Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 09:22
Anna DOT, plasticienne, sur le chemin W.Benjamin, dimanche 2 octobre 2016, 8h30 à Puig del Mas (Banyuls)

Anna DOT, plasticienne, sur le chemin W.Benjamin, dimanche 2 octobre 2016, 8h30 à Puig del Mas (Banyuls)

 

 

***Fête de la chèvre à Montalba le Château (66) le 2 octobre 2016

 

14264223_1809285002620019_4193598658420289046_n.jpg

Pour la 4ème année consécutive la fête de la Chèvre aura lieu à Montalba-le-Château le Dimanche 2 octobre de 9h à 18h. Un programme riche, développé autour de la ruralité, des savoir-faire locaux, du partage et de la convivialité. Venez découvrir à Montalba, de nombreuses animations toute la journée autour des chèvres et des fromagers : démonstration / dégustation / présentation de différentes races de chèvres

  • espace Chèvres (démonstrations, atelier de fabrication de fromages, table ronde, contes …)
  • débat à 11h sur le thème : une ruralité vivante pour une agriculture de qualité et de proximité
  • espace lecture (gastromonie, patrimoine locale et histoires de chèvres) avec des contes « chèvres et chevriers » de 14h à 16h

Mais aussi un marché de Producteurs et de Créateurs, un forum des associations, des concerts, des exposition au Château de Montalba….

Possibilité de restauration sur place (pensez à réserver pour le repas de midi)

Plus de renseignements au 04.68.84.77.88 ou 06.33.66.76.17

 

Vivre...

 

Sous les injures, les lazzis,

Sous les moues en catimini,

Sous les quolibets, les diatribes,
Sous l'insulte, sous l'invective,
Sous les serments de feu de paille,
Sous les engagements sans faille,
Sous la parole que l'on vend,
Sous l'honneur dont on se défend,
Sous la trahison des faux-frères,
Sous les assauts thuriféraires,
Sous le silence en disant long,
Sous l'eau qui passe sous les ponts,
Dans la salle des pas perdus,
Dans ce qu'on sait, qu'on ne dit plus,
Sous la torture des bourreaux,
Dessous la foi des buveurs d'eau,
Sous les promesses qui s'en vont,
Sous les mensonges, les affronts,
Sous les attaques anodines,
Sous l'air d'avoir mauvaise mine,
Sous les remarques assassines,
Sous la courbure de l'échine,
Les chinoiseries sans la Chine,
Casse-tête et concours Lépine,
Sous l’accusation des regards,
Sous les mots reçus sans égard,
Sous la bataille qui fait rage,
Sous le ciel qui vire à l'orage,
Sous l'amour un rien délétère
Qui prend son pied dans l'adultère,
Sous le besoin qu'on a des autres,
Sous le sermon des bons apôtres,
Sous l'humilité dont se fend
La vérité de but en blanc,
Croisade pour laquelle on part,
Née autour d'un verre, en un bar,
Dans la magie des jours de fête
Où l'on sourit, criblé de dettes,
Dans l'envol des oiseaux blessés
Et dans les vallées encaissées,
Dans l'hiver et dans sa froidure,
Dans le bruit et dans le murmure,
Dans les mains vers le ciel tendues,
Dans l'orge qu'on ne fauche plus,
Vers l'ardent soleil de l'été,
Vers les tours, les blés étêtes,
Sous la brise qu'on sait marine,
La vague que l'on dit mutine, 
Sous le baiser brûlant qui choit
Sur les corps du chacun-pour-soi,
Sous la chanson, la ritournelle
De ceux pour qui la vie est belle,
Sous les balles livrant combat,
Dans la frénésie des ébats,
Dessous l'étoile au firmament
Et dans l'étreinte de maman,
Dans les contes, joies éphémères
Des enchantements de grand-mère,
Dans l'admiration de mon père,
Dans la droiture de grand-père,
Au nom de tous les châteaux-forts,
Peuplés de combattants muets,
Pauvres gens qui se sont rués
Dans l'ombre-même de la mort.
Aux mots de 14-18,
Du 69, du grand 8,
Sous les programmes politiques
Qui parlent de droit, puis d'éthique,
Qui s'efforcent à tour de bras
De ravir qui les élira,
Sous l’œil éteint des caméras
Qui éclairent de çà de là
La vie des égéries publiques
Et les génocides ethniques,
La relance qui vient trop tard,
Les filles qui font le trottoir,
Le CAC 40 qui s'affole,
Les magouilles, les casseroles,
Les malheureux que l'on console
Et les cons que l'on trouve drôles...

Bordel de vie !...

 

Jean Iglesis

 


*** Chemin W. Benjamin, avec des artistes, 2 octobre 2016 (8h30, Puig del Mas)
Ruta Benjamin en el seu programa El Viatge de les Arts 



par Centre de Creació Contemporània
La Lluena 17465 Camallera 637880565 www.naucoclea.com


Anna Dot és l’artista convidada pel Centre de Creació Contemporània Nau Côclea a la Ruta Walter Benjamin que tindrà lloc el diumenge 2 d’octubre dins els actes del Col·loqui Internacional Walter Benjamin 2016 que organitzen el Museu Memorial de l’Exili de La Jonquera i la Càtedra Walter Benjamin de la UdG.


Book people: Roser Cabré, Víctor Garcia Tur, Núria Gómez Gabriel, Anna Pahissa Documentació audiovisual: Edgar Díaz Palma Lombardo
Més sobre Anna Dot http://annadot.net/
Comissària Clara Garí
Des de fa sis anys, la Nau Côclea inclou la Ruta Benjamin en el seu programa El Viatge de les Arts un programa singular de recorreguts a amb l’acompanyament de creadors i artistes que aporten una nova mirada al patrimoni natural cultural i artístic del territori.
Enguany, l’artista Anna Dot ha estat convidada per la Nau Côclea a realitzar una residència i preparar Ruta Walter Benjamin. S’amagaven darrere els arbres, una acció que realitzarà durant la ruta fa referència a la novel·la homònima de Ray Bradbury (1953) i a la pel·lícula Fahrenheit 451 (1966) en les quals homes i dones havien esdevingut bookpeople, persones- llibre, i havien apres de memòria alguns llibres per evitar que es perdessin per sempre, cremats pel furor de la guerra. Anna Dot presentarà aquest treball conjuntament amb algunes persones-lectores que provenen de Portbou i d’altres indrets de Catalunya.
El recorregut serà acompanyat i guiat per Clara Garí que ha treballat amb l’artista com a responsable curatorial del programa El Viatge de les Arts i del projecte d’enguany.

El camí que proposem posa l’accent sobre els terribles fets d’aquells darrers dies però també vol anar enllà dels esdeveniments històrics i donar a conèixer el pensador, el creador, l’escriptor i el gran intuïtiu que va ser Benjamin. Per això oferim cada any algunes lectures sobre el seu concepte d’història, de memòria, d’anonimat i multitud.

Per fer la ruta que surt a les 8 del dematí de Portbou cal inscriure’s prèviament per telèfon al 972125161. L’autobús que duu la gent de Portbou a Banyuls on comença el camí te un preu de 5€. Cal anar ben calçat i tenir una preparació física suficient. La ruta dura unes tres hores de pujada (700 m de desnivell) i dues de baixada.


Départ 8h30 au Puig del Mas a Banyuls

Informations :
Clara Garí Aguilera
Directora
Centre de Creació Contemporània Nau Côclea
Camallera. Catalunya 
34-637880565
www.naucoclea.com  


clara@naucoclea.com 

- - -

 

*Colloque W. Benjamin par le MUME

 

Chers ami(e)s, 

Nous sommes heureux de vous faire parvenir le programme du Colloque international Walter Benjamin, 2016, qui aura lieu pendant trois jours: 30 Septembre, 1 et 2 Octobre. Le colloque est organisé par la Càtedra Walter Benjamin de l'Université de Gérone et le Museu Memorial de l'Exili, en collaboration avec l'ICIP (Institut Català Internacional per la Pau) et le Memorial Democràtic de la Generalitat de Catalunya, l'EUROM (European Observatory on Memories) de l'Université de Barcelone, et l'Université de Perpignan Via Domitia.

 

"Les guerres civiles à l'époque contemporaine" est le sujet qui sera discuté dans ce colloque interdisciplinaire et complet qui vise à analyser le phénomène du conflit civil armé depuis le début du XXe siècle à nos jours. Stathis N. Kalyvas (Université de Yale), Robert Gerwarth (Centre for War Studies, University College Dublin), Rafael Grasa (Université Autonome de Barcelone) ou Ricard Garcia-Vilanova (photojournaliste) sont parmi des nombreux intervenants.

 

Pour marquer le 80e anniversaire de la guerre civile espagnole, une attention particulière sera consacrée à cet événement historique qui continue d'avoir une forte présence dans la mémoire collective.

En outre, le dimanche 2 Octobre un sentier de randonnée de Banyuls à Portbou sera organisé. Un projet de Nau Coclea qui comprend également une intervention artistique.

 

Une inscription préalable est nécessaire afin d'assister au Colloque et participer à la randonnée. Vous trouverez toutes les informations dans les documents ci-joints.

En attendant de recevoir la confirmation de votre participation, veuillez agréer nos salutations distinguées.

 

 

Ens complau de fer-vos arribar el programa del Col·loqui Internacional Walter Benjamin, 2016, que tindrà lloc els dies 30 de setembre, 1 i 2 d’octubre a Girona a Portbou. Aquest col·loqui l’organitza la Càtedra Walter Benjamin de la Universitat de Girona i el Museu Memorial de l’Exili, amb la col·laboració de L’ICIP (Institut Català Internacional per la Pau) i el Memorial Democràtic de la Generalitat de Catalunya,  l’EUROM (European Observatory on Memories) de la Universitat de Barcelona i la Universitat de Perpinyà.

 

“Les Guerres Civils a l’Època Contemporània” serà el tema a tractar en un col·loqui interdisciplinari i exhaustiu que té el propòsit d’analitzar el fenomen dels conflictes civils armats des de l’inici del segle XX fins a la mateixa actualitat. Stathis N. Kalyvas (Universitat de Yale), Robert Gerwarth (Centre for War Studies, University College Dublin), Rafael Grasa (Universitat Autònoma de Barcelona) o Ricard Garcia-Vilanova (fotoperiodista) figuren entre una extensa nómina de ponents.

Amb motiu del 80ê aniversari de la  Guerra Civil espanyola,  es dedicarà una atenció especial a aquell esdeveniment històric que continua tenint una forta presencia en la memòria col·lectiva.

Així mateix, el diumenge 2 d’octubre es portarà a terme la ruta a peu de Banyuls a Portbou.  Un projecte de la Nau Coclea que comptarà amb una intervenció artística.

Tant per assistir al Col·loqui com per a participar en la caminada cal inscriure’s prèviament. Trobareu la  informació als documents que s’adjunten. 

Ben cordialment,

 

Apreciada/o amiga/o:

 

Nos complace enviarte el programa del Coloquio Internacional Walter Benjamin, 2016, que tendrá lugar los días 30 de septiembre, 1 y 2 de octubre. Este Coloquio lo organiza la Càtedra Walter Benjamin de la Universitat de Girona y el Museu Memorial de l’Exili, con la  colaboración del ICIP (Institut Català Internacional per la Pau) y el Memorial Democràtic de la Generalitat de Catalunya,  el EUROM (European Observatory on Memories) de la Universitat de Barcelona y  la Universidad de Perpiñán.

“Las Guerras Civiles en la época Contemporánea” será el tema a tratar en un coloquio interdisciplinar y exhaustivo que tiene  el propósito de analizar el fenomeno de los conflictos civiles armados desde el inico del siglo XX hasta la misma actualidad. Stathis N. Kalyvas (Universitat de Yale), Robert Gerwarth (Centre for War Studies, University college Dublin), Rafael Grasa (Universitat Autònoma de Barcelona) o Ricard Garcia-Vilanova (fotoperiodista) figuran entre una extensa nómina de ponentes.

Con motivo del 80 aniversario de la Guerra Civil española, se dedicará una atención especial a aquel acontecimiento histórico que continua teniendo una fuerte presencia en la memoria colectiva.

Asimismo, el domingo 2 de octubre se llevará a cabo la ruta a pie de Banyuls a Portbou. Un proyecto de la Nau Coclea que contará con una intervención artística.

Tanto para asistir al Coloquio como para participar en la caminata es necesario inscribirse previamente. Encontrarás la información en los documentos que se adjuntan.

Muy cordialmente.

 Dear friends,

We are pleased to send you the program of the International Colloquium Walter Benjamin, 2016, which will take place on September 30, 1 and 2 October. The symposium is organized by the Càtedra Walter Benjamin of the University of Girona and the Museu Memorial de l'Exili, in collaboration with ICIP (Institut Català Internacional per la Pau) and the Memorial Democràtic of the Generalitat de Catalunya, the EUROM (European Observatory on Memories) of the University of Barcelona, and the University of Perpignan Via Domitia.

"Civil Wars in Contemporary era" is the topic to be discussed during this interdisciplinary and comprehensive conference which aims to analyse the phenomenon of armed civil conflict from the onset of the twentieth century to the very present. Stathis N. Kalyvas (Yale University), Robert Gerwarth (Centre for War Studies, University College Dublin), Rafael Grasa (Autonomous University of Barcelona) or Ricard Garcia-Vilanova (photojournalist) are among an extensive list of speakers.

To mark the 80th anniversary of the Spanish Civil War, special attention will be devoted to this historic event which continues to have a strong presence in our collective memory.

In addition, on Sunday, October 2, the walking trail from Banyuls to Portbou will be organized. It is a project by Nau Coclea which will also include an artistic intervention.

To attend the symposium and to participate in the walk trail it is necessary to register. You will find all the information in the documents here attached.

We are looking forward to receiving the confirmation of your participation.

With our most kind regards,

 

Jordi Font Agulló

Director del MUME

 

Maximiliano Fuentes

Director de la Càtedra Walter Benjamin, Memòria i Exili

Download.html.jpg       Download.html_1.jpg

Carrer Major 43-47

17700 La Jonquera

www.museuexili.cat

Published by leblogabonnel - dans littérature
commenter cet article
30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 07:47
Affiche de la médiathèque d'Argelès - Guy Jacquet - Conférence d'Alain Badia
Affiche de la médiathèque d'Argelès - Guy Jacquet - Conférence d'Alain Badia
Affiche de la médiathèque d'Argelès - Guy Jacquet - Conférence d'Alain Badia

Affiche de la médiathèque d'Argelès - Guy Jacquet - Conférence d'Alain Badia

 

 * Création d'un fonds Walter Benjamin à la médiathèque d'Argelès, le vendredi 30 septembre, à 18h30

 

 

A cette occasion, lectures autour du philosophe Walter Benjamin par Guy Jacquet, acteur et directeur du Théâtre de la Rencontre, à Perpignan.

 

 

Une convention a été signé pour la création d'un fonds W.Benjamin à la médiathèque d'Argelès, comprenant des dons de l'Association W.Benjamin créée à Banyuls, en avril 2015.

 

La présentation de l'Association (à 18h30) sera assurée par quelques membres et par son président Jean-Pierre Bonnel, auteur du livre "Le chemin ultime de Walter Benjamin", dont Gérard Jacquet lira quelques extraits.

 

Entrée libre - Echanges - Dédicaces - apéritif.

 

Hélène BLANQUER et

 

L'équipe de la médiathèque

 

Médiathèque d'Argelès sur Mer

Espace Liberté

66700 ARGELES SUR MER

 

04 68 81 42 73

 


* ***REncontre de Cerbère (au Rayon vert) - entrée libre

 

 

30 septembre à Cerbère, à 16h30 : conférence d'Alain Badia :
 
- La conférence que je donnerai à l'hôtel du belvédère du rayon vert, à Cerbère, le vendredi 30 septembre à 16 h30, intitulée "La frontière des Pyrénées est-elle kafkaïenne?", sur les correspondances (baudelairiennes, non épistolaires) entre WB et Kafka.
 
Pour la préparer, je vous invite à lire le bref texte de Kafka qui s'appelle Devant la loi que vous trouverez en GF, sous le titre Dans la colonie pénitentiaire et autres nouvelles, traduit par Bernard Lortholary. Cela enrichira nos échanges.

 


**Vendredi 30 septembre
Section: Post content
Poste de douane
12h » Exposition – Vernissage
FESTIVAL FOTOLIMO // Première édition
FOTOLIMO est dédié aux oeuvres photographiques, filmiques et autres objets qui questionnent les thématiques des passages et des frontières.
FOTOLIMO presenta obres fotogràfiques, fílmiques i altres objectes que qüestionen les temàtiques dels passatges i de les fronteres.
Merci à Patrice Loubon – NEGPOS , commissaire d’exposition pour les oeuvres de Pia Elizondo, Ghita Skali, Franck Caillet, Jaâfar Akil, Rachid Ouettassi et Till Roeskens.
Merci à David Samblanet – PHOTOEIL, commissaire d’exposition pour les oeuvres d’Alessandro Clemenza, Françoise Beauguion, Olivier Sarrazin, Lucie Bacon.


Hôtel du Belvédère du Rayon-Vert
15h30 // FILM proposé par Patrice Loubon, directeur de NEGPOS-Nîmes
Aïda, Palestine
de Till Roeskens
Allemagne / 2009 / 46 min
16h30 // CONFÉRENCE de Alain Badia ” La frontière des Pyrénées est-elle kafkaïenne ?”
Alain Badia est professeur de Lettres au Lycée Christian Bourquin d’Argelès et psychanalyste à Elne, en partenariat avec l’association Walter Benjamin de Banyuls.


Hôtel du Belvédère du Rayon-Vert – salle de cinéma
18h30 // Carte blanche à Punto de Vista (Festival de films documentaires de Navarre)
Film proposé par Oskar Alegria, directeur artistique du festival

Oleg y las raras artes
d’Andrés Duque
Espagne-Russie / 2016 / 70′
Le musicien Oleg K continue d’être à 89 ans une figure énigmatique et controversée de la culture russe, et même encore davantage au-delà des frontières. Qui est cet homme qui semble sorti d’un conte de Gogol ? Oleg a le privilège historique d’être la seule personne autorisée à jouer sur le grand piano impérial de l’Hermitage les jours de fermeture. Cependant, il a aussi un privilège plus contemporain: celui de se mesurer tous les jours à l’identité de son pays avec un art qu’il ne cesse de travailler et de réinventer.
El músic Oleg K continua sent als 89 anys una figura enigmàtica i controvertida de la cultura russa i encara més, per damunt de les fronteres. Qui és aquell home que sembla sortit d’un conte de Gogol? Oleg té el privilegi històric de ser l’única persona autoritzada a tocar sobre el gran piano imperial de l’Ermitatge els dies de tancament. Tanmateix, té també un privilegi més contemporani: el de mesurar-se cada dies a la identitat del seu país amb un art que no para de treballar i reinventar.


Hôtel du Belvédère du Rayon-Vert – salle de cinéma
21h30 // Carte blanche à Martine Scoupe, distributrice

La Supplication / La Suplicació
de Pol Cruchten
Luxembourg – Autriche – Ukraine / 2016 / 86′
Ce film ne parle pas de Tchernobyl, mais du monde de Tchernobyl dont nous ne connaissons presque rien. Des témoignages subsistent : des scientifiques, des enseignants, des journalistes, des couples, des enfants,… Ils évoquent ce que furent leur quotidien, et puis la catastrophe. Leurs voix forment une longue supplication, terrible mais nécessaire qui dépasse les frontières et nous amène à nous interroger sur notre condition. D’après le livre de Svetlana Alexievitch, prix Nobel de littérature 2015.
Aquesta pel∙lícula no parla de Tchernobyl, però del món de Tchernobyl del qual no sabem gairebé res. Alguns testimoniatges subsisteixen: scientífics, professors, periodistes, parelles, infants… Evoquen el que fou el seu quotidià, i tot seguit la catàstrofe. Llurs veus formen una llarga suplicació, terrible però necessària que ultrapassa les fronteres i ens porta a interrogar-nos sobre la nostra condició.


 

 

Published by leblogabonnel - dans littérature
commenter cet article
29 septembre 2016 4 29 /09 /septembre /2016 09:41
Livre de J.RIBAS sur CANIGO

Livre de J.RIBAS sur CANIGO

***Heureux d'avoir reçu une lettre, longue et admirable de Joseph Ribas. Il a lu mon article sur le pays catalan et la manif du 10 septembre 2016 et m'envoie son point de vue, très nuancé..!  JPB




"Je ne suis pas un lecteur du Petit Journal mais on m'a signalé un article signé de vous : "Pays catalan : identité, nationalistes".




Je n'ai pas défilé non plus, le 10 septembre. Je n'avais pas défilé pour "Charlie":je ne m'étais pas trompé. Dans l'un et l'autre cas, je n'avais pas à ajouter à la foule hétéroclite que je pressentais, la présence de mon individu aux opinions bien arrêtées et peu orthodoxes. Dans ce cas récent, j'ai le sentiment que la mention "pays catalan" accolé au nom de la Région, est un piège.


Je n'approuve pas pour autant le terme "Occitanie, bien que je me sente bien, tout près de l'identité et de la culture occitane de mes amis historiens (Michel Roquebert), félibres, chanteurs, conteurs, éditeurs et autres…Cathares.




J'aurais mauvais esprit à réfuter cette appellation, ayant été durant vingt ans chroniqueur hebdomadaire à la Dépêche de Toulouse, pour laquelle j'ai couvert, de 1969 à 1986,une vingtaine de départements du Rhône à l'océan? C'est dire si "Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées" me conviendrait pour la Région.


Un siège, ai-je écrit. Les Indépendantistes catalans sont des gens intelligents. Ils ont de la suite dans leurs idées. Une idée jaillir en 1808, dans l'esprit du philosophe allemand Johann FICHTE, auteur d'un livre-conférences "Discours à la nation allemande", dans lequel les représentants du nationalisme catalan, popularisé à cette époque par la figure de Prat de la Riba, trouvèrent matière à s'inspirer. Fichte professait le moyen de sauver et de renforcer l'indépendance de son pays en assimilant les Germains latinisés et romanisés au sein de "la pureté et de l'énergie originelle de la nation allemande, seule capable d'unifier autour de sa langue d'origine les peuples à éduquer."




Qu'en serait-il du Roussillon, "pays catalan" francisé ?


Dès l'origine, j'ai vu d'un mauvais oeil la distinction que l'on faisait de Catalogne-nord et Catalogne-sud, comme s'il s'agissait d'une partition à corriger. Nous ne sommes ni la Corée, ni la Caroline, ni l'Osétie… Cette dualité Nord/Sud n'est pas fondée. Elle n'a pas de sens. C'est une vue de l'esprit qui, elle, a des vues bien précises dans un avenir où la Catalogne accédant à l'indépendance (c'est tout le bien que je lui souhaite, mais c'est son affaire) serait un pays souverain avec des prétentions annexionnistes animées par des éléments fondamentalistes.




Halte là !Voyez ce qui se passe au niveau de la Generalitat  avec le Val d'Aran.


Géographiquement, historiquement, le Val d'Aran est un pays occitan, d'origine commingeoise. Intégré, administrativement, dans la Catalogne, lles radicaux catalanistes ne cessent de l'assimiler abusivement dans la galaxie "paisos catalans". Une hérésie !
Vis-à-vis du Rousillon-Vallespir-Cerdagne et Conflent-Capcir, l'affaire serait vite entendue.


Personnellement, je me définis comme citoyen français d'origine catalane. Encore que cette question de "l'origine" fasse débat. Mon arbre généalogique pousse dans une mangrove où se lient et s'entrelacent des surgeons de toutes natures : Baléares, Ampudan, Argentine, Pérou et sans doute aussi Grec et Arabe… Alors quoi..?


Je me range plus volontiers à l'esprit de Muret où, en 1213, Catalans, Provençaux et Occitans joignirent leurs armes contre l'impérialisme féodalo-papal. Elle est toujours là la menace. Sous d'autres masques. Sous d'autres déguisements. Alors, franchissons les frontières pour les abattre.


Là-dessus, je pense que nous sommes d'accord.


Bien à vous, amicalement. "

 

Joseph RIBAS.




Lire : Historia social de l'excursionnista català (des origines à 1936), Chapitre: "El Centre excursionnista de Catalunya i el Nacionalisme, par Francese Roma Casanovas ) Barcelona, 1996 (éditorial OIKOS-TAU)





- - -


On avait tous pensé que grâce à Shimon Peresc
la paix était possible au moyen orient
ben nous gourrions...hmmmm !!


G.Jacquet

 

Published by leblogabonnel - dans patrimoine
commenter cet article
28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 09:24
Identité catalane

Identité catalane

Mon identité ? 

 

A cette question, je pense toujours à la chanson de Léo Ferré : "Poètes, vos papiers !"

 

Qui suis-je ? D'où viens-je ? Comment me définir..? Par le sexe, la classe sociale, les origines familiales, le pays où je suis né... Ma race..? Horreur, je croyais le mot banni, le concept erroné...Or, certains, et même en pays catalan, célèbre l'honneur de la race (voir les recueils de Bausil et autres poètes roussillonnais…) Suis-je catalan..? Sans doute, mais pas que cela. Je suis le résultat d'une longue histoire, de brassages, de passages sanguins, de mixité...

 

C'est ça ,l'identité, la mixité, la diversité !

 

Ce n'est pas le "génie de la race", ni la nationalité séparant Français/Etrangers, ni l'appartenance religieuse, séparant les Chrétiens et les Musulmans...

 

Or le discours actuel glisse vers ces pulsions xénophobes, islamophobes, antisémites et sécuritaires... Pour gagner les élections avec des arguments au-dessous de la ceinture. 

 

Je l'ai écrit il y a deux jours : attitude de Sarkozy et du maire de Perpignan pour attirer les voix de la droite radicale et de l'extrême-droite...Au moment où Marine Le Pen se déplace vers une position plus modérée, confortant sa stature de femme d'Etat, en affirmant que l'Islam est compatible avec la République !

 

 

Elle défend l'Etat de droit quand Sarko veut l'adapter au contexte, aux menaces terroristes...

 

On connaît l'ancien président pour ses sinuosités et contradictions...Le voici gaulois, le petit barde ! Lui, le Hongrois assimilé, le gitan aristocrate, se mue en Vercingétorix, recourant au mythe d'une nation créée avant la chrétienté défendue par les Charles : Martel et Magne (magnus, le grand) au VIII° siècle...

 

Sarkozyx sait les mensonges et les fictions du "roman national" insistant sur les chefs, et non sur les anonymes, les pauvres, les soldats, les soumis, le peuple, quoi...Il sait la lignée depuis les Phéniciens, Ibères, Grecs, Vikings...Gaule pliée par les Romains, Territoire gallo-romain envahi par les Maures... Notre sang est pluriel et notre identité multiple ! Soyons modestes au lieu de croire à l'orgueil de la race ! Bien sûr il faut louer la culture, la littérature...françaises, alimentée à d'autres sources...

 

 

Nos ancêtres les Gaulois ! Les harkis, qui sont en ce moment choyés, sont en colère devant tant de cynisme ! Et tous ces enfants français de grands-parents maghrébins que la République a fait venir quand son économie était glorieuse..? Ils ont une double (au moins !) identité et ce discours guerrier et gaulois peut les irriter…

 

 

Alors, nos ancêtres les Gaullistes ? Ce serait plus logique de la part de ce parti de "Républicains" qui se dit issu du Général de Gaulle…

Mais Sarkozy (X) et Pujol (Jean-Marc) ne se réfèrent plus à de Gaulle qui trahit les Pieds-Noirs en leur riant "je vous ai compris" et en abandonnant les "auxiliaires" de l'armée française, alors qu'on leur avait promis un bateau pour être rapatriés en France…

 

Tous ces politiques nous racontent des blagues et nous mènent en bateau...

 
JPB

* CATALAN hors les murs  :

 

PARIS,  28/09/2016

 

Un passeport pour fêter la diversité linguistique

 

Dans le cadre de la Journée européenne des langues lancée en 2001 à l’initiative du Conseil de l’Europe, le Forum des instituts cultures étrangers de Paris (FICEP) organise en partenariat avec le ministère de la Culture et de la Communication un parcours offrant la possibilité de s’initier gratuitement à une vingtaine de langues. L'objectif est de sensibiliser le public à la pluralité des langues, d'encourager leur apprentissage tout au long de la vie et de favoriser ainsi les échanges et la mobilité. 

 

Cours d'initiation au catalan le 28 septembre à 18h30, à l’Institut Ramon Llull. 

 

 

PARIS,  22/09/2016

 

« Liens », la sculpture d’Albert Coma Estadella au CEC-Sorbonne

 

L’univers de l’artiste catalan Albert Coma Estadella (Lleida, 1933-1991) témoigne, depuis les années 60, d’une volonté d’expérimentation sans cesse renouvelée. Son œuvre, dotée d’une forte composante de critique sociale, est imprégnée de poésie visuelle et montre la répression subie dans le pays, les objets trouvés, les matériaux pauvres, les réminiscences ancestrales, la précarité des situations, les rêves doux et tristes, les structures de plaques très structurées et la pureté de leurs lignes.  

 
Published by leblogabonnel - dans polémique
commenter cet article
27 septembre 2016 2 27 /09 /septembre /2016 09:14
Bernard Martinez (à gauche) - © M. Rudelle

Bernard Martinez (à gauche) - © M. Rudelle

* Le syndicaliste Bernard Martinez contre le maire

Canet en Roussillon : 

 

Mairie de Canet en Roussillon : « GUERRE DES CHEFS ’’ » ??

« DUEL JUDICIAIRE » ??

« REGLEMENT de COMPTES » ??

 

Le Syndicaliste Bernard MARTINEZ,

Fondateur du Syndicat FAFPT 66,

Doyen des Ingénieurs territoriaux des P.O.

Médaillé d’Or du Travail par Mr. le Préfet

Traduira-t-il Bernard DUPONT

actuel Maire de Canet,

 actuel Vice-Président de la Communauté Urbaine,

Actuel Conseiller de la Région Occitanie …

Devant le TRIBUNAL CORRECTIONNEL ??

                        

Septembre 2016

    TRACT N°1

 

C’est par ces titres énigmatiques en forme de clin d’œil, de dérision ou de « ras le bol » que le Fondateur et Doyen du Syndicat Départemental FAFPT 66 démarre son combat contre un fléau national et local que représente «  la Discrimination Syndicale » 

 

La genèse de cette histoire remonte déjà à 9 années et réside dans le fait que l’actuel Maire de Canet refuse de promouvoir le militant syndicaliste Bernard Martinez au grade d’  « Ingénieur en Chef de classe normale » qui correspond au plus haut niveau des cadres d’emplois de la filière technique au sein des collectivités territoriales.

  

Voilà déjà 9 années, depuis le 01/12/2007  que B. Martinez âgé de 64 printemps, « Ingénieur Principal »  remplit tous  les critères                         lui permettant d’être nommé au grade d’  « Ingénieur en Chef de Classe Normale ».

 

Il est bon de souligner également que ce n’est pas la Ville de Canet qui rémunère B. Martinez car les permanents syndicaux sont rémunérés par les Centres de Gestion de la Fonction Publique Territoriale ou par le Ministère de l’Intérieur.

 

Tous ses collègues beaucoup plus jeunes ont déjà été nommés et B. Martinez reste le dernier des « oubliés » et le plus âgé  des Ingénieurs à subir un blocage illégal de sa carrière professionnelle.

 

ALORS POURQUOI

 Bernard DUPONT,  le Maire actuel    

s’acharne-t-il sur le blocage de la carrière

 Du syndicaliste à temps plein Bernard MARTINEZ ???

 

Les réponses résident sûrement dans les démonstrations et hypothèses suivantes et dans  le fait que B. Martinez est le fondateur en 1995 du Syndicat Autonome Départemental des fonctionnaires Territoriaux des PO et qu’il a fait plusieurs fois  condamner la Ville de Canet en Roussillon devant les tribunaux administratifs et correctionnels.

 

A noter que le  Syndicat précité est arrivé en  1ère place aux dernières élections professionnelles de décembre 2014 dans tous les PO avec 49% des sièges dans les Comités Techniques des PO représentant 41% des votes exprimés alors que 5 listes étaient en compétition avec 8462 agents inscrits sur les listes électorales.                      

 

1ère hypothèse sur le blocage de la carrière :

 

Années 1997 à 2000 : Serait-ce la période où Mr Bernard DUPONT était haut-fonctionnaire de la Ville de Canet, et l’époque où les créations de Communautés de Communes fleurissaient de partout. Bernard DUPONT et 3 autres fonctionnaires voulaient bénéficier, à tous prix, de cumuls d’emploi sur la Communauté de Communes « TËT-MEDITERRANEE » ?

Ces cumuls ont été annulés par 3 fois par le Tribunal Administratif de Montpellier grâce à l’action du syndicat dont B. Martinez était le Secrétaire Général.

 

Ce contentieux a nécessité  quatre requêtes contre chaque fonctionnaire de la part du syndicat soit un total de 16 requêtes :

 

-     Requête n° 9701322-2 pour annuler la délibération adoptant le principe des cumuls suivie du  jugement final du 25 mai 2000 qui annule cette délibération.

 

-   Requête n° 983553 pour annuler un premier arrêté du 23/07/1997 attribuant 2500 francs mensuel à M. DUPONT

 

-   Requête n° 984530 pour annuler un 2éme arrêté  du 1er avril 1998 qui ramenait à 2000 francs le cumul  mensuel de M. DUPONT.

 

-   Requête n° 99531 pour annuler un 3éme arrêté du 1er décembre 1998 qui annulait l’arrêté précédent du 1er avril 1998 MAIS qui a nouveau octroyé à M. DUPONT un nouveau Cumul mensuel de 2000 francs.

 

Le jugement final du 12 juillet 2000  qui annule tous les cumuls de M. DUPONT regroupe les 3 requêtes  N° 983553 + N° 984530 + N° 99531 citées ci-dessus.

 

Voua avez dit « UBUESQUE ??? » ou bien « MACHIAVELIQUE ??? » :

 

En effet, à chaque fois que le syndicaliste B. Martinez attaquait un arrêté de cumul, en qualité de secrétaire général du Syndicat, sans le ministère d’avocat et que le Tribunal donnait raison au Syndicat, M. Bernard  Dupont fonctionnaire  faisait prendre un nouvel autre arrêté de cumul, pour lui-même et les 3 autres fonctionnaires, en croyant que personne ne se douterait de sa ruse. », ce qui confère à ce contentieux une connotation et un état d’esprit assez « tortueux »

 

Mais comme dit le poète : « A malin  et demi, Malin trois quart ».

2ème Hypothèse :

 

Ou encore, ce blocage de carrière serait-il dû au fait que B. Martinez ait défendu un policier municipal sanctionné à tort et pour qui il a  introduit un recours devant le tribunal de Montpellier ( requête n°1200652-3 et ordonnance du 24/09/2012) qui n’a finalement  jamais jugé ce contentieux car la ville de Canet, se sentant fautive, avait finalement annulé la sanction avant l’audience ?

 

Ce policier avait fait l’objet de tracasseries administratives anormales et avait reçu une double sanction pour les mêmes motifs fallacieux .Malheureusement il y a 2 ans passés environ, ce policier a mis fin à ses jours et selon la volonté de la famille du défunt, le  Maire de la ville s’est vu interdire sa présence aux obsèques.

 

 

3ème Hypothèse :

 

Ou pour conclure, serait-ce également  parce que B. Martinez avait découvert en 1997 que le futur Directeur (présenti) des Services Techniques (DST) avait falsifié par deux fois des diplômes de l’académie de Bordeaux pour se présenter à un concours sur titres

(diplômes) et que Martinez en avait informé, à la cantonade, une grande partie des fonctionnaires de la ville lors d’une grande réunion où ce pseudo DST devait être intronisé Directeur ?

 

Pour cette prise de parole devant le personnel et les élus politiques de la ville, B. Martinez a été sanctionné par un blâme qui ne lui a jamais été notifié mais qu’il a fortuitement  découvert dissimulé  dans son dossier individuel géré par la DRH plusieurs mois plus tard. Le Tribunal de Montpellier  a condamné la Ville de Canet à lui verser une indemnité de 9000 F au titre du préjudice moral (requête n°9443303 et jugement du 20/11/1997). A noter que  le fonctionnaire tricheur avec ses faux diplômes n’a jamais été inquiété par une  quelconque sanction en raison peut-être de l’importante place tenue par son épouse dans une administration située à PERPIGNAN et n’est jamais devenu « Directeur des Services Techniques »

 

Avec ces premiers éléments factuels et d‘autres à venir s’il le fallait plusieurs  délits sont déjà ici clairement caractérisés et consommés. (discrimination syndicale, abus d’autorité, rupture d’égalité, pertes de plusieurs chances ….) qui permettront d’introduire une « Citation Directe » près le Tribunal Pénal de Perpignan avec l’appui de la Fédération Autonome et du Syndicat Départemental FAFPT66  contre l’actuel Maire de Canet, Bernard DUPONT.

 

 

     MARTINEZ contre DUPONT ??........... DUPONT contre MARTINEZ ??

   LA « GUERRE des CHEFS » AURA BIEN LIEU !!!

et

                                    LA JUSTICE TRANCHERA.                      

 

     Syndicat  Autonome Départemental 

Fonctionnaires Territoriaux des P.O.

2 bis, rue du Pardal – 66140 Canet-en-Roussillon

Tél.  06.63.52.11.92.

 

- - -

20e Anniversaire de la FAFPT 66, passation des clefs du Syndicat Départemental

 

Les 153 membres du Bureau Départemental se sont réunis à l’Écoute de port à Canet pour la présentation des résultats des dernières élections professionnelles organisées par le Centre de Gestion des P.O. Celles-ci ont permis au Syndicat Autonome Départemental des Fonctionnaires Territoriaux des P.O. de remporter la 1ere place départementale avec 41.60 % des voix et 49 % des sièges lors de la consultation des 225 communes et des 125 établissements publics soit pas moins de 8534 agents.IMG_20150224_163825 (Copier).jpg

 

Après cet énorme succès, est arrivée l’heure pour Bernard Martinez, âgé de 63 printemps, d’annoncer qu’il ne se représentait plus au poste de Secrétaire Général. En effet, les forces jeunes et nouvelles du Syndicat étaient prêtes à prendre la relève en la personne de Laurent Rovira. Il avait, pour cela, mené une exemplaire campagne électorale avec la présentation de 442 candidats parmi les 226 villages de plus de 50 agents.

 

Par son charisme, son talent fédérateur, son sens des valeurs fondamentales, son attachement à la notion de la parole donnée et au respect de la dignité humaine, le Bureau Départemental dans son unanimité a donc plébiscité le nouveau Secrétaire Départemental en la personne de Laurent Rovira.

 

Après les discours et congratulations de circonstances Bernard Martinez a donc remis symboliquement  les clés du local syndical à son successeur.

 

© Monique Rudelle (9/3/2015)

 

 

A Zaragoza o al charco! Aragon 1936-1938. Récits de protagonistes libertaires

RENCONTRES AVEC LES GIMENOLOGUES 27/09/2016

 

A partir de 18h à LA LIBRAIRIE TORCATIS. 10 Rue Mailly, 66000 Perpignan

> Dix ans après, les Giménologues présentent les nouveautés contenues dans la réédition des "Fils de la nuit, souvenirs de la guerre d'Espagne" (mille pages, avec le CD de leur feuilleton radiophonique, chez Libertalia).

> François Godicheau en a rédigé la préface.

 

> Grâce aux multiples rencontres réalisées avec des protagonistes aujourd'hui disparus, les giménologues ont publié leurs témoignages dans un deuxième ouvrage : "A Zaragoza o al charco !Aragon 1936-1938. Récits de protagonistes libertaires".(L'Insomniaque)

 

**   http://www.cnt-f.org/cnt66/spip.php?article1291

 

 

- - - 

 

 

 

Observatoire pour le respect des droits et libertés démocratiques

L'Observatoire pour le respect des droits et libertés démocratiques organise une réunion publique sur le thème « Des Goodyear à l’état d’urgence, pour le respect des droits et des libertés démocratiques » ce jeudi 29 septembre à partir de 19h à la salle Le Casal (23 avenue du Lycée - à proximité du Lycée Arago) à Perpignan.

Intervenants : Juristes, militants associatifs et syndicaux dont un des 8 Goodyear condamnés à 9 mois de prison

Pour tout contact : observatoirelibertes66@laposte.net

Plus d'info : ici et affiche en pièce jointe

 

 

 

**MONTPELLIER/ AIX-EN-PROVENCE-MARSEILLE,  27/09/2016

 

L’exposition itinérante sur Ramon Llull « La vérité ineffable » arrive aux universités françaises

 

A l’occasion du 700 anniversaire de sa mort, l’Institut Ramon Llull divulgue l’œuvre du philosophe à travers une exposition présentée dans des universités du Royaume-Uni, Allemagne et France offrant des enseignements et participant à la recherche en langue et littératures catalanes. Entre septembre et décembre 2016, pourront en profiter les étudiants des universités Ruhr-Universität de Bochum, Otto-Friedrich-Universität de Bamberg, Albert-Ludwigs-Universität de Freiburg, Humboldt-Universität de  Berlin, University of Leeds, University of Birmingham et Queen Mary University of London. En France, l’exposition se posera aux universités Paul-Valéry de Montpellier  et Université de Provence Aix-Marseille.

+ info >>

 
 
 
Published by leblogabonnel - dans polémique
commenter cet article
26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 10:48
de droite à gauche : M.J.Paul Alduy, maire- M.Longuet, ministre - M. Pujol, maire actuel, M° Halimi, ancien adjoint à la culture, M.T.Rolando, responsable du cercle algérianiste, Suzy Simon-Nicaise, conseillère municipale

de droite à gauche : M.J.Paul Alduy, maire- M.Longuet, ministre - M. Pujol, maire actuel, M° Halimi, ancien adjoint à la culture, M.T.Rolando, responsable du cercle algérianiste, Suzy Simon-Nicaise, conseillère municipale

Perpignan se radicalise à droite pour éviter la victoire du Front national

Pour motiver les troupes "républicaines" et l'électorat pied-noir, N. Sarkozy, venu à Perpignan, a remué les anciens dossiers sur la fin de la guerre d'Algérie (date qui fait polémique) et sur les indemnités dues aux harkis, appelés "les supplétifs" de l'armée française en Algérie.

L'ancien président n'avait donc pas eu le temps de régler ces problèmes lors de son quinquennat…

A Perpignan, il fallait ce discours, apte à réveiller les haines, les antagonismes, suite aux "débats" sur l'identité, le voile, le burkini, le menu des cantines… Le social, l'économique, ce sera pour plus tard…

Si N.Sarkozy se cale dans la droite radicale (remettre en cause le droit du sol, surveiller les frontières, création d'un Guantanamo français…) c'est pour aller dans le sens des électeurs qui veulent la sécurité; c'est pour se distinguer dans la primaire de droite, face à un Juppé plus modéré et prônant l"l'identité heureuse"… Tout cela, c'est une stratégie pour récupérer les électeurs du FN…

Ainsi, M.Sarkozy valide les idées et propositions frontistes, leur donne de la valeur, du poids; Marine Le Pen peut alors dire que Sarko est "le messager du FN"...

Quant à M. J.Marc Pujol, maire de Perpignan, du parti des "Républicains" et nostalgique de l'Algérie française, il a conduit son "poulain" des primaires au Centre algérianiste (1) pour que M. Sarkozy lui assure une stature de maire de droite radical. N'allez pas croire que M.Pujol défendait par là ses idées intimes, non, ce fut simple stratégie, là aussi : afin d'éviter la victoire du FN et de M. Louis Alliot, à Perpignan, il faut s'emparer de leurs idées...

Cependant l'électorat n'est pas dupe et comme aimait à dire JM. Le Pen, il préfère toujours "l'original à la copie"...

Tout ceci est écrit, bien sûr, non pour critiquer l'action du maire actuel; je sais son argumentation : le critiquer, c'est faire "le jeu du FN"…

J.P.B.

(1) la réalisation du centre fut confiée au Cercle Algérianiste des P-0 « qui ne cache pas ses liens avec l’Adimad, association dont le site Internet est entièrement dédié à la gloire de l’OAS ».

"mur des disparus "et l’interdiction "de toute nouvelle manifestation devant la stèle des fusillés et combattants pour que vive l’Algérie française "

**Débat : pour/contre le Mémorial du Cercle algérianiste :

 

 

site "études coloniales"

 

 

mercredi 1 février 2012

Centre de documentation des Français d’Algérie - Daniel Lefeuvre

 

 

 72417328_p.jpg

 

 Centre de documentation

du Cercle Algérianiste à Perpignan

Daniel LEFEUVRE

 

Le Centre de documentation des Français d’Algérie, inauguré le dimanche 29 janvier par M. Pujol, maire de Perpignan, M. Longuet, ministre de la Défense, Thierry Rolando et Suzy Simon-Nicaise, président et vice-présidente du Cercle algérianiste, fait l’objet, depuis plusieurs années, d’une vive polémique.

Pour l’opposition socialiste et communiste au Conseil municipal de Perpignan, il s’agit d’une «faveur faite aux nostalgiques de l’Algérie française», selon les propos de Mme Jacqueline Amiel-Donat, responsable locale du Parti socialiste, ou d’un centre «offrant une vision unique de l’histoire à la gloire de la période française de l’Algérie» pour Michel Franquesa, secrétaire local du Parti communiste.
Pour preuve, ajoute ce dernier, «le fonds de ce centre dépourvu de comité scientifique est constitué des documents amassés par le Cercle algérianiste, organisation créée en 1973 pour "sauver (la) culture en péril" des Français d’Algérie.» (Déclarations rapportées par La Dépêche du Midi du 30 janvier 2012.)

Un collectif «Pour une histoire franco-algérienne non falsifiée», (regroupant diverses organisations, notamment ATTAC, CGT, la LDH, le MRAP, le PCF), s’est élevé contre le financement, pour partie public, de ce centre et a appelé à manifester  «tous ceux qui veulent s’opposer aux mensonges sur les crimes du colonialisme français et à l’hystérie xénophobe et raciste.» (L’Humanité, 27 janvier 2012).

qu’est-ce qui justifierait l’opprobre autour de ce Centre ?

Au total, qu’est-ce qui justifie l’opprobre qui entoure ce Centre ? Passons sur l’accusation de xénophobie qu’absolument rien ne justifie. D’abord être le produit d’une association de rapatriés, le Cercle algérianiste, coupable de défendre une histoire falsifiée, positive, de l’Algérie durant la période coloniale. Deuxièmement, la constitution d’un ensemble documentaire à partir de dons privés provenant de rapatriés. Troisièmement, que des subventions publiques aient contribué à son financement.

 

72417346_p.jpg
vitrines d'exposition

 

Membre du Comité de pilotage du Centre, ces critiques appellent de ma part quelques remarques.

centre documentaire à vocation historique

En premier lieu, je ne vois pas pourquoi une association s’interdirait de créer un centre documentaire à vocation historique. De nombreux exemples existent :

- N’est-ce pas une fédération d’associations, loi de 1901, qui est à l’origine du Musée de la Résistance Nationale (Champigny). Pourtant, nul ne conteste son utilité à la fois historique et pédagogique, nul ne conteste le partenariat qui le lie, depuis 1985,  au ministère de l’Education nationale ?

- La Fondation pour la Mémoire de la Shoah n’est-elle pas également une fondation privée ? Sa dotation financière ne repose-t-elle pas sur la restitution par l’État et les établissements financiers français des fonds en déshérence, issus de la spoliation des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale ? Qui pourrait s’en offusquer ?

Faut-il faire grief au Cercle algérianiste de vouloir rassembler des documents offerts par des rapatriés ? Qui reproche à la CGT d’avoir créé un Institut CGT d’histoire sociale, conservant des «archives relatives aux activités confédérales et à celles des militants responsables de la CGT» ?

Quel historien refuserait de se rendre à l’OURS (Office Universitaire de Recherche Socialiste), organisme privé fondé par Guy Mollet, pour consulter les précieux fonds d’archives qu’il conserve, sous prétexte qu’il est lié au mouvement socialiste ? Faut-il bouder les archives de Saint-Gobain ou de Berliet, parce qu’elles sont propriétés d’organismes privés (de l’entreprise ou d’une fondation) ? On pourrait multiplier les exemples.

Quant à l’indignation sur la participation de financements publics au Centre de documentation, elle me paraît d’autant plus déplacée qu’elle émane pour une part d’organisations groupusculaires – comme le MRAP – bénéficiant de subventions publiques particulièrement généreuses qui constituent l’essentiel de leurs ressources.

Mais venons-en au fond de l’affaire.

 

la valeur des archives privées

Nul ne contestera, que les archives privées, complémentaires des archives publiques, constituent une  des sources essentielles de documentation historique. Au-delà de leur fonction mémorielle, elles sont indispensables à la connaissance et à l’écriture de l’histoire. Les services des Archives nationales consacrent, d’ailleurs, beaucoup de moyens humains et financiers  à les collecter, afin de les sauvegarder et de les mettre à disposition des chercheurs. Comment imaginer faire de l’histoire économique, sans les archives des entreprises ? Comment faire de l’histoire sociale en se privant des archives des associations, des partis, des militants ?

Le Cercle algérianiste entend recueillir, dans le centre de documentation de Perpignan,  les archives personnelles – de toute nature - de rapatriés. Pour ma part, je salue cette démarche et je m’en réjouis. Pourquoi ? D’abord parce qu’elle permet de sauver des archives qui, sans cela, seraient pour la plupart, définitivement perdues, détruites ou dispersées.

Dans leur grande majorité, les rapatriés d’Algérie nourrissent une méfiance née des blessures historiques des années 1960. Ils préfèrent, aujourd'hui, confier à un organisme associatif les documents qu'ils ont précieusement conservés plutôt que les confier aux services publics des archives. Tout comme le Centre de Documentation sur l’Histoire de l’Algérie (CDHA, Aix-en-Provence), le Cercle algérianiste leur offre un lieu de dépôt et de conservation auquel ils peuvent s’adresser en toute confiance. Ainsi les historiens disposeront-ils d’archives qui auraient été définitivement perdues autrement. C’est donc un service public qui est rendu, justifiant les subventions accordées.

 

il n’y a pas de «bonnes» et de «mauvaises» archives

Ces documents qui concernent la vie quotidienne des Français d’Algérie, en Algérie puis en métropole après leur exode, constituent une source d’information essentielle pour notre connaissance de cette histoire. Dictent-ils le contenu de cette histoire ? Evidemment non. Le Centre de documentation s’est engagé à mettre à disposition de tous les chercheurs les documents recueillis, laissant à leur responsabilité scientifique et morale, l’usage et l’interprétation qu’ils en feront. Autrement dit, à fonctionner sur les mêmes principes que les services publics des archives. Quelles garanties demander de plus ?

Pourquoi intenter un procès d’intention à ses fondateurs ? Il faut être prisonnier d’une conception très étriquée de l’histoire pour s’indigner d’une telle initiative, au lieu de s’en féliciter et de l’encourager. Ne devons-nous pas être comme les abeilles ? Toute fleur n’est-elle pas bonne à faire notre miel, où qu’elle se trouve ? J’ajouterai que, pour les historiens, il n’y a pas de «bonnes» et de «mauvaises» archives. Quant à moi, je préfère remercier les promoteurs de ce centre et me tenir à leur disposition pour contribuer à le faire vivre comme lieu de recherche sur l’histoire, mal connue – et trop souvent caricaturée –, des Français d’Algérie.

 

72417451_p.jpg
le ministre Gérard Longuet

qu'est-ce qu'une "histoire franco-algérienne non falsifiée" ?

Enfin, que signifie cette revendication d’une «histoire franco-algérienne non falsifiée» de la part d’organisations et de personnalités qui  ont une conception hémiplégique de l’histoire, dénonçant à qui mieux mieux les «crimes» du colonialisme français, qui ont de l’histoire une conception procédurale, mais qui restent très discrets – c’est un euphémisme - sur les crimes et les massacres perpétrés par le FLN, dont ont été victimes des milliers d’Européens et des dizaines de milliers d’Algériens musulmans ?

Qui sont si peu prolixes – autre euphémisme - sur la politique de terreur du FLN, sur son recours massif aux enlèvements, à la torture et aux viols, pour imposer sa domination sur les populations algériennes et contraindre les Européens à quitter un pays qui les a vu naître.

Qui n’évoquent que du bout des lèvres le drame des harkis, victimes d’abord de la barbarie et de l’esprit de vengeance du FLN, qui ne leur pardonnait pas d’avoir combattu aux côtes de l’armée française, foulant aux pieds l’engagement souscrits lors des «accords» d’Evian, avant même que l’encre n’en soit séchée.

Qui vitupèrent l’ouverture d’un centre de documentation, mais font silence sur la fermeture des archives du FLN aux chercheurs ! Que ces donneurs de leçons, ces parangons de vertu, balaient donc devant leur porte !

 Daniel Lefeuvre

72440194_p.jpgprofesseur d'histoire contemporaine
université Paris VIII

 

 

72440302_p.gif

Politique

guerre d'algérie

colonialisme

Les nostalgiques de la colonisation s’agitent

Roger Hillel

Lundi, 30 Janvier, 2012

Le Chant des Africains a conclu dimanche l’inauguration du centre de documentation
des Français d’Algérie.

En cette journée de dimanche 29 janvier, la pluie, le froid, et le vent se sont abattus sur Perpignan ainsi que le méritait l’affligeante inauguration du Centre de documentation des Français d’Algérie. Affligeants les discours que devaient prononcer d’abord Thierry Rolando, président national du Cercle algérianiste, une association qui regroupe des milliers de pieds-noirs perdus dans la nostalgie de l’Algérie d’avant l’indépendance, puis Jean-Marc Pujol, maire UMP de Perpignan et enfin Gérard Longuet, ministre d’État. Un personnage à qui colle toujours à la peau son passé de fondateur, en 1963, du mouvement d’extrême droite, Occident. Ce passé, il l’a habilement exhibé après s’être fait huer pour avoir cité le nom du général de Gaulle. Et puis, pour retourner, non sans succès, son auditoire en sa faveur, il a fustigé les «adeptes de la repentance», et flatté «cette formidable entreprise de la présence française en Algérie».

 Et pour ne pas être en reste, il a achevé son discours en entonnant le Chant des Africains, suivi par une salle exaltée et rugissante et conclu l’inauguration par: «Vive le souvenir de la France en Algérie.» Ce slogan faisait écho à celui de Thierry Rolando qui avait terminé sa harangue par ce cri: «Que vive l’Algérie qui fut la nôtre, l’Algérie française.» Il faut dire que ces deux personnages s’apprécient. Le premier n’avait-il pas la veille, au congrès national du Cercle algérianiste, salué «le parcours politique particulier» du second, ajoutant à son endroit pour s’en féliciter, qu’il avait été «le leader du mouvement Occident». Encadrée par ces deux allocutions, celle du maire de Perpignan, Jean-Marc Pujol, se voulait larmoyante et pateline. Histoire de prouver son ouverture d’esprit, il avait parsemé son propos des mots: «Amour, vérité, justice, mémoire.»

 Des mots sirupeux qui ne sauraient estomper son hommage au commandant Hélie Denoix de Saint Marc, l’un des fondateurs de l’OAS, fait Grand Croix de la Légion d’honneur, le 28novembre 2011, par le président de la République. Jean-Marc Pujol est familier des coups bas, sachant se faire ovationner en s’insurgeant contre «ces falsificateurs de l’histoire, ceux qui ont voulu faire croire aux lendemains qui chantent en fournissant le goulag en URSS». C’est sous de tels auspices qu’a été conçu le Centre de documentation des Français d’Algérie désigné dans le message de Nicolas Sarkozy lu par son ministre Gérard Longuet comme «le musée consacré au souvenir des Français d’Algérie». On ne saurait mieux définir ce centre qui ouvre ses portes dans un haut lieu historique de la ville, le couvent Sainte-Claire, qui fit office de prison jusqu’en 1989. Tout un symbole: une ancienne prison pour emprisonner l’histoire.

  •  
Published by leblogabonnel - dans polémique
commenter cet article
23 septembre 2016 5 23 /09 /septembre /2016 08:25
L'exclusion - L'expulsion - Jean Iglesis, Michel Llory

***Ce vendredi 23 septembre : "l'Association W.Benjamin sans frontières", à Banyuls : 2 conférences en français :

-23/9/2016 : 18h30, salle Novelty (entrée libre)

Présentation de l'application Chess-border de Franck ANCEL, et de son disque.

CHESS-BORDER

par Franck Ancel et Olivier Guillerminet

Chess-border est une application, avec création sonore permanente, géo-localisée et située sur la frontière franco-espagnole entre Cerbère et Portbou.

Cette œuvre est gratuite et collaborative à partir d’une mise à jour de l’installation de Franck Ancel de 2003, sur la frontière franco-espagnole à travers les Pyrénées face à la Méditerranée ; dans l’optique de diffuser à chaque date anniversaire du décès de Walter Benjamin une composition en temps réel sur les réseaux depuis ce territoire.

L'exposé sera suivi à 20h30 du lancement de la cuvée Le Rayon Vert, un vin local et nature aux 9 Caves avec Baptiste Houssin.

-à 19h : exposé de Maria Mailat, romancière, psychologue, spécialiste de Kafka (livre publié chez Fayard, Paris) et de W.Benjamin : "Les passages/messages de WB", titre de son intervention.

Elle rencontrera les lycéens, débat, repas avec le proviseur et le bureau de l'Association, le 26 septembre, au lycée d'Argelès.

-à 20h30 : ceux qui le veulent se retrouvent au café-restaurant Les 9 caves, autour de tapes et de bons vins.

---

** Michel LLORY

Plusieurs ouvrages de Michel Llory se situent sur les pentes sud du Canigou, près du village de Corsavy et des mines de Batère où il a passé son enfance. En 2013, c’était un polar Du sang dans la neige,s’inspirant d’un fait divers, survenu dans ces parages.


En 2014, il nous livrait un roman de science-fiction, longuement mûri, 11 octobre 2317. Un dernier regard sur terre : un cataclysme a rendu la terre inhabitable et les humains tentent de survivre en s’embarquant dans des arches qui vont les précipiter dans la galaxie ; cependant la Terre conserve un vortex où la vie est encore possible : il est situé, bien sûr, près du Canigou.


Un premier ouvrage, L’expulsion, paru en 1990 chez Stock, était consacré à une situation particulièrement sensible : l’expulsion, qui a vraiment eu lieu, du dernier berger de la vallée du Riuferrer, à la suite de l’achat par des Allemands fortunés des terres où il vivait. L’ouvrage, préfacé par Robert Pinget fit date. Il obtint des articles critiques élogieux et fut même remarqué au Canada et aux Etats-Unis. L’expulsion vient d’être réédité. Voici donc une belle occasion de prendre connaissance d’un roman qui rappelle la dure vie des hommes dans cette terre aussi rude que bénie, la désertion des montagnes, en même temps qu’elle est un magnifique poème à la nature sauvage et prolifique de ce coin tant bouleversé, ravagé par les effets de l’Ayguat de 1940 dont les conséquences tragiques sont largement évoquées dans le récit.


Profitant de la réédition de L’expulsion, Michel Llory a donné une conférence à Saint-Laurent de la Salanque le vendredi 24 avril. Autour des trois ouvrages que nous avons évoqués, et des souvenirs d’enfance de l’auteur, le thème en était le Canigou, le sujet, la création romanesque. Décrivant son cheminement, son parcours professionnel et son aventure littéraire l’auteur a accompagné son propos de photos personnelles, de fragments de lecture de ses ouvrages, laissant largement transparaître la dimension poétique de ses écrits, sa sensibilité à cette montagne pour lui sacrée, les émotions qu’elle lui procure, les sensations dont elle est la source. De quoi faire naître l’envie de se plonger ou se replonger dans cette sorte de trilogie que constituent les ouvrages évoqués. En attendant la suite à laquelle nous savons aussi que le romancier travaille.

© Y.Lucas

Michel Llory. L’expulsion. Les Presses Littéraires, 2015.
11 octobre 2317. Un dernier regard sur terre.Editions Les Presses Littéraires, 2014.
Du sang dans la neige. Les Presses Littéraires, 2013.

Jean IGLESIS

L’exclu

Comme je n’avais plus de famille
On m’a oublié de la C.A.F.

Comme je n’avais plus de travail
On m’a oublié de la Sécu

Comme je n’avais plus de toit
On m’a oublié de l’Office d’H.L.M.

Et comme je n’avais plus aucune dignité
On a oublié de m’aimer

Jean Iglesis

L’image contient peut-être : une personne ou plus et plein air

 

Sur l’exclu…

 

 

Ce texte porte le sceau de l'absurde... Les institutions, les organismes, les établissements créés pour venir en aide aux hommes sont des murailles contre lesquelles ils se brisent... Don Quichotte de la Manche monte en ce texte à l'assaut des moulins. L'absurde se déclare (1) dans les prestations de la Caisse d'Allocations Familiales. Comment peut-on percevoir une Aide Personnalisée au Logement ou une Allocation Logement, lorsque l'on n'a pas ou plus de famille?... Pour autant que le salaire du demandeur soit modeste, et le loyer dont il s'acquitte élevé, le fait qu'il vive seul - et par conséquent sans femme, ni enfant(s) - est - force est de le constater! -de nature à le desservir, quant à l'aide financière qu'il est susceptible d'obtenir. (Le non-sens est implicitement contenu dans l'intitulé de l'organisme : Caisse d'Allocations Familiales). L'absurde poursuit son cours (2) : quand l'individu ne travaille pas ou plus, il lui est impossible de cotiser à la Sécurité Sociale avec ce que cela entraîne au niveau de la couverture et de l'assurance maladie, des prestations chômage et des cotisations retraite... L'absurde atteint son paroxysme (3) : Comment peut-on obtenir un logement à loyer modéré, quand on ne possède pas soi-même d'adresse ; en l'espèce quand on est Sans Domicile Fixe dans la rue... et qu'on ne peut avoir de fait aucun domicile légal où être en capacité de recevoir un accord, un refus ou une demande de complément de dossier, de la part de l'organisme que l'on souhaite solliciter... On ne le peut, parce que l'on n'a pas d'adresse postale...Le dernier distique (4) se veut humaniste et lyrique pour faire état du fossé entre l'homme - privé de dignité- et le regard que portent sur lui ses semblables. A noter : C.A.F. et H.L.M. : sigles ou acronymes Sécu : apocope de Sécurité Sociale. L'exclu : texte écrit le 25 mai 1995 (en 5 minutes de lumière). Depuis lors, les inégalités n'ont fait que s'accroître et qu'empirer...

 
 
Published by leblogabonnel - dans littérature
commenter cet article
22 septembre 2016 4 22 /09 /septembre /2016 11:04
Maria MAILAT - Colloque et exposition à Portbou
Maria MAILAT - Colloque et exposition à Portbou

Maria MAILAT - Colloque et exposition à Portbou

*Journées commémoratives Walter BENJAMIN :



- 23 septembre : "l'Association W.Benjamin sans frontières", à Banyuls : 2 conférences en français :
 
-vendredi 23/9/2016 : 18h30, salle Novelty (entrée libre)- parking gratuit


Présentation de  l'application Chess-border de Franck ANCEL, et de son disque. 
CHESS-BORDER
par  Olivier Guillerminet


Chess-border est une application, avec création sonore permanente, géo-localisée et située sur la frontière franco-espagnole entre Cerbère et Portbou.
Cette œuvre est gratuite et collaborative à partir d’une mise à jour de l’installation de Franck Ancel de 2003, sur la frontière franco-espagnole à travers les Pyrénées face à la Méditerranée ; dans l’optique de diffuser à chaque date anniversaire du décès de Walter Benjamin une composition en temps réel sur les réseaux depuis ce territoire.


L'exposé sera suivi à 20h30 du lancement de la cuvée Le Rayon Vert, un vin local et nature aux 9 Caves avec Baptiste Houssin.
 
 
-à 19h : exposé de Maria Mailat, romancière, psychologue, spécialiste de Kafka (livre publié chez Fayard, Paris) et de W.Benjamin : "Les passages/messages de WB", titre de son intervention.
Elle rencontrera les lycéens, débat, repas avec le proviseur et le bureau de l'Association, le 26 septembre, au lycée d'Argelès.
 
-à 20h30 : ceux qui le veulent se retrouvent au café-restaurant Les 9 caves, autour de tapes et de bons vins.
 


 ***Samedi 24 : colloque WB à Portbou

 

***Diamanche 24 : rando culturelle sue le chemin WV : commenatires, lectures; départ à 8h30 parking Puig del Mas - Arrivée à Portbou vers 15h_ contact : JPBonnel (06 31 69 09 32)


  

*** Journées commémoratives W.Benjamin :

 

Nous avons le plaisir de vous inviter à l'ouverture de l'exposition 

 

Les valises de Walter Benjamin. Dispositifs migratoires

Berlin- Bordeaux-Barcelone-Madrid-Portbou

 

qu'aura lieu le samedi 24 septembre, à 19h. à la Salle de Douanes de la Gare International de Port-Bou

 

et aux Actes Commémoratifs du 76ème anniversaire de la mort de Walter Benjamin,

le dimanche 25 septembre, à partir de 11h.

 

Amicalement,

 

Associació Passatges de Cultura Contemporània

 

www.passatgescultura.org

 

 

 

 

- - - Adhérer :

 

20 euros l'année (30 pour un couple, 10 pour un jeune, étudiant, chômeur…). L'adhésion permet de recevoir des informations et articles, d'assister aux réunions générales, aux conférences, d'obtenir des réductions sur:

 

-le spectacle annuel (lectures par un acteur de renommée nationale : 12 euros au lieu de 15)

 

-la randonnée culturelle Banyuls-PortBou (gratuit pour l'adhérent, sinon 5 euros)

 

 

-le livre de JPBonnel sur l'ultime chemin de WB (12 euros au lieu de 16)…

 

Published by leblogabonnel - dans philosophie
commenter cet article
21 septembre 2016 3 21 /09 /septembre /2016 09:10
O BURKINI, c'est fini !

humeur

 

   O Burkini, c'est fini ! 

(sur l'air de "O Capri…")

 

 

Avec l'été évanoui, les premières pluies, plus de burkini ! 

 

 

Il faut dire qu'on n'en a pas aperçu beaucoup, durant cet étrange été 2016. En effet, on a vu des maires interdisant le costume de bain musulman sans raison : pas une apparition (comme à Leucate), pas de provocation (sauf l'affaire de Corse, une tentative de photographier entraînant celle de la privation de la plage de Sisco). Les élus savaient que leur décret serait recalé par le Conseil d'Etat (ordonnance du 26.8.2016) en raison des lois sur le voile intégral (2010) et sur le port des signes religieux (2004): ils ont voulu plaire avant tout à leur électorat conservateur.

 

 

 Cette récupération fut vaine et dangereuse. On a vu ainsi les médias américains se moquer de la France mobilisant des gendarmes sur les plages pour dresser une amende à une jeune femme en burkini, équivalant balnéaire du voile islamique…L'état d'urgence, était-ce le fait divers du burkini..? A moins que l'on ne considère cet épiphénomène comme un signe avant-coureur du terrorisme…

 

 

Pourquoi ces réactions, toute cette émotion..?

 

Il y eut la colère des féministes qui ont interprété cet acte "militant" comme une aliénation de la femme..? Avant de juger, de parler de domination de la femme maghrébine, ou de prosélytisme, on pouvait changer de point de vue: de l'européocentrisme, considérer l'opinion des femmes musulmanes: que signifie le port du burkini ? Quel est le message implicite ? Veut-on respecter le "droit à la différence, le respect des traditions d'autrui,..? Aller vers une France plus tolérante, moins islamophobe..? Est-ce simple pudeur, conviction sincère..?

 

Or ce fut d'abord l'émotion et la "panique morale" (lire l'essai de R. Ogen - Grasset, 2004).

Fallait-il, tout de suite, condamner sans comprendre ? Il est vrai que "comprendre, c'est déjà excuser", comme l'a dit M. Valls… Croire que le burkini est le signe des fondamentalistes, alors que les Frères musulmans y sont opposés..?

 

La réaction, ce fut…Un réflexe raciste ? Le fantasme identitaire d'une France unie grâce à ses traditions chrétiennes et s'imaginant envahie par les Arabes comme jadis..? Qui sera notre Charles Martel, notre nouveau De Gaule, notre  nouveau croisé ..? 

 

 

Pour les féministes  opposées aux "islamo-gauchistes", pour les laïcs radicaux, ainsi que pour la droite radicale, les Identitaires…il s'agit de respecter avant tout la culture française, ne pas se différencier même par l'habillement, et l'étranger -l'immigré devenu Français, ou le migrant -doit s'intégrer, voire s'assimiler : c'est la position du président des Républicains, conseillé par le philosophe A. Finkielkraut, auteur de la "Défaite de la pensée". Pour eux, condamner le burkini, ce n'est pas donner une vision intolérante de la laïcité; c'est simplement montrer la "réification" de la femme musulmane dans la France de l'égalité entre l'homme et la femme. C'est imposer la neutralité dans l'espace public car la République a déjà reculé sur bien des points, à l'école, d'abord : les cantines, les sorties à la piscine, les mères accompagnatrices portant le voile…

 

Interdire tout signe ostentatoire évident, c'est, pour une partie de la gauche, du FN et pour la droite radicale (Zemmour, Soral…), lutter contre le multi-culturalisme et les ghettos identitaires : les populations musulmanes, fixées en France depuis les années 1980, doivent, au lieu d'affirmer leur religion, s'assimiler et accepter la domination les règles de la civilisation chrétienne dans le cadre des lois républicaines.

 

 

Quelles solutions..?

 

Sans doute ne faut-il pas être dupe de l'offensive patriarcale islamiste dans l'affaire saugrenue du burkini. Cependant, la réponse ne doit pas être trouvée dans une violence supplémentaire contre les femmes; la solution serait doublée d'une atteinte à nos libertés fondamentales. Une censure ne peut que cliver davantage notre société et provoquer encore plus d'hystérie collective.

 

Certes, il faut chercher le dialogue avant la censure; trouver l'équilibre entre une laïcité trop tolérante, laxiste et la crispation d'une République laïcarde radicale… Si, vraiment, des actes violents et des provocations avaient lieu, il faudrait avoir recours à une nouvelle loi, l'interdiction de tout signe religieux (burca, voile, kipa, croix…) dans l'espace public. Le premier ministre semble pour, ainsi qu'une fraction du FN (M.Philippot) et N.Sarkozy : au-delà d'une décret anti-burkini, c'est une loi contre les signes religieux qui s'offusquerait des grandes croix sur les places de nos villages et empêcherait, par exemple, les processions du vendredi saint (la Sanch dans le pays catalan)…

 

M. Jean-Marc Pujol, maire de Perpignan et délégué officiel de M.Sarkozy dans les Pyrénées-Orientales pour l'éléction présidentielle, a-t-il pris vraiment la mesure de cette éventuelle décision..?

 

 

Jean-Pierre Bonnel

 

 

jean-pierre.bonnel@orange.fr

 
Published by leblogabonnel - dans humour
commenter cet article
20 septembre 2016 2 20 /09 /septembre /2016 09:40
Aurélie - Yanina
Aurélie - Yanina

Aurélie - Yanina

 

 

Femmes on vous aime...

 



*** Expo de FEMMES :


L'association Bouchons d'Artistes vous fait part de sa nouvelle exposition au Musée du Mas Carbasse à Saint Estève. Une exposition collective de 4 artistes femmes; Anita Garcia, Aurélie Lafourcade, Anne Strenger et Yanina Scaglioni.


Le vernissage à lieu le vendredi 21 octobre 2016 à 19h.


L'exposition est visible tous les jours du 22 au 30 octobre 2016 de 15h à 18h30. 

 


«Femmes» Anita Garcia - Aurélie Lafourcade Anne Strenger - Yanina Scaglioni
Exposition collective

DU 22 AU 30 OCTOBRE
MUSÉE DU MAS CARBASSE
ENTRÉE LIBRE
Tous les jours de 15h à 18h30
Vernissage le 21 octobre à 19h


.

Evina Loos
06 27 18 06 90

- - -


-Les FEMMES 
dans Les Caractères de La Bruyère (Maximes)



 -n°5 (page 114, édition Garnier-Bordas) : Il faut juger des femmes depuis la chaussure jusqu’à la coiffure, exclusivement, à peu près comme on mesure le poisson entre queue et tête. » Moi : la femme, sirène ou maquerelle.. ?


N°13, p. 115 : « Une belle femme qui a les qualités d’un honnête homme et ce qu’il y a au monde d’un commerce plus délicieux : l’on trouve en elle tout le mérite des deux sexes. »
Ainsi, la femme idéale est morale et beauté…


N°25, p.. 117 : « Une femme infidèle, si elle est connue pour telle de la personne intéressée, n’est qu’infidèle. S’il la croit fidèle, elle est perfide. On tire ce bien de la perfidie des femmes, qu’elle guérit de la jalousie. »
Ou comment se consoler : extraire le bien du mal… O felles, fleurs du mal…et du mâle…


N°34, p. 121 : « Pour les femmes du monde, un jardinier est un jardinier et un maçon est un maçon ; pour quelques autres plus retirées, un maçon est un homme, un jardinier est un homme. Tout est tentation à qui la craint. »
Ou quand le moraliste annonce D.H. Laurence (L’amant de Lady Chatterley, au nom suggérant la « loi du minou »…


N°122 : « C’est trop contre un mari d’être coquette et dévote ; une femme devrait opter. »
On pense que pour La Bruyère, mieux vaut une femme infidèle, galante, frivole, précieuse, coquette, qu’une hypocrite. La fausse dévotion est le défaut majeur.


N°44, p. 124 : « Si j’épouse une femme avare, elle ne me ruinera point ; si une joueuse, elle pourra m’enrichir ; si un savante, elle saura m’instruire…Si une galante, elle le sera peut-être jusqu’à m’aimer ; si une dévote, répondez, que dois-je attendre de celle qui veut tromper Dieu et qui se trompe elle-même ? »
Encore ici, la qualité d’un défaut : on peut s’adapter à tout, sauf à la tartufferie…


 

Published by leblogabonnel - dans littérature
commenter cet article

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens