Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 août 2016 1 29 /08 /août /2016 07:55
Le sourire d'une Suédoise de Collioure : Kristina - Les auteurs lisent dans les rues - A la bibliothèque
Le sourire d'une Suédoise de Collioure : Kristina - Les auteurs lisent dans les rues - A la bibliothèque
Le sourire d'une Suédoise de Collioure : Kristina - Les auteurs lisent dans les rues - A la bibliothèque
Le sourire d'une Suédoise de Collioure : Kristina - Les auteurs lisent dans les rues - A la bibliothèque

Le sourire d'une Suédoise de Collioure : Kristina - Les auteurs lisent dans les rues - A la bibliothèque

 

Programme 2016, "D'une mer à l'autre" :

 

Vendredi 2 septembre

18h00: au Centre culturel
En collaboration avec le ciné-club Marcel Oms. "Filmer en bords de mer" durée 45mn, archives

filmiques de bord de mer, par l'Institut Jean Vigo et les éditions Trabucayre.

20h30 : au Centre Culturel
Partie maritime : Soirée « Des phares et des hommes »

  •   En collaboration avec le ciné-club Marcel Oms. Projection du documentaire "Il était un phare", 52 mn, de Thierry Marchadier, évoquant divers aspects de cette relation compliquée et passionnée

  •   Suivie d’une conférence et commentaires de Vincent Guigueno, Conservateur du Musée de la Marine de Paris

  •   Exposition d’un fond de littérature maritime par la Librairie Torcatis, et dédicaces des ouvrages de Vincent Guigueno.

  •  

     

    Samedi 3 septembre

A partir de 8h30 : place du Général Leclerc

Petit déjeuner littéraire offert par l’UCAC, union des commerçants et artisans de Collioure. Ouvert au public, et en présence des auteurs, libraires, et exposants

10h00 à 20h00 : place du Général Leclerc : Paroles de Suédois, 4 écrivains

nous parlent de leur œuvre et de leur pays.

  •   Foire aux livres avec 3 libraires et 17 éditeurs, 40 auteurs en dédicace

  •   Ateliers maritimes ouverts à tous

o Apprendre la Voile, par le Club Nautique de Collioure.
o Construire un mat, atelier bois et vent animé par Emmanuel Perrot o Le bois et ses essences, atelier animé par David et Isabelle
o Gréer une voile latine par Sardinal Ufana.

  •   11h00 conférence présentation de la traductrice, Lena Grumbach, suivi d’un débat.

  •   15h30 conférence-débat, présentation de l’écrivain Fredrik Ekelund, suivi de dédicaces

  •   16h30 conférence-débat, présentation de l’écrivaine Katarina Mazetti, suivi de dédicaces.

  •   17h30 conférence-débat, présentation de l’écrivain Björn Larsson, suivi de dédicaces

  •   20h00 clôture de la journée du samedi place Général Leclerc

page1image18184

20h30 : au centre culturel
En collaboration avec le ciné-club Marcel Oms .Projection du film "Les hommes qui n'aimaient

pas les femmes", T1 de la trilogie Millénium, de Niels Arden Oplev, en version suédoise et sous titrage français. Par le Ciné-club de Collioure, suivi d’un débat avec les auteurs suédois : Quelle Europe vue de Stockholm ? Débat modéré par la journaliste Suzette Bloch.

 

Dimanche 4 septembre:


08 h30: Randonnée littéraire dans le village de Collioure

Rendez-vous devant la Médiathèque de Collioure, quartier du Faubourg : de Reiser à Machado en passant par O’Brian, lectures de textes, témoignages, visite de lieux fréquentés par ces auteurs. En présence de nombreux auteurs et de la dessinatrice Florence Cestac. Durée 1h30, difficulté : Facile

09h00 à 18h00 : place du Général Leclerc, Littérature en Roussillon

  •   Foire aux livres avec 3 libraires et 17 éditeurs, 50 auteurs en dédicace

  •   Ateliers maritimes ouverts à tous

o Apprendre la Voile, par le Club Nautique de Collioure.
o Construire un mat, atelier bois et vent animé par Emmanuel Perrot o Le bois et ses essences, atelier animé par David et Isabelle
o Gréer une voile latine par Sardinal Ufana.

  •   11h00 : conférence-débat, présentation de la dessinatrice Florence Cestac, suivi de dédicaces de ses ouvrages.

  •   à partir de 14h30 : Littérature en Roussillon, terre vivante d’expressions multiples au plan littéraire :

  •   14h30: "L'éditeur et son auteur", présentations croisées d'éditeurs et d'un de leurs auteurs

  •   16h30: "Auteurs d'ici, éditeurs d'ailleurs", présentation de ceux qui vivent ici mais publient

    ailleurs.

  •   18h00 : clôture du festival 

  •  

​*Je serai, entre autres, au stand des éditions Trabucaire... pour le livre collectif "Communautés libertaires, agricoles et artistique, en pays catalan"

 

JPB

Published by leblogabonnel - dans littérature
commenter cet article
28 août 2016 7 28 /08 /août /2016 09:26
En barque catalane sur la rivière Têt au coeur historique de Perpignan : départ pour la plage de Canet...

En barque catalane sur la rivière Têt au coeur historique de Perpignan : départ pour la plage de Canet...

Canaliser la Têt jusqu'à la plage - Canet, port de Perpignan

 

 

Au Moyen-Age, Collioure était le port de Perpignan, mais il fallait convoyer tissus, draperies, poissons et autres marchandises, par la via Domitia, qui passait par Elne/Illibéris...

 

Il y a quelques décennies, Arlette Franco voulait faire de la commune de Canet une nouvelle Californie : offrir des terrains pour que les nouvelles technologies s'installent entre Le mas Miraflores (Lafage) cher à Claude Simon (lire Le Tramway) et le rivage.

 

Ce fut une belle idée, mais hélas, comme d'habitude, les Catalans n'ont pas su communiquer (y a pas que Seguela en France!) ni trouver les fonds et les partenaires... Dommage, Arlette, on te regrette !

 

 

L'idée du tramway développée par un cadidat à la municipale 2014, l'avocat Codognès, était, elle aussi, lumineuse, mais c'est cher pour une ville endettée et très moyenne (autour de 130 000 âmes en comptant la périphérie immédiate)...

 

 

Alors, à présent, les élus, responsables économiques et remueurs de vent, ont épongé leur imagination, ont sorti de leur cervelle enmuscatée une ultime pensée géniale : relier Perpi à la mer par les airs ! 

Icare, sont fous !

 Un téléphérique pour aller faire du ski à Canet feu en Roussillon ! 

Féérie pour un avenir glorieux : Perpi sera une destination, on vous l'a dit ! Gangnan sera une animation, on vous le répète chaque jour !

 

 

Alors, ok, on s'envoie en l'air ? On envoie Perpi en l'air, on explose tout, on les jette à la mer, ces pseudos architectes de la connerie ! Et on prend le pouvoir, tous ensemble ! 

 

Tous ensemble...

J'avais fait un rêve...

 

JPBonnel

 

-  -  -

 

 

***Le point de vue de Met Barran/J.Q.  :

 

LUNDI 22 AOÛT 2016 Met Barran > Messages août 2016 > Perpignan port-fluvial

 

Restaurer un casot au milieu de vignes ou de garrigues, c'est plus que sympa et utile, c'est tout simplement humain. En revanche, flairer sur les plages la présence du burkini nouveau, c'est se donner des allures de chien-truffier.

 

On ne dit jamais assez combien toute approche de la rentrée (scolaire ou parlementaire) est épuisante. Quand donc votera-t-on une loi accordant, sous le nom de repos anticipatoire, trois jours de vacances supplémentaires?

Il fut un temps où à Perpignan (ne confondre ni avec Pignan ni avec Preignan) germa le rêve fou-fou, mais la plupart des rêves ne le sont-ils pas, de faire de l'ancienne capitale des rois de Majorque libéré d'un corset de remparts jalousés par Carcassonne, une station thermale. A l'image de bien des châteaux d' Espagne, la station s'écroula avant même de naître, avant de briser la coquille graphique du plan pondu par un architecte, oui fou-fou. 

 

Mais de quel droit reprocher à quelqu'un l'intention de ramener la mer, notre Mare Nostrum, au pied du Castillet. Un tel droit ne nous étant pas reconnu nous ne lui reprocherons donc pas, un sourire narquois lui suffira comme réprobation. Ville d'eau, Perpignan l'est cependant: une rivière, la Basse, ne se jette-t-elle pas inconsciente effrontée dans le lit du fleuve Tet? Deux cours d'eau. C'est plus qu'il ne faut pour se voir (grand) port-fluvial. Et navigateur, et armateur et amiral. Le décor est planté. 

 

On s'imagine tronçon du canal du Midi, rue vénitienne, avenue strasbourgeoise du Rhin, que sais-je, trouvez-donc à ma place... Oui, la Basse est contente. Contrairement à l'avis des nostalgiques de l'âge des lavandières, des égoïstes grincheux qui veulent être, oui, les seuls à jouir des menus plaisirs herbeux et fleuris de ses berges. Contrairement, encore, à la phalange des perce-bedaine de tout désir de changement et de nouveauté. Contente... mais pas toujours, car la fluvialité n'est pas l'antique bobonne à vous obéir au doigt et à l'oeil. Il pleut, il pleut pas. Ça monte et ça baisse, baisse, et on racle le fond. Les barques s'ennuient. Elles sont impatientes de naviguer. 

 

 La capitainerie, le doigt pointé, vers le large s'interroge, s'inquiète et s'alarme. C'est qu'il faut ramer et glisser. Et, pour ramer et glisser comme il se doit, il faut le niveau ad hoc d'eau, cherchez le robinet vous dira-on sous les fenêtres de la Préf. et du Départ. Ça remonte...Mais ramer et glisser sur une Basse aux eaux rehaussées et loyales au ciel et à l'homme, sur un tapis de taches d'ombres et reflets de lumière, même sans mandoline ou fifre, sans roucoulades savamment rythmées ou lestes assauts sous des lampions sang et or, ah! ce que c'est chouette! Hélas! Ce n'est pas encore demain que l'on verra Perpignan sacré port fluvial, à l'image de ce qu'est (publicités volontaires) Castelnaudary ou (destination pour les romantiques les plus exigeants) Le Somail audois. Inutile d'inciter.

 

 Inutile d'appeler Perpignan et les Catalans à faire encore des efforts. Quand on ne peut pas, on ne peut pas. Même en eau douce, rares sont celles et ceux qui montrent un pied marin. 

La vie des petits commerces nous montre qu'il est plus aisé de baisser un rideau que de le lever, quels que soient le matériau et le design du rideau. 

Deux médailles d'or dans une corbeille de pré-mariage cela vaudrait un tube post-olympique.

 

Jacques Quéralt 

 
Published by leblogabonnel - dans perpignan
commenter cet article
27 août 2016 6 27 /08 /août /2016 08:40
(DR)
(DR)
(DR)
(DR)

(DR)

Fin du pays catalan français ? Mort du catalan, branche de l'occitan, lui-même issu du latin..?

Cette quête identitaire actuelle (Catalanisme, Islam, civilisation judeo-chrétienne...), chargé de mythologies et de préjugés racistes, risque de nous mener à la guerre civile... N'y a-t-il pas mieux à faire?

 

 

 

***Le Midisme ou les mythes du Midi

(ne faire plaisir à personne)

 

 

A l'heure d'Occitane, occultant le pays catalan…Quelques années après la Septimanie…Frêche er Carole, que des dégâts !

 

Delga a voulu dialoguer avec des musiciens. Elle connaît la musique, ne reçoit pas les politiques, les catalanistes. Ni les intellos : servent à rien, ces rigolos !

 

 

Le génocide culturel du pays catalan (ou Catalogne du Nord) en route depuis la République bonapartiste, jacobine, avec des instituteurs de Jules, ces fous de la laïque !

 

Perpinya, Pere Pine…Les Catalans ont le vin chaud.

 

 

Mythe solaire : Odeillo, Thémis, le four ?

 

 

Midi rouge, midi qui bouge pour inventer l'affront national…

 

 

Royaume d'Ovale : fric, violence (moins qu'au foot, certes), virilité, machisme, chauvinisme, paternalisme : "Ah ! Mes enfants ! Allez, les Petits !", citation coudercienne.

 

 

Le discours oenologique, à la mode .

 

 

Mythologie de l'Indépendance ou celle de la réunification des 2 Catalognes : le retour de l'enfant prodige ou le mythe du logis.

 

 

La chanson, aussi, est une vieille rengaine : "Quand l'équipe de Montauban rencontre celle de Perpignan…"

 

 

Et le service militaire ou la prison à trous, c'est encore tout un poème à Perpète…

 

 

La municipalité, n'en parlons pas, est devenue un bunker… Les débuts du maire ? Va savoir, c'est de la préHistoire !

 

 

Ah ! La Côte vermeille, le mur de béton ! La colline Matisse trouée par les taupes financières, les roux-sillons bradés. ET nous, les vieux Catalans, avons vendu nos vignes aux spéculateurs sans frontières… Et nous, jeunes Catalans,, fonctionnaires zélés ou Rastignac inconséquents, avons acheté pour les vacances, ces bicoques de papier…

 

 

Perpignan et l'exil : des fonctionnaires ou des intellectuels vers un autre Nord…

 

On est entreprenant à Perpignan, gagnan…

 

 

Et la gare de Dali, à Perpi, dans tout ça..? Encore une mythologie..?

 

JPB

 

- - -

 

AVALANCHE IDENTITAIRE EN PAYS CATALAN


Communiqué de presse du CDC · Perpignan, le 9 août 2016


Le Comité Oui au Pays Catalan salue les nombreuses initiatives du mouvement de reconnaissance du territoire des Pyrénées-Orientales. Ces dernières années et ces dernières semaines, de belles avancées ont été obtenues : le « Comité du Roussillon » de Rugby à XV est devenu « Comité Pays Catalan », avec l’aval de la Fédération Française de Rugby (FFR). La Confédération de l'Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB) est devenue « CAPEB-Pays Catalan ». Le concours « Miss Roussillon » est devenu « Miss Pays Catalan », avec l’appui du Comité national Miss France. On ne compte plus les communes apposant la mention « Pays Catalan » sous leurs panneaux d’entrée. Le grand souffle identitaire a gagné les médias : la télévision publique décentralisée s’appelle « France 3 Pays Catalan », la station « Chérie FM Pays Catalan » a fait ce même choix et le journal L’Indépendant a ses propres pages « Pays Catalan ». Notre territoire s’exprime spontanément, sans politisation malvenue ni récupérations partisanes. Il souhaite devenir ce qu’il est, c’est à dire exister en tant que tel.


Le Comité Oui au Pays Catalan, fédérateur des forces favorables à la reconnaissance territoriale, est composé d’acteurs citoyens, politiques, économiques et culturels. Il propose un avenir institutionnel raisonné pour que le souffle identitaire ne se limite pas à un nom. Notre plateforme organise une grande manifestation en ce sens, le 10 septembre à 15h, au départ de la Place de Catalogne de Perpignan.


Comité « Oui au Pays Catalan » 
www.ouiaupayscatalan.tv
www.ouiaupayscatalan.com
contact@ouiaupayscatalan.com
Tel. 06 75 74 25 49


Pétition NON à l'Occitanie, OUI au Pays Catalan : www.ouiaupayscatalan.com.
Version papier à imprimer : http://www.cdccat.com/PetitionOuiAuPaysCatalan01072016.pdf

- - -

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE ​· ​Perpignan, 25 août 2016
Mm​ e​ DELGA NE NOUS COMPREND PAS


Mercredi 24 août, la présidente occitane Carole Delga a rencontré à Perpignan le groupe Al Chemist, porteur de nos valeurs identitaires. Nous apprécions cette formation musicale, dont le chanteur s’avoue modestement « troubadour moderne », mais pas analyste de notre société. A ce titre, sans rien ôter au talent de l’artiste, cette rencontre révèle un manque de considération envers notre territoire. La présidente se devait d’écouter un interlocuteur politique, comme la sénatrice et présidente PS du Conseil départemental, Hermeline Malherbe, et le maire de Perpignan et président de la métropole Perpignan Méditerranée, Jean-Marc Pujol, membre des Républicains.
Carole Delga a cherché à amadouer en déclarant « je respecte fortement les Catalans (...) j'entends cette inquiétude par rapport à la culture catalane ». Elle a même osé rappeler son projet d’​« Office public de la langue catalane », prétendu soutenir l'enseignement de la langue catalane... que le ministère PS de l’Education nationale veut réduire ! En contradiction totale avec Paris, cette promesse fantasque est vouée à fidéliser une clientèle d’électeurs du Roussillon, par la technique de la subvention et de l’emploi des copains. Mais surtout, elle entretient la confusion, car notre besoin est d’abord politique. Ainsi, résumer le débat à l’identité est un leurre qui permet d’éviter la question d’un ​pouvoir territorial fort à Perpignan​. Promoteurs de cette décentralisation poussée, nous avons lancé la campagne « Oui au Pays Catalan ».
Au chapitre économique, la présidente régionale a évoqué un « contrat d'avenir pour les Pyrénées-Orientales », le soutien aux énergies renouvelables, au train jaune et au mémorial de Rivesaltes. Cette blague ne résorbera pas notre crise endémique, soulignée par 1% de chômage supplémentaire au cours du dernier trimestre dans notre département. Non, en économie, l’échec socialiste national ne peut se traduire par un succès départemental. La Comtesse de Toulouse se moque de nous. Membre d’un parti en perdition idéologique, en est-elle seulement consciente ?
Contact presse : 06 75 74 25 49
     _________________________________________________________________________________________
Convergence Démocratique de Catalogne · 9, rue Camille Desmoulins 66000 Perpignan
Tel. 04 68 35 34 54 · ​info@cdccat.com​ · ​www.cdccat.com​ · ​https://www.facebook.com/cdc66​ · ​https://twitter.com/cdccatcom

Published by leblogabonnel - dans polémique
commenter cet article
26 août 2016 5 26 /08 /août /2016 10:33
F.de Fossa - Francisco Ortiz - Amitiés A.Malraux - Gabrielle Rubio -
F.de Fossa - Francisco Ortiz - Amitiés A.Malraux - Gabrielle Rubio -
F.de Fossa - Francisco Ortiz - Amitiés A.Malraux - Gabrielle Rubio -
F.de Fossa - Francisco Ortiz - Amitiés A.Malraux - Gabrielle Rubio -

F.de Fossa - Francisco Ortiz - Amitiés A.Malraux - Gabrielle Rubio -

Après l'article que j'ai consacré, le 10 août dernier, à la décision de la mairie de Perpignan de gérer la Casa de Fossa/Maison Gélis, il faut rendre hommage à

Pierre Coureux, à l'origine de la reconnaissance du guitariste catalan : création d'un concours de guitare et de l'association des Amis de De Fossa (ci-dessous), dirigée par Marie Susplugas.

Il faut surtout signaler que c'est le guitariste Francisco ORTIZ qui, le premier, fit connaître le musicien perpignanais et l'enregistra (voir articles dans le blogabonnel).

Toute l'épopée pittoresque de fossienne est à présent racontée par le talent romanesque de Nicole YRLE (Cap Béar éditeur).

 

JPBonnel (26.8.2016)

 

- - -

Chers amis de François de Fossa,

 

Comme nous nous le sommes promis il y a un an, nous vous proposons ce 31 Août, date anniversaire de l’ illustre guitariste, de nous réunir, à Perpignan, en son souvenir. 

 

Si vous avez envie de vous joindre à nous, nous serons à midi et demi au restaurant “le figuier”(il vaut mieux réserver, dès à présent, au 04 68 63 14 82, ou : mailto:larborescence@orange.fr, carcar visa aura commencé!), Gabriel Bianco de l'ensemble Eclisses sera des nôtres.

 

Vers 15 h, 15 h 30 , l’après-midi se poursuivra rue de l'Ange, ”aux enfants gâtés “où nous pourrons prendre un café,   Nicole Yrle nous présentera son deuxième ouvrage sur  François de Fossa (sortie prévue en septembre), peut- être quelques notes de guitare...comme nous l’a très gentiment proposé Gabriel  Bianco.

 

et vers 17h30  dans la salle “fontaine na pincarda”( face à la maison de Fossa 9 rue Foy, près de la place Jaubert de Passa), nous évoquerons les projets des “Amis de François de Fossa” autour d’un apéritif “tiré du panier”! tous vos apports seront les bienvenus: idées, bouteille, amuses-bouche...nous y participerons tous, ambiance conviviale .

 

en soirée à 20h30 dans ce même lieu un concert –lecture par Francisco Ortiz et Nicole Yrle,  clôturera cet anniversaire, vous pouvez nous rejoindre et nous quitter à l’heure qui vous convient, mais, sachez le!  nous serons vraiment ravis de votre présence.

 

Marie Susplugas Andrea

- - -

Pierre Coureux

Fondateur des AIAM - Amitiés Internationales André Malraux

72, rue Vauvenargues

75018 Paris

Tél.: 01 42 63 89 46

Port.: 06 13 53 30 48

http://www.andremalraux.com

Facebook: AIAMfr   Twitter: AIAMtwit

 

- - -

 

 

*** De Fossa et Juan Francisco Ortiz

 

 

Bon anniversaire François de Fossa...

Dans la dynamique du 240° anniversaire de la naissance de François de Fossa, le 31 Août 1775, un an après, et suite au livre de la romancière Nicole Yrle, une veillée anniversaire est proposée le 31 Août à 20h30 - à la salle Geli - 9 Rue Foy à Perpignan (Entrée libre).


Au cours de cette soirée-hommage à ce musicien perpignanais, sa vie sera évoquée et des lectures seront faites par la romancière Nicole Yrle, le tout illustrée musicalement par la guitare de J.Francisco Ortiz. Le public sera invité à participer et la parole circulera afin d'enrichir la connaissance de ce personnage hors du commun.

 

 

 

Merci de tenir compte de l'existence de l'association Les amis de François de Fossa dont le siège se trouve à Perpignan.

 

 

Pierre Coureux

 

pcoureux@gmail.com

 

 

* Amis de Fr. de Fossa - Adhésion 2016

 

Notre association a pour objet de promouvoir la mémoire du compositeur perpignanais François de Fossa en contribuant à faire connaître son œuvre au moyen d’actions culturelles ciblées : concerts, conférences, éditions, concours de guitare, menées de façon autonome ou en collaboration avec d’autres partenaires culturels au niveau local régional, national ou international.

Formulaire d’adhésion à l’Association Les amis de François de Fossa - Année 2016

 

M. / Mme   Prénom : Nom : 

Adresse : 

Code postal : Localité :

Courriel :

Téléphone : Profession : 

 

Je souhaite adhérer à l’Association Les amis de François de Fossa en qualité de :

Étudiant (jusqu'à Master 2) ou chômeur (sur justificatif) : 10 € 

Membre Adhérent (e) : 25 € et plus  /   Membre bienfaiteur : 100 €  /  Société bienfaitrice : 250 €

 

Je verse ce jour la somme de ........... euros en :

espèces 

chèque libellé à l’ordre de l’Association Les amis de François de Fossa

 

le 2016

 

Signature :

 

 

Siège social: Association Les amis de François de Fossa, 2 rue des abreuvoirs- 66000 Perpignan

Secrétaire générale : Céline Marcadon (06 81 42 98 75) cmarcadon@gmail.com

Vice-Présidente : Marie Susplugas Andrea (04 68 37 98 38) concert.d.ete@wanadoo.fr

Président : Pierre Coureux (06 13 53 30 48 - pcoureux@gmail.com)

Trésorier : François Peter (06 11 16 50 40) syanouk@yahoo.fr

 

 

 
Chers amis de François de Fossa,
 
Comme nous nous le sommes promis il y a un an, nous vous proposons ce 31 Août, date anniversaire de l’ illustre guitariste, de nous réunir, à Perpignan, en son souvenir. 
 
Si vous avez envie de vous joindre à nous, nous serons à midi et demi au restaurant “le figuier”(il vaut mieux réserver, dès à présent, au 04 68 63 14 82, ou : mailto:larborescence@orange.fr, carcar visa aura commencé!), Gabriel Bianco de l'ensemble Eclisses sera des nôtres.
 
Vers 15 h, 15 h 30 , l’après-midi se poursuivra rue de l'Ange, ”aux enfants gâtés “où nous pourrons prendre un café,   Nicole Yrle nous présentera son deuxième ouvrage sur  François de Fossa (sortie prévue en septembre), peut- être quelques notes de guitare...comme nous l’a très gentiment proposé Gabriel  Bianco.
 
et vers 17h30  dans la salle “fontaine na pincarda”( face à la maison de Fossa 9 rue Foy, près de la place Jaubert de Passa), nous évoquerons les projets des “Amis de François de Fossa” autour d’un apéritif “tiré du panier”! tous vos apports seront les bienvenus: idées, bouteille, amuses-bouche...nous y participerons tous, ambiance conviviale .
 
en soirée à 20h30 dans ce même lieu un concert –lecture par Francisco Ortiz et Nicole Yrle,  clôturera cet anniversaire, vous pouvez nous rejoindre et nous quitter à l’heure qui vous convient, mais, sachez le!  nous serons vraiment ravis de votre présence.
 
à bientôt?
 
amicalement vôtre
 
Marie Susplugas Andrea
 
Pierre Coureux
Fondateur des AIAM - Amitiés Internationales André Malraux
72, rue Vauvenargues
75018 Paris
Tél.: 01 42 63 89 46
Port.: 06 13 53 30 48
Facebook: AIAMfr   Twitter: AIAMtwit

--La vie de De Fossa à travers les lettres à sa soeur Thérèse

Cette correspondance constitue le parcours d'une vie, d'un destin perturbé. C'est la lecture d'une vie, le film d'une époque qui raconte que ce fils de bonne famille, de tradition aristocrate se frotte aux autres catégories sociales et à la peau de femme cosmopolite.

Les lettres entre le frère et la soeur traduisent le contexte du 19e siècle, l'exil après la révolution : François de Fossa exprime sa nostalgie du pays, de la Catalogne, parfois décrite, dans les lettres de Gérone et Barcelone par exemple.

Son père est jurisconsulte et historien, érudit, avocat, doyen de la Fac de Droit à 33 ans en 1759. François père meurt quand François Paule a 14 ans (il a douze ans au décès de sa mère Thérèse) d'où le rôle important de sa soeur Thérèse qui devient une figure tutélaire.

Née le 13.08.1767 dans la paroisse St Jean, elle m'est proche, moi, né aussi au mois d'août à deux pas de la cathédrale St Jean, qui apprend la guitare pendant cinq ans avec J.C. Raucoules, rue de l'argenterie).

Elle se marie à l'âge de 35 ans après un projet de mariage non abouti avec un prétendant, Gilis, le neveu de de Fossa. Elle a ensuite une idylle avec Joseph Campagne. Elle récupère la maison familiale et vit seule à Perpignan car son frère est en exil en Espagne.

S'ébauche un projet de mariage avec un certain Lacroix, mais c'est un échec : elle rompt avec ce "vilain maroufle" en 1801 ; toujours célibataire !

Mais Campagne revient en France après huit ans d'émigration (exil à Majorque). Le mariage est célébré le 26.08.180 : le frère est content mais il ironise sur les anciens amants "victimes d'une fatalité inconcevable".

Elle a quatre enfants en cinq ans. Elle meurt en 1823.

Joseph Campagne poursuit sa carrière d'avocat : émigré en Espagne il est réhabilité.

De retour à Perpignan, de Fossa est hébergé par sa soeur et son beau frère dans la maison de son enfance mais les relations sont difficiles.

Le contexte de cette vie a pour décor la guerre franco espagnole avec l'invasion du Roussillon en 1793. La paix entre les deux pays est signée au traité de Bâle en 1795.

La guerre d'indépendance en Espagne se déroule entre 1808 et 1813 et la campagne d'Espagne pour la restauration de Ferdinand VII de 1823 et 1824.

Les lettres, essentielles pour la connaissance de cette famille d'hommes illustres, retracent les événements politiques au début du 19e siècle. Elles ébauchent le portrait de François de Fossa dans une approche intime du personnage.

Enfin, elles font le récit des années d'exil et d'errance dans une époque de formation pour le compositeur né à Perpignan.

En effet, né le 31.08.1775 à la paroisse St Jean, il étudie au séminaire, au collège royal et à la Faculté de Droit en 1791. Il reçoit une éducation musicale : il donne un concert de guitare en 1785.

Il émigre en avril 1793 car il est attaché à l'Eglise et à la royauté. En effet, les espagnols prennent Céret le 20.04.1793 : face au danger, il part pour un long exode le 21 avril. Cet exil le conduira à Gérone, Barcelone, Madrid, Cadix, le Mexique (de 1798 à 1803) puis retour en France à Paris, Lyon, Bordeaux...

En allant au Mexique il rêve de fortune, il part plein d'espoir mais ce sera vite la désillusion.

Il devient militaire puis il désire rentrer en Espagne et en France.

Il devient familier du vice-roi de la nouvelle Espagne.

En Espagne, il critique le régime de Charles IV : de Fossa n'est pas un républicain mais un monarchiste constitutionnel se réclamant du siècle des lumières.

Notre personnage et les femmes.

Séducteur dans les dix premières années de l'exil, de Fossa acquiert un plus grand équilibre.

Il veut surtout une épouse qui s'occupe du ménage sans folles dépenses, obéissante, économe, discrète, vertueuse. Il pense que la vertu domestique est plus important que l'esprit : "de bonnes mères de famille avant de former les femmes savantes".

Durant ses amours de jeunesse, il est toujours prompt à succomber, il courtise à droit et à gauche, une Isabelle à Barcelone, des andalouses à Cadix mais il finit par succomber au charme de Vicenta la belle andalouse. Cependant, avant d'avoir rompu avec elle, il s'éprend de Juanita andalouse d'origine irlandaise. Il s'agit d'une jeune femme éduquée dont les lettres sont des chefs-d'oeuvre dignes selon lui de Mme de Sévigné. Issue de la bonne noblesse elle possède aussi une petite fortune.

Toutefois, François décide de partir au Mexique et les deux amants correspondent pendant quatre ans. En 1802 à son retour en Espagne il retrouve Juanita, l'éternelle fiancée et la liaison reprend après six ans de séparation. A partir du printemps 1804 quand de Fossa se rend à Perpignan pour quelques mois, il semble décidé à se marier et appelle Jeannette son amante dans sa correspondance. Mais, les relations se refroidissent et c'est la rupture en juillet 1806 après huit ans d'hésitation et de séparation. Son ange devient une mégère car il a appris que sa promise entretient depuis plus de treize ans des relations intimes avec son confesseur. Durant leur idylle de Fossa a connu une jeune mexicaine, Josefa Dominguez.

La dernière grande figure féminine présente dans ses lettres s'appelle Tomasa : aucune lettre ne fait état de ses sentiments, c'est l'âge de la maturité. En 1808 il est toujours célibataire. Il a 50 ans et après quatre projets de mariage il va épouser Sophie Vautrin née le 17 mai 1798 de 23 ans plus jeune ; elle est issue d'une famille de militaires. Après la campagne d'Espagne jusqu'au 4 janvier 1825, de Fossa, il rentre en France et le mariage est célébré le 29 décembre 1825 à Strasbourg après plus de trois ans de séparation.

Cependant c'est sa soeur à qui il voue un amour inconditionnel, qui est la véritable femme de sa vie. En effet, il compare toujours ses conquêtes à sa soeur et leur ressemblance avec Thérèse fait leur charme : aucune, toutefois, ne parviendra à l'égaler.

JPB, synthèse du riche catalogue édité par le CD66-Archives départementales

Published by leblogabonnel - dans musique
commenter cet article
25 août 2016 4 25 /08 /août /2016 08:22
buste peint, artiste d'Argelès village (qui me dira son nom..?)

buste peint, artiste d'Argelès village (qui me dira son nom..?)

LABELLIE

à EUS

*** Après la rétrospective « Les chemins de traverse » de Jean Labellie à l’espace Martin Vives, la Communauté de Communes Conflent Canigó a voulu revenir sur chacune des périodes qui composent l’œuvre de cet artiste Conflentois de 95 ans.

Ont été imaginés des expositions ou événements autour de toiles de chaque période, dans des sites exceptionnels du Conflent, avec d’autres expressions artistiques.

Dans un premier temps Marie Christine Charlet présentera le 16 avril à la salle du Foirail à Prades à 15h, une conférence situant l’œuvre de Jean parmi celles de ses contemporains. Nous aurons ensuite le plaisir de découvrir cette série de tableaux « Amour sacré, amour profane », interprétation d’un tableau deCourbet intitulé « Le sommeil ou les 2 amies » dans la chapelle de Riquier. « Les oliviers » dans la nouvelle cave coopérative de Vinça. « Les Cosmogonies » dans les hauts fourneaux de Bruno Jocaveil à Ria en compagnie du quartet de Jean-Pierre Mas ; de l’expression corporelle à Taurinya autour des « Carrers ».

Ce sera aussi l’occasion de rencontrer l’artiste dans son atelier pendant les « Nits d’Eus » et de découvrir en projection, à Saint Michel de Cuixá, les vitraux réalisés pour l’église du Rouget, son village natal, animés par la lecture de poèmes qu’ils ont inspirés.

L’objectif de la commission Culture de la Communauté Conflent Canigó est de voir le Conflent et ses habitants s’approprier véritablement l’œuvre de cet important artiste local qui depuis la découverte du Canigó et de ses couleurs intenses, n’a plus quitté notre territoire.

Bernard Loupien.

Commission Culture CCCC

 

 

****

 

 

*Exposition-Lancement de l'Artothèque 66 

 

Vendredi 30 septembre 2016 à 19h

 

Visible les 1er et 2 octobre de 10h à 19h

 

A Cent Mètres du Centre du Monde à Perpignan

 

 

 

Connaissez vous le concept de l'artothèque ?

 

L'artothèque est comme une bibliothèque mais au lieu d'emprunter des livres vous empruntez des œuvres d'art contemporaines. Peintures, sculptures, photographies et lithographies. Vous avez le choix sur une sélection de 150 œuvres réalisées par 35 artistes, principalement locaux. 

 

L’artothèque permet d’instaurer un nouveau rapport à l’art contemporain, où chacun peut découvrir chez soi, dans l’intimité quotidienne de son foyer, de son bureau, ou pour un événement particulier, des œuvres d’art uniques.

                                                                                                                                  

L'Artothèque 66 est née du désir de passionnés de promouvoir principalement les artistes du département des Pyrénées-Orientales et de rendre l'Art contemporain accessible au plus grand nombre.

 

Cette exposition-lancement est l'occasion de montrer toutes les œuvres disponibles à l'Artothèque. Vous pourrez voir les œuvres en face à face et faire votre choix à l'emprunt.

Des ateliers artistiques pour enfants seront animés par des artistes de l'artothèque durant le week-end. Plus de renseignements sur notre site internet et notre page facebook.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       

Voici les artistes présents à l'Artothèque 66 : 

 

Georges Badin, Didier Béquillard, Christelle Carle, Caroline Cavalier, Bruno Collard, Odile et Pierre Corratgé, Djihem, Pascal Ferro, Pere Figueres, Michel Fourquet, Anita Garcia, Jean Hellemans, Henri Iglésis, Jean Labellie, Aurélie Lafourcade, Dan Lay, Patrick Loste, Guy Madevery, MA2F, Eric Meyer, Dominique Milherou, Michel Nourry, Gilles Olry, Michel Pagnoux, Les Pritchard's, Rizak, Trenca Rocs, Steff St E, Yanina Scaglioni, Anne Strenger, Didier Triglia, Félix Valdelièvre, Alain Vilacèque.

 

Renseignements et adhésion :

 

Joindre Evina Loos au 06 27 18 06 90 ou sur  HYPERLINK "mailto:contact@artotheque66.fr"contact@artotheque66.fr.

Le site internet :  HYPERLINK "http://www.artotheque66.fr/"www.artotheque66.fr vous permet de découvrir les œuvres disponibles à l'emprunt et de faire votre choix.

 

 

P. CORRATGE

 

 

G. OLRY

 

 

F. VALDELIEVRE

 

 

D. BEQUILLARD

 

 

 

 

 

 

***PARIS,  28/08/2016

 

Hommage de Miquel Barceló à Ramon Llull dans son exposition à la BnF

 

[Gagnez des laissez-passer pour l'exposition (lisez plus bas)**] La Bibliothèque nationale de France et le Musée national Picasso-Paris s’associent pour proposer un double évènement consacré à Miquel Barceló, focalisé respectivement sur les peintures et les céramiques d’un côté, et sur la production gravée de l’autre. L’exhibition sur le site François Mitterrand s’ouvre par une monumentale fresque de terre et de lumière créée in situ sur toute la hauteur des vitres de l’allée Julien Cain qui immerge le visiteur dans l’univers envoûtant de Barceló et qui rend hommage au philosophe majorquin Ramon Llull. L’Institut Ramon Llull soutien la création de cet ouvrage baptisé « La Grand Verre de terre. Vidre de meravelles » dans le cadre des commémorations du 700e anniversaire de la mort du fondateur du catalan littéraire.

+ info >>

 

Raül David Martínez  50, rue Saint-Ferdinand 75017 París  Tél.: +01 42 660245

Published by leblogabonnel - dans peinture
commenter cet article
24 août 2016 3 24 /08 /août /2016 09:23
Le cochon vert de Sébastien Lefèbvre - Céline Marcadon devant des tableaux de street art (Cosmos et L'Atlas) et avec le dictionnaire des artistes (photos JPB) - Toile de Jacquie Barral (galerie O.Oms)
Le cochon vert de Sébastien Lefèbvre - Céline Marcadon devant des tableaux de street art (Cosmos et L'Atlas) et avec le dictionnaire des artistes (photos JPB) - Toile de Jacquie Barral (galerie O.Oms)
Le cochon vert de Sébastien Lefèbvre - Céline Marcadon devant des tableaux de street art (Cosmos et L'Atlas) et avec le dictionnaire des artistes (photos JPB) - Toile de Jacquie Barral (galerie O.Oms)
Le cochon vert de Sébastien Lefèbvre - Céline Marcadon devant des tableaux de street art (Cosmos et L'Atlas) et avec le dictionnaire des artistes (photos JPB) - Toile de Jacquie Barral (galerie O.Oms)

Le cochon vert de Sébastien Lefèbvre - Céline Marcadon devant des tableaux de street art (Cosmos et L'Atlas) et avec le dictionnaire des artistes (photos JPB) - Toile de Jacquie Barral (galerie O.Oms)

 

 

 

* ARTFABETIC et nouvelle galerie d'art à Perpignan

 

 

FREE SUMMER STYLE par Concordia Art Gallery

 

La "Galerie Plaça Nova" a vu le jour il y a quelques mois, à l'angle de la rue des Augustins et de la rue de la Cloche d'Or à Perpignan, à l'initiative de son propriétaire qui a décidé de raviver la flamme commerçante de ce quartier.

 

 L'association Concordia Patrimoine et Culture loue cet espace en aout et septembre et y présente l'ouvrage qu'elle vient d'éditer : ARTFABETIC dictionnaire biographique des artistes plasticiens de France. 

 

L'auteur, Julien DUMAS définit ce dictionnaire comme la suite du prestigieux "Benezit", véritable "bible" des galeristes et antiquaires. Travail de long terme et de patience, Artfabetic référence 3100 artistes actifs en France et procure des informations sur leur travail et leur investissement dans le domaine de l'art et de la culture. 

 

Une sélection de 16 artistes présents dans ce dictionnaire est exposée à la galerie Plaça Nova jusqu'à fin septembre dans un bel éclectisme coloré et à l'image du dictionnaire : peintres, sculpteurs, street artistes, graveur numérique, photographe. L'exposition porte le titre de "Free summer style " et s'il y souffle l'esprit des vacances,  la diversité et la qualité du dictionnaire y sont aussi présentes.  

 

Les 16 artistes  exposés sont : DETINE, Monique FREMONT, Eric MARSIAM (abstractions), Patrick FAUCONNIER, Claude PORTELLA, Wei YAN, Fan CHENG,  Na LI, Haomin YANG, COSMOS, L’ATLAS (street art),  Alain AMIAND, Sébastien LEFEBVRE (cochon vert, signe de disparition, de la part de ce vidante doué),  MADELORA,  Henri IGLESIS (soudeur, créateur du "petit homme"), Jean DELCOURT. 

 

 

Galerie Plaça Nova - 35, rue des Augustins Perpignan ouverte de 10h à 13h et de 16h à 19h + tous les jeudis en nocturne. 

Contact : Céline Marcadon - 06 81 42 98 75 

 

Par ailleurs : 

 

L’association CONCORDIA PATRIMOINE et CULTURE vise à mettre en oeuvre des actions pédagogiques, et à renforcer les liens entre l’enseignement ou la recherche et l’ensemble des patrimoines culturels d'histoire et de mémoire, auprès des publics scolaires, universitaires, spécialisés ou grand public.

 

    CONCORDIA PATRIMOINE et CULTURE organise : congrès, expositions, voyages d’études, échanges culturels, et événements, ayant comme sujet ce qui touche au patrimoine culturel dans sa globalité.

L’association se consacre à la promotion et à la diffusion d’oeuvres originales réalisées par des artistes contemporains témoins de recherche et d’esthétique sous l’égide CONCORDIA  ART GALLERY.

 

    L’association, au travers de ses manifestations a pour but d’informer de l’actualité du patrimoine et de débattre de ses enjeux culturels et humains.

 

 

*Parole à Céline MARCADON :

 

    C’est une association Loi 1901 apolitique et a-cultuelle, que j'ai crée en 2012. 

 

comme je l'ai dit lors du vernissage, ARTFABETIC m'a semblé être un projet important, passionnant et de longue durée. 

La première étape est la parution du premier tome. 

La seconde vise la parution du second tandis que nous faisons la promotion du premier et nous allons passer à la réalisation d'un site très important. 

 

Ce travail d'édition nous remet en contact direct avec les artistes que nous exposons à la galerie Plaça Nova louée pour 2 mois, mais aussi dans d'autres lieux prestigieux. 

+ 3 préfaces ! 

A bientôt,

 

 

Céline MARCADON

06 81 42 98 75

cmarcadon@gmail.com

 

- - -

Introduction par Laurent Danchin :

 

l y a, oeuvrant ou exposant en France, un très grand nombre d’artistes, de toutes origines, de toutes tendances, et de générations bien distinctes. Dans ce foisonnement de pratiques, suivant des thématiques ou des concepts souvent aux antipodes et utilisant les outils les plus divers, surtout à une époque où les nouvelles technologies bouleversent les codes et les habitudes traditionnels des beaux-arts, l’amateur à l’esprit ouvert, tout désorienté, a besoin d’un guide, et c’est pour l’aider à trouver son chemin dans ce bouillonnement de l’art vivant, de la création en train de se faire, qu’Artfabetic a choisi la forme la plus pratique et la plus universelle qui soit : le dictionnaire.  

 

Plus de trois mille artistes, travaillant ou exposant en France, ont donc été sollicités par l’auteur, dans un parti pris d’éclectisme, voulant refléter la variété des parcours et des personnalités singulières, mais aussi dans l’intention de faire accéder à la lumière quantité de démarches ignorées des institutions et du circuit marchand. A tous a été proposé, volontairement, le même questionnaire, visant à établir une notice signalétique de modèle standard – court CV, propos de l’artiste sur sa démarche et son art, extraits de presse, liste des principales expositions –, le but étant essentiellement informatif et utilitaire. Il s’agit donc au premier chef d’une gigantesque base de données, visant à regrouper l’information sur un domaine en pleine activité où, par la force des choses, le jugement de l’histoire et les partis pris du marché n’ont pas encore fait le tri ni exercé définitivement leur empire.  

 

Ce dictionnaire de l’art vivant, par ce seul fait incomparable à ses concurrents plus anciens, répertoriant avant tout les artistes du passé et les valeurs déjà reconnues, est présenté dans une forme éditoriale qui mérite une remarque, car elle ne manquera pas d’étonner plus d’un lecteur à première vue. Publier en effet un dictionnaire des arts plastiques en France sans aucune image paraît un étonnant paradoxe, voire une gageure, presque une provocation, en un temps où triomphent la culture numérique, Internet et les réseaux sociaux, et où s’observe partout une circulation sans précédent de photos, de films, d’illustrations, de vidéos. Et revenir délibérément du tout numérique au support papier et au livre n’est en soi pas moins paradoxal, à l’heure où toute l’édition s’évertue, plus ou moins habilement, à faire le trajet inverse, au risque d’un éclatement de son identité première.

 

Pourtant Julien Dumas, l’auteur infatigable d’Artfabetic, n’a pas tort, me semble-t-il, d’aller ainsi à contre-courant, et c’est pour mieux donner envie de voir les œuvres des auteurs qu’il a sélectionnés, que cet amateur passionné de peinture a choisi, pour son travail de défrichage, cette démarche a priori plutôt austère. Comme Marshall McLuhan, pas assez lu en France, l’a montré depuis longtemps, ce n’est pas en allant dans le sens des médias dominants que l’on peut exercer sur l’environnement culturel une influence pédagogique salutaire, et l’excès d’images dont nous souffrons aujourd’hui, dans le désordre le plus absolu, nécessite en contrepartie de faire appel à des outils de discernement, d’autant plus simples et rigoureux qu’est confus et complexe le fouillis du monde qu’ils ont pour but d’inventorier. Nous vivons dans un univers saturé de signes et d’images, que nous devons subir ou explorer par nos propres moyens, sans plan directeur ni mode d’emploi. De ce point de vue la formule du dictionnaire, premier mode, élémentaire, de classification, n’a rien perdu de son pouvoir de mise en ordre ni de sa fonction de guide ou d’index de référence. 

 

La France reste aujourd’hui un pays où un grand nombre d’individus, professionnels ou autodidactes, cherchent à s’exprimer dans tous les secteurs des arts plastiques, et si les vrais créateurs sont rares, les peintres, dessinateurs, sculpteurs ou photographes, mais aussi performeurs, installateurs et vidéastes, sont très nombreux, trop même peut-être comme tendraient à le déplorer certains. Pourtant c’est sur ce terreau riche et varié, miroir d’une époque de transition, qu’émergeront ici ou là les personnalités remarquables. L’avenir dira qui sont les meilleurs et quelles œuvres auront le pouvoir de résister au temps. En attendant, et pour la curiosité de l’amateur, du galeriste ou du collectionneur, la simple confrontation dans un livre de tous ces parcours est déjà en soi un puissant stimulant, et un outil utile de connaissance et de compréhension. Quant aux images correspondant aux auteurs, chacun ayant aujourd’hui plus ou moins son site ou son blog, elles sont déjà sur Internet, et seront bientôt accessibles également sur le site Artfabetic, projet plus vaste dont ce dictionnaire se veut la première étape et la préfiguration.     

 

 

Laurent Danchin

Portbou maçònic

***Portbou, conférence sur la franc-maçonnerie :

Conferència

Els papers de la lògia Progreso-Portbouense.

per Roger Olivella

(Pels que no vau poder assistir a la sessió del mes de maig)

Data: divendres 26 d'agost de 2016, a les 19h.

Lloc: Centre Cívic Ca l' Herrero

Organitza: Associació Passatges de Cultura Contemporània

A finals del s.XIX i coincidint amb el naixement de la vila de Portbou, la lògia maçònica Progreso-Portbouense va iniciar les seves activitats amb l'ajuda de maçons vinguts de Figueres. Durant més d'una dècada la lògia va tenir una participació destacada en els afers del poble. Part de l'activitat de la lògia va quedar registrada i finalment dipositada a l'Arxiu de Salamanca. L'objectiu de la xerrada és doncs explicar quins són aquests documents, veure'ls, conèixer els seus autors i descobrir quines històries ens expliquen d'aquest poble.

***Céret : peinture, découvrir l’exposition :

de Jacquie BARRAL

« Pointe du crayon - Punta del llapis »

du 26 août au 7 octobre 2016

réalisée sous l’égide du Département, en partenariat avec la galerie,

à la Maison de la Catalanité, place Joseph Sébastien Pons à Perpignan.

Vernissage le vendredi 26 août à 18 h 30.

Ouvert du lundi au vendredi de 9h30 à 12h30 et de 13h15 à 17h30

***SOIREE CATALANE

Description

Adresse : Route Nationale 66690 SAINT-ANDRE

Téléphone : +33 4 68 95 23 23

SOIREE CATALANE - VENDREDI 26 août. A 19h30, au théâtre de verdure avec le groupe les CANTAREILLES : Chants, Sardanes et paëlla concoctée par le Comité des fêtes. Repas et spectacle : 15 €. (Réservations : 06 78 92 24 85)

 

 

Portbou maçònic

 

 

***Portbou, conférence sur la franc-maçonnerie :

Conferència

Els papers de la lògia Progreso-Portbouense.

per Roger Olivella

 

(Pels que no vau poder assistir a la sessió del mes de maig)

 

Data:  divendres 26 d'agost de 2016, a les 19h.

Lloc: Centre Cívic Ca l' Herrero

Organitza: Associació Passatges de Cultura Contemporània

 

 

A finals del s.XIX i coincidint amb el naixement de la vila de Portbou, la lògia maçònica Progreso-Portbouense va iniciar les seves activitats amb l'ajuda de maçons vinguts de Figueres. Durant més d'una dècada la lògia va tenir una participació destacada en els afers del poble. Part de l'activitat de la lògia va quedar registrada i finalment dipositada a l'Arxiu de Salamanca. L'objectiu de la xerrada és doncs explicar quins són aquests documents, veure'ls, conèixer els seus autors i descobrir quines històries ens expliquen d'aquest poble.

 

 

***Céret : peinture, découvrir l’exposition :

 

de Jacquie BARRAL

 

 « Pointe du crayon - Punta del llapis  »

 

 

du 26 août au 7 octobre 2016

 

réalisée sous l’égide du Département, en partenariat avec la galerie, 

 

à la Maison de la Catalanité, place Joseph Sébastien Pons à Perpignan. 

 

Vernissage  le vendredi 26 août à 18 h 30.

 

Ouvert du lundi au vendredi de 9h30 à 12h30 et de 13h15 à 17h30

 

 

***SOIREE CATALANE

Description

cantarelles.JPG.jpg

Adresse : Route Nationale 66690 SAINT-ANDRE

Téléphone : +33 4 68 95 23 23 

 

SOIREE CATALANE - VENDREDI 26 août. A 19h30, au théâtre de verdure avec le groupe les CANTAREILLES : Chants, Sardanes et paëlla concoctée par le Comité des fêtes. Repas et spectacle : 15 €. (Réservations : 06 78 92 24 85)

 

 

Published by leblogabonnel - dans peinture
commenter cet article
23 août 2016 2 23 /08 /août /2016 17:32
Safari à Riberach - Luc Richard le propriétaire - Expo New York de René Sausse à Arlelès (sous le ciné Jaurès)
Safari à Riberach - Luc Richard le propriétaire - Expo New York de René Sausse à Arlelès (sous le ciné Jaurès)
Safari à Riberach - Luc Richard le propriétaire - Expo New York de René Sausse à Arlelès (sous le ciné Jaurès)

Safari à Riberach - Luc Richard le propriétaire - Expo New York de René Sausse à Arlelès (sous le ciné Jaurès)

*** Les "wine safaris" de l'été indien du Domaine Riberach ...

 

Il est des moments de partage aux parfums d’aventure que l’on n’oublie pas. Le « Wine Safari » de l’été indien du Domaine Riberach fait, sans aucun doute, partie de ceux-là…

 Le Domaine Riberach, hôtel écolodge, niché dans l’ancienne cave coopérative de Bélesta (66), son restaurant* gastronomique locavore et ses vins labellisés «Nature et Progrès» s’inscrivent dans une démarche de développement résolument durable.  Luc Richard et Karine Puehringer, propriétaires et architectes-vignerons, ont eu envie de partager ce lieu. C’est ainsi qu’est né le Wine Safari. De ce désir de prendre le temps, le temps de se rencontrer, le temps de se raconter, une histoire de terroir, de culture, d’hommes.

 

Si vous ressentez l’envie de sortir des sentiers battus, alors ce Wine Safari spécial vendange (tous les samedis de septembre) est fait pour vous. Optez pour un bon sommeil «en cuve» et embarquez, le lendemain dès 7H30, dans un Land Rover pour sillonner certains des plus beaux panoramas de la vallée de l’Agly et de la Têt. Aux premiers rayons du soleil, Luc et ses compères Jean-Michel Mailloles (vigneron) et Patrick Rodrigues (œnologue) vous  initieront à la «Colla». 

 

Après la pause de l’«Esmorzar», l’équipée mettra le cap sur la découverte des différents cépages, le long de paysages encore sauvages. A Llebres, un de ces lieux bénis des dieux de la Méditerranée, à l’ombre d’un platane centenaire, au bord du bassin, pique-nique ou grillades sont prévus avant l’incontournable sieste.  L’après-midi,  c’est à la cave que cela se passe. Dans l’ancienne Coopérative de 1925, avec Guilhem Soulignac, œnologue, dégustez les meilleurs crus à la cuve, à la barrique et en bouteille. Et pour retrouver du «jus», vous pourrez toujours jouer les prolongations au bassin de baignade naturel ou au spa «en 5 cuves». En soirée, bouclez la boucle par quelques notes gourmandes du chef Laurent Lemal, Bocuse d’Or 2015, qui représentera la France lors des compétitions Monde en 2017. 

 

Sur les ailes du temps et de la vigne, laissez-vous séduire par l’éloge de la lenteur ...  Wine Safari sur réservation tous les samedis de juin et de septembre. Avec panier pique-nique : 75 €/pers. (de 4 à 8 pers). Avec grillades : 90€/pers. «Wine Safari & Dinner» avec Menu «Km 0» et verre de vin 124€/pers.

 
Contact : 

 

laure-limbourg.com

tél : 04 68 34 55 97 / 06 61 57 84 32

Published by leblogabonnel - dans peinture
commenter cet article
22 août 2016 1 22 /08 /août /2016 08:02
Henry de Monfreid

Henry de Monfreid

Nous n'irons plus à Leucate !

D'ailleurs, rien à y voir ! La falaise ? Oui, pour en finir !

La petite rando, là-haut, au phare ? Bof, à côté de la côte catalane, c'est du pipi de chat...

Rien à y faire, rien de culturel, le néant, Leucate !!! A part les ateliers de Patrick Chappert-Gaujal, c'est vrai, il faudrait que j'y revienne…La nuit, comme un comédien maudit !

Et La Franqui ? J'adore cette plage ! Mais au loin, un burkini..? Sans doute, puisque le maire, sarko-crypto Le Pen, a interdit le voile (au pays du grand Monfreid, au pays des voiles, originaire de La Franqui, il faut le faire !)

Ce maire qui veut faire causer de lui a donc interdit le voile islamiste alors que pas une ombre à l'horizon…

C'est pas comme chez nous, au pays catalan, aucun maire n' a eu l'irresponsabilité d'interdire le burkini. Bravo les Catalans !

(Hier, j'ai parcouru toutes les plages de S!-Cyprien, de Cypriano au port, et j'ai vu une seule femme qui se baignait avec le costume incriminé, censuré…Et elle avait pas l'air d'être asservie par son homme…Et si elle le portait par conviction..? Vous croyez que l'Etat islamique a téléphoné aux militants arabes français non intégrés pour provoquer et mettre sur les plages la bombe burkinine..???

Bref, plus de Leucate ! J'y étais allé pour retrouver Claude Delmas qui faisait une conférence sur la frontière (à retrouver dans mon livre "CatalognArts"); durant le repas, quelques historiens audois avaient essayé de nous démontrer que la Catalogne n'a jamais été une nation, encore moins un Etat… En montant au château, le long de l'ancienne frontière de Corbeil, on avait envie de les fracasser dans le vide…Elle sert à ça, la falaise…

S'il y a un mort demain, on accusera un taré de l'Islam !

Bref, hier c'était mon anni, et je remercie tous les amis (presque 200) qui m'ont adressé mails, bons mots, dessins, poutous, etc...

Quant à mes "inimis" (d'inimitié), ils ne furent pas légion…Pourtant j'en titille pas mal, des élus illuminés…

Ainsi J.Marc Pujol n'a pas bougé…sous perfusion à Marrakech.

L'adjoint à la culture ne me parle plus depuis qu'il n'a pas voulu me prêter de salle pour une conférence (de Jacques Quéralt, de moi-même…) à Perpignan…

Ils sont comme ça, les politiques de Perpi, bêtes et boudeurs…On ne les changera pas…

Le seul politique à m'avoir écrit, c'est Nicolas Garcia: c'est un vrai, celui-là !

Le meilleur message fut celui de l'ancien libraire de la librairie catalane, catalanisme imbibé de culture américaine : le cher Joan-Mickaël Touron me traita d'islamo-gauchiste…

J'ai bien ri ! Merci les amis !

Published by leblogabonnel - dans polémique
commenter cet article
21 août 2016 7 21 /08 /août /2016 08:16
Pierre-André de Vera - POEMES DE CAPÇALERA
Pierre-André de Vera - POEMES DE CAPÇALERA

Pierre-André de Vera - POEMES DE CAPÇALERA

***FERME d'ESCOUMS, NYER


à celles et ceux qui se sont intéressés de près ou de loin au chantier en cours :


Bonjour,


Nos installations photovoltaïques sont en service depuis le 13 juillet dernier.


Dimanche prochain 21 aout, de 10 h à 22 h, si le coeur vous en dit, nous vous accueillerons avec grand plaisir aux Embriagues sur le chantier.
Venez accompagnés, en famille et/ou avec des amis.
Quelques coopératrices et coopérateurs vous auront préparé des repas avec délicatesse et produits locaux bios dans la mesure du possible.


Accès fléché "Ferme d'Escoums" en jaune sur bois, depuis le carrefour des platanes, avant l'entrée du village.


Avec toute notre amitié.


Pour les 160 coopératrices et coopérateurs,
Guillaume et Jean, les deux présidents


www.fermedescoums.fr


FERME d'ESCOUMS
SIRET 809 648 173 00015 - RCS Perpignan
président : Jean Quilleret


ESCOUMS SOLAIRE
SIRET 810 343 210 00011 - RCS Perpignan
président : Guillaume Husson


Deux Sociétés Coopératives d'Intérêt Collectif
par actions simplifiées, à capital variable


Les Embriagues - 66360 NYER
04 68 05 03 44 - 06 80 07 98 84




*** Musique - CATALOGNE


*** Concert de guitare classique
Récital par Pierre-André de Véra
dans le cadre de la tournée et de l'album "Kaléidoscope"
ce Dimanche 21 Août à 18h00 en l'église de Claira
 

Au programme : œuvres éclectiques et variées :


- Musique latine ( Argentine, Brésils... )
- Musique classique et espagnole ( Chopin, Satie, Albéniz, Tárrega... )
- Arrangements de mélodies catalanes ( Cant dels ocells, Testament d'Amélia... )
-  Musique latine ( Argentine, Brésil... )
- Arrangements de chansons françaises ( Nougro, Piaf... )
- Jazz et compositions originales


Entrée libre participation


- - -POEMES DE CAPÇALERA


**Ed. Barcanova ha publicat el llibre/CD POEMES DE CAPÇALERA, que inclou diversos autors de la Catalunya Nord, de Guillem de Cabestany a Jordi Pere Cerdà, passant per Josep Sebastià Pons i Joan Amade (...i en el CD, hi trobem una adaptació del poema “Perquè has vingut” de Salvat Papasseit, amb la música que hi va posar l’enyorada Teresa Rebull).
 
Miquel Pujadó vol convertir aquest treball en un espectacle itinerant (el 9 de maig es va estrenar amb molt d’èxit al Teatre Romea de Barcelona), i en vol fer una versió pensada específicament per al nord del Pirineu, potenciant els textos dels autors nord-catalans, i incloent un convidat especial de cada localitat (poeta, cantant o actor)


POEMES DE CAPÇALERA
 
UN LLIBRE/CD I UN ESPECTACLE MOLT ESPECIAL DE MIQUEL PUJADÓ
 


Pujadó amb Josep Maria Pou i amb Joan Pera, dos dels dotze actors que han col.laborat en el llibre/CD “POEMES DE CAPÇALERA”
 
Després d’onze àlbums de temes propis, tres més amb les seves adaptacions de Georges Brassens i dues monografies dedicades respectivament a Agustí Bartra i Joan Maragall, Miquel Pujadó torna al camp dels poetes per realitzar un projecte molt especial,la realització del llibre POEMES DE CAPÇALERA. Inclou textos seus sobre més de 90 poetes d’arreu de les terres de parla catalana, ja desapareguts però plenament vigents, i un poema de cadascun). Des dels trobadors com Guillem de Cabestany i Cerverí de Girona al recentment traspassat Joan Argenté, passant pels poetes més coneguts (Ausiàs March, Papasseit, Estellés, Martí i Pol, Palau i Fabre, Espriu...), però també per noms a reivindicar (Josep Gual, Desideri Lombarte, Rafael Catardi, Maria Beneyto, Joan Barceló...) i per escriptors l’obra narrativa o teatral dels quals ha amagat la seva producció poètica (Mercè Rodoreda, Àngel Guimerà, Montserrat Roig). També s’hi inclouen dos cantants desapareguts de nivell literari equiparable als poetes “de llibre”: Guillem d’Efak i Ovidi Montllor (de fet, el primer també té llibres de poemes publicats).
 
El llibre va acompanyat per  un CD enregistrat per Pujadó amb els músics Joan Humet i Manel López.  Conté vint poemes cantats per ell i dotze poemes dits per actors amb els qual Pujadó ha treballat, generalment en els espectacles, dirigits per Carles Canut, que escriu fa uns anys per a la Fundació Romea. Són: Josep M. Pou, Carles Canut, Jordi Boixaderas, Mario Gas, Mingo Ràfols, Victòria Pagès, Olga Suàrez, Joan Pera, Pep Ribas, Ferran Frauca, Toni Sevilla i Enric Majó. Tot un luxe!
 
A partir d’aquest material, Miquel Pujadó presenta l’espectacle POETES DE CAPÇALERA, en el qual interpreta els vint poemes de l’àlbum acompanyat pels seus dos músics, i amb la participació en cada sessió d’un dels actors que han participat en l’enregistrament i/o d’un actor o peta de la zona on es faci l’espectacle, amb una tria de textos que variarà en funció del lloc on tingui lloc l’actuació (es donarà una importància especials a Joan Barceló i a Màrius Torres a les terres de Ponent; a Bartomeu Rosselló-Pòrcel, Marià Villangómez, Josep M. Llompart, Blai Bonet, Guillem d’Efak, etc, a les Illes; a Joan Timoneda, Ausiàs March Estellés, Maria Beneyto, Joan Fuster, Carles Salvador, etc, al País Valencià; a Josep-Sebastià Pons, Jordi-Pere Cerdà, Joan Amade, etc, a la Catalunya Nord...)
 
 
FÓRMULA 1: PUJADÓ + 1 ACTOR o ACTRIU + 2 MÚSICS (JOAN HUMET –contrabaix- i MANEL LÓPEZ –acordió-)
 
FÓRMULA 2: PUJADÓ + 1 ACTOR o ACTRIU.
 
Nota: sempre que sigui possible, incorporarem a l’espectacle un convidat especial de la localitat (actor, poeta, cantant...)
 
 
Spleen Produccions
 
www.miquelpujado.cat
miquelpujado@telefonica.net
spleen@telefonica.net 
 
 

Published by leblogabonnel - dans musiques
commenter cet article
20 août 2016 6 20 /08 /août /2016 09:03
Femmes musulmanes dénudées - Religieuses catholiques costumées à la plage
Femmes musulmanes dénudées - Religieuses catholiques costumées à la plage
Femmes musulmanes dénudées - Religieuses catholiques costumées à la plage

Femmes musulmanes dénudées - Religieuses catholiques costumées à la plage

Burkini et provocation

 

Mes textes sont souvent provocateurs et donc subjectifs, loin de l'impartialité que l'on exige du reportage, du journalisme, de la réflexion intellectuelle ! Objectivité : la belle utopie !

 

Avant tout, je recherche le débat, les temps me semblant bien gris, et je l'ai trouvé puisque les commentaires ont été nombreux.

 

Je regrette cependant que certains aient recours à l'insulte (c'est bien sûr plus facile que la réflexion, je comprends ça) ou que d'autres miment la pensée de l'extrême-droite, du racisme, de l'islamophobie, de l'intégrisme catho et du fascisme rampant de quelques écrivains proches du FN : Renaud Camus, Houellebecq, Finkielkraut...

 

Je serais pour l'asservissement de la femme en tolérant le port du burkini sur les plages ? Au contraire, je suis pour la nudité, le libre choix féminin, la révolte des Femen contre toute autorité : père, mari, grand frère...

 

 Quand la beurette, l'Arabe, la Française d'origine maghrébine se fait traiter de "pute" par les mâles rétrogrades de sa tribu (cela se passe dans les milieux pauvres, des quartiers déshérités, où tradition, inculture et fanatisme règnent; pas chez les Musulmans aisés qui sont libérés ou tolèrent le burkini comme un effet de mode dans leurs plages privées de la Côte d'Azur ou d'ailleurs...), je trouve cela ignoble.

 

 Mais la modernisation de l'islam sera longue et ce n'est pas en interdisant, en s'opposant, en méprisant, en insultant, que l'on va régler le problème.

On sait d'ailleurs que les terroristes et les religieux radicaux n'attendent que ça : nos réactions, nos gestes violents et racistes pour enflammer le pays ! Notre intolérance entraînerait d'autres intolérances et l'engrenage serait fatal...

 

Beaucoup sont choqués de voir l'accoutrement musulman sur les plages et voudraient déshabiller ces femmes ou les voir rester chez elles : discrètes, voire invisibles ! Le problème serait réglé : cachez ce b…que je ne saurais voir ! 

 

Il est vrai que le burkini, en circulation depuis 2004, n'apparaît vraiment, de façon ostentatoire, que depuis cet été 2016; on est tenté de faire le lien entre la guerre contre Daesh et les attentats terroristes récents : le costume incriminé serait un signe religieux provocateur et si des incidents se produisaient, il faudrait le prohiber.

 

Or la laïcité l'autorise (loi de 2000) car il n'y a pas dissimulation du visage dans l'espace public; l'arrêté religieux ne peut juger de l'asservissement de la femme : c'est à elle de se révolter, de se libérer, même si c'est difficile. Cependant les motivations du port du voile islamique sont complexes et nous, occidentaux et croyants, nous n'avons pas le droit de penser à la place des Musulmanes; certaines ne veulent pas, en effet, être traitées de pute, mais peuvent avoir, en privé, une vie et une sexualité libérées (port du string, nombreux partenaires…); d'autres, fidèles à la tradition et très voyantes, tiennent à porter le voile et ce n'est pas, de leur point de vue, de l'esclavage, mais une sincère conviction.

 

J'avais voulu montrer dans mon texte que nous jugeons le plus souvent avec nos principes, nos préjugés, notre éducation judéo-chrétienne, sans faire un effort pour comprendre le pont de vue de l'Autre.

 

Dans cette optique, la réaction du pape et de la hiérarchie romaine et catholique est exemplaire : pas de jugement, pas d'ostracisme; ce n'est pas le cas du catho de base qui pousserait à la croisade pour chasser tous ces Arabes, comme Charlemagne et Charles Martel, héros de nos penseurs de la droite extrême et raciste…

 

Si nous pouvons démontrer que le port du burkini est une marque d'allégeance au mouvement terroriste, il faut changer la loi et limiter la laïcité, qui donne la libre expression à tous les courants de pensée et de croyance !

 

Quant à nos belles âmes, à nos belles dames qui défendent la condition féminine, dans les meurs, elles pourraient lutter pour une émancipation sociale et économique : les femmes, Françaises de "souche" ou de "sol" sont surtout victimes du chômage, du mépris des supérieurs, d'inégalités de salaire…sans oublier le racisme ambiant et le contrôle policier, quand elles sont d'origine africaine… On voudrait, mesdames, vous voir dans ces combats-là !

 

JPB

Published by leblogabonnel - dans polémique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens