Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 août 2017 3 02 /08 /août /2017 08:52
Musiques à Villelongue dels monts - Prats en littérature : j'y serai ! - La Tour de Carol - Trobada de Prada -  Les Nuits d'EUS -Musiques à Villelongue dels monts - Prats en littérature : j'y serai ! - La Tour de Carol - Trobada de Prada -  Les Nuits d'EUS -
Musiques à Villelongue dels monts - Prats en littérature : j'y serai ! - La Tour de Carol - Trobada de Prada -  Les Nuits d'EUS -
Musiques à Villelongue dels monts - Prats en littérature : j'y serai ! - La Tour de Carol - Trobada de Prada -  Les Nuits d'EUS -Musiques à Villelongue dels monts - Prats en littérature : j'y serai ! - La Tour de Carol - Trobada de Prada -  Les Nuits d'EUS -

Musiques à Villelongue dels monts - Prats en littérature : j'y serai ! - La Tour de Carol - Trobada de Prada - Les Nuits d'EUS -

Pages les plus visitées :
Vous aimez : synagogue de Perpignan - Collioure et la plage de l'Ouille, Consolation - Quartiers de Perpignan  - Le mythe du Perthus - Mafia locale et prostitution - ...
 URLPages Vues
1http://leblogabonnel.over-blog.com/2017/08/synagogue-de-perpignan-m.d-halimi-a-perdu-son-proces-la-nouvelle-synagogue-de-perpignan-ne-sera-pas-installee-a-l-espace-mediterrane274
2http://leblogabonnel.over-blog.com/41
3http://leblogabonnel.over-blog.com/2015/08/lieux-insolites-collioure-plage-de-l-ouille-petit-paradis.html29
4http://leblogabonnel.over-blog.com/2016/03/quartiers-de-perpignan-site-de-la-mairie-quartiers-a-perpignan-aussi-dangereux-que-molenbeck-nous-ne-le-pensons-pas-mais-le-cocktail19
5http://leblogabonnel.over-blog.com/article-le-mythe-du-perthus-ville-frontiere-hypermarche-a-ciel-ouvert-112227933.html11
6http://leblogabonnel.over-blog.com/article-que-faire-le-jour-de-son-anniversaire-109281670.html9
7http://leblogabonnel.over-blog.com/2015/06/le-maire-de-perpignana-marie-son-chef-de-cabinet-musiques-a-collioure-et-banyuls.html8
8http://leblogabonnel.over-blog.com/2017/07/lire-telerama-le-chemin-walter-benjamin-par-gilles-heure-fete-populaire-a-perpignan-mostra-de-cultura-popular-catalana.html6
9http://leblogabonnel.over-blog.com/2015/09/lieu-insolite-collioure-notre-dame-de-consolation-rencontre-avec-les-gerants-agnes-et-marcel.html6
10http://leblogabonnel.over-blog.com/article-prostitution-mafias-locales-clientelisme-a-perpignan-rentes-occultes-en-catalogne-et-roussillon-a-120078383.html

***JEUDI 3 AOÛT 21h
Maison du Temps Libre
Ouverture des Nits d'Eus 2017
"VERLAINE"

Cette création est proposée par le violoncelliste Vincent Malgrange.

Il est dit que la beauté des mélodies de Claude Debussy et son attirance pour ces poèmes de Verlaine viendrait du fait que son premier professeur de piano n’était autre que la mère de la femme de Verlaine.

Les poèmes de Verlaine seront dits par Charles Gonzales, Debussy sera joué par Alice Ader sur le piano Steinway & Sons de 1887 et Vincent Malgrange jouera les mélodies initialement écrites par Debussy pour des chanteurs, il jouera sur un violoncelle monté avec des cordes en boyaux comme à l'époque. 

C'est au plus prêt du texte que ces deux musiciens et Charles Gonzales, interprèteront les mots de Verlaine dans de très beaux mélismes harmonieux.

Charles Gonzales dira d'autres poèmes avec les guitares et autres instruments à cordes pincées de Gérard Méloux et la contrebasse de Michel Maldonado.

Nous goûterons un choix de poèmes du temps de Verlaine dont la célèbre chanson de la commune de Paris / « Le temps des cerises »

La billetterie des Nits

 

Le site internet des Nits

 

La page Facebook des Nits

 

Pour cette soirée, le café El Lluert propose sa désormais traditionnelle

« Assiette des Nits ».

Réservation obligatoire. 04 68 05 37 28.

A très bientôt...

L’équipe des Nits.

 

Vous recevez cette lettre car vous êtes inscrit à la lettre d'information des Nits d'Eus.  Si vous ne souhaitez plus recevoir cette lettre, il vous suffit de cliquer sur l’option « unsubscribe » en bas de page. 
Si vous connaissez d’autres personnes qui pourraient être intéressées, n’hésitez pas à leur transférer cette lettre, ils pourront s’y abonner en cliquant sur le bouton ci-dessous :

 

Abonnez-vous à la lettre des Nits d'Eus

Copyright © 2017 Les Nits d'Eus

 

unsubscribe from this list    update subscription preferences 

 

‍‍***PRADES / Musique et Littérature - CASALS 

 

 

L'édition 2017 de la « Trobada Littéraire et Musicale des deux Catalognes » se tiendra les 4 et 5 août 2017 à Prades (Place de la République)  avec, à partir de cette année une troisième journée à Villefranche-de-Conflent, le dimanche 6 août.

Salon du livre, Rencontres littéraires et Exposition photographique constituent  les trois axes de cette "Trobada" avec cette année une exposition exceptionnelle et qui sera sûrement très contreversée du photographe Linus Urpí et de l’artiste Clàudia Cascante de Quadras intitulée « Muse-Musique/Musa-Música » , exposition qui confronte le corps féminin et la musique et dont le vernissage se tiendra à 11 heures ce samedi à la Médiathèque intercommunale Pompeu Fabra.

 

Depuis plusieurs années la Trobada littéraire et musicale des deux Catalognes qui se déroule début août à Prades, au coeur de la cité qui a accueilli Pau Casals et où se tient le festival qui porte son nom, allie musique et littérature autour d’ouvrages qui évoquent ou sont consacrés à la musique. Le but étant de faire connaître et de mettre en valeur la production des auteurs et des éditeurs des Pays catalan ou d’ailleurs, mais aussi de confronter – par des échanges culturels entre éditeurs et écrivains des deux Catalognes touchant les domaines de la littérature, de la musique –, leur production éditoriale, d’échanger sur des thèmes culturels et historiques et de développer pourquoi pas des projets communs.

 

Une édition Hommage à la Nova Canço Nord Catalane :

Pour l’édition 2017 La Trobada littéraire et musicale des deux Catalognes  a décidé, outre son actualité autour de Pau Casals de mettre en relief la Nova Canço nord Catalane qui aura marqué l’histoire culturelle mais aussi politique des deux versants des Pyrénées.

C’est sous la houlette de Jordi Auvergne qui en a été un des inspirateurs et des initiateurs que, sur la place même de Prades nous reviendrons à deux mois du fameux référendum catalan sur l’Indépendance sur l’histoire de ces jeunes gens (hommes et femmes) qui portèrent la chanson catalane comme un étendard de liberté
.

De la Catalogne sud  on retiendra, bien sûr, Lluis Llach mais aussi Marina Rossell, Maria del Mar Bonet (et bien d’autres), en Catalogne du Nord, l’on retiendra Pere Figueres, Joan Pau Giné, Gisela Bellsola, Gérard Jacquet, mais aussi Teresa Rebull à qui Gaelle Balat rendra hommage par un Mini récital l ors de cette fin de journée du Vendredi  4 août
 qui s’achèvera par un récital de Maties Mazarico.

La Trobada littéraire et musicale des deux Catalognes  est une manifestation culturelle gratuite qui se déroule sur la place de la République de Prades le vendredi 4 en après midi et le samedi 5 par un salon du livre.

drt à la Médiathèque

 

Le Programme des deux jours :

Vendredi 4 août 2017 : Place de la République : Soirée présentée par Robert Triquère, et animée par Hélène Legrais

18 heures/18 h 30 Ouverture musicale - Loïc Robinot, (Compos et quelques influences -Dylan, Cohen et Robinot)

18 h 30/19 h 15 Pau Casals au coeur des livres -  Présentation de l’édition 2017 du Festival CASALS - suivi de L’actualité littéraire autour de Pau Casals - Présentation par Marie Costa de l’ouvrage de Michel Peus « Pau Casals, André Peus et les siens (1939-1964, le Roussillon en musique

19 h 15/20 heures : « Hommage à la Nova Canço nord catalane » En compagnie de Jordi Auvergne, évocation des différents groupes et chanteurs qui ont participé à l’aventure de la Nova Canço. Avec une évocation musicale de Teresa Rebull par Gaëlle Balat  et une conclusion musicale par Maties Mazarico

Samedi 5 août 2017 :

Médiathèque intercommunale Pompeu Fabra : 11 heures : Vernissage de l’exposition « Muse-Musique/Musa-Música » de Clàudia Cascante de Quadras (la muse), de Linus Urpí (le photographe)

Place de la République de 8 h à 13 heures Salon du livre de Prades « Les éditeurs font leur marché »

Pour tout renseignements : Association Références - Robert TRIQUERE 06-72-71-10-02

‍‍

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans culture
commenter cet article
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 08:48
Musée Rigaud rénové

Musée Rigaud rénové

LES PRIX de la CULTURE

 

L'Archipel, théâtre critiqué, décrié, possède une l’envergure nationale pour 42 millions d’euros.

 Le Conservatoire : grâce à l’Agglo la rénovation entière du Conservatoire de musique à rayonnement régional a été effectuée pour 7,5 millions.

Dans le même temps, la construction pour 14 millions d’euros du musée du Grand Rigaud se termine à l’été 2017 (vernissage le 23 juin à 22 heures ! Une nuit des musées, en quelque sorte...) La communication a coûté 200 000 euros...

 

RIGAUD Le Grand -

BIG RIGAU catalan peintre officiel de  Louis Le Grand

Pour rappel, le centre d’art contemporain Walter-Benjamin a été créé en 2013 grâce à un investissement de 700 000 € : après deux expositions, il a fermé ses portes, en attendant de n'être plus qu'une "annexe" du Big RIGAUD... Rigodon, rigolons ! Non, pleurons !!!

 

La culture, c'est cher et ça peut rapporter si la ville devient une destination culturelle sérieuse.

Et sportive ! Rappelons que le club de la copine du maire de Perpignan, la nouvelle Etoile sportive Basket la Catalane a reçu la subvention de 45 000 euros (pour comparer, aux Francas moribonds : 2000 euros) cf. L'Indépendant du 1er octobre 2015.

 

     Street ART et

Meeting of styles : le festival international de graffs a coûté 20 000 euros à l'agglomération (alors que le cercle algérianiste n'a touché que 6000 euros, lors du conseil municipal du 12 mai 2016) :

 

La Ville de Perpignan vient d’inaugurer les œuvres « street art » réalisées par des ARTISTES MONDIALEMENT connus : Marko 93, Astro, Shaka et Alber (artistes membres du collectif « Uisc Asso » (Union Internationale de la street culture). Une réalisation qui embellit et donne vie au passage Salvador Dali de la gare de Perpignan.

L’occasion de rappeler que depuis 2010, de Caracas à Melbourne, en passant par Manille, San Francisco et…Perpignan (unique étape française), l’association U.I.S.C, organise l’unique étape française du célèbre festival itinérant « Meeting of Styles » (MOS), événement de référence en matière de graffiti à l’échelle mondiale.

Chaque année, l’U.I.S.C invite une sélection de cinquante artistes français et internationaux à peindre dans l’enceinte de l’Arsenal de la Casa Musicale de Perpignan. Les artistes réalisent des œuvres sur des structures en panneaux bois surdimensionnées spécialement mises en place pour l’événement sur près de 1200m2. Une dizaine de nationalités sont représentées afin de proposer un tour du monde de cette pratique artistique avec ses différentes techniques et inspirations.

*Rappelons que le passage du Centre du Monde a sorti ses graffs: des fresques le long de la liaison souterraine entre l'ancienne et la nouvelle gare. 

"Volonté de "mettre l'art à la portée du plus grand nombre.", déclara l'adjoint à la culture. 

 

***

 

 

 

MUSEE RIGAUD (pub officielle)

 

 

 

 

Le 24 juin prochain, le musée d’art Hyacinthe Rigaud ouvrira ses portes à Perpignan après trois ans de travaux. Cette nouvelle structure culturelle viendra donner à la ville un rayonnement national avec une proposition artistique de grande qualité.

 

L’ouverture du musée marque une date importante pour la ville. Cette nouvelle structure culturelle réunira collections permanentes et expositions temporaires de choix et permettra de mettre en lumière des œuvres splendides, de grande valeur, jusque-là stockées dans les réserves.

 

Le projet architectural, porté par l’architecte Stéphane Barbotin-Larrieu, a consisté à lier les hôtels de Lazerme et de Mailly et à redéployer le musée en assurant au public une vue des collections et un parcours permettant de changer sa vision du patrimoine perpignanais, en matière d’art et d’architecture.

Le parcours proposé aux visiteurs s’articulera autour de quatre grands axes présentant le récit de l’histoire artistique et culturelle, telle qu’elle s’est déroulée à Perpignan. Plusieurs siècles de création se déploieront ainsi sur les 900 m2 de l’exposition permanente. Un parcours repensé, des œuvres restaurées et des collections enrichies de prestigieuses acquisitions et de nombreux dépôts (Fondation Maillol, Musée d’Orsay, Musée national d’Art moderne, Centre national des Arts plastiques...). L’exposition temporaire totalisera quant à elle une surface de 400 m².

 

Un travail d’orfèvre

Les travaux du musée ont été l’occasion d’un vaste chantier de restauration des œuvres. Ainsi, des œuvres, comme le Retable de la Trinité, les retables du musée et la collection d’œuvres de Hyacinthe Rigaud, ont été transportées jusqu’au Centre interrégional de Conservation et de Restauration du patrimoine à Marseille où elles ont retrouvé tout leur éclat. Dans le même temps, d’autres tableaux, notamment des peintures des XVIIe et XVIIIe siècles, mais également les œuvres de Dufy, Maillol, Terrus, Bausil, ont été « bichonnés » dans des ateliers de restauration privés. Au total, quelques 150 œuvres ont été restaurées. Du léger nettoyage à des interventions plus délicates, les restaurateurs, en concertation avec l’équipe scientifique du musée, ont travaillé dans l’ombre à la mise en lumière de ce patrimoine prochainement dévoilé aux Perpignanais et aux touristes.

 

Picasso Perpignan Le cercle de l’intime 1953-1955 

 

Dès l’ouverture du musée le 24 juin prochain, l’exposition 

« Picasso Perpignan Le cercle de l’intime 1953-1955 » viendra retracer les séjours perpignanais de Picasso entre 1953 et 1955, une période qui correspond à une rupture personnelle et esthétique du peintre. La préparation de l’exposition s’est basée sur l’étude d’un important fonds documentaire, pour l’essentiel inédit. Cette 1re exposition temporaire reçoit le soutien du musée national Picasso- Paris et la confiance de nombreux prêteurs, en outre elle bénéficie du soutien et de la dynamique du projet « Picasso-Méditerranée », initié par le musée Picasso-Paris et qui fédère de nombreuses initiatives sur l’ensemble du pourtour méditerranéen. 

 

Pour cette grande exposition d’ouverture, le Service des publics déclinera un programme d’activités variées sous l’angle des « Vacances perpignanaises ». Des visites guidées aux découvertes ludiques, des cycles de conférences aux spectacles familiaux, les activités autour de l’exposition croiseront les regards et les champs artistiques. Les plus jeunes pourront eux aussi participer à des ateliers collectifs et des visites contées, tandis que les visiteurs navigueront entre les œuvres. Au sortir de l’exposition, un passage à la boutique du musée s’impose. Un catalogue, disponible en quatre langues (français, anglais, catalan et espagnol) prolongera la visite.

 

Exposition du 25 juin au 5 novembre 2017

Commissariat : Eduard Vallès, conservateur, MNAC (Barcelone), spécialiste de l’œuvre de Picasso.

 

Du 1er octobre au 31 mai : 11 h 00 – 17 h 30, fermeture le lundi.

Du 1er juin au 30 septembre : 10 h 30 – 19 h 00, ouvert tous les jours.

Deux nocturnes hebdomadaires en juillet et août : les jeudis et vendredis, ouvert jusqu’à 21 h 00.

 

Musée d’art Hyacinthe Rigaud

21 rue Mailly – 66000 PERPIGNAN

Tél : 04 68 66 19 83

musee-rigaud@mairie-perpignan.com

http://www.musee-rigaud.fr/

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans culture
commenter cet article
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 09:43
Perpignan - Musique : Mare Nostrum - Café philo (C) Yves Andrieu/L'Indépendant - Débat "Femmes et culture"
Perpignan - Musique : Mare Nostrum - Café philo (C) Yves Andrieu/L'Indépendant - Débat "Femmes et culture"
Perpignan - Musique : Mare Nostrum - Café philo (C) Yves Andrieu/L'Indépendant - Débat "Femmes et culture"
Perpignan - Musique : Mare Nostrum - Café philo (C) Yves Andrieu/L'Indépendant - Débat "Femmes et culture"
Perpignan - Musique : Mare Nostrum - Café philo (C) Yves Andrieu/L'Indépendant - Débat "Femmes et culture"

Perpignan - Musique : Mare Nostrum - Café philo (C) Yves Andrieu/L'Indépendant - Débat "Femmes et culture"

Perpignan - Du mardi 21 mars 2017 au samedi 27 mai 2017

Exposition 

"L'Espagne déchirée 1936-39

Du 17 mars au 17 mai 2017 au Couvent des Minimes

La guerre civile en Espagne 1936-39
Il y a 80 ans, un conflit fratricide

Exposition de photos sur la Guerre d’Espagne, organisée au Couvent des Minimes de Perpignan par le Centre International du Photojournalisme, en partenariat avec le Mémorial du Camp de Rivesaltes et l’Institut Français de Barcelone.

Il y a 80 ans, l’Espagne était déchirée par une guerre civile cruelle et meurtrière qui a duré près de trois ans (1936-39).

Ce conflit fratricide a fait quelque 500.000 morts et coupé en deux un pays qui demeura ensuite pendant près de 40 ans, jusqu’en 1975, sous le régime dictatorial du général Francisco Franco.


Cette exposition - d’environ une centaine de photos historiques et parfois inédites - vise à présenter un panorama le plus complet possible de cette Guerre d’Espagne, depuis le déclenchement du soulèvement militaire les 17/18 juillet 1936, jusqu’à la victoire finale le 1er avril 1939 des troupes nationalistes, menées par Franco, contre les forces républicaines.

Le Couvent des Minimes, où aura lieu l’exposition sur la Guerre d’Espagne, est un espace remarquable, lieu de rendez-vous incontournable chaque année du festival Visa pour l’Image.


Parallèlement, le Mémorial du Camp de Rivesaltes présentera une série de photos sur la Retirada et le sort de exilés républicains espagnols après la guerre, en France et à l’étranger.

Entrée libre
Réservation indispensable au 04 68 08 39 70

Renseignements: info@memorialcamprivesaltes.fr

***CULTURE :

 

Dégel des crédits pour la culture. Le 21 mars, la ministre de la Culture a annoncé que le Premier ministre donnait son accord pour un « dégel anticipé d’une partie des crédits du ministère. 65M€ vont ainsi être rendus disponibles dans les prochaines semaines, en particulier auprès des DRAC. Cette levée de la réserve de précaution concerne les crédits consacrés à la création, à la transmission des savoirs et à la démocratisation culturelle mais aussi, au patrimoine (sur des opérations spécifiques. ») (communiqué du ministère). Répartition : 37M€ pour la création, 9M€ pour l’EAC, 6M€ pour l’insertion professionnelle des jeunes créateurs et l’enseignement supérieur dans le domaine de la culture, 8M€ pour le patrimoine et 4M€ pour la participation du ministère au fonds patrimoine en péril. Conclusion du communiqué : « Ce dégel anticipé est un geste fort du Gouvernement, alors que le budget du ministère de la Culture a déjà connu une augmentation de 5,9% en 2017. »

 

Territoires 
Panorama des communes nouvelles. L’AMF publie une étude inédite, intitulée “Panorama des communes nouvelles”. « En deux ans, 517 communes nouvelles ont été créées en s’appuyant sur la libre volonté de 1 760 maires et de leurs équipes actant ainsi une véritable révolution territoriale. Dans la continuité de l’année 2016 – qui avait connu la création de 317 communes nouvelles regroupant 1 090 communes –, 200 communes nouvelles (670 communes) ont été créées au 1er janvier 2017. Jamais la France n’a connu un mouvement de fusion des communes aussi rapide : en un peu plus de deux ans seulement, les regroupements de communes sont plus importants qu’entre 1971 et 2010. Face à cette dynamique et dans une période de très grande recomposition des territoires, l’AMF, à l’origine du dispositif des communes nouvelles, publie en partenariat avec Territoires Conseils (Caisse des Dépôts), le premier Panorama des communes nouvelles. »Lire l’étude.

 

Nouvelle Aquitaine 
Un Contrat de filière Musiques actuelles et de variétés vient d’être signé par la région, l’Etat, le CNV et le Réseau indépendant de la musique en Nouvelle-Aquitaine (RIM). Cette convention, dotée de 240 000€ (110 000€ pour la région, 110 000€ pour le CNV et 20 000€ pour l’Etat), a notamment pour objectifs d’instituer un dialogue pérenne avec la filière musicale et la diversité de ses partenaires publics et privés, de créer le Fonds créatif Nouvelle-Aquitaine pour expérimenter des politiques publiques communes et accompagner les acteurs de la musique sur le territoire. A noter que la Région s’est précédemment dotée d’un contrat de filière pour le livre et pour le cinéma (source :Irma).

 

Hauts de France 
Parcours d’artistes 2. Le Patch, pôle des musiques actuelles en Picardie, et le réseau Raoul en Nord-Pas-de-Calais publient le deuxième volet d’une enquête sur la situation des artistes du secteur des musiques actuelles de la région. Avec cet enseignement que, malgré une réelle implication dans la diffusion, professionnels et amateurs confondus, le statut de musicien des musiques actuelles reste précaire : plus de 50% des musiciens professionnels ont gagné moins de 14 999€ nets en 2015, seuls 14% ont touché plus de 25 000€ nets et 3% plus de 40 000€ nets, et ce malgré une diversification des activités. Les ressources des musiciens se répartissent en effet entre l’enseignement (30%) et la diffusion (29%), mais aussi l’enregistrement (18%) et l’action culturelle (16%) et enfin, dans une bien plus faible mesure, les droits d’auteurs (7%). Lire l’étude.

Ile-de-France 
Saison culturelle : “le monde de la culture s’engage”. Le 20 mars, à l’occasion du lancement du dispositif la Saison culturelle 2017 dont l’objectif est la mise en valeur de l’offre culturelle parisienne et francilienne, le ministère de la Culture met en ligne des entretiens avec les dirigeants des grands établissements culturels, le musée du Louvre, les musées d’Orsay et de l’Orangerie, la Philharmonie de Paris et le château de Versailles. Laurent Bayle, directeur de la Cité de la musique-Philharmonie de Paris : « Nous participons au développement du Grand Paris et à la mission de cohésion sociale à travers notre projet ouvert sur toutes les musiques, savantes mais également populaires, occidentales ou issues d’autres cultures. Nous développons notamment une offre éducative et numérique à destination de tous les publics – enfants, adultes, familles, personnes en situation de handicap… – qui ancre notre projet dans les mutations sociétales du XXIe siècle » (sur le site du ministère).

 

Free parties

 

Lettre ouverte des collectifs free parties et associations techno aux pouvoirs publics et aux candidats à l’élection présidentielle. Ces collectifs, qui revendiquent 4 000 free parties chaque année et un public de plus de 200 000 personnes, disent leur déception vis-à-vis du politique : « On nous avait promis des terrains pour faire nos fêtes, du soutien pour nos projets mais rien ne vient. Colère contre les violences policières […]. Colère encore contre des élus locaux qui, au lieu de proposer des solutions, font tout pour interdire nos fêtes… Et les repousser sur la commune d’à côté. Nous vous informons juste que nous sommes là, que nous nous engageons depuis 25 ans pour faire vivre cette culture et que lorsque vous serez élu, qui que vous soyez, il faudra compter avec nous. Si vous souhaitez agir en élu responsable, si vous voulez rétablir le dialogue et faire une place à notre culture, nous sommes prêts. Si vous ne le faites pas, nous ne pourrons que déplorer le fossé grandissant entre les élus et la réalité des pratiques de Français » (lire la lettre ouverte).

 

Intermittence
Négociation intersyndicales. Les dernières négociations des confédérations de l’Unedic, au printemps 2016, n’avaient pas permis de trouver un accord sur le régime d’assurance-chômage des intermittents (l’Etat a reconduit la convention précédente en prenant en compte les demandes des intermittents du spectacle). La reprise des négociations a eu lieu le 7 mars. Selon Denis Gravouil, secrétaire de la CGT-Spectacle, les organisations patronales ne devraient pas remettre en cause le régime des intermittents mais « elles continuent de réclamer à l’Etat une mise à contribution allant de 100 à 120M€ ». Une exigence qui lierait la pérennité du régime à la décision politique (source : la Lettre du Spectacle 17/03).

Handicap
Adaptation des œuvres pour les personnes handicapées. Les inspecteurs généraux des affaires sociales, des affaires culturelles et de l’administration de l’éducation nationale ont rédigé un rapport en décembre 2016 intitulé “Les structures ayant une activité d’adaptation des œuvres au bénéfice des personnes en situation de handicap – réalités observées et perspectives”. Parmi les constats, la répartition géographique inégale des structures intervenant pour l’adaptation des œuvres sur le territoire métropolitain (prédominance de l’Ile-de-France) ainsi que la faiblesse du nombre des acteurs publics et des investissements dans la mise en œuvre de l’exception handicap : universités et leur service commun de documentation, bibliothèques et médiathèques publiques. Lire le rapport.

Loi LCAP
Parution du décret relatif au médiateur de la musique. L’article 14 de la loi LCAP institue un “médiateur de la musique” en charge d’un rôle de conciliation « pour tout litige relatif à l’interprétation ou à l’exécution », des litiges qui se multiplient à propos de l’exploitation numérique. Sont concernés les accords et les engagements contractuels entre les artistes-interprètes dont l’interprétation est fixée dans un phonogramme, les producteurs de phonogrammes et les éditeurs de services de communication au public. Le décret a été publié le 16 mars.

Musées
* Mission Musées du XXIe siècle : 15 mesures pour le musée de demain. Lors de la présentation des conclusions du rapport de la mission Musées du XXIe siècle (lancée en mai 2016), le 2 mars à Lyon, la ministre de la Culture en a appelé à un musée « ouvert aux jeunes générations, un musée qui s’adresse à toute la diversité des publics, un musée plus collaboratif et plus accueillant, un musée en prise avec la société du XXIe siècle » (communiqué). Parmi les mesures : encourager les musées de France à signer la charte “MOM’Art” en direction des enfants et des familles ; proposer de constituer des groupes de jeunes “ambassadeurs du musée”, créer un manifeste pour un musée humaniste, lancer fin mars un rendez-vous annuel “Osez le musée” avec les acteurs de la sphère sociale pour toucher les publics éloignés de la culture, soutenir les initiatives originales pour faire sortir les musées “hors-les-murs”, décloisonner les pratiques en invitant d’autres champs culturels dans les musées, encourager et soutenir les initiatives d’expositions participatives avec des habitants et lancer une mission pour un renouveau du rôle des grands départements dans l’animation du réseau des musées de France.


* Le rapport de la mission Musées du XXIe siècle. Extraits de l’introduction : « Le basculement définitif des musées français dans le XXIe siècle s’est réalisé en 2015 comme une réaction viscérale aux attentats, comme la résurgence d’un programme fondateur qui condense souveraineté nationale sur les œuvres de la culture et lutte contre le vandalisme des barbares. […] Les responsabilités qui incombent au monde des musées excèdent ainsi largement le champ de la mission traditionnelle de conservation et de recherche. Aujourd’hui, le musée est un passeur de mémoire, un producteur d’émotion esthétique et un médiateur interculturel. Et demain, davantage encore, sa vocation plurielle sera déterminante pour contribuer au dialogue entre les cultures, à l’éducation citoyenne et au vivre ensemble. Avec les droits culturels, la compréhension des identités individuelles et collectives, de leur multipolarité et de leur pluri-socialisation, deviendra l’oméga de son quotidien. » Lire le rapport de la mission Musées du XXIe siècle.

Patrimoine mondial
* Alliance internationale pour le patrimoine menacé. Le 20 mars, La France, l’Unesco et Abou Dhabi ont scellé une alliance internationale pour la protection du patrimoine culturel menacé par le terrorisme et la guerre. L’objectif est d’une part de réunir un fonds de 100M$, notamment pour lutter contre le trafic illicite de biens culturels et pour engager des opérations de restauration, ainsi que pour créer un “réseau international de refuges” : des musées nationaux ou de pays tiers pour mettre à l’abri des œuvres menacées. Cette alliance concrétise un engagement pris par le président de la République en mars 2015. Paris souligne que si Daech perd du terrain, « à mesure que l’ombre du drapeau noir se replie, apparaît de plus en plus évidente l’ampleur des destructions. Nous avons face à nous un champ gigantesque de restaurations et de reconstructions qui participera aussi à la redynamisation économique de ces pays » (source : RFI).


* Unesco. Le 13 mars, Irina Bokovala, directrice générale de l’Unesco, participait à la conférence internationale “Art for Tomorrow”, organisée par le New York Times à Doha. Une occasion d’appeler à une meilleure protection du patrimoine culturel en danger : « Les extrémistes connaissent parfaitement le pouvoir du patrimoine à souder les communautés, et c’est précisément pour cette raison qu’ils cherchent à le détruire. C’est une préoccupation qui dépasse largement le cercle des professionnels du patrimoine – c’est un impératif de paix et de sécurité », a-t-elle rappelé. Elle a aussi souligné le rôle clé des musées et des institutions culturelles pour le dialogue interculturel : « Les musées ne sont pas seulement des lieux où préserver notre patrimoine commun – ce sont des espaces pour préparer l’avenir, favoriser l’éducation à la citoyenneté mondiale » (site de l’Unesco).

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans culture
commenter cet article
24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 10:34
André BONET, président du CML - Auteur, avec Michel BOLASSELL des "Insurgés de la pauvreté"
André BONET, président du CML - Auteur, avec Michel BOLASSELL des "Insurgés de la pauvreté"

André BONET, président du CML - Auteur, avec Michel BOLASSELL des "Insurgés de la pauvreté"

 

Perpignan : Culture de proximité

 

Mon article d'hier sur "Culture du dimanche" a obtenu un certain écho, si je me fie aux statistiques d'Overblog...

La culture intéresse donc et le projet de "Perpignan destination" qui ne doit pas se limiter à la quantité de touristes, ni à la mise en oeuvre d'une animation tous azimuts fondée sur le folklore, même si la fête et le spectacle vivant sont importants : "Perpignan est une ville où il se passe tous les jours quelque chose et on est en train d'y arriver.", comme l'affirme P.-Olivier Barbé, dynamique directeur de l'Office de Tourisme.

 

Je terminais mon article sur le "pass culture" en direction des jeunes (mais cela peut se faire pour des catégories sociales en difficultés et en éloignement de la culture): en effet, la culture des jeunes passe par la médiation et les bibliothèques, l'éducation artistique, culturelle à l'école et en dehors des temps scolaires; créons ce "passe-partout culturel" comme on l'a déjà fait dans le cinéma avec la carte UGC illimitée…

 

A Perpignan, depuis trois, c'est le pire et le meilleur. 

 

Le pire : ne revenons pas sur la mort de l'école des Beaux-Arts, la fin du Centre Walter Benjamin (créé par Jordi Vidal et Maurice Halimi), la baisse des subventions pour les animateurs de quartiers (les Francas particulièrement visés), les destructions patrimoniales, la célébration sans panache (pas de débats, d'échanges littéraires…) de la fête du livre (Sant-Jordi)…

Le pire : est-il encore à venir..?

 

Nous préférons nous tourner vers le meilleur : la programmation de qualité du théâtre de l'Archipel (ne parlons pas ici de la dette, des erreurs : étroitesse des places, scène non conçue pour la musique, l'opéra…), l'action forte, depuis des décennies, d'André Bonet, avec les multiples événements du CML (Centre méditerranéen de littérature), les spectacles autour du jazz, de la photo, de la musique sacrée et de Jean Vigo, associations culturelles subventionnées par la mairie, moins, cependant que le rugby ou notre célèbre club de basket, connu pour des affaires de corruption…

 

 Le récent "plan culture" pour les quartiers, lancé par l'Etat, la Drac, la préfecture, soutenu par la mairie, avec une rallonge 20 000 euros pour aider la lecture, l'enseignement artistique, les actions dans les quartiers pour les populations éloignées de la culture, est à signaler.

 

De même l'action de la ville pour son choix d'offrir une résidence à quatre compagnies de théâtre en 2017, afin de créer leur spectacle, est louable : pendant un mois le théâtre municipal ouvre ses portes à ces troupes de théâtre de proximité; ce théâtre italien devrait être plus ouvert encore, mais la perspective de cours pour les étudiants en droit assombrit ce projet. Quoi qu'il en soit, la création des compagnies choisie devrait être montrée au théâtre de l'Archipel, dont la vocation de scène nationale doit être complétée par une aide aux créateurs d'ici. (salle du Carré dans un premier temps).

 

Le maire, Jean-Marc Pujol, perdant parfois "la tramontane" (qui fera la chronologie de ses bévues et colères?) a eu cette phrase forte, soulignant l'importance de la culture, afin d'assurer la cohésion et la cohérence d'une ville citoyenne : "La culture doit nous servir de boussole."

 (au théâtre de l'Archipel, voeux aux acteurs de la culture -je n'étais pas invité, pourquoi donc..?- le 21/12017)

Enfin, la rénovation du musée Rigaud devrait s'affirmer comme repère central du dynamisme culturel de Perpignan… à suivre, donc, le 24 juin, rue Mailly/rue de l'Ange…et bien avant ici, sur les ondes nocives de ce blog insoumis…

JPB

 

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans culture
commenter cet article
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 09:02
Denis SAEZ, discret mais efficace directeur de la culture à Perpignan

Denis SAEZ, discret mais efficace directeur de la culture à Perpignan

 

Perpignan, destination cultuelle..?

Culture le dimanche

 

Avec l'ouverture annoncée de la FNAC tous les dimanches à partir du 25 mars, la culture à Perpignan est un atout majeur pour le concept de "Perpignan, destination touristique". 
Cette ouverture dominicale, utile pour promouvoir la ville comme "destination", leitmotiv de l'actuelle majorité de Jean-Marc Pujol et de Michel Pinell, adjoint en charge de la culture et de la médiation, doit aussi et surtout bénéficier aux habitants. Du moins aux plus pauvres, ancrés dans des situations précaires (solitude, dépourvus de voiture, de possibilités de sortir de la ville lors des jours fériés, handicapés...) : c'st ainsi que la médiathèque et les bibliothèques de quartiers devraient être ouvertes tous les jours de la semaine; en effet, une bibliothèque, désormais, est moins un lieu de lecture, de documentation, d'information, qu'un lieu de vie aux activités diverses et protéiformes : accès à internet, expositions, rencontres, jeux, conférences…

Le citoyen en situation difficile peut rencontrer du monde et oublier le silence d'une cité devenue "ville morte" les dimanches et lundi et lors des longs week-end fériés.

Bien sûr se pose alors le problème de la présence de salariés -et de leur salaire- dans les médiathèques ! Cette décision est du ressort du maire, qui ne doit pas oublier que les bibliothèques constituent le premier lieu culturel du pays …

En outre, avec l'émulation du privé (ouverture de la FNAC, de galeries de peinture…), la mairie devra trancher : ouvrir plus et mieux, fournir du personnel, des conseillers et non de simples gardiens, jouer la politique de l'offre pour que la vie culturelle de la ville soit présente partout et non simplement place de Catalogne.

Il faut en outre savoir que la médiathèque d'une ville française n'est ouverte - en moyenne- que 40 heures par semaine contre 98 jeunes dans certains pays européens, le Danemark, par exemple…

Avant de devenir une "destination", Perpignan doit apporter du contenu. Touristique, certes, et c'est le plus simple, avec les atouts locaux: patrimoine, animation, soleil, proximité de la mer… Le plus dur est d'offrir un fonds culturel de QUALITE ! Cela va exiger une présence active des musées (exposé, conférences, visites des scolaires, participation des artistes, partenariats divers…), du conservatoire de musique : l'Etat envisage le versement de 25 millions d'euros pour "sécuriser les conservatoires de ludique" et aussi "80 millions pour financer la gratuité des musées tous les dimanches"… On parle aussi de plus en plus d"un "pass culturel" pour les jeunes : en Italie, il est doté d'un crédit de 500 euros et donne droit à des livres, de la musique, des spectacles, des entrées aux musées…Le candidat Macron a lancé l'idée du "bonus culture"…A Bobigny la Maison de la culture 93 a créé un "pass illimité comme pour le cinéma…

Qu'n dit la ville de Perpignan..?

JPBonnel

(à suivre)

 

Association W. BENJAMIN :

 

* JEUDI 23 mars, café philo, aux 9 caves, à Banyuls : W.Benjamin et les femmes importantes de sa vie.

(entrée libre)

 

 

- - -

 

***Le Mémorial du Camp de Rivesaltes organise les

 

JOURNÉES D’ÉTUDES DES 23 et 24 MARS 2017

 

« MÉMOIRE ET ENGAGEMENT »

 L’association entre « mémoire » et « engagement » est rare, aussi bien dans le langage scientifique que dans le langage courant si ce n’est, par exemple, quand on parle de « militants de la mémoire » comme Serge Klarsfeld en France. Le sujet est pourtant majeur si l’on veut bien l’explorer dans toute sa dimension et en croisant les disciplines pour mieux le comprendre. 

Le Mémorial du Camp de Rivesaltes était particulièrement bien placé pour cela compte tenu de l’histoire du camp et de la nature des journées d’études qui sont organisées chaque année avec son conseil scientifique.

 

Nous aborderons le sujet sous trois angles complémentaires et quelquefois croisés :

 

Pour qui travaille sur la mémoire, la question de l’action est cruciale. Les psychologues et neuroscientifiques mettent en avant deux circuits différents dans le cerveau, l’un qui mobilise l’émotion, le pathos, la victimisation, l’autre la réflexion et l’action. Deux zones du cerveau différentes sont ainsi mobilisées mais, au-delà des neuroscientifiques, les sciences humaines et sociales sont aussi confrontées à cette dualité quand elles travaillent avec des témoins ou sur des parcours muséographiques.

 

La mémoire de l’engagement est une autre façon d’aborder le sujet. Qu’il s’agisse de la guerre d’Espagne, de la Résistance ou de la guerre d’Algérie, pour prendre ces grands événements qui ont marqué le camp de Rivesaltes, la mémoire ou plus précisément des mémoires se sont construites et ont façonné des générations jusqu’à aujourd’hui. Il sera intéressant de s’y arrêter, bien sûr, mais aussi de les comparer avec d’autres grands moments de l’histoire du temps présent qui ont façonné ou façonnent encore la mémoire collective.

 

Enfin, puisque nous parlions de « militants de la mémoire », il y a aussi la mémoire comme engagement. Ce questionnement n’est pas d’hier car après chaque événement majeur, des hommes et des femmes, mais aussi des institutions, des Etats, se sont engagés sur le terrain mémoriel. Il suffit de penser à la place de la mémoire dans le débat politique ou au rôle de ceux et celles qui ont considéré qu’il fallait en faire un combat, il suffit de voir le succès d’une formule comme « le devoir-de-mémoire » pour mesurer l’importance de ce chantier.

 

Ce sont ces trois approches qui structureront les journées d’études 2017 du Mémorial du Camp de Rivesaltes. Nous avons la chance de disposer au sein du conseil scientifique de compétences variées et complémentaires qui nous permettent de toutes les aborder de front, mais cela ne nous interdira pas de solliciter d’autres collègues français ou étrangers. 

 

 Denis PESCHANSKI, Président du Conseil Scientifique du Mémorial 

 

 

    PROGRAMME

JEUDI 23 MARS 2017

APRES-MIDI

 

LA MÉMOIRE DE L’ENGAGEMENT 

Présidente de séance : Jacqueline EIDELMAN (Sociologue en Museum Studies, diplômée en sciences de l'Education, chercheur au CNRS, chef de département de la politique des publics à la Direction Générale des Patrimoines du Ministère de la Culture et de la Communication)

 

14H30/ 15H Katy HAZAN  (Agrégée d'histoire, responsable du service « Archives et Histoire » de l'œuvre de Secours aux Enfants) : les œuvres de secours au camp de Rivesaltes

 

15H / 15H30 Alicia ALTED (Professeur au Département d'Histoire Contemporaine, directrice du Centre d'Etudes des Migrations et des Exils à l'Université Nationale d'Enseignement à Distance de Madrid)  : La société civile espagnole contre l’oubli 

 

15H30 / 16H Pause

 

16H / 16H30 Jacques WALTER (Directeur du Centre de Recherche sur les médiations à l'Université de Lorraine spécialisé sur la médiatisation des conflits, la médiation mémorielle et la sociologie des pratiques d'information et de communication) : le rôle des media 

 

16H30 / 17H Isabelle CHAUDIEU (Neuroscientifique et épidémiologiste Chercheur Inserm dans l'unité 1061 de Neuropsychiatrie, spécialisée dans l'étude des troubles post-traumatiques et de la résilience) : Les traces de la mémoire traumatique: De la maladie psychiatrique et/ou somatique à la résilience. Que nous en disent les neurosciences ?

 

17H / 18H Échange : modératrice Geneviève DREYFUS ARMAND (Docteur en Histoire, conservateur général honoraire des bibliothèques, présidente du Centre d'Études et de Recherches sur les Migrations Ibériques)

 

18h30 / 20h Nuit du Mémorial avec Jean Claude GAYSSOT (Maire de Drancy, député de Seine Saint Denis, ministre de l’Équipement, auteur de la loi du 13 juillet 1990 tendant à réprimer tout propos raciste, antisémite ou xénophobe)

 

 

 

VENDREDI 24 MARS 2017

 

MATIN

 

MÉMOIRE ET ENGAGEMENT 

 

 

Président de séance : Alain CHATRIOT (Agrégé d'histoire, diplômé de l'IEP de Paris, professeur des Universités à Sciences Po, docteur de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales) 

 

9h30/ 10h Jean Claude GAYSSOT: La mémoire au cœur d’une action du Parlement :  fabrication de la loi du 13 juillet 1990

 

10h / 10h30 Michel AGIER (Ethnologue, anthropologue, directeur de recherches à l’Institut de Recherche pour le Développement, directeur d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales) : La construction de la mémoire dans l'accueil des migrants

 

10h30 / 11h Pause

 

11h / 11h30 Fatima BESNACI LANCOU (Historienne ayant vécu dans le camp de Rivesaltes, éditrice, essayiste, fondatrice de l'association « Harkis et droits de l'Homme »)  : La mémoire des harkis au coeur de l'engagement associatif 

 

11h30 / 12h30 Échange : modératrice Brigitte SION (Docteur en Performance Studies de l'Université de New York, enseignante, écrivain, universitaire spécialiste des pratiques mémorielles, de la mémoire publique et de la mémoire post-génocidaire)

 

 

APRÈS-MIDI

 

LA MÉMOIRE COMME ENGAGEMENT 

Président de séance :  Thierry DUCLERC (Historien, IPR/IA d’Histoire-Géographie au Rectorat de l’Académie de Montpelier) 

 

13h30 / 14h Alain CHATRIOT et Denis PESCHANSKI :  La construction étatique mémorielle comme engagement 

 

14h / 14h30 Johanna BARASZ (Historienne diplômée de l'IEP de Paris, déléguée adjointe, Conseillère Education et Transmission à la Direction Interministérielle de Lutte Contre le Racisme et l'Antisémitisme) : La mémoire au coeur d'une action de l'Etat 

 

14h30 / 15h Pause

 

15H/ 15H30 Anne MUXEL (Sociologue, directrice de recherches en sciences politiques au CEVIPOF, Centre de Recherches Politiques de Sciences Po) : Mémoire et transmission

 

15H30 / 16H30 Échange 

 

16H30 / 16H45 Synthèse des travaux par Denis PESCHANSKI

 

16H45 Conclusion des journées d’études par la Présidente de l’EPCC, Carole DELGA Présidente de la Région Occitanie-Pyrénées Méditerranée (sous réserve), en présence des membres du Conseil d‘Administration du Mémorial

 

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans Culture
commenter cet article
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 10:04
Expositions : Villa Duflot & FILAF
Expositions : Villa Duflot & FILAF

Expositions : Villa Duflot & FILAF

 

**Après avoir vu le beau film sur Teresa REBULL, décédée il y a un an, après être allé à l'incinération d'un collègue, d'un ami, d'un communautaire, Jacques GENESTE, qui a si bien écrit dans le livre sur les communautés libertaires en Pays catalan (éditions Trabucaire, mars 2016), on prend conscience que la mort est  à nos trousses. A nos portes. ET plus loin, à une grande échelle, en Syrie et partout, dans ce monde mené par des cyniques, des fous, des assassins...

JPB

 

- - -

***ALEP

 

Alors qu'une réunion (urgente) du conseil de sécurité de l'ONU 

pour "Etudier" quelle attitude adopter face aux crimes et au génocide de Alep !

Aujourd'hui, l'armée de Bachar 'soutenue par Poutine)

a détruit des hôpitaux, des écoles, brûlé des civils, femmes, enfants et vieillards

Les viols se multiplient comme un corollaire évident à toute barbarie ! 

C'est insupportable depuis trop d'années 

et pourtant ça ne peut que continuer 

et mon sentiment d'impuissance grandit de jour en jour, écœurée et démuni..

Si nous ne pouvons rien faire concrètement face aux puissants fous 

et stratèges imbibés du monde (pas du tout libre...)

nous pouvons poser des actes symboliques 

(comme nous y exhortent quelques voix bien informées...) 

aller dans la rue et dire non pas notre ras le bol, 

mais notre écœurement d'être témoins d'un massacre programmé, 

cyniquement calculé 

et qu'aucune diplomatie n'a pu, voulu, enrayer !!!

 

seul peut être mais au moins , avoir tenté juste de dire 

Non!!!

Hors des spectacles, Je ne sais pas organiser une manif 

mais..... 

s'il est trop tard pour ceux qui crèvent là-bas ...

peut être que tout acte ici peut au moins dire que nous ne cautionnons pas 

et ne cautionnerons jamais cette politique soi disant "réaliste". 

Excusez si cela fait doublon 

mais je réalise que je n'ai pas assez prévenu de monde 

et que vous pouvez aussi peut être relayer l'info. 

Merci à vous et peut être à demain soir.

Si vous venez, pensez à emmener une pancarte ou toute expression qui rende visible le pourquoi nous sommes là.

Solidairement votre et amitiés fraternelle à tous…

 

Guy Jacquet

- - - - 

***Néo-ruraux - Jean PLANAS :

 

Voilà, je suis la fille de Jean Planas qui a été le précurseur et initiateur de l'installation des néo-ruraux  et plus particulièrement en haute montagne, création de l'AMAM et du marché des producteurs.

Un livre a été édité en hommage à mon père en 2010 par la Région, un film sur le thème de l'eau coproduit par FR3, je pense. Son ultime témoignage a eu lieu à la Médiathèque d'Argelès en Avril 2015, sur son expérience par rapport à l'arrivée de ces "néo-ruraux", les premiers qui ont partagé notre vie au quotidien.

A ce jour mon père est décédé, et je présente un ouvrage en son hommage chez Torcatis le 16 Décembre à partir de 17h 30.

 vous y êtes cordialement invité.

Lydie Planas

 

"lydie.planas@orange.fr" <lydie.planas@orange.fr>

 

Titre de l'ouvrage : "Ostinato", c'est un dialogue avec sa terre et cette obstination au-delà de tout...

L'écriture en des formes différentes signifient les vécus traversés, ponctuée par des calques, carnets, grain, voile, tant de déclinaisons possibles, la transparence du corps mort, cendres.

Lydie Planas -

 

Une ode abstraite, si concrète
Lydie parle à son père qui vient de partir...
Des feuilles d'un carnet retrouvé de son père, ouvrent ce recueil : les tâches à faire pour les arbres, l'arrosage, le quotidien
Homme de la terre, de l'eau, de la parole, elle s'adresse à lui dans un langage très poétique,  parfois énigmatique
Elle parle de lui, d'elle, de ses souffrances, de ses attentes. ..
C'est un texte fort, qu'on aimerait lire à haute voix, partager.
Elle interpelle, se rebelle, touche à l'essentiel, la vie
Une lecture suspendue qui remue 

 

*****Barcelona - Librairie JAIMES, événements

 

 

15/12/2016 19:00

Club de lecture Jaime le noir 25 "Glacé", "Le cercle", "N'éteins pas la lumière", "Une putain d'histoire" de Bernard Minier

 

Venez discuter sur les livres de Bernard Minier. Avec la présence de l'auteur

 

 

15/12/2016 19:00

Lorenzo Silva i Joan Margarit : literatura, arquitectura i Barcelona. (ed. Destino)

 

Un diàleg al voltant del 20è aniversari de la publicació de "La sustancia interior" de Lorenzo Silva, i l'obra de Joan Margarit, arquitecte i poeta, autor de "Des d'on tornar a estimar" i "Un mal poema ensucia el mundo".

Comprar el llibre Des d'on tornar a estimar : 16€
Comprar el llibre La sustancia interior : 18€

 

 

16/12/2016 19:30

5ème dialogue d'auteurs à l'IFB : Lydie Salvayre et Lluís Llach

 

Dans le cadre des festivités du 75ème anniversaire de la librairie Jaimes

 

 

17/12/2016 10:30

Marché de Noël Jaimes

 

Le premier marché de noël de la librairie, plein de surprises !

 

 

 

19/12/2016 19:30

Música de lletres 3 : Petrarca recitat per Miquel Desclot i concert

 

Música del renaixement amb Nèstor Pintado (baríton) i Carles Blanch (viola de mà i tiorba)

 

 

 

2/01/2017 19:00  Club de lecture Marque-page 24 : Rien ne s'oppose à la nuit

 

Copyright © 2016 Llibreria Jaimes, Tots els drets reservats.

Llista de correu pels clients de la Llibreria Jaimes

 

Our mailing address is:

Llibreria Jaimes

C/ València, 318

Barcelona, B 08009

Spain

 

---

***Musée du Prado - El Museo del Prado: hitos históricos de sus colecciones

 

 CaixaForum el curso anual de la Fundación Amigos del Prado. Descubre la historia y las particularidades del museo de la mano de los mejores especialistas y referentes del sector.

 

 

El curso El Museo del Prado busca profundizar en la peculiar historia de las colecciones del museo, tratando los hechos más significativos y la evolución que ha experimentado el Prado desde que fue fundado. Para ello recorreremos, a través de 10 sesiones magistrales, algunas de las obras maestras incorporadas durante el último siglo de gestión pública.

 

Curso anual de conferencias 2017

 

La épica de la derrota: Velázquez, Goya, Picasso

Francisco Calvo Serraller

Catedrático de Historia del Arte, Universidad Complutense

Jueves 12 de enero, a las 19 h 

 

Regalar pinturas: de la colección real al Museo del Prado

Miguel Falomir

Director Adjunto de Conservación e Investigación, Museo del Prado

Jueves 19 de enero, a las 19 h

 

Las pinturas románicas de Maderuelo

Rocío Sánchez Ameijeiras

Profesora de Historia del Arte, Universidad de Santiago de Compostela

Jueves 26 de enero, a las 19 h

 

La Virgen de la granada. Fra Angelico

Carl Brandon Strehlke

Conservador emérito, Philadelphia Museum of Art Conferencia con traducción simultánea.

Jueves 2 de febrero, a las 19 h

 

El Descendimiento. Pedro de Campaña

Enrique Valdivieso

Catedrático emérito de Historia del Arte, Universidad de Sevilla

Jueves 9 de febrero, a las 19 h

 

Bodegón de caza, hortalizas y frutas. Juan Sánchez Cotán

Peter Cherry

Jefe de Departamento de Historia del Arte, Trinity College, Dublín

Jueves 16 de febrero, a las 19 h 

 

Las obras de Georges de La Tour del Museo del Prado

Andrés Úbeda

Jefe de Conservación de Pintura Italiana y Francesa hasta 1700, Museo del Prado

Jueves 23 de febrero, a las 19 h

 

Vuelo de brujas y La marquesa de Santa Cruz. Francisco de Goya

Manuela Mena

Jefe de Conservación de Pintura del Siglo XVIII y Goya, Museo del Prado

Jueves 2 de marzo, a las 19 h

 

La Condesa de Santovenia. Eduardo Rosales

Carlos Reyero

Catedrático de Historia del Arte, Universidad Autónoma de Madrid

Jueves 9 de marzo, a las 19 h

 

Del Gabinete, al Campus: las transformaciones de la sede del Museo del Prado

Luis Fernández-Galiano

Catedrático de Proyectos, Escuela Técnica Superior de Arquitectura de Madrid

Jueves 16 de marzo, a las 19 h

 

Descargar programa

 


****POLLINIS :

Chère amie, Cher ami,

 

En cliquant sur le lien ci-dessous, vous accèderez à une vidéo très importante pour votre droit de savoir ce que contient réellement votre alimentation et ses effets sur votre santé et celle de votre famille.

Lien vidéo : http://info.pollinis.org/directive-secrets-des-affaires/

Cette vidéo ne dure que quelques minutes.

Vous y découvrirez comment l'industrie agrochimique et l'Europe sont en train de verrouiller le système, pour empêcher les citoyens de s'informer sur les pesticides dangereux.

J'ai tenu à enregistrer cette vidéo parce que tous les Français ont le droit de savoir.

Alors, après avoir regardé cette vidéo, s'il vous plaît, transférez cet email à vos contacts.

Merci.

Nicolas Laarman

 

Délégué général de POLLINIS

 

POLLINIS Association Loi 1901
10 rue Saint Marc – 75002 Paris www.pollinis.org

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans culture
commenter cet article
11 novembre 2016 5 11 /11 /novembre /2016 09:28
Cathos et Francs-Maçons : Elne (rénovation de la cathédrale) et Saint-Estève (conférence) - Collioure : fête des langues
Cathos et Francs-Maçons : Elne (rénovation de la cathédrale) et Saint-Estève (conférence) - Collioure : fête des langues

 

 

Lundi 14 novembre 2016 à 18h30 au TDE

 

 

"La Franc-maçonnerie"

 

par Jean-Robert RAGACHE

 

 

 

Agrégé d'Histoire, Jean Robert Ragache a été Grand Maître du Grand Orient de France de 1987 à 1988 et de 1989 à 1992.
Actuellement, il préside diverses associations culturelles, philosophiques, historiques.
Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont Histoire de la Normandie,
La vie quotidienne des écrivains et des artistes pendant l'Occupation,
Vous avez dit Franc-maçon ?

 


Étrange destinée : méconnue, redoutée, raillée, courtisée, condamnée, interdite, la Franc-maçonnerie n'a cessé de susciter, depuis trois siècles qu'elle existe, des interrogations, voire des fantasmes.C'est pourquoi les régimes autoritaires, celui de Vichy en particulier, l'ont toujours condamnée.
La réalité est tout autre.

 

 

 

Dans un monde en proie à la confusion, à l’instabilité et à la violence, elle est l'un des lieux de réflexion privilégié.
Ses rituels et ses symboles peuvent sembler étranges mais, en réalité, ils servent un espace de dialogue et de tolérance qui est la loge maçonnique, où se sont toujours côtoyés des hommes venus de tous les horizons sociaux, professionnels et intellectuels, sous l'égide de la liberté, de l'égalité et de la fraternité.

 

C.E.P.S. en entrée libre et gratuite

 

 

 

 

 

Renseignements : www.rdvse.fr - rdvse@rdvse.fr - 06 72 80 39 86

 

- - -

**ELNE :

 

La restauration de l’ensemble cathédral d’Elne est imminente. Dans ce cadre, une conférence est prévue lundi 14 novembre. Nous vous la détaillons sur le communiqué joint, accompagné d’une photographie libre de droits disponible ici https://goo.gl/i4fhzg.

 

Un point-presse est organisé lundi 14 novembre à 11h30, à la salle Sainte-Hélène, face à l’entrée Ouest de la cathédrale.

 

COMMUNIQUE DE PRESSE · 7 novembre 2016

 

CONFÉRENCE SUR LE DÉMARRAGE DES TRAVAUX DE LA CATHÉDRALE D’ELNE

 

Après plusieurs années de préparation d’un dossier ambitieux, le chantier de restauration de l’ensemble cathédrale-cloître d’Elne débutera dans les prochains jours. Ces travaux obéissent à un plan de trois ans : rénovation du clocher Nord en brique rouge et déplacement du tableau électrique en 2016-2017, révision de l’ensemble des toitures en 2017, rénovation de la façade Ouest, comprenant le parvis, et du clocher Sud, en 2018.

Afin de présenter le chantier à l’ensemble de la population illibérienne, M. Stéphane Berhault, architecte du patrimoine, maître d’œuvre de l’ensemble du chantier, donnera une conférence lundi 14 novembre 2016 à 18h, salle Vautier, Espace Gavroche, face à l’Hôtel de Ville. L’entrée sera libre.

 

Financement public et participatif

 

Le coût total de restauration de ce site classé au titre des Monuments Historiques, s’élève à 353 797 € H.T. (hors honoraires d’architecte). Ce programme est cofinancé par le ministère de la Culture, le Département des Pyrénées-Orientales et la Région Occitanie.

De plus, une souscription populaire « Elne Mécénat » a été lancée par la Ville d’Elne avec le soutien de la Fondation du Patrimoine. Cette démarche participative a déjà permis de recueillir 22 165 € , soit 15 % du coût de la première tranche HT. Elle continue jusqu’en 2018, pour assurer la préservation de ce joyau de l’Art roman en Roussillon, grâce à tous ses « mécènes ».

 

Contacts : Mairie d’Elne.

Françoise DEIT : 04 68 37 38 36 · servicecommunication@ville-elne.com

Mission Mécénat · 04 68 37 42 82· sylvainecandille@ville-elne.com

 

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans culture
commenter cet article
11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 09:24
"Pensée" (Méditerranée") à l'expo Maillol en Grèce, musée Marès, Barcelona © jean-pierre bonnel

"Pensée" (Méditerranée") à l'expo Maillol en Grèce, musée Marès, Barcelona © jean-pierre bonnel

Une identité à trouver dans la culture qui est sans frontières...

 

La manif pour le "pays catalan" (à définir) fut ambigüe, peu claire, récupérée de tous côtés... Identité, nationalisme...ça me fait peur.

Respect pour l'histoire et les créations catalanes, ok.

 

A suivre : je me sens catalan, occitan, français, européen, citoyen du monde, pour des peuples réconciliés...

On n'en prend pas le chemin !

 

JPB

 

 

 

*** la nouvelle saison culturelle 2016-2017 des Rendez-Vous de Saint Estève.

 

Elle comportera les Rendez-vous déjà connus : CEPS (conférences), Toiles (festivals de cinéma), SPOTs (Rendez-vous musicaux), Cafés philo. Cette année s'y ajoutera un grand festival de blues, SEM le BLUES les 22, 23 et 24 septembre 2016.

 

Et elle commence le lundi 12 septembre, à 18h30, au Théâtre de l’Étang, par un C.E.P.S. (Cours d’Éducation Populaire Stéphanois) sur Marie Curie et la médecine, une conférence d’André Aurengo.

 

Lundi 12 septembre 2016 à 18h30 au TDE

Marie Curie et la médecine

par André Aurengo

        

André Aurengo, polytechnicien, docteur en médecine, docteur ès sciences physiques, ancien chef du service de médecine nucléaire (Paris), professeur de biophysique et médecine nucléaire, membre de l’Académie nationale de médecine, président du Conseil médical d’EDF et conseiller du Haut-Commissaire du CEA.

 

À l'orée du XXème siècle, la physique semble avoir livré tous ses secrets... quand trois chercheurs révèlent un monde nouveau dont l'exploration est loin d'être terminée : à partir de la découverte par Henri Becquerel des rayons uraniques, dont la nature sera élucidée par Pierre et Marie Curie, naît la radioactivité... et ce mot, inventé par Marie Curie, va bouleverser notre conception du monde et changer le cours de nos vies grâce à d'innombrables applications à la fois industrielles, médicales et militaires.

 

Deux fois Prix Nobel - de physique, puis de chimie - Marie Curie est une figure à jamais emblématique de la science moderne, par ses découvertes fondamentales mais, surtout, parce qu'elle aura su les mettre en application pour le meilleur de l'humanité dans une vision pacifique de la radioactivité. Héritière des Lumières, première femme élue à l'Académie de médecine (1922), elle a ouvert la voie, avec la curiethérapie et la création de l'Institut Curie, de la lutte contre le cancer dont elle finira par mourir.

 

 

C.E.P.S. en entrée libre et gratuite

 

 

 

C.E.P.S. parrainé par

 

 

Renseignements : www.rdvse.fr - rdvse@rdvse.fr 06 72 80 39 86

 

 

 

Cet email a été envoyé à yvan.bassou@wanadoo.fr, cliquez ici pour vous désabonner.

 

- - -

Polémique : expo Maillol...à Véret, point de vue de Michel LLOUBES

 

DE MAILLOL A FRERE, MONFREID, TERRUS, BAUSIL et autres dits Arcadiens.

 

En sortant de l’expo cérétane, de Céret, donc, capitale salafiste du Vallespir puisque Mecque du cubisme, j’étais très partagé. Dans le sens de la longueur, d’une part, car on n’en finissait pas d’en finir dans ce labyrinthe muséal où ne courait aucun fil rouge, ni d’Ariane, ni à couper le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière … Partagé encore, dans le sens de la largeur, ou plutôt de la surface utilisée par un accrochage dense, de multiformats trop nombreux et redondants. Frère, surtout, un artiste sous influence, en fit les frais, de port. On connaissait ses délicieuses « Conversations avec Maillol », voilà surgies en surnombre les voies d’un artiste en recherche avec de gracieuses perles, couleurs sanguine, ou de palpitants carreaux de faïences … 

Bref, partagé tout de même, entre frustration devant l’agencement précipité de cette expo et l’émerveillement de la qualité intrinsèque des pièces proposées à la concupiscence de nos regards. Si j’étais roi de Prusse, j’aurais pu en dire ce que Frédéric II dit à Amadeus à la sortie de la première de « l’Enlèvement au Sérail » : « - C’est bien mon petit Mozart, mais il y a trop de notes ! » N’étant que Catalan de soca i d’arrels, issu d’une minuscule part rebelle de notre grande France malgré tout aimée, bien qu’elle soit mentalement astirgougnée, intellectuellement échevelée, politiquement éreintée, socialement divisée et de surcroit occitaniste invétérée, à qui s’en plaindre ? Faut- il parler d’affinités électives de nos décideurs, dans la plus élémentaire méconnaissance de notre pays ? Il y a certainement de ça aussi, en moins grave bien sûr, dans l’état d’esprit de ceux qui, infus de leurs science, ont présidé à ce céleste accrochage cérétan, où, j’en suis désolé, les clichés fleurissent comme ginesta al mes de juny ! Il n’est de bon bec que de Toulouse pour les uns, de Paris pour les autres, i tu, Català, cerca el tap ! 

Il n’est pas si vieux le temps où les journalistes de la presse nationale, venaient, entre deux TGV, brosser le portrait intégral de Perpignan… Le lendemain, ça ne loupait pas, ils titraient sur quatre colonnes : « Perpignan : merveilleux Saint-Jacques, cité de la rumba catalane ! » Et cette vision limitée fait toujours florès comme l’image de Maillol chantre d’une Côte vermeille qui fut, certes, mais qui n’est plus. Ce sont ces quatre derniers mots qui portent le poids de mon ressentiment envers tout ce qui rappelle ce pays qui n’a plus que ce passé pour unir et surtout transcender les hommes d’aujourd’hui. Et ce ressentiment se veut d’autant plus exigeant que l’esprit muséographique moderne, venu de Paris, (moins violent est celui de Barcelone) n’a cure de ces paysages, de ces ciels, de ces Catalanes offrant leur corps, de ces particularismes locaux, de cette sensibilité autochtone, bref cet amour profond de cette terre, que portent et que proclament chacune des pièces d’un Maillol, d’un Monfreid, d’un Terrus, d’un Pons, d’un Frère ou d’un Susplugas. Les réunir, les faire voisiner, se toucher, se parler, presque, dans un même ensemble suppose une connaissance profonde de chacun d’eux, de leur intimité, voire de leur complicité que ne peut rendre cet éparpillement presque hétéroclite, au hasard Balthazar, Aristide, Etienne, Pierre ou Josep ou Henri… Certes les touristes s’enthousiasmeront, au pied du superbe décor de Terrus, (la surprise de l’expo), mais, en prime, deux peintures archirabâchées de Collioure, comme si l’Illibérien n’avait fait que ça… Marcels sur tongs s’éclateront, peut-être, devant « l’Hommage à Gauguin », de Monfreid,œuvre magnifique s’il en est, mais bien loin de ses innombrables productions véritablement arcadiennnes . Bausil idem, il allumera deux pêchers, pas un de plus. Pons ravivera son « Concert d’été » du fond de sa vitrineet quelques poésies peintes, alors que Maillol, heureusement, à l’image des trois grâces de bronze, tourne en rond, comme sur un manège ! Ah, caballets de grâce! A eux le pompon, et pour l’attraper, rien d’autre que d’admirer. C’est 360 ° d’enchantement, autour de ce que le maître de Banyuls nous a laissé de mieux. Car les femmes de son harem, qu’elles soient de plâtre, de marbre ou de bronze, mettez leur la burka ou tout autre burkini, entre mille, on les reconnaîtrait quand même ! Elles sont du peuple, dont elles transcendent les traits, elles sont de la terre fertile de leurs hanches, de la garrigue immense et des vignes joyeuses, de l’amour pieux et des plages désertes au crépuscule des mondes disparus. Il n’y a plus rien à dire… Plus rien à faire ? Je ne sais pas, sinon aller voir l’expo, j’ai un peu forcé le trait, elle est vraiment à voir... 

 

Ecoutez plutôt Malraux, notre dernier ministre de la culture, lui a mis Maillol aux Tuileries, c’est valorisant pour elles, les Tuileries. Cet été, on a donc mis Maillol temporairement à Céret, avec ses amis pour qu’il s’y sente moins seul. Mais les temps arrivent à grands pas où c’est nous tous, Catalans du nord, qui nous sentiront bien seuls. Et peut- être regretterais-je alors, d’ailleurs je regrette déjà, d’avoir été un peu dur avec ceux qui se sont bougés le, pardon, qui ont bougé le cul, tellurique ou olympien, de toutes ces maîtresses femmes, nées non pas de la côte d’Adam, mais de la barbe et des mains pleines d’amour d’un sacré prophète.

 

*** Visa pour l'image ne sert à rien, suite

Mon article, comme d'habitude, est provocateur pour…provoquer le débat. Cet événement est essentiel pour Perpignan, ses commerces, son économie. Je me questionnais avant tout sur l'aspect non économique, mais éthique de VISA : regarder, impuissants, ces images tragiques, ces photos parfois manipulées, prises au smartphone…Depuis 28 ans, rien n'avance, pas de progrès moral, mais la guerre et nous savons tous que les catastrophes sont à venir… Pour instaurer la paix, ne préparons pas la guerre, interdisons les marchands de canon, de centrales nucléaires, etc…mais je parle dans le vide !

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans culture
commenter cet article
8 juillet 2016 5 08 /07 /juillet /2016 07:48
De gauche à droite : MM. Albert Noguer, directeur de Ràdio Arrels et Saül Gordillo, directeur de Catalunya Ràdio. - Exposition de Caroline Cavalier à Collioure
De gauche à droite : MM. Albert Noguer, directeur de Ràdio Arrels et Saül Gordillo, directeur de Catalunya Ràdio. - Exposition de Caroline Cavalier à Collioure

De gauche à droite : MM. Albert Noguer, directeur de Ràdio Arrels et Saül Gordillo, directeur de Catalunya Ràdio. - Exposition de Caroline Cavalier à Collioure

 

 

 

Perpignan, 7 juillet 2016

 

*** PARTENARIAT ENTRE RÀDIO ARRELS i CATALUNYA RÀDIO ARRELS

 

Ce jeudi 7 juillet, Ràdio Arrels a scellé un partenariat inédit avec le groupe audiovisuel public sud-catalan Catalunya Ràdio. Ce document a été signé a la Casa de la Generalitat de Catalunya, à Perpignan, par le directeur et le directeur adjoint de Catalunya Ràdio, Saul Gordillo et Jordi Borda, aux côtés d’Albert Noguer, promu en février dernier directeur de la doyenne des stations de Catalogne Nord.

 

Cette convention prévoit la diffusion, sur l’antenne de Ràdio Arrels, de trois émissions du groupe Catalunya Ràdio : « Delicatessen » (trésors musicaux du monde entier, produite par la station Catalunya Ràdio), « Independents »  (scènes indépendantes, nouveautés et festivals, diffusée par la station iCAT FM) et « Via Jazz » (concerts et nouveautés jazz, produite par la station Catalunya Música). Cette offre variée étoffera la programmation permanente de Ràdio Arrels, proposée 100% en langue catalane.

 

Albert Noguer estime que ce partenariat constitue une « alliance importante avec une grande radio de référence» et qu’il « proposera aux auditeurs des Pyrénées-Orientales des émissions musicales de grande qualité ». Pour sa part, Saül Gordillo se félicite de « participer, avec des contenus de Catalunya Ràdio, à l’espace de communication partagé par les territoires catalanophones ».

 

* Ràdio Arrels est la plus ancienne station de radio des Pyrénées-Orientales (Catalogne Nord). Ce média généraliste a été fondé en 1981 dans le quartier Saint-Jacques de Perpignan. Il est aujourd‘hui diffusé dans chaque secteur du territoire : Roussillon, Vallespir, Conflent, Cerdagne, Capcir et Fenouillèdes.

 

* Catalunya Ràdio est un groupe de communication propriété de la Corporació Catalana de Mitjans Audiovisuals du gouvernement de Catalogne, fondé en 1983. Il rassemble les stations Catalunya Ràdio (généraliste), Catalunya Informació (infos h24), Catalunya Música (musique classique) et iCat FM (culture).

 

  Nord Sud Consult · Nord Sud Com

 

- - -

 


BROUILLARDS


           de là vinrent comme des étirements
                    des supports de noisette
                          aux ventres filiformes
        qui apportaient comme une évanescence 


       un trouble
            dans cette symphonie de couleurs
    dans ce tourbillons de tâches aquarelles
                se diluant dans un délire insistant
                               accusant le glissement de ces plis de mémoire
   où viennent affleurer
              comme des songes


                    ces simulacres de vie que sont les visages
                     comme des emblèmes de cruauté
        
                    oblitérés par le temps


                                                    déformés par la douleur
    en ancrage         comme une fuite éperdue
                                devenue impossible
                par manque de place
                           par manque de temps


                        déformés par la douleur
        comme dans un brouillard
                où viennent mourir         et naître
      dans un même mouvement
                     les bruissements terribles du sens
                                dans une spirale sans fin 
                        qui s’évanouit
          et qui trace dans le flottement immaculé des organes
                    là où s’extasie l’amour


                les coulures excrémentielles de l’ Etre


- - -

               quelques instants de bonheur



le lit         au cadre métallique
    enfantant quelque monstre tout noir 
                             à l’œil vif 
                  dans un élan paradoxal
                  où se contredisent   l’affut      et     la fuite
       ce lit sordide     veillé de sentinelles grotesques
                    que n’eût pas reniées Duchamp
ce lavabo miteux où croupit une vague vaisselle 
            avec ce visage transi en place du siphon 
           et ce miroir tanné aux frasques de la vie


cette cuvette infâme      portant comme un flambeau
                        la trombe salvatrice
       et puis ces yeux ouverts 
                   dans la nuit du vieux mur
        comme un passage de terreur
            avec comme témoins des ébats indispensables
                        des photos de famille 
et les voilà tous deux         
                   profitant d’un bonheur équivoque
             ¿  ELLE 
                  cherchant des poux dans son crâne séché
          le regard apaisé, enfantant la douceur
     et
    LUI        ce regard de terreur
                    qui bascule les ombres
         fait dériver la vie comme un frêle radeau
               capitaine inquiet de folâtres besognes


         où les corps s’envoûtent dans un enchantement 


                    une rutilance simiesque 


        d’où naissent les étoiles
                            dans une cacophonie d’amour
     où les silences sont des purgations de la mémoire
            où les rides sont des appels
     et 
           LUI                   sur le pont d’un navire   où balance le seau
         où resplendit le sceau d’un monde anachronique
        où veillent les bouteilles
                        droites ou renversées
    pleines ou vides    ou à demi laissées
            ressassant des miasmes-torpeurs
jaillis de ces entrailles 
              où dodeline la vie                au parfum jeu de quilles
                arpentant le destin 
                 comme un ultime espoir

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans culture
commenter cet article
27 juin 2016 1 27 /06 /juin /2016 10:56
la lectrice

la lectrice

Ouverture des bibliothèques le dimanche, le jeudi matin…

Politique culturelle : agrandir les réseaux.

Fermer le lupanar de la mairie !

Si vous avez de l'argent vous pouvez vous acheter des livres, évidence ! Ou vous payez une lectrice à domicile : voir le film de Michel Deville, à partir du roman de R.Jean...

Quand une ville est gangrénée par la pauvreté et les inégalités, il faut avoir recours à des solutions radicales : ouvrir les médiathèques à tells complets, embauche, peut-être, avec l'argent des augmentations des conseillers municipaux copains, du personnel…

Mais le maire l'a écrit quand il était "candidat UMP, maire sortant" : La culture doit être un outil de marketing territorial."...

Le personnel, parlons-en encore; il n'y a pas que dans les musées qu'ils sont igrorants de ce qui se passe : ils ont pourtant droit à un plan de formation : du 1/1/16 au 31/5/2016 : 3 ou 2 jours ou une demi-journée ! Connaissance du patrimoine historique, une journée dirigée par Elisabeth Doumeyrou.

On n'st donc pas étonné quand les guides énoncent les pires bêtises lors des visites de monuments : "formation interne : sur une demi-journée, visite commentée des sites patrimoniaux de la vile"..!!!

Ensuite, du 1er octobre au 31 décembre 2016, les personnels pourront être initiés à l'histoire de l'art : 3 jours.

Quant aux médiathèques, pourquoi cette fermeture le dimanche, le lundi, le jeudi matin et parfois le vendredi pour faire le pont..?

Je vais donc un jeudi matin à 12 h à la médiathèque centrale : fermée; j'alerte une employée à l'intérieur et lui demande où se trouve la conf de presse pour présenter le FILAF…Elle ne sait rien; n'est pas informée…Moi non plus, je l'avais pourtant lu dans le journal: je repars, tant pis pour le Filaf…

Bien sûr, il faut écrire les aspects positifs : la cotisation de 16 euros par an pour accéder aux ordinateurs, à des milliers de livres et de documents; l'accès au site internet du réseau : www.mairie-perpignan.fr/mediatheque

Très bien, mais pour que les dimanches soient moins tristes dans la ville, pour que les jeunes et es oisifs lisent plutôt que de errer dans les quartiers, ouvrons les bibliothèques ! Moyen de lutter conte la délinquance et la barbarie, la lecture et les réseaux de bibliothèques constituent non seulement un réseau culturel amis un réseau social. Une bib c'est plus qu'une bib : c'est le libre accès aux nouveaux instruments de l'éducation, de la culture et de l'information, et à internet !

Ouvrir la nuit jusqu'à 22 h, par exemples; accéder pendant 20 heures par jour, au moins dans les villes de plus de cent mille habitants !

Au moins ouvrir une bib de garde le dimanche; donner des compensations aux employés au lieu de les mépriser : pas de compensation financière ou en jours de congés, et impossibilité pour les agents de prévoir leur emploi du temps. d'où le procès intenté par certains syndicats à la mairie de Perpi...

Or la municipalité loupe tous les moyens de réconcilier la ville et ses habitants. En interne, déjà, quand la terreur règne face aux employés de mairie, comme on me le dit souvent dans la rue, quand on me reconnaît et me félicite pour mon blog… ça ne peut pas marcher ainsi !

On me dit : "Les personnels ont peur de parler, ils sont terrorisés, le chantage et la délation règnent…

Les cadres et certains élus méprisent les agents subalternes; ce sont de simples agents de sécurité qui, au lieu d'informer, surveillent les musées…

Dans les bureaux, les femmes de ménage doivent ramasser des préservatifs, en fin de journée, car on ne s'ennuie pas dans certains milieux administratifs de la communication ou de la politique…

La com, parlons-en :

Pour informer la Presse, la Mairie utilise la communication politique. C'est un fonctionnement pyramidal, de la transversalité : en respectant la pyramide, on perd en efficacité. On a beau ébaucher un projet, ça n'aboutit pas.

…les chefs veulent tous les pouvoirs : ils veulent tout contrôler : on ne peut pas faire ainsi le service public. .."

Revenons aux bibliothèques au lieu de s'attarder aux saturnales municipales: celles des grandes villes européennes sont ouvertes le dimanche; en France le sont Nancy et Montpellier.

Perpignan n'a pas les moyens d'une grande politique culturelle ? Il faut revoir les priorités et économiser sur les représentations, le train de vie, la com, le salaire et le nombre des conseillers, occultes ou pas…

on en reparlera...

JPB

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans culture
commenter cet article

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens