Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mars 2018 1 05 /03 /mars /2018 09:11
Air pur du Canigou - Air de Paris - Air de DUCHAMP - Merde d'artiste -
Air pur du Canigou - Air de Paris - Air de DUCHAMP - Merde d'artiste -
Air pur du Canigou - Air de Paris - Air de DUCHAMP - Merde d'artiste -
Air pur du Canigou - Air de Paris - Air de DUCHAMP - Merde d'artiste -
Air pur du Canigou - Air de Paris - Air de DUCHAMP - Merde d'artiste -
Air pur du Canigou - Air de Paris - Air de DUCHAMP - Merde d'artiste -

Air pur du Canigou - Air de Paris - Air de DUCHAMP - Merde d'artiste -

*L'air du CANIGOU commercialisé en boîte : 

Ils l'ont fait ! Ils l'ont eu, l'idée, 20 ans après les Parisiens et le fameux air de la capitale vendu aux touristes dans de petites boîtes !

Les Catalans l'ont fait et la bêtise peut donc aussi s'installer en province ! Les responsables du tourisme du Conflent ont trouvé comment gagner un peu d'argent grâce à la naïveté des estivants : donnez 5 euros, ça vous évite d'aller plus haut !

C'est ainsi qu'on marchande le pays, le patrimoine : il y a mieux à faire...

JPB

 

 

* A l'heure d'été, les offices de tourisme redoublent d'ingéniosité pour laisser aux estivants une bonne image de la région et pour le Conflent, c'est tout trouvé.

Un Catalan a mis au point un concept drôle et pour le moins original : mettre l’air du Mont Canigou, dans les Pyrénées-Orientales, dans une boite de conserve.

Et si vous preniez un grand bol d'air du #Canigó ? Dans cette boîte l'air pur ! C'est permis disponible dans vos Offices du #Conflent...

 

Une idée qui plaît aux touristes :

Je trouve ça drôle, mettre de l’air en boîte ce n’est pas commun.

A l'origine de cette initiative amusante, un Catalan, amoureux du pays, Emile Claverie :

Le Canigou, c’est notre montagne sacrée, la montagne sacrée des catalans, nous avons passé un partenariat avec l’office du tourisme de Prades et ce sont eux qui commercialise dans leur cinq bureaux la boîte de conserve.

** voir sur France Bleu Roussillon, Le reportage de Dorothée Berhault et Philippe Cheneaux De Leyritz

Insolite : l’air du Pic du Canigou, dans les Pyrénées-Orientales dans une boite de conserve 

Si vous avez déjà gravi le sommet du Canigou, dans les Pyrénées-Orientales vous avez sûrement été happé par l’air pur du pic. Cette sensation, vous pouvez désormais la retrouver dans une boîte de conserve. - France 3 LR - Dorothée Berhault et Philippe Cheneaux De Leyritz

Au prix de 5 euros, la boîte d'air du Canigou rejoindra peut-être votre étagère… jusqu'au jour où vous n'aurez qu'une envie : prendre un bon bol d'air à 2.700 mètres. © Par Joane Mériot

 

 

 

***ça date : L'air de Paris en vente dans une boîte de conserve

 

This Canned Air from Paris est une création de Kirill Rudenko, le bon air typiquement Parisien est enfin disponible ici. 8 euros. Retrouvez aussi les Airs d’autres ville du monde : Prague, New-York, Berlin etc. sur http://www.fattrol.com

 

Cette boîte de Conserve créée par le designer Kirill Rudenko, contient de l’air comprimé parisien. Elle est remplie de l’esprit de la ville et soulage le stress, le mal du pays et permet de lutter contre la nostalgie de Paris.

 

La boîte mesure 88 mm de hauteur et 86 mm de diamètre avec une contenance de 375ml. Chaque semaine, des centaines de litres d’air frais de Paris sont expédiés par les fournisseurs chez le fabricant.

La formule de l’air est de 20% Le Louvre 20% Notre-Dame 25% de la Tour Eiffel 15% du Musée d’Orsay 10% des Champs-Elysées et 10% du Sacré-Cœur.

 

Elle est faite par des mains attentives au cœur de la ville. Toutes les descriptions sur la boîte sont en anglais. Le produit est 100% organique.

 

This Canned Air from Paris est une création de Kirill Rudenko, le bon air typiquement Parisien est enfin disponible ici. 8 euros.

Retrouvez aussi les Airs d’autres ville du monde : Prague, New-York, Berlin etc. sur http://www.fattrol.com

 

- - -MERDE D'ARTISTE : du foutage de gueule qui vaut des millions

Piero Manzoni est un « artiste » qui a sévi entre les années 1933 et 1963.
Pourquoi mettre des guillemets à « artiste » ? Eh bien c’est là tout le nœud du problème… Je suis personnellement hermétique à cette forme d’art qui se veut révolutionnaire!

Achrome est l’une de ses œuvres les plus connues. Fortement influencé par Yves Klein et ses monochromes, Piero Manzoni veut aller encore plus loin et supprime carrément toute couleur. Ce n’est donc plus unmonochrome, mais un achrome…

 

Pourtant, la toile n’est pas vraiment blanche, puisqu’il y a plein d’ombres… En fait, le tableau est réalisé à partir de colle et de kaolin, un genre d’argile. Manzoni s’est ensuite amusé à froisser tout ça et a laissé sécher. Et c’est ça le résultat…
Et il est devenu riche et célèbre avec ça?
Ben oui…

Forcément, pour donner un sens à sa démarche, l’artiste donne des explications métaphysiques… Le froissement est censé représenter l’infini et bla bla bla.

En réussissant à vendre ces tableaux des millions de dollars, j’imagine que Manzoni devait bien rire sous cape…
Pour être honnête, ma foi, l’Achrome peut encore, à la limite, être considéré comme une démarche artistique. Mais il y a pire! Le même « artiste », s’inspirant des ready-made de Duchamp, s’est amusé à faire déféquer ses confrères dans des boîtes de conserve. Il a réalisé comme ça 90 « œuvres d’art », qu’il revendait ensuite au cours de l’or. Magnifique, n’est-ce pas? Quand il a pondu cette idée,
(« Tiens, et si je vendais ma merde au prix de l’or? Ça serait super drôle. LOL. »)
il s’est certainement pris pour le mec le plus intelligent du monde. Mais, dans le fond, ce qui est le plus écœurant, ce sont ces milliers de gens prêts à dépenser leur argent pour se les offrir… Est-ce cela que Manzoni voulait dénoncer? Ceux qui l’apprécient diront certainement que oui!

 

Y’a des jours, comme ça, l’humanité donne envie de vomir… Bon, allez, je retourne me coucher.

L’Info du Jour qui te permet de briller en société

Si, vous aussi, vous voulez vous offrir une merde d’artiste du plus bel effet sur l’étagère IKEA de votre salon, il faudra débourser la modique somme de 30.000€. Certains s’indignent même que le prix de ces œuvres ne suivent plus aujourd’hui le cours de l’or comme le souhaitait l’artiste… Ben oui, parce que vu le cours de l’or aujourd’hui, elles devraient être vendues 1.260€ pièce. L’effet Veblen (et la bulle spéculative dans le monde de l’Art) impose pourtant de les vendre beaucoup plus cher!

PAR DJINNZZ · PUBLICATION 16 AOÛT 2012 · MIS À JOUR 1 JANVIER 2017

 

 

- - -SUR UN AIR DE  Marcel Duchamp : Air de Paris, 1919-1964

Dès l’entrée, le visiteur est accueilli par un hommage à Marcel Duchamp. Son œuvre, Air de Paris, symbolise l’orientation de cette exposition et en a directement inspiré le titre. C'est à Duchamp que le Centre Pompidou avait consacré une monographie, à son ouverture, il y a 30 ans.

Autour de cette œuvre est construit un paysage : silhouettes ironiques de chefs-d'œuvre de la sculpture de Richard Fauguet, Sans titre, 2007 – on y reconnaît en noir et blanc (aspect marbré, sur papier adhésif) le Rhinocéros de Xavier Veilhan et le Mannequin de Séchas -, sous la Pluie d'air de Michel Blazy– un air de Paris actualisé, sale et pollué.


Ce sont bien des airs de Paris que le visiteur est convié à venir respirer à travers des travaux d'artistes liés à cette ville d'une manière ou d'une autre, qui évoquent la ville au sens large et non Paris au sens local, comme le suggère l'air léger et voyageur de Duchamp.

 

 Marcel Duchamp, Air de Paris, 1919/1964
Verre et bois, 14,5 x 8,5 x 8,5 cm

Présentée par Duchamp comme un ready-made, cette ampoule pharmaceutique, vidée de son contenu et ressoudée, est entourée de mystère. A t-elle été réellement produite en plusieurs exemplaires et vendue dans le commerce ? Ne contient-elle pas l'air du Havre, ville où elle aurait été réalisée, port d’embarquement pour les Etats-Unis ? Questions sans réponse mais qui rappellent la malice de son auteur.

 

C'est en 1919 que Marcel Duchamp offre cette « précieuse ampoule de 50 cm3 d'Air de Paris - visible ici dans sa réplique de 1964 - à des collectionneurs américains, Louise et Walter Arensberg. Dans cette capsule protectrice, l'air de Paris, vital et précieux mais aussi ironique et léger, quitte une Europe marquée par la guerre, passe les frontières, traverse l'océan, comme le fait à la même époque Duchamp lui-même, qui se définira d'ailleurs à l'occasion comme un simple « respirateur ». 

 

 

Perpignan :

Mardi 6 Mars à partir de 18h00

Vernissage de l'exposition

LA PEINTURE VIENT DE L'INTERIEUR

Exposition de Florence MAMMRIA

 

Mardi 13 Mars à partir de 18h00 soirée débat

Art, art brut, art autre, artistes...qui arbitre?

Soirée animée par Clotilde Ripoull,

avec Serge Bonnery et Jean-Pierre Bonnel

Partager cet article
Repost0
4 mars 2018 7 04 /03 /mars /2018 10:09
Dali inédits - Expo aux Abattoirs, Toulouse : l'artiste et ses doubles - Joan Ponç, rétrospective à Céret
Dali inédits - Expo aux Abattoirs, Toulouse : l'artiste et ses doubles - Joan Ponç, rétrospective à Céret
Dali inédits - Expo aux Abattoirs, Toulouse : l'artiste et ses doubles - Joan Ponç, rétrospective à Céret
Dali inédits - Expo aux Abattoirs, Toulouse : l'artiste et ses doubles - Joan Ponç, rétrospective à Céret
Dali inédits - Expo aux Abattoirs, Toulouse : l'artiste et ses doubles - Joan Ponç, rétrospective à Céret

Dali inédits - Expo aux Abattoirs, Toulouse : l'artiste et ses doubles - Joan Ponç, rétrospective à Céret

Les couvertures artistiques du journal L'Indépendant

 

Il ne nous avait pas habitués à ces covers consacrées à l'art : samedi 3 et et dimanche 4 mars, une pleine page sur la nouvelle expo de la galerie "à centremètresducentredumonde", et sur Joan Ponç, à Céret : la directrice du musée, Nathalie Galissot elle-même, au vernissage a exprimé sa surprise et...son contentement !

 

Le quotidien catalan aurait-il changé de politique éditoriale..? En fait, non : si vous prenez la peine d'ouvrir le journal, vous constatez que la page sur Céret est modeste, peu documentée normal, l'expo vient de Barcelone, fondation La Pedrera (on connaît peu et y a-t-il un chroniqueur qualifié, désormais, à Céret, ou ailleurs, depuis qu'on s'est débarrassé de ce "diabolo" de J.Michel Collet ?), alors que les faits divers envahissent encore les premières pages !

 

Vous allez dire: c'est pas mal : ainsi je lis Détective, Ola et Paris-Match en un seul coup. Avec L'Indép, j'économise, et puis, les crimes, de la gare, ou d'ailleurs, sont locaux ! On reste au pays ! 

 

OK, il est pas toujours gai, ce pays, mais ces viols et ces assassinats, c'est plaisant, ça fait passer le temps ! D'ailleurs, dans le journal des Catalans, je lis que ça, et les infos des villages ! Sans ça, il serait déjà mort, le "4 pages et rien dedans", comme disent les langues mauvaises, car les analyses et les dossiers écos ou cults, on s'en moque :  on sait que c'est superficiel, et peu objectif…

 

Et les pages finales sur le national et l'international, ce sont des dépêches AFP, qui viennent d'où sait où…Quant à la culture et aux livres, ils parlent pas d'auteurs d'ici, le Litout-d'où,ou la Zoé, de Paris ! Ou  alors, par hasard, un articulet sur un  scribouilleur du 66, par copinage ou parce que c'est un journaliste…

 

Mais deux numéros sur l'art, alors chapeau ! Si on recommençait !! Bravo cet Indép-là !!!

 

JPB


 

Céret, 3 mars 2018, exposition Joan Ponç : Pilar PARCERISAS, commissaire - -

Le blogabonnel


Joan Ponç - Musée d'art moderne de Céret - Pilar Parcerisas (photos de J.P.Bonnel) - Conférence de Pilar…
LEBLOGABONNEL.OVER-BLOG.COM

- - -

 
Mardi 6 Mars à partir de 18h00
Vernissage de l'exposition
LA PEINTURE VIENT DE L'INTERIEUR
Exposition de Florence MAMMRIA

Mardi 13 Mars à partir de 18h00 soirée débat
Art, art brut, art autre, artistes...qui arbitre?
Soirée animée par Clotilde Ripoull,
avec Serge Bonnery et Jean-Pierre Bonnel
 
 

 

 

Un Dalí inédit !!!

 

 

C’est un Dalí que l’on ne connaissait pas. Un grand mât rouge qui s’avance vers nous par le vide d’une fenêtre percée dans un mur de briques. Cette œuvre récemment identifiée sera bientôt exposée à New York, dans la galerie Heather James Fine Art.

 

Salvator Dalí, Sans titre (1932). Courtesy Heather James Fine Art New York.

Sans contrefaçon

Elle daterait de 1932 et dormait dans une collection privée depuis plus de 75 ans.

L’œuvre a récemment été identifiée par Nicolas Descharnes, spécialiste de l’artiste : « Avec une contrefaçon, il y a toujours une erreur que l’on peut repérer quelque part. Ici, aucune erreur » a déclaré celui qui en 2014 avait déjà aidé à l’authentification de La Naissance intra-utérine de Salvador Dalí, œuvre de jeunesse du peintre.

« Il y a toujours deux niveaux d’identification. Le premier est technique, et des experts m’aideront en ce domaine, le deuxième relève de la pure connaissance », a déclaré Descharnes.

Cette identification a donc été établie au terme de neuf mois de tests incluant la photographie infra-rouge, l’analyse de la signature et des pigments, et la recherche de documents d’archives.

Le tableau ne portant pas de titre, Nicolas Descharnes n’a pu établir avec certitude l’histoire muséographique de l’œuvre. Il recherchera si elle a pu figurer dans une des expositions de l’artiste organisées par la galerie parisienne Pierre Colle au début des années 1930.

 

Salvador Dalí, Echo morphologique (1934–36). Courtesy du Salvador Dalí Museum, St. Petersburg, Floride.

1932 à Port Lligat

La toile est signée « Gala Salvador Dalí » comme un hommage à la femme de l’artiste. Gala venait d’épouser Salvador Dalí et allait vivre avec lui pendant cinquante années à Port Lligat, en Espagne.

Les pigments du tableau sont similaires à ceux qu’utilise Dalí au début des années 1930. Des motifs récurrents dans l’œuvre du peintre à cette époque figurent aussi sur le tableau : une fenêtre vue de l’extérieur et un mât qui fait saillie.

Cette vue aurait été inspirée à l’artiste par les maisons et les bateaux de pêche du village portuaire de Port Lligat. Les analyses ont à cet égard révélé l’origine espagnole du châssis.

Le long mât projetant son ombre sur une flaque murale verte et bleue pourrait être une étude, comme le suppose Nicolas Descharnes. On retrouve effectivement ce fragment tendu sur le ciel de la composition Echo morphologique (1934-1936). Au milieu du vide, le morceau perd ses troubles effets de surface.

L’œuvre n’a pas été reconnue par la Fondation Gala-Salvador Dalí, mais a déjà été enregistrée dans les archives Dalí gérées par Nicolas Descharnes. Elle sera prochainement exposée dans la galerie new-yorkaise Heather James Fine Art.

Anne Malary • 28 février 2018 

 

 

- - -

**Bret

02/03/2018 14:47

Réponse  au blogabonnel

 

Les propos nationalistes témoignent d’une incompréhension du monde et d’une fascination pour l’identité Vécue comme excluant tout ce qui est Différent 

Attention danger 

Regardez où mène le Brexit et ce qu’ont été obligées de faire les entreprises et banques catalanes pour espérer survivre après l’independance 

Se croire fort pour l’argent et faible pour la culture entraine dans l’impasse...

Partager cet article
Repost0
3 mars 2018 6 03 /03 /mars /2018 07:10
Joan Ponç - Musée d'art moderne de Céret - Pilar Parcerisas (photos de J.P.Bonnel) - Conférence de Pilar P. et JPB au Boulou - Avec L. Meffre ) Banyuls - Au musée de Cadaquès (expo Dali, Duchamp) - Avec Alain Badia ) Portbou - Avec la petite-fille de W. Benjamin, à Port-Bou (C) J.P.Bonnel
Joan Ponç - Musée d'art moderne de Céret - Pilar Parcerisas (photos de J.P.Bonnel) - Conférence de Pilar P. et JPB au Boulou - Avec L. Meffre ) Banyuls - Au musée de Cadaquès (expo Dali, Duchamp) - Avec Alain Badia ) Portbou - Avec la petite-fille de W. Benjamin, à Port-Bou (C) J.P.Bonnel
Joan Ponç - Musée d'art moderne de Céret - Pilar Parcerisas (photos de J.P.Bonnel) - Conférence de Pilar P. et JPB au Boulou - Avec L. Meffre ) Banyuls - Au musée de Cadaquès (expo Dali, Duchamp) - Avec Alain Badia ) Portbou - Avec la petite-fille de W. Benjamin, à Port-Bou (C) J.P.Bonnel
Joan Ponç - Musée d'art moderne de Céret - Pilar Parcerisas (photos de J.P.Bonnel) - Conférence de Pilar P. et JPB au Boulou - Avec L. Meffre ) Banyuls - Au musée de Cadaquès (expo Dali, Duchamp) - Avec Alain Badia ) Portbou - Avec la petite-fille de W. Benjamin, à Port-Bou (C) J.P.Bonnel
Joan Ponç - Musée d'art moderne de Céret - Pilar Parcerisas (photos de J.P.Bonnel) - Conférence de Pilar P. et JPB au Boulou - Avec L. Meffre ) Banyuls - Au musée de Cadaquès (expo Dali, Duchamp) - Avec Alain Badia ) Portbou - Avec la petite-fille de W. Benjamin, à Port-Bou (C) J.P.Bonnel
Joan Ponç - Musée d'art moderne de Céret - Pilar Parcerisas (photos de J.P.Bonnel) - Conférence de Pilar P. et JPB au Boulou - Avec L. Meffre ) Banyuls - Au musée de Cadaquès (expo Dali, Duchamp) - Avec Alain Badia ) Portbou - Avec la petite-fille de W. Benjamin, à Port-Bou (C) J.P.Bonnel
Joan Ponç - Musée d'art moderne de Céret - Pilar Parcerisas (photos de J.P.Bonnel) - Conférence de Pilar P. et JPB au Boulou - Avec L. Meffre ) Banyuls - Au musée de Cadaquès (expo Dali, Duchamp) - Avec Alain Badia ) Portbou - Avec la petite-fille de W. Benjamin, à Port-Bou (C) J.P.Bonnel
Joan Ponç - Musée d'art moderne de Céret - Pilar Parcerisas (photos de J.P.Bonnel) - Conférence de Pilar P. et JPB au Boulou - Avec L. Meffre ) Banyuls - Au musée de Cadaquès (expo Dali, Duchamp) - Avec Alain Badia ) Portbou - Avec la petite-fille de W. Benjamin, à Port-Bou (C) J.P.Bonnel
Joan Ponç - Musée d'art moderne de Céret - Pilar Parcerisas (photos de J.P.Bonnel) - Conférence de Pilar P. et JPB au Boulou - Avec L. Meffre ) Banyuls - Au musée de Cadaquès (expo Dali, Duchamp) - Avec Alain Badia ) Portbou - Avec la petite-fille de W. Benjamin, à Port-Bou (C) J.P.Bonnel
Joan Ponç - Musée d'art moderne de Céret - Pilar Parcerisas (photos de J.P.Bonnel) - Conférence de Pilar P. et JPB au Boulou - Avec L. Meffre ) Banyuls - Au musée de Cadaquès (expo Dali, Duchamp) - Avec Alain Badia ) Portbou - Avec la petite-fille de W. Benjamin, à Port-Bou (C) J.P.Bonnel
Joan Ponç - Musée d'art moderne de Céret - Pilar Parcerisas (photos de J.P.Bonnel) - Conférence de Pilar P. et JPB au Boulou - Avec L. Meffre ) Banyuls - Au musée de Cadaquès (expo Dali, Duchamp) - Avec Alain Badia ) Portbou - Avec la petite-fille de W. Benjamin, à Port-Bou (C) J.P.Bonnel

Joan Ponç - Musée d'art moderne de Céret - Pilar Parcerisas (photos de J.P.Bonnel) - Conférence de Pilar P. et JPB au Boulou - Avec L. Meffre ) Banyuls - Au musée de Cadaquès (expo Dali, Duchamp) - Avec Alain Badia ) Portbou - Avec la petite-fille de W. Benjamin, à Port-Bou (C) J.P.Bonnel

* Joan Ponç, exposition à Céret (vernissage ce samedi 3 mars)

Commissaire : Pilar Parcerisas

 

 Le Musée d’art moderne dévoile notamment les liens de l’artiste avec Céret.

Un « insulaire » dans l’histoire de l’art. C’est certainement la meilleure façon de définir Joan Ponç et son œuvre. Artiste visionnaire, pionnier de l’avantguarda (avant-garde, Ndlr) artistique catalane de l’après-guerre, il fonde, en 1948, le mouvement Dau al Set avec le poète Joan Brossa, le philosophe Arnau Puig et les plasticiens Antoni Tàpies, Modest Cuixart et Joan-Josep Tharrats. Ce groupe se proposait de dynamiser l’art et la société catalane. Joan Ponç bouleverse la critique qui le qualifie de grotesque, diabolique, torturé, magique... Sa peinture ne ressemble à aucune autre et explore les recoins les plus secrets de l’être humain. « Le caractère rare et unique de son œuvre l’a conduit à une solitude, un isolement, un silence qui font de lui un solitaire et un témoin viscéral de la pénétration de la peinture dans le mystère de la vie et de la mort, vécue en tant qu’expérience », souligne Pilar Parcerisas, commissaire de l’exposition. La rétrospective « Joan Ponç, Diabolo » en collaboration avec la Fundació Catalunya La Pedrera retrace toutes les étapes de son œuvre, permettant d’en mesurer la cohérence et la qualité. Elle met également en lumière les liens de l’artiste avec Céret, où il a séjourné entre 1976 et 1982. « Le souvenir laissé à Céret par Joan Ponç ne passe pas par le chemin du Musée d’art moderne, et y exposer aujourd’hui son œuvre revient à lui rendre un hommage sans doute tardif, à réparer une forme d’injustice », commente Nathalie Gallissot, conservatrice en chef et directrice de l’établissement cérétan. L’essentiel est là.

 

Exposition « Joan Ponç, Diabolo ». À partir du samedi 3 mars jusqu’au dimanche 27 mai. Du mardi au dimanche de 10 h à 17 h. Plein tarif : 8 €. Tarif réduit : 6 €. Gratuit jusqu’à 12 ans.

 

- - - J'ai le plaisir de présenter mon amie

Pilar Parcerisas

 

**Pilar Parcerisas et Colomer (Manresa, 1957) est critique d'art, commissaire d'expositions, écrivain, responsable de l'association "Passatges" à Portbou. Vice-présidente de l'Association Walter Benjamin sans frontières de Banyuls (Président : Jean-Pierre Bonnel)

 

 

Elle a obtenu son doctorat en histoire de l'art et est diplômé en sciences de l'information par l'UAB. Membre fondateur du journal Région 7. elle a eu une formation de conservateur avec Harald Szeemann. Commissaire de nombreuses expositions d'art, elle est également critique d'art pour le journal Aujourd'hui. En tant que scénariste, elle a écrit les scripts pour les films Entracte (1988), The Final Frontier (1992) et Babaouo (1997).

 

Elle est membre de l'Association internationale des critiques d'art (AICA) et membre du conseil d'administration du MACBA. [1] et a siégé au conseil de la Fondation Joan Miró en tant que représentant du ministère de la Culture de la Generalitat de Catalogne. Il était de 21 Janvier de 2,009 vice-président du Conseil national pour la culture et les arts. [2] elle a également été présidente de l'Association Catalane des Critiques d'Art (ACCA), une position actuellement occupé par Juan María Minguet. [3]

 

Expositions dont elle a été le commissaire :

  • Avec Maria Jose Balsach et Carles Hac Mor organisée le cycle d'exposition de l'Espace 10 cours 1983-1984
  • Idées et des attitudes. Autour de l'art conceptuel en Catalogne ... 1964-1980 (1992)
  • Joseph Beuys. Manresa Hbf (1994)
  • Agnus Dei. L'art roman et les artistes du XXe siècle (1996)
  • Dalí. Affinités électives (2004)
  • Man Ray, des lumières et des rêves et de l'actionnisme viennois (2008)
  • Illuminations. Visionnaire Catalogne (2009)
  • Constructions lyriques. Man Ray, Cristòfol. Le but et l'esprit Dada (2009) [4]
  •  

Publications 

  • Bagages non (1997) - une sélection de ses articles Art & Co.
  • Machine de l'Art (2003)
  • Conceptualisme (s). Poetic politique et périphériques. En retour, l'art conceptuel en Espagne, 1964-1980 (2007).
  • Barcelone Artz-Zone (2008)
  • Duchamp en Espagne (2009) [5]
  • Malettes, Port-Bou et Barcelone, 2015.
  • Dali et Duchamp, Cadaquès, Barcelone, 20016.
  • Dali et la science, Musée d'art moderne de Céret, Royal Gallery, Musée Dali de Floride, 2017-2018.
  • Ponç, Musée d'art moderne de Céret, mars 2018
  •  

Références 

  1. Jump up
    Liste des membres du Conseil d'MACBA
  2. Jump up
    [1] Bureau de la Communication du gouvernement de la Catalogne, le 19 Décembre 2008 (date d'accès: 09/08/2010)
  3. Jump up
    "Joan Maria Minguet Parcerisas remplacé à la présidence de l'ACCA." Bonart [Girona], non. 133, Novembre 2010, p. 66. ISSN: 1885-4389.
  4. Jump up
    Parcerissas, Pilar; Navarro, Jésus Lyrical Constructions.. Man Ray, Cristòfol. Le but et l'esprit de Dada. Lleida ministère de la Culture et des Médias, 2009, p .. DLB: 37639-2009. "MRLC09"
  5. Jump up
    «Pilar Parcerissas." Le Enciclopèdia.cat. Barcelone: Enciclopèdia catalan.

 

Partager cet article
Repost0
2 mars 2018 5 02 /03 /mars /2018 10:08
Hanna Fiedrich dans La voix humaine (photo J.P.Bonnel) - Au théâtre de l'ETANG - Exposition à Paris (centre d'études catalanes, le Marais) -
Hanna Fiedrich dans La voix humaine (photo J.P.Bonnel) - Au théâtre de l'ETANG - Exposition à Paris (centre d'études catalanes, le Marais) -
Hanna Fiedrich dans La voix humaine (photo J.P.Bonnel) - Au théâtre de l'ETANG - Exposition à Paris (centre d'études catalanes, le Marais) -
Hanna Fiedrich dans La voix humaine (photo J.P.Bonnel) - Au théâtre de l'ETANG - Exposition à Paris (centre d'études catalanes, le Marais) -

Hanna Fiedrich dans La voix humaine (photo J.P.Bonnel) - Au théâtre de l'ETANG - Exposition à Paris (centre d'études catalanes, le Marais) -

Theâtre de l'Etang - Saint-Estève

 

Samedi 3 mars à 20h30

LÉGITIMUS INCOGNITUS

 

Jeudi 8, Vendredi 9 & Samedi 10 mars

Les Toiles, Festival de cinéma. Les Biopics

 

Lundi 12 mars à 18h30

C.E.P.S.: Joan Sebastia Pons

par Miquela Valls

 

Samedi 17 mars à 20h30

Le Temps qui reste

La nouvelle comédie de Philippe Lellouche

 

Samedi 31 mars à 20h30

La fille de Mme Angot

« Opéra-comique »

En coréalisation avec le CRR Perpignan Méditerranée Métropole et Misto Musica

 

Billetterie ouverte du lundi au vendredi de 14h à 18h

et les jours d'apéro-concert de 18h à la fin de la représentation

04.68.38.34.95 / Réservation possible par mail billetterie@theatredeletang.com

 

- - -

Une voix, une comédienne :

Théâtre

 Succéder, dans l’interprétation du rôle, à Anna Magnani ou à Ingrid Bergman, c’est un défi qu’il faut avoir le courage de relever. Non seulement la comédienne argelésienne Hanna Fiedrich a ce courage mais elle a le talent indispensable pour incarner ce person- nage unique sur scène de la pièce de Jean Cocteau, La Voix humaine (1930). J’ai eu la chance de pouvoir assis- ter à une répétition d’une lecture théâtralisée, avant la représentation du 23 février organisée par l’association Walter Benjamin sans frontières à Banyuls-sur-Mer, salle Novelty. Une voix pro- fonde, aux nuances variées ; une présence incontestable. Argelès la fortunée, devrait-on dire ! Hanna a décidé d’offrir son interprétation, de revisiter le rôle : la femme au bout du fil qui s’entretient avec son ex- amant n’est pas la victime d’une situation, elle prend au contraire les choses en main et cherche à se sortir de sa dépendance amoureuse. Ce monologue, elle l’a interprété aussi en allemand, à Berlin, en français à Ajaccio en 2017. Très active, H. Fiedrich se distingue aussi comme auteur. Elle a écrit L’Amour et la mer (éd. Les mots en scène, 2014),

Aurélie à la technique

Faux rire, incapable ! Dialogue avec mon surmoi (éd. Les Presses littéraires, 2016).

Son répertoire couvre une large gamme. Dernière- ment elle a donné au Théâtre du Réflexe de Canohès La Fée du Froid, un spectacle coécrit avec Maryse Pawloff pour faire découvrir aux tout petits les saisons et la nature, un spectacle pédagogique en somme. Cela n’empêche pas la comédienne, à l’instar d’Andersen, par exemple, de fréquenter la philosophie avec notamment L’Ultime Chemin de Walter Benjamin, œuvre de l’écrivain roussillonnais Jean-Pierre Bonnel. C’est dire la profondeur de cette comédienne.

H. Fiedrich est assistée à la technique (son et lumière) par la discrète et subtile Au-

Hanna Fiedrich à Banyuls répète son rôle dans «La Voix humaine» de Cocteau

 Elle donne des spectacles de lecture théâtralisée, des pièces de théâtre, des lectures avec accompagnement musical un peu partout et dans les théâtres, pour les municipalités, dans les médiathèques, les écoles, les maisons de re- traite, les restaurants, pour les particuliers... A l’automne 2018, La Voix humaine sera montée en pièce de théâtre.

Pour avoir le privilège de joindre Hanna Fiedrich avant qu’elle ne s’engage dans une nouvelle tournée (Cerbère, Corse...) : 06 10 88 66 50 – hfprod@yahoo.fr -

Info sur le site http://hanna.fiedrich.free.fr

 

¬ ¬ ¬ BANYULS-SUR-MER¬ ¬ ¬OFFICE de TOURISME

 

Accueil à la carte

Petit passage à l’office de tourisme cette semaine, par un jour de grand vent. Banyuls est toujours aussi belle quel que soit le temps et l’office de tourisme idéalement situé en front de mer. Les grandes baies vitrées marquent à peine la frontière entre la terre et la mer. Or donc, les visiteurs sont accueillis par les très impliquées Sophie et Gaëlle. Leurs voix sentent le soleil, disent les futurs touristes qui téléphonent pour préparer leur séjour. Et le programme, eh bien, c’est tout un programme ! Entre le musée du sculpteur Aristide Maillol, le pittoresque de la ville elle-même, les dégustations, les ateliers d’artiste à visiter, les marchés et les pro- jets de développement de tourisme scientifique (CNRS sur la commune) ou d’un sentier sur les pas du philosophe Walter Benjamin, les amateurs de tourisme culturel devraient trouver leur bonheur. Beaucoup de documentation sur place. Ouvert tous les jours (sauf dimanche hors saison) : 04 68 88 31 58.

Clarisse REQUENA

 

Sophie à l’accueil et des visiteurs ravis

Partager cet article
Repost0
1 mars 2018 4 01 /03 /mars /2018 07:51
Musiques à Barcelona - Michel PAGNOUX à OPOUL -  Printemps des Poètes à Ille - La mémoire poétique au musée de l'EXIL - Delteil et Soulages - Delteil à FR3
Musiques à Barcelona - Michel PAGNOUX à OPOUL -  Printemps des Poètes à Ille - La mémoire poétique au musée de l'EXIL - Delteil et Soulages - Delteil à FR3
Musiques à Barcelona - Michel PAGNOUX à OPOUL -  Printemps des Poètes à Ille - La mémoire poétique au musée de l'EXIL - Delteil et Soulages - Delteil à FR3
Musiques à Barcelona - Michel PAGNOUX à OPOUL -  Printemps des Poètes à Ille - La mémoire poétique au musée de l'EXIL - Delteil et Soulages - Delteil à FR3
Musiques à Barcelona - Michel PAGNOUX à OPOUL -  Printemps des Poètes à Ille - La mémoire poétique au musée de l'EXIL - Delteil et Soulages - Delteil à FR3
Musiques à Barcelona - Michel PAGNOUX à OPOUL -  Printemps des Poètes à Ille - La mémoire poétique au musée de l'EXIL - Delteil et Soulages - Delteil à FR3
Musiques à Barcelona - Michel PAGNOUX à OPOUL -  Printemps des Poètes à Ille - La mémoire poétique au musée de l'EXIL - Delteil et Soulages - Delteil à FR3

Musiques à Barcelona - Michel PAGNOUX à OPOUL - Printemps des Poètes à Ille - La mémoire poétique au musée de l'EXIL - Delteil et Soulages - Delteil à FR3

 

*Printemps des poètes à Ille : vendredi 2 mars, 18h...jusqu'à fin mars. Contact : 04 68 84 73 12. (voir affiche)

 

- - -

                                                                                      *** MICHEL PAGNOUX

 

  C'est ce vendredi 2 mars à partir de 18h.30 qu'aura lieu le vernissage de mon expo "OPOUL C'EST COOL!"

 

                                                                           au café-restaurant LE LÉZARD à Opoul en hommage à ce village qui m'accueille depuis maintenant 50 ans.

 

                                                                                                                                         WELCOME TO THE SHOW !

 

- - -

 

BARCELONA : musiques de l'Antiquité

 

 

 

VISITA COMENTADA

 

 

 

 

 

EXPLORA LA IMPORTANCIA DE LA MÚSICA EN LA ANTIGUEDAD

 

 

 

 

 

Hola  ¿quieres conocer todos los detalles e historias que se

ocultan en la exposición Músicas

en la antigüedad?

 

Este fin de semana reforzamos la oferta de visitas comentadas,

con seis sesiones diarias, para

que elijas tu hora ideal. Aventúrate en un viaje por más de 370 piezas arqueológicas de la

colección del Musée du Louvre que relatan el papel fundamental

de la música en las

civilizaciones mesopotámica, egipcia, griega y romana.

 

Sábado 3 y domingo 4 de febrero, a las 11, 12, 13, 17, 18 y 19 h

 

 

3 EUROS

50% DESCUENTO CLIENTES CAIXABANK

 

 

- - -

* MUSEE DE L'EXIL :

 

Ens complau de fer-vos arribar informació de l’espectacle de petit format que presenta el MUME i que tindrà lloc als Porxos de Can Laporta (La Jonquera) el properdissabte 3 de març a les 18h.

 

La memòria poètica. Un recorregut poètic per les literatures de l’exili

Poesia, novel·la, contes, cartes, memòries, testimonis d’unes experiència.

Un espectacle de petit format per reviure amb emoció la nostra història recent

 

Tria literària: Sam Abrams

Posada en escena: Rosa Vilanova

Il·lustracions i muntatge visual: Pere Ginard

Amb textos de Joaquim Amat-Piniella, Clementina Arderiu, Agustí Bartra, Artur Bladé Desumvila, Anna Murià, Joan Oliver/Pere Quart, Josep Palau i Fabre, MercèRodoreda, Carles Riba, Antoni Rovira i Virgili, Joan Sales i Manuel Valldeperes.

Aquesta proposta escènica és una producció dels Museus de Sant Cugat (Sant Cugat del Vallès) en el marc del programa "Lletres entre les Pedres".

 

Espectacle gratuït.  Places limitades (reservar al 972 556 533).

Lloc: Porxos de Can Laporta (Edifici Can Laporta, c/ Major, 4  La Jonquera - Entrada lateral als Porxos: c/ Vell, darrera Centre Atenció Primària)

 

C / Major, 43-47

17700 La Jonquera

Girona (Catalunya)

Espanya

T. 972556533

F. 972556534

www.museuexili.cat

http://www.facebook.coom/museuexili

http://www.instagram.com/museuexili

Twitter: @museuexili

 

2 minutes et demie pour JOSEPH DELTEIL
sur FRANCE 3 MONTPELLIER

 

Pour voir la vidéo du 6 février 2018, cliquer ci-dessus

Les journalistes de FRANCE 3 Montpellier ont rendu compte de l’action de notre comité de sauvegarde «UN NOUVEAU SOUFFLE POUR DELTEIL» 

Restons mobilisés pour sauver la Maison du poète Joseph DELTEIL à Grabels

Un lieu de patrimoine et de mémoire à préserver

Signons

et faisons signer

pour atteindre l’objectif des

10 000 signatures!

Pour signer la pétition, cliquer sur le lien suivant : http://chn.ge/2De0Am4

ou aller sur le site de change.org en indiquant : « Sauvons la Maison de Joseph DELTEIL »

La Gazette de Montpellier 31 janvier 2018

 

Restons mobilisés pour sauver la Maison de Joseph DELTEIL
En cette année 2018, le comité « UN NOUVEAU SOUFFLE POUR DELTEIL » créé en mars 2017 reste mobilisé pour réclamer la protection et la sauvegarde de la Tuilerie de Massane, en vue d’y créer une Maison de l’écrivain et un centre culturel dédié à la poésie, à la littérature et aux arts.
Notre comité a obtenu le soutien de :  Pierre SOULAGES, Madeleine ATTAL, Christian LACROIX, Vénus KHOURY-GHATA, Catherine FROT, Françoise BOB TER SCHIPHORST, Jean-Claude DROUOT, Jacques LAURENS, Jean-Baptiste HUGO, Michel ONFRAY, Salah STETIE et Fabrice LUCHINI…
A ce jour, notre pétition en ligne, lancée le 25 septembre 2017 pour sauver ce lieu de mémoire et de patrimoine en danger, a obtenu plus de 8000 signatures :
Pour augmenter le nombre de soutiens, continuons à signer et à faire signer en transmettant cette pétition à nos contacts !
 
Pour signer, cliquer directement sur le lien suivant : http://chn.ge/2De0Am4
ou aller sur le site de change.org  en indiquant : Sauvons la maison du poète DELTEIL

« L'homme est une flèche aux trousses d'un rêve. »

 

Joseph DELTEIL

Partager cet article
Repost0
28 février 2018 3 28 /02 /février /2018 09:20
S.PEY - Cinémaginaire - Jean-Pierre Bonnel entre Teresa REBUL et Jean Rède (à gauche), à Banyuls Templers.
S.PEY - Cinémaginaire - Jean-Pierre Bonnel entre Teresa REBUL et Jean Rède (à gauche), à Banyuls Templers.
S.PEY - Cinémaginaire - Jean-Pierre Bonnel entre Teresa REBUL et Jean Rède (à gauche), à Banyuls Templers.

S.PEY - Cinémaginaire - Jean-Pierre Bonnel entre Teresa REBUL et Jean Rède (à gauche), à Banyuls Templers.

*Mort de Jean Rède

l'ancien maire de Banyuls (élu deux fois) est décédé; il n'est pas question ici de juger son action politique, jugée autoritaire, personnelle par ses adversaires. Simplement, je peux dire : je me rappelle que Dina Vierny, pourtant apte à critiquer les gens, disait toujours beaucoup de bien de Jean Rède qui, au cours de sonpremier mandat, a restauration la métairie de Maillol devenue le musée actuel.

 

**Mort d'Abel Bernard LESFARGUES, poète, éditeur, croix de Sant Jordi, grand traducteur du catalan; il est décédé à l'âge de 94 ans, dans une petite église de Dordogne.

 

JPBonnel

- - -

 

Camins de la retirada 2018

Publié le 27/02/2018 à 18:31 par leblogcultureldyl

 

Résistances et solidarités d’hier et d’aujourd’hui.

 

Du 22 au 25 février, aux célébrations traditionnelles s’est adjoint le soutien aux migrants et aux aidants de la vallée de la Roya.

Précédés par des rencontres et animations en divers lieux, les Camins de la Retirada se sont tenus à Argelès-sur-Mer du 22 au 25 février sous le signe deRésistances et solidarités d’hier et d’aujourd’hui. Parmi les nombreuses animations, conférences, spectacles, qui accompagnaient la marche traditionnelle, partie cette année de Saint-Laurent-de Cerdans, et la journée d’hommage à Antonio Machado, le souvenir des espagnols déportés par les nazis à Mauthausen a été doublement évoqué par une exposition au Mémorial du Camp d’Argelès qui durera jusqu’en septembre et par la projection du documentaire de Montse Armengou et Richard Belis Le convoi des 927. Le samedi 24, après la marche, la journée à l’espace Carrère a été particulièrement dédié à la solidarité :  l'exposition autour de la BD "Humains" d'Edmond Baudoin et préfacée par J.M.G. Le Clézio retraçait la parole des migrants et des aidants de la vallée de la Roya (frontière franco-italienne), et accueillait “Délit de Solidarité, la criminalisation de l'aide aux réfugiés”, l’intervention de René Dahon, de la direction du “Collectif Roya citoyenne” qui passera en procès en mai 2018.

 

D’Angoulême à Mauthausen en plein été 1940

Présenté puis commenté par Raymond San Geroteo qui a connu quelques-uns des rescapés de cette sinistre aventure, Le convoi des 927 raconte une opération longtemps méconnue. Le 20 août 1940, deux mois après la capitulation de Pétain, des familles espagnoles, 927 personnes, hommes, femmes et enfants, regroupées dans un camp à quelques kilomètres d’Angoulême, furent embarquées par les Allemands dans des wagons à bestiaux dans l’ignorance totale de leur destination et du sort qu’on leur réservait. Quatre jours après, dans un périple dont le film décrit les souffrances et les angoisses, le sinistre convoi, identifié comme le premier train de l’histoire de la déportation de civils en Europe occidentale,stoppa à l’entrée du camp de Mauthausen. Séparés des femmes et des enfants, 470 hommes et jeunes hommes furent aussitôt conduits au camp d’extermination. Les plus jeunes (entre 13 et 17 ans) formèrent “le commando Poschacher” du nom de l’entreprise du village où ils se rendaient chaque jour pour travailler.

 

Rescapés, mais toujours exilés

 

D’autres espagnols venus d’autres camps, faits prisonniers ou résistants, les rejoignirent ensuite. Espagnols raflés en France, ceux du convoi des 927 furent considérés comme des apatrides et affectés du Triangle bleu. Des 470 hommes arrivés alors, 73 seulement sont revenus. Les femmes et les enfants, ayant retraversé l’Allemagne et la France dans les mêmes wagons à bestiaux furent amenés à Irun et livrés à Franco. Les cinéastes, qui ont réalisé le film entre 2004 et 2008 ont rencontré certains des rescapés, hommes et femmes ; qui évoquent non seulement ce terrible périple mais aussi le temps d’exil qui l’a longuement suivi, exprimant leur colère ou leur désarroi devant le champ libre laissé à Franco par les puissances occidentales alors qu’ils espéraient pouvoir retourner dans leur pays sitôt la fin de la guerre. On peut, ayant vu ce film, adopter la parole de Pierre Daix à propos des rescapés de Mauthausen : «  Ce qu'ils avaient à dire ne peut se dissocier de ce qu'ils ont vécu. Avant Mauthausen. Mais aussi après Mauthausen ».

Merci à Yvette Lucas

- - -

2 évènements Amis de Cinémaginaire  - info à faire circuler sans modération

€ Jeudi 1er mars 2018 à 19h00

Cinéma  Jaurès  - 66 Argelès sur  Mer    

> CINE FORUM exceptionnel ! <

Dans le cadre du Printemps des Poètes

En partenariat Cinémaginaire / Amis de Cinémaginaire

Présenté par  les  Amis de Cinémaginaire d’Argelès sur Mer

Formule du Forum : Présentation + Film + Casse-croûte tiré du sac + Débat

 

SERGE PEY ET LA BOITE AUX LETTRES DU CIMETIÈRE

Film en AVANT-PREMIÈRE en PRÉSENCE DU RÉALISATEUR

Film de FRANCIS FOURCOU (France 2018 - 1h20)  avec Serge Pey

La marche extraordinaire du poète Serge Pey, de Toulouse à Collioure, pour porter 400 lettres

dans la boite aux lettres située sur la tombe du poète Antonio Machado, au cimetière de Collioure.

Un film drôle, émouvant, poétique, évocation du combat antifranquiste de Machado

et de l’engagement poétique de Serge Pey

Tarif : 5   euros

 

- - -

La  perte  de crédibilité  du régime  de 1978 en Espagne
 

C’est  grave ce qui se passe avec des chanteurs et des rappeurs comme  Valtònyc, de Majorque et Pablo Hassel de Leida (en Catalogne) qui, avec leurs chansons, très critiques contre la monarchie espagnole et le gouvernement de Rajoy, essaient de décrire la réalité de l'Espagne actuelle. Ils ils sont immédiatement réprimés : de fortes  amendes et des années de prison.

 

Ces répressions politiques, expressions d'un gouvernement très  autoritaire, montrent que le vrai  « pouvoir »  espagnol  ne passerait pas le « test » des normes démocratiques européennes, évaluées, entre autres, par le Conseil de l'Europe. 

Sans aucun doute, à l’heure actuelle en   Espagne, le mensonge a été institutionnalisé,  avec l'usage d’une censure "digne" de celle qui régnait il y a plus de de quarante  ans. .!

De plus, tout ce panorama déprimant exprime le déclin de l'Espagne, accéléré par la perte de crédibilité du régime  monarchique  de 1978. 

 

Plus que jamais, malgré tous les mensonges et la manipulation, On constate que l'agression aveugle de l'État espagnol contre une citoyenneté catalane, totalement pacifique et sans défense, a été une infamie !

Pour  toutes ces  raisons,   il serait temps  que l'article 7 de l'UE soit  enfin appliqué en Espagne, au lieu d'abuser, arbitrairement de l'article 2 de l'UE.

(C) Josep, Portbou, 27/2/2018

 

 

 LES ARTICLES du BLOGABONNEL QUI ONT EU DE SUCCES CETTE SEMAINE :

 

Patrimoine : la famille ARAGO : Guy JACQUES - COCTEAU à Banyuls (vendredi 23 février, 18h, salle Novelty) - La destruction de l'entonnoir : lire Catherine DELONCLE

Guy Jacques (C) RV de St-Estève - Entonnoir de MA2F : lire l'étude de Catherine DELONCLE (Alter Ego édition) Cocteau : la voix humaine, spectacle par Hanna Fiedrich, le 23 février 2018, Banyuls Lecture théâtralisée le 23 février 2018, à 18h 15, Banyu

ENFANTS : la classe de MONTLOUIS : Lettre à MACRON - Enfants de Mémoire : Exils d’Espagne, de la Retirada à aujourd’hui - Chemins de l'exil, concert pour les victimes du franquisme

ENFANTS : classe à MONTLOUIS - Enfants de Mémoire - Exils d'Espagne - Spectacle sur Cocteau à Banyuls vendredi 23 février à 18h15, salle Novelty (5 et 3 euros) Contre la fermeture de notre classe à Mont Louis Nous sommes un collectif de parents d'élèv

  
Objectif Municipales 2020 à Perpignan : ALIOT, GRAU, PUJOL...

* Objectif Municipales 2020 à Perpignan : -Pour moderniser le FN et faire oublier le mauvais débat de Marine Le Pen, elle va se marier à Louis Aliot et devenir Marine Aliot. -Louis a compris, il ne s'appellera ni FN ni Le Pen. Restera anonyme, sans étique

Cohérence culturelle ? La mairie de Perpignan détruit une oeuvre de l'artiste MA2F commandée par la mairie ! Destruction de l'entonnoir en pierres sèches installé dans le hall du muséum d'histoire naturelle

Photos de l'entonnoir par Renaud RUHLMANN - Une oeuvre de l'artiste Marc-André de Figueres (photos Renaud RUHLMANN), commandée à l'époque par la municipalité, va être détruite par la mairie ! vendredi 23 février à 9 heures, destruction de l'entonnoi

Museum de Perpignan : l'oeuvre de Marc-André de Figueres a été détruite par décision de la mairie - La censure a de l'avenir !

(C) JP.Bonne: L'entonnoir a bien résisté - L'artiste (à gauche), son avocat (à doite, J. Codognès) et son conseiller juridique pour la propriété intellectuelle En direct, la destruction de l'oeuvre de MA2F (voir reportage sur Facebook) A 8h45 devant le

 

 

Walter Benjamin à Marseille et Banyuls, son actualité - Association WB : conférence d'Anaïs Bonnel sur Pere CREIXAMS le 10 mars 2018

WB à Marseille (C) MUCEM @ Alain PAIRE A BANYULS : Après le café philo sur Haschich à Marseille par André ROGER et la lecture théâtralisée d'Hanna FIEDRICH (23 février), l'association WB sans frontières poursuit ses activités de l'année 2018.

Bonjour leblogabonnel,

Voici les articles les plus intéressants de votre Reader cette semaine !

 

 

Louis ALIOT votre député agit-il ou s'agite-il ? - Les MIGRANTS sauvés des neiges

Louis Aliot, député non-inscrit de la 2 ème circonscription des Pyrénées-Orientales Présences en commissions et participation en hémicycle au cours des 8 premiers mois 0 2 4 6 8 10 12 14 Juil. 17 Août 17 Sept. 17 Oct. 17 Nov. 17 Déc. 17 Janv. 18 Fév

 

Député des Pyrénées-Orientales : Sébastien CAZENOVE, discret, effacé, doit se mettre en MARCHE !

S. Cazenove: avec le président, sur l'affiche des législatives, par le Bourricot, site satirique Je ne connais pas S. Cazenove. "Ali" sur Facebook, je lui ai écrit (message privé) pour une demande de subvention d'aide aux associations : pas de réponse de

 

Parler de soi : Cinémoi - Joseph Bonnel, mort d'un footballeur - Expo Desnoyer à Saint-Cyprien par Clarisse REQUENA

J.Bonnel, joueur de l'OM. - J.P.Bonnel - Stéphanie MISME - Une toile de F. Desnoyer - Spectacle d'Hanna FIEDRICH le 23 février à Banyuls * La mort du footballeur Joseph BONNEL : C'était un grand dans un football moins porté à la notoriété, un Ariégeo

 

SNCF ; de quoi Spinetta est-il le nom ?

ou quand un capitaine fracasse sur ordre de ses généraux C.Spinetta ne sort pas du néant ou comme un lapin d'un chapeau doré. En lui confiant la mission de cadrer idéologiquement la casse de la SNCF et du statut des cheminots Touthenmacron savait qu'il a

 

Vite fait en passant, Darmanin et ses turpitudes

pour recalibrer la saint valentin Si on en croit l'actualité judiciaire, Lamarck avait raison. Si la fonction créée l'organe. pour autant, dans le vif su sujet, l'organe semble bénéficier parfois de la fonction. Fonction transitive et réciproque. Qui n'

 

Dufy à Perpignan : Pionniers de l'art moderne, Catherine DELONCLE

Livres de Catherine Deloncle sur Picasso, Dufy, Dali, Brune, MA2F...DUFY par Pierre CAMO - DUFY par Catherine DELONCLE et Pierre CAMO, Une exposition sur Raoul Dufy aura lieu à Perpignan (au Musée Rigaud) durant l'été 2018. On oublie parfois certains aut

 

SNCF : Déclaration de la Fédération CGT des Cheminots

A vec la Fédération CGT, les cheminotes et les cheminots, mettront tout en œuvre afin d’envisager un autre avenir pour le service public ferroviaire UNE POLITIQUE ANTI-FERROVIAIRE Rapport Spinetta 15.02.2018 | Espace presse Facebook Twitter Google+ Impri

 

Valentin, Valentine - Poèmes de Jean IGLESIS - Cocteau : la voix humaine, spectacle par Hanna Fiedrich, le 23 février 2018, Banyuls

Lecture théâtralisée le 23 février 2018, à 18h 15, Banyuls, salle Novelty La voix humaine, de Jean COCTEAU, par l'actrice Hanna FIEDRICH Réservez : 5 euros (3 euros pour les adhérents de l'Association Walter BENJAMIN Contact : 06 31 69 09 32 Valentin,

Partager cet article
Repost0
27 février 2018 2 27 /02 /février /2018 04:07
L'Estaque et Marseille (c) jpb.

L'Estaque et Marseille (c) jpb.

Près de chez moi le couple fait construire sa maison par des Maghrébins. Travail trop dur pour nos bons Français.  A côté les ouvriers sont portugais.  Où sont les Français " de souche"..? AU Chômage.  Au Rsa...

Je ne trouve pas de plombier ni d'electricien  : les artisans sont débordés.  Les jeunes veulent des métiers propres, pas manuels. Encore moins agricoles. BEP bureautique ou fac chemin vers le chômage... alors les immigrés font le sale boulot : travaux publics, éboueurs... Où sont nos Français de sang..? 

Pénurie de médecins because sélection et numerus clausus. On se souvient de la ville d'Olette qui n'arrivait pas à trouver un docteur : on lui a offert la maison... de plus en plus de médecins syriens ou libanais ou égyptiens dans les hôpitaux... vivent les migrants ! Les Francais restent au chaud et veulent rester entre eux...L' Allemagne a développé son économie grâce à l'afflux de travailleurs turcs.  A présent comme elle juge qu' il y en a trop, l'extrême droite revient en force. Ces néo nazis n'ont QU'À  prendre le boulot des migrants...et le tour est joué ! 

Jpb

Partager cet article
Repost0
26 février 2018 1 26 /02 /février /2018 10:55
Tourisme des hauts cantons : l'indigence culturelle

La foule partout dans les stations du 66. Deux ont fermé et EYne.st.Pierre en sursis.  Alors la foule pendant 15 jours puis le quasi désert...On pourrait attirer les gens par la culture touristique en parallèle : tout le monde ne skie pas.

Mais c est l indigence des ciné. Des musées (faut aller à puigcerda ). De rares conférences ou représentation théâtrales. Jordi pere Cerda symbole littéraire de la Cerdagne n est plus..

Font Romeu fait pour le sport mais le centre ville  n a pas changé depuis 50 ans. Les mêmes commerces de vêtements. .. responsables politiques paralysés pas uniquement par le froid... copinage corruption immobilisme. Il faut  en Cerdagne et Capcir sa propre culture. Auberge espagnole à défaut d être catalane. 

Jpbonnel 

Partager cet article
Repost0
26 février 2018 1 26 /02 /février /2018 10:55
Tourisme des hauts cantons : l'indigence culturelle

La foule partout dans les stations du 66. Deux ont fermées et EYne.st.Pierre en sursis.  Alors la foule pendant 15 jours puis le quasi désert...On pourrait attirer les gens par la culture touristique en parallèle : tout le monde ne skie pas.

Mais c est l indigence des ciné. Des musées (faut aller à puigcerda ). De rares conférences ou représentation théâtrales. Jordi pere Cerda symbole littéraire de la Cerdagne n est plus..

Font rompu fait pour le sport mais le centre ville  n a pas changé depuis 50 ans. Les mêmes commerces de vêtements. .. responsables politiques paralysés pas uniquement par le froid... copinage corruption immobilisme. Il faut  en Cerdagne et Capcir sa propre culture. Auberge espagnole à défaut d être catalane. 

Jpbonnel 

Partager cet article
Repost0
25 février 2018 7 25 /02 /février /2018 08:29
WB à Marseille (C) MUCEM @ Alain PAIRE

WB à Marseille (C) MUCEM @ Alain PAIRE

A BANYULS :

Après le café philo sur Haschich à Marseille par André ROGER et la lecture théâtralisée d'Hanna FIEDRICH (23 février), l'association WB sans frontières poursuit ses activités de l'année 2018 :

 

le samedi 10 mars, à 16 h, au café-restaurant "Les 9 caves" à Banyuls, conférence d'Anaïs BONNEL (diplômé de l'Ecole du Louvre, travaille au musée d'art contemporain de Sérignan) sur la peinture catalane du début du XX° siècle, en particulier sur Pere CREIXAMS, le "Catalan de Montmartre", ami de Picasso...

Entrée libre et gratuite. Contact : 06 31 69 09 32

Adhésion : 20 euros par an (30 euros pour un couple)

Si vous voulez recevoir le calendrier, merci d'envoyer votre adresse mail...

à : jean-pierre.bonnel@orange.fr

- - -

 

WB à MARSEILLE :

 

"Mais de quoi ont-ils si peur ? "

 

Walter Benjamin, Ernst Bloch et Siegfried Kracauer à Marseille le 8 septembre 1926

Un livre fort intéressant sur le séjour de WB à Marseille.

De très bonnes critiques notamment dans Le monde diplomatique.

Dans la très belle publication des éditions Commune.  (C) Hélène Peytavi

 

http://www.editionscommune.org/2016/10/mais-de-quoi-ont-ils-eu-si-peur.html

 

Mais de quoi ont-ils eu si peur ? Walter Benjamin, Ernst Bloch et Siegfried Kracauer à Marseille

Publié le 13 Janvier 2018 par Les éditions commune 

 

Le livre de Christine Breton, historienne et conservatrice du patrimoine et Sylvain Maestraggi, philosophe et photographe, retrace le séjour des philosophes allemands Walter Benjamin, Ernst Bloch et Siegfried Kracauer à Marseille en septembre 1926, à l’occasion de la publication d’un article d’Ernst Bloch dans la revue Les Cahiers du Sud. Il est conçu en deux parties : d’un côté, un conte urbain, récit de l’événement par Christine Breton, conservateur honoraire du patrimoine et historienne de l’art ; de l’autre, un corpus de leurs correspondances (notamment avec Marcel Brion et Jean Ballard) et de textes inédits ou nouvellement traduits, réunis et commentés par Sylvain Maestraggi, philosophe, éditeur et photographe. Au centre, un cahier de photographies, Marseille, telle que l’ont vue les trois auteurs...


Le livre est consacré à cet événement, à cette constellation intellectuelle. Il s’interroge sur la peur qui les a saisis en parcourant la ville. Comment ce qu’ils ont découvert à Marseille a-t-il été déterminant dans l’évolution des œuvres et dans l’écriture des trois penseurs ?

 

A lire : un article de fond d'Olivier Gaudin sur Métropolitiques : Peur sur la ville : Marseille, paru le 26 octobre 2017. Vous pouvez lire en ligne ou télécharger cet article de fond ; la note de lecture de Charles Jacquier parue dans Le Monde Diplomatique de septembre 2017 et l'article de Dane Cuypers dans son blog, Atmotsphère.

Illustration : Derrière la Bourse, vue d'ensemble, 1926 [MHM]. A lire également d'autres textes de Christine Breton sur le centre-ville de Marseille dans le Feuilleton du Grand Vide

 

Christine Breton est conservateur honoraire du patrimoine et docteur en histoire. Depuis 1983, elle creuse l’idée du musée comme forme industrielle de l’utopie. Elle cherche, depuis les Récits d’hospitalité, histoire renversée des Quartiers nord de Marseille, une écriture de l’histoire capable de restituer collectivement et économiquement les savoirs des vaincus ou les traditions orales toujours vivantes, en passant par les codes du récit de voyage ou de l’archéologie vécue. La force émotive reste le moteur de son écriture.


Sylvain Maestraggi est auteur, photographe et éditeur indépendant. Il a consacré ses études de philosophie à l’œuvre de Walter Benjamin. En 2009, il réalise Histoires nées de la solitude, film inspiré des textes de Walter Benjamin sur Marseille. En 2013, il fonde L’Astrée rugueuse, structure d’édition au sein de laquelle il publie deux livres de photographies : Marseille, fragments d’une ville (2013) et Waldersbach (2014)

 

- - -Exposition (merci à Liliane MEFFRE pour l'info)

De : Galerie du Tableau 

[mailto:presse@galeriedutableau

Galerie du Tableau : exposition "MARC-ANTOINE SERRA" du 26 février au 10 mars 2018

 

Galerie du Tableau

37, rue Sylvabelle. 13006 Marseille
Téléphone : 04 91 57 05 34. Fax : 09 58 63 05 34
http://www.galeriedutableau.org
Heures d'ouverture de la galerie :
de lundi au vendredi de 10h à 12h et de 15h à 19h.
Le samedi de 10h à 12h et de 15h à 18h

Exposition du 26 février au 10 mars 2018

Vernissage le lundì 26 à partir de 18h 30

 

 

 

Marc-Antoine Serra

 

 

 

 

http://www.galeriedutableau.org

Abonnement / Subscribe

 

- - -

 

Conférences et film d'Alain PAIRE :

 

Walter Benjamin

Publié le : 15/01/2015

 

Reporter :

François Mouren Provensal

 

Walter Benjamin, philosophe, historien de l'art, critique d'art et littéraire, traducteur ( notamment Balzac, Baudelaire et Proust ) est né en Allemagne en 1892. En juin 1940, il est enfermé en camp près de Nevers. Des amis intellectuels parviennent à le faire libérer. Il passe par Marseille avant de se rendre à Port Vendres puis Portbou où il se donne la mort. Alain Paire nous conte ces quelques jours passés à Marseille.

Réalisation François Mouren-Provensal

Walter Benjamin dans un camp proche de Nevers

Annah Arendt et Walter Benjamin les derniers jours d'une amitié

 

Vos commentaires

le 23/04/2014à 9h05,

Michel Samson a écrit :

Beau sujet, belle histoire tragique ! C'est bien de revenir sur ces moments oubliés ou méconnus de la ville, rendue célèbre et digne grâce à ses étrangers

le 23/04/2014à 9h24,

Florence Laude a écrit :

Belle évocation de Marseille dans les années quarante, à travers le prisme de l'histoire personnelle de Walter Benjamin. Les faits historiques sont mis en lumière et en images avec précision et c'est remarquable !

...

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blogabonnel
  • : Création et information culturelle en Catalogne et... ailleurs.
  • Contact

Profil

  • leblogabonnel
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...
  • professeur de lettres, écrivain, j'ai publié plusieurs livres dans la région Languedoc-Roussillon, sur la Catalogne, Matisse, Machado, Walter Benjamin (éditions Balzac, Cap Béar, Presses littéraires, Presses du Languedoc...

Recherche

Liens