Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 09:37
Jacques Cresta
Jacques Cresta

Nos fins analystes politiques locaux, de F.Thomas à D.Sistach et N.Lebourg (cf. L'Indépendant du 14 déc.dernier) ont toujours affirmé que C. Bourquin ne voulait pas prendre la ville et qu'un accord tacite existait pour se partager le gâteau : le département au PS, la préfecture à la droite.

Or, aux dernières municipales, J.Cresta voulait se maintenir en formant une liste pour le second tour avec la liste "Equilibre" de Clotilde Ripoull; celle-ci reçut des propositions alléchantes de la part du président de la Région. C. Ripoull eut la grandeur d'âme de refuser et de rester libre et "hors parti politique" (JM. Pujol a pourtant qualifié cette liste de "droite"…)

Par chance cette fusion PS-Equilibre n'a pas abouti, une triangulaire faisant le jeu du Front national...

Les socialistes ont ainsi toujours désiré s'emparer de Perpignan. C.Bourquin, président du CG66 s'installe au conseil général, à deux pas de la mairie, et s'y fait installer un appartement luxueux…Il quitte Millas et marque son territoire urbain : création de la "Maison de la catalanité" derrière la cathédrale… création d'événements culturels gratuits, d'un festival estival au palais des Rois de Majorque… rénovation d'immeubles à Saint-Mathieu, dans le cadre de l'office d'HLM...

Pour que le PS prenne la bille en 2020, il faudra que S.Neuville remotive les militants, accueille la jeunesse et s'adresse aux divers électorats, d'abord à l'abstention massive, et aux petits électorats communautaires qui font la différence:

-gitans, pieds-noirs et Français d'origine maghrébine votant encore pour la droite

-groupes religieux et sociétés secrètes (les francs-maçons, d'où il faudra extraire les brebis galeuses…)

Donner des idées au parti, armer idéologiquement sa liste, faire des propositions révolutionnaires, opérer une révolution de palais, éliminer les vieux cadres sociales qui font dans le clientélisme… S'attaquer aux mafias locales en tous genres ..!!! La tâche est énorme, mais la volonté d'une femme peut changer une ville !

JPB.

Partager cet article

Published by leblogabonnel - dans politiqe
commenter cet article
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 09:39

La polémique enfle

autour d'hypothèses sur les prochaines municipales à Perpignan ! Alors qu'elles viennent d'avoir lieu (en mars) !

En effet, la population, excédée par les erreurs et les scandales sarkoziens de la droite, rêve au front national…En effet, on a l'impression que JM.Pujol est à la mairie depuis des décennies et que rien ne se passe ! Impression qu'il n'a rien fait (positif : plus de propreté, une animation effrénée dans le centre et les étudiants à l'ancienne faculté de droit : projet réalisé grâce au président de l'université et proposition de Louis Aliot…Où sont passées les promesses de M. Pujol : il fallait être élu, après nous le déluge...

On a l'impression que cette équipe ne fait rien (à part P.Barbé, De Noël, N.Beaufils, M.Pinell) ou s'agite pour peu de résultats ! Des réformes radicales s'imposent pour le centre et le commerce : tous les stationnements publics et municipaux gratuits ! La culture gratuite (L'Archipel pour tous !) pour réconcilier les citoyens avec leur ville ! M.Pujol est mal conseillé. L'identité de Perpignan n'est pas affirmée…

Face au danger FN, à l'effacement du PS détruit par Bourquin qui fit table rase et chassa les meilleurs, face à la discrétion de J.Codognès et de C.Ripoull, face au silence de Romain Grau et au vacarme ambitieux de Bruno Delmas (passer du PS à l'UMP, ça me plaît pas, mais ça peut marcher : voir Arthur Conte et les Aldouilles…), la venue à Perpi de Ségolène Neuville est à souhaiter. Je l'avais déjà souhaité en mars, je lui avais dit car je l'estime, l'ayant vu au travail à l'hôpital, au SMIT…

S. Neuville, face à la dette, à la précarité de la population, devra réunir un conseil municipal de salut public, avec les personnalités honnêtes de cette ville, où Codo et Clotilde devront venir !!! Dans une ville appauvrie, dans la perspective d'une réussite de Hollande, tout est possible…

(JPbonnel)

** 20 millions d’euros pour le quartier Saint-Jacques de Perpignan, par Ségolène Neuville, secrétaire d'Etat :

Le conseil d’Administration de l’ANRU (Agence Nationale de Rénovation Urbaine) a adopté la liste de 200 quartiers d’intérêt national qui bénéficieront du nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) 2014-2024. Ce programme concerne 200 millions d’habitants. Il représente un montant de 4 milliards d’euros qui génèreront 20 milliards d’euros d’investissement au total, mobiliseront 240 000 emplois dans le bâtiment et les travaux publics et 300 000 emplois au total. Un effort sans précédent qui prouve la volonté et l’engagement du Président de la République à répondre à l’urgence sociale dans les quartiers.


Parmi ces 200 quartiers, 9 sont en Languedoc-Roussillon dont celui de Saint-Jacques à Perpignan. Je suis ravie que ce quartier historique de Perpignan, qui cumule les difficultés, puisse bénéficier de l’aide conséquente de l’Etat.

En fonction des projets qui seront présentés pour Saint-Jacques, ce sont potentiellement 20 millions d’euros sur les 4 milliards du NPNRU qui pourront être attribués. Une somme très importante, justifiée par le fait que ce programme ne vise pas seulement à « redorer les façades » comme l’ont trop souvent fait les maires de Perpignan, mais à repenser en profondeur, avec les habitants, toute l’organisation de la cité : le logement bien sûr, mais aussi l’accès aux services publiques, les transports en commun, l’accès à la culture, à des activités sociales…


Au sein du gouvernement, j’ai plaidé en faveur de l’inscription du quartier Saint-Jacques dans la liste des 200 quartiers d’intérêt national.

Charge maintenant à l’Agglomération et à la Ville de Perpignan d’être à la hauteur de la chance qui leur est donnée de bénéficier de cette manne financière en proposant des projets de qualité, qui répondent aux besoins et aux attentes des habitants. Nous jugerons des résultats sur pièce !

- - - Rappel (sources : L'Indépendant, L'atelier d'urbanisme de Perpignan, Bernard Cabane…) :

L'effondrement d'un immeuble le 13 janvier 2014 a mis en lumière la question de l'insalubrité de nombreux logements dans un des quartiers les plus anciens de la ville.

Rue des farines, un immeuble, inhabité depuis deux mois, après une procédure de mise en péril de la ville, s'effondre et emporte un autre immeuble mitoyen avec lui. Un cataclysme prévisible pour de nombreux observateurs, même si les raisons de l'incident ne seront connues que durant l'été, une fois que l'ensemble des gravats sera évacué.

Mais alors, comment en est-on arrivé à une telle extrémité dans ce quartier plus connu pour sa souffrance sociale et pour l'insalubrité galopante de ses logements que son histoire, riche de près de dix siècles ?Ville, Etat, locataires, propriétaires, services sociaux, les responsabilités sont incontestablement partagées.

Bernard Cabanne, architecte qui a longtemps travaillé dans le secteur, n'y va pas par quatre chemins : "Saint-Jacques et Saint-Mathieu sont en péril. On pourrait voir d'autres immeubles tomber. Une tuile découverte, une charpente qui prend l'eau, des poussées sur les murs, des planchers qui fléchissent. Un îlot de Saint-Jacques, c'est une maison, quand une partie à l'intérieur est fragilisée, c'est tout l'ensemble qui est menacé".

Pour le professionnel du bâti ancien, le constat à Saint-Jacques est effroyablement clair. "La pathologie de Saint-Jacques, c'est que l'on a affaire à des murs en terre avec des immeubles qui se sont densifiés. Ils se sont élevés jusque dans les années 60. Ils ont gagné jusqu'à cinq étages, alors qu'à l'origine, ils étaient prévus pour un étage. La terre est un bon matériau et les fondations étaient appropriées, mais pour des immeubles avec un rez-de-chaussée et un étage".

Autre explication avancée, le relâchement des politiques publiques ces dix dernières années et les difficultés des propriétaires à assumer ces rénovations colossales. "Depuis les années 2000, il y a eu un essoufflement et puis ces opérations, en plus d'être coûteuses, ont été très longues, quinze ans par exemple pour une rénovation sur la place Puig. Après, on arrive à des situations inéluctables. La diminution du nombre d'opérations, l'attention des politiques qui s'est relâchée, le laisser-faire sur des petites choses comme l'apparition des climatiseurs en secteur sauvegardé, des propriétaires qui baissent les bras et ne cherchent même plus à avoir des loyers, tout cela fait que les immeubles sont peu ou mal entretenus. Un immeuble mal entretenu, c'est de l'eau qui entre à l'intérieur, elle attaque les bois et les murs, puis à un moment donné, ça tombe".

Un essoufflement dont les premières victimes sont les habitants du quartier et que l'architecte ne veut pas culpabiliser. "La paupérisation des habitants fait qu'ils n'ont ni les moyens, ni n'éprouvent l'intérêt de faire des travaux. Un gitan, quand il pleut et que l'eau entre dans la maison, il met une casserole".

Un constat que partage Jean-Pierre Morin, spécialiste de la rénovation des bâtiments anciens, qui a créé son cabinet d'architecture à quelques mètres, là où l'immeuble s'est effondré le 13 janvier. "Qu'attendons-nous pour résoudre les problèmes. Qu'il y ait des morts ! D'autres immeubles dans ce quartier ont 50 cm de ventre avec des poussées et des crépis qui pètent". Selon cet amoureux de Saint-Jacques, le manque d'ambition de la ville est criant. "Au lieu des rénovations bas de gamme faites depuis dix ans, il fallait un grand plan d'ensemble. Cet habitat ancien est formidable, mais on est face à des propriétaires démissionnaires qui ne prennent que l'argent et des locataires avec un style de vie qui ne correspond pas à l'habitation dans ces immeubles anciens. Donne-t-on des vieux gréements à des gens qui n'en ont pas les moyens ?".

Saint-Jacques en chiffres

  • 2 691 habitants résident dans le quartier, 1 506 sont locataires.
  • 217 soit le nombre de procédures de péril prononcées par la ville de Perpignan depuis 2003 sur le secteur. En 2013, 83,97 % de ces arrêtés pris à Perpignan concernaient le quartier Saint-Jacques.
  • 511 logements sont vacants sur les 1 970 que compte Saint-Jacques. Le taux de vacance est de 26 %, soit le double de la moyenne dans la ville. Un chiffre qui prouve la forte propension de logements inadaptés à la location.
  • 859 logements sont considérés en catégorie 7 ou 8, c’est-à-dire de qualité médiocre ou potentiellement indigne.
  • 2 200 € est le revenu médian par an par habitant à Saint-Jacques. C’est le niveau le plus faible de la ville et de la région. Il est en moyenne de 13 800 € à Perpignan et 18 300 € en France.
  • 3 553 est le nombre de logements sur la zone urbaine sensible (ZUS) de Saint-Jacques (comprenant les quartiers anciens de Saint-Mathieu et La Réal) construits avant 1949, soit 67,5 % du parc immobilier. Pour comparaison, le quartier du Vernet n’en compte que 321 sur 4 501 logements.
  • 200 c’est le nombre de logements par hectare, signe de la densification dans les quartiers de Saint-Jacques, Saint-Mathieu et la Réal.
  • 33 % est le pourcentage sur la ZUS de personnes ayant obtenu le baccalauréat.
  • 21,3 % est le pourcentage de ménages fiscaux imposables contre 46,3 % pour l’ensemble de la ville et 50,1 % pour l’agglomération.
  • 1 878 personnes ne vivent sur cette ZUS que des prestations sociales, soit un habitant sur quatre contre 7,5 % pour le reste de la ville.
  • * Au Centre d'art contemporain - Perpignan - vendredi à 18 h, entrée libre : conférence de René Grando
  • « A l’origine, un livre : ‘’Vous avez la mémoire courte‘’ »

En 1979, le journaliste René Grando dirige la rédaction perpignanaise de l’Indépendant. Il lance un appel à témoins autour des camps construits en 1939 pour les réfugiés de la Guerre d’Espagne sur les plages du littoral roussillonnais. L’écho est retentissant et, devant l’afflux des témoignages, il décide d’écrire, épaulé par les journalistes Jacques Queralt et Xavier Fèbres, le premier livre consacré à la Retirada, publié par les éditions du Chiendent sous le titre « Vous avez la mémoire courte » (réédité par Le Trabucayre sous le nom de « Les camps du mépris »).

Aujourd’hui, ce brûlot de 300 pages est considéré comme un « livre pionnier » sur l’exode des républicains espagnols. René Grando raconte la genèse de cet ouvrage…

  • * Au Centre d'art contemporain - Perpignan - vendredi à 18 h, entrée libre : conférence de René Grando
  • « A l’origine, un livre : ‘’Vous avez la mémoire courte‘’ »

En 1979, le journaliste René Grando dirige la rédaction perpignanaise de l’Indépendant. Il lance un appel à témoins autour des camps construits en 1939 pour les réfugiés de la Guerre d’Espagne sur les plages du littoral roussillonnais. L’écho est retentissant et, devant l’afflux des témoignages, il décide d’écrire, épaulé par les journalistes Jacques Queralt et Xavier Fèbres, le premier livre consacré à la Retirada, publié par les éditions du Chiendent sous le titre « Vous avez la mémoire courte » (réédité par Le Trabucayre sous le nom de « Les camps du mépris »).

Aujourd’hui, ce brûlot de 300 pages est considéré comme un « livre pionnier » sur l’exode des républicains espagnols. René Grando raconte la genèse de cet ouvrage…

Partager cet article

Published by leblogabonnel - dans perpignan
commenter cet article
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 09:42
Louis Aliot fait pénitence, lors du vendredi saint 2014 (photo de Bettina Fauchier)
Louis Aliot fait pénitence, lors du vendredi saint 2014 (photo de Bettina Fauchier)

Le FN à Perpignan ? Où est-il..? Louis Aliot fait tout pour séduire, mais…

Il est là, sous la table, mais il reste silencieux : il suffit d'attendre, le déclin est là, le ver est dans le fruit, l'électorat de gauche vote pour lui et des "intellectuels médiatiques" (*) font le "sale" boulot.

A la mairie de Perpignan, on lui a donné la présidence de la commission des finances...

Au conseil municipal, il se tait ou pose des questions de néophyte...Tout le monde est courtois ! On se régale : il n'y a pas d'opposition !

Tout le monde, il est beau ! A l'image de Louis Alliot : lisse et rigolo, si séducteur dans son polo ! Et si sa poitrine arbore le croco, il voudrait bien, le rusé cocodrile, croquer le Pujol et cette équipe fébrile, "faite de bric et de broc", dit-il, le Louis, qui brille de tous ses feux de jeune homme de bonne famille…

C'est vrai, moi-même, je le trouve... éthique, jouant le jeu démocratique…Et puis, il est ariégeois (adolescence à Ax-les-Thermes) comme ma famille, et il aime le ski : un ancien as de la descente…Mais je me méfie car les frontistes ont un vi-sage double à la Janus : ils pratiquent le langage social, puis on s'aperçoit que la main de velours est prête à pratiquer la torture..!

On a tendance à croire que le parti frontiste s'est rangé : on a éliminé les ultras, les violents, les nazillons, les anciens du beau temps des colonies : n'ont plus que des rues, les sergents de l'OAS…

Il n'y a plus que le père pour provoquer encore, à son âge, déclarant que l'épidémie d'Ebola va régler le problème de la surpopulation en Afrique... C'est vrai que la fille, de temps à autre, dérape : la haine, ça la torture…

Le FN, un parti comme les autres ? Pauvres naïfs, ne vous fiez pas aux apparences !

Le gendre, le bon gars de la Marine, lui, il est plutôt silencieux : il est à Paris, à Bruxelles... Dans les médias… On le reverra pour les cantonales...Pour l'instant, il joue au modéré, au type calme, libéral, bien dans sa peau, au gentil beau-fils... et il ne parle plus d'immigration ou de sécurité... Les filles seraient folles de lui… Et certains boutonneux au crâne rasé : fous Aliot…

Cependant, n'en doutons pas, l'antienne reviendra, au moment opportun...

Louis Alliot a compris que, face à la déliquescence généralisée et à l'impopularité du maire actuel, le mieux est de ne rien faire ! Attendre, esperar, wait end see !

Pas la peine de montrer les dents : il suffit d'attendre; il pense, ce renard, au fromage de la fable : Pujol, cette poire blette, tombera bientôt dans sa gueule ! En effet, à considérer la crise, l'état du centre-ville, le découragement et la colère de nombreux Perpignanais, la misère et le chômage...la proie est facile ! Et puis le réflexe républicain, c'est fini, regardez le Merluchon : il vote blanc quand la "gauche" est éliminée pour le second tour ! Et beaucoup comme lui ne voteront plus pour la droite pour arrêter l'aventure frontiste !

Vous tenez alors un langage populiste, ouvriériste, démagogique, vous insistez sur l'état de délabrement et la situation délétère...Vous laissez parler ces "intellos de plateaux", ces juifs (Zemmour et Finkielkraut) qui prétendent que le régime de Vichy a sauvé des Juifs ! Les traîtres, vous vous rendez compte !

Et puis on a recours aux solutions rapides, faciles : quittons l'euro, l'Europe...alors que l'isolement serait pire, alors qu'il faut se battre pour la croissance et forcer l'Allemagne et les financiers ! Ou bien : renvoyons les immigrés à la mer, quand l'Europe va perdre, because la dénatalité, 8 millions d'habitants et devoir intégrer de nouveaux étrangers !

Oui, il suffit de ...Y a qu'à...On va y avoir droit, à nouveau car revient bientôt le temps des élections...Et le danger frontiste aussi, si peu combattu par la municipalité en place ! Qui, ici, dans le bocal des bactéries catalanes, dans cette ville qu'on qualifie de "laboratoire", aura le courage de l'affronter et de montrer le bon chemin..?

* Eric Zemmour, Le suicide français (Albin Michel, octobre 2014)

Partager cet article

Published by leblogabonnel - dans polémique
commenter cet article
16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 10:30
Rifle en catalan et français à ELNE
Rifle en catalan et français à ELNE

**leblogabonnel, journal quotidien personnalisé, de plus en plus collectif, "médiapart" de Catalogne" -

DEMAIN, Louis ALIOT et le FN à Perpignan...

*** LES CATALANS :

Rencontre avec HENRY DE LAGUERIE le Jeudi 18 Décembre 18h00 à la librairie Torcatis

Ce journaliste, installé en Espagne depuis 2998, suit le mouvement des indignés et la montée de la revendication indépendantiste catalane.

Son livre (HD, Le Monde, 2014, 12 euros) est fait de plusieurs témoignages : le contexte et les problèmes actuels de la Catalogne sont abordés dans un dialogue avec plusieurs personnalités (pages 24, 31, 40, 48, 55, 72) représentant le "génie" catalan : gastronomie, architecture, football avec le Barça, médecine, philosophie, tauromachie, économie) : les discours se recoupent parfois et la défense de l'idée d'indépendance domine (sauf avec les passionnés de corrida, désormais interdite, et des nuances sur "la pensée unique de l'élite politique et médiatique", page 59, ou "si la Catalogne devenait indépendante, le FC Barcelone pourrait rejoindre le championnat de France"…)

H. de Laguerie ne donne jamais son opinion, son analyse, pourquoi..?

Il ne parle jamais de la "Catalogne-Nord", pourquoi ? Car elle ne semble pas intéresser le sud…

Le rôle du sport dans la récupération et normalisation récentes de la langue est déterminant (5 sept. 1977, premier match commenté en catalan). Le rappel des dates importantes de la longue marche pour l'indépendance sont rappelées : historique de la revendication et aspiration croissante vers l'indépendance (pages 42/43) : cependant n'est pas expliqué la capacité de la Catalogne à vivre de ses seules ressources, à s'insérer dans l'Europe, à perdre peut-être des débouchés vers les autres régions de la péninsule. De même on ne dit jamais que la langue n'est parlé que par 50% de la population, que la participation au vote officieux récent n'a touché que la moitié des inscrits (l'abstention s'avérant majoritaire), que la votation s'est faite sans règles ni observateur objectif, les gens se déplaçant avec des drapeaux et des costumes sang et or…

On apprécie tout de même les chapitres traitant des succès de la Catalogne : l'aéroport de Barcelone, un des plus importants d'Europe (page 80-mais s'enrichissant à présent au détriment de Gérone, avec le départ progressif de Ryanair), avec la création de la ligne "Desigual" (p.86), avec la culture (le Liceu, comme exemple de création de la société civile), et les traditions humanistes (les Castellers, page 92).

Pays d'accueil et de passages incessants, composé de plusieurs strates d'immigration, la Catalogne aura du mal à défendre sa langue et sa revendication, même si je ne veux pas tomber dans la théorie fumeuse et raciste du "grand remplacement", dont nous menacent Renaud Camus, Zemmour et autres lepénistes obscurantistes…

pour la présentation de l'ouvrage:

"Les catalans" , éd.HD

organisé par Ethique.... animé par Clotilde Ripoull.

Pays d'accueil et lieu de passage ouvert sur la Méditerranée, la Catalogne est une terre d'avant-garde qui revendique ses racines et son histoire. Frondeurs, dissidents et anticonformistes, les Catalans ont forgé leur identité dans l'adversité. Ce peuple du nord de la péninsule Ibérique installé dans le sud de l'Europe n'a jamais renoncé à faire entendre sa différence. Lorsque les Catalans défendent leur langue et leur manière d'être, ils prônent aussi des valeurs : l'audace, l'initiative, l'entraide et le bon sens. Après trois siècles de relations tumultueuses avec l'Espagne, beaucoup d'entre eux sont décidés à larguer les amarres. Ce n'est pas une fièvre passagère, mais le résultat de longues années d'incompréhensions mutuelles et de rendez-vous manqués. La Catalogue obtiendra-t-elle son indépendance? Personne ne le sait. Mais elle luttera toujours pour ne dépendre de personne.

** MARDI 16 DÉCEMBRE, À 18H30, AU THÉÂTRE DE L’ÉTANG, dans le cadre des Cours d'Éducation Populaire Stéphanois (C.E.P.S.), l’association "LES RENDEZ-VOUS DE SAINT ESTÈVE" vous invite à assister à la

CONFÉRENCE DONNÉE PAR ROLAND COROMINAS : RÉALITÉ ET LÉGALITÉ DU POUVOIR DANS LA CATALOGNE DE 1936.

La Catalogne, aux prémices de la Guerre d’Espagne, c’est ce moment crucial que le conférencier, Roland Corominas, a choisi d’analyser.

Roland Corominas est un Stéphanois exilé à Paris qui revient sur ses terres pour expliquer quelles étaient LA RÉALITÉ ET LA LÉGALITÉ DU POUVOIR DANS LA CATALOGNE DE 1936. Nous saurons tout sur le phénomène mal connu (c'est peu dire) de tous les comités locaux qui, en 3 ou 4 jours, ont couvert toute la Catalogne et ont assumé et assuré localement toutes les tâches de la vie quotidienne : ordre public, administration, situation économique des habitants, bref TOUT puisqu'il n'y avait plus d'État du fait de l'insurrection de Franco et que seuls les syndicats et partis se reconnaissant dans le Front des Gauches avaient bataillé pour défaire Franco en Catalogne, et ailleurs.

Le type d'insurrection de Franco ne laissait pas de place à un

gouvernement républicain avec capitalisme "démocratique", ce qui a rendu compliquée, c'est le moins qu'on puisse dire, la vie du parti

nationaliste catalan, l'Esquerre (ERC).

Après des études secondaires au lycée Arago de Perpignan et

universitaires à Montpellier, ROLAND COROMINAS devient professeur agrégé d’espagnol et enseigne au lycée Carnot à Paris. Il collabore à de nombreuses revues et est l’auteur d’un manuel pour classes préparatoires : “Questions sociales-économiques dans la

presse espagnole”.

ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE.

LE C.P.E.S. EST PARRAINÉ PAR MECAMOBIL.

_POUR TOUS RENSEIGNEMENTS_ : Tel : 06 32 47 21 14 ou Mel :

rdvse@rdvse.fr [1]

_Les Rendez-Vous de Saint-Estève, __créateurs d'évènements

culturels.

---------- Catalans de Paris :

albert.callis

ARTICLES RÉCENTS

Liste Complète

Mardi 18 novembre 2014

Bulletin de liaison des Catalans de Paris et d'Ile de France (L'Amicale)

Catalans de Paris

et d'Ile de France (L'Amicale)

n° 2014-04

Bulletin de liaison et d'information

https://www.youtube.com/watch?v=d-4GGf23Ze0

R A P P E L

BULLETIN D''ADHESION POUR L''ANNEE 2014

NOM .................................... Prénom ..................................................

Adresse complète : ................................................................................................

.............................................................................................................................

.............................................................................................................................

Téléphone Domicile : .........................................................

Travail : ..........................................................

Portable : ........................................................

E-mail : ..........................................................................

Cotisation : _ Membre actif (25 €)

Lieu d'origine : ...................................................................................................

Profession (facultatif) : ........................................................................................

Fait à .................................... le ..................................................

Signature :

Bulletin et chèque (libellé à l'ordre de Amicale des Catalans de Paris) à

renvoyer à :

CATALANS DE PARIS ET D'ILE DE FRANCE

MAISON DES ASSOCIATIONS DU 12EME

BOITE N° 60

181 AVENUE DAUMESNIL - 75012 PARIS

Partager cet article

Published by leblogabonnel - dans Catalogne
commenter cet article
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 09:20

 

   

Le front national ne prendra pas la ville : Jean-Marc Pujol séduit plus les Perpignanais(e)s que Louis Aliot

 

 

 

      L'actuel maire de Perpignan est un grand séducteur : il séduit les Catalans en descendant le sacré Castillet en rappel. C'est ainsi, dans le danger, que nous l'aimons !

 

   Il séduit les petits et les grands en installant la big roue (il ferait même la roue du paon, selon ce cher Nicolas Caudeville, qui archipelle et contre-attaque sans fin): que d'émotion !

 

    Il séduit les nouveaux arrivants qui vont visiter le Vernet grâce à une passerelle : il suffit de passer le pont… et c'est l'aventure au coin du canton !

 

    Il séduit les touristes arrivant par les airs grâce à un cadran solaire gigantesque amarré à un rond-point par le génie du plasticien Marc-André 2 Figueres…  A placer dans le big livre des records, la sacrée érection !

    

    Il séduit les sportives, les basketteuses, surtout, mais dans la déception, elles peuvent se venger et confesser des secrets : au syndrome Trierveiler, elles veulent se confier au "blogabonnel" :  attention !

 

    Il séduit même les avocates, au sein même du sérail municipal : c'est la "sécurité" et la passion !

 

 

    Face à J.Marc Pujol, non, cher Nicolas Lebourg, le séducteur Aliot (à suivre, demain…) ne fait pas le poids; à force de le fréquenter, pour l'étudier, l'analyser, tu as été séduit, comme le journaliste du Monde, qui le suit, aussi, et semble séduit, itou..

 

    Non, L. Aliot a fait une campagne ringarde : randonneur au coeur du quartier gitan ou déguisé en pénitent lors du vendredi saint… Ressortant l'adhésion de JMP à "Occident" sans preuve (alors que moi j'ai des témoignages…), c'est dépassé…Le citoyen s'en moque ! M.Aliot ne peut gagner la ville : Perpignangnan deviendrait "Perpinéant", selon la méchante formule de C.Trenet). 

 

   Il est vrai que des libéraux, des responsables de l'UMP, des bourgeois du centre détestent le maire et le traitent de fasciste : pas de différence entre les deux hommes, vraiment..? On y reviendra…

 

    Il est vrai que de plus en plus de gens, à gauche surtout, votent blanc (Mélenchon pour la législative partielle entre UPM et FN !) ou s'abstiennent, prenant ainsi la responsabilité historique de voir le pire l'emporter : on verra bien, il faut du changement, on est écoeuré par les politiciens, faut que ça explose…disent-ils. 

 

    Néanmoins, pauvre naïf, je crois encore au réflexe républicain et l'électorat local change vite avec les nouveaux arrivants… Tout est possible. On attend le prochain séducteur ! On attend un Sauveur…

 

JPB

Le maire Jean-Marc Pujol.Le maire Jean-Marc Pujol.

Le maire Jean-Marc Pujol.

Partager cet article

Published by leblogabonnel - dans politiqe
commenter cet article
14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 11:03

--- Historique de l'Association (2):

L’Association « Amitiés internationales André Malraux » présente le 1er numéro de sa revue : Présence d’André Malraux.

A l’occasion du Colloque André Malraux de Perpignan

« Amitiés internationales André Malraux », association loi 1901, est née le 29 mars 1996, à Paris (son siège est situé dans le 18ème arrondissement, 72 rue Vauvenargues), sous l’impulsion d’un Catalan de Paris, Pierre Coureux, né à Perpignan.

Devenu Président de cette association grâce à l’appui de Florence Malraux et d’universitaires tels que Henri Godard, professeur à La Sorbonne, Pierre Coureux exprime sa passion pour l’auteur de La condition humaine en réunissant un comité de parrainage prestigieux ; citons par exemple : Françoise Giroud, Jean d’Ormesson, Pierre Mauroy, Jorge Semprun, Maurice Schumann, Jean Grosjean, J.de Bourbon-Busset, Geneviève de Gaulle, Paul Nothomb, Antoine Terrasse, Dina Vierny…

Toutes ces personnalités ont accepté d’adhérer à l’esprit de cette association « à vocation culturelle, apolitique, né d’une volonté d’honorer toute initiative destinée à mieux faire connaître la pensée de Malraux et ses activités tout au long de son existence. »

Déjà, de nombreuses manifestations se sont déroulées sous la houlette des « Amitiés A.Malraux » à Paris, Barcelone, Marrakech, Tunis, Brest ou Cerisy-la-Salle. Des projets d’expositions sont bien avancés ; ainsi, pour 2001, « Les amitiés montmartroises d’A.Malraux », au Musée de Montmartre, à l’institut français de Budapest, au centre culturel de St-Quentin-en-Yvelines, par l’université de Versailles, une manifestation sur l’amitié entre Malraux et Aub, à l’occasion du centenaire de la naissance de l’écrivain Max Aub en 2003…Pour plus de détails sur tous ces projets, il faut consulter le site web très riche de l’association.

Il fallait que Perpignan, en raison du voisinage de l’Espagne et de la participation d’A.Malraux à la guerre civile espagnole, participe à l’approfondissement de la pensée de l’auteur de L’Espoir.

Pierre Coureux et les adhérents locaux de l’association ont donc contacté André Bonnet, qui a été enthousiasmé par un projet de colloque. Le « Centre méditerranéen de littérature » – avec Jean-Jacques Bedu, responsable de ce secteur d’animation- a ainsi pris en charge la manifestation qui se déroulera les 11 et 12 mai prochains, au Palais des Congrès de Perpignan et à Canet, à la galerie des Hospices et au cinéma le Lido, pour la projection du film « L’Espoir ».

Le colloque intitulé « Les univers d’A.Malraux » a mobilisé Olivier Todd, biographe récent de Malraux, Paul Nothom « l’ami, le témoin » et père de la romancière Améle, André Brincourt, Elvira Farreras, secrétaire de Malraux pendant la guerre d’Espagne, Marie-Sophie Doudet, universitaire à Montpellier, et bien d’autres…

« Les Amitiés André Malraux » profitent de cet événement pour présenter le premier numéro d’une revue vouée à la réflexion et au témoignage : « Présence d’A.Malraux ». Ces « cahiers » sont consacrés, dans leur première livraison à un dossier sur « L’Espoir : du roman au film. »On peut y lire les contributions de Denis Marion, Paul Nothomb, Edouard Waintrop, Henri Godard, etc…Le dossier contient aussi des entretiens, des témoignages, des repères chronologiques, une sélection bibliographique…et des propos d’André Malraux : « Onze réponses sur l’Espagne ».

J.P.Bonnel, correspondant des AIAM en Catalogne.

(article publié dans L’Indépendant de Perpignan)

- - - Le Projet De FOSSA 2015 : l'ouverture du dimanche 31 août 2014
Casa Xanxo, 8 rue de la Main de Fer à Perpign
an

OUVERTURE DE L’ANNÉE FRANÇOIS DE FOSSA 2015 « LE MAÎTRE DE PERPIGNAN » GUITARISTE ET COMPOSITEUR

29/08/2014

Fils d’un juriste perpignanais, François de Fossa rejoint à 17 ans la ’’ Légion des Pyrénées ’’ à Gérone. Il décide de partir pour le Mexique en1798. En 1803 : retour à Cadix après avoir embrassé, en 1802, la carrière militaire. Emprisonné en 1808, à Grenade, après l’invasion de l’Espagne par l’armée de Napoléon 1er, il repart pour la France en 1814, lors du repli de l’armée française vaincue par les Anglais.
Il est décoré par les monarchies espagnole et française, sous Ferdinand VII et Louis XVIII. En 1830, il participe à la prise d’Alger, puis quitte l’armée en 1844, s’installe à Paris, et y meurt en 1849, probablement du choléra.
Son approche de l’écriture musicale débuta à Cadix, puis à Madrid, vers 1808, où ses oeuvres, lui valurent le surnom de « Haydn de la guitare ».
Il édita ses créations dès la Restauration française, puis entre 1824-1844, en France et en Allemagne. Au début des années 1980, l’oeuvre de François de Fossa sortit lentement de l’oubli en France et à l’étranger. Sa musique est aujourd’hui accessible à tous, grâce, notamment, au travail de son découvreur américain :
Matanya Ophee.

Fichier à télécharger :

http://www.mairie-perpignan.fr/news/ouverture-de-lannee-francois-de-fossa-2015-le-maitre-de-perpignan-guitariste-et-compositeur

(à suivre)

A.Malraux (logo des AIAM) - Numéro spécial sur les secteurs sauvegardésA.Malraux (logo des AIAM) - Numéro spécial sur les secteurs sauvegardés

A.Malraux (logo des AIAM) - Numéro spécial sur les secteurs sauvegardés

Partager cet article

Published by leblogabonnel - dans littérature
commenter cet article
13 décembre 2014 6 13 /12 /décembre /2014 10:54

* La mairie de Perpignan s'est déjà investie dans le projet de reconnaissance du musicien perpignanais P. de Fossa : présence de quatre conseillers municipaux lors du concert et de la conférence du 31.8.14 (M.Pinell, J.Michel Henric, M.Guizard, Josiane Cabanas); promesse d'une subvention et du prêt du théâtre municipal - pour ^mus d'info, voir le site de la mairie et celui, officiel, e De Fossa.

AMITIES INTERNATIONALES ANDRE MALRAUX (A.I.A.M.)

Association culturelle loi de 1901 créée en 1996 sous l’appellation « Les amis d’André Malraux-Montmartre », l’association est devenue en 1998 « Amitiés Internationales André Malraux ».

Pierre Coureux, membre fondateur, en est devenu président en 2007.

Missions:

Les A.I.A.M. réunissent hommes et femmes de toutes origines géographiques, linguistiques, sociales, culturelles et religieuses qui partagent au départ une attirance profonde pour l’œuvre, la vie et la personnalité d’André Malraux. Ce lien commun, ils le consolident et le fertilisent à travers une grande variété d’actions et d’initiatives menées dans un double objectif:

- Développer ou soutenir des projets, nationaux comme internationaux, visant à faire vivre, découvrir, approfondir, dans toutes ses dimensions, l’héritage culturel et intellectuel si riche et varié de Malraux et les multiples facettes de ce personnage hors du commun : le grand écrivain et le ministre, mais aussi le journaliste, le militant et l’homme politique ; l’homme d’art et l’esthète, mais aussi l’orateur, l’aventurier et le combattant…

- Ouvrir ou parcourir les nombreux domaines où sont perceptibles les « métamorphoses », jusque dans l’actualité et la création contemporaines « sans frontières ». D’où son implication dans la promotion de nombreux évènements ou initiatives dont les thèmes restent en correspondance avec Malraux : architecture et patrimoine, beaux arts, cinéma, photographie, histoire, histoire de l’art, littérature, philosophie, théâtre, religions, spiritualité, …

Pour parvenir à ce double objectif, l’association des A.I.A.M.

- Organise régulièrement ou encourage, en France comme à l’étranger, souvent avec l’appui de prestigieux partenaires institutionnels et privés, des colloques, tables rondes, rencontres, conférences, expositions, projections, concerts, actions et manifestations culturelles au sens large. Elles concernent aussi bien la vie, la personnalité et l’œuvre de Malraux ou de ses contemporains que les différentes voies ouvertes et marquées par son empreinte.

- Publie depuis 2001 la revue : « Présence d’André Malraux » (PAM) – voir article ci-dessous –, où, dans un contexte international ouvert, se rassemblent, témoignent et s’expriment les spécialistes, universitaires ou lecteurs passionnés dans leurs articles, travaux de recherche, comptes rendus de lectures ou publications de documents. Par ailleurs, y sont également retracées les actualités malruciennes de même que la vie de l’association et ses ambitions culturelles.

- Informe le public, notamment par son site www.andremalraux.com, des actualités, travaux et projets développés, ou des évènements notables, et propose ainsi, en plus d’éléments sur le « parcours » Malraux, une large palette de sujets d’intérêt ou d’activités.

AMITIES INTERNATIONALES ANDRE MALRAUX (A.I.A.M.)

Cadre :

Association culturelle loi 1901

Fondation :

Mars 1996

Président :

Pierre Coureux

Site web : http://www.andremalraux.com

Facebook: AIAMfr Twitter: AIAMtwit

Bureau de l’association (au 01/01/2014)

Président: Pierre Coureux

Vice présidents : Anissa Benzakour-Chami, Moncef Khemiri, Hidemichi Tanaka.

Secrétaire Générale : Evelyne Lantonnet

Secrétaires Généraux adjoints : Daniel Froville, Jean-Michel Galley

Trésorier : Charles Wang Zen-Ki

Trésorier adjoint : Joël Haxaire

Administrateur du site : Michel Leroy

Exemples d’évènements (réalisation ou implication):

2013 :

- Colloque « André Malraux: à la rencontre de l’image et de l’imaginaire » - Hôtel Lutetia – Paris

- 5 jours de manifestations et conférences en Roussillon autour du centenaire de la naissance d’Albert Camus.

- Nouvelle exposition « André Gide – André Malraux : 30 ans d’amitié » Mairie du 18ème – Paris -

2012 :

- Association à la commémoration nationale des 50 ans de la loi Malraux : Colloque de Bordeaux (Gironde) -

- Colloque « Malraux : littérature et cinéma » à l’Université de la Manouba – Tunis (Tunisie) –

- Colloque « Malraux et la Russie » à l’Institut Gorki à Moscou (Russie)

- Conférence de Jean Guion « André Malraux et la Francophonie » à Bangkok (Thaïlande)

- Exposition « André Gide – André Malraux : 30 ans d’amitié » Mairie du 11ème – Paris -

2011 :

- Colloque sur « Malraux, un homme sans frontière ? » au CEVIPOF – Paris –

- Colloque « Malraux et l’Orient » à Nice (Alpes Maritimes)

- A l’occasion du 35ème anniversaire de la mort d’André Malraux, participation aux évènements et manifestations, notamment en Haute Savoie

- Colloque « Malraux et les frontières de l’impossible » de l’Université Aïn Chock (Casablanca – Maroc), et colloque du Havre – Seine Maritime - (« Malraux, les Arts et la Culture »)

- Exposition « Pere Creixams : Montmartre-Montparnasse 1916-1928 » au Centre d’Etudes Catalanes de l’Université Paris-Sorbonne

- Présentation du film « Malraux et l’Asie », film d’Anne Imbert, à Boston (Mass. – USA)

2010 :

- Congrès International « Mémoires de la guerre en Europe : 1914-1945. Textes et Images » à l’Université de Lleida (Catalogne - Espagne) avec exposition sur le tournage du film « Sierra de Teruel » réalisé par André Malraux.

- Conférence de Dominique Bona sur Clara Malraux à la Bibliothèque Sainte Geneviève (Paris)

- Colloque International « 18 juin combats et commémorations » organisé par la Fondation Charles De Gaulle à l’Assemblée Nationale, avec participation des AIAM

- Conférence « André Malraux, the Art Museum, and the Digital Musée Imaginaire” par Derek Allan, symposium intitulé “Imaging Identity”, National Portrait Gallery, Canberra (Australie)

2009 :

- Colloque au musée des Arts Asiatiques-Guimet à Paris : « Malraux et l’Asie »

- Festival « Un livre à la mer » à Collioure (Pyrénées Orientales) : Hommage à l’auteur de « L’Espoir » avec Florence Malraux et Jorge Semprun

- « Les journées du Patrimoine » autour de Malraux à Senlis (Oise)

- Projections au Sénat (Paris) de documentaires (Malraux et Picasso, Malraux en Haïti …)

- Projection à la mairie du 7ème arrondissement de Paris du film « André Malraux et la tentation de l’Alsace » réalisé par Anne Imbert.

- Conférence de Françoise Wagener autour de son livre « Louise de Vilmorin, cette inconnue » à la Bibliothèque Sainte Geneviève – Paris -

2008 :

- Soirée-hommage à Paul Nothomb et sa femme au Centre Culturel Wallonie-Bruxelles à Paris en présence de la famille Nothomb

- Exposition, projection et conférences « André Malraux » à Saint Estève (Pyrénées Orientales)

- Débat « André Malraux et la question du musée » à la Bibliothèque Sainte Geneviève à Paris – DVD réalisé par les A.I.A.M. –

- Débat sur « la relation Malraux – De Gaulle » - à la mairie du 5ème arrondissement de Paris

2007 :

- Série de conférences aux thèmes divers :

« André Malraux, regards sur l’Intemporel » par Evelyne Lantonnet,

« La rencontre avec le Cambodge » par Nathalie Lemière-Delage,

« Malraux, Picasso et la guerre d’Espagne » par Gérard Malgat et François Godicheau …

à Asnières sur Seine (Hauts de Seine), Paris, Blois (Loir et Cher) …

- Interventions de Gérard Malgat et de Pierre Coureux au Festival « Estivales » de Perpignan (Pyrénées Orientales) de Marie-Pierre Baux.

– Visite guidée du Panthéon (Paris) jusqu’à la crypte d’André Malraux pour une délégation de 10 artistes venus de Corée du Sud.

- Table ronde à l’Institut Français de Florence (Italie), après projection de « L’Espoir », sur le thème « André Malraux e Max Aub : due testimoni della Guerra di Spagna », avec notamment l’intervention de Mr Antoni Cistero Garcia.

2006 :

- Après-midi d’études « André Malraux et les Antiquités nationales de la Préhistoire au Moyen Age » au Château Musée des Antiquités Nationales de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines)

- Participation aux manifestations autour des « Carnets du Front Populaire » d’André Malraux à la Bibliothèque de l’Hôtel de Ville, et sur les rapports de Malraux avec l’Afrique et les arts africains à la bibliothèque André Malraux à Paris.

- Hommage à Denis Marion à l’Université Libre de Bruxelles

2005 :

- Colloque « Tentations de l’Occident, tentations de l’Orient : Malraux, Du Perron et leurs amis dans l’entre-deux-guerres » à l’université de Paris IV Sorbonne – Paris –

- Colloques de Pékin « Malraux et la Chine » et de Séoul (Corée du Sud)

- Participations à l’exposition sur le peintre-graveur Demétrios Galanis au musée de Montmartre et au dévoilement de la plaque commémorative en hommage à Max Aub à Paris.

- Conférence « Moissac et Malraux » par François Boulet à Moissac (Tarn et Garonne)

2004 :

- Journées d’études « André Malraux, écrivain d’art » à la BNF et à la Sorbonne – Paris -

- Colloque « Malraux et l’idéal humain » à l’université Ain Chock à Casablanca (Maroc)

- Rencontre « Malraux et les écrits sur l’Art » à la BNF – Paris -

- « L’actualité des écrits sur l’art de Malraux», conférence à Antibes (Alpes Maritimes) par Eliane Boucharlat et Nicole Sabbagh.

- Présentation des « Ecrits sur l’Art » à la librairie Mollat à Bordeaux (Gironde)

2003 :

- Colloque « Max Aub : enracinements et déracinements », conférence « Max Aub, Malraux et le cinéma » à l’Université de Paris X Nanterre.

- A l’occasion des commémorations du centenaire de la naissance de Max Aub, cycle de rencontres et de manifestations, création théâtrale, dépôt d’une plaque à sa maison natale …

- Colloque « André Malraux, Culture and commitment » à New Delhi (Inde)

2002 :

- Journées « Malraux, l’homme de demain » à ‘Université de Bretagne occidentale – Brest (Finistère) - et exposition à Lesneven (Finistère)

- Conférences, expositions, projections à Paris, Saint-Cyr l’école (Yvelines) …

- Colloque « Malraux et la diversité culturelle » à l’Université de Lexington (Virginie – USA)

- Débat à Montmartre « Malraux et ses amis montmartrois » et exposition – conférence au Musée Jean Jaurès de Castres (Tarn)

2001 :

- Très nombreuses manifestations, conférences, tables-rondes, rencontres, projections, débats … dans toute la France (notamment au Pays basque, en Bretagne, en Roussillon, en région parisienne) et à l’étranger, au long de cette année du 100ème anniversaire de la naissance d’André Malraux.

- Lancement à la Cinémathèque Française et premier numéro de la revue « Présence d’André Malraux – Cahiers de l’Association Amitiés Internationales André Malraux » (P.A.M.)

2000 :

- Diverses manifestations dont de nombreuses projections :

« Les métamorphoses du regard : André Malraux », 3 films de Clovis Prévost projetés à la BNF – Paris- ;

Projection-débat de « André Malraux et la tentation de l’Alsace » réalisé par Anne Imbert au musée de l’Armée – Paris –

Projection-débat du documentaire de Monique Seemann et Arnaud Gobin « La liberté en retour : Histoire de la brigade Alsace-Lorraine » aux Invalides – Paris -

1999 :

- Projection et table ronde autour de témoins et compagnons de l’escadrille Malraux sur le thème : « De l’Espoir à Espoir : du roman au film » à l’Institut Cervantès – Paris –

- Table ronde « Le jeune Malraux et les artistes de son temps » à Montmartre

- Rencontre-dédicace-hommage à Paul Nothomb à l’Institut Cervantes – Paris –

1998 :

- Hommage à Léonard Keigel

- Visite du château de Versailles, dans les lieux restaurés grâce à l’action de Malraux ministre, en compagnie d’autres associations « malruciennes » et de nombreuses personnalités.

1997 :

- Inauguration d’une plaque commémorative, offerte par la ville de Paris, au 53 rue Damrémont où naquit André Malraux.

- Tables rondes : « Malraux, l’artiste de génie, écrivain, historien d’art et cinéaste » et « André Malraux et la politique » - Paris -

- Visite à Verrières le Buisson (Essonne) en collaboration avec la famille de Vilmorin

1996 :

- Création de l’Association

- Soirée « André Malraux, le dernier des Justes » au Studio 28 – Paris -

La revue « Présence d’André Malraux » (P.A.M.)

Organe de diffusion des AIAM depuis 2001, la revue PAM rassemble spécialistes, chercheurs et amateurs éclairés autour de la pensée et de l’œuvre de Malraux. Avec une insatiable curiosité, elle analyse, souvent de manière thématique, son œuvre et sa vie avec un regard qui captive, mais qui se veut le plus lucide possible. Loin de tout schéma réducteur, elle révèle l’actualité comme l’universalité de sa pensée, de certains de ses engagements ou de ses choix. Espace de rencontre et de dialogue entre les « lecteurs » – dans toute la noblesse du terme – la revue PAM propose des interprétations critiques des textes, en restant une source accessible, et compréhensible par tous. On y lit aussi bien les articles des spécialistes ou passionnés que les « témoignages », les actualités malruciennes au niveau national comme international.

Parutions

- 2013 : Hors-série n° 5 : Les secteurs sauvegardés

Actes des rencontres de Bordeaux de novembre 2012

- 2013 : n° X – André Malraux : un homme sans frontières ?

Actes du colloque de Novembre 2011 au CEVIPOF, Paris

- 2011 : Hors-série n° 4 : « Mes années Malraux », ouvrage écrit par Janine Mossuz-Lavau

- 2011 : n° VIII / IX – Malraux et l’Asie

Actes du colloque de février 2009 au Musée des Arts Asiatiques – Guimet – Paris

- 2011 : Hors-série n°3 : « Creixams : Montparnasse-Montmartre 1916-1928 », écrit par Anaïs Bonnel

- 2008 : n° VII – Tentations de l’Occident, tentations de l’Orient

« Malraux, Du Perron et leurs amis dans l’entre-deux-guerres. »

Actes du colloque de novembre 2005 à l’Université de Paris IV Sorbonne – Paris

- 2007 : Hors-série n°2 : « André Malraux, Saint Germain en Laye, et les Antiquités Nationales de la Préhistoire au Moyen-Age » Actes de l’après-midi d’études de novembre 2006.

- 2006 : n° V / VI – Malraux et la Chine

Actes du colloque de Pékin d’avril 2005

- 2005 : n° IV – La maquette farfelue. Les écrits sur l’Art

- 2003 : n° III – Malraux et les essayistes des années 1920.

- 2003 : Hors-série n°1 : Malraux et l’Inventaire général.

- 2002 : n° II - Le jeune Malraux et les artistes de son temps.

- 2001 : n° I – Espoir : Du roman au film.

*Comité de rédaction (au 01/01/2014) :

Responsable de rédaction : Evelyne Lantonnet (France)

Comité de rédaction : Anissa Benzakour-Chami (Maroc), Marie-Sophie Doudet (France), Daniel Froville (France), Antoinette Jean (France), Moncef Khemiri (Tunisie), Eugène Kouchkine (France/Russie), Christiane Moatti (France), Atsuko Nagaï (Japon), Cristina Sole Castells (Espagne), Peter Tame (Irlande), Brian Thompson (USA).

*Pierre Coureux

Fondateur des AIAM - Amitiés Internationales André Malraux

72, rue Vauvenargues

75018 Paris

Tél.: 01 42 63 89 46

Port.: 06 13 53 30 48

http://www.andremalraux.com

Facebook: AIAMfr Twitter: AIAMtwit

***à suivre...

Francisco Ortiz (en noir) et Guillaume Lagnel (en blanc) devant la maison natale du compositeur © J.P.BonnelFrancisco Ortiz (en noir) et Guillaume Lagnel (en blanc) devant la maison natale du compositeur © J.P.Bonnel

Francisco Ortiz (en noir) et Guillaume Lagnel (en blanc) devant la maison natale du compositeur © J.P.Bonnel

Partager cet article

Published by leblogabonnel - dans littérature
commenter cet article
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 18:08
à Pézénas (photo Jean-Pierre Bonnel)
à Pézénas (photo Jean-Pierre Bonnel)

**leblogabonnel, journal quotidien personnalisé, de plus en plus collectif (aujourd'hui 2 participations amicales ) : blogue qui se veut un accélérateur d'alertes, de prises de conscience.

Lors d'une séance théâtrale

à l'Institut Français de Kaboul

un kamikaze shooté jusqu'aux yeux

s'est fait exploser, tuant un spectateur et faisant plusieurs blessés...

Décidément l'art et la culture font mal au tripes

des ''fous de dieu'' du pseudo état islamique

et ils savent nettoyer avec une efficacité radicale

tous les "infidèles" ou assimilés,

au nom de leur moyen-âge cérébral !

Si demain on joue "La Tempête" de Shakespeare à Kaboul,

ils feront pareil (ou pire)

car aucune actrice ne voudra de

Caliban dans sa troupe (contrepèterie de la nuit ...noire !)

Guy*più - (G.Jacquet)

** Patrimoine mondial : Indiens du Brésil :

Indiens du Brésil - Simplisme Pataxos

2000 hectares de la MATA ATLANTICA (Sud de Salvador-Brésil) viennent encore d'être arrachés en quelques mois, aux peuples des Pataxos, sans aucune concertation.

Cette forêt, où vivent depuis des milliers d'années ces tribus pacifiques, a diminué de 85 % depuis les années 1950, au profit des commerces du bois et de la canne, chassant les êtres vivants, hommes et animaux, qui y vivaient en symbiose. Les Pataxos, entièrement démunis de toute forme de survit, s'exilent dans les grands villes(Bahia, Recife...) et se clochardisent progressivement, perdant sous l'alcool de Cachaça pourrie, leur dignité et leur identité ancestrale.

Ils n'en sont même plus se demander si on a le droit de vivre libre et chez soi.

On en est à lancer des pierres au ciel en tentant de savoir si le simple droit de vivre, est un acquis définitif... quand les usufruitiers de la richesse, que ce soit les grands propriétaires du Brésil ou d'autres pays ''émergents '' (quel mot à la con !!) et les multinationales, tirant les fils des gouvernements-marionnettes, pensent que le monde est un bien vacant à privatiser.

Le sort des Indiens du Brésil, comme celui des 'sans voix' de l'Inde, d’Afrique ou de partout d’ailleurs, ILS le tiennent dans une main de fer qui, inexorablement, écrase l’homme naturel, l’homme dépouillé d’agressivité et de technologie guerrière.

L’homme naturel dans ses prairies, dans ses steppes, dans ses forêts,,dans ses îles, n’a pas de parole... C'est un masque sans bouche ! La richesse, mariée à la puissance des armes des puissances foncières, se donne le droit de spolier et polluer sans aucune considération des modes de vie culturelle, et des formes ancestrales sacrées.

Des puissances financières achètent des armées privées. Milices autonomes !

L’émergence d'une philosophie "monsantiste" , affirme, avec une incroyable arrogance, que l’on peut privatiser la vie et parquer les peuples ''ce qui n’est pas encore à moi je vais le prendre'', est l’article premier de la bible du libéralisme !

Et, pendant ce temps, la foule des "panurgiens", les hypnotiques du 20 h, les illuminés de la téléréalité, les décérébrés hooligans du stade, chantent leur vacuité misérable en cuvant leur bière et l’avenir de leurs enfants.

Mais putain, l’amour et la fraternité, c’est quand ? Quand comprendra–t-on que chacun de ces Indiens est mon frère ? Que chaque homme qui souffre s’inscrit dans une douleur collective ?

Quand comprendra–t-on que les hommes ne sont qu’une seule famille et que ceux qui pillent la terre détroussent l’humanité ?

Quelle philosophie non frelatée leur apprendra qu’aucune richesse vraie ne se bâtit sur la douleur, la spoliation ou l’exploitation de l’autre ?

Qui leur dira que les hommes, tous les hommes, les animaux tous les animaux et la terre, toute la terre, ont un droit de vie digne et à un respect total de cette Et que ceci n'est pas négociable

Guy Jacquet ( Les Rencontres de EthnoSavhana – Le Cannet des Maures)

La légende de l’attrape-rêves

Il y a bien longtemps, lorsque le monde était encore récent, un ancien guide spirituel Pataxo eut une vision alors qu’il était sur une montagne au dessus de la forêt,

Dans sa vision, Iktomi, l’esprit farceur et grand sage, apparut sous la forme d’une araignée. Iktomi, alors, lui parla dans une langue sacrée.

Alors qu’il parlait, Iktomi prit le cerceau de saule de l’ancien, fait de plumes, de crins de chevaux, de perles et d’offrandes, et commença à tisser une toile.

INCLUDEPICTURE "http://stjosephdudakota.fr/images/La_legende_de_lattrape_reves.jpg" \d


Il parla à l’ancien des cycles de la vie; comment nous commençons notre vie de bébés, pour puis l’enfance et l’âge adulte. Finalement, nous atteignons la vieillesse, âge auquel les autres doivent s’occuper de nous comme des enfants, complétant ainsi le cycle de la vie.

« Mais, » dit Iktomi alors qu’il continuait de tisser sa toile, « chaque étape de la vie connaît ses propres forces; des bonnes et des mauvaises. Si tu écoutes les bonnes, elles te guideront vers les bonnes terres. Mais si tu écoutes les mauvaises, elles te guideront dans la mauvais cailloux et risqueront de te faire du mal. Donc ces forces peuvent aider, ou interférer avec l’harmonie de la Nature. »

Alors que l’araignée parlait, elle continuait à tisser sa toile.
Après avoir fini de parler, Iktomi donna la toile à l’ancien et lui dit,

« La toile est un cercle parfait avec un trou au centre. Utilise la toile pour aider ton peuple à atteindre ses buts, en faisant bon usage de ses idées, ses rêves et ses visions. Si tu crois au grand esprit, la toile attrapera tés rêves et tes bonnes visions et les mauvaises passeront au travers du trou. »

L’ancien fit part de sa vision au peuple et désormais,l es Indiens Pataxos accrochent un attrape-rêves au-dessus de leur couche pour filtrer leurs rêves et leurs visions.

Les bons sont capturés dans la toile de la vie et portés par le peuple, mais le mal présent dans leurs rêves tombe dans le trou au centre de la toile et disparaît de leur vie.

Le Pataxos savent que l’attrape-rêves détient le destin du futur.

Mais vous êtes pas obligés d'y croire…

Guy Jacquet

G.più

*** Acentmètresducentredumonde - galerie :

Pour commémorer sa première décennie de présence sur la scène culturelle de Perpignan, l’exposition « 10 ans » se fixe pour objectif d’offrir au public un résumé foisonnant et multiforme des tendances, expériences et productions des artistes ayant investi le Centre d’Art Contemporain àcentmètresducentredumonde depuis sa création en juin 2004.

Elle vient de lancer, pour la troisième année une action dont le projet est d’établir un dialogue entre le patrimoine et l’art contemporain. In situ couvre le territoire du Languedoc-Roussillon. Dans notre département trois sites ont été choisis : le prieuré de Marcevol avec le sculpteur Arnaud Vasseux ; l’abbaye de Saint-Michel de Cuxa où Bertrand Gadenne expose « La Bougie », une œuvre de 2006 ; le prieuré de Serrabona où intervient le peintre Claude Viallat, avec une peinture digigraphique sur plexiglas imaginant des vitraux prenant place dans les ouvertures du prieuré.

Le sculpteur s’est inspiré de l’histoire mouvementée du Prieuré. Le monument avait subi un tremblement de terre en 1428. Reconstruit à l’époque il a subi ensuite les dégradations du temps. Vers 1970 une fondation l’a remis en l’état, tel qu’on le visite aujourd’hui.« Arnaud Vasseux porte toute son attention aux propriétés physiques des matériaux qu’il utilise - résistance, tensions, souplesse, fluidité, etc. - leurs possibilités comme leurs limites techniques, à partir desquelles sont élaborées des procédures et des manipulations inhabituelles pour réaliser le projet initial. Au caractère expérimental de la production de la forme s’ajoute l’échelle des œuvres qui souvent dialoguent avec celle du lieu. Chaque intervention offre ainsi au visiteur les conditions d’une expérience où le lieu et l’œuvre s’informent, se nourrissent et s’enrichissent mutuellement », lit-on sur le site web de l’artiste.

Celui-ci intervient dans les absides latérales de l’église, il s’est inspiré de la technique du béton romain : il utilise un mélange de béton et d’argile pour réaliser son installation; celle-ci, grâce à ses tons ocre rosé, s’harmonise subtilement avec les tons de sable et de marbre observés in situ.

Partager cet article

Published by leblogabonnel - dans Arts
commenter cet article
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 10:10
la colombe de PICASSO
la colombe de PICASSO

leblogabonnel, journal quotidien personnalisé, de plus en plus collectif (aujourd'hui 2 participations amicales )

blogue qui se veut un accélérateur d'alertes, de prises de conscience.

à venir :

ces politiciens qui nous harcèlent (Marcel MATEU, d'Elne et du Conseil Régional - "socialiste") - la vérité d'Yves BARNIOL, maire d'Elne (divers droite) et les 8000 signatures pour les noms de femmes exceptionnelles) - la vérité de J.Marc PUJOL, maire de Perpignan -

La gabegie du jour :

un milliard que l'Etat a dépensé, en vain, pour l'écotaxe (votée par Sarko, annulée par Hollande, sous la pression des "bonnets rouges" bretons…)

TROIS VERSIONS DU DÉSASTRE

Cent ans après le commencement de la Première Guerre mondiale, le théâtre de la Rencontre de Perpignan en a fait une émouvante et belle commémoration.

Avant de parler de la création collective de Guy Jacquet et de son équipe, j’aimerais évoquer quelques autres façons de dire l’indicible de cette catastrophe.

LA FLAMME DU SOLDAT INCONNU
Dans la lignée des mises en scène convenues et de la rhétorique de la victoire sur l’ennemi, on va installer en 1919, sous l’Arc de Triomphe de la place de l’Étoile à Paris, un tombeau symbolique appelé « cénotaphe » richement sculpté, de près de dix-huit mètres de haut, représentant, sur ses quatre faces, des victoires ailées portant dans le dos, en guise d’ailes, des ailes d’avion.
Mais cette inventivité ornementale va soudain déranger, faire scandale.
Un an plus tard, le cénotaphe en question sera retiré et remplacé par une simple flamme qui brûle jour et nuit en mémoire du soldat inconnu inhumé en dessous.
Après le million de morts de la Grande Guerre, la rhétorique grandiloquente du triomphe n’est plus de mise. Place à l’abstraction et au symbole.

À PERPIGNAN
Le monument érigé sur l’Esplanade, est plus narratif. Mais il n’est pas convenu.
Tout de dépouillement et de retenue, c’est un des plus beaux de notre pays.
Il reprend un schéma d’arc de triomphe classique en le simplifiant. Les sculptures qu’il abrite et qui évoquent la vie locale, sont monumentales, frustes et émouvantes.

 

Il clôt une avenue bordée de superbes demeures de la belle époque et est contemporain de ces immeubles de béton, de briques et de galets qui font de Perpignan un des foyers de la belle architecture des années 1920 à 1950.

LA MAGIE DU THÉATRE
Les acteurs du théâtre de la Rencontre, dans le quartier Saint Martin, qui ont créé « je vous aime pour la vie » ne sont ni dans l’abstraction, ni dans le dépouillement et la retenue.
Et ils nous touchent pourtant d’étrange façon.

Quel est leur secret ?

Ils donnent simplement la parole aux vrais acteurs du drame, à travers leurs correspondances, leurs chansons et des images photographiques ou cinématographiques sorties des archives.

L’argument de la pièce : réunis dans le grenier d’une maison de famille, les descendants de poilus d’antan découvrent de vieux témoignages et nous font part de leurs trouvailles.
Et ces trouvailles qu’ils font, se mêlent avec ce que l’on pressent de leurs vies d’aujourd’hui, de leurs relations et de leurs conflits.

Alambiqué ?
Absolument pas.
Tout ici semble couler de source. On est sur de méchants praticables dans l’arrière fond de ce grenier qui n’en est pas un. Les acteurs jouent avec un art parfait du mime, de la suggestion et de l’ellipse, sans naturalisme ni distanciation. Les lumières sont bien composées et le décor mets tout le monde en valeur.
Un très beau travail d’équipe qui émeut et donne à réfléchir.

André Scobeltzine

 

 

 

**Jean-Christophe GARY :

 

 

Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore Carnet de doute (éd. Dagan), ou qui souhaiteraient en prolonger la lecture, voici un lien vers l'émission Les lectures de Gangoueus, sur Sud Plateau TV

La critique : ICI

 

Merci de faire suivre... et d'aller y faire un tour.

 

JC Gary

www.jcgary.com

 

"Il faut découvrir ce roman étonnant, chargé de doute et de folie. Après le capitaine Kurtz, le personnage de Gary sombre dans cette Afrique énigmatique..."

Lareus Gangoueus

Résumé:

Un jeune metteur en scène français s'embarque dans un étrange projet. Un groupe d'artistes sénégalais s'est constitué afin de monter un spectacle. Ils passent leurs journées dans une case isolée et attendent des danseurs qui n'arrivent jamais. Au fil d'un carnet qui tente de se frayer un chemin de conscience, l'homme est initié à l'épopée de Soundiata par les griots du groupe. Il décide alors de faire de ces récits la source d'une nouvelle création. Il découvre aussi, au fil des pages qui s'égrainent, que la vérité n'est pas dans les mots, mais dans l'entre-mots, que la vérité n'est pas le visible, mais l'invisible, que la vérité n'est pas unique.

Ce carnet est un fil rouge, mais un fil qui ne connaît plus de fin, où les mots deviennent les ombres d'un esprit sombrant dans la folie, sous le poids d'une « nuit africaine » déroutante et dans l'intimité d'odeurs âcres et douces.

Editions Dagan (170 p.)

 

- - - - 

 

JEUDI 11 DÉCEMBRE - 21h00

CENTRE CULTUREL JEAN FERRAT - CABESTANY

(Avenue du 19 mars 1962)

 

 

L’ETRANGER - “Réminiscences” d’après l’oeuvre d’Albert CAMUS

 

Pierre-Jean PETERS : comédien
Jean-Pierre JULLIAN : batterie, percussions
Guillaume SEGURON : contrebasse, basse
Adrien DENNEFELD : guitare


Ce projet réalisé par le comédien Pierre-Jean Peters est le résultat d’une passion qu’il consacre depuis dix ans à ce monument littéraire. Fruit d’un travail croisé entre l’adaptation théâtrale d’une oeuvre littéraire et le Jazz, il a imaginé un quatuor dans lequel il incarne la figure de Camus l’écrivain et son héros Meursault. Ses partenaires musiciens sont une présence essentielle qui fixe le ton et installe un mouvement parallèle et ordonné. Séquences organiques, compléments lyriques fixés dans la dramaturgie. Cette hybridation révèle le sens profond du texte ainsi que les thèmes chers à Camus : L’Algérie et le Soleil, le Meurtre, la Justice, la Révolte.

Cette création est issue des résidences des Pôles Jazz en L’R soutenus par le Conseil Régional et la DRAC Languedoc-Roussillon.

A NOTER : Une rencontre avec Pierre-Jean Peters aura lieu à la bibliothèque de Cabestany le mardi 9 décembre à 18h (entrée libre).

Co-production avec la ville de Cabestany et avec le soutien de Réseau en Scène et de Jazz en L’R (Journées Jazz en L’R).

 

TARIFS : 10€ / 7,50€ / 6€

Information et réservation : 

04 68 51 13 14 

WWW.JAZZEBRE.COM

dessins d'André Scobeltzinedessins d'André Scobeltzine

dessins d'André Scobeltzine

Partager cet article

Published by leblogabonnel - dans littérature
commenter cet article
10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 08:37
 
 
Dans “You are my destiny”, la Catalane de 48 ans propose un dérangeant parcours à travers la souffrance et le sexe. Actuellement à l'Odéon.

« You aaaaaare my dessssstinyyyy... » C'est donc cette larmoyante et flamboyante chanson de Paul Anka — datant de l'an 1958 — qui sert de titre à la dernière création, furieuse et cruelle, de la Catalane Angélica Liddell. On l'entend à la fin de son dernier spectacle, créé au Théâtre national de Bretagne, quand l'actrice-auteur-scénographe-metteuse en scène a fini de régler leur compte à dix machos à poil sur le plateau rouge sang, soudain réduits à rien devant un palais des Doges vénitien de carton-pâte. Il lui aura fallu plus de deux heures de tortures scéniques variées — taper de toutes ses forces, jusqu'à épuisement auditif et physique sur d'énormes tambours, s'asseoir à l'équerre sans appui, le dos juste plaqué au mur — pour qu'ils s'avouent vaincus. A moins que ce ne soit elle — décoiffée, blafarde, blouson de cuir noir et jupe de fée en tulle vert — qui déclare, à sa façon, forfait. Laminée comme son public par une rage tout ensemble tragique et enfantine, régressive. Cette fille spirituelle d'Antonin Artaud, qui ne cesse d'explorer sur scène les liens sulfureux entre douleur et plaisir — jusqu'à l'automutilation dans La Maison de la force en 2009 —, propose une fois encore un dérangeant chemin de croix à travers la souffrance et le sexe, l'humiliation et la jouissance. Autour du viol de la sage et trop belle Lucrèce par Tarquin, dans la Rome antique du VIe siècle avant ­Jésus-Christ, elle a orchestré une toxique variation qui condamne et légi­time à la fois le violeur. Jusqu'à défier la femme violée d'aimer son bourreau, le seul peut-être à la tant désirer.

La rédemption amoureuse

On ne peut reprocher à la performeuse de 48 ans d'être artistiquement correcte et dans les clous d'un féminisme conventionnel. Plutôt dans la tradition d'un dolorisme judéo-chrétien, d'une exaltation mystique de la souffrance, puisée chez de lointains compatriotes comme sainte Thérèse d'Avila ou saint Jean de la Croix. Adaptant à sa rageuse façon le vieux fait divers conté par Tite-Live — repris par Shakespeare et illustré par bien des peintres de la Renaissance —, Angélica Liddell paraît y reprocher à la vertueuse Lucrèce de s'être suicidée devant son époux, ne supportant pas la souillure du viol. Et elle suggère, entre deux éructations obscures, qu'elle aurait mieux fait de filer avec ce criminel qui la voulait de toutes ses forces. Est-ce parce qu'elle fait subir d'authentiques mauvais traitements à ses acteurs-complices, qu'Angélica Liddell peut ensuite leur pardonner leur brutalité ? You are my destiny (Lo Stupro di Lucrezia) ou la rédemption amoureuse... Dans La Maison de la force,l'artiste hurlait sa douleur : elle racontait qu'à Venise, déjà, elle venait de subir tous les déchirements, toutes les humiliations de la passion. Jusqu'au ravage de soi. Cinq ans plus tard, elle nous ramène dans une cité des Doges aux décors de comédie musicale pour y faire la paix. Elle exorcise. Mais au risque de se vautrer dans des exercices scéniques pénibles dont le spectateur devient l'otage...(C) Télérama

 

 

** voir J.Pierre Bonnel, de 9h30 à 13 heures, ce mercredi 10 décembre, à la maison de la presse d'Argelès (L'escargot bleu), rue du cinéma Jaurès : dédicaces, contacts et plus, si... 

 

 

*** à voir enfin ::

 

http-//leblogcultureldyl.centerblog.net/2886-decouvrir-robert-rius

Merci à Yvette LUCAS : voir son blog pour découvrir l'écrivain RIUS ce mercredi à Château Roussillon, chapelle, 18H...

Angélica LIDDELL

Angélica LIDDELL

Partager cet article

Published by leblogabonnel - dans littérature
commenter cet article

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens