Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juillet 2016 7 24 /07 /juillet /2016 08:37
Conférence au théâtre de l'Archipel (JPB avec Hanna Fiedrich) - Avec Dany Karavan à Port-Bou - Conférence d'Alain Badia à Banyuls -  Une partie de l'équipe à la librairie Torcatis à Perpignan-
Conférence au théâtre de l'Archipel (JPB avec Hanna Fiedrich) - Avec Dany Karavan à Port-Bou - Conférence d'Alain Badia à Banyuls -  Une partie de l'équipe à la librairie Torcatis à Perpignan-
Conférence au théâtre de l'Archipel (JPB avec Hanna Fiedrich) - Avec Dany Karavan à Port-Bou - Conférence d'Alain Badia à Banyuls -  Une partie de l'équipe à la librairie Torcatis à Perpignan-
Conférence au théâtre de l'Archipel (JPB avec Hanna Fiedrich) - Avec Dany Karavan à Port-Bou - Conférence d'Alain Badia à Banyuls -  Une partie de l'équipe à la librairie Torcatis à Perpignan-
Conférence au théâtre de l'Archipel (JPB avec Hanna Fiedrich) - Avec Dany Karavan à Port-Bou - Conférence d'Alain Badia à Banyuls -  Une partie de l'équipe à la librairie Torcatis à Perpignan-

Conférence au théâtre de l'Archipel (JPB avec Hanna Fiedrich) - Avec Dany Karavan à Port-Bou - Conférence d'Alain Badia à Banyuls - Une partie de l'équipe à la librairie Torcatis à Perpignan-

 

L'Association Walter Benjamin aborde sa deuxième année d'existence. Beaucoup a été fait en 2015/2016. NOus abordons 2016/17 avec le sourire !

Une nouvelle équipe se met en place; nous faisons appel à nos lecteurs, au public de nos conférences de nous rejoindre, pour faire connaître l'oeuvre et la personnalité du philosophe allemand.

 

Tout en étant ancré à Banyuls, ville symbolique, la dernière avant la mort en exil à Port-Bou, nous agissons dans d'autres villes (Saint-Estève, Argelès, St-Cyprien...projets à Perpignan, Pézilla, Elne...) : l'association est, plus que "transfrontières" "sans frontières" !!!

 

"Moi Président..." je n'aurai pas le culot d'utiliser l'anaphore hollandaise...Je souhaite simplement agir dans un esprit positif et communautaire.

 

JPB

 

 

*Président d'honneur : Dany Karavan

 

 

 

-Extrait du compte-rendu de l'assemblée générale de l'association "Walter Benjamin sans frontières" du vendredi 15 juillet 2016 à Banyuls.

 

 *Remerciements à M. Le Maire de Banyuls qui est venu au début de notre assemblée.

 

www.association-walter-benjamin.fr

 

 

11 Présents (20 pouvoirs, 8 membres excusés) : Pilar Parcerisas, Michèle Martel, Alain Badia, Michèle Bayar, Madeleine Claus, Olivier Giraud, M.Laure et JMaurice Hakim, Francine Kaplan, Suzanne Razonls et JPBonnel.

 

 

* de 17h10 à 17h30 : rapport d'activité par JPB. : 

 

avec 7 conférences, un spectacle au Mas Reig, des randos culturelles à Banyuls, Puig del mas et Port-Bou, la présence à des salons du livre… l'association a touché environ 600 personnes. 

En outre, de nombreux articles ont permis à l'assoc. d'être repérée par les partenaires institutionnels et le grand public. Donc, une année positive…

 

 

*de 17h30 à 18 h, rapport financier et explications des dossiers de subvention, par M. Martel...

 

 

* Vote : JPBonnel est élu Président à l'unanimité des membres. Il remercie les adhérents et amis pour cette marque de confiance et pour le travail accompli depuis un a. un merci tout particulier à la trésorière qui a fourni aussi un gros travail de secrétariat et d'information auprès du CIRA et du CD66.

 

 

* Election du bureau :

 

 Pilar Parcerisas de Port-Bou est vice-présidente (elle est présidente de l'association "Passatjes", commissaire d'exposition (en ce moment sur Dali et Duchamp au musée de Cadaquès);

 

Madeleine Claus est vice-présidente;

 

Michèle Martel reste trésorière; 

 

Olivier Giraud, ingénieur et Suzannne Razonls, ancienne conseillère municipale de Banyuls sont secrétaires.

 

 

* Siège social : L'adresse officielle de l'Association est à présent chez Madeleine Claus (et Pedro Soler), Mas Joachim, Banyuls.

 

*Le secrétariat est : 7 route de Bages, 66180, Villeneuve de la Raho. 06 31 69 09 32.

 

 

*Questions diverses : perspectives et calendrier des prochains événements en discussion (surtout pour les journées commémoratives de septembre et octobre 2016) :

 

 calendrier :

 

 

Pour septembre 2016 : 

 

-10 septembre, forum des associations à Banyuls, toute la journée, entrée libre (mairie)

 

* "l'Association W.Benjamin sans frontières", à Banyuls : 3 conférences en français

 

-23/9/2016 : 17h30, salle Novelty (entrée libre)

Présentation de  l'application Chess-border de Franck ANCEL, et de son disque. 

L'exposé sera suivi à 20h30 du lancement de la cuvée Le Rayon Vert, un vin local et nature aux 9 Caves avec Baptiste Houssin.

 

-à 18h30 (même lieu), exposé de Jean-Louis Bailleret, historien de la Nièvre, sur le camp de Vernuche, près de Nevers (diaporama).

 

-à 19h30 : exposé de Maria Mailat, romancière, psychologue, spécialiste de Kafka (livre publié chez Fayard, Paris) et de W.Benjamin : "Les passages/messages de WB", titre de son intervention.

 

-à 20h30 : ceux qui le veulent se retrouvent au café-restaurant Les 9 caves, autour de tapes et de bons vins.

 

*le 24, visite de Port-Bou et du Mémorial - Rencontre avec Dany Karavan et l'assoc. "Passatjes".

 

*Le 25, rando culturelle Banyuls-PortBou, avec des étudiants allemands, lectures sur le chemin (guide: JP.Bonnel) - ouvert à tous - participation : 5 euros.

 

*Le 26 septembre, au lycée d'Argelès, Maria Maela rencontre les lycéens, débat, repas avec le proviseur et le bureau de l'Association.

 

*Hélène BLANQUER, directrice de la 

Médiathèque d'Argelès sur Mer

Espace Liberté

66700 ARGELES SUR MER

04 68 81 42 73

 

 nous invite le 30 septembre : création d'un fonds W.Benjamin (prêt de l'Association WB de Banyuls) et présentation de l'Association (à 18h)

 

 

* de même en octobre à la médiathèque de St-Cyprien.

 

*Octobre : exposition collective d'artistes (peintres et photographes) à Perpignan, impasse Dagobert, quartier Saint-Mathieu, non loin du conservatoire) sous l'égide de "assoc. W.Benjamin.

Avec Bazantay, Desjardins, Detournay, Fforde, Lammentyn, Leon, Maiolini, Marens, Parent-Saura, Romero, Vailier.

 

Vernissage le 7 octobre 2016.

Entrée libre - contact : 06 31 69 09 32

 

- - - Adhérer :

20 euros l'année (30 pour un couple, 10 pour un jeune, étudiant, chômeur…). L'adhésion permet de recevoir des informations et articles, d'assister aux réunions générales, aux conférences, d'obtenir des réductions sur:

-le spectacle annuel (lectures par un acteur de renommée nationale : 12 euros au lieu de 15)

-la randonnée culturelle Banyuls-PortBou (gratuit pour l'adhérent sinon 5 euros)

-le livre de JPBonnel sur l4ultime chemin de WB (12 euros au lieu de 16)…

 

Pour info: 06 31 69 09 32

 

 

-Extraits du compte-rendu de l'assemblée générale de l'association "Walter Benjamin sans frontières" du vendredi 15 juillet 2016 à Banyuls.

 

 *Remerciements à M. Le Maire de Banyuls qui est venu au début de notre assemblée.

*Président d'honneur : Dany Karavan

 

www.association-walter-benjamin.fr

 

Published by leblogabonnel - dans philosophie
commenter cet article
23 juillet 2016 6 23 /07 /juillet /2016 09:48
Hector, Ana, le Pati, H.Madramani par Nicolas Caudeville, le mur de l'ancienne école Lavoisier
Hector, Ana, le Pati, H.Madramani par Nicolas Caudeville, le mur de l'ancienne école Lavoisier
Hector, Ana, le Pati, H.Madramani par Nicolas Caudeville, le mur de l'ancienne école Lavoisier
Hector, Ana, le Pati, H.Madramani par Nicolas Caudeville, le mur de l'ancienne école Lavoisier
Hector, Ana, le Pati, H.Madramani par Nicolas Caudeville, le mur de l'ancienne école Lavoisier

Hector, Ana, le Pati, H.Madramani par Nicolas Caudeville, le mur de l'ancienne école Lavoisier



Portrait d'Hector Madramani 



Cet espace d'expressions alternatives , El PATI de l'école Lavoisier, est situé 7 rue de la cloche d'or, à l'emplacement de l'ancienne école Lavoisier. Le propriétaire et animateur est un jeune plasticien originaire de Valencia  qui présente des expositions, organise des soirées musicales et offre au public la possibilité de se restaurer : tapas, bières bio, etc....

L'exposition actuelle donne à voir une artiste argentine, Ana Karina, (affiche jointe) qui peint sur des toiles imprimées : elle coud, représente des oiseaux, symbole de liberté et des visages ovales pareils aux vierges du Quattrociento italien. Ses tableaux fleuris, dorés, rappellent les toiles luxuriantes de Gustav Klimt. Les visages sont inexpressifs car placés dans des situations complexes. Hector qualifie l'expo de "dédalique" : au spectateur de trouver Ariane...


Hector fils de Vicente Madramani, animateur de la grande galerie "A cent mètres du centre du monde", tout en s'occupant de la fondation de Valence, a décidé de faire bouger les lignes de Perpignan, ville bourgeoise dirigée par des responsables passéistes...


Ce jeune homme dynamique souhaite une ville active, mais il est obligé de parlementer avec les politiques. Il a déjà agi en faisant venir des artistes pour les expositions et les frasques de Jordi Vidal ainsi que pour les fresques commandées par l'actuel adjoint à la culture. Il a ainsi fait venir Vinz et d'autres artistes en 2013 et 2015, travaillant de façon bénévole, alors qu'il avait le titre de commissaire d'expo (*), d'où son amertume quand d'autres, directeur des beaux-arts, de la culture ou commissaire touchèrent des dividendes…


 Ensuite, en 2015, il a proposé à la Mairie d'installer son local, rue de la cloche d'or, espace éphémère consacré aux "scènes estivales", qu'il loua, après un appel d'offres, réglementaire, confirme-t-elle malgré la polémique et la confusion avec la mairie (il avait pris comme associé le petit ami d'une conseillère municipale...). 
Cette année 2016, il achète cet espace au prix fort : 300.000 euros sans compter les travaux à venir…La municipalité semble ne plus vouloir faire de cadeaux… Une pétition à l'attention du maire, J.Marc Pujol, est d'ailleurs lancé (voir ci-dessous)…


Malgré d'autres pétitions, celles des voisins qui s'insurgent contre le bruit le soir *, cette personnalité au verbe guerrier poursuit son projet original et une Iliade - pardon, une Odyssée - semée d'embûches : colère des cafetiers voisins, jalousies, esprits rétrogrades, idéologies réactionnaires ambiantes. Hector compte exploiter ce territoire du coeur de ville toute l'année pour des résidences et des ateliers d'artistes : photo, musique pour allier la musique et les arts plastiques et la gastronomie en créant des plats catalans s'inspirant des recettes d'Eliane Comelade. Il s'agit de faire évoluer la gastronomie catalane dans ce lieu du transformisme, de la récupération, fidèle à la pensée de Lavoisier : "rien ne se crée, tout se transforme".


"Il faut moderniser les traditions catalanes, aller de l'avant, faire venir des chefs, organiser des dégustations en réunissant des viticulteurs et des cavistes... chacun de son côté, dans ce lieu collectif, on pourra dialoguer et se stimuler, par des lectures, des débats, performances d'artistes locaux et internationaux".


Dans ce lieu voué à la transformation, Hector va présenter à l'automne une artiste locale, Muriel Persil, qui travaille sur le monochrome ; elle est très pédagogue et l'atelier sera ainsi un moment de création et de transmission.


Face à une municipalité pleine de pudeur et de retenue, et à des expositions officielles bien prudes (sauf celle de VINZ, mais le catalogue a été passé à la commission de censure), Hector veut révolutionner la culture et l'art à Perpignan ! Nous ne pouvons que lui souhaiter bonne chance. 
Quant au courage, il l'a…n'en doutons pas : je l'ai senti dans sa voix forte et humaine…




JPBonnel


- - -


 Notes :


(*) Hector a été 
-commissaire des expositions de Jordi Vidal (couvent des Minimes juillet 2013) avec Alix Bellegarde.
et VINZ au CAC WB, avril 2015.


-coordinateur du projet de fresque sur le mur de la médiathèque de Perpignan, aujourd'hui ensevelie sous les travaux de la construction de l'annexe de l'université…


*2014 : 
© Collectif No rules corp




Depuis lundi et jusqu’à dimanche, deux artistes de street-art travaillent sur le mur de la médiathèque Emile-Zola, donnant sur le quartier Saint-Jacques. Leur but ? Faire du lien entre deux quartiers et redonner un peu de vie à cet endroit désertique.
Il était fade et inexpressif. Aujourd’hui, impossible pour les passants de détourner le regard. Le grand mur de 400 m2 de la médiathèque Emile-Zola, donnant sur la petite place, a enfin trouvé sa vocation.


Depuis le début de la semaine, le duo Evazesir, du collectif No rules corp, travaille à la réalisation d’une fresque. « Ce mur était là. Il nous appelait tout simplement », explique Hector Madramany, coordinateur du projet. Après avoir rencontré plusieurs artistes de street-art, il a finalement retenu le projet d’Eva et Cyril. « Ce mur est à un point clé. Il marque la limite entre le quartier historique et le quartier populaire Saint-Jacques où les gens n’ont pas forcément accès à l’art, souligne le galeriste valencien. Certains sujets étaient incompatibles. La proposition d’Evazesir était parfaite. »


Cette proposition allie tradition et culture. « Les racines sont le fil conducteur, explique Cyril. Elle partent de l’enfant en bas à gauche et vont vers le philosophe Socrate. Elles passent par un adolescent déguisé en Batman puis un homme à la figure de l’âne catalan, comme un hommage aux racines. »
S’ils sont rompus à l’exercice, pour Evazesir, ce travail représente un véritable défi. « Nous n’avions jamais peint sur un mur aussi grand avec autant d’aspérités et de relief, confie Cyril. La hauteur nous a aussi beaucoup surpris parce que nous avions travaillé par photo. »
Côté éphémère du street-art oblige, la fresque pourrait être recouverte par un autre dessin d’ici quelques mois. Alors, ne passez pas à côté !
Amandine LEFEVRE et Laura MOREL
- - -


(**) Monsieur le Maire de Perpignan, Monsieur le responsable de la Culture
Je vous demande par l'intermédiaire de la présente pétition de bien vouloir prendre en considération les arguments de l'équipe d'El Pati de l'école Lavoisier situé 7 rue de la Cloche d'Or à Perpignan.
Nous sommes au fait qu'une pétition a été lancée contre notre endroit par des voisins dérangés par le bruit occasionné lors de certaines de  nos animations culturelles et particulièrement musicales, évidemment.. Loin de nous l'idée d'ignorer ces nuisances occasionnelles, nous tenons à vous faire savoir que ce que nous vous demandons est un rendez-vous avec vos services concernés et vous même pour que nous puissions discuter ensemble des conditions d'exploitation de ce lieu en bonne intelligence et pour le respect de chacun, mais également pour celui de la Culture indépendante de qualité que nous défendons sur le terrain à divers titres depuis bien des années. Nous demandons à pouvoir poursuivre nos activités dans des conditions et à des horaires que nous aurons discutés ensemble avec vous, pour continuer à animer la flamme culturelle qui illumine ce lieu à nul autre pareil au centre-ville.
Cette pétition sera remise à:
        Maire de Perpignan
        Jean Marc Pujol
        Adjoint à la Culture de la ville de Perpignan
        Michel Pinell
- - -


décision 118 (Séance Publique du Conseil Municipal de la Ville de Perpignan du jeudi 18 décembre 2014 à 17h00)


Acceptation du don d’une œuvre d’art de Monsieur Hector MADRAMANY à la Ville de Perpignan

 

Published by leblogabonnel - dans peinture
commenter cet article
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 09:22
Jordi Savall

Jordi Savall

Ce musicien d'exception vient de réaliser un livre-disque consacré à Ramon LLULL, personnalité cosmopolite du 13° siècle.

 

Savall, le Catalan né à Igualada, partisan de l'indépendance de la Catalogne, est un créateur qui fait découvrir les musiques de la Méditerranée et fait dialoguer les civilisations européennes, arabes, berbères, orientales...

 

Pour lui, la paix, la solidarité entre les hommes et l'harmonie générale ne peuvent venir que de la culture. Jordi parle de Llull, qui apprit la langue arabe et voulut rassembler des Sages de son époque.

Il rappelle la mort du roi de Catalogne, la bataille de Muret en 1213...

Surtout, J.Savall développe un dissous humaniste et rappelle que les "Barbares" ne sont pas tous du côté musulman…Il sait que la paix ne peut exister tant que des Occidentaux (Français, Américains…) font commerce des armes : "Les ventes d'armes et leur impact sur les économies occidentales semblent plus importants que la volonté de favoriser la paix ou le dialogue… Monde régi par les seuls intérêts de l'argent…"

 

Malgré tout, l'optimisme doit être gardé : "C'est toujours par l'engagement que l'on a pu toucher une majorité de personnes… Prenez les manifestations du XIX° siècle : ce fut le seul moyen pour obtenir de meilleures conditions de travail..."

 

Les "mauvais Français, les "mauvais" Espagnols sont ceux qui détiennent des rentes, des fortunes passives, des placements inertes : "retrait des plus grandes fortunes du monde qui, au lieu d'investir dans leur pays, se réfugient dans des paradis fiscaux…"

Et c'est souvent l'étranger (le migrant), le musulman français d'être le mauvais Français…(à part quelques dangereux terroristes, bien sûr!)

 

"Il faut se demander pourquoi l'Etat islamise existe, c'est en grande partie la responsabilité de l'Occident…"

 

Et la culture ? Madrid et l'Espagne sont stigmatisées : pas étonnant si Savall croit en l'indépendance de la Catalogne...

 

 

JPB

 

*Lire le n° de la revue mensuelle "Classiqua" de cer été (www.classica.fr)

 

** Concert de J.Savall le 20 septembre, 20h30, à Perpignan, église St-Mathieu, dans le cadre de la 33° édition de "Musique en Catalogne romane"  (www.musiqueencatalogneromane.com)

 

 

 

 

Published by leblogabonnel - dans musique
commenter cet article
21 juillet 2016 4 21 /07 /juillet /2016 09:28
Transbordeuse de Cerbère

Transbordeuse de Cerbère

Olivier MOSSET et Philippe LABORDERIE

 

Statuaire des Transbordeuses

 

 

Dimanche dernier, notre association "W.BENJAMIN sans frontières" a participé à l'événement de Cerbère, en présence des autorités et des partenaires (ville, association du patrimoine, Région... et CD66, avec Michel Moly).

 

Il s'agissait de l'inauguration d'une nouvelle statue de transbordeuse.

 

Hommage à ces ANONYMES, que le philosophe juif allemand a célébré tout au long de son oeuvre.

Des travailleuses déclenchèrent en 1906, en gare de Cerbère, la première grève générale de travailleuses.

 

L'association SHANDYNAMIQUES, active et créatrice comme des bâtons de dynamite (Derain) a proposé à Olivier Mosset de concevoir et de mettre en oeuvre un Mémorial dédié à ces femmes dignes de notre respect.

 

Il s'agissait de créer, plus que d'illustrer : "C'est bien plus difficile d'honorer la mémoire des anonymes que celles des personnes célèbres. La construction historique est consacrée à la mémoire de ceux qui n'ont pas de nom." (WB)

 

 

Karine Vonna ZURCHER et Georges K.Zenove vous proposent d'autres lieux, d'autres performances à Cerbère, dans le labyrinthes des rues et des "passages" de la gare : Irène GRAU, Valérie du Chéné, Daniel Van de VELDE...

 

 

Contact : shandynamiques@orange.fr

 

 

 

CDC : COMMUNIQUÉ DE PRESSE · Perpignan, 19 juillet 2016

INSTRUISONS CAROLE DELGA SUR L’HISTOIRE DES CATALANS

Lors d’un meeting socialiste, le 8 juillet à Palaja, près de Carcassonne, en présence de Manuel Valls, la présidente de l’Occitanie, Carole Delga, a déclaré que le mot « catalan » signifiait « repli sur soi ». Elle a jugé l’identité catalane « dérangeante », « pas vendeuse » et « inconnue ». Ces propos ahurissants révèlent un profond mépris pour les citoyens d’un territoire que Mme Delga prétend représenter. Ils blessent profondément les électeurs des Pyrénées-Orientales qui l’ont choisie lors des dernières élections régionales. Pour justifier ses propos, la présidente toulousaine affirme : « nos associations catalanes sont toutes de droite souvent extrême ». Pour couronner ces affirmations, la gazette institutionnelle « Occitanie Journal » de juillet-août, actuellement distribuée dans les boîtes aux lettres, affirme sans vergogne à propos du nom scandaleux de la région : « L’ensemble du territoire est bien représenté » ! Ce journal payé à nos frais a pour directeur de la publication Mme Delga en personne.

Comment peut-on piloter un territoire que l’on ignore et des habitants que l’on méprise en niant une identité, que l’on prétend effacer ? Le Pays Catalan n’a jamais accepté les gouvernants de ce type. Les propos de Carole Delga clarifient la situation : dans l’Occitanie, le débat n’est pas le nom, la question fondamentale c’est le projet de nous faire disparaître. La comtesse de Toulouse ne représente plus l’ensemble des Catalans.

Pour instruire la présidente régionale sur le territoire qu’elle bafoue, nous lui adressons ce jour l’ouvrage « Histoire du Pays Catalan », de Joan Villanove, paru cette année. Nous espérons que cette oeuvre de référence fournira à Mme Delga la connaissance nécessaire à la modification de son jugement.

 

Philippe Simon
Coordinateur « Oui au Pays Catalan »
 
 Suivez la campagne « Oui au Pays Catalan »
 
 
COMMUNIQUE DE PRESSE / Perpignan, le 21 juillet 2016
 
REJOIGNEZ LE MAQUIS, POUR LE PAYS CATALAN
 
Le débat sur la place des Pyrénées-Orientales dans la méga-région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées agite les esprits. Le 24 juin à Toulouse, le nouveau conseil régional a voté pour le nom « Occitanie », proprement étranger au Pays Catalan, car nous ne sommes pas plus occitans que la France était allemande en 1942. L’avenir économique, social et identitaire de notre territoire de 1000 ans d’âge est insulté et la présidente régionale, Carole Delga, distille son venin verbal : l’identité catalane est « dérangeante », « pas vendeuse » et « inconnue ». Elle est un « repli sur soi » !
 
A Perpignan, Céret, Prades ou Banyuls, le mouvement de fond progresse. Les habitants se sentant insultés par Toulouse sont de plus en plus nombreux. Beaucoup s’engagent dans notre structure, née en avril face à l’urgence territoriale, afin d’organiser la résistance catalane au funeste projet « Occitanie ». Pour prolonger le succès de notre action, nous annonçons un grand rassemblement des citoyens, acteurs politiques, économiques et culturels, tous amoureux du Pays Catalan. Il se déroulera dimanche 31 juillet à la chapelle Saint-Amans, à Montauriol. Ce haut lieu du patrimoine catalan, au sein d’une nature préservée, recevra l’évènement « Rejoignez le maquis » dès 10h00. Pique-nique tiré du sac, prises de parole et convivialité sont au programme.
 
Philippe Simon
Coordinateur « Oui au Pays Catalan »
 
 Suivez la campagne « Oui au Pays Catalan »
 
 
COMMUNIQUE DE PRESSE / Perpignan, le 21 juillet 2016
 
REJOIGNEZ LE MAQUIS, POUR LE PAYS CATALAN
 
Le débat sur la place des Pyrénées-Orientales dans la méga-région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées agite les esprits. Le 24 juin à Toulouse, le nouveau conseil régional a voté pour le nom « Occitanie », proprement étranger au Pays Catalan, car nous ne sommes pas plus occitans que la France était allemande en 1942. L’avenir économique, social et identitaire de notre territoire de 1000 ans d’âge est insulté et la présidente régionale, Carole Delga, distille son venin verbal : l’identité catalane est « dérangeante », « pas vendeuse » et « inconnue ». Elle est un « repli sur soi » !
 
A Perpignan, Céret, Prades ou Banyuls, le mouvement de fond progresse. Les habitants se sentant insultés par Toulouse sont de plus en plus nombreux. Beaucoup s’engagent dans notre structure, née en avril face à l’urgence territoriale, afin d’organiser la résistance catalane au funeste projet « Occitanie ». Pour prolonger le succès de notre action, nous annonçons un grand rassemblement des citoyens, acteurs politiques, économiques et culturels, tous amoureux du Pays Catalan. Il se déroulera dimanche 31 juillet à la chapelle Saint-Amans, à Montauriol. Ce haut lieu du patrimoine catalan, au sein d’une nature préservée, recevra l’évènement « Rejoignez le maquis » dès 10h00. Pique-nique tiré du sac, prises de parole et convivialité sont au programme.
 
Published by leblogabonnel - dans polémique
commenter cet article
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 09:11
Journal d'opposition municipale L'Indépendante de l'association Equilibre, Perpignan : 06.25.45.10.88

Journal d'opposition municipale L'Indépendante de l'association Equilibre, Perpignan : 06.25.45.10.88

:             Pour un "débat de front"…

 

 

    Le Front national est-il "républicain"

 

 

      Face aux avancées significatives du parti de Marine Le Pen, aux dernières régionales, en particulier, il faut s'interroger encore sur la vraie nature de ce mouvement, que ses dirigeants refusent de qualifier "d'extrême-droite" (1)

 

Le FN est-il "républicain" ? En effet, en apparence il l'est puisqu'il se plie aux règles de la République, participe pacifiquement aux élections démocratiques, réprime les militants factieux ou corrompus, condamnés par la justice française. 

Cependant, si on peut pointer des pratiques anti-démocratiques dans les mairies tenues par le FN, à Perpignan, on ne peut pas juger : en effet, L. Aliot et ses colistiers sont de simples opposants, assez discrets jusqu'en mars 2016 : affaires des indemnités et primes distribuées par M. J.M.Pujol à quelques conseillers municipaux…

 

Cependant, si on consulte l'analyse très pointue de l'universitaire Cécile Alduy, sur le discours séducteur du parti frontiste, on consente la duperie du double langage… (2)

 

Dans les années 1980/90, les déclarations de J.Marie Le Pen (connu pour ses "hauts-faits" durant la guerre d'Algérie et la création de son parti avec des mouvements et militants fascisants), de Bruno Mégret, puis de son épouse Catherine (3), ainsi que celles de Daniel Simonpieri, maire de Marignane, et de Jean-Marie Le Chevalier, maire de Toulon… le doute n'est plus permis ! 

 

Ces personnages sont condamnés pour insultes, provocation à la haine, à la discrimination et à la violence raciale. En outre, J.M. Le Pen est condamné pour sa contestation des chambres à gaz, pour son calembour "Durafoucrématoire", pour le "détail" de l'Histoire, pour avoir traité le président de SOS-Racisme de "gros zébu fou", et on en passe…

 

Toutes ces déclarations font trembler et il faut rappeler, même si cela semble désormais révolu puisque Marine Le Pen a tué le père et opéré la fameuse "dédiabolisation du Front national"… Rappelons tout de même les propositions du FN en matière de nationalité, datant des années 90 et qui paraissent toujours d'actualité : "Naître en France ne donnerait plus droit à la nationalité française (c'est la proposition récente - 2 avril 2016- de François Fillon, du parti "Les Républicains"- prenant ainsi une idée du FN sur la suppression du "droit du sol"); imposer aux couples "mixtes" une période "probatoire" de dix ans pour le conjoint étranger désireux de devenir français; "la seule voie d'accès a la nationalité serait la naturalisation soumise à "une enquête de moralité" effectuée par la municipalité de résidence…

 

Face à la venue massive des migrants, aux problèmes d'intégration en France des Musulmans, aux problèmes de délinquance et de violence dans les quartiers sensibles, ces "idées" ont un impact auprès de l'électorat français et explique en partie les votes pro-frontistes. L. Aliot jubile, d'ailleurs, quand il déclare que l'actualité, les événements donnent raison au Front (1).

 

L'essor électoral du FN progresse de façon inéluctable : alors que le leader historique n'avait pu se présenter en 1981  à l'élection présidentielle, son parti conquiert des mairies en mars 1983, obtient 2 millions 200 mille voix aux Européennes de juin 84, 2 millions 700 mille voix aux législatives et régionales en mars 86 et 4 millions 375 mille voix aux présidentielles d'avril 88. Aux dernières régionales, ce fut une sorte de "raz-de-marée" autour de 8 millions de voix…

 

Ce succès ne semble pas dû, si on lit les enquêtes nombreuses, -et c'est un paradoxe- au rejet de l'étranger et au racisme islamophobe ou antisémite, mais à des causes sociales. Le vote FN, de révolte, de contestation et souvent de désespoir est un vote contre le chômage : la question sociale est plus importante que les préoccupations migratoires, identitaires et sécuritaires. On assiste en effet à une montée des inégalités, à une paupérisation importante et au déclassement des classes moyennes.

La préoccupation économique, l'enlisement dans la précarité, la persistance de la crise et du chômage entraînent une défiance face à l'avenir; ce pessimisme se conjugue à la colère, à la rancune de nombreux citoyens à l'égard des dirigeants et des gouvernements qui ont promis mais ont trahi. Le fossé s'élargit entre l'élite et les classes populaires comme le fossé se creuse entre les plus pauvres et les nantis.

 

Avec la mondialisation, les"élites mondialisées" et la nouvelle économie, l'électeur du FN croit voir le déclin de son pays; il redoute l'innovation, l'adaptation à la nouvelle donne, l'émergence des pays asiatiques: l'Occident perdrait son influence par rapport à l'essor de l'Asie et de la Chine. Par là, la culture française et la civilisation occidentale seraient menacées… La France est en train de changer, de perdre ses valeurs : c'est le grand "Retournement" décrit par l'écrivain Renaud Camus et diffusé par quelques intellectuels médiatiques…

 

Les responsables politiques devraient avant tout, pour faire reculer le vote FN et la désespérance des Français, améliorer la situation économique et lutter contre les inégalités.

 

Des réponses sociétales sont primordiales plutôt que de combattre le FN "front contre front", lancer des pétitions, écrire des articles et des livres que les électeurs frontières ne liront pas : si le vote FN s'empare des campagnes, de villages paisibles où l'immigré est quasi absent, c'est que l'émotion, plus que la réflexion, règne, que le sentiment obscur, la crainte de l'étranger se sont emparés d'un environnement construit sur la figure hostile de l'immigré, sur un discours masquant la réalité de la société française.

 

On accuse l'étranger, ou le "nouvel arrivant, qui bénéficie souvent d'une retraite et de minimas sociaux…Sur le littoral des Pyrénées-orientales, on accueille beaucoup de monde chaque année. On nous impose des logements sociaux.", comme le dit cet élu. (4)

 

Injustices, délinquance, manque d'écoute, chômage, insécurité sont les mots négatifs qui poussent les citoyens à se porter sur le FN, pour "essayer…on n'a rien à perdre…on a tout essayé…" plus que les termes remplis d'idéologie nationaliste, identitaire, tels que "patriote", "amour de la partie" maniés par les nostalgiques en tous genres : de Vichy, de l'Algérie française, des colonies, d'une France forte, d'un Etat tout-puissant.

 

 

Pour nombre de citoyens, frappés par la crise et aux prises avec une sorte d'irrationnel entretenu par des peurs et le populisme, le FN est un parti comme les autres, le seul recours face à la démission des autres organisations politiques. Et ces électeurs ne se pensent pas comme fascistes, mais comme des Français "normaux", un peu xénophobes, certes, mais comme des gens simples, qui ont besoin de se rassurer en allant vers un chef, un sauveur, un homme (sorte de Messie) ou une femme (sorte de Jeanne D'Arc), qui pourra restaurer l'ordre et la tradition : le FN, qui a compris ces aspirations, semble apporter des solutions simples à des problèmes complexes, tels que la mixité sociale ou la mondialisation et le carcan européen.

 

G. Pompidou, déjà, l'annonçait : 

"Nous sommes arrivés à un point extrême où il faudra recréer un ordre social. Quelqu'un tranchera le noeud gordien. La question est de savoir si ce sera en imposant une discipline démocratique garante des libertés ou si quelque homme fort et casqué tirera l'épée comme Alexandre. Le fascisme n'est pas importable…A nous de savoir si nous sommes prêts, pour l'éviter, à résister aux utopies et aux démons de la destruction. "Je n'étais bon ni pour tyran ni pour esclave", écrivait Chateaubriand…." (6)

 

Rappelons-nous Hitler élu démocratiquement par des millions d'Allemands, puis la montée du nazisme en 1933…

 

 

Il s'avère que l'analyse de l'essor du FN est complexe. Ce qui est évident, c'est la déconsidération des partis traditionnels et l'effondrement de la gauche, sa disparition de nombreuses mairies (comme à Perpignan) et de régions (comme dans le Nord ou en PACA). Il faut revenir à la cause profonde du succès frontiste : la révolte, l'abstention, les trahisons et le vide idéologique de la gauche, du manque d'idées depuis des décennies. Le PS, par exemple, est devenue une machine pour conquérir le pouvoir, dépourvue de militants et de base populaire importante. De même, dans les départements ouvriers sinistrés, les électeurs communistes se sont tournés vers le FN qui leur parle de nation, de défense des plus faibles, de valeurs nationales…

 

 

Le phénomène populiste, extrémiste est européen (l'extrême-droite a de la vigueur même dans les pays nordiques) et mondial (écoutons le discours de Trump aux USA); comme chez nous, il est le symptôme d'une crise généralisée, sociale, politique, identitaire, culture : c'est la fin de la domination de l'Occident sur le reste du monde. Et le FN défend justement un Occident blanc et catholique, qui devrait se replier sur ses frontières nationales. Il s'agit, pour le national-populisme de revenir à des valeurs ancestrales : la famille, la patrie, la virilité, la nation…

 

Face à ce cataclysme, on assiste à une recomposition politique menacée par l'abstention massive : après avoir "joué" avec le FN pour diviser et battre la droite (stratégie de F. Mitterrand), après avoir tenté des expériences dangereuses (J.Blanc, président de la Région Languedoc/Roussillon, gouvernant avec les Frontistes), la "bande des quatre", ou plutôt des deux, désormais : PS et Les Républicains, le monde politique s'éveille avec la gueule de bois. Il essaie de s'organiser en allant dans le sens de l'électorat qui, ne sachant plus pour qui voter, crée des clubs "apolitiques", des partis du "ni-ni", hors partis, comme le fait Macron (6 avril 2016)...

...

JPB

 

(1) Entretien avec Louis Aliot, vice-président national du FN (le blogabonnel du 5 avril 2016).

 

(2) C. Alduy : Marine Le Pen prise aux mots, Le Seuil, Paris, 2015.

 

(3) Maire de Vitrolle, Catherine Maigret, maire de Vitrolles, déclare que "effectivement, il y a des différences entre les races, entre les gènes." (Le Monde du 21 mars 1998, dossier "Horizons" sur le FN réalisé par le service "Société").

Elle déclara aussi au journal allemand Berliner Zeintung: "Un vrai Français, c'est quelqu'un qui l'est par le droit du sang, qui se comporte en Français, aime son pays…" (Le Monde du 25.2.1998)

 

(4) Louis Carles, ancien maire UDI de Torreilles. Article de L'Indépendant du 15 décembre 2015 "Poussée du FN : "On sent le ras-le-bol monter dans les rues".

 

(5) E.Zemmour, A.Finkielkraut, M. Onfray…faisant les couvertures des hebdomadaires rivaux : L'Obs, L'Express, Le Point, Valeurs actuelles…

 

(6) Le Noeud gordien, Plon, Paris, 1974.

 

***suite dans le journal L'Indépendante n° 5, été 2016 - distribué dans les quartiers, gratuit. Contact avec Clotilde RIPOULL et l'association :

 

perpignanequilibre@gmail.com

 

 

Published by leblogabonnel - dans politique
commenter cet article
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 16:46
Couverture de L'Indépendante - Rencontres culturelles de Riquer
Couverture de L'Indépendante - Rencontres culturelles de Riquer

Couverture de L'Indépendante - Rencontres culturelles de Riquer

Le journal de Clotilde Ripoull et de l'association Equilibre vient de diffuser un nouveau exemplaire dans les quartiers de Perpignan.

 

"Poil à gratter" de la municipalié pujolesque, L'Indépendante (à ne pas confondre avec L'IndéPêche, propriété de M.Baylet, poursuit son analyse de la sitation politique et dresse le portrait de plusieurs personnalités passionnées par leurs quartiers : ci-dessous Mylène Savary.

 

A suivre, demain, le débat sur le Front national lancé dans un article de L'Indépendante... JPB

 

 

**Portrait d'une "Citoyenne du quartier du Vernet " : Mylène SAVARY

 

 

Mylène se définit d'abord comme une citoyenne.

D'origine bretonne, Perpignan est devenue sa ville. Autodidacte, elle exerce divers métiers : décoration, coiffure, institutrice, animatrice pour le festival à la mairie de Carcassonne, chanteuse , secrétaire médicale...

 

Ce qui la passionne en ce moment c'est le projet de promenade le long de la Têt, de Millas à Canet. De plus en plus de perpignanais franchissent la passerelle et viennent se promener sur les bords de cette rivière, il la découvre, en sont tout étonnés, découvre aussi les jardins de la digue d'Orry : ils ne les connaissaient pas, ils sont pourtant si proches ! J'espère que dans le futur, les gens viendront entre midi et deux "cassecroûter" sur les rives de la Têt!. 

 

Un projet de canotage sur la Têt ( au lieu de la Basse qui est très étroite) pourrait-il voir le jour ? En installant des écluses de l'ancien guet au pont Joffre pour libérer rapidement les eaux en cas de grosse pluie. Ce pourrait être une sorte de Perpignan-plage temporaire!

 

Donc , le théâtre de l'Archipel et sa passerelle aura permis de faire découvrir l'autre rive et participe à donner une image positive du Bas-Vernet.

 

Malgré les belles maisons de l'avenue Joffre, le quartier est dénigré, il lui faudrait comme du côté de Clodion un peu d'investissement, une meilleure visibilité architecturale , un plan de circulation et de stationnement. Un peu plus de surveillance policière ne serait pas mal vécue non plus!, beaucoup de petites incivilités mais pas de voiture carbonisée!

 

Pour ma part, je suis contente de vivre dans ce quartier (bas Vernet-Est), je me suis engagée aux dernières municipales pour avoir un oeil attentif sur les projets possibles car mon quartier m'intéresse. 

 

C'est un ancien quartier où beaucoup de maraichers travaillaient , donc les maisons ont de grands jardins, maintenant de nombreux Portugais y vivent et nous connaissons leur courage fasse à l'adversité !!! Je les aime beaucoup.

Ce qui n'empêche que comme partout ailleurs, il y a des jeunes et des retraités plutôt pauvres !

 

Il ne nous reste pas grand chose comme commerce: une poissonnerie, une pharmacie, une coiffeuse, un super restaurant quand même la Casa Portugaise que je recommande chaudement, le tabac traverse de Pia, le carrefour Market et la dernière boulangerie sur le pont Joffre, les deux sur l'avenue du parc des expositions ayant fermées.

 

A Perpignan il manque des halles, pourquoi n'investirions nous pas sur la grande place de l'avenue Roudayre? Le parking du parc des expos serait capable d'accueillir du monde !

 

Il faudrait aussi rénover l'avenue du parc en préemptant des bâtiments laids et inoccupés.

 

 

Enfin, je ne manque pas d'idée mais une écoute municipale serait la bienvenue! A bon entendeur !!!!

 

 

Propos recueillis par JPB.

 

**GUITARE :

Des nouvelles de "RaGa duo"...

"RaGa duo"

Le Festival Européen "Jeunes Talents" 2016 de Paris présente en concert "RaGa duo"

Samedi 23 Juillet 2016 à 15h

Cour d'Honneur des Archives Nationales (60, rue des Francs-Bourgeois) / 75003 PARIS

***********

"RaGa duo"

L'Office Culture et Patrimoine de Font-Romeu présente en concert "RaGa duo"

Mardi 19 Juillet 2016 à 20h30

Chapelle de l'Ermitage / 66120 FONT-ROMEU

Michel RUBIO

Professeur de Guitare C.R.R. Perpignan-Méditerranée

18 Chemin del Vivès 66000 PERPIGNAN / FRANCE

Tél : 04 68 61 16 59 / 06 16 33 53 97

E mail : mvrg.rubio4@orange.fr

Site de "RaGa Duo" : http://www.raga-duo.com

- - -

le 29 juillet à 21h: ouverture de l'été à Riquer par un frémissement de cordes, alors notez sur vos agendas et réservez vite et dites nous où vous souhaitez être placé.

le 31 juillet à 18h: Cendrillon avec ma soeur , théâtre musical

Bien à vous

Jane baus

- - -

​***ELNE :

La ville d’Elne consacre un grand mapping à ses légendes antiques. Ce surprenant spectacle son et lumière, mardi 19 juillet dès 22h15, mettra en valeur des épisodes glorieux, dans une ambiance festive.

Un spectacle son et lumière intégralement consacré aux légendes antiques de la ville d’Elne se déroulera le mardi 19 juillet à la tombée du jour. Ce mapping illuminera la Salle Helena, monument emblématique du début du XXe siècle, en centre-ville. Une image envoûtante se dégagera de ce lieu grâce à une animation progressive et dynamique, accompagnée de couleurs captivantes. La technologie épousera la grande Histoire lors de cette soirée inédite, autour des grandes figures liées à la ville : Hannibal, traversant les Pyrénées l’an 218, l’empereur romain Constantin ou encore l’oppidum et la domus d’Elne avec leurs premiers habitants, mappemondes mystérieuses, amphores et marchands. Sous les auspices de l’Antiquité, l’ancienne Illiberis devenue Castrum Helenae au IIIe siècle retrouvera ses illustres personnages.

35 000 lumens de puissance !

Cette création audiovisuelle mobilisera 35 000 lumens de puissance sur une surface de 25 X 16 m. Les ingénieurs de la société Keroscène solliciteront la technologie du mapping de Collioure et de la Fête des Lumières de Lyon. Artistes scénographes, ils ont modélisé en 3D la surface de projection pour adapter un défi créatif à une élégante façade de notre ville. La mise en mouvement de l’architecture urbaine, par le mapping vidéo, transformera la réalité visible illibérienne en englobant chaque spectateur.

Ambiance festive en centre-ville

Ce spectacle sera à apprécier depuis la place de la République, où des stands de restauration proposeront des tapas. Une animation festive fera le bonheur du public dès 18h30. A 21h00 aura lieu la remise de prix du concours artistique « Couleurs d’été ».

Annonce de la Fête Antique de 2017

Ce premier mapping préfigurera la 1ère grande Fête Antique d’Elne, prévue l’été 2017. Cette grande reconstitution avec mise en scène, costumes, décors et personnages de l’époque romaine sera impressionnante, ludique et historique. Elle fera rayonner la ville, sur la base d’un patrimoine d’exception.

Visuels © Keroscène accessibles ici https://goo.gl/GO7nGN

Contact presse : Nadine Julian 06 71 70 54 77

Published by leblogabonnel - dans journalisme
commenter cet article
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 11:56
Chez Olga et Pierre Garcia-Fons
Chez Olga et Pierre Garcia-Fons
Chez Olga et Pierre Garcia-Fons

Chez Olga et Pierre Garcia-Fons

***Rencontre avec Olga et Pierre Garcia-Fons

 

Chez Olga et Pierre Garcia-Fons

 

 

Le couple habite dans un atelier à "Montmartre aux Artistes" parmi les cent quatre-vingt ateliers construits par la ville de Paris en 1932 et mis à la disposition d'artistes de tous bords.

 

Leur fils, Renaud, célèbre, compositeur, contrebassiste et musicien de jazz, de sa propre musique, habite tout à côté. Il n'est pas là, toujours autour du monde, avec sa basse, lui l'ancien de l'orchestre national de jazz, qui a voulu imposer son lourd instrument, avec une volonté d'Andalou, avec un caractère de Catalan, avec une force d'âme d'âne ! Burro, dit-on là-bas, plus bas dans la carte de France…

 

Avec l'ami, Jacques Gautrand, je plonge tout droit dans l'antre devant la verrière au milieu des oeuvres à même le sol où trône Pierre, les jambes allongées dans un grand fauteuil, comme dans une longue sieste… C'est Olga qui parle, qui fracasse ce silence d'aquarelles, de dessins et de peintures, pour commenter, expliquer, extérioriser, comme si le visiteur n'avait pas envie de silence pour sentir la toile, pour voir la géométrie du tableau, le bonheur de l'encadrement.

 

Trop à dire, la vie déborde, celle de la mémoire, du passé : le présent est trop solitaire, manquant d'interlocuteur immédiat, quotidien…

 

 

Voici les toiles : L'oiseleur de 2003, l'Autoportrait de 1943 s'insérant, l'intrus anachronique, dans les rouges récents, vieux de deux, trois ans.

Depuis, Pierre croit peindre; il peint en touchant se oeuvres, en les caressant, en se rappelant, peut-être… Cette intelligence est insondable, lieu des mystères et des replis sur soi. Besoin de ne plus pratiquer la vie familiale, sociale…Se retirer en soi, caverne des alchimies artistes

 

 

Olga nous prend, nous parle. Olga qui bouge, oh !  la !  la ! qui va d'une décennie à l'autre, d'une toile à un livre… Elle en oublie le café, le gâteau, la chronologie rectiligne, le but de cette visite : mémoire culturelle du pays catalan à travers la vie d'un artiste qui a vécu une grande partie du siècle passé. Les rencontres, événements de sa vie… Que restera-il de ce temps, de la littérature, des arts, du catalan..?

 

 

Olga, debout, vive, claire, malgré son âge avancé, raconte…

 

 

Pierre a toujours fait des séries. Lorsqu'il commençait un tableau sur un sujet, il en commençait une autre et un autre. Il passait des jours et des jours à chercher le ton juste comme en musique. Il y a des oeuvres qu'il a travaillé pendant des années et comme cela, il passait par mille coloris qu'il inventait.

 

Nous sentons qu'elle a aimé leur vie commune, les amis, les expositions, les voyages… Avec les deux fils, Renaud et Tristan l'aîné, psychiatre et psychanalyste au pays, à Villeneuve de la Rivière au presbytère, puis, depuis longtemps, à Paris… face à la Rue Ordener et à la lumière, au petit jardin bouleversé par les travaux de ravalement…

 

Pendant des années, il a eu un atelier de travail à "la  Villa des Arts", rue Hégésippe Moreau devant le cimetière de Montmartre qu'il a dû abandonner en 2011 à cause d'une inondation épouvantable provoquée par le voisin du dessus, un musicien. Que de dégâts….

 

Olga nous donnera des preuves de cet amour, de la présence considérable de Pierre, pendant des décennies, le temps, à présent, basculant, donnant dans l'improbable. Une ombre de soi…rançon de la vieillesse, signe que la vie fut remplie !

 

... extraits (pour le livre sur la mémoire culturelle du pays cataaln ) JPBonnel

 

 

Published by leblogabonnel - dans peinture
commenter cet article
17 juillet 2016 7 17 /07 /juillet /2016 18:32
Elne : Festival international de piano Fortissimo
Elne : Festival international de piano Fortissimo

 

 

FESTIVAL

 

Vendredi 22 juillet 

Salle Sainte Hélène (parvis de la Cathédrale) à 11h : 

Ouverture et présentation du Festival par le Directeur artistique, Michel PEUS

Concert Piano à 4 mains  par les professeurs Emilie CARCY et Matthieu MILLISCHER 

Offert par Les Amis du Festival

« Hommage à Erik SATIE »

César FRANCK : Eolides 

Erik SATIE : La belle excentrique 

Emmanuel CHABRIER : Espana 

Entrée gratuite

Vendredi 22 juillet

Cathédrale à 18h :

Récital de Philippe CASSARD,  Un immense pianiste et un grand penseur de la musique

(Dans le cadre des « Concerts en Région » du Festival Radio France et Montpellier Languedoc Roussillon Midi Pyrénées) 

Ludwig van BEETHOVEN: Variations op.34 en fa majeur 

Fanny MENDELSSOHN-HENSEL

Allegretto grazioso, extrait des Vier Lieder für das Pianoforte op.2

Allegro Vivace, extrait des Six Mélodies pour le piano op.4

Clara SCHUMANN : Romance op.21 en la mineur

Johannes BRAHMS : Ballade op.10 n°1 en ré mineur

Félix MENDELSSOHN :

Extraits des 7 PIèces Caractéristiques op.7 :

n°6 : Sehnsüchtig, andante

n°7 : Leicht und luftig, presto

8 Lieders ohne Worte :

op.19 n°1 en mi majeur, andante con moto

op.19 n°5 en fa dièse mineur, piano agitato

op.67 n°2 en fa dièse mineur, allegro leggiero

op.102 n°5 en la majeur, allegro vivace

op.67 n°3 en si bémol majeur, andante tranquillo

op.53 n°2 en mi bémol majeur, allegro non troppo

op.38 n°6 en la bémol majeur, "Duetto", andante con moto

op.67 n°4 en ut majeur, presto

Variations Sérieuses op.54 en ré mineur 

 

 

Samedi 23 juillet

Cathédrale à 18h : 

Conférence par Michèle TOSI

Conteuse hors pair, professeur agrégé docteur en musicologie

« Hommage à Enrique GRANADOS »

Illustrations musicales par des Jeunes Talents du CRR Perpignan Méditerranée des classes de François-Michel RIGNOL, Marie-Christine GUICHOT, Emilie CARCY, piano, et de Christian PAPIS, chant, dont 

la soprano Ivette GONZALEZ

Enrique GRANADOS : Œuvres pour piano et mélodies 

 

 

Samedi 23 juillet

Cathédrale à 21h : 

Récital d’Hortense CARTIER-BRESSON 

Pianiste singulière et passionnée…Personnalité incontournable

Johann Sebastian BACH : 2ème Partita en Ut min BWV 826                      
Gabriel FAURE : 7ème Nocturne en Ut# min Op 74                      
Félix MENDELSSOHN : Variations sérieuses en ré min Op 54                         
Johannes BRAHMS : Variations et fugue sur un thème de Händel Op 24           

 

 

Dimanche 24 juillet

Cathédrale à 18h : 

Récital d’Alexandre KANTOROW

Un très grand jeune talent né avec la musique et fasciné par cet art

(Dans le cadre des « Concerts en Région » du Festival Radio France et Montpellier Languedoc Roussillon Midi Pyrénées)

Piotr llitch TCHAIKOVSKI : Scherzo à la russe op 1 n°1
Sergueï  RACHMANINOV : Sonate pour piano n°1 op 28 

Igor STRAVINSKY-Guido AGOSTI : L¹oiseau de feu (Danse Infernale, Berceuse et Finale)

Piotr llitch TCHAIKOVSKI : Méditation op 72 n°5
Piotr llitch TCHAIKOVSKI : Passé Lointain op 72 n°17
Mili BALAKIREV : Islamey

 

Dimanche 24 juillet

Cathédrale à 21h : 

Récital de Nicolas STAVY

Véritablement habité par la musique, cet artiste atteint une interprétation de l’extrême

Franz LISZT : Ave Maria (Les cloches de Rome), S.182

 St François de Paule marchant sur les flots – 2ème légende S.175
César FRANCK : Prélude, Fugue et Variation, Op.18 (Bauer)
Johann Sebastian BACH /Johannes BRAHMS : Chaconne pour la main gauche seule
Ludwig van BEETHOVEN : Sonate op.111 en ut mineur
(Maestoso: Allegro con brio ed appassionato
Arietta    Adagio molto semplice e cantabile)

 

 

 

 

 

 

Published by leblogabonnel - dans musiques
commenter cet article
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 08:27
Le seul voile acceptable...

Le seul voile acceptable...

L'accalmie…puis la terreur

 

 

On s'était habitué à la paix, à l'apparente solidarité, avec la distraction de l'Euro de foot et les belles images des feux du 14 juillet... Pas d'attentat, pas d'incident, rien, le calme plat : la politique politicienne avait repris ses droits avec les prétentions de Macron et le salaire intempestif du coiffeur du Président...

 

Puis un feu attisé par le vent tue un pompier du pays catalan et stoppe l'enthousiasme des feux d'artifice !

 

Puis un terroriste fou écrase la beauté de Nice et la paix s'évapore : on s'était endormi, les foules énormes (stades, champ de Mars, célébration du 14 juillet) s'étaient reformées, naïves, irresponsables. Certains voulaient arrêter l'état d'urgence. La tragédie nous a ramenés au réel : le danger est parmi nous et aucun laxisme n'est à tolérer !

 

Ni l'acceptation du voile...

 

JPB

 

- - -

 

 

Du VOILE...

 

Le 10 juillet, c’est la Journée mondiale des femmes sans voile, laquelle est promue en France par le collectif Femmes sans voile d’Aubervilliers en ces termes, sur sa page Facebook :

– Dire non au prosélytisme du voile et à sa banalisation, car il n’est ni un simple tissu ni une finalité spirituelle en soi mais il symbolise le statut inégal de la femme. Le voile, sacralisé par les dérives de l’idéologie islamiste, est leur étendard de par le monde : uniforme mortifère, il humilie toutes les femmes et porte atteinte à nos valeurs républicaines.

 

– Dénoncer le business qui s’est engouffré dans cette mode planétaire insidieusement « baptisée » pudique.

– Exiger la protection des filles mineures contre l’endoctrinement d’une vision hiérarchisée des sexes. Les fillettes n’ont pas à se cacher dans l’espace public dans des tenues aliénantes qui leur font porter la culpabilité d’être nées de sexe féminin.

Excepté un bref communiqué dans L’Humanité, quel média en parle ?

Cette cause est inaudible, les femmes musulmanes sans voile sont invisibles. Est-ce parce que leurs sœurs voilées le sont trop, justement ? Est-ce parce que leur combat est perdu d’avance ? Est-ce parce qu’elles s’y prennent mal ?

Il faut dire que les pro-voile sont des poids lourds. On citera dans le désordre et de façon non exhaustive : le pape François, Geneviève Garrigos d’Amnesty international et le CFCM (Conseil français du culte musulman).

Mais nous devrions être rassurés : la doctrine malékite, majoritaire en France (l’une des quatre écoles classiques de droit musulman sunnite), permet aux femmes de dévoiler leur visage, leurs mains et leurs pieds, donc exclut l’obligation (mais le permet) du voile intégral (niqab, burqa). Ouf, on respire…

 

Certaines voix politiques s’élèvent contre le voile, plutôt à droite ; ceux qui s’y risquent à gauche sont immédiatement rappelés à l’ordre par François Hollande en personne.

Parmi les religieux, on ne compte guère que Tareq Oubrou, imam de Bordeaux, pour dire que le voile n’est pas une obligation religieuse, mais il prêche dans le désert.

 

Peu d’intellectuels ou de féministes pour ce combat, au rang desquels l’emblématique Élisabeth Badinter, qui a subi en rétorsion des attaques personnelles. Le voile est justifié au nom de la liberté religieuse et du droit à s’opprimer soi-même. On notera le discours des féministes qui « bugue » lorsqu’il n’est pas face au modèle culturel occidental.

 

Cette capitulation est d’autant moins compréhensible et justifiable que les musulmanes progressistes des pays arabes et du Moyen Orient (Yémen, Tunisie, Iran, Maroc, Liban), elles, condamnent le voile, avec des propos autrement plus cinglants que les nôtres. Le dernier livre de Hamid Zanaz, Non ! Nos voix ne sont pas une honte (2015), recense dix-sept de leurs interviews qui décapent…

Donc, il y a de quoi être consterné et inquiet. Si l’on baisse les bras sur le port du voile, n’est-il pas probable — et cela fait froid dans le dos — que la prochaine étape sera de devoir combattre pour « la liberté de ne pas le porter » ?

Voir les commentaires

Published by leblogabonnel - dans polémique
commenter cet article
14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 11:21
Colloque de Céret - Performance "Les passages bleus"
Colloque de Céret - Performance "Les passages bleus"

Colloque de Céret - Performance "Les passages bleus"

 

*PORT-BOU - Performance "Les passages bleus" (autour de W.Benjamin)

 

 

Le 11 juillet 2016 à 22:58, Pilar Parcerisas <parcerisas.pilar@gmail.com> a écrit :

 

 

Chers amis et amies,

 

L'artiste japonaise Shino Yanai jouera une performance du projet THE BLUE PASSAGES et croisera les Pyrénées à pied dès Banyuls à Port-Bou, avec une torche dessinée selon le model des Jeux Olympiques de Londres.

La fin de la performance aura lieu le prochain vendredi le 15 juillet à la plage de Portbou et au Memorial Passages à Walter Benjamin de Dani Karavan, du 21h. à 22h.

Le prochain 11septembre, il y aura le vernissage d'une exposition à la galerie White Conduit Projects de Londres avec les photos, une vidéo et un livre sur cette performance.

Vous y êtes invités.

On vous y attend.

Cordialement,

Associació Passatges de Cultura Contemporània

         www.passatgescultura.org               

 

 

 

 

 

**Walter BENJAMIN à Banyuls

 

Major of Banyuls

Portbou Project by Shino Yanai

 

White Conduit Projects 1 White Conduit Street London N1 9EL UK m. 0775 448 6068 t. 020 7833 2591 www.whiteconduitprojects.uk

Performance

In case of bad weather Departure time Crossing 

 

Banyuls-sur-Mer

France-Spain border

 

at the Memorial then beach in Portbou

15th 16th 15:00 17:30 22:00

 

The Japanese artist ShinoYanai is planning a performance that will cross the French-Spanish border. Yanai proposes to walk with a symbolic torch along the route that Walter Benjamin took when fleeing from the Nazis in 1940. The audience will witness the end of Yanai’s difficult journey which concludes at Karavan’s memorial to Walter Benjamin in Portbou. The performance is a call to advocate global peace and to signify hope.

 

It will be taken place June to July 2017.

The performance in Portbou will be documented and the resulting photographs and video work will be staged in a solo exhibition by White Conduit Projects gallery in London which will open 11th Sept. 2016.

- - -

**Walter Benjamin à Céret :


Ce qui unit le Musée d’art moderne et contemporain de Céret à Walter Benjamin, outre la proximité géographique entre Céret et le village de Portbou où Benjamin mit fin à ses jours dans la nuit du 25 au 26 septembre 1940, c’est l’œuvre de Dani Karavan.


Cet architecte et plasticien israélien, créateur du monument « Passages » réalisé à Portbou de 1990 à 1994, est venu à Céret à plusieurs reprises. Sa visite la plus récente a eu lieu en mars 2015 à l’occasion de l’inauguration d’une exposition d’une série de ses œuvres monumentales qui a été présentée au Musée d’art moderne et contemporain de Céret du 14 mars au 31 mai 2015.
C’est dans le cadre de cette exposition que l’Association des Amis du Musée de Céret a organisé dans un premier temps une conférence  destinée à donner à un large public un aperçu de la vie, de la personnalité de Walter Benjamin et de l’étendue de sa pensée.


Conférence prolongée par un colloque sur deux jours (23 et 24 octobre 2015) intitulé « Walter Benjamin, les ailes de la pensée » au cours duquel sont intervenus Joël Mettay, le Président de l’Association, et des spécialistes de la question, parmi les plus éminents : Marc Goldschmit, Ruthard Stäblein, Alexandra Richter, Rotraut De Clerck, Burghard Schlicht et Christian Béthune.


Cet ouvrage rassemble l’intégralité de leurs communications.

* publié par LES AMIS DU MUSÉE de Céret - 15 euros

 

Published by leblogabonnel - dans philosophie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens