Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 février 2023 1 06 /02 /février /2023 11:13
Fêtes en Vallespir 2023 - Goût de la représentation, éd.Sorbone - Livre de M.Pastoureau
Fêtes en Vallespir 2023 - Goût de la représentation, éd.Sorbone - Livre de M.Pastoureau
Fêtes en Vallespir 2023 - Goût de la représentation, éd.Sorbone - Livre de M.Pastoureau
Fêtes en Vallespir 2023 - Goût de la représentation, éd.Sorbone - Livre de M.Pastoureau

Fêtes en Vallespir 2023 - Goût de la représentation, éd.Sorbone - Livre de M.Pastoureau

L'ours, meilleur ami de l'Homme ..?

 

D'abord, comme lui, il a atteint la position verticale, seul parmi les animaux, mais son cerveau, au contraire de l'humain, ne s'est pas développé en proportion.

 

Alors que la mode est à la chasse pour tuer les oursons implantés dans les PYRÉNÉES (un chasseur tue un ourson au Val d'Aran), alors qu'avant notre époque prédatrice, les villageois vivaient en bonne entente avec les ours (ils le montraient aussi, en faisaient un objet de cirque...) cette bête ressemble à celui qui l'a longtemps vénéré.

 

(Lire M.Pastoureau, sur les rites, pages 11 à 14, ces cérémonies prenant fin au 13° siècle, semblables, parfois, à du chamanisme; rites parfois violents, trangressifs, qui se déroulaient le 2 février, fin de l'hibernation de l'ours, à l'époque de la Chandeleur, l'église christianisant ces fêtes profanes en inventant des fêtes chrétiennes, telle celle de Chandelles - Pastoureau, page 80, édition poche-Seuil histoire).

L'ours et l'Homme vivaient, de façon alternative, dans les mêmes grottes; l'Homme de la préhistoire représentait la bête sur les parois...puis une religion de l'ours va s'instaurer, et des fêtes montrant les relations sexuelles entre les femmes des villages et les ours (les Catalans retrouvent ces fêtes depuis peu; ils réintègrent la culture ancienne de la Catalogne, fêtes profanes ou catholiques, telle la résurrection de la Sant-jordi).

 

Cependant, sur tous ces aspects des rites, des cohabitations bête-homme, religion...l'auteur signale bien l'opposition de préhistoriens fameux (Leroi-Gourhan): il s'agit donc d'être prudent.

Pour en savoir plus, il faut écouter notre spécialiste local:

 Robert Bosch

(prononcer "Bosc" - le bois- 2013, Fêtes de l’ours en Vallespir, Trabucaire, Perpignan. )

 

Il faut surtout s'en remettre à la littérature pour saisir le rôle de l'ours dans nos sociétés. Ainsi, lire la nouvelle de Mérimée, 

Lokis, une des meilleures du 19° siècle, publiée en 1868. Ce "conte noir"  destiné au début à divertir les dames de la cour impériale; la seconde version fut rédigée pour être lue à haute voix.

 

L'originalité de Mérimée est à discerner sans doute dans l'opposition entre un récit montrant la monstruosité et un style neutre, telle une écriture "blanche"...

 

jJP.B, lecture "pastourale". 

 

 

-Fêtes de l'ours en Vallespir

 

La Festa de l’Os (en français : fête de l'Ours) ou Chasse à l’ours (caça ou cacera de l’ós) ou encore Jour de l'ours / des ours (diada ou dia de l’ós / dels óssos) est une pratique festive carnavalesque de la région du Haut-Vallespir, dans les Pyrénées-Orientales. Elle se déroule dans trois communes : Arles-sur-TechPrats-de-Mollo-la-Preste et Saint-Laurent-de-Cerdans, à la fin de l’hiver, au mois de février.

 

Les fêtes de l’ours sont la correspondance païenne de la Chandeleur

Dans la religion chrétienne, le 2 février, jour aujourd’hui choisi pour la Chandeleur, correspond à l’évènement de la présentation de l’enfant Jésus au temple. Mais cette date semble être la récupération par l’église de célébrations païennes bien plus anciennes. Le 2 février marque en effet la fin du solstice d’hiver et le retour du printemps. C’est le début du cycle carnavalesque. Selon les croyances populaires, c’est ce jour que l’ours dans les Pyrénées sort de son hibernation. Les regards sont alors tous tournés vers le ciel puisque la météo va déterminer l’attitude de l’ours et par cela des récoltes à venir. En effet, la croyance veut que s’il fait soleil le 2 février, l’ours retourne dans sa grotte et hiberne 40 jours supplémentaires, ce qui signifie que l’hiver se prolonge au détriment du printemps et des cultures. L’animal fait aussi partie de légendes l’assimilant à l’être humain, notamment celle de Jean de l’Ours, connu pour être né de l’accouplement d’une femme et d’un ours.

 

C’est cet accouplement qui est représenté dans les fêtes, puisque la femme a d’abord été enlevée par l’ours avant de mettre au monde l’être hybride. Les fêtes de l’ours sont donc des représentations de ces légendes populaires qui reflètent l’opposition nature/culture et animalité/humanité. Si le déroulement des fêtes a surement évolué dans le temps, son historique n’est pas connu. En revanche, on peut affirmer que ces célébrations sont très anciennes puisqu’elles descendraient de cultes préhistoriques, puis des Lupercales romaines, puis des cultes à l’ours au Moyen Âge. Le texte le plus ancien connu à ce jour évoquant la présence de l’ours dans des fêtes date de 1424 et se trouve en Catalogne. Si aujourd’hui on retrouve les fêtes de l’ours dans leur état d’origine seulement dans le Haut-Vallespir, le culte de l’ours est toujours présent dans certaines régions et notamment dans les Pyrénées (BéarnPays basque…) dans d’autres manifestations telles le Carnaval.

 

Le 17 décembre 2014, les trois fêtes sont inscrites à l'Inventaire du patrimoine culturel immatériel en France1 en vue d'une candidature à l'inscription au patrimoine mondial de l'UNESCO. L'annonce officielle est faite le 19 janvier suivant par les maires des trois communes.

29 novembre 2022, les fêtes de l'ours dans les Pyrénées d'Andorre et de France sont inscrites au Patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO.

 

Les fêtes de l’ours mettent en scène la relation ours-hommes chasseurs et femmes. 

La fête de l'ours marquait le départ des chasseurs des villages du Vallespir à la chasse à l'ours. Ce dernier est un prédateur très modéré des troupeaux de moutons, il peut voler un agneau mais les vaches et les taureaux les chassent facilement, et sa fourrure a beaucoup de valeur. Des familles de chasseurs existaient dans les villages. Egalement, ses petits étaient enlevés pour devenir des sujets de distraction (montreurs d'ours) alors que la mère est très protectrice.

Comme il a un comportement et un aspect très humain, on le respecte et on le craint. 

Dépouillé de sa fourrure, il ressemble à un corps humain.

C'est l'animal roi des celtes (Artos, Arthur...), avant que l'Eglise mette à sa place le lion car l'ours est trop humain.

Aussi les fêtes visent à lui expliquer pourquoi on lui cause du tort, il a séduit la femme du chasseur, à se protéger de sa vengeance, c'est un esprit animal puissant, et à l'honorer car il est le "dieu" du renouveau et des naissances, de la fécondité.

Cela va plus loin qu'un simple carnaval, car il y a de vrais mises en scènes. Ainsi l'histoire mise en scène à Arles sur Tech est celle de la séduction de la femme du chasseur par l'ours, les chasseurs vont chercher l'ours, le ramènent et le tondent. Ils lui prennent sa peau, et ce faisant ils en font un être humain.

A Prats de Mollo, les 3 ours poursuivis par les chasseurs salissent de cendres le visage des jeunes filles et des femmes et ainsi assurent leur fécondité, et leur portent bonheur. Les ours simulent l’enlèvement des femmes et jeunes filles. Cela donne lieu à des courses poursuites joyeuses à travers les rues, les chasseurs les pourchassent. 

Ces fêtes mettent l'ours sur un trône.

Le rituel se termine toujours de la même manière, par la démonstration de la domination de l’homme sur l’ours, à travers sa capture symbolique et le rasage de la fourrure. Cela représente aussi la victoire de l'être humain sur sa partie animale. Mais surtout son respect envers l'ours. 

Ces pratiques sont très anciennes et s’étendaient autrefois sur une partie bien plus large du territoire français et international, en particulier dans l’hémisphère nord. (C) wikipedia

 

  • Violet Alford, 2004 [1937], Fêtes Pyrénéennes, Loubatières, Barcelone.
  • Joan Amades, 1950, Costumari català (5 volumes), Edicions Salvat, Barcelone.
  • Sophie Bobbe, 1986, Trois fêtes de l’ours en Catalogne, Mémoire de maîtrise d’ethnologie, Université Paris X-Nanterre.
  • Robert Bosch, 2013, Fêtes de l’ours en Vallespir, Trabucaire, Perpignan.
  • Basil Collier, 1939, Catalan France, Londres.
  • Daniel Fabre, 1993 « L'ours, la Vierge et le taureau », Ethnologie française, t. XXIII, n° 1 : 9-19.
  • Dominique Marie Joseph Henry, 1835, Histoire de Roussillon : comprenant l’histoire du Royaume de Majorque, livre premier, Imprimerie Royale, Paris - C’est la plus ancienne description connue des fêtes de l’ours: […] une mascarade de tradition que chaque année voit se renouveler. Un homme de la lie du peuple se déguise en ours ; ses camarades vêtus de haillons les plus sales, et barbouillés de la façon la plus ignoble, l’accompagnent et le font danser au bruit assourdissant de sifflets, entonnoirs, crécelles et de tambours […] un usage de grande antiquité.
  • Jean-Dominique Lajoux, 1996, L’homme et l’ours, Glénat, Grenoble.
  • Émile Leguiel, 1908, « Le Carnaval d’autrefois à Prats-de-Mollo (Souvenirs de ma belle-mère)», Revue Catalane (Société d’étude catalane), tome II, Perpignan, vol. n°21 p. 262-267 ; vol. n°22, p. 299-304 ; vol. n°23, p. 367-370 ; vol. n°24, p. 387-392.
  • Oriol Lluís Gual, Les derniers ours : une histoire des fêtes de l'Ours, Quaderns del Costumari de Catalunya Nord, 2017, 495 p.(ISBN 978-2-9559318-1-3).
  • Magali Pages, Culture populaire et résistance culturelle régionales, Fêtes et chansons en Catalogne, Paris, L’Harmattan, 2010.
  • Michel Pastoureau, 2007, L’ours, histoire d’un roi déchu, Paris, Seuil.
  • Arnold Van Gennep, 1999, Le folklore français, du berceau à la tombe. Cycles de Carnaval-Carême et de Pâques, Robert Laffont, Paris.
  • Claudie Voisenat, « Ursum facere ou le sens reconstitué. Rémanences, résiliences et transformations des fêtes de l’Ours du Haut-Vallespir », Sociétés & Représentations, no 47,‎ 2019, p. 39-51 (DOI 10.3917/sr.047.0039lire en ligne [archive])
  • Olivier de Marliave , Histoire de l'ours dans les Pyrénées, Éditions Sud Ouest,2008

 

 

Ursum facere ou le sens reconstitué

 

 

1Dans le Haut-Vallespir, une vallée encaissée des Pyrénées-Orientales qui mène en Espagne par les cols de Coustouges et d’Ares, en plein pays catalan, au mois de février, de jeunes hommes figurant des « Ours », poursuivis par des « Chasseurs », parcourent les rues des villages, en quête des jeunes filles dont ils cherchent à se saisir.

2Autrefois, la fête, qui avait lieu le 2 février, jour de la Chandeleur mais aussi jour supposé de la fin de l’hibernation des ours, était célébrée dans tous les villages et hameaux de la vallée. Aujourd’hui, seules trois communes continuent de l’organiser, Arles-sur-Tech, qui jouxte la ville thermale d’Amélie-les-Bains, Saint-Laurent-de-Cerdans et Prats-de-Mollo.

3L’ancienneté de ces fêtes, qui s’intègrent dans l’ensemble des festivités carnavalesques, ne semble faire aucun doute. Localement, la première description écrite retrouvée date de 1832 où le conservateur de la bibliothèque de Perpignan mentionne dans son Histoire du Roussillonl’existence, dans le Vallespir, d’une « mascarade de tradition » au cours de laquelle

4

un homme de la lie du peuple se déguise en ours ; ses camarades, vêtus des haillons les plus sales, et barbouillés de la façon la plus ignoble, l’accompagnent et le font danser au bruit assourdissant de sifflets, d’entonnoirs, de crécelles et de tambours.

5Une « dégoûtante farce », ajoute l’auteur qui assure qu’il n’en aurait pas parlé si elle n’avait été de la plus grande antiquité. Dès les années 1930, des films d’amateur et des descriptions de folkloristes anglais et catalans, puis d’ethnologues français [1][1]Les folkloristes britanniques Violet Alford et Basil Collier,… à partir des années 1960, attestent qu’elles ont relativement peu évolué au long du xxe siècle et collectent des témoignages qui jalonnent une grande partie du xixe.

 

6Hors de la sphère locale, les attestations sont encore bien plus anciennes, puisque c’est dès le Moyen Âge que l’on trouve mention, par les interdits religieux qui les frappaient, de fêtes masquées mettant en scène des ours et des femmes [2][2]Par exemple dans le capitulaire (852-853) de l’archevêque de…. Pour Michel Pastoureau, l’ours, fauve redoutable, plantigrade capable de marcher sur deux pattes, crédité d’un appétit charnel pour les jeunes femmes, d’une puissance sexuelle liée à son os pénien et de la capacité à copuler en position couchée et face à face à la manière des humains [3][3]Cette caractéristique du coït ad modum hominum, citée pour la…, aurait été l’objet d’une vénération millénaire et même, défend-il contre l’opinion dominante des préhistoriens, d’un culte dont témoigneraient les arrangements d’ossuaires et les représentations retrouvés dans les cavernes. Souvenir d’une religion païenne de l’ours, des mascarades ursines et des simulacres d’enlèvements et de viols de jeunes filles auraient longtemps subsisté dans toute l’Europe et même, au-delà, dans une grande partie de l’hémisphère nord, malgré les tentatives de l’Église de les éradiquer. La juxtaposition, le 2 février, de trois fêtes catholiques majeures, la purification de Marie, la présentation de Jésus au temple et la Chandeleur, serait un indice de la difficulté à neutraliser ces croyances païennes anciennes et à les recouvrir par un nouveau calendrier liturgique [4][4]Ibid., p. 151..

 

7Localement, cette longue généalogie des fêtes est tenue pour acquise. Si l’on ne s’encombre guère de détails, on les dit volontiers « de tradition immémoriale », « ancestrales », « remontant à la nuit des temps ». Mais une telle interprétation, qui renoue avec le vertige des origines propre aux savants, folkloristes, philologues, historiens du xixe siècle, pose inévitablement la question du lien entre les fêtes médiévales (sans même parler d’un hypothétique culte préhistorique) et celles qui rassemblent aujourd’hui les Hauts-Vallespiriens chaque mois de février. Michel Pastoureau tranche :

8

Le problème reste évidemment d’évaluer ce qui peut avoir survécu des pratiques médiévales dans ces jeux modernes, plus ou moins artificiels et par trop médiatisés. Rien probablement [5][5]Ibid., p. 150..

9De fait, à poser la question en ces termes, rien ne peut avoir survécu que la survivance elle-même, résidu d’une culture passée dont la cohérence serait depuis longtemps perdue. De même qu’il est impossible de comprendre pourquoi elle aurait subsisté lorsque tant d’autres motifs ont totalement disparu, une aporie qui a entraîné le désaveu de la théorie des survivances élaborée par Edward Burnett Tylor dans Primitive Culture, indépendamment même du contexte évolutionniste de son élaboration. Comme l’écrivait très justement Jean-Claude Schmitt :

10

Rien n’est « survécu » dans une culture, tout est vécu ou n’est pas. Une croyance ou un rite ne sont pas la combinaison de reliquats et d’innovations hétérogènes, mais une expérience n’ayant de sens que dans sa cohésion présente [6][6]Jean-Claude Schmitt, « “Religion populaire” et culture….

11Mais qu’en est-il précisément de cette cohésion ? Depuis la fin du xixe siècle à Arles-sur-Tech, et depuis les années 1970 dans les deux autres villages, les fêtes sont sorties du silence de l’entre-soi, cette sphère où la culture va sans dire, pour entrer dans celle où elle a besoin d’être explicitée pour être rendue compréhensible aux autres [7][7]Qu’il s’agisse, à la fin du xixe siècle, des curistes des…. Il a donc fallu mettre des mots sur les gestes, les intégrer dans une logique, un langage, bref se livrer finalement au travail qui était autrefois dévolu aux folkloristes et aux ethnologues, longtemps persuadés que la raison sociologique ou mythique était inconsciente et échappait à ceux-là mêmes qui la mettaient en œuvre. Ce passage, postcolonial, d’une culture édictée à une culture réappropriée, passe, ici comme partout dans le monde, par une intense production de sens, prise en charge par les autochtones qui critiquent, recyclent et réinterprètent les anciens discours savants. Par ailleurs, et depuis bien plus longtemps, la fête n’a cessé de se transformer, chaque génération, chaque responsable de comité des fêtes, apportant son lot d’ajouts et de retraits, de changements : de dates, de rôles impartis aux générations, de place accordée aux femmes, du rapport entre la fête pour soi et le spectacle donné aux autres [8][8]Claudie Voisenat, « Faire l’ours. Jeux, enjeux et limites de la…… ; toutes transformations qui ont certes maintenu la fête vivante, l’ont adaptée à sa propre contemporanéité, mais ont nécessité de recoudre inlassablement le tissu des significations. De ce point de vue, les fêtes de l’Ours ont, en effet, connu la même évolution que l’ensemble des fêtes européennes [9][9]Pour une analyse de ce mouvement qui conduit, dans les années…, d’autant plus volontiers qualifiées de « traditionnelles » qu’elles ont été, dans la seconde moitié du xxe siècle, réinvesties et enrichies par une mythopoïèse du lien communautaire [10][10]Michael Herzfeld, Cultural Intimacy. Social Poetics in the… qui, jouant de l’enracinement et de la temporalité, s’inscrit dans une construction sociale complexe articulant ancienneté et authenticité dans la puissante catégorie narrative qu’est la tradition et dans le dispositif plus large du patrimoine culturel [11][11]Daniel Fabre, « L’ordinaire, le familier, l’intime… loin du….

 

12En dépit de leur ancienneté, ou mieux, en raison de cette ancienneté, les fêtes de l’Ours relèvent bien d’une reconstitution, non pas celle, matérielle, d’un passé mis en scène, avec ses costumes, ses gestes, ses décors [12][12]Encore qu’il ne faille pas trop vite écarter le fait que cette…, mais celle du sens, perpétuellement ravaudé, restauré, à mesure que le temps et les transformations sociales le délient, le dénouent. Reconstitution, au sens où un tissu lésé se reconstitue sans jamais revenir à son état initial, mais en portant la marque, cicatricielle, des césures qu’il a fallu combler. Si les gestes et l’expression, « faire l’Ours », ursum facere  [13][13]Michel Pastoureau, L’ours, op. cit., p. 177. montrent une singulière rémanence, aussi loin que remonte notre documentation, depuis le milieu du xixe siècle au moins, les façons et les raisons de le faire n’ont pas cessé d’être réélaborées, restaurant en permanence la cohérence qui donne sens à l’expérience, en permet le renouvellement et la répétition qui lui donne valeur de rite. Réutilisations, emprunts, transferts, autant de modalités des reconstitutions à l’œuvre qui nous ramènent, et ce n’est pas une surprise, à ce bricolage dont Lévi-Strauss avait fait la caractéristique de la pensée mythique.

13Ici, en effet, la stratigraphie des sens possibles, le recouvrement des discours autochtones par ceux de la religion tout d’abord, de l’érudition locale ensuite, des sciences humaines enfin, et leur récupération, on pourrait dire leur indigénisation récente, par une communauté soucieuse d’énoncer et valoriser sa propre culture, ne cantonnent pas la reconstitution dans la fidélité à une vérité originelle, unique. Reconstituer la cohérence, c’est avant tout orchestrer une polyphonie. Nous tenterons ici d’en isoler quelques voix.

 

14Là, comme ailleurs, la plupart des sources anciennes ne donnent à entendre que les interprétations éclairées d’une élite, fût-elle locale. À peine peut-on parfois, dans des descriptions ethnographiques plus précises (ou moins ambitieuses) que les autres, dans des annotations qui servent de base aux interprétations savantes, déceler quelques éléments qui donnent à entrevoir la raison, sinon originelle, du moins originaire, des actants. Dans la seconde moitié du xixe siècle, à Arles-sur-Tech, les fêtes de l’Ours sont explicitement considérées comme des parodies de chasse à l’ours, celui-ci, une fois capturé, étant promené enchaîné par la ville où « il montre des velléités de rébellion quand il se précipite sur le sexe faible qui ne dédaigne pas ses assiduités, malgré les cris de fausse terreur renouvelés à chaque tentative d’attaque ». Cette attirance de l’ours pour les femmes est considérée comme un motif très ancien [14][14]À juste titre semble-t-il. Quoique rédigée au milieu du…. Les masques et sonnailles dont sont alors équipés les chasseurs qui l’accompagnent sont considérés comme la reproduction du costume des anciens traqueurs d’ours qui « entouraient leur ceinture de grosses cloches appelées asqueilles en catalan ». Ces explications, avancées par le maire d’Arles, le médecin Venance Paraire, sont démenties dès le début du xxe siècle par les premiers observateurs étrangers, tenants d’une interprétation symboliste tout d’abord puis ritualiste d’inspiration frazérienne. Pour Edmond Haraucourt, écrivain et poète, de passage en 1902, la fête symbolise la légende médiévale des reliques d’Abdon et Sennen délivrant la ville de la menace des Simiots, monstres dévoreurs d’enfants [15][15]Il qualifie de sceptiques ceux qui s’en tiennent à l’idée d’une…. Pour Violet Alford, en 1936, elle est une parfaite représentation d’un rite de printemps, avec la mise à mort de la victime émissaire, le roi vieux et affaibli qui doit laisser place à une vigueur nouvelle et à de nouveaux pouvoirs fécondants.

15Cette interprétation, qui renvoie directement aux théories développées par Sir James George Frazer dans Le Rameau d’or, connaîtra un succès durable et sera largement reprise et amplifiée à la fois dans les travaux de l’érudition locale mais aussi dans les médias, toujours avides de débusquer le rite sous la fête et d’y voir la marque d’une primitivité aujourd’hui largement valorisée [16][16]Jean-Loup Amselle, Rétrovolutions. Essais sur les primitivismes…. Mais le succès de cette interprétation des fêtes carnavalesques comme rituels agraires propices à la fertilité n’est pas propre au Vallespir ; il se retrouve partout en Europe où il est concomitant du renouveau des fêtes elles-mêmes depuis les années 1970 et de la volonté de les « réenchanter » en leur réattribuant un sens, d’autant plus paradoxal, il faut le souligner, que la plupart des territoires où elles se déploient n’ont aujourd’hui plus de vocation strictement agricole. Alessandro Testa, qui a observé le phénomène en Italie et en République tchèque, a proposé de qualifier de « frazérisme populaire », « cet ensemble complexe de phénomènes et dynamiques sociales ». Il y voit « l’une des modalités possibles de “normalisation” de la tradition, une façon d’encapsuler ses interprétations et d’en discipliner les conflits potentiels en les ramenant à un imaginaire largement répandu et bien établi d’ancienneté, de magie et de primitivité ; un imaginaire qui favorise la ritualisation et procure des sentiments d’authenticité, de pureté culturelle et d’identité communautaire [17][17]Alessandro Testa, « “Fertility” and the Carnival 2: Popular… ».

 

16L’exemple vallespirien nous semble devoir rajouter quelque chose à cette analyse, il montre, en effet, qu’en plus (et sans doute du fait) de son caractère très général, le frazérisme populaire fait preuve d’une extraordinaire plasticité et d’une capacité à intégrer de nouvelles interprétations qui, loin d’être concurrentes, viennent, au contraire, en enrichir le sens.

 

Popularisé localement dès les années 1960 [18][18]Voir essentiellement Loaiza i Vidiella, La festa de l’ós al…, les interprétations frazériennes, faisant du passage du vieil hiver au renouveau printanier une célébration des forces sexuelles et fécondantes de la jeunesse, ont, en effet, tout naturellement intégré les analyses des ethnologues des années 1970 et 1980 enclins à voir dans les fêtes plus un rite, fortement sexué, de passage à l’âge adulte et une domestication des forces sauvages de la jeunesse par les hommes faits (i.e. mariés et pères) qu’un rituel saisonnier [19][19]En particulier les travaux de Daniel Fabre et Sophie Bobbé.….

 

17Aujourd’hui, les interprétations locales intègrent un peu de tous ces éléments. L’apparition de l’ours est concomitante de celle du printemps qu’elle célèbre et la fête est perçue comme une forme de régénération des forces à la fois individuelles et collectives. L’ours, joué par les jeunes, représente l’irruption dans le village des forces sauvages qui viennent troubler l’ordre social. À cet égard, le rasage des Ours par les plus anciens, qui marque la fin de la fête, est un retour à l’ordre où se surjouent, surtout à Prats-de-Mollo, les relations de rivalité entre les générations [20][20]Claudie Voisenat, « Faire l’ours… », art. cité..

 

Parallèlement, le fait pour une femme d’être saisie par l’Ours est perçu comme un signe d’une attractivité sexuelle directement liée à l’âge : sexuellement mature, elle n’est ni trop jeune ni trop vieille pour « voir l’ours ». S’y rajoutent toutefois deux nouveaux registres qui illustrent parfaitement la capacité des fêtes à faire place à des préoccupations contemporaines. Le premier est apparu au cours des années 1980-1990, à mesure que la fête, largement médiatisée, attirait un public de plus en plus nombreux. Paradoxalement, elle en a été d’autant plus investie d’un rôle de célébration de l’entre-soi.

 

Si, à Prats par exemple, tout le monde est mâchuré (i.e. barbouillé d’un mélange de suie et d’huile) par les Ours, les façons dont ils procèdent à cette opération sont strictement codifiées et respectent une subtile gradation dans la reconnaissance sociale. Repérer les Pratéens au milieu de la foule, les honorer de l’enlacement espéré, n’oublier personne, prendre le temps d’aller mâchurer les anciens qui ne peuvent pas se déplacer, bref célébrer la cohésion communautaire au moment même où la communauté est la plus ouverte sur l’extérieur est aujourd’hui l’un des rôles explicites de la fête. Certes les filles sont toujours mâchurées avec un plaisir non dissimulé et une attention marquée mais elles ne sont plus les seules destinataires de l’intérêt des Ours, et la qualification de l’identité sociale a progressivement pris le pas sur la désignation de la différence sexuelle.

 

 À Arles-sur-Tech, ce sont les bâtons des chasseurs qui, aux yeux des habitants, symbolisent cette cohésion communautaire : chacun tenant son propre bâton et celui du voisin, ils réunissent les participants en une ronde qui isole et protège la petite scène que les trois acteurs principaux rejouent de place en place.

 

18Une autre évolution essentielle est celle qui, depuis le début des années 2000, attribue à la fête une dimension quasi chamanique. L’émergence de cette nouvelle interprétation mériterait qu’on s’y arrête longuement tant elle montre l’intrication, dans la fabrique du sens, de niveaux d’intervention très différents. Dès les années 1990, un jeune homme incarne l’Ours de façon particulièrement exemplaire, petit, mince, vif, extrêmement rapide, rusé et jouant sur des apparitions surprises, le regard clair dans son visage noirci lui confère un aspect à la fois très photogénique mais aussi inquiétant.

 

Contrairement aux autres Ours qui avaient tendance à boire pour endosser l’extraversion de leur rôle, il commence à incarner un autre modèle, celui de la « métamoursphose » pour reprendre l’expression inventée et popularisée par l’un des théoriciens autochtones de la fête. Aujourd’hui encore, sa femme explique que lorsqu’il avait endossé la peau de l’Ours (qui est, à Prats, une peau de mouton) elle ne le reconnaissait plus et qu’elle en avait peur. Le moment précis de cette transformation va peu à peu être précisé et prendre une importance grandissante dans la gestuelle de la fête : c’est celui où l’Ours mâchure son propre visage et qui est, depuis quelques années, marqué par un profond rugissement particulièrement prisé des médias et des caméras qui se bousculent sur le lieu de l’habillage. Il s’accompagne également d’un changement d’expression du regard qui, plus profondément (mais moins spectaculairement que le rugissement) exprime pour les proches des Ours, leur changement de nature.

19La reprise dans les constructions autochtones du thème largement répandu dans l’hémisphère nord et repéré dès le xixe siècle par les folkloristes de la proximité de l’homme et de l’ours, de leur parenté intrinsèque, la montée en puissance d’un nouveau rapport à l’animal et la dénonciation du spécisme dont les médias se font l’écho, l’attrait des nouvelles spiritualités et le néochamanisme très présent localement, tout a concouru, à des degrés divers, à alimenter une nouvelle vision de la fête qui vient non pas remplacer mais se juxtaposer, s’ajuster à l’interprétation frazérienne des décennies précédentes. Le nouvel accent mis sur les deux moments de la transformation, d’homme en Ours lors de l’habillage suivi du retour à l’humanité au moment du rasage génère de nouveaux gestes et discours. Tous les Ours pratéens parlent aujourd’hui de ce sentiment particulier de libération qu’ils ressentent au moment du rugissement, quand les angoisses humaines disparaissent pour laisser place à une sorte de parenthèse, une bulle temporelle où ils ne sont plus vraiment eux-mêmes. Mais tandis que les anciens évoquent cette disposition d’esprit spécifique en la comparant à l’oubli de soi et de ses limites que l’on éprouve pendant un match de rugby, les Ours de la jeune génération font de plus en plus référence à la thématique de l’homme dans La Peau de l’ours  [21][21]Titre d’un film de François Boutonnet sur la fête de l’Ours de….

 

De même, à Saint-Laurent-de-Cerdans, depuis deux ans, l’habillage de l’Ours ne se fait plus dans un petit garage partagé avec la Monaca, un autre des principaux personnages de la fête, mais dans le local des Chasseurs, plus loin dans la montagne, où l’Ours est seul en scène sous le regard des médias et de leurs caméras. Le moment est devenu grave, l’habillage qui se faisait autrefois au milieu de la famille et des amis dans le brouhaha des préparatifs des autres personnages de la fête est devenu un instant sacralisé, dont les femmes et les enfants sont d’ailleurs très significativement absents.

20Les reconstitutions que nous venons d’évoquer sont, on le voit, très éloignées de celles qui consistent à reproduire le plus fidèlement possible un modèle historique et où l’authenticité est précisément indexée sur la similitude.

 

 On a ici affaire à une culture vivante, dynamique, qui se reconstitue à mesure qu’elle se transmet, créant en permanence de nouvelles configurations, recouvrant des coutures du présent les tissages et entrelacements du passé. Ici, reconstitutions, reconfigurations et restaurations ne s’opposent pas, mais désignent le même processus d’élaboration permanente d’une cohérence sans cesse en mouvement. Ce processus de reconstruction de la signification et, partant, de l’importance sociale des traits culturels n’est cependant pas toujours efficace : en Vallespir, chacun a une conscience aiguë que les fêtes ont bien failli disparaître à plusieurs reprises et que seuls des concours de circonstances (émergence d’une personnalité charismatique, tournage d’un film…) ont impulsé un nouveau souffle, au sens quasi spirituel du terme. Employés pour évoquer cette longévité, les mots « miracle » ou « trésor » soulignent bien le caractère exceptionnel de cette continuité perçue comme hors du cours naturel de la raison ou de la valeur et qui est vécue comme perpétuellement menacée. L’autre écueil de cette fabrique du sens est le risque de son instrumentalisation dans une forme de marchandisation des identités, valorisées comme authentiques et, de ce fait même, folklorisées et essentialisées.

 

Premières terres d’accueil de la Retirada, les villages du Haut-Vallespir tirent une fierté légitime des témoignages de reconnaissance des réfugiés alors accueillis dans des conditions dramatiques. Ils mettent aujourd’hui en avant leur capacité d’ouverture à l’autre que les fêtes de l’Ours, avec leur scène finale de réhumanisation de l’animal immédiatement happé par les danses qui rassemblent tous les participants, illustrent à leur manière. « Ici, dit-on, on intègre même les ours. » De fait, la construction du sens des fêtes participe d’un ensemble de représentations d’une image idéale que la vallée, en quête de revitalisation, veut donner d’elle-même, proche de la nature, attachée à ses valeurs culturelles enracinées dans le passé mais ouverte au monde et aux autres, conviés à venir les partager. C’est précisément ce qui justifie et légitime aux yeux de ses promoteurs la candidature des fêtes à l’inscription sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco, une nouvelle catégorie patrimoniale, créée en 2003, pour favoriser la réappropriation, par les communautés, de la capacité à désigner leur patrimoine. Avec le risque, localement mesuré et jugé conjurable, que les fêtes passent ainsi de la prolifération du sens à la valeur patrimoniale, que de signifiantes elles deviennent emblématiques et que la reconstitution buissonnante vire subrepticement à la simple reproduction.

 

*Les folkloristes britanniques Violet Alford et Basil Collier, le Catalan Joan Amades à la fin des années 1930 puis Jean-Michel Guilcher dans les années 1960, Daniel Fabre au début des années 1970 et Sophie Bobbé dans les années 1980. Claude Gaignebet, s’il ne vint pas sur le terrain, utilisa largement les données ethnographiques existantes pour construire sa théorie d’une religion carnavalesque dont l’ours et, plus largement, les représentations de l’homme sauvage sont les divinités (Le carnaval, Paris, Payot, 1974).

 

L'Ours ((Réédition)): Histoire d'un roi déchu Poche – 3 septembre 2015 
 
 

L’ours

histoire d'un roi déchu (Editions du Seuil, 2007)

 

Longtemps en Europe, le roi des animaux ne fut pas le lion mais l’ours. Les cultes dont il a fait l’objet plusieurs dizaines de millénaires avant notre ère ont laissé des traces dans l’imaginaire et les mythologies jusqu’au cœur du Moyen Âge chrétien. De bonne heure, l’Église chercha à les éradiquer, effrayée par la force brutale du fauve, et surtout par la croyance selon laquelle il était sexuellement attiré par les jeunes filles.

 

Michel Pastoureau retrace les différents aspects de cette lutte de l’Église contre l’ours pendant près d’un millénaire. Inscrivant l’histoire culturelle de l’ours dans la longue durée, il tente ainsi de cerner ce qui, jusqu’à nos jours, a survécu de son ancienne dignité royale et retrace l’étonnante transformation d’un fauve en ours en peluche, dernier écho d’une relation passionnelle venue du fond des âges.

Michel Pastoureau

Il a publié de nombreux ouvrages au Seuil, pour la plupart repris en « Points Histoire ». Son autobiographie, Les Couleurs de nos souvenirs (Seuil, 2010) a reçu le prix Médicis Essai.

Partager cet article
Repost0
5 février 2023 7 05 /02 /février /2023 11:48
Casa musicale à Perpi, Baixas, Barca. - Assoc pied-noir.
Casa musicale à Perpi, Baixas, Barca. - Assoc pied-noir.
Casa musicale à Perpi, Baixas, Barca. - Assoc pied-noir.
Casa musicale à Perpi, Baixas, Barca. - Assoc pied-noir.

Casa musicale à Perpi, Baixas, Barca. - Assoc pied-noir.

 

*La culture trouve refuge chez l’extrême-droite :

Baixas, Perpignan, Barcarès

 

-BAIXAS :

Grand salon du livre les 12 et 13 août organisé par l’association de Pieds-Noirs « France Méditerranée » et la municipalité de Baixas... 

 

 

-Le BARCA :

 

Les Déferlantes au Barcarès : "L'ADN du festival, ce n'est pas un château !", clame l'organisation 

Vendredi 3 février 2023, on a appris que le grand festival de l'été, Les Déferlantes, se tiendrait au Barcarès, en face du Lydia. Une "perte d'ADN" pour certains festivaliers.

 

Finie la vie de château, place au paquebot ! Ils nous mènent en bateau !

Ils nous ensablent..!!!

 

Grand événement de l’été catalan, le festival des Déferlantes se tiendra finalement au Barcarès, du 6 au 9 juillet 2023. Si les premières images ont émerveillé de nombreux festivaliers, d’autres pestent à l’idée d’aller sur le site qui accueille aussi l’Électrobeach ou encore le grand marché de Noël. Pour certains, ce grand rendez-vous musical perd son charme et son ADN.

 

Si beaucoup adorent, on compte plusieurs déçus parmi nos internautes. « Côté décor, ce n’est pas beaucoup plus séduisant que Valmy et compagnie », estime l’un. « Il y avait le choix entre trois châteaux et un parking. Le parking a gagné, le pouvoir de l’argent… », regrette l’autre. « Sans moi ! Trop de Barcarès, tue le Barcarès, et pour l’occasion, les Déferlantes », gronde un nouveau lecteur. © Actu

 

-Perpignan : 

André Bonet, adjoint à la culture et "number two" de la mairie ER-EN travaille beaucoup pour la culture, disons surtout pour l'animation et une culture cultuelle plus proche du populisme fn : traditions, catholicisme, fêtes locales...

Assez hésitant sur la question gitane (concerts à l'hôtel Pams, mais pas partenaire pour la fête gitane prévue par la casa musicale, dépendant de la mairie...), il avance dans ses promesses électorales : est annoncée l'école municipale d'art; les habitants et pratiquants paieront, bien sûr; pas de diplômes reconnus; ce sera une école de l'essai artistique, du plaisir avant une éventuelle inscription dans une école des Beaux-Arts...

Ce sera déjà bien pour une ville qui a perdu ses Arts plus ou moins beaux.

 

Après l'éloignement des écrivains (fin du prix Méditerranée, mort du centre W.Benjamin, CML moribond...) A. Bonet trouve une vingtaine d' artistes, anciens des Beaux-Arts...pour réfléchir sur cette nouvelle école dispersée en plusieurs locaux de la ville...


Qui sont-ils ? Ambitieux, complices..? Citoyens persuadés que l'idéologie importe peu, que la récupération, c'est pipi de chat et qu'il faut oeuvrer pour la ville et ses habitants, avant tout..???

JPB

 

 -Le dernier libelle de Nicolas Caudeville

contre Lorente,

que tous les médias locaux honorent !  (ancien président de la fac, profitant de la grosse voiture de fonction et de la carte bancaire pour se menus frais…nommé inspecteur après sa mauvaise gestion et mis au placard en attendant la retraite… heureux époux de la fille d’un grand immobilier et propriétaire de Valmy, s’occupe des Déferlantes et vit la vie de château…)...

 

Contre l’affichage de la mairie de Perpi…

=

la mairie de "Perpignan la Rayonnante" LTD, sous produit de la liste sans étiquette RN "Perpignan en grand" , nous informe par voix d'affiches que: "Perpignan aime ses commerces!" 

 

=

 

Alors déjà, contrairement à une campagne sur l'université promue par l'ancien président de l'université Fabrice Lorente

 

 http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2017/05/perpignan/universite-la-campagne-de-denigrement-n-etait-que-le-premier-volet-pour-une-campagne-de-promotion-anti-prejuges-pour-l-ima(désormais dans l'équipe des "Déferlantes"), les communicants de la mairie n'ont pas fait une campagne négative, du style: "rien à foutre des commerçants de Perpignan,  de toutes façons la plupart ne vivent pas en ville et ne sont pas prescripteurs sans quoi, ils vivraient à Dubaï!" .

 

Ensuite, c'est bien d'affirmer une chose lorsque celle-ci, n'est pas si aveuglante qu'on soit obligé de la crier de manière publique. 

 

 

Du coup à qui ses affiches s'adressent-elles? Aux Perpignanais, ou à ses propres dirigeants, qui tardent à trouver des idées pour rendre la ville attractive (ce qui générerait un flux de consommateurs dans les commerces, et les taxes collectées aux passages pour les réinvestir dans le cercle vertueux de la croissance locale) . Il n'y a pas que les commissariats dans la vie, et autres polices à vélos, des décorations pour lits d'enfants http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2021/09/perpignan-des-lampions-fantasmagoriques-au-coeur-des-tenebres-par-nicolas-caudeville-feat-philippe-poisse.html

 

Aux début, d'Aliot Maire de Perpignan, on avait un "manager" de centre ville, ancien agent immobilier du "Carré d'or", qui après 6 mois a disparu sans que son passage à part pour son salaire, ait marqué les esprits http://l-archipel-contre-attaque.over-blog.fr/2021/09/perpignan-le-cadre-du-carre-d-or-pressenti-comme-futur-developpeur-du-centre-ville-fera-t-il-rouvrir-les-3-journees-interview-veroni...

 

Mais, d'après un article fielleux du journal "islamo-gauchisto-wokisto-sectaire" Libération, Louis Aliot serait du genre "clanique" (pas de jeu de mots avec les mamans, merci) et recaserait, neveux, nièces, belle-filles, fils et filles de et plus si affinités ...https://www.liberation.fr/politique/elections/clientelisme-nepotisme-conflits-dinterets-enquete-sur-le-systeme-aliot-a-la-mairie-de-perpignan-20221126_32WV6W3FJZBBXHCXRPSJQYRDNI/

Partager cet article
Repost0
4 février 2023 6 04 /02 /février /2023 10:45
Couple gitan (C) Jeanne Taris, photo exposée en ce moment à la Fondation Lambert d'Avignon - Photo Clarisse Réquéna : avec Nounours, Nasser...
Couple gitan (C) Jeanne Taris, photo exposée en ce moment à la Fondation Lambert d'Avignon - Photo Clarisse Réquéna : avec Nounours, Nasser...
Couple gitan (C) Jeanne Taris, photo exposée en ce moment à la Fondation Lambert d'Avignon - Photo Clarisse Réquéna : avec Nounours, Nasser...

Couple gitan (C) Jeanne Taris, photo exposée en ce moment à la Fondation Lambert d'Avignon - Photo Clarisse Réquéna : avec Nounours, Nasser...

*** Les femmes gitanes s'expriment :

 

Le théâtre des possibles donnaient hier soir la parole à ceux qu'on n'entend guère dans les médias, anonymes, pauvres vivant en marge, vaincus de l'Histoire, femmes prisonnières des traditions, du patriarcat, de la dépendance financière et sexuelle à l'homme.

 

De Montpellier à Perpignan, quelques femmes ont accepté de parler de leurs problèmes et ces paroles ont été utilisés pour un spectacle théâtral. Expérience unique car la culture gitane, se résumant à la musique, est monopolisée par les hommes (avec, bien sûr, la danse flamenca pour les femmes).

Dans la quartier pauvre de Saint-Jacques, l'ambiance n'est pas à la fête, mais des initiatives se font jour : cet été 2022, récitals à l'hôtel Pams (avec l'aide de la mairie et de Guy Bertrand), et bientôt, musiques roms à la Casa musicale, sans l'aide, étrange...de la mairie de Perpignan...

 

Pas de gitans masculins au spectacle donné quartier Saint-Martin : ont-ils hiberné comme Nounours, ce meneur opportuniste travaillant tour à tour pour la gauche, la droite (R.Grau), l'extrême-droite-droite (vote pour Aliot lors des municipales), puis pestant désormais contre le maire qui détruit, mais quel est le projet d'Alain Jiménez?) ??

 

La communauté gitane, vivant en autarcie, ne "sort" que pour ses propres événements (évangéliques, surtout, avec chants et prières, émouvants comme j'ai pu y assister sur une place de St-Jacques)), et il est difficile de faire participer les Français gitans à un événement culturel de non-gitans (avec Clarisse Réquéna, on a essayé au café Tanger de Cassanyes, sur Mérimée avec l'aide de quelques responsables gitans, dont Nick Jiménez...)

La situation dans le quartier gitan ne s'améliore pas : pauvreté, chômage, destruction de temps en temps de maisons insalubres, mais attentisme, pas de rénovation ni reconstruction...dans l'attente d'un réaménagement général par quelques promoteurs, avec l'objectif de fixer la population indigène dans un autre quartier...

 

Il faut dire que 90% des habitants de Perpignan sont indifférents au sort de Saint-Jacques : si les clichés perdurent, la communauté ne fait rien pour traiter les problèmes qui donnent une image négative du gitan, la saleté des rues, l'oisiveté, les vols, l'obsession de l'assistanat public tout en refusant de s'intégrer tout à fait, la critique de l'enseignement donné par l'école ou le collège (J.Moulin), la permissivité extrême pour les jeunes, jouant, déambulant la nuit très tard, trop gâtés, trop nourris au sucre et gâteries, etc...

 

Quelques spécialistes et intellectuels publient des livres savants sur le monde rom, mais sur le terrain, cette communauté est décevante, passive, prenant tour à tout la stratégie de l'opportunisme, puis de la violence...

 

JPB

 

 

******Lire ce beau reportage sur le spectacle théâtral : site Made in Perpignan

Quand les femmes de Saint-Jacques se racontent sur une scène de théâtre

 

 

 

Article mis à jour le 2 février 2023 à 07:15

 

Depuis quelques jours dans les rues du quartier Saint-Jacques à Perpignan, Élodie, du centre social communal El Tingat, va convaincre les femmes de venir à l’atelier théâtre. Un atelier porté par Azyadé Bascunana de la Compagnie La Chouette Blanche. Elles seront trois – Rebecca, Angélina et Chouli – à accepter de sortir pour raconter la femme gitane, son rôle dans la communauté, sa vie. Vendredi 27 janvier, elles étaient sur la scène du Théâtre des Possibles.

... la suite sur le site de "Made inPerpignan"...

- - - - -
 
 

 

*********** Reportage sur France-Culture , le Jeudi 2 février 2023:

 

*Sur France-Culture :
 
Pourquoi la forêt de la Massane est-elle une sentinelle du changement climatique ?

 

La Massane, à l'amont d'Argelès-sur-Mer

Une forêt extraordinaire dans le sud de de la France.

Il est une forêt dans l’extrême sud de la France, en pays catalan, dans les Pyrénées Orientales, qui porte le nom d’une petite rivière côtière, la Massane. Elle est essentiellement composée de hêtres, qui trouvent ici leur limite sud de répartition en France.

Plus de 10 000 espèces vivantes

Entre 600 et 1100 m d’altitude, elle est proche de la Mer Méditerranée, au dessus de la commune d’Argelès-sur-Mer et s’étend sur 336 ha. Elle représente aujourd’hui le site (ramené à sa surface) le plus riche en nombre d’espèces en Europe : nous y avons déterminé plus de 10 000 espèces vivantes - oiseaux, poissons, mammifères, tous les vertébrés - et on fait maintenant des inventaires de groupes plus difficiles à étudier. Elle est, chronologiquement, la 5ème réserve nationale naturelle créée en France, en 1973

 

 

La Massane, une sentinelle de l’accélération du changement climatique

Soumise à un rude climat de semi-altitude (vents fréquents au dessus de 100 km/h) la Massanereprésente aujourd’hui une extraordinaire sentinelle de l’accélération du changement climatique et, bien que non exploitée depuis 140 ans, elle est menacée par la diminution des précipitations, l’augmentation des températures moyennes et le trafic routier intense très proche (col du Perthus). On y élève des vaches, habituées à la montagnes, aux pentes. Plus de 50 000 arbres y sont suivis individuellement depuis 40 ans et nulle part ailleurs, y ont été menés autant d’études et d’inventaires de microorganismes, champignons, flore et faune. La libre évolution du système forestier y a permis l’accumulation d’une extraordinaire faune d’espèces saproxyliques, vivant dans le bois mort. Tout ceci lui a valu en juillet 2021 d’être classée par l’UNESCO au patrimoine mondial de l’humanité. Une gloire fantastique pour une forêt française. On l'aime, on la protège, elle constitue un extraordinaire "laboratoire à ciel ouvert" et sa conservation est essentielle.

 

 

Bibliographie

J Garrigue, J A Magdalou et G Boeuf, La réserve naturelle de la Massane, 2012, ESpèces, 3, 65-69.

La chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant sur le haut de la page. Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" ; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser.

Partager cet article
Repost0
3 février 2023 5 03 /02 /février /2023 10:52
Femmes gitanes au théâtre des Possibles - Rivages des Arts : l'art et la médecine chinoise - Perpignan renouvelle son label French Tech ... Qu'es acco..???-
Femmes gitanes au théâtre des Possibles - Rivages des Arts : l'art et la médecine chinoise - Perpignan renouvelle son label French Tech ... Qu'es acco..???-
Femmes gitanes au théâtre des Possibles - Rivages des Arts : l'art et la médecine chinoise - Perpignan renouvelle son label French Tech ... Qu'es acco..???-
Femmes gitanes au théâtre des Possibles - Rivages des Arts : l'art et la médecine chinoise - Perpignan renouvelle son label French Tech ... Qu'es acco..???-

Femmes gitanes au théâtre des Possibles - Rivages des Arts : l'art et la médecine chinoise - Perpignan renouvelle son label French Tech ... Qu'es acco..???-

Vendredi 3 février à 19 h, à Perpignan, rue de romarins

 

le théâtre des Possibles, de Perpignan,

présente le spectacle « Pink ! », en tournée,  de la Cie La Chouette Blanche. 

(à 19h30 - à 19 heures, une scènette jouée par les enfants du conservatoire)

 

Pink ! raconte la confrontation de trois personnages et de leurs cultures : une gitane employée de ménage, un comédien aux origines roumaines et une metteuse en scène dépassée par son immersion en quartier populaire. 


Pink ! est né d’une résidence artistique au long cours (débutée en 2019) de la Cie La Chouette Blanche à la cité Gély, de Montpellier...


Pink !, fiction inspirée par l’expérience de ces quatre années de résidence, évoque aussi le destin singulier de l’une des femmes gitanes de la cité Gély : Ornella Dussol. Âgée de 31 ans, elle travaille dans le théâtre La Vista...


Pink ! est un spectacle qui questionne nos préjugés, se joue des clichés, et dans lequel le théâtre devient le lieu de la métaphore et de la métamorphose. Créé début novembre au théâtre Jean Vilar de Montpellier, actuellement en tournée en Occitanie, il fait se déplacer massivement la communauté gitane au théâtre. Pourquoi pas celle de Perpignan ?

 

Le Théâtre de Possibles (Tdp), de Perpignan accueille donc la Cie de la Chouette Blanche pour une représentation du spectacle Pink ! le 3 février, mais aussi pour une résidence artistique. Cette initiative s’inscrit dans le projet « Politique de la ville » du Tdp, intitulé Rencontre des cultures.

 

Durant une semaine, Azyadé Bascunana et Marielle Rossignol sont allées à la rencontre des femmes gitanes de Saint-Jacques. À la maison sociale de santé El Tingat ainsi qu’à la Maison de quartier Centre historique Rose-Gimenez, quelques-unes d’entre elles ont participé à des ateliers basés sur des entretiens et des exercices d’improvisation théâtrale. Une restitution de leur travail a eu lieu le 27 janvier au Tdp, enrichie d’une exposition et d’une projection des photos de Marielle Rossignol.

 
Théâtre des Possibles, 31 rue des Romarins, Perpignan.

 07 64 14 24 51

 

 theatredespossibles

 

- - - - - -

 

 

 *******Rivages des Arts communique

proposition de séance centrée sur les rapports entre l’art et la médecine chinoise, organisée par l’association : 

:

VIS-TA-MINE

10, rue des Terrasses

66000  PERPIGNAN

06 87 51 71 77

 Le

Dimanche 5 février 2023 de 9H30 à 16H

Maison de quartier : Saint Gauderique  Firmin Bauby

10 rue Nature

PERPIGNAN

 

- - - - -

Perpignan renouvelle son label French Tech ... Qu'es acco..???

 

 

*************COLLIOURE – Ciné -  communiqué de Henri S. animateur du Mondial :

 

Fans de la Fête, et du Cinéma, et de notre salle "LeMondial"

Avec quelques jours d'avance, profitez-en vous pourrez la fêter deux fois !
le deuxième Mercredi du mois, le 08 février
l'Association des Amis du Cinéma à Collioure vous convie au MONDIAL
POUR

DEUX FILMS (vostf) et ... un ENTRACTE de fête et d'échanges

  • 18h15  "(500) Days of Summer" ou "(500) Jours Ensemble" titre français
    ou l'inlassable quête de l'Amour
  • 20h    Entracte
  • 21h00 "In the Mood for Love" ou "Les Silences du Désir" titre québécois
    film aux nombreuses distinctions dont le César 2001 du Meilleur Film Etranger

AMENEZ VOS AMIS !!

 

- - - - -

Perpignan renouvelle son label French Tech ... Qu'es acco..???

 

****Perpignan renouvelle son label French Tech ... Qu'es acco..???

La mode, du vent..? Ou notre rivière du Vallespir, le TECH..???

 

*******

Partager cet article
Repost0
1 février 2023 3 01 /02 /février /2023 10:25
Débat :  changement de nom du département des P.O. , par Clarisse Réquéna - La critique littéraire locale ...

Débat :

 à propos du changement de nom du département des P.O. (le 66)

 

On a perdu le nord !

 

(Et moi, j’en perds mon latin.)

 

Dans l’article intitulé « Bientôt la fin des "Pyrénées-Orientales" ? Le projet pour changer le nom du département en bonne voie » (Actu, 17/01/2023), on lit : « Les Pyrénées-Orientales peuvent argumenter sur l’inexactitude géographique portant préjudice à l’image du territoire. En effet, « Pyrénées-Orientales » signifie littéralement Pyrénées de l’Est. Le département pourrait appuyer sur le fait de ne pas vouloir être représenté par un adjectif qui se réfère à l’Est, alors qu’il se situe dans le Sud. »

 

Bonjour la boussole !

Des cours de géographie, pitié !

 

Car sans ce secours, le citoyen lambda comprend que l’est s’oppose au sud comme l’ouest au nord. Il s’agit bien de l’Est des Pyrénées, non ? Car dans l’Est de la France, outre les Vosges par exemple, on trouve aussi les Alpes, au sud. Les Pyrénées-Orientales ne peuvent donc se trouver qu’à l’est de la chaîne de montagne.  Quant à la Bretagne, à la Vendée, à l’Aquitaine, ces régions ne peuvent être situées qu’à l’ouest, non ?

Le raisonnement de cet esprit qui veut faire passer des vessies pour des lanternes, si on peut utiliser le terme de raisonnement pour une assertion sans raison implique que l’expression Catalogne Nord ou du Nord ou Nord Catalogne suggère que les Pyrénées-Orientales se trouvent au nord alors qu’elles sont au sud ! Pourquoi ne pas dire Catalogne septentrionale pour faire oublier le mot nord ?

Bref, « Pays catalan » en lieu et place de « Pyrénées-Orientales » (option proposée par les géographes éminents qui demandent un changement de nom) se calquerait donc sur « Pays basque » qui se trouve au nord du sud et à l’ouest de l’est des Pyrénées.

On ne serait pas un peu à l’ouest dans les Pyrénées de l’est ?

 

Afin de discuter sereinement de l’éventuel changement de nom d’un département, ne conviendrait-il pas de s’entendre sur les mots ? Des cours de terminologie aussi, s’il-vous-plaît ! Notez qu’on ne dit pas « cours de français » ou « de catalan » ou de toute autre langue puisque les notions d’orientation, de nos jours, sont censées être universelles… et donc sensées aussi. Un nord implique un sud comme un orient suppose un occident. Le lever s’oppose au coucher et le couchant c’est le pays de la mort, de la chute si l’on veut bien regarder l’étymologie d’occident. L’orient, lui, relève de la naissance, c’est le lieu du surgissement du soleil à l’est.

Quant au pôle Nord qui nous permet de nous situer, voire de nous orienter (« orienter », de même racine qu’« oriental » bien qu’il s’agisse du Nord), il n’a que faire de toutes les arguties avancées : même si la Terre penche, on ne  rendra ce pôle ni oriental ni occidental… à moins de marcher sur la tête. Et de tourner en rond.

Dernière proposition entendue dans une conversation : les Pyrénées-Désorientales ou Désorientées… On ne dit plus qu’on est à l’est, ni au nord, ni au sud, ni nulle part. Un no mans land qui devrait satisfaire tout le monde et qui a l’avantage de parler une langue chic, celle de la finance, internationale et touristique.

De toute façon, comme le résume le titre de l’ouvrage (1994) de Carles Puigdemont, on risque de continuer de demander : Cata… què ?

 

Clarisse Réquéna

 

N. B. : Petit jeu : Pour l’emploi des mots nord, sud, est, ouest et leur orthographe (minuscule ou majuscule), voir, par exemple, le Dictionnaire de l’Académie (consultable en ligne). Par ailleurs, ne pas oublier de prendre en considération la polysémie.

- - - -

Après les "voeux" de la présidente CD66 :

 

« Pays Catalan » ou « Pyrénées Catalanes » pour remplacer Pyrénées-Orientales ?

Bien sûr, plusieurs pistes sont envisagées, bien qu’elles n’aient pas été officiellement annoncées, ce vendredi. L’un des vice-présidents du conseil, Nicolas Garcia, a tout de même précisé que le nouveau nom du département pourrait « revendiquer clairement l’identité catalane du territoire ».

D’autres pistes sont également étudiées, comme « Pyrénées Catalanes ». Ce nom intégrerait lui aussi le marqueur d’identité catalane, sans se détacher complètement de « Pyrénées-Orientales », à l’instar des précédentes modifications de noms de départements français (lire ci-dessous). Enfin, une troisième hypothèse peut être envisagée, bien que beaucoup moins probable désormais : « Sud », tout simplement.

 


 

Littérature/Histoire

 

A l'Indépendant, la critique littéraire assurée par M.Litout est bien plus pertinente que l'écriture "dadaïste" d'un T. Grillet qui croit inventer un style nouveau alors que son texte (ci-dessous) est truffé de fautes et d'incohérences (répétition de 200 ou 2000 exilés sauvés par Varian Fry, envoyé des USA à Marseille)...

Il est à regretter que les journaux locaux utilisent non le talent, mais le copinage et le "lignage" , M. Grillet, fils d'un ancien rédacteur en chef, devait être recruté...

JPB (fautes en caractères gras)

 

Extrait de cet article publié le 29 janvier 2022 (13 septembre 1940 : quand le journaliste américain Varian Fry aida cinq Autrichiens à franchir à pied le col de Banyuls).

...

Un juste parmi les nations. Et quel juste. Il devait en sauver 200, il en sauva plus de 2 000. Des juifs, intellectuels, artistes, scientifiques, écrivains, activistes antinazis. Terrible ce genre de liste en de telles circonstances dramatiques. Terrible ce poids à porter ensuite, de laisser les autres sur le bord de la route avec le sort effroyable que l’on connaît. Car Varian Fry, savait. Il fut l’un des premiers, jeune journaliste à New York, à dénoncer le massacre des juifs dès son retour aux états-Unis après la mission que l’Emergency Rescue Committee lui avait confié.

À 33 ans, l’ERC, l’envoie en août 1940 à Marseille pour sauver 200 personnes initialement prévues avec les visas déjà préparés. Fry, resta sur place 13 mois, se démena pour aider à faire fuir un maximum de juifs, de l’étau nazi se refermant rapidement grâce à l’aide du gouvernement de Vichy et de ses préfets zélés.

C’est lui, qui accompagna Alma Mahler, Heinrich Mann et sa femme Nelly, Franz Werfel, Golo Mann de Marseille à Port Bou pour la délivrance.

 Netflix a débuté début 2022 le tournage d’une série inspiré sur la vie de Varian Fry. Son nom : Transatlantique.

 

 

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2023 2 31 /01 /janvier /2023 17:44
Michel Pagnoux expose à Opoul - Lasaâd METOUI - Résister par l'art et la littérature, par Pierre CHEVALIER
Michel Pagnoux expose à Opoul - Lasaâd METOUI - Résister par l'art et la littérature, par Pierre CHEVALIER
Michel Pagnoux expose à Opoul - Lasaâd METOUI - Résister par l'art et la littérature, par Pierre CHEVALIER

Michel Pagnoux expose à Opoul - Lasaâd METOUI - Résister par l'art et la littérature, par Pierre CHEVALIER

 

Lundi 6 février 2023 à 18h30

 

au Théâtre de l'Étang à Saint Estève

    Résister par l'art et la littérature

par Pierre CHEVALIER

 

Le sujet de la conférence a été fourni par le thème du Concours National de la Résistance et de la Déportation 2015-2016 : Résister par l’Art et la Littérature. 

Le conférencier a eu recours pour cela à une double échelle de lecture : nationale et locale.

 

 

L’approche nationale suggérait trois parties :

- Art et Littérature pour combattre dans la France occupée 

- Art et Littérature, arme de la France Libre

- Art et Littérature pour continuer le combat et survivre dans les prisons et les camps d’internement ou en déportation.

Concernant l’aspect local, le conférencier a travaillé dans le domaine de tous les arts. Il évoquera des personnalités, de Pau Casals à Martin Vivès en passant par Antoine Cayrol.

 

Pierre CHEVALIER

Après diverses péripéties étudiantes et divers emplois, Pierre Chevalier devient PEGC Lettres-Histoire-GéographieÉducation Civique. Docteur en Histoire, il est investi dans le Concours de la Résistance et de la Déportation pour les collégiens et les lycéens.

 

CEPS en entrée libre et gratuite

 
 

 

Ce CEPS est parrainé par

Pour tous renseignements :

Les Rendez-Vous de Saint Estève

Site : www.rdvse.fr

Mel : rdvse@rdvse.fr

Tel : 06 81 37 71 58

Facebook : Les-Rendez-Vous-de-Saint-Esteve

 
Partager cet article
Repost0
25 janvier 2023 3 25 /01 /janvier /2023 10:53
Muriel PERSIL expose à LLIGAT galerie - Cinémaginaire programme -
Muriel PERSIL expose à LLIGAT galerie - Cinémaginaire programme -

 

 

La lettre de Cinémaginaire  n° 229 – 25 janvier 2023

Cinémaginaire réseau cinéma en Pyrénées Orientales

diffusion, éducation, festivals, création, formation

  

Partager un film ensemble, devant un grand écran et dans la bonne humeur,

c’est quand même autre chose que tout seul devant un petit écran de télévision !

Tous les lieux de cinéma du réseau Cinémaginaire dans les Pyrénées Orientales,

vous proposent un grand choix de séances de cinéma

dans le respect des mesures sanitaires en vigueur, et avec le sourire …

  

Voir et télécharger le programme en cours, avec toutes les projections

et toutes les animations proposées jusqu’au 24 janvier 2023 :

<https://www.cinemaginaire.org/images/pdf/progA.pdf>

 

A la une :

  ---------------------------------------------------------------------------------------------------------

  Du 13 au 29 janvier 2023
découvrez le 26e Festival de Cinéma
MAGHREB SI LOIN SI PROCHE
Boulevard Laïque des Cultures 
sur 16 communes de l'Aude et des Pyrénées Orientales

Voir et télécharger le programme du festival 2023 :

<https://www.cinemaginaire.org/images/pdf/prog-mgh-2023.pdf>

 

 ---------------------------------------------------------------------------------------------------------

LES FETES DE L'OURS en Vallespir CLASSEES A L'UNESCO !

 

  Jeudi 2 février 2023 18h00 Cinéma Vauban - 66 Port Vendres
  Jeudi 2 février 2023 18h30 Cinéma Vautier - 66 Elne
  Vendredi 3 février 2023 18h30 Cinéma Jaurès - 66 Argelès sur Mer
  Vendredi 3 février 2023 20h30 Cinéma Nouveau Palace - 66 Prats de Mollo
  Jeudi 9 février 2023 18h Cinéma Mondial - 66 Collioure

 

Les fêtes de l'ours du Vallespir viennent d'entrer
  au patrimoine mondial immatériel de l'UNESCO
  (re) découvrez le film sur la fête de l'ours à Prats de Mollo
  précédé du court-métrage de 10' qui a porté cette candidature
  au patrimoine mondial immatériel de l'UNESCO

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

Parmi les autres propositions à ne pas manquer :
---------------------------------------------------------------------------------------------------------

CINE FORUM

Jeudi 2 février 2023 à  19h

Cinéma Jaurès – 66 Argelès sur Mer

Organisé par les Amis de Cinémaginaire, en partenariat avec Cinémaginaire

Présentation et débat en prime !

Echanges et convivialité à l’issue de la séance !

 « Les survivants  »

Tarif : 5€

  ---------------------------------------------------------------------------------------------------------

CINE NINS

Dans le réseau des lieux de cinéma de Cinémaginaire

Le Cinéma des Enfants devient le Ciné Nins.

Plusieurs séances spécial Noël à noter dans vos agendas pour le quatrième Ciné Nins !
Le film 
Contes sur moi ! sera à l’affiche dans plusieurs salles de cinéma

Chaque mois, un film pour toute la famille à partager dans les salles partenaires du dispositif.

Toutes les infos sur la page Facebook Ciné Nins :

www.facebook.com/CineNins

Voir et télécharger le programme 2022 – 2023 :

https://www.cinemaginaire.org/images/pdf/prog-cine-nins-20222023.pdf

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

CINE JEUNE PUBLIC

Cinéma Vautier - 66  Elne /  Cinéma Foyer Rural - 66  St Paul de Fenouillet 

Des séances pour toute la famille 
Trois films d’animation pour le plaisir des petits comme des grands 
Voir grilles de programmation avec le pictogramme   
JP

Tarif : 5€ pour tous

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

CINE AACC

Cinéma Le Mondial - 66  Collioure

• Mercredi 8 février 2023 à 18h15 et 20h45

L’Association des Amis du Cinéma de Collioure (AACC) propose

une soirée avec 2 longs-métrages : 500 jours ensemble et In the mood for love

Entracte festif et gourmand entre les deux séances.

partage des provisions sorties du sac

1 film = 7€ / 5€ (adhérent AACC)

2 films = 10€ / 8€ (adhérent AACC)

 

CINE CATALAN

Salle du Préau - 66  Saint André

• Jeudi 9 février 2023 à 18h

avec le film Nos Soleils 

film en VO catalane et sous-titres en français


Découvrir toutes les actions de Cinémaginaire : <http://www.cinemaginaire.org>

 

Cinémaginaire
réseau cinéma de proximité en Pyrénées Orientales

contact@cinemaginaire.org  /   www.cinemaginaire.org

 

 
VERNISSAGE SAMEDI 28 JANVIER 2023

Exposition Muriel Persil

Sculptures Céramiques 

MURIEL PERSIL "Tes feuilles aussi conserveront une éternelle verdure".

En ce début d'année 2023 que nous vous souhaitons lumineuse, nous sommes très heureux de présenter une rétrospective de l'œuvre de Muriel Persil à la Galerie Lligat.
— Artiste prolifique, Muriel Persil est identifiée aujourd'hui comme une céramiste majeure de la nouvelle génération qui explore en toute liberté les potentialités expressives et formelles de la céramique.
Une mise en perspective de son travail de sculptrice céramiste sera présentée à partir des dernières pièces réalisées, associées à une sélection de peintures issues de la première manière et dont les thèmes influencent encore aujourd'hui son œuvre de céramiste. 

Vernissage Samedi 28 janvier 2023 de 15h à 20h. 
  • 12 rue de la Révolution Française 66000 Perpignan
  • Infos 06 14 36 40 01 et galerielligat.com
  • Galerie ouverte du mercredi au samedi de 14h à 19h

> Exposition programmée jusqu'au 18 mars 2023. 

 

MURIEL PERSIL, PARCOURS
Muriel Persil est née à Paris en 1966 dans une famille d'artistes.
À partir de 1986, elle étudie aux Beaux-Arts de la Ville de Paris, puis à l'Académie de la Grande Chaumière. Elle poursuit sa formation dans l'atelier du peintre chilien Carlos Sotomayor (1911-1988) où elle développe son goût pour l'anatomie, le nu et le portrait.
Entre 1989 et 1990, elle suit une formation au CNACFAG (Centre de formation aux arts graphiques) et obtient son diplôme d'assistante décoratrice. Pendant de nombreuses années, elle concentre son activité professionnelle sur la peinture de décor, parallèlement à ses recherches picturales.
Muriel Persil expose régulièrement ses peintures en France (Paris, Montpellier, Céret, Perpignan) et en Espagne (Barcelone, Gérone). Les grands formats figuratifs montrent des scènes de "nature refuge", luxuriantes.
En 2013, après s'être installée dans le sud de la France, Muriel se tourne vers la sculpture céramique, qu'elle a étudiée en autodidacte. Elle trouve dans le travail de l'argile (principalement le grès ou, plus rarement, la porcelaine) un médium de prédilection pour la recherche du volume, capable de traduire le syncrétisme de l'homme avec la nature. Si ce médium engage l'artiste vers une nouvelle approche gestuelle et corporelle, les grands thèmes qui ont irrigué sa peinture sont toujours présents : le vivant, la mort comme " traversée ", les éléments comme espace de métamorphose des corps. 

 

 

Avec le thème aquatique, qu'elle explore de plus en plus dans les pièces sculpturales et coralliennes, Muriel renoue avec une esthétique chère aux romantiques et aux symbolistes. Associée au "passage" - entre la vie et la mort, le réel et l'imaginaire, l'universel et le privé - l'eau traduit le territoire merveilleux où le moi profond est sondé contre le déterminisme et le scientisme du XIXe siècle. La métampsychose, qui désigne la migration des âmes, associe ces mondes paradoxaux qui questionnent l'immortalité. Se réappropriant ce projet, Muriel Persil revisite les mythes ou laisse l'imaginaire et le fantastique mener la danse, accordant au modelage la puissance de l'ontogenèse. Prolifération des formes, agglomérations, excroissances et poussées de la matière sont autant de forces de vie qui s'articulent avec l'enfouissement et la disparition. L'application des engobes ou des glaçures n'est jamais préméditée mais émane d'une nécessité physique qui peut s'imposer à l'artiste après la première cuisson. L'émaillage devient alors une aventure de la couleur aussi dynamique que la matière plastique.
Depuis 2019, elle alterne la création de sculptures monumentales avec des pièces qui marquent l'histoire de la céramique décorative (tasse, fontaine, vase, miroir). Elle envisage de réaliser des pièces associant le verre soufflé à ses créations.
Muriel Persil est représentée à Paris par la galerie Olivier Castaing [School Gallery] et par la galerie Lligat à Perpignan [Occitanie] qui lui consacre un premier Solo Show.


 

 

 

EN PRÉPARATION, un printemps Franco-Allemand !

 


— ENTRE LES LIGNES zwischen den linien
Avec Kati Gausmann, Nadia Lichtig, Océnae Moussé, Muriel Valat-B
Œuvres sur papier
5.04 >13.05.23 Vernissage le 8.05.23

— UN TEMPS FILAIRE
Exposition Hors les Murs, en partenariat avec 
Le LAC Lieu d’art contemporain
Duo show Nadia Lichtig, Muriel Valat-B
1.04 > 28.05.23 Vernissage 1.04.2023


© NADIA LICHTIG Pictures of Nothing (gold leaf on paper, print on paper/soundscape, oil, pencil and gold leaf on canvas). 2018 in: Catching the Light, Kai 10 / Arthena Foundation, Düsseldorf. Détail. 

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2023 2 24 /01 /janvier /2023 11:20
Francesca CARUANA, expo à Bélesta - Cinémaginaire à Banyuls/Mer et voeux le 27 janvier - 2 février : rencontre des savoirs à l'Université de Perpignan -
Francesca CARUANA, expo à Bélesta - Cinémaginaire à Banyuls/Mer et voeux le 27 janvier - 2 février : rencontre des savoirs à l'Université de Perpignan -
Francesca CARUANA, expo à Bélesta - Cinémaginaire à Banyuls/Mer et voeux le 27 janvier - 2 février : rencontre des savoirs à l'Université de Perpignan -
Francesca CARUANA, expo à Bélesta - Cinémaginaire à Banyuls/Mer et voeux le 27 janvier - 2 février : rencontre des savoirs à l'Université de Perpignan -
Francesca CARUANA, expo à Bélesta - Cinémaginaire à Banyuls/Mer et voeux le 27 janvier - 2 février : rencontre des savoirs à l'Université de Perpignan -
Francesca CARUANA, expo à Bélesta - Cinémaginaire à Banyuls/Mer et voeux le 27 janvier - 2 février : rencontre des savoirs à l'Université de Perpignan -
Francesca CARUANA, expo à Bélesta - Cinémaginaire à Banyuls/Mer et voeux le 27 janvier - 2 février : rencontre des savoirs à l'Université de Perpignan -

Francesca CARUANA, expo à Bélesta - Cinémaginaire à Banyuls/Mer et voeux le 27 janvier - 2 février : rencontre des savoirs à l'Université de Perpignan -

Ces derniers articles du blog ont été lus des centaines de fois...

Merci à mes fidèles lecteurs et à leurs commentaires...

 

             - Les terroristes catalans 

ont forcé la frontière !

*Hier dimanche, eut lieu la réouverture "sauvage" par un collectif sud-catalan du col de Banyuls:

 le passage frontière était fermé depuis deux ans dans le cadre de la lutte contre l'immigration clandestine  (décret du gouvernement français)

Les "terroristes" de Catalogne (sud de la frontière) ont mené une action inattendue pour libérer le territoire catalan désormais réuni. Ces cailloux ne séparent plus le nord et le sud de l'Etat catalan... Les Indépendantistes ont eu bien du cran et ceux du Nord (de France, de Banyuls, surtout) bien du courage de se rendre à Espolla dans ce contexte politico-révolutionnaire...Surtout, c'est le temps, froid et vent, qui aurait pu les inviter à rester chez eux... Mais non il fallait refaire l'unité catalane !!!

En réalité, on sut très vite que la frontière avait été "libérée" pour que les producteurs d'huile et d'olives du village d'Espolla puissent vendre leurs récoltes...

Le fric, avant tout !!!

 

- - -

 

CENSURE 

de la MAIRIE de Perpignan : je n'ai pas été invité aux vœux du maire : à la cérémonie des vœux qui s’est déroulée ce samedi 21 janvier 2023 à l’hôtel de Ville...
Quels sont les critères pour être invité : copain, adhérent du RN, courtisan..? Oui, tout cela !

Perpi la culturelle ??? Non Perpi-la CENSURE !!!

 
- - -
MARC LAVOINE, un chanteur très politique, à Perpignan 

LA FRANCE, L’ALGERIE, LA POLITIQUE,LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ

Marc Lavoine : « La Fête de l’Humanité représente ce pour quoi je fais de la chanson »

De ses parents communistes, Marc Lavoine a gardé une haute idée de son rôle dans la société : « L’artiste doit instaurer une passerelle entre ceux qui ont et ceux qui n’ont rien. » Il en a aussi conservé un rapport très particulier à la Fête. Rencontre avec un chanteur qui sait faire entendre la musique du cœur.

 

Marc Lavoine : Que représente pour vous la Fête de l’Humanité ?

Marc Lavoine C’est d’abord toute mon enfance. Mes parents étaient communistes, syndiqués. Pour moi, la Fête de l’Humanité est un tout. C’est un journal. Je vendais l’Humanité Dimanche avec ma mère, le muguet avec mon père. Nous avions des tracts à la maison, des réunions…(Mardi 10 Septembre 2019 - site de l’Humanité)

 Bien sûr, présent, le militantisme est moins évident et puis la déception (et l'abstention) se sont emparées d'une grande partie de la gauche : en effet, les anciens militants et électeurs communistes ont rejoint à présent, en grande partie, le RN et l'extrême-droite..!!

C'est pour cela que Lavoine vient à Perpignan, au contraire d'autres groupes (Indochine...), mais il faudra scruter ses mots car, dans ses chansons, la critique affleure et l'artiste préfère critiquer l'adversaire extrémiste, populiste et xénophobe à mots couverts...

 

- - -

Le déclin des intellos

A l'heure des réseaux bavards et souvent incohérents, où le marketing est roi et "l'intellectuel médiatique" à l'étroit et considéré comme un influenceur désirant vendre son dernier livre, on peut être inquiet du recul de la pensée, du déclin de la raison et des Lumières...

 Déjà, dans Eloge des Intellectuels, en 1987, BHL l'écrivait :

"Intellectuel, catégorie sociale et culturelle morte à Paris à la fin du XX° siècle : n'a apparemment pas survécu au déclin de l'universel."

Après les "bévues" de Sartre, symbole de l'intello français, te taisant sur le stalinisme et les camps pour ne "pas désespérer Billancourt", puis célébrant le maoïsme, qui fit quelque cent millions de victimes... 

Après Ph. Sollers, l'équipe de Tel Quel, F. Chatelet, se rendant en chine pour honorer là aussi le maoïsme... 

Après ces intellos serbes qui, en 1986, rédigent un appel à l'unification de tous les pays où vivent les Serbes, donnant ainsi un support "théorique" aux conquêtes et aux purifications ethniques qui auront lieu quelques années plus tard.."     MARIN ANDRIJASEVIC

(le Monde du 17.2.1994)

Après le "silence des intellectuels", en 1981, suivant l'élection de F. Mitterrand... et leur silence actuel : seule Annie Ernaux, récent prix Nobel de littérature, n'hésite pas à manifester auprès de J.-Luc Mélenchon... Quant à la droite extrême, ne revenons pas sur les propos racistes et cogitations troubles de M. Houellebecq...

Cependant, si le "grand" intellectuel engagé d'autrefois a disparu (M. Onfray aurait bien tenu ce rôle, mais il dérive et ses déclarations se font plus confuses...), le débat se poursuit dans quelques revues, tel "Le 1," -malgré la mort du trimestriel de Gallimard et Pierre Nora, justement "Le Débat"- et même à la télévision, à Arte et à la 5, autour de "C politique" et "C ce soir"...

Le débat intellectuel est, comme toujours, centralisé à Paris, tandis que loin de Paris, à Perpignan, par exemple, clubs de réflexion, cercles d'études, groupes de pensées, et presse d'opinion de niveau élevé, ont disparu, l'esprit se montrant lors des nombreuses conférences qui regroupent un public de retraités de plus en plus âgés...

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2023 1 23 /01 /janvier /2023 09:39
A.Bonet, L.Aliot, J.F.Leroy (de gauche à droite)

A.Bonet, L.Aliot, J.F.Leroy (de gauche à droite)

Au col de BANYULS -
Au col de BANYULS -

Au col de BANYULS -

Jean-François LEROY, le président de VISA

 

 

est-il une pourriture ?

 

 

  • Lors de la remise du Visa d’orde la ville de Perpignan, prix traditionnellement remis par le maire, les équipes de Louis Aliot ont voulu imposer que montent sur scène une dizaine d’Ukrainiens, dont des enfants, en tenue traditionnelle. Jean-François Leroy ne décolère pas :
  • « Louis Aliot a voulu en faire un moment de communication politique. Pour rappeler que la ville avait accueilli des personnes fuyant la guerre. Sauf que ce n’est absolument pas l’endroit. Jamais un politique n’a fait ça en trente ans. Visa, c’est de la photo, point. »
  • En coulisse, le désaccord est allé jusqu’à pousser l’adjoint à la Culture de Louis Aliot, André Bonet, à traiter devant témoins de « pourriture » le président du festival.
  •  
  • Louis Aliot balaie, lui, une « confusion »...

 

(TÉMOIGNAGE DU SITE "MADE IN PERPIGNAN"

- Les terroristes catalans

 

ont forcé la frontière !

 

 

*Hier dimanche, eut lieu la réouverture "sauvage" par un collectif sud-catalan du col de Banyuls:

 le passage frontière était fermé depuis deux ans dans le cadre de la lutte contre l'immigration clandestine  (décret du gouvernement français)

 

Les "terroristes" de Catalogne (sud de la frontière) ont mené une action inattendue pour libérer le territoire catalan désormais réuni. Ces cailloux ne séparent plus le nord et le sud de l'Etat catalan... Les Indépendantistes ont eu bien du cran et ceux du Nord (de France, de Banyuls, surtout) bien du courage de se rendre à Espolla dans ce contexte politico-révolutionnaire...Surtout, c'est le temps, froid et vent, qui aurait pu les inviter à rester chez eux... Mais non il fallait refaire l'unité catalane !!!

En réalité, on sut très vite que la frontière avait été "libérée" pour que les producteurs d'huile et d'olives du village d'Espolla puissent vendre leurs récoltes...

Le fric, avant tout !!!

JPB

 

 

*Témoignage lu dans L'Indépendant (21.1.2023):

 

"Cette réouverture après une intervention des habitants d’Espolla était très attendue et c’est une bonne chose, mais j’aurais bien aimé que cela soit le fait d’habitants du côté français. Je regrette que cela n’ait pas été le cas, les réactions du côté sud catalan concernant cette fermeture ont été un peu plus tardives, mais ils ont su être plus efficaces le moment venu pour dégager le passage. Même si cela est provisoire".

 

Pour le nord Catalan, cette fermeture "est une vraie interrogation. S’il s’agit de contrôler les migrants, le dispositif est parfaitement inutile. Il y a pour eux mille façons plus simples, y compris par le train, de rejoindre la France".

 

Des propos qui semblent largement partagés de part et d'autre de la frontière, car c'est un mélange d'incompréhension et de colère qui transpire des échanges recueillis ce dimanche encore.

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2023 7 22 /01 /janvier /2023 11:20
Marc Lavoine, un chanteur très politique, à Perpignan

MARC LAVOINE, un chanteur très poLitique, 

À PERPIGNAN (BOITE À CLOUS)

 

LA FRANCE, L’ALGERIE, LA POLITIQUE,LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ

Il garde pour les Communistes une tendresse que lui ont apprise ses parents, militants communistes... Voici quelques déclarations du chanteur : 

Marc Lavoine : « La Fête de l’Humanité représente ce pour quoi je fais de la chanson »

De ses parents communistes, Marc Lavoine a gardé une haute idée de son rôle dans la société : « L’artiste doit instaurer une passerelle entre ceux qui ont et ceux qui n’ont rien. » Il en a aussi conservé un rapport très particulier à la Fête. Rencontre avec un chanteur qui sait faire entendre la musique du cœur.

 

Que représente pour vous la Fête de l’Humanité ?

Marc Lavoine C’est d’abord toute mon enfance. Mes parents étaient communistes, syndiqués. Pour moi, la Fête de l’Humanité est un tout. C’est un journal. Je vendais l’Humanité Dimanche avec ma mère, le muguet avec mon père. Nous avions des tracts à la maison, des réunions…(Mardi 10 Septembre 2019 - site de l’Humanité)

 Bien sûr, présent, le militantisme est moins évident et puis la déception (et l'abstention) se sont emparées d'une grande partie de la gauche : en effet, les anciens militants et électeurs communistes ont rejoint à présent, en grande partie, le RN et l'extrême-droite..!!

C'est pour cela que Lavoine vient à Perpignan, au contraire d'autres groupes (Indochine...), mais il faudra scruter ses mots car, dans ses chansons, la critique affleure et l'artiste préfère critiquer l'adversaire extrémiste, populiste et xénophobe à mots couverts; ainsi dans cette chanson :

 

 
CHANSON : C'EST ÇA LA FRANCE
 

Écoutez " C'est ça la franc…" 

sur Apple Music 

 

Ça boit le petit noir ou le petit vin blanc 
Ça cherche la bagarre et du boulot souvent 
Ça lève le poing, ça bouge, ça manifeste 
Ça sort tous les samedi dépenser son pognon 
C'est ça la France 


Du ChIlii dans les gamelles et du vin dans les biberons 
C'est ça la France 
Du Laguiole à l'Opinel partager les saucissons 
C'est ça la France 
On est tous des frères selon les déclarations 
Enfin je pense faut jamais les oublier 
Les trois mots qui se terminent en Té
 

Ça fait de l'huile d'olive et du couscous poulet 
Ça trinque à la pétanque au comptoir chez Marseille 
Ça Brassens à tout va c'est beau les seins d'une fille 
Ça camembert le chinois ça frise à la Bastille 
C'est ça la France 

 

Du Chili dans les gamelles et du vin dans les biberons 
C'est ça la France 
Du Laguiole à l'Opinel partager les saucissons 
C'est ça la France 
On est tous des frères selon les déclarations 
Enfin je pense faut jamais les oublier 
Les trois mots qui terminent par Té 

Ça avale son Vichy et ça Dreyfus la joie 
Jean-Moulin rouge aussi Pierre Bérégovoy 
Ça liberté de la presse c'est pas qu'une impression 

La plus souvent ça OS chez Renault chez Citron 
C'est ça la France 

 

 

* Pas de racisme chez lui

M. Lavoine et l'Algérie :

 

– Le chanteur et acteur français Marc Lavoine a rendu un émouvant hommage à l’Algérie et aux Algériens, lors d’un concert qu’il a animé ce samedi à la salle El-Mouggar, à Alger.

Après Claude Barzotti qui a chanté Alger la Blanche, l’icône du cinéma français Gérard Depardieu qui affirmé que c’était «une fierté d’être Algérien» et même Nicolas Sarkozy qui avouait récemment avoir «aimé être né à Alger», Marc Lavoine a tenu à raconter l’histoire de son père envoyé dans notre pays «contre sa volonté» et «contre ses idées» et qui fut sauvé deux fois par deux Algériens durant la Guerre de libération nationale.

Marc Lavoine n’a pas donné les détails de l’histoire de son père ni des circonstances exactes dans lesquelles il a échappé à la mort grâce à l’intervention des deux Algériens auxquels il rend hommage. «Je vis avec ces deux hommes qui lui ont sauvé la vie, le premier fut soigné à l’hôpital militaire, le deuxième était son ami qu’il appelait «mon frère»», raconte Marc Lavoine qui révèle que l’un des deux hommes «prit la balle tirée d’un fusil et mourut dans ses bras, au soleil d’un après-midi, d’une balle qui n’était pas pour lui». «Ce jour-là, poursuit-il, mon père est mort aussi en Algérie, mais il a pu avoir un deuxième fils, être un père, ce que son ami n’a jamais pu faire.»

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens