agglomération 20 000 pièces jetables à 0,60 € chacune. Mais ces deux commandes auraient été payées à une même société ECEMS  (Entreprise Conception  Entretien  Maintenance  Services) logée dans les locaux du complexe Le Marina au Barcarès, où auraient été en outre stockées une partie des livraisons de masques. Une entreprise, selon la justice, dont le maire du Barcarès ne serait autre que le gérant de fait. 

... "Je suis d'une sérénité absolue", poursuit-il. "Et puis, si on regarde le contrôle judiciaire, on n'en est plus à un paradoxe. On a dit pique pendre sur Alain Ferrand, on l'a envoyé en prison, et là on le laisse revenir cinq jours par semaine au Barcarès (jusque-là les seules autorisations portaient sur les mardis et vendredis NDLR), dans la mairie dont on dit qu'il est le chef de bande. Et ça, tout en l'interdisant à rentrer chez lui depuis presque 2 ans et à l'obliger à aller dormir à 20 km de là, dans l'Aude. Si l'élu est un voyou, un escroc, un falsificateur et il fait épurer la vie politique française. Mais Monsieur Ferrand ne veut pas être l'objet du fantasme que porte son nom depuis 20 ans".   

 

Contacté ce mardi Alain Ferrand n'a pas donné suite à nos appels.

(C) L'Indépendant du 23 nov 2022 (extraits)

 

- - -

*Faits divers

Pyrénées-Orientales : le maire du Barcarès, Alain Ferrand, va sortir de prison au bénéfice d’une erreur de procédure

L’élu des Pyrénées-Orientales, qui avait été placé en détention provisoire pour violation de son contrôle judiciaire, va être libéré au bénéfice d’une erreur de procédure….

10.2.2022

(C) Le Parisien

 

Affaire Borja / ALIOT

 

Le théâtre de l'Archipel

  • Polémique – Théâtre de l’Archipel de Perpignan : M.L’adjoint à la culture répond au directeur du théâtre (non reconduitpar la municipalitré) au sujet de son post (texte sur les réseaux) contre Marine Le Pen :

 

 

André Bonet est avec Louis Aliot et 

6 autres personnes

11 avril 2022

 

RÉPONSE AU POST FACEBOOK DU DIRECTEUR DU THÉÂTRE DE L’ARCHIPEL

Monsieur Borja Sitja, directeur du théâtre de l’archipel de Perpignan, rémunéré par les contribuables perpignanais, se permet d’ intervenir dans le débat public [ lire son post publié ici ] au lieu de mener à bien sa mission jusqu’à son terme. Ce travail qu’il mène librement depuis sa prise de fonction a apparement moins d’importance pour lui que le respect du public du théâtre dont il a la charge.

Rajouté qu il n y a jamais eu la moindre intervention politique dans les choix artistiques du TDA.

C’est regrettable et indécent au regard du soutien financier et structurel que la collectivité publique lui a toujours accordé jusqu’à ce que ses méthodes de gestion aient dues être remises en question par l’ensemble des administrateurs.

A.Bonet

- - -

 

Revue de presse : Le Monde

A Perpignan, remous politiques autour de la direction du Théâtre de l’Archipel

Le contrat de Borja Sitja, directeur depuis 2016, n’a pas été renouvelé. Il se dit victime de l’hostilité de la mairie, dirigée par Louis Aliot. 

 

Borja Sitja, directeur depuis 2016 du Théâtre de l’Archipel, l’équipement culturel phare de la ville de Perpignan (Pyrénées-Orientales), ne verra pas son contrat renouvelé en juin 2022. Ainsi en ont décidé, lundi 29 novembre, les membres du conseil d’administration de ce lieu inauguré en 2011, labellisé « scène nationale », et évoluant sous le statut d’Etablissement public de coopération culturelle (EPCC). Sur sa page Facebook, le Barcelonais d’origine a affirmé qu’« il s’agit d’une attaque menée par le RN contre [sa] personne ». « Je n’ai d’ailleurs même pas pu m’exprimer lors de ce CA. » Pour le Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles (Syndeac), c’est « la tête de Sitja qui a été coupée par la ville et son maire, Louis Aliot. Nous sommes interloqués par cette décision violente et unilatérale. L’esprit du label d’Etat n’a pas été respecté. »

 

 

Lire aussi :  Article réservé à nos abonnés  A Perpignan, la question de la coexistence entre artistes et municipalité RN

 

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2022 1 07 /11 /novembre /2022 09:49
C.L. Philippe - Communications de la mairie
C.L. Philippe - Communications de la mairie
C.L. Philippe - Communications de la mairie

C.L. Philippe - Communications de la mairie

L'humour, l'absurde, le passage du coq à l'âne...sont courant chez le poète et écrivain Charles-Louis Philippe. Ainsi, dans Croquignole :

"Il avait deux bras courts: ce qui était à la portée de sa main était près de sa bouche."

 

"Que veux-tu ? Quand je me suis me suis amusé un moment, j'ai besoin de ne plus m'amuser."

"Montrouge-gare de l'Est...le bruit fait moins de bruit que ce qui se passe dans votre tête."

 

* Sur l'amour et les femmes...un brin machiste  et quelque peu réaliste :

 

"Les hommes sont tous les mêmes. Ils veulent qu'on soit sans défaut dans leur lit et c'est à peine s'ils vous donnent de quoi en arriver là."

 

"La femme, c'est comme les grands magasins, ça vous donne ce qu'on demande. Il y a des femmes qui ont un corps: ça peut s'appeler de la femme. Je t'assurent qu'elles le soignent."

 

"Les hommes s'imaginent qu'une femme c'est un corps tout nu dans une chemise."

 

* Faire l'amour :  quatre pages à retrouver (p 134... - édition 1930...Débrouillez-vous...) :

 

"Croquignole, les mains vivantes, parcouraient son corps tout entier...dans tous les sens du possible, à la façon des vers de terre qui se dressent... Entre les pieds et la tête il y avait beaucoup de bons endroits..."

 

"Une femme tient de la place dans un lit. Vous la regardez avant d'aller la rejoindre, comme un écolier qui dirait :"Voici l'"Europe, voici l'Asie..."

 

"La femme a de la bonne viande. Qu'on en fasse voir les qualités ! "

 

 

Perpignan : la frénésie des hommages et commémorations:

  • Armistice, Perpi, ville occupée...

 

  • pas une semaine sans une plaque ou un discours pour une personnalité. C'est exotique et démagogique: il y en a pour tout le monde, de la gauche (Jaurès, Paty, Vallmanya...) à l'extrême-droite ( P.Sergent, le cercle algérianiste...)
  • A la mairie, tout un brain trust, l'intelligence de la ville, est occupée (et payée) pour communiquer et plaire à toutes les catégories sociales... ça devient frénétique, hystérique et la banalisation s'installe...

 

exemple :

  • A l’occasion de la célébration du 104ème anniversaire de l’armistice de 1918, Louis ALIOT, Maire de Perpignan, les membres du Conseil municipal vous prient de bien vouloir honorer de votre présence la cérémonie commémorative organisée à Perpignan :
  •  Vendredi 11 Novembre 2022 à 10 h 45
  • au monument aux morts situé boulevard WILSON
  • Vous en souhaitant bonne réception.
  • Bien cordialement.

 

 

 

- - - Situationnisme : 

  • « La réalité du temps a été remplacée par la publicité du temps. »

 

  • « Le spectacle, comme organisation sociale présente de la paralysie de l’Histoire et de la mémoire, est la mauvaise conscience du temps. »

 

  • « L’homme contemporain vit dans le virtuel. »

 

  • Guy Debord
Partager cet article
Repost0
26 octobre 2022 3 26 /10 /octobre /2022 10:47
Aliot et la mutique - Affiche de la SASL, ce vendredi - Le dernier livre de Tabucaire éditeur - N. Le Bihan au CML (voir hier)
Aliot et la mutique - Affiche de la SASL, ce vendredi - Le dernier livre de Tabucaire éditeur - N. Le Bihan au CML (voir hier)
Aliot et la mutique - Affiche de la SASL, ce vendredi - Le dernier livre de Tabucaire éditeur - N. Le Bihan au CML (voir hier)
Aliot et la mutique - Affiche de la SASL, ce vendredi - Le dernier livre de Tabucaire éditeur - N. Le Bihan au CML (voir hier)

Aliot et la mutique - Affiche de la SASL, ce vendredi - Le dernier livre de Tabucaire éditeur - N. Le Bihan au CML (voir hier)

CARLA Bruni à Perpignan et Canohès ? Non CARLA Muti.

Carla la mutique : Louis parle à sa place.

 

D'ailleurs, il a du travail avec ces quatre petites jolies députées nouvelles du RN !

Elles ne savent rien, il doit tout leur apprendredre. Il n'a plus de temps et démissionne des HLM...A quand la rénovation de Saint-Jacques..?

D'abord les élections...à la présidence du RN (Cassandre nous annonce un bide : adieu le national !) et le canton de Canohès (échec annoncé, la gauche avait été élue lors du dernier scrutin). 

Il reste le local à Aliot, dans la forteresse du Castillet.

 

jpb

 

- - -

 

 

Claude Simon et André Vick-Mengus : matière photographique et affinités primitivistes
Claude Simon and André Vick-Mengus: Photographic Subject Matter and Primitivist Affinities
Laura Laborie
Connu pour avoir inspiré le personnage d’Antoine Montès dans Le Vent, André Vick-Mengus a laissé une œuvre photographique dense, qu’il n’a pourtant pas souhaité diffuser hors des frontières du Roussillon. S’intéresser à sa démarche artistique permet de tracer des parallèles féconds avec les choix esthétiques de Claude Simon photographe. À travers la notion de primitivisme, ce mouvement qui a marqué tous les arts du xxe siècle, peuvent s’apprécier les convergences thématiques et formelles qui lient les deux cousins, immortalisant les mêmes enfants gitans et dialoguant avec les cultures des peuples dits « primitifs ». Fragilisant l’entreprise mimétique « réaliste », tous deux resserrent aussi leur cadrage, donnant vie à une matière visuelle, expressive et pré-rationnelle.

Haut de page- - -

12 rue de la Cloche d'OR (jardin, acacia, objets Mengus, escalier) - Florence Lacour et Hélène Ribère (photos JPB, novembre 2018)

 

Une vieille demeure 12 de la Cloche d'Or, à Perpignan 

 

l'hôtel d'Aubermesnil, de Henri de la Houillère à Louis Codet, Claude Simon, et Mengus…

 

Une demeure autour d'un acacia…

 

 

Florence Lacour-Bourgouin-Codet vous accueille avec naturel et sympathie dans la grande bâtisse du 12 rue de la Cloche d'Or.

 Elle vous monte tout, de la cour au couloir, de l'appartement au jardin intérieur, de la cuisine ancienne aux archives derrière une porte dérobée… Bibliothèques, documents, photos et objets de Mengus, partout de la cave au salon, muni d'un poêle inactif en céramique et d'un autre, à bois, qui vous fait oublier la morsure de décembre..

 

Psychanalyste, psychologue clinicienne, elle est porteuse d'une longue lignée, mémoire d'une maison qui a vu des générations de militaires et d'écrivains : de Henri de la Houillère, commandant de la forteresse de Salses à André Mengus, beau-fils de l'écrivain Louis Codet, publié chez Gallimard…Du Capitaine Lacombe Saint-Michel à Claude Simon, prix Nobel de littérature, qui passa son enfance et une partie de l'âge adulte, ici, avant de s'installer à Salses, l'autre maison familiale…

 

De Romain, fils aîné d'Eugène L. St-Michel, qui eut deux filles : l'aînée Thérèse épousera Jean Codet : Louis sera leur fils…et la cadette, Louise se mariera avec Felisie Rousseau : Claude sera leur petit-fils…à ce trio d'artistes et de romanciers, de poètes et de photographes, qui se sont croisés ou ont mis leurs pas dans les traces des autres…C'est complexe, mais la généalogie peut se résumer à des textes décrivant la demeure du coeur de ville, et à cet arbre, au coeur de cette maison, où les souvenirs sont enclos, protégés, intimes, même si de livres et des revues abondent sur ces itinéraires…

 

Oui, résumons l'aventure de ces vies insolites  passées sous le signe de l'acacia, qui poussait le long d'un haut mur, et de celui, désormais, vivace et ferme, devant lequel on médite, maintenant, avec des descriptions de romans dans la tête… 

 

L'acacia, racine de ce microcosme, mémoire des promenades et écritures de ces hommes devenus des fantômes éternels vivant en des albums d'images d'un autre temps, en des romans qu'on a voulu qualifier de "nouveaux", dans les modes littéraires du XX° siècle et qui sont tout simplement actuels, pour longtemps…

 

​​​​​​​la suite sur le blogabonnel - Nov. 2018

JPB 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2022 5 21 /10 /octobre /2022 10:44
L. Aliot et le couple Klarsfeld à la mairie de Perpignan (C) Radio-France
L. Aliot et le couple Klarsfeld à la mairie de Perpignan (C) Radio-France

L. Aliot et le couple Klarsfeld à la mairie de Perpignan (C) Radio-France

  • Un geste d’« ouverture »…

Publié par L’Humanité,

Lundi 17 Octobre 2022

Beate et Serge Klarsfeld, fondateurs de l’association Fils et filles de déportés juifs de France, ont reçu, jeudi 13 octobre, la médaille de la ville de Perpignan (Pyrénées-Orientales) des mains du maire Rassemblement national (RN) Louis Aliot, figure du parti...

L'Agglorieuse

  • Aliot commet le hold-up parfait« Aliot a foutu le bordel. Il nous a coincés. Tout le monde est tétanisé. Personne n’ira balancer contre les époux Klarsfeld et on laisse le champ libre au maire de Perpignan ».

- - - 

 

 

* Nuance

 

 

A ceux qui veulent déboulonner les statues des colonisateurs, conquérants, militaires tortionnaires, il faut opposer la complexité : l’Homme n’est pas constitué uniquement de zones d’ombres. Prenons Napoléon, sacrifiant ses hommes pour sa soif de conquête, puis le créateur du code civil, de mille avancées et abolissant l’esclavage… Ou Jules Ferry, à l’esprit colon puis défenseur de l’école pour tous…Ou encore, Mitterrand, ministre de l’intérieur-, de la justice, condamnant à mort des Algériens révoltés; puis abolissant la peine de mort…

Allant de Pétain au socialisme…

 

Chaque individu évolue; considérons si c’est en bien ou en mal. On dit que seuls les imbéciles n’évoluent pas…

 

La vérité n’est pas un bloc, elle se dissémine partout, se fracturant en chacun de nous, emportant ses bons et mauvais aspects…

 

Prenons l’actualité : le couple Klarsfeld, pourfendeur de nazis, du FN de Le Pen, de l’extrême-droite, accepte se rendre à Perpignan, pour recevoir la médaille de la ville des mains de L. Aliot, ancien fidèle du chef de l’extrême-droite. Le maire de Perpignan n’a jamais renié ce passé trouble de façon explicite, ni fait son autocritique. 

Il appartient à un parti qui semble sans mémoire, comme frappé d'amnésie...

 

 

Avec Marine, il a cependant fait évoluer le parti vers le RN et a condamné l’anti-sémitisme. Face à Bardella, il condamne l’idéologie identitaire et accepte l’immigration étrangère en France si elle est contrôlée.

 

En 2022, il n’arrête pas de rendre hommage à des symboles de la gauche : Jaurès, les Résistants, Valmanya, Samuel Paty…

   Bien sûr, il y eut la célébration de P. Sergent, comme pour équilibrer et ne pas oublier ses amis pieds-noirs, nostalgiques du pays colonisé…

 

 

Ferait-il en quelque sorte, comme le « en même temps » macronien, utilisant une drôle de dialectique, en équilibriste, critiqué par les uns, puis par les autres, mais faisant, en fin de compte, plaisir à tous…

 

 

Avec les Klarsfeld, on a pu pointer du doigt sa stratégie politique, sa séduction, son jeu de masques, la suite de la dédiabolisation…On peut douter de sa sincérité…

 

 

Le couple médaillé ne doute pas, lui, ni la population de Perpignan, offrant au maire quatre députées, ni les associations culturelles, ni le monde intellectuel, les critiques se faisant très rares, venues surtout des Insoumis.

 

 

Et, en effet, il y a peu à reprocher à L. Aliot depuis son élection : il agit en diplomate, est porté par les communautés juive et gitane, il s’insère dans les structures locales, tel un notable de droite, au sein de la communauté urbaine…

 

 

Il faut attendre encore des actes pour juger et pour avouer avec les Klarsfeld, aux combats nobles et authentiques, que...

 

l’on peut serrer la main de Louis Aliot…

 

 

J.P.Bonnel (21 actualité. 2022)

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2022 3 21 /09 /septembre /2022 11:11

 

* A propos de la création d'une esplanade P.Sergent à Perpignan : 

 

FIN DIPLOMATE, LE MAIRE L. ALIOT AVAIT COMMENCÉ, CET ÉTÉ 2022- PAR RENDRE HOMMAGE À DES PERSONNALITÉS (JAURES) OU événements constituants des repères pour la gauche : les valeurs de résistance, de solidarité...

 

Afin d'équilibrer il rend à présent hommage, comme cela était prévu depuis longtemps, au premier député FN du département, militaire et activiste de l'organisation anti-gaullienne l'OAS.

 

Ce geste du candidat à la présidence du RN est surtout un signe de fermeté et de fidélité à l'histoire de l'extrême-droite et de son parti, en direction des militants. En effet, en mauvaise posture face à l'engouement pour le jeune et "vierge" J Bardella, qui, loin de la civilité du maire d'ici, tient un discours très dur, identitaire, sur les questions d'immigration et de sécurité...

 

Le recours à P. Sergent peut-il apporter des voix et la victoire au maire de Perpignan, qui s'est éloigné de la famille Le PEN, au contraire de Bardella...Car on ne peut gagner sans k'aval des Le Pen..!

JPB

 


* Rappel : La mort de Pierre Sergent L'homme de l'OAS

Membre du bureau politique du Front national et ancien chef militaire de l'OAS-métropole pendant la guerre d'Algérie, Pierre Sergent est décédé, mardi 15 septembre à Paris, des suites d'une longue maladie, à l'âge de soixante-six ans. Il était conseiller régional du Languedoc-Roussillon et conseiller municipal de Perpignan (Pyrénées-Orientales). 

Le Monde

Publié le 17 septembre 1992 à 00h00 

 

Pierre Sergent a été le plus acharné de ces soldats perdus que le sentiment d'avoir été trompés par de Gaulle dans le règlement de l'affaire algérienne et la hantise d'une menace communiste contre l'Occident avaient conduits à la rébellion.

Ce fils de la bourgeoisie parisienne est entré dans la Résistance dès le lycée. Il a combattu à dix-huit ans dans le maquis de Sologne. Il passe le concours de Saint-Cyr- Coëtquidan, est envoyé en Indochine à l'époque où l'armée française y perd chaque année une promotion de ses jeunes officiers. Le lieutenant Sergent, légionnaire et parachutiste, s'illustre dans la défense du camp retranché de Na-San ; il est gravement blessé en avril 1953 au cours d'une opération dans le centre du Vietnam. Comme ses camarades, il n'oubliera jamais l'humiliation d'avoir dû s'incliner en 1954 devant un pouvoir communiste.

La guerre d'Algérie est pour lui le prolongement de celle d'Indochine : la poursuite du combat contre l'impérialisme de Moscou. Aussi ne pardonne-t-il pas au général de Gaulle sa politique algérienne. Il est de ceux qui, lors de l'affaire des " barricades ", en 1960, refusent de partir en opération avec la 10 division parachutiste pour mener un combat qui, à leurs yeux, n'a plus d'objet. Il se retrouve muté à Chartres, s'embarque clandestinement pour participer avec le 1 régiment étranger de parachutistes au putsch manqué d'avril 1961.

Sept ans dans la clandestinité

Tandis que les tribunaux militaires accumulent les condamnations, le capitaine Sergent entre dans une clandestinité qui durera sept ans.

Ni ses convictions personnelles ni son caractère ne portaient ce guerrier cultivé à la violence aveugle. Son antigaullisme et son anticommunisme obsessionnels en font cependant un adepte du terrorisme. Il est nommé chef d'état-major d'une OAS-métropole divisée en factions rivales. Pierre Sergent ne désavouera jamais, même s'il en a marqué publiquement du regret, les meurtres et les destructions qui jalonnent l'action du mouvement qu'il s'efforce de diriger.

 

  • Pas antisémite : Pierre Sergent est alors élève au lycée Henri-IV. Au début de l'année 1942, il fait partie de ceux qui confectionnent et arborent une étoile de papier jaune pour marquer leur solidarité avec un lycéen israélite de leur classe6.

 

 

* Le putschiste : avec l’OAS, contre De Gaule : Le 14 avril 1963, après l'arrestation du colonel Argoud et l'exil au Brésil de Georges Bidault, Pierre Sergent proclame la poursuite de la lutte et la transformation du Conseil national de la Résistance en Conseil national de la révolution

 

 C'est ainsi qu'est créé le Mouvement jeune Révolution (MJR). Celui-ci rassemble les militants issus de l'OAS/Métro/Jeunes et du Conseil national de la révolution se réclamant du courant solidariste. Parmi ses principaux animateurs, le MJR compte Jean-Pierre StirboisNicolas KayanakisMichel Collinot et Alain Boinet.

 

Pierre Sergent est considéré comme déserteur à compter du 20 avril 1961.

Le 9 décembre 1961, Guy Courcol, juge d'instruction à Paris, décerne un mandat d'arrêt à son encontre pour attentat et complot contre l'autorité de l'État242.

Le 21 février 1962, le Tribunal militaire spécial le condamne à la peine de mort par contumace.

Pendant sept ans, il échappe aux recherches policières en se réfugiant en Suisse et en Belgique.

Il bénéficie de la loi d'amnistie no 68-697 du 31 juillet 1968 et regagne la France en octobre 1968

 © Wikipedia

 

- - -

 

*Esplanade Pierre Sergent : l’hommage de Louis Aliot au 1er député FN des Pyrénées-Orientales

En juin dernier, le maire Rassemblement National de Perpignan réaffirmait son intention de rendre hommage à Pierre Sergent ; hommage qui se concrétisera lors du conseil municipal du jeudi 22 septembre 2022. La délibération 14.02 prévoit la dénomination d’une esplanade au nom du premier député Front National des Pyrénées-Orientales et ancien cadre de l’OAS*, organisation militaire responsable de milliers de morts par attentats en métropole et dans les territoires algériens dans les années 60.

…lire : https://madeinperpignan.com/esplanade-pierre-sergent.../...

 

* Point de vue de l'Hebdo L’Anticapitaliste -  (30/06/2022)

 

Fin de la « dédiabolisation » ? Le maire RN/FN de Perpignan, fort de la poussée électorale de son parti, a célébré à sa façon, le week-end dernier, le 60e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie.

Le para tortionnaire Denoix de Saint-Marc et les généraux OAS Zeller et Jouhaux qui, en 1961, ont fomenté un putsch militaire pour maintenir l’Algérie française, ont été nommés « citoyens d’honneur de la ville ».

Pierre Sergent, chef des tueurs de l’OAS métropole (avant de devenir député du FN), aura, lui, une place à son nom. Un retour aux sources et... une apologie du colonialisme raciste et du terrorisme réactionnaire...

 

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2022 3 14 /09 /septembre /2022 10:06
Aliot avec J. Bardella - Avec le maire d'extrême-droite de Baixas
Aliot avec J. Bardella - Avec le maire d'extrême-droite de Baixas

Aliot avec J. Bardella - Avec le maire d'extrême-droite de Baixas

Perpignan : un pilote dans l'avion ?

 

Aliot en campagne : à la peine face à Bardella -

 

Tout en étant maire, L. Aliot passait 2 jours par semaine à Paris pour communiquer Das les médias et participer aux réunions politiques de son parti...

 

A présent, à l'occasion de la campagne pour l'élection du nouveau président du RN, le maire de Perpignan est parti pour un Tour de France des fédérations nationalistes : à la peine face au jeune loup Bardella, lui, le vieux loulou a du retard à rattraper...

 

Même s'il peut compter sur l'aide affective du clan Le Pen, ce n'est plus la même chose depuis qu'Aliot a délaissé sa romance avec Marine. Celle-ci s'entoure de nombreux louveteaux et a organisé la promotion du jeune talentueux Bardella, proche de la famille Le Pen, grâce à son mariage...

 

Louis Aliot va être battu. Son aura va reculer. A Perpignan, il va devoir travailler après avoir abandonné le navire pour des vacances politiques... Rien n'avance dans la cité catalane : rénovation ou destruction de St-Jacques ? L'installation de 42..? Une résurrection du commerce en codeur de ville ? Un grand projet économique, une implantation d'entreprise importante ..?

 

Malgré le succès de 4 députées RN dans le département, on ne voit pas de personnalités d'envergure s'installer à la mairie, depuis le départ du directeur de cabinet...  La rentrée est bien grise... Quelles sont les perspectives..?

 

JPB

Partager cet article
Repost0
30 août 2022 2 30 /08 /août /2022 09:34
Le maire de Perpignan et son ex-directeur de cabinet

Le maire de Perpignan et son ex-directeur de cabinet

Pourquoi Louis ALIOT a licencié son directeur de cabinet -

Stéphane BABEY met le feu !

 

Les citoyens savent désormais pourquoi le maire de Perpi s'est débarrassé de son directeur de cabinet !

 

Il passait son temps, à la mairie,  à lire les oeuvres d'Albert Camus.... Né d'un père algérien, S. Babey s'est toujours intéressé aux problèmes algériens.

 

Il passait ses heures de bureau à écrire un nouveau livre sur les relations entre son auteur préféré et le pays dont il garde une forte nostalgie...

 

Il écrivait en outre les articles de son épouse, Sophie, journaliste à L'Indépendant...

 

D'ailleurs, si le quotidien d'ici ne dit rien de l'affaire Babey, c'est parce que Sophie en sait trop et ne veut rien dire... Stéphane, non plus, ne veut rien dire et rit des réactions des responsables du bocal politique local...

 

 

En réalité, comme le dévoile notre excellent confrère et ami Luc M. infatigable animateur du site OUILLADE, si Aliot a démis Babey c'est because ce dernier "magnétiseur", lançait des mauvaises ondes qui aimait subvertir la ville, causant délinquance, crimes, révolte des Gitans, démission de conseillers municipaux, échec du maire dans sa course à la présidence du RN, etc...

 

Le pouvoir de S. Babey le discret était immense. Aliot a trouvé un argument pour le virer : son directeur ne se contentait pas de ses 8000 euros mensuels; il visait un poste dans le privé...

 

Il avait de liens glauques avec un certain Antoine Antar, homme d'affaires d'origine palestinienne qui avait racheté le Mess des officiers et huit autres fonds de commerce rue de la cloche d'or. 


Il a aussi un projet d'hôtel 5 étoiles à Collioure. 

 

En outre, son homme de confiance, Abi-Nader Chuki est bien enregistré comme gérant de la société Eskis, créée fin avril 2019, domiciliée à Collioure.

 

Le maire, en désaccord avec le milliardaire palestinien, subodore que S. Babey est complice de ces embrouilles commerciales... Est-cela vérité..? 

 

Luc, tu en sais des choses ! Raconte-nous la suite ! Il y aurait un rapport entre S.Babey, désirant se venger, et l'incendie du Mess...

 

Ola, tu mets le feu !

 

Ola, Stéphane, voici l'idée d'un bon polar !

 

Ola, Louis, tu mets le feu, pour qu'on parle du futur président..!

 

JPB, 30.8.2022

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens