27 novembre 2014 4 27 /11 /novembre /2014 11:33

 débat à la haute école d'art, 3 rue Foch, à partir de 18h:

 

      "L'art est-il démocratique..?"

 

 

    * D'un point de vue social il n'a rien de démocratique, c'est-à-dire, susceptible d'être accessible au plus grand nombre. Les oeuvres d'art sont chères et, de nos jours avec la spéculation qui règne dans le marché international, l'art est réservé aux grandes fortunes ou à des organismes bancaires.

 

    Bien sûr, l'existence des galeries d'art et des musées constitue une ouverture pour le grand public.. Cependant, l'art est une question, avant tout, d'éducation : les gens peu cultivés ou non initiés, étrangers à la visite d'un lieu consacré à l'art, ont peur de venir dans un monde qu'ils ne connaissent pas…Les pauvres, marginalisés dans leur quartier, n'ont pas l'idée de franchir la frontière du ghetto pour pénétrer un univers qu'ils ne soupçonnent même pas; leurs préoccupations sont tout autres…

 

Même quand l'exposition ou l'entrée du musée est gratuite  : on a constaté, lors de l'opération gratuité au Louvre, que c'étaient toujours les mêmes, les classes moyennes, les enseignants, les professions intellectuelles qui venaient…

 

    On remarque aussi que la foule (de privilégiés, nommés plus haut, ou de touristes) se déplace pour les grands événements, parisiens surtout, pour les grands maîtres, les artistes connus (Van Gog, Cézanne) ou les mouvements bien installés (fauvisme, impressionnisme). L'art est devenu une affaire de mode : il faut aller voir l'expo dont on parle pour pouvoir en parler à son tour et surtout dire qu'on y était !

 

    Ainsi, il n'y a guère que le street art qui soit actuellement accessible : sur les murs, la photo (ou la pub, quand elle est créatrice de formes nouvelles) constitue un ersatz de musée : une expo fugace, éphémère, gratuite et incessante… Elle n'est pas un "grand art", sauf quand sont montrées les oeuvres d'un Pignon Ernest, d'un Bansky, sur les façades des villes.

 

    A part cette forme d'art urbain, destiné donc à un public populaire,l'art est non démocratique; il s'agit là d'une régression, d'un retour à la préhistoire, à une époque des origines de l'art -qui n'avait pas le statut d'art - quand le dessin était montré à toute la tribu sur les parois d'une grotte !

 

    **L'art n'est donc pas démocratique; il est même anti-démocratique, car, le plus souvent, c'est l'oeuvre d'un seul individu donnant à voir un style punique, un univers fait de rêves ou de fantasmes personnels. Les oeuvres collectives sont rares, la création est individuelle, composée en marge de la société, loin des idées reçues partagées par le plus grand nombre.

 

    En effet, l'oeuvre d'art maîtrisée, neuve, à l'écart de la norme (c'est la définition du "style") nous plonge dans le monde d'un artiste, qui ne nous donne ni le sens ni le code… A nous de trouver la cohérence, au public de prolonger l'oeuvre en lui trouvant des significations ou un réconfort, une consolation… Il en est de même en littérature; en poésie, surtout, par exemple avec celle de René Char : l'absence de repères, de langage commun, de syntaxe connue, exige effort de lecture pour comprendre, par exemple,le mécanisme de l'image…

 

    Face à l'unicité, à "l'aura" de l'oeuvre (pour employer le mot de W.Benjamin, signifiant que l'oeuvre unique baigne dans un halo de mystère et de charme, même si le philosophe a montré que la reproductibilité permet une diffusion massive de l'image artistique), la foule s'éloigne souvent, choquée ou désorientée, quand la forme d'art est nouvelle, non encore intégré par l'imaginaire collectif : rappelons nous les scandales lors de l'expo des "Fauves" ou les critiques indignées à propos de Cézanne, des "impressions" de Monet ou des installations de Marcel Duchamp !

 

    C'est avec le recul et la postérité que l'artiste maudit ou rejeté à son époque, est récupéré, inséré dans le musée, mémoire et conservation de l'histoire des arts. L'artiste retrouve alors une seconde vie grâce au musée et au livre d'art, mais son oeuvre n'est pas assurée d'être appréciée par tous et d'accéder ainsi à un statut démocratique : les foules connaissent Dali grâce à ses gesticulations médiatiques, mais ses toiles sont peu comprises et demeurent souvent encore aujourd'hui bien énigmatiques…

 

    Jean-Pierre Bonnel

 

- - - 

 

** Jeudi 27 novembre à la galerie L'ISBA :

 

Marc JANSON, qui a aujourd’hui 84 ans et qui vit à Paris, a longtemps été un familier des Pyrénées Orientales et le village de Llauro est toujours fortement présent dans la mémoire de ses enfants.

 

Mais, avant Llauro, dans les années 50, Marc JANSON et sa femme Claude avaient pris l’habitude de passer l’été à Collioure. C’est à Collioure qu’il a découvert à 18 ans, que Marc JANSON est tombé sous le charme du Roussillon. Il avait entendu prononcer pour la première fois, le nom de Collioure chez la veuve d’un peintre cubiste. Un grand tableau figurait en bonne place chez elle. C’est Collioure dit-elle ; on voyait la citadelle austère, ornée de quelques tirailleurs sénégalais vaguant entre les barques et la mer.

René Pous, en ce temps là était l’accueillant seigneur de Collioure, et son dauphin Jojo, un enfant.

 

A l’époque, c’était surtout la peinture de Survage que l’on pouvait voir, tant chez René Pous que chez la mère Quintana. 

Le souvenir du fameux séjour de Matisse et Derain, était présent par un Derain, nullement fauve d’ailleurs, qui figurait Don Quichotte un peu à la manière de Daumier, chez ….  Futur maire de Collioure.

Mais dans ce temps là, le maire c’était le Dr Billard, qui enlevait, avec une patience d’ange, les épines d’oursins qu’on avait dans les pieds, et qui s’intéressait aussi à la peinture.

 

En 1954, ce fut l’été Picasso, omniprésent avec sa cour, comportant entre autres la veuve du sculpteur Manolo, que les pêcheurs regardaient d’un œil soupçonneux « Es une donne que fume ».

Le formidable instinct de Picasso lui faisait renifler une chose : les jeunes peintres subissaient d’autres influences (Kandinsky, Klee, Chirico, Picabia, etc…) et allaient échapper à son emprise. En conséquence, lui qui aimait plus que toute chose : séduire, déployait des trésors de charme et de gentillesse, avec tous les jeunes peintres, poussant l’abnégation jusqu’à faire semblant de s’intéresser à leurs balbutiements.

Nous avons vu Picasso, à la terrasse des Templiers, faire, en une heure environ, à l’encre de chine avec une plume baveuse qu’il essuyait constamment 20 ou 30 portraits du poète Marc Sabatier-Levèque, qui lui avait été recommandé par André Malraux, les dessins recueillis au fur et à mesure pour son fils et chauffeur Paulo, sauf destiné à orner « oratorio » pour la nuit de Noël de Marc Sabatier-Levèque.

 

Mais pendant ce temps là, naissaient très modestement, sous la tonnelle d’Etienne Espériquette, et ensuite dans un grenier prêté par René Pous, les premiers tableaux abstraits de Marc JANSON. 

Et ces années 54, 55, 56 etc… sont illustrées dans la galerie d’Isabelle Bagnouls et Sophie Phélline par quelques tableaux peints dans la fraîcheur de cette tonnelle où Roland Barthes apparut pour la première fois, qui allait, dix ans plus tard, écrire sur la peinture de JANSON.

 

Ensuite c’est l’aventure des maisons de Llauro, la première en 1961-63, et la seconde en 1965-71, où nous vivions entrecoupé de voyages à Paris, Milan, Genève. 

C’est dans la seconde maison que Marc JANSON a peint presque tous les tableaux qui ont été exposés à Paris, chez François Petit et chez Armand Zerbib, à Milan, au Palais des Beaux Arts de Bruxelles et à Genève.

 

A Llauro, Ludovic et Claude Massé, Bernard et Eva Nicolau, Bernard et Sabine Dauré, Georges Fa, Jacques et Ginette Nicolau, Jean-Claude et Catherine Valantin étaient constamment présents, et des tableaux de JANSON figurent dans leurs collections. Bernard Nicolau ayant même mis sur pied une petite société de collectionneurs.

 

C’est à Llauro que l’ange du bizarre est entré dans la peinture de JANSON. Pendant ce temps, à Paris, Patrick Waldberg, commençait à voir en lui un descendant du Surréalisme, en l’exposant à la Galerie Charpentier en 64 (Le Surréalisme, histoire, sources, affinités), et ensuite lui faisant la place que l’on sait dans la plupart de ses écrits, notamment dans « Les demeures d’Hypnos » où un chapitre lui est consacré. Dans le même temps, il exposait en 68, à la Fondation Maeght (Bilan d’Art Actuel 1965-1968) etc…

 

Revenu à Paris dans les années 70, ses tableaux sont pleins de « citations », l’air et la lumière respirables dans le Roussillon où circulent aussi les Diables Véloces de la Tramontane.

 

Isabelle Bagnouls et Sophie Phéline

ont le plaisir de vous convier au vernissage de l’exposition

JANSON

DANS LE VENT CATALAN*

Six décennies de peinture : 1953 - 2010

Jeudi 27 novembre 2014 à partir de 18 h 30

Exposition du 28 novembre au 31 janvier 2015

 

La Galerie est ouverte du jeudi au samedi de 14h à 19h et sur rendez-vous Isabelle Bagnouls 06 75 79 18 17 Sophie Phéline 02 71 49 55 27

 

Nous remercions Benoît et Sybille Janson pour leur collaboration. *Le titre est une citation de l'artiste.

Complément à la liste des expositions qui figurent dans le petit livre paru en 1999 :

Paris :     Galerie Nicolas Deman, 2000

        Galerie Triangle, 2000

        Galerie Europe, 2004

Et nombreuses expositions de groupe :

Musée Ingres, Montauban, 2011, 2013

Musée d’Art Moderne de la ville de Paris, 2012, 2013, 2014 

Galerie Michel Broomhead, Louvre des Antiquaires, Paris 2005, 2006, Deauville etc…

Galerie Boulakia, Paris 2012, 2013, etc…

 

 

    

Le bruit et le feu © Marc JANSON

Le bruit et le feu © Marc JANSON

Partager cet article

Published by leblogabonnel - dans peinture
commenter cet article
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 15:02
Galerie L'Isba
Galerie L'Isba

Michel FOURQUET à CERET

Galerie Odile Oms :

visible du 28 novembre au 31 décembre 2014 dans la "cage aux peintres " de la galerie.

Le vernissage est prévu le vendredi 28 novembre à partir de 18 h.


Vous pouvez d'ores et déjà découvrir les œuvres à la galerie ou sur le site internet : http://odileoms.com/fr/expositions/marc_fourquet_2399/


Cette événement s'ajoute aux expositions toujours en cours de :

André Susplugas et Julien Descossy


Une autre partie de l'œuvre de Marc Fourquet sera déterritorialisée et visible du 9 décembre au 9 février chez " les Enfants gâtés " 17 rue de l'Ange à Perpignan.

"Découpage et collage mettent à l'épreuve la plasticité du modèle pour lui conférer (.) une identité nouvelle sous les traits d'un chimérique modelé. Visions elliptiques, plan télescopés, ces compositions faites de lambeaux d'esquisses assument les péripéties de leur propre création. "

ODILEOMS.COM

- - -

L'isba/art contemporain

Isabelle Bagnouls

Sophie Phéline

19, avenue des Palmiers

66000 Perpignan

www.lisba.fr

lisba66@gmail.com + 33 (0)4 68 59 41 18

***

*** L'Isba, à deux pas du boulevard Cléménceau, n'est pas le casot de Poutine ou de l'un de ses sbires: sous les palmiers il aurait tri chaud ! En outre, il ne saurait pas apprécier la beauté et l'aspect insolite de cette villa "art nouveau", domicile privée d'Isabelle et Sophie, devenu galerie d'avant-garde, privée, absolument, sans subvention publique…

Et pourtant le bon goût habite cette demeure au charme indéfinissable, qui se voit investie, trimestre après trimestre, par des artistes à fréquenter avec amour de la découverte… Cette fois-ci, un peintre belge, parisien, mais aussi catalan puisqu'il fut à l'origine de la création du musée de Céret (il en fut le directeur en 1964). Vivant désormais dans la capitale, il connaît très bien le département et ses lieux esthétiques.

Il pratique une peinture littéraire, mais aussi fantastique, symboliste à la manière de G. Moreau. Associée au sacré, sa peinture fait aussi penser au surréalisme, à Wilfredo Lam...

Le livre élégant et littéraire * qui lui est consacré parle de sa peinture visionnaire, d'un autre monde, poétique : l'ange du bizarre l'a habité, aime-t-il dire, à cause de la tramontane (on pense à la folie : "Folie catalane, Collioure, 1956"... à Soutine, à ces maisons disloquées de Céret…). Ce qui hante cette esthétique, c'est la couleur et le mouvement, la dynamique, l'assimilation de tous les courants picturaux et la liberté d'en sortir !!!

Livre littéraire donc, où Roland Barthes *, écrit, entre autres justes réflexions : "Exposer, c'est présenter un travail, faire comprendre ce qui est recherché…c'est une certaine idée de l'efflorescence…un jeu de sens…"

* Catalogue de la galerie Weiller, février 1969.

JANSON

Dans le vent catalan

peintures 1953 - 2010

Actualité de la nouvelle exposition de la galerie consacrée à MARC JANSON -

vernissage en présence de l'artiste jeudi 27 novembre à partir de 18h30, en présence de l'artiste.

L'exposition présente pour la première fois à Perpignan un ensemble de 30 œuvres couvrant un demi-siècle de travail.

Exposition du 28 novembre 2014 au 30 janvier 2015.


La galerie est ouverte du jeudi au samedi, de 14h à 19h et sur rendez-vous. Visuels et dossiers d’informations complémentaires à disposition sur demande. Contacts : lisba66@gmail.com

- - -

Le peintre G. Badin, ancien directeur du musée d'art moderne de Céret est décédé. J'avais publié ce reportage chez lui, le 3 juin de cette année 14, dan mon blog. JPBonnel.

Georges Badin, le bonheur de peindre

Je me rends en compagnie de Claude Massé, à la maison de G.Badin, rue du lycée. Sa femme, jeune, nous conduit à son atelier, à l'étage.

Les couleurs se sont nichées sous les toits, partout sur le plus simple support...Sa toile est un décor matissien sans porte ni fenêtre, sans intérieur ni extérieur : plus de limites à la célébration de la beauté du monde :les couleurs, vives, pleines, quasi primaires, avec les rouges violents, les jaunes aveuglants, sont là, étalées dans toute leur sensualité sur un papier, un tissu, un support qui ne supporte plus la clôture du cadre traditionnel, la frustration, l'ordre ou la restriction de l'encadrement.

Il nous montre les livres qui accompagnent les textes de grands poètes. Tel Michel Butor. Ces taches colorées sont indéfinissables, des explosions de joie intérieure sur les étoffes : Badin l'enchanteur, l'alchimiste, le teinturier. Georges Badin semble ne raconter, avec une outrance toute personnelle, que le bonheur de la peinture...

Picasso, en déformant les figures, les corps...est réaliste, il montre l'horreur des guerres, des désastres...Il estime que son rôle, son engagement est de stigmatiser la haine.

Matisse, quant à lui, pensait qu'il devait rendre l'Homme heureux : si sa toile arrivait à donner un instant de joie au spectateur, alors il avait gagné ! Matisse est le peintre du "bonheur de vivre", même s'il ne méconnaît pas les injustices; il estimait que si chacun, dans son coin, faisait son boulot avec honnêteté, sans nuire aux autres, le bonheur serait possible...

G.Badin se trouve dans la lignée de Matisse; son originalité est dans la systémisation de cette idée de bonheur : agrandir les cadres, portes et fenêtres de son art; il est antiréaliste, sa peinture est utopiste, sa vision est colorée...

Je constate que je suis incapable d'écrire sur G.Badin : on ne peut sortir ses mots pour gloser sur la pleine beauté. Ce que l'on ose faire, alors, c'est écrire un texte autour de la peinture, ou parallèlement à la peinture...Un poème, un hors-texte, un article hors-sujet, qui brode sur les broderies du peintre...

Oui, impuissant et je ne badine pas ! Que faire face à ces couleurs comme des feux d'été, comme des mers dévorées par le bleu... C'est pourquoi G. Badin aime le site de Paulilles, cette crique chargée à blanc, creusée d'explosifs, les vestiges insidieux d'une usine de mort.

Ecrire la peinture à retardement !

- - - Ciné turc à Saint-Estève :

Cinéma turc

Festival de cinéma Les Toiles, du 27 au 29 novembre, Théâtre de l’Étang, Saint Estève :

l’association Les Rendez-Vous fait découvrir le cinéma turc, à travers cinq films et deux conférences.
En partenariat avec le Théâtre de l’Étang et l’Institut Jean Vigo et avec le parrainage d’Optic 2000.

Partagé entre un cinéma commercial à succès, parfois médiocre, et un cinéma d’auteur, le cinéma turc se signale avant tout par la grande diversité de thèmes et d’expressions qui le traversent. Son éclairage sur les liens entre art, culture et société pose des questions plus que jamais d’actualité dans un monde en proie au doute.

Entrée libre et gratuite

Jeudi 27 novembre :
18h : conférence : Entre Occident et Orient, une terre de passage depuis la nuit des temps par Andrée Delaris
20h 30 : Film (V.O.) : Yol de Yilmaz Güney (1982 – 1h 50 min). Palme d’Or à Cannes 1982.

Vendredi 28 novembre :
18h : La Turquie moderne (1919-2014) par Alain Arthozoul
20h 30 : Film (V.O.) : Les 3 singes de Nuri Bilge Ceylan (2009 – 1h 49 min). Ce réalisateur a remporté la Palme d’Or à Cannes en 2014 avec Winter sleep.

Samedi 29 novembre :
14h 30 : Film (V.O.) : Derrière la colline de Emin Alper (2012 – 1h 34 min).
17h : Film (V.O.) : Des temps et des vents de Reha Erdem (2008 – 1h 45 min)
20h 30 : Film (V.O.) : De l’autre côté de Fatih Akin (2007 – 2h 02 min)

Pour tous renseignements : Tel : 06 32 47 21 14 ou Mel : rdvse@rdvse.fr ou Site internet : www.rdvse.fr
Les Rendez-Vous de Saint-Estève, créateurs d'évènements culturels

- - -Le28 à Collioure :

Caféclat 28 novembre à Collioure

Publié le 24/11/2014 à 16:35 par leblogcultureldyl

Cafe Pub

28 Novembre 14

Caféclat présente Ellen Turner Hall et son livre Hôtel Belvédère du rayon vert et autres nouvelles de la Côte Vermeille,Editions Talaia.

Vendredi le 28 novembre Ellen parlera de son livre sur les 4 ports de la côte, vus autrement. En découvrant son village, chaque personnage se révèle.

Du livre au scenario au book trailer Ellen parlera des exigences de chaque genre pour raconter une histoire.

Caféclat au Bar Saint Elme, au Faubourg, Collioure. Rendez-vous au premier l’étage de 18h30 à 20h00. Entrée libre. Boissons disponible au bar. Présentation en français et anglais.

Pour info:www.cafeclat.blogspot.com où Facebook.

- - -

Marc Fourquet © galerie Odile OMS

Marc Fourquet © galerie Odile OMS

Partager cet article

Published by leblogabonnel - dans peinture
commenter cet article
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 11:02
Brésil
Brésil

**** Le dernier courrier de mon ami Zenildo Barreto (sculpteur sur bois brûlés à Salvador de Bahia et ingénieur agronome de surcroît), est terrifiant !

La forêt au Sud de Salvador, (la Mata Atlantica...) où vivent depuis toujours les indiens Pataxos, est en train de disparaître à jamais!

Lors de mes 3 derniers voyages dans le Nordeste Brésilien

j'ai eu la chance de rencontrer ce peuple de ''petits'' hommes beaux,

souriants, chaleureux et accueillants ....

Tout ce qui vivait dans cette forêt primaire, aujourd'hui rasée (tribus, biodiversité unique au monde ; animaux, flore, et diverses essences rares), est en voie d’extinction !

La Mata Atlantica s'étendait à l'origine sur 1 490 700 km², soit 15 % du territoire brésilien actuel.

Elle a perdu depuis 1949 plus de 85 % de son étendue.

Il n'en reste aujourd'hui que 95 000 km², c'est-à-dire 7,3 % de sa superficie initiale.

Soit, transformé en brûlis pour l'élevage ou l'agriculture (canne à sucre...les recherches sur le carburant 'éthanol' , sont gérée au meilleur pourcentage bénéfique pour les USA !)

Soit, les arbres précieux abattus servent à la fabrication de meubles de grand prix.

Cet abattage reste au bénéfice de 2 holdings extra-nationaux

Les mêmes qui mènent la déforestation en Indonésie....

en abreuvant les responsables des états de commissions

chiffrées en millions de dollars

les populations à la dérive ... qui n'ont aucune chance de se voir dédommager en quoi que ce soit

Aucune !

Alors,

comme partout et toujours, on crée des ''réserves de préservation'' (?)

et bientôt on congèlera la beauté de ce peuple !

Guy Jacquet

(voir Nação e nacionalismos.1999.- les études menées par

Armila Cavo et Anderson, Benedict.)

Œuvre en bois brûlé de la Mata Atlantica de Zenildo Barrreto

lors du Sommet de la Terre à Rio

***

La lettre de Cinémaginaire n° 127 – 24 novembre 2014

Cinémaginaire réseau cinéma en Pyrénées Orientales

diffusion, éducation, festivals, création, formation

Pour trouver le programme des 3 semaines en cours : <http://www.cinemaginaire.org/www/images/news/progA.pdf>

> Pour trouver toutes les infos et en savoir plus sur Cinémaginaire : <http://www.cinemaginaire.org/www/index.htm>

Pour trouver le programme de toutes les salles de cinéma programmées par Cinémaginaire sur : <http://www.allocine.fr/salle>

Pour trouver l’agenda des évènements marquants Cinémaginaire septembre 2014 – juin 2015 : <http://www.cinemaginaire.org/www/images/news/progF.pdf>

vos prochains rendez-vous :

Mardi 25 novembre 2014 à 20h30

Cinéma Jaurès - 66 Argelès sur Mer

Imagopublica présente un film soutenu par le GNCR (Groupement National des Cinémas de Recherche) dont Cinémaginaire est membre.

Cette proposition régulière prend place au Cinéma Jaurès chaque dernier ou avant-dernier mardi du mois.

La projection du film est suivie d’un “bonus” filmé de 10’ environ donnant la parole au réalisateur du film …

SHIRLEY – UN VOYAGE DANS LA PEINTURE D’EDWARD HOPPER

Film de Gustav Deutsch (Autriche - 1h33 VO)

Un hommage à la peinture d’Edward Hopper et à la vie quotidienne américaine des années 1930 aux années 1960, avec la mise en scène de treize de ses tableaux prenant vie et restituant le contexte social, politique et culturel de l’époque à travers le regard du personnage féminin, Shirley.

Tarif : 5 euros

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

à partir du mercredi 26 novembre 2014

Dans tout le réseau Cinémaginaire

> EN SORTIE NATIONALE <

ASTERIX : LE DOMAINE DES DIEUX

en 2D et 3D

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mercredi 26 novembre 2014 à 14h30

Cinéma Novelty – 66 Banyuls sur Mer

> LE CINÉ DES ENFANTS <

LA SORCIERE EST DANS LES AIRS

film d’animation Grande Bretagne 2014 – 50’ - à partir de 3 ans

Tarif : film + jeu + goûter : 2,50 euros pour tous

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mercredi 26 novembre 2014 à 20h30

Cinéma Novelty – 66 Banyuls sur Mer

> MOIS DU FILM DOCUMENTAIRE <

VERS MADRID – THE BURNING BRIGHT

Film de Sylvain Georges (France espagne 2014 2h10)

Vers Madrid-The burning bright est un newsreel expérimental qui atteste des expérimentations politiques et poétiques, mises en oeuvre par des milliers d’individus à Madrid en 2011, 2012... Le 15 M est le premier « mouvement » d’envergure du XXIème siècle que connaissent les sociétés occidentales, et qui donnera lieu aux différents « Occupy » à travers le monde.

Film soutenu par le Groupement National des Cinémas de Recherche.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

Samedi 29 novembre 2014 à 15h30

Cinéma Foyer Rural – 66 Saint Paul de Fenouillet

> LE CINÉ DES ENFANTS <

LA SORCIERE EST DANS LES AIRS

film d’animation Grande Bretagne 2014 – 50’ - à partir de 3 ans

Tarif : film + jeu + goûter : 2,50 euros pour tous

---------------------------

SAINT-ANDRÉ-LEZ-LILLE, 25/11/2014 :

« A House in Asia » d’Agrupación Señor Serrano au Next Festival

Comme dans Liquid Loft, spectacle d’ouverture de Next et le mémorable Kiss and Cry, les Catalans d’Agrupaçión Señor Serrano utilisent un ensemble de caméras vidéo pour filmer des micros événements qui se transforment sous nos yeux dans une projection macro sur grand écran.

Le centre d’attraction, la star du spectacle, est une maquette de maison, pas n’importe quelle maquette mais celle en quadruple exemplaire et à diverses échelles de la maison située au Pakistan, d’Oussama Ben Laden ; sa réplique sur une base navale de l’armée américaine pour l’entrainement des Marines, son avatar construit par la Columbia pour les besoins d’un film et enfin la maquette présente sur le plateau du spectacle.

Mêlant prises de vues directes, jeux vidéo, films documentaires et interventions live des acteurs/performeurs, A House in Asia reconstitue poétiquement et virtuellement une allégorie de l’assaut de la maison de Ben Laden à la Far West.

Partager cet article

Published by leblogabonnel - dans cinéma
commenter cet article
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 17:26

Le Théâtre de la Rencontre joue :

Paroles de 14 / Mémoire de 18

‘’Je Vous Aime Pour La Vie.. ‘’

Depuis les tranchées jusqu'à leurs foyers et de leurs familles jusqu'au front ils se sont tant et tant écrits... tant et tant aimés !!

Théâtre de la Rencontre – 31 rue des Romarins – 66000 PERPIGNAN Ven 28, Sam 29 novembre 2014 à 20H30

Dim 30 novembre 2014 à 17H30

«JEVOUSAIMEPOURLAVIE» Paroles de 14 – Mémoires de 18

Création collective mise en scène par Guy Jacquet
Frédérique Bugeau/Aline Seyres/Marielle Somme/Christian Albert/André Stuber/Guy Jacquet

Lumières: Encuentra Light – Axelle Capmas/Jacky Solé /Dispositif scénique/Costumes :Ateliers de la Rencontre Musiques : Botrel-Monthéhus-Fr.Lemarque-

« ...aurait-il fallu la guerre pour nous apprendre que nous étions heureux ? (R.Dorgelès)

Août 1914, c'est la guerre en France.
Les plus jeunes et les plus vigoureux sont au front, les plus âgés et les femmes luttent chez eux.
Malgré la peur, l'absence, le manque, malgré l'Injustice et l'Absurdité, tous luttent, car ‘’faut tenir’’pour ceux qui se battent dans les tranchées de la boucherie!

Le dernier ’’poilu’’ nous a quittés... mais pour lui et tous les autres nous refusons les chapes de plomb...ne rien exclure.. en n’oubliant surtout pas les vilenies de galonnés aussi inquisiteurs qu’indigents, conduisant des assauts d’incompétence !

Dès le début de la guerre, la démission du gouvernement civil face à la hiérarchie militaire a permis cette dérive militariste. En septembre 1914,

(soit un mois après le début du conflit) le généralissime JOFFRE demande la création de tribunaux militaires spéciaux, à trois juges sous autorité hiérarchique.
Décisions immédiatement exécutoires, sans appel ni grâce.
Aujourd’hui encore, ces ganaches paradent en statuaires sur des chevaux de bronze. Ridicules !

LE SPECTACLE :
Au premier plan, un grenier aux souvenirs, comme en exergue, et au lointain, combats, tranchées, douleur,

mort...voix des soldats, ombres parfois sans visage, empoussiérées de craie ou boueuses d’eau et de sang !
Issus de Nulle part !
Et toujours les familles, véritables forces de ces ’’héros fantômes’’, qui dans le quotidien de leur angoisse, témoignent de leur amour...
Et cela de part et d’autre du Rhin !
Dans les ateliers, dans le gris des usines l'ouvrière ou la paysanne, la bourgeoise et l'infirmière, criant leur rage ou chantant leur espoir. Les fossoyeurs enterrent des pères, des fils, des amants, mais on trouve encore la force de fêter un anniversaire, une permission, de créer un ouvroir municipal, d'improviser un hôpital...Femmes admirables redoutant le retour de leurs hommes en charpie.
Cette force de vie, ce sont les archives de nos mémoires qui a tendance à s’enfuir si vite !

Chansons et musiques d’alors, poèmes d’Apollinaire, de Walt Whitman, de Brecht, témoignent aussi du quotidien des civils ...lutte des habitants d'une France et d’une Allemagne trompées.
C’est l'histoire des Poilus. C’est la guerre, c’est l’horreur, c’est l’absurde et c’est la belle amour ...
C’est la vie.

**La Galerie L'ISBA :

DANS LE VENT CATALAN*

Six décennies de peinture : 1953 - 2010

*** Jeudi 27 novembre à partir de 18 h 30

Exposition du 28 novembre au 31 janvier 2015

La Galerie est ouverte du jeudi au samedi de 14h à 19h et sur rendez-vous

Isabelle Bagnouls 06 75 79 18 17 Sophie Phéline 02 71 49 55 27

Nous remercions Benoît et Sybille Janson pour leur collaboration.

*Le titre est une citation de l'artiste.

L'isba/art contemporain

Isabelle Bagnouls

Sophie Phéline

19, avenue des Palmiers

66000 Perpignan

www.lisba.fr /lisba66@gmail.com

JANSON

Dans le vent catalan

peintures 1953 - 2010

Actualité de la nouvelle exposition de la galerie consacrée à MARC JANSON -

vernissage en présence de l'artiste jeudi 27 novembre à partir de 18h30, en présence de l'artiste.

L'exposition présente pour la première fois à Perpignan un ensemble de 30 œuvres couvrant un demi-siècle de travail.

Exposition du 28 novembre 2014 au 30 janvier 2015.

(à suivre…)

- - -

Partager cet article

Published by leblogabonnel - dans peinture
commenter cet article
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 09:18
Les Templiers, à Collioure © jean-pierre.bonnel@orange.fr
Les Templiers, à Collioure © jean-pierre.bonnel@orange.fr

Le Conseil Municipal de Collioure
La Fondation Antonio Machado de Collioure la Red de Ciudades Machadian
as

vous invitent aux Journées

"Aula Juan de Mairena 2 "

qui se tiendront à Collioure les 22-23 novembre 2014

FAM

Fondation Antonio Machado de Collioure

Red de Ciudades Machadianas

et la ville de Rocafort

******** UMPLO à Villeneuve de la RAHO :

Cette année, suite à l'ambiance délétère à laquelle nous avons dû faire face lors de la campagne électorale « tracts orduriers, menaces, lettres anonymes ».
Nous avons, par prudence, reporté la date de notre ASSEMBLEE GENERALE à 2015, où nous serons, espérons le, en mesure de fêter avec vous la libération du château d'eau.

Nous vous demandons de bien vouloir régulariser votre cotisation ce qui permettra à l'Association de faire face aux dépenses de bureau, frais d'expertise et constat d'huissier. Un grand MERCI à tous ceux qui nous l'ont déjà adressée. (Le reçu pour votre déduction fiscale vous sera aussitôt transmis). Le montant de l'adhésion est de 10 euros minimum.

Bien à vous tous et merci pour votre soutien

PS:
Le Blog de l'Association vient d'être misà jour

http://umplo.blogspot.com

(à découper)

« Un mât pour les ondes»

Association Loi 1901

N° 1369 Journal officiel du 26/04/2008

Réf : w662002870 Préfecture

6 Rue du Faratjal

66180 Villeneuve de la Raho Tél 0468559392

****

********* U.M.P.L.O
«Un mât pour les ondes»
Association Loi 1901
N° 1369 Journal officiel du 26/04/2008 Réf: w662002870 préfecture
6 Rue du Faratjal
66180 Villeneuve de la Raho

Tél 0468559392

Chers adhérents, Chers Sympathisants,

Villeneuve le 12 novembre 2014

« Chacun d'entre vous a pu participer ou suivre nos derniers combats, notre refus de voir

SFR, Bouygues et ORANGE réparer leurs antennes défectueuses alors que chacun d'entre nous utilise son portable sans aucune difficulté »voilà ce que nous vous écrivions en 2012.

Confirmation nous est donnée aujourd'hui de la part de la Préfecture sur l'illégalité de ces installations, extrait du courrier :
« CIRCULAIRE DGS 98-5 du 5 janvier 1998 relative à la recommandation du Conseil supérieur d'hygiène publique de France vis-à-vis de l'installation d'antennes sur les réservoirs aériens, qui recommande que toutes mesures soient prises pour préserver la qualité des eaux stockées et notamment l'installation du bâtiment d'exploitation et de tous les équipements 'antennes, câbles, etc..) à l'extérieur de l'ouvrage »,

« La délégation territoriale de l'Agence Régionale de Santé, chargée de l'organisation du contrôle sanitaire des eaux destinées à la consommation humaine a rappelé ces recommandations au Président de PMCA qui a la responsabilité de la gestion de la distribution des eaux de consommation et du château d'eau de Villeneuve de la Raho»

Ce soucis est toujours d'actualité puisque le risque zéro n'existe pas.

Une nouvelle équipe PMCA est en place, nous avons été reçus le 3 juin, suite aux événements du 13 Mai 2014, largement relatés par la Presse locale.
Nous avons pris contact avec la Nouvelle Secrétaire d'Etat Mme NEUVILLE en charge du dossier qui a demandé à Mme la Préfète de « bien vouloir accorder à cette situation la plus grande bienveillance »

Nous avons également été entendus par la nouvelle Préfète qui nous a assuré de son sérieux quant au suivi de ce dossier.

********

LISTE OFFICIELLE DES NOUVEAUX RADARS MOBILES

Diffusion générale
Tous les départements sont désormais équipés d'au moins une voiture avec radar mobile nouvelle génération qui flashe en roulant et même à contresens.
Pour chaque département, vous avez la photo et la plaque d'immatriculation de toutes les voitures ainsi que leur unité d'affectation.
Il suffit de cliquer sur le département et la liste des voitures équipées avec les radars mobiles mobiles s'affiche.


Très utile car c'est la liste de TOUS les radars mobiles nouvelle génération de France.


Cliquez sur le lien (lien en bas de la page qui s'affiche).

Puis accès direct au site et vous trouverez votre département.

http://www.radarmobilenouvellegeneration.com/recensement.php <http://www.radarmobilenouvellegeneration.com/recensement.php

On ne garde pas cela pour soi,

...il faut partager et en faire profiter les copains.

RMNG

Radars Mobiles nouvelle génération

Recensement Fonctionnement Modele Tolérance FAQ

Pyrénées Orientales (66): Recensement des nouveaux radars mobiles

Le département Pyrénées Orientales (66) équipé d'un radar mobile nouvelle génération.

Voiture équipée n°1

Immatriculation: CF-001-ZJ

Modèle de voiture: Renault Mégane berline 5 portes

Couleur de carroserie: Gris foncé

Affectation: Peloton autoroutier de Perpignan

Comment ça marche ?

Le radar mobile nouvelle génération est intégré dans un véhicule banalisé, il est capable de contrôler les véhicules excès de vitesse dans les deux sens de circulation alors qu'il roule au milieu du flot de circulation. Entièrement automatisé, les contraventions sont envoyées au titulaire de la carte grise par voie postale.

Partager cet article

Published by leblogabonnel - dans littérature
commenter cet article
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 11:22

VeCabestany présente la 17e édition du

FESTIVAL DU LIVRE,

venez me voir à

mon stand, ce

samedi et

dimanche 23

novembre, merci !!!

21>23 NOVEMBRE 2014

CENTRE CULTUREL JEAN FERRAT

À PAIX

www.cabestany.com

PAROLE

Livres et combats 2

LA

CABESTANY

La Paix : un thème d’actualité dans ce monde en crise, où guerres et extré- mismes se nourrissent mutuellement, déstabilisant des zones entières de notre globe et mettant en danger l’humanité.

Réfléchir à un monde où les conflits pourraient se résoudre par la discussion et la diplomatie, s’engager dans la voie d’une paix durable, n’est-ce pas là un objectif à atteindre pour les générations à venir ? C’est en tout cas cette réflexion que propose cette année le festival du livre de Cabestany.

Dès lors, nous vous proposons de re- trouver une conférence sur Jean Jaurès, ardent défenseur de la Paix, une table ronde sur le pacifisme de nos jours, une autre sur les alternatives à la guerre et enfin une sur l’éducation à la paix, si précieuse pour nos enfants.

Le tout sera entrecoupé de lectures, théâtre, ateliers, contes et rencontres littéraires permettant à chacun, à travers les confrontations d’idées et d’opinions, d’apporter sa pierre à la recherche de la Paix entre les hommes.

Je remercie enfin Eugène Ebodé qui nous fait le plaisir d’éclairer notre festival par sa présence.

Edith Pugnet,

Adjointe au Maire déléguée à la Culture et au Patrimoine

| 15H15-16H | CONTE « La guerre des légumes et autres contes » par Wilfried Delahaie. Petites histoires de conflits, de disputes et de réconciliations.

À partir de 5 ans. Inscription obligatoire.

| 16H-18H | RENCONTRE avec
Eugène Ebodé, invité d’honneur, animée par André Bonet, président du Centre Méditerranéen de Littérature.
LECTURE d’extraits de son roman
« Souveraine magnifique » par la cie du Dromolo.

| 18H | ALLOCUTION DU MAIRE Jean Vila, suivie du verre de l’amitié.

| 19H-20H | THÉÂTRE « Quand j’étais petit, j’étais soldat » par la cie Théâtre Mu. Théâtre d’objets et de marionnettes. Public familial, à partir de 8 ans. Inscription obligatoire.

| 11H-11H30 | CONTES « La guerre des légumes et autres contes » par Wilfried Delahaie. Enfants de 3 à 4 ans. Inscription obligatoire.

| 14H15-15H45 | TABLE RONDE
« L’éducation à la paix» avec Thierry

Dedieu, auteur-illustrateur jeunesse, Jean-Pierre Kaminker, maître de conférences à l’Université Via Domitia et à l’IUFM, militant au sein du Mouvement de la Paix et Agnès Sajaloli, directrice du Mémorial du camp de Rivesaltes.

| 14H30-15H45 | CONTES « Contes de 14/18 de

Mémère Germaine »

par Clément Riot. Public

familial, à partir de 6 ans.

Inscription obligatoire.

| 17H | THÉÂTRE Carte blanche aux jeunes de l’atelier théâtre. Sous la direction de Thierry Coma. Tout public.

« Les apprentis imprimeurs»

Enfants de 6 à 12 ans. Atelier créatif et pédagogique d’initiation à l’imprimerie animé par les Animalices. Toutes les demi-heures. Inscription sur place.

DIMANCHE 23 NOVEMBRE | 10H-18H | SALON DES ÉDITEURS

| 10H45-12H15 | TABLE RONDE
« Les alternatives à la guerre» avec Miquèl Ruquet, auteur de « Déserteurs

et insoumis de la Grande Guerre » (éd. Trabucaire) ; Jean-Pierre Barou directeur des éditions Indigène, auteur de « Le courage de la non-violence » ; et Manon Cabaup membre des Brigades de Paix Internationales (ONG).

TOUT LE WEEK-END

OCUS SUR

Eugène Ebodé Né en 1962
à Douala, au Cameroun, Eugène Ebodé est romancier, journaliste et professeur documentaliste. En 1980, Ebodé débute une carrière de joueur de football et il est sélectionné dans l’équipe nationale des juniors, les «Lionceaux». Deux ans plus tard, il quitte le Cameroun pour la France afin d’y poursuivre ses études. Diplômé

de l’IEP d’Aix-en-Provence, diplômé du Celsa et de l’université de Montpellier, il intègre l’éducation nationale après l’obtention du CAPES en Documentation. Il a été chroniqueur littéraire (France Inter) et publie régulièrement des articles littéraires au Courrier de Genève. L’Académie française lui a décerné en 2007 le prix Eve Delacroix pour son roman « Silikani ». Il a été élevé en 2010 au rang de Chevalier des Arts et des Lettres. Il vient présenter son dernier roman sur le Rwanda : « Souveraine magnifique » (Gallimard)

Bibliographie sélective : La transmission, La divine colère, Silikani, Métisse palissade, La Rose dans le bus jaune.

Thierry Dedieu Auteur-illustrateur jeunesse. Il est né à Narbonne. Après avoir suivi des études de biologie, il travaille
pour plusieurs agences de publicité. Son premier livre Cocottes perchées sort en 1991. Aujourd’hui il se consacre entièrement à

la création de livres pour enfants adoptant

un style très différent d’un album à l’autre (peinture, photographie, collage...) alliant humour, poésie et sagesse. Il a créé

également le personnage du professeur scientifique Tatsu Nagata, auteur de documentaires humoristiques sur les secrets des animaux. Pour découvrir son univers, visitez son blog : http://thierrydedieu.blogspot.fr/
Bibliographie sélective : Le Baron bleu , 14-18 une minute de silence à nos arrières grands-pères courageux, Va-t-en guerre, La guerre des mots, Yakoubwé, Kibwé, Le Pacificateur, Yakouba.

Thierry Dedieu rencontrera les élèves des classes
de Cabestany durant la semaine du Festival.

Dimanche toute la journée

LECTURES Albums de Thierry Dedieu et sur la thématique de la paix par l’association Lire et Faire Lire.

SALON DES ÉDITEURS

ÉDITEURS ALEXANDRA DE SAINT-PRIX / BALZAC ÉDITEUR / CAP BÉAR / LE COFFRE À LIVRES (DIFFUSEUR D’ÉDITEURS) / DELATOUR / ENCRE ET LUMIÈRE / FANTASY-ÉDITIONS.RCL / LES FÉES DU SUD / INDIGÈNE ÉDITIONS /

JACQUES BRÉMOND / K’A / KARIBENCYLA / LE SABLIER / LE LIS ROUGE / LTSJ / LIRABELLE / MARE NOSTRUM / NAHUJA / EDITIONS DE LA MERCI / LE PAS DE L’ÉCHELLE / LES PUBLICATIONS DE L’OLIVIER / EDITIONS SPARTACUS / TALAÏA / TDO / TIRÉSIAS / TRABUCAIRE / ULTIMA NECAT / ZINEDI / DIFFUSEUR D’ÉDITEURS ALGÉRIENS LIBRAIRES CAJÉLICE / DIDEROT ASSOCIATIONS LIRE ET FAIRE LIRE

66 / SECOURS POPULAIRE. AUTEURS PRÉSENTS

Adroher, Michel Allemand, Jacques Aloujes, Monique AM

Auriol, Jean-Claude Azaïs, Robert
Babey, Stéphane Baco-Baesa,Marie-Claire Barbe, Michel

Barou, Jean-Pierre

Bertrand-Egrefeuil, Emmanuel Blandignères, Roger Boisse, Danielle Bonet, Gérard Bonnel, Jean-Pierre Bonis, Hélène Callis-Sabot, Isabelle Carboneill, Bénédicte Cardenas, Fabricio Cimarron, Joël Coutant, Pierre

Crossman, Sylvie Dauriach, Jean
Dedieu, Thierry
Dorso, Georges
Ebodé, Eugène
(invité d’honneur) Ferrovecchio, Christiane Graff,Gil

Haro, Paule de Hoerner, Jean-Michel Jaeger, Stéphanie Jardon, Annie Kaminker, Jean-Pierre Larno Perrin, Michèle Le Fur, Yahn
Lopez, Robert Lozano, Pascal Lusetti, Olivier Mailhes, Olivia Manyach, Didier Massé, Claude Montagne, Marielle

Mouragues, J.-François Pérez, Vincent Perpinya, Miquel
Robèr, André

Robinot, Loïc
Ross, Marc
Ruquet, Miquel Sagnes,Jean
Sorine, Nicolas
Terry
Thibaut-Comelade, Eliane Tinoco, Yvette

Torrente, Maria

Villard, Pierre

Vinas, Robert Vizentini, Marielle Yrle, Nicole

*Participants aux tables rondes ou conférences

Partager cet article

Published by leblogabonnel - dans littérature
commenter cet article
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 09:54
Robin Rivaton
Robin Rivaton

Rencontre avec Robin Rivaton, économiste, auteur de "La France est prête" (Manitoba/Les Belles Lettres, 19 euros)

Ce brillant intellectuel de 27 ans est conseiller d'un PDG…Il a publié en 201 "Relancer notre industrie par les robots", maniant le paradoxe : nous pensions que les automates étaient responsables du chômage…

R. Rivaton est venu de Paris à l'invitation de Clotilde Ripoull et de son association "Equilibre". L'ancienne conseillère municipale de Perpignan présente, à la librairie Torcatis, ce jeune homme qui étudia à Sciences-Po, rédigea des textes pour des hommes politiques et a un discours à contre-courant de l'air du temps; je lui ai demandé si on l'appelait "Robin des Bois"…En effet…car il est rebelle et généreux…en propositions destinées à redonner du moral aux Français englués dans un malaise diffus et la tentation du déclinisme et du basculement vers des solutions extrêmes : extrême-droite et terrorisme…

Robin va à l'encontre des idées reçues; il nous livre quelques raisons d'être optimistes : les Français n'aimeraient pas le travail; or, ils travaillent autant que les autres peuples européens.; leur seule ambition serait de devenir fonctionnaire, mais ils sont peu nombreux à se présenter aux concours (magistrats, éducation); loin de la sécurité, les jeunes veulent créer leur entreprise : cela révèle que les gens veulent prendre des risques; les Français ne sont pas fermés au monde, anti-mondialisation : ils partent de façon massive à l'étranger ; la France a le plus de mariage mixtes de toute l'Europe; quant à notre retard en ce qui concerne l'innovation : nous serions un peuple hostile au progrès ? Non, les Français sont créatifs, au 3° rang pour l'innovation technologique !

Ensuite, le débat se porte sur le rejet du politique, du décalage entre les aspirations et ce que propose l'Etat…La jeunesse, méprisée, ne vote pas… En ce qui concerne les réformes, il propose pour l'emploi, de remettre le marché du travail à l'endroit; de permettre à l'entreprise d'engager des auto-entrepreneurs; de réformer la fiscalité.

A ce moment de la conférence, Clotilde Ripoull titille Robin afin d'obtenir des solutions pour Perpignan :

-le tourisme : accueillir la vague des Russes et Chinois, qui viennent de plus en plus nombreux; un département ouvert sur le monde.

-le monde futur sera très automatisé : ce secteur sera fort mais pas de masse.

-pour l'économie collaboratrice : exemple du succès de "blablacar" (covoiturage)

-quant au secteur public, ce serait une coproduction : les associations remplaceraient l'Etat.

Le dialogue s'instaure avec ce jeune et remarquable économiste, à mi-chemin entre le libéralisme béat et l'étatisme obtus, selon la formule de Jérôme Ripoull. Le public a de nombreuses questions, signe que le courant est passé, que le thème est passionnant et que la demande de solution pour sortir de la crise et des préjugés est très forte…

**prochaine rencontre de l'association "Equilibre", autour du livre récent "Les Catalans"…(voir les RV de la librairie Torcatis sur son site)

- - -

Trabucaire Editions

Médecin de campagne en Roussillon et Vallespir au XIXe siècle : la lignée médicale des Massina

Claude Belmas sera l'invité de la Société Agricole, Scientifique et Littéraire des Pyrénées-Orientales (SASL) le vendredi 21 novembre, à 17h30.

Présentation du livre :

La rencontre entre les archives d’un médecin de campagne exerçant entre Roussillon et Vallespir au XIXe siècle, François Massina, et un praticien contemporain qui s’apprêtait à prendre sa retraite professionnelle, Claude Belmas, pourrait être qualifiée de providentielle.

Le docteur Claude Belmas a été fasciné par ces archives exceptionnelles (cinq volumes d’observations, d’activités médicales, de notes de lectures…) et il les a étudiées, armé de toutes ses curiosités intellectuelles, de ses compétences professionnelles et de son empathie pour ses très anciens confrères soignant, vaille que vaille les populations rurales des Aspres.

On n’a pas l’habitude de plonger ainsi au cœur des descriptions médicales et thérapeutiques mais une fois passés l’étonnement, la perplexité, l’effroi parfois, la compassion toujours, c’est tout un monde qui prend corps, vie et maladie, là, sous nos yeux dans les Aspres, terres et gens durs au labeur, en plein XIXe siècle. Il y a un siècle à peine.

Alternant avec beaucoup de finesse les citations-descriptions extraites des cahiers du médecin François Massina, et les données contextuelles sociales et médicales de l’époque, le texte déroule toute la part de souffrance des corps et des esprits, les pratiques religieuses et superstitieuses des patients, et toute la part de rigueur, de conscience, de curiosité scientifique, de présence et de doute des médecins appelés à leurs chevets. Il y a un siècle à peine.

Claude Belmas est un médecin qui nous donne une belle leçon d’histoire, parce que, au fond, qu’est-ce que l’histoire sinon la vie sur la longue durée. Et la vie est tellement fragile.

La conférence se tiendra au Conseil Général, hall Guy Malé. Entrée Libre.

- - -

PARIS, 21/11/2014

Hommage à Joan Vinyoli à la Sorbonne :

A l’occasion du centenaire de la naissance du poète, le Centre d’Études Catalanes organise un hommage à Joan Vinyoli. La journée se déroulera à l’amphithéâtre Malesherbes de la Sorbonne le 21 novembre. Le programme de la journée comprend la conférence « Joan Vinyoli, un gran poeta europeu del segle XX » prononcée par Jordi Llavina, poète, critique littéraire et commissaire de l’Any Vinyoli, chargé de la commémoration, ainsi que le récital « Esperit de Vinyoli » à charge de Sílvia Bel et Sílvia Comes, accompagnées au violoncelle par Carles Muñoz. Ce spectacle met en musique l’essence poétique de Vinyoli à travers ses vers célébrant l’alcool, qui relient les grands thèmes de son œuvre: l’amour, la poétique, le temps, la solitude et la mort : « Je bois du gin avec des glaçons. Les cariatides ne m’intéressent plus. » (Cor podrit [Cœur pourri])

Le plasticien David Bestué s’associe à l’hommage en cédant l’image de son sculpture d’hommage au poète présentée dans l’exposition « Pedres i poetes » (Galerie Estrany de la Mota, 2013).

Le livre de Claude Belmas

Le livre de Claude Belmas

Partager cet article

Published by leblogabonnel - dans économie
commenter cet article
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 10:20

 

     Michel Pinell, silencieux depuis des mois (il veut qu'on lui laisse du temps pour agir, mais nous sommes pressés, voulons tout, tout de suite, merdeux enfants de 68…), est sorti du bois et de ses bureaux rabelaisiens… Il a eu raison, il faut s'expliquer, sans polémiquer, et accepter la critique, même si elle est parfois méchante et injuste...

 

   Et c'est avec bonheur car l'adjoint cultureux, qui a la passion de l'art contemporain, apporte de bonnes nouvelles. Surtout -et c'est le rôle de la culture dans une municipalité- il vient assurer de la cohérence dans une équipe municipale à l'action bien floue et peu fidèle à ses promesses électorale… Michel Pinell dessine désormais l'ossature du projet global de Perpignan : devenir une destination culturelle et touristique reconnue (même si je suis sceptique sur la possibilité de concrétiser cette démarche louable, la mairie manquant de financement pour une offre culturelle inédite, séductrice, et la perspective d'un arrêt du TGV à Perpi étant désormais nulle…)

 

   En effet, dans son entretien de l'Indépendant daté du 19 novembre, pressé par les questions judicieuses de Julien Marion, M.Pinell s'explique sur les infrastructures culturelles (Archipel, Théâtre municipal, Musée des Beaux-Arts, Ecole des B.A. ) : le but est de faire des économies (Archipel : moins de représentations, mais il faudrait aussi parler des salaires d'un personnel pléthorique -  Ecole des BA prise en charge par l'université) et surtout d'ouvrir les salles municipales à toutes les troupes des quartiers : leur permettre de créer et de jouer dans une salle prestigieuse dotée de tous les moyens techniques.

 

   On ne peut qu'être d'accord avec ce voeu, mais on revient là au fameux "Archipel des théâtres" voulu naguère par JP. Alduy, dirigé un temps par Jacques Viñas, et qui fut enterré…On est donc là encore sceptique, mais la volonté de M.Pinell est à respecter ! 

 

   Car il montre le chemin ! C'est le bon sens, près de chez vous ! Cependant il ne faut pas user de l'ancien slogan d'une banque, rivale de celle du délégué à la culture, directeur d'un fameuse succursale BP… 

 

   C'est d'ailleurs ce qu'on lui reproche le plus souvent au banquier (à droite, surtout, chez ceux qui devraient être ses soutiens politiques, et mes articles parfois méchants ne sont que pure urine de chamois par rapport à la bave venimeuse de leurs jugements ..!) : de servir ses intérêts que la culture, alors que notre ami est linge candide et probité, j'en suis garant !!!

 

   Oui, Michel Pinell est populaire dans l'âme et la génétique, issu de Saint-Jacques, il envisage une culture "populaire" pour Perpignan (Tiens, beau slogan : "Perpi la pop" !); il emploie d'ailleurs le qualificatif :

   "On est dans une culture populaire" et je le saits sincère quand il veut irriguer les quartiers - c'est son expression - et demander à tous les acteurs culturels, et d'abord à ceux qui sont aidés par la ville, d'aborder aux rives de la périphérie urbaine, auprès des HLM et espaces gangrénés par la pauvreté, la délinquance ou la propagande religieuse. 

 

    La cohérence est là. La route est tracée. Espérons que M. Pinell sera suivi par le maire, ses amis politiques, et par le directeur de cabinet de J.Marc Pujol, M.Sitja le grand marionnettiste, décideur, architecte, manipulateur politique, qui est sans doute le vrai maire de Perpignan…

 

JPBonnel 

 

(à suivre)

Michel Pinel

Michel Pinel

Partager cet article

Published by leblogabonnel - dans culture
commenter cet article
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 13:10
Art dans l'air, débat
Art dans l'air, débat

Art dans L’AiR est un magazine régional qui présente l’actualité des artistes et des acteurs des arts plastiques en Languedoc Roussillon.

Notre région est riche de talents : c’est ce qui a impulsé ce lancement !

Les « Arts plastiques » : la peinture, le dessin, le graphisme, la sculpture, le design, l’architecture, le street art, etc.

Un magazine d’Arts Visuels qui est à la fois (challenge !) imprimé ET numérique : l’un n’allant plus sans l’autre !

Le site web pour accéder rapidement à un agenda des manifestations mis à jour (très) régulièrement, les réseaux sociaux pour échanger avec la tribu et le magazine papier pour en garder le meilleur : les oeuvres de nos talentueux « collègues » comme on dit par ici …

Bien que le projet date de près de 3 ans (déjà!), nous n’en sommes qu’au début ! Aussi, cher visiteur, soyez indulgent et faites nous part de vos remarques que nous espérons constructives.

Et si vous êtes un artiste, un galériste, un mécène, un agent, un organisateur d’expositions, une collectivité, un responsable culturel, bref un amateur d’art : écrivez-nous, appelez-nous, nous serons les plus heureux du monde d’échanger et de diffuser ce qui fait votre actualité, votre quotidien.

Partageons notre passion !

 

ATTENTION!!!!!!!

 

 

l'exposition Patrick Chappert-Gaujal (affiche plus bas)

 

a bien lieu à PARIS

 

jeudi 20 et sam. 22 Nov.Paris

 

11rue Galleron

75020 PARIS

0680316574

 

- - - Salon du livre de Cabestany , 22 et 23 novembre 2014 - débats, ateliers :

Je présenterai mes derniers livres à mon stand au centre culturel...Au plaisir de vous rencontrer !!!

* Nombreux débats sur la paix,  liberté, le pacifisme :

 

Atelier pédagogique par les Animalices.
TOUT LE WEEK-END, TOUTES LES 30 MN | 6/12 ans. Inscription sur place.

LECTURES d’albums sur le thème de la paix par l’association Lire et Faire lire 66. DIMANCHE 23 NOVEMBRE
 TOUTE LA JOURNÉE |

21>23 NOVEMBRE

CENTRE CULTUREL JEAN FERRAT

CENTRE CULTUREL JEAN FERRAT

Entrée libre. Renseignements au 04 68 50 82 95 et sur www.cabestany.com

Peinture en débat : Art dans l'air - P. Chappert-Gaujal, de Leucate à Paris - Salon du livre de Cabestany : Jean-Pierre Bonnel présente ses derniers loivres

Partager cet article

Published by leblogabonnel - dans peinture
commenter cet article
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 10:27

Eloge de Perpignan : 

 

Ma ville (extrait...)

 

Ma ville à moi, elle est bedonnante de couleurs, de boutiques et de filles maillolesques. Je la connais par cœur, et par le corps. J'y suis né, un chaud matin d'été. Je la connais surtout par les yeux, et par les pieds: chaque jour, je la sillonne par ses ruelles historiques, je la visite lentement, oisif, quêteur de spectacles populaires, en attente de visages. Je sens qu'elle veut me dire qu'elle aussi me connaît et je l'entends murmurer dans la voix grave de ses pavés... 

(dans le recueil Le voyage des mots, nov. 2014)

 

 

Rue du Jasmin, Perpignan

 

Je marchais, comme souvent, dans le quartier historique de Saint-Jacques, où des pierres sublimes s’élèvent au milieu d’un amoncellement de masures et de misères...

Je tombe soudain sur la rue du Jasmin. La poésie de l’appellation conduit à la curiosité et à l’aventure urbaine, même si ce quartier-ghetto a des rumeurs d’insécurité.
C’est sans doute la seule ruelle de Perpignan que je ne connaissais pas encore. Je presse le pas, mu par la curiosité, je monte la venelle qui s’arrondit très vite et s’ouvre ensuite sur une ligne de maison ocre rose.

Un peu déçu, je me rends compte que la voie n’est belle que par son nom évocateur. Le passage est mort : une seule maison semble respirer ; sur le seuil de son domicile, antre à la perspective sombre et infinie, un homme, jeune, petit, obèse. Il ne me regarde pas, je ne suis que le passant rare et incongru, éphémère, peu intéressant. Il tire de sa boîte aux lettres décervelée un imprimé. Il le sort de son enveloppe plastifiée, qu’il jette, objet inutile, aux quatre vents du quartier.

La poésie de la rue du Jasmin l’emporte tout de même sur la laideur du quotidien. 

 

 INVITATION

 

 

Le mardi 18 novembre 2014, à partir de 18 heures

 

A la librairie TORCATIS, Perpignan

 

Pour la présentation des deux derniers livres  de Jean-Pierre BONNEL

 

  MATHILDA, roman de Collioure 

 

 

Et  Le voyage des mots            

 

 

** Présentation, lectures par Guy JACQUET, acteur, directeur du Théâtre de la Rencontre

 

Discussion, dédicaces, apéritif… Entrée libre. Au plaisir. JPB : 06.31.69.09.3

Le site de Ruscino © Jean-Pierre Bonnel

Le site de Ruscino © Jean-Pierre Bonnel

Partager cet article

Published by leblogabonnel - dans littérature
commenter cet article

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog