Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mai 2016 7 29 /05 /mai /2016 10:19
Château médiéval de Torroella de MONTGRI © Jean-Pierre Bonnel
Château médiéval de Torroella de MONTGRI © Jean-Pierre Bonnel
Château médiéval de Torroella de MONTGRI © Jean-Pierre Bonnel
Château médiéval de Torroella de MONTGRI © Jean-Pierre Bonnel

Château médiéval de Torroella de MONTGRI © Jean-Pierre Bonnel

 Tourisme culturel

 

Les professionnels du tourisme sont devenus intelligents : ils ne vous proposent plus de vous conduire en Tunisie en se contentant de vous installer sur une plage, tout en vous servant cocktails et petits-déjeuners plantureux, ou en vous proposant des activités sportives...

 

Non ils ont recours à la culture, à l'Histoire du pays : un concert, une expo, un itinéraire à travers les architectures de la ville...sont au programme. 

Certes, la plupart des gens exigent d'abord le farniente, le soleil, la mer, les rencontres et les aventures sexuelles; cependant le slogan  "ne pas bronzer idiot" a eu son impact et on ne peut plus faire comme avant ! On fait dans la culture, notion vague, très large ! La culture devient souvent un alibi pour valoriser un voyage et lui donner un relief, une consistance, presque un sens, une cohérence !

 

Les foules estivales, à défaut d'être devenues "sentimentales", ont un désir de culture : l'offre doit suivre ! 

 

Le tourisme culturel fait souvent la renommée d'une ville : on va à Bilbao, d'abord pour l'architecture curieuse de son musée, pour les expos proposées plus que pour visiter les quartiers populaires et ouvriers…ou manger un plat à base de morue…

 

De même, le patrimoine minier, industriel, abandonné pendant des décennies est utilisé pour le tourisme de masse : découvrons l'histoire de notre pays...Le tourisme des "lieux de mémoire", parfois macabre (visites de cimetières, de camps de concentration...) est à la mode. Tout est bon, désormais, pour faire venir les bus, les curieux et le troisième âge, voire le quatrième...autour d'une tombe : entre l'excursion sur la côte vermeille et un bon repas, on rendra hommage au poète mort à Collioure. Le mythe s'amplifie, la mémoire se poursuit à travers les générations à travers le respect dû au Républicain enterré dans le petit port catalan...

 

Pour qu'une ville "devienne une destination", projet bien flou, il faut de la communication, et surtout un substrat ancien solide : patrimoine antique ou médiéval, édifices religieux originaux, rues du centre-ville originales et vivantes, circuits de découvertes, richesse ou aspect insolite d'un musée… Il faut souvent un nom, une activité de renom, un mot qui accroche l'intérêt du visiteur virtuel.

 

 

L'aspect originel, naturel du lieu (beauté d'une montagne, découpage d'une côte, position d'une ville…) est déjà un atout important : le tourisme de paysage emmène les marcheurs. Cependant c'est l'Homme qui modèle le paysage (les paysans donnent des couleurs à nos plaines, diversifient les aspects du territoire…) et recrée la nature : il pose un château sur une montagne, un monastère sur une colline, une ensemble muséal près de la rivière qui traverse la ville. 

 

Le tourisme ne peut se contenter du silence ou de la belle pauvreté d'une région : la Cerdagne est admirable mais est un quasi désert cultuel, et on se lasse vite des déserts; elle attire les flâneurs pas uniquement grâce aux champignons ou aux stations de ski, mais parce qu'une forteresse, une innovation solaire y sont installées…Il y manque une bonne librairie, un théâtre, un festival estival de qualité pour que ce plateau concilie bonheurs du corps et de l'esprit…

 

Mettre de la culture dans la nature. De l'animation culturelle intelligente et de qualité dans la ville…

 

 

En ce dimanche menacé par la pluie, je suis allé à Torroella de Montrgri, entre Estartit et Bagur. Depuis le bourg agricole d'Ulla, on accède au château médiéval situé à 300 mètres sur un escarpement qui donne à voir le spectacle de la plaine, des caps, des îles Medes.

 

Tout est beau, ensemble rocheux, pins, bouquets énormes de genêts, champs d'oliviers, de grenadiers : la main paysanne de l'Homme a produit des richesses naturelles tout en pensant à l'oeil de tous : la beauté, ma couleur, le tracé des chemins, l'ordonnancement des champs…Rien n'est dû au hasard, l'agriculteur a dompté la nature pour nous la rendre aimable !

 

Mais là, il y a plus. Il y a tourisme car il y a culture…Pourquoi..?

 

à suivre

 

JPB

 

 

 

 

 

 

 

 

*

**Le Château de Torroella est le château le plus spectaculaire et imposant sur la Costa Brava. Décrit par l’écrivain Josep Pla comme «roue authentique de l’Empordà », en effet, ce château est situé exactement entre l’Ampudán haute et basse, offrant une vue magnifique à la fois au nord et au sud de la Costa Brava.

costa-brava-torroella-montgrí-chateau.jpg

Le château de Torroella de Montgrí

 

Il a été construit entre 1294 et 1304 par le roi Jacques II, comté de Barcelone, sur la montagne du même nom (de type calcaire) en tant que zone de défense vers le comté d’Ampuries , dirigé par le comte de Ponce. Toutefois, l’intérieur du bâtiment n’a pas été achevé en raison de la paix définitive entre les deux comtés. Extérieurement, le château conserve un aspect fini.

 

 

Château de Montgrí

C. Riu Ter, 29 - Espai Ter - Oficina de Turisme de Torroella de Montgrí 

17257 Torroella de Montgrí (El Baix Empordà)

 

Téléphone: (+34) 972 119 100

Fax: (+34) 972 755 182

Adresse électronique: turismeET@torroella-estartit.cat     

Site: www.visitestartit.com

Published by leblogabonnel - dans culture
commenter cet article
28 mai 2016 6 28 /05 /mai /2016 20:03
Le Castillet, dernier rempart de la catalanité..?  © Jean-Pierre Bonnel

Le Castillet, dernier rempart de la catalanité..? © Jean-Pierre Bonnel

Pétition en ligne https://www.change.org/p/delphineernotte-pour-un-france-3-pays-catalan-de-30-du-lundi-au-vendredi


Adressée à Présidente des Chaînes du service Public de télévision française Delphine ERNOTTE
Pour un "FRANCE 3 PAYS CATALAN" de 30' au lieu de 7 !


PIOLI SERGE Perpignan, France


Enclavé à "l'Extrême Sud" de la France, le département des Pyrénées Orientales se sent abandonné par la Grande Région et le Service Public de Télévision avec seulement 7 minutes de programme spécifique par jour.
Et pourtant nous sommes plus de 500.000 habitants et nous contribuons à l'audiovisuel public par nos impôts pour près de 30. Millions d'Euros !
Alors pourquoi pas un vrai journal télévisé local de 30', le soir de 19h à 19h30,  pour rendre compte de nos atouts, de nos spécificités (y compris linguistique) et  de nos problèmes particuliers ?
Si vous partagez ce souhait, merci de SIGNER cette pétition.
Cette pétition sera remise à:
Présidente des Chaînes du service Public de télévision française
Delphine ERNOTTE
Lire la lettre de pétition
PIOLI SERGE a lancé cette pétition avec seulement une signature au départ et il y a maintenant 309 signataires. Lancez votre pétition pour créer le changement que vous souhaitez voir.
Lancer une pétition
Mises à jour
il y a 1 semaine
Mise à jour sur la pétition
Un vrai journal télévisé de 19h à 19h30 "France 3 Pays Catalan"


279 personnes ont déjà signé ! Et vous? Au moment où notre spécificité risque de disparaître dans le titre de notre Région, ne croyez-vous pas que nous méritons un...
il y a 2 semaines
250 soutiens
il y a 4 semaines
PIOLI SERGE a lancé cette pétition

Published by leblogabonnel - dans polémique
commenter cet article
27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 07:55
Culture à Perpignan (3) : pour une nuit debout de la littérature - R.V.littéraires de J.Pierre Bonnel
Culture à Perpignan (3) : pour une nuit debout de la littérature - R.V.littéraires de J.Pierre Bonnel

***Pour une nuit debout de la littérature

Nuit blanche des musées, ok, c'est entrer dans les meurs. Nuit de la musique, c'est la routine, une journée de grande foule. Mais quid de la littérature ? ça n'intéresserait pas les citoyens ? Aux armes, à vos livres, écrivains, poètes, essayistes…pour des lectures jusqu'au petit matin, dans le silence de la nuit, en tous lieux, en tous costumes !! Qui répondra ? Qui le fera..?

Je vous propose de nous réunir (06 31 69 09 32)

JPB

* Culture : pour une nuit de la littérature à Perpignan

*La Nuit de la littérature - Samedi 28 mai 2016

La 4e édition de la Nuit de la littérature - samedi 28 mai, quartier du Viaduc des Arts (12e arrondissement)

Pendant toute une soirée, venez déambuler dans le quartier du Viaduc des Arts et de la Coulée verte à la découverte d’auteurs de 19 pays et de l’une de leurs oeuvres en français ou en traduction française.

Chaque auteur invité, accompagné d’un/e comédien/ne francophone et parfois du traducteur / de la traductrice , investit un lieu du quartier du Viaduc des Arts, de 17h à 23h pour une série de 6 lectures / rencontres de 40 minutes environ. Ainsi les 19 auteurs investissent 17 lieux.

Les lectures commencent simultanément au début de chaque heure : 17h, 18h, 19h, 20h, 21h et 22h.

À vous de faire votre propre parcours, à la découverte de la littérature du monde !

Chaque heure se déroulera comme suit :

✔ 15-20 mn de lecture

✔ 15-20 mn de discussion entre le public, l’auteur, le traducteur/la traductrice et le/la comédien/ne

✔ ensuite vous êtes invités à vous déplacer dans un autre lieu pour la prochaine lecture.

L’entrée est libre et dans la limite des places disponibles.

Il est important de bien respecter les horaires (les lectures commencent à l’heure précise) afin d’assurer le bon déroulement de la manifestation.

**LA NUIT DE LA LITTÉRATURE 2015 À PARIS

La Nuit de la littérature revient à Paris en ce Samedi 30 Mai 2015 pour une soirée dédiée à la lecture dans le quartier du canal Saint-Martin à Paris. L'objectif ? Découvrir des lieux insoupçonnés et se laisser entraîner par des œuvres littéraires étrangères, pour avoir ensuite, envie de bouquiner.

Le concept de la Nuit de la littérature est pour le moins original ! Pendant toute une soirée, venez déambuler dans le quartier du canal Saint-Martin à la découverte d’auteurs étrangers et d’un de leur ouvrage récemment traduit en français.

Chaque auteur étranger est accompagné d’un comédien et/ou du traducteur, et investit un lieu du quartier du Canal Saint-Martin. Pendant toute la manifestation, ils vous proposeront des lectures/rencontres d’une durée de 40 minutes, débutant à chaque début d’heure : 17h, 18h, 19h, 20h, 21h et 22h.

image: http://www.sortiraparis.com/images/400/18707/132748-lecture2.png

lecture2

Le principe étant : le public se déplace tranquillement à la découverte des auteurs, disséminés dans des lieux hors normes et improbables du quartier du canal Saint Martin.

image: http://www.sortiraparis.com/images/400/18707/132746-lecture.png

lecture

image: http://www.sortiraparis.com/images/400/18707/132747-lecture1.png

lecture1

De nombreux pays seront représentés, parmi eux, le Luxembourg, la Pologne, l'Allemagne, le Portugal, la Belgique ou encore la Suède.

L’entrée est libre, et il est important de bien respecter les horaires pour le bon déroulement de la soirée !

Infos Pratiques:

La 3ème Nuit de la littéra­ture de Paris

Samedi 30 Mai 2015,

Horaires : 17h-minuit

Lieu : 18 lieux dans le quartier du canal Saint-Martin, voir le détail

Page Facebook officielle

Entrée libre

 

- - -* Les Rendez-vous de J.Pierre BONNEL :

 

 

-Présentation du livre "Les Communautés libertaires, agricoles et artistiques" (éditions Trabucaire, 200 pages, documents, 15 euros)

le mercredi 1er juin, au siège de la CNT à Perpignan (HLM St-Mathieu) à 18 h. Entrée libre. Avec Paul Gérard, co-auteur.

 

 

-Vendredi 3 juin : présentation du musicien de Perpignan Fr. de Fossa, avec lectures de lettres par Hanna Fiedrich - chez Alain Gélis, 7 rue Foy, près de l'ancienne fontaine, rue Na Pincarda, à 18h 30, entrée : 5 euros. * Gratuit pour l'association "Les Amis de F. de Fossa".

 

 

- samedi 4 juin : au salon du livre et des arts de St-André, stand derrière la mairie; à 15 heures : Présentation du livre "Les Communautés libertaires, agricoles et artistiques".

 

 

--dimanche 4 juin : à Mosset, au "Village des possibles" ; à 11 heures, Présentation du livre "Les Communautés libertaires, agricoles et artistiques". Entrée libre. Ave Jo Falieu, Annie Cathelin, Paul Gérard…débat.

 

 

-vendredi 10 juin, à 18h, à la librairie Torcatis, rue Mailly, Perpignan : Présentation du livre "Les Communautés libertaires, agricoles et artistiques", avec P. Gérard, Fr. Boutonnet… Entrée libre.

 

 

-samedi 11 juin, à 11 heures, au salon d'Amélie-les-Bains "Amélire", stand et débat sur "Les écrivains roussillonnais et la guerre d'Espagne", avec Hélène Legrais, Robert Triquère…Entrée libre.

 

 

 

Entrée libre. Contact 06 31 69 09 32

Published by leblogabonnel - dans littérature
commenter cet article
26 mai 2016 4 26 /05 /mai /2016 07:14
J.L.Mélanchon à la fête du Travailleur catalan, Bocal du Tech © Jean-Pierre Bonnel

J.L.Mélanchon à la fête du Travailleur catalan, Bocal du Tech © Jean-Pierre Bonnel

 

* Temps des cerises, grèves, blocages... 

 

Vous ne lirez pas aujourd'hui votre journal préféré (sauf L'Humanité, quotidien du PCF : merci la CGT, merci pour la liberté de publier !), mais vous pourrez lire sur le net, les blogs subversifs qui informent les réseaux sociaux, quand les monopoles journalistiques ne vous disent qu'une partie de la réalité ou déforment la vérité...

 

Articles les plus lus dans mon blog : hier, gros succès avec les contraventions distribuées allègrement devant la gare de Perpignan et le "Centre du monde " !

de  L'IMMONDE, disons, plutôt !

 

Etonnant, en tête de mes articles, celui sur la poésie !

 

Ensuite depuis des mois : le mythe du Perthus, les gitans de Saint-Jacques et "que faire le jour de son anniversaire ?"

 

**Pas de journal, donc, sauf un : parce que la CGT, redevenu un syndicat "révolutionnaire, de classe", estime que seul l'Huma, journal de la lutte des classes, méritait de paraître : les autres médias, bourgeois, traîtres…sont censurés. ..

Derrière la CGT, autoritaire car menacée (elle ne représente que 3 % des salariés, mais peut bloquer tout un pays !), se profile le parti communiste : occupant localement (au conseil départemental, à la région…) des postes importants, le PC et le Front de gauche veulent la peau de ce gouvernement…

 

Attitude trouble : comment profiter des finances de l'Etat (l'Humanité est subventionnée) et du pouvoir socialiste en place (au CD66, par exemple) ? 

Pour la liberté et le désir de pouvoir centralisé, o, connaît l'attitude des Partis communistes : guerre civile espagnole (volonté d'éliminer les anarchistes), occupation des pays de l'Est (Printemps de Prague…) dès qu'un air d'indépendance se faisait entendre…Stalinisme, les camps…On va pas vous refaire l'Histoire sanglante du XX° siècle? 

 

Sans doute, l'attitude du pouvoir socialiste est critiquable : virage libéral, trahison du peuple de gauche, utilisation du 49-3, mais c'est la constitution, le vote de la loi par une majorité de députés…

Etre républicain, c'est respecter la loi..? Etre révolutionnaire, c'est contester la loi, quand on la trouve injuste..?

 

**Temps des cerises :

 

Céret a craché ses noyaux pendant deux jours. Z'étaient bonnes les cerises, pourtant polluées par les insecticides..?

Non, nous dit Alexandre Arnaudiès dans Le Monde daté du samedi 14 mai dernier ("Sale temps pour les cerises !") : la mouche SUZUKII, on vit avec... ; au lieu d'utiliser les insecticides, cet agriculteur utilise des pièges à base de vinaigre de vin, de cidre et d'eau ou de sucre avec quelques gouttes de savons qui cillent aux pattes de ces mouches..."Les cerises non traitées sont moins brillantes; les polluées sont belles, une robe rubis ! Attention aux apparences...

 

 

JPB

 

 

article-la-poesie-est-un-combat-de-chaque-jour-contre-les-discriminations-par-jean-iglesis-120214171.html hit-parade des articles les plus lus dans le "blogabonnel"
3. /2016/05/centre-du-monde-gare-de-perpignan-contravention-des-la-1ere-minute-aller-plutot-a-catllar-et-riberach.html 135
4. /article-que-faire-le-jour-de-son-anniversaire-109281670.html 102
5. /article-le-mythe-du-perthus-ville-frontiere-hypermarche-a-ciel-ouvert-112227933.html 90
6. /article-perpignan-7-les-enfants-gitans-de-la-place-du-puig-110013261.html 83
7. /2016/05/cerbere-rencontre-avec-georges-cazenove-karine-vonna-zurcher-inena-grau-sur-le-chemin-w-benjamin-maria-moutot-olivier-mosset-philipp 74
8. /2016/05/perpignan-les-remerciements-du-maire-culture-a-perpi-2-la-fete-du-livre-et-de-la-rose.html 70
9. /2016/04/collioure-alerte-pour-notre-dame-de-consolation-lettre-ouverte-a-vincent-cantie.html

*SALON DE LECTURE

 

Le JOURNAL DE FRIEDEL

 

Par Agnès SAJALOLI, directrice du Mémorial du Camp de Rivesaltes et Interprété par Bastien Charlery, accordéoniste

Durant les années 41 et 42, au moment où les lois sur les indésirables promulguées par le gouvernement de Vichy internent dans le camp de Rivesaltes jusqu’à 8500 « indésirables » juifs, espagnols et tsiganes, une jeune infirmière suisse, Friedel Reiter, décide de s’engager au sein de la Croix Rouge et de venir vivre aux côtés des internés pour les secourir.
La jeune femme arrive sur le camp le 12 novembre 1941. Elle en repart le 25 novembre 1942. Durant un an, elle tient son journal et y raconte son quotidien et celui des femmes, des hommes et des enfants qu’elle côtoie.
Elle y retrace au jour le jour la faim, le froid, la maladie, la tramontane qui soulève les corps amaigris et les projette contre les baraques, les morts, les déportations de juifs qui partiront vers Auschwitz, ses moments de découragement, d’angoisse.
Elle y parle aussi de son combat journalier, de la distribution de nourriture, de ses allées et venues à la maternité d’Elne, du jardin qu’elle parvient à planter, des soirées passées avec les internés à chanter et à faire de la musique, malgré tout, de sa joie profonde à voir les enfants lui sourire et à les sauver de la mort. C’est ce témoignage unique au plan historique, mais aussi emblématique d’une femme au courage exemplaire qui ne s’est pas résignée face à la
barbarie, qu’Agnès Sajaloli et le Mémorial du Camp de Rivesaltes vous proposent de partager.

Suivi d'un échange avec le public

 

13245369_1073006879412024_7899768170640242134_n.jpg

 

**Machado à la librairie :

 

Mercredi 1 juin à 17h 30

 

Jacques Issorel nous présentera le Mercredi 1er Juin à partir de 17h30

 

Últimos días en Collioure, 1939 / y otros estudios breves sobre Antonio Machado.

Sevilla, Renacimiento, 2016 (Los cuatro vientos, 98).  

 

***

 

Librairie Torcatis : le 10 juin "Les communautés libertaires en pays catalan", essai présenté par J.P.Bonnel, Paul Gérard, François Boutonnet...

 

 

Dans le sillage de mai 68, les années 1970 sont une formidable explosion de jeunesse, de désir, de libération. Le vieux monde craque de partout. C’est le temps rêvé des ruptures, des révoltes, des expériences.

Dans ces années-là, ils avaient 20 ans, ils voulaient échapper à la routine « métro, boulot, dodo », réagir contre le mode de production capitaliste et la société de consommation, s’associer avec d’autres pour vivre autrement et porter ensemble un projet commun libérateur. Ce fut le temps des communautés, rurales, urbaines, agricoles, artistiques et autres collectifs, d’esprit libertaire pour la plupart.

 

Dans ces années-là, en pays catalan, les 40 personnes qui racontent, dans ce livre, leur expérience communautaire, ont fait ce choix. Ils ont loué des mas et des terres dans des espaces en voie de désertification. Ils y ont vécu, travaillé et mis en pratique leurs idéaux. Les Carboneras, le mas Julia, Vilalte, Montauriol, St Jean de l’Albère, Malabrac, Fontcouverte, Cailla, Opoul, le mas Planères, Canaveilles, Fillols… autant de noms qui claquent comme des symboles de liberté, de sens et d’humanité.

 

Ils témoignent, 40 ans après, des gestes simples, de la solidarité, des échanges, des rires et des drames, des rêves et de l’amour qui ont forgé leurs existences. Avec cette expérience, ils ont participé à l’évolution des mentalités, ils ont fait bouger les lignes et provoqué en quelque sorte les grands débats sociétaux de la fin du XXe et début XXIe siècles.

 

13230119_1073008389411873_4038431652583389365_n.jpg

 

 
Published by leblogabonnel - dans polémique
commenter cet article
25 mai 2016 3 25 /05 /mai /2016 08:09
Le centre du monde (Le voyage des mots, recueil de J.P.Bonnel)

Le centre du monde (Le voyage des mots, recueil de J.P.Bonnel)

** Gare de Perpignan (amende dès la première minute : vivent les caméras !)

 

En ouvrant ma boîte à  lettre aujourd'hui, j ai eu la désagréable surprise de trouver un avis de contravention. 

Le 11 mai, je me rends à  la gare St Assiscle, je regarde ma montre 13h20, je suis en face de la gare, plusieurs voitures derrière moi, je reste au volant, je ne gêne pas, je ne vois aucun agent... Les personnes que je viens récupérer arrivent 5 mn plus tard.

L'avis de contravention est dressé à  13h21, soit une minute après mon arrivée, pour un montant de 135 euros. 

Prix d un enlèvement à la  fourrière... INADMISSIBLE  !!!

 

Argent facile !!! Racket !!!

 

Attention nous sommes tous des futurs  pigeons...

 

 

* 26 MAI , à Catllar,

Spectacle poético-musical

                    par le groupe Poétzic

                       

 DE  LLOSES  ET  DE  FER

 

Textes et lecture par Jo FALIEU, 

                   accompagnement musical original de 

                            Florent BERTHOMIEU, guitare et accordéon

 

    Le spectacle s'inscrit dans le cadre d'un patrimoine vivant, à partir d'interviews réalisées auprès des habitants de plusieurs communes du Haut Conflent, Nyer, Escaro, Evol. Il s'agissait de recueillir la mémoire directe de gens qui ont vécu le travail dans les mines de fer, celles d'Escaro et d'Escoum.

 

CATLLAR,

 Place du Village, 

jeudi 26 mai à 14 h

 

***

 

 

*** Le Wine Safari c’est cette balade vigneronne emblématique que propose le Domaine Riberach, hôtel écolodge, cave et restaurant* locavore, niché dans une ancienne cave coopérative Art Déco, pour partir à la découverte des plus beaux vignobles du Roussillon. Tous les samedis de juin et de septembre, partez à la découverte des vignobles en 4X4, soyez initié à la vie de la vigne, ou mettez-vous dans la peau d’un vigneron. Pique-nique, cargolade et pétanque sous les platanes, visite du site de production, dégustation sensorielle des vins "Nature et Progrès" de Riberach et dîner du chef Laurent Lemal, Bocuse d’Or France, sont les principaux reliefs de cette journée  vino-sensorielle unique, made in Roussillon ... A vivre absolument !

 

Il est de ces moments de partage aux parfums d’aventure que l’on n’oublie jamais. Le « Wine Safari » du Domaine Riberach fait, sans aucun doute, partie de ceux-là… Le top départ de la balade vigneronne est fixé pour les Wine Safaris de juin à 8H30 dans le hall de l’hôtel. Muni d’une musette, embarquez dès lors dans le 4X4 pour rejoindre les plus beaux vignobles de la région. C’est dans les premières chaleurs du petit matin que Luc Richard, Jean-Michel Mailloles (vignerons) et Patrick Rodrigues (oenologue) vous confieront les secrets de la «Pousse de la vigne» et des gestes de l’épamprage/ébourgeonnage et de l’effeuillage. Vers 10h, place à la fameuse pause de l’«Esmorzar». Echanges et convivialité sont ici de mise, avant de repartir à la découverte de terroirs, pour un apprentissage des différents cépages. 

 

Autour de midi, cap sur le site de Llebres. Dans ce lieu béni des dieux de la Méditerranée, à l’ombre de platanes centenaires, tables de pique-nique sont dressées. Petite sieste ou partie de pétanque sont de rigueur, avant de rejoindre la cave de Riberach pour un après-midi découverte-dégustation plein de tentations. Jouez ensuite les prolongations dans le bassin de baignade ou dans le hammam/sauna du spa «en 5 cuves»… Et terminez sur les notes gourmandes du chef Lemal, qui représentera la France au Bocuse d’Or Monde en janvier 2017. Le temps d’une journée ensoleillée, renouez avec les racines d’un terroir exceptionnel...  Sur les ailes de la vigne et des bons vins, vous laisserez bien le temps suspendre un peu son vol non ?

 

A noter que dans le cadre de la Semaine du Développement Durable, le Wine Safari du 4 juin sera dédié à la démarche "Nature et Progrès" à laquelle le domaine est associé.

 

WINE SAFARI avec panier gourmand de pique-nique : 75 €/pers. (de 4 à 8 pers et sur demande pour + de 8 pers, langues FR,GB,D,S ).  Offre «Wine Safari & Dinner» avec Menu «Km 0» et verre de vin 124€/pers. 

 

Possibilité de Wine Safari avec grillades (90€/pers) ou cargolade  (110€/pers) sur demande et selon le temps.

 

Possibilité de «balades dans les vignes» en été sur demande, pour des groupes de 4 à 8 pers (durée 3 h), avec découverte des vignobles et des cépages en Land Rover, visite du site de production (dans l’ancienne Coopérative) et dégustation au Wine Shop à 50€/pers (99€/pers avec un Menu «km 0» de Laurent Lemal à la Coopérative.) Plus d’infos sur riberach.com.

 

Autres temps forts à venir :

 

Fête des Mères : soin/maquillage flash offert à toutes celles résidant à l’hôtel ou déjeunant au restaurant, le matin de la Fête des Mères sur rv et selon disponibilité de 10h à 13h. 

 

SEMAINE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE : 

Du 30 mai au 5 juin, le MENU «KM 0» de «La Coopérative» devient entièrement Vegan ! 

Samedi 4 juin : le Wine Safari «Pousse de la Vigne» Focus spécial sur la démarche «Nature et Progrès». 

 

LE BARBIER DE RIBERACH : le jour de la Fête des Pères dimanche 19 juin, un illustre maître barbier de Perpignan (Lazare Barbier) se met à la disposition de notre clientèle sur réservation de 9H30 à 13H. 

 

HENG SHI &SES ÉLÈVES DE L’OPÉRA-COMIQUE DE SHANGHAI le 25 juillet à 18H30 : Dans le cadre du Festival AMusikenVignes et du Festival International d’Opéras d’Argelès-sur-Mer, un concert lyrique époustouflant autour des airs de «La belle Hélène» d’Offenbach avec Heng Shi, baryton accompagné par son épouse Yue Shi, ainsi que de jeunes musiciens. Participation de Daniel Tosi. Quelques surprises vous attendent. Entrée 6€, dégustation gratuite de vins prestigieux. Rens. 04 68 89 65 96.

 

Les «PÉTANQUE PARTY» de RIBERACH : tous les mercredis de juillet (jusqu’au 15 août) à 18H, venez jouer et tentez de gagner des bouteilles du domaine ! 

 

 

 
Published by leblogabonnel - dans polémique
commenter cet article
24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 09:27
Denise, Christiane et 2 lecteurs suédois : Kristina, Ennart-Bénédicte, Martine et Michèle Bayar à la médiathèque-Réunion à la mairie, sous la conduite de Gildas Girodeau- Michèle Bayar et Lennart
Denise, Christiane et 2 lecteurs suédois : Kristina, Ennart-Bénédicte, Martine et Michèle Bayar à la médiathèque-Réunion à la mairie, sous la conduite de Gildas Girodeau- Michèle Bayar et Lennart
Denise, Christiane et 2 lecteurs suédois : Kristina, Ennart-Bénédicte, Martine et Michèle Bayar à la médiathèque-Réunion à la mairie, sous la conduite de Gildas Girodeau- Michèle Bayar et Lennart
Denise, Christiane et 2 lecteurs suédois : Kristina, Ennart-Bénédicte, Martine et Michèle Bayar à la médiathèque-Réunion à la mairie, sous la conduite de Gildas Girodeau- Michèle Bayar et Lennart

Denise, Christiane et 2 lecteurs suédois : Kristina, Ennart-Bénédicte, Martine et Michèle Bayar à la médiathèque-Réunion à la mairie, sous la conduite de Gildas Girodeau- Michèle Bayar et Lennart

L'équipe de bénévoles du salon du livre 2016, consacré à la Suède, s'est réuni dans une salle de la mairie. La séance est animée par Gildas Girodeau, écrivain, responsable de l'événement littéraire et par Denise Snodgrass, présidente et adjointe à la culture.

 

Beaucoup de dames, dont une Suédoise, Kristina. A ses côtés, un homme, un suédois, lui aussi, résidant à l'année à Collioure, ancien juge et avocat : Lennart, sympathique et parlant un excellent français.

 

Car on cause français et pas catalan au salon colliouencq, comme un peu partout, d'ailleurs, pourquoi... La catalanité se perd...En tout cas, la Catalogne s'ouvre : à l'Europe du Nord, aux pays des marins : sans doute, l'influence de Gildas G…), et demain aux Amériques, à New York...

 

J'aime quand notre marin-oléiculteur de président déclare : "C'est un festival ouvert : il faut s'en emparer, ce n'est pas un bunker !"

 

En effet, chacun a droit à une libre parole; on sera ravi encore une fois par la voix claire et experte de Michèle Bayar, qui séduit le groupe d'amis en évoquant une initiative : l'exotique "caravane des mots", qui deviendra la méchante et militariste (je blague, of course !) "Brigade des mots". Tant que ce n'est pas la brigade des moeurs…

 

En effet un partenariat a été conclu avec la médiathèque et Martine et Bénédicte nous pressentent ce projet de lectures de textes d'auteurs suédois dans les rues de Collioure : pour informer, motiver le public virtuel, créer une animation intelligente au coeur de la cité catalane : du tourisme culturel !

 

Un groupe de lecteurs novices se forme et des réunions sont prévues à la médiathèques et en plein air, ce mercredi à 9h, puis vendredi à 11 h, au St-Elme, pour s'exercer… C'est sympathique et dirigé par l'expérience et la voix ferme de Michèle Bayar…

 

Comment placer la voix, comment s'adresser à l'intimité de chaque auditeur, comment se faire reconnaître (signes, vêtements, voix, théâtralité..?) à suivre…

 

 

*Le programme du salon, dans ses grandes lignes :

 

du vendredi 2 septembre (films au centre culturel sur les "phares et les hommes") au samedi 3 ( paroles de Suédois, conférences, débats, stands d'éditeurs), jusqu'au dimanche : randonnée littéraire dans le village, de Reiser à Machado en passant par O'Brian et stands de 9 h à 18 h sur la place du Gal Leclerc (marché), avec un débat à 14h30 : "Littérature en Roussillon"…

 
JPB
Published by leblogabonnel - dans littérature
commenter cet article
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 08:21
Le temps des cerises ? - La mouche de Céret - Les femmes dans la littérature - A regarder vivre les hommes (J.Falieu)

 

***Temps des cerises

Sale temps : l'eau dans le fruit, le vent qui fait tomber les pétales, les fleurs, les fruits prêts à être cueillis.

 

La mouche venue d'Asie attaque les vergers : nos cerises seront encore plus polluées : vivent les insecticides !


Par chance Céret a fêté les cerises ce week-end : concours de cracheurs de noyaux, z'avez pas moins idiot..?

 

Cerises blettes : la France va être paralysée, les politiques sont impuissants, les ultra vont pouvoir casser du gendarme, la police, à l'opposé de janvier 2015, n'est plus aimée...Où est Charlie ? C'est la chienlit ?

 

Les bérets bruns peuvent cueillir le pouvoir où règne l'absence...Le déni, l'attitude de l'autruche...Pendant ce temps, en Autriche...

 

JPB

 

 

***  Jusqu' au 31 mai 2016 : « Les Femmes dans la littérature »

Exposition à la Médiathèque d’Elne

 

Mercredi 18 mai : 18h30 : Aurélie CAPOBIANCO, psychologue, psychanalyste.Présentation et dédicace de son livre « Délivrez-nous du mal »

 

Vendredi 27 mai : 18h30 : « Pluri’elles » : Une soirée qui met les femmes à l’honneur.

    •    Présentation du nu féminin dans la peinture, par l’artiste Zellim

 

    •    Alain BADIA, Professeur de Lettres et psychanalyste :

« La femme est-elle soluble dans la littérature » :

D’Aristophane aux Femen, Alain Badia s’interroge sur l’existence d’une littérature féminine et/ou féministe

 

    •    L’association Bulles de carpe vous propose des extraits de la pièce d’Eve Ensler, « Les Monologues du vagin »

 

- - -

 

    *****    A regarder vivre les hommes...

 

 

A regarder vivre les hommes 

                         je m'étonne parfois encore 

                               d'être capable de les aimer

    cet acharnement à se mépriser

                    à humilier l'autre          à s'entretuer

  Tant de génie à supprimer

                la beauté interne des choses

                        à se détourner sans cesse de l'essentiel 

          pour de vagues miroirs aux alouettes

 

A regarder vivre les hommes 

                il y a tout lieu de penser 

                            qu'il y a maldonne

 partout      ici       là   

                 devant      derrière     au loin

                                    au-delà de l'horizon

          partout la même sinécure

                                       l'insondable déraison

          le gouffre         

             le spectacle insolent de simulacres

                            des turpitudes     des trompe-l'œil

 

    Un monde en faire semblant

                comme font les enfants quand ils jouent à la guerre

        une école de tricheurs

 

                avec pourtant       ça et là    

                                des hommes vrais

                   des héros      des justes

                                    avec surtout     des femmes      vraies

    gardiennes ultimes 

                de la maison du monde

 

 

        Peut-être   encore                        

                peut-être est-il encore possible

             sauver demain

                        en tout cas        

                            y croire           encore un peu

    avec passion

            sans illusion        avec hargne      détermination       

                     hurler dans la nuit

                                      percer le silence

En attendant     va t'en     

                 va t'en courir le monde

                             à travers d'infinis paysages

         la joie au cœur       

                 la fleur au bout des lèvres        candide

        comme un aventurier d'amour  

 

 Mais           

     regarde les bien          qui sont-ils     

                 là bas     ailleurs       plus loin

                                     toujours les mêmes

         comme je nous ressemble

                    avec cette tristesse qui ruisselle des rues

 

  Silence dans la nuit        

        pâleur de ciel dans le désert

                à regarder couler les fleuves tranquilles de la honte

 

Il reste à trouver     

             dans les interstices

                           les échappatoires    

                                      les révoltes

    des chemins de tendresse

                                         de solidarité     de partage   

             dans le chaud des espaces encore vivants

                              ces cœurs d'amour   

                                     qui résistent

          et savent inventer

                       des sourires en fleurs d'amitié

                                       qui invitent à la joie

            et dessinent 

                    les dernières lueurs d'espoir

 

JO FALIEU (Prades)

Published by leblogabonnel - dans poésie
commenter cet article
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 12:16
Carme Miquel - Le soleil à travers le judas (J.P.Bonnel) - Expo du musée de Collioure - Rue Cortot, par Gérard Jacquet
Carme Miquel - Le soleil à travers le judas (J.P.Bonnel) - Expo du musée de Collioure - Rue Cortot, par Gérard Jacquet
Carme Miquel - Le soleil à travers le judas (J.P.Bonnel) - Expo du musée de Collioure - Rue Cortot, par Gérard Jacquet
Carme Miquel - Le soleil à travers le judas (J.P.Bonnel) - Expo du musée de Collioure - Rue Cortot, par Gérard Jacquet
Carme Miquel - Le soleil à travers le judas (J.P.Bonnel) - Expo du musée de Collioure - Rue Cortot, par Gérard Jacquet

Carme Miquel - Le soleil à travers le judas (J.P.Bonnel) - Expo du musée de Collioure - Rue Cortot, par Gérard Jacquet

* Avec Carme Miquel : Carmen comme guide...

 

 

Pour la nuit des musées il fait jour à Collioure. Et même soleil couchant énergique comme je ne l'avais jamais vu de ces fenêtres du musée Peské... 

 

Ouvertes pour créer des reflets, des ombres des jeux de lumière et de pénombre au second étage du musée de la colline. Le souvenir de Matisse (fenêtres ouvertes) et de Derain (la lumière comme  des bâtons de dynamite) hantaient les lieux que les visiteurs ont pu découvrir avec les six artistes présents : j'ai eu la chance d'avoir comme initiatrice Carme Miquel.

 

Carmen l'envoûteuse à la main de soleil rouge, main pleine des galets flamboyants de la plage colliourencque...

 

Ce travail collectif étudie les perspectives, les lignes, les couleurs. Ils ont recherché des décors et des matériaux de Collioure à Port-Bou, et plus haut, à St-Laurent de Cerdans.

 

Un long fil à plomb traverse le musée : ses rayures changent à mesure que l'on monte l'escalier : suivre le sens de la projection de la couleur... Thésée, je monte dans le labyrinthe…

 

 

Dans la salle sombre, il s'agit de récréer l'horizon avec comme seuls repères des petits morceaux de mur de schistes : travail parfait d'architecture en pierres sèches.

 

Le visiteur, dans ces échanges de lumières devient, à partir de ses propres ombres, un personnage à part entière de l'installation Il peint en se promenant, il il crée des images fantomatiques sr les murs, et cet oeil de lumière, dans le judas insoupçonné du mur oriental lui perce le coeur...

 

Il faut saluer le travail des équipes, les oeuvres fragiles qui suggèrent l'idée d'horizon. Les vitrines sont autant de tableaux dans le tableau : cette évocation d'un bateau avec son mât, ses voiles légères, les dégradés des couleurs orangées montre que l'installation désire sortir de son cadre.

 

Aller plus loin, plus haut : du moulin, la perspective sur la mer catalane…


JPB
 
------
 
 

***   Rue Cortot

 

Est-ce ici, est-ce ailleurs ? un jour qui vient, une nuit en départ ? 

Peu importe, j'y ai vécu !

 

 

Sur un kiosque à trois pieds Brel remaille le pays plat...dans l'oeil de Robert Loî

une femme sentinelle, frontière l’horizon,
essorant l’envers d’un regret que Dalida prolonge

Sous un ciel sans croissant
s’effacent les cantates de Thibhirine,
et un rire piétine les rêves d’Anne Franck.

Est-ce  Ostende ou bien Bercy... par Issy  ?
Dans cet entrelacs où mûrissent les Poulbots,
Léo habite la rumeur et demande à Caussimon"...Si c'est utile/Et puis surtout si ça vaut l'coup / Si ça vaut l'coup d'vivre sa vie."

Loin, en Tamise, la voix de Radio Londres se dissipe,
rue Cortot sur un flot de pavés le siècle ferme ses utopies.

Est-ce hier ou maintenant
Une nuit de gare, un jour sans train ?

Montand music-halle son Olympia

Quai des revers de vie et des regards goulus
dans un ailleurs où la mémoire s’assoupit
un wagon plombé de souvenirs pend dans la brume d'en dessous.

L’heure demande : Où vont ces voix, d'où sort la vie 
Nul ne sait...nul ne peut ...ne  veut parier
s’il est encore bon de rallumer le jour.

Est-ce ici, est-ce ailleurs ?
Est-ce un jour qui s'en vient, une nuit en départ ?

Rue Cortot le siècle pourrait faire mal.

Mais le bonheur peut passer autour des lampadaire et sauter les rambardes....sollicitant les toits.

 

 

 

G.più (Gérard Jacquet)

 

Published by leblogabonnel - dans peinture
commenter cet article
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 08:39
Robert VINAS, lors d'une conférence à Banyuls (photo J.P.Bonnel)

Robert VINAS, lors d'une conférence à Banyuls (photo J.P.Bonnel)

RENCONTRE : avec l'historien Robert VINAS

 

            Entretien avec Robert Vinas

 

 

Robert est né à Ria, au pied de la tour et du drapeau catalan, en hommage à Guifred le Poilu. Il vit ensuite à Palau et à Pollestres à partir de neuf ans.

 

"Je suis de Pollestres ; j'ai fait mon CM2 à l’école primaire et joué au foot et au rugby dans ce village ".

 

Il fait ses études au Lycée Arago et à la Faculté des Lettres de Montpellier conclues par le CAPES d’Histoire et Géographie et un DES d’histoire du Moyen Age sur les Templiers du Masdèu. Après le concours de l'enseignement il obtient un premier poste à Liévin, dans le Pas de Calais, mais deux ans après il revient au pays, à Céret. 

 

Il doit ensuite faire son service militaire, en régiment disciplinaire à Arras, seul moyen de se rapprocher de son épouse, restée à Liévin.

 

Ensuite, Robert obtient un poste à l'étranger : l'armée lui accorde une permission exceptionnelle pour se rendre à l'alliance française à Paris et rencontrer Marc Blancpain, Président de l'Alliance.

 

Il va se rendre au Brésil, à Curitiba, ville de province, mais avant de partir, il effectue un stage à Royan, au Centre des méthodes audiovisuelles.

 

Il est au Brésil en février 68, à Rio, le jour du carnaval. Il va y rester cinq ans : deux enfants vont naître au pays des indiens Guaranis.

...

Ce que j'ai fait de mieux : parti du dialecte roussillonnais de base, j'ai appris le catalan oral et écrit, ce qui m'a donné des ouvertures vers Gérone, Barcelone, Majorque : j'ai deux conférences prévues à Figuères et Palma avant l’été. 

 

Je récuse l'expression "Pays catalans" car je préfère la formule "Pays de langue catalane".

 

Faut-il intégrer tous les pays où on parle catalan ? Valencia affirme qu'elle n'est pas catalane mais son valencien c'est du catalan à 95%. J'ai fait une conférence à Valencia ; à la fin, on m'a dit : "Vous parlez très bien le valencien du Nord".

Aux Baléares, ils disent "on est majorquins", mais ils reconnaissent qu'ils parlent catalan. En Roussillon, seulement 10% de la population parlent catalan ; il faut aller dans les maisons de retraite ; on y parle catalan avec 90% des gens.

 

Pourquoi cette faiblesse de la langue catalane ici : une ou deux générations n'ont pas fait le travail de transmission à leurs enfants. Dès le 18e siècle, la décatalanisation a commencé : les élites ont trahi, elles ont voulu les avantages et ont négligé la langue. Puis sont venues les lois de la 3éme république et l'interdiction de parler catalan dans les écoles. La chute est très sensible depuis la guerre de 1914.

La langue ne pourra être sauvée que quand il y aura plus d'autonomie en Catalogne. Mon « indépendantisme » est culturel : la plus grande autonomie rapprochera le Roussillon du Sud ; cela permettra de sauver ce qui peut l'être.

 

Durant la seconde moitié du XIXe siècle eut lieu la "renaissance catalane" qui fut la redécouverte d'un territoire avec des artistes, des artisans, des intellectuels... Les tendances catalanistes resurgissent jusqu'en 1936 avec la Generalitat ; ensuite, régna le franquisme et depuis 1975 a lieu une nouvelle résurgence. J'y crois : pour conserver ce passé, nous avons besoin d'une Catalogne forte et la plus autonome possible. Est-ce un Etat capable d'être moderne dans l'Europe d'aujourd'hui ? Oui, car il a la capacité d'invention et d'initiative économique beaucoup plus que dans le reste de l’Espagne. Barcelone sera le port et l'entrepôt de la Méditerranée occidentale.

 

La Catalogne au Moyen-Age était une nation ; il faut lire Ramon Muntaner : dès le début du XIVe siècle, l'idée nationale est présente ; c'est un sentiment d'appartenance à une nation depuis le Moyen-Age.

 

Etre catalan, on le sent aux tripes. Cela n’empêche pas d’être citoyen français, malgré quelquefois de douloureux tiraillements.

 

 

Propos recueillis par Jean-Pierre Bonnel (extraits) 

 

* entretien à paraître dans un livre "Mémoire culturelle du pays catalan"

 

(Teresa Rebull, Eliane Comelade, M.Claude Valaison, Renata Portet, Claude Massé, Joséphine Matamorros, Olga et Pierre Garcia-Fons, Jacques Maso, Michel Perpinya, Serge Kamké,  Pere Verdaguer, Ramon Gual, Seege Fauchier, Patrick Loste...)

 

 

 

*BANYULS : l'association "Culture et patrimoine en Côte Vermeille" 

 

a le plaisir de vous inviter à la conférence qu'elle organise le dimanche 22 mai 2016

à 17 heures  à Banyuls-sur-Mer - Salle Novelty

 

Le trésor des Templiers

 

par Robert VINAS  -  Entrée libre

 

 

 

Alors que les historiens du Moyen Âge ont apporté sur la constitution et le devenir de l'indéniable fortune templière des éléments de réponse indiscutables, l'introuvable trésor des Templiers continue à exciter l'imagination des hommes. Car depuis le Moyen Âge, la même question se pose : où est passée cette fortune ? Et rien ne peut empêcher les hommes d’aujourd’hui de penser que les Templiers nous ont laissé des trésors cachés. C’est leur recherche éperdue qui va nous faire sortir de l'Histoire pour entrer dans le mythe. C’est cette recherche, à la base de la constitution du mythe templier, que nous contera Robert Vinas.

 

Published by leblogabonnel - dans histoire
commenter cet article
20 mai 2016 5 20 /05 /mai /2016 10:15
Casser du flic ou rêver à l'utopie ? Libertaire ou nihiliste ? Les communautés libertaires, agricoles et artistiques dans le 66 : Jo Falieu, Paul Gérard, J.P.Bonnel

La violence

Nihistes

L'image est insoutenable, d'un policier agressé dans sa voiture, en marge d'une manifestation contre le gouvernement. Lâcheté et terrorisme : on ne peut excuser cette action, de la part d'un jeune "casseur" ou "révolutionnaire" masqué, casqué, désirant casser du flic et se battre contre la haine.

Je ne peux justifier les actions très minoritaires, coupées des masse, de ces "comités invisibles", du titre des livres publiés par les éditions La Fabrique "A nos amis" , 2014, 10 euros), issus du groupe de Tarnac, disculpé depuis...

Ces penseurs inspirés par les Situationnistes et les anarchistes nihilistes croient que la révolution est possible, à tout instant, comme l'insurrection :

"Elle peut éclater à tout moment, pour n'importe quel motif, dans n'importe quel pays; et mener n'importe où. Les dirigeants marchent parmi les gouffres. Leur ombre même paraît les menacer…" (page 11).

On apprécie le style, les formules, souvent poétiques, une inspiration subversive qui secoue le gris quotidien et les affaires sales de nos dirigeants, députés, maires et autres "responsables"...

Pourtant on ne peut justifier ces actions, même si la violence vient la plupart du temps du pouvoir : les guerres menées dans les anciennes colonies, au Proche-Orient…La vente d'armes à des dictatures (Egypte, Arabie Saoudite…). Le racisme des policiers dans les quartiers difficiles…

Le non-respect de la volonté du peuple : le "49-3" contre les manifestants, la gauche et même un nombre croissant de députés socialistes… Face aux promesses non tenues, aux injustices, au fossé entre riches et pauvres, il y a de quoi se révolter, et on peut comprendre des actions désespérées...

Cependant, c'est au peuple, du moins à une forte proportion des citoyens à agir et à décider, à subvertir par la grève générale et l'insurrection massive. L'idée d'avant-garde éclairée menant le peuple a fait long feu !

Libertaire

Moi qui ne l'étais pas, à l'époque étudiée (1970/2016), j'ai publié, avec des amis libertaires, un livre sur les communautés libertaires.

Il s'agissait de "collectifs" désirant changer la société, trouver d'autres relations d'existence, partageant la vie quotidienne, le travail, l'argent, l'éducation des enfants…

C'était pacifiste, en marge de la société violente, même si, dans ces années de dictature franquiste, certains communautaires ont pu héberger des Républicains, des anars recherchés en Catalogne et même participer à des actions "violentes". C'était la guerre, un contexte de lutte contre le fascisme voisin…

Et la violence est hélas souvent compréhensible, comme le terrorisme dans des cas extrêmes : attentats des Maquisards, des Résistants contre l'occupant nazi…

Mais nos petits insurgés face à l'Etat de droit et à la République, non…

JPB

 

***Vient de paraître :

 

Les communautés libertaires, agricoles et artistiques des P.O., de l'après Mai 68 au tournant du XXIème siècle - Trabucaire éditeur (15 euros en librairie - ou chez les auteurs : 06 31 69 09 32)

 

             Textes et témoignages recueillis par 

            Jean-Pierre Bonnel 

 

               Coordination de Paul Gérard 

 

 

    Suite à une rencontre, le 15 septembre 2012, à l'auberge Can Joan, dans les Albères, où quarante personnes se retrouvent (anciens des communautés ainsi que leurs amis d’alors), je fais la connaissance de Paul Gérard, qui me propose de réaliser un livre sur les communautés libertaires des années 1970-2001 dans les Pyrénées-Orientales, dans l'Aude et dans l’Ariège. 

 

    Au fil des entretiens et des rencontres, mon enquête dépassera le projet initial pour s’attacher aussi aux communautés artistiques, d’inspiration libertaire.

 

                                  Jean-Pierre Bonnel (septembre 2012- mars 2014)

 

 

            A ces amis rencontrés grâce au livre    

 

 

Ils ont trouvé leur havre, leur mas isolé, leur maison commune, à Maureillas, Opoul, Corsavy, Saint-Jean L’Albère, Villeneuve du Bosc, Saint-Hilaire, Caillat ou aux "Carbos". 

 

Ils s'appellent Alain, Paulo, Serge, Janine, Christian, Armelle, Daniel, Christine, Nando, Jaume, Richard, Annie, Enrique, Michel ou Colette…

 

Ils ont vingt ans en 68 ou trente en 1970. Hommes et femmes, couples nouveaux ou anciens, ils sont artistes ou prolétaires, cadres, enseignants ou étudiants…. 

 

Ils sont différents par l'origine, la culture, le physique, mais une même flamme brille dans leur cœur la volonté de vivre tout de suite une autre vie dans une autre société, sans attendre le grand soir et des lendemains qui chantent !

Dans leur tête habite un grand rêve de liberté, d'égalité, de révolution sociale, d'amélioration personnelle.

 

Ce livre tente de décrire la vie des communautés libertaires, agricoles et artistiques, dans les Pyrénées-Orientales, l’Aude et l’Ariège, de 1968 au début du XXI° siècle. 

 

Il présente les témoignages des acteurs de ces difficiles mais glorieuses et souvent heureuses décennies vécues dans un destin collectif.

 

Ce livre est le vôtre. Je n'ai voulu être qu'un passeur, que le scribe fidèle de ces moments intenses, que j'aurais voulu vivre avec vous et avec d'autres. Mais j’étais alors sur un autre chemin…

 

Aujourd'hui, ces instants uniques, je les vis par procuration, grâce à vos paroles, à vos récits, offerts désormais à l'Histoire et à de nouvelles générations de rêveurs éveillés et d'hommes libres... Radicalement libres !

                                         

***  Les Communautés Libertaires 

 

           en Catalogne Nord      dans les années 70          

                                 et leur devenir

 

 

       Mémoire et Interprétation : qu'en reste-t-il aujourd'hui ? Quel sens ?

 

Quelques pistes de réflexion :

 

–  besoin de revenir sur une époque d'engagements politiques solidaires : d'où la nécessité de réveiller la mémoire par des témoignages venant des différentes expériences ;  à la barre le tandem Jean-Pierre Bonnell, écrivain, et Paul Gérard des "Carbo" ;

après 68, naissait un grand désir de changer la vie, au quotidien, de remettre en question nos fonctionnements, changer nos habitudes de vie, affectives, relationnelles, citoyennes...

– besoin aussi d'une auto-critique ; ne pas se laisser aller à construire un légendaire factice ;

qu'a-t-on changé réellement, en soi et autour de soi ? Quelles valeurs, quelles nouveautés ont transpiré de cette période où l'on se complaisait à construire des simulacres d'utopie ?

Regards d'hommes et de femmes à la recherche d'un sens à cheval entre tendresse et cruauté...

–  importance de s'attarder sur la grande diversité des expériences communautaires à travers des luttes sociales , des engagements sociétaux où basculèrent les idéaux ; des témoignages sur le Bourdigou, le soutien à l'Espagne libertaire, le soutien aux insoumis de l'armée, la résistance au projet des mines d'uranium, tout un florilège d'actions qui habitait notre besoin d'en finir avec ce vieux monde plein d'incohérences, d'occlusions et d'inhumanité.

–  au vertige des illusions s'affronte la certitude d'être passé par des remises en question fondamentales qui interrogent l' Histoire elle-même à travers nos petites histoires ; cette manière de faire passer les idéaux dans des actes, en gardant de cette période une mémoire vive, tonifiante, comme le reliquat d'un art de vivre. Alors peut-être se dessine une certaine idée de l'utopie, non comme le non-réalisable à priori, mais comme un futur à modeler dans nos incertitudes, la mesure d'un espoir jouable, dans la vérité de nos dérisions.

 

                                Jo Falieu

 

---

 

- - -* Les Rendez-vous de J.Pierre BONNEL :

 

 

-Présentation du livre "Les Communautés libertaires, agricoles et artistiques" (éditions Trabucaire, 200 pages, documents, 15 euros)

le mercredi 1er juin, au siège de la CNT à Perpignan (HLM St-Mathieu) à 18 h. Entrée libre. Avec Paul Gérard, co-auteur.

 

 

-Vendredi 3 juin : présentation du musicien de Perpignan Fr. de Fossa, avec lectures de lettres par Hanna Fiedrich - chez Alain Gélis, 7 rue Foy, près de l'ancienne fontaine, rue Na Pincarda, à 18h 30, entrée : 5 euros. *

 

 

- samedi 4 juin : au salon du livre et des arts de St-André, stand derrière la mairie; à 15 heures : Présentation du livre "Les Communautés libertaires, agricoles et artistiques".

 

 

--dimanche 4 juin : à Mosset, au "Village des possibles" ; à 11 heures, Présentation du livre "Les Communautés libertaires, agricoles et artistiques". Entrée libre. Ave Jo Falieu, Annie Cathelin, Paul Gérard…débat.

 

 

-vendredi 10 juin, à 18h, à la librairie Torcatis, rue Mailly, Perpignan : Présentation du livre "Les Communautés libertaires, agricoles et artistiques", avec P. Gérard, Fr. Boutonnet… Entrée libre.

 

 

-samedi 11 juin, à 11 heures, au salon d'Amélie-les-Bains "Amélire", stand et débat sur "Les écrivains roussillonnais et la guerre d'Espagne", avec Hélène Legrais, Robert Triquère…Entrée libre.

 

 

 

Entrée libre. Contact 06 31 69 09 32

Published by leblogabonnel - dans politique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens