Dimanche 31 août 2014 7 31 /08 /Août /2014 12:33

 

 10488088_10152273146563379_854518475683879520_n.jpg

 

Raymond Matabosch, auteur catalan, distribué dans le monde entier

 

 

L'adage "Nul n'est phrophète en son pays" une nouvelle fois confirmée :

 

Raymond Matabosch, sismo-volcanologue autodidacte, poète, écrivain, historien, conférencier traducteur français, est né le 4 octobre 1947 dans un petit village des Pyrénées Orientales, de parents d’origine catalane, modestes ouvriers agricoles. Comme eux, il a le respect de la terre, de sa terre catalane, et il le revendique.
S’il n’avait pas été le fils aîné, il aurait certainement eu une vie plus facile.

 

À l’âge de dix sept ans, il a cessé ses études, même s’il était un élève doué pouvant aspirer à de hautes responsabilités, pour participer financièrement aux besoins de sa famille, et il s’était expatrié à Paris. Mais, autodidacte, partant de la base, il a su acquérir, tout au long de sa carrière, les notions essentielles pour s’ouvrir sur des activités touchant à sa terre et à la terre, tout en parcourant le monde. Seul bémol, ne possédant aucun cursus universitaire, il n’est pas reconnu en France.
Épris de littérature, il écrit depuis l’âge de douze ans. Sa façon de rédiger ses textes est toute particulière. Souvent au coin d’une rue, à la terrasse d’un café, en pleine nature…, une image, une situation, sur un bout de papier, il griffonne, à la manière d’un peintre brossant une esquisse, des mots.   Il a publié, tant chez des éditeurs en France qu’aux États-Unis, et en auto-édition. Ses livres ont été repris par les plus grands distributeurs états-uniens tels Ingram, GlobalReach, InseredReach, Barnes & Noble (B&N) qui, gérant 798 magasins dans les 50 États des États-Unis et dans le District of Columbia, est le plus gros libraire aux États-Unis, Amazon.com(Etats-Unis), Amazon.ca (Canada), Amazon.co.uk (Royaume-Uni), Amazon.cn (Chine), Amazon.co.jp (Japon), Amazon.com.br (Brésil), Amazon.in (Inde) Amazon.de (Allemagne), Amazon.it (Italie), Amazon.es (Espagne)... et Amazon.fr (France), Loot.co.za qui est le plus gros libraire et distributeur, avec 12 millions de produits, en Afrique du Sud… et surtout Publishers (site des agents littéraires états-uniens), plus de 50 ouvrages : livres de textes japonisants (haïku, tanka, haibun, sedoka, katauka, naga-uta, chôta….), livres de vulgarisation sur les volcans du monde, sur la tectonique des plaques et les séismes et sur les cratères météoritiques, pamphlets, livres sur le patrimoine régional et livres sur la littérature orale, les contes, les légendes et les mythes du monde entier.

 

Pour contacter cet auteur :

chez son éditeur en France : http://www.edilivre.com/auteurs/raymond-matabosch-3559.html
ou sur son site d'auto-édition : http://www.lulu.com/shop/search.ep?contributorId=291673

 

 

 

 

* POESIE : Jean Iglesis et Victor White :

 

Poésies de V. White :

 

"De la substance grise - la spéculation organique" est le premier recueil du jeune poète perpignanais Victor White, édité par Les Presses Littéraires en 2014.

 

Après avoir passé plusieurs années à mixer dans les clubs parisiens, il s'est emparé de ses mots comme d'autant de bistouris pour disséquer, chirurgien autodidacte, les profondeurs de son âme, entre démence et clairvoyance, vice et innocence.

 

Il nous entraîne au coeur de ses paysages psychiques où l'on savoure l'aigre jaillissement de son être volcanique dans un cycle d'autofécondation.

 

Cet "être cendré", comme il aime à s'appeler, pulvérise, déchire, éviscère les surfaces avant de célébrer sa victoire sur la réalité dans "l'arène du désespoir".

 

Un recueil difficile, dense, brutal et puissant, dont la fusion cosmique et organique nous submerge.

 

Hélène Goy.

 

 

 

 

** ELNE : C’est la rentrée pour les ateliers d’écriture des samedis à Elne. 

Deux ateliers d’écriture créative et un atelier d’écriture poétique vous sont proposés tous les mois à partir du 6 septembre. Des propositions d’écriture adaptées aux objectifs des divers ateliers vous seront présentées pour stimuler, soutenir et accompagner votre écriture, dans une ambiance détendue et conviviale. On écrit, on lit ses textes, on partage ses commentaires, on rit, on progresse… Ces ateliers d’écriture, en petits groupes, accessibles à tous, ont lieu les samedis de 14H30 à 16H30 :

– Atelier d’écriture créative et littéraire : une activité d’écriture ludique ouvre l’atelier, suivie d’une proposition littéraire prenant appui sur des textes d’auteurs. Cet atelier convient aux personnes désireuses de découvrir le fonctionnement des ateliers d’écriture. Il est possible de l’intégrer à n’importe quel moment dans l’année. Afin de pouvoir écrire en toute quiétude, cet atelier est animé deux fois par mois.

Dates : 6 et 20 septembre / 4 et 11 octobre / 8 et 22 novembre / 6 et 20 décembre / 10 et 24 janvier /    7 et 21 février / 7 et 21 mars / 11 et 25 avril / 9 et 29 mai / 6 et 20 juin.              Coût : 10€ l’atelier.

– Atelier d’écriture poétique « Proèmes » : cet atelier est destiné aux personnes désireuses de parcourir les différentes formes d’écritures poétiques. Afin de vous accompagner dans vos pérégrinations poétiques, chaque séance comprend une fiche théorique et une proposition d’écriture. Un travail qui permet d’aborder les caractéristiques de l’écriture poétique, les genres, les diverses formes, prose,  poésie contemporaine… de manière à ce que vous puissiez écrire dans le registre ou les formes qui vous conviennent le mieux.

Dates : 27 septembre / 25 octobre / 29 novembre / 13 décembre / 17 janvier / 14 février / 14 mars / 18 avril / 23 mai / 13 juin.  Coût : 15€ l’atelier.

Les ateliers sont animés par Rose-Marie Mattiani, Titulaire du DUAAE de l’Université Paul Valéry Montpellier, agréée par la DRAC Languedoc Roussillon. Animatrice d’ateliers d’écriture et d’arts plastiques depuis une quinzaine d’années, elle intervient en médiathèques, associations, écoles… 

Les ateliers se déroulent 4 rue de la République à ELNE (Place du Marché). Renseignements au 06.85.58.73.74 ou sur le blog : http://latelierderose.wordpress.com

 

« Rêves de sable », recueil de poèmes de Jean Iglesis en e-book chez Amazon et You Scribe :

 

    Joseph Ribas, écrivain de Catalogne-Nord, illustre auteur de « Canigou, montagne sacrée des Catalans », lui a fait l'honneur et l'amitié de préfacer ce recueil. Voici ce qu'il écrit : 
«Comme une oasis aux confins des sables, le rêve se pose à fleur de mirage. La poésie de Jean Iglesis excelle dans ces jeux de miroirs qui reflètent plus de promesses que de présences : un regard, un désir, un écho. 
Effets d'approches et de distances, sa quête d'illusions crée des instants d'éternité. Moments épars dans sa mémoire. L'insondable et l'inaccessible sont à portée de mots pour dire sa passion amoureuse, l'espoir, l'échange et, dans un cri de fer, ses révoltes.
Jean Iglesis est tout à la fois cet être frêle et décidé, tumultueux et tendre qui rassemble des souvenirs adolescents, entre rêve et réalité, pour tisser jour à jour son bonheur. Les mots festoient, éblouis, réjouis, à contre-jour ou plein soleil, étincelants aux reflets des rimes, jouant à cloche-pied sur l'esquille d'une syllabe ou bien, à pas comptés, enjambant la césure.Le vers plie, se déploie, vagabonde au fil de la plume, à la recherche des bonheurs enfouis. L'accent d'une voix aimée, le regard d'une femme, la saveur d'un fruit, un parfum, une caresse, toute une sensualité retenue et discrète retrouve sur des rêves de sable, l'empreinte des vies qui ont manqué de s'oublier. Mais alors que le poème risquait de céder à la nostalgie, au regret ou au repentir, le goût du bonheur et le désir de liberté exaltent, dans le temps arrêté, l'instant poétique. Moment privilégié. Jean Iglesis nous accompagne ainsi au secret de sa profondeur d'être...» «Rêves de sable» propose 54 textes.... Des poèmes qui séduisent, intriguent ou interrogent...Comme des traces de pas sur le chemin parcouru...ils témoignent dans le jeu des mots, des images et des rimes.
Dans ce recueil: A pierre fendre – Alea jacta est... - Autour du lac – Bois – Bris de silence -Cerdan – Dans le regard des femmes – De Charybde en Scylla – De l'autre côté du miroir – D'Elne – Des choses de la vie – Deuxième souffle -D'un cheveu – Eau – Grand-mère – Homme d'acier – Homme de papier – Hymne aux Corbières – J'étais si pauvre – L'amour est tel... – La captive – La plus longue nuit – La rêveuse – Lac o'clock – L'amour à cent sous – l'attente – Le fou qui dort au fond de moi – Le pays dont je suis épris – Le tour d'écrou – Les couteaux – les récits enfouis – L'escalier – L'espoir – L'exclu – L'ouvreuse – Ma voisine -Maman – Melancolic lac – Musique – Noël – Nostalgie villeneuvoise – Papa – Pierre – Prends garde à la douceur des choses – Rêves de sable – Scènes de lumière – Si je ne salue pas l'Histoire...– Songe kafkaien – Sonnet au cochon – Sur la lagune – Téléthon – Tombent les géants – Trabucaires – Vallespir...

10514492_10152689212559255_1510660695542776888_n.jpg

Par leblogabonnel - Publié dans : littérature - Communauté : Catalogne
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 30 août 2014 6 30 /08 /Août /2014 17:19

Unknown-copie-6.jpeg  L'Abbé Escarré : le prieur de Montserrat (de 1948 à 68) avait défié Franco dans ce haut lieu de l'identité catalane.

 

Il faut rendre hommage à Jean-Claude Marre, journaliste, d'avoir publié dans le quotidien Le Monde (daté du 23.8.2014) un article relatant les combats de l'abbé Escarré et faisant part de l'exposition qui retrace son combat.

 

 

  Il était l'âme de la communauté bénédictine de Montserrat. Le 13 novembre 1963, ses déclarations faites au journal Le Monde vont susciter un vif émoi dans toute l'Espagne.


  Près de 51 après les faits, les déclarations de Dom Aureli Escarré conservent encore une très forte résonance en Catalogne sud.


13 novembre 1963. Le quotidien français publie ce jour-là en "une" de son édition du soir une interview de l'abbé de Montserrat recueillie par son correspondant madrilène José Antonio Novais. Une phrase, extraite de ce long entretien sur 3 colonnes, résume à elle seule la teneur de l'article. Sans la moindre ambiguïté. "Le régime espagnol se dit chrétien mais n'obéit pas aux principes de base du christianisme". Cinglant et courageux.

 

  En effet, pour la première fois, un dignitaire religieux met ouvertement et publiquement en cause les liens trop étroits entretenus entre l'église espagnole et le régime franquiste. L'annonce de cette déclaration, assimilée à un "acte de résistance" contre la dictature va dès lors se propager dans toute l'Espagne comme une traînée de poudre.

 

D'autant qu'il y est aussi question de la défense de la langue et de la culture catalane, de justice sociale, de liberté d'expression, de respect des droits de l'homme, de réconciliation ou de protection de la pluralité d'opinions… (source L'Indépendant)

 

En 1963, l'abbé Escarré s'élève contre Franco

LE MONDE | 22.08.2014 à 08h26 • Mis à jour le 22.08.2014 

Par Jean-Claude Marre

 

La 46e université catalane d'été (UCE) de Prades (Pyrénées-Orientales) a rendu, dimanche 17 août, dans le cloître de Saint-Michel-de-Cuxa, à Codalet, un hommage simple, fort et émouvant à l'abbé Auréli Escarré, prieur de 1946 à 1968 du monastère de Montserrat, près de Barcelone.

C'est à Montserrat, lieu symbolique de l'identité catalane et de pèlerinage pour tous les Espagnols, que José Antonio Novaïs, correspondant du Monde à Madrid, avait recueilli les propos de l'abbé, publiés le 14 novembre 1963 à la « une » du Monde. Pour la première fois, un représentant important de l'Eglise y affirmait son opposition au pouvoir en place : « Le régime espagnol se dit chrétien, mais n'obéit pas aux principes de base du christianisme », déclarait l'abbé.

A l'époque, Le Monde, interdit par la censure franquiste, ne fut pas distribué en Espagne, mais une traduction de l'article en catalan, réalisée par des opposants exilés et transportée clandestinement de Perpignan,...

 (C) Le Monde (extraits de l'article :

 

En 1963, l'abbé Escarré s'élève contre Franco )

Par leblogabonnel - Publié dans : Catalogne - Communauté : Catalogne
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 29 août 2014 5 29 /08 /Août /2014 08:32

Caravaggio_-_La_conversione_di_San_Paolo.jpg  Caravaggio - La conversione di San Paolo. Caravage : la conversion de Saint-Paul (Saul)

 

 

     Je n'irai pas à Millas aux funérailles de l'ancien président de région; j'espère que tous les adversaires et ennemis de C. Bourquin, tous ces politicards de tous bords qui expriment leurs condoléances avec une ardeur démonstrative obscène trouveront, en se rendant à Millas, leur chemin de Damas.

 

C'est-à-dire leur voie vers l'éthique, leur chemin vers plus de modestie et de démocratie : qu'ils se convertissent enfin à la pratique républicaine ! On en doute vraiment : après les pratiques troubles de G.Frêche et le suivisme de C. Bourquin (exclu du PS avec trente compagnons), voici Navarro assurant l'intérim et tentant de conserver ce fauteuil de potentat…

 

Rappelons que Robert Navarro, a été lui aussi exclu du PS pour malversations et abus de confiance; mis en examen en déc. 2012, la justice n'a pas encore conclu… Fraude et confiscation du pouvoir à Montpellier : la réforme territoriale donnera à Toulouse les moyens de rogner les ailes de ces politiciens dépourvus de morale !

 

La justice, méprisée par les élus de Montpellier (C. Bourquin condamné pour favoritisme envers une agence de communication : pour ces affaires, voir les rubriques parues dans les blogs de Fabrice Tomas "Perpignan-tout va bien" et "Cpolitique") apportera-t-elle la lumière aux pèlerins du chemin de Millas..?

 

- - -

 

Hier, je me suis rendu à la gare de Perpignan pour assister au discours-fleuve de Lluis Collet en hommage à Dali. J'étais très en retard, c'est vrai : rien dans l'ancienne gare rénovée et qui a supprimé tout souvenir dalinien : fresques, statue sur le toit…Et le wagon envolé…Culture et mémoire agonisant : on ne vend que sandwiches et boissons en ce lieu impersonnel…

 

Rien, non plus à la neuve gare (TGV, il paraît) : je tente de m'informer à l'accueil : ils ne savent rien et l'ordinateur non plus ! La gare est ignare ! Il y a eu pourtant un bel article dans L'Indépendant du jour. A croire que pas grand monde l'achète. A croire que le site de la gagare est inculte…

 

Chantal Gombert, maire de quartier, assure que la mairie donnera une ampleur inoubliable au voyage de Dali de 1965. Il serait temps, rien de sérieux n'ayant été fait depuis 60 ans pour que la ville soit dalinienne…

 

Perpignan : destination "Le Centre du Monde" ! devrait-on lire partout dans le monde…

 

JPB

Par leblogabonnel - Publié dans : débat, polémique - Communauté : Catalogne
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 28 août 2014 4 28 /08 /Août /2014 17:26

guillaume.jpg Guillaume Lagnel et Marie Susplugas (photo de Loïc Robinot)

 

 

Cette journée consacrée au musicien  méconnu, mais enregistré de par le monde, est un premier jalon, avant l'année 2015, qui marquera le 240° anniversaire de la naissance du compositeur pour guitares.


A 18 heures, à la Casa Xanxo, à Perpignan, à deux pas de la maison natale de De Fossa, conférence de Jacques Quéralt, échange avec le public et morceaux de musique joués par Francisco Ortiz, fameux guitariste, ancien professeur auConservatoire de Perpignan.


A 19h30, dégustation des vins de Mme Guillé (domaine à Saint-Hippolyte- magasin "Marchande de vins, rue de la Fusterie) dans le jardin de la vieille amison catalane...

 

A 20h/20h15, place Jaubert de Passa (quartier de la Révolution française, près du figuier), F. Ortiz jouera un autre morceau du musicien depuis une fenêtre de la maison natale de F. de FOSSA (avec l'aimable autorisation d'Alain Gélis, artiste).

 

La soirée se terminera au restaurant Le Figuier (réservation au 04.68. 63. 14. 82), où des tables ont été résevées...

 

4da5967ce95d8bdacc166d7a2e3af93f.jpeg

 

 

 

http://commemorationdefossa.over-blog.com/link  31-aout-2014-Fr-de-Fossa.JPG

 

 

Un peu par hasard, un petit groupe d'amis est réuni 

le 31 août 2013,  dans la demeure de la petite-fille 

d'André Susplugas, à Palau del Vidre...

 

 

André Susplugas

 

 

La fin du mois d'août nous mène jusqu'à Palau del Vidre. Plutôt au palais de verre de Marie Susplugas Andrea, fille du peintre de Trouillas. Grande demeure de murs ocre, de frises roses, d'élégance artistique et campagnarde : c'est en 1914 que le sculpteur Gustave Violet conçut et décora cette habitation rendue contemporaine avec l'ajout de grandes verrières.

 

            Marie accueille le petit groupe d'amis dans son grand parc, frais et vert malgré la canicule, coiffé d'arbres centenaires, platanes fiers qui nous sont chers. Ils poussent vigoureux et sains, oublieux des malheurs de leurs cousins du Canal du Midi... 

 

A ce décor paradisiaque font écho les toiles lumineuses d'André Susplugas, sur les murs du séjour : ce mas est un musée vivant et les murs du séjour méritent le nom de cimaises. Ici, on cuisine en compagnie de ces paysages catalans, qui remplissent l'espace du tableau d’amoncellements de toits, structurés par des traits épais et des surfaces de couleurs franches...Paradoxe, pourtant : si les détails sont précis, la toile, à la fin, de si près considérée, paraît floue. Flou artistique, bien sûr, et prémédité, de l'image ! 

 

En fait, André Susplugas est à regarder de loin. Il s'agit d'une peinture qui prend de la hauteur, que ce soit avec la colline de Montauriol ou avec ces personnages verticaux affairés aux vendanges  ou dans le portrait, par exemple, de Marie au pull-over noir, représentée dans l'éventail original et inattendu de deux fenêtres "intérieures", loin de la fenêtre fauve ouverte sur Collioure, de Matisse...

 

Pourtant, c'est vrai, les proches de Susplugas, amis et parents, sont surpris dans une pose assise : "Mariette", "La jupe rouge", où les femmes de l'intimité familiale cousent dans le silence, l'éternité de l'instant et la banalité du geste quotidien, que l'on aime voir sublimés par Pierre Bonnard. 

 

Ici, c'est André Susplugas qui exhausse la vie simple et l'instant immobile au rang d'oeuvre d'art : c'est à moment-là, face à la toile indémodable, que je perçois l'intensité d'amour, le puits de tendresse, la force d'admiration tue, que ressentais l'artiste pour les membres de sa maisonnée. En exprimant ces sentiments discrets, à peine suggérés, la peinture a visé à l'essentiel ! 

 

     Alors, les analyses esthétiques sophistiquées et les installations contemporaines commerciales et vite surannées s'effondrent comme châteaux de cartes...

 

 

Le petit groupe, transformé plus tard en "comité de pilotage", a rendu un hommage inattendu  à François de Paul de Fossa, le musicien du quartier de la Révolution française, à Perpignan.

 

   Dans cette splendide maison de Palau del Vidre, conçue et décorée par Gustave Violet en 1914, il a été convenu, en effet, de se réunir chez Marie, la date anniversaire  se révélant motivante afin de préparer un projet d'envergure autour de F. de Fossa ! 

 

Poser les premières pierres, ici, sous les toits décorés et maçonnés par le sculpteur catalan, semble bien présomptueux ! Cependant, la rencontre de personnes bien différentes, un guitariste (Francisco Ortiz), une éditrice (Marie-Ange Falquès), un scénographe (Guillaume Lagnel), un dynamique animateur culturel illibérien (Jean Bigorre), un philosophe buissonnier (Jacques Quéralt), un écrivain-blogueur (l'auteur de ce compte-rendu), et le président des Amitiés internationales A.Malraux, à l'origine de cette initiative (Pierre Coureux), ne pouvait qu'apporter de l'eau claire au moulin de l'ambition culturelle, populaire et de haute qualité ...

 

 

   Le groupe a l'intention de publier la correspondance de F.de Fossa, avec des nombreuses personnalités du début du 19ème siècle et, en particulier avec Ramon Carnicer, directeur du théâtre de Barcelone, puis de Madrid, qui demanda à de Fossa un "barbier de Séville" pour l'adapter.

 

   En suivant la correspondance et la vie de F. de Fossa, on pourra revivre l'histoire tumultueuse de la fin du 18° et du début du 19° avec les grands moments de la Révolution et de la Restauration...l'exil en Espagne et en Amérique du Sud, la carrière d'un militaire peu orthodoxe... Ainsi que la lignée du préromantisme musical, dont le précurseur fut Julian Arcas, suivi de Juan Parga, Agnado (ami de Fernando Sor à l'hôtel Favart à Montmartre) et Trinidad Herta, le Lagoya de l'époque...

 

     Il est d'abord question d’organiser, le 31 août 2014, un concert accessible à tour, sur la place du figuier, dans le quartier natal du musicien.  

 

* Opération Signal 2014 : il s'agit d'organiser une journée symbolique autour de lieux centraux, situés à cinq minutes de la maison natale du musicien, de la place actuelle dite «Jaubert de Passa», sous les oliviers du restaurant le Figuier : pour cette année, la casa Xanxo (salle ou jardin).

 

 

Par la suite, en 2015, est envisagé un concert plus élaboré sur le site de Monastir del Camp, ou dans la chapelle basse de la résidence des Rois de Majorque, ou encore dans l’intimité de l’ermitage de Consolation, au-dessus de Collioure… Les lieux, les mas hospitaliers ne manquent pas….

 

Une visite guidée du quartier et de la maison, autour de cette maison qui jouxte celle de Jaubert de Passa, conservateur en chef du patrimoine et président du conseil général, ami de l’écrivain Prosper Mérimée (évoqué dans la nouvelle fantastique « La Vénus d’Ille ») peut être envisagée

 

Des bouteilles à la mer du mécénat et de la culture ouverte sont lancées en direction de tous, population locale, mécènes, partenaires privés et institutionnels ! Le travail ne fait que commencer : que les bonnes volontés se révèlent afin de participer à l’élaboration du projet, à sa réalisation concrète, à son aventure insoupçonnable.. !

 

 

* La « Mise en œuvre du projet « Opération Signal 2015» a comme objectifs :

 

 

-La préparation d'un concours et prix de guitare FP de Fossa sous l’égide du Conservatoire National de Région avec le concours d’un Jury National et International.

 

-La programmation de concerts et d’événements témoignant de  l’oeuvre et de la vie de François de Paule de Fossa, mais aussi des hommes de son temps en Roussillon

Collaboration avec le festival «Concerts d’été» de Palau del Vidre, un festival sous la direction artistique de Marie Susplugas,  qui le premier a pris l’initiative de révéler en Roussillon la personnalité et l’oeuvre de François de Paule de Fossa.

 

-La programmation d‘oeuvres musicales en des sites et festivals emblématiques : Perpignan et son agglomération, Elne, Prades, Céret, Eus, Serrabonne, Catalogne Romane, Collioure, Marcevol, Monastir del Camp, Domaine de L'Esparou et bien d’autres possibles ....

 

-La préparation d'un colloque et d’une exposition, sous l’égide des Archives Départementales, avec le concours de l'Université.

 

- L'édition des Correspondances et des actes du Colloque par les éditions Trabucaire.

 

- La recherche de documentations historiques au château de Vincennes, au Centre d'archives de Ministère de la Défense.

 

- Le projet de restauration de la tombe du musicien au cimetière Montparnasse.

 

 

* Projet proposé sous l'égide des "Amitiés internationales André Malraux (AIAM Paris) -

 

Pierre Coureux, président des AIAM, 

Marie-Claire et Yvan Bassou,

Jean Bigorre (AIAM), 

Guillaume Lagnel (AIAM), chargé à la mairie de Perpignan des spectacles vivants,

     Bertille de Swarte, animatrice des journées du Château de L'Esparrou, Canet-plage.

 François Ragot, musicien, violoncelliste, professeur.

Nicolle Peus, secrétaire du festival "Pianissimo" et Michel Peus, musicien, chef d’orchestre, directeur du festival de piano d’Elne, 

Francisco Ortiz, guitariste, a enregistré un Cd des œuvres pour guitare de P.F.de Fossa.

Jean-Michel Galey (AIAM), spécialiste des secteurs sauvegardés.

 Michel Péruzat, administrateur de Visa pour l’image, 

Marie-Ange Falquès, éditrice (Trabucaire),

 Jacques Quéralt, historien, poète, philosophe buissonnier, biographe de F.de Fossa, 

Marie Suspuglas Andrea, directrice artistique du festival d’été de Palau del Vidre, 

Hervé Raymond, directeur-adjoint du Conservatoire de Perpignan (CRR)  Michel Guisset, historien, vice-président Des Amis d’Illibéris, Elne

Loïc Robinot écrivain et photographe, professeur d'anglais

J.Pierre Bonnel (AIAM), écrivain

 

 

Par leblogabonnel
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 27 août 2014 3 27 /08 /Août /2014 14:44

  Unknown-copie-5.jpeg  (photo Harry Jordan) Lluis Colet pendant son discours dalinien.

 

Dimecres 27 d’agost 2014 16h21mn
Estació de PERPINYÀ- CENTRE DEL MÓN

Photo Harry RAY-JORDAN

HOMENATGE DE

Lluís COLET

I DELS AMICS DEL CENTRE DEL MÓN A

SALVADOR DALĺ 

 

Associations Amis Centre du Monde et Catalans Endavant

 

L’HOMMAGE A SALVADOR DALI DE LLUIS COLET


Le 27 août 1965, Salvador DALI fit vibrer les multitudes roussillonnaises au cours d’un voyage triomphal sans précédent. Ce jour-là, le maître de Figueres honora « sa cathédrale d’inspiration, source d’illumination », la Gare de Perpignan, concrétisant ainsi sa généreuse parole prononcée une décennie  avant dans la salle principale de l’étoile ferroviaire. 

« C‘est là, le Centre du Monde ! » (parole exacte prononcée devant des témoins de la SNCF). Depuis 1984, en compagnie des « Amis du Centre du Monde » et aussi maintenant de membres de l’association « Catalans Envadant », Lluis COLET rend hommage à Salvador DALI tous les ans de cette date à 16h21 minutes très précises.

 

L’objectif est de perpétuer la célèbre parole qui honore non seulement le fameux lieu, mais aussi le Pays Catalan tout entier. C’est maintenir vif l’esprit de DALI au « Centre du Monde », conjuguer le surréalisme, l’esprit catalan et certaines idées ultra-locales que l’artiste a manifestées. 

 

L’hommage rendu depuis 1984, 19 ans après le voyage triomphal, a un symbole très représentatif et original comme celui d’un « chou-fleur ».  Lluis COLET a matérialisé cette (vraie) vision de DALI, et porte à l’endroit exact (vérifié), cette plante comme la manière d’une forme de vivre. La reconnaissance envers le génie catalan se fait toujours devant la « senyera » catalane qui est la représentation vive de tout un peuple. 

 

Amis de DALI et du Centre du Monde, nous vous attendrons nombreux ce MERCREDI 27 AOUT 2014 à partir de 16 h à GARE DE PERPIGNAN, CENTRE DU MONDE. 

Téléphone informations : 06 72 07 62 58


Par leblogabonnel - Publié dans : expositions - Communauté : Catalogne
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
<< < > >>

Catégories

Partager

Profil

  • leblogabonnel
  • Le blogabonnel
  • écrivain journaliste enseignant
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés