Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 décembre 2022 4 08 /12 /décembre /2022 10:47
Gérard BONET - Salon des créateurs à Canet - Actualité à TORCATIS - Expo au Boulou -  A. de ROUX -
Gérard BONET - Salon des créateurs à Canet - Actualité à TORCATIS - Expo au Boulou -  A. de ROUX -
Gérard BONET - Salon des créateurs à Canet - Actualité à TORCATIS - Expo au Boulou -  A. de ROUX -
Gérard BONET - Salon des créateurs à Canet - Actualité à TORCATIS - Expo au Boulou -  A. de ROUX -

Gérard BONET - Salon des créateurs à Canet - Actualité à TORCATIS - Expo au Boulou - A. de ROUX -


 

La Société Agricole, Scientifique et Littéraire des Pyrénées-Orientales a le plaisir de vous convier à la conférence de Gérard Bonet, docteur en histoire :

 

« La manipulation de la presse de province sous l’Occupation »

 

 

Agence de presse vichyste et pro-allemande, l’agence Inter-France manipula la presse de province pendant les « années noires ». Les journaux de la région, quotidiens et périodiques – qu’il s’agisse de L’Indépendant, du Courrier de Céret, de La Dépêche de Toulouse, du Petit Méridional et de L’Éclair de Montpellier, du Journal de Limoux ou de L’Agathois etc. – ne furent pas à l’abri de « la plus néfaste et la plus importante des agences de presse de la Collaboration » (Le Populaire du 14 mai 1949).


Avant même d’utiliser les dépêches estampillées Inter-France, ces mêmes journaux roussillonnais et languedociens, actionnaires de la SA Inter-France, contribuent, avec des centaines d’autres de France et de Navarre, à la création et au développement d’une centrale dont la presse de la Libération put écrire qu’elle fut l’une des plus « parfaites officines de la trahison qui aient été montées dans notre pays » (Le Parisien Libéré du 16 juin 1949).


Entreprise patronale sous le Front populaire, d’abord nationaliste puis ouvertement collaborationniste, enfin franchement hitlérienne, « véritable directrice de conscience des journaux au service de l’ennemi » (Le Monde du 16 juin 1948), l’agence Inter-France disparut avec la Libération, non sans laisser quelques surgeons qui s’épanouirent dans les années 1950-1960.
Aujourd’hui encore méconnue pour ne pas dire inconnue, sortie de l’oubli grâce aux archives de L’Indépendant relayées par les archives publiques, l’histoire de l’agence Inter-France n’est sans résonances avec la guerre en Ukraine, dernier et terrible exemple de la manipulation de l’opinion par les médias à travers la désinformation, la propagande, les communiqués fallacieux et autres fake news.

 

Vendredi 9 décembre 2022, de 17H à 18H, Centre départemental de Mémoires des Pyrénées-Orientales, Caserne Gallieni, 4, rue de l’Académie – Perpignan
Entrée libre et gratuite.

 
Mercredi 7 Décembre
à 18h00


Rencontre
avec
Françoise Colley
autour de son livre
"Vivantes"
Ed. Mialet Barrault
Elle a passé son enfance et son adolescence dans une ville ouvrière à la frontière allemande. Sa mère a eu dix enfants. Six d'un Juif autrichien et quatre d'un Algérien. Elle est la fille de l'Algérien mais porte le nom du Juif. Vive, intelligente, rebelle, rien ne l'arrête. Ni la pauvreté, ni la triste médiocrité des vies dévastées qui l'entourent, ni les événements horribles qu'elle doit affronter. Elle s'accroche à sa fratrie, aux rencontres heureuses, à cette chaleur que diffuse la solidarité des classes populaires, et surtout à sa mère, cette femme extraordinaire dotée d'un étonnant courage et d'une sagesse étrange, à qui elle voue une véritable vénération.L'auteure nous livre ici le récit abrupt et sans concession d'une jeune vie saisissante, plongée dans la France des Trente Glorieuses.Un premier roman. Un livre rare.
 
 
 
 
Vendredi 9 Décembre
à 17h30

Rencontre
avec
Françoise Delmon
autour de son roman
"L'enveloppe rouge"
Ed.Les Presses Littéraires 

 Indochine, Saïgon, 1923. La jeune Hoa Nhài Hoang se prépare, elle se rend au bal du gouverneur. Le Commandant de la canonnière le Doudart de Lagrée et ses officiers y sont invités…
Luberon, Robion, 2016. L’âme du « Clos des Jasmins » s’est envolée.
Les descendants de la famille Montazel ne sont plus que cinq ombres évoluant dans un monde fantasmé. Aurore Valmer, romancière en vacances, découvre la bastide délaissée. Dans le salon jaune, un grand portrait en pied suspendu au-dessus de la cheminée présente une jeune femme asiatique à la beauté fascinante, vêtue d’une robe du soir des années vingt. Sans doute la maîtresse de maison, de l’époque ! Au cœur du parc, les vestiges d’un jardin d’hiver parlent encore d’un incendie qui a défrayé la chronique dans les années 30.
Qui était cette éblouissante femme ?
Que s’est-il donc passé en ces lieux ?
 
r
 
Partager cet article
Repost0
7 décembre 2022 3 07 /12 /décembre /2022 11:08
Lola Anglade, vélos, 1911, musée de Gérone - Journée mondiale du climat - Portrait Clémentine Dufau, 1911, musée d'Orsay/Girona -
Lola Anglade, vélos, 1911, musée de Gérone - Journée mondiale du climat - Portrait Clémentine Dufau, 1911, musée d'Orsay/Girona -
Lola Anglade, vélos, 1911, musée de Gérone - Journée mondiale du climat - Portrait Clémentine Dufau, 1911, musée d'Orsay/Girona -
Lola Anglade, vélos, 1911, musée de Gérone - Journée mondiale du climat - Portrait Clémentine Dufau, 1911, musée d'Orsay/Girona -
Lola Anglade, vélos, 1911, musée de Gérone - Journée mondiale du climat - Portrait Clémentine Dufau, 1911, musée d'Orsay/Girona -
Lola Anglade, vélos, 1911, musée de Gérone - Journée mondiale du climat - Portrait Clémentine Dufau, 1911, musée d'Orsay/Girona -

Lola Anglade, vélos, 1911, musée de Gérone - Journée mondiale du climat - Portrait Clémentine Dufau, 1911, musée d'Orsay/Girona -

La Société Agricole, Scientifique et Littéraire des Pyrénées-Orientales

a le plaisir de vous convier

à la conférence de Gérard Bonet, docteur en histoire

 

La manipulation de la presse de province sous l'Occupation


 

Vendredi 9 décembre 2022, de 17 h à 18 h, Centre départemental de Mémoires des Pyrénées-Orientales, Caserne Gallieni, 4, rue de l’Académie – Perpignan

 

 

 

--- à suivre, hommage à A. de Roux :

 

* Archives... avec l'ASPAHR, présentent :

"Perpignan, de la place-forte à la ville ouverte" | Journée d’étude en hommage à Antoine de Roux

À cette occasion, les Archives départementales exposeront un choix de documents sur le thème de la journée.

📌Informations pratiques :

⏰9h30, entrée libre

🏢Archives départementales, 74 av. Paul Alduy, Perpignan

📨animarchives@cd66.fr

 

- - - - - - - - - - -

*** Gérone - Expos - Ancien hôpital Sainte Catherine

GIRONA

ANTIC HOSPITAL DE SANTA CATERINA

Feresa de silenci. Les artistes a la revista Feminal (1907-1917)

Dates: Del 22 d’octubre de 2022 al 26 de febrer de 2023

Inauguració: Dissabte 22 d’octubre, a les 12 h

Comissariat: Elina Norandi

Producció: Museu d’Art de Girona

Descarrega el fulletó de l’exposició

 

Presentació

Feminal va ser la primera revista dirigida i escrita per dones que va veure la llum a Catalunya. De periodicitat mensual, es va editar a Barcelona com a suplement de La Ilustració Catalana, de 1907 a 1917. Va ser impulsada per dones procedents de l’àmbit burgès i catòlic i es va inspirar en algunes revistes semblants que, sota la influència del sufragisme, s’editaven a les grans ciutats europees. En gairebé tots els números de la revista, les arts plàstiques hi solien ser presents, bé amb articles dedicats a exposicions d’artistes del moment, bé amb reportatges monogràfics sobre alguna d’elles. Més de setanta artistes, catalanes i europees, la majoria pintores però també escultores, cartellistes, il·lustradores i, en menor nombre, exlibristes, esmaltadores o fotògrafes, hi van ser esmentades. De moltes en sabem ben poc i encara menys de les seves obres, de qualitat molt diversa. Cap d’elles no va tenir les mateixes condicions que els seus col·legues masculins: no van tenir els mateixos espais de formació, de crítica, d’exposició o de recepció del públic i disposaven de pocs referents femenins. I la majoria van acabar abandonant l’art per dedicar-se a la família just quan començaven a despuntar. Gairebé totes han restat en silenci durant anys.

 

Aquesta exposició recupera prop d’una vintena d’artistes, amb obres procedents de museus nacionals i internacionals i de col·leccions privades. En molts casos sols traiem a la llum i exposem una, dues o tres obres d’unes artistes de les quals potser mai més no en sabrem res. La importància, però, rau a mostrar que, malgrat tots els obstacles, cadascuna d’elles va saber crear el seu espai de llibertat per desenvolupar les seves aspiracions artístiques. Feminal va ser un d’aquests espais, en el qual es van ajudar mútuament i van trobar les forces i els suports que la societat encara no els oferia.

Amb l’exposició us volem convidar a reflexionar sobre les raons que fan que una generació de dones artistes desaparegui de la nostra història de l’art i la necessitat de fer-les presents i entrar-hi en diàleg des del moment actual. Alhora vol ser un reconeixement a la feina fonamental de les historiadores i els historiadors que han començat a arrabassar-les del silenci en què havien caigut.

La mostra està dividida en tres àmbits expositius. En el primer, es desenvolupa un discurs sobre les poques artistes que surten a la publicació i que ja han estat abordades en textos i exposicions, de manera que se n’ha reconegut la feina fonamental. En el segon àmbit, la narrativa de la mostra ens porta a conèixer les artistes que, per diversos motius, tenen obres poc conegudes o que gairebé no es conserven; també aquelles de qui tenim alguns treballs —textos o exposicions—, però no suficients perquè es pugui considerar que han estat estudiades a fons. Finalment, ens endinsem en tres històries particulars; es tracta de dones amb unes obres que s’han conservat en la intimitat de les llars dels seus descendents, cosa que ha afavorit que puguem conèixer-ne un nombre més gran i mostrar-les.

 

L’estrella, Dolors Monserdà
 

“La nit ha cobert la terra
amb son mantell de foscor,
amb feresa de silenci
i amb feresa de remors.
Tot un món ple de misteri
s’aixeca d’un món que dorm,
i l’esperit de les serres
per la buidor se remou.
Amb l’aleteig de ses ales
colors i perfils confon;
posant encisants aromes dins cada flor que desclou.


Bo i saltant la meva néta
m’ha volgut seguir a l’hort;
plançonet de nou anyades
frisa per saber-ho tot.
Los secrets de l’estelada
li tenen robat lo cor;
i es deleix per veure el Carro
dibuixat amb punts de foc.
Lo bell Camí de Sant Jaume
l’encisa amb sos resplendors;
mes la seva enamorada
és l’Estrella del Pastor.


Tot mirant les meravelles
que del cel la volta enclou,
un estel l’ha traspassada
com un coet volador.
La nena tota tremola
i em diu encesa de goig:
-Àvia ¡és l’infant que ens envia
des del cel Nostre Senyor! “

 

Insubmissió (1947) Dolors Monserdà

No vull que em segresteu el pensament
dintre de fets o fórmules pactades;
vull, com les aus, les ales lliberades
per volar en tot moment,
ara a dreta, ara a esquerra, per l’espai
ple d’infinites rutes invisibles;
no hi vull destorbs forans, límits noïbles
que a bestreta m’imposen un camí.

Vull ésser plenament mestre de mi
i no un esclau de forces alienes,
en tant que humanes, míseres, fallibles;
vull les facultats plenes
servar de mon privat discerniment
i en mi respectar furs
que en els demés respecto sens protesta.

Anorreada o xalesta,
amb jorns plàcids o durs,
vaig rebre de Déu la meva vida
i comptes sols a n’Ell li’n vull donar
i sols d’Ell vull estar a l’alt manar
i sols d’Ell rebre lleis i pauta i mida,
sense manifassers per entremig
que amb matusser trepig
de mes oracions la pau violin
i que mentre ells volin
a mi vulguin privar-me de volar.

Qui per son diví antoix me va crear,
alhora performava mon destí;
i així, del Qui
per mi és tot jo i jo tot d’Ell
sols vull sofrir el rigorós cinyell,
sols vull estar al franc servir,
del jorn de ma naixença
fins al jorn de morir.

 

SILENCIS TRENCATS

La búsqueda de algo perdido es, sin duda, el origen de la memoria.
María Zambrano

Algunes artistes, poques encara, han trencat el silenci i comencen a ser reconegudes. És el cas de Lluïsa Vidal, Lola Anglada, Pepita Teixidor o Laura Albéniz. Totes elles van poder esdevenir professionals perquè, lluny de trobar obstacles o limitacions en la pròpia família, van gaudir del seu suport o simplement no es van casar i tenir fills. De joves es van poder traslladar a París, lloc imprescindible de l’art en aquell moment per continuar formant-se. La ciutat els va obrir un nou món, van poder experimentar viure soles, van guanyar seguretat personal i van introduir-se en els ambients més nous de l’art, que de ben segur van alimentar el seu talent. D’altra banda, el nombre considerable d’obres seves que s’ha conservat n’ha facilitat l’estudi i la posterior difusió.

Totes elles s’han vist rescabalades, en bona part, d’un pronunciat oblit gràcies a la feina feta per historiadores i historiadors a qui volem reconèixer el seu treball persistent i entusiasta: Consol Oltra, especialista en Lluïsa Vidal; Joan Miquel Llodrà, estudiós d’Aurora Gutiérrez Larraya i Adelaida Ferré; M. Isabel Gascón, que treballa sobre Pepita Teixidor, i Glòria Bosch i Susanna Portell, expertes en l’artista Mela Muter. Un reconeixement especial per a la historiadora Núria Rius Vernet (1950-2021), pionera en l’estudi de les artistes catalanes del període anterior a la Guerra Civil i experta en la vida i obra de Lola Anglada. Els seus estudis resulten fonamentals, ja que va investigar i va posar en relació artistes com Lluïsa Vidal, Laura Albéniz, Maria Rusiñol, Pepita Teixidor, Emília Coranty o Mela Muter.

 

 

 

MURMURIS EN EL SILENCI

L’oblit és una forma de mentida.
Svetlana Aleksiévitx

Cal registrar totes aquestes vides infinitament fosques.
Virginia Woolf

El fet que un artista, home o dona, passi a formar part de la història de l’art després de morir depèn de la suma de molts factors que s’encreuen i retroaccionen: que hagi tingut un recorregut històric d’exposicions; que tingui una fortuna crítica; que es conservi un conjunt d’obres considerable i en bon estat en col·leccions privades, museus o fundacions i que com a mínim algunes d’aquestes estiguin exposades; que es publiquin articles i assajos sobre la seva obra i, si és possible, es disposi d’un catàleg raonat; que li siguin dedicades exposicions antològiques o col·lectives, amb les catalogacions respectives; i, a més, que tingui una bona cotització al mercat.

Cap de les artistes de Feminal va gaudir d’aquestes circumstàncies, ni tan sols abans de morir. La subordinació del gènere femení, durant segles, els va impedir, en vida i després de mortes, que aquests factors d’èxit es concatenessin feliçment en la major part dels casos. Moltes d’aquestes dones van abandonar les seves carreres en casar-se o en tenir descendència i altres es desanimaven a causa de la forta pressió que exercia sobre elles una crítica totalment misògina i plena de prejudicis, que jutjava les seves obres en relació sempre amb el seu gènere. Posteriorment tampoc no van ser tingudes en compte per la història de l’art. Per tot això coneixem molt poques obres de bona part d’aquestes dones i gairebé no sabem res sobre elles. Tan sols algunes han comptat amb una exposició o publicació més o menys recent, però no ha bastat per ser prou conegudes o perquè el seu estudi tingui continuïtat.

 

 

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2022 7 20 /11 /novembre /2022 11:29
2° souffle - Téléthon - Noël à Perpignan -
2° souffle - Téléthon - Noël à Perpignan -
2° souffle - Téléthon - Noël à Perpignan -

2° souffle - Téléthon - Noël à Perpignan -

Le BLOGABONNEL

 

sommaire du 20 Nov. 2022

 

Téléthon - Deuxième souffle -

La manipulation de la presse de province sous l'occupation, G. BONET -

Grande parage de Noël à Perpignan - 

 

Contact :

 

jean-pierre.bonnel@orange.fr


Téléthon

 

Chaque jour est un marathon

Où, seul dans ta chaise roulante,

Tu regardes fuir les moutons

Dans le pré bleu que tu inventes.

Tu sais qu'il avance à tâtons,

Le Téléthon.

 

Tu parles sur le même ton

De princesses que tu enchantes,

Sans crainte du qu'en-dira-t-on

Des elfes qui, dans les soupentes,

Surveillent le long feuilleton

Du Téléthon.

 

Tous les musiciens du canton,

Livrés à leurs fêtes galantes,

Dans leurs fluteaux, leurs mirlitons,

Soufflent aux lendemains qui chantent :

"Mais quand donc le gagnera-t-on,

Le Téléthon?"

 

Les danseuses, de leurs petons,

T'offrent une ronde incessante,

Des roses plantées en boutons

Dans leur chevelure enivrante,

Leurs rires dans le peloton

Du Téléthon.

 

Jean Iglesis

 

 

Deuxième souffle

 

Je te salue, enfant qui cours

Dans les cours de récréation,

Préservant avec attention

Le secret de ton souffle court.

 

L’hiver, tu crées entre tes moufles,

Sur un carreau mal embué,

Un conte dans lequel tu n’es

Plus désormais à bout de souffle.

 

Tu deviens le puissant Éole, 

Poussant les trois-mâts sur la mer,

Héros d’une aventure folle

Où tu ne vas plus manquer d’air.

 

Puis, maudissant le sort maroufle,

Tu fais naître un magicien d’Oz

Qui découvre un deuxième souffle

Contre la mucoviscidose.

 

Jean Iglesis

 

La manipulation de la presse de province sous l'occupation.

 

par Gérard BONET

Sous l’Occupation la presse de province joua un rôle capital dans la diffusion des informations pratiques associées au quotidien, et des informations politiques et générales liées au conflit en cours et à ses répercussions intérieures. Elles étaient, les unes et les autres, avidement attendues des lecteurs. Cependant, si les premières étaient factuelles, l’idéologie imprégnait les secondes puisqu’elles provenaient, majoritairement, d’agences de presse vichystes et pro-allemandes.

 

L’agence d documentation Inter-France et sa succursale, l’agence télégraphique Inter-France-Informations, étaient de celles-là. Pendant les « années noires », elles s’imposèrent comme la plus vaste entreprise de manipulation de la presse de province.

La Libération venue, la sanction tomba : seuls 25 quotidiens de province contre 168 en 1939 furent autorisés à reparaître dont L’Indépendant et La Dépêche.

 

Gérard BONET

Docteur en histoire, journaliste honoraire et historien, il travaille sur l’histoire du Roussillon aux XIX° et XX° siècles et sur l’histoire de la presse. Il a publié « L’agence Inter-France de Pétain à Hitler. Une entreprise de manipulation de la presse de province ».

Éditeur et fondateur en 1989 de l’association éditoriale      « Les Publications de l’Olivier »

 

CEPS en entrée libre et gratuite

Pour tous renseignements :

Les Rendez-Vous de Saint Estève

Site : www.rdvse.fr

Mel : rdvse@rdvse.fr

Tel : 06 81 37 71 58

Facebook : Les-Rendez-Vous-de-Saint-Esteve

 
 

 

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2022 1 24 /10 /octobre /2022 11:21
C'est le pied : GROUPE LA DEPECHE DU MIDI - L'Indépendant - La mairie de Perpignan et les hommages tous azimuts !
C'est le pied : GROUPE LA DEPECHE DU MIDI - L'Indépendant - La mairie de Perpignan et les hommages tous azimuts !
C'est le pied : GROUPE LA DEPECHE DU MIDI - L'Indépendant - La mairie de Perpignan et les hommages tous azimuts !

Presse/Médias

 


Les sites éditeurs du GROUPE LA DEPECHE DU MIDI sont toujours en nette progression en #septembre 2022 sur leur #audience #digitale :

La Dépêche du Midi 
+31% avec 61 millions de VUM 
www.ladepeche.fr
3ème site de #pqr

Midi Libre 
+13% avec 39 millions de VUM 
www.midilibre.fr 
5ème site de #pqr 

L'Indépendant du Midi 
+98% avec 35 millions de VUM
www.lindependant.fr
6ème site de #pqr

Bravo aux rédactions à #Toulouse lionel laparade#Montpellier Olivier Biscaye #Perpignan Baute Alain  Pierre Mathis ainsi qu’aux équipes du numérique Michael Bourguignon Christophe Julia 

Source #Acpm #trafic  #montéeenflêche #PQR#presseregionale #site #medias #Occitanie #VUM#VisiteursUniquesMensuels 

Eric Laffont-Baylet vanessa alran Marie-Bénédicte Rolfochristiane Lapeyre Léna Moline

 

- - - - -

Hommages et célébrations tous azimuts

 


Louis ALIOT, Maire de Perpignan, les membres du Conseil municipal vous prient de bien vouloir honorer de votre présence la cérémonie en hommage à Marcel CERDAN qui se déroulera :

 Samedi 29 Octobre 2022 à 11 h 30 sur la tombe de Marcel Cerdan.

Cimetière du sud - Perpignan

Vous en souhaitant bonne réception.

Bien cordialement.

 

 

 

 Louis ALIOT, Maire de Perpignan, Lieutenant-Colonel Laurent MOUTARDIER, Président de l’association des anciens et amis du GLAM, de l’ETEC et l’ET60, Commandant Joseph MUXART, Président départemental de l’ANORAAE, les membres du Conseil municipal, vous prient de bien vouloir honorer de votre présence la cérémonie d’hommage à l’équipage du GLAM décédé en service le 24 octobre 1967 après son décollage de l’aéroport de Perpignan dans le quartier du Vernet qui se déroulera :

 Lundi 24 octobre 2022 à 11 H 30

1236 Avenue du Polygone à PERPIGNAN

Vous en souhaitant bonne réception.

Bien cordialement.

Partager cet article
Repost0
6 mars 2022 7 06 /03 /mars /2022 10:36
Histoire exceptionnelle de la société Byrrh - Plenel ou l'investigation des charognards
Histoire exceptionnelle de la société Byrrh - Plenel ou l'investigation des charognards
Histoire exceptionnelle de la société Byrrh - Plenel ou l'investigation des charognards
Histoire exceptionnelle de la société Byrrh - Plenel ou l'investigation des charognards

RIVAGE des ARTS :

« Histoire exceptionnelle

de la société Byrrh»

picture.jpg

 

Par

 

Marcel  ZIDANI

  -

 

Palais des Congrès  à  Perpignan

 

 Le Mardi    8 Mars  2022  à  15h.30

 

Pass sanitaire obligatoire

 

Participation : 5 euros  entrée gratuite pour les Adhérents

 

 

 

          Le conférencier Marcel Zidani, cadre retraité de la société Pernod Ricard, va nous exposer l’histoire exceptionnelle de la société BYRRH à Thuir, de son développement, du sens de sa communication, avec ses célèbres affiches, et de nombreuses anecdotes pour tout savoir sur cette histoire exceptionnelle et la gestion sociale d’avant-garde de ses dirigeants fondateurs.

         

 

      

  

 

Histoire exceptionnelle de la société Byrrh - Plenel ou l'investigation des charognards-

 

Un média comme Mediapart est sans conteste indispensable, mais quand son directeur dérape, c'est la confiance du lecteur qui faiblit...

 

*Le feuilleton Plenel:

 

après l'affaire Baudis (maire de Toulouse harcelé par Mediapart alors qu'il était innocent. Plenel, pour sa défense, accusa son correspondant -et pourtant ami- de la ville rose...).

après l'affaire W. Benjamin et la préface au livre de L.Fittko, profitant de cette tribune our attaquer Israël (voir la correspondance avec M. Sander, grand-père des victimes de Mohamed Merha, se plaignent de l'attiitude de Plenel. Ce dernier et ses amis gauchistes attaquant Sander, ils s'aperçoivent que celui-ci est ) présent stigmatisé par Zemmour, l'antisémite...

 

-voici l'affaire :

Edwy Plenel-Tariq Ramadan, entre démocratie et charia

 

Il y a tout juste une semaine, à Brétigny-sur-Orge, le prédicateur Tariq Ramadan et Edwy Plenel participaient à un dîner-débat à l'invitation d'une association pour l'insertion des jeunes de banlieue et d'un tour operator spécialisé dans les pèlerinages à la Mecque. Les deux intervenants ont déroulé leur partition. Tariq Ramadan se lançant dans un long prêche communautaire en vue de conseiller l'audience sur le comportement à adopter compte tenu de l'actualité, Edwy Plenel en défenseur de la liberté d'expression laissera échapper des propos plus ambigus qu'il n'y paraît...

Dans son dernier roman, Michel Houellebecq met furtivement en scène l’islamologue suisse Tariq Ramadan, adepte d’une « charia novatrice voire révolutionnaire » en course pour la présidentielle. Malheureusement pour lui, Tariq Ramadan verra ses ambitions politiques plombées par ce que l’auteur appelle « ses accointances trotskistes ». C’est finalement son rival, alliée à l'ensemble de la classe politique contre Marine Le Pen, qui accédera au poste suprême dans la fiction « houellebecquienne ».

Et si le rapprochement entre l’islamiste « moderne » et les trotskistes avait finalement eu lieu samedi dernier à Brétigny-sur-Orge ? En pleine tournée promotionnelle pour son dernier livre Pour les musulmans, Edwy Plenel débattait en effet avec Tariq Ramadan qui publie lui De l'islam et des musulmans. Une conférence-débat organisée par une association pour l'insertion des jeunes de banlieue et... France Manassik, un tour operator spécialisé dans les pèlerinages à La Mecque.

 

Perçu par certains comme le « gendre idéal de l’islam », Tariq Ramadan cultive depuis longtemps un discours ambigu sur l’islam fondamentaliste, une dénonciation du bout des lèvres qui vise toujours un autre responsable. Faut-il rappeler sa réaction face à l'enlèvement des jeunes filles au Nigéria par les terroristes de Boko Haram ? Il le condamnera... pour mieux pointer la responsabilité de l’Occident coupable de ne réagir qu’« à des exactions de cette nature sur le plan émotif » encourageant les terroristes à agir de la sorte. Une dialectique largement en vogue dans les milieux de la sociologie d’extrême gauche qui nous explique encore aujourd’hui très sérieusement que le terrorisme islamiste n’est que la conséquence du racisme des Occidentaux. Tariq Ramadan refusera également de condamner la lapidation en Arabie saoudite se limitant à proposer « un moratoire », pendant lequel il faudrait arrêter de « jeter la pierre à la femme adultère » comme le chantait Brassens.

 

Ses réactions sur l’attentat de Charlie Hebdo vont dans le même sens même s'il s'en défend sur sa page Facebook. Tariq Ramadan condamne en désignant le véritable responsable selon lui : les services de renseignement. « On a entendu hier [que les frères Kouachi] ont oublié leurs cartes d’identité dans la voiture, deux cartes d’identité... d’un côté tant de sophistication, de l’autre tant de stupidité... Nous devons demander qui sont ces gens, nous devons demander comment ils ont été en capacité de faire cela (...) Nous devons creuser, aller plus profond, nous devons demander quelles sont leurs connexions, quel est le rôle des services secrets dans toute cette affaire, où sont-ils, comment cela a-t-il pu se passer de cette manière (...) nous devons condamner, mais nous ne devons pas être naïfs ».

Quelle utilité d’évoquer le « rôle » des services secrets quand il semble que leur principale faute est peut-être de n'en avoir joué précisément aucun. Des allusions complotistes du même type se répandent sur les réseaux sociaux depuis plus de dix jours et Jean-Marie Le Pen s'en est d'ailleurs fait l'écho dans un journal russe. Tariq Ramadan pioche donc là aux meilleures sources....

 

L'alliance de la République démocratique et de la charia :

 

Aucune duplicité, en fait, comme le notait déjà en 2003 la philosophe Cynthia Fleury et l’essayiste Emmanuel Lemieux dans un texte lumineux paru dans Libération sur « l’entrisme de Tariq Ramadan » qualifié de « gramsciste islamiste » : « Cessons de dire que Tariq Ramadan est "ambivalent".

 

Il est très clair. Il veut un "citoyen musulman", qui rende des comptes à la fois à la République démocratique et à la charia. C'est théoriquement impossible car ces systèmes ne souffrent aucune concurrence : ils sont par définition exclusifs l'un de l'autre. Gardons-nous de les harmoniser... ou alors, avouons tout aussi clairement que nous sommes las des libertés, des égalités, des dignités chèrement gagnées au cours de notre histoire. (...) Pour déconstruire la "spiritualité" de Tariq Ramadan, il faut rappeler qu'il désire qu'elle fasse "autorité" sur la société ; que son "espace de témoignage" n'a rien d'un lieu de débats entre non-musulmans et musulmans, mais tout d'une islamisation de l'Occident, véritable nom de l'occidentalisation de l'islam ».

 

Dans son échange avec le fondateur de Mediapart, le prédicateur Tariq Ramadan qui dénonçait donc les émotions occidentales lors de l’enlèvement des jeunes nigérianes par Boko Haram, se lancera justement dans un long discours sur l’émotion : « Il faut savoir répondre aux émotions. La France a besoin aujourd’hui de gens ouverts de cœur, calme d’esprit» . C’est en chef d'état-major que Tariq Ramadan s’adresse à son public et lui explique comment se comporter afin d’adopter « une nouvelle stratégie » face à l’émotion médiatique, usant et abusant d’un « nous » tellement communautaire qu’il prend des airs troublants de prêche, validant encore une fois la thèse de Fleury et Lemieux.

 

En l’espèce, Tariq Ramadan est un virtuose, formé aux meilleures écoles, petit-fils du fondateur des Frères musulmans et surtout adepte de Youssef Qaradawi, l’un des prédicateurs les plus influents parmi l'organisation islamiste des Frères musulmans. Un égyptien exilé au Qatar qui doit faire avec un mandat d’arrêt lancé contre lui par Interpol par l’Egypte pour incitation au meurtre. Ramadan, que certains imaginent en successeur de Qaradawi, a, lui, toujours ses entrées dans la pétromonarchie qui finance sa chaire à l’université d’Oxford et dans laquelle il dirige également un Centre de recherche sur la législation islamique et l’éthique (le site a une version française). Le Qatar — pays avec lequel Mediapart n'est pas tendre — qui avec l’Arabie Saoudite, et même si Laurent Fabius ne veut rien en savoir reste l’un des grands « incubateurs » du fondamentalisme islamiste.

 

Le chercheur Gilles Kepel avait cherché à situer le positionnement de Tariq Ramadan : la « wassatiya » ou l’art du « juste milieu ». Une sorte de centrisme islamiste qui nécessite forcément une modération de son discours en fonction du public d’où ses livres avec Edgar Morin, preuve éclatante de cette pratique de l’entrisme.

 

Nous ne ferons pas injure à Edwy Plenel de le soupçonner d’avoir été dupé par Tariq Ramadan. Depuis Lionel Jospin, chacun connaît le talent inégalé des anciens trotskistes en matière d’entrisme... Le fondateur de Mediapart usera néanmoins d’un argument curieux sur Twitter pour faire de Ramadan un interlocuteur bien sous tous rapports. Il expliquera en effet que le livre Déviances et incohérences chez les penseurs de la décadence, un ouvrage qui réfute les thèses de Ramadan, avait été retrouvé chez le terroriste Amedi Coulibaly. On a vu plus convaincant comme tentative de réhabilitation...

 

ZuynQB0w_x96.jpg

Edwy Plenel

 

@edwyplenel

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2021 5 03 /09 /septembre /2021 08:42
Couverture Indép - Site et livre de J. Gautrand -
Couverture Indép - Site et livre de J. Gautrand -
Couverture Indép - Site et livre de J. Gautrand -
Couverture Indép - Site et livre de J. Gautrand -
Couverture Indép - Site et livre de J. Gautrand -
Couverture Indép - Site et livre de J. Gautrand -

Couverture Indép - Site et livre de J. Gautrand -

Jacques Gautrand, d'Elne à Paris :

nouveau recueil poétique 

 

Journaliste, animateur et conférencier spécialiste de l'économie et des entreprises

Jacques Gautrand

Jacques Gautrand est un spécialiste de l’économie et des entreprises, notamment PME/ETI. En contact régulier avec des chefs d’entreprise, des créateurs, des réseaux professionnels, des élus ...

 

Journaliste économique, blogueur, fondateur de http://consulendo.com : un regard indépendant sur l'économie/les entreprises/le management. Président 

 

@AJ_PME

consulendo.com A rejoint Twitter en février 2014

 

 

Economie

  • Journaliste économique, spécialiste des sujets Economie, Entreprises, Management et Communication
  • Diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris et titulaire d’un DES de Sciences Politiques de la Sorbonne
  • Fondateur et éditeur du Webzine Consulendo.com : « Un regard indépendant sur l’Economie et L’Entreprise »
  • Ex collaborateur dans différents Groupes de Presse et d’édition : Groupe JA, Groupe Expansion, DI Group, L’Express…
  • Spécialiste de l’entrepreneuriat, des problématiques de développement des entreprises et des territoires, avecune grande expérience de l’animation de conférences, colloques, tables rondes… pour un public de cadres dirigeants et de chefs d’entreprise (intervention dans de nombreux salons professionnels : Salon des Entrepreneurs, Franchise Expo Paris, Euromed Capital Forum, Top Franchise Med…)
  • Speaker sur des sujets économie, entrepreneuriat ou communication
  • Auteur de « L’Empire des Ecrans » ; co-auteur du « Guide Complet de la Franchise » (L’Express éditions) et du « Guide des 100 Villes qui font l’économie française » (en partenariat avec Les Echos) 

 

** Recueil "Les Heures Blanches"  vient de sortir aux éditions Unicité:

http://www.editions-unicite.fr/auteurs/GAUTRAND-Jacques/les-heures-blanches/index.php

 

présentation par la directrice de collection, Anne de Commines:

 

"A travers Les Heures Blanches, Jacques Gautrand nous livre nos perpétuelles genèses où percent les grâces de la lumière. Elles nous attendent et nous signent lorsqu’une rencontre éclair a insolé nos mémoires. 

La poésie nous invente et met à vif la pulpe de nos solitudes quand l’écriture naît de l’exil /de l'impatience des jours. 

 

 Jacques Gautrand transcrit les traces fécondes de nos joies et de nos habiles raretés dans le vœu du jour. Je suis l’Argonaute / Des abysses de ton corps. / Entends le jour qui vient / Sur des battements d’ailes, chuchote-t-il lorsque le livre devient muet. Pour l’auteur, les heures blanches ce sont « ces heures que l’on croyait à jamais perdues, gaspillées, et qui resurgissent un jour fortuitement en nous, avec une force que l’on ne soupçonnait pas… comme si elles ouvraient une brèche lumineuse dans la finitude du temps." 

AdC

 

Jacques Gautrand

Consulendo.com

www.consulendo.com>>>un regard indépendant sur l'économie et l'entreprise>>>

Tél.:     01 48 83 06 56
Mobile: 06 78 81 21 73

 

Indépendant : une abonnée en colère ! 

 

Colère contre le service des abonnements de L'Indépendant  

 

Une fidèle lectrice du blogabonnel m'écrit :

 

Le détail des événements avec le service...

 

Service abonnés du journal L'Indépendant 

 

Suite à un banal changement de carte, le prélèvement a été refusé par la banque.

La livraison des journaux est interrompue, absente de mon domicile, je ne réponds pas immédiatement.

 Quelques jours plus tard, à la suite de mon appel, un employé me demande d'aller sur le site de l'indépendant pour régulariser.

Après avoir navigué sur leur site, puis sur mon compte, aucun montant n'est réclamé ! Je découvre que l'on propose aux futurs abonnés de recevoir les journaux pour 1 euro ! 

Je décide de remplir le formulaire pour profiter de cette offre...

Au moment de finaliser et de précéder au règlement, ma demande n'est pas validée !  

 

Je rappelle le service des abonnés, l'employée en examinant mon dossier constate un refus pour  non-paiement. Et quelques secondes plus tard s'aperçoit que la somme a été encaissée,  mais le dossier est toujours bloqué ! 

 

Pas de livraison de tout le mois d'août ! 

"Je me renseigne auprès du service comptabilité, et je vous rappelle". 

 

Sans réponse au bout de 48 h, je contacte à nouveau le service abonné, où bien sûr, ce n'est pas la même personne, qui me dit : "si elle vous a dit qu'elle allait vous rappeler, attendez, c'est une plateforme, je ne sais pas qui vous a répondu ! ".

 

Toujours sans réponse; je rappelle à nouveau, en haussant le ton, merci de me passer une autre personne ! Elle consent enfin à regarder mon dossier, comme par hasard, elle découvre l identité de mon interlocutrice  et tente de la joindre, sans succès.

 

 "Je lui envoie un mail et lui demande de vous rappeler"  

Dans combien de temps ?  

 

Après avoir raccroché, j'ai le sentiment : "moins on en fait, mieux on se porte". 

 

Ce manque de professionnalisme est inadmissible, ce quotidien n'est pourtant pas mieux de ses ventes puisqu'il offre des cadeaux et bouteilles de vin aux futurs abonnés…

 

Après de nombreux échanges, la responsable s'est excusée et a promis que le journal serait livré ce samedi 4 septembre à domicile (Laroque des Albères)...

 

Partager cet article
Repost0
25 mars 2021 4 25 /03 /mars /2021 09:16
JMB, le directeur du groupe de presse La Dépêche, Midi Libre, l'Indépendant...

JMB, le directeur du groupe de presse La Dépêche, Midi Libre, l'Indépendant...

L’ancien ministre Jean-Michel Baylet visé par une plainte pour viols sur mineur

 

* Site LA CLAU (seul média du 66 a avoir publié cette info)

Le propriétaire de L’Indépendant conteste des accusations de viol sur mineur

Jean-Michel Baylet a été entendu par la justice le 25 février

Mardi 2 mars 2021. 09:41h

Jean-Michel Baylet, propriétaire du groupe le Dépêche et notamment du quotidien L’Indépendant, a été entendu par la justice dans le cadre d’une enquête pour “viol et agression sexuelle sur mineur".

Jean-Michel Baylet, PDG du groupe La Dépêche, qui détient notamment les journaux Midi Libre et L’Indépendant en intégralité depuis novembre 2020, conteste les accusations qui le visent, au sujet d’une affaire de viol remontant à 1980. L’intéressé a été entendu par la police en audition libre jeudi 25 février,  dans le cadre d’une enquête ouverte par le parquet de Paris, le 9 juin 2020, pour "viol et agression sexuelle sur mineur", mais cette information n’a été révélée sur ce lundi 1er mars.

 

Revue de presse :

* VIOLENCES SEXUELLES ENQUÊTE

«Cela devenait étouffant. Je pense que je l’ai toujours eu dans un petit coin de ma tête depuis toutes ces années. Et un jour, c’est une évidence, il faut que ça sorte. » Nathalie Collin, 52 ans, a accepté de revenir auprès de Mediapart sur la plainte qu’elle a déposée contre l’ancien ministre Jean-Michel Baylet. Une nouvelle étape dans ce qu’elle considère être un « processus de libération » pour enfin admettre « qu’elle est une victime ». ...(C) médiapart

L’ancien ministre Jean-Michel Baylet entendu sur des ...

https://www.sudouest.fr/justice/l-ancien-ministre-jean-michel-baylet...

Le patron de la Dépêche du Midi a été entendu après des accusations de viols et d’agressions sexuelles sur mineur L'ancien ministre PRG Jean-Michel Baylet a été auditionné jeudi par la ...

 

-Tarn-et-Garonne. Jean-Michel Baylet entendu sur des ...

https://actu.fr/occitanie/valence_82186/tarn-et-garonne-jean-michel...

Le patron du groupe La Dépêche du Midi et maire de Valence d'Agen (Tarn-et-Garonne), Jean-MichelBaylet, est soupçonné de viols sur mineurs. Des faits qu'il conteste. Jean-Michel Baylet est visé...

 

-Accusé de viol, Jean-Michel Baylet a été entendu par la ...

https://www.lepoint.fr/justice/accuse-de-viol-jean-michel-baylet-a-ete...

01/03/2021 · Le patron de la Dépêche du Midi, entendu en audition libre, « a […] apporté toutes les précisions nécessaires » sur ces faits « qui se seraient déroulés il y a 41 ans », a réagi son avocat...

 

-Victime présumée de viols par Jean-Michel Baylet, elle ...

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/la-victime...

L’ancien ministre Jean-Michel Baylet, 74 ans, actuel maire PRG de Valence-d'Agen et patron du journal La Dépêche du Midi est visé par une plainte pour viols et agressions sexuelles sur mineur de...

Le propriétaire de L’Indépendant conteste des accusations ...

https://www.la-clau.net/info/14559/le-proprietaire-de-lindependant...

Jean-Michel Baylet, PDG du groupe La Dépêche, qui détient notamment les journaux Midi Libre et L’Indépendant en intégralité depuis novembre 2020, conteste les accusations qui le visent, au sujet d’une affaire de viol remontant à 1980.

 

-L'ancien ministre Jean-Michel Baylet visé par une enquête ...

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/l-ancien-ministre...

Jean-Michel Baylet est l'actuel président du groupe de presse La Dépêche du Midi. Maire de Valence-d'Agen dans le Tarn-et-Garonne, il a également une longue carrière politique derrière lui.

 

-Groupe La Dépêche/Midi Libre: L’affairiste Baylet ...

sentinellecitoyenne.fr/actualites/groupe-la-depeche-midi-libre-laffairiste-baylet...

Monsieur BAYLET a une vie politique bien chargée. Il a débuté sa carrière dans le journalisme jusqu’à devenir directeur général de « La Dépêche du Midi » en 1975. Il est co-fondatteur du Mouvement des radicaux de gauche (devenu PRG) en 1973 et en est président de 1983 à …

-Ouverture par la justice d'une enquête pour viol et ...

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/ouverture-par-la-justice-d-une...

Le parquet de Paris confirme, ce lundi 1er mars à France 3 Occitanie, qu'une enquête est en cours depuis le 9 juin 2020 des chefs de viol et d'agression sexuelle sur mineur de 15 ans visant l'ancien ministre Jean-Michel Baylet.

Les investigations ont été confiées à la Brigade de protection des mineurs. Le patron du groupe de presse La Dépêche du Midi a ainsi été entendu jeudi 25 février à Paris.

Une audition libre au cours de laquelle l'élu du Tarn-et-Garonne "a formellement contesté ces allégations mensongères et apporté toutes les précisions nécessaires" sur des faits "qui se seraient déroulés il y a 41 ans" a réagi son avocat Jean-Yves Dupeux, dans un communiqué envoyé à l'Agence France Presse. 

Plus d'informations à venir dans la journée du mardi 2 mars.    Sylvain Duchampt

 

-Jean-Michel Baylet entendu pour des accusations de viols ...

https://www.liberation.fr/societe/police-justice/jean-michel-baylet...

Jean-Michel Baylet entendu pour des accusations de viols sur mineur qu’il conteste Violences sexuelles: maintenant on agit dossier L’ancien ministre et actuel patron de «la Dépêche du Midi» est...

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2019 1 14 /01 /janvier /2019 13:40
Relations entre la presse et les gilets jaunes, dans le 66 (2) : un autre version

Communiqué :

 

Perpignan/Gilets jaunes: un samedi jaune sur la ville! par stan zeguetto

Publié le 13 janvier 2019 

 

Un camarade “gilet jaune” nous a envoyé ce texte, à propos de l’acte 8 samedi dernier et des fameuses “violences” au tribunal et au journal l’indépendant . C’est une autre version de l’histoire par une personne qui suit les Gilets Jaunes depuis le début et écrit dans des revues par ailleurs. La rédaction

http://www.paroleslibres.lautre.net/2019/01/13/perpignan-gilets-jaunes-un-samedi-jaune-sur-la-ville-par-stan-zeguetto/

 

Perpignan/Gilets jaunes: un samedi jaune sur la ville! par stan zeguetto

Publié le 13 janvier 2019 | Par Administrateur | 1 commentaire

 

Le maire de Perpignan, Jean-Marc Pujol aujourd’hui pour l’acte 9, plus Gilet Jaune que France audacieuse en marche vers 2020

Un camarade “gilet jaune” nous a envoyé ce texte, à propos de l’acte 8 samedi dernier et des fameuses “violences” au tribunal et au journal l’indépendant . C’est une autre version de l’histoire par une personne qui suit les Gilets Jaunes depuis le début et écrit dans des revues par ailleurs. La rédaction

“Ça se passe comment quand l’Indépendant rend compte d’un mouvement social dont les membres sont tour à tour éborgnés, mutilés, tabassés ou embarqués manu militari par la police ?

Ça se passe que ses journalistes reprennent les communiqués de la dite police, sans procéder à un minimum d’investigation parce qu’après tout parole flicardière ne saurait mentir. Dans l’édition du 11 janvier, on apprend donc page 2 l’arrestation de quatre Gilets jaunes accusés de « violences avec armes et en réunion », « menaces de mort » et « outrages ». Dans la ligne de mire de la justice : l’investissement par une quarantaine de Gilets du palais de justice samedi 5 janvier en fin de manif’.

Rappelons que l’acte 8 s’est déroulé à Perpignan sans accroc notable – notamment l’occupation de la gare avec ses joutes débonnaires sur le ballast et le face à face avec les bleus sur les marches du commissariat où les Gilets glapissaient, taquins, à des flics plutôt détendus : « Vous ne serez pas payés ! » et « La police avec nous ! ». Un élan fraternel mort dans l’œuf qui témoigne d’un optimisme béat des jaunes mais après tout pourquoi pas ? Pasolini voyait bien dans les flics des fils du peuple plutôt que des cogneurs assermentés.

Il y eut aussi l’épisode du tapage sur les vitres fumées de l’Indépendant, auparavant décorées du tag « menteur ». La colère journalophobe avait flambé suite à la mise en ligne d’un article mentionnant des effectifs maigroulets de Gilets (200) alors que nous avions dépassé le millier. Le journal eut beau rectifier la donne, la réactivité physique des manifestants surpassa le temps numérique. On alla gueuler notre nombre boulevard des Pyrénées. On appelle ça un retour de réel.

Le tribunal donc. On y vient. Fin d’aprem, grilles et portes du palais de justice sont ouvertes. Un Gilet s’y engouffre. Il y a là un vigile floqué Prosegur et un flic en tenue. « C’est pourquoi ? » demande le vigile en voyant entrer un dossard fluo. Réponse : « C’est rien, c’est les Gilets jaunes ! » Ni une ni deux, ils sont quelques dizaines à investir la salle des pas perdus. On occupe le tribunal comme on a occupé la gare : parce que c’est à nous. Parce que ces lieux sont des symboles de la puissance publique. On n’occupe pas pour casser mais pour se réapproprier. Pour imposer sa légitimité. Un peu comme ce jeune Gilet qui, sur une vidéo, lit un extrait de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen à un flic en faction :

Le Gilet faisant lecture : « Cette force [de police] est donc instituée pour l’avantage de tous et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée. Ça veut dire quoi, monsieur ? Ça veut dire quoi ? »

Le flic, cancre : « Ça veut dire ce qui est écrit ».

Le Gilet, dépité par tant d’ignorance crasse : « Oui mais ça veut dire quoi ?! Ça veut dire que vous devez être contre l’État qui envoie de mauvaises choses contre le peuple, c’est tout. Vous êtes à nous, vous êtes notre armée, je tiens à vous le dire, vous êtes notre armée ! C’est réel, les gars. C’est réel. Lisez, c’est écrit je mens pas. On est d’accord ? On est d’accord. »

Il n’y avait pas de Gilets armés dans le tribunal. Si ce n’est armés de leur détermination et conviction. Essentiellement pacifistes. Parce que si le mouvement était violent, intrinsèquement violent comme le présentent des politiques aux abois, le pays n’aurait vraiment pas la même gueule deux mois après. Le soussigné peut se tromper mais il a croisé pas mal de témoignages (un travail d’investigation assez sommaire que n’importe quel pigiste doté d’un cerveau moyen peut accomplir) et les faits vont dans ce sens : c’est au moment de l’évacuation musclée par les flics du tribunal qu’a lieu la casse (en l’occurrence une ou des portes vitrées brisées) et qu’ont plu les coups. La bataille rangée qui suit entre bleus massés sur les marches du palais de justice et jaunes sur la place Arago – soit une intifada de quelques bouteilles de bières contre lacrymos et flashball – n’est jamais rien d’autre que la conséquence directe des brutalités policières.

Depuis le 17 novembre, on attend d’ailleurs leurs premières recensions dans les colonnes de L’Indépendant.”

 

référence :

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2019/01/perpignan/gilets-jaunes-un-samedi-jaune-sur-la-ville-par-stan-zeguetto.html

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2019 5 11 /01 /janvier /2019 10:26
Dessin sur la liberté de la presse (C) CGT

Dessin sur la liberté de la presse (C) CGT

JOURNALISTES et GILETS JAUNES

 

On ne peut qu'être d'accord avec le communiqué diffusé huer jeudi 10 novembre, depuis le cercle de la presse, après les agressions des Gilets jaunes, dont ont été victimes quelques journalistes.

 

Tout d'abord, on relève l'absence du Travailleur catalan (hebdo du PCF), du Petit Journal catalan, du correspondant-photographe de La Croix, de l'Agri (J.Paul Pelras, indésirable ?), du Journal catalan de J.M.Martinez…

 

Ensuite, il faut écrire que tout acte physique violent est à condamner, ainsi que toute forme d'intimidation : le journaliste doit pouvoir travailler, même si on n'aime pas son journal ou sa façon de travailler. Un directeur d'un grand service public m'a confié récemment que ses paroles avaient été toujours mal retranscrites par l'Indépendant; ce n'est que lors d'une 4ème interview que la journaliste, C. Sabouraud, avait fait preuve d'objectivité…

 

Si les manifestants prétendent que les chiffres ont été manipulés, si les Gilets jaunes ont des critiques à formuler, ils doivent le demander à ces journaux : à être reçus, à déposer un "cahier de doléances" !

 

Ensuite, comme l'a fait très récemment le quotidien Le Monde, à propos d'une couverture du magazine M, montrant E.Macron dans une représentation rappelant Hitler, il faudrait commencer par une autocritique. C'est ce qu'écrit J.François Kahn (Le Monde, débats du 4 janvier dernier) : "Une autocritique des médias s'impose", "mettre ses erreurs sur la table, à propos du traitement d'un mouvement qui charriait le pire à côté du meilleur."

 

Les journaux locaux devraient peut-être répondre à propos de :

 

- l'absence de points de vue divers (à part une place modeste réservée aux communiqués des partis politiques et à un courrier des lecteurs sélectionné) : pourquoi pas une "page débats" ?

 

-la suppression de textes en catalan: on se souvient des articles de Pere Verdaguer sur la culture et grammaire catalanes.

 

-du monde de critiques à l'égard des pouvoirs en place : les relations financières (achat de publicités, d'abonnements…) entre le journal et la mairie, le CD66, la Région font que l'action de ces entités occupent une large surface sans que leurs actions soient analysées sans complaisance…

 

-l'amertume des correspondants des villages quand leurs papiers sont tronqués ou déformés (ils avaient fait grève il y a quelques années), quand tel correspondant est licencié du jour au lendemain, sans remerciement ni compensation, parce qu'il avait osé critiqué le maire d'une autre commune dans son blog…

 

-l'existence d'une "liste rouge" comprenant les noms des personnes indésirables dont il ne faut pas parler dans le journal : la censure est à dénoncer ! Le journaliste de base le peut-il..?

 

-la difficulté à faire connaître un événement ou une publication (un livre…) quand on n'appartient pas au cercle du copinage : si l'auteur a été journaliste ou est copain d'un membre influent du journal, il aura droit à un papier : les blogueurs ou lanceurs d'alerte ne sont jamais cités, car donnant trop d'urticaire, alors qu'ils devancent parfois l'information, mais d'autres, le duo Canticel, par exemple, dont on ne met pas en cause le talent, bénéficie d'un article et d'une photo de façon quotidienne!

 

-l'autocensure : le journaliste est victime de l'autorité, de l'idéologie de la hiérarchie et des choix éditoriaux du groupe de presse. C'est la plus secrète, insidieuse et dévastatrice forme de censure ! Le journaliste est souvent "un chien de garde", il doit obéir et écrire en fonction du regard que va porter sur son texte le rédacteur en chef. Pour s'imposer, il faut être reconnu, avoir un nom, être indéboulonnable grâce à sa force rédactionnelle et d'investigation…

 

-la situation de monopole du quotidien régional. Même si d'autres médias existent (hebdomadaires, France bleue, les réseaux sociaux), le journal quotidien, bien enraciné, n'a pas de concurrent à son échelle et se trouve en position de monopole. C'est un danger pour le pluralisme et la liberté d'expression et d'information…

 

Ce sont peut-être tous ces problèmes qui sont, de façon implicite, à la source des actions des Gilets jaunes de samedi dernier, exprimant un ras-le-bol généralisé de façon brutale, barbare et, on doit le répéter, qui sont condamnables !

 

JPBonnel 

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2016 5 23 /12 /décembre /2016 09:06
Fortes chutes de neige sur Cerdagne et Capcir !!!
Fortes chutes de neige sur Cerdagne et Capcir !!!

Grosses chutes de neige sur la Cerdagne et le Capcir...

 

C'était, hier jeudi 22/12/2016, le gros titre à la Une du quotidien L'Indépendant de Perpignan (ou "Indépêche" catalan...).

Il se trouve que j'étais hier à Pyrénées 2000 (P2 pour les habitués). Je me rends à la maison de la presse et m'exclame devant la propriétaire en lisant le gros titre de première page... En effet, il fait très doux, les stations ont dû actionner les canons pour tracer quelques maigres pistes, et le peu de neige récolté va fondre avec cette température de printemps...

 

Madame W me répond : 'Ils veulent sans doute nous aider, inciter les gens à partir à la neige...mais, en réalité c'est contre-productif : les gens trompés, abusés par ces fausses nouvelles nous en veulent et ne reviennent pas..."

 

C'est bien triste... quand les médias, au lieu de donner une image juste et vraiment positive du département, donnent dans le faux, la rumeur, le sensationnel... Car Perpignan, ce sont les faits-divers, les filles assassinées, les corps non retrouvés des victimes de Bénitez le légionnaire...

 

Cela me rappelle l'exploitation récente, par le quotidien, des os trouvés entre Barcarès et Leucate : à la Une, sans aucune preuve, la journaliste spécialisée dans cette histoire (elle a même été interrogée à la télé…)  pouvait faire croire qu'il s'agissait des restes de la fille et de l'épouse du criminel de la caserne de Perpignan…

 

Il s'agissait d'une des dernières basses oeuvres du rédacteur en chef, parti il y a peu à la retraite au fin fond du Vallespir, et dont on a déjà oublié le nom,…en effet, ce journaliste n'écrivait pas…

 

Quelle image pour une ville qui désire être une destination touristique de qualité !!! 

 

Quelle tristesse pour ces journalistes obligés d'obéir à une hiérarchie soucieuse d'annonces plus que de vérité, de ventes plus que de déontologie, de sensationnel plus que d'objectivité… Propriétaire d'un groupe (Le Monde, naguère) ou d'un autre (Sud-Ouest, il y a peu), ou d'un millionnaire qui se dit radical et de gôche, le journal s'adapte au nouveau patron et le journaliste demeure une marionnette…

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens