Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 novembre 2019 2 19 /11 /novembre /2019 08:57
A.Gélis (casquette) avec Matagna Ophee et Jacques Quéralt (photo JPB) - Courrier du galeriste F.Roulette - Tableaux d'A.Gélis : Eternité, L'Arlésienne, L'Ille d'Arc -
A.Gélis (casquette) avec Matagna Ophee et Jacques Quéralt (photo JPB) - Courrier du galeriste F.Roulette - Tableaux d'A.Gélis : Eternité, L'Arlésienne, L'Ille d'Arc -
A.Gélis (casquette) avec Matagna Ophee et Jacques Quéralt (photo JPB) - Courrier du galeriste F.Roulette - Tableaux d'A.Gélis : Eternité, L'Arlésienne, L'Ille d'Arc -
A.Gélis (casquette) avec Matagna Ophee et Jacques Quéralt (photo JPB) - Courrier du galeriste F.Roulette - Tableaux d'A.Gélis : Eternité, L'Arlésienne, L'Ille d'Arc -
A.Gélis (casquette) avec Matagna Ophee et Jacques Quéralt (photo JPB) - Courrier du galeriste F.Roulette - Tableaux d'A.Gélis : Eternité, L'Arlésienne, L'Ille d'Arc -
A.Gélis (casquette) avec Matagna Ophee et Jacques Quéralt (photo JPB) - Courrier du galeriste F.Roulette - Tableaux d'A.Gélis : Eternité, L'Arlésienne, L'Ille d'Arc -
A.Gélis (casquette) avec Matagna Ophee et Jacques Quéralt (photo JPB) - Courrier du galeriste F.Roulette - Tableaux d'A.Gélis : Eternité, L'Arlésienne, L'Ille d'Arc -
A.Gélis (casquette) avec Matagna Ophee et Jacques Quéralt (photo JPB) - Courrier du galeriste F.Roulette - Tableaux d'A.Gélis : Eternité, L'Arlésienne, L'Ille d'Arc -

A.Gélis (casquette) avec Matagna Ophee et Jacques Quéralt (photo JPB) - Courrier du galeriste F.Roulette - Tableaux d'A.Gélis : Eternité, L'Arlésienne, L'Ille d'Arc -

Artistes d'ici : Alain Gélis 

 

Paul MUCHIR à la bibliothèque universitaire de Perpignan - Lumière d'encre à Céret - 

 

Paul MUCHIR à la bibliothèque universitaire de Perpignan

mardi 19 novembre à 17h

L’Architecture est la physionomie des nations (Custine). 

 

Architecte de vocation familiale, Paul Muchir effectue ses études à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris en section architecture de 1962 à 1967, où il obtient son diplôme au sein de l’atelier d’Eugène Beaudoin, où travaille Louis de Hoÿm de Marien, premier Grand Prix de Rome, dont il deviendra le collaborateur puis l’associé, jusqu’à assurer la continuité de son cabinet à la retraite de celui-ci ; il participera, entre autres opérations, à des projets à l’étranger, en Espagne, en Algérie et en Nouvelle-Calédonie. 

 

Après un premier voyage au Rajasthan en 1999, Paul Muchir reste saisi par le caractère multiculturel cosmopolite de l’Inde. La diversité architecturale, influencée à la fois par la civilisation moghole, islamique, hindouiste, bouddhiste et par l’Empire britannique colonial marque profondément l’architecte lors de son premier voyage. 

 

Paul Muchir charmé par ce pays et sa culture aux antipodes de nos conventionnelles sociétés occidentales y retournera de nombreuses fois.

 

« Croquis de voyage : Inde du Nord » vous invite à une échappée à travers le Pendjab, Rajasthan, Gujarat, Madhya et Uttar Pradesh, et à la compréhension de cette nation. 

Novembre 2019

Lumière d'Encre

Photographie contemporaine

 

Novembre à Céret, c'est le mois de la photographie. Nous réunissons les acteurs de la photographie avec une dizaine d'expositions dont quatre sous le commissariat de Lumière d'Encre :

Galerie Lumière d'Encre à Céret 66400


CECI EST UN CHIEN
Exposition canine
Acte 2

Le portrait des chiens et de leurs propriétaires renvoie à la présence du domestique, de la domestication, de la domination. Il existe une multitudes de formes de vies de chien : du chien errant qui fait meute pour survivre et qui conteste l’ordre établi, à l’image des nomades que nos civilisations tentent en vain de sédentariser, en passant par les chiens-utiles (de chasse, d’aveugle, de garde, de dépistage et de sauvetage…), jusqu’aux chiens qui remplacent la compagnie des humains et que l’on traite à parité, que l’on habille et toilette parfois ou qui dorment dans la rue comme leurs maîtres.
Ici le chien est une borne frontière, à la fois sociale et géographique. Les photographies suggèrent la réflexion, sans l’imposer.

à la Galerie Lumière d'Encre
47, rue de la République
66400 Céret
Ouvert du Mercredi au samedi de 10h à 13h et de 14h à 18h

Chaque deux mois, nous proposons notre espace d'exposition pour vos travaux prêts à être exposés. Nous assurons le vernissage, la surveillance de l'exposition, la communication et le logis pour le montage et le vernissage ainsi qu'un défraiement. Envoyez-nous vos propositions à lumieredencre@free.fr et venez goûter la convivialité de la maison et de Céret.

Pour que vive l'art, nous avons besoin de vous.

Vous pouvez donner et/ou adhérer à Lumière d'Encre soit par le site de l'association, soit par la structure HelloAsso, en utilisant le lien suivant : Campagne de dons et d'adhésions 2019

Le don à Lumière d'Encre ouvre droit à une réduction fiscale car il remplit les conditions générales prévues aux articles 200 et 238 bis du code général des impôts.Particulier : vous pouvez déduire 66% de votre don dans la limite de 20% de votre revenu imposable.Entreprise : L’ensemble des versements à Lumière d'Encre permet de bénéficier d’une réduction d’impôt sur les sociétés de 60% du Montant de ces versements, pris dans la limite de 5 / 1000 du C.A. H.T. de l’entreprise. Au-delà de 5 / 1000 ou en cas d’exercice déficitaire, l’excédent est reportable

 

 

Marcos CARRASQUER

"Jours de folie"

&

Rosa LOY

 

"Préservation du temple"

Du 12 octobre au 22 décembre 2019

du mardi au dimanche

de 14h à 18h

Au CAC àcentmètresducentredumonde

3, avenue de Grande Bretagne. 66000 PERPIGNAN

www.acentmetresducentredumonde.com

Peintre d’origine espagnole, né en 1959 aux Pays Bas, Marcos Carrasquer vit et travaille à Paris.

« Si Francisco de Goya portraiturait avec raillerie les ravages du temps sur deux vieillardes parées de richesses futiles, Marcos Carrasquer à son tour peint les vanités de notre époque. Les traits fatigués, aigris ou vicieux rivalisent de disgrâce comme pour mieux ridiculiser la superficialité des apparences. Cette hyper-superficialité, omniprésente, étouffe notre mal-être, nous rend stérile face à l’horreur, nous fait perdre la mémoire. Ces livres et ces horloges incarnent ainsi la dilution du lointain souvenir qui s’efface au fil des heures… Les réminiscences de l’extrémisme, de la corruption et des atrocités du passé n’altèrent en rien notre imperturbable tranquillité… Focalisés sur l’instantanéité de notre téléphone ou l’allure de notre physique, nous sommes ces êtres devenus uniformément beaux mais emplis de défauts innombrablement laids ».

Anne-Laure Peressin, Les vanités de notre temps.

 

http://marcoscarrasquer.com/w

 

 Interview Marcos Carrasquer par Patrick Noël:

 https://www.youtube.com/watch?v=xh6TVXfBfHo&feature=youtu.be

 

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2019 4 14 /11 /novembre /2019 12:25
Canet-plage - Le Barcarès : bateau ensablé
Canet-plage - Le Barcarès : bateau ensablé
Canet-plage - Le Barcarès : bateau ensablé

Canet-plage - Le Barcarès : bateau ensablé

Pays catalan, pays claquemuré

 

Un train de marchandises qui ne quitte plus Perpi pour Paris...

Des TER bloqués à Montpellier à cause des inondations (dégâts sur les rails)... La ville isolée, telle une île. Un archipel, disent certains...

 

Une côte où les bateaux sont à l'arrêt, immobiles, ensablés. Statues, objets touristiques, curiosités nées de l'imagination municipale apte à capter le chaland. Lydia au Barcarès. Installation à Canet-plage : de la promenade maritime, impression d'être à la proue, face à la mer, en partance pour l'Afrique...

 

Algérie, Maroc, Tanger, c'était des départs depuis Port-Vendres. Désormais, les cargos à bananes dominent et la ville se meurt, comme les anciennes catalanes, les chaluts, les sardinals...

 

Pays de Frontières : montagne, Catalogne divisée, France/Espagne : pour manifester, saper l'économie espagnole, les indépendantistes ajoutent de la frontière à la frontière. Se claquemurent pour un simulacre d'autonomie. Gêner la circulation, arrêter les camions...Mieux à faire qu'à empêter ceux qui n'y sont pour rien ? Entourer Madrid..?

JPB

Galerie Odile Oms

Du 15 novembre au 4 janvier 2020 

nous vous invitons à venir découvrir l’ exposition de  Francesca CARUANA

 

BOIS MIGRANTS

Vernissage le vendredi 15 novembre à partir de 18 h.

 

L’ouvrage « Bois migrants », VOIXéditions,  sera présenté à cette occasion.

La galerie est ouverte du mardi au samedi de 10h 30 à 12 h 30 et de 14 h à 19 h.

Quelques œuvres sont déjà visibles sur le site de la galerie :

http://www.odileoms.com/francesca-caruana.php

 

Dans l’exposition Bois migrants, Francesca Caruana s’est attachée à une métaphore de la migration. 

 

Les bois coupés dérivant sur les fleuves, ces arbres qui ne sont rien d’autre que des os du paysage, leurs fibres colorées qui se transforment en objets concourent au rappel des premières images de sa propre arrivée en France. Témoin de ces camions débarqués du Gabon avec leurs chargements de troncs à chair rouge, l’artiste montre une déclinaison de l’arbre et du bois pour livrer son approche poétique ou critique. La plasticité du détournement des formes et matières se fonde sur la gestualité et se réfère au déplacement, au détail. L’exposition est accompagnée d’un texte au titre éponyme (éd. Voix).

- - -

 

Accueillant le quatrième volet de la résidence La cave, la galerie du FILAF, qui soutient activement le projet depuis ses débuts, présentera à partir du du 15 novembre les rendus du passage des artistes Martine Vial et Clara Claus.

 

Ce projet de résidence a pour objet d’inviter des artistes à séjourner dans une cave située dans les profondeurs d’un ancien fort militaire sur les hauteurs de Port-Vendres. Cette résidence est un lieu d’expérimentation artistique propice à une expérience intérieure. Pensée comme dispositif provoquant une plongée dans un univers atemporel, l’artiste est enfermé dans la cave pour une durée définie de 48 H minimum. Sans moyen de communication avec l’extérieur ni lumière naturelle, le pensionnaire est soumis à un changement radical de repères et des contraintes austères l’invitant à se retrouver face à lui-même et à l’acte de création. Ce temps, loin du flux médiatique et des réseaux sociaux, se veut propice à une exploration spacio-temporel de la mémoire et à la prise en compte des données irrationnelles de l’expérience face à l’inspiration artistique. 

 

Une caméra est laissée à disposition dans l’espace de la cave. Il est demandé à chaque artiste de documenter son expérience à sa convenance. Un film expérimental et documentaire, montés à partir des différentes séquences filmées dans la cave, est en cours de réalisation et sera présenté lors du vernissage. 

 

Les projets réalisés durant la résidence sont présentés au public sous forme d’une exposition à la galerie du filaf ainsi que sous forme de micro-éditions produite par la galerie. 

 

Le 15 novembre à 19 h à Galerie Librairie du Filaf      4 bis place Grétry, 66000 Perpignan

 

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2019 7 27 /10 /octobre /2019 10:32
Marc Berdet et Angelus Novus - Le tableau de P. Klee - Gaby Irmann et André Roger -
Marc Berdet et Angelus Novus - Le tableau de P. Klee - Gaby Irmann et André Roger -
Marc Berdet et Angelus Novus - Le tableau de P. Klee - Gaby Irmann et André Roger -
Marc Berdet et Angelus Novus - Le tableau de P. Klee - Gaby Irmann et André Roger -
Marc Berdet et Angelus Novus - Le tableau de P. Klee - Gaby Irmann et André Roger -
Marc Berdet et Angelus Novus - Le tableau de P. Klee - Gaby Irmann et André Roger -
Marc Berdet et Angelus Novus - Le tableau de P. Klee - Gaby Irmann et André Roger -
Marc Berdet et Angelus Novus - Le tableau de P. Klee - Gaby Irmann et André Roger -
Marc Berdet et Angelus Novus - Le tableau de P. Klee - Gaby Irmann et André Roger -
Marc Berdet et Angelus Novus - Le tableau de P. Klee - Gaby Irmann et André Roger -

Marc Berdet et Angelus Novus - Le tableau de P. Klee - Gaby Irmann et André Roger -

https://walterbenjaminportbou.org/en/angelus-novus-foundation/

 

à Port-Bou

Contact : Pilar Parcerisas

 

Angelus novus de Paul KLEE,

 

avec Gaby Irmann et MarcBerdet 

 

 

Peintre singulier, nourri des naïfs, de Chagall, de Picasso, de Combas, je peins depuis toujours. 

 

Lycée et Beaux-Arts de Perpignan de 1963 à 1965 puis instituteur jusqu'en 1973, artisan peintre sur bois de 1973 à 1984, je créé alors une boutique d'artisanat, "L'Artoucho", à Perpignan. Je décide ensuite de devenir intervenant peinture dans les écoles, les lycées, la fac et le centre pénitentiaire. J'ai une préférence pour l'aquarelle où je mets en scène des gens et des animaux qui jouent? qui s'aiment? qui s'affrontent? qui s'observent? qui vivent!

 

 

Un nouvel atelier pour vous accueillir

 

Eté 2012, nous décidons d'acquérir un atelier-boutique d'exposition à Céret, juste à côté du beau musée d'art moderne. Nous ouvrons quelques aprés-midis et le samedi matin, et nous serions ravis de vous y accueillir. dans la rue Parayre, à côté du musée d'Art moderne.. L'occasion aussi de visiter Céret, charmante commune qui saura vous séduire. 
N'hésitez pas à nous appeler avant de venir 04 68 87 09 02

 

 

Contact

 

  Je suis à votre entière disposition pour répondre à toutes questions, commentaires, reflexions...

Si une pièce vous intéresse, n'hésitez pas à contacter Nina via ce formulaire ou à lui envoyer un mail à contact@ateliercanart.com

 

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2019 7 06 /10 /octobre /2019 11:30
Expo à 100mètres... le 11 octobre 2019 - Fête des langues à Collioure - Cerises à Céret (photo J.P.B.) -
Expo à 100mètres... le 11 octobre 2019 - Fête des langues à Collioure - Cerises à Céret (photo J.P.B.) -
Expo à 100mètres... le 11 octobre 2019 - Fête des langues à Collioure - Cerises à Céret (photo J.P.B.) -
Expo à 100mètres... le 11 octobre 2019 - Fête des langues à Collioure - Cerises à Céret (photo J.P.B.) -
Expo à 100mètres... le 11 octobre 2019 - Fête des langues à Collioure - Cerises à Céret (photo J.P.B.) -
Expo à 100mètres... le 11 octobre 2019 - Fête des langues à Collioure - Cerises à Céret (photo J.P.B.) -
Expo à 100mètres... le 11 octobre 2019 - Fête des langues à Collioure - Cerises à Céret (photo J.P.B.) -
Expo à 100mètres... le 11 octobre 2019 - Fête des langues à Collioure - Cerises à Céret (photo J.P.B.) -
Expo à 100mètres... le 11 octobre 2019 - Fête des langues à Collioure - Cerises à Céret (photo J.P.B.) -

Expo à 100mètres... le 11 octobre 2019 - Fête des langues à Collioure - Cerises à Céret (photo J.P.B.) -

Fête de la peinture et des langues -  Escarlata Circus - Marcos CARRASQUER - MASSON à Céret - 

 

 

***André MASSON à Céret 

 

Le musée d’art moderne de Céret organise une exposition thématique consacrée à l’œuvre d’André Masson (1896-1987). Le musée poursuit ainsi son exploration de l’œuvre des grands artistes du XXe siècle pour lesquels la période cérétane s’est révélée particulièrement riche et révélatrice.


Le paysage étant l’un des thèmes majeurs de la collection du musée, et une source constante dans la peinture d’André Masson, c’est le fil conducteur qui a été retenu pour cette exposition.



Le sentiment de la nature a accompagné André Masson tout au long de sa vie. La beauté de la nature l’inspire et lui procure un apaisement. Mais la nature est aussi le théâtre d’une cruauté entre espèces qui fait écho aux interrogations existentielles de l’artiste. Masson, à qui un médecin le soignant de ses blessures de guerre affirma : « N’habitez plus jamais les villes ! », mena une carrière artistique prodigieuse, faite d’itinérances entre Europe et Amérique. Les lieux où l’artiste a vécu, les paysages qu’il a admirés, transfigurés, peuplés de mythes, seront à l’honneur dans la thématique de cette exposition.


Du 1er au 27 octobre : ouvert du mardi au dimanche de 10h à 17h.
Visites guidées. Se renseigner au Musée
Fermeture du guichet d'entrée systématiquement 30 mn avant la fin de la journée.
Pour des informations plus complètes : 04-68-87-27-76, musee-ceret-expo.com

 

 

EXO à 100 mètres du centre du monde, Perpignan

3, avenue de Grande Bretagne. 66000 Perpignan / Tél : 04 68 34 14 35

Du 12 Octobre au 22 Décembre 2019

 

Marcos CARRASQUER

Jours de folie

Zulo, 2019. Huile sur papier, 120 x 160 cm.

Rosa LOY

Préservation du temple

 

Adoration, 2009. Caséine sur toile, 110 x 90 cm.

Marcos CARRASQUER

Peintre d’origine espagnol, né en 1959 aux Pays Bas, Marcos Carrasquer vit et travaille à Paris.

LES VANITÉS DE NOTRE TEMPS

Comme mis en boîte, personnages et objets coexistent dans une réalité, apparemment inexplicable. Tous appartiennent à la même composition, ironiquement solennelle et déclamatoire. Déclamatoire oui, car il y a une touche satirique dans ce silence chaotique où rien ne semble tenir du hasard. Si tout est rendu avec une objectivité méticuleuse, c’est surtout la négation de toute

relation qui nous pousse à créer des connecteurs rationnels et logique. Impossible de ne pas se questionner sur un quelconque sens, sur une énigme à percer, un message à décoder. Pourquoi cette liasse de dollars ? Quel lien unit ce vieil ordinateur cassé à ce pot à cornichons ? Pour autant, est-ce que nous nous interrogeons de la sorte lorsque nous déposons négligemment un livre près d’une boîte à médicaments sur une table de nuit ? Non, évidemment. En ce sens, les peintures de Marcos Carrasquer sont des interrogations sur le caractère construit des choses. À l’image de Max Ernst, l’artiste cherche volontairement « la rencontre de deux réalités distantes sur un plan étranger à toutes deux ». Ce principe d’association irrationnelle de figures hétérogènes, où le bon sens comme la logique font défaut, est proche du « modèle intérieur » que réclame André Breton. Néanmoins, si un mystérieux jeu de correspondances et d’apparences est invariablement tangible dans l’œuvre de Marcos Carrasquer, il ne s’agit pas pour autant de surréalisme. S’émane davantage une confrontation-fusion riche en références historiques et en allégories sur fond de sarcasme. D’une toile à l’autre, des dénominateurs communs se distinguent : l’horloge, le nazi, la maladresse, la laideur, l’argent, le pansement, le téléphone portable ou le livre. Ces éléments forment un vocabulaire carrasquerien, employé pour dépeindre une humanité tyrannique, vilaine et tourmentée. Ici, l’être humain n’est que la matérialisation acerbe de ses défauts. Si Francisco de Goya portraiturait avec raillerie les ravages du temps sur deux vieillardes parées de richesses futiles, Marcos Carrasquer à son tour peint les vanités de notre époque. Les traits fatigués, aigris ou vicieux rivalisent de disgrâce comme pour mieux ridiculiser la superficialité des apparences. Cette hyper-superficialité, omniprésente, étouffe notre mal-être, nous rend stérile face à l’horreur, nous fait perdre la mémoire. Ces livres et ces horloges incarnent ainsi la dilution du lointain souvenir

qui s’efface au fil des heures... Les réminiscences de l’extrémisme, de la corruption et des atrocités du passé n’altèrent en rien notre imperturbable tranquillité... Focalisés sur l’instantanéité de notre téléphone ou l’allure de notre physique, nous sommes ces êtres devenus uniformément beaux mais emplis de défauts innombrablement laids.

Anne-Laure Peressin

 

L'armoire, 2016. Encre sur papier, 120 x 160 cm.

« Marcos Carrasquer dessine sur papier ou peint sur toile, les contours d’une humanité meurtrie sans aucune concession. Il ne s’embarrasse, d’aucune gêne, barrière, cherchant toujours dans ses dessins comme ses peintures une mise à nu de l’être humain, avec tous ses travers, ses défauts, ses torts. Né aux Pays-Bas, de parents ayant fui le franquisme, l’artiste est totalement libre. En s’interdisant la moindre censura, il n’est jamais rentré dans la norme actuelle du «moule» contemporain et a toujours imposé, par son style très reconnaissable, son graphisme, d’une précision inouïe, et, surtout, son imagination de révolte, ses propres règles. Ses œuvres ont souvent une teneur politique qui dénonce tant les horreurs militaires que la violence de la guerre. Les scènes, que l’on peut situer entre cauchemars et rêves, donnent à Marcos Carrasquer la possibilité de mêler tragique et grotesque. A travers cette micro-exploration de la cruauté humaine, de la manifestation du cauchemar, et de la violence, naît aussi l’espoir dans ce théâtre de l’humanité». Galerie Polaris pour Artshebdomedias

 

Kleenex, 2019. Huile sur toile, 95x127 cm.

« Le dessin de Marcos Carrasquer est d’une efficacité diabolique, sa peinture est emmenée par une technique somptueuse. Sur des formats d’un à deux mètres de côté, ses compositions déploient des mises en scènes délirantes... mais parfaitement rigoureuses. Elles inspirent des sentiments contradictoires : on se trouve à la fois fascinés par leur exécution, et repoussé par les

sujets généreusement sordides. C’est là qu’il faut faire un effort : derrière le dolorisme pénible du premier regard, l’ironie ravageuse se glisse. La laideur, la violence, l’absurde, tous ces gentils condiments de la condition humaine se trouvent fixés là, arrêtés par le pinceau de Carrasquer, épinglés pour être soumis à notre observation ».

Article paru dans Artension de mars 2011

 

Lull,2018. Huile sur toile, 200 x 240 cm. Marcos CARRASQUER

I sleep in the kitchen with my feet in the hall, 2016. Huile sur toile, 50 x 100 cm. Marcos CARRASQUER

Marcos CARRASQUER

Rosa LOY, née à Zwickau (République Démocratique Allemande) en 1958, vit et travaille à Leipzig, Allemagne.

« C’est une expérience entièrement unique, que de suivre la peintre Rosa Loy dans ses mondes picturaux et de les explorer, pour en découvrir à notre ère, ce qui a été au cœur de l’existence féminine pendant des milliers d’années.
L’artiste a étudié à l’Académie des Beaux-Arts de Leipzig dans les années 80 et vit encore aujourd’hui dans la ville de l’Est de l’Allemagne et compte parmi ceux de la nouvelle école de Leipzig. On parle de la NLS (New Leipzig School) comme l’un des phénomènes artistiques du XXIe siècle qui a attiré l’attention du marché international de l’art, après la chute du mur.

Ses thèmes picturaux parlent du mystère féminin, nouvelle féminité, et du nouveau romantisme, qui, en rétrospective, a joué un rôle primordial dans la peinture saxonne.

 

1Icônes, 2014. Caséine sur toile, 85 x 51 cm

Rosa Loy convoque le courage d’intégrer féminité et beauté dans sa peinture représentative et son travail ouvre un grand spectre de possibles interprétations pour nous.

Sa quête d’une nouvelle féminité se nourrit de savoir féminin traditionnel et des mystères qu’il comporte touchant à la nature profonde de l’être humain et de la nature qui l’entoure. Ses compositions picturales foisonnantes de détails et riches de symboles, deviennent ainsi un écho de mythes anciens et de cultures tournées vers le spirituel. Les figures habitant ses paysages et ses jardins oniriques sont exclusivement des femmes, communicant entre elles ou vaquant à leurs activités dans une atmosphère d’amour et de bienveillance. Il y a ici les connotations d’un monde de contes de fées, hanté par des créatures mythiques, de trolls, et traduit en une pratique artistique fille de la poésie et de l’imagination. Pourtant, en y regardant de plus près, bien que les figures féminines, souvent représentées comme des couples de jumelles ou de sœurs, s’inscrivent dans un réseau très sensible de relations proches d’une sensibilité très féminine de la nature et de la société, son travail n’est pas sous-tendu par une pensée politique ou féministe. Dans son amour de la couleur et ses compositions, Rosa Loy

emprunte aussi à la Renaissance. Ainsi, elle aime utiliser la peinture à la caséine (une ancienne peinture à bas d’eau et issue de protéines de lait) et l’organisation de l’espace pictural caractéristiques des peintures murales de cette période ».
Karin Pernegger

 

Des nouvelles, 2018. Caséine sur toile, 60 x 50 cm

Rosa Loy peint à l’aide de la caséine, une ancienne peinture à base d’eau et issue de protéines de lait, Loy remplit de grandes toiles par des compositions faites de rêves mystérieux et fascinants habitées exclusivement de femmes.La caséine confère de l’intensité à ses peintures, à la fois sombres et ravissantes, abondantes en références aux contes de fées, à l’histoire allemande et à l’histoire de l’art, à l’érotisme freudien, au régime autoritaire et à la mort.

Ses peintures mettent souvent en scène deux filles –des jumelles ou des amantes- dont la relation ambiguë évoque l’érotisme. Souvent, ces femmes utilisent des outils d’horticulture. On remarque l’absence d’hommes...Les toiles intimes et surréalistes de Rosa Loy sont riches d’arbres, de fleurs et d’eau...Ces jardins semblent offrir un répit au machisme ambiant (en particulier dans l’art...)

« Les femmes sont belles, fortes, intelligentes, courageuses et sexy. Elles représentent la moitié de la population mondiale. Ce sont des mères, des amies ou des adversaires, des amantes, des filles, et des grand-mères. Il y a autant des femmes qu’il y a de raisons de les peindre. Le féminin est une énigme particulière qui a été traitée de manière quelque peu chaotique au cours du siècle dernier. Je tente de réviser cela ».

Je milite pour que la femme soit indépendante, sage et belle ; et que dans tous les aspects de la société, de la famille et du travail, hommes et femmes soient égaux en droits. Je crois qu’il peut exister un véritable partenariat entre les femmes (Yin) et les hommes (Yang) et permettre à notre société d’évoluer vers plus de justice... ».

« Quand je commence une peinture j’ai une idée très claire de la couleur, de la forme et de la composition, comme si je pouvais voir une peinture imaginaire devant moi ».

« À un moment donné, la peinture se fait seule...Je suis artisan, en ce que j’utilise mes outils pour me rapprocher le plus possible du tableau imaginé...Je suis souvent surprise par ce que mon pinceau a peint. Les rêves, les espoirs, le passé et ce qui va arriver dans l’avenir sont tous contenus dans mes œuvres ».

« Maintes et maintes fois, j’ai l’impression que la toile développe elle-même une idée et ne m’utilise que pour la peindre. Je suis toujours touchée lorsque les gens m’expliquent mes peintures en racontant leurs propres histoires ».

Rosa Loy expose beaucoup notamment en Allemagne, mais aussi aux Etats-Unis. Elle est représentée dans les principales collections de musées, notamment le musée d’Art Moderne de New York, le musée d’art contemporain de Los Angeles et la collection de la Deutsche Bank.

Publié le 14 janvier 2019 par Perceval

 

Chanson, 2017. Caséine sur papier, 140 x 100 cm.

INFOS PRATIQUES

: Centre d’Art Contemporain àcentmètresducentredumonde 3, avenue de Grande Bretagne, 66000 PERPIGNAN

Quand : du 12 octobre au 22 décembre 2019 Vernissage : Vendredi 11 octobre à partir de 18h30

Tarif normal : 5 euros
Tarif réduit : 3 euros
Gratuit pour les moins de 18 ans

Horaires : Ouvert du mardi au dimanche de 14h à 18h

Web : www.acentmetresducentredumonde.com

Contact : contact@acmcm.fr 04 68 34 14 35

Visuels HD sur demande

TOULOUSE,  11/10/2019

 

Escarlata Circus mène son combat à l'Européenne de cirques avec « Pugilatus »

 

La sixième édition de l’Européenne de cirques, temps fort de la fabrique des arts du cirque La Grainerie aura lieu cette année à Balma, Toulouse et Tournefeuille du 9 au 19 octobre en dialogue avec la Biennale internationale consacrée aux arts vivants. Parmi les 25 rendez-vous proposés autour des imaginaires d’artistes d’une vingtaine de nationalités, la compagnie catalane présente son Pugilatus le 11 octobre au centre culturel Alban-Minville, une leçon clownesque sur le combat quotidien du vivre ensemble. 

GRENOBLE,  10/10/2019

 

Semaine d'activités catalanes à l'Université Grenoble Alpes

 

Du 10 au 17 octobre le lectorat de catalan de l’Université de Grenoble-Alpes, en collaboration avec le Service de Langues et IDEX Formation, propose plusieurs initiatives de découverte de la culture catalane ouvertes aux étudiants et au public en général, depuis une soirée consacrée aux poésies du monde, jusqu’à un festival de dessin animé.

+ info >>

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2019 5 13 /09 /septembre /2019 10:10
Jean Seberg

Jean Seberg

Expo et danse J. Maureso - Expo au Boulou - A Collioure - A St-André et conférence Gauguin - Le chêne-liège -
Expo et danse J. Maureso - Expo au Boulou - A Collioure - A St-André et conférence Gauguin - Le chêne-liège -
Expo et danse J. Maureso - Expo au Boulou - A Collioure - A St-André et conférence Gauguin - Le chêne-liège -
Expo et danse J. Maureso - Expo au Boulou - A Collioure - A St-André et conférence Gauguin - Le chêne-liège -
Expo et danse J. Maureso - Expo au Boulou - A Collioure - A St-André et conférence Gauguin - Le chêne-liège -

Expo et danse J. Maureso - Expo au Boulou - A Collioure - A St-André et conférence Gauguin - Le chêne-liège -

Littérature 

 

Roman. Kill Jean/Comment ils ont tué Jean Seberg

 

L’éternelle Jean Seberg

 

« Partie de rien, Jean avait écumé tout l’éventail des émotions d’une vie : le succès, l’échec, la notoriété, la paranoïa, les amours possibles et impossibles, la violence, le harcèlement, bref ! », raconte le personnage principal de ce roman, Chris Ewing, écrivain baroudeur, angoissé par son éditeur qui le presse de rendre son manuscrit.

 

Les auteurs, Alain Mamou-Mani et Antoine Lassaigne, nous promènent entre réalité et fiction, et livrent leur version du supposé suicide (ou assassinat) de Jean Seberg. Le récit est construit autour d’échanges entre Chris et une fan de l’actrice (Sue) qui deviendra la muse de l’écrivain. Au départ, elle pique sa curiosité en lui faisant parvenir sur son lieu de travail, la photo de la défunte actrice. Le cliché est accompagné d’une lettre expliquant que Jean Seberg ne s’est pas suicidée.

 

L’intrigue démarre à New York et se transfère dans un Paris romantique, notamment devant la statue érigée en souvenir de Lady D au pont d’Iéna. Puis l’action se poursuit dans les plaines gelées du Dakota, lesquelles insufflent en fin de récit, un air de polar, comme dans le film des frères Cohen « Fargo ».

 

Un roman aux allures d’escapade, dans lequel fantasmes et vérités historiques s’entremêlent pour ne laisser finalement place qu’à la passion amoureuse.

 

À noter. Lors du festival du cinéma américain à Deauville, qui se tient jusqu’au 15 septembre, l’actrice Kristen Stewart fera le déplacement en Normandie pour présenter « Seberg », le biopic de la comédienne qui fut aussi la femme de l’écrivain Romain Gary, et dont elle tient le rôle-titre.

 

« Kill Jean/Comment ils ont tué Jean Seberg », d’Alain Mamou-Mani et Antoine Lassaigne, Balzac éditeur, 20 €.

 

 Publié le 09 septembre 2019 

 

PIERRE MONCEY

© Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/livres/a-lire/

 

À l'occasion des Journées européennes du patrimoine 2019, les Éditions Trabucaire, avec le Centre Méditerranéen de Littérature et la mairie de Perpignan, vous invitent à la présentation de l'ouvrage de Sylvain Chevauché :

 

 

L'histoire oubliée de la Casa Xanxo. 


Une demeure patricienne catalane à l'époque

moderne


La présentation aura lieu le samedi 21 septembre 2019,
à 16h30, à la Casa Xanxo, 8 rue de la Main de Fer à
Perpignan.


Nous vous y attendons nombreux!
Entrée libre


Les Éditions Trabucaire

11, rue Traverse de Pia
66000 Perpignan
04 68 61 02 82 
edition.trabucaire@orange.fr
www.trabucaire.com
Partager cet article
Repost0
5 août 2019 1 05 /08 /août /2019 10:23
Joseph Maureso - Oeuvre de Roger Maureso à Bages, en face de la Maison Carrère - Toiles de J.Maureso (photos JPB)
Joseph Maureso - Oeuvre de Roger Maureso à Bages, en face de la Maison Carrère - Toiles de J.Maureso (photos JPB)
Joseph Maureso - Oeuvre de Roger Maureso à Bages, en face de la Maison Carrère - Toiles de J.Maureso (photos JPB)
Joseph Maureso - Oeuvre de Roger Maureso à Bages, en face de la Maison Carrère - Toiles de J.Maureso (photos JPB)
Joseph Maureso - Oeuvre de Roger Maureso à Bages, en face de la Maison Carrère - Toiles de J.Maureso (photos JPB)
Joseph Maureso - Oeuvre de Roger Maureso à Bages, en face de la Maison Carrère - Toiles de J.Maureso (photos JPB)
Joseph Maureso - Oeuvre de Roger Maureso à Bages, en face de la Maison Carrère - Toiles de J.Maureso (photos JPB)

Joseph Maureso - Oeuvre de Roger Maureso à Bages, en face de la Maison Carrère - Toiles de J.Maureso (photos JPB)

Joseph MAURESO à la Casa Carrère de Bages, en famille et entre amis

 

A première vue, à la première traversée, Bages ressemble à un village de poubelles; les trottoirs, souvent absents ou minuscules sont encombrés, jour et nuit. Vert/jaune, Jaune/vert, symphonie de couleurs et d'odeurs...M. Le Maire, est-ce là une installation contemporaine..?

Mais je ne suis pas venu pour causer poubelles...

 

La mairie a eu sans doute plus de goût en conservant l'admirable édifice de l'ancien musée d'art naïf et de faire de la "Casa Carrère", un lieu culturel, célébrant un artiste chaque été, et abritant, en son jardin, le soir, un concert de qualité.

 

Bages a choisi d'honorer l'artiste qu'on ne présente plus, fils d'un père célèbre, Roger Maureso... Joseph, ancien prof aux Beaux-Arts de Perpignan, investit avec inspiration les lieux magiques de la région et a décidé d'associer à ses actuelles oeuvres "hybrides" ses amis Christophe Massé, Odile Marot et Michel Fourquet. 

 

Au lieu du terme "hybrides", qui suggère des manipulations génétiques -et artistiques, ici, avec l'ajouts d'humains marotiens, avec l'intrusion de couleurs fourquettiennes, avec la présence inquiétante et hiératique de personnages masséens...j'aurais préféré le mot "dialogues" ou "correspondances"...

 

Ou encore, pour rester dans la littérature "d'affinités électives"...

 

 Sans oublier la famille qui participe à cet opéra total, dont le point d'acmé est fixé au 1er septembre, avec le décor de scène et le spectacle de Paola, la fille de Joseph et d'Evelyne, son épouse, qui fixe sur le papier de subtiles sculptures poétiques... Quant au fils, Raphaël, il expose  au rez-de-chaussée, ses étranges créatures en résine blanche, souris aux yeux de hiboux, mulots chiraquiens énigmatiques, comme, d'ailleurs, toute la série donnée à voir par J.Maureso, dans les trois espaces de la solide bâtisse...

 

C'est quoi ? ça représente quoi..? ça veut dire quoi..? On connaît les questions a priori, naïves, spontanées.

 

Or on sait depuis Kankinsky, en 1905 que la peinture -morte, moribonde, qui n'en finit pas de finir- ne se considère pas à partir des apparences et du goût, de l'esthétique : la beauté, c'est comme Capri...

 

Non, désormais, on assiste à une inversion de la démarche esthétique classique : vous n'analysez pas les formes de l'objet, mais le comportement du sujet. Se glisser à l'intérieur de l'objet, qui n'est plus vu comme un résultat, mais qui est le produit d'une intention...

 

Alors, quelle a été votre intention, votre motivation, votre dessein, M. Maureso..?

Il doit bien en avoir une, d'intention car l'oeuvre paraît raisonnée, non pas mue par une irrationnalité surréaliste... mais il ne vous la dira pas : ce serait limiter l'oeuvre, donner un arrêt à la spéculation du spectateur, car l'oeuvre riche est plurielle, elle suggère à l'infini, et chaque voyeur peut y trouver son bonheur...

 

Alors, c'est vrai, je n'ai pas tout compris; il me semble que l'ensemble est une vue de début de monde, une genèse d'où une spiritualité inachevée surgit...

 

Ces toiles sans cadre contiennent un code : étranges partitions, tels ces oeufs, oeils ou yeux, astres..? Les grands formats -manquant parfois de recul au rez-de-chaussée-et les petites toiles sont des paysages baignés dans une couleur ocre : sable, terre, matérialité où s'érige une verticalité indéfinissable...

 

Au premier étage, l'oeil est attiré par les volumes, les cubes pris dans des vapeurs de naissance d'un matin; animent le tableau, de façon paradoxale, des cercles de branches mortes face à la spiritualité en forme de croix. En son coeur surgit, central, un pays d'arbres, de cyprès, une oasis verte tourmentée par un univers en transes...

 

La série se poursuit au second étage, avec ces morceaux de monde dépourvu d'hommes, de bêtes ou de vie, sauf quand le personnage humain naît dans le triptyque d'Odile Marot, quand la couleur donne du relief grâce aux ruissellements de Michel Fourquet, quand l'oeil pare avec les grands yeux de Christophe Massé...

Ces trois amis ont peint directement sur la toile de Joseph.

Cette trinité d'artistes se manifeste à l'issue du long chemin de croix maurésien, crevant le ciel de la maison-musée, pour poursuivre, c'est sûr, en d'autres génies du lieu, la métamorphose picturale d'un monde nouveau, meilleur, dans l'utopie de la peinture...

 

J.P.Bonnel

 

* à signaler, le concert du 23 août prochain (2019) à la Casa Carrère, ave Paola, Pere Figueres, l'enfant-musicien du pays, et Gérard Meloux. (entrée libre et gratuite)

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2019 2 16 /07 /juillet /2019 08:35
Festival Casals - Expo à Carcassonne -
Festival Casals - Expo à Carcassonne -
Festival Casals - Expo à Carcassonne -

Festival Casals - Expo à Carcassonne -

Articles à suivre cet été :

 

-Le bel été (tout le monde vous souhaite un bon été...)

-Ethique et politique

-Louis ALIOT est-il un démocrate ?

-Les masques de L. Aliot, député, candidat aux municipales à Perpignan

-Clotilde Ripoull et Olivier Amiel ont déclaré : "J'irai jusqu'au bout"... ça signifie ??? 

Jusqu'au second tour ? (s'ils ont 10% des voix) : L. Aliot, avec cette multiplicité de candidatures est déjà élu...

 

 Exposition exceptionnelle "une collection d'art contemporain" au Musée des beaux-arts de Carcassonne

 

Du 28 juin au 6 octobre 2019, le musée des beaux-arts de Carcassonne présente une exposition inédite et exceptionnelle de plus de 80 oeuvres d’art contemporain.
La collection de Jacques Font est mise à l’honneur à travers un choix d’oeuvres très éclectique dont le point commun principal est le coup de foudre du collectionneur.


« Passeur d’images » passionné d’art contemporain, Jacques Font a toujours apprécié pouvoir partager avec d’autres personnes l’émotion ressentie face aux oeuvres.Entièrement consacrée à sa collection personnelle et basée sur le principe un artiste - une œuvre, l’exposition présente une sélection de plus de 80 oeuvres d’artistes femmes et hommes, connus ou pas du grand public, confirmés et émergents. Elle s’articule autour du noir et blanc, de l’engagement politique et social, de l’abstraction et plus particulièrement l’abstraction géométrique.
Les oeuvres de Pierre Soulages, André Marfaing, Daniel Buren, François Morellet, Imi Knoebel, Geneviève Claisse, Jacques Monory, Philippe Cognée, JonOne, Eva Nielsen, Mounir Fatmi, Jonathan Meese entre autres, ponctuent ce parcours initiatique de l’art contemporain.

 

Commissaire d'exposition : Vincent Noiret

 

"Jacques Font est un collectionneur éclectique et bouillonnant. Grâce à l'aide de l'ancien galeriste Vincent Noiret, découvrez ce panorama très subjectif en quatre-vingts oeuvres." (Connaissance des Arts)

Gratuit

Ouvert tous les jours de 10h à 18h. Fermé les jours fériés.

Musée des beaux-arts - 15, boulevard Camille Pelletan - 11000 Carcassonne

04 68 77 73 70

 

Vincent Noiret

<vincent.noiret@gmx.fr>

 

- Art Advisor & Curator en Art Contemporain

- Organisation d'expositions privées

Cell. +33 (0)6 71 47 27 72 - vincent.noiret@gmx.fr

https://vincentnoiret.wixsite.com/vincentnoiret-art

 

Rêves en liberté : Pablo Casals parmi nous

 

Il y a cent ans Pablo Casals était au sommet de sa carrière. Et pourtant… quelle vie intense et mouvementée suivit. En Conflent et quelques autres lieux du 25 juillet au 13 août la tradition continue.

 

Le festival créé en 1959 par Pablo Casals poursuit sa route entre tradition et nouveautés. Une avant-première aura lieu le 25 juillet à Saint-Guilhem le Désert. 

 

C’est dans ses débuts sous le signe de la Retirada que se déroulera l’édition 2019, se déplaçant le 30 juillet à Céret (au musée, en lien avec l’exposition André Masson), à Bélesta (31 juillet), Vinça (le 2 août, récital d’orgue d’Olivier Latry, Salses (Guerre et paix, le 28 juillet), Serrabonne avec des partitions inachevées (le 6 août). 

 

Elle poursuit la tradition des concerts de fin d’après-midi dans les églises du Conflent, avant les soirées à Saint Michel de Cuxa et Prades, ainsi qu’un passage à El Vendrell, patrie de Casals, l’inévitable montée au Canigou et la grotte des Canalettes.

 

Des conférenciers, de nouveaux musiciens invités et des récitants

 

Le festival reçoit cette année de nouveaux conférenciers, Henry de Lumley, Jean-Pierre Verney, historien de la grande guerre, et Henry Salvayre professeur en hydrogéologie. Il accueillera le spationaute Jean-Loup Chrétien pour une soirée Quand le rêve devient réalité. Marie-Christine Barrault racontera le 10 août Pour que le rêve dévore votre vie, des textes illustrés par Haydn, Schumann, Dvorak. 

 

Devant le plus grand rétable de France (église de Prades) Mgr Norbert Turini, évêque de Perpignan-Elne, récitera le 11 août Les sept dernières paroles du Christ en croix, avec la musique de Haydn par le Shangaï Quartet. Aux musiciens depuis longtemps habitués du festival se mêleront de nouveaux invités et les jeunes de l’Académie produiront comme à l’habitude leurs propres concerts dans les églises du Conflent.

 

Classiques reconnus, innovations et découvertes

 

Dans les divers concerts on retrouvera les grands noms toujours attendus Schubert, Mozart, Haydn, Beethoven, Grieg, Schönberg, Bartok, Liszt, Smetana, Chostakovitch, Schumann, Ligeti, Penderecki, Dvorak, De Falla, Albeniz, Debussy, Mendelssohn, Chausson, Fauré, Enesco, Casals, liste non exhaustive. Parmi les soirées à thèmes citons notamment Cinéma et musique, hommage à René Clair et Pablo Casals le 4 août au casino de Vernet-les-Bains, Stabat mater, hommage à Elizabeth Eidenbenz, l’Ange de la maternité d’Elne (4 août à 21h), Envol de nuit (5 août). Rêve, le 13 août à l’abbaye, clôturera le festival. Durant ce concert sera remis à un étudiant de l’Académie L’archet de la paix 2018 créé par les Archetiers.

 

 

Réservations et information : Festival Pablo Casals de Prades BP50024, 33 rue de l’Hospice 66502 Prades. +33(0)4 68 96 33 07. www. Prades-festival-casals.com

 

 

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2019 5 12 /07 /juillet /2019 10:39
Extension-musée-art-moderne de Céret (C) agence Faloci-architecte - Oeuvres de Masson - Nathalie Galissot, conservatrice, avec Robert Garabé...(C) J.P.Bonnel (juin 2019)
Extension-musée-art-moderne de Céret (C) agence Faloci-architecte - Oeuvres de Masson - Nathalie Galissot, conservatrice, avec Robert Garabé...(C) J.P.Bonnel (juin 2019)
Extension-musée-art-moderne de Céret (C) agence Faloci-architecte - Oeuvres de Masson - Nathalie Galissot, conservatrice, avec Robert Garabé...(C) J.P.Bonnel (juin 2019)
Extension-musée-art-moderne de Céret (C) agence Faloci-architecte - Oeuvres de Masson - Nathalie Galissot, conservatrice, avec Robert Garabé...(C) J.P.Bonnel (juin 2019)
Extension-musée-art-moderne de Céret (C) agence Faloci-architecte - Oeuvres de Masson - Nathalie Galissot, conservatrice, avec Robert Garabé...(C) J.P.Bonnel (juin 2019)
Extension-musée-art-moderne de Céret (C) agence Faloci-architecte - Oeuvres de Masson - Nathalie Galissot, conservatrice, avec Robert Garabé...(C) J.P.Bonnel (juin 2019)
Extension-musée-art-moderne de Céret (C) agence Faloci-architecte - Oeuvres de Masson - Nathalie Galissot, conservatrice, avec Robert Garabé...(C) J.P.Bonnel (juin 2019)
Extension-musée-art-moderne de Céret (C) agence Faloci-architecte - Oeuvres de Masson - Nathalie Galissot, conservatrice, avec Robert Garabé...(C) J.P.Bonnel (juin 2019)
Extension-musée-art-moderne de Céret (C) agence Faloci-architecte - Oeuvres de Masson - Nathalie Galissot, conservatrice, avec Robert Garabé...(C) J.P.Bonnel (juin 2019)
Extension-musée-art-moderne de Céret (C) agence Faloci-architecte - Oeuvres de Masson - Nathalie Galissot, conservatrice, avec Robert Garabé...(C) J.P.Bonnel (juin 2019)

Extension-musée-art-moderne de Céret (C) agence Faloci-architecte - Oeuvres de Masson - Nathalie Galissot, conservatrice, avec Robert Garabé...(C) J.P.Bonnel (juin 2019)

Musée d'Art moderne de Céret

Parcours Masson en passant pressé…

 

Belle expo rétrospective et thémathique.

 

André Masson arrive à Céret en 1919; il a 23 ans; il est venu pour le cubisme.En compagnie du camarade Loutreuil, deux anars pieds-nus… Voir les Louteuil et Soutine dans la collection permanente.

 

Première salle consacrée aux paysages cubistes très construits…

 Il va s'exercer à l'influence de Cézanne. C'est un chercheur permanent.

 

Voici la série des forêts aux formes sinueuses : c'est déjà le surréalisme… Masson vit à Paris, près de Joan MIRO.

 

La salle 2 nous plonge dans les écritures gastronomiques.

 

Salle 3 : cubisme analytique. les lignes sont plus sinueuses.

 

salle 4 : Masson observe les aînés, tel Nicolas Poussin. Il cherche de nouveaux modèles. Enchevêtrement des formes : quête entre la ligne et la couleur.

 

A l'étage les oeuvres magnifiques créées en Espagne, à Tossa en 1934. Voyez Le thé chez Franco, 1938. 

Il fui la guerre civile en Catalogne, la guerre en France…

C'est la période américaine; exil, 1941, passage par la Martinique avec Breton, les Surréalistes…

 

A la fin de sa vie, il va s'intéresser à la peinture pour elle-même.

Masson va utiliser un langage pulsionnel : influences chez les Américains, Pollock…

JPB

- - -

Le musée d'Art moderne de Céret est le principal musée d'art des Pyrénées-Orientales. Il a été créé par Pierre Brune et Frank Burty Haviland en 1950 et a acquis ces vingt dernières années une dimension internationale. 

 

Adresse : 8 Boulevard Maréchal Joffre, 66400 Céret

 

  • Musée d'Art Moderne de Céret
  • 8, Bd Maréchal Joffre
  • BP 60413, 66403 Céret Cedex- France
  • T (33) 04 68 87 27 76
  • F (33) 04 68 87 31 92
  • contact@musee-ceret.com
  • www.musee-ceret-expo.com
  • Retrouvez l'activité du musée sur notre page Facebook
  •  
  •  
  • Horaires d'ouverture
  • Du 1er juillet au 30 septembre : ouvert tous les jours de 10 h à 19 h.
  • Le reste de l'année : ouvert de 10 h à 17 h, fermé le lundi.
  • Fermeture les : 1er janvier, 1er mai, 1er novembre, 25 décembre
  • Ouverture exceptionnelle les : lundi de Pâques et lundi de Pentecôte
  • Fermeture exceptionnelle à 15 h le samedi 13 et dimanche 14 juillet 2019 en raison de la Feria.
  •  
  • Les billets sont valables toute la journée, ils ne sont ni repris ni échangés.
  • La billetterie est fermée 30 minutes avant la fermeture du musée.
  •  
  •  
  • Tarifs
  • Collection permanente + exposition temporaire :
  • Plein tarif : 10 euros
  • Tarif réduit : 6 euros
  • Gratuit jusqu'à 12 ans
  • Les tarifs peuvent varier en fonction des expositions temporaires.
  •  
  • Hors période d'exposition temporaire :
  • Plein tarif : 5,50 euros
  • Tarif réduit : 3,50 euros
  • Gratuit jusqu'à 12 ans
  •  
  •  
  • Tarif réduit : (sur présentation d'un justificatif et carte d'identité) 
  • Jeunes 12/18 ans, étudiants 18/27 ans, demandeurs d'emploi, personnes handicapées et un accompagnant, groupe de plus de 10 personnes, adhérents associations des Amis des Musées appartenant au groupement régional des Associations des Amis des Musées.
  •  
  • Tarif pass' patrimoine : (sur présentation du Pass)
  • Tarif plein : 7 euros (période d'exposition temporaire)
  • Tarif réduit : 5 euros (hors période d'exposition temporaire)
  •  
  • Gratuité : (sur présentation d'un justificatif et carte d'identité)
  • Moins de 12 ans, détenteurs de la carte presse, carte ICOM, carte Ministère de la Culture, carte de La Maison des artistes, adhérents association des Amis du Musée de Céret, professeurs d'arts plastiques, étudiants des écoles des Beaux-Arts.
  •  
  • Visites guidées pour groupes sur réservation.
  •  
  • Service des publics
  • T.: 04 68 87 97 34
  • service.educatif@musee-ceret.com
  • du lundi au vendredi de 9 h à 12 h
  • et de 14 h à 17 h
  •  
  • Services
  • Accueil en français, catalan, espagnol, anglais.
  • Moyens de paiement acceptés : espèces, cartes de crédit, chèques bancaires, chèques-vacances.
  • Auditorium : vidéo-projection, conférences.
  • Atelier pédagogique. Boutique.
  • Accès du musée aux personnes à mobilité réduite.
  •  
  • Bibliothèque du musée
  • Consultation sur rendez-vous
  • T.: 04 68 87 97 34

 

Les expositions du Musée d'art moderne de Céret

 

DU 22 JUIN AU 27 OCTOBRE 2019

La nature a été la grande inspiratrice d’André Masson (1896-1987). Le peintre admire sa splendeur et sa diversité, mais observe aussi son côté plus sombre qui correspond à ses interrogations sur le sens profond de la vie. Paysages, forêts, insectes, animaux, moissonneurs, germinations apparaissent dans son oeuvre, marquée par les lieux où l’artiste a vécu : Céret bien sûr, Paris à l’époque surréaliste, l’Espagne des années 30, puis l’exil aux États-Unis en passant par la Martinique, enfin le sud de la France où Masson retrouve les paysages de son maître tant admiré : Cézanne.

L’oeuvre d’un des plus grands peintres français du XXe siècle !

 

Cette exposition est reconnue d’intérêt national par le ministère de la Culture/Direction générale des patrimoines/Service des musées de France. Elle bénéficie à ce titre d’un soutien financier exceptionnel de l’Etat.

Partager cet article
Repost0
25 juin 2019 2 25 /06 /juin /2019 08:52
Abel B. Cradle of life - Enjoy the pristine beauty - Melancholia -
Abel B. Cradle of life - Enjoy the pristine beauty - Melancholia -
Abel B. Cradle of life - Enjoy the pristine beauty - Melancholia -
Abel B. Cradle of life - Enjoy the pristine beauty - Melancholia -
Abel B. Cradle of life - Enjoy the pristine beauty - Melancholia -

Abel B. Cradle of life - Enjoy the pristine beauty - Melancholia -

 

Exposition / Juin 2019

ABEL BURGER
« CHASSER LES ESPRITS »

Vernissage mercredi 26 juin à partir de 18h30 Exposition du 26 juin au 3 juillet

 

C'était annoncé : L'Isba ouvrait des parenthèses dans son activité et fermait ses portes pour les rouvrir à d'autres projets et à de nouveaux artistes.

Mercredi 26 juin, c'est avec une sélection d'oeuvres récentes - peintures et dessins, d'ABEL BURGER, rencontrée à Berlin et retrouvée à Port-Vendres que s'inaugurent nos nouveaux rendez-vous artistiques.

Abel Burger vit et travaille entre Berlin et Port-Vendres : la capitale que l'on connaît et une petite ville au bord la mer où elle a jeté l'ancre au terme de longs voyages.

Pendant un temps, à Paris et aux Etats Unis, elle a fait partie de la scène artistique underground, reconnue pour l'originalité et la spontanéité de son écriture (poésie) mais aussi pour la qualité de ses courts métrages.
Elle ne fréquente aucune école d'art. Autodidacte donc ; Sans en ignorer les formes et la réthorique, elle se tient à distance du milieu de l'art contemporain et recentre son travail dans un espace visuel. Abel travaille avec acharnement, quotidiennement, sur toile libre ou sur papier, affirmant une

 

L'Isba-art contemporain / association loi 1901 / lisba66@gmail.com / 00 + 33 6 75 79 18 17

 

expression très personnelle qui fait coexister peinture et écriture. BORN TO BE WILD.

Abel travaille à fond la caisse et en musique. Echappant à toute mise en catégories, elle vire et tournevire comme un électron libre, entre peintures, dessins et textes.
Abel creuse l'intime et l'espace opaque des non-dits, axes qui articulent son travail. Elle raconte la vie des autres. Récemment, au cours d'une résidence artistique (Berlin Art Institute, The Village Berlin), elle s'est consacrée pendant plusieurs mois à la réalisation de portraits de personnes rencontrées sur les réseaux sociaux : facebook, tinder.(« Lost and Found » suivi de « Beautiful Weirdos »).

QUEER/ Weirdo ; Abel va et vient dans le monde, pose les questions du genre, de l'identité. Ni activiste, ni féministe, elle questionne la brutalité et la violence d'un monde en/de mutation.

Sollicitée par L'Isba pour une exposition personnelle, Abel saisit l'opportunité de cette carte blanche pour recentrer avec pudeur une traque très personnelle qui met en jeu des principes élémentaires de sa survie : traquer, expulser, tuer des fantômes qui baladent leurs silhouettes douloureuses mais aussi préserver quelques démons apprivoisés saisis dans la beauté d'instants vécus.

 

A propos de « Détruire », prochaine étape de ses projets, elle cite volontiers Marguerite Duras : « Je suis pour qu’il n’y ait plus aucune mémoire de ce qui a été vécu, c’est-à-dire de l’intolérable ». (Détruire dit-elle, 1969)


« Détruire » ne porte aucune revendication mais montre de manière radicale l’opacité derrière l’illusoire transparence du vide. Il défait l'évidence de ses oppositions : enfance/bonheur, émotions/pouvoir, masculin/féminin, amour de soi/dévotion. Ainsi placée dans l'écart, elle réinvente son identité. Dans l'écart, tout peut être ré-interrogé et ainsi ouvrir de nouvelles perspectives.
L’acte de peindre et d’écrire dans charge subversive devient critique. Il démonte peu à peu et permet le réinvestissement dans l'histoire. Le sujet de l’intime ici prend donc une mesure plus personnelle.

Total Eclipse, 2019

Exposition / Juin 2019

 

L'Isba-art contemporain / association loi 1901 / lisba66@gmail.com / 00 + 33 6 75 79 18 17

 

Exposition / Juin 2019

 

Cradle of Life, 2019

A l'occasion de l'exposition, Abel Burger et Richard Meier présenteront ensemble les récentes éditions réalisées pour Voix Editions.

 

L'Isba-art contemporain / association loi 1901 / lisba66@gmail.com / 00 + 33 6 75 79 18 17

 

ABEL BURGER - REPERES BIOGRAPHIQUES Née en 1982

EXPOSITIONS, RESIDENCES ARTISTIQUES et PERFORMANCES :

 

Chasser les Esprits, galerie L'Isba, Perpignan


GIFT Hotel, Paris-Berlin
Exposition collective, Instinct Berlin,
Instinct Berlin - questioning identities, masculinities and gender (Résidence) Beautiful Weirdo, The Village, Berlin

Berlin Art Institute - projet “Lost and Found”
Lost and Found , Green House, Berlin, Performance d'écriture, Lab galerie Artyfact, Paris Rodeo, lecture. La Mutinerie, Paris


2011 : Flux tendu, performance éditoriale, La Maison des Metallos, Zinc editions.Paris 2010 : 24 heures d'écriture, performance organisée par la ville de Paris.Paris

Vjing ,La Mutinerie, Paris.

PUBLICATIONS :

2019 : Livre d'artiste, “Voix Editions” , Perpignan
2018 : “Handcastle”, peinture et poésie, magazine Boston.
2016 : fiction “Roches Noires” en cours de lecture aux éditions de “La Contre Allée” 2015 : Finesite, scénario pour l’actrice Fanny Ardant
2013 : Beef (Nouvelle ), Walrus editions
2012 : Arrrgh magazine & textes, Paris
2012 : nouvelle dans le magazine Branded, Paris
2011 : poétrie, revue littéraire “La main Blanche”, Paris
2010 : 12 cordes, (nouvelle ), Antidata editions, Paris
2009 : Poésies, «La revue des 100 voix”, Paris

DIVERS :
2014 : Metamorphosis, réalisation - Short film, Paris

2012 : La Meute, creation d’un collectif multidisciplinaire Paris PRESSE :

2019 : Kaltblut Magazine, Berlin 2018 : Vent sud magazine

Art Majeur Occitanie BaronMag NeonPajamas (Eng)

 

« C’était la Maternité d’Elne… » et la pouponnière de Banyuls.

 

 CONFERENCE de Serge BARBA

  Vendredi 28 juin 2019, 18h30 

à Banyuls-sur-mer

 

Salle Jean Jaurès (derrière la mairie, jardin, place Dina Vierny) – Entrée libre –

 

*Sous l’égide de  l’Association Walter BENJAMIN            (06.31.69.09.32)

Partager cet article
Repost0
21 juin 2019 5 21 /06 /juin /2019 10:16
Melancholia (bientôt à Perpignan !) - Concert d'été à Palau du Verre - Aquarelles à Pézilla - Avant la nuit
Melancholia (bientôt à Perpignan !) - Concert d'été à Palau du Verre - Aquarelles à Pézilla - Avant la nuit
Melancholia (bientôt à Perpignan !) - Concert d'été à Palau du Verre - Aquarelles à Pézilla - Avant la nuit
Melancholia (bientôt à Perpignan !) - Concert d'été à Palau du Verre - Aquarelles à Pézilla - Avant la nuit

Melancholia (bientôt à Perpignan !) - Concert d'été à Palau du Verre - Aquarelles à Pézilla - Avant la nuit

Palau du Verre :

 

CONCERT D’ÉTÉ

Visages de Méditerranée

 

 

SAMEDI 22 JUIN

21h Place de l’église

L’ensemble “LIBERE” Rencontre de Trois Virtuoses
David Salleras, saxophoniste et compositeur Maria Camahort, guitariste et compositrice François Ragot, violoncelliste, chef d’orchestre O. Gonzalez, D. Salleras, M. Camahort,
A. Piazzola, K. Dorham, Georges Gershwin

 

DIMANCHE 23 JUIN

17h, jardin du Mas St Galdric*

L’APRÈS MIDI AU JARDIN avec PEDRO SOLER, guitare. “... FOU DE MÉDITERRANÉE” En hommage à Philippe Andrea

 

SAMEDI 29 JUIN - 21h, Eglise VIVALDI EN TOUTES SAISONS “MARE NOSTRUM MUSICAE”
et “Les jeunes talents Mare Nostrum Musicae 2019/ 2020”
Pierfrancesco Fiordaliso, violon soliste, Heriberto Fonseca, violon 1

Gisèle Lopez, violon 2
Fanny Kobus, alto,
François Ragot, violoncelle, Raphaël Quaretti, contrebasse, Guillem Gironès Lopez, violoncelle, Jordi Gironès, théorbe et guitare baroque.
CAMERATA DELS PIRINEUS, orchestre amateur de jeunes
*entrée par le camping le Haras -Palau del Vidre

DIMANCHE 30 JUIN

17h, jardin du Mas St Galdric*

L’APRÈS-MIDI AU JARDIN avec Miquela Vails
“LES COULEURS DE SIMONE GAY” Et le Duo “AIRINA”
Jean-Paul Sire, accordéon,
Alex Augé, saxophone soprano

 

VENDREDI 5 JUILLET - 21h, Eglise L’ensemble “SARABANDE” Malvina Martrille, flûte à bec, Catherine Morrison, violoncelle Elisabeth Picard, clavecin, François Picard, violoncelle MUSIQUE ITALIENNE

DE L’ÉPOQUE BAROQUE

S. Rossi, GP. Cima, A. Falconieri, GV. Fontana, A. Vivaldi, A. Corelli, F. Geminiani, F. Mancini

 

SAMEDI 6 JUILLET - 21h, Eglise Maria Luisa Colom, piano MUSIQUE ESPAGNOLE
M. Blasco de Nebra, D. Scarlatti, A. Soler, F. Mompou, E. Granados, I. Albéniz

 

DIMANCHE 7 JUILLET - 18h, Eglise

Ensembles polyphonique “MADRIGALIS”
et instrumental “MARE NOSTRUM MUSICAE” “L’INFLUENCE DE LA MUSIQUE ITALIENNE EN EUROPE AU XVIII
e
G F. Haendel “Dixit Dominus”

 

TOUT LE PROGRAMME SUR www.concertdetepalau.eu
ENTRÉE : 15• Abonnement à trois concerts : 40- ADHÉRENTS : 13- Abonnement à trois concerts : 35Etudiants : 5- Abonnement à trois concerts : 15• Enfant de -10 ans : gratuit
RENSEIGNEMENTS ET RESERVATIONS : Concert d’été : 04 68 37 98 38 - 04 68 55 87 39 ou Mairie de Palau del Vidre : 04 68 22 37 41 (le lundi, mardi, jeudi, vendredi, le matin uniquement) ou concert.d.ete@wanadoo.fr

 

 

- - -

Expo/vernissage : 

«Rodin-Maillol, face à face » 

 

SAM. 22 JUIN  11 h30

 

 

​​​​​​​

  • à 10H30 vernissage de l'expo André MASSON à Céret
  • - - -

FFREEE : 

  • Maire de Saint-Cyprien,
  • Conseiller départemental,
  • Président de la Communauté de communes Sud Roussillon,
  • et le Conseil municipal
  • vous convient à l’inauguration
  • de la stèle commémorative
  • du camp de Saint-Cyprien
  •  
  • Samedi 22 juin 2019 à 11h
  • à la Pinède (entrée nord de Saint-Cyprien)

Merci de confirmer votre présence au 04 68 37 68 13


- - -

BANYULS :

  •  21 Juin 2019 – 21h
  • Eglise de la Rectorie
  •  
  • Duo Bensa-Cardinot
  • Au programme
  • Renaissance Anglaise de John Dowland (guitares et chant)
  • 3 chants de Gabriel Fauré (guitare et chant)
  • 9 insectes en musique extraits du recueil "Microfaune" d'Olivier Bensa (guitare solo)
  • Musique d’inspiration populaire (deux guitares)
  •  
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens