Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 08:50
Sébastien RONGIER - Son livre sur Walter Benjamin et Portbou - L'association WB sans frontières
Sébastien RONGIER - Son livre sur Walter Benjamin et Portbou - L'association WB sans frontières
Sébastien RONGIER - Son livre sur Walter Benjamin et Portbou - L'association WB sans frontières

Sébastien RONGIER - Son livre sur Walter Benjamin et Portbou - L'association WB sans frontières

***Mardi 17 octobre 2017, à 18h, librairie Torcatis, à Perpignan, rue Mailly :

l'association Walter Benjamin sans frontières  accueille l'auteur de 

Les désordres du monde : Walter Benjamin à Port-Bou :

Sébastien Rongier

(Éditeur : Librairie Arthème Fayard - Dept. PAUVERT - Collection / Série : Littérature française, 18 €)

 

et lui pose des questions. Lectures d'extraits par Michèle Roque (trésorière), Pilar Parcerisas (Vice-présidente) et J.Pierre Bonnel, président.

 

Conscient que sa tentative de fuir l’Europe était vouée à l’échec, Walter Benjamin s’est suicidé à Port-Bou en 1940.

Avec lui, c’est une part de la conscience européenne qui a trouvé la mort.

Sébastien Rongier s’est retrouvé par hasard dans la petite localité espagnole, lieu à la fois solaire et tragique où les apports majeurs de l’écrivain et philosophe allemand à l’histoire de l’art et de la pensée prennent un relief particulier.

Où mieux qu’ici prendre conscience de la fragilité d’une pensée face au totalitarisme ? L’auteur trace le chemin qui l’a conduit vers ce penseur, au milieu des livres et des villes. Il dessine son portrait, entre souvenirs et mémoire des dernières années de l’existence de Benjamin. Celui qui avait à cœur de penser en dehors des systèmes s’est pourtant retrouvé acculé dans une impasse par le pire des systèmes qui soient. Et c’est autant l’impossibilité de penser autrement que celle de fuir qui l’a conduit à son geste fatal.

En ce début de XXIe siècle, cette impossibilité ne menace-t-elle pas à nouveau ?

- - -

 Né en 1970, Sébastien Rongier est écrivain et essayiste. Auteur de 78, roman paru en 2015 aux éditions Fayard, et de Ce Matin (Flammarion, 2009), il publie aussi des essais d’esthétique sur les formes artistiques et sur l’image : Cinématière (Klincksieck, 2015) et Théorie des fantômes. Pour une archéologie des images (Les Belles-Lettres, 2016).

 Actif dans le domaine des écritures numériques, il est membre du collectif littéraire numérique remue.net. 

 

Comment est né le projet à Port-Bou ? Le projet est littéralement né d’un hasard. J’étais à Perpignan, un court séjour à Barcelone a été annulé et, en regardant la carte de la région, j’ai vu l’inscription «Port-Bou». Je n’avais absolument pas pensé à cette ville espagnole avant de voir son nom sur la carte. Et là tout s’est déplié : la fuite de Walter Benjamin, la traversée de la frontière espagnole, l’arrestation et le suicide au moment d’être remis à la police française. Je suis donc allé à Port-Bou. J’ai tout simplement eu envie, à partir de ce bref voyage, d’explorer ma relation avec Walter Benjamin, en évoquant les dernières années de son existence à Paris. Le point de départ a donc été ce bref passage dans Port-Bou, à la recherche des signes de Benjamin dans la ville espagnole, dans mon propre parcours et dans les violences de l’Histoire. 

 

Qui est Walter Benjamin pour vous ? C’est une figure et un auteur très importants pour moi. C’est un penseur singulier qui a inventé un regard critique et une écriture fascinante. Walter Benjamin a pensé en profondeur le xixe siècle, tout comme il a été un témoin incomparable de son époque. Il a écrit une œuvre essentielle sur Paris, capitale du xixe siècle, et sur Baudelaire. Il était également un lecteur infatigable de la littérature et de la pensée de son temps. Il a surtout été au cœur des tragédies qui ont secoué l’Europe des années 1930 : intellectuel allemand, Benjamin fuit le nazisme parce que juif, et se réfugie en France. Il poursuit sans relâche une œuvre mal connue alors. En 1940, il fuit encore le nazisme et la France vichyste avant de se suicider à Port-Bou. Il fait partie de ces dernières figures qui ont tenté de sauver la culture européenne par la pensée et par la connaissance avant d’être détruites par le chaos des totalitarismes. 

 

 Comment son histoire et ses écrits entrent-ils en résonance avec les temps que nous traversons ?

 L’écriture et la pensée de Walter Benjamin me semblent toujours aussi décisives pour notre monde contemporain. Son ouverture intellectuelle, sa volonté de relier les phénomènes, en dehors des systèmes et des dogmatismes, la manière dont il interroge le monde à partir du fragmentaire, c’est absolument vital. Par ailleurs, en écrivant ce texte, l’Histoire et l’histoire de Benjamin sont venues heurter l’actualité : la montée des extrémismes en Europe et en France, l’accueil des réfugiés et les camps d’internement, ou encore le statut des apatrides. Écrire sur les dernières années de Benjamin, c’était aussi entendre notre actualité la plus cruelle.

Une présentation de Les désordres du monde. Walter Benjamin à Port-Bou

Avant d’arriver à ce livre, il y aura d’abord eu une série de courts textes et photographies issus d’un premier séjour à Port-Bou. Je les ai mis en ligne sur mon site, formant un ensemble possible mais inachevé. Comme un dialogue.


C’est Stéphanie Polack, mon éditrice chez Fayard, qui m’a proposé de prolonger ce geste, d’en faire un livre. De ce moment numérique, il fallait faire autre chose, accompagner autrement le dialogue, trouver une autre forme, une autre respiration. 


Aussi pour écrire, je commence par lire. 
L’idée était de partir de ce lieu, de ce village de Port-Bou, de ce lieu, de sa réalité contemporaine et de remonter le temps jusqu’à la mort de Benjamin. Comme je ne voulais pas faire de fiction, je commencé par relire les biographies de Benjamin et les différentes correspondances traduites, et quelques livres de témoignages. L’idée était de suivre les dernières années de Benjamin à partir de son exil. Très vite la question du temps de Benjamin, l’époque historique que traverse Benjamin s’est imposée. Il fallait lire sur les dernières années politiques de la troisième république française, la vie politique de Philippe Pétain et les premiers temps de l’occupation nazie. En croisant le parcours de Benjamin et l’Histoire française, je me suis également penché sur les camps de concentration français, ainsi que sur les politiques d’accueil des réfugiés en France, dans une assourdissante résonance avec le contemporain. 


Lire, découvrir et relire. C’est finalement ce que permet encore et toujours la fréquentation de Benjamin. Ce livre cherche à en être modestement le témoignage en cherchant à dire ma propre trajectoire vers cet auteur. Comment un individu comme moi peut découvrir Benjamin ? Comment arriver vers lui ? Quels échos et quels effets produisent les livres dans les vies et dans l’écriture ?


Une présentation du livre

A Port-Bou, en 1940, modeste port méditerranéen niché dans un creux des Pyrénées, sachant que les autorités franquistes étaient sur le point de le remettre à la police française collaborationniste qu’il fuyait, Walter Benjamin s’est suicidé. Avec lui, c’est une part de la conscience européenne qui a trouvé la mort. 


Sébastien Rongier s’est retrouvé par hasard dans la petite localité espagnole, lieu à la fois solaire et tragique où les apports majeurs de l’écrivain et philosophe allemand à l’histoire de l’art et de la pensée prennent un relief particulier.

 A Port-Bou, Sébastien Rongier cherche les traces de Walter Benjamin. Il se remémore les dernières années du philosophe, l’exil parisien, les amitiés, la fuite, et tout ce que son œuvre a pu apporter à ses propres réflexions, mais aussi de prendre conscience de la fragilité d’une pensée face au totalitarisme. Car ici, celui qui avait à cœur de penser en dehors des systèmes s’est retrouvé acculé dans une impasse par le pire des systèmes qui soient. Et c’est autant l’impossibilité de penser autrement que celle de fuir qui a conduit le lecteur infatigable de Baudelaire, le traducteur de Proust et le flâneur des passages parisiens à son geste fatal. 


En ce début de XXIème siècle, cette impossibilité ne menace-t-elle pas à nouveau ?


Un extrait de Les désordres du monde. Walter Benjamin à Port-Bou


Dans Chroniques berlinoises, Walter Benjamin évoque une marche avec un « demi-pas de retard ». Suivant la voie tracée par Baudelaire, cette marche participe du mouvement critique induit par Benjamin comme renversement de la continuité historique, et même comme action révolutionnaire : « vaincre le capitalisme par la marche à pied » (« Überwindung des Kapitalismus durch Wanderung », Fragment, 113, (1921), la phrase n’apparaît pas dans la traduction française. Florent Perrier a signalé cette phrase dans un article sur Palmier. Marc Jimenez m’a rappelé la phrase originale). Ce qui se tisse dans cette marche du demi-pas de retard, c’est le double travail dialectique de la distance et de l’implication. Face à la mise au pas de la pensée, le retard socratique ou benjaminien est une forme d’éloignement pour découvrir failles et brèches, images inédites et critiques, bientôt appelées images dialectiques. 
[…] 
Le retard figure quasiment le rythme du flâneur, si essentiel à Benjamin pour penser Baudelaire comme écrivain retardataire. La marche servait à Benjamin de contretemps rythmique pour penser l’Histoire. Sans doute est-ce le plus grand héritage que Benjamin reçoit de Franz Hessel. Les deux amis se rencontrent tôt, s’apprécient et travaillent ensemble, notamment à la traduction de Proust dans laquelle Hessel se plonge plus que tout autre. Mais ce que Benjamin apprend de Hessel, c’est cet art de la marche du flâneur qu’on peut lire dès l’incipit de Promenades dans Berlin, qui sera un modèle d’écriture pour Benjamin : « Marcher lentement dans les rues animées procure un plaisir particulier. On est débordé par la hâte des autres. C’est un bain dans le ressac. » 


Cependant, les pièges de l’accélération guerrière auront raison de la marche de Benjamin, devenue si lente, par la force des choses. Ou plutôt l’absence de force. L’épuisement de Benjamin, la lenteur de sa fuite, sont les symptômes de l’écroulement de l’Europe. Le corps même de Benjamin concentre cette densité du désastre. Port-Bou est l’épuisement de l’espoir, son retard tragique. Il aurait suffi d’un jour pour que Benjamin traverse la frontière sans encombre et soit sauvé. Il n’en sera rien. Benjamin se suicide après avoir confié ses derniers manuscrits à son entourage, après avoir caché un peu partout en Europe son travail, sa vie éparpillée, fragmentée par les temps meurtriers du nazisme, de l’État français collaborationniste et de l’indifférence de l’Espagne franquiste. Benjamin ne pouvait plus être nulle part. La nasse s’est refermée sur lui et a effacé ses traces et la mémoire de sa mort avant que quelques amis et intellectuels ne rassemblent, dans le retard des vies mutilées, les bribes d’une pensée, l’expérience fragmentaire d’une écriture en parfaite résonance avec son temps, en parfaite résonance avec l’invitation baudelairienne de l’écrivain retardataire.

 

***Ciné / Imaginaire

 

Dans une semaine aura lieu la 

JOURNÉE DE FORMATION "PASSEURS D'IMAGES"

de la région Occitanie.

jeudi 19 octobre 2017 10h - 17h

Auditorium de la Médiathèque André Malraux

1 place du 14 juillet (34500) Béziers 

 

Plus que quelques jours pour vous inscrire à cette journée !

 

Cette journée de formation / sensibilisation aura pour axe thématique « L’organisation des séances accompagnées ». L’objectif est de faire le point sur différents axes d’actions de l’éducation à l’image, les outils à disposition, et les enjeux de son développement. Cette journée alternera interventions formelles, débats et expérimentations pratiques. Elle est gratuite et ouverte, sur inscription préalable, à tous les porteurs de projetS du dispositif PASSEURS D’IMAGES, et plus généralement à tous les professionnels et animateurs d’association concernés par l’éducation à l’image.

 

> Pour vous inscrire à cette journée (inscription préalable obligatoire), merci de remplir l’inscription en ligne en cliquant sur le lien suivant : 

<https://framaforms.org/inscription-a-la-journee-passeurs-dimages-du-19-octobre-2017-a-beziers-1506437266>

 

Vous trouverez en pièce jointe , le programme définitif de cette journée (attention petits changements par rapport au pré-programme) :

Echanges / Expérimentations pratiques / Débats / Interventions de Guillaume Hoenig  et Raphaëlle de Cacqueray 

 

 



Passeurs d’images est un dispositif d’éducation à l’image hors temps scolaire, qui consiste à rendre accessibles des pratiques liées au cinéma et à l'audiovisuel à des personnes qui en sont éloignées, entre autres pour des raisons géographiques, économiques, culturelles ou sociales.
Il allie deux actions complémentaires : le voir et le faire, la diffusion et la pratique.

Pour la nouvelle région Occitanie, la coordination régionale du dispositif Passeurs d’Images, est assuré par l’association LA TRAME (<http://la-trame.org/>) en partenariat avec l’association CINEMAGINAIRE (<http://cinemaginaire.org/>). Vous trouverez sur ces deux sites toutes les informations actualisées concernant le dispositif Passeurs d’Images.


€ L'appel à projet Passeurs d'Images 2018

Cet appel à projets Passeurs d'Images de la DRAC Occitanie s’adresse à toute structure ou collectivité désireuse de mettre en place un projet sur un territoire prioritaire (quartiers en contrats de ville ou zone de revitalisation rurale) et pouvant s’inscrire dans le cadre du dispositif pour l’année 2018.

Atelier de pratique artistique, séance de cinéma accompagnée, atelier de programmation, atelier de sensibilisation...
Si vous souhaitez monter un projet d'éducation à l'image en 2018 et bénéficier du soutien du dispositif, vous trouverez ci-dessous le dossier de l'appel à projet en PDF (d’autres formats de téléchargements sont disponibles sur les deux sites Cinémaginaire et la Trame).
Merci
de prendre contact avec l'association La Trame avant le 15 octobre 2017 pour d'éventuels ajustement sur vos projets, les dossiers devront être envoyés avant le 31 octobre 2017.
> télécharger l'appel à projet PASSEURS D'IMAGES 2018 - pdf (213 KB)   <http://cinemaginaire.org/images/documents/PDI2018.pdf>

        Cinémaginaire

réseau cinéma de proximité en Pyrénées Orientales

contact@cinemaginaire.org

<http://cinemaginaire.org

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans philosophie
commenter cet article
28 septembre 2017 4 28 /09 /septembre /2017 09:59
Bruno Tackels (édition Actes-Sud sept. 2017) - Brochure du MUME : colloque W. Benjamin - Film italien sur WB (inédit à ce jour)
Bruno Tackels (édition Actes-Sud sept. 2017) - Brochure du MUME : colloque W. Benjamin - Film italien sur WB (inédit à ce jour)
Bruno Tackels (édition Actes-Sud sept. 2017) - Brochure du MUME : colloque W. Benjamin - Film italien sur WB (inédit à ce jour)
Bruno Tackels (édition Actes-Sud sept. 2017) - Brochure du MUME : colloque W. Benjamin - Film italien sur WB (inédit à ce jour)

Bruno Tackels (édition Actes-Sud sept. 2017) - Brochure du MUME : colloque W. Benjamin - Film italien sur WB (inédit à ce jour)

  Intel·lectuals i compromisos a l’època contemporània

Cent anys després de la Revolució d’Octubre

Col·loqui Internacional Walter Benjamin

del 28 al 30 de setembre i 8 d’octubre de 2017

  •  El pròxim dijous, 28 de setembre, a les 18:00h, s’inaugurarà a la Facultat de Lletres de la Universitat de Girona el Col·loqui Internacional Walter Benjamin.
    El col·loqui, que organitzen la Càtedra Walter Benjamin, Memòria i Exili de la Universitat de Girona (CWB) i el Museu Memorial de l’Exili (MUME), té com a eix temàtic els compromisos i les actituds dels inte·lectuals en l’època contemporània.
    El col·loqui compta amb la co-organització de l’Institut Català Internacional per la Pau (ICIP), el Memorial Democràtic, l’Observatori Europeu de Memòries de la Fundació Solidaritat de la Universitat de Barcelona (EUROM).
    En l’organització hi col·labora també l’Ajuntament de Portbou, l’Associació Passatges de Cultura Contemporània, el programa europeu MEFRO (Memòries Europees de les Fronteres) vinculat a la Universitat de Perpinyà, el col·lectiu Guerrilla Comunicacional, Radio 3 i la Nau Côclea. Així mateix, el col·loqui té el suport de la Diputació de Girona. 
  •  El dijous, 28 de setembre, i el divendres, 29 de setembre, el col·loqui tindrà lloc a la Sala de Graus de la Facultat de Lletres de la UdG. En el marc del col·loqui, el 29 de setembre, a les 19:30h, es farà l’acte de lliurament de la III Edició del Premi Internacional Walter Benjamin (“Reconeixement a un treball assagístic inèdit”) 
  •  El dissabte, 30 de setembre, les ponències del col·loqui continuaran a Portbou (Centre Cívic Ca l’Herrero), on també es portarà a terme, durant la tarda, una visita guiada al Memorial Passatges de Dani Karavan i una sessió dedicada a cinema, memòria i compromís que comptarà amb la realització oberta al públic del programa “El séptimo vicio” de Radio 3 i la projecció de la pel·lícula "Equí y n'otru tiempu", amb la presència del seu director Ramón Lluís Bande. 

       

Hi haurà un bus a disposició dels participants i assistents al col·loqui per al desplaçament de Girona a Portbou el dia 30 de setembre que sortirà a les 8:30h. Les places són limitades.

El diumenge, 8 d’octubre, a partir de les 8h, es farà la ruta a peu de Banyuls a Portbou en homenatge a Walter Benjamin i a totes les persones que fugien del nazisme durant la II Guerra Mundial. De la mà del Centre de Creació Contemporània Nau Côclea, el col·lectiu “Nicomedes Mendes”, durant el trajecte, realitzarà la intervenció poètica i artística “Emboscada”.

Sortida en bus des de Portbou. Cal apuntar-se abans del 30 de setembre a l’Oficina de Turisme de Portbou (0034) 972 125 161.

Informacions pràctiques per a participar als actes del Col·loqui Internacional Walter Benjamin:

    

Assistència gratuïta al Col·loqui Internacional Walter Benjamin Inscripció fins al 24 de setembre de 2017
info@museuexili.cat
+34 972556 533

Les seus del col·loqui seran:
Girona: Sala de Graus, Facultat de Lletres (Barri Vell), Universitat de Girona Portbou: Centre Cívic Ca l’Herrero

    

Les llengües del col·loqui seran les originals dels ponents i hi haurà traducció simultània del francès al català, i del català i el castellà al francès.

    

Per fer la ruta a peu del 8 d’octubre, que comença a les 8 del matí des de Portbou, cal inscriure’s prèviament per telèfon al 972125161. L’autobús que duu la gent de Portbou a Banyuls on comença el camí té un preu de 5€. Cal anar ben calçat i tenir una preparació física suficient. La ruta dura unes tres hores de pujada (700 m de desnivell) i dues de baixada.

Accediu al programa complet del col·loqui a: Col·loqui WB 2017

Més informació general: 972 556533 www.museuexili.cat info@museuexili.cat, i Càtedra Walter Benjamin cwb@udg.edu

 

 

*Association Walter Benjamin sans frontières (Banyuls)

***Vendredi 13 octobre, à Banyuls : CAFE PHILO sur "W. Benjamin et les expériences de la drogue", par André ROGER, psychanalyste. 

 

Au restaurant/bar-tapas de Banyuls, avenue Gal de Gaule, premier étage, entrée libre.

 (pas d'obligation de consommer, ni stupéfiant, ni café, ni apéro…) Dialogue, échanges…

 

 

***17 octobre :

Mardi 17 Octobre à partir de 18h00 LIBRAIRIE TORCATIS

Rencontre avec SEBASTIEN RONGIER

pour son ouvrage LES DESORDRES DU MONDE - Walter Benjamin à Port-Bou 

paru aux éd. Pauvert

 

Conscient que sa tentative de fuir l'Europe était vouée à l'échec, Walter Benjamin s'est suicidé à Port-Bou en 1940. Avec lui, c'est une part de la conscience européenne qui a trouvé la mort.

 

Avec l'association Walter Benjamin

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans philosophie
commenter cet article
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 12:30
Café philo à Banyuls
Café philo à Banyuls
Café philo à Banyuls

Café philo à Banyuls

Le quatrième café philo organisé par l'Association Walter Benjamin "sans frontières" dont le siège social est à Banyuls (mas Joachim) aura lieu jeudi 18 mai à 18h30 à la salle J.Jaurès de la mairie de Banyuls (entrée par la place Dina Vierny, où se trouve le monument aux morts de Maillol, à gauche dans le jardin).

-entrée libre. Echange convivial...

 

Après avoir abordé le thème du flâneur, avec le Baudelaire, des femmes et des passions du philosophe, en divers lieux (9 caves, café Le Rivage...)  nous organisons une initiation au philosophe à partir du livre d'Amin Bouganim sur WB : débat organisé par Francine Kaplan-Ryan.

 

**à suivre :

 

JUIN :

 

-le 3 : conférence d'A.Badia sur WB et Machado…(Titre: "Quand on laisse la bibliothèque, qu'emporte-t-on dans la mallette? Benjamin-Machado-Tosquelles") -

 le matin à Banyuls (11h, salle Jaurès) entrée libre.

 

 et à 19h à Portbou (salle du Centre Civic, gratuit) et entre-deux : happening, liaison des 2 villes par mer, en canoë, si le temps le permet ou par le chemin WB…à pied !

 

Contact : 06 31 69 09 32

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans philosophie
commenter cet article
24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 09:04
Jean-Pierre Bonnel, à l'entrée du cloître de St-Génis des Fontaines - Asja LACIS - Buste de W.Benjamin par Jula COHN
Jean-Pierre Bonnel, à l'entrée du cloître de St-Génis des Fontaines - Asja LACIS - Buste de W.Benjamin par Jula COHN
Jean-Pierre Bonnel, à l'entrée du cloître de St-Génis des Fontaines - Asja LACIS - Buste de W.Benjamin par Jula COHN

Jean-Pierre Bonnel, à l'entrée du cloître de St-Génis des Fontaines - Asja LACIS - Buste de W.Benjamin par Jula COHN

* Walter BENJAMIN et les FEMMES :

conférence sur ce thème,  le Jeudi 26 janvier 2017, à la galerie d'art du cloître de Saint-GENIS des Fontaines (1er étage, à partir de 18h30), sous l'égide de l'Association W. Benjamin.

 

*Exposé par Jean-Pierre Bonnel, écrivain, président de l'Association : attention, changement, ce sera au FOYER du cloître, porte à droite, à l'entrée du cloître : un panneau est installé.

Photos de femmes - apéritif...

 

Contact : 06 31 69 09 32 - Entrée libre

 

Partenaires : Mairie de St-Génis des Fontaines - Mairie de BANYULS/MER - CD 66 - Les 9 CAVES, à BANYULS - Cave L'ETOILE

 

- - -

La gauche de gouvernement a voté : virage à gauche..? BENOITEMENT, HAMON...

 

*VALLS : s'il avait pu utiliser le 49.3, ça aurait été utile à ce petit dictateur... Etre Catalan n'excuse pas tous...

 

*SYLIVIA : à la fois secrétaire d'Etat et sur la liste de Delga, quel dégât : elle a su réciter de façon mécanique et impassible, et a réussi à ne pas bouger sa mèche noire sur le front...Quel exploit !

 

*Benhamias : nous a bien amusés, tout en disant des vérités. Ce fut une respiration dans ce débat rigide et asphyxiant !

 

*Montebourg : a moins fait le fier, le m'as-tu-vu, moins méprisant, moins ricaneur, et par là, moins convaincant, sans projet moderne. Transparent...

 

*HAMON : la nouveauté vient de HAMON qui, benoîtement, avança l'idée neuve, insolite du "revenu universel" à 350 milliards, nourrissant le chômeur comme la Bettencourt ! Avouant ainsi que le chômage était invincible et que la solution consistait à ne plus travailler, d'être assisté pour oublier le mot "chômage"…

 

*PEILLON, le sage philosophe a bien compris le danger; il a, dans les cordes, poussé le vieux copain. IL distribua quelques idées et bons et mauvais points, se situant ainsi en juge central, mais aussi en candidat secondaire…

JPB

 

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans philosophie
commenter cet article
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 08:41
W. Benjamin - J. P. Bonnel - Article de Pascale RAIX  -   (C) L'Indépendant catalan
W. Benjamin - J. P. Bonnel - Article de Pascale RAIX  -   (C) L'Indépendant catalan
W. Benjamin - J. P. Bonnel - Article de Pascale RAIX  -   (C) L'Indépendant catalan

W. Benjamin - J. P. Bonnel - Article de Pascale RAIX - (C) L'Indépendant catalan

* Walter BENJAMIN et les FEMMES :

 

conférence sur ce thème,  le Jeudi 26 janvier 2017, à la galerie d'art du cloître de Saint-GENIS des Fontaines (1er étage, à partir de 18h15), sous l'égide de l'Association W. Benjamin.

 

*Exposé par Jean-Pierre Bonnel, écrivain, président de l'Association. 

Projection de photos. Apéritif 

 

Contact : 06 31 69 09 32 - Entrée libre

 

- - -

 

 

                                            

Walter Benjamin Sans Frontières 

    W B S F 66650 BANYULS S/MER – 

 

Association à but non lucratif déclarée sous le régime de la loi 1901 - * W661002211  

Blog : http://walterbenjamin.canalblog.com   Contact : 7 route de Bages - 66180 Villeneuve de la Raho –   06 31 69 09 32  -

 Courriel : jean-pierre.bonnel@orange.fr  

 

 

CALENDRIER  2017

 

 

JANVIER

 

 

Du  4 au 31 

Du lundi au dimanche inclus

9h30 à 12 h

14h à 17h

Vendredi 6

17 h

 

 

ST GENIS DES FONTAINES

 

 

*Expositions – 4 artistes au cloître de St Genis -  13 rue Clémenceau -

¤ Anie Tor,  Annie Fforde,  Joanna Leon et Carlo Maiolini.

 

sous l’égide de l’association  Walter Benjamin Sans Frontières 

  

 

 

*Vernissage   

   Contact : Carlo  Maiolini : 06 08 96 84 38

 

04 68 89 84 33

Entrée libre

Si visite du Cloître =

 2 euros 

Gratuit pour les moins de 12 ans

 

- - -

 

Lundi 16

18 h 

BANYULS

Café "Le grand large" à Banyuls (front de mer)

 

: Café philo : poèmes de Baudelaire – Baudelaire par Walter Benjamin – 

thème du flâneur

 

Anne Marie LLambrich

Jean-Pierre Bonnel

06 31 69 09 32

Entrée Libre

 

 

- - -

 

 

Jeudi 26

ST GENIS

*Exposé – W.B. et les femmes par Jean-Pierre Bonnel

 

Jean-Pierre Bonnel

06 31 69 09 32

Entrée libre

 

- - -

 

 

FEVRIER

Vendredi 10

18h30

BANYULS

9 caves 

*Lectures théâtralisées – Hanna Fiedrich – Comédienne - 

 

Les 9 caves

Jean-Pierre Bonnel

06 31 69 09 32

Participation pour la comédienne

 

- - -

 

 

MARS

Samedi 4 

10h à 12h 

Médiathèque

Le Boulou

*Café philo – Vidéo – Lectures – Dédicaces.

 

Jean-Pierre Bonnel

06 31 69 09 32

Entrée Libre

 

- - -

le 10 mars : Conférence d'André ROGER, psychanalyste , sur les frontières" (Bnyuls, salle Novelty) 18h30. entrée libre 

 

- - -

Vendredi 17 mars, 18h

 

Médiathèque Le Boulou

 

*Présentation des associations catalanes et françaises autour de l’œuvre de W.B. (Passatjes à Port Bou)  Pilar Parcerisas et Jean-Pierre Bonnel

 

Jean-Pierre Bonnel

06 31 69 09 32

Entrée Libre

 

- - -

 

AVRIL

MAI

A préciser

BANYULS

*Conférence  J.L. Bailleret – Vermuche – Présentation de son livre

 

Jean-Pierre Bonnel

06 31 69 09 32

Entrée libre

 

- - -

AVRIL

 

Mardi 4 au

30 avril 

10h à 23h

Vendredi 7

18h30

BANYULS S/MER

9 Caves

 

 

 

*Expositions : 8 artistes. 

 

Horaires le dimanche de 10h à 16h. 

 

*Vernissage 

 

                  Les 9 caves

 

Jean-Pierre Bonnel

06 31 69 09 32

Entrée libre

 

- - -

Conférences :

Gérard Malgat, écrivain, docteur en espagnol: sur 1937: WB./Guernica

 

 

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans philosophie
commenter cet article
13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 09:06
Jeanne et Baudelaire
Jeanne et Baudelaire

Jeanne et Baudelaire

Café philo sur le flâneur :

après un début à la bibliothèque de Banyuls, sur W.Benjamin et la photographie, une deuxième réunion au restaurant "les 9 caves" (Banyuls) sur Baudelaire, voici un 3° café philo au bar du front de ler "Le grand large", sur Baudelaire, le fla^neur et l'étude de W.Benjamin...Venez nombreux !

 

Nom de l’événement : Café philo de l'Association Walter Benjamin

Date : lundi 16 janvier à 18,30 heures

Lieu : café "Le grand large" (front de mer, à Banyuls : à droite avant le rond-point central de la mairie)

Description : Echange sur Baudelaire, sur le thème du flâneur, sur le Baudelaire de W. Benjamin - lectures de textes de W.Benjamin sur le poète

 

Tarif : entrée libre - ouvert à tous, adhérents ou pas de l'association.

Contact : J.Pierre Bonnel 06 31 69 09 32

 

- - -

Baudelaire

de Walter Benjamin

 

* Charles Baudelaire |  Walter Benjamin

Un poète lyrique à l’apogée du capitalisme

 

Préface de : Jean Lacoste

 

 

Genre : Philosophie

Collection : Petite Bibliothèque Payot | Numéro : 39

 

Poche  | 304 pages.  | Paru en : Mars 2002  | Prix : 9.95 €

 

GENCOD : 9782228895484  | I.S.B.N. : 2-228-89548-2 

Editions : Payot

 

 

« Je veux montrer comment Baudelaire est enchâssé rigoureusement dans le XIXe siècle », écrit Walter Benjamin à Gershom Scholem.

 

Dans cette lecture très novatrice, qui se situe aussi bien à l'écart de la critique littéraire que d'une analyse sociologique, il ne s'agit pas de décrypter dans les thèmes baudelairiens les bouleversements économiques et sociaux mais, par un effet de miroir, d'éclairer les uns par les autres. Le développement d'une société industrielle de masse, l'avènement d'un prolétariat, l'expérience de la foule dans une grande ville, celle du choc, la marchandise, la "perte d'auréole" du poète, autant de situations exemplaires à partir desquelles Baudelaire – le premier à avoir appréhendé la force productive de l'homme réifié – ici rapproché de Blanqui et de Nietzsche, invente, selon Benjamin, un héroïsme moderne.

« …Ces documents  ne permettent pas seulement de reconstruire la structure du livre avec une précision relative, souligne Agamben dans l’introduction de l’ouvrage, ils permettent aussi d’éclairer de manière inattendue à la fois la genèse et l’évolution de l’œuvre et, de manière plus générale encore, l’ensemble de la méthode de travail du dernier atelier de Benjamin. »

 

Ce chantier ou work-in-progress, comme l’explique Agamben, met au jour « dans son processus même le modèle d’une écriture matérialiste telle que Benjamin l’appelait de ses vœux : une écriture dans laquelle non seulement la théorie illumine les processus de création, mais où ces derniers jettent à leur tour une nouvelle lumière sur la théorie. »

 

En effet, il est désormais permis de réaliser combien son goût bien connu des citations était sérieux et ses collections primordiales à l’architecture de sa pensée, nécessaire à  son esprit minutieux. C’étaient les matériaux de construction essentiels grâce auxquels il érigeait son édifice.

 

« La recherche doit s’approprier les matériaux dans les détails, elle doit analyser les différentes formes de son développement (Entwicklungformen) et en retracer l’articulation intérieure (inneres Band). Ce n’est qu’une fois que ce travail a été mené à bien que le mouvement réel peut être exposé de manière convenable. Si cela marche, si la vie du matériel (das Leben des Stoffs) se présente de  manière idéalement réfléchie, on peut croire alors qu’on a affaire à une construction a priori. »

Et de fait, cette méthode de travail éclaire magistralement et définitivement, la célèbre phrase de Benjamin : « les citations sont comme des voleurs de grands chemins qui surgissent en armes et dépouillent le promeneur de ses convictions. » Cette phase de sa méthodologie, il la qualifiait aussi de « dépouillement de la littérature ».

 

Benjamin croyait que tout ce qui est écrit porte déjà la réponse à ses propres questions, et il suffisait de scruter, de décortiquer,  d’analyser, de mettre en relation, en correspondance les textes et il s’y employait si bien qu’à la découverte de ce Baudelaire reconstitué, on mesure l’ampleur du monument encyclopédique et philosophique qu’il bâtissait. Il avait tout lu de et sur Baudelaire, et tout ce qui pouvait le ramener à lui et à son œuvre.

 

« On trouve dans la méthode de Benjamin comme une reprise de la doctrine médiévale selon laquelle la matière contient déjà en elle toutes les formes et se trouve déjà pleine de formes à l’état « inchoatif » et potentiel, relève Agamben, la connaissance revient alors à faire advenir à la lumière (eductio) ces formes cachées (inditae) dans la matière. »

Ainsi au fur et à mesure de ses lectures et relectures, il créait sa documentation, sa réserve de matériaux littéraires, poétiques et philosophiques, emmagasinait des fragments de textes, tirait des fils conducteurs, extrayait des mots-clé, traquait des notions récurrentes, capturait les correspondances qui lui sautaient à l’esprit. Le livre s’écrivait pour ainsi dire seul.

 

Benjamin avait saisi cette chose fascinante et capitale que « l’esprit et sa manifestation matérielle fussent liées au point d’inviter à découvrir partout des correspondances […], leur capacité à s’illuminer réciproquement lorsqu’on les mettait dans le rapport convenable, et à vouer à une inutilité manifeste tout commentaire explicatif ou interprétatif », savait Hannah Arendt.

 

Et Arendt de préciser : « L’intérêt de Benjamin allait à l’affinité qu’il pouvait percevoir entre une scène dans la rue, une spéculation en Bourse, un poème, une pensée ; au fil caché qui les reliait et permettait à l’historien ou au philologue de reconnaître qu’il fallait les rattacher à la même période. »

 

Benjamin s’émerveillait ainsi de ses superbes et multiples découvertes. L’Eternité par les astres de Louis Auguste Blanqui fut par exemple pour le penseur une fascinante révélation.

 

 

** On croyait tout savoir ou presque du travail de Walter Benjamin dans ses dernières années : son labeur acharné à la Bibliothèque nationale sur Paris au xixe siècle, ses rapports difficiles avec ses commanditaires, Adorno et Horkheimer, qui refusent son Paris du Second Empire chez Baudelaire et se montrent fort réticents envers tout son travail sur Baudelaire. On pensait que Benjamin, isolé, étranglé par les difficultés matérielles, avait fini par se plier, par renoncer à un Baudelaire autonome.

 

Désormais, nous savons qu'il n en est rien. C'est que Giorgio Agamben a découvert dans le placard des dépôts de la Bibliothèque nationale une liasse de feuillets manuscrits que Benjamin avait confiée à Georges Bataille conservateur de la BN à l époque avant de quitter Paris en 1940. 

Ces manuscrits, pour la plupart inédits jusqu'à aujourd'hui, contiennent une abondance de notes et de textes préparatoires à son Baudelaire, et le plan du livre auquel il travaillait sans relâche, au point d en faire le centre secret de son oeuvre, évidant, dévorant par l'intérieur le projet sur Paris. Le présent ouvrage reconstitue le Baudelaire de Benjamin d après ces notes, d après ce plan. Il bouleverse la conception traditionnelle du dernier Benjamin, en éclairant son mode de travail : c est presque par-dessus son épaule qu on assiste à l'accumulation des documents, aux ébauches d écriture, aux étapes de la rédaction. Les textes connus sur Baudelaire, jusque-là épars et sans lien entre eux, prennent ici tout leur sens et leur cohérence apparaît de façon lumineuse. L ensemble a été traduit par Patrick Charbonneau, l'un des meilleurs spécialistes de la littérature allemande moderne. Un livre à la fois philologique et passionnant, indispensable à tous les amis de Walter Benjamin.

 

**L’histoire est séduisante. En 1981, alors qu’il travaille à la Bibliothèque nationale, Giorgio Agamben découvre quelques indices dans une lettre de George Bataille. Puis il trouve une enveloppe dans les étagères contenant quelques feuillets de Walter Benjamin qui vont redessiner l’architecture du Passagenwerk. Il alerte l’éditeur italien et Rolf Tiedemann, mais les deux hommes ne peuvent rien faire: le livre va paraître et aucune modification n’est possible. La question intéresse quelques spécialistes, mais pas davantage.

Giorgio Agamben n’est pas satisfait et, une fois les droits libres, il propose aux éditeurs de publier le Baudelaire de Benjamin, selon les nouvelles indications inédites. Si les pages inconnues au lecteur constituent une partie marginale de cette édition, l’objectif d’Agamben consiste surtout à donner corps à un texte original et à montrer toutes les phases de son évolution. Des éléments nouveaux naissent ainsi du croisement entre feuillets inédits (Benjamin ne pouvant plus se procurer du papier, il écrivait au verso des lettres et des reçus ou sur des tracts publicitaires San Pellegrino trouvés dans un café), listes, lettres échangées avec Theodor Adorno et Max Horkheimer (qui jugèrent d’ailleurs avec sévérité le travail du jeune philosophe).

Le subjectif et l'universel

De cette nouvelle édition ressort toutes les difficultés que Walter Benjamin doit supporter entre 1938 et 1940, et surtout le fondement épistémologique de sa recherche sur Baudelaire, ou plus généralement sur la forme. Divisée en trois parties, la construction du texte montrent des analogies intéressantes avec la méthode iconologique d’Aby Warburg, notamment au sujet de l’articulation entre «subjectif» et «universel» dans la représentation de l’histoire et sur la possibilité de construire une «constellation» dialectique de faits historiques, monadiques, capable de libérer, aux yeux de l’interprète subjectif et présent, ce que Adorno définissait, avec dédain, «illumination profane». 

Didi-Huberman a mis en avant ces analogies et le rôle central de la revue Documents qui, grâce à Carl Einstein et ses rapports avec Fritz Saxl, a importé en France ces nouvelles connaissances. George Bataille dirigea la revue et Michel Leiris en était le secrétaire, faisant d’eux les protagonistes d’un deuxième carrefour intellectuel qui intéressa Walter Benjamin, le Collège de sociologie, où, en juillet 1939, ce dernier devait présenter sonBaudelaire. Mais le Collège arrêta ses séances quelques jours avant, à cause des différences de positions de Bataille, Caillois et Leiris. On sait d’ailleurs que ce dernier lut et commenta l’essai de Benjamin, qui présente d’ailleurs quelques analogies avec un texte de Leiris, Le Sacré et le Quotidien.

Inédits, grilles et notes utiles

Le développement du travail de Walter Benjamin a été reproduit par les éditeurs en sept chapitres. Dans le deuxième, «De la lecture à la documentation», se trouvent des notes issues de la lecture d'«Éternité par les astres» (publiés dans Gesammelte Schriften) et quelques notes inédites (dont un questionnaire de Benjamin sur Baudelaire: «Qu’est-ce que la sodomie?», «Quelle est la composition du laudanum?», etc.). Dans le troisième chapitre, «De la documentation à la construction», paraît la première tentative de disposition du Baudelairebuch que l’auteur classe par des couleurs différentes et des indications alphanumériques. La partie suivante, «Vers le texte», démontre un développement ultérieur, enrichi par des réflexions métatextuelles: c’est dans cette section que se trouve une grande partie des inédits, grilles et notes utiles pour comprendre la nouvelle disposition des matériaux. 

La section «Première rédaction partielle» montre un premier noyau définitif sur «Paris à l’époque du Deuxième Empire chez Baudelaire», texte déjà connu qui devait constituer la deuxième des trois parties du livre; les éditeurs y ajoutent une dizaine de variantes inédites. La section «Nouvelle rédaction partielle» remonte aux pages centrales de 1939 quand Benjamin, rentré d’un séjour au Danemark, reçoit une lettre d’Adorno l’informant que son texte n’a pas été accepté par le comité de lecture du Zeitschrift fuer Sozialforschung

La modernité du capitalisme et ses ombres inhumaines

Walter Benjamin se remet donc au texte en mars 1939 et dessine quatre nouvelles catégories dans lesquelles il reclasse les documents selon les indications du philosophe –«Passage», «Foule», «Trace», «Valeur d’échange»– ce qui aboutit au texte Ueber einige Motive bei Baudelaire, qui paraît ici enrichi par des nouveaux fragments inédits ou inconnus du grand public. Dans la dernière partie, «Au-delà du texte», l’auteur se réfère aux «thèses» conçues pour être une «armature théorique» pour la rédaction du deuxième essai sur Baudelaire.

 

Finalement, l’atelier «benjaminien» est restitué par les éditeurs avec humilité et détaché de toute tentation commerciale. Un fascinant aperçu du travail intellectuel se dévoile, conçu comme une recherche continue. Baudelaire est le kaléidoscope privilégié à travers lequel Walter Benjamin interroge la modernité du capitalisme et ses ombres inhumaines; si la direction entreprise par Walter Benjamin est contraire à celle du roman, une intention épique prend forme, qui est le pendant de celle de Baudelaire, où le sujet disparaît et la forme devient «allégorique» (les liens organiques ont été détruits et toute la misère du monde bourgeois en ressort). 

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans littérature philosophie
commenter cet article
22 septembre 2016 4 22 /09 /septembre /2016 11:04
Maria MAILAT - Colloque et exposition à Portbou
Maria MAILAT - Colloque et exposition à Portbou

Maria MAILAT - Colloque et exposition à Portbou

*Journées commémoratives Walter BENJAMIN :



- 23 septembre : "l'Association W.Benjamin sans frontières", à Banyuls : 2 conférences en français :
 
-vendredi 23/9/2016 : 18h30, salle Novelty (entrée libre)- parking gratuit


Présentation de  l'application Chess-border de Franck ANCEL, et de son disque. 
CHESS-BORDER
par  Olivier Guillerminet


Chess-border est une application, avec création sonore permanente, géo-localisée et située sur la frontière franco-espagnole entre Cerbère et Portbou.
Cette œuvre est gratuite et collaborative à partir d’une mise à jour de l’installation de Franck Ancel de 2003, sur la frontière franco-espagnole à travers les Pyrénées face à la Méditerranée ; dans l’optique de diffuser à chaque date anniversaire du décès de Walter Benjamin une composition en temps réel sur les réseaux depuis ce territoire.


L'exposé sera suivi à 20h30 du lancement de la cuvée Le Rayon Vert, un vin local et nature aux 9 Caves avec Baptiste Houssin.
 
 
-à 19h : exposé de Maria Mailat, romancière, psychologue, spécialiste de Kafka (livre publié chez Fayard, Paris) et de W.Benjamin : "Les passages/messages de WB", titre de son intervention.
Elle rencontrera les lycéens, débat, repas avec le proviseur et le bureau de l'Association, le 26 septembre, au lycée d'Argelès.
 
-à 20h30 : ceux qui le veulent se retrouvent au café-restaurant Les 9 caves, autour de tapes et de bons vins.
 


 ***Samedi 24 : colloque WB à Portbou

 

***Diamanche 24 : rando culturelle sue le chemin WV : commenatires, lectures; départ à 8h30 parking Puig del Mas - Arrivée à Portbou vers 15h_ contact : JPBonnel (06 31 69 09 32)


  

*** Journées commémoratives W.Benjamin :

 

Nous avons le plaisir de vous inviter à l'ouverture de l'exposition 

 

Les valises de Walter Benjamin. Dispositifs migratoires

Berlin- Bordeaux-Barcelone-Madrid-Portbou

 

qu'aura lieu le samedi 24 septembre, à 19h. à la Salle de Douanes de la Gare International de Port-Bou

 

et aux Actes Commémoratifs du 76ème anniversaire de la mort de Walter Benjamin,

le dimanche 25 septembre, à partir de 11h.

 

Amicalement,

 

Associació Passatges de Cultura Contemporània

 

www.passatgescultura.org

 

 

 

 

- - - Adhérer :

 

20 euros l'année (30 pour un couple, 10 pour un jeune, étudiant, chômeur…). L'adhésion permet de recevoir des informations et articles, d'assister aux réunions générales, aux conférences, d'obtenir des réductions sur:

 

-le spectacle annuel (lectures par un acteur de renommée nationale : 12 euros au lieu de 15)

 

-la randonnée culturelle Banyuls-PortBou (gratuit pour l'adhérent, sinon 5 euros)

 

 

-le livre de JPBonnel sur l'ultime chemin de WB (12 euros au lieu de 16)…

 

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans philosophie
commenter cet article
24 juillet 2016 7 24 /07 /juillet /2016 08:37
Conférence au théâtre de l'Archipel (JPB avec Hanna Fiedrich) - Avec Dany Karavan à Port-Bou - Conférence d'Alain Badia à Banyuls -  Une partie de l'équipe à la librairie Torcatis à Perpignan-
Conférence au théâtre de l'Archipel (JPB avec Hanna Fiedrich) - Avec Dany Karavan à Port-Bou - Conférence d'Alain Badia à Banyuls -  Une partie de l'équipe à la librairie Torcatis à Perpignan-
Conférence au théâtre de l'Archipel (JPB avec Hanna Fiedrich) - Avec Dany Karavan à Port-Bou - Conférence d'Alain Badia à Banyuls -  Une partie de l'équipe à la librairie Torcatis à Perpignan-
Conférence au théâtre de l'Archipel (JPB avec Hanna Fiedrich) - Avec Dany Karavan à Port-Bou - Conférence d'Alain Badia à Banyuls -  Une partie de l'équipe à la librairie Torcatis à Perpignan-
Conférence au théâtre de l'Archipel (JPB avec Hanna Fiedrich) - Avec Dany Karavan à Port-Bou - Conférence d'Alain Badia à Banyuls -  Une partie de l'équipe à la librairie Torcatis à Perpignan-

Conférence au théâtre de l'Archipel (JPB avec Hanna Fiedrich) - Avec Dany Karavan à Port-Bou - Conférence d'Alain Badia à Banyuls - Une partie de l'équipe à la librairie Torcatis à Perpignan-

 

L'Association Walter Benjamin aborde sa deuxième année d'existence. Beaucoup a été fait en 2015/2016. NOus abordons 2016/17 avec le sourire !

Une nouvelle équipe se met en place; nous faisons appel à nos lecteurs, au public de nos conférences de nous rejoindre, pour faire connaître l'oeuvre et la personnalité du philosophe allemand.

 

Tout en étant ancré à Banyuls, ville symbolique, la dernière avant la mort en exil à Port-Bou, nous agissons dans d'autres villes (Saint-Estève, Argelès, St-Cyprien...projets à Perpignan, Pézilla, Elne...) : l'association est, plus que "transfrontières" "sans frontières" !!!

 

"Moi Président..." je n'aurai pas le culot d'utiliser l'anaphore hollandaise...Je souhaite simplement agir dans un esprit positif et communautaire.

 

JPB

 

 

*Président d'honneur : Dany Karavan

 

 

 

-Extrait du compte-rendu de l'assemblée générale de l'association "Walter Benjamin sans frontières" du vendredi 15 juillet 2016 à Banyuls.

 

 *Remerciements à M. Le Maire de Banyuls qui est venu au début de notre assemblée.

 

www.association-walter-benjamin.fr

 

 

11 Présents (20 pouvoirs, 8 membres excusés) : Pilar Parcerisas, Michèle Martel, Alain Badia, Michèle Bayar, Madeleine Claus, Olivier Giraud, M.Laure et JMaurice Hakim, Francine Kaplan, Suzanne Razonls et JPBonnel.

 

 

* de 17h10 à 17h30 : rapport d'activité par JPB. : 

 

avec 7 conférences, un spectacle au Mas Reig, des randos culturelles à Banyuls, Puig del mas et Port-Bou, la présence à des salons du livre… l'association a touché environ 600 personnes. 

En outre, de nombreux articles ont permis à l'assoc. d'être repérée par les partenaires institutionnels et le grand public. Donc, une année positive…

 

 

*de 17h30 à 18 h, rapport financier et explications des dossiers de subvention, par M. Martel...

 

 

* Vote : JPBonnel est élu Président à l'unanimité des membres. Il remercie les adhérents et amis pour cette marque de confiance et pour le travail accompli depuis un a. un merci tout particulier à la trésorière qui a fourni aussi un gros travail de secrétariat et d'information auprès du CIRA et du CD66.

 

 

* Election du bureau :

 

 Pilar Parcerisas de Port-Bou est vice-présidente (elle est présidente de l'association "Passatjes", commissaire d'exposition (en ce moment sur Dali et Duchamp au musée de Cadaquès);

 

Madeleine Claus est vice-présidente;

 

Michèle Martel reste trésorière; 

 

Olivier Giraud, ingénieur et Suzannne Razonls, ancienne conseillère municipale de Banyuls sont secrétaires.

 

 

* Siège social : L'adresse officielle de l'Association est à présent chez Madeleine Claus (et Pedro Soler), Mas Joachim, Banyuls.

 

*Le secrétariat est : 7 route de Bages, 66180, Villeneuve de la Raho. 06 31 69 09 32.

 

 

*Questions diverses : perspectives et calendrier des prochains événements en discussion (surtout pour les journées commémoratives de septembre et octobre 2016) :

 

 calendrier :

 

 

Pour septembre 2016 : 

 

-10 septembre, forum des associations à Banyuls, toute la journée, entrée libre (mairie)

 

* "l'Association W.Benjamin sans frontières", à Banyuls : 3 conférences en français

 

-23/9/2016 : 17h30, salle Novelty (entrée libre)

Présentation de  l'application Chess-border de Franck ANCEL, et de son disque. 

L'exposé sera suivi à 20h30 du lancement de la cuvée Le Rayon Vert, un vin local et nature aux 9 Caves avec Baptiste Houssin.

 

-à 18h30 (même lieu), exposé de Jean-Louis Bailleret, historien de la Nièvre, sur le camp de Vernuche, près de Nevers (diaporama).

 

-à 19h30 : exposé de Maria Mailat, romancière, psychologue, spécialiste de Kafka (livre publié chez Fayard, Paris) et de W.Benjamin : "Les passages/messages de WB", titre de son intervention.

 

-à 20h30 : ceux qui le veulent se retrouvent au café-restaurant Les 9 caves, autour de tapes et de bons vins.

 

*le 24, visite de Port-Bou et du Mémorial - Rencontre avec Dany Karavan et l'assoc. "Passatjes".

 

*Le 25, rando culturelle Banyuls-PortBou, avec des étudiants allemands, lectures sur le chemin (guide: JP.Bonnel) - ouvert à tous - participation : 5 euros.

 

*Le 26 septembre, au lycée d'Argelès, Maria Maela rencontre les lycéens, débat, repas avec le proviseur et le bureau de l'Association.

 

*Hélène BLANQUER, directrice de la 

Médiathèque d'Argelès sur Mer

Espace Liberté

66700 ARGELES SUR MER

04 68 81 42 73

 

 nous invite le 30 septembre : création d'un fonds W.Benjamin (prêt de l'Association WB de Banyuls) et présentation de l'Association (à 18h)

 

 

* de même en octobre à la médiathèque de St-Cyprien.

 

*Octobre : exposition collective d'artistes (peintres et photographes) à Perpignan, impasse Dagobert, quartier Saint-Mathieu, non loin du conservatoire) sous l'égide de "assoc. W.Benjamin.

Avec Bazantay, Desjardins, Detournay, Fforde, Lammentyn, Leon, Maiolini, Marens, Parent-Saura, Romero, Vailier.

 

Vernissage le 7 octobre 2016.

Entrée libre - contact : 06 31 69 09 32

 

- - - Adhérer :

20 euros l'année (30 pour un couple, 10 pour un jeune, étudiant, chômeur…). L'adhésion permet de recevoir des informations et articles, d'assister aux réunions générales, aux conférences, d'obtenir des réductions sur:

-le spectacle annuel (lectures par un acteur de renommée nationale : 12 euros au lieu de 15)

-la randonnée culturelle Banyuls-PortBou (gratuit pour l'adhérent sinon 5 euros)

-le livre de JPBonnel sur l4ultime chemin de WB (12 euros au lieu de 16)…

 

Pour info: 06 31 69 09 32

 

 

-Extraits du compte-rendu de l'assemblée générale de l'association "Walter Benjamin sans frontières" du vendredi 15 juillet 2016 à Banyuls.

 

 *Remerciements à M. Le Maire de Banyuls qui est venu au début de notre assemblée.

*Président d'honneur : Dany Karavan

 

www.association-walter-benjamin.fr

 

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans philosophie
commenter cet article
14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 11:21
Colloque de Céret - Performance "Les passages bleus"
Colloque de Céret - Performance "Les passages bleus"

Colloque de Céret - Performance "Les passages bleus"

 

*PORT-BOU - Performance "Les passages bleus" (autour de W.Benjamin)

 

 

Le 11 juillet 2016 à 22:58, Pilar Parcerisas <parcerisas.pilar@gmail.com> a écrit :

 

 

Chers amis et amies,

 

L'artiste japonaise Shino Yanai jouera une performance du projet THE BLUE PASSAGES et croisera les Pyrénées à pied dès Banyuls à Port-Bou, avec une torche dessinée selon le model des Jeux Olympiques de Londres.

La fin de la performance aura lieu le prochain vendredi le 15 juillet à la plage de Portbou et au Memorial Passages à Walter Benjamin de Dani Karavan, du 21h. à 22h.

Le prochain 11septembre, il y aura le vernissage d'une exposition à la galerie White Conduit Projects de Londres avec les photos, une vidéo et un livre sur cette performance.

Vous y êtes invités.

On vous y attend.

Cordialement,

Associació Passatges de Cultura Contemporània

         www.passatgescultura.org               

 

 

 

 

 

**Walter BENJAMIN à Banyuls

 

Major of Banyuls

Portbou Project by Shino Yanai

 

White Conduit Projects 1 White Conduit Street London N1 9EL UK m. 0775 448 6068 t. 020 7833 2591 www.whiteconduitprojects.uk

Performance

In case of bad weather Departure time Crossing 

 

Banyuls-sur-Mer

France-Spain border

 

at the Memorial then beach in Portbou

15th 16th 15:00 17:30 22:00

 

The Japanese artist ShinoYanai is planning a performance that will cross the French-Spanish border. Yanai proposes to walk with a symbolic torch along the route that Walter Benjamin took when fleeing from the Nazis in 1940. The audience will witness the end of Yanai’s difficult journey which concludes at Karavan’s memorial to Walter Benjamin in Portbou. The performance is a call to advocate global peace and to signify hope.

 

It will be taken place June to July 2017.

The performance in Portbou will be documented and the resulting photographs and video work will be staged in a solo exhibition by White Conduit Projects gallery in London which will open 11th Sept. 2016.

- - -

**Walter Benjamin à Céret :


Ce qui unit le Musée d’art moderne et contemporain de Céret à Walter Benjamin, outre la proximité géographique entre Céret et le village de Portbou où Benjamin mit fin à ses jours dans la nuit du 25 au 26 septembre 1940, c’est l’œuvre de Dani Karavan.


Cet architecte et plasticien israélien, créateur du monument « Passages » réalisé à Portbou de 1990 à 1994, est venu à Céret à plusieurs reprises. Sa visite la plus récente a eu lieu en mars 2015 à l’occasion de l’inauguration d’une exposition d’une série de ses œuvres monumentales qui a été présentée au Musée d’art moderne et contemporain de Céret du 14 mars au 31 mai 2015.
C’est dans le cadre de cette exposition que l’Association des Amis du Musée de Céret a organisé dans un premier temps une conférence  destinée à donner à un large public un aperçu de la vie, de la personnalité de Walter Benjamin et de l’étendue de sa pensée.


Conférence prolongée par un colloque sur deux jours (23 et 24 octobre 2015) intitulé « Walter Benjamin, les ailes de la pensée » au cours duquel sont intervenus Joël Mettay, le Président de l’Association, et des spécialistes de la question, parmi les plus éminents : Marc Goldschmit, Ruthard Stäblein, Alexandra Richter, Rotraut De Clerck, Burghard Schlicht et Christian Béthune.


Cet ouvrage rassemble l’intégralité de leurs communications.

* publié par LES AMIS DU MUSÉE de Céret - 15 euros

 

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans philosophie
commenter cet article
13 juillet 2016 3 13 /07 /juillet /2016 11:13
M. Jouandet - M. Del Poso - Boxe et philosophie à Saint-Cyprien, plage-nord Cypriano.
M. Jouandet - M. Del Poso - Boxe et philosophie à Saint-Cyprien, plage-nord Cypriano.
M. Jouandet - M. Del Poso - Boxe et philosophie à Saint-Cyprien, plage-nord Cypriano.
M. Jouandet - M. Del Poso - Boxe et philosophie à Saint-Cyprien, plage-nord Cypriano.

M. Jouandet - M. Del Poso - Boxe et philosophie à Saint-Cyprien, plage-nord Cypriano.

Boxe et philosophie à la plage..? 

 

 

Exposé, dialogue avec le public des plages de Saint-Cyprien : les portraits de Walter Benjamin

 

 

Je remercie la médiathèque de St-Cyprien de m'avoir invité à cette conférence pas comme les autres : causer philo sur le sable ! Ce sera chaud ! 

 

Pas tellement, car il fait frisquet ce mercredi, il fait du vent...ce sont les soldes en ville et c'est la veille du 14 juillet !

 

Feux d'artifesses ce soir et feux d'artifice à 17 heures : je me permets d'inviter M. Del Poso, avocat et maire de Saint-Cyprien à venir dialoguer à Port-Cypriano ...

 

On pourra parler de façon courtoise et sans les poings : on ne sera plus au conseil municipal mais dans le monde de la philosophie...

 

Qu'il sache toutefois, M. Le Maire, -je suis libre et dis ce que je pense, même si je suis invité par la ville- que je connais son opposant,  M. Jouandet et sa famille depuis longtemps, que je l'estime pour son respect DU politique et de l'éthique scrupuleuse, connus de tous !


JPBonnel

 

*Sortie Culturelle

à la plage - exposé littéraire, débat :

Résidence Port Cypriano

Tél. : +33 4 68 37 32 70

Lieu principal : Plage de l'art

Philosophie et crème solaire

13 juillet à 17 heures, place nord (Port Cypriano, à droite du club de kite surf)

Avec J.Pierre BONNEL

**PHILO ET CRÈME SOLAIRE

Dates :
Le 13/07/2016 de 17:00 à 18:30

Type : Culturelle

Type : Littérature

Lieu : Résidence Port Cipriano Plage Nord

Tél : +33 4 68 37 32 70

Email : mediatheque@mairie-saint-cyprien.com

Descriptif :
Concept nouveau pour cet été, "Philo & Crème solaire" propose aux vacanciers, visiteurs et amis de s'enrichir et de s'interroger sur des domaines variés. Ce mercredi 13 juillet Jean-Pierre Bonnel, conférencier, propose un regard sur la personnalité originale de Walter Benjamin et plus particulièrement l'exil du célèbre philosophe'.

Lieu : bibliothèque de l'Art (bibliothèque de plage) Résidence Port Cipriano, plage nord

Horaire : 17h00 à 18h30 Tout public - accès libre

Renseignements Médiathèque 04 68 37 32 70 mediatheque@mairie-saint-cyprien.com

Entrée gratuite

**

Mercredi 13 juillet

17h > Nouveau concept à la bibliothèque de plage. Conférence de Jean-Pierre Bonnel sur « La personnalité originale de Walter Benjamin et l’exil du célèbre philosophe » – Plage de l’Art, Port Cipriano

Repost 0
Published by leblogabonnel - dans philosophie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Articles Récents

Liens