Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mai 2016 4 05 /05 /mai /2016 05:57
Fête des fleurs à GIRONA - Pedro SLER - Expo au MUME de La Jonquera
Fête des fleurs à GIRONA - Pedro SLER - Expo au MUME de La Jonquera
Fête des fleurs à GIRONA - Pedro SLER - Expo au MUME de La Jonquera

Fête des fleurs à GIRONA - Pedro SLER - Expo au MUME de La Jonquera

*BANYULS, Pedro SOLER:


Ces derniers temps on a surtout entendu Pedro Soler dans ses dialogues avec Inès Bacàn , Concha Vargas , Anne Alvaro ou Gaspar Claus.
Son retour attendu de soliste aura pour cadre intimiste l'église de la Rectorie, petit bijou d'art roman où il livrera en voisin le fruit de ses dernières créations . 
Images intégrées 1


Soirée d'ouverture "Récital Solo" de PEDRO SOLER
Eglise de la Rectorie -  à 20 h 30 - Tarif : 15 euros (Billetterie sur place)


---
Culture pour Week-end du 7/8 mai :

*Perpignan : Samedi 7 mai
 
•           « Balade historique ». En compagnie d’un guide-conférencier, visitez le centre historique de Perpignan de façon privilégiée. Un voyage dans le temps pour comprendre l’évolution de Perpignan depuis le Moyen-Âge !
 Départ 15h30 - Office de Tourisme - espace Palmarium - place Arago - Tarif : de 3,50 à 5€ - 04 68 66 18 92
 
Dimanche 8 mai
•           « De la guerre à la paix : les monuments commémoratifs de Perpignan». Visite guidée. Édifiés pour se souvenir, instruire, les monuments commémoratifs sont de véritables livres d’histoire. Ils associent mémoire individuelle et collective, richesse artistique et symbolique.
 Départ 15h - Place de Catalogne - Tarif : de 3,50 à 5€ - 04 68 66 18 92
 *Editions TRABUCAIRE - Rencontres littéraires :l
 
- - - 

**Littérature, éditions Trabucaire:
AGENDA MAI 2016

 
*Samedi 7 mai à partir de 17h.
LE PERTHUS
 Salle de Réunions de la mairie du Perthus (Avenue de France)
 
Présentation et dédicace de Joan Tocabens
autour de son dernier ouvrage
A cavall del temps
 
A cavall del temps site.jpg
 
 
*Samedi 14 mai à partir de 14h00
CÉRET
Médiathèque Ludovic Massé
 
Conférence-dédicace d’Éliane Comelade
autour de son ouvrage
La cuisine catalane. 300 recettes d’hier et d’aujourd’hui
 
lacuisinecatalanesite.jpg
 
 
 *Samedi 14 mai à partir de 17h00
ARGELÈS SUR MER
Médiathèque Jean Ferrat
 
Conférence-dédicace d’Éliane Comelade
L’ apport des Arabes dans l'alimentation des Catalans
 
 
 *Vendredi 20 mai à partir de 18h00
LE BARCARÈS
Centre culturel Cocteau-Marais (Quartier Lydia)
 
Projection-dédicace
Filmer en bords de mer – Le Littoral du Languedoc et du Roussillon – 40 extraits de films amateurs
 
Filmerenbordsdemersite.jpg
 
 
*Vendredi 20 mai 2016 à partir de 18h30
PERPIGNAN
Casal Català de Perpinyà
 
Conférence-dédicace de Maité Barcons Reniu
autour de son ouvrage
La medicina tradicional i popular a Catalunya del Nord
 
9782849742303vt.jpg
 
 *Vendredi 27 mai à partir de 14h00
RIA-SIRACH
Médiathèque
 
Conférence-dédicace d’Éliane Comelade
autour de son ouvrage
La cuisine catalane. 300 recettes d’hier et d’aujourd’hui
 
 
lacuisinecatalanesite.jpg


Les Éditions Trabucaire - 11, rue Traverse de Pia - 66000 PERPIGNAN
04 68 61 02 82   edition.trabucaire@orange.fr    www.trabucaire.com

 

- - - -

*Musée de l'exil : exposition jusqu'au 12 juin 2016 (entrée libre)


EL MUME INAUGURA L’EXPOSICIÓ “J’AI DESSINÉE LA GUERRE. LA MIRADA DE FRANÇOISE I ALFRED BRAUNER”.



AQUESTA EXPOSICIÓ PROPOSA, D’UNA BANDA, UN RETRAT DE LES GUERRES EN L’ÈPOCA CONTEMPORÀNIA A PARTIR DE DIBUIXOS REALITZATS PER INFANTS QUE S’HAN TROBAT ATRAPATS EN AQUESTS CONFLICTES. DE L’ALTRA, ELS DIBUIXOS SÓN TAMBÉ UN TESTIMONI PERSONAL PUNYENT DE L’EXPERIÈNCIA DELS INFANTS EN ELS CONTEXTOS BÈL·LICS.


L’EXPOSICIÓ ES BASA EN ELS FONS DELS DIBUIXOS FETS PER INFANTS EN TEMPS DE GUERRA QUE VAN RECOLLIR FRANÇOISE I ALFRED BRAUNER EN EL DECURS DEL SEGLE XX; DES DE LA GUERRA CIVIL ESPANYOLA FINS A TXÈTXÈNIA PASSANT PER LA SEGONA GUERRA MUNDIAL, VIETNAM, ALGÈRIA, AFGANISTAN, PALESTINA...


L’EXPOSICIÓ, LES CURADORES DE LA QUAL SÓN ROSE DUROUX I CATHERINE MILKOVITCH- RIOUX (UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL, CLERMONT-FERRAND), HA ESTAT REALITZADA EN EL MARC DEL PROGRAMA DE RECERCA DE L’AGENCE NATIONALE POUR LA RECHERCHE ENFANCE, VIOLENCE, EXIL. AIXÍ MATEIX, TÉ EL PATROCINI DE LA UNESCO.
CATHERINE MILKOVITCH-RIOUX ASSISTIRÀ A L’ACTE D’INAUGURACIÓ I FARÀ UNA INTERVENCIÓ A L’ENTORN DEL PROJECTE EVE (ENFANCE, VIOLENCE, EXIL), UN PROJECTE ENCAPÇALAT PER LA UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL


Exposició del 30 d’abril al 12 de juny de 2016 
*Entrada lliure
Horaris : de dimarts a dissabte de 10h a 18h; Diumenges i festius de 10 a 14h Dilluns tancat
MÉS INFORMACIÓ de les activitats a: www.museuexili.cat, info@museuexili.cat

 

Tel 972 55 65 33


Major, 43-47 17700 La Jonquera Tel. 972 55 65 33 info@museuexili.cat - www.museuexili.cat


« J'ai dessiné la guerre. La mirada de Françoise et Alfred Brauner » proposa un retrat dels conflictes contemporanis a partir de dibuixos d’infants que, condicionats per aquella situació extrema, en van deixar un testimoni punyent. L’exposició es basa en el fons ingent dels dibuixos d’infants en temps de guerra recollits per Françoise i Alfred Brauner des de la Guerra Civil espanyola fins a múltiples conflictes en el món: la Segona Guerra Mundial, Vietnam Algèria, Afganistan, Palestina, Txetxènia... Per tant, també resulta significativa la mirada dels adults, en aquests cas de Françoise i Alfred Brauner, sobre dibuixos realitzats per infants i d’alguna manera es revela la percepció que ells tenien de la infància. Aquesta mirada es fa perceptible en la selecció desl dibuixos.
Per a totes les edats, aquests dibuixos susciten debat i anàlisi sobre la manera de copsar els conflictes contemporanis, els drets de l’home i la necessitat d’escoltar les veus de les víctimes dels esdeveniments bèl·lics, en particular, les dels infants.


Aquesta exposició ha estat realitzada en el marc del programa de recerca de l'Agence Nationale pour la Recherche Enfance Violence Exil, pilotat pel Centre de Recherche sur les Littératures et la Socio- poétique (Université Blaise Pascal–Clermont-Ferrand). Les responsables científiques són Catherine Milkovitch Rioux i Rose Duroux ( Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand). Així mateix, té el patrocini de la UNESCO.


L’origen de l’exposició és la feina que van dur a terme Françoise Brauner i Alfred Brauner des dels anys de la Guerra Civil espanyola. Amdòs es trobaven a Espanya els anys 1937 i 1938, enquadrats en les Brigades Internacionals, ella com a metge, ell en tant que pedagog que treballava amb els infants evacuats. L’any 1938, van rebre d’una escola de Barcelona un paquets de dibuixos. No es tractava només d’infants catalans que anaven a escola, sinó també d’infants refugiats de la resta de l’Estat que havien viscut esdeveniments tràgics. Aquesta diferència es percep de manera clara en els dibuixos. És així que va sorgir la idea d’una experiència a gran escala: el recull de dibuixos de totes les escoles de Catalunya. Es tenien en compte tres temes: “la meva vida abans de la guerra”; “el que he vist de la guerra”; “com veig la meva vida després de la guerra”. Més endavant faran el mateix en molts dels conflictes bèl·lics que van assolar el segle XX. Els fons aplegaven documentació de més de 10.000 dibuixos.


Els dos autors van treballar conjuntament, en una primera època, al servei dels infants víctimes dels esdeveniments bèl·lics: Guerra Civil espanyola, infants jueus perseguits pel nazisme, també van ser actius a la Resistència a França, en la zona ocupada. El 1945 van participar en l’acollida de nens supervivents dels camps nazis. Més endavant van treballar en la recuperació dels nens discapacitats, privilegiant l’aspecte educatiu. També es van especialitzar en l’autisme infantil. La recerca sobre els dibuixos de l’infant en la guerra, que va començar a la Guerra Civil espanyola, s’inscriu en el seu esforç d’investigació, però també forma part de la seva voluntat per lluitar per la pau.


El matrimoni Brauner no s’entén per separat. Els Brauner són mundialment coneguts pels seus escrits sobre els infants deficients mentals amb discapacitats múltiples i per la seva col·lecció de dibuixos infantils realitzats en contextos de guerra. Romain Rolland va ser el primer a destacar "el considerable interès pedagògic, històric i humà de la col·lecció".


Françoise Brauner (Viena, 1911 – París, 2000), psiquiatra infantil, va estudiar medicina a Viena i París. El seu primer contacte amb la "infància en guerra" es va produir durant la Guerra Civil Espanyola en una colònia infantil d’un hospital de les Brigades Internacionals.
Alfred Brauner (Saint-Mandé, 1910 - París, 2002) es va doctorar amb una tesi de literatura a la Universitat de Viena que va suscitar l’interès de Jules Romains. El 1937, després del seu servei militar a França també va venir a Espanya i va treballar a les colònies de nens evacuats. Després de la Segona Guerra Mundial, va defensar a la Sorbona (1946) una nova tesi [Repercussions psíquiques de la guerra moderna sobre la infància]. Tots dos van continuar dedicant-se a la infància i van recollir uns 2.000 dibuixos realitzats bàsicament per nens de cinc a quinze anys. L’única condició: que no fossin realitzats en contextos terapèutics, sinó espontanis.
Els dibuixos exposats corresponen a l’última selecció d’Alfred Brauner per a la pel·lícula de Guy Baudon, J’ai dessiné la guerre (2000, 250 min.), però sempre s’utilitza la veu explicativa de Françoise.
L’exposició consta de diversos plafons on es reprodueixen uns quants dels dibuixos que havien recollit el matrimoni Brauner. Tot i haver inicat la seva tasca en plena Guerra Civil, quan es trobaven a Catalunya enquadrats a les Brigades Internacionals, en el decurs de la seva vida també van aplegar documentació de dibuixos infantils referents a guerres anteriors (Segona guerra dels Boers 1899- 1902m, la Gran Guerra) o a conflictes derivats de l’expansionisme i violència nazis abans de la Segona Guerra Mundial com les persecucions polítiques i ètniques a l’Alemanya de 1933 a 1939 o la invasió de Txecoslovàquia. La Segona Guerra Mundial és també un dels conflictes més representants en la selecció de dibuixos. Així mateix, posteriorment van aplegar dibuixos en països afectats per la guerra com Algèria, Guatemala, Vietnam, Cambodja, Sahara occidental, Palestina, Líban, Afganistan, El Salvador, l’ex-Iusgoslàvia i Txetxènia. Es tracta, per tant, d’una selecció personal, molt significativa, però que presenta alguns buits i límits, ja que no atén tots els conflictes i violències del segle XX.
Guerra Civil española 1936-1939. “Mi casa rota”. Manuel Pérez Osona – 12 anys


Guerra del Vietnam, 1964-1975. “Recuperació de material d’una escola destruïda”. Hung Tien
CONFERÈNCIA-PRESENTACIÓ DE L’EXPOSICIÓ
Durant l’acte d’inauguració de l’exposició, Cathérine Milkovitch-Rioux, co-comissària del projecte, farà una intervenció al voltant de la mostra i explicarà el projecte EVE (Enfance, Violence, Exil). Aquest projecte ha estat dut a terme amb el suport de l’Agence Nationale pour la Recherche (ANR) programa « Enfants et enfance » édition 2009 i l’encapçala la Université Blaise Pascal de Clermont- Ferrand i compte amb el parteneriat de la Université de Picardie Jules Verne.
Trajectòries de les responsables científiques i comissàries de l’exposició:
Rose DUROUX, Catedràtica emèrita de la Université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand). Hispanista amb una llarga trajectòria, els seus interessos investigadors s’han centrat, d’una banda, en la qüestió de les migracions, tenint present aspectos com el gènere, l’exclusió, les relacions entre generacions. De l’altra, també ha treballat extensament la qüestió dels exilis. Induïda per l’experiència familiar de l’exili republicà, ha fixat les seves recerques en escriptors com Zambrano, Díez-Canedo o Aub, Manuel Ándujar..., i especialment amb la problemática dels infants a l’exili. Aquest interés es manifesta en la seva implicació en el Projecte « Enfance, Violence Exil ».


Catherine MILKOVITCH-RIOUX és catedràtica de la Université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand). La seva especialitat és Literatura contemporània en llengua francesa. També és responsable del programa «Écritures de guerre» del Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS, Université Blaise -Pascal de Clermont-Ferrand). També es investigadora a l’Institut d’Histoire du Temps Présent (CNRS)
Més informació sobre l’exposició i el Projecte EVE a:
http://www.enfance-violence-exil.net/index.php/ecms/it/3/313


 

Published by leblogabonnel - dans culture
commenter cet article
4 mai 2016 3 04 /05 /mai /2016 10:14
Photographie : "Regards" à Villeneuve/rivière - La photo selon Walter Benjamin : Atget…-Musique : Pedro Soler - Festival de Vernet/Bains
Photographie : "Regards" à Villeneuve/rivière - La photo selon Walter Benjamin : Atget…-Musique : Pedro Soler - Festival de Vernet/Bains
Photographie : "Regards" à Villeneuve/rivière - La photo selon Walter Benjamin : Atget…-Musique : Pedro Soler - Festival de Vernet/Bains
Photographie : "Regards" à Villeneuve/rivière - La photo selon Walter Benjamin : Atget…-Musique : Pedro Soler - Festival de Vernet/Bains
Photographie : "Regards" à Villeneuve/rivière - La photo selon Walter Benjamin : Atget…-Musique : Pedro Soler - Festival de Vernet/Bains

Du 5 au 9 mai 2016 : 25èmes Rencontres de ***photographie Regards

REGARDS fête ses 25 ans !

La 25ème édition des Rencontres de photographie REGARDS se déroulera du 5 au 9 mai à Villeneuve de la Rivière, Pézilla la Rivière et Le Soler. Villeneuve accueillera les expositions de Pierre CARTON (Les gueules cassées), RIZAK (La nef), Eric PILLOT (In Situ), Bruce MILPIED (Vulcan); Nicolas MESSYASZ (les 10 ans de la photo du jour), Matthieu RICARD et les enfants de l’école. Jeudi 5 à partir de 19 h, la balade photographique sera l’occasion de découvrir les expositions commentées par les photographes. La soirée Images et vins en musique proposera des dégustations de vin, une projection salle des fêtes et une animation musicale avec Aïoli Beach (samedi 7 mai à partir de 20 h). Le programme complet de REGARDS est à découvrir sur le site www.regardsphotographie.jimdo.com.

L’inauguration de la 25ème édition des Rencontres de photographie Regards aura lieu le :

mercredi 4 mai à 18h30 à l’espace Noé

**Banyuls : Récital de guitare Pedro Soler

Le guitarister se produira en solo le 5 mai à Banyuls-sur-Mer, à l’église de la Rectorie.

Festival Ascension Flamenca. Banyuls-sur-Mer du 5 au 7 mai. Ouverture le jeudi 5 Mai à 18h Place Paul Reig. A 20h30, Eglise de la Rectorie.

Soirée d’ouverture Récital solo de Pedro Soler. 15 €. Vendredi 6 Mai à 20h30, Salle Bartissol. Spectacle Tablao Flamenco y tapas avec 7 artistes de renom (Barcelone, Perpignan). 20 €. Samedi 7 Mai à 20h 30. Salle Bartissol Spectacle « Fragmentos » par la Cie Flamenca, Patricia Guerrero. 20 €.

Pendant les Journée des 6 et 7 Mai, expositions animations, ateliers, concerts, défilés de rue. www.ascensionflamenca.fr/programmation-2016.Par téléphone 06 84 39 61 68.

** Vernet-les-Bains : Festival de Musique Pascale Fayet

Du 5 au 7 mai 2016 au Casino de Vernet-les-Bains

Le festival Pascale Fayet a été créé en 2014 par Bruno Cali, Bruno Buzan et leurs proches de Vernet-les-Bains.

Cette manifestation, à but non lucratif, a vu le jour pour rendre hommage à une amie partie trop tôt, Pascale Fayet, en accueillant une programmation pop, rock, chanson française ou métissée, mêlant artistes nationaux et talents locaux, dans la magnifique station thermale de Vernet-les-Bains...

La deuxième édition se déroulera du 5 au 7 mai 2016 à la salle des fêtes du Casino de Vernet-les-Bains.

Aux côtés de son fondateur Cali, présent pendant toute la durée du festival, chaque édition sera parrainée par un ou deux artistes différents.

En 2014, année de création du festival, c'est le légendaire batteur Richard Kolinka (Téléphone, Les Insus) qui nous avait fait l'honneur d'accepter ce rôle.

En 2016, nous continuons dans cette lignée de parrains prestigieux en accueillant de grandes personnalités: Denis Barthe (the Hyènes) batteur du mythique groupe de rock Noir Désir (qui sera également accompagné de Jean-Paul Roy) et Tcheky Karyo, immense acteur et chanteur (Nikita, Les Lyonnais, L'Ours…).

Denis Barthe et Jean-Paul Roy seront présents à Vernet-les-Bains le jeudi et le vendredi, tandis que Tcheky Karyo clôturera les festivités le samedi.

Chaque soir du 5 au 7 mai 2016, 4 à 5 artistes ou groupes se produiront sur scène:

Jeudi 05 mai 2016:

Cali – The Very Big Small Orchestra – Confidencial - Zebra

Vendredi 06 mai 2016:

The Hyenes – Blankass – Gerard Jacquet – Arno Santamaria – Vodoo + DJ SK

Samedi 07 mai 2016:

Tcheky Karyo – Balbino Medellin – Ezra Hesper – Dom Colme – Joseph d’Anvers

Pass de 3 jours: 50 euros; à partir de 21,80 € la soirée

Renseignements:

Office de tourisme de Vernet-les-Bains

Tél. 33 (0)4 68 05 55 35

Sur Walter Benjamin et sa "Petite histoire de la photographie" (1931) 






« La petite histoire de la photographie » paraît en 1931 dans un magazine culturel (Die literarische Welt) auquel Walter Benjamin collabore depuis 1925.
Comme le rappelle André Gunthert dans son étude ("Archéologie de la Petite histoire de la photographie"), l’écriture de ce texte est due à une conjonction éditoriale : trois ouvrages historiques sur la photographie (l’un consacré à la photographie ancienne en 1930, l’autre dédié à Eugène Atget en 1930 et le dernier à David Octavius Hill en 1931). A l’époque, les ouvrages de langue allemande consacrés à l’histoire de la photographie sont encore rares. Par ailleurs, sont également parus ces mêmes années des albums consacrés à des photographes : Albert Renger-Patzsch (1928), Karl Blossfledt (1928) et August Sander (1929), dont Benjamin a sans doute eu connaissance.


Les photographes (ou photographies) suivants sont cités dans la Petite histoire de la photographie. Les extraits qui suivent proviennent de la traduction proposée par André Gunthert.


Carte de visite d’Eugène Adelphe Disderi


« Les ouvrages les plus récents s’accordent sur le fait frappant que l’âge d’or de la photographie, l’activité d’un Hill ou d’une Cameron, d’un Hugo ou d’un Nadar correspond à sa première décennie. Or c’est la décennie qui précède son industrialisation. Non que, dès les premiers temps, bonimenteurs et charlatans ne se fussent emparés de la nouvelle technique pour en tirer profit ; ils le firent même en masse. Mais ce point appartient plus aux arts de la foire où, il est vrai, la photographie a jusqu’à présent été chez elle qu’à l’industrie. Celle-ci ne conquit du terrain qu’avec la carte de visite photographique, dont le premier fabricant, c’est significatif, devint millionnaire. »


Walter Benjamin fait ici allusion au photographe Eugène Adolphe Disderi, qui fit fortune avec le procédé des cartes de visites photographiques. La technique mise au point par Disderi permettait en effet de diminuer les coûts et d’obtenir dix petites images sur une même planche.
La photographie pouvait ainsi devenir, « médium à vocation de masse », selon l’expression employée par André Rouillé (L’empire de la photographie, Sycomore, Paris, 1982, p.192)


Hill et Adamson, Pêcheuse de Newhaven, calotype


Walter Benjamin évoque également les photographies de David Octavius Hill, photographe mais aussi peintre, et les décrit non comme des portraits, mais comme des « images d’une humanité sans nom ». Benjamin montre ce qui, pour lui, différencie le portrait en peinture des portraits photographiques en général, et des portraits de Hill en particulier :


« Ces têtes, on les voyait depuis longtemps sur les tableaux. Lorsque ceux-ci demeuraient dans la famille, il était encore possible de s’enquérir de loin en loin de l’identité de leur sujet. Mais après deux ou trois générations, cet intérêt s’éteignait : les images, pour autant qu’elles subsistaient, ne le faisaient que comme témoignage de l’art de celui qui les avait peintes. Mais la photographie nous confronte à quelque chose de nouveau et de singulier : dans cette marchande de poisson de Newhaven, qui baisse les yeux au sol avec une pudeur si nonchalante, si séduisante, il reste quelque chose qui ne se réduit pas au témoignage de l’art de Hill, quelque chose qu’on ne soumettra pas au silence, qui réclame insolemment le nom de celle qui a vécu là, mais aussi de celle qui est encore vraiment là et ne se laissera jamais complètement absorber dans l’“art”. »


Ce passage peut être rapproché de certaines pages de La Chambre claire de Roland Barthes, lorsqu’il évoque le « ça a été » de la photographie (« ça a été », nous dit l’image : c’est à la fois un certain rapport à la réalité et un certain rapport au temps). Roland Barthes insiste beaucoup sur ce qui, selon lui, constitue le fonds de notre rapport à l’image photographique : le fait que le référent y adhère – ce qui a entretenu l’effet de réel dans la photographie, laissant croire qu’elle était la réalité et non une représentation de celle-ci. D’autre part, sa dimension d’apparition ou de survivance : face à la photographie, nous avons toujours l’illusion d’être face à un morceau de passé vivant qui fait retour, un revenant en somme, un absent toujours présent. « Ce que la photographie reproduit à l’infini n’a lieu qu’une fois », souligne Roland Barthes.




« Karl Dauthendey avec sa fiancée Mlle Friedrich après leur première visite à l’église, le 1er septembre 1857 », Saint-Pétersbourg, autoportrait, reproduit in : Helmuth BOSSERT, Heinrich GUTTMANN, Aus der Frühzeit der Photographie. 1840-1870, Francfort/Main, Societäts-Verlag, 1930


« Ou bien l’on découvre l’image de Dauthendey, le photographe, père du poète, à l’époque de ses fiançailles avec la femme qu’il trouva un jour, peu après la naissance de son sixième enfant, les veines tranchées dans la chambre à coucher de sa maison de Moscou. (...) On la voit ici à côté de lui, on dirait qu’il la soutient, mais son regard à elle est fixé au-delà de lui, comme aspiré vers des lointains funestes. »


Ce qui intéresse Benjamin dans cette image représentant un couple (Karl Dauthendey et sa fiancée) c’est la dimension d’ « ici et maintenant » présente dans la photographie, mais aussi ce qu’on pourrait nommer la juxtaposition de temporalité, la « composition d’anachronismes » (Georges Didi-Huberman). Regardant cette photographie, nous voyons à la fois un temps qui n’est plus (celui du couple photographié), un temps à venir (la mort tragique de la femme), tout en l’observant de notre temps présent.


« Malgré toute l’ingéniosité du photographe, malgré l’affectation de l’attitude de son modèle, le spectateur ressent le besoin irrésistible de chercher dans une telle image la plus petite étincelle de hasard, d’ici et maintenant, grâce à quoi la réalité a pour ainsi dire brûlé de part en part le caractère d’image - le besoin de trouver l’endroit invisible où, dans l’apparence de cette minute depuis longtemps écoulée, niche aujourd’hui encore l’avenir, et si éloquemment que, regardant en arrière, nous pouvons le découvrir. »


Il faut cependant garder à l’esprit que, comme le montre bien l’article de André Gunthert sur ce texte (« Archéologie de la Petite histoire de la photographie », op.cit.), Benjamin fait une erreur d’interprétation de cette image, un lapsus en somme : en vérité, la femme représentée n’est pas celle qui s’est suicidée mais la deuxième épouse de Dauthendey. Si Benjamin voit dans cette image une telle dimension tragique, c’est car il se réfère à un texte biographique, écrit par Max Dauthendey sur son père. Autrement dit, l’intérêt de Benjamin pour cette photographie ne prend pas sa source dans l’image, mais dans le texte, et l’image est seulement le support d’une fiction.


C’est en parlant des photographies d’Eugène Atget que Walter Benjamin donne une définition de ce qu’il nomme l’aura, « unique apparition d’un lointain, si proche soit-il ».
Benjamin reprendra cette idée d’aura dans un texte important publié en 1935, L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, où il s’interroge sur les mutations de l’art liées au développement de la technique. Pour l’expliquer très rapidement, sa réflexion porte principalement sur la photographie et sur le cinéma : il s’agit de comprendre en quoi leur aspect reproductible, non unique, change la perception de l’œuvre d’art et entraîne la disparition de son aura, de son « hic et nunc », son « ici et maintenant ».




Eugène Atget Rue Quincampoix Tirage de 1900 ou 1901 d’après négatif de 1900 Photographie positive sur papier albuminé, d’après négatif sur verre au gélatino-bromure. Épreuve : 21 x 17 cm


Eugène Atget Marché des Carmes, place Maubert, 1910-1911 Tirage entre 1910 et 1912 d’après négatif de 1910 ou 1911 Série : Paris pittoresque, 2e série Photographie positive sur papier albuminé, d’après négatif sur verre au gélatino-bromure. Épreuve : 21,6 x 16,7 cm


Atget « recherchait ce qui se perd et ce qui se cache, et c’est pourquoi ses images contredisent la sonorité exotique, chatoyante, romantique des noms de ville : elles aspirent l’aura du réel comme l’eau d’un bateau qui coule. Qu’est-ce au fond que l’aura ? Un singulier entrelacs d’espace et de temps : unique apparition d’un lointain, aussi proche soit-il. Reposant par un jour d’été, à midi, suivre une chaîne de montagnes à l’horizon, ou une branche qui jette son ombre sur le spectateur, jusqu’à ce que l’instant ou l’heure ait part à leur apparition c’est respirer l’aura de ces montagnes, de cette branche. »


A noter que la BNF a consacré une exposition à Eugène Atget, disponible en version virtuelle sous la forme d’un parcours visuel dans l’œuvre du photographe.


Photographie d’Albert Renger-Patzsch, tirées de l’album Die Welt ist schön (Le Monde est beau) (éd. C. G. Heise), Munich, Kurt Wolff, 1928




hotographie d’Albert Renger-Patzsch, tirées de l’album Die Welt ist schön (Le Monde est beau) (éd. C. G. Heise), Munich, Kurt Wolff, 1928
Walter Benjamin fait aussi une critique de la photographie dite « décorative », de la photographie de « création » dans la « Petite histoire de la photographie ». Il entend ainsi dénoncer une photographie qui s’affranchit de sa dimension éthique, historique et politique pour ne devenir qu’esthétique. Une photographie, donc, réduite à sa dimension esthétisante, qui cherche à plaire plutôt qu’à délivrer une expérience et un enseignement.
Benjamin pense sans doute, notamment, aux photographies d’Albert Renger-Patzsch (dont l’album s’intitule Die Welt ist schön, Le monde est beau).


« Si la photographie s’affranchit du contexte que fournissent un Sander, une Germaine Krull ou un Blossfeldt, si elle s’émancipe des intérêts physiognomoniques, politiques ou scientifiques, alors elle devient “créatrice”. L’affaire de l’objectif devient le “panorama” ; l’éditorialiste marron de la photographie entre en scène. (...) “Le monde est beau” telle est sa devise. En elle se dissimule la posture d’une photographie qui peut installer n’importe quelle boîte de conserve dans l’espace, mais pas saisir les rapports humains dans lesquels elle pénètre, et qui annonce, y compris dans ses sujets les plus chimériques, leur commercialisation plutôt que leur connaissance. Mais puisque le vrai visage de cette création photographique est la publicité ou l’association, son véritable rival est le dévoilement ou la construction. »


Pour terminer, il faut garder à l’esprit en abordant ce texte de Benjamin que, comme André Gunthert le rappelle, Walter Benjamin comme Roland Barthes d’ailleurs (dans La Chambre claire) « utilisent leur propre intimité pour approcher et comprendre l’image et y insuffler du récit.


Autrement dit, l’approche de ces deux penseurs montre également à quel point l’image peut être souvent prise dans un discours, dans une fiction qui oriente sa perception et sa lecture. A ce sujet, Paul Edwards écrit ceci : « Traversée de mots, mise en mots, mettant en scène les mots, avoisinant les mots, il y a toujours un discours public et privé qui hante l’image » (in Soleil noir. Photographie et littérature, Presses Universitaires de Rennes, 2008, p.10).


© Isabelle Soraru




No 1 Novembre 1996 : Nouvelles pratiques, nouveaux sujets/La critique et ses modèles
Petite histoire de la photographie
Walter Benjamin

Published by leblogabonnel - dans photographies
commenter cet article
3 mai 2016 2 03 /05 /mai /2016 10:09
Jean-philippe Domecq, écrivain, critique d'art, journaliste

Jean-philippe Domecq, écrivain, critique d'art, journaliste



- Vient de paraître "Communautés libertaires dans le 66 - 1968/2016" (Trabucaire éditeur) : par Jean-Philippe Domecq, Maurice Durozier, Jacques Quéralt, Myrtille Gonzalbo



***Les communautés libertaires agricoles et artistiques en pays catalan
(1970-2000)
Jean-Pierre Bonnel et Paul Gérard
ISBN: 978-2-84974-233-4 / 180 pages / 15 €
Dans le sillage de mai 68, les années 1970 sont une formidable explosion de jeunesse, de désir, de libération. Le vieux monde craque de partout. C’est le temps rêvé des ruptures, des révoltes, des expériences.
Dans ces années-là, ils avaient 20 ans, ils voulaient échapper à la routine « métro, boulot, dodo », réagir contre le mode de production capitaliste et la société de consommation, s’associer avec d’autres pour vivre autrement et porter ensemble un projet commun libérateur.
Ce fut le temps des communautés, rurales, urbaines, agricoles, artistiques et autres collectifs, d’esprit libertaire pour la plupart.
Dans ces années-là, en pays catalan, les 40 personnes qui racontent, dans ce livre, leur expérience communautaire, ont fait ce choix. Ils ont loué des mas et des terres dans des espaces en voie de désertification. Ils y ont vécu, travaillé et mis en pratique leurs idéaux. Les Carboneras, le mas Julia, Vilalte, Montauriol, St Jean de l’Albère, Malabrac, Fontcouverte, Cailla, Opoul, le mas Planères, Canaveilles, Fillols... autant de noms qui claquent comme des symboles de liberté, de sens et d’humanité.
Ils témoignent, 40 ans après, des gestes simples, de la solidarité, des échanges, des rires et des drames, des rêves et de l’amour qui ont forgé leurs existences. Avec cette expérience, ils ont participé à l’évolution des mentalités, ils ont fait bouger les lignes et provoqué en quelque sorte les grands débats sociétaux de la fin du XXe et début XXIe siècles.
Ils sont les 40 auteurs de ce livre, un livre collectif, dont Jean-Pierre Bonnel a été le moteur, le scribe et le passeur et Paul Gérard le coordinateur attentif. Le temps d’une préface, Ronald Creagh a bien voulu joindre sa réflexion à la leur.




*BON DE COMMANDE
Les communautés libertaires agricoles et artistiques en pays catalan
(1970-2000)
Jean-Pierre Bonnel et Paul Gérard
ISBN: 978-2-84974-233-4 / 180 pages / 15 €




**Nom et Prénom: Adresse:
CP: Ville: e-mail:
Bon de commande
Souhaite commander ...........exemplaire(s) du livre Les communautés libertaires agricoles ... au tarif de 15 € (Frais de port offerts).
Je joins le bon de commande, accompagné d’ un chèque de.....................€ à retourner à l’adresse suivante:
Éditions Trabucaire 2, rue Jouy d’Arnaud
66140 Canet en Roussillon




- - -
**BESZONOFF & BONNEL




Dans la production des livres qui s'étalera samedi 23 avril sur les stands de la sant Jordi 2016, quai Vauban à Perpignan, ou ailleurs dans le département, deux titres méritent d'être "convoités" pour des raisons différentes mais parce qu'elles illustrent la curiosité et le brio de deux écrivains, J.-D. Beszonoff et J.P. Bonnel, particulièrement actifs, féconds et polémistes.


C'est tout d'abord "L'année de Syracuse" de Joan-Daniel Beszonoff publié par Balzac Editeur. Il s'agit de l'auto-traduction assistée de "Matar de Gaulle" qui dans sa version originale catalane (Empuries, 2014) connut un beau succès, critique et commercial, remportant le premi Joaquim Amat-Piniella. On sait que l'un des personnages au coeur du livre est le lieutenant colonel Jean-Marie Bastien-Thiry (1927-1963) qui perpétra l'attentat du Petit-Clamart (22 août 1962) contre le Général Charles de Gaulle (1890-1970), président de la République Française (1959-1969). Le titre français "L'année de Syracuse" adoucit quelque peu l'uppercut du titre original. Il emprunte à la "bande son" qui traverses tous les écrits de l'auteur et qui est ici un explicite clin d'oeil à la chanson de Bernard Dimey-Henry Salvador. Il s'agit d'un roman sur fond historique et autobiographique, bien structuré et prenant, fait de colère et de tendresse, passant d'une rive à l'autre de la méditerranée, par la plaisante anecdote ou la fine analyse psychologique ou politique


C'est ensuite la concrétisation d'un projet de Jean-Pierre Bonnel aux Editions du Trabucaire sous le titre "Les communautés libertaires agricoles et artistiques en pays catalan (1970-2000)".
Réalisé en collaboration avec Paul Gérard et préfacé par Ronald Creagh, l'ouvrage explore une thématique à peine effleurée par l'histoire et la sociologie régionales. Il est constitué d'une série d'enquêtes témoignages qui reconstituent les enthousiasmes, les bienfaits ou les insatisfactions d'expériences plus que sexagénaires pour quelques unes d'entre elles. Mythiques et nostalgiques (peu-être), Carboneras, Planères, Opoul...


Parmi la quarantaine de contributions, celles du peintre Michel Pagnoux et du romancier critique d'art Jean-Philippe Domecq, alors insouciants de ce qu'ils allaient devenir, elles composent une mosaïque de sensibilités qui, loin s'en faut, ne sont pas toutes éteintes. Jean-Pierre Bonnel, co-auteur du livre est romancier, essayiste (notamment attaché à la mémoire de Walter Benjamin), et blogger en constante alerte.


* blog de J.Quéralt - Metbarran, du vendredi 22 AVRIL 2016.






***A retrouver dans le livre :
Jean-Philippe Domecq
Jean-Philippe Domecq est romancier et essayiste. Il a été membre du comité de rédaction de la revue Esprit et rédacteur de Quai Voltaire, revue littéraire. Il a reçu le prix du Pen Club français pour Qui a peur de la littérature ? (Mille et une nuits, 2001).






**Théâtre ambulant Durozier sur France-Culture


Maurice DUROZIER (entretien dans "Communautés libertaires dans le 66"




JEUDI 5 MAI 2016 A 17H FRANCE- CULTURE SUR LES DOCKS.


THÉÂTRE ITINÉRANT: la famille DUROZIER


200 familles de théâtre ambulant sillonnaient les campagnes françaises au 19e et 20e siècle avant de péricliter à partir des années 50. Un documentaire de 55 mn de Christiane Dampne et Christine Robert va nous restituer cette histoire méconnue par le prisme de l’une de ses familles: la famille Durozier.
Certains de ses membres bien connus et inscrits au fronton de la citoyenneté fraternelle culturelle et sociale de Perpignan et du département.

Maurice Durozier est l'un de ceux-là. Maurice qui prit son envol du petit nid créateur du "teatret del Vernet", monté à Paris, devenu acteur fidèle du Théâtre du Soleil d'Ariane Mnouchkine et ayant fait plusieurs tours du monde. Qui mieux que lui, passeur de récits et d'émotions, metteur en scène imaginatif aurait pu conter l'épopée de sa famille sur quatre générations. C'est en effet une authentique dynastie de la balle que les DUROZIER.


Le documentaire de la série Sur les Docks d' Irène Omélianenko nous promet un beau, instructif et émouvant roman radiophonique. Maurice (qui ne se souvient de son dernier spectacle "Paroles d'acteur" présenté dans le patio des Minimes, à Perpignan, le 25 juillet 2013) y évoque son arrière-arrière grand-père Jean-Marie, né en Bretagne, abandonné, élevé par les Jésuites et parti avec un cirque de passage "on the road") qu’il transformera en théâtre… sa mère Roxane, comédienne contrainte de travailler à l'usine à 28 ans, après l'arrêt de la troupe, en 1953, à Perpignan, et meneuse de la première grève illimitée sous De Gaulle à l’usine des poupées Bella. (Roxane et sa générosité joviale si chaude à nos mémoires). Sans oublier sa grand-mère Juliette (orpheline fugueuse accueillie par la troupe) et son grand-père Louis (l’aîné d'une famille de 14 enfants -tous acteurs et actrices- né en 1888, mort en 1968). Magnifique album de famille à écouter, péripétie après péripétie; anecdote après anecdote...


Au travers de ces figures hautes en couleur, nous dit une notice (piquée sur le site de France-Culture et passablement remaniée par nos soins), "plusieurs aspects de cette vie de bohème sont abordés : le clan avec le patriarche et l'absence de choix ; la langue raboin (gitane) ; le répertoire ; le périmètre géographique des tournées ; le rapport au public ; les structures démontables du théâtre ; la vie dans la roulotte ; la fin de ce théâtre familial et les mutations sociales." Maurice (Kalo de nos années enthousiastes) n'est pas l'unique narrateur de ce biopic familial sonore. A ses côtés on entendra également Liliane Ibanez, sa soeur aînée, Roland Durozier, son cousin, ancien comédien ambulant, Juliette Riche, sa cousine, laquelle, enfant, joua dans la troupe et Jean-Luc Durozier, son frère, musicien et guitariste- connu également sous le nom de John Niglo. Une oeuvre qui contient, au-delà des témoignages directs, contient quelques perles d'archives.


Archives INA - Radio France : Jean Durozier le 21.10.1977, dans l'émission Radioscopie de Jacques Chancel sur France Inter


Archives familiales : Brûleur de Planches, mise en scène par Maurice Durozier, 1995


Archive du fonds Arts du cirque de l’université Paul-Valéry Montpellier 3 Extraits musicaux : Duo de guitares (Maurice et Jean-Luc Durozier) ; La Guenille (une chanson interprétée par Juliette Durozier, la grand-mère de Maurice, lors du mariage de sa sœur, Liliane Ibanez le 29 juin 1970) ; CD Les Voyageurs de la Nuit, 1995 (musique de la pièce Brûleur de Planches).


Cette histoire de la famille Durozier s'inscrit aussi aussi dans l'histoire plus large du théâtre itinérant, elle-même insérée dans l’histoire globale du pays. Un documentaire expressément conseillé à celles et ceux qui aiment la radio, le théâtre et la famille DUROZIER.


J.Quéralt - blog Metbarran LUNDI 2 MAI 2016


- - -
Livre de Myrtille Gonzalbo (auteur de la chronologie dans le livre sur "Les communautés libertaires dans le 66"- Trabucaire éditeur)
****Souvenirs de la guerre d’Espagne, par les Giménologues




Nouvelle édition enrichie et corrigée, en deux volumes, dans un coffret cartonné, agrémentée d’un CD-ROM comprenant dix heures d’émission de radio reprenant nombre d’extraits.




« Les Fils de la nuit est un livre remarquable par tant de côtés qu’on ne sait trop comment en rendre compte. Doit-on dire que nous tenons là le plus précieux des témoignages sur ce qui fut le guerre civile d’Espagne et qui aurait pu être la première révolution vraiment prolétarienne ? Ou souligner que, sans le secours décisif de quelques libertaires, ce témoignage, pour singulier qu’il soit, aurait perdu à ne pas être assorti d’un appareil de notes, proprement extraordinaire, qui le rend si éclairant ? […] Dans le cas de Giménez, son style, rudimentaire mais chaleureux, fait mieux que bien des romans écrits à l’huile de coude. Sans doute parce qu’il incarne dans sa chair chacune des phrases qu’il arrache à sa mémoire. Dans ce registre, je ne connaissais jusqu’ici que le bouleversant Ma guerre d’Espagne à moi, de Mika Etchebéhère. » Gérard Guégan, Sud-Ouest, 28 mai 2006.

Préface de François Godicheau
Deux volumes sous coffret
25 €
ISBN : 978291


et
Aragon 1936-1938. Récits de protagonistes libertaires
Giménologues (les)


Le 19 juillet 1936, Saragosse tombe aux mains des troupes franquistes soulevées contre la république espagnole. La chute de la « perle anarchiste » représente une terrible catastrophe pour le camp libertaire.
En Catalogne et en Aragon, des volontaires se mobilisent pour reprendre la ville – et, pour la plupart, l’offensive ne peut se dissocier de la mise en œuvre du communisme libertaire.
C’est ce que retrace cet ouvrage, ancré dans des récits d’hommes et de femmes engagés à divers titres dans ce processus à la fois militaire et révolutionnaire, que les anarchistes se retrouveront peu à peu seuls à poursuivre.


Chercheurs autodidactes mais extrêmement lettrés et méticuleux, les Giménologues ont rencontré ces rescapés – ou leurs enfants – dans la foulée d’un premier livre traitant de la révolution espagnole, Les Fils de la Nuit, élaboré autour des souvenirs d’Antoine Gimenez et également coédité par L’Insomniaque éditeur.
Dans la continuité des Fils de la Nuit, les Giménologues tentent une nouvelle fois d’articuler les histoires particulières et l’analyse des questions collectives. Ils ont ajouté des développements de leur cru sur la nature du projet communiste libertaire, ainsi que sur la polémique, encore entretenue de nos jours, à propos d’une supposée cruauté spécifique des anarchistes espagnols.


© Myrtille Gonzalbo
448 pages
Prix : 20 €
ISBN : 9782915694901
Date de la parution : 2016-05-13





Published by leblogabonnel - dans littérature
commenter cet article
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 08:52
Irena GRAU, plasticienne

Irena GRAU, plasticienne

Rencontre avec Georges Cazenove, président de l'association Shandynamiques de Cerbère



Chercheurs et opérateurs d’art contemporain, fondateurs et animateurs de l’association Shandynamiques, Georges Cazenove et Karine Vonna Zürcher travaillent depuis plus de vingt ans avec de nombreux artistes de renommée nationale, voire internationale. Basés en Roussillon depuis 2012, ils ont choisi de faire de Cerbère une station phare d’art contemporain.


Pour ce faire, à ce jour, ils ont déjà invité notamment Stefan Brüggemann (Mexique), Miquel Mont (Espagne), Ambroise Tièche (Suisse), Paul Pouvreau (France), Sylvie Fleury (Suisse), Pierre Timan (France), Marilina Prigent (Argentine), Sabine Zaalene (Suisse), Hugo Pernet (France) et Olivier Mosset (Suisse) à mettre en oeuvre différentes interventions plastiques dans l’espace public cerbérien en général, dans le passage souterrain de la gare ferroviaire de Cerbère ainsi qu’au Belvédère du Rayon Vert en particulier.


Olivier Mosset a signé par exemple une série de quatre pontons pour les baigneurs et plongeurs de la plage principale, dont un monochrome rose et un bichrome aux couleurs catalanes. Le même Olivier Mosset est d’ailleurs l’artiste choisi par les Shandynamiques et les citoyens cerbériens pour concevoir et réaliser enfin — avec le soutien de la Fondation de France, du Ministère de la Culture, de la Région, du Département et de la Commune — un Mémorial dédié aux fameuses transbordeuses. (1)

C’est ainsi que fin juin 2016, deux statues d’une même transbordeuse seront érigées : la première, en résine, est une oeuvre originale du sculpteur toulousain Philippe Laborderie qui méritait d’être restaurée vingt ans après son installation ; la seconde, en bronze, est une reproduction à l’identique de celle ci-avant dite qui sera installée sur la Placette des Transbordeuses inaugurée en juin 2013… par Olivier Mosset.
Étant donnée la cote de Mosset sur le marché de l’art contemporain, il est clair que la copie aura pour une fois plus de valeur (marchande) que l’original.


Les transbordeuses ont écrit une grande page d’Histoire. Pour les Cerbériens, pour les Shandynamiques et pour l’artiste suisse Olivier Mosset, il s'agit maintenant de faire en sorte que ce (petit) récit écrit au tout début du siècle dernier par quelques illustres inconnues devienne tout aussi visible, lisible et intelligible que celui du Mémorial Walter Benjamin signé à deux pas, à Portbou, par l’artiste israëlien Dani Karavan ! Le philosophe Walter Benjamin l’avait écrit :
« C'est bien plus difficile d'honorer la mémoire des anonymes que celle des personnes célèbres. La construction historique est consacrée à la mémoire de ceux qui n'ont pas de nom. » C’est donc à la mémoire des anonymes transbordeuses que sera dédié le Mémorial signé à Cerbère par Olivier Mosset.

Au-delà de ce projet de Mémorial, il faut savoir que les Shandynamiques accueillent toute l'année des artistes en résidence à Cerbère, chacun bénéficiant d’une bourse (2) pour travailler sur le site et exposer ensuite leurs oeuvres tout au long de l'été en divers lieux : gare, belvédère, plage, digue, façades…

Georges Cazenove est la cheville ouvrière de toute cette créativité. Mais qui est donc ce Cazenove..?


En 2012, après avoir oeuvré dans l'art contemporain à Strasbourg puis à Genève, il revient au pays. Mais pourquoi choisir d’intervenir dans le domaine artistique à Cerbère alors qu'il habite Canet-en-Roussillon ? S’il fit souvent des incursions dans ce territoire, entre Cerbère et Port-Bou, c’est dû au fait qu’il connaissait l'oeuvre et l’itinéraire de Walter Benjamin. S’il a souhaité s'investir "à la frontière", ça tient aussi au fait que sa compagne Karine Vonna Zürcher, commissaire d'exposition et philosophe de formation, a eu comme professeurs Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy, et que Bruno Tackels, qui a écrit une formidable biographie du philosophe allemand mort à Port-Bou, faisait partie de la même promotion…

Mais c’est à l’occasion de l’un de leurs nombreux "passages" par la frontière des Albères, que le couple Cazenove-Zürcher rencontre une certaine Maria Moutot qui fait des « repérages » côté Belvédère du Rayon Vert… C’est grâce à elle qu’ils vont véritablement découvrir ce territoire, arriver en train, arpenter tunnels et autres passages souterrains : "On pénètre dans les couloirs sous la gare; on découvre des panneaux d'affiches vierges, monochromes ocre avec leurs baguettes dorés…


Cerbère est une ville où la publicité n'existe pas ! Nous décidons alors, pris par une sorte de coup de foudre, d'intervenir à Cerbère ! (3) Nous invitons des artistes qui seront logés au Belvédère du Rayon Vert… Nous prenons contact avec des professionnels. Vient alors la création de l'association Shandynamiques (référence aux « shandys », la société secrète décrite par le romancier catalan Enrique Vila-Matas…et son « Abrégé d'histoire de l'art portatif »)…

L’invitation des premiers artistes — Stefan Brüggemann, Ambroise Tièche, Miquel Mont, Sylvie Fleury, Olivier Mosset… — va entraîner, par ricochets, des installations s'inspirant de la présence proche et de l'oeuvre de W. Benjamin…

C’est ainsi que dans les jours prochains, suite à une résidence sur place prévue pour avril-mai, l’artiste ibère Irene Grau a prévu de semer de la culture
et de l'art (4) sur le tracé du chemin ultime de Walter Benjamin, de Banyuls à Portbou en passant par Cerbère.

Nous l'accompagnerons dans cet itinéraire pour repérer, marquer, baliser, signaler différents lieux importants sur ce sentier de l’exil précisément décrit par la "passeuse" Lisa Fittko dans son livre "La route des Pyrénées".

Avec cette initiative originale, le concept d'ARTIALISATION est mis en pratique ! Le paysage, espace "neutre" (mais la nature n'imite-t-elle pas l’art..?), va se trouver ponctué d'installations humaines infimes, inframinces. Sans le dénaturer, sans le corrompre, il s'agit de suggérer les traces d'un destin tragique et de retrouver les pas d'un immense penseur qui traversa l'Albère et côtoya Cerbère, pour se jeter dans la barque des mor
ts...


J.P.Bonnel

- - -

(1) transbordeuses d'oranges et autres agrumes qui furent les premières femmes à oser organiser en février 1906 une grève générale de travailleuses en gare de Cerbère

(2) la ville met à leur service un appartement; ils font un travail sur la matière première de ce paysage cerbérien. La mairie se constitue ainsi un musée car depuis 2012 les artistes donnent des oeuvres à Cerbère.

(3) dans le cadre de la MAP / Manifestation d'Art Public # 2 curated by Karine Vonna Zürcher.

(4) Le président de l'Université de Perpignan, Fabrice Lorente a annoncé, le 8 avril 2016, l’ouverture d’une nouvelle formation à l’Université de
Perpignan Via Domitia : le master ARTS, PAYSAGES et Curating..
Cette nouvelle formation s’inscrit dans le cadre de la création d’un pôle ARTS à l’UP.


Cette formation a été évaluée et validée par le CNESER, à l’unanimité en juillet 2015, tout comme le reste de l’offre de formation de l’UPVD. Ce master, unique en France, s’inscrit dans un processus d’artialisation des paysages et de sa maîtrise à partir de contextes territoriaux concrets.

- - -

*SHANDYNAMIQUES ÉTÉ 2016

  • RAS Résidences d’Artistes Shandynamiques

Irene Grau (Espagne)

du 29 avril au 18 mai à Cerbère

pour installer une série de repères plastiques

sur le chemin de l’exil emprunté par Walter Benjamin

entre Banyuls et Portbou

Daniel van de Velde (France)

du 15 mai au 26 juin à Cerbère

pour installer une série d’énoncés poétiques

dans l’espace public cerbérien

Valérie Du Chéné (France)

du 15 mai au 26 juin à Cerbère

pour créer un sentier sous-marin de pierres polychromes côté plage principale

et pour inaugurer une Vitrine d’Art Inframince côté buffet de la gare

  • IP Insurrections Poétiques # 4

Sous le titre chemin faisant

le 15 mai à Banyuls

Valérie Du Chéné, Irene Grau (Espagne) et Daniel Van De Velde

sont invités par l’association Walter Benjamin et par Shandynamiques

pour présenter leurs démarches et leurs interventions à venir à Cerbère

  • MAP Manifestation d’Art Public # 5

Sous le titre on est tous passé par là

du 26 juin au 26 septembre à Cerbère

dans le cadre de la 5ème édition estivale de la MAP

curated by Karine Vonna Zürcher

Shandynamiques présente une nouvelle série d’oeuvres originales signées

Valérie du Chéné (France), iF collectiF (France), Irene Grau (Espagne)

Philippe Laborderie (France), Olivier Mosset (Suisse) et Daniel Van De Velde (France)

dans différents sites de l’espace public cerbérien (plage, gare, placette des transbordeuses, parking de l’office de tourisme, belvédère du rayon vert…)

 

 

*CATALOGNE à PARIS :

Institut Ramon Llull/ Newsletter # 61

MAI 2016 /

Paris - * Le catalan sur la frontière :

 

"Le lectorat de catalan de l’Université de Grenoble organise une rencontre avec Francesc Serés, qui impartira la conférence « El català al mig de la frontera » (Le catalan sur la frontière), sur la situation du catalan en Catalogne et notamment sur la partie catalanophone d’Aragon limitrophe de la Catalogne. Une occasion aussi pour découvrir son dernier livre : La pell de la frontera. Le lundi 2 mai à 10h..."

 

 

L’écrivain Francesc Serés explique ses visions de la frontière aux lecteurs de Grenoble

Download.html.gif

Le lectorat de catalan de l’Université de Grenoble organise une rencontre avec Francesc Serés, qui impartira la conférence « El català al mig de la frontera » (Le catalan sur la frontière), sur la situation du catalan en Catalogne et notamment sur la partie catalanophone d’Aragon limitrophe de la Catalogne. Une occasion aussi pour découvrir son dernier livre : La pell de la frontera. Le lundi 2 mai à 10h.

+ info >>

 

Published by leblogabonnel - dans peinture
commenter cet article
29 avril 2016 5 29 /04 /avril /2016 18:52
Le maire de Perpignan pour tous.

Le maire de Perpignan pour tous.

Mairie de Perpi : de l'eau dans le gaz...

 

 

à la réunion de la gare, "centre du monde", le maire eut une inspiration dalinienne.

Comme une érection...verbale !

 

En parlant de gaz et d'Allemands, on sent bien que le premier magistrat voulait faire un bon mot. Pour faire la une des médias. 

 

Il réunit  Jupiter et sa foudre, la fée électricité (pensait-il alors à Dufy...) et ce cher Linky. Il like, je like, I love Perpi et ses nouveaux compteurs bleus...

 

Mais n'est pas Le Pen (l'ancêtre) qui veut, célèbre pour ses "Durafourcrématoires"... 

N'est pas Ménard, le père fouettard biterrois...Roi des jeux de mots d'en dessous la ceinture...

 

Non, J.M.Pujol a voulu frapper fort, mais ce féru d'Histoire aurait dû savoir que tous les Allemands n'étaient pas des nazis qui menèrent des millions d'hommes dans les camps d'extermination…et les chambres à gaz…

 

Il devrait même savoir qu'Hitler coupa le gaz aux Juifs car ils se suicidaient ainsi : ils dépensaient trop de gaz…

 

M. Le Président de l'Agglo-glouglou, faut pas abuser du pastagaz..! 

 

C'est pas parce qu'il croit que ça gazze à Perpi plus qu'à Gaza qu'il faut se permettre des gaz de travers...

 

Bref, cette anecdote amusa bien bien dans les chaumières du RSA : Olà, Fernande, c'est bientôt l'été ! On met les gaz..?

 

JPB

 
Published by leblogabonnel - dans polémique
commenter cet article
29 avril 2016 5 29 /04 /avril /2016 09:21
Jean-Christophe Rufin : Immortelle randonnée "Compostelle malgré moi" Editions Guérin -Salon du livre de Banyuls samedi 30
Jean-Christophe Rufin : Immortelle randonnée "Compostelle malgré moi" Editions Guérin -Salon du livre de Banyuls samedi 30
Jean-Christophe Rufin : Immortelle randonnée "Compostelle malgré moi" Editions Guérin -Salon du livre de Banyuls samedi 30

Jean-Christophe Rufin : Immortelle randonnée "Compostelle malgré moi" Editions Guérin -Salon du livre de Banyuls samedi 30

**Salon du livre de Banyuls samedi 30 avril (demain, de 9h à 13 h, hall de la mairie, entrée libre : je serai à mon stand !)

 

--- Les RUF(F)IN

 

 

 

*François Rufin anime le phénomène "citoyen" : La nuit debout. Vivre debout, comme écrivait René Char, je suis pour ! La nuit, c'est plus dur, mais ce mouvement proche des "indignés", des insoumis, des "gens" qui désirent dépasser la traîtrise des partis traditionnels, c'est bien !

 

Cependant, comme le dit son animateur, ce n'est pas un "mouvement spontané", un élan de masse comme les Podemos espagnols; en outre, il ne mobilise que la frange petite-bourgeoise intello du pays...D'où sa stagnation en France et le danger d'être récupéré par des partis organisés (NPA et Front de Gauche : c'est d'ailleurs le projet de Mélenchon d'organiser tous ces émiettements d'insoumission)...

 

 

Avec son homonyme Jean-Christophe, je me régale: l'académicien atypique a publier son aventure à Compostelle et cette "immortelle randonnée" (normal pour un habit vert du quai de Conti!) est passionnante. 

 

Description du chemin basque, des villages, critique de ce phénomène touristico-religieux qui cache beaucoup d'hypocrisie et d'argent, anecdotes croustillantes (quand l'écrivain-académicien couche à la belle étoile et parle de ses problème de constipation…), portraits terribles de pèlerins…

Mais le livre ne serait rien sans le style: c'est toujours bien écrit, poétique. Et la méditation, centrale lors d'une telle expérience …Et l'humour, constant.

 

Rufin, on l'aime debout, tout le jour, pendant mille kilomètres, dans sa solitude et l'humilité : "J'éprouvais le bonheur de ce dépouillement." (page 51)

 

JPBonnel

 

Published by leblogabonnel - dans littérature
commenter cet article
28 avril 2016 4 28 /04 /avril /2016 10:36
Etienne Roda-Gil et Jordi Barre - "Regards", Rencontres de photographies" à Villeneuve et Pézilla de la Rivière : ce vendredi Au Castille, 19h, Le sel de la Terre. - Expo Woda à Sète
Etienne Roda-Gil et Jordi Barre - "Regards", Rencontres de photographies" à Villeneuve et Pézilla de la Rivière : ce vendredi Au Castille, 19h, Le sel de la Terre. - Expo Woda à Sète
Etienne Roda-Gil et Jordi Barre - "Regards", Rencontres de photographies" à Villeneuve et Pézilla de la Rivière : ce vendredi Au Castille, 19h, Le sel de la Terre. - Expo Woda à Sète

Etienne Roda-Gil et Jordi Barre - "Regards", Rencontres de photographies" à Villeneuve et Pézilla de la Rivière : ce vendredi Au Castille, 19h, Le sel de la Terre. - Expo Woda à Sète

***Albert BAUSIL:

Vient de paraître une anthologie de textes du poète roussillonnais, animateur du Coq catalan :
"A.Bausil, le coq catalan", préface de J.Edouard Barbe, éeditions Zinedi (documents, photos)

Le livre rappelle ceux qui ont fait connaître le poète, ami de Trénet : Etienne Roda-Gil, parolier de Julien Clerc, Jean Iglesis,  poète, Josiane Coranti et J.Louis Ferrer (à la maison rouge), le CML d'André Bonet, Hugues Di Francesco, chanteur...qui poursuit sa tournée, après le Domaine Lafage, Perpignan, Banyuls (mas Reig, ce vendredi soir)...

 

*Une année 2016 A.Bausil ? En tout cas, les hommages ne manquent pas...

Alors, je me suis replongé dans le recueil de poèmes "La Terrasse au soleil" (édition du Coq catalan), qui évoque le restaurant de Céret et les chansons de C. Trénet...

 

La facture des quatrains et la versification classique sont impeccables. On retrouve l'inspiration de Verlaine, avec les souvenirs du temps jadis, la nostalgie des bons moments, des amours envolées, du temps qui passe...

Le poète évoque les hauts lieux du Roussillon, de Collioure à la Cerdagne, d'Elne au Vallespir...

Si on peut admirer la technique, je dirais que les sujets abordés sont passéistes, loin d'une Catalogne qui se voudrait ouverte et moderne. Je déteste l'expression de "race" (catalane) "ardente" (p. 2, 6, 30) qu'on retrouve chez tous les écrivains de ce temps, l'entre-deux guerres. Je trouve les images banales, remplis de clichés (Le clocher d'or, pages 14 et 32, truisme repris par Trenet dans sa célèbre chanson sur Collioure)... On dirait que ces écrivains du "pays catalan" (Codet, Camo, Brasillach...) vivent en autarcie, loin des trouvailles stylistiques surréalistes : Paris, certes, n'est pas proche pour un provincial du fin fond du sud...

 

Le Canigou est toujours la figure tutélaire, "sacrée" des Catalans (poèmes pages 13, 24 et 29), thème ressassé depuis un siècle et encore aujourd'hui, dans une littérature  patrimonio-politique figée. Car le passé est loué sans cesse, le retour vers les aïeuls avec ce passéisme paralysant : p. 29, 31, 32, 34... "Et je pleure, en songeant, parmi ces voix qui passent, que tu ne les entendras pas." (septembre 1919, page 34, édition originale)

 

J.P.Bonnel



**Albert Bausil, poète, journaliste, meneur de revues, éditeur, découvreur de talents


Né d’un père audois et d’une mère catalane, Albert Bausil rayonna sur la vie culturelle et artistique de Perpignan, dans la première moitié du XXe siècle. Il fonda en 1917 un journal d’informations culturelles, artistiques et sportives qu’il dirigea jusqu’à sa mort en 1943 : Le Coq Catalan. Dans ce « Coq à talents » s’exprima une nouvelle génération de talents, dont le jeune Charles Trenet, qu’il rencontra en 1926. « J’ai découvert un génie, le fils du notaire », s’exclama l’Oncle Albert dans Perpignan, comme tous ses amis l’ont rapporté. Il publiera ses premières poésies, le fera jouer dans ses revues, l’encouragera à peindre, à écrire, à chanter. Albert Bausil rêvait d’une chanson française qui unirait le rythme, la poésie, les mélodies issues du jazz et du swing venus d’Amérique, d’Afrique, des Caraïbes. Charles Trenet l’a fait.


« Albert Bausil, poète fabuleux, qui ne voulut jamais quitter sa ville natale, aurait un nom célèbre et célébré s’il avait accepté de se faire “consacrer” par Paris. Il possédait un génial talent aux multiples facettes qui faisait de lui une sorte de Jean Cocteau roussillonnais. C’étaient deux êtres [Charles Trenet et lui] très semblables et très différents. » Louis AMADE, dans Il faut me croire sur parole, éd. Julliard, Paris, 1973.


Les éditions Zinedi publient une sélection de poèmes et textes en prose d’Albert Bausil sous le titre emblématique Le Coq Catalan. 


Pendant ce temps un disque était en préparation... aujourd’hui, il est devenu réalité : Sur les chemins d’Albert Bausil, une belle rencontre entre la poésie d’Albert Bausil et la musique d’Hugues di Francesco.



*Né à : Castres , le 16/12/1881
Mort à : Perpignan , le 02/03/1943

Albert Bausil fut tour à tour poète, comédien, journaliste et s'est imposé comme une personnalité marquante du Roussillon de l'Entre deux-guerre dont il a été le principal animateur de la vie culturelle.
Reçu à la SASL le 19 février 1905 par Frédéric Saisset et Gustave Cazes, il publia dans le bulletin de la Société, l'année suivante, un de ses plus beaux poèmes : « l'Hymne au Roussillon » sous le pseudonyme de Guy de Morlaincourt, Auteur de plusieurs recueils de poèmes comme « La Terrasse au soleil » ou « Primes roses et Rimes roses » dédié à Edmond Rostand auquel il doit beaucoup, il était aussi un prosateur hors pair comme il a su le montrer en particulier dans « L'âne qui mange les roses ».


Pour Joseph Delteil il était « la poésie en chair et en os ». Ses poèmes ont été chantés par Réda Caire, Ray Ventura, Charles Trénet, son fils spirituel qui, à seize ans, livré à lui-même et aux pensionnats par la séparation de ses parents, est pris en charge par lui, et Jean Edouard.
Dans les journaux qu'il créa, le Cri catalan et le Coq catalan, il fut le chroniqueur attentif, spirituel et souvent mordant de la vie perpignanaise. Passionné depuis son enfance par le théâtre, il s'illustra dès 1902 dans le rôle de l'Aiglon, écrivit quelques ouvrages dramatiques et monta une trentaine de revues.
Régionaliste d'esprit mistralien, il fut le chantre du Roussillon, dont il ne cessa à travers ses écrits et son action, d'exalter les beautés.

Source : www.mediterranees.net/olivier/bausil.html‎



-A paraître le 20 novembre : Le Coq Catalan, Albert Bausil
Le Coq Catalan présente des poèmes et textes en prose du poète catalan Albert Bausil, dont certains inédits.
Zinedi au Festival du livre de Cabestany
Les éditions Zinedi présenteront leur ouvrage consacré aux textes en prose et poèmes d'Albert Bausil au Festival du livre de Cabestany.

En savoir plus sur http://www.zinedi.com/blog/actualite/nuit-bausil-au-theatre-municipal-de-perpignan.html#SDQpQgJ2qvy3a2fK.99

**Albert Bausil
Mon pays, c'’est mon ciel, ma ville, ma grand-route 

c'’est le clocher qu'on voit de loin, quand on revient, 
c’'est le dîner qui fume et c’'est l’âne qui broute, 

tout le décor qui se souvient ! 


Mon pays, c'est ce mas ombragé de platanes, 

c’'est la garrigue et ses buissons de romarin, 
ce sont les cris de la hurlante tramontane, 

la voix triste du vent marin. 


Mon pays, c'’est la mer, la vigne, la montagne, 


les cyprès bleus où les moineaux vont se blottir, 


les pommiers du Conflent, les blés de la Cerdagne, 


les cerisiers du Vallespir ! 

-LIRE, Voir : L'été avec Albert Bausil : la terrasse au soleil, par Jean Iglesis...
https://plus.google.com/.../posts/4VKrcevPU8K


https://plus.google.com/.../posts/4VKrcevPU8K
jean-pierre Bonnel - Partagé en mode privé
22 juil. 2015 - L'été avec Albert Bausil : la terrasse au soleil, par Jean Iglesis - Le blogabonnel


Albert Bausil, par Jean Iglésis - poésies - Le blogabonnel
leblogabonnel.over-blog.com/article-albert-bausil-jean-iglesis-11330458...


10 déc. 2012 - Ces quelques textes, extraits de « Poèmes et proses », recueil anthologique d Albert Bausil (Editions Tramontane dernière revue 1980).


•    disque d’Hugues di Francesco Sur les chemins d’Albert Bausil ;
    •    concert d’Hugues di Francesco.


*Anthologie des oeuvres d'Albert Bausil par Pere Verdaguer
www.mediterranees.net/olivier/bausil.html


    
Albert Bausil (Castres, 1881 - Perpignan, 1943) a été un des grands écrivains en langue française du Roussillon : il a été le poète de La Terrasse au soleil, ...



* Albert BAUSIL * PEL-MOUCHI Le héros de province * Perpignan
        Editions de L'Olivier.


**Eric FORCADA : Perpignan au temps des Bausil 



Albert Bausil et Louis Codet mettent en scène dans leurs romans la vie d'une ville de province tandis que des architectes comme Gustave.


Albert Bausil et Louis Codet mettent en scène dans leurs romans la vie d’une ville de province tandis que des architectes comme Gustave Violet réagissent au modèle haussmannien en préconisant l’utilisation d’une architecture régionale. Dans les arts plastiques, des artistes comme Etienne Terrus ou Louis Bausil se forment dans le pleinairisme pour exprimer toute la force de la lumière méditerranéenne. Dans un même esprit, Aristide Maillol travaille à son chef-d’œuvre « Méditerranée » alors qu’Henry Muchart compose
la Méditerranée, « Baigneuses au soleil ». La clarté devient le maître mot de toute génération et de toute création. L’« Espagne noire » cède le pas à cette nouvelle Arcadie catalane. Perpignan n’est pas en reste. La capitale du Roussillon devient cette « cité » où les débats démocratiques sont animés et alimentés par le polémiste Albert Bausil alors que les rugbymen de l’USAP, ces athlètes des temps modernes, signent leurs premiers succès sur les stades français.
Avec la destruction de ses remparts, Perpignan jette les bases de son identité moderne. Plutôt que de devenir « une ville moderne française » quelconque, elle opère une redéfinition urbaine, culturelle et artistique autour de sa catalanité pour affirmer son particularisme à travers un nouvel imaginaire tourné vers la Méditerranée.
■ Eric FORCADA ■
 

Published by leblogabonnel - dans poésie
commenter cet article
27 avril 2016 3 27 /04 /avril /2016 08:53
Gildas Girodeau

Gildas Girodeau

Collioure, Notre-Dame de Consolation

 

     l'écrivain Gildas Girodeau, Paborde, répond

 

 

Vous êtes Paborde, et avez souhaité réagir à mon précédent article sur l’Ermitage de Consolation, pourquoi ?

D’abord il est injuste de mettre en cause Vincent Cantié, qui donne énormément de son temps et de son énergie à l’Ermitage de Consolation. Traditionnellement les Pabordes, représentants élus de l’association propriétaire du site, ne s’expriment pas. C’est une vieille histoire qui plonge ses racines dans l’après révolution française de 1789, où des citoyens se regroupent pour racheter le site à l’Etat afin de lui garder sa vocation spirituelle. Au fil des siècles leur regroupement s’est transformé jusqu’à devenir une association 1901. Leur action s’inscrit dans la durée, pas dans la polémique instantanée. Je voulais m’exprimer à titre personnel, puisque les Pabordes ne le feront pas, et qu’une ligne rouge a été franchie.

 

Laquelle ?

Je constate l’organisation d’une cabale par l’actuel gérant de la partie commerciale, visiblement destinée à prendre le contrôle du site à son profit, ce qui pose problème.

 

Comment sont les relations avec la gérance de la partie commerciale ?

Comme des relations de bailleur à locataire. Je ne rentrerai pas dans les détails, mais les points de litige s’accumulent et ces attaques systématiques n’arrangent pas les choses : sur de nombreux points la confiance est rompue. Il faudra donc retrouver le sens du dialogue, ou se séparer.

 

Quelles sont les perspectives ?

Les Pabordes ne sont pas autistes, ils agissent concrètement au quotidien et sans faire de tapage, avec les moyens qui sont les leurs. Et par exemple, contrairement à ce que votre précédent article affirme, des négociations sont bien engagées avec la mairie de Collioure pour la mise à concession d’une partie du site au travers d’un bail emphytéotique. Cela a déjà permis d’apporter un début de solution aux problèmes de sécurité incendie et de contrôles de la qualité de l’eau qui sont imposés par l’évolution des réglementations.

Pour le reste, certaines choses doivent être redéfinies et repensées sur le fond. Des contacts sont engagés avec d’autres sites du même genre, comme l’abbaye de Fontfroide à coté de Narbonne, mais aussi d’autres, plus ressemblants en taille et vocation, afin d’envisager les meilleures solutions pour assurer la pérennité du lieu dans la durée. Tout ça prend du temps. Je comprends les impatiences, mais ces sujets ne peuvent pas s’improviser. Ces polémiques ne sont pas positives, elles font juste perdre un temps précieux.

 

Un souhait ?

J’aimerais rappeler à tous que l’Ermitage de Consolation est un lieu essentiellement dédié à la sérénité et à la spiritualité. Dans le monde d’aujourd’hui, de tels lieux sont des trésors qu’il faut absolument préserver. Plus que d’alimenter des polémiques qui n’ont pour but que d’accélérer la commercialisation incontrôlée du site, j’aimerais que les amoureux sincères de cet endroit magique soutiennent davantage l’action des Pabordes.

 

Propos recueillis par J.P.Bonnel



* Gildas Girodeau est romancier, marin, oléiculteur, directeur du salon du livre de Collioure.


** Antonia, de Gildas Girodeau 
        Éditeur : Au-Delà du Raisonnable



Né à Collioure, Gildas Girodeau, passionné de mer et de voile, breveté de la Marine Marchande, a participé à de nombreuses compétitions et traversées de l'Atlantique en voilier.
C'est au lycée Arago de Perpignan que son enthousiasme pour l'écriture puise ses sources, ainsi que dans le bouillonnement politique et culturel des années 1970.
Cet auteur engagé,également producteur d’huile d’olive bio à Argelès, militant catalan, inscrit souvent ses personnages dans les ambiances et décors catalans, qu’il utilise pour délivrer un message plus universel, sur le nucléaire, la françafrique, les relents du franquisme par exemple. Curieux de nature,passionné d'Histoire,de politique,il passe avec bonheur et plaisir,du Polar social (pour lequel il a obtenu de nombreux prix) à l’Heroic Fantasy, voire au Roman. 


Quelques mots au sujet d' "Antonia" - Au delà du raisonnable édition entre roman et polar :
"En montrant son souci du détail humaniste qui rend les personnages attachants, Gildas Girodeau, après un diptyque intelligent sur l'implication française en Afrique, offre ici un roman sensible et attachant".


Gildas Girodeau nous rappelle que la grande Histoire, l’officielle, est d’abord un récit écrit par les vainqueurs, et que l’Histoire, la vraie, est celle qui marque les hommes dans leur mémoire, qui chamboule leurs vies et redistribue les rôles."


Surnommée la Pistolera par la presse des années 70, Antonia une jeune activiste, et ses camarades des Brigades mettent tous les carabiniers d’Italie sur les dents. Contrainte de fuir son pays, la jeune femme se jette dans une carrière d’humanitaire au sein d’une congrégation religieuse. Mais la traque que mettent en place les deux officiers italiens qui la pistent est faite pour durer toujours. Dans sa cavale effrenée, Antonia est tiraillée entre la force inaltérable de ses engagements, son amour pour son cousin Anselme, prêtre dont elle ne partage pas la foi, le devoir de garder le silence pour sa survie et l’impérieux besoin d’agir dans les pays qu’elle traverse. Au Rwanda, elle crie pour chasser les premiers fratricides… Il était une fois une lanceuse d’alerte, elle s’appelait Antonia.


Bibliographie non exhaustive :
Antonia, éd. Au delà du raisonnable, 2015 (roman).
Tempête sur la Belle Maria, éd. du Jasmin, 2013 (polar).
La Paix plus que la vérité, éd. Au-delà du raisonnable, 2012 (roman).
Les Cafards se rebiffent, éd. Cap Béar, 2011 (policier).
La Saga de Xavi El Valent, Volume 1, Le glaive de justice, coauteurs François Darnaudet et Philippe Ward, éd. Black Coat Press, 2010 (SF).
Pas de répit pour les cafards, éd. Cap Béar, 2009 (policier).
Nuclear parano à Port-Vendres, éd. Cap Béar, 2008, version catalane, 2009 (policier).
La Dernière fanfare, éd. Mare Nostrum, 2007 (nouvelles).
Malaguanyat : terminus Béar, éd. Cap Béar, 2006 (policier).
Rouge tragique à Collioure, éd. Cap Béar, 2005 (policier).
*** 


Gildas GIRODEAU


http://gildasgirodeau.wix.com/ecrivain

 

Published by leblogabonnel - dans patrimoine
commenter cet article
26 avril 2016 2 26 /04 /avril /2016 09:23
Joan Pau Giné

Joan Pau Giné

* Débat, polémique :

 

Le Rap violent..?  anti-FN :


YOUTUBE : un clip de rap du groupe La RTB, tourné dans deux quartiers sensibles de Perpignan – et violemment anti-Marine Le Pen- fait polémique
par ADMIN le avr 25, 2016 • 6 h 24 min
Pas de commentaire
Drogue, armes à feu, argent sale, violences verbales… sont le tableau de fond de ce clip de rap pour le moins dérangeant, signé du groupe la Rare Team Bâtard (RTB), et entièrement tourné dans deux quartiers sensibles de Perpignan. Une vidéo qui tourne en boucle grâce à YouTube et qui ne donne pas une image très reluisante de la capitale nord-catalane. En tout cas, sur les réseaux sociaux, sa diffusion fait polémique et interpelle, tant elle est perçue comme choquante et agressive sous certains aspects.
http://www.youtube.com/watch?v=3s5xOSwwEew&sns=em


© Ouillade


** Moins violente, poétique, cette chanson, su même groupe, tournée à Collioure, que le site OUILLADE ne cite pas :


Nouveauté Rap Francais 2016 // RTB Ft PU Clan // Double V Ft Sinya // YEMA // Perpignan // 66000
RTB Rare Team Batard Officiel 
RTB Rare Team Batard Officiel


Ajoutée le 20 avr. 2016
Nouveauté Rap Francais 2016 // RTB Ft PU Clan // Double V Ft Sinya // YEMA // 
https://www.facebook.com/RareTeamBatard
https://www.facebook.com/sinya.perpiz...


Clip de Double V de la Rare Team
nouveauté musique
rap francais 2016
Réalisation Le Labo : https://www.facebook.com/Labo66/?fref=ts

 

**JOAN PAU GINE par "Col-lectiu Joan Pau Giné" et RNC - Ciontact : raymond.faura@sfr.fr (disque anthologie publié par "Angelets de la Terra", n°6, Musics de Catalunya Nord per la Llengua. Chnasons avec B. Medelin,, Blues de Picolat,Stéphanie Lignon, Sergi Loêz, Jimmy Vila, G. Jacquet...

 

et par Joan IGLESIS :

 

Cant per al merla rialler

(Homenatge a Joan Pau Giné)

D'ençà que ens ha deixat,
D'ençà que s'és anat,
Aquí a Rosselló
Costa de fer cançós.
De quan en quan el dia
Porta una melangia,
La del merla rialler,
La d'en Joan Pau Giné.

Vespres de broma roja
Sul camí de Costoja,
On padrines i llops
S'estimen a l'encop.
Quan la mar embrutida
Plora sense mentides,
Lluny del merla rialler,
Lluny d'en Joan Pau Giné.

El món se'l veu pitjor
A la televisió
On els morts i les penes
Corren per les cadenes.
Peret i la Françoise,
Els hi han venut la casa,
Niu del merla rialler,
Niu d'en Joan Pau Giné.

L'allioli munta massa
Amb l'all de Montparnasse.
A l'estiu quin pastís
Fan els pallagostís!
El cuc se gira enrere,
Vol engolir la terra,
La del merla rialler,
La d'en Joan Pau Giné.

El xirment, l'han cremat
Els mestres educats.
Sota la marinada,
El grec alça tirades,
Versos d'ahir, d'allà,
Cridant «Adiu ça va... »
Cap al merla rialler,
Cap en Joan Pau Giné.
                                                                                                                                
La Mercedes, pobreta,
Ha agafat la maleta,
Ha passat la frontera.
Se ven a la Jonquera...
Sota la nit que ve,
Bages s'endorm solter,
Sense el merla rialler,
Sense en Joan Pau Giné.

 

(C) Jean Iglesis.

**

Cant per al merla rialler


(Homenatge a Joan Pau Giné) 

D'ençà que ens ha deixat,
D'ençà que s'és anat,
Aquí a Rosselló
Costa de fer cançós.
De quan en quan el dia
Porta una melangia,
La del merla rialler,
La d'en Joan Pau Giné.

Vespres de broma roja
Sul camí de Costoja,
On padrines i llops
S'estimen a l'encop.
Quan la mar embrutida
Plora sense mentides,
Lluny del merla rialler,
Lluny d'en Joan Pau Giné.

El món se'l veu pitjor
A la televisió
On els morts i les penes
Corren per les cadenes.
Peret i la Françoise,
Els hi han venut la casa,
Niu del merla rialler,
Niu d'en Joan Pau Giné.

L'allioli munta massa
Amb l'all de Montparnasse.
A l'estiu quin pastís
Fan els pallagostís!
El cuc se gira enrere,
Vol engolir la terra,
La del merla rialler,
La d'en Joan Pau Giné.

El xirment, l'han cremat
Els mestres educats.
Sota la marinada,
El grec alça tirades,
Versos d'ahir, d'allà,
Cridant «Adiu ça va... »
 Cap al merla rialler,
Cap en Joan Pau Giné.
  

                                                                                                                             
La Mercedes, pobreta,
Ha agafat la maleta,
Ha passat la frontera.
Se ven a la Jonquera...
Sota la nit que ve,
Bages s'endorm solter,
Sense el merla rialler,
Sense en Joan Pau Giné.

Elna els 6 i 8 de juny del 2013

Joan Iglesis

 

Bages


Franc succès pour la journée « Portes ouvertes » au Domaine des Arbres Blancs



Ciel bleu, soleil radieux  et irradiant, terre nourricière et féconde… Terre blanchissante,  exhalant ses secrets, 
sous la chaleur du jour……
Le printemps s’est affirmé, vivace et incontournable. La belle saison, espérée et attendue, s’est installée et a
déroulé ses atouts, ses effluves et  ses charmes au long de cette journée « portes ouvertes » axée sur le
double  thème de la dégustation et de la rencontre, laquelle journée a éclairé et illuminé, samedi 16 avril, le
Domaine des Arbres Blancs, de Bages.
Les stands, tendant leurs bras aux visiteurs, ont proposé à l’envi dégustations de produits du terroir (fruits, 
légumes, vins, miels, fromages, spécialités du cru…).
Vibrant, vivant, rendu amical,  plaisant et  ludique… l’après-midi a permis aux enfants -venus en famille et 
en un  nombre certain - de lier connaissance avec les animaux du domaine (chèvres naines, poneys, poules, 
porcins)… à savoir des animaux domestiques et de compagnie auxquels les tout-petits ont offert  
généreusement des fruits, du pain et – comme il se doit -des sourires…
Les productions vernaculaires, in situ (à savoir cultivées et développées sur la propriété), telles que les 
fraises, le jus de pomme, le nectar d’abricot ont été particulièrement testées, goûtées  et savourées par les 
visiteurs… 
Plus qu’une rencontre ordinaire,  ce rendez-vous s’est inscrit comme un thermomètre, voire tel un témoin de
 la richesse et de la diversité agricoles, vinicoles et de terroir… une production locale certes, mais à tout le 
moins digne de distinction et d’intérêt, face à une économie de marché qui se mondialise, et perd au bout du 
compte, et bien souvent, ses repères…
Consommons maintenant et ici… Redécouvrons la fraîcheur et le goût de nos produits.
Ils nous sont intrinsèquement  proches, familiers et spécifiques… Epargnons-nous du mal, avant qu’il ne
 nous nuise…
Exploitation bagéenne, créée il y a 26 ans par la famille Bosch sur une surface relativement modeste à
 l’origine, le Domaine des Arbres Blancs s’est amplement étendu pour dénombrer aujourd’hui plus de 25
 hectares de terre cultivée.
Depuis l’année dernière,  le  domaine propose la vente au public, sous la formule drive (les produits
commandés tous les jours avant 18h peuvent être retirés le lendemain entre 17h30 et 18h30).
Le Domaine des Arbres Blancs veille  à la  maîtrise de la chaîne de production, laquelle est garantie par la
sélection rigoureuse des variétés  de  produits,  de leur plantation, de leur récolte, ainsi que de leur conditionnement et de  leur  commercialisation. Les  fruits  et  légumes, produits    par  le  domaine, sont écoulés essentiellement par le biais de la vente au public : par la propriété (le point de vente du domaine est ouvert du lundi au samedi de 9h à 12h et de 16h à 19h), ainsi que sur les marchés.
Cette  formule  directe  assure  la fraîcheur et la saveur des fruits et légumes  que  le  domaine  cultive et 
offre au public …

Jean Iglesis

 


Ont participé  à  la  journée « Portes  ouvertes » :
Viv' les Figues  (fabrication artisanale à base de figues Bio - Elne)-Charcuterie des Albères  (viande et 
charcuterie artisanale - Palau del Vidre)-La Bergerie de Vives (fromages de chèvre - Vives) -A la 
Ruche  - Vincent Mistretta  (apiculteur)-Domaine Camp d'Oliu  (producteur d'huile d'olive - Pézilla la
 Rivière)- Château de Villeclare Jonquères d'Oriola  (Palau del Vidre)-Cave coopérative de Bages


Domaine des Arbres Blancs, 66670 Bages
domaine.arbresblancs@orange.fr
www.domainedesarbresblancs.com
Tel : 06.32.34.22.30

Published by leblogabonnel - dans musiques
commenter cet article
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 08:17
Le maire de Perpignan au stand de la Librairie catalane (Eliane Comelade, Joan Tocabens, Joana Serra, JPB…)

Le maire de Perpignan au stand de la Librairie catalane (Eliane Comelade, Joan Tocabens, Joana Serra, JPB…)

Il ne savait pas, ce Candide échappé d'une fiction voltairienne, que la fête des livres était en l'honneur de Saint-Georges, qu'on appelle ici Jordi...

 

Il fut étonné, ce touriste venu de Sirius, d'assister à cette débauche de fleurs : les conseillers municipaux donnaient des roses à tous les vents; le maire s'arrêta au stand de la Librairie catalane, où un auteur polémiste dédicaçait son dernier opus sur les "Communautés libertaires":

"Bonjour M.Bonnel, lui serra-t-il la main, M.Pujol, souriant. Avec cette rose au poing, je ressemble à un Socialiste, vous ne trouvez pas..?", lança-t-il à ce romancier qui le mit en colère, il y a quelques semaines... JMPujol passant de la colère à la sérénité, pourquoi pas..?

 

La ville était en proie aux livres, aux endroits stratégiques de centre-ville, et jusqu'à St-Jacques la popu, l'Etrangère, où un diacre, un paroissien, un pèlerin, J.P.Caspar, avait imaginé d'instaurer une "Sant-Jordi à Sant-Jaume", dans un quartier périphérique, où la culture est peu célébrée...Ce fut un plaisir de recevoir très tôt, malgré le froid de la tramontane, Michel Pinell et Sophie. L'adjoint à la culture trouva même un bon roman de Ludovic Massé...

 

Candide se disait : "Même en politique, où règnent l'hypocrisie et les coups bas, il faut dire le vrai quand l'événement est positif.

Et cette fête catalane du livre, la plus importante à Perpi depuis des lustres, est à noter ! Diversité des activités : lectures, expositions, concerts, ouverture des bibliothèques à des horaires inattendus, vie des musées, hommage aux derniers grands noms de la littérature d'ici. 

 

Oui, hommage à Pere Verdaguer, à Teresa Rebull et à J.Pere Cerda, puisque le théâtre municipal porte désormais son nom : on n'a pas commis de faute d'orthographe comme il y a quelques années, en posant le nom de l'écrivain sur la façade du Grenat de l'Archipel…

 

Seul bémol, soupira Candide, le quai Vauban était triste, on aurait pu passer de la musique, du rythme, gitan, catalan, espagnol, flamenco, la cohabitation des musiques du monde car Perpignan, c'est la fraternité des cultures, la tolérance dans une ville marquée par le passage, l'immigration…et l'Histoire n'est pas finie !

 

Il manquait aussi des débats, des échanges entre auteurs et public : on ne peut se contenter de vendre et de consommer, de faire plaisir au commerce, il faut approfondir les thèmes littéraires au lieu de rester à la superficialité de l'animation…

 

La foule tournait dans le centre historique. Là-haut, à St-Jacques, à l'écart du grand marché, les amoureux du livre furets peu nombreux. Ceux qui vinrent apprirent au jeune Candide que les jardins de la Miranda étaient toujours fermés car les Gitans lancent des pierres dans les jardins et piscines des villas en contrebas; ils jouent au ballon sur le parvis et visaient la statue du Christ sur la façade: il fallut déménager le pauvre type…

 

L'intérieur a été rénové : souvent il suffit d'enlever la poussière et les émanations des cierges pour retrouver le ciel étoilé du plafond; on se rappela les travaux de l'ancienne mairie : comme il n'y avait plus d'argent, l'entreprise n'installa qu'une bâche et des pierres sur le toit. Ce fut l'inondation lors du premier orage ! Les grandes orgues furent perdues; l'assurance paya , mais la mairie garda l'argent…Qui, comment, quand..? C'était sous le maire précédent, un certain J.Paul Alduy, entendit Candide, et tout cela le stupéfia…

 

JPB

 

 

Enquête sur la culture à Perpignan, à suivre : les bibliothèques - la cohésion sociale - les personnels - les syndicats et la mairie : procès et recours en Conseil d'Etat …

 
***
Published by leblogabonnel - dans littérature
commenter cet article

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens